Vous êtes sur la page 1sur 239

Conseil scientifique de l'Académie russe des sciences pour l'étude et la

préservation du patrimoine culturel et naturel

Sergey Gavrov

Modernisation de l'Empire russe

Editorial URSS
Moscou
2004
Sergey Gavrov Modernisation de l'Empire russe. M.: Editorial URSS, 2004.
- 352 pp.

L'auteur a examiné le processus de modernisation de l'alternance de l'empire


russe et le modèle libéral de la modernisation dans laquelle le modèle impérial de
la modernisation est l'activité dominante, mais seulement libéral supplémentaires
compensatoires. Notre problème historique est que la modernisation de la Russie
ne contribue pas seulement à l'entrée de la Russie moderne, mais plutôt de
renforcer la féodal-impériale des motifs de la culture et la civilisation système.
Mise à jour pour le bien de l'empire de construction conduit à une redistribution de
l'énergie vitale de la sphère humaine de la vie quotidienne dans les mégaprojets
laïque ou religieuse, crée un monde où les gens d'utiliser et que le renforcement de
l'Empire - le grand objectif. Est-il possible de briser ce cercle vicieux, de sortir le
pays de l'Empire jauge, rompre le cordon ombilical qui la relie à l'héritage
impérial-féodale, et les droits à la sortie de service de l'Empire, si les autorités -
que toute une série de questions sur lesquelles nous essayons de répondre dans ce
livre.
Le livre est destiné à la culture, historiens, sociologues et tous ceux qui
s'intéressent au processus de modernisation de la Russie.

Rapporteurs:
E. Selezneva - éminent chercheur de l'Institut russe pour la recherche
culturelle, docteur en philosophie. Science.
LN Voïvodine - Doctor of Philosophy. Sciences, Professeur.

Contenu
Préface ....................................................................................................................................3
Chapitre 1. Deux modèles de la modernisation ..............................................................................6
I. Le phénomène de la modernisation .....................................................................................6
II. Le modèle libéral et impérial de la modernisation ...........................................................27
III. La séquence historique de la Russie, la modernisation ..................................................51
II. Une bonne et existe dans l'esprit de la tradition russe ....................................................121
III. Féodal Kvazifeodalnaya empire comme une forme d'auto-social de Russie du système
culturel et civilisationnel .....................................................................................................153
Chapitre 3. La modernisation et les processus socio-culturelles en Russie depuis 1991. ..........183
I. Socioculturelle de la situation en Russie après 1991 .......................................................183
II. Système et disistema. Scénarios et perspectives ............................................................214
Conclusion ..........................................................................................................................234

Depuis Pierre le Grand, vous êtes de plus en plus d'élargir ses limites, de ne
pas perdre dans l'espace infini.
Claude Henri de Saint-Simon Ruvrua - MS Lunin

Russie - il s'agit d'un empire. Pour l'appuyer, l'État


devrait tenir dans leurs mains, et d'autres aspects de la vie de la nation
S. Witte
Pourquoi tout faire s'est-il passé? Et se situent sur
caractère, ou la volonté de Dieu.
Comment faut-il en être autrement?
Nous payons pour tous, et n'ont pas à renoncer à
J. Brodsky

Préface

Lorsqu'on lui demande pourquoi l'auteur a créé un intérêt pour les questions
liées à la modernisation de transformation de la Russie, la réponse est facile.
Russie oiseau troïka, l'ensemble des 70's et la plupart des 80-s du mat radoter
raznovelikim partie des réunions et des dissidents de cuisine, d'ici à la fin des
années 80 - début des 90's ozhila - de manière ozhila. Rvanula dès le départ, donc
oui, qui ont volé coureur d'une baisse (ex-républiques soviétiques), la volonté, et
qui a reçu dans sa captivité, à différentes phases de l'histoire russe. Et subi. Et nous
avons - ses contemporains - l'esprit, non seulement kaléidoscopique monde en
mutation autour de nous, mais notre vie, nous-mêmes. Ici, il est - une nouvelle
étape de modernisation de la Russie.
Wanted, à l'époque qui est déjà dans notre histoire pour comprendre qui nous
sommes, d'où et où nous allons et comment les petites ou grandes chances de venir
à la fin, dans un lieu décent, et si nous avons en face de contrôle à l'entrée de la
civilisation moderne. Mais, plus important encore, si cette grande partie de la
société et les autorités russes? Et si oui, quels sont les principes que nous sommes
disposés à renoncer, comme importante pour eux-mêmes prêts à sacrifier?
Les vagues roulées à la modernisation de la Russie depuis plus de trois
siècles, en commençant par la transformation de Peter I. Pendant ce temps, réussi à
faire quelque chose, mais quelque chose était resté dans le domaine du rêve et de
projet. Alors, pourquoi la tentation constante de l'amélioration est accompagné par
pas moins un processus de modernisation de l'opposition, lors de la réforme devrait
être kontrreformy, mais après un certain temps, le processus de reproduction dans
la même séquence? Dans notre livre, nous allons essayer de trouver la réponse à
cette question et d'autres malades de notre vie.
La plupart parlent de la Russie après le chemin de la soi-disant
modernisation de la capture. Mais ce n'est qu'une partie de la vérité, la capture le
modèle ne fonctionne que dans certains segments de la Russie sur la situation
socio-culturel, mais pas dans le système dans son ensemble. Au cours de la période
de la modernisation de notre histoire, nous rattraper moderniser la civilisation
occidentale (principalement l'Europe de l'Ouest), en particulier dans la technologie
militaire et industrielle, tout ce qui sert le développement du potentiel militaro-
technique du pays. Une modification substantielle de la structure sociale, qui
comprendrait non seulement l'adoption de modèles institutionnels proposés
civilisation moderne, mais aussi son esprit, l'introduction et le respect des libertés
et des droits civils, de la société civile - tout cela pour la plupart de la période n'a
tout simplement pas exister.
Les autorités semblent beaucoup plus simple et plus fiable que de ne pas
compter sur l'initiative privée petit homme, mais de prendre une autre décision
fatale, de mobiliser toutes les forces pour la prochaine percée. Lorsque le prix du
terrible stress / excès de vitalité personnes percée a été faite, ou de ce qui s'est
passé le plus souvent, en partie, tout à coup se révèle que près d'un espoir traînard
espace socio-culturel qui n'est tout simplement pas en mesure non seulement de
jouer, mais aussi de maintenir ce succès local. Comprendre que l'existence de la
société civile, le niveau de développement social en général est la valeur suprême
et ultime - le pouvoir n'est pas d'aujourd'hui.
Ainsi, la principale chose. Pendant des siècles, l'effort principal dans le
processus de modernisation de la Russie ne s'engage pas à rejoindre la civilisation
occidentale moderne, dans sa généalogie, mais pour des raisons de conservation, la
reproduction et la consolidation de l'empire. La modernisation a été réalisée dans le
seul but de rendre plus moderne et compétitive, en raison du type de chacun des
éléments de l'empire, ont forcé la victime et de la retraite du privé, les collectivités
locales ont été autorisés à préserver et à renforcer l'ensemble du corps et l'esprit
empire.
Enfin, il ya une autre raison qui nous a conduit à examiner en détail les
caractéristiques de ce processus de modernisation de la Russie. Comme notre
analyse des publications scientifiques, les études existantes ne fournissent pas de
plus ou moins complète de la Russie, la modernisation de transformation. Soit ils
sont éloignés de moderne réalités socio-culturel, ou le phénomène de la
modernisation n'a pas été étudiée en termes de changements dans la culture et la
société dans le cadre de l'enseignement théorique et culturel (culturel) approche, et
non pas seulement une sorte d'image de plusieurs socioculturel empiriste, par le
biais d'un changement qui se manifeste processus de modernisation, mais aussi de
mieux comprendre les relations causales qui mènent à un tournant de l'histoire.
Dans ce livre, nous essayons d'examiner la situation historique de la Russie
et les phases de modernisation, afin d'évaluer ses perspectives et, en raison de ces
perspectives, nos chances dans la vie, c'est-à-dire, Allons-nous construire une
maison, élever des enfants et de cultiver notre jardin, ou encore se rouler les bottes,
les militaires de la mode se charge et nous Empire exprimés dans le prochain four
ideokraticheskogo projet.
L'auteur exprime ses sincères remerciements aux collègues qui ont pris la
peine de lire ce livre: Docteur en Philosophie, Professeur EA Orlova, et docteur en
philosophie, professeur A. Pelipenko. Mixte de discussion des problèmes et des
commentaires a contribué à une meilleure articulation de l'auteur du concept. Un
merci tout spécial, je tiens à remercier les commentateurs, éminent chercheur de
l'Institut russe pour la recherche culturelle, docteur en philosophie E. Selezneva, et
docteur en philosophie, professeur LN Voïvodine.

Chapitre 1. Deux modèles de la modernisation

I. Le phénomène de la modernisation

Le problème de la modernisation est l'un des plus douloureux pour la


conscience nationale, à la fois les scientifiques et le public, en ce qui concerne la
formulation des deux à moyen et à long terme la stratégie de développement. Le
terme de modernisation au-delà de la stricte compréhension scientifique de
l'expression est utilisée très largement et le flou, souvent avec un sens différent.
Pour que notre étude correcte, doit correspondre le terme de modernisation de sa
sœur concepts.
Cela, surtout, la notion de modernisme. Le soi-disant plus moderne, en
rétrospective, une très large corrélation avec l'émergence du christianisme. Le
terme moderne pour la première fois en Europe à la fin du V po afin de distinguer
reçu le statut officiel de la chrétienne et païenne romaine passé. Au cours de la
prochaine ère de la teneur de la notion de changement, mais la philosophie des
Lumières et romantisme, puis le remplir de sens, соотносимым et le moderne.
Moderne, avancé, depuis lors, est celle qui contribue à l'objectif de l'expression
spontanée de mise à jour de la pertinence de l'esprit de l'époque.
Dans le contexte actuel de la culture et la civilisation moderne ou des études
de plus ère moderne se réfère à l'époque moderne, de la Renaissance et la Réforme
a commencé et s'est terminé (plus ou moins permanente) avec l'approbation de la
post-idéologique de paradigme dans le dernier quart du vingtième siècle.
Il nous semble qu'il n'y ait pas de besoin particulier d'insister
particulièrement sur le contenu des conditions d'élevage modernisation, moderne et
moderniti avec le plan artistique nouveau (au sens du style artistique de la fin du
XIX - début du XX siècle.) Et modernisme (en intégrer la valeur de la conscience
artistique du XXe siècle). Par exemple, le célèbre slaves, philosophe italien
Vittorio Strada, a dit que la langue russe est dérivé du mot moderne, notamment la
modernisation, le style Art Nouveau, mais pas la plus élémentaire notion de
moderne, qui remplacera la catégorie de la modernité. Pendant ce temps, la
catégorie moderne de plus grande capacité est un concept que la catégorie de la
modernité. En particulier, on peut parler de la période contemporaine, moderne,
accentue son maintenant, nous avons observé période.
Si l'on entend par moderne de la période suivant la révolution bourgeoise
européenne (en particulier tiens à souligner l'anglais Révolution 1640 - 1642gg.) Et
s'est poursuivie pendant tout le temps jusqu'à ce que la nouvelle transition, la
plupart des pays développés dans une société postindustrielle, la fin du XX - début
du XXI siècle, au moins, la perspective historique la plus proche sont considérés
par nous comme la fin de moderne. Nous pensons également solidariziruyas à cet
égard à la position de la sociologue sénégalaise S. Amin, que Aujourd'hui, (la
modernité) incomplet, il ouvre la porte à l'inconnu. Aujourd'hui nezavershaema
dans son essence, mais il s'agit d'une séquence de formes, qui sont très variées de
surmonter les contradictions de la société à chaque moment de son histoire . Notre
évaluation de cette période est largement corrélé à la position de E. Giddens, J.
Habermas, qui voient le projet comme un moderne, up-to-date, une certaine
potentialité créatrice. Dans le même temps, nous ne pouvons pas accepter que
d'une objection à un tel point de vue raisonnable. Ainsi, Hélène A. estime que le
siècle des Lumières hypothèses sont morts, continuent de s'appliquer uniquement
aux conséquences.
L'analyse de ces phénomènes comme historique moderne et de
modernisation peut être effectuée à différents niveaux. Pour externe empirique des
phénomènes classés sous les domaines de la politique, l'économie, la sociologie,
l'histoire, de la technologie, de la loi reflète les changements dans les mentalités
individuelles et collectives des nations européennes. Le recours à ces changements
profonds dans la recherche fait l'idée non seulement de rechercher la réponse à la
question de savoir comment cela s'est passé, mais surtout pourquoi. À cet égard, il
est nécessaire non pas tant le sujet empirique, mais dans le culturel et approche
théorique, dans lequel la mentalité et la civilisation sont des éléments
indissociables d'un même système culturel.
Nous sommes bien conscients de la manière dont l'Europe est devenue
l'Europe en termes de source mondiale de la modernisation influences. Mais quand
nous essayons de comprendre pourquoi cela s'est passé, la réponse n'est plus aussi
claire, suggérant un recours à l'enseignement théorique et philosophique et culturel
du discours scientifique. Lorsque nous essayons d'y répondre, en se fondant
principalement sur l'extérieur des données empiriques, beaucoup est inaccessible à
notre compréhension. Ainsi, au niveau de l'historique et l'analyse empirique est
presque impossible d'expliquer pourquoi percée technologique XV siècle s'est
produit en Europe plutôt que dans l'Est, notamment en Chine, où cela a été
suffisant pour l'extérieur (physique) des conditions préalables. En tentant de
répondre à la question de savoir pourquoi l'Europe est devenue la première dans
l'ère de la modernisation, nous nous tournons vers les caractéristiques du domaine
de la culture et la civilisation européenne qui déterminera la direction du vecteur
de développement historique.
Russian Social Anthropology AA Pelipenko estime que l'Antiquité était le
prototype de l'ouest du utilitaristskogo la société, sa culture et de civilisation
mercredi sur un niveau plus élevé de la dynamique socio-culturelle que dans le
monde antique. Crise existentielle de l'ancien Orient, liés à l'effondrement de la
tradition mythologique-rituel, a été compensée dans l'Antiquité par l'enracinement
existentiel de l'homme, qui a abouti au développement de la propriété privée,
inaliénable des droits civils.
Il convient de noter que ces tendances ne sont pas ralentir en raison de la
poursuite du développement de l'historique et la dynamique socio-culturelle, le
désir de reproduire la vie dans la tradition. Empire romain période de déclin stagné
dans les différents domaines de la vie, y compris dans l'important processus visant
à accélérer la dynamique domaine de la technologie. Sami technologie au moment
de la mort de l'Empire romain d'Occident, n'a pas évolué au fil des siècles, et il n'y
a aucune raison de croire que le monde romain a maintenu la possibilité de progrès
technologique ... le nombre de socialement reconnu sociale et intellectuelle n'a
jamais figuré dans les priorités avancées dans le domaine de la technologie.
L'épuisement et la diminution progressive, puis la perte de l'empire de l'ouest
et atteint d'un barbare de personnes en Europe qui ont vécu un profond choc socio-
culturel de quelques siècles, les soi-disant âge des ténèbres, où la rupture des
communications et de l'ancien monde est de retour une grande partie de l'Occident
à la primitive l'État, qui est caractéristique de la civilisation rurale traditionnelle
près de la préhistoire . Certains des anciens de l'héritage des peuples barbares de
l'ouest de l'Europe ont été en mesure d'apprendre, mais une grande partie du passé,
il est pertinent, a été transféré à la zone de la mémoire. Cette société est encore
estimé tradition romaine. Mais ces traditions qui existent seulement dans la forme
chrétienne, n'a pas été une expérience vivante, et a survécu seulement en tant que
de bons souvenirs .
Après un siècle après la catastrophe de la civilisation, qui a été à l'automne
en Europe, l'Empire romain d'Occident, l'héritage de l'Antiquité, et de plus en plus
la diffusion de la foi chrétienne, la pratique religieuse et une énergie vitale est
devenue un barbare etnoplemennyh entités à former une nouvelle culture et de
civilisation nouveau paysage de l'Europe chrétienne.
Cela est tout à fait différente, avec ses caractéristiques propres et de la
culture et la civilisation système. Une caractéristique créée au Moyen Age de
l'Europe occidentale de la culture et la civilisation a été le modèle de monde à trois,
où le système entre les pôles de Dieu et le diable, le bien et le mal de la forme
physique, humain. Il s'agit d'une période de trois division du monde, mettant en
évidence l'effet de l'homme, largement définie comme la direction, l'intensité et
l'accélération des processus dynamiques dans l'histoire et sotsiokulture du système,
stimuler le développement ultérieur d'une matière explosive équipé homme de
paix.
Parted avec un filet en temps августинизмом Akvinata, catholiques du
monde se divise en deux, de ne pas être ( lumière et sombre ) - et de sodium: une
zone montagneuse entre le surnaturel, et la bienheureuse enfer zone artificielle
pour le moment vécu par ses propres règles, mais sous puissance de Dieu, la nature
. En outre, ... le catholicisme a été comme ... Concordat entre l'esprit et la matière,
ce qui a proclamé monocracy esprit, en théorie, mais la question a eu la possibilité
d'utilisation dans la pratique, annulé la totalité de ses droits .
Tout au long du Moyen Age en Europe occidentale a été difficile et parfois
douloureux processus de la séparation avec l'esprit августинизма évolution du
contenu de inopolozhennogo transcendance divine absolue. Ainsi, déjà dans son
examen de Pierre Abelyarom dogme de la divinité troichnosti sensiblement
l'absence de tout sens de la réalité substantsialnoy parfait. À la suite de ce
processus idéal céleste, comme si les valeurs relégué au sol. Départ de l'idée que
toute innovation est un sujet tabou, comme inspiré par le diable. L'innovation, le
progrès technologique ne s'identifient pas plus avec le péché. La joie et la beauté
du paradis peut maintenant être mis en œuvre sur le terrain .
Au cours de la fin du Moyen Âge progressivement la compétence de
questions métaphysiques, les questions de cette région commencent à passer à la
personne, leur décision ne dépend que de lui, et non pas des pensées et des actions
de certains sverhestestestvennyh forces. Notez que la logique de cette assez
longue, souvent latente, sous la forme d'ajustement plus réaliste nominalistov
victoire, la croissance urbaine et la création d'universités, de s'accompagner d'une
augmentation de l'expression de l'esprit à d'interminables procédures analytiques.
Ce processus est pratiquement achevé en Europe dans l'ère du Nouvel Âge: L'âge,
que nous appelons la nouvelle heure ... a déterminé que l'homme est la taille et le
centre de l'existant. Man - c'est toujours et partout, c'est-à-dire qui sous-tend toute
opredmechennosti, tout ce que vous pouvez le soumettre subiectum .
Mais si le centre de l'univers est lui-même une personne, il mai réfléchir sur
les différentes sphères de la vie, changer d'une manière rationnelle,
progressivement de moins en moins prise en compte des facteurs socio-culturels
tradition sacrée sanctifier début. Perdre sa tradition sacrée justification
socioculturel plus susceptibles d'évoluer et de personnes dans l'acquisition d'une
certaine liberté dans le choix de ce qui peut être pris par le passé, mais de ce qui
peut être jeté.
Le processus de rationalisation du monde est arrivé à la surface de la vie de
la Renaissance et la Réforme, mais sa présence institutionnelle était déjà à l'époque
de l'ère nouvelle. Il y ont été poursuivis et ont été mises en œuvre dans la pratique,
exprimée dans la gamme des principes culturels de l'Europe occidentale:
obscheevolyutsionny le principe de l'évolution de formes simples de la vie à ses
formes plus complexes et le principe de la répartition de plus en plus autonomes et
auto-entretenue de l'entité naturelle, et un contexte social. E. Neumann a noté que
l'ouest de l'analyse révèle l'identité dans un constant mouvement d'avant en arrière,
mais avec l'avance constante dans la direction indiquée à l'origine: pour libérer
l'individu de la nature et la conscience de l'inconscient.
Cette mise à jour de ces processus et les principes, appuyés par l'émergence
de l'État-nation et systématique de la production capitaliste, de faire de l'Europe et
l'ensemble de la zone euro-atlantique de la modernisation de civilisation
transformations à l'échelle mondiale. Modern, peu à peu au-delà des limites de
l'Europe, s'est propagé à travers le monde en grande partie parce que pas d'autre,
des formes plus traditionnelles de la communauté ne peut pas résister ... Est
moderniti phénomène exclusivement occidental en termes de mode de vie ... d'une
réponse directe à cette question oui .
Ayant examiné les principaux aspects théoriques et culturels de ce processus,
nous passons maintenant à l'historique et empirique, la réflexion sur le phénomène
de la modernisation. Moderne a été la couronne, le point maximum de l'ensemble
de l'expression culturelle et civilisationnelle progressistskoy paradigme.
L'idéologie du progrès et de laïcité est de plus en plus de contenu, tout au long de
la période de modernisation evropotsentrizm processus historique déterminé, en
supposant que le mouvement des différents peuples dans l'échelle ascendante de
rationalité, de laïques, ekonomikotsentrizmu. Robert Nisbet, dans une forme
généralisée de présenter le point de vue des classiques de la pensée sociale et
politique en cours, a déclaré que, en général, la conception classique de l'idée peut
être considérée comme une libération progressive de l'humanité de la peur et
l'ignorance de la circulation sur la voie à des niveaux toujours plus élevés de la
civilisation. Stadialny approche adoptée par l'évolution, neoevolyutsionisty,
marxiste et positiviste dans un peu de temps avant les dernières décennies du siècle
dernier, a prévalu, et indirecte, et, aujourd'hui, est disponible dans l'ouest du pays,
en grande partie pour maintenir l'esprit de evropotsentrizma, de la science.
En examinant les éléments du processus de modernisation chargé dans le
domaine du contexte de l'histoire sociale, les sciences politiques et économiques,
nous notons les suivants. Jusqu'à la seconde moitié du XX siècle, la véritable
supériorité de la civilisation occidentale sur le reste du monde, il a été
prédominant, si elle n'est pas absolue. Dans l'alternative, le chemin de l'Ouest pour
la plupart du siècle dernier préconise socialiste projet, qui est une tentative
désespérée pour atteindre les performances quantitatives de la moderne.
Options de modernisation socialiste pratiquée au cours du XX siècle dans
divers pays du monde, en particulier dans l'URSS, étaient pour la plupart des non-
réponse adaptative à l'accélération dramatique de l'histoire et les dynamiques
socio-culturelles au sein de la gamme actuelle Nouveau. Ce n'est pas par hasard
que, sur ce domaine a été perçu principalement la modernisation socialiste option,
car il est plus compatible avec la mentalité collective des sociétés. Naturellement,
le recours à l'option de la modernisation socialiste n'est pas certain invariant à la
non-européens, sont suffisants pour fournir le processus de modernisation au Japon
et dans certains Asie du Sud-Est, il est dénommé tigres et les dragons d'Asie.
Dix ans après le début de l'expérience socialiste en Russie Lunacharsky AV
examiné la position des écrivains, des philosophes et des hommes politiques, le
potentiel d'implication dans le paradigme du développement progressistskuyu non
les sociétés, en utilisant les options de la modernisation socialiste. Ils ont estimé
que l'Asie samouglublennaya cherche à emprunter à l'Europe afin de stimuler la
physique, l'activité réelle, mais il est pratiquement impossible d'atteindre le
transfert mécanique du capitalisme dans les pays asiatiques, la non-européenne en
général, le sol. Asie, à ce stade de son développement ne peut être perçue de
l'Europe, c'est le désir de progresser dans la sphère matérielle de la vie directement,
grâce à l'adoption du capitalisme, le libre marché, l'introduction de la démocratie
politique et les droits de l'homme. Mais indirect de l'influence européenne en Asie,
éventuellement par le biais du bolchevisme, ce qui donnerait un nouvel évangile
pour le développement de la région de l'Asie elle-même, avec ce segment, et
renaît: Ce sera la base conceptuelle pour la renaissance de l'Asie, c'est-à-dire, la
grande majorité de l'humanité. Mais le succès de votre programme d'exercices et
de la circulation dans l'Ouest seront limitées. Ici vous séduire .
Il est à proximité de collectivisme socialiste de l'Asie, dans la mesure où
individualiste civilisation euro-atlantique, où le hasard est extrêmement faible.
Aujourd'hui, en regardant les processus de modernisation en recul historique, il est
devenu clair que il existe à l'heure actuelle en cours d'élaboration et de nombreuses
civilisations. Le problème est juste que ceux de la civilisation, avec de nombreux
composants similaires, et il ya des points d'intersection entre eux, continuent
d'évoluer, donnant naissance, les nouvelles versions de divers aspects de la
modernité, dont chacun offre son propre programme de développement culturel.
Tout cela contribue à diversifier les approches à la compréhension de la modernité
et à l'évaluation des programmes culturels initiés par les différentes parties de la
société contemporaine .
La deuxième solution projets, toutefois, n'ont pas la prétention à
l'universalité a été le projet de modernisation à travers la révolution conservatrice,
présenté le fascisme en Italie et au national-socialisme en Allemagne. Notez que
l'utilisation du modèle de modernisation est en grande partie du fait de leur sort
similaire historique. Et l'Allemagne, sur l'ensemble du Moyen-Age, cherchent à
relancer l'Empire romain, et l'Italie, qui a prospéré dans le XIII siècle, la ville-
république commerce, selon les normes historiques est trop tard pour avoir changé
le paradigme de la formation des États nationaux.
Le fait est que les villes-ville commercial et de la République impériale
forme de gouvernement, dans une moindre mesure que l'État national, ont accéléré
l'intensité de la dynamique historique, sociale et culturelle. Le résultat de ce
ralentissement a été le retard de la dynamique des processus dans l'état de
l'Allemagne et l'Italie ont été en mesure de résoudre ce problème que dans le 70-s
du XIX siècle. À de nombreux égards, en raison précisément de la formation de la
mythologie nationale a pris dans ces pays comme une forme agressive.
Analyser les processus de modernisation, il ne faut pas oublier qu'ils
représentent une synthèse des tendances récessives et progressive, de progrès et de
régression, bien que leur examen dans un contexte dominé par la longue
diahronnom stable départ. A titre d'exemple d'adaptation négative réponse au défi
de la civilisation euro-atlantique, on peut considérer l'expérience des régimes
totalitaires du XX siècle, y compris, par-dessus tout, l'expérience de l'Allemagne
nazie et dans une certaine mesure, de l'Union soviétique sous Staline. Dans le
cadre de cette socio-culturel des projets de modernisation des technologies utilisées
dans le même temps, refuser l'organisation démocratique de la société, les droits de
l'homme, le règlement d'une grave potentiel créatif des individus. Les régimes
totalitaires du XX siècle persistantes coque externe de modernisation de la société
plutôt que de fond, fondement ontologique.
Il a donc été d'intérêts A. Akhiezer, rassmotrevshego questions liées à la
formation de la politique des fondations de la société moderne, les défis et les
problèmes rencontrés sur cette voie. Il appartient à la deuxième vague de
modernisation de l'Allemagne au siècle dernier, loin derrière politiquement et
économiquement des pays plus développés. National-socialiste allemand essayé
d'adapter la technologie à la société moderne, ouverte objectifs du totalitarisme,
société fermée. Le national-socialisme en Allemagne a été une réaction au
renforcement du contrôle interne de crise sociale et culturelle et de la politique
étrangère défaite. Dans ce cas, plutôt, sur l'utilisation de la puissance de la
modernisation dans le domaine instrumental, l'application de ses réalisations en
matière de technologie, de construction militaire, en partie dans l'économie.
Les régimes totalitaires ont cherché à adapter certaines de ces évolutions
pour la reconstruction de l'archaïque, société fermée, une idéologie qui est un
mélange de rationalisme et irratsionalizma, le recours à la science et dans le même
temps, la plus archaïque mythologiques fondement de la conscience sociale.
Retour en 1923, le classique de la littérature allemande T. Mann a déclaré que la
demande allemande d'être attachée à ... que l'on appelle la liberté des peuples de
l'Europe, il serait ... équivaut à une obligation de violence sur sa nature .
Dans la seconde moitié du XX siècle, la situation a changé radicalement, en
Allemagne, en commençant par sa partie occidentale est devenue une partie de, et,
ensuite, un élément structurel du modernisme européen. Il suffit d'avoir déjà fait le
difficile chemin, ou de continuer à aller dans cette direction et de certains autres
pays du continent européen, dont l'Italie et l'Espagne et, plus tard, la Pologne, la
Hongrie et d'autres anciens pays socialistes. Nous lançons un appel au contexte
historique de la modernisation des processus dans les pays européens, non
seulement de mettre l'accent sur la diversité à l'intérieur, mais aussi désireux de
mettre l'accent sur determinancy historique sort de certaines personnes de leur
passé historique.
Le reste de l'humanité, souvent des années après la Seconde Guerre
mondiale que le tiers monde, a non seulement omis de fournir toute autre projet, et
des options de développement local efficace pour les non-membres. La situation a
changé dans la seconde moitié du XX siècle, en cas de succès, des options
concurrentielles pour la modernisation de la reproduction en dehors de la
civilisation occidentale. Son interprétation de la modernisation sont dynamiques,
économiquement et socialement réussie États d'Asie, les pays appartenant à la
civilisation islamique, en cherchant à utiliser dans les activités économiques
religieuses (l'interdiction de la réception de l'emprunt pour cent dans la tradition
coranique). Selon le point de vue, S. Eyzenshtadta, contradiction - entre l'unicité de
l'Ouest et le fait qu'il a été comme un modèle pour le reste du monde, mais d'autre
part, les spécificités de la dynamique des autres civilisations, il n'est pas évident à
l'époque de Marx et de Weber, où la propagation du capitalisme et de
modernisation de l'extérieur de l'Europe en était à ses débuts. Mais il est devenu
beaucoup plus évident à des stades ultérieurs de la modernisation après la Seconde
Guerre mondiale .
Cette contradiction trouve son expression dans le visible disparités entre les
différentes civilisations dans le développement des habitats du monde matériel,
dans le domaine de la vie économique. I. Wallerstein a développé la théorie du
système mondial, en expliquant le degré d'inégalité entre les pays de la première
(la modernisation de l'État) et le Tiers-Monde. Le processus de formation d'un
système mondial de relations économiques et politiques fondés sur le
développement de l'économie capitaliste mondiale, puisque, au moins à partir du
XVI siècle. L'économie mondiale capitaliste implique l'existence d'un noyau de
poluperiferii, périphériques externes et les arénas.
I. Wallerstein noyau États suivants: Royaume-Uni, Pays-Bas, en France et,
plus tard, rejoint l'Europe du Nord-Ouest. C'est dans ces pays ayant perfectionné
l'entreprise, la révolution industrielle. États, située dans le sud de l'Europe autour
de la Méditerranée, est devenu le noyau poluperiferiey pays. Certains territoires
d'Asie et d'Afrique appartient à la scène étrangère, car ils n'ont pratiquement pas
d'incidence sur les relations commerciales avec les pays du noyau. Colonial les
processus et les activités des grandes sociétés de l'Asie et l'Afrique dans l'économie
mondiale. I. Wallerstein affirme que le pays dominant dans le système mondial des
noyaux sont en mesure de contrôler le processus du commerce mondial, le premier
pays du monde ont la possibilité d'exploiter les ressources des pays du tiers monde.
Un aspect important du processus est, apparemment, dans l'autre. Période de
modernisation de la civilisation occidentale de plus en plus dans le plan horizontal,
en laissant derrière eux un corset, de plus en plus réduits, la dimension verticale,
qui se manifeste, entre autres, de transformer et d'enrichir la nouvelle, laïque
contenu de la genèse de la sémantique chrétienne systèmes et de sous-culture. (Une
ligne verticale, nous comprenons la valeur de sacré, la dimension transcendante.
Sous la direction horizontale - la richesse.) Non-civilisation n'est pas assez
longtemps pour répondre à l'appel, l'Occident est en grande partie due à la
domination de mesure verticale au-dessus de l'horizontale. La réponse, dont les
contours semblent avoir été la fin du siècle dernier, est d'essayer d'accélérer la
dynamique socio-culturelle, qui comprend une forme de vie économique,
l'organisation sociale, de la technologie, etc, tout en maintenant la mesure verticale
des stratégies vitales, de ses religieux (principalement religieuses) composant .
Il convient de noter que dans la civilisation de la volonté de rattraper et
dépasser sans perdre de moderniser l'État, ou du moins de ne pas transformer
radicalement la civilisation traditionnelle identité est plutôt problématique. Dans le
cas de la mise en œuvre pratique de ces projets ont obtenu la transformation,
généralement au coût de la tension extrême des forces de la société et l'État, a reçu
raznovektornoe la direction du mouvement du système ne peut fonctionner
efficacement dans un de ces avions. Se poursuit aujourd'hui et infantilisme
mifologizm conscience, et pas seulement en Russie, continue de se concentrer sur
la possibilité de réaliser l'ensemble des bienfaits de la civilisation et le niveau de
vie, rien de significatif ne sera pas un don. À titre d'illustration, nous citons la
déclaration des religieux arabo-islamique penseur Sayyid Qutb, l'idéal décrit la
société musulmane, qui, dans sa vie matérielle serait en ligne avec moderne
(occidentale) de civilisation, et l'esprit, la philosophie - les croyances religieuses,
les idées sur la vie, les objectifs de l'existence humaine , la position de l'homme
dans l'univers, de ses propriétés spécifiques, les droits et responsabilités - sur la
base d'providentsializme .
Ainsi, le processus de modernisation, il existe en général trois sens
différents. Comme le développement interne des pays d'Europe occidentale et en
Amérique du Nord, en se référant à la Nouvelle temps de rattraper la
modernisation du pays, la pratique, ne sont pas liés au premier groupe de pays,
mais aussi chercher à rattraper son retard avec eux, les processus d'innovation
moderne, typique pour les pays appartenant à la civilisation occidentale.
Nous sommes plus intéressés par les processus, réunies dans le deuxième
groupe, puisque la Russie a au cours des trois derniers siècles, mais avec
popyatnymi mouvements, a effectué son projet de modernisation. Cela ne signifie
pas que, en dehors de la portée de nos préoccupations sont différentes facettes de la
modernisation, comme la seule modernisation du système dans un contexte plus
large possible de la compréhension des différents modernisation. Divers auteurs
ont un large éventail d'opinions quant à la définition du cadre chronologique de la
modernisation, ainsi que son fondement ontologique, qui est le plus évident de la
différence entre l'universel (stadialnogo) et locales (civilisée) approche.
Dans le cadre de la modernisation des théories classiques, qui remonte à la
tradition chrétienne de l'universalisme, un modèle de processus de modernisation
sont élaborés dans un esprit universel de l'histoire, commune à tous les peuples et
les lignes locales de développement des civilisations. Changement de l'identité
culturelle était considérée comme une conséquence inévitable de la transformation
sociale et culturelle, est le type d'indicateur de leur radical. Variation dans les
réalités historiques et socioculturelles ont dû céder à la invariants qui sont plus ou
moins de succès, des copies de l'ouest du discours social et culturel. Dans 50 du
siècle dernier, J.-P. Sartre, tout en dominant dans l'environnement intellectuel de la
présentation, il a écrit que la multiplicité des histoires peuvent être mis dans le sol
que sur la base de leur avenir ensemble ... Notre tâche historique dans le centre
polyvalent de la paix a été de hâter le moment de l'histoire ont un sens seulement
quand il aura tendance à se dissoudre dans des gens qui font en même temps .
Déjà 70 du siècle dernier, W. Moore, décrivant la dynamique de la non-
sociétés, a écrit que tous aller dans une direction, malgré la différence de rythme,
les frontières et les barrières, la mise à niveau - il s'agit de la rationalisation de
l'organisation sociale et socio-culturelles. Un tel processus rationnel, conduit à une
convergence des niveaux de développement. Modernisation, donc, - la voie à la
convergence des pays à différents destin historique d'une seule communauté
mondiale .
Dans le cadre de la civilisation occidentale moderne est considérée comme
un idéal individualiste de l'existence humaine, qui cherche à rivaliser avec Dieu, le
Créateur, qui est attitude prudente en moins de séculariser les régions. Man mai
monde non mises à jour comme concis et hypertrophie de la civilisation
occidentale.
Unifier l'approche de la modernisation de la société est non-réaction
ambivalente à l'extérieur de la gamme traditionnelle de modernisation de la
complémentarité à l'égard de vesternizatsionnyh les efforts des élites nationales à
leur rejet total, la déterministe socioculturelles, la tradition religieuse de l'endroit
dans le monde de Dieu et l'homme: ... L'idée de développement dans le sens
occidental du terme est inadmissible pour les cultures non-européennes. L'avenir
n'est pas le résultat de la domination de la civilisation occidentale, avec sa
compréhension de la liberté, la civilisation, la rationalité, etc, et représentent de
nombreuses civilisations du monde, contribuant au développement de leurs
connaissances, de l'identité, et comment créer une société plus humaine,
économique et justice sociale .
Projet de l'avenir de couleurs différentes civilisations, qui vise à être un peu
de modernisation est probable, mais cet état de fait exige une certaine dimension
de moderniser à tous, ce qui conduit à l'incapacité à identifier et enregistrer son
combinant fonctionnalités. Bédouins sur des chameaux avec un téléphone mobile
ou par satellite n'est pas encore une preuve que la civilisation propagation de
moderniser cette région du monde. Une femme voilée, qui n'ont pas les mêmes
droits de vote, ainsi, souvent privées d'un homme au volant d'une voiture ouest, ne
signifie pas que le succès de la modernisation.
Ces détails de la vie quotidienne, ne révèlent que l'imitation du processus
de modernisation et rien de plus. Sur la motion à la modernisation de contenu mai
indiquer le changement institutionnel, tel que complété par le changement radical
de mentalité bédouine précitée. Nous pensons que, en dépit de l'opposition, et
même de résistance à la modernisation des processus dans plusieurs régions du
monde ne peut pas être non abandonner commun à tous les paquets de
modernisation de transformation, et ici on ne peut pas se cacher derrière un
euphémisme pour désigner une pluralité de la nouvelle modernité. Comme l'a fait
remarquer au milieu des réformes économiques, le père du miracle économique
polonais L. Balcerowicz: Chaque pays, à un point de vue, de vraiment spécial.
Mais cela ne signifie pas qu'il est un bon moyen de traiter une maladie qui a frappé
son économie. Les Chinois et les Russes, bien entendu, diffèrent les uns des autres,
mais si elles sont malades, par exemple, la tuberculose, ils devraient être traités de
la même façon .
Ce paquet essentiel de la modernisation transformation discuté. Processus
sociaux et culturels qui a commencé dans le plus de succès dans les domaines
économique, social, politique et géo-politique des Etats appartenant à la
civilisation occidentale, dans le XX siècle, s'est étendue à l'échelle mondiale. Au
niveau de l'organisation socio-culturelle de la société, ces processus se manifestent
sous la forme de mouvement de l'industrialisation à postindustrializmu dans le
domaine économique, en politique comme un mouvement de régimes autoritaires à
la démocratie, comme dans le passage de la morale conventionnelle d'un droit
légal. Les changements socio-les connaissances et la vision du monde: dans le
domaine religieux est à noter le passage de l'sacré à un monde laïque justification
dans la philosophie - à partir d'un moniste à un monde pluraliste, les perspectives,
dans l'art - de la volonté de l'unité stylistique de polistilistike de la science - à partir
de objectivisme au principe anthropique. La combinaison de ces grandes tendances
sociales et culturelles sont connus comme la modernisation .
Ces caractéristiques du processus de modernisation, à notre avis, méritent
d'être sérieux, motivé l'examen. De notre point de vue, le processus de
modernisation comprennent l'ensemble des européens New Age, soit environ trois
siècles, non seulement au cours du XX siècle. Dans le domaine économique, le
mouvement à une société postindustrielle doit être un temps pour la deuxième
moitié du siècle dernier. En ce qui concerne les aspects politiques de la société, le
processus de remplacement des régimes autoritaires à la démocratie a eu lieu en
Europe au cours de la même période, avec l'élan à la fois popyatnym ont été
remplacés, notamment en Allemagne, l'Espagne, l'Italie, l'Union soviétique dans la
première moitié du XX siècle. Ce processus se poursuit aujourd'hui, comme en
témoignent les révolutions démocratiques de servir en Europe de l'Est et les États,
formé à la place de l'Union soviétique à la fin du 80-90-s du siècle dernier. Dans le
domaine juridique de la société provenant de la circulation à un droit est encore
plus lointaine de l'histoire, principalement, l'utilisation de pays européens de droit
romain, dans ses principales caractéristiques sont apparues au cours de l'Empire
romain.
Passant à d'importants domaines de la connaissance sociale et de l'idéologie,
nous notons les suivants. Desakralizatsii processus de paix, la transition vers un
monde plus laïque est également la raison pairs Modern Times, peu à peu
l'accumulation de pouvoir, ensemble, entraînant une plus grande
ratsionalistichnosti et pluralistes dans les aspects socioculturels de la société.
Ainsi, sont les plus précis sur les problèmes de la civilisation et de la
modernisation des processus de modernisation de la position des chercheurs
occidentaux, y compris l'identification et de leur contenu.
Son modèle propose une société moderne E. Giddens, en mettant l'accent sur
la multiplicité de ses manifestations institutionnelles, qui sont reflétés dans les
quatre axes institutionnels. Le premier axe est l'industrialisme, E. Giddens définit
comme un système de relations sociales fondées sur l'utilisation à grande échelle
de l'énergie et des technologies dans les processus de production. La seconde
institution est l'axe du capitalisme moderne, considérée comme un système de
production de biens basée sur des marchés compétitifs, la production et la
spécialisation du travail. Le troisième axe de la société moderne sont les
institutions de supervision publique, qui sont le fondement des efforts, par rapport
à la période de la féodalité, l'institutionnalisation, ce qui complique le pouvoir de
l'État. Système d'administration de la société moderne doit être considéré en termes
de contrôle, mis en œuvre sur la base de la collecte et l'utilisation de l'information.
La quatrième dimension englobe les formes institutionnelles de contrôle
monopolistique sur les moyens de l'Etat moderne de la violence au sein de leurs
frontières nationales.
A. Giddens, en tenant compte des principes institutionnels modernes,
identifie deux facteurs: l'État-nation et systématique de la production capitaliste.
Genealogical ils remontent à la spécificité de l'histoire européenne. Analogies dans
d'autres périodes historiques et les contextes culturels sont insignifiantes. Ils ont
ensemble la propagation dans le monde entier a été en grande partie en raison de la
puissance générée par eux: Pas d'autre part, des formes plus traditionnelles de la
communauté ne pouvait pas résister, tout en maintenant une isolation complète de
tendances mondiales. Est-moderniti phénomène exclusivement occidental en
termes de modes de vie, qui contribuent au développement de ces deux grandes
forces de convertir? La réponse directe à cette question doit être oui.
Toutefois, une baisse significative evropotsentrizma et même de compléter
son expulsion d'un certain nombre de discours scientifique et philosophique
contribué pluralisation connus sur la modernisation. Ainsi se pose la notion de
multiples Nouveau, qui, entre autres, a déclaré le célèbre sociologue et théoricien
de la modernisation S. Eyzenshtadt. L'applicabilité de différents modèles de la
modernisation est une source d'un excès de créativité, les capacités, les options
pour le développement futur.
Son point de vue sur les caractéristiques essentielles de la modernisation
donne L. Pellikani. Selon lui, moderne - il s'agit d'une civilisation, ce qui inclut
l'autonomie de la sous-systèmes, le droit de vote, l'institutionnalisation du
changement social, la rationalisation, la culture laïque, la primauté du droit,
l'universalisation des droits civils.
D. Berger présente une définition de principes de base, qui est basée sur la
théorie de la modernisation. La modernisation est principalement endogène de
réaliser une société dans laquelle le déroulement des processus de modernisation,
le processus de modernisation, typiques pour les différentes parties du domaine
socio-culturel, différents complémentaires, c'est-à-dire, soutenir les uns les autres,
le pays chef de file dans le processus de modernisation, de ne pas gêner ceux qui
sont précédemment, le processus de modernisation ont un sens commun. De notre
point de vue, voici les plus utiles de sélection des institutions de changement
social, l'émergence de nouvelles, laïque, autonome, rationnel des institutions. Il est
important de sécularisation des domaines social et culturel, la réalisation d'une plus
grande autonomie de l'individu sous-systèmes, la formation d'un système politique
démocratique fondé sur la loi (Genèse romaine) la loi, la déclaration universelle
des droits de l'homme.
Conformément à la modernisation des approches classiques de la
modernisation a été accompagnée par la transplantation de l'Ouest des institutions
politiques, sa généalogie, la société ouverte, la partie de la démocratie. Grâce à leur
pénétration dans des segments différents sotsiokultury un changement progressif
de type dominant de la personnalité, c'est-à-dire, ses actifs de type A commence à
l'emporter numériquement plus contemplative passive (classique) de type B. À
l'avant-garde de la vie publique est militant personnalité, sa vie de cadre rationnel,
une personne dont le comportement quotidien est déterminée à ne pas idéal, mais
des intérêts. Étant donné que les idéaux de complètement abstraite et concrète des
intérêts, à savoir le passage de la domination des uns par les autres, et permet de
prendre racine dans la modernisation des institutions de pays de la démocratie
parlementaire. Après tout, afin d'délibérément voter pour un parti politique doit
bien comprendre leurs intérêts et la mesure dans laquelle elles sont exprimées dans
le programme et près de politiques dans ce versement.
Renforce également la modernisation des différences dans l'élite sous-neelity
et à long terme reste une question ouverte, qui part de la société sera à une époque
où les grands sous-raznonapravleny. La question de savoir dans quelle mesure les
changements socio-culturels de la tradition de la modernisation de la société,
résoudre a posteriori, de la planification mai changement, mais la vision de
prédiction du résultat final est souvent difficile. En tout cas, pour la modernisation
de transformation exige un important moment historique, parce que, tout d'abord,
la lenteur du changement de mentalité.
E. Allard, critiquant la théorie classique de modernisation, a déclaré que le
concept de multiples Nouveau, utilisée dans les travaux de L. Eyzenshtadta. La
généalogie remonte au monde occidental moderne. Formes institutionnelles
comprennent un état-nation démocratique, l'économie de marché, de l'éducation et
aux connaissances scientifiques. Toutefois, le domaine institutionnel de la société
moderne à bien des égards, s'avère être différente dans des sociétés. Dans la plupart
des sociétés, l'Extrême et le Moyen-Orient, en Afrique, a adopté un modèle de base
de l'aménagement du territoire. Elites et neelity adopté les nombreuses et
importantes caractéristiques de l'ouest moderne, en acceptant et en rejetant le choix
des différents éléments fondés sur la compréhension de leurs propres intérêts. Mise
à jour de la non-accompagnés par un processus d'interprétation et réimplantés
inokulturnogo expérience.
Selon le point de vue, S. Eyzenshtadta, ces processus ne l'ont pas conduit à
l'émergence d'une civilisation universelle, mais de différentes modifications de la
modernité. Changement attitude à l'égard de la tradition culturelle, ce qui est de
toute évidence, les obstacles à la modernisation est désormais perçue comme une
condition nécessaire à son succès: La culture a cessé d'être le principal mal, elle a
été bonne.
Pour la réussite actuelle et plus encore pour la consolidation des résultats
intermédiaires de processus de modernisation est très important d'organisation
politique, de la transformation de la société. Examen des processus de
modernisation en rétrospective historique montre que les changements dans
l'organisation politique de la société sont souvent retardés et beaucoup de retard, en
tenant compte non seulement comme quelque chose de secondaire, il est tout à fait
possible d'attendre, mais il est souvent aussi dommageable, le fait que le sujet
affiche de l'état de dépendance quasi absolu sur le gouvernement.
Des personnes dépendantes, et le plus d'esclaves, en général, plus facile à
administrer et à gérer, en fait, réduit à l'impact des ordres qui ne sont pas discutées,
mais mis en oeuvre. Il convient de rappeler ici les paroles de Peter I: Les étrangers
dire que j'ai commandé des esclaves.
Il n'est pas vrai: ne pas connaître toutes les circonstances. Je commandais
sujets, obéissez à mes ordres, les commandes contenant un avantage et de ne pas
nuire à l'État. Doit en être de savoir comment gérer les gens. Liberté anglaise n'est
pas en place, comme le mur pois ... . Pour résumer, il convient de noter que ces
ordonnances peut être retenue comme un avantage, et le dommage, mais pas plus
que le bénéfice ou dommage au-delà du contrôle de la société.
Déjà, dans le XX siècle, mais pour des raisons différentes, les élites des
régimes totalitaires, non seulement conscients, mais l'a rejetée comme décadent et
endommageant les principes d'organisation politique de la société moderne. Le rôle
de la société civile en vue d'assurer la dynamique des processus dans tous les
domaines de la vie, y compris la science, l'industrie, militaire et humanitaire de la
culture, a été pleinement comprise que dans la seconde moitié du XX siècle.
Cette reconnaissance n'est pas absolue, l'expérience d'un certain nombre
d'autres sociétés dans la seconde moitié du XX siècle montre que leur utilisation
des modèles idéologiques et pratiques de l'existence quotidienne, remonte au
traditionalisme. La voie institutionnelle et la valeur normative de transformation a
été long, même en Europe. Il suffit de se rappeler que finalement traduit en Europe
occidentale moderne, mais seulement après la Deuxième Guerre mondiale, lorsque
l'orbite de l'Euro-Atlantique (supertsivilizatsii libérale, dans la terminologie de A.
Akhiezer) a rejoint l'Allemagne de l'Ouest.
Notez que dans la modernisation des sociétés est souvent une coarsening
implanté inokulturnyh des échantillons, leur réduction à une des formes les plus
primitives. U. Ganners examiner un certain nombre de modèles d'interaction entre
les cultures - le donneur et le receveur, en fournissant, selon le scénario le plus
périphériques corruption. L'essence de ce scénario est dans le processus de filtrage
le plus haut des réalisations de la culture et les valeurs du donateur, la fixation du
niveau des échanges inter-culturels sur la plaque de fond, compte tenu de la culture
du destinataire.
Dans le 30-s du XX siècle, sur le matériau de l'histoire russe sur le même
sujet traité et LD Trotsky. À son avis, la nation vulgariziruet souvent empruntés à
l'extérieur les réalisations, les adaptant à leur culture plus primitive. Pour ce faire,
le processus d'assimilation est controversée. Ainsi, l'assimilation de certains
éléments de la science occidentale et de la technologie, sans parler de l'armée et les
prêts industriels, aboutissant à la Peter I à renforcer le servage. Européens de
l'armement européenne et des prêts - un produit de haute culture - a conduit à une
augmentation de plus tsarisme frein au développement du pays .
En conclusion, nous citons l'avis de l'un des principaux chercheurs Nouveau,
un professeur allemand W. Beck: La modernisation n'est pas seulement à
l'éducation, un centre de pouvoir de l'État, la concentration du capital et d'autant
plus subtil de la division du travail et des relations de marché, la mobilité, la
consommation de masse, et ainsi village, mais - ici nous en venons à la
généralisation de modèle - d'un triple personnalisation: la libération de l'histoire
sociale, les formes et les relations dans le sens traditionnel de la situation de
domination et de la ( dimension de libération), la perte de stabilité en termes de
connaissances la foi et les normes ( dimension razvolshebstvleniya) - et comment
inverser le sens des concepts - un nouveau type d'intégration socio-culturelle ( la
dimension de contrôle et de réinsertion) .
Les principaux présentation de la notion de modernisation, nous pouvons
passer à la question de la définition de la Russie le modèle de la modernisation
dans une des spécificités culturelles et civilisationnelles. Soulignons que le
contexte historique, politique, sociologique et économique du problème sera de
nous intéresser principalement dans le cadre d'illustrer, d'expliquer et de compléter
la perspective philosophique et culturelle de la Russie, la modernisation.

