Vous êtes sur la page 1sur 121

République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

Université ABOU BEKR BELKAID
Faculté de Technologie
Département de Génie Civil

Mémoire pour l’obtention du diplôme de Master en Génie Civil
Option : Construction Métallique
Thème :

Etude d’un bâtiment à ossature métallique (R+3)

Présenté par :
TRIGUI Hadi Yassine

Devant le jury composé de :

M. CHERIF ZEA.
M. BOUMECHRA N.
M. MISSOUM A.
M. RAS A.
M. HAMDAOUI K.

Président
Examinateur
Examinateur
Encadreur
Encadreur

Remerciements
Je rends en premier lieu grâce à Allah le tout puissant qui m’a donné la foi et le courage
d’arriver au terme de mes études.
Je tiens à remercier mes encadreurs, monsieur RAS A. et le Dr. HAMDAOUI K. pour leurs
soutiens tout au long de la préparation de mon projet de fin d’étude.
Mes remerciements vont à Monsieur HENNI O., directeur des études au sein de la société
SFMAI, pour le temps précieux qu’il m’a consacré, ses orientations, et ses nombreuses
interventions qui ont permis l’aboutissement de ce travail.
Je remercie également les membres du jury, devant lesquels j’ai l’honneur d’exposer mon
travail, et qui ont pris la peine de le lire et de s’y intéresser.
Je remercie aussi tous mes camarades, avec lesquels j’ai eu le plaisir de travailler, ainsi que
toutes les personnes ayant contribué de près ou de loin à l’élaboration et l’achèvement de ce
mémoire.
Je remercie enfin mes parents qui m’ont soutenu pendant toute la durée de mes études.

Je dédie ce mémoire à mes parents.

Table des matières Introduction Chapitre1 : Généralités 1-Présentation du projet 2-Caractéristiques géométriques de la structure 3-Règlement utilisés 4-Présentation des matériaux 5-Les assemblages 11 12 13 13 14 14 14 Chapitre2 : Charges et surcharges 1-Introduction 2-Charges d’exploitations et charges permanentes 2-1-Placher terrasse 2-2-Plancher courant 3-Charges climatiques 3-1-La neige 3-2-Le vent 4-Conclusion 16 17 17 17 18 19 19 19 28 Chapitre3 : Dimensionnement 1-Introduction 2-Classification des sections 3-Principes du règlement CCM97 4-Principes de calcul 5-Dimensionnement 5-1-Distance entre solives 5-2-Solive de plancher terrasse 5-3-Solive de plancher courant 5-4-Poutre de plancher terrasse 5-5-Poutre de plancher courant 5-6-Sablière de plancher terrasse 5-7-Sablière de plancher courant 5-8-Poteau RDC le plus sollicité 5-9-Escalier 5-10-Calcul du haut vent 5-11-Calcul de l’acrotère 6-Conclusion 29 30 30 30 31 32 32 32 33 34 35 36 37 38 39 43 45 47 Chapitre4 : Etude du plancher 1-Introduction 2-Notations et dimensions linéaires 3-Caractéristiques des éléments constructifs 4-Etude des planchers courants 5-Etude du plancher terrasse 6-Calculs des connecteurs 7-Conclusion 48 49 49 50 51 55 58 59 .

Chapitre5 : Etude sismique 1-Introduction 2-Règlement utilisée 3-Méthode utilisée 3-1-Principe de la méthode statique équivalente 3-2-Vérifications 4-Conclusion 61 62 62 62 62 66 68 Chapitre6 : Etude des assemblages 1-Introduction 2-Fonctionnement des assemblages 3-Rôle des assemblages 4-Calculs des assemblages 4-1-Assemblage poteau-poutre du plancher terrasse 4-2-Assemblage poteau-poutre du plancher courant 4-3-Assemblage poteau-sablière du plancher terrasse 4-4-Assemblage poteau-sablière du plancher courant 4-5-Assembles des contreventements 4-6-Assemblage poutre-solive terrasse 4-7-Assemblage poutre-solive étage courant 5-Conclusion 69 70 70 71 71 71 72 74 76 77 78 79 80 Chapitre7 : Etude des fondations 1-Introduction 2-Documents utilisés 3-Hypotheses de calcul 4-Caracteristiques des matériaux 5-les charges à considérer 6-Calcul des fondations 6-1-les semelles isolées 6-2-Les semelles filantes 6-3-Calcul des ancrages 6-4-Etude des longrines 7-Conclusion 81 82 82 82 82 83 83 83 85 87 89 90 Chapitre8 : Protection de la structure 1-Introdution 2-La corrosion 3-Le feu 4-Conclusion 91 92 92 92 93 Conclusion 94 Annexes Références bibliographiques 95 96 .

13) : Pression due au vent.13) : Evaluation de l’inertie Tableau (3.10) : Coefficient de pression pour la paroi vertical Tableau (2.11) : Evaluation de l’inertie Tableau (3.9) : Coefficient de pression intérieur pour les toitures plates Tableau (2.9) : Evaluation des charges du palie Tableau (3.3) : Valeurs de la force sismique V Tableau (5.15) : Evaluation de l’inertie Tableau (5.6) : Evaluation de l’inertie Tableau (3.15) : Pression due au vent.1) : Valeurs des pénalités Pq Tableau (5.1) : Charges pour plancher terrasse Tableau (2.6) : Les déplacements dans le sens Y Tableau (5.2) : Poids de la structure Tableau (5.2) : Dimensions de la semelle isolée Tableau (7.8) : Vérification de l’effet P- dans le sens Y Tableau (6.5) : Coefficient de rugosité Tableau (2.16) : Pression due au vent.1) : Résistance des boulons Tableau (7. terrasse Tableau (2.11) : Coefficient de pression pour la paroi vertical Tableau (2.5) : Les déplacements dans le sens X Tableau (5.12) : Evaluation de l’inertie Tableau (3. paroi Tableau (2.8) : Cpe pour les parois verticales des bâtiments à base rectangulaire Tableau (2.3) : Evaluation de l’inertie Tableau (3.14) : Evaluation des charges du haut vent Tableau (3.2) : Charges pour plancher courant Tableau (2.1) : Efforts appliqués aux semelles isolées Tableau (7.6) : Coefficient d’exposition au vent Tableau (2.7) : La pression dynamique Tableau (2.14) : Pression due au vent.7) : Vérification de l’effet P- dans le sens X Tableau (5. terrasse Tableau (3.2) : Evaluation de l’inertie Tableau (3.Liste des tableaux Tableau (2.1) : Valeurs limites des flèches Tableau (3.10) : Evaluation des charges de la volée Tableau (3.4) : Evaluation de l’inertie Tableau (3.8) : Charges reprise par le poteau Tableau (3.3) : Valeurs de la pression dynamique de référence Tableau (2.12) : Coefficient de pression pour la toiture Tableau (2.5) : Evaluation de l’inertie Tableau (3.3) : Efforts appliqués aux semelles filantes 17 18 20 20 22 22 22 23 23 24 25 25 26 26 27 27 31 32 33 34 35 36 37 38 40 40 41 42 43 43 44 64 65 66 66 67 67 67 68 70 83 84 85 .7) : Evaluation de l’inertie Tableau (3.4) : Comparaison Vt par rapport à V Tableau (5.4) : Définition des catégories de terrain Tableau (2. paroi Tableau (2.

.

3) : Diagramme des contraintes de flexion Figure (4.7) : Conception du haut vent Figure (3.3) : les escaliers Figure (3.2) : Semelle filante Figure (8.1) : Eléments constructifs du plancher mixte Figure (4.Liste des figures Figure (1.2) : Composition du plancher mixte Figure (2.2) : Dimensions de la poutre mixte Figure (4.2) : Couche de protection d’un profilé 13 17 18 22 32 38 39 40 41 42 44 44 45 47 49 50 53 54 58 71 77 78 84 86 93 .9) : Dimensions de l’acrotère Figure (3.4) : Diagramme de cumul des contraintes Figure (4.10) : Ferraillage de l’acrotère Figure (4.2) : Assemblages des contreventements Figure (6.1) : Entre-axe des solives Figure (3.6) : Représentation du limon Figure (3.1) : Semelle isolée Figure (7.5) : Inclinaison de la volée Figure (3.2) : Surface reprise par le poteau le plus sollicité Figure (3.1) : Assemblage poteau-poutre Figure (6.3) : Assemblage poutre-solive Figure (7.5) : Type de connecteur Figure (6.3) : Pression dynamique sur la paroi verticale Figure (3.8) : Schéma d’une poutre Figure (3.4) : Dimensions des escaliers Figure (3.1) : Présentation de la structure Figure (2.1) : Composition du plancher terrasse Figure (2.

Mel. Iy : Moment d’inertie selon l’axe y. Av : Aire de cisaillement. Vsd : Effort tranchant sollicitant. Iz : Moment d’inertie selon l’axe z. b : Largeur du profilé. . Wpl : Moment de résistance plastique. tf: Epaisseur de la semelle. hi : Hauteur intérieure entre ailes. A : Section du profilé.Rd : Effort tranchant plastique. h : Hauteur du profilé. r : Rayon de congé.Liste des notations G : Charge permanente. ρ : Poids volumique. ν : Coefficient de Poisson. G : Poids par mètre. Q : Charge d’exploitation. Vel.Rd : Effort tranchant élastique.Rd : Moment résistant élastique. Mpl.Rd : Moment résistant plastique. t : Epaisseur. d : Hauteur de la portion droite de l’âme. tw : Epaisseur de l’âme. G : Module de cisaillement. Msd : Moment sollicitant. Vpl. E : Module d’élasticité longitudinal. Wel : Moment de résistance élastique.

f : Flèche d’une poutre. ̅ : Elancement réduit.1). par rapport à un axe perpendiculaire au plan de flexion.L : Longueur en générale. fy : Limite d’élasticité de l’acier. γ : Coefficient partiel de sécurité. Wy : Module d’inertie de la poutre en acier. h : Hauteur de la poutre (solive) en acier. ε : Coefficient de réduction élastique de l’acier. χ : Coefficient de réduction du flambement. N : Effort normal. lf : Longueur de flambement. v i : Distance de l’axe neutre à la fibre inférieur de la poutre. . λ : Elancement. B : Aire de la section du béton seul. σ : Contrainte. passant par son centre de gravité. A : Aire de la section de la poutre en acier. t : épaisseur de la dalle en béton. d : Distance de l’axe neutre au centre de gravité de la poutre en acier. b : Largeur de la dalle collaborante. I : Moment d’inertie de la section totale rendue homogène. γM0: Coefficient de sécurité partiel (=1. passant par son centre de gravité. par rapport à l’axe y. par rapport à un axe perpendiculaire au plan de flexion. I B : Moment d’inertie de la section du béton seul. I A : Moment d’inertie de la poutre en acier. v s : Distance de l’axe neutre à la fibre supérieure de la dalle. S : Aire de la section totale rendue homogène.

metal construction. The composite floor.)057 ‫ ٌأجً فً اَخر دراسة جًٍع أشكال انذيج و دراسة األسس‬. par la méthode statique équivalente. Vient enfin le calcul des différents assemblages nécessaires ainsi que le calcul des fondations. a été entamée afin de vérifier la stabilité de la structure. The thesis was completed with a conclusion.‫ٌُحهً انًشروع بخاجًة‬. Keywords: Study of building. Le mémoire a été achevé par une conclusion. construction métallique. After the presentation of the project.‫سى) جى دراسحها‬21( ‫ براغً و أرضٍة يٍ انصهب‬.Apres la présentation de l’ouvrage. by equivalent static method. seismic study. The seismic study. composed of a sheet rib (Hi-Bond 55-750).‫ دراسة بُاء‬:‫كهًات انبذث‬ . L’étude sismique. the various charges and surcharges that must support structure were determined for the sizing of the bearing elements.‫انًُاسبة جى اسحعًانها نهحذقق يٍ اسحقرارٌة انهٍكم‬ . de goujons et d’une dalle en béton (12cm) a été ensuite étudiée.Résumé : Ce projet consiste à étudier un bâtiment à ossature métallique et à usage administratif (R+3). composé d’une tôle nervuré (Hi-Bond 55-750). étude parasismique. Summary: This project is to study a steel frame building used for administrative purposes (R+3) for the company cements ZAHANA (SCIZ).‫انعُاصر انذايهة انحً ٌجب أٌ ٌعحًذ عهٍها انهٍكم‬ ‫ دراسة انًفحرضات انسنسانٍة دسب انطرٌقة انسكىٍَة‬. pour la société des ciments de ZAHANA(SCIZ).‫ اإلَشاءات انًعذٍَة‬. ‫ دراسة انسالزل‬،‫ انثهج وانرٌاح‬. was initiated to verify the stability of the structure. ‫بسهاَة جحضًٍ بعذ جقذٌى عاو نهًبُى انًقحرح يشروعه‬ -55 ‫بىَذ‬-ً‫انًحكىَة يٍ نىدة يضهعة (ه‬. studs and a concrete floor (12 cm) were then investigated. :‫ملخص‬ ‫ٌذحىي هذا انًشروع عهى دراسة بُاء قائى عهى هٍكم دذٌذي رات اسحعًال إداري نصانخ شركث االسًُث انكائُة‬ ‫ جى جشخٍص انثقم و انثقم انسائذ نحقٍس و نحذجٍى‬. MASCARA. neige et vent. snow and wind.Le plancher mixte. Has finally calculate the various assemblies and the necessary foundation design. MASCARA.‫األرضٍة انًركبة‬. les différentes charges et surcharges que la structure doit supporter ont été déterminéspour le dimensionnement de ses éléments porteurs. Mot clés :Etude de bâtiment.

Introduction :
L’acier est l’un des principaux matériaux structurels au monde. Il est employé dans
pratiquement tous les secteurs: le BTP, l’automobile, l’ingénierie mécanique, la construction
navale…etc. tout projet seraient impensables sans acier. En d’autres termes, l’acier est la
base-même du niveau de vie élevé dont bénéficie le monde aujourd’hui.
Arrivé au terme du master de génie civil, on se doit de présenter un mémoire de fin d’étude,
qui est le reflet de tout le savoir acquis durant la formation de master. C’est aussi une idée
générale sur le métier et la vie d’ingénieur, qui permet de prendre connaissance des difficultés
et des défis rencontrés chaque jour.
Le projet à étudier est un bâtiment à usage d’administration en charpente métallique, pour le
compte de la société des ciments de ZAHANA (SCIZ). Le but étant d’être confronté à un
projet réel, l’application des informations acquises durant la formation, ainsi que l’utilisation
des documents techniques et des lois régissant la conception et le calcul des structures
métalliques.

11

H.Y.Trigui

Chapitre 1 : Généralités

Chapitre 1
Généralités

12

H.Y.Trigui

Chapitre 1 : Généralités

1-Présentation du projet :
 Le projet et un bâtiment à usage administratif en charpente métallique.
 Le bâtiment occupe une assiette de : 420 m² avec une hauteur de 15.00 m, il est
composé d’un rez-de-chaussée et de trois niveaux recevant les espaces administratifs.
 Le remplissage des portiques extérieurs est en maçonnerie de brique et enduit ciment.
 Les dalles sont en plancher collaborant de 12cm.
 La terrasse inaccessible est constituée d’un plancher collaborant de 12cm d’épaisseur,
et un système d’étanchéité.
2-Caractéristiques géométriques de la structure :
Les caractéristiques géométriques de la structure sont les suivantes :



Largeur Ly=14.29m
Longueur Lx=30.3m
Hauteur H=14.96m
Hauteur d’étage Hn=3.60m

Figure (1.1) : Présentation de la structure.

13

H.BC.2.2. DTR.6= 2. Module de cisaillement G = 8. Ces caractéristiques sont :      Résistance limite d’élasticité fe = 235 MPa.Y. 4-3-Acier de ferraillage :  Pour le ferraillage des planchers on a utilisé des treillis soudés.06 fc28 +0. Module d’élasticité : E =14000 N/ mm2. Module d’élasticité longitudinal E = 210000 MPa.BC. une tête hexagonale et un écrou en acier à très haute résistance.2.2 « Charges permanentes et charges d’exploitations ». 4-2-Béton armé: Le béton est constitué de sable. pour notre cas on a utilisé les boulons de haute résistance (HR) classe 10.3. Poids volumiques ρ = 7850 Kg/m3. gravier et d’eau. 4-Présentation des matériaux : 4-1-L’acier : Pour la réalisation de notre structure on a utilisé des aciers de construction laminés à chaud.48 Règles Parasismiques ALGERIENNES « RPA99/ VERSION 2003 ». ciment.1 104 MPa. BAEL91 : Calcul des Structures en béton. DTR.Trigui Chapitre 1 : Généralités 3-Règlements utilisés :      DTR. Coefficient de Poisson : ν = 0.9 pour les assemblages rigides des portiques auto stable Les boulons HR comprennent une tige filetée. DTR. 14 .47 Règlement Neige et Vent « RNV 99 ».  Pour le ferraillage des fondations on a utilisé des barres d’acier HA de nuance FeE400 5-Les assemblages: Les principaux modes d’assemblages sont : 5-1-Le boulonnage : Le boulonnage et le moyen d’assemblage le plus utilisé en construction métallique du fait de sa facilité de mise en œuvre et des possibilités de réglage qu’il ménage sur site.1 MPa Poids volumique : ρ =2500 Kg/ m3.44 Règles de conception des Structures en aciers « CCM97 ».2. La nuance d’acier utilisée est le S235JR.BC.BC. il utilisée pour toute structure de bâtiment. Sa composition diffère selon la résistance voulue Ces caractéristiques sont :     La résistance caractéristique à la compression : fc28 = 25 MPa La résistance caractéristique à la traction : ft28=0.

15 . ce dernier sert de liant entre les deux pièces à assembler.Y.Trigui Chapitre 1 : Généralités 5-2.H.Le soudage : Le soudage est une opération qui consiste à joindre deux parties d’un même matériau avec un cordon de soudure constitué d’un métal d’apport.

H.Y.Trigui Chapitre 2 : Charges et surcharges Chapitre 2 Charges et surcharges 16 .

2-Charges d’exploitations et charges permanentes : 2-1-Plancher terrasse : Composants Poids volumique (KN/m³) Epaisseur (m) G (KN/m²) Gravillon 17 0.4 0.13 Etanchéité multicouche / / 0.05 0.Y.H.85 Isolation en polystyrène 0.40 Charges d’exploitations 1.1) : Composition du plancher terrasse.6*0. sa position géographique et les matériaux utilisés.Trigui Chapitre 2 : Charges et surcharges 1-Introduction : Dans ce deuxième chapitre on déterminera les différentes charges que devra supporter la structure.016 Forme de pente 22 0.013 0.04 0.12 TOTAL 5.5 Tableau (2.06*25 = 1.09 Faux plafond en plâtre 10 0.08 2 Tôle HI-bond 55-750 / / 0. 17 .1) : Charges pour plancher terrasse.5 KN/m Figure (2.06 m² Paccro = 0.2 Dalle en béton 25 0. ces charges varient selon l’utilisation de l’ouvrage.10 2. En plus des charges citées ci-dessus nous avons le poids de l’acrotère qui est égale à : S = 0.1 = 0.

08 2 Faux plafond 10 0.02 0.5 Tableau (2. 18 .13 Tôle HI-bond 55-750 / / 0.2) : Charges pour plancher courant Figure (2.2) : Composition d’un plancher mixte.20 Charges d’exploitations 2.H.36 Dalle en béton 25 0.98 Total 6.Y.09 Cloisons légères / / 1 Mur double paroi / / 1.02 0.013 0.2 Mortier de pose 22 0.44 Lit de sable 18 0.Trigui Chapitre 2 : Charges et surcharges 2-2-Plancher courant: Composants Poids volumique (KN/m³) Epaisseur (m) G (KN/m²) Revêtement de sol / / 0.

Sens V1 : Façade latérale.Trigui Chapitre 2 : Charges et surcharges 3-Charges climatiques : 3-1-La neige : Calcul de la charge de neige : La charge caractéristique de neige : S = µ Sk KN/m² Coefficient de forme de toiture : µ = 0. 3-2-1-Principes du RNV99 :  Le règlement impose d’étudier le vent dans toutes les parois de la structure.176 KN/m² S=0.176 KN/m² 3-2-Le vent : Le vent est par nature turbulent et ses effets le sont aussi.Y. zone B. Le but du calcul de la pression du vent et d’évaluer l’intensité des pressions agissant sur la structure.22 KN/m² S = 0.  Le bâtiment à étudier est de forme rectangulaire donc l’étude se fera sur deux parois. Sens V1 19 . Influence de l’altitude : La valeur Sk est déterminée par les lois de variation suivant l’altitude H (m) du site considéré par rapport au niveau de la mer H = 300 m = 0. en termes de pressions ou de forces aérodynamiques et donc de sollicitations ou de réponses des structures.22 = 0.8 Le bâtiment se situe à la cimenterie de Zahana. wilaya de Mascara.H.8 * 0.

8 Tableau (2.Trigui Chapitre 2 : Charges et surcharges Sens V2 : Façade principale. Sens V2  Notre bâtiment est classé en catégorie 1.3) : Valeurs de la pression dynamique de référence. -Le coefficient dynamique Cd : Il est déterminé à l’aide des abaques 3-1 à 3-7 du rnv99 Pour les bâtiments à structure métallique on utilise l’abaque 3-2. -Zmin : hauteur minimale. ε 0.3 0. -ε : coefficient utilisé pour le calcul du coefficient Cd.H. -qtemp (N/m²) : pression de référence pour les constructions temporaires (durée d’utilisation inférieur à 5ans). -Catégories de terrain : Catégorie de terrain Kt Z0 (m) Zmin (m) 3 Zones industrielles 0. Données relatives au site : Mascara se trouve en zone 1.22 0.4) : Définition des catégories de terrain. Zone qref N/m² qtemp N/m² 1 375 270 Tableau (2.37 -Kt : Facteur de terrain. 20 . Avec : -qref (N/m²) : Pression dynamique de référence pour les constructions permanentes (durée d’utilisation supérieur à 5ans). -Z0 : paramètre de rugosité. Cd est donné en fonction de : -B (m) qui désigne la dimension horizontale perpendiculaire à la direction du vent prise à la base de la construction.Y.

Trigui Chapitre 2 : Charges et surcharges -H (m) qui désigne la hauteur totale de la construction.95 Sens V2 : h=14.96m b=14.96m b=30.29m → Cd=0.93 3-2-2-2-Coefficient de rugosité Cr(Z) : ( ) ( ) 21 .3m → Cd=0. -La pression du vent est donnée par la formule suivante : -Pression dynamique qdyn(Zj) : Ce : coefficient d’exposition au vent -Coefficient d’exposition au vent : Notre structure est considéré peu sensible aux vibrations ( ) -Coefficient de rugosité Cr(z) : ( ( ) ) 3-2-2-Calculs : 3-2-2-1-Déterminations du Cd : Sens V1 : h=14. -Coefficient de topographie : Site plat Ct=1.H.Y.

5) : Coefficient de rugosité. 3-2-2-3-Coefficient d’exposition au vent Ce(Z) : ( ) / Zj(m) Cr(Zj) Ce(Z) RDC 1.687 3 12. 22 .72 1.6 0.6 0.6 0.72 RDC 1.125 1 5.125 1 610.8 0.6) : Coefficient d’exposition au vent.3) : Pression dynamique sur la paroi verticale.935 725.82 3 Tableau (2.8 5.72 1 9 0.7) : La pression dynamique.72 1.687 632.8 0.82 1. 725.4 0.74 1.935 Tableau (2.125 RDC Figure (2.625 2 610. 3-2-2-4-La pression dynamique qdyn : / Zj(m) Cr(Zj) Ce(Z) qdyn(Zj) N/m² RDC 1.4 0.Y.Trigui Chapitre 2 : Charges et surcharges / Zj(m) Cr(Zj) 0.74 1.627 2 9 0.4 0.72 1.74 2 12.72 1.625 3 632.125 2 9 0.627 1 5.627 610.627 610.625 Tableau (2.82 1.H.625 3 12.

7 -1.29m h = 14.1 Cpe. Sens V1 : b = 14.10 D Cpe. structure avec cloison intérieur on a deux valeurs : Cpi = +0.10 Cpe.2 -1.8 -2.8 -1.Trigui Chapitre 2 : Charges et surcharges 3-2-2-5-Coefficient de pression intérieure : Dans notre cas.1 -1.H.29.0 -0.0 -0.2 ± 0.5 Cpe.3 -0.6 -0.1 -1.10 Cpe.8 -0.10 Cpe.2 Arêtes vives Avec G Cpe.7 -1.4 -2.1 E Cpe.8 -1.Y.1 Cpe.10 Cpe.8 -0.5 3-2-2-6-Coefficients de pression extérieure : Notre structure à une hauteur supérieure à 10 m donc : S (m²) désigne la surface chargée de la paroi considéré.1 Cpe.1 -1.8 et Cpi = -0. 2(14.7 -1.8) : Cpe pour les parois verticales des bâtiments à base rectangulaire.1 Tableau (2.10 Cpe.36m d = 30.1 +0. 2h) = (14. B’ A C Cpe.6 -2.2 ±0.8 1.2 hp/h=0.025 -1.4 -0.1 -0. Zones F acrotères H I Cpe.2 -2.0 -0.29m e˂d 23 .3m e = min (b.2 ± 0.05 -1.10 Cpe.2 ± 0.7 -1.9 -1.10 Cpe.2 -1.36)) = 14.9) : Coefficient de pression intérieur pour les toitures plates.2 hp/h=0.10 Cpe.5 -1.10 -1.2 hp/h=0. B.0 -1.0 Cpe.3 Tableau (2.

6 -0.36 = 0.2 e/2 = 14.8 0.8 -0.3.5 0 1. 2h) = min (30. 2(14.8 -0.10) : Coefficient de pression pour la paroi vertical.3 0.Y.041 e/4 = 3.5 -1.29m Cpe Cpi1 Cpi2 Cpe-Cpi1 Cpe-Cpi2 A -1 0.3m h = 14.572m e/4 = 3.36)) = 28.3 e/5 = 2.5 -1.5 -1.4 F 1.8 -0.3 C -0.4 F -0.9 G -1.5 La toiture est divisée comme indiquée : hp/h = 0.1 0.72m d˂e 24 .7 +0.8 0.29m +0.8 E D A B -1 -0. Sens V2: b = 30.5 -1.5 0.572m -1.Trigui Chapitre 2 : Charges et surcharges La paroi est divisée comme indiquée: e = 14.858m C A B C h -0.3 0 D 0.3 E -0.8 -0.5 B -0.36m d = 14.8 -0.2 Tableau (2.8 -0.6/14.H.429m = e/10 H I -0.8 -0.29m e = min (b.

5 -1.9 0.3 E -0.8 La toiture est divisée comme indiquée : e/4 = 7.8 -0.8 0.5 -1. Cpe Cpi1 Cpi2 Cpe-Cpi1 Cpe-Cpi2 F -1.3 D 0.7 Tableau (2.6 -0.8 -0.8 0.5 -0.2 e /2 = 5.2 Tableau (2.8 -0.4 0.9 G -0.5 -1.4 H I F 2.11) : Coefficient de pression pour la paroi vertical.18m e/5 =5.2 0.5 B’ -0.5 -2.2 I ±0.5 -1.7 -0.744m Cpe Cpi1 Cpi2 Cpe-Cpi1 Cpe-Cpi2 A’ -1 0.1 0.7 0.18m A’ B’ -1 e/4 = 7.5 -0.5 0 1.8 -0.8 E D -0.36 = 0.Trigui Chapitre 2 : Charges et surcharges La paroi est divisée comme indiquée: +0.6 0.2 -0.8 -0.9 G -1. 25 .744m hp/h = 0.Y.6/14.H.4 H -0.4 F -0.8 -0.3 0.3 A’ B’ h -0.8 -0.041 -1.8 -0.5 -1.872m = e/10 -0.8 -0.7 +0.12) : Coefficient de pression pour la toiture.

01 -137.125 0 1.125 -1.95 610.14 E 0.95 610.4 -1171.50 E 0.625 -1.95 725.1 0.625 -2.39 -173.625 -1.59 -180.95 610.3 0 -753.81 -344.625 -1.50 E 0.09 120.3 0 753.54 26 .95 610.29 0 D 0.H.92 A 0.95 725.2 -661.125 0 1.3 0 -781.60 482.31 -289.95 725.625 -1.3 -927.6 -0.625 -0.95 632.95 610.95 632.2 -1034.40 G 0.50 0 C D 0.13) : Pression due au vent.625 -1.125 -1.125 -1.1 0.6 -0.3 -927.86 I 0.67 B 0.6 -0.1 0.7 -413.7 -0.625 -1.6 -0.95 632.40 0 D 0.88 C 0.Y.95 610.95 632.8 -0.39 -173.8 -0.49 B 0.95 725.95 725.95 725.88 -275.92 A 0. paroi.625 0 1.625 -1.95 -206.80 R B 0.50 0 D 0.95 725.5 -0.625 -1.80 C 0.73 H 0.625 0 1.5 -1043.95 610.29 E 0.1 0.86 1 2 3 Tableau (2.5 -1240.2 -637. -Sens (V1 toiture) : Cd qdyn Cp1 Cp2 (N/m²) qj1 qj2 (N/m²) (N/m²) F 0.58 115.125 -1.95 610.8 -0.95 725.2 -637.95 610.31 -289.Trigui Chapitre 2 : Charges et surcharges 3-2-2-7-Déterminations de la pression due au vent qj : -Sens V1 (paroi) : Cd qdyn Cp1 Cp2 (N/m²) qj1 qj2 (N/m²) (N/m²) A 0.125 -1.29 C 0.88 D C 0.27 137.2 -0.3 0 -896.3 0 896.3 -1102.6 0.19 A 0.2 -758.80 B 0.95 725.3 0 -753.125 -1.8 -0.58 115.625 -1.78 -300.55 -620.95 610.95 632.3 0 753.625 -1.5 -1081.3 -961.125 -1.9 -1516.125 -1.5 -1043.3 0 781.

125 0 1.3 -941.17 Tableau (2.93 610.625 -1.93 610.6 0.3 0 742.8 -0.125 -1.3 -907.625 -1.2 -0.93 725.15) : Pression due au vent.125 -1.5 -1021.625 0 1.4 -1147.7 -404.625 -1.6 -0.93 632.15 113.625 -1.8 -0.48 A’ 0.93 632.31 134.70 R B’ 0.H.93 610.44 D 0.625 -1.5 -0.2 -742.3 -1079.3 0 E 0.93 632.16) : pression due au vent terrasse.2 -624.625 -1.93 610.17 117.69 -337.625 -0.48 A’ 0.93 725.3 -907.66 A’ 0.22 D D 0.93 725.21 -269.38 Tableau (2.Trigui Chapitre 2 : Charges et surcharges Tableau (2.93 725.93 725.86 -170.15 113.62 -607.64 E 0.625 -1.1 0.93 610.34 -176.5 -1021.73 -202.70 B’ 0. -Sens (V2 toiture) : Cd qdyn Cp1 Cp2 (N/m²) qj1 qj2 (N/m²) (N/m²) F 0.125 -1.1 0.14) : Pression due au vent.9 -1484.34 -283.64 C E 0.8 -0.96 I 0.6 -0.625 -1.125 -1.93 725.17 B’ 0.34 -283.3 0 737.34 G 0.93 725.125 -1.8 -0.86 -170.50 D 0.625 -2.125 0 1.93 632.93 610.625 0 1.5 -1059.93 H 0.93 725.2 -624.24 -134. paroi.1 0.41 B’ 0. 27 .01 -294.6 -0.125 -1.93 610. terrasse.1 0.31 E 0.5 -1214. -Sens V2 (paroi) : Cd qdyn (N/m²) Cp1 Cp2 qj1 qj2 (N/m²) (N/m²) A’ 0.2 -647.7 -0.Y.89 472.22 D 0.3 0 737.2 -1012.93 610.6 -0.96 1 2 3 647.

36 = 2. 4-Conclusion : Dans ce chapitre nous avons déterminé les différentes charges qui seront appliquées à la structure qu’on appliquera dans le chapitre suivant qui est le dimensionnement des éléments de la structure. 28 .29 = 2.3/14.Y.47˂ 3 d/h = 14.11˂3 Sens V2 : d/b = 14.3/14.29/30.36 = 0.29/14.12˂3 d/h = 30.Trigui Chapitre 2 : Charges et surcharges 3-2-2-8-Vérification aux frottements : Sens V1 : d/b = 30.H.3 = 0.99˂3 Il n’y a pas de force de frottement sur les parois.

H.Y.Trigui Chapitre 3 : Dimensionnement Chapitre 3 Dimensionnement des éléments de la structure 29 .

30 .Y.  Les exigences relatives à la protection contre le feu sont en dehors de cet objet.  Il ne traite pas directement de l’exécution des travaux de construction en acier. mais avec une capacité de rotation limitée. Classe 3 : Sections transversales dont la contrainte calculée dans la fibre extrême comprimée de l’élément en acier peut atteindre la limite d’élasticité.  Le règlement ne définit que les exigences relatives à la résistance mécanique.H.Trigui Chapitre 3 : Dimensionnement 1-Introduction : Dans ce chapitre on va faire un dimensionnement des éléments de façon à avoir une approximation des éléments composants la structure.  Il a pour objet de la codification du dimensionnement par le calcul et les vérifications des structures de bâtiments à ossature en acier. qui seront vérifié lors des chapitres suivants et verront leurs dimensions augmentés ou diminués.  D’autres exigences telles l’isolation phonique et thermique ne font pas l’objet de ce règlement. à l’aptitude au service et à la durabilité des structures. rotation Classe 2 : Sections transversales pouvant développer un moment de résistance plastique. 2-Classification des sections : Quatre classes de sections transversales sont définies : Classe 1 : Sections transversales pouvant former une rotule plastique avec la capacité de requise pour une analyse plastique. 3-Principes du règlement CCM97 : Les calculs se font sur la base du règlement DTR.BC.2.44 (CCM97). mais dont le voilement local est susceptible d’empêcher le développement du moment de résistance plastique. il s’agit de leurs versions approuvée et mise en vigueur officiellement. Classe 4 : Sections transversales dont la résistance au moment fléchissant ou à la compression doit être déterminée avec prise en compte explicite des effets de voilement local.  Le règlement présent fait référence à d’autres normes et règlements techniques.  Il ne traite pas des exigences relatives à la sécurité parasismique.

H. 2.Trigui Chapitre 3 : Dimensionnement 4-Principes de calcul : 4-1-Vérification de la condition de flèche : f max  f 4-2-Vérification de la condition de résistance : 4-3-Vérification au cisaillement : 4-4-Valeurs limites des flèches : Conditions (flèche dans l’état final) Toiture en générale L/200 Toiture supportant des personnels Autres que les personnels d’entretient L/250 Planchers en général L/250 Planchers et toitures supportant des cloisons en plâtre ou en autres matériaux fragiles ou rigides L/250 Planchers supportant des poteaux (à moins que la flèche ait été incluse dans l’analyse globale de l’état Limite ultime L/400 Cas où V max peut nuire à l’aspect du bâtiment L/250 Tableau (3. 4-5-Coefficient partiels de sécurité : Le coefficient partiel de sécurité doit être pris égal aux valeurs suivantes : (chap5-5.1): Valeurs limites des flèches.35G + 1.0. 3) → Section de classe 4 → Section nette au droit des trous → Cas des états limites ultimes des éléments → 4-6-Sollicitation de calcul : Etat limite ultime : 1.1)     Section de classe (1.5Q Etat limite de service : G + Q 31 .Y.

361 KN/m La charge sera : q=qu+1.10⁴ cm⁴ 5-2-2-Vérification de la résistance : On ajoute le poids propre du profilé choisit Pp=36.Y.96m 1.Trigui Chapitre 3 : Dimensionnement 5-Dimensionnement : 5-1-Distance entre solives : Solive La longueur de la poutre et de 5.94 13.26≤103.96m Poutre principale La longueur de la solive est L=6m Figure (3.10⁴ Tableau (3.H.17 KN/m 86.1): Entre-axe des solives.33Pp →q=19.4 →CV 5-2-3-Vérification au cisaillement : Av= A-2b tf+ (tw+2r) tf Av=1. 5-2-Solive de plancher terrasse : 5-2-1-Condition de flèche : G (KN/m) Q (KN/m) ELS (KN/m) ELU (KN/m) Iy (cm⁴) 10.9m Lsolive =5.2): Evaluation de l’inertie.462m² 32 . On prend IPE270 →Iy=5790.58 2.9/3=1.52 18.69 4526.1 Kg/m = 0.