II. Le modèle libéral et impérial de la modernisation

En décrivant les processus de modernisation en Russie, un certain nombre


d'auteurs, y compris les AA Kara-Murza et Vishnevsky AG, recours à la notion de
modernisation conservatrice, vstraivaya la Russie dans un certain nombre de pays
qui sont à la recherche d'une véritable entrée dans la modernité se concentrer de
maintenir ou de ralentir la transformation des valeurs traditionnelles, des
institutions et des relations. On ne peut guère de doute que la révolution
économique, réalisée en URSS sous la bannière de l'édification du socialisme ,
était conservateur . Mais pouvait-il en être autrement? Pour les couches de XVII et
XVIII siècles, ont couvert toutes les couches historiques, ces couches doivent
exister dans la société et d'être assez puissant ... Conservative Revolution et il ya
une concession dans un souci de modernisation. Par sa nature même, il peut
apporter une solution temporaire, tôt ou tard à un examen complet .
Rappelons peut-être l'un des plus éminents théoriciens de la révolution
conservatrice à la République de Weimar E. Young, qui ont compris comme le
rétablissement de toutes les lois et les valeurs de base, sans laquelle une personne
perd la connexion avec la nature et de Dieu, et ne peut pas établir la véritable
commande. L'égalité doit être remplacée par des valeurs et des croyances sociales -
la foi dans la justice d'une société hiérarchique, mécanique des élections - le
principe fyurerstva organiques (vozhdizma), la contrainte bureaucratique - la
responsabilité du véritable moi intérieur, l'énorme chance - le droit de l'identité des
personnes . E. Jung a estimé que la plus importante tâche historique de la nouvelle
Reich allemand sera la protection de la foi chrétienne et l'église des infrastructures
de la menace de les bolcheviks, qui est, pour l'ensemble de ses révolutionnaire Etat
allemand a été de défendre les valeurs traditionnelles.
Nous voyons que pour un certain nombre de ces transformations sociales et
culturelles dans l'ère stalinienne-léniniste, on peut voir une grande partie de cette
modernisation conservatrice, la comparaison de l'Union soviétique sous Staline et
l'Allemagne nazie est prolongée, le chevauchement dans le contexte idéologique
des slogans, des oeuvres monumentales de la propagande, de la peinture et bien
d'autres domaines l'art et la vie affectent souvent son mot à mot. Mais il ne sont pas
moins des différences significatives. Dans les premières décennies de l'Union
soviétique ne diffère pas bolcheviks une tendance à préserver ou de restaurer un
bien à la manière traditionnelle, ils peuvent refuser et ne pas procéder à la
transaction, y compris l'aller, et l'apparente dégénérescence du marxisme.
Temps de collecte de pierres, c'est-à-dire les éléments restants de la culture
traditionnelle, il est maintenant qu'ils ont avant le coucher du soleil de l'empire
soviétique, est décédé immédiatement lors de la croyance en la possibilité de
mettre en oeuvre ideokraticheskogo projet. Après avoir rejeté l'accord, les
bolcheviks n'ont pas été en mesure de rejeter un projet impérial ideokraticheskogo
de la première dans le monde entier, puis localisés aux frontières, principalement
en répétant les frontières de l'empire impérial. Il est le fondement sur lequel l'État
soviétique conservés et la dévaluation qui a conduit à l'effondrement de la nature
géographique et socio-culturel du corps de l'empire.
De notre point de vue, l'utilisation du terme modernisation conservatrice par
rapport à la Russie n'a pas, au moins, parce que le but de dominer la ligne de
modernisation de la Russie n'est pas la transformation du système de la Russie
dans la civilisation moderne. Cette distance a été démontré à la fois avant et après
la révolution bolchevique de 1917. Ainsi, L. Pellikani croyait que la révolution
bolchevique en Russie a été la tentative radicale de stopper la propagation de la
culture occidentale. Le système soviétique a tenté de ne prendre que la civilisation
de l'ouest de la science et la technologie, en abandonnant le reste. Puissance
industrielle de la bolcheviks utilisées pour contrôler l'Ouest et de l'édification d'une
société hostile à l'individualisme et laïque , qui est très hostile motifs modernes.
Similaires de la position est bien connue en anglais érudit dans le domaine des
relations internationales Kouker K., estime que tous les non-aggravation du
communisme en Russie. Lénine a été le produit de réaction de la Russie contre
l'Occident, et non pas le catalyseur de l'occidentalisation des pays .
Nous ne pensons pas qu'il est correct en ce qui concerne la Russie, et
l'utilisation du terme capture de développement, même si certains auteurs
travaillant sur la Russie, la modernisation de transformation, et nous pensons que
la Russie se développe principalement dans le cadre de ce modèle de la
modernisation. Malgré le fait que, dans certaines situations historiques, le sens de
circulation en Europe (ou US) aussi avancées que la Russie et la capture de la
même chose, mais si l'on considère la situation dans le contexte d'un vieux de
plusieurs siècles d'interaction historique / la lutte contre la Russie et l'Occident sont
déjà membres de cette race ne semble pas coureur, se déplaçant dans un direction
de différents, mais les pistes unidirectionnelles. Les divergences de trajectoires
historiques, civilisationnels paradigmes de développement est clair, donc il est
assez difficile de parler de la capture de développement au sens strict du terme.
Nous pensons que la tâche de comprendre la nature des processus de
modernisation de la Russie a besoin d'un mandat spécial et de mettre dans une série
typologique. Notre thèse est la suivante.
À la suite de siècles d'interaction historique avec la civilisation occidentale
en Russie, a toujours joué situation ambivalente dans laquelle fondement socio-
culturel de la Russie et de la civilisation est définie en interne stabilisée pendule
cycle, où le modèle impérial dominant de la modernisation de l'autre des
composants du modèle de libéral. Ce processus de modernisation a aussi une
position dominante stable - un modèle impérial de la modernisation.
Qu'est-ce qu'un modèle impérial de la modernisation? Pour répondre à cette
question, il est nécessaire en vue de déterminer ce que l'éducation publique est un
empire. La pratique actuelle de l'utilisation courante du mot souffrance célèbre
l'éclectisme, l'empire est un multiple de ses propres raisons d'éducation du public.
La pénétration de la langue de tous les jours en des termes scientifiques, la notion
de l'empire de son imprécision et de dimension, crée une situation d'incertitude
contenu.
En général, nous sommes d'accord avec la typologie des empires, la
proposition de IG Yakovenko, Empire classés en deux catégories principales: les
coloniaux et ideokraticheskie (traditionnel). Les empires coloniaux ont été plutôt
kvaziimperiyami, lorsque la métropole est généralement retiré de la
géographiquement colonies. Comme une manifestation de l'Empire empire
colonial dans de nombreux égards, est l'exploitation et la spoliation de colonies,
mais aussi comme un effet secondaire, en particulier par la mise en œuvre de la
mission civilisatrice homme blanc a salué, en particulier, de R. Kipling. Mais
l'empire colonial et le système colonial dans son ensemble sont un phénomène
local de l'ère de la vaste expansion novoevropeyskoy la civilisation industrielle
dans le but de dominer une région caractérisée par une abondance de ressources
naturelles.
Après examen de la typologie des empires, essayez de déterminer ce qui
constitue une forme de l'Etat russe. Plusieurs auteurs de différents points de vue
d'analyser et d'évaluer la qualité de la Russie impériale et de l'URSS. Ainsi, GP
Fedotov a noté que la Russie est une sorte d'empire. Selon sa structure
géographique et nationale, il occupe un mi-lieu entre la Grande-Bretagne et
l'Autriche-Hongrie. Son non-russe de propriété ne soit pas séparé de la mer. Elles
constituent une continuation directe de l'organisme continental, et un tableau de la
population russe ne soit pas séparé de la forte caractéristique inorodcheskih
marges. Mais le Far East Turkestan ou sur leur développement économique et
même politique, il est compatible avec les colonies des pays occidentaux.
Typologie qualitative c'est-à-dire similitude avec l'Autriche-Hongrie encore plus
loin .
À son tour, Alain Besançon, n'est pas considérée comme un empire colonial,
l'Union soviétique, ce qui conduit à un argument convaincant qui nous sommes
largement d'accord: il n'ya pas de l'empire soviétique. Pour avoir de l'empire, il est
nécessaire de disposer d'un privilège de personnes, principalement des militaires et
des méthodes de la conquête des objectifs clairs. Toutes ces caractéristiques ont
romain, espagnol, français et britannique des empires. Russe de personnes n'ont
pas de privilèges. Il a avantages que les alliés les plus fiables du communisme, et
les chefs de parti sont principalement recrutés dans ses rangs - même dans les
républiques nationales. Mais ces avantages ne sont pas des droits .
Dans les deux cas, l'option est considérée comme un empire colonial et, en
fait, il existe des arguments en faveur de positions opposées. De notre point de vue,
le fait que la Russie / Union soviétique a certaines caractéristiques, à proximité de
son empire colonial, ne permet pas à son nom et son classement. Nous sommes
entièrement d'accord avec le point de vue V. Galetskogo selon laquelle la russe,
turque, autrichienne et hongroise ont été imperoobrazuschimi groupes ethniques,
mais ils semblent toujours être essentiellement un outil, pas le but de la
construction impériale. Cela est particulièrement vrai pour le russe et le turc
groupes ethniques .
Il semble que le problème de la détermination de la nature de la Russie
impériale ou neimperskoy est la suivante. Empire colonial très différente de la
ideokraticheskih empires. La notion d'empire a ideokraticheskoy plus profonde du
contenu informatif, parce que le but de son existence est une tâche métaphysique,
de réaliser sur terre le projet divin. Les objectifs et les valeurs de l'empire médiéval
sont irrationnelles. Ils sont l'homme transcendant . Dans cette tâche, les racines et
les origines de la volonté de parvenir à la domination du monde au nom de la
transcendance hommage.
Il s'agit d'une approche globale, sans limite célébration devrait être l'objet de
l'empire théocratique, et la pratique, les objectifs sont plutôt rationnelle
supplémentaires et complémentaires. Ideokraticheskaya empire dans le monde
entier, par définition, ce qui limite la localisation géographique de l'empire et
instable. Par exemple, un historien américain A. Ribera estime que l'État impériale
fondée sur la conquête, les frontières ne sont pas naturelles et culturelles, et
constituent la guerre frontiry .
La doctrine de la domination du monde doivent, dans l'univers quotidien par
le biais de l'Institut de la puissance impériale, en règle générale, toujours exprimé
de manière suffisamment claire, mais l'enveloppe idéologique, en fonction de
l'époque est en train de changer la forme d'une variété de modèles. Dans le monde
antique et de l'histoire ancienne, nous ne voyons que le projet ideokraticheskoy
Empire, l'apogée de son développement, il a atteint la fin de l'Antiquité. C'est alors
que le christianisme et l'islam médiéval ont donné de référence (en haut) des
échantillons de l'Etat impérial et l'idéologie impériale. De notre point de vue, en ce
qui concerne la Russie, vous pouvez parler comme ideokraticheskoy empire,
l'empire d'une grande idées messianiques, et dans une moindre mesure, comme un
empire colonial.
IG Yakovenko estime que le gouvernement russe ... a exprimé la nature
impériale. Moscou royaume (récupérés à partir de l'effondrement de l'Etat en
difficulté) a été le traditionnel empire. Russie exercice biennal 1721-1917. est un
standard de l'empire. Au cours de la dernière décennie, la thèse de la nature
impériale de l'Union soviétique est devenu une commune . Point de vue de la
nature impériale de la Russie / Union soviétique part un certain nombre d'historiens
occidentaux. Comme une illustration de ceci est une position commune est la
déclaration de l'historien américain D. Rowley, croire que le et de despotisme, et
l'empire a continué d'exister sous diverses formes jusqu'en 1991, inclusivement.
Set à cet égard est tout à fait légitime de se demander: quels sont les facteurs
qui contribuent à la construction d'empire et, surtout, la reproduction durable de
l'Empire? Il s'agit d'un complexe de facteurs qui jouent un primaire ou de soutien
pour le processus de rôle. Il ne faut pas présumer que le succès de la série de
guerres d'agression, ainsi que l'utilisation de titres et de la rhétorique impériale sont
des conditions suffisantes pour l'établissement et à long terme l'existence de
l'empire. Déclaration de l'empire de la rhétorique, d'une part, et la distribution de
masse, la création d'une conscience impériale, les autres - des phénomènes
différents, pas forcément liés les uns aux autres.
Il est l'existence d'une manière durable et joue impériale de conscience rend
possible la construction de l'Empire, et de son renouveau permanent. Nous ne porte
atteinte à ce sentiment de l'importance des facteurs géopolitiques, sans une
heureuse coïncidence que le rêve de la création ou la relance de l'empire et de
rester des rêves, la bonne combinaison de facteurs géopolitiques comme partie
essentielle de la construction impériale conditionnelle binôme.
L'histoire est bien connu que dans l'Europe médiévale a été incapable de
construire tout entière empire théocratique, même si des tentatives ont été
impériale tout au long de cette période de construction. Histoire de l'Europe
kaléidoscopique changement de vérificateur de titres impériale, par exemple, les
croisés français s'est emparé du pouvoir dans l'Empire romain d'Orient (Byzance),
qui est à la fin du XVIII siècle, les historiens appelés empire latin. Le célèbre
historien français F. Braudel décrit la première et la deuxième génois empire, lui-
même composé de Gênes et de ses facteurs d'échange. Il a été le danois Empire,
Empire carolingien, et enfin, le plus connu, le Saint Empire romain germanique.
Europe tout au long du Moyen Age, a cherché à relancer l'Empire romain, l'un des
idéologues de la création d'une Europe unie, le politicien français Robert Schuman,
a noté que de carolingien Charles V à l'idée de créer l'Empire allemand sur le
modèle de l'Empire romain à l'effort qui leur est déraisonnable mystique .
Toutefois, ni l'empire carolingien, ni Otton bâtiment pas couronné de la
réapparition d'une plus ou moins plausibles, authentique et, surtout, de la
conception durable. Ainsi, même la plus célèbre de l'empire médiéval en Europe de
l'Ouest - le Saint Empire romain germanique est une entité territoriale d'un volatile
aux frontières, mais l'empereur n'a pas de domaine permanent. À la suite des
efforts héroïques accomplis dans l'ensemble du Moyen-Age européen, d'un projet
théocratique en Europe à mettre en œuvre, il n'était pas possible.
Ce fait n'exclut pas la réapparition de l'empire des tendances dans la
nouvelle Europe et le temps plus récents, qui se manifeste, entre autres, dans une
tentative de mettre en œuvre le projet impérial. En Europe, le XIX siècle. Vous
pouvez rappeler la construction impériale de Napoléon Bonaparte, dans l'Europe
du XX .- prévu des milliers d'années Troisième Reich hitlérien. Sami tentatives
pratiques de construction ont été impérial assez rapide, et créé l'enseignement de
type impérial - fragile. Nous pensons que la construction impériale en Europe est
une ligne de côté, une sorte d'historique appendicectomie. Nous sommes
entièrement d'accord avec la disposition qui prévoit que la ligne générale qui a
dominé l'évolution historique de l'histoire européenne a préconisé la formation des
États nationaux, alors que toutes les branches de cette ligne a montré son
inefficacité historique: L'Europe - c'est le seul monde de la culture, qui a développé
et non par la puissance impériale . Ce que nous appelons l'Asie - une zone de
développement impérial ... .
Imperial construction en Europe n'a été que de compensation, un autre
personnage, le principe du gouvernement impérial n'a pas été en mesure de
rivaliser efficacement avec la ligne, visant à créer une nationale. Mais cette
compétition dans son ensemble s'est avéré utile, car l'idée même d'État-nation, de
plus en plus de monarchies médiévales national, a pu obtenir une incarnation de la
pratique historique de litige avec universalistko-projet théocratique impérial.
En conséquence, l'orientation générale de l'histoire européenne pour la
formation de l'État-nation impériale conscience dans les pays européens n'a pas été
en mesure de prendre racine sérieusement et pour longtemps, qui ne sont pas
autorisés dans l'Europe, une politique efficace de construction impériale. Même en
Espagne, avec les Habsbourg, plus que toute autre approche de la mise en œuvre
du projet impérial, impériale conscience n'est pas une position dominante dans la
conscience du public: Philip II de subventions ne sont pas appelés par l'Empereur
et Roi.
Habsbourg d'Autriche a cherché à perpétuer dans son territoire de tradition
impériale et de la culture de l'esprit de l'empire et l'empire austro-hongrois a duré
plusieurs siècles.
Ainsi, l'évolution intérieure de l'Ouest de l'histoire européenne est largement
déterminé par l'interaction de position dominante par le biais de la formation des
États nationaux, complétée par une partie de l'empire des tendances. L'exposition à
l'Europe occidentale le développement a été une longue confrontation avec le
présent, c'est-à-dire empire théocratique. Tout d'abord, il a été l'Empire romain
d'Orient (Byzance), et le califat arabe, l'Empire ottoman et de la série Moskoviya
(à commencer par Ivan le Terrible conquête de khanat de Kazan et d'Astrakhan),
l'empire russe, l'Union soviétique. Passant à la question de l'origine et la
signification de la Russie, le communisme, H. A. Berdyaev très justement fait
remarquer que le bolchevisme est le troisième grand événement de la Russie,
l'impérialisme russe - le premier événement a été le royaume de Moscou, le
deuxième phénomène Petrovskaya empire.
Dans les empires théocratiques impériale tendances dominantes dans la
nature, et la formation de l'État-nation n'est pas une fin, ne pas parvenir à la
maturité de l'édification de la nation. Tous les autres éléments de la culture et la
civilisation systèmes suivre en sens inverse, c'est tout ce qui est dominant en
Europe, et du système dans les empires de périphériques et marginales et, par
conséquent, au contraire.
Au cours de l'histoire de plusieurs siècles, les caractéristiques de base des
principales cultures et des civilisations communautés formées sur le principe de
l'autodétermination en ce qui concerne leurs contraires. Comme exemple de cette
approche est le point de vue de la BS Erasova: L'islam et l'hindouisme, ont existé
pendant des siècles à côté de l'autre, souvent dans une même société, d'améliorer
leur symbolisme et de la foi dans l'interaction constante et la répulsion de l'autre.
L'Europe ne serait pas l'Europe, ne pas être dans le quartier empire
théocratique et il n'a pas provoqué la peur parmi les Européens, qui apparaît à
plusieurs reprises, mais toujours dans le cadre de la peur à un petit à un plus grand!
La Russie a mis au point dans une interaction permanente avec l'Europe, le plus
souvent, cette interaction se produit au cours de l'action militaire, plutôt que le
commerce, mais la guerre est aussi une forme d'interaction, en introduisant la
possibilité pour la perception inokulturnogo expérience. Sans l'impact de la partie
européenne de la Russie serait également développé d'une manière différente.
À cet égard, il semble non seulement possible mais aussi nécessaire
d'examiner la question de la modernisation de la Russie n'est pas aussi
samorazvertyvayuschiysya processus qui se déroulent en elle-même comme
quelque chose de naturel, mais comme l'un des aspects de l'interaction dialectique
makroistoricheskogo ci-dessus.
Quelle est la modernisation impériale? Empire ne vise pas à évoluer dans le
sens de l'intégration dans la civilisation moderne, en fait, elle a peur de la
transformation libérale des faiblesses internes et inhérentes à l'adoption
inokulturnyh les institutions de la démocratie politique, le marché capitaliste, la
nécessité de prendre des engagements significatifs en ce qui concerne le montant
des droits de l'homme.
Les objectifs de la modernisation impériale n'est pas de renaître,
l'adoucissement de l'empire, il est important de prendre de l'ennemi que ce qui leur
permettra de combattre avec succès (dans une solution - à la concurrence). Imperial
modernisation n'implique pas une transformation structurelle de la société, mais
surtout au sein de ces changements quantitatifs ou dans d'autres domaines,
principalement liés aux besoins de construction militaire. En outre, la
modernisation impériale est effectuée principalement dans la stabilisation et la
conservation des caractéristiques de base de l'empire, qui a servi de inokulturnye
emprunt, et la réalisation de la compétitivité de certains éléments du système
culturel et civilisationnel.
Ainsi, à l'égard de privé, mais il est un représentant de la modernisation de
l'empire soviétique, LD Pellikani estime que si la société moderne - la société, les
communistes dans leurs actions ne sont pas liés par des lois. États communistes
n'était pas la version totalitaire de l'État moderne, comme il a nié tous les grands
principes de la moderne et n'emprunte que les avancées scientifiques et
technologiques de l'état de la partie la bureaucratie .
La transition à la suite de la modernisation de l'empire de l'Etat-nation, nous
avons vu sur l'exemple de la Turquie, où l'élite nationale s'est rendu compte de
l'inefficacité des aides directes et de destruction politique impériale: L'État, qui,
s'étendant de l'Est à l'Ouest, regroupe les différents éléments de nature différente et
de la culture , l'organisation interne de cours de mal dans sa base même, et est donc
invalide . Ayant connu une longue période de déclin, et les défaites militaires, la
Turquie a montré au monde un exemple rare d'un empire théocratique
déconstruction volontaire, de trouver la force de changer le paradigme de
l'impériale programme de construction de l'État-nation.
Déjà en 1923, Mustafa (Kemal) Ataturk a une rupture radicale avec
l'héritage de l'empire, l'abandon de l'ancien script, qui est un turco-arabo-persan
mélange, sur la base de l'alphabet arabe, en le remplaçant par un nouveau langage
formel qui se fonde sur la forme orale et est basé en latin. La création de la Turquie
moderne à la suite des réformes de Kemal Atatürk peut être considéré comme un
modèle paradigmatique d'civile nationalisme d'Ataturk a choisi ... de l'Ouest, le
plus clairement exprimé que la suppression d'activités culturelles et littéraires à
travers des moyens d'exprimer eux-mêmes qui l'élite musulmane de l'empire. Au
cours des dernières décennies, la Turquie est activement vers l'intégration politique
européenne, économique, culturel. Dans le même temps, la possibilité d'un choix
similaire pour la Russie est entravée par les effets d'inertie de la tradition féodale-
impériale programme.
Imperial modernisation n'est pas liée à la déconstruction empire, au
contraire, contribué à son succès les défis de la construction et de reproduction
impérial dans les nouvelles conditions historiques et socioculturelles. Il s'agit de la
spécificité des tâches peut être considérée comme une modernisation impériale de
l'histoire et de phénomène culturel.
Nous avons présenté un modèle général de la modernisation impériale, bien
sûr, que le véritable processus socio-historiques et de ne pas procéder de manière
simple et mehanistichno. La confrontation et les conflits sont aussi une forme de
dialogue culturel et civilisationnel, et sa dialectique ne convient pas à l'étroit dans
le système mécanique. Les écarts de ces régimes ne sont pas à l'abrogation de la
logique commune, construite dans le contexte historique de l'interaction avec
l'Europe, qui se reflète dans asymétrique et de non-cumul impériale et libérale, les
modèles de la modernisation de Russie.
Dans le cadre du modèle libéral, nous comprenons d'un type de perception
de l'expérience de la culture et la civilisation de l'Occident, qui implique la
transformation de la société russe dans un sens libéral. Selon le point de vue, J.
Berbank, imaginaire Occident est devenu un modèle pour l'imaginaire ou
antimodelyu Russie , une opposition binaire de couper la possibilité que d'autres
projets culturels. Ainsi, l'historique de la dialectique des relations entre la Russie et
l'Occident dans le cadre de la modernisation acquiert une autre dimension, qui ne
semble à première vue une simple dimension interne de la civilisation russe.
L'utilisation du terme civilisation de la Russie discutable. Un certain nombre
de chercheurs et de la culture des civilisations, en particulier Gy. Pomeranz, croire
le contraire, cependant, une partie importante sont des chercheurs de prendre ce
terme. De notre point de vue, le terme civilisation russe est tout à fait correct en
tant que symbole subtsivilizatsii au sein de l'Est (ou orthodoxe) communauté de
civilisation.
Le modèle libéral et impérial de la modernisation dans l'histoire de la Russie
n'est pas seulement dans une position alternance, cette séquence n'est pas aussi
linéaire. Quant à l'effet de différentes tendances, ils ont presque toujours
fonctionner en parallèle. À une époque où l'empire est dans une phase de
modernisation impériale inokulturnye éléments illégitime par rapport à la situation
socio-culturels de l'empire, le système va inévitablement pénétrer: La volonté
d'achever la transformation de la plus archaïque des institutions sociales attenant à
la perception négative de l'expérience occidentale de la modernisation capitaliste.
Le désir de préserver la dignité de réel ou de la culture nationale avec l'un ou
l'autre des caractéristiques socio-culturelles de la structure dans la contradiction
avec le processus, même très restreint des réformes administratives et militaires .
Pénétrant dans la Russie d'espace socio-culturel, ces éléments contribue
inokulturnye interne érosion de la base impériale, ce qui prépare le terrain pour
l'essor de la modernisation des tendances libérales. À son tour, l'abondance des
éléments inokulturnyh, accompagnée de l'affaiblissement de l'empire des motifs
des systèmes sociaux et culturels, à fermenter dans la société et, en général, divers
degrés de sévérité de la répression de la réponse du système impérial.
Pénétration constante dans la Russie du système socio-culturel de l'influence
européenne, l'infiltration dans la Russie du système socio-culturel de l'Occident sur
sa propre généalogie des éléments déterminent largement l'ambivalence des
sentiments d'attraction et de rejet, qui est la Russie contre l'Occident, qui a été ...
pour les Russes à la même heure et le but recherché par, et objectif pour lequel le
tournage ... . Quoi de curieux, pour la Russie, les Occidentaux l'Ouest -, mais
plutôt consacrés raison: l'Ouest pour Occidentaux - le parfait point de vue, plutôt
que de la réalité culturelle et géographique. À l'autre extrême, la vie sociale et
culturelle, un signe de l'évolution des perceptions de la civilisation occidentale, à
l'opposé: ... l'Occident de nous est le mal. Cela encourage la peur, agent actif pour
la protection de nos valeurs, à partitsipatsii active et de notre plus haute vérité,
stimule la peur de l'échec, qui conduit automatiquement à partitsipatsii mal à
l'Occident .
Il convient de noter que la réflexion sur l'Asie composantes de la civilisation
de la Russie dans la conscience du public se manifeste beaucoup plus faiblement
que le débat sur la constante de notre relation à l'Europe. Il est à noter que la
Russie, il existe différents intérieure Asie - Asie et les peuples des territoires
d'Asie, mais tout de même elle ne peut pas être attribué à l'est elle-même, car pour
de nombreux siècles, a modernisé ses eurasienne.
Empire des citoyens sont opposés à la civilisation libérale sentiments
d'attraction et de rejet. D'une part, l'empire, cherche à acquérir des avantages
sociaux intéressants de la civilisation libérale - le commerce, la connaissance, la
technologie, mais d'autre part, rejette la conscience impériale de l'ensemble du
système, qui produit de ces avantages. Devant une telle abondance d'emprunt
inokulturnyh Imperial système socioculturel a peur de la renaissance, parce que,
pour quantifier les niveaux inokulturnye éléments de l'auto et de commencer à
jouer du système. Ici, il convient de rappeler T. Parsons, le processus de
ségrégation socio-culturel de l'importation dans la modernisation de l'expérience
des pays, et notant que les tentatives constantes de diviser importés inokulturny
une expérience acceptable et inacceptable tend à préserver les valeurs d'une culture
de haut niveau d'ouverture dans la même temps, la façon dont les changements
radicaux au niveau de la valeur des spécifications, c'est-à-dire au niveau des
principaux sous-systèmes fonctionnels .
De notre point de vue, en Russie, ces changements au niveau des principaux
sous-systèmes fonctionnels strictement dose car zaimstvuemoe doit opérer dans
l'étroit, bien délimité par le biais et en aucun cas pas de racine, autrement
disistemnye éléments peuvent faire pour un autre système. Par conséquent, le
dosage et la séparation des éléments inokulturnyh est un défi à la décision prise par
la conscience impériale toujours prendre très au sérieux.
Le mécanisme existant pour le maintien de la stabilité interne de la Russie
sur la situation socio-culturel, le remplacement permanent de la conscience
impériale entrave l'innovation. Le système est protégé de l'environnement par le
contrôle et la répression de comportements indésirables du point de vue des élites
sociales et culturelles. Statistiques de la royauté, l'empire russe, l'Union soviétique
s'est efforcée de tenir inokulturnuyu, principalement occidentaux, des informations
relatives à l'outil technologique. Ainsi, la reproduction a été réalisée par l'identité
socioculturelle et religieuse, le report de l'historique et les dynamiques socio-
culturelles, où l'image de l'éducation, dépourvue de toute approfondie éducation et
de citoyenneté, et les reconnaît (par les autorités de Moscou, le meilleur pour leur
pays, et la plupart d'accord avec leur mode de gouvernement que le peuple à peine
aurait été transféré, s'il en a reçu une certaine éducation et une meilleure
compréhension de Dieu, ainsi que d'un bon appareil. A cette fin, les rois de la
destruction de tous les moyens de l'améliorer et essayer d'éviter tout étranger, qui
pourrait changer la native traditions .
À certains moments, la politique de contrôle et de limitation de la
communication devient une auto-suffisance, c'est-à-dire, cohérente et réfléchie de
ségrégation dans la vie économique, politique et culturel. Un exemple de cette
approche restrictive de l'information et de contact humain en dehors de l'Europe à
venir, une grande foule, ici, nous ne citer que quelques uns d'entre eux. Ainsi, les
messages de son temps - Куранты, établi sur la base de sources étrangères à
l'Ordre des ambassadeurs - jusqu'à Janvier 1703 ont été considérées comme un
secret d'État, est quelque chose qui a trait à la lutte contre la propagation de
l'information. Pour illustrer le champ d'application des restrictions sur les contacts
humains sont les suivantes fait historique: pour la Ivan III introduit la peine de
mort pour le passage de la frontière occidentale.
Cette pratique a ensuite été reproduit dans l'histoire nationale. Encore une
fois, pour illustrer l'adresse ci-dessus à la note G. Fletcher: fuir (de Moskovia très
difficile, parce que les frontières sont protégés par le très vigilants, car la peine
prévue pour une telle tentative, si le verdict de culpabilité, il ya une peine de mort
et la confiscation de tous les biens . seulement pour apprendre à lire et à écrire, et
puis, très peu nombreux. Pour la même raison, ils ne l'ont pas autorisé les étrangers
à venir à leur état d'un niveau d'instruction le pouvoir autrement que sur les
relations commerciales, à la commercialisation de ses produits et de les amener à
travers les produits étrangers . La nouvelle phase de développement historique,
dans le XX siècle, la pratique de la surveillance, de contrôle et de la
monopolisation de l'information est devenue une pratique quotidienne des régimes
totalitaires, le monopole institutionnel de la vraie termes, l'interdiction de la
diversité stylistique de ... inclus dans la boîte à outils de la violence totalitaire .
Il est à noter que l'une des contradictions inhérentes à l'empire est
malosochetaemyh en termes de logique formelle dans un seul organisme d'état la
base de l'isolationnisme et de l'agression. D'une part, l'empire est caractérisé par
une métaphysique de l'opposition rigide entre amis et ennemis et l'enceinte du
passé par tous les moyens possibles, parce que la sagesse ellinskaya mère de tous
les plus méchants principes. Ainsi, même dans le XVII siècle. Arkhangelsk
marchands, retour à la maison après avoir communiqué avec des étrangers,
engagés dans le nettoyage spécial rites de l'église, la prévalence de cette pratique
montre et Sigismond Gerbershteyn: Qui a mangé avec latinyanami, sachant qu'il
est autorisé de nettoyage des prières ... Les commerçants et les voyageurs,
marchant dans les pays latins ne nie pas la communion, mais après l'avoir admis à
la réconciliation avec l'église par la prière repentis .
D'autre part, il s'agit d'une division claire dans le monde hellénistique et
barbares, propre et sale, justes et injustes provoque l'empire pour lutter contre le
mal du monde, généralement par l'utilisation de la force militaire, expansionniste
expansion, depuis l'empire ideokraticheskaya préfèrent se considérer comme
empire du monde. C'est pour cette raison que l'empire ne pouvait tout simplement
pas, n'a pas le droit interne de se tenir debout sur le sol et l'espace obzhivat dans les
limites naturelles. Sur l'expansion coloniale britannique métaphorique et poétique
décrit dans Hannah Arendt: L'expansion - le tout ... je l'aurais annexé de la planète,
si l'on pouvait. Cette impulsion à la domination du monde des actes de
l'immutabilité de l'instinct naturel, et ainsi amère expérience historique des empires
du monde, qui absorbe plus de pouvoir à digérer (à régler), ne prend pas en compte
les adeptes de la cause impériale.
Sami sujets empire impérial diviser la présentation, et nous pensons que s'il
n'y avait pas eu les effets des circonstances historiques, une des erreurs et des
lacunes dans le domaine, la mise en œuvre pratique du projet de domination du
monde ou du moins de contrôle sur de vastes territoires, au cadre des frontières
empire, il est peut-être. L'avis partagé par beaucoup de Russes qui, s'il n'est pas
Belovezhskaya accord (national trahison et de collusion dans le dos des peuples),
l'URSS pourrait survivre presque toujours - le phénomène de la même sémantique
nombre.
Il est contraire à ces représentations d'augmenter à la fin des années 80 -
début 90-s du XX siècle. Tendances de rappeler, à l'évidence, les contemporains
des événements. En 1990, M. Gefter, et beaucoup de ces années dans l'Union
soviétique et au-delà de la civilisation abandonnée près pressentiment, une autre
Russe révolte et géopolitique de nouveau: Et pour terminer, sur l'approche -
comme un défi à la Russie, que l'inconnu, comme le volcan , qui commence à
peine à la fumée, mais demain, ce lavu vyvalit de son cratère, qui brûlent beaucoup
plus que le sort des hommes, que d'affronter l'Azerbaïdjan et l'Arménie de troubles
. Heureusement, l'anticipation ne reflète pas la réalité de l'avenir, étant donné
l'ampleur des perturbations géopolitiques, tous ont été relativement pacifiques.
Mais supposons un instant qu'il n'y aurait pas de trahison, et a été inspiré
élan patriotique en Russie, en Ukraine, le Caucase ... Supposons que l'armée
soviétique à remplir le serment d'allégeance à l'Union soviétique et les forces de
sécurité (militaires) les méthodes tentative de l'ordre dans la anciennes républiques
de l'État de l'Union. Volonté de participer à des événements dans un tel scénario
dans le pays. En Mai 1991, Moscou a accueilli la première Conférence de toute la
Russie des soldats internationalistes, a adopté un discours à l'armée et de la marine,
qui, entre autres, se lit comme suit: Dans les conditions difficiles de
l'environnement interne de l'Armée de terre est un garant fiable de l'inviolabilité de
l'Union soviétique, la clé de l'harmonie et la paix civile , un rempart de sécurité
pour le développement communautaire .
Les développements sur le pouvoir scénario se traduirait par un minimum de
dix années passées dans les tranchées, ruiné des millions de vies, des dizaines de
millions de réfugiés et de personnes déplacées à l'intérieur, directement ou
indirectement impliquées dans le conflit des différents États et des unités militaires
de pays étrangers. Qui dans cette situation peuvent demander le nom du patriote,
un homme qui se soucie de ses concitoyens, et qui - au nom d'un potentiel criminel
de guerre (voir la situation en ex-Yougoslavie)? De notre point de vue, les
patriotes, des gens qui leur a sauvé des gens de tirs fratricides, presque la première
fois dans l'histoire de l'empire n'a pas pris de décision après le fait, et proactif, sont
devenus de Boris Yeltsin, Vladislav CHOUCHKEVITCH et Leonid Kravchuk. En
outre, les différents espaces géographiques et culturels, sous l'égide de l'empire - il
n'est même pas tellement d'hier, mais pozavcherashny étape du développement
humain, XX siècle, en général peut être défini comme l'âge de la déconstruction
empires.
Essayez maintenant de définir l'idéal-typique de l'image de tremper l'objet en
raison d'efflux de l'empire. Cette image est un sujet de contradictions sociales, et
de cette incohérence est plus accentué, manifeste à travers les processus de
modernisation. Pouvoir impérial, l'exercice d'un modèle impérial de la
modernisation, veut voir un sujet totalement obéissant, ayant dans le même temps,
la vie active position. Par exemple, l'historien français Levek fait remarquer que
Peter a encore accru l'esclavage des Russes, affirmant qu'ils étaient semblables à
des gens libres, et de nos contemporains, A. Besançon, se référant à déjà le règne
du tsar Nicholas I, note que les autorités ont tenté en vain de résoudre Pierre
dilemme demeure - comment faire un esclave, le garder en tant que telle, à agir
consciemment et librement.
Notez que ce problème n'est pas résolu, en principe, quand une personne
prend du poids des décisions et assumer la pleine responsabilité, il cesse d'être un
esclave et de devenir libre, indépendamment de la phase transitoire des
circonstances historiques. Cette mainlevée de l'Union soviétique dans le visage de
circonstances extraordinaires, la guerre dans sa forme extrême, Vassili Grossman a
écrit dans le roman La vie et le destin, interne et de sentiment de libération a été le
héros de Viktor Nekrasov dans les tranchées de Stalingrad, alors sous le feu,
coupés de leurs patrons, les commandants et les commissaires, les gens sont libres,
a cessé d'avoir peur de parler de J. Staline, la répression politique des camps de
concentration soviétiques.
Mais les puissances impériales pense autrement, sauf brièvement dans le
contexte de l'historique des pauses de temps d'arrêt ne sont pas de cet homme sur la
base d'un système d'éducation, de propagande et de répression, de l'élevage sélectif
impériale objet, plus récemment consacrés à l'idéal-typique de l'image de l'homme
soviétique. Il doit être associé l'amour désintéressé de l'Etat et en même temps, il
n'y a pas d'intérêts privés, il doit être optimiste, et sportiven altruistichen et,
surtout, à tout moment et sans aucune hésitation que sont prêts à sacrifier leur vie
pour la mise en œuvre de la prochaine ideokraticheskogo projet.
Imperial Power, sur la base d'accumulation et de monopoliser le pouvoir de
tous ses membres individuels, inévitablement priver chacun d'eux, sa force, il
prend son potentiel naturel et humain. Il devient un simple rouage d'accumulation
de puissance de la machine, et il ne reste plus qu'à nous-mêmes le confort fine
réflexion sur la fin de sa mission, la même machine est configurée de telle manière
que, de soumettre à son droit interne, il peut être lui engloutir la Terre .
En outre, il n'a pas la propriété dans l'ouest de sens juridique. Tout ce qu'il
possède lui appartient seulement temporairement et sous conditions, avec la
permission des autorités, il a toujours le droit de choisir, parce que des concepts
tels que le droit à la propriété privée et la liberté de l'individu dans ce système de
valeurs est pratiquement inexistante. Au niveau verbal, et même au niveau des
déclarations écrites et de la morale des actes qu'ils mai être présents, mais les mots
n'ont pas de renforcements institutionnels ou mentale restent pas plus de pieuses
déclarations. Le bonheur idéal-typique empires ne sont pas soumis aux droits et
libertés, et non la propriété, et le service à la bonne, il est à l'image du pouvoir
impérial: Services de l'Etat sur le poste élevé - telle est la véritable autonomie en
Russie.
Mifologema sujet idéal empire est l'un des principaux chimères impériale
conscience, en montrant une résistance historique, et de jouer dans de nouveaux
segments de l'histoire et les dynamiques socio-culturelles, avec le temps,
l'idéologie et lexicales oposredovaniya. En outre, la projection de divers domaines
de la conscience publique, le mifologema est très répandue. AF Losev,
réfléchissant sur ses contemporains Russie XX siècle, en disant que la Russie est,
bien sûr, a un peu à l'ouest, mais impersonnelle, d'une négligence, bezydeynogo, la
pierre est de trop. Beaucoup l'esclavage .
À l'ère de la modernisation institutionnelle et l'expansion de la valeur
normative de moderniser la civilisation occidentale durable a donné naissance à ce
jour, l'affrontement entre les acteurs culturels et institutionnels de la modernité
occidentale, d'une part, et d'autres civilisations, comme pour l'ensemble des régions
ou des pays - l'autre. Avec cette expansion suppose une autre phénomène, qui ne
peut pas être vrai dans le contexte de notre discours. Il s'agit de la soi-disant impact
sur le développement imposé, même si le terme n'a pas de définition claire et
largement utilisée культурологами, des sociologues et des politologues. L'effet
n'est pas imposée sur le développement d'un modèle indépendant de la
modernisation, c'est en grande partie une illusion de la modernisation associés aux
différents modèles. Souvent, de célébrer la présentation de la position que
imitativnye forme d'une société libérale, la modernisation des artificiellement
introduit dans les sociétés traditionnelles, au fil du temps, assimiler, devenir une
simulation de l'original.
Un autre VG Belinsky, en la comparant à aujourd'hui, à Moscou et à Saint-
Pétersbourg, a remarqué que, dans le nord de la capitale de l'influence occidentale
a conduit au fait que dans la vie quotidienne des vulgaires café et des cigares,
même délicates podgorodnye gars, et une excellente parole ... sans kofeyu
fortement mai vivent; podgorodnye paysans Pétersbourg déjà oublié danse
nationale de Russie pour les Français du personnel qui sont des danses au son des
harmoniques, eux-mêmes issus de ... . Simulation de la vie quotidienne inculqué
assez facilement, mais la manière dont une grande distance dans les formes
d'apprentissage à l'apprentissage du contenu. Le processus de remplissage des
formulaires imitativnoy n'est pas plus que probable, bien que la modernisation de
Russie a longtemps pris la forme d'exemplaires manifestations extérieures de la
culture européenne. Elément exemplaire formes extérieures d'une culture étrangère
peut être considérée, en particulier, comme dans la transformation de Peter I, dans
la modernisation et des transformations poslepetrovskogo période.
Dans le même temps, en cas de cessation définitive de l'impact extérieur est
souvent un processus de rejet des réformes libérales imposées par la forme de la
libéralité du mode de vie, dans certains cas, mai disparaître presque complètement,
ne laissant aucune trace visible. En outre, antimodernizatsionnaya vague jette
souvent à la société historiquement plus faible que predmodernizatsionny. Un
exemple classique de ce qui peut être traditionnel explosion, qui a eu lieu sous la
forme de la révolution islamique en Iran, il est instructif exemple, mais pas le seul.
Notre propre histoire fournit de nombreux exemples, et convient de rappeler ici
que la Russie dans la base de leur civilisation -, l'Asie, l'Asie, mais Peter s'est
tourné vers l'Europe et occidentaliser la couche supérieure, laissant la population
de l'Asie. En conséquence, lorsque l'empire s'est effondré, la couche supérieure a
été presque entièrement balayé et détruit plusieurs techniques .
Motive a été imposé sur le développement de la pratique historique de la
Russie de deux façons. A propos de lui de prendre la parole devant le fait que
l'empire est obligé d'emprunter de l'Ouest, non seulement la technologie, mais
aussi socio-culturelles en vue d'affronter efficacement l'Ouest dans les mêmes
conditions, le monde de la rivalité stratégique. Ces emprunts ne peuvent pas être
forcés d'appeler un effet direct sur le développement imposées, mais aussi sous-
estimer l'impact inokulturnoe serait une grave erreur. N'est-ce pas difficile
d'imaginer comment construire des relations entre la Russie du pouvoir impérial et
ses sujets, si ce n'est une participation indirecte, et parfois présence directe
(pression), de l'Ouest, bien que le rappel, il faudrait les pays occidentaux à l'Union
soviétique après la signature de l'Acte final d'Helsinki, entre autres, humanitaire
quatrième panier: pour le respect des droits de l'homme. Et c'est sur les droits de
l'homme en Europe, en sens occidental du terme, qui est étalé dans le temps dans
les différents habitats civilisationnel monde.
En pratique, le respect des droits de l'homme a été la plus artificielle nature
du pouvoir impérial dans l'Union soviétique, et le pré-soviétique, l'aspect interne
de la Russie, la vie est directement tributaire de l'influence de l'Europe, la
civilisation euro-atlantique dans son ensemble. Mais le problème de l'exclusion des
droits civils n'a pas été isolé, il est à côté de l'exclusion permanente des institutions
occidentales importées en Russie. Note que les institutions de la démocratie
représentative, de la Cour, le système électoral en Russie étaient principalement
externe, sous forme imitative, qui a non seulement changé leur origine (ouest),
mais elle réduit également la stabilité de ces institutions face à la
antimodernizatsionnyh tendances.
Il devrait aborder la question de la mise au point concernant des militaires,
industriels et sociaux des technologies de l'évolution de la Russie du pouvoir
impérial. Famous Russian émigré philosophe-BP Vysheslavtsev, se référant à la vie
moderne de l'Europe occidentale à lui, très justement fait observer: Qu'est-ce que la
nouvelle est là pour changer les conditions de vie des deux? La réponse est claire:
il s'agit d'une science exacte (sciences naturelles, biologie et mathématiques), et la
technologie scientifique, cette science à laquelle l'industrialisation. Et, d'ailleurs,
et, par-dessus tout, il s'agit d'une organisation rationnelle de la loi et l'Etat est un
Etat démocratique libéral, d'assurer la sécurité personnelle et la liberté, sans
laquelle il n'ya pas de créativité et d'invention et de la science .
Quant à nos plus récemment, le passé soviétique, se rappeler comment, sur
la base de la mobilisation de modèle de développement, toutes les forces des
participants à cette extrême processus utilisé pour créer un contexte à la fois de
l'industrie lourde. L'empire soviétique était fondée sur la modernisation de la plus
large utilisation des esclaves, des millions de prisonniers soviétiques construit des
canaux, des villes et de la Sibérie polaire, extrait du minerai d'uranium dans les os
de construire le socialisme réel.
Château scientifique soviétique qui avait travaillé dans sharashke, menacé de
départ du premier cercle de la douzième cercle de Dante et de l'imagination
incarnée dans la réalité de l'enfer IV Staline a cherché à limiter les forces militaires
stratégiques de la parité avec le moderne, en particulier les États-Unis, en
soutenant scientifique et technologique au niveau de la mi-XX siècle. Prisonniers
soviétiques piégés dans des douzième cercle, avec ses mains nues, sans aucun
moyen de protection obtenue du minerai d'uranium, est garanti et douloureusement
en train de mourir après une courte période de temps. Il ne s'agit que d'exemples de
l'extrême, qui est parmi la multitude de destins brisés de l'homme, des abîmes de la
souffrance, une grande mortalité cumulative conduisant à la destruction de la
nation. En conséquence de cette extrême-delà des forces populaires de la
population russe en 1995 environ 146 millions à 270 millions, ce qui, selon les
experts, pourraient vivre dans notre pays dans le même 1995. Les pertes directes et
indirectes en Russie au cours du siècle dernier s'est élevé à environ 121 millions de
personnes.
Dans la seconde moitié du XX siècle, a radicalement changé en matière de
politique étrangère dans lequel l'URSS et les tâches auxquelles le pays. La plupart
des pays développés de moderniser progressivement passer à une étape de post-
développement. Dans le livre Un one-dimensional man. Enquête de l'idéologie de
la société industrielle avancée , après avoir publié en 1964, H. Marcuse a fait
remarquer que Notre société est la conquête des forces sociales centrifuges avec
l'aide de la technologie, plutôt que d'une terreur de doubler le rendement de
l'écrasante et l'augmentation du niveau de vie ... . Le niveau de la technologie exige
une mentalité post-émancipés dans le nouvel environnement de la recherche d'un
esclave ne peut pas être comparable à l'efficacité des travaux de la liberté
académique. Evolution du système soviétique dans le sens d'une plus grande
tolérance, observée dans la seconde moitié du 50-s du siècle dernier, à l'approche
des éléments individuels du mode de vie selon les normes occidentales, a eu lieu
non seulement à cause de sa transformation progressive en une volontaire esprit
humaniste. À bien des égards, cette transformation elle-même a été en raison de
l'obligation d'adaptation du système aux nouvelles circonstances historiques,
devenant une sorte de fatalité et de payer les militaires et politiques de
compétitivité.
Le gouvernement soviétique, le Politburo du PCUS Comité central a
commencé à agir avec prudence dans l'Ouest, qui est progressivement devenu le
premier partenaire commercial et a toujours été un pays des nouvelles
technologies, dont la production est de plus en plus important. Par exemple, après
avoir travaillé dans l'Ouest, les principaux AI Soljenitsyne, Archipel du goulag des
membres du Politburo du Comité central CPSU largement débattu de la question
de savoir quoi faire dans ces circonstances, avec les fameux écrivain russe, qui, à
ce moment-là, le gagnant du prix Nobel de littérature. Toutes les propositions, en
substance, se réduit à deux: à envoyer à l'étranger et dans l'URSS a essayé dans
toute la mesure de la loi soviétique. Et à condamner, a été envoyée à Verhoyansk
comme suggéré TOV. Kosygin, car il ne sortira de correspondants étrangers: une
très froid. Mais, comme l'a noté avec beaucoup de regret TOV. Solomentsev,
Soljenitsyne - les mères de l'ennemi de l'Union soviétique. Si ce n'était pas pour
des actions étrangères, ce qui est la réalisation de l'Union soviétique, on peut, bien
sûr, de résoudre le problème sans délai. Mais toute décision aura une incidence sur
nos actions de politique étrangère? .
Ainsi, les politiques intérieures dans l'Union soviétique se trouve dans une
dépendance à l'égard de la politique étrangère, le contexte international dans lequel
opèrent le ministère des Affaires étrangères et du ministère du PCUS Comité
central. Il s'est avéré que dans l'industrie, mais plus encore en post-industrielle du
monde d'atteindre l'efficacité militaire et technologique de l'érosion interne
accompagne système impérial active l'effet imposé sur le développement se
manifeste principalement dans la propagation de la disistemnyh éléments apportés
par l'occidentalisation.
À son tour, le russe et soviétique, les empires ont été imposées par la source
de développement à l'égard de leurs colonies et semi-interne et externe en Asie. Un
exemple classique est la modernisation de l'Asie centrale soviétique. Dans 70 du
siècle dernier, il semble que la manière traditionnelle de ces pays, est allé à jamais
le passé, les fondations de la culture islamique a examiné la faiblesse, la
préservation, plutôt implicite. Néanmoins, après l'effondrement de l'Union
soviétique, ces pays ont rapidement revenir à leur condition historique, c'est-à-dire
despotisme féodal médiéval, et de l'Afghanistan voisin, après le retrait des troupes
soviétiques de retour à la situation des clans tribaux fragmentation qui a caractérisé
pendant des millénaires, et qui, au moment du gel des rivalités russo-britannique,
puis la logique de la guerre froide.
Aujourd'hui, le maximum de caractéristiques de la base de systèmes sociaux
et culturels des pays d'Asie centrale est limitée seulement à leur existence, dans
l'ordre international contemporain, ne diffère pas à les faveurs de la forme
médiévale de l'isolationnisme. Dans le même temps, dans le cas de
l'assouplissement de la communauté internationale d'attention aux questions
humanitaires attributs libérales imposées de l'extérieur du système politique qui,
dans ce sol est difficile de les nommer, même décoratif, serait tout simplement
éliminées. Comme la remise en cause des principes fondamentaux sur lesquels
l'empire est organisé et le mode de vie civilisé, passer de la périphérie vers le
centre, de plus en plus de gens impliqués dans la première de son orbite, sont
capables de vivre plus en accord avec ses traditions socio-culturelles. Il va de soi
que la tradition ne doit pas permettre à ces personnes de participer à la division
mondiale du travail à faire partie de la modernisation du monde: logique de
supposer que, dans le XXI siècle sera le dumping de l'ensemble des secteurs et des
domaines qui ne peuvent être socialement et économiquement en disposer, mais
plus facile et moins coûteux à jeter.
Nous pensons que le processus de modernisation dans la société russe dans
la dimension extérieure de la téléologie déterminée impériale Ouest, qui est
exprimé dans une relation ambivalente d'attirance et de répulsion. Dans la
dimension interne du processus de modernisation de déterminer la dynamique
impériale dominante de la lutte et de servir comme éléments d'un modèle libéral de
la modernisation. C'est le régime général, comment cette tendance se manifeste
dans l'histoire, est dédié à notre prochaine section.