05 23.2 Kg/m = 0.H.75 5708.422 KN/m La charge sera : q=qu+1. On prend IPE300 →Iy=8356.26 KN.24 KN/m0 109.sd= 86.33Pp →q=24.rd 57.6 KN.08≤134.3): Evaluation de l’inertie.51≤ 90.51 ≤180.15 4.024 →CV 5-2-5-Vérification du déversement pour : IPE270 Mb.16 →CV 5-2-4-Vérification de la condition de flèche: q=qser + Pp=13.sd →CV.32 →CV Le moment résistant dépend aussi des efforts appliqués : Vsd≤0.rd >My.019≤0.m Mb.88KN/m 0.24 →CV 5-3-3-Vérification au cisaillement : Av= A-2b tf+ (tw+2r) tf 33 . Solive plancher terrasse IPE270 5-3-Solive de plancher courant : 5-3-1-Condition de flèche : G (KN/m) Q (KN/m) ELS (KN/m) ELU (KN/m) Iy (cm⁴) 12.10⁴ cm⁴ 5-3-2-Vérification de la résistance : On ajoute le poids propre du profilé choisit Pp=42.Y.Trigui Chapitre 3 : Dimensionnement 57.rd= 617.10⁴ Tableau (3.m My.9 17.5 Vpl.

9m Charges des solives :Gsol=(Pp/entre axe)*nb de solives Gsol=0.36 KN/m² 5-4-1-Condition de flèche : G (KN/m) Q (KN/m) ELS (KN/m) ELU (KN/m) Iy (cm⁴) 34.4): Evaluation de l’inertie.H. On prend IPE400 →Iy=23130.3 Kg/m = 0.663 KN/m La charge sera : q=qu+1.rd= 584.72≤218.08 KN.10⁴ cm⁴ 5-4-2-Vérification de la résistance : On ajoute le poids propre du profilé choisit Pp=66. Solive plancher courant IPE300 5-4-Poutre de plancher terrasse : La longueur de la poutre et de 5.rd >My.5 Vpl.56 9 43.04 KN/m 34 .72≤ 109.15 13860.10⁴ Tableau (3.79 KN.Y.sd= 109.016≤0.88KN/m 0.68 →CV Le moment résistant dépend aussi des efforts appliqués : Vsd≤0.sd →CV.rd 72.737m² 72.024 →CV 5-3-5-Vérification du déversement pour : IPE300 Mb.m My.m Mb.Trigui Chapitre 3 : Dimensionnement Av=1.34 →CV 5-3-4-Vérification de la condition de flèche: q=qser + Pp=13.56 60.33Pp →q=61.

Poutre terrasse IPE400 5-5-Poutre de plancher courant : 5-5-1-Condition de flèche : G (KN/m) Q (KN/m) ELS (KN/m) ELU (KN/m) Iy (cm⁴) 37.10⁴ Tableau (3.rd >My.21 →CV 5-4-4-Vérification de la condition de flèche: q=qser + Pp=13.62 KN.m My.43 →CV Le moment résistant dépend aussi des efforts appliqués : Vsd≤0.m Mb.Y.sd →CV.906m² 180.rd 180. On prend IPE450 →Iy=33740.06≤368.10⁴ cm⁴ 5-5-2-Vérification de la résistance : On ajoute le poids propre du profilé choisit 35 .88KN/m 0.Trigui Chapitre 3 : Dimensionnement 265.rd= 545.72 16618.62≤279.22 →CV 5-4-3-Vérification au cisaillement : Av= A-2b tf+ (tw+2r) tf Av=2.0236 →CV 5-4-5-Vérification du déversement pour : IPE400 Mb.2 72.H.5): Evaluation de l’inertie.06≤ 184.sd= 265.2 15 52.5 Vpl.019≤0.92 KN.

59≤ 441.97KN/m 0.33Pp →q=73.5 Vpl.H.Y.0236 →CV 5-5-5-Vérification du déversement pour : IPE450 Avec : =1 section de classe 1 Est le facteur de réduction pour le déversement. ̅ = ̅̅̅̅ χ = χlt ̅̅̅̅ √ C1 : facteur dépendant des conditions de charges et d’encastrement.60 →CV 5-5-3-Vérification au cisaillement : Av= A-2b tf+ (tw+2r) tf Av=3.69→CV Le moment résistant dépend aussi des efforts appliqués : Vsd≤0.rd 217.Trigui Chapitre 3 : Dimensionnement Pp=77.6 Kg/m = 0.84 →CV 5-5-4-Vérification de la condition de flèche: q=qser + Pp=52.08 104 N/cm2 36 .98≤363.59≤ 220. G= E/2(1+ν) = 8.581m² 217.776 KN/m La charge sera : q=qu+1.011≤0.76 KN/m 320.

sd= 320.Y.10⁴ Tableau (3.27≤159.m Mb. Iz : Moment d’inertie de flexion suivant l’axe de faible inertie.95 KN/m 130.14 6813. Poutre étage courant IPE450 5-6-Sablière de plancher terrasse : 5-6-1-Condition de flèche : G (KN/m) Q (KN/m) ELS (KN/m) ELU (KN/m) Iy (cm⁴) 15.98 KN.603 KN/m La charge sera : q=qu+1.425 20. Iw : Moment d’inertie de gauchissement.rd >My.m Avec : My. On prend HEA240 →Iy=7763. ̅̅̅̅ ̅̅̅̅ ̅̅̅̅ Donc : Mb.07 →CV 5-6-3-Vérification au cisaillement : 37 .3 Kg/m = 0.33Pp →q=28.H.6): Evaluation de l’inertie.35 28.rd= 543.Trigui Chapitre 3 : Dimensionnement It : Moment d’inertie de torsion.93 4.78 KN.sd →CV.10⁴ cm⁴ 5-6-2-Vérification de la résistance : On ajoute le poids propre du profilé choisit Pp=60.

2 Kg/m = 0.33Pp →q=36.sd= 130.Y.10⁴ cm⁴ 5-7-2-Vérification de la résistance : On ajoute le poids propre du profilé choisit Pp=68.27 →CV 5-6-4-Vérification de la condition de flèche: q=qser + Pp=20.H.7): Evaluation de l’inertie.94≤196.682 KN/m La charge sera : q=qu+1.75 8591.m Mb.rd= 248.021≤0. Sablière plancher terrasse HEA240 5-7-Sablière de plancher courant : 5-7-1-Condition de flèche : G (KN/m) Q (KN/m) ELS (KN/m) ELU (KN/m) Iy (cm⁴) 18.10⁴ Tableau (3.85≤ 178.5 Vpl.sd →CV.m My.375 25.55→CV Le moment résistant dépend aussi des efforts appliqués : Vsd≤0.rd >My.50 →CV 38 .85≤ 89.953KN/m 0.326m² 86.rd 86.45 KN.27 KN.29 7.Trigui Chapitre 3 : Dimensionnement Av= A-2b tf+ (tw+2r) tf Av=1. On prend HEA260 →Iy=10450.024 →CV 5-6-5-Vérification du déversement pour : HEA240 Mb.67 KN/m 165.66 35.

Y.5 Gpoutre (KN) Terras couran se t 6.m My.679 Tableau (3.06 →CV 5-7-4-Vérification de la condition de flèche: q=qser + Pp=26.01≤ 121. 39 .01≤ 242.12→CV Le moment résistant dépend aussi des efforts appliqués : Vsd≤0.66 23.5 Vpl.Trigui Chapitre 3 : Dimensionnement 5-7-3-Vérification au cisaillement : Av= A-2b tf+ (tw+2r) tf Av=1. 5-8-1-Les charges reprises par le poteau : G (KN) terrass courant e 5.8): Charges reprise par le poteau.020≤0. Les poteaux sont soumis à la compression.rd >My.34KN/m 0.42 18.m Mb. Sablière plancher courant HEA260 5-8-Poteau RDC le plus sollicité : Les poteaux sont des éléments verticaux qui supportent les charges et les transmettent aux fondations.H.66 Q (KN) Terras couran se t 1.rd= 218.64KN.5 7.94 KN. On propose le HEA300.486m² 110.024 →CV 5-7-5-Vérification du déversement pour : HEA260 Mb.rd 110.sd= 165.39 Gpoteau(KN) / 12.sd →CV.

1274 = 14.7 KN Nsdy= 1174.8m λ = 1.2): Surface reprise par le poteau le plus sollicité.5Q G= (Gter + Gcour*3)*S + Gpoteau + Gpoutre G= 626.H. 2. 3 ̅ √ √ →ε=1 →λk = 93.Y.9 ̅ λ = Lf/i avec Lf= L/2 (encastré-encastré) Lf= 3.95m Figure (3.3m² 5-8-3-Calcul du moment sollicitant : Nsdy= 1.86 KN Q= (Qter + Qcour*3)*S Q= 218.31 KN 5-8-4-Condition de résistance: Nsdy ≤ Ncrdy Pour les classes 1.Trigui Chapitre 3 : Dimensionnement 5-8-2-La surface reprise par le poteau : 1.35G + 1. S=24.8/0.6/2 = 1.1m 3m 3m 2.12 ̅ 40 .

Le Poteau HEA300 est retenu 5-9-Escalier : Figure (3.7 3. 89 KN Nsd ≤ Ncrdy → Vérifier.23 2.Trigui Chapitre 3 : Dimensionnement H/B= 290/300 = 0.2 tf= 12. courbe de flambement b → χ= 0.H.96≤1.08 0. 41 .5≤100mm → axe de flambement y-y.5 Tableau (3.85. 2042.09 2 0.02 / TOTAL Charges d’exploitations Poids (KN/m²) 0.3) : les escaliers 5-9-1-Evaluation des charges : Composants du palier Tôle Hi-bond 55-750 Dalle en béton Mortier de pose Revêtement en granite Epaisseur (m) / 0.Y.9): Evaluation des charges du palier.44 0.

125m 3.15m Figure (3.44 0.H.5 Tableau (3.Trigui Chapitre 3 : Dimensionnement Composants de la volée Garde-corps métallique Tôle striée Mortier de pose Revêtement en granite Epaisseur (m) / / 0. n=H/2h → n=360/2(17) = 10. 5-9-2-1-Nombre de marches : D’après la formule de BLONDEL on obtient : Formule de Blondel 59cm ≤ (g+2h) ≤ 66cm h= 14 à 20cm g= 30cm he= 3.Y.50m 1.60m 14. 42 .10): Evaluation des charges de la volée.45 0.02 / TOTAL Charges d’exploitations Poids (KN/m²) 0. 5-9-2-Dimensions des escaliers : 1. n’=n-1 → n= 10-1 → n=9 nombre de marches.24m 1.58 →n=10 contre marches.25m 2.7 2.6 0.19 2.125m 0.5 ≤ h ≤ 18cm → pour h= 17cm on a 10marches par volée.4): Dimensions des escaliers.

tanα =180/270 = 0.0025≤0.045 →CV 5-9-3-2-Vérification de la résistance : Msd ≤ Mrd Notre profilé est de classe 3 0.4 + Pp = 1.H. On prend L*40*40*4 Iy=5. 5-9-3-1-Condition de flèche : G(0.10⁴ mm⁴ Vérification de la flèche : qser= 1.657 0.75 1.69° 5-9-2-3-Longueur du limon : L=180/sinα →L= 3.33 →CV Cornières L*40*40*4 pour les marches.01 3.24m 5-9-3-Calculs des marches : Les marches sont fabriquées par des tôles striées et des cornières.40 2.3) (KN/m) ELS (KN/m) ELU (KN/m) Iy (cm⁴) 0.3) (KN/m) Q(0.0242= 1.32 ≤ 0.11): Evaluation de l’inertie. 43 .011 → α = 33.Y.10 ⁷ Tableau (3.4+0.42 KN/m 0.5): Inclinaison de la volée.Trigui Chapitre 3 : Dimensionnement 5-9-2-2-Inclinaison du limon : c a α b Figure (3.43.

5-9-4-1-Condition de flèche : G(1.45 →CV UPN140 pour le limon : 5-9-5-Calcul de la poutre palière : 5-9-5-1-Condition de flèche : 44 .125/2) (KN/m) Q(1.12): Evaluation de l’inertie.10 ⁷ Tableau (3.H.21 + Pp = 3.55 + 1.10⁴ mm⁴ 5-9-4-2-Vérification de la flèche : qser= 3.Trigui Chapitre 3 : Dimensionnement 5-9-4-Calcul du limon : q2 q1 3.35*0.012≤0.40 3.76 KN/m Msd ≤ Mrd Notre profilé est de classe 1 11.38 KN/m 0.15m Figure (3.22. On prend UPN140 Iy=605.55 42.017 →CV 5-9-4-3-Vérification de la résistance : qu= 4.35Pp = 4.6): représentation du limon.21 4.81 1.125/2) (KN/m) ELS (KN/m) ELU (KN/m) Iy (cm⁴) 1.21+0.24m 1.55+(1.16= 3.Y.16)= 4.48 ≤ 18.

13): Evaluation de l’inertie.43 KN/m Msd ≤ Mrd Notre profilé est de classe 1 82. 45 .35Pp = 17.019≤0.055 Total 2.H.176 Tableau (3.77+(1.48 12. On prend HEA220 Iy=5410.Trigui Chapitre 3 : Dimensionnement G(4.56+0.09 Dale en béton 2 Revêtement en panneaux composites 0.77 + 1.39/2) (KN/m) ELS (KN/m) ELU (KN/m) Iy (cm⁴) 7.Y.08 5.93≤ 121.56 + Pp = 12.77 420.10 ⁷ Tableau (3.35*0.45 →CV HEA220 pour la poutre palière 5-10-Calcul du haut vent : Composants Poids KN/m² Tôle de coffrage 0.495)= 18.39/2) (KN/m) Q(4.05 KN/m 0.10⁴ mm⁴ 5-9-5-2-Vérification de la flèche : qser= 12.145 Charges d’exploitations (neige) 0.495= 13.14): Evaluation des charges du haut vent.024 →CV 5-9-5-3-Vérification de la résistance : qu= 17.56 17.

158= 5. sur lesquelles repose une dalle en béton.48 7.48+0. Poutres Figure (3.416 5.10 ⁷ Tableau (3.Y. On prend IPE160 Iy=869.H.07 0.10⁴ mm⁴ 5-10-2-2-Vérification de la flèche : qser= 5.15): Evaluation de l’inertie.23. 5-10-2-1-Condition de flèche : G (KN/m) Q (KN/m) ELS (KN/m) ELU (KN/m) Iy (cm⁴) 5.8): Schéma d’une poutre.3.46 65.7): Conception du haut vent.63 KN/m 46 .48 + Pp = 5.Trigui Chapitre 3 : Dimensionnement 5-10-1-Composition du haut vent : Le haut vent est composé de trois poutres en porte-à-faux. 5-10-2-Calculs des poutres : Figure (3.

rd 9.35Pp = 19.97≤ 59.97 KN/m Msd ≤ Mrd Notre profilé est de classe 1 3.5 KN/ml 5-11-2-Charges d’exploitations : P= 1 KN/ml 5-11-3-La force Fp : On détermine la force Fp agissant sur les éléments non structuraux : 47 .35*0.Trigui Chapitre 3 : Dimensionnement 0.008 →CV 5-10-2-3-Vérification de la résistance : qu= 7.H.966m² 9.158)= 7.6*0.1*25= 1.76 + 1.65+(1.5 Vpl.97≤ 119. 5-11-1-Charges permanentes : G=0.9): Dimensions de l’acrotère.84 →CV 5-11-Calcul de l’acrotère : h=10cm Fp H=60cm Figure (3.69→CV Le moment résistant dépend aussi des efforts appliqués : Vsd≤0.Y.0006≤0.98≤ 26.46 →CV 5-10-2-4-Vérification au cisaillement : Av= A-2b tf+ (tw+2r) tf Av=0.

03= 0.5 KN/ml 5-11-4-Calculs des sollicitations: MFp= H*F=0. Wp : Poids de l’élément.6*1.Trigui Chapitre 3 : Dimensionnement Fp= 4*A*Cp*Wp A : Coefficient d’accélération de zone.m ELS : M=0.1m H=0.H.5*0. Le calcul se fera en flexion simple puis en flexion composée.2 KN Wp = 1.016m Le centre de pression se trouve à l’extérieur de la section.5 KN Moment M : ELU : M=1.08 KN.8 → Fp = 1. A = 0.1MPa Fe=400MPa h=0.03 KN ELS: N=1.2=0.08/2. 48 .m 5-11-5-Calculs de l’acrotère : Fc28=25MPa Ft28=2.6 KN.35*1.m Effort N: ELU: N=1.72=1.5=2. MP)= 0.Y.72 KN.72 KN.72 KN. donc elle est partiellement comprimée.m MP= H*P=00. Cp : Facteur de forces horizontal.6m Position du centre de pression : eo=Mu/Nu= 1.25 Cp = 0.m M=max (MFp.53m h/6= 0.6*1=0.

17MPa Moment réduit : µbu=Mu/bd²fbu =0.08m b=1m fbu=0.d.521 mm As = Mu/σs.23 (b.82)=33.4α)= 79.05-(2.Z = 39.2.018˂0.1/347.85 fc28/ɣb =14.82)= 111mm² Soit Amin = 1.Y. 49 .047 mm² µbu= 0. Figure (3.21mm² 5-11-8-Condition de non fragilité : Amin ≥ 0.ft28/fed) Amin ≥ 0.23(100.8.10) : Ferraillage de l’acrotère 6-Conclusion : A la fin de ce chapitre nous sommes arrivé a déterminé les différents profilés constituant la structure et nous passons au chapitre suivant qui consiste à l’étude des planchers.03/347.012 √ =0.H.392 →A’=0 5-11-7-Calcul en flexion compose: Au=As-Nu/σs= 39.015 Zb= d(1-0.13cm² On prend 4T6 par mètre linéaire de l’acrotère.Trigui Chapitre 3 : Dimensionnement 5-11-6-Calcul en flexion simple : d=0.

H.Trigui Chapitre 3 : Dimensionnement Chapitre 3 Dimensionnement des éléments de la structure 29 .Y.

Trigui Chapitre 3 : Dimensionnement 1-Introduction : Dans ce chapitre on va faire un dimensionnement des éléments de façon à avoir une approximation des éléments composants la structure. à l’aptitude au service et à la durabilité des structures. 2-Classification des sections : Quatre classes de sections transversales sont définies : Classe 1 : Sections transversales pouvant former une rotule plastique avec la capacité de requise pour une analyse plastique. 30 . mais dont le voilement local est susceptible d’empêcher le développement du moment de résistance plastique.  Il ne traite pas directement de l’exécution des travaux de construction en acier.BC.44 (CCM97). 3-Principes du règlement CCM97 : Les calculs se font sur la base du règlement DTR.2. Classe 4 : Sections transversales dont la résistance au moment fléchissant ou à la compression doit être déterminée avec prise en compte explicite des effets de voilement local.  Les exigences relatives à la protection contre le feu sont en dehors de cet objet.  Il ne traite pas des exigences relatives à la sécurité parasismique.  Il a pour objet de la codification du dimensionnement par le calcul et les vérifications des structures de bâtiments à ossature en acier. rotation Classe 2 : Sections transversales pouvant développer un moment de résistance plastique.  Le règlement ne définit que les exigences relatives à la résistance mécanique. il s’agit de leurs versions approuvée et mise en vigueur officiellement.  Le règlement présent fait référence à d’autres normes et règlements techniques.Y.  D’autres exigences telles l’isolation phonique et thermique ne font pas l’objet de ce règlement. qui seront vérifié lors des chapitres suivants et verront leurs dimensions augmentés ou diminués. mais avec une capacité de rotation limitée. Classe 3 : Sections transversales dont la contrainte calculée dans la fibre extrême comprimée de l’élément en acier peut atteindre la limite d’élasticité.H.

H.35G + 1. 4-5-Coefficient partiels de sécurité : Le coefficient partiel de sécurité doit être pris égal aux valeurs suivantes : (chap5-5. 2.1)     Section de classe (1.Trigui Chapitre 3 : Dimensionnement 4-Principes de calcul : 4-1-Vérification de la condition de flèche : f max  f 4-2-Vérification de la condition de résistance : 4-3-Vérification au cisaillement : 4-4-Valeurs limites des flèches : Conditions (flèche dans l’état final) Toiture en générale L/200 Toiture supportant des personnels Autres que les personnels d’entretient L/250 Planchers en général L/250 Planchers et toitures supportant des cloisons en plâtre ou en autres matériaux fragiles ou rigides L/250 Planchers supportant des poteaux (à moins que la flèche ait été incluse dans l’analyse globale de l’état Limite ultime L/400 Cas où V max peut nuire à l’aspect du bâtiment L/250 Tableau (3.Y.0.5Q Etat limite de service : G + Q 31 .1): Valeurs limites des flèches. 3) → Section de classe 4 → Section nette au droit des trous → Cas des états limites ultimes des éléments → 4-6-Sollicitation de calcul : Etat limite ultime : 1.

17 KN/m 86. 5-2-Solive de plancher terrasse : 5-2-1-Condition de flèche : G (KN/m) Q (KN/m) ELS (KN/m) ELU (KN/m) Iy (cm⁴) 10.52 18.33Pp →q=19.1): Entre-axe des solives.462m² 32 .26≤103.4 →CV 5-2-3-Vérification au cisaillement : Av= A-2b tf+ (tw+2r) tf Av=1.96m Poutre principale La longueur de la solive est L=6m Figure (3.361 KN/m La charge sera : q=qu+1.10⁴ cm⁴ 5-2-2-Vérification de la résistance : On ajoute le poids propre du profilé choisit Pp=36.10⁴ Tableau (3.1 Kg/m = 0.Trigui Chapitre 3 : Dimensionnement 5-Dimensionnement : 5-1-Distance entre solives : Solive La longueur de la poutre et de 5.H. On prend IPE270 →Iy=5790.69 4526.9/3=1.2): Evaluation de l’inertie.94 13.Y.9m Lsolive =5.96m 1.58 2.

019≤0.05 23.10⁴ Tableau (3.88KN/m 0.Trigui Chapitre 3 : Dimensionnement 57.15 4.24 →CV 5-3-3-Vérification au cisaillement : Av= A-2b tf+ (tw+2r) tf Av=1.rd 57.32 →CV Le moment résistant dépend aussi des efforts appliqués : Vsd≤0.H.72≤218.2 Kg/m = 0.24 KN/m0 109.3): Evaluation de l’inertie. On prend IPE300 →Iy=8356.10⁴ cm⁴ 5-3-2-Vérification de la résistance : On ajoute le poids propre du profilé choisit Pp=42.737m² 72.33Pp →q=24.5 Vpl.rd 33 .024 →CV Solive plancher terrasse IPE270 5-3-Solive de plancher courant : 5-3-1-Condition de flèche : G (KN/m) Q (KN/m) ELS (KN/m) ELU (KN/m) Iy (cm⁴) 12.75 5708.51≤ 90.51 ≤180.68 →CV Le moment résistant dépend aussi des efforts appliqués : Vsd≤0.16 →CV 5-2-4-Vérification de la condition de flèche: q=qser + Pp=13.5 Vpl.Y.9 17.422 KN/m La charge sera : q=qu+1.08≤134.

34 →CV 5-3-4-Vérification de la condition de flèche: q=qser + Pp=13.15 13860.43 →CV Le moment résistant dépend aussi des efforts appliqués : 34 . On prend IPE400 →Iy=23130.3 Kg/m = 0.Trigui Chapitre 3 : Dimensionnement 72.62≤279.024 →CV Solive plancher courant IPE300 5-4-Poutre de plancher terrasse : La longueur de la poutre et de 5.22 →CV 5-4-3-Vérification au cisaillement : Av= A-2b tf+ (tw+2r) tf Av=2.04 KN/m 265.36 KN/m² 5-4-1-Condition de flèche : G (KN/m) Q (KN/m) ELS (KN/m) ELU (KN/m) Iy (cm⁴) 34.06≤368.H.56 60.72≤ 109.663 KN/m La charge sera : q=qu+1.016≤0.4): Evaluation de l’inertie.10⁴ Tableau (3.88KN/m 0.906m² 180.33Pp →q=61.10⁴ cm⁴ 5-4-2-Vérification de la résistance : On ajoute le poids propre du profilé choisit Pp=66.56 9 43.9m Charges des solives :Gsol=(Pp/entre axe)*nb de solives Gsol=0.Y.

0236 →CV Poutre terrasse IPE400 : 5-5-Poutre de plancher courant : 5-5-1-Condition de flèche : G (KN/m) Q (KN/m) ELS (KN/m) ELU (KN/m) Iy (cm⁴) 37.rd 217.H.10⁴ Tableau (3.2 15 52.06≤ 184.5 Vpl.6 Kg/m = 0.776 KN/m La charge sera : q=qu+1.98≤363.72 16618.69→CV Le moment résistant dépend aussi des efforts appliqués : Vsd≤0.33Pp →q=73.76 KN/m 320.60 →CV 5-5-3-Vérification au cisaillement : Av= A-2b tf+ (tw+2r) tf Av=3.5 Vpl.10⁴ cm⁴ 5-5-2-Vérification de la résistance : On ajoute le poids propre du profilé choisit Pp=77.59≤ 220.581m² 217.21 →CV 5-4-4-Vérification de la condition de flèche: q=qser + Pp=13.88KN/m 0.Y.5): Evaluation de l’inertie.Trigui Chapitre 3 : Dimensionnement Vsd≤0.59≤ 441. On prend IPE450 →Iy=33740.rd 180.019≤0.2 72.84 →CV 35 .

55→CV Le moment résistant dépend aussi des efforts appliqués : Vsd≤0.07 →CV 5-6-3-Vérification au cisaillement : Av= A-2b tf+ (tw+2r) tf Av=1.0236 →CV Poutre étage courant IPE450 5-6-Sablière de plancher terrasse : 5-6-1-Condition de flèche : G (KN/m) Q (KN/m) ELS (KN/m) ELU (KN/m) Iy (cm⁴) 15.Trigui Chapitre 3 : Dimensionnement 5-5-4-Vérification de la condition de flèche: q=qser + Pp=52.33Pp →q=28.35 28.H.85≤ 89.425 20.Y.021≤0.27 →CV 5-6-4-Vérification de la condition de flèche: q=qser + Pp=20.85≤ 178.14 6813.27≤159.953KN/m 0.5 Vpl.326m² 86.3 Kg/m = 0.rd 86.93 4.011≤0.95 KN/m 130.024 →CV 36 .97KN/m 0. On prend HEA240 →Iy=7763.10⁴ cm⁴ 5-6-2-Vérification de la résistance : On ajoute le poids propre du profilé choisit Pp=60.603 KN/m La charge sera : q=qu+1.10⁴ Tableau (3.6): Evaluation de l’inertie.

10⁴ cm⁴ 5-7-2-Vérification de la résistance : On ajoute le poids propre du profilé choisit Pp=68.5 Vpl.375 25.94≤196.01≤ 121.Trigui Chapitre 3 : Dimensionnement Sablière plancher terrasse HEA240 5-7-Sablière de plancher courant : 5-7-1-Condition de flèche : G (KN/m) Q (KN/m) ELS (KN/m) ELU (KN/m) Iy (cm⁴) 18.020≤0.75 8591.7): Evaluation de l’inertie.01≤ 242. On prend HEA260 →Iy=10450.66 35.50 →CV 5-7-3-Vérification au cisaillement : Av= A-2b tf+ (tw+2r) tf Av=1.2 Kg/m = 0.H.12→CV Le moment résistant dépend aussi des efforts appliqués : Vsd≤0.Y.rd 110.34KN/m 0.024 →CV Sablière plancher courant HEA260 5-8-Poteau RDC le plus sollicité : 37 .33Pp →q=36.29 7.10⁴ Tableau (3.06 →CV 5-7-4-Vérification de la condition de flèche: q=qser + Pp=26.67 KN/m 165.486m² 110.682 KN/m La charge sera : q=qu+1.

66 23.H.66 Q (KN) Terras couran se t 1.39 Gpoteau(KN) / 12. 2.3m² 5-8-3-Calcul du moment sollicitant : Nsdy= 1.Trigui Chapitre 3 : Dimensionnement Les poteaux sont des éléments verticaux qui supportent les charges et les transmettent aux fondations.7 KN Nsdy= 1174. 3 √ ̅ 38 . On propose le HEA300. 5-8-2-La surface reprise par le poteau : 1. Les poteaux sont soumis à la compression. S=24.35G + 1.1m 3m 3m 2.5 Gpoutre (KN) Terras couran se t 6.95m Figure (3.42 18.5 7.86 KN Q= (Qter + Qcour*3)*S Q= 218. 5-8-1-Les charges reprises par le poteau : G (KN) terrass courant e 5.5Q G= (Gter + Gcour*3)*S + Gpoteau + Gpoutre G= 626.2): Surface reprise par le poteau le plus sollicité.8): Charges reprise par le poteau.31 KN 5-8-4-Condition de résistance: Nsdy ≤ Ncrdy Pour les classes 1.679 Tableau (3.Y.

89 KN Nsd ≤ Ncrdy → Vérifier.8m λ = 1. 2042.5≤100mm → axe de flambement y-y.9 ̅ λ = Lf/i avec Lf= L/2 (encastré-encastré) Lf= 3.85.12 ̅ H/B= 290/300 = 0.96≤1. courbe de flambement b → χ= 0.3) : les escaliers 39 . Le Poteau HEA300 est retenu 5-9-Escalier : Figure (3.1274 = 14.Y.2 tf= 12.Trigui √ Chapitre 3 : Dimensionnement →ε=1 →λk = 93.6/2 = 1.8/0.H.

23 2.5 Tableau (3.7 3.4): Dimensions des escaliers.24m 1. 5-9-2-1-Nombre de marches : D’après la formule de BLONDEL on obtient : Formule de Blondel 40 .44 0.02 / TOTAL Charges d’exploitations Poids (KN/m²) 0.9): Evaluation des charges du palier.50m 1.5 Tableau (3.6 0.08 0.25m 2.125m 3. Composants de la volée Garde-corps métallique Tôle striée Mortier de pose Revêtement en granite Epaisseur (m) / / 0.19 2.7 2.02 / TOTAL Charges d’exploitations Poids (KN/m²) 0.45 0. 5-9-2-Dimensions des escaliers : 1.125m 0.Y.10): Evaluation des charges de la volée.09 2 0.44 0.H.Trigui Chapitre 3 : Dimensionnement 5-9-1-Evaluation des charges : Composants du palier Tôle Hi-bond 55-750 Dalle en béton Mortier de pose Revêtement en granite Epaisseur (m) / 0.15m Figure (3.

Y.10⁴ mm⁴ Vérification de la flèche : qser= 1.045 →CV 41 . 5-9-2-2-Inclinaison du limon : c a α b Figure (3.01 3.0242= 1. tanα =180/270 = 0.5): Inclinaison de la volée.3) (KN/m) ELS (KN/m) ELU (KN/m) Iy (cm⁴) 0. 5-9-3-1-Condition de flèche : G(0.40 2.42 KN/m 0.24m 5-9-3-Calculs des marches : Les marches sont fabriquées par des tôles striées et des cornières.4 + Pp = 1.3) (KN/m) Q(0.H.69° 5-9-2-3-Longueur du limon : L=180/sinα →L= 3. n=H/2h → n=360/2(17) = 10. n’=n-1 → n= 10-1 → n=9 nombre de marches.43.58 →n=10 contre marches.4+0. On prend L*40*40*4 Iy=5.011 → α = 33.11): Evaluation de l’inertie.10 ⁷ Tableau (3.0025≤0.657 0.60m 14.Trigui Chapitre 3 : Dimensionnement 59cm ≤ (g+2h) ≤ 66cm h= 14 à 20cm g= 30cm he= 3.75 1.5 ≤ h ≤ 18cm → pour h= 17cm on a 10marches par volée.

21 + Pp = 3.125/2) (KN/m) Q(1.55+(1.Trigui Chapitre 3 : Dimensionnement 5-9-3-2-Vérification de la résistance : Msd ≤ Mrd Notre profilé est de classe 3 0. 5-9-4-Calcul du limon : q2 q1 3. On prend UPN140 Iy=605.6): représentation du limon.22.24m 1.16)= 4.35*0.40 3.125/2) (KN/m) ELS (KN/m) ELU (KN/m) Iy (cm⁴) 1.55 42. 5-9-4-1-Condition de flèche : G(1.Y.12): Evaluation de l’inertie.38 KN/m 0.10 ⁷ Tableau (3.81 1.76 KN/m Msd ≤ Mrd Notre profilé est de classe 1 42 .10⁴ mm⁴ 5-9-4-2-Vérification de la flèche : qser= 3.012≤0.H.21 4.32 ≤ 0.33 →CV Cornières L*40*40*4 pour les marches.16= 3.017 →CV 5-9-4-3-Vérification de la résistance : qu= 4.35Pp = 4.55 + 1.21+0.15m Figure (3.

055 Total 2.09 Dale en béton 2 Revêtement en panneaux composites 0.45 →CV HEA220 pour la poutre palière 5-10-Calcul du haut vent : Composants Poids KN/m² Tôle de coffrage 0.05 KN/m 0.35*0. 43 . On prend HEA220 Iy=5410.10 ⁷ Tableau (3.Trigui Chapitre 3 : Dimensionnement 11.10⁴ mm⁴ 5-9-5-2-Vérification de la flèche : qser= 12.48 ≤ 18.77 420.08 5.56+0.43 KN/m Msd ≤ Mrd Notre profilé est de classe 1 82.45 →CV UPN140 pour le limon : 5-9-5-Calcul de la poutre palière : 5-9-5-1-Condition de flèche : G(4.93≤ 121.77 + 1.13): Evaluation de l’inertie.495= 13.019≤0.495)= 18.56 17.77+(1.145 Charges d’exploitations (neige) 0.48 12.Y.024 →CV 5-9-5-3-Vérification de la résistance : qu= 17.176 Tableau (3.14): Evaluation des charges du haut vent.39/2) (KN/m) ELS (KN/m) ELU (KN/m) Iy (cm⁴) 7.H.39/2) (KN/m) Q(4.35Pp = 17.56 + Pp = 12.

8): Schéma d’une poutre. sur lesquelles repose une dalle en béton. Poutres Figure (3. 5-10-2-Calculs des poutres : Figure (3.Y.07 0.23.Trigui Chapitre 3 : Dimensionnement 5-10-1-Composition du haut vent : Le haut vent est composé de trois poutres en porte-à-faux.416 5. 5-10-2-1-Condition de flèche : G (KN/m) Q (KN/m) ELS (KN/m) ELU (KN/m) Iy (cm⁴) 5.15): Evaluation de l’inertie.3.7): Conception du haut vent.46 65.158= 5.H.48 + Pp = 5. On prend IPE160 Iy=869.10 ⁷ Tableau (3.48 7.63 KN/m 44 .48+0.10⁴ mm⁴ 5-10-2-2-Vérification de la flèche : qser= 5.