III. La séquence historique de la Russie, la modernisation

Avant de passer à la séquence historique de la Russie, la modernisation et de


transformation pour analyser les données empiriques sur la rotation et la
complémentarité de l'empire libéral et des modèles de modernisation, je tiens à
exprimer leur attitude à l'égard de toute une commune dans les milieux
universitaires et de consulter l'historique okolonauchnyh aberration. Son essence
réside dans la métaphysique de l'examen de la Russie en tant que historiquement
fixe et toujours égal à lui-même. Toutefois, les frontières du pays, la composition
de ses peuples, ce qui correspond à la composition de la culture et la civilisation
paysage changé à plusieurs reprises. En outre, Dans l'histoire, nous voyons cinq
Russie: la Russie de Kiev, la Russie Tartar période, la Russie de Moscou, la Russie
de Pierre le Grand, empereur, et, enfin, la nouvelle Russie soviétique. Ignorer ces
changements est une étape vers la mythification des histoires. Mais dans le mythe
et non pas l'histoire elle-même dans son développement, mais une seule divine
puissance impériale, à tout moment, contenant la totalité de leur existence
historique.
Cette vision statique de l'histoire russe et de la culture, de notre point de
vue, n'est pas légitime, il ne tient pas compte de l'évolution sous l'influence de la
dynamique historique et culturel: Vivre la culture ne peut pas être une répétition du
passé -, il donne toujours lieu à structurellement et fonctionnellement de nouveaux
systèmes et les textes . Mais elle ne peut pas tenir la mémoire du passé . Toutefois,
la vue mythologique de la continuité de l'histoire russe est due à la persistance de
la reproduction des stéréotypes dans la conscience des gens et leurs formes de
relations sociales.
Stéréotypes rencontrés, même à l'époque de la Rus, force acquise et établie à
l'époque de l'élévation de Moscou et de nationalité russe, sur la base de différents
groupes ethniques dans le territoire de la principauté de Vladimir-Souzdal et ses
environs. Collection de la terre et de la formation de partenariats public-type de
modèle pour Moscou institutionnaliser ces tendances quand ils se reproduisent
dans une variété de troubles historiques, géographiques et ethno-culturels. En
examinant le remplacement des programmes traditionnels, et de nouveau
l'organisation de la société, A. Akhiezer note que le degré élevé de stabilité est
garantie non seulement une orientation culturelle à la reproduction d'une absolue ,
naturel est toujours là, non seulement la puissance de l'inertie historique mais le
système de répression qui se posent en liaison avec la culture .
Ces programmes universels dans une variété de circonstances historiques,
sont reproduits assez régulièrement avec une plus ou moins grand degré
d'exhaustivité. En particulier, Boris Kagarlitsky estime que ces particularités de
l'histoire russe mai identifier principalement dans l'approche du monde, et ils ont
expliqué la situation de la Russie dans le périphérique mirosisteme et une partie
périphérique de la division internationale du travail et le commerce.
Une des conséquences de l'emprunt sélective inokulturnogo a été formé écart
énorme entre la constante d'attraction à l'échelle européenne de potentiel militaro-
technique et le retard de la vie sociale. La vie quotidienne de la plupart des
personnes qui ont été paysans, jusqu'à la Révolution d'Octobre de 1917, en grande
partie païen archaïque préservé manière, les traces qui persistent dans certaines
sous-cultures d'aujourd'hui. Changements dans la vie quotidienne des gens ont été
planifiées, principalement en raison des conséquences négatives de la
modernisation impériale. Ce processus a été dans le formulaire inokulturnyh
(subkulturnyh) les emprunts, ainsi que d'une adaptation forcée de toute partie à la
réalité de la vie sociale à l'heure actuelle, les défis de la construction impériale.
Par exemple, VI Lénine, a souligné le fait que personne analphabète est en
dehors de la politique et, par conséquent, doivent apprendre l'alphabet. Sans cela il
n'ya pas de politique , c'est-à-dire la nécessité d'atteindre l'alphabétisation
universelle est imputable, surtout, les défis du moment que l'homme était capable
de lire les décrets et ordonnances du régime soviétique, qui a continué la tradition
de la forme laïque du Moyen Age, lorsque les gens ont à connaître de l'instrument
principalement en vue de lire les Écritures. Décret du Conseil des commissaires du
peuple Sur l'élimination de l'analphabétisme parmi la population de la Fédération
de Russie en date du 26/12/1919 série de sanctions de la réticence à apprendre à
lire et à écrire, qui est, pour l'évitement de la participation effective dans la vie
sociale et politique de l'URSS: écart par rapport à la mission établie par le présent
décret ... portées à la responsabilité pénale .
Adhésion à la modernisation du modèle impérial, en règle générale, ne
conduise pas à un changement dans la vie quotidienne des gens, le plus souvent
subi l'européanisation élite. Seule une brève période de modernisations
réformateurs libéraux consciemment cherché non seulement à réformer le public,
et la vie publique.
De notre point de vue, l'examen de l'interaction entre les deux modèles de la
modernisation de la Russie ne peut pas démarrer à partir du moment où ils sont
entrés en utiliser le mot modernisation. Depuis le phénomène vzaimoperepleteniya
deux modèles de la modernisation est étroitement liée au phénomène de la réforme
et la formation des spécificités de la Russie raisons culturelles et de civilisation,
l'examen de la modernisation de la Russie, il faut commencer par son histoire.
Commençons donc. Voici comment le professeur. M. H. Speransky
caractérise le XV siècle, Moscou, elle produit un côté, derrière le type d'médiévale
fondée sur миросозерцания mal compris ou pas compris vizantinizma: religieuses
et nationales plus tard, l'exclusivité, la mise en relation avec les idées de la
religion, bukvalistika, les rites, le manque d'éducation, a remplacé le seul
dogmatisme - tous les traits communs l'esprit médiéval, mais portée à l'un côté,
parfois une déformation .
Règne du tsar Ivan III peut être décrite comme syncrétiques caractérisé
neraschlenennostyu tendances, qui se positionne comme le contraire. Nous voyons
que la main, les formes et les relations de la vie sociale et économique, la partie
européenne est suffisamment forte dans la vie russe. À propos de Moscou,
Athènes, siècle européen Russie médiévale roi absorbant dit pervostroitele A.
Janov. Mais il existe d'autres tendances associées à des temps déjà par la tradition
que le despotisme et l'arbitraire de l'autorité (son petit-fils Ivan emprisonnés
Dmitry, sans oublier les exécutions et l'emprisonnement des personnes de rang
inférieur, massifs de réinstallation forcée des habitants de Novgorod, Tver, Vyatka
...) .
Bien que la politique est contre les habitants des territoires conquis semble
très libérale par rapport à celle menée à son successeur Grand Prince Vasili et plus
le fils de Basile Государем et souverain Grand Prince Ivan IV (Grozny). À partir
d'observations sur le passage de Moskovia puis J. Fletcher, appartenant à des
habitants de ces terres ont déjà recueilli lien de Moscou: Il (Vasili interrompu, et a
pris avec eux les trois quarts des résidents, qui après avoir donné ou vendu les
Tatars, il a servi sur le guerre . Dans le contexte de ces ambivalent et renforcé les
tendances idée impériale, grâce dans une large mesure, contribué à la célébration
du mariage d'Ivan III, Sophia Paleolog avec les légitimation de derzhavopriemstva
tombés sous les coups de la Turquie ottomane Mai 29, 1453 Constantinople.
A partir de ces historique bien connu peripeteia tourner la clé dans nos
discours sur la question de la relation entre deux modèles de la modernisation, la
formation et la confrontation de deux lignes de développement de la culture russe
et de la société. Si l'époque d'Ivan III, dans son sinkretichnosti contient une
multitude d'options pour le développement, y compris les tendances impériales et
protoliberalnuyu, à l'époque d'Ivan IV (Grozny), la Russie de la première société
n'est pas consciente de ce tour comme un véritable choix, s'est tourné vers
aziatchine de l'européisme. La période initiale de Ivan IV a commencé un
algorithme unique de reformation de Russie, au lieu de reproduire régulièrement
dans les histoires. Le jeune monarque réformateur-se rassemble autour de lui un
cercle informel d'associés pour mettre en œuvre les réformes, dans une certaine
mesure, qui sont de nature libérale.
Les réformes échouent pour diverses raisons, principalement leur refuse le
système, mais les conséquences de cette exclusion est aussi aggravée par
l'incohérence et le manque de réformateurs. Ivan IV a été décevante dans la
réforme et la transition vers l'autoritarisme des politiques de l'oppression, non
seulement réelle, mais aussi de potentiels adversaires, leurs agents, leurs
agriculteurs, leurs amis et leur famille. Dans la brutalité de la politique de l'étendue
de la répression et smertoubiystv roi bien au-delà de l'habituelle à ce moment-là
dans le Moskovia de la gouvernance. A ce stade, la règle d'Ivan IV, les
réformateurs ont perdu: qui à bloquer, qui est en exil, qui, dans le monastère.
Tout ce que nous savons, et un autre exemple de l'autorisation dillemy l'objet
et le pouvoir despotique de la Russie, a démontré A. Kurba - vol à l'étranger. Et à
partir de l'étranger peut être un tyran et les reproches, il est aussi un grand social-
politique et la tradition littéraire, qui a commencé avec des lettres de l'ancien favori
du roi et de héros de Kazan et la Livonie guerres AM Kurba de Ivan IV: La
coutume des princes de Moscou de longue date souhaitée ses frères et de détruire
leur sang pour les pauvres et maudits fief, nesytstva pour elle .
Le projet de réforme, élaboré par le gouvernement choisis heureux, avoir
une sorte de prototype pour toutes les réformes libérales, de fond de la base du
projet libéral, qui pendant des siècles a inspiré les plus dynamiques et orientés vers
bourgeois partie de la société russe. Le projet libéral de la Russie a toujours existé
indissociable de l'idéologie de rapprochement avec l'Europe, et il a été incapable de
terminer au cours des différentes périodes de l'histoire russe.
Comment gagner de l'argent-grubber près de la société russe, la voie de
l'église de la réforme, et la réaction impériale giflé dans la phase initiale
defeodalizatsiyu commencé, en particulier, Zemskov réforme. Administratif,
militaire et, surtout, Zemskaya, les réformes envisagées par le Gouvernement de la
Sélection heureux d'avoir été dicté par une prise de conscience non seulement de la
technique militaire, mais aussi politique et sociale du retard de l'Europe. Bien que
la logique et les méthodes de leur mise en œuvre, dans une certaine mesure de
maintenir la relation avec la logique et les méthodes caractéristiques de la
modernisation du modèle impérial, les réformes contenues dans eux-mêmes et
certains éléments libéraux.
Néanmoins, la Russie a réalisé au cours de ces années les plus importants de
l'histoire, qui est dans le rejet du modèle libéral de développement qui ont été les
plus durement touchés dans l'avenir, jusqu'à ce que les civilisations qui ont suivi la
catastrophe Octobre 1917: ... il est de notre génération ne fait pas payer maintenant
pour les péchés Ancient Moscou? Est-despotisme successeurs Kalita, la destruction
et l'auto-pièces, et villes libres, en donnant boyarstva indépendance et de l'Eglise -
n'ont pas conduit à l'empire de la sclérose du corps social, à l'impuissance de la
classe moyenne et les chernosotennomu folk style bolchevique révolution ?
Depuis que le gouvernement n'a pas heureux dans la sélection de l'histoire
russe, il ya le désir de ralentir les historiques et dynamiques socio-culturelles, tout
en maintenant un consensus entre le mouvement et le mouvement de retour à la
normale depuis le résultat: la défaite des réformateurs et la victoire des
conservateurs antireformatorskoy partie de l'élite au pouvoir. Metropolitan
Makarov, chef de la hiérarchie, est devenu un confident, le roi spirituel. Jour après
jour, et méthodiquement instillé en lui que lui-même, le roi de Moscou, tout-
puissant, et la toute-puissance, que tout - les esclaves . Tsar Ivan a été diligent
étudiant, plus tard, en réponse à une lettre révélant AM Kurba, il a répété à
différentes variantes de rappeler les paroles du Metropolitan: Parce que vous êtes
dans son besosostavnoy alphabétisation répéter tous la même chose, en tournant la
rhétorique différente , et ainsi et этак, la nature vous avez pensé que l'esclave des
maîtres ont le pouvoir ... C'est au-delà de la conscience de la lèpre, de son royaume
dans sa main, et à ses serviteurs: pas de règle? Qu'est-ce qu'un méchant esprit - ne
veulent pas être a ses esclaves? Est-ce l'orthodoxie presvetloe - être placés sous
l'autorité des esclaves? .
Transfert a eu lieu plus tard, la gravité des hostilités dans la partie orientale
de la Russie sur sa frontière occidentale, qui a eu un impact sur tout
développement ultérieur du pays. L'importance des changements dans l'armée et
des priorités stratégiques par Ivan IV, au-delà de la situation historique, mais pour
les contemporains de ces événements, les conséquences ont été catastrophiques: les
Tatars de Crimée ont ouvert la voie à Moscou. Khan de Crimée Devlet-poids a
dévasté la partie centrale de l'État, brûlé à Moscou et, surtout, de nombreuses
personnes sont mortes incroyable: plus de cent vingt mille soldats et les citoyens,
sauf pour les femmes, les enfants et les résidents des régions rurales qui ont fui à
Moscou à l'ennemi, et presque tous les huit mille .
C'est avec Ivan IV (Grozny) et de sa conquête de Kazan et d'Astrakhan
khanats, depuis le début de l'entrée dans le Tartarian patrimoine et le début de
l'Empire russe, commence bien avant l'annonce en 1721 par l'empereur Pierre I. La
plupart des historiens occidentaux ont précisément le point de vue. Notez que nous
avons également partager ce point de vue en ce qui concerne le début
chronologique et le contenu de l'édifice impérial dans le domaine de l'Moscou /
Russie.
Boris Godounov réformée activité au début de son règne, ambivalente, elle
est étroitement liée pas reçu conceptuel opposition impériale, et protoliberalnye
tendance. En dépit de l'ambivalence des réformes internes, en général, possible
d'affirmer que, dans sa direction générale, ils sont plus proches de
protoliberalnomu direction. Cette direction ne peut pas, bien sûr, entre ces autorités
agissent comme la suppression du droit de circuler un fermier d'un propriétaire à
un autre dans Yuryev journée, mais il est peut être considérée comme la promotion
des affaires de l'imprimerie, de l'éducation, l'invitation à la résidence permanente
des étrangers et une politique visant convergence avec l'Europe.
Courte période de Godunov, vous pouvez vous rappeler ce que parce qu'il a
refusé de poursuivre le despotisme impérial, la terreur et de prendre les mesures
possibles pour éliminer les conséquences. Son règne encore une fois montre une
certaine régularité, c'est que les dirigeants de la Russie libérale acte hésitante. Cette
indécision n'est pas seulement la situation, due à des causes externes, mais les
causes internes propriétés. Au moment critique de l'histoire, il est attribuable à la
ligne libérale de modernisation de la Russie de Boris Godounov de MS
Gorbatchev, en essayant de tenir la politique ambivalente de combiner une volonté
de réformes libérales, et se sont engagés dans le système, et leur propre désir de
conservateur rouleaux impériaux, physiologiques peur de réformer le système.
Ainsi, l'historien américain Francis Vchislo a fait remarquer que ... caractéristiques
mentalité de la police (déjà à l'époque de grandes réformes 1860 - 1870-s show ...
et dans les perspectives réformistes, parce que, dans leur opinion était fondée sur la
reconnaissance de la primauté de l'intérêt public et la préservation de
( Conservation) de l'ordre et la stabilité . On nous dit succinctement - mais emko
vrai.
Dans le second cas, la période de crise de Boris Godounov (depuis 1602)
istonchalas postepennno désintégré et la composante libérale de sa politique, et
impériale, despotique éléments sont de plus en plus, surtout quand il y avait une
menace directe à la sécurité personnelle et de puissance. Enfin, ont exprimé une
teinte libérale de la réforme ont été arrêtés le chaos à venir Distemper temps.
Dans le cadre de notre discours ne peut ignorer une telle figure historique
vives comme le Faux Dmitry I. Le chiffre est le Poruchik Kizhe, entouré par une
variété d'hypothèses qui sont mythologiques, ainsi que le caractère historique et
littéraire. À propos de False Dmitry I, mis en place en dehors des traditions de
l'État de Moscou, et l'affaire pourrait avoir sur son trône, NI Kostomarov a écrit ce
qui suit: Il parle russe avec la voix de la liberté ... tout cela a été d'apprendre le
russe avec de nouveaux concepts, il a fait à une autre vie. Au cours de son règne,
qui a duré 331 jours, je Falsdmitry s'est montré un réformateur de l'aile libérale que
son prédécesseur (c'est-à-dire, Boris Godounov), il a été surpris de boyards de
gravité et de la vivacité d'esprit dans les affaires de l'État.
Sovereign proshlets souvent négligé: il a insulté leur dérision, reprocher
l'ignorance, de moqueries et de louange Inozemtsev fermement, que les Russes
devraient être leurs étudiants, d'aller dans d'autres personnes de la terre, voir,
regarder, et semblent mériter le nom de la population .
En considérant l'hypothèse de notre étude, selon laquelle de ces deux
modèles de la modernisation - impérial et libérale - La Russie, selon la tradition
dominante, se concentre principalement sur le modèle impérial, nous constatons
que dans les travaux des historiens de la Russie, plus ou moins compris que diviser
l'idéologie impériale des périodes réformes libérales et de leurs partisans sont aussi
clairs étranger taches, le temps de chaos et de désordre. Dans son expression
extrême de cette idéologie libérale considère des périodes de manifestations locales
comme la modernisation du monde du mal. Ceci est la version officielle du début
du XVII siècle. Stipule que l'auto-Dmitry n'est autre que le moine rasstriga, un
voleur et un ivrogne Grishka chiffon, de propagande a été prononcée la nature.
Contemporains des événements relatifs à cette version de nombreuses façons, y
compris assez sceptique, mais nous tous, grâce à Alexandre Pouchkine, rappelez-
vous, c'est la méthode Falsdmitry I.
Notez que le passage de la liberté à un état plus autocratique et agressif
impériale isolationnisme, qui a eu lieu à la cathédrale en 1613 au cours de ces
années était disponible gaspillé une occasion historique d'envoyer un vecteur de
développement de la Russie à l'Europe, par exemple, a dû tenir une grande
composante de la réforme libérale plan Mikhail Saltykov . Chaque non pour ce
type de place de la Russie de l'Europe, en jetant les bases pour plus de retard dans
les différents domaines de la vie, la souffrance, qui a dû surmonter de façon
douloureuse et donc très cher.
Reconnaissant le prêt du sol, la disponibilité de conditions objectives et
subjectives pour les réformes ont généralement Petrovskie à l'esprit que les
réformes en cours dans la seconde moitié du règne de Alexei Mikhailovich, qui est
en grande partie vrai. Même dans la période dopetrovsky été importante
exploitation minière, a présenté les rayons ordonnance étrangère européenne, des
grades militaires, les éléments de style européen de vêtements et beaucoup plus:
Alors, sentez le besoin de Moscou dans l'art européen et de confort, et plus tard
dans l'enseignement des sciences. Nous avons commencé à l'étranger et d'un
officier de l'armée allemande fusil, et a terminé le ballet allemand et de la
grammaire latine .
Dans le cadre de notre discours est d'intérêt au cours de la Sophia, qui a été
régulièrement et puis presque oublié tentative libérale predmodernizatsii. Sans
entrer dans une déclaration détaillée de base factuelle des événements, nous
constatons que beaucoup de ce qui a été fait avec Alexei Mikhailovich puis
développée par son successeur immédiat, a été détruite impériale modernisation
Peter I. Nous sommes plus intéressés à ne pas faire et qu'est-ce qui prédécesseurs
Peter I prévu de ses réformes, mais la direction de ces réformes.
Ne pas cacher son attitude critique à l'égard staromoskovskim afin Afanasi
L. Ordin-Naschekin, Rtischev, leurs contemporains moins connus, boyards BI
Morozov, N. Romanov, A. Matveev, et plus tard la Russie Vasily Golitsyn
Occidentaux se déplacer vers la Russie Europe. Décrivant la personnalité et de
l'ampleur de la réforme des plans, Vasily V. Golitsyn, ambassadeur polonais
Neville, qui est arrivé à Moscou en 1689, écrivait: Si je voulais écrire tout ce qui
est appris sur le prince, je n'aurais jamais terminé, il suffit de dire qu'il voulait que
la population désert, d'enrichir les pauvres, les gens se transforment en sauvages,
lâches des braves, en friche et de cabanes en pierre de la Maison .
C'est durant cette période, avec le renforcement de la position géopolitique,
la conclusion de la paix avec la Pologne et le retour de Kiev, a été mis au point la
réforme libérale du projet de paysans. Dans le cadre du projet, les agriculteurs
étaient en possession de la terre, et le service ont été limitées à la taxe annuelle de
la modernisation impériale de Peter I, en revanche, a zakreposchenie à l'extrême, le
plan libéral de réforme de la vie publique ne sont pas du développement, VV
Golitsyn ne sont pas devenus des associés de Peter I. Même si Sofia ont été
éliminés et l'esprit de clocher médiéval tribunal de cruauté - arrêter les criminels de
couper les mains, les pieds et les doigts, ce qui est une pratique quotidienne de
l'enquête et les exécutions sommaires, typique de Pierre période de notre histoire, il
est beaucoup plus humain. Lorsque Fyodor a lancé un projet de créer slave-gréco-
latin, l'Académie, qui a été mis vsesoslovnogo idée d'une éducation libérale, et non
pas Sofia et Natalia Naryshkin - la mère de Pierre, en effet, jugé depuis le
renversement de Sophia, et jusqu'à sa mort en 1694, doit être considéré un symbole
de la stagnation, l'ignorance et le conservatisme.
Sur la base des conditions internes de développement du pays,
kontrreformatorskoe circulation après le renversement de Sophia, avec une forte
probabilité de conduire à un rejet de predmodernizatsionnyh transformations.
Toutefois, dans le contexte de l'évolution de l'environnement extérieur, par-dessus
tout, la Russie européenne est de relever les nouveaux défis de plus en plus
l'affrontement géopolitique Europe. En se fondant sur seulement un traditionaliste
izolyatsionistkuyu des politiques visant à atteindre cet objectif, il était
pratiquement impossible.
Le fait est que, au moins en début du XVIII e siècle, le pays qui,
historiquement, ne font pas partie du monde occidental, y compris la Russie, sont
confrontés au défi de la civilisation occidentale moderne, en donnant plus ou
moins de succès suite à la spectaculaire accélération de la dynamique socio-
culturelle. Le peuple de la non-partie du monde ont été forcés de transformer, de
changer d'empêcher l'adaptation à l'émergence de la civilisation occidentale de son
nouveau monde de traditions sociales et culturelles. Différentes parties du monde
est non douloureuse d'un processus de modernisation, mais dans ces circonstances,
la pleine et authentique de la reproduction sociale et les traditions culturelles serait
dans les sections suivantes de l'historique et la dynamique socioculturelle de la
perte de deux éléments de fait et de la valeur nominale de l'indépendance de l'Etat,
c'est-à-dire dépendance coloniale à la nation la plus développée ou un groupe de
l'Art Nouveau. F. Fukuyama appelle le changement forcé de la modernisation, qui
sont des pays moins développés, modernisation de la défense. La modernisation est
en grande partie une forme de réponse adaptative de la Russie, du système socio-
culturelles au défi de la civilisation occidentale. Russie, la modernisation , qui a
commencé au XVIIIe siècle - le premier exemple de l'adaptation de rétrogrades
pays à la révolution moderne de l'Europe occidentale.
Dans le contexte du sous-Russie de l'Ouest ont tendance à avoir une vue de
sa technique militaire et économique, les aspects technologiques, car il s'agit d'un
domaine où les changements de modernisation a eu lieu à la première place. La
volonté de réforme dans le domaine militaro-technique est due à l'incapacité de la
compétition militaire avec l'Europe. À l'étape de la modernisation de la Russie
impériale a emprunté de technologie, du savoir, pertinentes à l'industrie, de la
science, les affaires militaires, ainsi que certains éléments de la vie et le mode de
vie: La révolution scientifique est venu à la Russie après la guerre, et les sciences
naturelles pendant de nombreuses années considérée soutien pour les affaires
militaires .
En outre, les autorités russes ont sluzhiloe classe est prête à supporter la
concurrence de l'Europe. Pour atteindre cet objectif, et pour répondre à des tâches
plus complexes de l'éducation publique devient de plus en plus diversifiée. Pour
réserver un sergent d'infanterie et d'artillerie note ajoute quelques culture commune
.
Notez qu'une percée technologique qui a eu lieu dans une ère Petrovskie
réformes n'ont pas été étayées par des changements correspondants dans le système
politique et la vie sociale, il a été fondé sur des fondations précaires. Dans les
époques historiques du pouvoir impérial au coût prohibitif de tension folk ont été
en mesure d'établir une force concurrentielle dans l'Ouest et de l'Armée de
l'industrie militaire de contrats, mais ce succès a toujours été locale, elle n'est pas
conforme à tous les niveaux de développement des industries civiles, comme il l'a
été au cours de la période soviétique, de notre histoire, ni le niveau de
développement de la société telle qu'elle était dans le pré-soviétique de Russie.
Les réformes de Peter I a donné un échantillon du modèle impérial de la
modernisation, la première exécution dans la plus complète, se débarrasser de la
conscience libérale inclusions; l'autocratie et le servage ont été sous Pierre le outils
de la modernisation. Mais quelques-uns des résultats de ces réformes,
indépendamment des intentions des réformateurs, a apporté à la Russie et de la
société libérale, disistemnye contre les éléments du système impérial. Lorsque
Peter grandeur Empire est resté l'objectif principal, et de la société un moyen de
mettre en œuvre. Dans ce système de coordonnées de l'Etat - le plus important, les
valeurs dominantes, règle incarne dans sa personne l'idée de pouvoir et le bien
public, se tient debout sur les niveaux inférieurs de l'échelle sociale, d'une valeur
particulière pour le gouvernement ne l'est pas.
Formule impériale de mobilisation révolutionnaire, qui définit précisément
une telle relation entre l'homme et de la puissance, insignifiante la vie humaine, les
vyzrevavshaya dans le modèle d'État de Moscou, lorsque Peter I ont abouti à la
forme plus explicite. Ainsi, GV Plekhanov, décrivant Elizabeth réformes remarquer
à juste titre: Evropeizuya la Russie, et Peter est portée à l'extrême de la ligne de sa
commande, qui réunit son despotisme oriental ... Histoire caractérisée par la
prédominance de cette ligne, directement en face de la démocratie: il est asservi,
tous sauf un, alors que dans la démocratie, tous gratuits, à tout le moins, de jure .
À l'époque, non sans raison de croire que les frontières de l'Europe souligne
les limites de la propagation du droit de Magdebourg. Dans l'Europe médiévale, la
tradition juridique est combiné avec un développé de culture urbaine,
contrairement à la Russie, où la ville, mais il n'y a pas à part entière la société
urbaine et, en outre, le droit de Magdebourg. Comme la Russie n'est pas une
infrastructure développée de la société urbaine, ainsi, à commencer par la
libération des paysans réforme de 1861, et presque jusqu'à la fin du siècle dernier,
ne sont pas les individus, groupes et couches sociales, et l'ensemble de la ville et la
plupart des villages ont été marginalisés, les actifs -- transition . Même dans un
contexte purement statistique Russie est devenue essentiellement urbaine pays,
seulement pour les 60 années du XX e siècle.
Mais revenons à l'évaluation de certains des résultats de la modernisation de
la transformation de l'empereur russe et autocrate de Peter I. Une faible couche
d'intellectuels instruits urbains poslepetrovskogo temps, avec toutes ses
répercussions sur les perspectives de la société elle-même éduquée pouvait devenir
une force sociale qui pourrait transformer les bases socio-culturelles de la société.
Large clergé orthodoxe ne sont pas en mesure de jouer le rôle des forces sociales
capables de réaliser l'historique de la société, plutôt que des autorités. Les intérêts
des autorités et ont été pour lui l'intérêt de la société, mais pour la majorité des
sujets empire valeurs occidentales sont restés quelque peu en dehors, la société
demeure à bien des égards archaïque, les croyances traditionnelles et les valeurs.
À la suite de la modernisation impériale Peter I grandi existé par le décalage
temporel entre les autorités et la société, parce que la société a subi une
transformation tout aussi radicale. Mais le pouvoir a changé surtout sur le plan
externe, selon AA Kizevettera, de l'extérieur du nouveau bureau jargon-vous à la
recherche de l'ancien Moscou, la Russie, la sécurité passe au-dessus du seuil de la
fin du XVIIIe siècle, et idéalement placé dans un nouveau cadre pour l'empire de
Saint-Pétersbourg. La société russe n'a pas été en interne unie, et de Peter I, mais
après Pierre le Grand de l'Empire phase de la modernisation des divisions au sein
de la civilisation de la société russe, fortement augmenté, alors apparent dans le
contexte de la réalité historique de réalités et les défis de la nouvelle époque
historique. Dans le cadre de cette dualité dans ses motifs l'image du monde Le
pouvoir est voué à des rechutes ideokraticheskogo projet, puisque seul le désir
pour ce type de grands objectifs justifie sa métaphysique archaïque dans sa genèse-
absolutiste statut impérial.
Le désir de mettre en œuvre la prochaine ideokraticheskogo projet est
justifié et que les autorités de l'indifférence à l'égard des aspects sociaux tels que la
légalité, moralizm ou même le simple bon sens. Privés d'une forte libérale, est
demeurée en grande partie traditionnelle de la société russe est presque un
murmure prend le pouvoir et le statut de la proposition de modèle de civilisation
divisée. A. Tolstoï a écrit en 1918 sur les résultats des réformes Petrovskie: Mais
c'est toujours le cas n'est pas quelque chose comme un fier Peter, la Russie n'a pas
été inclus, élégant et fort, pour une fête de grandes puissances. Et tirer les cheveux,
le rouge et le détourner de l'horreur et le désespoir, a apporté de nouvelles familles
dans la plus abjecte et à l'inégalité de la forme - raboyu. Et peu importe combien
d'armes russes tonné inquiétant encore, a conduit, et que l'esclavage a été humiliée
devant le monde un grand pays et la propagation de la Vistule à la muraille de
Chine .
Les tentatives dans les limites de l'absolutisme poslepetrovsky période ne
devrait pas être prise pour une véritable relance de tendance libérale, mais plutôt de
rationaliser le processus des relations de pouvoir au sein du système. Autour du
successeur de Peter I, traditionnellement peu de chiffres, à peine visible dans
l'ombre du grand réformateur, pour répondre le plus clairement les distorsions de
l'État, comme la période précédente de la modernisation impériale, accompagné
par un certain nombre de succès militaires, a conduit à la militarisation du pays,
l'épuisement de ses ressources.
Ainsi, durant le règne de Peter I ses expéditions militaires continuellement
absorbé 80 - 85% des revenus en Russie, mais une fois (en 1705) et 96% des coûts.
Un élément de la démilitarisation de mérite historique successeur du tsar-
réformateur, et limité, puisque le modèle impérial de la modernisation a continué à
croître et à soi-même. Il s'est avéré que le grand réformateur n'est pas utilisé
jusqu'à la fin de la mobilisation des capacités au système féodal impérial, avec
Anne Ioannovna en 1736 un décret est venu pour tous les fabricants de retenue
libre mécanicien toujours avec des semences. Le modèle impérial, même de la part
des fabricants eux-mêmes fait des esclaves, d'une nation attachée à la
condamnation à gauche dans la possession de la production pour le service
théocratie (en la personne de la même puissance impériale). Souvenons-nous de
l'administration soviétique, dans un sens littéral, le chef responsable de la mise en
œuvre du Gosplan ou modernes, des banquiers et des propriétaires des usines, des