35Pp = 19.46 →CV 5-10-2-4-Vérification au cisaillement : Av= A-2b tf+ (tw+2r) tf Av=0.35*0.6*0.84 →CV 5-11-Calcul de l’acrotère : h=10cm Fp H=60cm Figure (3.008 →CV 5-10-2-3-Vérification de la résistance : qu= 7.9): Dimensions de l’acrotère.98≤ 26.1*25= 1.158)= 7.97≤ 59.Trigui Chapitre 3 : Dimensionnement 0.Y.5 Vpl.H.5 KN/ml 5-11-2-Charges d’exploitations : P= 1 KN/ml 5-11-3-La force Fp : On détermine la force Fp agissant sur les éléments non structuraux : Fp= 4*A*Cp*Wp 45 .966m² 9.76 + 1.97≤ 119.97 KN/m Msd ≤ Mrd Notre profilé est de classe 1 3.65+(1.0006≤0.rd 9.69→CV Le moment résistant dépend aussi des efforts appliqués : Vsd≤0. 5-11-1-Charges permanentes : G=0.

donc elle est partiellement comprimée.5=2.1m H=0. Le calcul se fera en flexion simple puis en flexion composée.m Effort N: ELU: N=1.25 Cp = 0. MP)= 0. Cp : Facteur de forces horizontal.72 KN.35*1. 5-11-6-Calcul en flexion simple : d=0.6m Position du centre de pression : eo=Mu/Nu= 1.72 KN.H.72=1.016m Le centre de pression se trouve à l’extérieur de la section.53m h/6= 0.03 KN ELS: N=1.6*1.1MPa Fe=400MPa h=0.03= 0.m 5-11-5-Calculs de l’acrotère : Fc28=25MPa Ft28=2.6 KN.5*0.m M=max (MFp.m ELS : M=0.m MP= H*P=00.8 → Fp = 1.Trigui Chapitre 3 : Dimensionnement A : Coefficient d’accélération de zone.6*1=0.2=0.08 KN.72 KN.Y.5 KN/ml 5-11-4-Calculs des sollicitations: MFp= H*F=0.2 KN Wp = 1. A = 0.08/2. Wp : Poids de l’élément.5 KN Moment M : ELU : M=1.08m 46 .

Z = 39.82)=33.82)= 111mm² Soit Amin = 1.015 Zb= d(1-0.047 mm² µbu= 0.521 mm As = Mu/σs.392 →A’=0 5-11-7-Calcul en flexion compose: Au=As-Nu/σs= 39. Figure (3. 47 .012 √ =0.H.d.21mm² 5-11-8-Condition de non fragilité : Amin ≥ 0.05-(2.23 (b.85 fc28/ɣb =14.2.17MPa Moment réduit : µbu=Mu/bd²fbu =0.10) : Ferraillage de l’acrotère 6-Conclusion : A la fin de ce chapitre nous sommes arrivé a déterminé les différents profilés constituant la structure et nous passons au chapitre suivant qui consiste à l’étude des planchers.23(100.8.1/347.018˂0.ft28/fed) Amin ≥ 0.4α)= 79.Trigui Chapitre 3 : Dimensionnement b=1m fbu=0.03/347.13cm² On prend 4T6 par mètre linéaire de l’acrotère.Y.

H.Y.Trigui

Chapitre 4 : Etude du plancher

Chapitre 4
Etude de plancher

48

H.Y.Trigui

Chapitre 4 : Etude du plancher

1-Introduction :
Les planchers doivent être étudiés en vue des charges qu’ils auront à supporter et en vue de
l’agencement de tous les éléments constructifs des planchers.
Notre construction est un bâtiment à usage administratif (bureaux), ou la charge d’exploitation
est importante (2.5 KN/ m2), notre dalle est de type mixte (acier-béton), ou la dalle est en
béton posée sur des solives à l’aide d’un intermédiaire en tôle nervuré (Hi-bond.750). La dalle
est dite collaborante, car elle participe à l’inertie globale du plancher et à la stabilité de la
structure, ce qui impose qu’elle soit liaisonnée avec la structure porteuse. La liaison est faite
par la connexion entre la dalle en béton et la tôle nervurée par des connecteurs, qui
solidarisent la dalle et les poutres entre elles et s’opposent à leur glissement.
2- Notations et dimensions linéaires :
Les planchers de notre bâtiment ont une portée de 6m.

Figure (4.1) : Eléments constructifs du plancher mixte.
Pour faire une étude technique sur un plancher mixte, on fait une section transversale dans le
plancher, et nous obtenons la figure 4-, et on suppose que :
-La liaison entre l’acier et le béton est rigide. Les deux matériaux ne peuvent glisser l’un sur
l’autre, ils en sont empêchés par les connecteurs.

49

H.Y.Trigui

Chapitre 4 : Etude du plancher

Figure (4.2) : Dimensions de la poutre mixte.
- On note par :
h : Hauteur de la poutre (solive) en acier.
t : épaisseur de la dalle en béton.
b : Largeur de la dalle collaborante.

v s : Distance de l’axe neutre à la fibre supérieure de la dalle.
v i : Distance de l’axe neutre à la fibre inférieur de la poutre.
d : Distance de l’axe neutre au centre de gravité de la poutre en acier.
A : Aire de la section de la poutre en acier.
B : Aire de la section du béton seul.
S : Aire de la section totale rendue homogène.
I A : Moment d’inertie de la poutre en acier, par rapport à un axe perpendiculaire au plan de
flexion, passant par son centre de gravité.
Wy : Module d’inertie de la poutre en acier, par rapport à l’axe y.

 0 : Coefficient de sécurité partiel (=1.1).
I B : Moment d’inertie de la section du béton seul, par rapport à un axe perpendiculaire au plan
de flexion, passant par son centre de gravité.
I : Moment d’inertie de la section totale rendue homogène.
3- Caractéristique des éléments constructifs :
 l’acier :
On utilise des solives IPE300, qui ont les caractéristiques suivantes :
Module de YOUNG (module d’élasticité longitudinal) Ea =210000 MPa ;
La limite élastique de traction, fy=235 MPa ;
La limite élastique de cisaillement, τ = 0.58 fy =136.3MPa;
Ia= 8356cm4
A= 53.8cm2
 Le béton :
Pour les planchers, on utilise un béton C25/30 dont les caractéristiques sont :
La résistance caractéristique à la compression : fc28 =25 MPa ;
La résistance caractéristique à la traction : ft28 =0,06*fc28+ 0,6 = 2,1 MPa ;
La masse volumique : ρ = 2500Kg/m3 ;
Le Coefficient de retrait   2 104 .

50

46≤134.Surcharge d’exploitation: Q = 2.Charges permanentes : Solive : G1= 0.40 KN/ml .charge non pondérée : qs = G + Q = 10.0081m≤0.90 KN/ml .5 Q = 14.détermination des sollicitations : Le plancher est soumis à la charge permanente due au poids propre de la poutre et du béton (avant durcissement) et a la charge d’exploitation des ouvriers. .010→ 0.5*1.96 = 4.charge pondérée : qu = 1.m →CV 4-1-4-Vérification au cisaillement : 44.H.024m→CV 4-1-3-Vérification de la résistance : 66.42 KN.Etude des planchers courants : (Avec Solive IPE300) 4-1.90 KN/ml Tôle (HI-bond):G3 =9. donc elle travaille en même temps.18 KN/ml Total: G = 5.50*1.77 KN/ml 4-1-2-Vérification de la flèche: f=0. -Charges permanentes : 51 .Vérification au stade de montage : 4-1-1. 96 = 0.Y.422 KN/ml Dalle en béton : G2 = 2.31 ≤ 219.96 = 4.5 KN/ml .35 G + 1. 56*1.69 KN →CV 4-2-Vérification après exécution : 4-2-1-Détérmination des sollicitations : Après durcissement de la dalle en béton la section devient homogène (acier-béton).Trigui Chapitre 4 : Etude du plancher 4.

Charge non pondérée : qs = G + Q = 17. Ea : Module d’élasticité de l’acier.87 KN.5*1. donné par Ec’=Ecm/2. b) → beff = 1.96=4.20*1. 4-2-5-Le moment d’inertie : ( ) I = 20744.475m.75 KN/ml 4-2-3-Calcul de la largeur participante du béton : on note par beff . 4-2-4-Détérmination de la position de l’axe neutre: Avec: n : Coefficient d’équivalence acier/béton donné.96=12.35 G + 1.20 cm⁴ vi = h/2 +d → vi=26.08*1.Y.15 KN/m Q=2.Trigui Chapitre 4 : Etude du plancher G=6.5 Q = 23.8 cm2 pour IPE300.49cm2 d = 11. Ecm : valeur de module sécant d’élasticité Ecm=3050daN/mm2 (pour béton C25/30).475 = 1180cm2 S = A+B/n→ S = 139. Ec’ : Module équivalent du béton.77 La section mixte : A=53.H.m 4-2-7-Les contraintes de flexion: 52 . par n=Ea/Ec’. la largeur de la dalle en béton participante a l’inertie global de la section mixte. La section du béton : B = t*b B = 0.9 KN/m . Donc : n=13.33cm 4-2-6-Le moment fléchissant maximum: Mmax=106.05 KN/ml -Charge pondérée : qu= 1.67cm d ˂ h/2 → 11.67cm˂15cm →l’axe neutre se trouve dans la solive.67cm vs=h/2 +t-d → vs=11.

17cm →Z2 = 31. car ne pouvant librement se rétracter.17cm 53 .9 MPa Figure (4.H.17cm Ea*ε = 210000*2. Mais la dalle étant solidaire avec les poutres en acier. Ces effets provoquent : -un raccourcissement  a de la poutre acier. -un allongement  b de la dalle béton (par rapport à sa position d'équilibre. ce retrait est contrarié par l'acier. en durcissant.Y.Trigui Chapitre 4 : Etude du plancher 4-2-7-1-Dans l’acier: -Contrainte de traction (semelle inférieur de la poutre) : → σainf = -137. ce qui équivaut à un allongement). à l'interface acier/béton.10⁻⁴ = 42MPa → K = 0.39 MPa -Contrainte de compression (semelle supérieur de la poutre) : →σasup=+18.68 MPa -Contrainte de compression (fibre supérieur de la dalle) : →σbsup=+8. qui s'oppose au raccourcissement de la dalle.13 KN/cm³ ( ) →Z1 = 23.3): Diagramme des contraintes de flexion. 4-2-8-Contraintes additionnelles de retrait : Le béton. 4-2-8-1Calculs : →β = 19cm →α = 8. le béton se tend. devrait s'accompagner d'un retrait.90 MPa 4-2-7-2-Dans le béton : -Contrainte de compression (fibre inferieur de la dalle) : →σbinf=+6.

10MPa Contrainte de compression de la fibre supérieure de la dalle : → -0.68-0.6fc28 = 15 MPa →CV Figure (4.84 = -146.10 = 6.H.9-0.Y.86 = 8.86MPa 4-2-9-Cumul des contraintes : 4-2-9-1-l’acier : σai = -137.02 MPa → ≤ fy=235 MPa →CV -Le béton : σbi = 6.04 MPa →≤ 0.25 ≤ 219. 4-2-10-Vérifications : 4-2-10-1-Vérification au cisaillement : Vsd ≤ VplRd → 71.39-8.60mm ≤ 24mm→CV 54 .12 = 49.Trigui Chapitre 4 : Etude du plancher  Les contraintes de retrait sont : Dans l’acier : Contrainte de compression de la semelle inferieur de la poutre : → Contrainte de compression de la semelle supérieure de la poutre : → Dans le béton : Contrainte de compression de la fibre inferieur de la dalle : → = -0.23 MPa σas = 18.69 KN →CV 4-2-10-2-Vérification de la flèche : f max  f → 6.4): Diagramme de cumul des contraintes.58 MPa σbs = 8.90+30.

96 = 2.Charges permanentes : Solive : G1= 0.011→ 0.96 = 4.40*1.m →CV 5-1-4-Vérification au cisaillement : 35.361 KN/ml Dalle en béton : G2 = 2.15 KN →CV 5-2-Vérification après exécution : 5-2-1-Détérmination des sollicitations : Après durcissement de la dalle en béton la section devient homogène (acier-béton).94 KN/ml .024m→CV 5-1-3-Vérification de la résistance : 52.58 KN/m Q=1.Etude du plancher terrasse : (Avec Solive IPE270) A partir de la même méthode nous obtenons les résultats suivants : .5*1.5*1.charge non pondérée : qs = G + Q = 8.Surcharge d’exploitation: Q = 1.011m≤0.38 KN/ml .75 KN/ml 5-1-2-Vérification de la flèche: f=0.35 G + 1.94 KN/m 55 . 96 = 0.Trigui Chapitre 4 : Etude du plancher 5.50*1.Y.87 ≤ 103.90 KN/ml Tôle (HI-bond):G3 =9. -Charges permanentes : G=5.96=10.charge pondérée : qu = 1.5 Q = 11. 56*1. donc elle travaille en même temps.18 KN/ml Total: G = 5.4 KN.44 KN/ml .H.25 ≤ 181.96=2.

H.72 cm⁴ vi = h/2 +d → vi=24.39cm d˂h/2 → 11.Trigui Chapitre 4 : Etude du plancher .08*1. Ec’ : Module équivalent du béton. Ecm : valeur de module sécant d’élasticité Ecm=3050daN/mm2 (pour béton C25/30).59cm2 d=11.9 cm2 pour IPE270.10 KN.11cm 5-2-6-Le moment fléchissant maximum: Mmax= 84.35 G + 1.77 La section mixte : A=45.475m.69 KN/ml 5-2-3-Calcul de la largeur participante du béton : On note par beff. 5-2-4-Détérmination de la position de l’axe neutre: Avec: n : Coefficient d’équivalence acier/béton donné. Donc : n=13.475=1180cm2 S= A+B/n→ S=131.5cm →l’axe neutre se trouve dans la solive. La section du béton : B=t*b B=0.39cm ˂ 13.89cm vs=h/2 +t-d → vs=10. Ea : Module d’élasticité de l’acier.52 KN/ml -Charge pondérée : qu= 1.Charge non pondérée : qs = G + Q = 13.5 Q = 18. par n=Ea/Ec’. b) → beff = 1. la largeur de la dalle en béton participante à l’inertie global de la section mixte.m 56 . 5-2-5-Le moment d’inertie : ( ) I=12233.Y. donné par Ec’=Ecm/2.

10 MPa -Contrainte de compression (semelle supérieur de la poutre) : →σasup=+14.13MPa Contrainte de compression de la fibre supérieure de la dalle : → -0.10⁻⁴ = 42MPa → K = 0.04 MPa 5-2-8-Contraintes additionnelles de retrait : Le béton.20cm Ea*ε = 210000*2. devrait s'accompagner d'un retrait.Trigui Chapitre 4 : Etude du plancher 5-2-7-Les contraintes de flexion: 5-2-7-1-Dans l’acier: -Contrainte de traction (semelle inférieur de la poutre) : → σainf = -171. le béton se tend.7cm  Les contraintes de retrait sont : Dans l’acier : Contrainte de compression de la semelle inferieur de la poutre : → Contrainte de compression de la semelle supérieure de la poutre : → Dans le béton : Contrainte de compression de la fibre inferieur de la dalle : → = -0.50 MPa 5-2-7-2-Dans le béton : -Contrainte de compression (fibre inferieur de la dalle) : →σbinf=+8.7cm →Z2 = 28. en durcissant. ce qui équivaut à un allongement). qui s'oppose au raccourcissement de la dalle.94MPa 5-2-9-Cumul des contraintes : 57 .Y. car ne pouvant librement se rétracter. -Calculs : →β = 17.14 KN/cm³ →Z1 = 20. ce retrait est contrarié par l'acier.H. Ces effets provoquent : -un raccourcissement  a de la poutre acier.43 MPa -Contrainte de compression (fibre supérieur de la dalle) : →σbsup=+5. -un allongement  b de la dalle béton (par rapport à sa position d'équilibre. Mais la dalle étant solidaire avec les poutres en acier. à l'interface acier/béton.5cm →α = 7.

d=19 mm h=100 mm fy=275 MPa fu=430 MPa 6-2-Calcul de la résistance au cisaillement d’un connecteur : 58 . 6-1-Caractéristique du connecteur : Figure (4. il faut qu’il n’y ait pas de glissement entre la dalle en béton et les solives.5): Type de connecteur.48 MPa →205.43-0.94 = 4.82 = -162.98 = 43.Y.Trigui Chapitre 4 : Etude du plancher 5-2-9-1-l’acier : σai = -171.13 = 8.1 MPa →12.07 ≤ 182.H.76 ≤ fy=235 MPa →CV 5-2-9-2-Le béton : σbi = 8.28 MPa σas = 14.04-0. on doit ajouter des connecteurs en acier pour remédier au problème.10-8.02 KN →CV 5-2-10-2-Vérification de la flèche : f max  f → 8.3 MPa σbs = 5.6fc28 = 15 MPa →CV 5-2-10-Vérifications : 5-2-10-1-Vérification au cisaillement : Vsd ≤ VplRd → 56.4≤ 0.50+28.88mm ≤ 24mm→CV 6-Calculs des connecteurs : Pour que la dalle mixte joue son rôle.

26>4 PRd = 73. N ≈ 16 goujons. 7-Conclusion : Ce chapitre a permis de vérifié la résistance du plancher mixte. et nous passons maintenant à l’étude sismique.2.71 goujons.1 fy=235 MPa fcf = 1149.3) S=Lcr / N Lcr= L/2= 6000/2 = 3000mm S=3000/16=187.H. 6.1.Trigui Chapitre 4 : Etude du plancher √ Avec : PRd : Résistance au cisaillement d : Diamètre du connecteur d = 19mm Ecm : Module sécant moyen du béton Ecm=30500 MPa ɣv : Facteur de sécurité associé au connecteur ɣv= 1.5 mm L’espacement entre les goujons : S= 187. 59 .3.3.5mm. Donc on a 16 goujons sur la demi-portée de la solive.13 KN 6-3-Calcul de l’effort de cisaillement longitudinal : Aa : Section du profilé ɣa=1. une section transversale critique comprend : -Une section de moment fléchissant maximum. -Une section sur appui. 6-5-Espacement des goujons : Le nombre de connecteur N est uniformément reparti sur une longueur critique Lcr.4.Y.2.36 KN 6-4-Nombre des connecteurs: N ≥ 15.25 fu : Contrainte ultime nominale fck : Résistance caractéristique du béton 25MPa α=1 si h/d>4 →h/d=100/19=5. (EC4 6. Cette dernière est la longueur entre deux sections transversales critiques. Selon l’EC4.

Y.H.Trigui Chapitre 5 : Etude sismique Chapitre 5 Etude sismique 61 .

Les plus puissants d'entre eux comptent parmi les catastrophes naturelles les plus destructrices.H.5  0  T  T2 2. Le résultat de la rupture des roches en surface s'appelle une faille. 3-Méthode utilisée : Pour notre structure nous utiliserons la méthode statique équivalente étant donné que le bâtiment a une hauteur inferieure à 65m.Trigui Chapitre 5 : Etude sismique 1-Introduction : Un séisme ou tremblement de terre est le résultat de la libération brusque d'énergie accumulée par les contraintes exercées sur les roches.D. 3-1-Principe de la méthode statique équivalente: Les forces réelles dynamiques qui se développent dans la construction sont remplacées par un système de forces statiques fictives dont les effets sont considérés équivalents à ceux de l’action sismique. doit être calculée successivement dans deux directions horizontales et orthogonales selon la formule : V= (A. mais la plupart ne sont pas ressentis par les humains. 3-1-2-Calcul de la force sismique totale : La force sismique totale V appliquée à la base de la structure.Y. classée selon le RPA99/2003 dans la Zone II A Il s’agit d’un bâtiment à usage administratif : groupe 1b A=0. Environ cent mille séismes sont enregistrés chaque année sur la planète.5  (T2 / T) 2/3 T2  T  3s 62 .20 3-1-4 Facteur d’amplification dynamique moyen D : Fonction de la catégorie de site du facteur d’amortissement (η) et de la période fondamentale de la structure (T). 2-Règlement utilisée : Toutes les constructions doivent être soumises aux règlements parasismiques Algérien RPA99/2003.Q/R) ×W 3-1-3coefficient d’accélération de zone (A) : Notre structure se trouve à ZAHANA. Le lieu de la rupture des roches en profondeurs se nomme le foyer. D = 2. Il se produit de très nombreux séismes tous les jours. Plus rares sont les séismes dus à l'activité volcanique ou d'origine artificielle (explosions par exemple).

36)3/4 T = 0.09hN D Ty = 0. -η : facteur de correction d’amortissement donnée par la formule : η = 7 /(2)  0. On a : contreventement assuré par palées triangulées et des murs en maçonnerie : Ct =0. hn =14.7  η =1 3-1-5Calcul de la période : -Par la formule empirique : T= Ct . Nous avons un portique en acier avec remplissage dense D’après le tableau (4.Par la formule : T = 0.341s Tx = 0. et du type de remplissage donné par le tableau (4.36m.2)   =5% D’où : η =1 >0. Ct : coefficient fonction de système de contreventement.Trigui Chapitre 5 : Etude sismique 2.5  (T2 / T) 2/3 (3 / T) 5/3 T  3s.Y.05 Donc : T = 0.6).05. hn3/4 hn : La hauteur mesurée en mètre à partir de la base de la structure jusqu’au dernier niveau (N). du type de structure et de l’importance des remplissages.234 s 63 .368 s .H.7  (%) : est le pourcentage d’amortissement critique fonction du matériau constitutif. (14.

10 Donc : Q=1.Y. 0 0.Trigui Chapitre 5 : Etude sismique 3-1-6-Calcul de T2 : T2 : période caractéristique associée à la catégorie du site. Sens transversal : 0< T = 0.05 2-Redondance en plan 0 0.05 5-Contrôle de la qualité des matériaux 0 0.5 s Sens longitudinal : 0< T = 0.1): (Tableau 4.5. Site meuble S3 T2=0.4-RNV99/2003) valeurs des pénalités Pq Pq 0 0 0 0 0. mais dans les deux directions (sens longitudinal et sens transversal).234 s< T2 donc : Dx = 2.05 1-Conditions minimales sur les files de contreventement. 3-1-7-Coefficient de comportement global de la structure (R) : Pour le sens longitudinal (sens X) la structure est contreventée par palées triangulées en V inversé R = 3 Pour le sens transversal (sens Y) la structure est contreventée par palées triangulées en V inversé R = 3 3-1-8-facteur de qualité Q : Q = 1+  Pq Le tableau suivant donne les valeurs de pénalité Pq Pq Critère q Observé Non observé 0 0.5  = 2.H.05 0.341s < T2 donc : Dy = 2.5. Dx =Dy donc on va faire un seul calcul pour V.5  = 2.05 3-Régularité en plan 0 0.10 6-Contrôle de la qualité de l’exécution Tableau (5.05 4-Régularité en élévation 0 0.15 64 .

48 Wi(KN) 3180.75 WQi(KN) 1082.H.49 129.35 KN -Sens-y : V=2453.3*14.2): Poids de la structure.49 216.Y. -Calcul des surfaces de la structure : S est les surfaces correspondantes à chaque niveau S = 30.2 WQi. WGi (KN) 2963.46 649.35 KN 3-1-11-Distribution de la résultante des forces sismiques selon la hauteur : La résultante des forces sismiques à la base V doit être distribuée sur la hauteur de la structure selon les formules suivantes : 65 .64 12266.46 1082. Dans notre cas :  = 0.55 2963.89 Total Tableau (5.29= 432.  : Coefficient de pondération fonction de la nature et de la durée de la charge d’exploitation. W= Wi Avec : Wi= WGi +  WQi G : Poids du aux charges permanentes est à celles des équipements fixes solidaires de la structure.46 1082.49 216.987m2 Le poids de chaque niveau est donné par le tableau suivant : Niveau Etage 1 Etage 2 Etage 3 Terrasse 0.04 2726.20 Donc à chaque niveau :Wi = WGi + 0.Trigui Chapitre 5 : Etude sismique 3-1-9-Calcul de poids de la structure W : W est égal à la somme des poids Wi des quatre niveaux. Q : charge d’exploitation.55 2596.04 3180.04 3180.55 2963.2  WQi(KN) 216.76 3-1-10-Calcul de la force sismique V : -Sens x : V=2453.

4 39263.35 107952.04 7.58 2453. le déplacement relatif au niveau "k" par rapport au niveau "k-1" est égal à : k = k .14 2453.7 secondes.66 3-2-Vérifications : 3-2-1.8 34344.H.4): Comparaison Vt par rapport à V.04 10.Trigui Chapitre 5 : Etude sismique La force concentrée Ft au sommet de la structure permet de tenir compte de l’influence des modes supérieurs de vibration.6 2453.98 X 3180.04 14.35 107952. La valeur de Ft ne dépassera en aucun cas 0.64 Tableau (5.35 1962.34 904.35 1962.68 Vérifié Vx 2944 2453.35 107952.6 11448.35 107952.35 107952.6 2453.98 X 2726.11 516.98 Y 3180.35 107952. Vt (KN) V (KN) 80% V Etat 2944 2453.98 X 3180.11 258.6 11448.34 774.2 22869.22 516.26 2453.22 774.2 22896. La partie restante de V soit ( V .3): Valeurs de la force sismique V.k-1 66 .66 904.8 34344.Ft ) doit être distribuée sur la hauteur de la structure suivant la formule : ( Niveau 1 2 3 Terrasse ) Wi (KN) hi (m) Wihi Vk(KN) Wjhj 3.25 V et sera prise égale à 0 quand T est plus petit ou égale à 0. Fi (KN) 258.68 Vérifié Vy Tableau (5.14 2453.07 TV où T est la période fondamentale de la structure (en secondes).98 Y 3180.Résultante des forces sismiques de calcul : La résultante des forces sismiques à la base Vt obtenue par combinaison des valeurs modales ne doit pas être inférieure à 80 % de la résultante des forces sismiques déterminée par la méthode statique équivalente V pour une valeur de la période fondamentale donnée par la formule empirique appropriée.35 107952.26 2453. 3-2-2-Calculs des déplacements : Le déplacement horizontal à chaque niveau "k" de la structure est calculé comme suit k = R ek ek : déplacement dû aux forces sismiques.Y.04 3180.35 107952.04 3. R : coefficient de comportement.98 X 7.4 39263.98 Y 2726.58 2453.98 Y 3180.04 10. Elle doit être déterminée par la formule : Ft = 0.64 14.

0312 0.6): Les déplacements dans le sens Y.68 0.0144 0.0321 0. Etage Terrasse Etage 3 Etage2 Etage1 ek (m) R 1% hK k (m) k (m) 0.6 0.6 0.Trigui Chapitre 5 : Etude sismique Les déplacements relatifs latéraux d’un étage par rapport aux étages qui lui sont adjacents.1029 0.0165 904.0165 0.20.036 0.0343 3 0.0288 0.013 5906.0288 2453.0096 3 0.0885 0.1077 0.0104 3 0.k).036 Tableau (5.Y. Etage Terrasse 3 2 1 Pk Vk hk θ k 2726. Etat Vérifié Vérifié Vérifié Vérifié 67 .0359 3 0. 3-2-3-Justification vis-à-vis de l’effet P- : Les effets du 2° ordre (ou effet P-) peuvent être négligés dans le cas des bâtiments si la condition suivante est satisfaite à tous les niveaux : = Pk  k / Vk hk  0. Etat Vérifié Vérifié Vérifié Vérifié Etage Terrasse Etage 3 Etage2 Etage1 ek (m) Etat Vérifié Vérifié Vérifié Vérifié R 1% hK k (m) k (m) 0. ne doivent pas dépasser 1.0348 2195.036 Tableau (5.0912 0.0% de la hauteur de l’étage.66 3.0304 3 0.0295 3 0.0636 0.7): Vérification dans le sens X de l’effet P-.036 0.036 0.0252 0.64 0.0348 0.036 0.35 3.026 9086.040 Tableau (5.036 0.10 < k  0.H.040 12266.0211 3 0. Ʃ(WGi+βWqi) Vk : Effort tranchant d’étage au niveau "k" : Vk=ƩFi k : Déplacement relatif du niveau « k » par rapport au niveau « k-1 » hk : Hauteur de l’étage « k » Si 0.6 0.0276 0.0633 0.5): Les déplacements dans le sens X.6 0.036 0.76 0.0288 0.22 3.10 Pk : Poids total de la structure et des charges d’exploitation associées au-dessus du niveau « k ».0312 0. les effets P- peuvent être pris en compte de manière approximative en amplifiant les effets de l’action sismique calculés au moyen d’une analyse élastique du 1° ordre par le facteur 1/(1.72 0.0276 1679 3.0212 3 0.

H.Y.Trigui

Chapitre 5 : Etude sismique
Pk
Vk
hk
θ
k
2726,64
0,0144
904,66
3,6
0,012
5906,68
0,0252
1679
3,6
0,024
9086,72
0,0321
2195,22
3,6
0,036
12266,76
0,0312
2453,35
3,6
0,043
Tableau (5.8): Vérification dans le sens Y de l’effet P-.

Etage
Terrasse
3
2
1

Etat
Vérifié
Vérifié
Vérifié
Vérifié

3-2-3-Vérifications des contreventements :
On a supposé des doubles cornières de dimensions 2*120*15 qu’on va vérifier par la suite aux
efforts de traction.

Nt,Rd : Résistance de calcul de la section à la traction , prise comme la plus petite des valeurs
suivantes :
3-2-3-1-Résistance plastique de la section brute :

3-2-3-2-Résistance ultime de la section nette au droit des trous de fixation :

Nsd= 642,80 KN
Npl,Rd= 1448,45 KN
Nu,Rd= 1625,18 KN
Nsd ≤ Npl,Rd

,

Nsd ≤ Nu,Rd

.

4-Conclusion:
L’étude sismique a permis de vérifier le comportement de la structure soumise à des charges
sismique et qui ont vérifié toutes les conditions de résistance, nous passons au chapitre suivant
qui consiste à l’étude des assemblages.

68

H.Y.Trigui

Chapitre 6 : Etude des assemblages

Chapitre 6
Etude des
assemblages

69

H.Y.Trigui

Chapitre 6 : Etude des assemblages

1-Introduction :
Les assemblages ont pour fonction d’assurer la liaison ou la continuité des composants
élémentaires entre eux, en assurant la transmission et la répartition des diverses sollicitations
2-Fonctionnement des assemblages :
Les principaux modes d’assemblages sont :
2-2-1-Le boulonnage :
Le boulonnage est le moyen d’assemblage le plus utilisé en construction métallique du fait
de sa facilité de mise en œuvre et des possibilités de réglage qu’il ménage sur site , pour
le cas, le choix a été porté sur le boulon de haute résistance (HR) il comprend une tige
filetée , une tête hexagonale ou carrée et un écrou en acier à très haute résistance :
classe

4.6
240

4.8
320

5.6
300

5.8
400

6.6
360

6.8
480

8.8
640

10.9
900

f Ub (N / mm 2 ) 400

400

500

500

600

600

800

1000

2

f yb (N / mm )

Tableau (6.1): Résistance des boulons.
2-2-2-Le soudage :
Il existe plusieurs procédés dont le soudage à l’arc électrique ou Le soudage à l’arc à
l’électrode enrobée (SAEE), soudage manuel ou soudage à la baguette est le plus connu des
procédés de soudure. Lorsque l'on approche l'électrode enrobée des pièces à assembler, il se
crée un arc électrique qui dégage un fort pouvoir calorifique qui provoque la fusion de
l'électrode.
En charpente soudée les assemblages sont plus rigides , cela
encastrement partiel des éléments constructifs .

a pour effet

un

2-2-3-Fonctionnement par adhérence :
Dans ce cas, la transmission des efforts s’opère par adhérence des surfaces des pièces en
contact. Cela concerne le soudage , le collage , le boulonnage par boulons HR .
2-2-4-Coefficients partiels de sécurité :
 Résistance des boulons au cisaillement :
 -Résistance des boulons à traction :

γ MB = 1,25
γ MB = 1,50

2-2-5-Cœfficient de frottement :
Un bon assemblage par boulons HR exige que des précautions élémentaires soient prises,
notamment dans :
Le coefficient de frottement μ doit correspondre à sa valeur de calcul. Cela nécessite une
préparation des surfaces , par brossage ou grenaillage , pour éliminer toute trace de
rouille ou de calamine ; de graissage , etc.
 μ = 0,50 pour les surfaces de la classe A.
 μ = 0,40 pour les surfaces de la classe B.
70

Y.H. 3-Rôle des assemblages : Un assemblage est un dispositif qui permet de réunir et de solidariser plusieurs pièces entre elles .n As ≥ 124.58 ≤ 494. Figure (6.Les assemblages rigides qui transmettent en outre les divers moments 4-Calculs des assemblages : 4-1-Assemblage poteau-poutre du plancher terrasse : L’assemblage est réalisé avec une platine d’extrémité entre un poteau HEA300 et une poutre IPE400. .2 KN →CV.7fub. en assurant la transmission et la réparation des diverses sollicitations entre les pièces .  μ = 0.82 KN Msd=21. il y a lieu de distinguer .22 mm2 on prend un boulon de diamètre d=24mm soit As=353mm2 N1 ≤ fp→ 31.m Vsd=33.parmi les assemblages : -Les assemblages articulés qui transmettent uniquement les efforts normaux et les tranchants.As Donc : As = N1/0. 71 .20 pour les surfaces de la classe D.91 KN Ʃdi2=2960 cm2 Il faut que N1 soit inférieur à nfp Avec fp = 0.25 KN.7fub. 4-1-1-Détérmination des efforts dans les boulons : Les charges appliquées sur la poutre sont : Nsd=295.30 pour les surfaces de la classe C. Pour conduire les calculs selon les schémas classiques de la résistance des matériaux .1): Assemblage poteau-poutre.Trigui Chapitre 6 : Etude des assemblages  μ = 0.

7 mm = h= 400-2x13.38 mm Ts=80 mm Cs = ts-a√ =80-8√ = 68.69 mm t =20.Y.H.5 -16=357 mm ∑ = 598.Trigui Chapitre 6 : Etude des assemblages 4-1-2-cordon de soudure : La poutre est assemblée à la platine par un cordon de soudure d’épaisseur de 8 mm = b-2a= 180-2x8 =164 mm = -a= – 8= 77.V.34 KN/ = 360 N/ √ On augmente l’épaisseur de la soudure a 12mm. et on obtient 354 N/mm2 ≤ 360 N/mm2 → C.75mm On prend t= 25mm 4-1-6-Moment résistant effectif d’un assemblage : 72 .10 KN/ =1 N/ = 360 N/ √ [∑ ] C.7mm Ca=ta-a√ =74.6)/2=85.V 4-1-4-Cordon de l’âme: √ ∑ √ √ = 4. 4-1-5-Epaisseur de la platine : L’épaisseur de la platine est déterminée par la formule suivant : t la platine est assemblée a la traverse par une soudure d’épaisseur de 8 mm ta=( 180 -8.7 mm 4-1-3-Cordon des semelles: Il faut vérifier: √ [∑ ] √ [ ]= 0.

4-2-Assemblage poteau-poutre du plancher courant : L’assemblage est réalisé avec une platine d’extrémité entre un poteau HEA300 et une poutre IPE450.25/1826. 4-1-9-Résistance de l’âme du Poteau au cisaillement: Il faut que : Fv ˂ Vr Avec : Vr = 058.9.65 KN Il faut que : Vt≤Fs Avec : Fs=Ks.99 KN Fv ˂ V r → CV.97 KN Fv = M/h-tf =76. vérifient les conditions de résistance.tw/γm0 = 335. 4-1-10-Résistance de l’âme du poteau en compression : beff = tf+2tp+5(tf+r)=13.99 KN Fv ≤ Ft →CV.65/112.91/6 = 5.μ.10-4 + 21. 4-1-8-Résistance de l’âme du poteau a la traction : Il faut que : Fv≤Ft Avec : Ft= 0.72 KN.9fub.Y.V/I = 5.m.m Vsd = 63.5.10-6 = 17.5 mm σn = V/A + M. 4-2-1-Détérmination des efforts dans les boulons : Les charges appliquées sur la poutre sont : Nsd = 764.8 KN Fv= M/h-tf = 76.32 KN Ʃdi2 = 3656 cm2 73 .As/γmb =211.5+2(25)+5(14+27 )= 283.Fp/γMs Fs = 59.58 MPa σn ˂ fy → ne nécessite pas de raidissage.65 KN Msd = 88.Trigui Chapitre 6 : Etude des assemblages MR = 328.28 KN Vt ≤ Fs →CV.fy.m 4-1-7-Résistance de l’assemblage sous l’effort tranchant : Vt = 33.H. 4-1-11-Conclusion : L’assemblage constitué de deux files de trois boulons M24 de classe 10.46KN.h.