journaux, des bateaux à vapeur, nommés directement aux autorités. C'est, de la part
des autorités, il ya quelques oligarques d'État et les oligarques.
Disproportionnée l'homme, et en ce sens, l'anti-modèle social au début de la
période poslepetrovsky a pris une position dominante dans l'esprit de presque tous
les secteurs de la société. Et l'émergence de certains droits de la noblesse russe de
l'ordre de liberté gentry n'a pas changé le caractère féodal de l'élite au pouvoir. Le
fait qu'elle a été progressive à l'Europe XII - XIII siècle, au XVIIIe siècle, la
Russie n'est plus capable. Garantir l'immunité relative de l'élite féodale
d'entreprise, qui n'est que légèrement utilisé une opportunité historique pour
samotransformatsii libéral dans la modernisation, a eu d'autres incidences non-
européens. L'élite russe s'est transformée essentiellement féodal dans sa nature et
les fonctions, de ne pas lutter pour une plus grande perméabilité de leurs couches
sociales, soprotivlyalyayas bourgeois de dégénérescence et de reconstituer leurs
rangs proviennent de faible statut social des groupes.
Un célèbre sociologue américain Richard Lashmann, dont le livre Les
capitalistes, en dépit de lui-même a reçu la plus haute distinction de l'American
Sociological Association, montre comment les bourgeois de la dégénérescence des
élites féodales de l'Europe occidentale. Seigneurs eux-mêmes de génération en
génération pour répondre à leurs communautés locales, en raison de problèmes de
centralisation politique, l'agitation paysanne, et, surtout, la prolifération de l'argent.
Ce processus d'adaptation à l'évolution de l'environnement extérieur, la politique,
les relations sociales, l'économie a conduit à un certain stade de veiller à ce que les
graphiques, les barons et les évêques ... et devenir intitulé Business ... changé du
tout au tout l'environnement social. En Russie, rien de tel en tout état de grande
échelle n'est pas le cas.
Après un siècle de l'époque des événements en URSS en pozdnesovetsky
même période, il ya eu la décision tacite est de déterminer les garanties de
l'intégrité personnelle des membres des élites post-communistes, et continue les
traditions de l'immunité des sociétés féodales. Cette décision, prise après une orgie
sanglante du régime stalinien a été dictée par les bien-intentionnés, mais le retrait,
en commençant par un certain niveau de parthoznomenklatury de la règle de droit
féodal a été exprimé dans la nature. Sommes-nous plus près du niveau européen de
développement de l'immunité juridique, non seulement dans l'autocrate, mais à
proximité de ses clans féodaux? Cette question est délibérément ritorichen depuis
le rapprochement qui se passe, plutôt, à l'Europe, XII-XIII siècle. Cette proximité à
l'intérieur de la Russie et l'Europe au début du Moyen-Age et le contraste avec
l'Europe capitaliste Modern Times a noté par les Européens: L'Europe dans l'ère de
Peter I a été différente de celle en 1200. De la Russie à l'intérieur de l'Europe a été
similaire, avec l'Europe en tant que plus tard - en face mentaux .
A plus avancé technologiquement, et donc jouir d'un niveau supérieur de
confort physique quotidienne Europe XVI-XVIII siècles attiré instruites de la
société russe à ce moment-là une grande variété de tentations.
Incarnation de la tentation européenne de devenir des horloges, des
télescopes, des armes, des objets de tous les jours des articles, laïque des livres, des
peintures de maîtres européens, sont inclus dans la vie quotidienne des plus
dynamiques et les plus instruits partie de l'élite russe. Rejeter inokonfessionalnoe
effet, des échantillons de structure socio-politique de la société européenne. Mais
l'implantation des éléments de la civilisation européenne à l'isolement du
générateur à l'ensemble - le processus inefficace.
La défaillance d'un représentant du comité sous le règne de Catherine II a
souligné la définition de limites éventuelles réformes, en indiquant la réaction de
rejet vsesoslovnogo la mentalité des transformations sociales et culturelles dans le
système, d'un esprit libéral. La réponse et revu par Catherine II la direction libérale
de la réforme ont été arrêtés Pugachevsky rébellion, un long temps de mettre fin à
la période de l'absolutisme éclairé, ce qui est plus conforme à son nom. Révolution
française, a finalement conduit à son horreur, et elle a repris l'ancien collier.
Autorités retournés à la dure répression et . E. Pugachev rébellion était une
manifestation du chaos, absurde et impitoyable (comme A. Pouchkine) Russe
révolte, par définition, n'ont pas de programme d'action constructive. GR
Derzhavin après la mort de Catherine II, a écrit que ... au cours des dernières
années, avec le prince Potemkine upoena a été la gloire de leurs victoires, il s'agit
de quelque chose et ne sont pas pensé une fois la main sur le sceptre à son nouveau
royaume. Le corps physique de l'empire, est situé dans le toujours croissant,
l'expansion des frontières de la mobilisation nécessaire, une simple et rapide, dans
l'idéal, le gouvernement militaire, par l'intermédiaire de l'unité de l'armée et les
retours d'exécution des ordres. Catherine II croyait que l'État exige de longues
pouvoir autocratique de la spéciale, qui est régie par onym.
Cette grande tentation impériale de l'expansion infinie de l'espace de vie, qui
remplace le mouvement vers l'extérieur de la circulation à l'intérieur et pousse
perezrevshie réforme de la vie interne, ce qui entrave la construction durable des
provinces centrales de la Russie. C'est un autre fait important explique beaucoup
de choix en faveur de la stagnation répétées et / ou le modèle impérial de la
modernisation, et le rejet du modèle libéral.
Vaste de développement du territoire, l'inclusion de la Russie des régions à
différents niveaux de développement, relatif à des civilisations différentes, a laissé
un héritage de la Russie moderne exclusive hétérogénéité des régions dans
l'économie, en tant que société, les traditions culturelles. L'hétérogénéité de la
Russie, domaine socio-culturel, principalement en raison d'un arrangement
compact dans le territoire de la civilisation, ethno-culturelles et religieuses formes.
Dans le XIX - début du XX siècle, l'Etat russe n'a pas été la moindre chance de
résoudre la question nationale. Il l'emporte sur l'ensemble de la manière dont
l'évolution du régime, en tant que libéral, démocratique, progressiste alternative,
qui est une solution possible à d'autres problèmes, ne traite pas d'une question
nationale et comme un résultat conduit à la désintégration de l'empire .
Cette hétérogénéité est la civilisation a contribué à l'échec de la socialiste,
puis la version de l'ajustement des politiques poursuivies par les dirigeants
soviétiques, dirigée par MS Gorbatchev, et a conduit à une forte vnutrenneee
tensions dans la Russie post-soviétique. Cette tension peut être plus ou moins
manifeste dans la politique - juridique et non-violent, et violent - neligitimnyh
formes. Il convient de noter que plus de temps à la nécessité de maintenir le corps
physique empire de plus en plus restreint de l'efficacité, la profondeur et des
transformations radicales dans la modernisation de l'impériale, et le modèle libéral.
De retour à notre passé historique, continuera à passer en revue les plus
importantes dans notre discours sur les phases de l'histoire russe. Après une brève
période de controverses et de Paul I de la Russie sur la scène historique apparaît le
jeune monarque, de procéder à une série de transformations socio-culturelles dans
le pro, un esprit libéral. Au début du règne d'Alexander I est très probable dans un
pays de réformes libérales, dont les projets ont été examinés en étroite à l'empereur
cercle de jeunes intellectuels. Mais ces réformes de la majorité absolue n'est pas
obtenue de sa mise en œuvre pratique encore qu'au stade de discussions et de
projets. Le point de vue de Alexander I progressivement évolué d'une relative
libéralisme au conservatisme, qui était accompagné par la persistance de la plus
importante et en même temps plutôt archaïque à l'époque de la Russie, traditions
socio-culturelles.
La guerre avec Napoléon Bonaparte, les voyages à l'étranger de l'armée
russe exacerbé encore plus libérale aspirations de la société, en particulier parmi
ceux qui sont directement impliqués dans les événements, les jeunes et l'éducation
des agents de gardes: les officiers russes ont vu de première main l'ordre des
choses dans lesquelles la liberté et le droit de recevoir de la clôture, et avec
amertume sens par rapport au fait qu'ils ont trouvé à leur retour de voyages à
l'étranger. Ils ont commencé incontrôlable désir de régler le même départ dans son
propre pays . Agents, par-delà les guerres napoléoniennes, et est devenu le plus
actif des participants décembriste mouvement, des histoires de héros et de
victimes: Ils ont été les plus bizarres de l'International romantisme de gauche, qui a
déjà été, et leurs victimes (Riego), et de ses lauréats (Bolivar, Ipsilanti). Sami
Decembrists ont été défaits, mais pas détruite . En Décembre 1825 de ne pas
pouvoir démarrer la réforme libérale en temps opportun, de modifier radicalement
la trajectoire de développement de la Russie. Révolution, a eu la chance de rester
dans l'histoire de la Grande Révolution russe, ne s'est pas produit.
Europe est passé par les bourgeois de transformation, de la Russie féodale-
impériale de préserver les fondations des systèmes sociaux et culturels. Nous
pensons que la ventilation des civilisations qui se sont produits en Russie à la suite
de la Révolution d'Octobre de 1917, a été largement payé pour la politique de
conservation du sous-développement et l'ordre ancien. Oui, dans cette vaste réserve
sous le nom de l'Empire russe a été une grande culture, tsveli de cerisiers, et il était
si confortable tasse de thé sur les terrasses Barsky successions. Mais le prix de cet
arrêté merveilleux moments, le prix de freinage dynamique historique, sociale et
culturelle dans les flammes apocalyptique de la guerre civile et des décennies de
répression politique à eux-mêmes ont estimé, non seulement les descendants
directs des défenseurs puis monarchie féodale, mais aussi des dizaines de millions
de personnes de tous soviétique successions et des titres.
Trente règne de l'empereur Nicholas I est tombé à l'inspection préventive et
de fonctionnalités de débogage, les machines archaïques d'empire. Nicholas I
n'aimait pas et ne voit pas l'avantage, non seulement dans le respect des
dispositions juridiques et de politique d'emprunt de l'Europe, mais aussi à l'égard
des emprunts de la technologie, qui appartenait à un être cher Peter I. Nicolas
estime que la libération des serfs paysans, la création d'un neuf (!) Le secret des
comités qui ont été à préparer des propositions sur cette question. Mais la réticence
de choquer la noblesse peresililo, l'empereur pense que noble terre doit être
préservé. À la suite de préféré ne rien faire ou presque rien. A plus fiables et plus
complètes que l'Autriche, de Prusse ou de Russie, le servage en 1812, a assuré la
victoire. La crise née de la guerre de Crimée, et la moitié de la fin ... Cette pause
fatidique Russie a réussi à surmonter .
Malgré l'exhaustivité de l'énergie vitale, et l'activité administrative de
l'empereur n'a pas d'inclination à entreprendre une mise à niveau dans l'Empire, ou
plus encore, dans les formes libérales. L'exception de certains des projets
techniques. Ainsi, la commission dirigée par l'État libéral de l'époque - M.
Speransky - codifié, simplifié et multi-collection extrêmement controversées de la
législation russe, à commencer par sudebnikov émis par 1830 en 45 volumes.
Stagnation dans les différents domaines, allant du social à l'organisation et
l'armement de l'armée et la marine, avance la défaite de la Russie dans la guerre de
Crimée. L'empereur aimait gracieux voile flotte, et appartenaient à la vapeur blindé
expédié comme un autre passage rapide de la mode européenne, il y avait tout à
fait du nombre insuffisant de chemins de fer et les autoroutes. La faiblesse de
l'empire dans le domaine militaire, plus le champ de l'activité humaine dans
l'Empire, a ouvert la voie de la réforme.
À ce moment, le maintien de la stabilité politique a dû payer pour humilier
monarchie féodale, le plus tsenivshey la puissance militaire en général, et de
prouesses militaires, en particulier, la défaite dans la guerre de Crimée. Mais cette
défaite a conduit au début de l'unique tout au long de la période de l'histoire russe
et de la réussite de la modernisation libérale. Il est devenu apparent faiblesse
militaire de la Russie a exigé une réforme radicale, comme un demi-siècle plus tôt,
en vertu de Peter I, mais cette fois ils sont allés loin dans la réforme, en tournant
l'ordre social de la société, l'ouverture, mais pas aussi large, la voie à la phase de
développement capitaliste.
Il convient de rappeler que la faiblesse militaire de l'Etat est toujours
seulement une conséquence du temps perdu dans le domaine social, politique et
économique. Le plus important neustroystvami Russie archaïque à l'époque féodale
a été l'organisation de l'industrie en général et le servage des paysans en particulier.
Les autorités de comprendre que la vieille forteresse agneau humilité de personnes,
parfois atteint jusqu'à magnifique auto, slabeet à chaque génération, en dépit du fait
que la dureté et la cruauté dans son traitement encore plus atténué. Le peuple est
devenu le butin, - nous entendons sans cesse de la bouche des anciens propriétaires
fonciers et counterman . Les réformes de Alexander II ont été effectuées dans
l'intérêt public, non seulement l'acteur puissant, tout en conservant les attributs d'un
impérial et géopolitique impériale. 19 février 1861, il a été annoncé sur les grandes
réformes, l'abolition du servage: Nous avons été le dernier pays en Europe, qui
s'est retiré de l'institution. Mais de la féodalité, nous ne sommes pas abandonnés.
La communauté a été un net vestige de la féodalité, puis pochvenniki également
fait valoir que ce la vie russe, russe esprit, l'idée nationale .
Possibilité de suivi des réformes de Alexander II dans l'ordre chronologique:
1864 - réforme de l'enseignement public, y compris l'adoption d'une nouvelle
université, de statut, qui prévoit l'autonomie de l'université; 1864 - Zemskaya
réforme, à promouvoir le développement de l'autonomie locale; 1864 - la réforme
de la justice, 1865 - certaines restrictions la censure, et la réforme de la presse
1870 - réforme de la ville, jetant les bases des gouvernements municipaux; 1874 -
la réforme de l'armée, à l'introduction de la conscription universelle. Les réformes
libérales de Alexander II était le plus important de notre histoire, une tentative de
moderniser le modèle libéral, lors de réforme, non seulement la technologie mais
aussi les institutions sociales.
Au cours des années de réformes d'Alexandre, la vie spirituelle et
intellectuelle de la Russie de plus en plus à l'Europe. Ces fatidique pour le pays les
réformes devraient être menées beaucoup plus tôt, le retard dans la critique du
milieu du XIX siècle a été d'environ deux siècles, mais avec ce retard d'un
potentiel créatif, ils se sont engagés, en quantité suffisante pour l'ensemble de la
période avant la Révolution d'Octobre de 1917. Malheureusement, la grande
réforme, comme l'appelaient les contemporains, n'a pas été en mesure de mettre le
pays sur la voie de développement pour le type européen, l'utilisation du modèle
libéral de la modernisation est venu au cours des années de règne de l'Empereur
Alexander II, qui se termine par sa mort tragique. En Russie, les processus de
transformation poreformennoy ont évolué dans des directions différentes, la nature
archaïque de la vie des gens opposés à la modernisation des processus: D'un côté,
il y avait une capacité limitée de la culture, une légère augmentation de
l'utilitarisme développés, a été une évolution vers des formes plus progressistes de
la main-d'oeuvre, de la vie sociale. Mais il y avait un autre, au contraire, c'est-à-
dire un retour aux valeurs dogosudarstvennym de la destruction de l'État, de la
destruction de la puissance, tout ce qui va au-delà des liens affectifs. Les deux
processus sont mutuellement exclusives, vzaimorazrushali les uns les autres .
Nous savons que l'effondrement de l'empire jauge de développement au
stade de développement historique n'a pas réussi. C'est tragique pour la poursuite
du développement de la Russie était dû à des circonstances les deux facteurs
objectifs et subjectifs. Permettez-nous de commencer avec ce dernier. Il devrait y
avoir diables, les incendiaires et des bombardiers, avec une profondeur de
pénétration psychologique décrit dans le roman de Dostoïevski. En conséquence,
un certain nombre de tentatives qu'ils ont pu littéralement chasse Alexander II,
juste avant la signature de la dernière constitution bourgeois: déneigent jour 1
Mars, 1881 ... à Saint-Pétersbourg, un jeune blanc-tête femme avec récalcitrants
entité, est attendue à la banque du canal, accompagné par l'apparition de la luge
Cossack escorte, rapidement signe de son mouchoir. Sourds de réverbération
explosion, traîneau renversé, et dans la neige près du parapet de la chaîne était
basée sur un homme grisonnant avec whiskered, les jambes et la partie inférieure
du corps qui a été déchiré en mille morceaux ... Ainsi, le parti populaire Will
assassiné le tsar Alexander II. Indépendamment des intentions subjectives des
révolutionnaires volonté populaire a été une fois de plus une déviation du vecteur
de développement des bourgeois voie européenne de développement, a une fois de
plus fait le choix en faveur du maintien de la féodal-impériale de la Russie raisons
culturelles et de civilisation système.
Le flux inokulturnyh l'innovation à l'origine, littéralement empoisonner le
pays dans les années Alexandrovsky libérale transformations de la phase de
modernisation, la critique de la culture et la civilisation haotizatsiyu systèmes
socio-culturels locaux, a conduit au début de la formation d'un autre libéral-
bourgeois disistemy. Naturellement, ces processus ont conduit à la résistance à de
graves système féodal impérial qui a conduit au rejet de l'introduction de l'libéral
Alexander époque.
Féodal, et beaucoup plus dofeodalnaya Russie avait peur des changements
radicaux provoqués par la mise en œuvre du projet de modernisation libérale de la
seconde moitié du XIX siècle. Souvenons-nous de l'attitude du gouvernement à des
paysans de timides tentatives de réorganisation du Gouvernement de la vie
paysanne, à la rendre plus libre, quand premier soin a été réorganisé leur système
administratif, pour les forcer à être libre. J'ai essayé d'introduire des améliorations
agricoles. Les paysans sont restés passifs, indifférents, parfois rebelles .
Semblables, mais même à plus grande échelle, et de nouveau lors de la
grande réforme de paysans en 1861, lorsque les troubles ont été paysans, non
seulement contre l'absence de réformes radicales, mais également contre la
publication elle-même. Ultérieurement connue sous le nom de l'esprit libéral
Alexander Nikitenko censure dans les journaux, en date du Décembre 1857, a noté
que: Dans le public a peur des conséquences de l'émancipation rescrit - l'agitation
parmi les paysans. Beaucoup sont réticents à aller de l'été dans leur village . De
notre point de vue, l'importance des problèmes du peuple ne sont pas liées
logiquement la présentation de l'histoire de l'marxiste du Mouvement populaire de
libération, mais il est un des éléments importants de la mentalité traditionnelle.
Ainsi, même l'impératrice Catherine II de Russie a fait valoir que la révolution en
Russie a conduit à une augmentation de puissance, de ne pas l'affaiblir, et que leur
rupture lorsque les gens craignent le vide, mais pas quand il souffre du despotisme.
Le temps de Alexander III est descendu dans l'histoire comme étant
kontrreform; passer l'opinion publique dominante à l'époque, KD Cavelin en 1888,
écrit: Lorsque l'humeur arc-en-ciel de l'espoir et la lumière de bougies d'allumage
de remplissage une ère de réforme, est complet et des années de déception, et
quelles ont été les suivants: brillant espoirs insatisfaits, arrêté le mois de mars de la
réforme, il ya en partie tranchant. Iridescent tourné dans l'ambiance sombre,
sardonique, est au désespoir ou d'horreur extrême . Pendant le règne de Alexander
III de la puissance impériale avait le pouvoir à des actions terroristes, mettre de
l'ordre et podmorazhivanie Russie, mais une modernisation radicale eschatologique
idéologie impériale, qui exigeait des tâches de la prochaine étape de la
modernisation, elle n'a pas pu. Le pays a une fois de plus confrontés à la nécessité
de profondes réformes de modernisation, en raison de l'augmentation de
l'accélération de l'histoire et les dynamiques socio-culturelles de la civilisation
européenne moderne.
Souvenons-nous de la difficile sort de nouvelles institutions poreformennyh
pendant le règne de Alexander III. Alors, toujours dans les limites de la
compétence et le pouvoir questions Zemstvo agences dans les entrailles de
l'appareil d'Etat avec une enviable RECURRENT de transférer ses fonctions de
base de la gestion des structures bureaucratiques. La réaction de l'ère de
l'Alexander III, a été faible, mal de caractères accentués, l'Empereur, et son fils et
successeur, Nicholas II, ont essayé de préserver les éléments les plus importants de
la Russie traditions socio-culturelles, telles que l'adaptation à l'emprunt de
nombreux pays européens.
Le défi est de créer un travail efficace, viable symbiose entre-féodal impérial
et le système libéral-capitaliste a été à ce stade de développement historique, ce
n'est pas seulement difficile, mais impossible. M. Weber, se référant à la Russie
début du XXe siècle, à juste titre, souligné que le pays, même près de 100 ans, un
rappel de leurs plus enracinée dans la tradition nationale des instituts de Dioclétien
monarchie, n'ont pas pu trouver une formule pour la réforme, qui serait la
historiques racines et aurait été sans une solution viable.
Potentiel d'adaptation de développement du système monarchique est
proche de son épuisement physique, ont été des années à venir de la première
révolution russe, et la deuxième, encore plus de critère décisif pour l'Empire - La
Première Guerre mondiale. Ni pendant le règne d'Alexander III, Nicholas II, ni
l'essentiel de l'urgence pour un pays de l'historique des problèmes n'est pas résolu,
ils ont le gel, la conduite en profondeur que seule une augmentation du potentiel de
destruction de leur avenir. Au fil du temps, les problèmes non résolus aggravée à la
limite, ce qui a été aggravée par la politique autoritaire talentless couche n'est pas
en mesure de donner une réponse positive aux défis de notre temps. Tenter de
trouver des réponses dans un proche passé, ne l'ont pas encore dopetrovskom
extrêmement coûteuse à la fois plus élevés ou plus bas russe classe. B. Veydle, se
référant à l'effondrement de poreformennoy, dans une certaine mesure, de
moderniser la Russie, a noté que au cours de la réunion avec le peuple de la
nouvelle Russie divisés sur l'héritage de la vieille Russie, n'est pas transformé par
Pierre et ses successeurs sur le trône ou le trône, elle a éclaté sur la géographie de
la Permanence la vie des gens, il a gagné tous les mêmes spontanée débordement
des terres russes .
L'engagement du dernier empereur russe Nicholas II du conservatisme, le
désir de travailler dans le cadre fixé par la Russie, la tradition socio-culturelle, non
seulement dans la sphère de l'autorité de contrôle, mais aussi dans la vie
quotidienne, le manque de compréhension de l'évolution rapide du monde de la
construction européenne de l'empire Romanov a conduit à la catastrophe, qui est
un prélude à la Première Guerre mondiale. La plus radicale et anti-antiimperski
l'écoute de la société estime que l'empire autocratique, avec tous ses hangman,
pogroms, de goût de luxe Galunov, la faim, la Sibérie pénal, la durée de l'illégalité
n'a pas eu la chance de survivre à la guerre.
Comme nous le savons, l'empire Romanov n'a pas été en mesure de survivre
à la guerre, mais sa chute n'est pas seulement un désastre empire, il touche toutes
les classes de Russie, il a été le premier du XXe siècle et de la terrible rupture de la
civilisation en Russie. Au cours de la première révolution russe, le pays est encore
un autre choix historique, dans l'hypothèse de l'adoption d'une voie de
développement et, par conséquent, l'utilisation du modèle libéral de la
modernisation, ou de la poursuite des féodaux-impériale de la ligne de
développement, de plus en plus difficile avec une dynamique dans le temps. La
Russie ont été portés à la deuxième variante, l'empereur et de la bureaucratie, la
plupart étaient disposés à suivre KN Leontieva proclamer: Nous croyons que nous
avons le courage de croire que la Russie pourrait encore dépouillés de l'Europe
occidentale lit ... Nous continuons de croire en la force de la Russie, la santé et la
fraîcheur de renseignement russe .
Au niveau subjectif, la situation a été exacerbée par la faiblesse apparente
des forces libérales de la première année post-révolutionnaire. Souligné à juste titre
que Moscou et Saint-Pétersbourg, en particulier la veille de la révolution ont été
très ouest de la ville, nous ne devons pas oublier que, sauf pour les résidents de
Moscou, Saint-Pétersbourg et dans quelques autres grandes villes, à bien des
égards comparable à l'UE, la Russie au reste de la population vit dans une autre
époque historique, possédant la même mentalité.
Villages de neige qui ont entre eux de sorte que il n'y avait pas de
communication, peut difficilement être appelé une société dans le bon sens du
terme, est considérée analogie historique tout à fait évident à la montée de la
féodalité européenne. Né dans le tissage très rare d'une société où peu de
commerce, ce qui signifie que l'argent a été une rareté, le féodalisme européen a
été profondément modifiée lorsque les cellules du réseau de l'homme dur, et la
circulation des produits de base et la pièce est devenue plus intense, - le processus
sceau humaine des liens, les échanges commerciaux Contact, la consolidation des
relations monétaires n'ont pas réussi à atteindre la maturité dans la forme la Russie
tsariste, n'a pas eu un changement radical de milieu paysan.
En 1917, l'empire impérial est devenu un anachronisme historique qui a été
payé pour le désir de podmorozit Russie et le rejet de réformes libérales.
Modernisation de la transformation dans un esprit libéral, ce qui représente une
temporaire (actuel) haotizatsii socio-culturels locaux, les transformations de ce
genre est difficile à gérer, mais ils offrent pour l'avenir, permettre, au fil du temps
le chemin de la bourgeoisie européenne de développement. Le désir de stagnation
ainsi, et le renforcement de la base de l'empire des motifs, par le biais de
l'utilisation du modèle impérial de la modernisation, permet de stocker le courant,
la stabilité actuelle, mais étant donné que les vrais problèmes dans de nombreux
domaines ne peuvent être résolus ou traités efficacement, d'aujourd'hui de la
stabilité à payer demain, les troubles sociaux, de la guerre des lésions et dans son
expression extrême de cette politique mène à la civilisation des catastrophes.
Nous pensons que dans l'accident de l'histoire depuis quelques siècles, ont eu
lieu en Russie en raison d'une trop longue et persistante volonté de préserver le
contexte historique, politique, économique et de l'identité culturelle. Precipitance
dynamique socioculturelle dans le cadre de la civilisation occidentale a exigé une
réaction tout aussi rapide. Un très long temps les autorités russes et la société a
essayé de trouver la réponse dans la tradition des recettes dans le passé, l'utilisation
d'outils obsolètes, les techniques, les institutions sociales. En raison du fait que
vyzrevalo en Europe au cours des siècles, la Russie a dû faire vite, piffling
historique période de cinq à quinze ans: Quand le gouvernement, plutôt que de la
population par l'amélioration progressive, d'arrêter tous les mouvements et
réprimer toute liberté, il inévitablement conduit à la nécessité d'une forte rotation.
Il est temps de rattraper le temps perdu . Le succès dans le saut en hauteur - un
phénomène très stochasticité, de manière beaucoup plus efficace dans la
modernisation d'un processus évolutif ouvert, lorsque des changements se
produisent constamment.
Lors de l'effondrement de l'image du monde traditionnelles inhérentes à la
conscience, un processus connu desakralizatsii valeurs et des hiérarchies, de la part
du public fermenter, l'agitation, dans son expression extrême de ces processus
aboutissant à la Russie, la révolte. Ainsi, à Petrograd en 1917, a commencé à
vagues, envahis dans la révolution de Février. Dans les années 1917-1921
bolcheviks ont été en mesure d'utiliser une vague de révolte populaire, lorsque les
deux doctrine eschatologique trouvé un terrain, en identifiant et en gagnant les
bolcheviks dans la guerre civile, et plus d'un septuagenarian période du pouvoir
soviétique en URSS.
Lors de la prochaine phase bolchevique de la modernisation impériale,
adressée le problème historique qui a longtemps été installés en Europe, ce fut un
retard prédéterminé, et donc terriblement grand nombre de pertes humaines, la
première du XX siècle, la civilisation ventilation Russie. La révolution
bolchevique a été vnesistemnym répondre défis systémiques Empire, une
manifestation de la fraîcheur souhaitée K. Leontieva, non seulement russe, mais
l'intelligence et des autres peuples de l'empire. Totalement insuffisant, et, en
conséquence, ne sont pas compétitifs sur le XXe siècle ideokraticheskaya
monarchie médiévale orthodoxe a été remplacé ideokratiey marxiste, en mesure de
fournir d'autres temps, l'esprit de la justification de l'affirmation de la mise en
œuvre du projet divin universel. Ils ont soutenu un vaste violence justification
suffisante pour la quasi-totalité du dernier siècle, l'URSS a réussi à relancer
l'empire sur un nouveau et très efficace à long terme des motifs idéologiques:
Parmi les trois grands empires multinationaux qui existaient en Europe pendant la
Première Guerre mondiale - austro-hongrois, ottoman et Russie - seulement pour
être le dernier à survivre, au moins jusqu'en 1991 ... le premier régime marxiste-
léniniste a été le régime impérial russe, héritier de l'empire tsariste . Place autocrate
de la Russie a remporté le secrétaire général du PCUS du Comité central, un lieu
de personnes ont pris bogonostsa-prolétariat, le nouveau tableau des rangs de
classe hégémonie. Ideologem orthodoxie, autocratie, nationalité en forme s'est
corrigé dans la nouvelle / ancienne triade de coupe, le parti est arrivé à la place de
l'orthodoxie, le pouvoir du PCUS dans un lieu de l'autocratie.
Une certaine continuité entre la Russie impériale et soviétique, il ya des
projets et à identifier la source principale de monde du mal. Il reste dans l'Ouest,
mais elle semble et de nouveaux accents, donc, le monde bourgeois a été le rôle de
(le monde du mal) est la plus authentique expression. Vieux comme le monde
ideologem impériale russe combinant isolationnisme et de l'agression, est relancé
dans le nouveau léniniste-stalinien motifs. L'isolationnisme régler la situation de
forteresse assiégée - l'Union soviétique, donc, dans l'un des discours non MI
Kalinin en Novembre 1934, a déclaré: Ici, camarades, zarubite de son nez, que les
prolétaires de l'Union soviétique, forteresse assiégée, et conformément à la
présente et de traitement de l'Union soviétique, doit être conforme au régime de la
forteresse . Une constante volonté d'expansion à l'extérieur par la nécessité d'élargir
à l'Europe et au-delà de tout le pouvoir des travailleurs, de la libération des forces
de l'Armée rouge de la pratique de l'exploitation de l'homme par l'homme, ouvrant
la voie à la création de conseils d'administration de la World.
Selon les documents de l'époque de participants directs et les mémoires des
événements révolutionnaires de ces années, nous savons la force de la révolution a
été l'enthousiasme des plus politisés de nos concitoyens, l'eschatologie de la
victoire finale de la révolution mondiale est à couper le souffle, même de quelques-
unes des personnes instruites, au moins se rappeler de l'exemple AV Lunacharsky
de devenir un commissaire de l'éducation populaire dans le gouvernement
soviétique. Révolution bolchevique de 1917 a permis non seulement de renouveler
et de régénérer l'empire, mais aussi provoquer une hausse massive de l'énergie
passionarnoy, claire et en même temps arhaizovavshey public.
Nouvelle ideokratiya léniniste-stalinien période de notre histoire a beaucoup
de personnes dans un mythologiques propres formes, la fin de l'histoire, la
construction de la société communiste, non seulement pour l'avenir reportée en
dehors de la vie humaine, ce qui facilite la polémique, VI Lénine a dit que il ya le