As/γmb =211.90 KN 74 .16 KN Fv ˂ V r → CV.80 KN.76 KN Msd = 18.5.38 MPa σn ˂ fy → ne nécessite pas de raidissage. 4-2-5-Résistance de l’âme du Poteau au cisaillement: Il faut que : Fv ˂ Vr Avec : Vr =058.Trigui Chapitre 6 : Etude des assemblages Il faut que N1 soit inférieur à nfp Avec fp = 0.10-4 + 88.10-6 = 49.tw/γm0 = 461.70 ≤ 494. 4-2-4-Résistance de l’âme du poteau a la traction : Il faut que : Fv ≤ Ft Avec : Ft = 0.7fub.32/6 = 10.46/1826.16 KN Fv ≤ Ft →CV.V/I = 10.μ.8 KN Fv = M/h-tf = 203.m. 4-2-7-Conclusion : L’assemblage constitué de deux files de trois boulons M24 de classe 10.fy.Y.6 mm σn =V/A + M. 4-3-Assemblage poteau-sablière du plancher terrasse : L’assemblage se fait de la même manière que pour les poutres et nous obtenons les résultats suivant : 4-3-1-Détérmination des efforts dans les boulons : Les charges appliquées sur la poutre sont : Nsd = 359.h.n As ≥ 124. vérifient les conditions de résistance.m Vsd = 7.9.55 KN Il faut que : V t≤ Fs Avec: F s= Ks.72 KN.9fub. 4-2-2-Moment résistant effectif d’un assemblage : MR = 328.2 KN →CV.28 KN Vt ≤ Fs →CV.6+2(25)+5(14+27) = 269. 4-2-6-Résistance de l’âme du poteau en compression : beff = tfp+2tp+5(tf+r)=14.Fp/γMs Fs = 59.As Donc : As = N1/0.m 4-2-3-Résistance de l’assemblage sous l’effort tranchant : Vt = 63.23 KN Fv = M/h-tf = 203.7fub.55/112.22 mm2 on prend un boulon de diamètre d=24mm soit As=353mm2 114.H.

Trigui Chapitre 6 : Etude des assemblages Ʃdi2=376. 75 .75 KN Vt ≤ Fs →CV.9 mm2 on prend un boulon de diamètre d=16mm soit As=157mm2 96.7fub.H.9fub.h.As Donc : As = N1/0.n As ≥ 68. 4-3-4-Résistance de l’âme du poteau a la traction : Il faut que : Fv ≤ Ft Avec : Ft = 0.V/I = 1.8 KN →CV.04 KN Fv = M/h-tf = 86.10-4 + 18.80/1826.36 cm2 Il faut que N1 soit inférieur à nfp Avec fp = 0. 4-3-2-Moment résistant effectif d’un assemblage : MR = 42. 4-3-5-Résistance de l’âme du Poteau au cisaillement: Il faut que : Fv ˂ Vr Avec : Vr =058.m 4-3-3-Résistance de l’assemblage sous l’effort tranchant : Vt =7.6+2(25)+5(12+27) = 259.23 KN Fv ≤ Ft →CV. 4-3-7-Conclusion : L’assemblage constitué de deux files de deux boulons M16 de classe 10.Fp/γMs Fs = 52.48 ≤ 219.90/4 = 1.6 mm σn= V/A + M.82 KN.tw/γm0 = 204. vérifient les conditions de résistance.10-6 = 10.7fub.23 KN Fv ˂ V r → CV.fy.Y.As/γmb =113.97/112.97 KN Il faut que : Vt ≤ Fs Avec : Fs = Ks.m.47 MPa σn ˂ fy → ne nécessite pas de raidissage.45 KN Fv =M/h-tf = 86.μ. 4-3-6-Résistance de l’âme du poteau en compression : beff = tfp+2tp+5(tf+r)=14.9.5.

27 ≤ 219.14 KN Msd =77. 4-4-5-Résistance de l’âme du Poteau au cisaillement: Il faut que : Fv ˂ Vr Avec : Vr = 058. 4-4-2-Moment résistant effectif d’un assemblage : MR = 88.m Vsd =32.49 KN Fv ˂ V r → CV.38KN Fv = M/h-tf= 327.54/4 = 8.5+27) = 262.h.54 KN Ʃdi2 = 1107.Fp/γMs Fs = 26.05 mm2 on prend un boulon de diamètre d=16mm soit As = 157mm2 193.81 cm2 Il faut que N1 soit inférieur à nfp Avec fp = 0.8 KN →CV.V/I = 1.13 KN Il faut que : Vt≤Fs Avec : Fs = Ks.μ.50 MPa 76 .10-6 = 43. 4-4-6-Résistance de l’âme du poteau en compression : beff =tfp+2tp+5(tf+r)=14.Y.n As ≥ 138.As Donc : As = N1/0.5.7fub.fy.9fub.6+2(25)+5(12.78 KN.54 KN.As/γmb = 113.97/112.1 mm σn =V/A + M.79 KN Fv ≤ Ft →CV.4 KN Fv = M/h-tf = 32.tw/γm0 = 370.80/1826.37 KN Vt ≤ Fs →CV.m 4-4-3-Résistance de l’assemblage sous l’effort tranchant : Vt = 32.H.7fub.10-4 + 18. 4-4-4-Résistance de l’âme du poteau a la traction : Il faut que : Fv ≤ Ft Avec : Ft = 0.m.Trigui Chapitre 6 : Etude des assemblages 4-4-Assemblage poteau-sablière du plancher courant : L’assemblage se fait de la même manière que pour les poutres et nous obtenons les résultats suivant : 4-4-1-Détérmination des efforts dans les boulons : Les charges appliquées sur la poutre sont : Nsd = 788.

2): Assemblages des contreventements. 4-4-7-Conclusion : L’assemblage constitué de deux files de trois boulons M16 de classe 10.5 =575. As  MB =122.10 3.5 f ub .5KN n=3 boulons  F=367.77 KN Figure (6.Y.5 =158. 4-5-1-Effort de Résistance de la barre 2*L100*10 au droit des trous Ø 22 : N u  0.t 360.77kN 1.R Ø 20 classe 10.25 4-5-2-Résistance de l’assemblage par 3 Boulons H. f u .Trigui Chapitre 6 : Etude des assemblages σn ˂ fy → ne nécessite pas de raidissage.4 kN  MB 1.9 34.H. Les charges appliquées sont : Nsd = 305.5>305.d .9 : Fv  0.77 Pour un boulon : F1  =101. f u  M2  0. 4-5-Assembles des contreventements : L’assemblage se fait au moyen de gousset de 10mm d’epaisseur et de boulons M20 de classe 10. vérifient les conditions de résistance.9.23.  2.5.9 Anet .3 kN>305.10 FB  2.9<FB 3 77 .22.77kN 4-5-3-Vérification de la pression diamétrale :  .25 305.9.

Fh. L’effort maximal résultant Fr . Fh Sd : effort de cisaillement horizontal par boulon dû au moment local d’excentrement .6mm on prend p1 = 140mm e1 = 1.sd = 31.2 d0 = 21.6mm on prend e1 = 30mm e2 = 1. Fv.2d0 = 2.H.sd  F 2 h.24. sd  (pour n = 2).24/2 = 16.68 KN.Sd .5d0 = 27mm on prend e1 = 40mm Figure (6.3): Assemblage poutre-solive.sd = Vsd.sd = Vsd/n= 33. FvSd : effort de cisaillement vertical par boulon .Sd  Vsd  e V. e : distance entre l’axe d’un trou et l’âme de la solive.e/de= 33.Y.35 KN 78 .Sd : effort de cisaillement résultant de calcul par boulon .2(18) = 39. Les efforts sont : Nsd = 28. sd Avec: FV . 4-6-2-Vérification des boulons au cisaillement : Ces boulons doivent reprendre l’effort tranchant VSd ainsi que le moment local d’excentrement : M e  Vsd  e .Trigui Chapitre 6 : Etude des assemblages 4-6-Assemblage poutre-solive du plancher terrasse : Les solives IPE270 sont assemblées aux poutres IPE400 par double cornières L80*80*8 et quatre boulons M16 de classe 10. Fr.6 KN Msd = 49.62 KN Fh.m Vsd = 33. n : nombre des boulons . de n VSd : effort tranchant vertical .24 KN 4-6-1-Disposition des boulons : p1 = 2.59 KN Fr.9.sd  F 2 v. sd repris par chaque boulon est donné par la relation : Fr .40/50 = 26. de : distance séparant les rangées extrêmes des boulons .

Rd = 2. 4-6-4-Vérification de la solive (IPE270) à la pression diamétrale : On doit vérifier que : FV Sd ˂ Fb.Rd = 2.  Mb  1.  Mb  1.62 KN ˂ Fb.55 3d 0 3d 0 4 f U Fb. fU  36daN / mm2 .1) →α=0.fub. d0 =18mm.1000. α.25 = 41. d0 =18mm.H.55.Rd Fb.9.   Min( e1 p1 1 f Ub .8.5. 4-7-Assemblage poutre-solive du plancher courant : Les solives IPE300 sont assemblées aux poutres IPE450 par double cornières L80*80*8 et quatre boulons M16 de classe 10.10-3.6/1.55.45 KN Msd = 54.5.6 → CV.5.As/γMb = 0.0.5.6/1. fU  36daN / mm2 .25 .fu.54 KN.sd/2 = 33.360.10-3. FV Sd : effort de cisaillement vertical par boulon .Y.24/2=16.360. Rd Fv.fu. FV. L’épaisseur de l’âme de la poutre est t = 6.68 KN →CV.81 KN →CV. sd  2 Fv.t/γMb = 2.Rd : résistance de calcul à la pression diamétrale par boulon . l’effort maximal résultant doit vérifier : Fr .6mm.24/2=16.   Min( e1 p1 1 f Ub . .81 KN Fv.16.sd/2 = 33.Rd = 41.5.55 3d 0 3d 0 4 f U Fb.5.Rd : résistance de calcul de cisaillement par boulon : Fv.Rd = 0.68 KN Fv.6.Rd : résistance de calcul à la pression diamétrale par boulon .Sd : effort de cisaillement de calcul par boulon .1) →α=0. Les efforts sont : Nsd = 30.25 = 50.m 79 .157/1. d =16 mm.t/γMb = 2. L’épaisseur de l’âme de la poutre est t = 8.  .6mm.Trigui Chapitre 6 : Etude des assemblages Comme les boulons travaillent au cisaillement. α.35 ˂ 125.8 KN Donc : 31. . fu : La résistance à la traction de la poutre. d =16 mm.16.d. 4-6-3-Vérification des cornières à la pression diamétrale : Fb.62 KN ˂ Fb.25 .25 = 62.0. fu : La résistance à la traction des cornières.d.Rd = 50.  .

55. 4-7-4-Vérification de la solive (IPE300) à la pression diamétrale : L’épaisseur de l’âme de la poutre est t = 7.10-3.6 → CV.55 KN Fv.t/γMb = 2. l’effort maximal résultant doit vérifier : Fr .18 KN Fh.2d0=2.Rd = 2.36 KN 4-7-1-Disposition des boulons : p1=2.5.5.d. sd  2 Fv. Fb.6mm on prend e1=30mm e2=1.5.5.As/γMb = 0.98 KN Fv.sd = Vsd.fu.360.29 KN Comme les boulons travaillent au cisaillement.0.sd = Vsd/n = 36.H.25 = 44.8 KN Donc : 34.16.1000.98 KN →CV.5d0=27mm on prend e1=40mm 4-7-2-Vérification des boulons au cisaillement : Fv. 80 .1mm.18 KN ˂ Fb.Rd = 44. Fb. Rd Fv.0.Rd = 0.sd = 34.157/1.5.18 KN ˂ Fb.sd/2 = 18.d. α. 5-Conclusion : Après conception et vérification des assemblages nous passons à un autre assemblage qui est la liaison de la structure avec le sol.Rd = 2.2(18)=39.sd/2 =18.2 d0=21.08 KN Fr.1/1.5.55 KN →CV.25 =5 9.Y.36.36/2 = 18.e/de = 36. α.Rd : résistance de calcul de cisaillement par boulon : Fv.7.t/γMb = 2.fu.40/50 = 29.Rd = 59.16.55.9.6mm on prend p1=170mm e1=1.25 = 62.Trigui Chapitre 6 : Etude des assemblages Vsd = 36.360. 4-7-3-Vérification des cornières à la pression diamétrale : L’épaisseur de l’âme de la poutre est t = 8mm.29 ˂ 125.10-3. que nous allons étudier dans le chapitre suivant.4/1.fub.

Y.H.Trigui Chapitre 7 : Etude des fondations Chapitre 7 Etude des fondations 81 .

1 Mpa. Sollicitations sous actions accidentelles : s  400 MPa.6 x fc28 = 0.O) .Sollicitations sous actions accidentelles :  b  0.6 + 0.Etat limite de service :  b  0. qui diffèrent par leur géométrie et leur fonctionnement.P. c). 2-Documents utilisés : Les documents utilisés pour le calcul et le dimensionnement de cette structure sont :  Calcul des ouvrages en béton armé (Règles C.5 = 14.85 x 25/ 1.P.A 2003)  Cours de béton armé BEAL 91.A.93 R. sol est estimée à 1.48 MPa.6 + 0. Etat limite de service : s  2/3 fe = 2/3 400 = 267 MPa.: Sollicitations sous actions normales : s  fe / s = 400 / 1. semi-profonde ou profonde.6 x 25= 15 MPa.T. le constructeur choisira une solution du type fondation superficielle. 4-2-Acier : -Acier H. Sollicitations sous actions accidentelles : s  235 MPa.15 = 18.Y.Sollicitations sous actions normales :  b  0.06 fc28 = 0.H.06 x 25 = 2.16 Mpa.B. 4-Caracteristiques des matériaux : 4-1-Béton : Résistance caractéristique de calcul fc28 = 25MPa.50 bars.Trigui Chapitre 7 : Etude des fondations 1-Introduction : Une fondation se définit comme un élément architectural d’un bâtiment qui assure la transmission et la répartition des charges de cet ouvrage dans le sol (poids propre du bâtiment. b).15 = 204 MPa. 3-Hypotheses de calcul : D’après le rapport géotechnique effectué par le laboratoire des travaux publiques de l’Ouest (L.85 x fc28/  b = 0. forces climatiques et surcharges liées à son utilisation). Etat limite de service : s  2/3 fe = 2/3 235 = 154 MPa.85 x fc28/  b = 0.85 x 25/ 1.15 = 348 MPa. a).A. ft28 = 0. 82 . -Acier doux: Sollicitations sous actions normales : s  fe / s = 235 / 1.

4 Avec ht : hauteur de la semelle. 83 . D’après l’étude de la superstructure .73 5. G+Q+E. Le dimensionnement vis-à-vis de leur comportement mécanique (ferraillage) s’effectue à l’état limite de service.Y. 5-2-Choix du type de fondation : Le sol ayant une contrainte moyenne admissible =1.2 selon la note de calcul de charpente métallique.59 6.40cm  sol 0. des fondations superficielles de type : .46 1547.9 ELU 346.66 cm2  A ≥178.Des semelles filantes 6-Calcul des fondations :.5bars et les charges appliquées sur le sol n’étant pas très importantes . 200  60 →d = 35 cm . 5-1-Combinaisons à considérer sont : ELS.15 On prend :A = B = 200 cm =2 m On utilise des semelles rigides évidées.8G±E . il y a lieu de projeter à priori.Avec : ht = d + 5 = 35 + 5 = 40 cm.B ≥ Pser 477730 = = 3184866. 0.67mm2 = 31848.H.5 477. 6-1-les semelles isolées : 6-1-1-Pré dimensionnement : Fx max(KN) Fy max(KN) Fz max(KN) ELS 8.Trigui Chapitre 7 : Etude des fondations 5-les charges à considérer : La majoration des charges n’intervient pas dans le calcul des dimensions de la fondation qui sont déterminées à l’état limite de service. L’étude de la structure a été établie avec le logiciel SAP V14. D’après le principe d’homothétique : a/b = A/B avec a = 60cm et b = 60 cm A.1 Tableau (7.1): Efforts appliqués aux semelles isolées. on prévoit un fût de : 60 x 60 cm.Des semelles isolées .

5 = 4 T.60 x 0.Trigui Chapitre 7 : Etude des fondations Largeurs de la semelle Hauteur de la semelle Largeurs du fût Hauteur du fût Largeur du poteau A B h a b H l 200 200 40 60 60 130 60 Cm cm cm cm cm cm cm Tableau (7.59 = 1630.m 84 .07 KN ELU : N = (1.m ELS : Mz = 5.45) +1517.Fz aux moments flechissants : M= FxH ELS : Mx = 8.17 T.40 x 1.2): Dimensions de la semelle isolée.30 =451.90) x 1.8 = 3. Figure (7.35 x 83.00x 0.345 T N : effort normal total = NT + Fy ELS : N = 83.9x1.79x1.73= 486.175 T.m ELU : Mz = 6.67 KN.05 KN.30= 7.5 x1.45 + 477.40 x 0.1) : Semelle isolée 6-1-2-Vérification des contraintes : 6-1-3-Descente des charges: Poids de la semelle : Ns = 2.30 =11.06 KN. Poids total: NT = 7.24 KN 6-1-4-Transmission des éfforts horizontaux Fx .m ELU : Mx =346.H.2x1.845 T=8. Poids du fût : Nf = 0.30 x 2.Y.5 = 1.60 x 1.30 =8.00 x 2.40 x 2.61 KN. Poids du remblai : Nr = (1.