communisme le pouvoir soviétique plus l'électrification de l'ensemble du pays , et
enfin, apparemment, le dirigeant communiste de l'URSS, sincèrement cru à
l'avenir, le triomphe du communisme, NS Khrouchtchev, a lancé en 1962 un
nouveau programme du PCUS, a déclaré que la génération actuelle de personnes
soviétique de vivre sous le communisme , littéralement de répéter le point final de
la résolution XXII Congrès du PCUS. C'est la fin de l'histoire humaine, la
réalisation de rêve de l'humanité, aujourd'hui, l'établissement de l'ordre social dans
lequel chaque société humaine est sur ses capacités, en leur donnant à ses besoins,
version eschatologique du paradis terrestre de la construction, le royaume
millénaire de Dieu, dirigée par le PCUS.
Il n'est pas surprenant que, pour la plus grande partie de la période
soviétique, de notre histoire, nous avons vu des foyers de sentiment
eschatologique, la dernière rafale de puissants a été stimulée par l'adoption d'une
nouvelle partie du programme: Le nouveau programme du PCUS, a promis de
construire le communisme, et ce, en effet, a déjà été réalisé par l'énoncé des mots
sacrés: La génération actuelle de peuple soviétique vivent sous le communisme.
Construire l'utopie - et il est l'incarnation de l'utopie, de même que tout ce que vous
avez à faire - la présence d'objet et de la foi . Il convient de noter que la dimension
eschatologique humeur, inspiré par l'idée de la victoire de la révolution
prolétarienne à l'échelle mondiale, suivi d'un même monde, de construction du
communisme, par son radical est non seulement moins, mais à la fois dépasser les
formes traditionnelles de l'eschatologie chrétienne médiévale.
La victoire des bolcheviks et l'établissement du pouvoir soviétique en Russie
/ URSS propose la victoire de la dynamique et moderne pour le moment historique,
de l'Ouest des doctrines économiques et politiques - le marxisme. Mais le
marxisme en Russie a été confrontée à une énorme couche de vie archaïque,
folklorique et de la culture de milliers d'années de la paysannerie russe, typique,
comme l'a noté par G. von Skerst ... paysan russe type, conservé dans leurs
coutumes et leurs traditions depuis des temps immémoriaux quelque chose. Il a
presque immédiatement face à la Russie traditionnelle, dans son sens de la liberté
débridée. Un autre historien russe émigré NN Alekseev a déclaré que, en Octobre
1917 en Russie, a remporté démocratie primitive, nomades, politiquement
amorphe, poluanarhicheskaya. Adaptation d'un marxiste de l'environnement
extérieur est absolument inévitable, le marxisme sur le sol russe a réussi à
conserver la plupart de sa couche externe, la perte de vnutrenneee contenu, et ce,
d'affaiblir le formulaire pour devenir une conception idéologique de la soi-disant
socialisme réel. Peu de temps après l'effondrement de l'empire russe
révolutionnaire F. Stepun a écrit que le bolchevisme n'est pas seulement un péché,
en face de la Russie elle-même, elle est un péché et le socialisme à eux-mêmes.
À la suite des activités dans un environnement étranger d'une poignée de
conscience marxistes a été très rapide, selon les normes historiques, offset, digérer
et absorber une masse de paysans et de sous-Philistinism villes. RSDRP (b) a été
adapté pour la restauration de l'empire, et la prochaine étape de la modernisation
impériale. Cela est venu de remplacer ce révolutionnaire kagorte marxistes
dialectique ont appris à ne pas Hegel, qui n'est pas le fardeau du contrôle des
philosophiques, économiques, les traditions politiques, de contrôle et de la culture
à tous.
Cette pratique, la situation construire état de restauration, dans la pratique,
conduit à une rapide dégénérescence du marxisme et de la restauration de l'empire.
La culture et la civilisation rupture qui s'est produite en Russie de cette période,
ramené à la surface de la vie, de la profondeur de vos idées de justice, entendue
dans l'esprit de l'égalité comme archaïque de péréquation de la richesse matérielle,
de tout niveau dans le cadre d'un certain modèle de la moyenne. C'est l'égalité, sans
classes, le rejet des dommages causés aux personnes, qui, après les réformes de
l'Alexander II Slavophils dit quand les gens испортили désir matériel, des
banques, des concessions, des actions, des dividendes, qui est revendiquée
bourgeois méthodes de gestion ont conduit à la division des biens, menacés de
formes collectives de folk vie.
Les bolcheviks ont tenté de mettre en pratique leurs marxiste, radicale
zapadnicheskie idées, tellement de choses à régénérer le processus de mise en
œuvre. Ainsi, immuable série de slogans révolutionnaires socialistes, qui comprend
la suppression de l'exigence de la propriété privée, la famille, état, église officielle,
après une courte période de chaos et de destruction est réalisé dans une
méconnaissable pour le formulaire de plan. L'église officielle est en pleine
persécution, les églises fermées, les membres du clergé sont l'objet de répressions
de masse qui ont conduit à sa marginalisation progressive dans le secteur privé, les
collectivités locales, dans certaines périodes de l'histoire soviétique, même quelque
chose de marginal, otzhivshego. Mais cela ne signifie pas le triomphe de l'athéisme
et de la rationalité classique, puisque le remplacement kvazireligiozny sortant
nouvelle religion est un culte, qui est fondée a été la seule vraie doctrine - le
marxisme-léninisme. Le marxisme-léninisme dans son soviétique stalinienne
homme remplacé par la philosophie, la science et la religion.
Institut de la famille, brisée en 1920 lorsque l'URSS était encore conscient
marxistes (comme dans ce contexte ne se souvient pas d'AM Kollontai et Armand
SI), et le marxisme lui-même n'a pas encore passé par la bande de dégénérescence,
dans le sillage de Staline Thermidor dans les années 1930 n'est pas seulement
entièrement restauré, mais encore renforcé sa position. En Union soviétique, non
seulement n'a pas montré de tendance significative vers meurent au large de l'État,
qui devrait être selon la théorie marxiste, mais a démontré une tendance inverse
pour le renforcer. Déjà 30 du siècle dernier, l'État soviétique a pu passer à pied
l'organisation et du pouvoir impérial, à ces sommets après la Seconde Guerre
mondiale.
Pourquoi faire un autre choix historique, un pays a de nouveau choisi la voie
de la construction impériale? En effet, au début de la révolution, de nombreux
bolcheviks ont, plutôt, pour le démantèlement de l'empire, dans le cours était de
déterminer l'empire tsariste, comme la prison des peuples, l'indépendance, de jure
et / ou de facto, sont la Finlande, la Pologne, les provinces baltes, Ukraine, Asie
centrale, les peuples du Caucase. La comparaison de la Russie post-soviétique et la
France à l'époque de la post-Napoléon Bonaparte, on ne peut s'empêcher de noter
les points suivants. État Kvaziimperskoe Napoléon, presque immédiatement
remplacé terroristes régime révolutionnaire, il n'était pas assez forte pour tourner
avec la clé la route nationale-libérale de l'histoire européenne à l'annexe de la
construction impériale. Il s'avère que pour une telle rotation ne suffit pas d'avoir,
même les plus talentueux des dirigeants, il était un peu arbitraire d'impulsion, non
pris en charge par l'objectif des conditions historiques et socioculturelles.
Contrairement à la France impériale postrevolyutsionnoy bolchevique a été
dans le cadre d'un état beaucoup plus favorable historiques et socio-culturelles, les
sols, sur la base de l'ancienne tradition de l'impérial édifice. Au cours de la brève
période de liberté, qui est venu dans le pays après la Révolution de Février 1917, il
n'était pas possible, soit de construire la démocratie, ni à changer la trajectoire de
l'évolution historique de la Russie, la tradition de la construction de l'empire, et de
jouer dans la nouvelle phase de l'histoire s'est révélée plus forte que les bolcheviks.
Ces mots ont été écrits sur le résultat de la Révolution française, mais ils sont tout
à fait approprié pour décrire le résultat de la révolution démocratique en Russie: Il
est impossible de flou dans quelques mois, les traces du XXe siècle, la monarchie
et de l'esclavage.
En Russie / Union soviétique, tous retournés dans leurs propres milieux, et à
la mi 30-s du XX siècle, un nouveau soviétique un grand besoin de traitement ...
est devenu utilisé sur les pré-révolutionnaire de la Russie, la formule le moins mal
: la définition de la Russie comme une prison des peuples a été atténuée. En
rejoignant la banlieue a cessé de parler de la saisie. Au lieu de cela, elle a offert
l'explication suivante: en Russie, l'Ukraine a été inclus, parce qu'il est meilleur que
si celui-ci a envahi la Pologne. Même avec la Géorgie: il est préférable que
l'abattage. Patriotisme monarchique est devenu d'une certaine façon à atteindre les
objectifs de la société de patriotisme. Pochuyavshee leur force, la puissance, la
force de l'état de la 30 e année sans une histoire d'étouffement, mais les histoires
docilement .
Après un relativement libérale en termes économiques NEPA période, ne
s'étend pas, toutefois, ces pauses dans le domaine de l'idéologie libérale, a
commencé à la prochaine étape de la modernisation impériale: À l'esclave du
travail des paysans, des travailleurs et des habitants affamés étrangers prêts et une
assistance technique - est construit Pyatiletka. Staline, de modernisation peut être
décrite comme exprimé par le passé impérial et parce qu'il était le but de construire
un monde empire, progressivement visant à la domination du monde. En outre, la
manière éclectique, qui a été créé en Russie de Staline période, a repris tous les
types de doburzhuaznye société patriarcale, communales et de l'esclave et féodale.
Et une telle ampleur dans les pays industriels doburzhuaznosti est difficile
d'associer à la capture a toujours compris la nature de la modernisation. Le terme
de modernisation conservatrice, là aussi, n'est pas approprié, ni les bolcheviks, en
général, ni la IV Staline en particulier, n'a pas eu une forte sympathie pour les
valeurs traditionnelles de la vie russe.
Pendant les années du pouvoir soviétique avait atteint un changement radical
dans le ratio de population urbaine et rurale, la plupart des paysans du pays (plus
de 80% vivaient dans le village) est devenue essentiellement urbaine. Par la famine
artificielle et de la collectivisation forcée détruit des millions de paysans de
l'Ukraine, la Russie et le Kazakhstan. L'historien américain Robert Conquest a
estimé que la collectivisation et de la famine immédiatement, directement, ont été
la cause de la mort de quelque 15 millions de paysans.
Contrepoint, les étapes clés raskrestyanivaniya, a commencé pendant la
guerre civile, ont été collectivisés, le développement explosif de l'industrie lourde,
la grève de la faim début des années 1930 et la Grande guerre patriotique, la
paysannerie nadlomivshie démographiquement. Processus de conclusion des
accords a eu le plus de ce siècle, est présumé avoir de LI Brejnev sselenie peu
villages. Sur le plan socio-terme, ce processus au cours de l'ensemble de la période
raskrestyanivaniya appuyé le radical de l'inégalité des chances dans la vie des
jeunes générations de citadins et les villageois, dans les domaines économique, la
non-équivalence des échanges entre les zones urbaines et zones rurales, l'écart dans
les prix des produits industriels et agricoles.
Tentative de récupération de l'agriculture en Russie nechernozemnoy zone,
sauver le village, a fait en 70 du siècle dernier, principalement en raison de
l'origine rurale de la première de la population soviétique, s'est révélé inefficace.
En ce moment, le mode de vie des paysans ont été détruits de manière irrévocable,
l'image de la vie rurale est la dernière étape d'un long historique de la catastrophe,
zakolochennyh travers IZB, la désolation, dans leur domaine dozhivaniya vieux
agriculteurs. Collapsed monde paysan, à la généalogie ascendante archaïques,
période préhistorique du développement humain. À la fin du XX siècle, a un
déplacement de l'adaptation de la vie sociale, économique des technologies, des
paysans pour les produits de plusieurs millénaires, à l'échelle locale, les pauvres,
domaine marginal, n'est pas rien, mais en garantissant un niveau minimum de
survie physique. La tragédie, la douleur неизбывная du processus, Korce
bezyazykoy Russie est bien décrite dans la littérature, allant de l'horreur de la
guerre civile de photos, de la famine Veselov A., A. Platonov, V. Ivanov et les
écrivains-derevenschikov V. Rasputin, V. Belova , B. Mozhaeva etc
Lors de la phase industrielle du développement de la société moderne pour
atteindre un certain niveau de la ponctualité, de réunion, de la complémentarité
technologique, de la cohérence et l'identité de l'économie industrielle.
Caractéristiques de la modernisation impériale léniniste-stalinien phase de notre
histoire a été l'utilisation de pratiques féodales. Par exemple, en se référant à la
Révolution d'Octobre de 1917, un célèbre économiste russe EG Yasin noté à juste
titre que c'est nous dans de nouvelles formes, de nouveaux mots encore plus plongé
dans la féodalité, qui a fait une mission de lever la Russie sur le sous-
développement, et de construire les meilleures ... méthodes féodales .
Cela découle en grande partie la terreur bolchevique, et le 1917 - 1953 ans,
ce qui n'était pas seulement une justification idéologique, mais aussi représente une
tentative, en utilisant la violence extrême à inculquer gagnant le cadre de la
réglementation des valeurs orthodoxes système soviétique de l'homme un impératif
moral, même dans sa plus simple , utilitaires formes. Historiquement, dans la
Russie du système socio-culturel dominé par la forme extérieure d'un contrôle sur
l'individu, de soi ne devient pas dominante au sein de la société ou dans la Russie
tsariste, ni dans l'après-période, il n'a pas contribué à la formation de la révolution
des années de chaos et de troubles civils.
De A. Izgoeva mémoires relatifs à la période de la guerre civile: peuple russe
... Seul un tel gouvernement et devrait l'être. D'autres ne le font pas face à la
situation. Pensez-vous que les personnes que vous (ou cadets) respecte. Non, il rit
de vous, et respecte les bolcheviques. Bolchevique lui, chaque minute peut tirer . Il
est figuré, décrit l'état de la masse de la Russie post-révolutionnaire S. Portugeys
dans les Cinq années de bolchevisme: ... En vrac, environnement instable
éclatement industrielle fièvre folle, avec son armée terroriste grip ... et, surtout,
avec la participation de l'enfer industriel énorme foule Philistinism, péquenaud, a
poussé la ruine et fait craindre une chute dans le droit industriel Moloch, qui a
bouleversé les fondements de leur spirituelle et mentale ... Vzbalamuchennoe mer
de déchets sociaux, de classe et de mash Okroshka, les malades, en effet, la
génération de la souffrance mentale s'inscrit épidémies ... Cela a affecté le génie du
bolchevisme, dont il a réussi à soumettre ce mélange social-militaires, en les
rendant malades, les poux de la vie, son avidité rapace, la pauvreté et la pauvreté,
le point de départ de la révolution socialiste.
En 30 - 40-s du XX siècle, à midi, l'ère stalinienne, dans la conscience du
public cheville vérités simples: ne pas être en retard au travail, au décollage (la loi
de KOLOSKOV), presque littéralement cheville ongles, ainsi que pendant la
guerre civile, lorsque représentants de ces mêmes personnes ne sont pas dans une
allégorie, mais dans le sens littéral de l'agent de scellement dans la tête et les
épaules: Les gens bogonosets escroqués. Les gens bogonosets ni servilité ou la
sédition, ou kaetsya ou hleschet une femme enceinte dans l'estomac, ou de
résoudre les problèmes mondiaux, l'élevage de poulets ou de biens volés piano.
Méthodes barbares de résoudre le problème des changements de masse
precapitalist Russie droits, en l'adaptant aux besoins de l'industrie soviétique,
modèle de la société moderne. Mesures draconiennes prises à l'époque stalinienne,
est due en grande partie non seulement idéologiquement, mais utilitaires, de graves
mesures de répression ont essayé de construire un homme nouveau ère de
modernisation, afin de l'adapter aux besoins de l'industrie. Dans l'Allemagne nazie
dans la même période historique a été le cas de la fusillade de Voyage sans billet
sur les transports publics, des tirs de l'avion non lavé les fenêtres des appartements.
Cette politique de formes radicales de la poursuite de la politique de sanctions, des
amendes imposées par la ville médiévale des bureaux de la saleté et les débris en
face de maison privée, pour le même verre non lavé. Comme une herbe de pelouse
devient complète, prévue sous forme de quelques centaines d'années, le bon soin,
et rationnelle et civilisée, la médiane est le comportement humain atteint pas moins
prolongée.
Staline impériale de modernisation est en grande partie sur le modèle de
Pierre, nous voyons le même très haut niveau de l'absolutisme, où chaque référence
directe ou poluskrytoe souhaitent le chef de file et la norme est non-négociable,
mais seulement la mise en œuvre. La nouvelle phase du développement historique
est reproduit impuissance des sujets, le principe de la centralisation de mobilisation
des ressources sur certains domaines, la technologie occidentale emprunt, lorsque
des centaines d'usines ont été achetées dans la plus complète et l'équipement acheté
séparément et mécanismes. Ainsi, toutes les grandes avant-guerre de cinq ans les
travaux de construction de matériel étranger, mais l'importation de l'ouest de la
technologie avancée a été accompagné par de graves concomitant des technologies
de filtration inokulturnyh éléments.
Staline et le poste inquisition culturelle cruelle manière sift exotiques
information, des restrictions sont placées sur les informations en provenance de
l'étranger l'Etat socialiste, qui est limité à l'information relative au progrès
scientifique et technique, qui est antagoniste à la phase de la modernisation
impériale. Le chiffre d'affaires et jusqu'à très très curieuse, parce que, l'un des
domaines de la censure Voroshilovskiy (maintenant Alchevsk) a offert de se retirer
du musée local buste d'Aristote, et dans la région de Moscou a été une interdiction
du transfert des oeuvres de Schubert à la radio, au motif que l'auteur raylitu
inconnu, mais il peut être trotskistes .
Staline impériale modernisation remarquable par le fait que ce fut la dernière
des résultats relativement satisfaisants dans la modernisation du système impérial.
Le succès n'est pas une décision définitive dans le sens des objectifs stratégiques
de l'Empire - ils sont irréalisables en principe - mais en termes de solutions de la
tactique des objectifs de moment historique. Ces tâches ont été confrontés avec
succès à l'Ouest dans la rivalité militaire et politique, qui est acquis après la
Seconde Guerre mondiale, le monde géopolitique échelle.
Dans la seconde moitié du siècle dernier, la situation a changé radicalement.
Le prochain niveau de développement technologique n'est pas due simplement
reporté à l'emprunt et le sol russe, sans des changements fondamentaux dans
l'ensemble du système social. Mais le système impérial peut varier jusqu'à une
certaine limite au-delà de laquelle il existe une menace à la préservation de son
système qualité. Où courir à la frontière de transformations internes, le système a
déterminé a posteriori, lors de la tentative natykayas elle-même dans un esprit
relativement libérale est de renforcer les droits civils, le travail dans
Novotcherkassk en 1962, la fermentation et la Fronde de la part des intellectuels,
les contraintes extérieures posées par les pays du bloc socialiste : en 1956, la
Hongrie et la Tchécoslovaquie en 1968.
Même relativement libérale modernisation transformations sont
incompatibles avec les propriétés du système féodal impérial. En fait, tous les
dirigeants soviétiques, après la mort de J. Staline était perçu avant ou inconsciente
choix entre la conversion à un modèle libéral de la modernisation, avec
l'intégration dans la modernisation et l'extension de la civilisation uporstvovaniya
ideokraticheskogo dans la mise en œuvre du projet, la poursuite uporstvovaniya
dans la préservation de eschatologique des idées et des autres éléments importants
de la féodalité et de la construction impériale. La période de NS Khrouchtchev,
dans le même deux visages contradictoires et que sa pierre tombale travail È
Neizvestny. D'une part, d'exposer les crimes de J. Staline, de l'autre - honteux
marquant comme le culte de la personnalité, la libération de millions de prisonniers
politiques et à la répression de la révolution hongroise de 1956, le chaos, en grande
partie improvisé des solutions dans les différents domaines de la vie, en particulier
dans l'économie . Néanmoins, au cours de l'état de NS Khrouchtchev utilisés dans
le pays de certains des éléments appartenant à la modernisation du modèle libéral,
mais hétérogène, raznovektornye processus sont étroitement liés, stratifier les uns
sur les autres à bien des égards, la création d'une image chaotique.
En général, mai il est à noter que ni avec NS Khrouchtchev, et encore moins
avec LI Brejnev, et K. U. Chernenko libérale modernisation modèle utilisé n'est
pas, en effet, et le modèle de l'impérialisme, le haut-parleur dominant la
modernisation de la Russie. Oui, une certaine innovation, les tentatives visant à
améliorer ce qui existe déjà, par exemple, la structure des ministères et des
départements. Mais, en général, le plus souvent, inconsciemment, a été choisi
comme une politique de cent ans, puis gel en Russie tsariste, et maintenant l'Union
soviétique. Cette politique se révèle inefficace, même dans le dix-neuvième siècle,
surtout depuis qu'elle ne pouvait même pas être tout bon dans la seconde moitié du
siècle HX. Néanmoins, pendant les années du pouvoir soviétique avait été résolu
certains problèmes importants auxquels la Russie / Union soviétique, qui a eu lieu
l'industrialisation, l'urbanisation, la place de la transition démographique, il ya eu
d'énormes progrès dans la réalisation de l'alphabétisation universelle en médecine,
dans le secteur social en général. Mais le prix de la réussite a été extrêmement
élevé, le succès est fondé sur une ambivalence, et donc fragile, grâce à la
mobilisation, les surtensions toutes les forces vives de la société qui est largement
prédéterminé civilisationnel déchirage l'ère post-soviétique.
Chaque entreprise est situé dans l'un des trois états: le développement, la
stagnation, de la dégradation. La stagnation de l'Union soviétique a commencé sur
le tour de 1960 - 1970 HX siècle. Mastering Samotlorskih champs de pétrole a
permis à certains de compenser l'inefficacité du système soviétique, même plus de
deux décennies. En plus de la politique podmorazhivaniya améliorations
cosmétiques et de faible certaines parties du système a été montré et le potentiel de
la tendance à la reprise de la modernisation impériale, avec la stagnation de l'Union
soviétique, derrière la plupart des pays occidentaux développés est de plus en plus
forte. Et ici, dans la galaxie des partis et des représentants du gouvernement
soviétique, plusieurs stands Yu.V. éminente Andropov qui, en toute probabilité, est
enclin à entreprendre la prochaine étape de la modernisation impériale, mais il n'a
pas été pour cette époque, le Secrétaire général du Comité central PCUS, il est
resté environ un an.
Notez que dans la période de stagnation (stagnation), l'Union soviétique a
conservé à l'inertie de la perte de contenu, mais en conservant la forme
d'hommage. Ainsi, les vieux infirmes Konstantin Tchernenko, qui a été élu à la
magie de la mort d'Andropov, détient le pouvoir suprême dans leurs mains, parce
que le bien-manteau de la crédibilité (on dirait raison.. Dans l'ensemble, peut être
décrit comme des politiques de la direction de l'URSS au cours des dernières
décennies de son existence, l'exclusion des années de MS Gorbatchev, comme un
conservateur, visant à préserver le statu quo. radicalement différente de la période,
au cours de la MS prématurée Gorbatchev, après la dernière tentative pour relancer
le système, lui donner une certaine flexibilité et la compétitivité de nos puis
historique de l'ennemi - la civilisation occidentale moderne.
Il a été tardive et largement improvisé tentative d'utiliser un modèle libéral
de la modernisation, et donc de prolonger l'existence historique du système
soviétique. Toutefois, lorsque les éléments introduits dans la sphère de la vie
sociale et culturelle du pays, le modèle libéral de la modernisation a commencé à
émerger dans le système de remplacement, la situation est la spirale hors de
contrôle de l'initiateur de la perestroïka. En raison de raisons objectives et
subjectives pourri déversement régime soviétique, avec ses réformateurs, des
changements radicaux sont inévitables. Rappelons-nous les paroles prophétiques
de NA Berdyaev: tuer l'empire russe. Ainsi périt tout de même empire, qui doit être
créé . L'effondrement de l'Union soviétique a été causé par des facteurs objectifs et
plus, des raisons subjectives plutôt jouer un rôle de soutien. Les empires ne durent
pas éternellement, l'effondrement de l'Union soviétique a été en grande partie
déterminée, bien avant les événements d'août-Décembre 1991, quand il y avait
toutes les plus radicales de la dévaluation de la cimentation de l'état de l'idéologie
communiste.
Pour analyser la situation actuelle est extrêmement important, au moins deux
circonstances. Le modèle libéral et impérial de la modernisation, l'idée a
commencé à apparaître, la reliure et des phénomènes connexes, même dans des
litiges les Occidentaux et slavophiles en 30 - 40-s du XIX siècle, aujourd'hui
presque totalement privé de toute idéologie qui ne oposredovany plus de définir un
choix de différentes options développement stratégique de la Russie.
Dans le processus historique du développement social et culturel du système
ne dépend pas seulement de ses propriétés intrinsèques, parce que le contexte
historique dans le processus de renouvellement constant, de présenter le système à
de nouvelles conditions. La défaite de l'Union soviétique dans la guerre froide a
marqué la fin de l'affrontement mondial des systèmes sociaux différents de ce
barème obscheistoricheskom permis de mettre fin à la concurrence mondiale et de
la civilisation libérale impériale modèles. Accélérer radicalement historique et
dynamiques socio-culturelles dans le monde moderne est de plus en plus
l'incertitude augmente la possibilité de variation dans le développement de
l'ensemble du monde et de ses zones de culture et de civilisation. Mais aujourd'hui,
la puissance de la socio-culturel et historique de transformation ne suffit pas à
déloger enfin traditionnelles de la Russie impériale jauge, pré- restructuration se
sont révélés réversibles uniquement parce qu'ils sont les reconstructions aziatchiny
plutôt que la démolition elle.
Une fois que le Russe Nikolai généticien Timofeev-Ressovsky fait valoir
que si le servage en Russie aurait duré une vingtaine d'années, on aurait pu parler
d'un nouveau type de personnes. Cette sélection avec beaucoup plus d'intensité et
de meilleurs résultats et le gouvernement a continué au cours de la période
soviétique, de notre histoire: En 1861, notre pays a aboli le servage. A quelques
dizaines d'années tente de construire une société civilisée ... En 1917, encore une
fois retournés au servage. Et cela explique beaucoup de ce qui se passe maintenant
. Tout cela ne contribue pas à la formation de l'intérieur, sans la personnalité active,
capable de prendre des décisions éclairées et d'en assumer l'entière responsabilité.
La société maintient la position dominante de la tradition (passive nedeyatelny) le
type de personnalité, le comportement et la prise de décision qui est largement
déterminée par un système de contrôle externe par les autorités.
Dans un long temps historique dans le pays, il y avait une sorte de sélection
négative, l'isolement, tout ce qui ne pouvait pas plier, de concert avec la ligne
générale de l'époque. Comme une illustration de cette thèse est de se souvenir de la
grande chirurgie amputation de la période léniniste-stalinien, qui a conduit à la
disparition de l'ensemble de domaines, y compris les fondations de l'empire et de
l'archaïque dans toutes ses manifestations - la paysannerie russe. La période
soviétique - au cours de la lutte avec les prophètes, les hommes de fer et d'acier ( b
clous fait de ces gens est plus forte qu'elle ne l'était un clou dans le monde), un
retrait progressif d'une vie de rigoristov morale de la noblesse, du clergé, des
officiers, et d'autres domaines. À un stade ultérieur, l'enlèvement a eu lieu dans la
vie des communistes idéalistes, brûlées par le soleil révolution romantique. Dans le
passé, le jaune la période de son existence, le système ne pourra pas se retirer de la
vie, mais isolés, transformé en verre et capitaliste camps à l'étranger pour les
nouveaux candidats pour le rôle de prophètes.
Un résultat a été la position dominante de soixante-dix dans la
transformation de la société de l'époque cynique, social type, établi sans foi, sans
roi (il pense que le scepticisme est le dernier secrétaire général), un homme
capable de ne pas seulement l'esprit du temps, mais presque anticiper la venue d'un
nouveau / l'ancienne idéologie. Dans le domaine socio-culturel de la fin de la
société soviétique a triomphé le cynisme et l'incroyance, fatigué de sourire et de la
tolérance à un autre, d'un départ de messianisme, de sacrifice, de tentatives de
rétablir la justice sur la terre doit la vie à l'extérieur de l'histoire. L'esprit de la fin
de l'ère soviétique succinctement, et en même temps est exprimé dans le poème,
Brodsky I. 1972: Si tu es tombé dans l'Empire né, / est préférable de vivre dans une
province godforsaken, près de la mer. / Et loin de César, et le blizzard. / Fawn n'a
pas besoin d'un lâche, pressés. / Pour dire que tous les gouverneurs - voryugi? /
Mais je voryuga miles de vampire . Dans relativement libérales de Gorbatchev et
Eltsine années n'a pas réussi à former une masse critique de personnes libres.
Socialisation et inkulturatsiya majorité des Russes qui vivent aujourd'hui ont
eu lieu au cours de la période soviétique, qui a causé de graves difficultés
d'adaptation à accélérer la post-soviétique, historique, sociale et culturelle
dynamique. Rappel de l'observation de P. Bourdieu, sociologue français, qui ont
souvent attacher une importance disproportionnée du début de l'expérience. Il ya
un effet d'inertie, qui est caractérisé par une prolongation de comportement
stéréotypé de personnes qui tentent d'utiliser les comportements d'adaptation qui
ont été efficaces dans le passé, mais ont perdu leur efficacité en termes de
nouveaux développement dans la société.
Dans le même temps, au cours de l'année des réformes du marché constitué
la première génération de Russes, de la socialisation primaire qui a eu lieu dans
une relative liberté. C'est une génération de la plupart axées sur l'inclusion de la
Russie dans la nouvelle communauté mondiale, l'environnement institutionnel et
dans une moindre mesure, la valeur du système de réglementation qui remonte à la
généalogie de la civilisation occidentale moderne. Selon VTsIOM, la génération
des 18 - 23 ans sur projet de vie individualiste - une société de réussite (64%),
contrairement à l'orientation traditionnelle de la société de justice sociale et
d'équité (36%).
Selon R. Ingleharta impliqués dans la recherche de la valeur des structures
qui sont dans le XX siècle, de violents processus de modernisation, notre système
de valeurs de 18 - 24-ans, est devenu dominant dans la société après le 15 - 18. R.
Inglehart a analysé les changements dans les systèmes de valeur dans l'après-
guerre en Allemagne, en Espagne, en Corée du Sud et le Japon. Comment cette
expérience peut être jointe à la Russie, les transformations socio-culturelles - une
question ouverte. Le projet de modernisation libérale n'a pas une forte culture, de
civilisation, et certains chercheurs croient que le climat et le sol, mais aussi la
modernisation de l'ère post-impériale a pas de véritable perspective historique.
Dans la proposition de la Russie moderne pouvoir ideologem la société
concernent le passé glorieux, fondée sur la nostalgie du temps où nous avons eu
une grande époque. Cette vision est radicalement différente de la civilisation
enracinée dans le style moderniste. Par exemple, Henry Ford a dit que nous
voulons vivre dans le présent, et la seule histoire qui est quelque chose - est celle
que nous faisons à l'heure actuelle. Le sentiment que tous les grands dans le passé
suggère l'épuisement de l'eschatologie traditionnelle, qui nous inspire à certains,
mais très modéré l'optimisme sur les scénarios possibles pour la Russie historique,
sociale et culturelle dynamique. Chapitre 2. The Anatomy of Russian
traditionalisme