V 6-1-5-Ferraillage de la semelle isolée : Sens X : e = 0.91 Tableau (7. fe / s  = 2.9h.Y. fe / s On prend : Ax = 10T12 = 11.022 m < B 6 AX = P.29 2.13 683.125  0.0.07 N  0.V Sens Z : e= 7.3): Efforts appliqués aux semelles filantes.05 Mx = = 0. L : longueur de la semelle .H.(1 + 3 e/B) x  6-2-Les semelles filantes : 6-2-1-Pré dimensionnement : Fx max(KN) Fy max(KN) Fz max(KN) ELS 0.15 Mpa.0.31 cm2 8. sol B : largeur de la semelle.015 m < A 6 Aa  = 2. C. elle est égale à 4. D’après le règlement BAEL99 la largeur B de la semelle est comme suit : NT B L.33 cm2 Sens Z : e = 0.31 cm2 2 Az = 10T12 = 11.67 Mz = = 0.31cm Az = P.07 N  1  (3xe / A) x N   sol AB  0.Trigui Chapitre 7 : Etude des fondations On va calculé l’excentricité ‘e’ dans les deux sens X et Z : Sens X : e= 11.(1 + 3 e/B) x  Bb 8.015m < A/6 486.17 922.9h.15 Mpa  1  (3xe / B) xN AB   sol C.89 ELUA 0.2m 85 .44 3.123  0.022m < B/6 486.

on doit alors vérifier la condition suivante vis à vis de la longueur élastique : 1  4 EI  4   Le   Où : L max  L e 2  KsB  Lmax : Longueur max entre les poteaux est égale à 2.11m² Donc : B= 2. la hauteur utile vaut : Bb = 40 cm on prend : d = 30 cm d 4 h t  d  5 = 45 cm Figure (7.Trigui Chapitre 7 : Etude des fondations NT : effort normal total   N i S : surface de la semelle S  NT  sol =9.H. Ks : Coefficient de raideur de sol=400KN/m2. E : Module d’élasticité du béton =3. pour cela elles doivent être suffisamment rigides pour ne pas se comporter comme une poutre sur un sol élastique.Y. I : Moment d’inertie de la semelle I  B. 6-2-2-La hauteur ht : La hauteur de la semelle est : ht  d  5 Pour satisfaire la condition de l’inclinaison de 45° de la bielle moyenne. 12 86 .21107KN/m2.2m.2m.ht3 .2) : Semelle filante 6-2-3-La hauteur totale ht doit vérifier les conditions suivantes : -Condition de rigidité des semelles : Les semelles filantes ou continues sous poteaux sont soumises à des contraintes linéaires réparties.

75MPa  750KN / m 2   293.045 f c 28 /  b : représente la valeur limite de la contrainte de cisaillement.78cm² Ar.min= 2cm2 avec un espacement S tr  max 6  6.L4max  ht min  5.045  25 / 1.H.11cm² Ar=6T12/ml =6.5  0.2cm E. la hauteur total ht doit elle-même satisfaire l’inéquation : 5ht   P     / B    lim 1   b  2ht   3   P : Représente l’effort normal au niveau de poteau le plus sollicité de chaque semelle  lim  0.25+159. 6-2-4-Ferraillage des semelles filantes : Le ferraillage se calcule par la méthode des bielles à l’ELU.  lim  0.15cm   S tr  15cm 6-3-Calcul des ancrages : 6-3-1-Introduction : L’assemblage d’un pied de poteau sur un massif en béton est réalisé au moyen d’une platine appuyée sur le massif ancré par des tiges d’ancrage. 4  Le  4.Trigui Chapitre 7 : Etude des fondations ht min  3 D’où :  4 EI   Le   K B  s  Lmax   2 1 4 48K . 6-3-2-La platine d’extrémité : 87 .76 m Vérifié. -Condition de non poinçonnement : Pour satisfaire la condition de non poinçonnement.  Nu Pu1  L Pu2 : poids du remblai et semelle.96m Le  2. Pu  Pu1  Pu 2 =439.2   2 4.94cm ² 8d sol On prend : AS= 10T16= 20.Y.33   lim  750 Vérifié.35 KN P B  b  As  u  19. nous avons : P B  b  As  u 8d sol Pu  Pu1  Pu 2 Pu1 l’effort normale au niveau de poteau le plus sollicite de chaque semelle.1=598.96  5.

Elle est percée sur sa ligne médiane pour recevoir les extrémités filetées de deux tiges d’ancrages scellés dans la fondation. la platine peut être renforcée par un raidisseur.Trigui Chapitre 7 : Etude des fondations C’est un plat en acier rectangulaire soudé à la base du poteau par un cordon de soudure appliqué sur le pourtour de la section du profilé constituant le poteau. 6-3-3-les tiges d’ancrage : Elles sont droites ou courbées à une extrémité.95mm on prend ad=8mm -La largeur minimale de la platine hpmin : hpmin =2as+hc=2×10+290=310 on prend h=320mm et b=330mm 6-3-5-Calcul d’un Pied de poteau encastré : On a un poteau HEA300.8 mm on prend as=10 mm .7tf=0. tw =8. traverse la platine sur laquelle elle est boulonnée. encastré en pied. elles sont destinées à s’opposer à un effort très important.42KN.1(1  ) 1000 (1   ) 2 d1 gc : étant le dosage en ciment du béton =350kg/m3 Φ : diamètre de la tige lisse L1 : longueur de la tige lisse =20 Φ N : l’effort de soulèvement dû aux efforts sismiques (Sous G+Q+1. celle qui est filetée. b=300 mm.Y.54 KN Béton dosé à 350Kg/m3 de ciment   80daN / cm 2 6-3-6-Caractéristique des tiges : 7g c l N a  0. la platine prend directement appui sur surface de béton de fondation.7tw = 0. tf =14 mm. Le béton des poteaux est dosé à 350 kg/ m3 . Sous l’action du serrage des écrous.7×8. appelée clé d’ancrage. soumis à un effort normal pondéré et centré de : N=928 KN M=109.7×14=9. fc28 =25 MPA -Choix des cordons de soudures Poteau HEA300 (h=290 mm.5= 5. 6-3-4-Hypothèse : La liaison des poteaux à leur extrémité est considérée comme encastré dans les deux sens longitudinal et transversal. encastrée dans le béton de fondation. L’extrémité recourbée de certaines tiges s’accroche à une barre horizontale.m T= 247.H. L’autre extrémité.2E) = 190.1(1  )   1000 (1  ) 2 4 d1 88 .5 mm) Cordon de semelle: as=0.16 KN d1 : distance entre la tige et la paroi la plus proche Effort admissible par lige d1=240mm 7 gc l N N a  0.Cordon d’âme: ad=0.

97˂25 MPa →Vérifié.b = 928/32*33=8.15 kN Soit 4x63.Y.11   2 1000    20  1    240  T=(-)247.6kN > T=190.4r  3.350  550  6.33≥0 Soit Φ≥19mm On prend des tiges qui ont un diamètre ø20mm.16kN.5l1 )  2  1000     1    d1  20  7.17 KN 89 .40 N a  0.Trigui Chapitre 7 : Etude des fondations D’où l’on tire -1153. 6-4-Etude des longrines : 6-4-1-Dimensions de la longrine : La section est égale à : 30 x 30 .52Φ-445.97 MPa 8.min = 16.H.54 kN N=63.15=252. 6-3-7-Caractéristiques de la tige : l1= 20ɸ=20*20=400mm l2=2ɸ=40mm r=3ɸ=60mm 6-3-8-Vérification : -Vérification de la contrainte de compression sur la semelle en béton : Il faut que : σna˂fc28 σna=N/a. on prend S = 30 x 40cm La longrine doit être calculée pour résister à la traction sous l’action d’une force égale à : F = N /   20 KN avec : N : la valeur maximale des charges verticales de gravité apportées par les points d’appui solidarisés. -Epaisseur de la platine : c tp  tp.5.4 mm Epaisseur adoptée t=20mm -Vérification des tiges d’ancrage : 7gc  l  N  0. Donc les tiges d’ancrage résistent à la traction.99Φ2-1592.60  3.min  f y / 3 f jd  M0  tp.11  (l  6.59 KN  N/  = 103.4.  = coefficient fonction de la zone sismique et de la catégorie de site considérée = 15 Donc : N = 1547.

Amin = 30 x 40 x ft28 / 348 = 7. les fondations ont été définies et nous passons à une étape importante dans la construction métallique qui est la protection de la structure contre le feu et la corrosion. Acal = N u /  s = 103170 / 348 = 219.Trigui Chapitre 7 : Etude des fondations N u = max ( F . Fz ) = max ( 103. 34. Fx . 6-4-2-Les armatures transversales : 4  8 (cadre + étrier) avec: St  Min (20cm.6 mm2 =2.2) = min (20cm.H.Y.1) = 103.17 KN. 18 cm)  St = 15 cm 7-Conclusion : A la fin de ce chapitre.96 cm2.17 . 6.23cm². 15 x 1.24 cm2 Donc on prend : A = 6T14 = 9. 90 .64 .

Trigui Chapitre 8 : Protection de la structure Chapitre 9 Protection de la structure 91 .H.Y.

Les types de protections diffèrent selon l’usage et l’implantation de l’édifice. la peinture intumescente.Y. 2-La corrosion : Comme tous les matériaux de construction. Sur chantier. C'est en grande majorité sur les pieux que ce type de protection est effectué. Elle permet d'améliorer la réaction au feu des matériaux employés dans des ouvrages neufs comme sur les chantiers de rénovation. 2-1-Protection par peinture : Le traitement de surface par une peinture anticorrosive est une méthode très courante en termes de prévention des ouvrages métalliques (85 % des surfaces protégées). car l’acier ne résiste pas aux températures élevées. le flocage (fibreux et pâteux)…etc. 2-2-Mise en œuvre : Les surfaces à peindre doivent être propres. Les travaux de peinture doivent se dérouler à l'abri des poussières et des intempéries.Trigui Chapitre 8 : Protection de la structure 1-Introdution : L’acier présente quelques inconvénients parmi lesquels on cite la corrosion et le feu. Le choix de l'une ou de plusieurs de ces techniques dépend de divers paramètres comme l'agressivité du milieu ambiant.H. C'est 92 . on a recours à différentes techniques de décapage : brossage. Les techniques de prévention de la corrosion sont diverses : la protection par peinture ou autre revêtement de surface ou la protection cathodique. piquage. ils existent plusieurs techniques parmi lesquelles. Pour remédier aux problèmes. qui récupèrent le sable en circuit fermé. et plus particulièrement en milieu marin. l'air et plus particulièrement le milieu marin. 3-1-La peinture intumescente : La peinture intumescente est une solution esthétique puisqu'elle propose une finition avec un vaste choix de couleurs et simple à mettre en œuvre. On a donc une facilité de mise en œuvre et de ce fait un avantage économique. Le grenaillage par sable est la technique la plus couramment utilisée. débarrassées de la rouille et de la calamine (ton bleu noir). Pour notre structure la protection choisit et la peinture intumescente plus un dispositif d’alerte anti incendie. qui causent la déformation de l’acier et ainsi la ruine de la structure. l'acier tend à se dégrader superficiellement lorsqu'il est soumis à des milieux corrosifs comme le sol. en dehors des périodes de gel et par un ensoleillement modéré en respectant la fiche technique du produit. nous devons protéger la structure et le personnels. Les ateliers sont souvent équipés de cabines de grenaillage. 3-Le feu : L’incendie étant très défavorable. cette récupération est une contrainte environnementale assez lourde. la durée de protection envisagée. Les éléments en acier arrivant à l'atelier ou sur site déjà oxydés. martelage ou projection d'abrasifs (grenaillage). les possibilités de mise en œuvre et d'entretien. chaque élément doit subir un traitement spécifique contre ces deux facteurs. Cette technique présente l'avantage de pouvoir traiter la plupart du temps les éléments en usine avant de les amener sur chantier.

soit au rouleau. Les peintures intumescentes sont en phase aqueuse ou à base solvant et peuvent être appliquées par projection. 93 . Elle protège les supports des flammes. soit au pistolet qui est préférable pour des questions esthétiques. Elle peut se composer de trois couches : une couche anticorrosion. une couche de produit chimique intumescent et une couche de protection externe et de finition. 4-Conclusion : A présent la structure est prête a entrée dans une nouvelle phase qui est l’exploitation. L'application du complexe doit être réalisée avec le plus grand soin. Les peintures intumescentes réagissent aux températures de 270 °C à 300 °C en gonflant d’environ 20 fois leur épaisseur appliquée. La peinture intumescente garantit de 30 à 120 minutes de stabilité au feu.Y. Figure (8. limite la propagation de l'incendie et retarde l'élévation de la température des matériaux.H. La mise en œuvre d'un produit améliorant le comportement au feu d'un matériau constitue un acte de sécurité. Elle permet à la construction de supporter ses charges durant toute la période de résistance au feu exigée. Cette alarme permet d’évacuer rapidement et d’intervenir le plus tôt possible.2) : Couche de protection d’un profilé 3-2-L’alarme anti-incendie : Afin qu’un incendie ne puisse pas se propager rapidement et pour la sécurité des occupants.Trigui Chapitre 8 : Protection de la structure une peinture qui gonfle sous l'action de la chaleur pour former une mousse microporeuse isolante appelée « meringue ». à la brosse ou au rouleau. l’installation d’une alarme anti-incendie reliée à des détecteurs de fumée est très importante.

H. je me suis familiarisé avec les différents règlements et loi en vigueur vis-à-vis de l’étude d’une structure métallique. de dimensionnement. le perfectionnement de mes connaissances en matière de conception. De ce projet. citons le vent et le séisme dont les effets sont dévastateurs sur une structure. l’application des connaissances théoriques acquises lors de la formation ainsi que l’utilisation des logiciels de CAO et DAO. tout en essayant de choisir les profilés adéquat afin que la structure soit la plus légère et la plus stable possible vis-à-vis des sollicitations les plus extrêmes auxquelles elle sera soumise. Aucun ouvrage fait de main d’homme ne peut prétendre à la perfection. Que nos lecteurs ne nous en tiennent pas rigueur mais qu’ils fassent preuve d’indulgence. La structure a été dimensionner selon le règlement CCM97. Nous avons donc consciences des imperfections de notre travail.Y.Trigui Etude d’un bâtiment à ossature métallique Conclusion Notre projet consiste à dimensionner un bâtiment en charpente métallique d’une forme rectangulaire simple constituée d’un rez-de-chaussée et trois niveaux supérieurs. 94 . Les recherches ultérieures et les contributions d’autres chercheurs veilleront à parfaire le contenu de ce modeste travail.

Annexes 95 .

𝜆1 = 93. 𝑊𝑝𝑙 .m Mb.rd >My.rd= 545.𝑦 .2)𝜆2𝑙𝑡 𝛼𝑙𝑡 = 0.m Avec : My.𝑟𝑑 = 𝜒𝑙𝑡 .m Mb.sd= 265.9𝜀 ɸ𝑙𝑡 = 0.sd →CV .sd= 320.08 104 N/cm2 It : Moment d’inertie de torsion.21 𝜒𝑙𝑡 = 1 𝜑𝑙𝑡 + [𝜑𝑙𝑡2 − 𝜆2𝑙𝑡 ].5[1 + 𝛼𝑙𝑡 (𝜆𝑙𝑡 − 0. /𝐶1 [ 2 ] 𝐼𝑧 𝐼𝑤 𝜋 𝐸𝐼𝑤 C1 : facteur dépendant des conditions de charges et d’encastrement. 𝛽𝑤 .m My.62 KN. G= E/2(1+ν) = 8. [ ].92 KN. Iz : Moment d’inertie de flexion suivant l’axe de faible inertie.98 KN. 𝛾 𝑀1 Avec : 𝛽𝑤 =1 section de classe 1 𝜒𝑙𝑡 Est le facteur de réduction pour le déversement. Vérification du déversement pour : IPE450 𝑓𝑦 𝑀𝑏.78 KN. 𝜆 = 𝜆𝑙𝑡 χ = χlt 𝜆𝑙𝑡 = [𝜆𝑙𝑡 /𝜆1 ] 𝛽𝑤 𝑊𝑝𝑙2 .0.rd= 543.  Vérification du déversement pour : IPE400 Mb. Iw : Moment d’inertie de gauchissement.5 Donc : Mb.25 0.5 𝐿2 𝐺𝐼𝑡 𝜆𝑙𝑡 = 𝐿.𝑦 0.sd →CV.rd >My.

sd →CV.  Vérification du déversement pour : HEA240 Mb.sd →CV.27 KN.64KN.45 KN.m My.rd= 617.rd >My.rd >My.sd= 109.sd= 165.m Mb.rd= 584.m Mb.  Vérification du déversement pour : IPE300 Mb.26 KN.sd →CV.m My.  Vérification du déversement pour : HEA260 Mb.94 KN.m Mb.sd= 130.08 KN. .6 KN.79 KN.sd →CV. Vérification du déversement pour : IPE270 Mb.rd >My.m My.m My.rd= 218.rd= 248.sd= 86.m Mb. REMARQUE: Le calcul de la stabilité au déversement fait partie du chapitre de dimensionnement des éléments de la structure (chapitre 3).rd >My.

1-Assemblage poteau-poutre : 2-Assemblage poteau-sablière : .

3-Assemblage poutre-solive : 4-Assemblage des contreventements : .

YAHIAOUI Yahia) .BC. Ecole national des travaux publics (ENTP). AHMED BEY Abdelheq et M. -Etude et conception d’un bloc pédagogique (R+3) en charpente métallique.Ministère de l’habitat. DAHMAN Chérif) .2. Oussalem Belkacem et M. -Etude d’un bâtiment administratif en charpente métallique (M.2011.48 Règles Parasismiques Algériennes RPA99/ VERSION 2003. DTR.44 Règles de conception des Structures en aciers CCM97.Ministère de l’habitat.2 Charges permanentes et charges d’exploitations.Ministère de l’habitat. .BC.2. J. (M. . Calcul des structures métalliques selon l’Eurocode 3. DTR. . Université ABOU BEKR BELKAID. Centre national de recherche appliquée en génie parasismique. Université de Boumerdes. DTR. -MOREL.47 Règlement Neige et Vent RNV99. DTR. Centre national de recherche appliquée en génie parasismique. Paris.2008.2006. -BAEL91 Calcul des Structures en béton. Merchichi Salem et M. Ecole national des travaux publics (ENTP). Centre national de recherche appliquée en génie parasismique.2. Université de Boumerdes. .Références bibliographiques -Ministère de l’habitat. -Etude d’un bâtiment (R+3) en charpente métallique à usage d’habitation. Douda Abdessamed). Mémoire -Etude d’un bâtiment administratif en charpente métallique. DTR. .BC. 2010.BC. -Etude et conception d’un bâtiment (r+4) à usage bureaux (M. Helal Sofiane) .BC. (M. Centre national de recherche appliquée en génie parasismique.331 Règles de calcul des fondations superficielles.2006. Centre national de recherche appliquée en génie parasismique. Siad Nacir) . (2005). (M.Ministère de l’habitat.2.Edition EYROLLES.2.