I. Le traditionnel esprit: le mental et le syncrétisme culturel

Depuis la seconde moitié du XX siècle, la notion de syncrétisme est de plus


en plus populaires dans l'étude des formes historiques de la mentalité et la culture
des États. Cependant, avec ce concept est freinée par des éléments de la
rationalisation du discours scientifique, en particulier analitizmom, c'est-à-dire
désir d'une approche différenciée et une claire distinction des phénomènes avec
une définition plus précise des frontières entre eux. Il existe une inadéquation de la
méthode et l'objet de la cognition, résultant de l'instabilité, l'incertitude et
indifférencié nature syncrétique objets.
Rationaliser la conscience doivent faire face à des objets, dont la nature est
précédée par des formes génétiquement mentale, sur la base de l'Union européenne
qui forment la conscience scientifique de rationalisation. Dans le même temps,
nous ne partageons pas l'avis positiviste de la possibilité d'utiliser le périphérique
logique rationaliste science comme un outil universel qui peut être correctement
appliqué à des phénomènes d'ordre différent. Le problème est que les appareils
d'analyse dans l'étude des objets syncrétiques dans leur intégrité biologique au
moins inefficace. On peut toujours décrire les différentes caractéristiques
traditionnelles de la conscience, mais pas dans les procédures d'analyse de la
reproduire comme un tout organique et vivant, qui est susceptible de faire face à la
rationalisation, mais essayer de donner l'image la plus large du phénomène.
Commençons donc. Russie - lourds pays: ni révolution, ni réaction, il ne
passe pas. La vie russe - une unité de réaction et de la révolution. Et il définit le
système un élément de l'unité, le cœur du système - la puissance russe, si elle est
appelée le communisme et l'autocratie . Laissez-nous essayer de déterminer les
raisons de la détermination de la situation de trésorerie.
Système socio-culturel de Russie se trouve à proximité de la zone critique de
la bifurcation, ou lui-même, résister à une quelconque certitude, la certitude et, en
particulier choix historique: incarnation symbolique d'une structure permanente de
fragilité , l'ambiguïté sémantique est un célèbre de Russie au hasard , c'est à dire
l'éventuel espoir naturel à un ensemble de circonstances dans lesquelles tous les
problèmes à être admis comme eux, sans aucun effort de droits subjectifs . Que fait
une soif permanente de nedelaniya physique, sous la forme d'événements en
images Emeli, Ivanushki-idiots dans le conte populaire russe, Ilya bylinas sur
Muromtsev couché sur le four et trente trois ans, si elle n'est pas une tentative
désespérée d'éviter un choix conscient. En fin de compte, cette tentative
d'émancipation de la vie personnelle et publique. La préservation de la possibilité
de vivre dans la zone de bifurcation, et à proximité de lui, en outre, la persistance
de la croyance dans miracle, nécessairement inégal dans la relation de cause à effet
est encore important dans de nombreux éléments païens conscience.
Ce désir naturel d'éviter l'incertitude, même à l'égard de la finalité destinée I.
Goethe était un bien-Ortega et Gasset: La vie - il s'agit d'une nécessité inévitable
pour décider d'écrire lui-même tout à l'exceptionnel destin, accepter, en d'autres
termes, être résolu par . Indépendamment de nos désirs, nous sommes obligés
d'exercer notre caractère, notre vocation, notre programme de vie, notre entelehiyu
... (Goethe veut conserver le droit d'en disposer. Always . Dans l'histoire sort de la
Russie est également présente, eksplitsiruyas en grand nombre dans les
manifestations extérieures de cette ambivalence début, le désir de conserver le
droit nedelaniya, afin d'éviter la certitude du choix. Raznovektornost, les
contradictions de la Russie, socio-culturel se reflète dans tous les domaines la vie
sociale et intellectuelle. Ainsi, la production dans les résultats pratiques obtenus
soit elle-même, mais sait ce que l'enfer, c'est ce que si emko VS Tchernomyrdine, a
déclaré: Nous voulons mieux, mais s'est avéré, comme d'habitude .
Philosophe russe FA Stepun établit un parallèle entre la manière de la pensée
économique et la forme, en notant les syncrétique début de la vie russe, qui se
manifeste dans la vie des gens ordinaires et des intellectuels attitudes négatives à
l'égard forme et de différentiation. En Russie, une philosophie religieuse est la
même faute, comme dans la Russie de la gestion foncière. Le manque de machines
agricoles en conformité avec le refus de usovershenstvuemyh compétences et la
continuité de la pensée .
Les formes de relations sociales et des modes de vie stratifier, mélanger et de
germes par l'intermédiaire d'une autre, formant une symbiose étrange et
contradictoire. La principale fonction de la conscience est la l'adaptation de
l'homme à vivre dans la contradiction de la situation de mélange des relations
sociales et des modes de vie. L'adaptation est réalisée en minimisant le nombre de
contradictions, est atteint par le biais de sa division en osoznovaemye de toute
façon de réagir, et neosoznovaemye et donc comme un non-existant.
Note que la réalité est controversée dans la nature, mais les différents types
de conscience culturelle percevoir, interpréter, et l'expérience des controverses à sa
façon. Nous rappelons que le Levi Брюль a pensé caractéristique primitive de
l'homme comme une réflexion prelogicheskogo, qui, entre autres, les lois ne
s'appliquent pas de logique formelle, et presque aucune trace de la controverse.
Ainsi, l'expérience de la réglementation archaïque de la conscience individuelle de
contradictions, n'est possible que dans une mesure minimale, les gens vivent leur
comportement en conformité avec la coutume, impliquant un ensemble de normes
de comportement. C'est à dire, ils réglementent les controverses émergent
spontanément, de les construire dans une certaine jurisprudence, par la suite
recevoir le statut de sacré: Ancient de personnes vivaient dans un monde de vérités
absolues, il est précis et des réponses définitives à toutes les questions
fondamentales: Quel est l'univers, son pays, le peuple, ce qui va se passer avec lui
après la mort, etc ... .
Conscience archaïque épargné d'avoir à trouver un organisme indépendant
de règlement des différends et, par conséquent, ses relations avec le monde de la
plus harmonieuse: Tant que l'homme a été une partie intégrante du monde, n'a pas
encore été réalisé, ni la capacité ni des conséquences des actions individuelles, et il
n'a pas à avoir peur de lui. Mais à chaque tournant, il reste un seul à seul avec le
monde, superbe et formidable .
À l'ère du Moyen-Age, mental filtre, dont la fonction est la séparation
(division) de controverse manque (vous permet de comprendre) ont un plus grand
nombre d'entre eux. Les gens du Moyen Age qui reste askriptivny type de
conscience, tant de la controverse, ils ne sont tout simplement pas compris. Mais
une certaine controverse, la plupart liés à des questions religieuses, les gens sont
déjà au courant de tout le Moyen-Age distinctement. Non seulement elle les
expose à plus ou moins consciente, de réflexion, mais aussi de changements en
fonction des résultats de ses pratiques de comportement. Rappelons-nous, dans ce
contexte, l'ampleur et la diversité des hérétiques, des mouvements religieux, et par
les processus de la Réforme catholique, l'Eglise.
Pour une entité de type médiéval image du monde fondée sur la
métaphysique de l'opposition entre les catégories cosmologique du bien et du mal:
Partout dans le monde, comme nous l'avons vu, appuie la théorie de deux
principes: la bonne Christ résiste mal Satan, le représentant du monde spirituel est
le Christ; question représente Satan, l'un appartient à mon âme, l'autre - de notre
corps. Et en harmonie avec l'ensemble du monde des phénomènes, la nature, le
monde est un mal en soi, et Satan, le roi des ténèbres, cherche par le biais de ses
tentations de nous détruire . Cette confrontation, une bataille de la lumière et
l'obscurité peuvent se développer dans leur esprit à la mesure du monde, sont
reproduits en temps presque depuis sa création et jusqu'à la dernière prodozhayas
Cour. Les contradictions qui ne relèvent pas de la limite de la double opposition,
ou sont perçus comme n'étant pas dignes de l'attention ou tout simplement ne pas
remarqué, ne sont pas fixés dans la conscience de l'objet: Noir et blanc, sans le
milieu - qui est la réalité pour les personnes médiévale.
Medieval type de conscience est le propre contradiction perçue comme
quelque chose d'extérieur à la personne, respectivement, à l'extérieur est une façon
de résoudre ces contradictions. Ainsi, une façon de les résoudre peut être une
transformation de la violence sociale et religieuse. A titre d'exemple, rappeler les
nombreuses révoltes des paysans et de période de guerre de religion de la Réforme.
Mais contrairement à l'archaïque de type médiéval de conscience à une plus grande
mesure individualizovan et adaptés aux traitements psychologiques d'un choix
personnel et conscient de l'utilisation de stratégies comportementales.
Des changements radicaux dans un modèle de résolution des conflits se
produisent déjà dans le cadre d'une civilisation libérale moderne. Le sujet perçoit
les contradictions de la culture libérale comme un attribut de l'être inamovibles, ce
qui leur permet principalement internes, c'est-à-dire l'exercice individuel de
production par l'activité créatrice, il est connu de sa personnalité et offre une
réponse très personnelle, parce que, au point W. Beck, la plupart d'entre nous sont
obligés de rechercher des solutions biographiques contradictions systémiques .
Le thème de la culture libérale a la responsabilité d'eux-mêmes, comme la
personne à des moyens de droit qui ne peuvent pas être rendus responsables de leur
propre dommage que le sort de personne, sauf lui-même, que les causes de leurs
blessures, devrait être recherchée que dans leur propre oisiveté et la paresse, que de
se débarrasser de tous les problèmes pour les appels plus graves (leurs) efforts .
Vers la formation de ce type de conscience culturelle et a été envoyé au
vecteur de l'évolution historique, et ce type de conscience est importante dans la
propagation de la libérale euro-atlantique de la civilisation moderne. Tout au long
de l'histoire l'homme a évolué à partir de l'idéologie du collectivisme et
l'individualisme à une plus grande autonomisation de conscience, se déplaçant à la
fin à cet état de fait dans laquelle le Notre liberté doit être composé de la
tranquillité des joies de l'indépendance privée.
Notez que dans la mentalité traditionnelle se mélange archaïque et
médiévale types, ce qui explique sa propre sinkretichnost. En général, le
traditionalisme est une sorte d'antithèse de la longue période de temps dans la
nouvelle Europe et une personnalité dynamique, axée sur le libéralisme: Comme la
valeur de base des sociétés modernes, l'individualisme dans les plans économique
et politique de prendre la forme de libéralisme . Tratsionalistskoy mentalité et la
capacité de survie est en grande partie due à sa capacité à libérer les gens de la
nécessité d'un choix personnel, la tendance à déléguer à son équipe, le leader
charismatique, une autorité religieuse. Comme un exemple de se rappeler la
légende du Grand Inquisiteur de Dostoïevski le roman Les Frères Karamazov.
Mais en dépit de tous les bien-connues dans l'histoire du privé et collectif
tente de se débarrasser enfin de la nécessité de choix - se débarrasser de celui-ci
n'est pas possible, mais comme une solution palliative, vous pouvez passer à une
autre personne, les circonstances, l'environnement extérieur dans son ensemble.
Dans un effort pour se débarrasser de la nécessité de faire un choix, les gens
inconsciemment nostalgiruet à l'époque archaïque, où la scène mythologique de
l'évolution de la conscience commence par la (État qui est entièrement détenue par
l'Ego inconscient.
Famous Russian culturologist AA Pelipenko estime qu'il accompagne la
personne tout au long de sa vie sur la mémoire génétique d'un développement
harmonieux, cohérent Etats. Il crée l'illusion que l'on ne peut pas manquer d'espace
dualizovannogo culture, mais aussi se débarrasser de lui-même à la nécessité de
choix individuel.
Culture, dans lequel les traditionalistes d'orientation, y compris la Russie, de
l'ordre, quoique à des degrés divers, le fatalisme social et de patience, car la
situation de trésorerie est sanctionnée par la tradition sociale et culturelle. La
nouvelle série de faute généalogie remonte à la première foi chrétienne, en
particulier dans sa relation avec le mal et le péché ... enseigné ce que les chrétiens
sont des pécheurs et que le péché, originale et personnelle, est présent dans la vie
d'une personne, avec un bon début, mais aujourd'hui - plus que jamais non, que le
christianisme lui-même a commencé avec la crucifixion de Jésus-Christ ... . Cet
ensemble défini de la faute est inhérente non seulement les conscience. Ainsi, DS
Merezhkovsky dit que je sais où je vais, vous ne pouvez pas obtenir un ... Out of
the underground, à surmonter la solitude - qui est le problème ... , c'est-à-dire il
s'agit de combler l'isolation de la société de l'individualisme, est la nécessité de
former un mouvement collectif pour le christianisme.
Complété par le péché originel et les péchés personnels, tels que l'écart par
rapport à la classique de l'homme des normes de comportement établies par bien:
Qui est Dieu n'est pas un péché, le roi n'est pas à blâmer?. Cet état de fait dans une
large mesure, contribué à la nature contradictoire de la législation, elle a adopté la
pratique de sa masse et les violations quotidiennes à l'heure actuelle, de pouvoir
ensuite, en accord avec les intérêts d'un autre courant, mai demander à tous tout au
long de la mesure de la loi.
Notez que la psychologie sociale en particulier de la question des sociétés
traditionnelles sont fondamentalement différentes dans un système de priorités que
le sujet de la modernisation de la société. Ainsi, ce qui porte l'image du monde est
effectué en réglant la délégation de fonctions et d'initiatives au niveau des niveaux
sociaux plus élevés. C'est un tel niveau de priorité, ce qui réduit les effets négatifs
de l'accompagnant sa décision de l'autorité arbitraire et des privations. Les
traditionalistes, estime son écurie appartenant à l'espace social où tous sont
reproduits conformément à la tradition, et parce que les conventionnelles en
mesure de faire les horribles actes de l'autorité arbitraire. Ainsi, H. M. Karamzin un
exemple à partir du règne d'Ivan IV, lorsque John peu de temps avant il a
commandé une vue d'une petite faute d'un noble de la population à mettre sur le
compte, que ce misérable vie toute la journée, dans la terrible douleur a parlé à son
épouse, les enfants, sans cesse et solide: Dieu ! Mercy sur le roi! Voilà, les Russes
sont célèbres pour ce réprimander les иноземцы: aveugle, un nombre illimité de la
dévotion à monarshey dans la plupart de son téméraire évasion de l'Etat et des lois.
Mais quand la situation d'incertitude, et cette image de la ruée vers
l'disistemnye monde au-delà de la puissance des éléments, un processus, il
desakralizatsii. Perte de puissance sacrée situation conduit inévitablement à des
troubles sociaux à des degrés divers, radicale, sous la forme de l'agitation civile,
rébellion, révolution, émeutes étrangers, intelligentskoy Fronde, la circulation dans
le pays. C'est seulement dans une rupture de la continuité sociale et culturelle d'une
personne commence à répondre, au moins sous la forme de réflexion sur les
conditions difficiles de la vie matérielle, l'absence de compensation financière, le
transfert de son énergie vitale de la vie quotidienne avec ses joies et ses
préoccupations dans le cadre de divers surhumains, eschatologique projets à idée
d'empire. Similar rafales de réflexion, le temps qui passe dans le domaine de
l'action radicale, on peut observer indirectement la Russie et de l'histoire du
monde. Par exemple, A. de Tocqueville a fait remarquer que le féodalisme à son
apogée jamais inspiré une telle haine des Français, comme la veille de sa
disparition. Le mineur de plus de l'arbitraire de Louis XVI a donné lieu à plus de
frustration que d'un despotisme absolu de Louis XIV. À court terme
d'emprisonnement, qui a été soumis à Beaumarchais, provoqué des émeutes à Paris
plus de dragonnady 1685 . Cependant, alors que la peinture du monde en ligne
avec les attentes de droits en raison des choses, il est plus en mesure de faire
tomber dans la proportion de l'oppression, l'arbitraire et la privation.
En tant que société traditionaliste schémas culturels sont plus localisés et
culturellement spécifiques que dans la modernisation de la société, tandis que les
seconds sont souvent prises pour étudier les principes généraux des valeurs
traditionnelles et en tant que phénomènes purement unique de leur culture. Dans le
vaste espace de la Terre, de l'Inde au Chili, et de la Russie à l'Iran une étendue
socio-historiques particuliers mifologemy rôle messianique, l'élévation spirituelle
de chacun de préserver les fondations traditionnelles de la vie de la population de
l'Ouest grâce à l'engagement de mercantile vrai valeurs spirituelles. Exemples à
l'appui de nos arguments sont nombreux. Au départ, il ya près d'une définition
classique de la NA Berdyaev, décrivant les dirigeants communistes de la
révolution, dans son projet messianique de Russie: Et la conscience de ceux qui ont
effectué la Troisième Internationale, a également tourné dans sa propre conscience
messianique. Ils étaient conscients d'eux-mêmes portant la lumière de l'Orient, qui
est d'éduquer les résidents de la bourgeois des pays occidentaux l'obscurité. C'est le
genre de la conscience messianique de Russie .
Il est tout aussi répandu, et une telle position en dehors de la Russie, ce type
de définition est assez commun dans les différents pays du tiers monde. Descente
de la radicale de nombreux états, ne donnent que osovremenennuyu assez de la
position de professeur de politique Z. Sardar. Dans son article En dehors du
développement: perspectives islamiques, il a noté que l'idée de développement
dans le sens occidental du terme est absolument inacceptable pour les cultures non-
européennes, et l'avenir n'est pas le résultat de la domination de la civilisation
occidentale, avec sa compréhension de la liberté, la civilisation ... Parmi les
civilisations non-européennes (en Inde, en Chine, etc) le rôle de l'islam, c'est que la
civilisation musulmane un Montré les avantages de nos valeurs ... . Lorsque nous
sommes mis à part les caractéristiques nationales dans la recherche de ce qui unit
les différentes options de la mentalité traditionnelle sur un niveau, nous constatons
que la société traditionnelle unit particulier, irrationnel, mystique, attitude à l'égard
de toute une série de communications relatives à des concepts d'unité, de slitnosti,
l'universalité, l'indivisibilité et l'intérieur de dissolution privé au général. En
d'autres termes, une attitude à l'égard de tout ce qui remonte à la période archaïque
de la vie de l'humanité: Primeval regard sur la vie plutôt que sintetichen analytique.
La vie n'est pas divisée en classes et sous-classes. Elle se sentait comme une
entreprise tout entière, ne permet pas de distinction claire et nette. Les frontières
entre les différents domaines - ne sont pas des obstacles insurmontables: elles sont
vagues et instable .
Mettez dans les différents compte tenu de l'historique et l'environnement
politique, idéologique formes mythologiques formule syncrétique haotizirovannoe
unité organise l'espace socio-culturel, les ensembles de valeur durable. C'est en
grande partie l'attribution des blocs d'une autonomie sociale et l'auto-identité.
Mifologema syncrétique odoy l'unité est de la racine, la plus archaïque des
fondements traditionnels de la conscience: Le plus grand nombre de personnes que
unascertained, plus le je est projeté sur le groupe, et le renforcement de
l'interaction entre les membres du groupe.
Cette mifologema remonte à la préhistoire étape de l'existence humaine, qui
se caractérise par une communauté de l'homme plein interchangeables et les rôles
sociaux, et les petits interne différenciée: Membre de la nature primitive pourraient
exprimer leur sentiment d'identité par les mots: I - nous avons , il n'avait pas
encore ressenti la personne , qui est séparé de votre groupe. Néanmoins, les
souvenirs de la préhistoire de l'unité est restée un long moment dans le monde
musulman et orthodoxe: Sonsensus bezlichen justes et condamne le je comme un
péché, mais aussi, et est - une véritable russe - la notion de vérité comme à un
accord sans nom .
Compte tenu de l'historique et socio-culturels en Europe de l'Ouest et la
Russie, AI Gertsen noté que le monde occidental a perdu son appareil à base
communautaire; hlebopashtsy et nesobstvenniki ont été portés au sacrifice de
l'évolution des cultures minoritaires, mais le développement de la noblesse et les
habitants de la ville étaient grandes et riches ... Le peuple de Russie n'était pas en
mesure de développer l'ouest de la dernière cérémonie de trois siècles, comme les
croisades, que la scolastique et théologiques, comme le droit romain, le féodalisme
et l'allemand . Comme l'histoire l'a montré le dernier siècle, non seulement en
Russie mais aussi dans le cadre d'une civilisation libérale de la couche de la
mémoire archaïque mai unité est mise à jour, la création d'un programme d'action.
Un exemple classique d'auto-actualisation est l'histoire du Troisième Reich
archaïque. Souvenons-nous de l'étymologie même du mot fascisme dans le
traitement de B. Mussolini: Il (le fascisme) ne cherche pas à convertir la forme de
la vie humaine, et son contenu, l'homme, son caractère, la foi. Et à cette fin, il faut
de la discipline et l'autorité, qui pourraient pénétrer dans les âmes des personnes et
le modifier librement. C'est pourquoi, son symbole est liktorov baguettes - un signe
d'unité, de force et de justice . Anxiété CG Jung, perçue par l'extérieur civilité, de
milieu et de la tranquillité de l'ouest de l'esprit d'ébullition magma inconscient
archaïque déplacées scripts, demeure valable aujourd'hui. Dans le cadre de la
modernisation de la civilisation humaniste personnalité, avec un bon
comportement, est dans la minorité: Nous avons été incapables de surmonter le
fossé entre la minorité qui ont atteint ces objectifs, et d'essayer de vivre selon eux,
et la majorité, la mentalité qui est loin de l'âge de pierre, dans totemizme, culte
feudality idoles .
Dans le principe syncrétique de l'unité de la conscience, et dans la version
russe du principe соборности ou vseedinstva, il est compatible avec le principe de
la hiérarchie, qui est la deuxième pierre angulaire du traditionalisme. Il convient de
noter ici que la hiérarchie inhérente de la culture, parce que la culture est l'activité
de la différence: la classification, la ségrégation des frontières et donc de la
division des gens en catégories, l'ensemble des internes de similitude et divisée par
des différences. Mais dans les sociétés traditionnelles, le principe de la hiérarchie
du pouvoir, non seulement élevé, mais le statut du sacré, et uniquement dans une
société libérale sacré logique de statut hiérarchique est perdu. Note que la
construction de la hiérarchie est un outil majeur de la médiation obschekulturnoy
reliant les pôles monde brisé: le haut et le bas, le Créateur et la création,
l'exploitation minière et submultiple, etc Les rapports hiérarchiques ne sont pas
seulement fixé dans les traditions et les valeurs sont basées sur ces traditions.
Dans l'Eglise orthodoxe-byzantine espace culturel homme est attiré à la fois
à la terre et du ciel, la paix, en préservant dans ce sens, une certaine continuité en
ce qui concerne le Moyen-Age. Cosmological pôles de continuer à rassembler
autour de lui champs sémantiques de la culture, ce qui rend difficile et de limiter
leur pénétration dans le milieu zone. Dans les coordonnées de la culture et la
civilisation de tout ce qui est au milieu de la zone de la culture - précaire, instable,
neoformleno: Comme dans l'âme de la peinture de paysage russe, et le paysage
dans l'âme russe formes sordides thème étroitement lié à la non-divine temoyu. Il
est informel, neontologichnost zone médiane est une caractéristique de la Russie,
du système culturel et civilisationnel.
Par exemple, l'observation A. Akhiezer, dans l'histoire russe est constamment
en lutte contre un monde rural au niveau local, et l'État centralisé. Il se déroule un
conflit entre le gouvernement, les grandes société traditionnelle et monde. D'une
part, le monde paysan ne peut pas vivre en dehors de l'État. Sur l'autre - un
phénomène historiquement conséquence est contraire à la tradition d'espace, elle se
décompose et se transforme .
Cette confrontation est une des caractéristiques des actes privés de la Russie,
du système culturel et civilisationnel. Passant à l'analyse de ces caractéristiques, on
note notre attitude envers si souvent touchés par la Russie, les historiens, les
philosophes, les littéraires thème de l'impact sur la formation de la Russie de la
culture et la civilisation de l'invasion des Tatars-Mongols et l'Empire romain
d'Orient (Byzance).
Oui, plus à la Moskoviya Mongol-Tatar sévère des pratiques de gestion et les
comportements de citoyenneté, même lorsque les hauts dignitaires ont commencé à
appeler lui-même le dernier roi Kholopov Moscou. Et dans la première moitié du
XIX-XX siècle, non seulement de Russie, mais aussi des intellectuels européens
estime que le retard et aziatchina observée en Russie, étaient la seule raison de la
joug tatar-mongol. Les jugements de ce type disponibles aujourd'hui: Pendant
plusieurs siècles, le contenu principal du développement du pays a été un
processus d'européanisation, de surmonter les effets de la grande catastrophe
historique, qui a été en Europe de l'Est, l'invasion des Tatars-Mongols. En
istoriosofskom sens, il est difficile d'approbation de la Russie en tant que partie
intégrante d'une unique civilisation chrétienne .
Ces affirmations sont vraies, à bien des égards, mais pas de manière
exhaustive. Cette position a été et reste un moyen pratique et psychologiquement
confortable pour les historiens de Russie, et pour les intellectuels en général, car il
permet à l'entreprise de se retirer de la responsabilité historique de faire à
l'extérieur. Mais les tendances despotiques a commencé avant même que les Tatars,
qui, incidemment, est typique puis pour l'ensemble de l'Europe, et pas seulement
au nord-ouest de la Russie, et après la fin du joug de ces tendances ne sont pas
seulement pas disparu, mais aussi renforcé. Aujourd'hui, la plupart des historiens
contemporains ont tendance à croire que l'invasion mongole, avec l'ensemble de
ses profondes répercussions sur l'histoire russe, il est peu probable d'affecter de
manière significative le caractère du peuple russe et de leurs traditions.
En plus de faire dans nos vies à travers les éléments visibles de la région
Asie-vieux Mongol-Tatar domination n'est pas moins grave et l'influence de
l'Empire romain. Le plus célèbre byzantine expérience considérée par la Russie
dans le domaine de la foi chrétienne, l'église accompagnée de canons, de
l'architecture (la construction des cathédrales), les technologies de maîtres
byzantins. En outre, il ya eu une continuité entre la géopolitique et de la Deuxième
et la Troisième Rome.
Dans cette continuité, nous tenons à insister de manière plus détaillée. Après
avoir chuté sous les coups des Turcs de Constantinople et de Moscou dans le
royaume, et puis dans l'Empire russe, a eu une idée importante de reconstruction, le
rétablissement de l'Empire byzantin, au centre de la capitale de la Russie - Moscou.
Déjà Alexei Mikhailovich vise, en principe, de faire revivre l'empire byzantin, avec
son centre à Moscou comme une monarchie universelle, unissant dans une
commune de puissance à tous les orthodoxes. Russie roi ne doit pas seulement
avoir lieu empereur byzantin, mais de devenir eux ... .
Cette tradition n'a pas été interrompu et de rappeler plus tard, une déception
prévaut dans la société russe, où, dans l'Est de la guerre avec l'empire ottoman en
1877 - 1878 de l'armée n'a pas reçu un ordre de l'assaut de Constantinople: Ensuite,
la société russe ne peut pas se borner à Alexander II-mu, pourquoi Il a tenu compte
des menaces (de l'Angleterre et l'Autriche. Il a été accusé de lâcheté et d'épines.
condamner le Grand-Duc et le chef, qui, de l'avis de beaucoup, était l'ordre et
derznut désobéissants à vos propres risques entrera en Constantinople . Le thème
de Constantinople, le détroit, vodruzheniya Croix de Sainte-Sophie, et de sonner
dans la Première Guerre mondiale, il est devenu une sorte de justification
idéologique.
Lorsque nous parlons de la réalité de l'héritage byzantin, il est nécessaire
avant tout de la perception de l'orthodoxie byzantine, avec le plus impérial
ideokraticheskoy-modèle, qui est un événement historique dans les différents
ethno-culturelle des sols du Nord-Est de la Russie, plus tard, le royaume de
Moscou, l'empire russe et l'URSS. Dans le système de valeurs au-dessus de tous les
Byzantins Empire. Ainsi, Odon Deylsky, français hronist II croisade, a écrit, en
décrivant la politique tradition byzantine que elles sont généralement d'avis que nul
ne devrait être accusé de parjure s'il avait lui-même admis à l'intérêt de la saint
empire. Dans le cadre de la priorité des intérêts de l'empire au-dessus de tout autre
intérêt influence byzantine a été observée avec la plus complète et authentique.
Encore une fois, n'oubliez pas Leontieva K.: Vizantizm dans l'état est
l'autocratie ... dans le monde moral, nous savons ... vizantizm que, comme le
christianisme en général, rejette tout espoir pour le bien-être des peuples, qu'elle
est la plus forte antithèse vsechelovechestva idées dans le sens de la terre
vseravenstva , vsesvobody terrestre, terrestre vsesovershenstva et vsedovolstva .
Nous pensons que, du fait de l'évolution du christianisme dans la zone orientale, en
particulier dans la période byzantine de son histoire impériale, est devenue la
doctrine théocratique interne proche de l'orthodoxie. Rappelons-nous les
revendications de la Serbie et la Bulgarie, son propre statut impérial, un certain
nombre de raisons historiques, et le reste lettre morte: la tradition historique et
religieux a été mis sur le côté de Constantinople, et après sa chute, à la suite d'une
longue période de domination de l'empire turc d'acquisition de la perte de toute
pertinence.
Note certaines caractéristiques de l'État byzantin, a eu un impact sur la
Russie de l'État. Ainsi, le patriarche byzantin Nicholas mystique, dans une lettre
adressée au roi Siméon de Bulgarie a demandé de lui un tyran et les rebelles, a fait
remarquer que le désir d'indépendance de la Bulgarie, viole le principe de l'unité
orthodoxe empire comme une icône du Royaume de Dieu. Bulgares, tant qu'elles
sont en une fraction de l'empire, digne de la peine. Ici, clairement sentir a priori de
l'État comme le seul et de lui-même source de l'harmonie du monde, continue la
tradition en ce sens, l'Empire romain. L'origine, l'Empire romain et, plus tard,
l'empire, en général, et il est / est devenue la valeur suprême et éternel, de sorte que
le maintenant, un véritable Etat devrait être organisée sur sa base.
Les rois bulgare et serbe, d'engager la bataille ouverte avec la Nouvelle
Rome, ce n'est pas fait au nom de beaucoup plus tard, les idées de
l'autodétermination, mais encore prityazaya à rétablir par ses propres moyens tout
de même un orthodoxe, et seulement le pouvoir, à côté de laquelle il ne peut y
avoir d'autres . (Peine de ne pas, dès lors, la guerre contre eux, ont combattu avec
beaucoup d'amertume - ils ont été pour les Byzantins ne sont pas belliqueux, et de
l'autodétermination, kramolnikami.) Il convient de noter que l'ensemble des
représentations associées à l'État, est une des clés de la mythologie populaire
conscience. Sinkretichny de par sa nature, il conserve la notion d'état, de la société,
du pays, le pouvoir, même aujourd'hui, dans la Russie post-soviétique, pour une
partie de nos concitoyens est une chose malodifferentsirovannoe.
Moscou domaine à un certain stade de développement exigent une nouvelle
idéologie, et il était tout à fait approprié idée directe de l'héritage historique,
vospriemstve état (empire), de la Première et la Deuxième Rome (Byzance). La
mise en œuvre de la Russie ideokraticheskogo projet, ancré dans le processus de sa
formation et le développement de la présentation, en liant l'empire avec les
principales caractéristiques de la population russe. Depuis lors, l'idéologie
impériale et l'idée d'Empire sverhtsennosti font désormais partie du quotidien de
nos perceptions et les pratiques de la vie publique depuis des siècles. Selon la
puissance de l'histoire moderne de la pensée aux États-Unis approche empire -
comme l'idée et la réalité - a été, apparemment, l'une des caractéristiques de
russkosti .
Nous pensons que la Russie ideokratichesky projet a démarré comme un
projet utilitaires, l'idéologie impériale lorsque l'empire a commencé à émerger
géographique, la propagation à d'autres étrangers à la culture et de civilisation, y
compris dans la composition des régions musulmanes de la région de la Volga
(Kazan, Astrakhan) et Pagan Space Sibérie. Certains chercheurs, notamment Boris
Kagarlitsky, pense que l'idée selon laquelle Moscou - la Troisième Rome, et le
quatrième ne l'est pas, effectué le rôle idéologique de l'indemnisation. La Russie
devient de plus la périphérie du monde entier (selon la théorie du monde E.
Wallerstein, en réalité, plus elle a essayé de faire valoir eux-mêmes comme le
centre du monde au niveau de la culture et l'idéologie. Cette position est largement
due à des processus économiques mondiaux, la division du travail et de la nature
des processus commerciaux. Nous pensons dans ce contexte que les processus qui
se produisent dans la sphère économique de la vie du royaume de Moscou, un
élément important mais pas décisif dans l'élaboration de l'idéologie impériale
importance. Encore une fois, que l'idéologie impériale, tout d'abord, il ya un besoin
de soins et le maintien d'une évolution physique empire.
Dans ses manifestations les plus diverses de l'empire comme une idée et que
la réalité a été important dans notre vie quotidienne et dans le domaine de
l'idéologie dans une longue période historique, y compris un des décennies de
domination soviétique. Dans le même temps, la culture et la civilisation ne peut
être constamment la même chose que lui-même, de ses changements, les plus
radicaux dans la période post-soviétique. Nous pensons qu'il est maintenant de
l'intensité de l'historique et socio-culturelles, la dynamique ne peut pas parler de la
possibilité d'une reproduction complète et authentique de la tradition, lorsque le
tous les milieux à son propre, et tout ce qui a été, sans doute. Mais à moins que
l'idée d'empire et de l'idéologie impériale, comment peut-elle être, dans son corps
physique et géographique incarnation? La question nous reviendrons dans notre
dernier chapitre, compte tenu de la post-soviétique, les processus de
modernisation.
Afin de mieux comprendre le contexte dans lequel la modernisation de la
transformation, nous voudrions faire référence à la spécificité de la Russie
traditionalisme, aux caractéristiques de la conscience culturelle syncrétique de
Russie.
Un aspect important de cette question est le thème qui prévaut dans les
différentes régions européennes et dans les différentes périodes de l'histoire de la
relation entre le christianisme et le paganisme. Dans le contexte géographique et
socio-culturel a des limites que l'Antiquité, Le grand Pan est mort, une croyance
dans les anciens dieux païens affaibli, le processus de christianisation est
principalement du caractère naturel. Prophètes et les amateurs de la place de la
Parole de Dieu est en cours de la persécution et de la farine, avec une païenne pas à
l'épée et la violence, mais le mot. Ainsi, l'un des martyrs chrétiens, A. Kaprus,
brûlé vif à l'époque de Marc Aurèle, a souri, et répondu aux questions: J'ai vu la
gloire de l'Éternel, et ma joie.
À l'extérieur de la limite qui avait précédemment occupé l'Empire romain, le
christianisme, réparties surtout pas d'en bas, par la prédication des prophètes et des
néophytes et de l'ascèse personnelle, mais d'en haut, lors d'un traitement barbare
des princes et de leur rapprochement, et ce traitement est souvent fait par le biais
de la force militaire. Nrodnaya vie pendant des siècles, est resté essentiellement
païenne, en dépit du fait que les anciens venus de régions rurales idoles des
temples, en les remplaçant dans les symboles chrétiens de foi, d'une grande fêtes
chrétiennes prescrites dans les jours de fêtes païennes. En conséquence, les esprits
ont une sorte de mélange des notions chrétiennes et païennes. Bien que
controversée chrétienne païenne représentations tout à fait révélateur du point de
vue de la logique formelle, la logique de la pensée syncrétique, ils ne sont pas
comprises.
Christianisme européen se pose dans le sol, laissant la culture antique. En
maintenant la communication avec l'héritage de l'Antiquité, à l'origine du
christianisme dans sa répartition géographique des étendues presque entièrement
dans les limites de l'Empire romain d'Occident, c'est-à-dire, les frontières du
monde chrétien est presque coïncidé avec la limite de la romanisation. Un peu plus
tard, ils ont été élargies par la barbarie, quand les jeunes, les Allemands et les
nouvelles peuple romain, ont été enregistrées dans le domaine de l'ancien, le travail
au-delà de leurs moyens, intellectuels et - si bien compris - dans un incroyable
degré de foi explosifs ... Ils retsipirovali que l'infini dépassé le niveau de leur
contenu. Et comme ces gens sont des personnes en vie, si la boisson, remplie de
nouveaux jus de fruits, et de rajeunir l'ensemble la même vieille gauche .
Comme pour le paganisme slave, il a été montré, en particulier, E.
Ivahnenko pas passé par le moment de la christianisation de son cycle historique
intrinsèque. Cycle incomplet païenne en Europe de l'Est a conduit à la propagation
du christianisme en l'espace d'un monde païen et dynamique: En Europe de l'Est, la
christianisation forcée de la première place, mais la religion populaire des siècles,
le christianisme est devenu plus tard, alors que les monastères sont sortis des murs
de la ville, sous la tutelle directe et patronage pouvoir et se sont rendus à la
population. Le christianisme en Russie devait avoir une longue lutte contre le
paganisme pour les âmes du peuple, le peuple du massif ordres monastiques, visant
à résoudre des problèmes pratiques, de Russie et de ne pas avoir .
Paganisme slave orientale au moment de la christianisation de masse n'est
pas encore entré en déclin et la décadence, l'énergie de l'attitude païenne a continué
à servir de source de la civilisation. Mais le paganisme - il est, entre autres choses,
la composante énergie de la vie de la population ... de détruire, de supprimer le
paganisme dans la phase active de sa vie spirituelle ne peut se faire que si elle est
détruite ou assimilés par le peuple. Sur le non-épuisement des capacités indique un
ancien paganisme, en particulier, le niveau important de résistance populaire à la
christianisation forcée. Ainsi, Czeslaw Milosz dans le livre West-Orient, se référant
à la propagation du christianisme en Lituanie, a déclaré que épique diffusion du
christianisme dans une large mesure, a été épique de meurtre, de violence et de
banditisme, d'une croix noire longtemps restée un symbole de malheur, pire que le
mal .
De ce fait, constitué la composante chrétienne païenne dans la conscience
populaire traditionnelle est exprimé déséquilibrée, comme le païen éléments
l'emportent largement sur les éléments introduits par le christianisme. Différentes
caractéristiques de la conscience religieuse a exprimé sa profonde ambivalence de
défaut interne conscience culturelle à tous. En Russie, le type de personnes ont
toujours dû faire face à deux éléments - primitif, le paganisme naturel, la
spontanéité et la fin des terres de la Russie orthodoxe, de Byzance reçu, à
l'ascétisme, étrange aspirations à la paix. Pour le peuple russe sont également
typiques et naturels dionisizm et de l'ascèse chrétienne .
Pour les Slaves de l'est de la transition du paganisme au christianisme a été
dans le même temps, la transition de sociétés tribales et les premières formes de la
nation à un état plus développé. À cet égard, il convient de rappeler que ce
processus n'est pas absolue, en joignant seulement modifier sensiblement les
proportions, le changement de position dominante entre les formes du passé et du
présent: La formation de la civilisation n'est pas dans le cadre d'un changement
historique des formes antérieures de l'organisation, et à travers nadstraivanie
spirituelle et de nouvelles structures sociales et de la subordination de précédent
options. Tribal structures et de leurs normes culturelles et les représentations de
continuer, à des degrés divers, il reste constamment jouer restes, vstraivayas dans
une nouvelle relation, portant sur un important corpus de la culture dans la société,
en particulier dans la brousse et à la périphérie . En Europe de l'Est, a imbrication
novateur à l'époque féodale des institutions et des relations avec des éléments de
païens façons, et la nature de la force obligatoire et, par la suite, l'interaction et si
différents les uns des autres éléments et d'institutions dans de nombreux égards
défini les caractéristiques de développement ultérieur de la Russie du système
culturel et civilisationnel.
L'intérieur de la persistance pendant des siècles, le paganisme a continué de
croître à l'ombre des normes culturelles et les traditions du christianisme. Ce
processus n'est pas interrompu en Russie jusqu'à ce que le XX siècle. Par exemple,
en 1926, sous la direction de l'académicien de l'Académie russe des Sciences de
l'EF Kara étude traditionnelle croyances païennes et les pratiques magiques dans
certaines zones rurales de la région de Nijni Novgorod. Le résultat de cette
expédition domaine EF Kara a été faite lors d'une réunion de la Division de
l'Académie des Sciences de l'homme, les produits livrables sous le titre Sur la
Russie sorcier publié dans le Musée d'ethnographie et d'anthropologie en 1928.
Quote enregistrer l'un des participants de cette étude de terrain Nikitina NA:
En été 1926, j'ai étudié la vie Novoslobodskaya volost Lukoyanovskogo région de
Nijni-Novgorod province, et j'ai été surpris de la taille un pouvoir sorcier. La
mémoire du puissant sorcier, d'un point de vue, qui a tué un corbeau en plein vol,
et le sorcier se transforme en un loup mariage train, nasylavshih mer bête, vit
toujours dans des histoires, non seulement les personnes âgées, mais parfois les
jeunes. Ils disent qu'il est moins puissant sorcier, mais, en 90 du siècle dernier a été
le sorcier, la gloire que tonné sur l'ensemble de okolotok . Il convient de souligner
que de telles preuves ne sont pas isolés, n'est pas unique dans le sens géographique
ou chronologique, sur le sujet, il existe un certain nombre de publications. Sur la
préservation de son ancienne généalogie de la preuve, et J. Fraser: Dans certaines
régions du Sud et l'Ouest de la Russie comme un moyen de provoquer la pluie,
vaut la natation. Parfois, après le service religieux valili curé dans ryase droit à la
terre et l'irrigation avec de l'eau ... Quand il y avait besoin de pluie dans la région
de Kursk, l'autre femme l'attrape un passant et le jeta dans le fleuve ou okatyvali de
la tête aux pieds d'eau .
Survivre dans les profondeurs de la conscience du peuple païen valeurs se
retrouvent non seulement dans les rites et pratiques magiques, encore plus
important, elles affectent la vie quotidienne et au niveau des mentalités. C'est à eux
de dogosudarstvennomu de la société, comme un souvenir de son état idéal, ses
origines et le mythe de l'illimité, bezgosudarstvennoy Les paysans, non pas la
façon de réglementer et de faire valoir leurs droits eux-mêmes, mais comme le
droit de se retirer, arguant rien, et rien n'a été omis . Notez que ceci est un exode
massif de la part des autorités à être plus éloigné de la marge de l'État a beaucoup
d'expansion territoriale de l'Empire russe.
Pagan, sur la base de sa généalogie mentalité populaire laissé leur marque, et
la nature de l'Etat russe. Dans le cadre de la culture russe et de la civilisation de
l'Etat acquiert des traits exprimé l'ambivalence, à la fois comme source d'ordre
cosmique, et le monde du mal. Qu'est-ce qui pourrait être plus élevé et plus
puissant que celui de quelqu'un, il a assumé le mal? L'Etat est l'incarnation du
social absolu, qui non seulement élimine les contradictions de la politique
culturelle, mais aussi porte sur eux. En outre, en raison de la mentalité des gens
vysheoboznachennyh caractéristiques, notamment sa nature non-défini relations
entre l'Etat et la mise en place, il est lui-même tout au long de l'histoire russe est,
en un certain sens, jamais nedoosuschestvlennym projet tvorimoy mais
nesotvorimoy la structure sociale.
Ainsi, malgré la modernisation de transformation au cours des trois derniers
siècles, la société russe dans son ensemble continue d'être traditionnelle. Le
traditionalisme est mis à jour dans les moments dramatiques de l'accélération de la
dynamique socio-culturel, civilisationnel déchiré, apparemment dans un effort
visant à rétablir et à renforcer le cadre réglementaire, qui se produisent
spontanément dans les techniques traditionnelles de survie des individus.
Selon les vues philosophiques de M. Shelera, le domaine des valeurs de la
société, a un ordre de classement, il existe une hiérarchie des valeurs, les valeurs
sont divisées en haut et en bas, les valeurs d'interagir et n'existent pas en eux-
mêmes, en dehors de l'ordre: ... l'ordre des valeurs est constante, tandis que la règle
de la préférence dans l'histoire d'une variable . Système de valeurs de la société
russe classé les différents types de l'activité humaine, en corrélation avec des
valeurs inférieures et supérieures, classés par degré de légitimité. Plus importante
est reconnu intellectuelle, spirituelle, une longue période doit être exprimée dans
les formes religieuses. Dans la transition vers une culture à prédominance laïque, la
signification est transféré pour la laïcité de l'activité intellectuelle, en particulier
dans la littérature, qui a continué de reproduire cette évaluation a classé les
stéréotypes. L'activité économique dans la forme capitaliste est resté à des niveaux
bas de cette échelle de légitimité.
Dans la conscience populaire, et maintenant, des doutes persistent sur les
corriger le salut individuel, les dostizhitelnost pas encore entièrement
conventionnel, ne sont pas autorisés dans les traditions socio-culturelles. La
méfiance dans un grand, droit, froid, depersonifitsirovannomu monde moderne, se
reflète dans nelyubvi de procès, même à l'formelle (juridique) des moyens de
résoudre les problèmes.
Pour une grande partie de la société russe continue d'être la perception
traditionnelle de l'action nécessaire et inutile du travail et de la consommation, de
l'étendue de la nature des besoins humains. C'est donc dans la seconde moitié du
XIX siècle, quand ce n'est pas de recevoir une récompense pour leur travail
agriculteur s'est rendu à la conviction que les besoins matériels et spirituels devrait
être minime: Pain de vie, de l'argent nuzhu, robes snoshu , Qui est heureux avec le
petit, le Dieu n'est pas oublié . Ces représentations, et la pratique quotidienne est
reproduit en masse aujourd'hui.
Dans la société traditionnelle, les gens ont travaillé pour répondre aux
besoins primaires de la limite, de ne pas exercer, en règle générale, la propension à
produire et de consommer au-delà des normes minimales; expansion permanente
des besoins de la vie quotidienne dans divers, y compris l'innovation
technologique, pourrait être perçue comme une pathologie typique de seulement un
cercle étroit de l'aristocratie. Caractéristique vue des paysans de travailler en tant
que seule une source équitable des droits de propriété, de la reconnaissance des
droits de propriété sur les terres de la communauté paysanne, la priorité de la
communauté et la reconnaissance du bien commun de la propriété familiale.
Extension de ces croyances traditionnelles s'opposent capitaliste des réformes de la
période post-soviétique, en même temps la préservation de l'équilibre écologique.
Définition de problème ci-dessus à un certain degré de naturel et de l'Europe
occidentale nations. Pays d'Europe occidentale à l'époque partagé la même notion
qui trouve son expression, en particulier la doctrine de l'Eglise catholique à la fin
du Moyen Age. Wealth droits que le don de Dieu qui doit être utilisé au profit d'un
nombre croissant de personnes, parents, employés, seulement les pauvres. La
richesse n'est pas condamné, mais n'ont pas soutenu la quête de sa valorisation:
Economic idéal énoncé dans la Caroline ère Teodulfom resté important pour
l'ensemble du Moyen-Age. À son avis, devrait rappeler à ceux qui negotsiyami le
commerce et qu'ils ne devraient pas souhaiter plus de prestations terrestres, la vie
éternelle ....
Européen de la société médiévale approche disciplinée de l'abstrait,
depersonifitsirovannym capitaliste des modes de l'activité économique, notamment
dans les domaines de la finance: schoolman emprunté à Aristote selon laquelle
l'argent ne donne pas lieu à l'argent, et pour longtemps, toute opération de crédit,
accompagnée de faire face à ce dogme . L'Eglise catholique en vue de maintenir
un subordonné l'importance de l'activité économique, en le conservant dans le
contexte local, les valeurs les plus élevées de salut, a condamné sévèrement l'usure
comme une manifestation de non-productive, économie parasitaire. Les laïcs, qui
donnent de l'argent à intérêt, sous réserve de la condamnation de l'Eglise, les
prêtres ont trouvé à des actions similaires unchurch: Dans l'église, des sculptures
semblent le dégoût et l'horreur des fidèles, usurier, le poids-monnaie, ce qui
conduit à l'enfer. Avec l'Eglise catholique, les sanctions ont contribué à l'esprit des
valeurs chrétiennes-système de réglementation du Moyen Age, precapitalist
société.
Les peuples des pays européens ont, depuis, parcouru un long chemin
historique et culturel, au lieu de la Réforme, les guerres de religion, révolution
bourgeoise, l'établissement de relations capitalistes dans l'économie, la mise en
place de la démocratie politique, la sécularisation de la culture et de la société. La
population européenne est devenue plus tolérer de manifestations sociales, les
inégalités économiques, en particulier dans la deuxième moitié du siècle dernier, il
a perdu sa flagrante gravité, montrer, va signer à la deuxième place de l'inégalité, le
pain et le cirque a commencé, quoique dans des formes un peu différentes, sont
disponibles riches et pauvres. Ceci est le résultat d'une augmentation radicale de la
connaissance scientifique et la technologie, un miracle de la production, deux
trehsotkratnogo la croissance de la productivité au cours du siècle passé. Miracle
de l'ingénierie conduit à se demander ... Tout l'équipement est disponible, vous
pouvez acheter tout ce que vous pouvez consommer. Existe-t-il jamais été une
société qui serait arrivé est un miracle ?
Nous savons que dans l'histoire des nations européennes ont joué un rôle
important, âgé de romanisation, directement ou indirectement, modifier leur
mentalité païenne. En raison de la violence et des formes non violentes en Europe
a été la création du paradigme chrétien, accompagné par le remplacement
progressif du paganisme. Ce processus a été formalisé à la suite de la Réforme,
mais il est plutôt de consolider conditionnelle. Par exemple, G. Heine écrivit en
1835 que ... en Westphalie a encore l'ancien, de savoir où les anciennes idoles
cachées, sur lit de mort, ils ont signalé que le plus jeune des petits-enfants, ce qui
est précieux secrets cachés dans son Saxon cœur. En Westphalie, la Saxe, le
premier ne l'est pas vraiment enterré tout ce qui est mort .
Il convient de noter que les victimes des guerres religieuses qui ont
accompagné le processus de réforme a été très grande, et minée par ces procédés
ne sont pas seulement l'infidélité, mais, dans une certaine mesure, le christianisme
et de l'ouest. La Réforme a été le unvalued en ce sens, la sécularisation
contemporaine prologue social et culturel en Europe: ... il (Luther voulait sauver la
religion, et a lancé sa dégradation. Il a envisager une réforme de l'Eglise et a reçu
sa sécularisation. Avec la religion de Luther se retira dans la vie privée. Peut-être
ce qu'il est toujours conscient. Mais le fait que ce recul a été le début de l'issue de
la religion de la nature humaine, il n'est pas prévu, et ne veulent pas .
Eglise russe a toujours été, et après la conclusion de la grecque (byzantine)
de l'Eglise orthodoxe dans la cathédrale de Florence 1439 l'union avec l'Eglise
catholique romaine et de la chute de Constantinople en 1453, en particulier, a
estimé lui-même en tant que gardien de la vraie foi. Cette croyance a été conçue
pour obtenir le salut et le royaume de Dieu dans le monde, ci-après, la théologie
orthodoxe a peu d'amélioration dans laïque, et non pas legitimiziruya l'idée même
de progrès dans le monde qui existe concernant le développement précoce de la
spirituelle, théologique. Et la réforme du monde orthodoxe, en dépit de l'existence
de certaines tendances, était peu probable. Ivan Solonevich, compte tenu de la
reproduction constante de la tradition et le rejet des innovations dans le royaume
de Moscou comme un phénomène naturel et positif, a noté que le roi a lui-même
en tant que nation et de l'Eglise, l'Eglise elle-même considérée comme une nation
et de l'État, une nation croit l'Église et l'État. De même, le roi ne pouvait pas - et ne
reflètent pas l'esprit - l'orthodoxie changement, comme ne peut pas et ne pense pas
à changer, par exemple, de la langue. Les gens ne pense pas changer pour autre
chose, ni l'autocratie, ni l'orthodoxie - qui comprend une partie intégrante de
l'identité de la nation. Le roi avait été subordonné à des dogmes religieux, mais de
soumettre les ministres de son .
Dans le même temps, la tendance à la réforme religieuse émergé
principalement sous la forme d'hérésie religieuse, qui a trouvé une plus grande
force que le retrait de les districts centraux de l'Etat de Moscou: Pour les masses,
mais seulement que la transition à ce moment-là de l'ensemble du rituel païen à la
piété, puis avancé exercices ont été totalement invisible. Seulement ont été affectés
à venir à l'ouest de marge (régions de Novgorod et de Pskov) .
En raison de la volonté de réduire à la fois le contenu ainsi que les
changements dans l'orthodoxie rituel avéré le plus constant et authentique, dans la
mesure du possible, à tous, de jouer l'original (apostoliques) Christianisme:
Sauvegarde de l'Eglise de la vérité, il s'agissait principalement d'Orient orthodoxe
défi ....
Syncrétisme traditionnel russe de la conscience est maintenue non seulement
par des moyens mécaniques de l'inclusion d'éléments culturels et civilisationnels
de la société chrétienne dans le monde païen. Ce syncrétisme a été caractérisée
Moscou modèle culturel et civilisationnel de la Russie du monde, qui constitue un
système socio-culturel. Et le système ne peut pas être réduite simplement à la
somme des emprunts et influences extérieures, que ce soit à Byzance, l'Europe ou
les Tatars et les Mongols. Il est capable d'absorber les plus diverses influences
externes et de l'innovation, et de reproduire, de siècle en siècle, tout en préservant
ses caractéristiques de base. Au fil du temps, en changeant uniquement l'extérieur
de ses environs, la médiation de la sémantique des valeurs, des images de
personnages de la bonne et à l'autre extrême, incarnée antigeroev du monde du
mal, mais à la disposition de base qui a été recréé à nouveau.
Dans ce système, chacun des pôles besoin d'un autre héros anti-héros est
nécessaire, raznozaryazhennye Pôle exercer une fonction vitale, comme sa source
d'énergie interne. Ainsi, par exemple, Hitler et Staline, et dépend de diaboliser un
objet de haine, ce qui leur a donné la puissance et de justifier leurs actions. En
conséquence de l'attraction à l'autre des pôles de l'actuel système socio-culturel est
un important stress interne, à la préservation, néanmoins, la stabilité et la
reproductibilité. Syncrétisme traditionnel russe de la conscience est projetée dans
le champ d'application de l'organisation institutionnelle de la société, ce qui affecte
les processus de modernisation.
Par exemple, un célèbre sociologue russe Iouri Levada a noté que l'une des
caractéristiques de retard et controversé de modernisation de la Russie - une faible
différenciation des structures sociales, la dépendance de l'économie de la politique,
l'identité de l'État, de la vie privée du public, etc. Cette description s'applique à la
présente, moderne de la phase de modernisation, en indiquant la préservation de
syncrétique manifestation de l'inertie dans l'esprit des Russes, et l'organisation
institutionnelle de la société. La situation a commencé à changer dans le passé,
pozdnesovetskie et les années post-soviétiques.
Exprimé ambivalence de la culture russe, il est difficile de répondre à l'une
de ses principales fonctions, qui est d'assurer la légitimité des systèmes politiques
et économiques de la société. Les attitudes négatives formées au plus haut niveau
de la culture par rapport à la propriété privée et d'un désir de sverhmernomu
l'enrichissement, le droit légal, son opposition populaire de la justice, des concepts,
le droit coutumier, de diminuer l'importance de l'individu, la communauté de
priorité et l'État, où le destin d'un individu est perçu comme une partie de ce total
( que le monde entier, alors babemu fils). Est-il possible, à l'égard de ce qui
précède, permettre la réalisation de l'autre, a rejeté les parties de la double
oppositions?
Quelle est l'efficacité sont les suivants sous-système (secondaire) lorsque les
valeurs des niveaux de plus haut niveau implicite de l'efficacité et la fonctionnalité
de blocage des sous-systèmes? La réponse à ces questions est une très grande
importance pour déterminer les perspectives de modernisation dans le processus de
Russie domaine socio-culturel. Tant que ces questions sont assez prononcé la
rhétorique, en d'autres termes, comme le fait observer à juste titre le caractère
chien coeurs Professeur MA Bulgakova FF Preobrazhensky, la ruine se trouve pas
klozetah, et dans leurs têtes.
Milieu socio-culturel de Russie et, maintenant, s'oppose à la formation du
bon fonctionnement des sous-systèmes dans les domaines du droit, économie,
droits de l'homme. Soviétique, les journalistes, en réponse aux accusations selon
lesquelles l'Union soviétique, en l'absence de droits civils fondamentaux, a déclaré
qu'il n'ya pas de liberté d'expression, de réunion, la vie politique dans le sens
occidental du terme, mais nous sont fournis de base, physiologique des droits de
l'homme. Le droit de reproduire la vie de leurs propres avec un minimum d'effort
de la personne: le travail pour tous, mais avec une faible rémunération, pertinentes,
cependant, atteint le niveau de productivité du travail (le droit au minimum
nécessaire pour maintenir la vie à souder), l'opinion publique sur l'éducation des
enfants, qui comprend les prestations , les avantages sociaux, les orphelinats (pour
soulever le présent soviétique Man). Syncrétisme de Russie, avec son incertitude,
l'imprécision de sens à protéger la société de désintégration, mais en même temps,
entrave son développement, ottorgaya systémique changements apportés par la
modernisation libérale.
Dans nos conditions est très difficile à mettre en place un système de droit de
procédure et de justice, ce processus a largement remplacé les accords au niveau
des relations mezhsubektnyh, où et sont transformés, éliminés, et jetés en
nécessaire et inutile, de travail et de non-droit et la mise en place d'autorités: Loi
sur la que le Web: bumblebee glisser et voler uvyaznet . Ainsi, à bien des égards, et
le maintien d'un statut suffisamment élevé du droit coutumier, non seulement dans
la vie quotidienne des gens, mais aussi dans la procédure: Le droit coutumier, a
adopté comme base juridique de l'activité paroisse de cour, de la méfiance d'un
grand, droit, froid, depersonifitsirovannomu monde moderne, l'aversion formelle
(juridique) des moyens de résoudre les problèmes.
Eh bien tout cela, parmi beaucoup d'autres, NG Chernyshevskiy dit: Le
concept de base de notre continuellement notre tradition - que nous faisons tous
l'idée d'arbitraire. Formes juridiques, et l'effort personnel pour nous semble être
impuissant, et même amusant, nous nous attendons à tout, nous voulons que le
pouvoir de faire des caprices, non la décision de promouvoir, sur la volonté et la
capacité spontanée des autres, nous ne nous attendions pas, nous ne voulons pas de
cette façon de faire des affaires . C'est un exemple du type de relations socio-
culturelles, qui, bien articulé, avec divers degrés de clarté, sont traditionnellement
la vie russe. Et tandis que le système reste au niveau des mentalités, toute
innovation libérale ou tout simplement rejeté, soit que, par exemple, l'institution
d'élections démocratiques, en ne conservant que la forme extérieure, est transformé
en un état de la pertinence du système. Cela ne peut pas être dit de l'innovation
introduite par la modernisation impériale, qui a toujours été intrinsèquement
pertinents du système.

II. Une bonne et existe dans l'esprit de la tradition russe

Antinomie existe et est une bonne base pour la traditionnelle russe


conscience, dans laquelle antinomichnaya organisation de paix et d'être perçu
comme une contradiction entre le matériel et l'idéal, la Mère et l'Esprit, et à
Suschim.
Ce contraste n'est pas toujours clairement articulée, mais elle est structurée
autour de l'espace culturel traditionnel. L'analyse de cette antinomie, révélant au
niveau conscient, permet de comprendre les couches profondes de la traditionnelle
prise de conscience pour comprendre la nature organique de son aversion pour les
valeurs libérales. La réflexion sur cette antinomie permet également de
comprendre les raisons de l'exclusion continue des formes de la modernisation
libérale. Pattern raison / il existe pour la traditionnelle prise de conscience de la
forme impérative et naturelle, la pensée traditionaliste mifologichno plutôt que des
concepts, unité d'exploitation spécifiques à la sémantique, plutôt que les catégories
conceptuelles de l'universel, c'est-à-dire connaissent un phénomène, et non pas le
sens de son essence.
Pour les traditionalistes, y compris la Russie, ont spécificités propres de
l'individu et de la réflexion collective, limitée, voire impossible, d'opérer des
prélèvements, y compris de l'argent comme un moyen de l'investissement, les
différents types de valeurs mobilières, la bourse de transaction, c'est-à-dire
opérations isolées, à l'exception des particuliers, des expressions et unique du
monde matériel. Cela entrave la forme libérale de la modernisation, et pas
seulement dans la sphère de la vie économique.
Typique de la mentalité russe organiques abstractions rejet n'est pas unique.
Dans les sociétés traditionnelles européennes, et l'homme a résisté shematizatsii
choses, l'utilisation d'abstractions mathématiques par rapport à l'économie et la
société. Dans la sphère transcendantale de l'idéal idée des choses est parfaitement
complétée par le divin-humain prototype. Ces préfigurations étaient assez abstrait,
mais par définition, isolé, unique. En matière de culture et de la société
modernisation des chiffres et des symboles mathématiques multiplicité corporéité
remplaçant le monde traditionnel, où la chose et sa production ont été bien
comprises, tangibles et concrets.
Un homme dans son hypostase, comme certains paroissiale paroissien,
membre de la boutique d'artisanat, de biens de consommation et des services a
également été un individu, mais pas aussi facilement que la prochaine ère, est
tombé sous la loi des grands nombres, se caractéristiques officialisé, une valeur
abstraite. Nouveau temps de changer des vies, les significations, les valeurs, la
destruction de l'intégrité des moyens traditionnels de subsistance, la chaleur des
relations humaines, la différenciation est de plus en plus à remplacer
sinkretichnosti: Tout ce que l'on tangible oeil et la main, elle s'est tournée vers
abstractiveness. Bazaar est devenue la bourse, le club, les journaux, restaurant,
brasserie rassemblements. C'était avant que la couleur, la forme, le visage, la voix,
- une figure, marque, lettre, symbole . Ce processus n'a pas contourné parti Russie,
mais dans l'esprit de la tradition encore accro à la sémantique de l'unité.
Parmi la culture russe à la contribution spéciale aux problèmes de
développement de l'étude en raison des valeurs antinomie / existe pour le
traditionnel spatiale russe a présenté et fait IG Yakovenko. En général, en
reconnaissant le concept, nous allons nous concentrer sur certains aspects du
problème, de les voir dans le contexte de notre discours.
Quelle est la bonne? Ideal (de) est considéré comme le royaume de l'absolue
initiale sinkrezisa, qui est la plus haute perfection. Au niveau de la conscience de
cette image idéalisée de la vie tribale - Belovode ou le communisme. Au niveau de
la recherche théologique - la cathédrale de Tous les Saints et de l'unité des justes
est dans l'éternité, qui est, en substance, n'est rien de plus une réflexion théologique
sur l'image de l'éternel, transcendant nesotvorimogo et Roda est neunichtozhimogo
du passé vers l'avenir et effuse de la taille de l'univers. Ainsi, le stress, et le déni de
l'histoire, comme l'objectif le contenu des histoires - la constante de la
fragmentation sociale et culturelle sinkrezisa. L'histoire est définie comme un
mouvement persistant de là, plus loin de l'idéal. À cet égard, il pogibelna, et
seulement une perspective eschatologique porte en elle l'espoir de la délivrance .
Cette définition est donnée IG Yakovenko, a besoin de commentaires. Tout
d'abord, nous notons que, à notre avis, ne devrait pas le même que l'idéal, mais un
concept relatif. L'idéal, quel que soit le degré abstractiveness et la pipe, porte en
elle un élément de rationalité, de la même chose peut être dit de la norme.
Idéalement, on peut faire valoir à ce sujet, vous pouvez proposer une alternative,
c'est-à-dire idéal pour une plus grande mesure comporte des éléments qui peuvent
comprendre et à être évalué comme étant plus ou moins indépendants, c'est-à-dire
idéal mai être soumis à des procédures analytiques. Ce n'est pas le cas sur la raison
d'une plus monolithique et indivisible, de se rapprocher dans ce sens à l'ancien
smysloobrazam, qui sont indissociables des fonctions semanteme, signer et
magemy. En raison de contribuer à atténuer les qualifications non-modèle de l'État
de la vie sociale des personnes ayant archaize et postarhaicheskim conscience qui
n'a pas sauver le royaume de Moscou, et par la suite, l'Empire russe à partir de la
répétition des expressions naturelles antigosudarstvennichestva.
Laissez-nous rappeler à cet égard, de nombreux soulèvements de paysans,
qui reflète l'opinion qui prévaut dans le pays un modèle de l'exclusion sociale
gosudarstvennicheskoy façon: Les agriculteurs voulaient pas seulement se
débarrasser de servage, mais se débarrasser de l'État, qu'il s'agisse de la
propriétaire, ispravnikom ou les commandants militaires, si elles pourrait trouver
des mots, ils disent qu'ils n'ont pas besoin de l'histoire, mais le paysan et sa famille,
et qu'ils sont invités à mettre leur vie à jamais . Parlant en tant que clé de médiateur
pour la traditionnelle prise de conscience, à assumer une sorte de fonction
psychologique, en contribuant à une perception de l'intra-ménager contradictions.
Notez que la teinte eschatologique dans le ton des éléments de la perception
du monde ne sont pas seulement une religion ou kvazireligioznom, mais aussi dans
la Russie tout à fait conscience. Dans le processus de développement historique, il
existe un nombre suffisant de logique, qui comprend l'utopie paysanne Belovode,
Sainte Russie, le communisme, et d'autres images de l'Age d'Or. Sam l'âge d'or a
été un élément clé subdiskursov accordée. Décrit une utopie ne se limite pas au
contexte de l'ensemble de la série de l'eschatologie, nous sommes juste un signe
d'un certain nombre de Russie utopie eschatologique fantasmes. L'historien des
églises russes AV Kartashov, un ancien ministre du Gouvernement intérimaire de
l'exercice, a noté que la lumière de la branche net à Old поганого a précédent que
dans l'ancien Israël. Peuple russe a vu dans le christianisme - la révélation de la
venue du Sauveur sur la terre et l'établissement de la puissance de la piété
religieuse, au lieu de péché, monde impur, un autre, entièrement sainte .
Et aujourd'hui, dans la période post-soviétique, dans la conscience du public
demeurent importantes antinomie, la reproduction à une nouvelle étape de
développement de stéréotypes manichéenne esprit, une nette séparation de la
lumière et les ténèbres, du bien et du mal, ce qui rend une personne à l'extérieur de
la réponse à la question Qui est à blâmer?. Trouvez la réponse à la question de
savoir pourquoi la personne que je suis devenu le pire à la suite des réformes
imposées de l'extérieur, il existe des théories de la conspiration internationale. En
tout cas, ne me blâmez pas, ce n'est pas nous, nous sommes bons dans ce les
choses vont mal, de blâmer les autres, les étrangers, donne des capacités de la force
mystique, terrible dans sa méchanceté, et de pouvoir. Le rôle de ces forces dans la
dynamique socio-historique et pourrait servir les ennemis du peuple, le PCUS,
zhidomasony, les étrangers, les Américains et, plus tard, AB Chubais, et les
oligarques, les membres de diverses minorités ethniques, économiquement,
socialement des gens qui réussissent ce faire, cependant, les émotions négatives,
sauf pour cause de rejet et de l'envie, le désir d'être le cas avec la même riche et
puissant, comme elles sont.
Simplifiée à l'extrême recette des solutions à de vrais problèmes sociaux et
culturels sont la nécessité de détruire l'autre, ou extraordinaires, de l'intérieur ou à
l'extérieur l'ennemi. Down supostata et signe dans le royaume de Dieu, où il n'ya
pas de problèmes et de contradictions, mais l'intégrité de l'état de paix et de la
personnalité harmonieuse.
L'idéal pour la masse inconsciente est de parvenir à un état statique, stérile
l'état du monde en dehors du temps historique, le monde où c'est la fin de l'histoire,
le développement en tant que tel. Spectacles. John Meyendorf: Une des
caractéristiques de la culture russe ... cette capacité, une tendance à vivre comme si
dans les deux mondes, une sorte de dualisme en ce qui concerne l'histoire, la vision
manichéenne selon laquelle le fait que, dans ce monde est parfait, mais il cache
l'âme, d'où vient la lumière, où est la vérité: ils sont libres, indépendamment de
l'histoire processus ... Maniheystvo, la dualité par rapport à l'histoire de
l'Orthodoxie dans nasloilsya ... . Remplacement eshatologizmom historicisme est
une caractéristique de la conscience culturelle, immergé dans le paradigme de soi.
Non FM Dostoïevski, par l'intermédiaire du héros de son roman Teenager
Versilova avec enthousiasme exprimé ce désir de apocalyptiques derniers jours,
l'achèvement des histoires: L'âge d'or - un rêve de tous le plus de poisson, ce qui a
été, mais pour lesquelles les gens ont donné leur vie et tous ses forces, qui est mort
et a tué les prophètes, sans lequel les personnes ne veulent pas vivre et ne peuvent
même pas mourir! .
Dans le cadre de l'image du monde mythique de l'âge d'or a subi des
modifications importantes. Si l'archaïque, elle se réfère à la mythique passé,
pervopredkov avec le temps, l'ère de la conscience moderne interdit toute réflexion
sur la régression du retour à un mythique neoposredovannom pervoistokam.
Horizon éveil à un passé mythique formes seulement l'avenir ... . L'âge d'or a
commencé à penser non seulement à la manière de surmonter la baisse loin de la
nature, mais que le retrait de l'histoire sociale, avec tous ses conflits, les conflits et
les contradictions. Niveliruya distinction entre le passé et l'avenir, en raison
obemlet paradis perdu et le paradis trouvé: l'âge d'or du archaïque répond l'âge d'or
de la dernière histoire en temps, à la fin de la rencontre début: est temps
messianique: dans le monde des visions des prophètes - c'est un aspect du temps
messianique, lorsque la personne surmonter le fossé qui le sépare de la nature de
l'homme et la nature, il sera en paix avec ceux qui avaient été séparés ... Regardez
les prophètes, les temps messianiques - c'est sa compréhension de l'harmonie entre
les peuples, entre l'homme et la femme, entre homme et nature .
Le rêve de la mise en œuvre du royaume de Dieu sur la terre, la réalisation
complète et définitive du bonheur est non seulement supérieur, mais également
contraire à la modernisation libérale, avec sa rationalité, laïque, démocratique, est
très opposé à l'amélioration progressive de paradigme dans le monde, les processus
de modernisation sont déployés dans la dimension horizontale du monde,
l'existence . Le célèbre philosophe religieux russe SN Boulgakov, en décrivant les
membres de la Douma d'État de la deuxième convocation, a déclaré très important
dans le contexte de notre discours de circonstances: J'ai bien vu, en fait, loin de
l'élaboration de la politique, c'est-à-dire tous les jours prosaïques travaux de
réparation et de graisses mécanisme de l'Etat, ces gens là. Ce n'est pas la
psychologie des hommes politiques, pas réalistes et prudentes postepenovtsev, non,
il ekzaltirovannost impatient de personnes en attente de la mise en œuvre du
Royaume de Dieu sur la terre, de la Nouvelle Jérusalem, alors que presque aucune
de demain. Anabaptistes involontairement l'esprit, et beaucoup d'autres
communistes sectaires apokaliptiki et Moyen-hiliasty, zhdavshie début précoce de
la Millennial Royaume du Christ, et d'ouvrir la voie pour lui avec l'épée, le
soulèvement populaire, des expériences communistes, les guerres paysannes,
rappelez-vous John Leyden avec son cortège de prophètes de Munster .
La modernisation est précisément caractérisée par l'amélioration progressive
et constante, pragmatique et utilitaire. Ces caractéristiques socio-culturelles de
l'environnement moderne, elle est novatrice, qui, dans une large mesure, contribué
au dynamisme de la vie économique. La réussite en affaires nécessite non
seulement la création de nouveaux biens et services, mais aussi de nouveaux
marchés, ce qui permet aux opérateurs économiques d'obtenir le plus grand profit,
il ya une restructuration de la gestion ordinaire, est en quête de capitaux à l'endroit
où il est possible de réaliser la plus grande efficacité possible. Production et
utilisation de l'innovation est devenue un élément vital de la société. Le familier de
la chaîne stéréotype innovation est le plus grand changement en cours dans le
domaine des stéréotypes, qui perd sa rigueur et la certitude que la norme. Au
contraire, plus tard, la modernisation de la société se réfère à l'hétérogénéité des
stéréotypes qui sont relativement peu de temps d'existence. L'hétérogénéité se
manifeste dans l'absence d'un style unique, c'est-à-dire dans polistilistichnosti,
localité stéréotype.
Élargir les frontières du comportement stéréotypé facilite la diffusion des
innovations. Ces nouvelles capacités d'innovation des systèmes d'information est
disponible sur notre site (connus) des personnes non seulement dans ce pays, mais
aussi dans les différentes régions du monde où, pour cet ensemble en place les
capacités techniques. L'accélération de la fragmentation observée de notre culture
et de la propagation explosive de l'innovation conduit à la coexistence des choses
et simulyakrov, au péril de leurs propres problèmes, qui, cependant, est au-delà de
la portée de notre discours.
Processus de modernisation de donner lieu à un certain nombre
d'innovations qui contribuent non seulement à la transformation du monde existe,
mais également une autre fonction importante: les nouveaux objets, des
significations et des effets par l'attitude envers le monde, en remplissant l'espace de
l'aliénation entre eux de manière concrète. Ainsi, le fait que la situation doit être
soumis à la manifestation du spirituel, Philistinism, bourgeois, en termes d'auto-
libérale, la culture fait partie du processus d'harmonisation de la paix et
l'intégration de l'espace culturel.
Généralement, le peuple soviétique massive, même dans les plus répressifs,
idéologiquement connaissance au cours de notre histoire récente a cherché à créer
autour d'elle-même une barrière contre l'omniprésence de propriété émanation due.
Comme une illustration de ce que le sujet concerne l'exportation des biens culturels
de l'Allemagne vers le territoire de l'URSS à la fin de la Seconde Guerre mondiale.
Pour les peuples de l'URSS, elle est devenue une forme spontanée de la
connaissance avec la culture européenne, briser le rideau de fer, estetizatsii la vie
quotidienne. Photo de gauche, salle à manger fixe, les meubles, les ustensiles de
cuisine, livres de comblé le vide (simplicité), de la vie prolétaire, au moins en
partie, suffisante pour satisfaire les envies de burger au bien-être, rempli le vide de
la propriété, un monde, la rendre plus solide, des bourgeois.
La volonté des citoyens soviétiques nekotromu le monde pour perpétuer
l'existence de permis, mais à un minimum, de maintenir et de reproduire la vie
biologique et socio-culturelles. Dans sa forme pure émanation du fait de vivre seul
un temps limité, vous pouvez vous rappeler les années de communisme militaire,
civil et de la Grande guerre patriotique, dans une certaine mesure, léniniste-
stalinien période de notre histoire à tous, mais sans concessions sur le monde qui
existe ne peut être à long terme l'existence et de la paix accordé. Pour résumer, on
pourrait faire valoir que la paix doit parasite dans le monde qui existe, la capture
d'énergie qui est nécessaire pour la reproduction biologique et socioculturelle de la
vie humaine à tous.
Construire raison / existe se manifeste par l'intermédiaire de leurs
subdiskursy privées, dont les principaux sont la puissance de Dieu, de l'ordre, de
vérité, de la non-traduisible mot vérité , qui signifie en même temps, et la vérité et
de morale et droit naturel . Ces subdiskursy à leur tour divisés en plus privé,
pronizyvaya neontologichnuyu, mais nécessaire en raison de l'existence de la
matière qui existe.
IG Yakovenko a noté que la conscience, dans laquelle l'idée est en vie
doivent être séparés de chleneniya monde à deux niveaux. Sacral niveau de la
normativité, ou si la seule vraie, la réalité de la montagne et de plaine existence,
comprise comme un faux, de l'insuffisance, en un sens, Empyrean . Dans le cadre
de cette image du monde, doit être comprise comme predvechnaya, la nature
divine de la vie, qui était présent dans le passé sacré, et l'emporter dans le futur
eschatologique.
Il doit être sacré et ontologichnoy la nature, mais se rapporte plutôt à une
véritable dégradation, la réduction et la version doit imparfaite. Dans la
topographie des laïcs et le monde qu'il n'existe pas d'ontologie, il ne dispose pas de
sa propre nature, et donc, ses propres lois, qui fixe, il convient, en cherchant à
maximiser le potentiel de ces circonstances historiques samovoploscheniyu.
Venons-en à une illustration de ce que le phénomène des émeutes, dont leurs
actions ont été guidées par un désir de purification et de la restauration des termes
existants. Depuis la fin des années 50 - début 60-s du XXe siècle par l'Union
soviétique laminés d'une vague d'agitation, de gigantesques batailles, l'intimidation
de groupe, ce qui indique une tendance croissante loin de l'hommage. En fait, une
situation similaire a été observée en Russie et après l'abolition du servage, causés
par la décomposition, la transformation de l'habitude des formes socio-culturelles,
la réduction globale de la culture de répression et de la société. L'article de 1905, la
détection de plus en plus de chaos dans la vie sociale et culturelle, d'un
pressentiment, suivie par Merezhkovsky DS, la paroisse se Hama, A. White a écrit:
Un nouveau type, incarné le chaos qui a augmenté, passant de la profondeur - le
type de houligan. Grozny a augmenté ghost invasions mongoles .
Après un demi-siècle de l'intimidation de masse n'a pas causé de si terrible
pressentiment, ils étaient en eux-mêmes comme les éléments naturels, il est peu
conscient de protestation contre l'extérieur, la vie matérielle, et ont été une réaction
au processus de différenciation de la masse, les inégalités de revenu, la possibilité
de comparer son et quelqu'un d'autre de la situation financière. Les participants de
la masse de pouvoir justifier les actions de ses actions comme une forme de
protection des idéaux communistes, comme une tentative de retour le Parti et le
pouvoir soviétique à la forme primitive de l'Union soviétique utopizma. Il est
impossible de ne pas reconnaître que la réduction des émeutes ont été en un sens,
la défaite de l'idéologie bolchevique, un symptôme de la perte d'influence dans la
société son utopie: il est devenu moins en moins de gens capables de sortir de leur
protection .
Dès le début des années 1970, l'intensité des émeutes ont sensiblement
diminué, ce qui indique que les pertes indirectes de paysans et de travailleurs, est
venue hier de paysans, la conviction que la péréquation comprendre les idéaux de
justice sociale sont séparés par le suprême pouvoir de l'Etat, la réalisation du fait
que le gouvernement a quitté le ministère accordé. Queer pravdolyubtsy récentes
persistantes devraient jaloux les images sont décrites avec un tel amour VM
Shukshina, peu à peu attaché à la ville (de masse) la culture, tous les meilleur
partage de la vie publique, sociale et privée, les collectivités locales. La vie dans le
premier champ d'une partie de la partie, Komsomol, des réunions syndicales,
subbotnik, d'autres formes de travaux publics, de l'exécution d'un certain rôle
social, le maintien de règles conventionnelles de la partie.
Dans le domaine de l'espace privé pour se détendre, boire de la vodka et
philosopher dans la cuisine, de dénoncer les responsables, disbosom. Mutiny a été
éliminé par le public dans la sphère privée de la vie, tout en conservant son
illogisme, clair (binaire) division en amis et ennemis, en noir et blanc, le bien et le
mal. Par la lumière et un pôle, l'unification de leurs co-travailleurs, convive, c'est-
à-dire, en règle générale, les personnes qui se connaissent personnellement. Au
contraire, l'obscurité, pôle de l'univers sont les zakulisa (rappelez-vous les
nombreuses théories de la conspiration et secret machinations contre la Russie /
URSS, en général, et le peuple russe en particulier), les impérialistes, ochkasty
propriétaire privé, régionaux ou plus tard, les autorités de Moscou, c'est-à-dire
autres étrange, incompréhensible, et donc susceptibles de représenter les forces du
mal. Dans le domaine privé de l'inconscient collectif, l'expression de la même série
de phrases importantes: Nous nous en tenons ici, mais ils sont là avec Giroux
besyatsya, je me suis battu, en ce qui concerne la participation effective de toute
action militaire. Ces mizanstseny inclure les éléments de communication non
verbale: a déchiré sa chemise sur la poitrine, frappe le poing sur la table, les plats
de lien, un homme a demandé au monde d'une autre personne: Je suis tout à fait
significatif pour l'environnement, à la paix, Je suis tremblante créature, ou avoir le
droit, voproshanie exprimé la phrase sacramentelle: Avez-vous le respect de moi?.
Revenant à l'examen de façon importante dans le contexte de notre discours
en raison antinomie / existe. Il définit un système de coordonnées de valeurs et de
concepts qui aident à l'idéologie du traditionalisme vient à travers le monde. Les
structures de la réalité sont exprimés en concepts et modèles / existe. Les articles
qui ne correspondent pas à un tel modèle, de ne pas percevoir, de ne pas enregistré
traditionnelle de conscience, est entré dans la catégorie des accidents. Il est donc
toujours dans notre pas trop lointain passé soviétique. Il est ici, ici, sur toute
l'entreprise, dans une ferme collective et d'une zone de tels excès et la laideur, mais
ce n'est pas une raison pour généraliser diffamatoires dans d'autres parties de
l'immense pays est correct dans beaucoup plus conforme à l'hommage. Afin de
vérifier que la bonne distance, qui se trouve en dehors de la sphère de la vie
quotidienne une expérience personnelle du monde, l'homme soviétique n'a pas eu à
aller n'importe où, il suffit de lire le prochain numéro du journal Pravda, s'arrêtant
pour écouter un conférencier société connaissances et, plus encore, à écouter les
cours à l'Université du marxisme-léninisme.
Pour la masse du peuple soviétique, qui a vécu en l'espace de traditions
sociales et culturelles, la réalité au-delà de la raison / existence, entendue aussi peu
que possible. Permanent de la ségrégation (séparation de la nettoyer de impurs)
sont dans le contexte de la réalité historique: les faits qui s'inscrivent dans un
système de coordonnées, en raison Question антиномией / existence sont
canoniques, les faits ne correspondent pas à ce modèle, pas observé ou traité
comme sans importance, insignifiant.
Merci à cette relation à l'expérience historique l'histoire dans une certaine
mesure sakralizuetsya, devenant socialiste histoire sacrée avec ses mythes et de
légendes, une sorte de parodie de la Bible. Conçue de cette manière socialiste
histoire sacrée, comme tout autre royaume, à Moscou, la Russie / URSS, et plus
tard dans la Russie post-soviétique, n'est pas une fois pour toutes les données, sous
forme congelée, il est constamment en mouvement, sous réserve de révision,
d'audit, sont en train de repenser l'inversion le rôle et la place des personnages
historiques et des événements.
La plus importante manifestation de la vision du monde à travers le prisme
de la notion de raison / l'existence est liée à l'histoire et les caractéristiques de la
mémoire historique. Elle est enracinée raisons de l'étrange, à première vue, le
phénomène, à savoir l'instabilité, non seulement l'avenir de la Russie, mais aussi
son histoire. Histoire, à sa discrétion, et de fait la spécificité, avec ses propres lois
et la logique ne peut pas de manière adéquate, et ne relève donc pas l'image
traditionnelle du monde. Ainsi, compte tenu des particularités de la perception du
temps, typique des agriculteurs dans la période de réforme, un historien russe Boris
Mironov a fait remarquer que le temps de déplacement perçu agriculteur dans un
cercle, et cyclique, ce qui représentait, respectivement, le tout dans le monde se
répète, mais ne change pas. Déviation de la normale, c'est-à-dire, la répétition, le
cours des choses, il lui semble que quelque chose d'exceptionnel, les travaux des
forces impures, le résultat d'intrigues et de sorcières, parce que le temporaire et
transitoire: Obomnetsya, obotretsya - tout sera comme d'habitude.
Grâce à l'un de ses modalités est un engagement sans entrave à la bonne, est
incompatible avec une compréhension rationnelle de l'irréversibilité de l'histoire
socio-culturelle du temps. Pas de temps pour la bonne et de ne pas irréversible, et
un homme avec un sens de la tradition, est d'avis que, à tout moment, vous pouvez
vous arrêter un moment historique et recommencer - à partir de zéro. Et si il n'y a
pas de limitations historiques, s'il n'est pas très forte relations de cause à effet -
alors pourquoi ne pas jouer avec les différents modèles d'organisation sociale ou
même dans le langage ordinaire / extraordinaire fois non redistribution de la
propriété?
Dramatic corrélation entre le monde objectif qui existe, et imprégner son
émanation doit inévitablement des contradictions sociales et culturelles. Cette
interaction entre les deux mondes de généalogie remonte insensibilité de la culture
traditionnelle dans la gestion de la vision du monde, d'où la tendance de la Russie,
les droits de l'idéologique (mythologie) l'interprétation de la réalité. En raison
nadrealno, elle précède la réalité et non un lieu de l'existence, ne correspond pas
avec lui et vérifié avec elle: Le sens dans lequel l'idée est de vivre, est inséparable
du monde chleneniya à deux niveaux: le sacré normatif adéquat ou que la seule
vraie réalité et de la base existante, compris comme un faux, de l'insuffisance
Empyrean .
Mais cette apparente volyuntaristicheskom-événement chaos est encore de
certaines lois a défini le processus de correction constant et mythologiques en
corrélation avec les principaux subdiskursami accordée. À cet effet, les méthodes
de base suivantes.
1. Exclusion de la mémoire, l'histoire et la vie en général des faits, qui, dans
une plus ou moins ne correspondent pas à être le cas. Au niveau instrumental, il
facilite grandement la pratique de la vymaryvaniya preuve de ces faits à partir de
sources écrites, des listes pour les chroniques de notre passion pour le
téléchargement des manuels d'histoire avec des interprétations et révisé, à la fois, le
contenu, les personnages historiques, les changements dans l'évaluation de l'état et
du public chiffres. Comme l'exemple désormais classique vymaryvanie des
portraits et des références à un ennemi du peuple soviétique, les manuels scolaires,
encyclopédies et de l'ère stalinienne, soviétique émigré izyatie livres de
bibliothèque ou d'une autre vpavshih des autorités en faveur des auteurs. Au cours
de la période soviétique, la seule histoire de l'échantillon a changé au moins deux
fois: l'histoire des classes et la lutte des classes a fait place à l'histoire de la
production et de la technologie, mais que, à son tour, une grande histoire. Mais le
principal mécanisme pour la séparation des faits quant à leur conformité /
divergences sont de nature interne et fonctionne au niveau des mentalités, où une
sorte de censure interne.
2. Ambivalent interprétation des faits tels qu'ils sont compris dans deux
versions contradictoires. Par exemple, témoin de la collectivisation, d'une part, et
peuvent se souvenir de dire à toutes ses horreurs, comme elle l'a été dans la réalité.
D'autre part, il estime que tout ce qui se passe est similaire à la description du
processus de collectivisation, dans le roman, M. Sholokhova soulevé vierge.
Comment expliquer ce paradoxe, si elle a un intérêt pour le domaine de la
psychopathologie, une scission de la conscience? Pour le domaine médical, ce
phénomène n'a rien à voir avec, comme dans la logique initiale de raison / tous à
expliquer l'existence et de la compréhension. Avec cette perception des événements
historiques sont superposés les uns sur les autres photos de ce qui était en réalité et
ce qui doit être en conformité avec l'idéologie de la couleur et légitime mythe.
3. Sélective de l'enregistrement des propriétés et des caractéristiques des
réalités historiques sur la base de leur respect doit, de la ségrégation, c'est-à-dire,
Office propre (s) de la faute (non liés). Mais la demi-vérité est le pire type de
mensonge, qui, selon Kant, dissous dans scintilla effrayant de vérité, que c'est une
violation grave du droit par rapport à lui-même, et la violation inexcusable, car il
touche le visage de notre dignité humaine ourlet et les plus enracinés de notre
façon de penser ... .
La conséquence de irratsionalisticheskogo antiistorizma est constamment
reproduction infantilisme Russie conscience historique. Dans ce contexte, l'histoire
n'implique pas la continuité, depuis son arrivée au pouvoir du nouveau gouverneur
potentiellement apporte avec elle la possibilité de mettre à niveau l'espace et de la
vie. Le passé récent de croix, il fait rarement des conclusions pratiques, qui, dans la
nouvelle phase pourrait débarrasser la société de nouveaux bugs et des tests. Dans
le même temps, l'objet de persécution officielle ancien dirigeant est une tradition
vivante la conscience de participation et de soutien, nous aimons les persécutés et
offensés: Le chef, qui a perdu son emploi, a acheté tout imaginables et
inimaginables caractéristiques idéales (on dirait de soi. Il a été comme un
compagnon d'infortune, et a été bonne, précisément parce qu'il n'a plus le pouvoir.
Par exemple, le retour de prison d'amnistie P. venus sur le lieu de travail, organisée
dans le bureau du chef de la débauche, avait agressé un policier, les qualifiant de
fascistes, gadami, des traîtres, et dans le même temps, les accusant d'être
empoisonné Staline.
Arrivée de la nouvelle règle, mais au cours de la dernière décennie, et
l'élection d'une nouvelle composition de la branche législative, souvent
accompagnés par de nombreux espoirs irrationnels pour un merveilleux
changement (mise à jour) du monde ou du moins pour l'amélioration immédiate de
leur propre situation financière. Hypertrophiée de corrélation de ces attentes
fondées sur des critères socio-culturelles, à bien des égards inaccessibles à la
conscience traditionnelle. Au début de son gouvernement entité autorités
pourraient exploiter la disponibilité des matières délibérément exagérées, presque
sacré attentes, mais au fil du temps, de dissuader sa capacité à transformer la
conscience du monde traditionalistes peuvent effectuer inversé par rapport à l'objet
de déplacement par les autorités dans leurs communications, à la perche avec la
bonne le pôle opposé du Mal.
Pour les médias traditionnels de conscience, de penser en termes de bon /
existe, est plus important que le contenu, le programme de la puissance de la
parole, et la personnalité de qui le fait. C'est pourquoi les autorités d'une autre
entité, il est important de dire beaucoup de choses en commun et peu de privés, de
manière à ne pas gêner, de ne pas entrer en tentation de petits, en leur donnant
l'occasion de s'unir en faveur des personnes règle. Lorsque dans le cours du temps
l'objet de la perdre leur lien avec l'émanation doit-il prévu dans l'actuel, qui plonge
dans le monde de l'isolement, nepodlinnyh fait, l'achat nepodlinnosti ombre. Nous
mai de rappeler à cet égard pour nos concitoyens de l'ex-dirigeants de la Russie.
Ainsi. Les règles, qui prévoient le bas, pas de lumières, tout oublié, par
exemple, rappeler un certain nombre de dirigeants communistes de l'époque de
l'empire du soleil couchant. Dans cette série sont les secrétaires généraux du PCUS
Comité central LI Brejnev et K. U. Chernenko. Les dirigeants qui, sous une forme
ou une autre s'opposer à proprement parler, mifologizuyutsya comme les méchants,
qui sont également nécessaires dans l'image traditionnelle du monde, ainsi que le
rôle du héros et les vertueux. Ainsi, à la fin des années vingt du siècle dernier, le
léninisme est la seule correcte de la doctrine, avec son contraire, sa négation -
antileninizm - sous la forme de trotskizma. Disponibilité krivdy et du mal à
confirmer l'existence de la vérité et de bonté . De ces derniers temps ce
mythologique mal à un certain nombre de traditionalistes de masse identifier
Mikhail Gorbachev et Boris Yeltsin.
Mais revenons à la belle déclaration de l'Union soviétique empiriste 1950 -
80-s dans l'état de la VA Kozlov: Bonjour chefs , en revanche, ont été mauvais par
définition. Deux fois condamné Shavarsh en avril 1959, a écrit une grande
abondance de discuter une lettre à Khrouchtchev: Vous tolstopuzoe de sang animal,
de la libération de leurs abats les larmes et le sang d'un homme noble, dans un
bureau, tenant les mains et les dents sur le trône, promettant au monde un avenir
radieux, qui commencera après vos funérailles. Don't You Do, chien humain,
Malenkova contraint d'abdiquer, sous prétexte de mauvais concepts de
l'agriculture, mettant en avant la candidature de Boulganine à leurs propres fins ....
Grâce traditionnelle axée sur la conscience les accusent de les sept péchés
capitaux, mais ces frais sont, en règle générale, la principale chose - ils réduisent la
place de l'image des autorités, le tournant des laïcs dans le champ d'application de
la sacrée. Aucune des personnes et des remerciements envers le roi et le secrétaire
général, les libérateurs, comme ils ne sont plus requis en raison, est tombé dans
l'hérésie qui existe. Souvenons-nous de nos proches dans le temps NS
Khrouchtchev et Mikhail S. Gorbachev, dont les images dans la conscience des
connotations négatives prononcées peint. Bien au contraire l'image d'un dirigeant
est vu se lever à l'examen de la conformité doit. Il toutes les qualités humaines sont
progressivement éliminés, le thème de l'autorité doit - ce n'est probablement pas la
personne et même pas superman, mais être suprême.
A titre d'exemple, rappeler les classiques du courant dans la conscience
populaire des images de Lénine et Staline IV. Ainsi, après la dethronement au XXe
Congrès du PCUS culte de la personnalité de Staline en Géorgie ont été des
manifestations de masse dans le envahi les émeutes, au cours de laquelle, à Tbilissi
de Gori en camions sont arrivés près de 2 mille personnes, maux de tête machine a
été conçue par bronevik. Il y avait deux personnes zagrimirovannye sous Lénine et
Staline, dans un marin habillé sous la forme de personnes avec des bandes de
mitrailleuses sur son épaule . Dans cette scène, nous voyons la manifestation de
ces surhommes, les qualités des dirigeants doit, la mort physique ne peut pas
arrêter leur participation à des processus historiques, non seulement dans la forme
indirecte, mais aussi personnellement.
Cette signification peut encore être un certain nombre de nombreux
exemples. Par exemple, en 1977 dans la revue de l'Union des écrivains de la
République socialiste soviétique biélorusse a été publié un poème du poète avec les
mots qui présentent le peuple soviétique pourrait toujours obrattsya de conseils et
d'appui à la numéro 1 des communistes VILenin: nous avons le droit: Budi! Nous
avons le droit, nous allons: Call ... Non sterpish vous, je ne suis pas smolchu. Nous
appelons tous les Ilich . Dans ce système de coordonnées des chefs devrait agir
comme un sacré de kvazireligii communiste dans sa version marxiste-léniniste,
saints, qui peut être contacté à l'individu et de réclamations collectives, les
demandes de correction de problèmes qui mai s'écarter de la ligne doit être
spécifiée moscham qui est toujours possible de pratiquer un culte et de recevoir le
soutien et le confort.
Ici, nous en venons à la puissance fétiche, qui est l'une des plus importantes
conséquences socio-culturelles de la domination de paradigme raison / existe dans
la conscience culturelle de Russie. Analyse du problème permet de mieux
comprendre les causes de la Russie soutenue du rejet de la société des normes et
des valeurs qui sont portées à notre espace socio-culturel de la forme libérale de la
modernisation. Les autorités de la Russie, socio-culturel est plus une tradition
métaphysique catégorie, plutôt que social, et si l'apparence, la Parade Le niveau de
puissance est présentée comme une institution sociale, un domestique, le niveau
d'eau profonde manifester son essence métaphysique. D'un point de vue rationnel
de la puissance est comprise de deux manières: en tant qu'acteur et en tant que
traitement.
Contrairement à la Russie, de surmonter les archaïque / médiéval au
syncrétisme culturel européen la conscience de ces modes de puissance établie
dans son antériorité ontologique différence. Dans la conscience culturelle de la
Russie, le pouvoir est l'un des principaux subdiskursov doit diriger sa projection,
remplissant une fonction vitale du système de médiation pour la préservation du
minimum nécessaire pour le fonctionnement et la reproduction de la société
obschekulturnoy intégrité. Les autorités russes ne sont pas réglementés locaux
socio-culturels qui se déroulent dans la section horizontale de la société, combien
de liens entre parenthèses pour la réalité de la métaphysique, à la verticale des
pôles ierarhizovannye du bien et du mal, maintenant ainsi l'intégrité de l'ensemble
du système socio-culturel.
Sur la base de la division interne et de l'extrême isthme zone médiane de la
vie, ce système par le biais de certaines périodes de temps est essentiel des foyers
de tension, exacerbée par un léger développement de liens horizontaux
mediativnyh. Dans cette situation, le pouvoir social et culturel est fixé et la force
obligatoire, l'externe à l'égard de l'horizontale à la paix sociale: Ne pas le décret
d'Etat de Moscou, l'État de Moscou. Power devient substantsionalny caractère
samoprichinnost et kosmologichnost, l'acquisition de caractéristiques a priori ne
sera pas réprimée dans le monde, est devenue sans contrôle et d'équilibre. En ce
sens le souffle archaïque, il affaiblit la projection, le souvenir de cet ordre des
choses, où il est important de maintenir une force productive sacrés du roi, ce qui
signifie que l'augmentation de l'abondance autour de: parmi les êtres vivants et
dans la nature ... (plus tard dans les pays scandinaves roi assure la prospérité de la
terre et en mer, de son règne, les fruits de la terre en abondance et la fécondité
féminine .
Dans ces circonstances, la mise en œuvre de la médiation a sa spécificité
propre, que les spécificités de l'Ouest, où la forme dominante de la médiation est
un dialogue. Dans l'Europe médiévale, les relations entre les seigneurs féodaux, à
différents niveaux sociaux, principalement fondé sur le principe du dialogue et des
obligations mutuelles, parce que le dialogue -, il est permanent des contradictions
internes dans l'esprit de l'objet dans la recherche de solutions constructives, tout en
maintenant la tension de l'activité créatrice. Dans l'espace défini par les problèmes
de façon permanente a adopté la position de je par rapport à eux-mêmes et à un
autre .
Dans le cadre de la Russie, les réalités socio-culturelles de la médiation est
menée principalement par le biais du monologue. Dans ses diverses incarnations
temporaires pouvoir russe en essayant de monologichnoy forme organisée
hiérarchiquement l'espace qui existe, d'un monde horizontal, de relier ses différents
segments. Mais il mediativno-ierhaiziruyuschee impact sur le monde n'est pas
toujours couronnée de succès, donc, la principale difficulté, qui n'ont pas réagi ou
de Kiev ou de Moscou ou de Saint-Pétersbourg, Russie, est précisément à ce
manque d'unité des peuples et des cultures, des personnes et de l'État, nier la
tradition culturelle de cette force et d'entraver la guérison a eu lieu une fois dans le
fossé .
Ce principe de rationalisation de l'espace social et culturel de bloquer le
développement d'une culture de dialogue. Monologue hiérarchique
obschekulturnoy médiation dans un déficit systématique mediativnyh fonctions
sverhtsennost expérience est considérée comme la conscience culturelle
samoidentifikatsionny comme signe. Dans notre situation, il est clairement le
manque de communication entre les autorités et la société, c'est pourquoi il si
difficile d'organiser quelque chose en Russie sans l'approbation directe des
autorités.
Comme l'une des illustrations les plus de ce qui peut être faible et le petit
nombre de partis politiques de pouvoir dans la Russie post-soviétique. La situation,
alors entre les autorités et la société est un fossé, et de la communication, par sa
nature monologichno perçu non seulement comme quelque chose de normal,
d'habitude, mais aussi comme un hommage. Russie dans ce domaine n'est pas le
seul. Une très grande distance dans la relation et il est le pouvoir au Mexique et en
Inde, d'autres pays sont, en général, en dehors de l'Europe. La distance minimale
par rapport aux sujets, et il est le pouvoir en Allemagne et au Royaume-Uni, c'est-
à-dire dans les pays appartenant à la civilisation libérale moderne. Détails des
paramètres spécifiques aux différentes cultures, compte tenu de l'anthropologue
néerlandais G. Hofstede.
Pouvoir de l'Etat est une autre différence importante de la Russie d'Europe
de l'Ouest depuis le Moyen Âge dans le pouvoir suprême en Europe a été limitée
par la loi, violation grave sujet qui mai le pouvoir d'inciter les vassaux de se
débarrasser de lui comme d'un moyen légitime ou illégitime. Aller suzerain par
l'intermédiaire d'une ligne ne contribuent pas à renforcer son pouvoir, soit, ni la
conservation des territoires contrôlés par la taille, l'homme qui pourraient se
trouver un autre suzerain, il a commencé à se déplacer avec leurs biens. Dans un
cas extrême de l'homme pourrait, dans une période suffisamment longue, de se
cacher, et, si nécessaire, de défendre dans l'ancestral château. Ainsi, la propagation
dans les diverses régions de l'Europe occidentale, et certaines caractéristiques
communes des systèmes socioculturels maintenu la stabilité interne, la lutte contre
les manifestations destructrices de l'autorité arbitraire.
Mais le statut cosmologique des autorités russes de sa production au-delà de
la morale et le droit, mettez-le sur eux: Lumières, un soleil dans le ciel, et le Tsar
de Russie sur le terrain. Dans l'histoire russe, nous avons assisté au développement
perçue par l'Empire romain (Byzance) tsezarizma idée du moment où la question
des autorités, alors qu'une source de haut en bas hiérarchique des relations de
pouvoir, est un très très bon état.
Cette idée de l'essence divine de la puissance impériale remonte à
l'Antiquité royaumes. Ainsi, dans l'Égypte antique à l'époque de la quatrième
dynastie roi déposé perçu comme un fils du dieu Ra: le roi, tandis que l'extérieur, et
était le fils de son père, tandis que le fils du Dieu suprême. Isaac Massa a suggéré
que la Russie pense que son la plus haute divinité du roi. L'opinion est très divisée,
et l'étranger moskovity, se référant en particulier à l'autorité du chef de l'église et
écrivain de la fin du XVe - début du XVI siècle, Joseph Volokolamskoe écrit que le
roi, de par leur nature, comme tout homme, mais sa position et le pouvoir est
comme le Dieu Très-Haut . Dominant tous et toutes, les autorités russes mai tenir
volyuntaristicheskuyu la politique, où tout acte d'une entité autorités mesure: La
vérité de Dieu et la volonté du Tsar.
Par exemple, comme on peut dans un soi-disant socialisme réel dans leur
gouvernance pour vérifier la conformité avec la législation de l'Union soviétique
actions (décision), J. Staline, Khrouchtchev, NS, LI Brejnev? Cette question est
d'ordre rhétorique a priori, parce que pas jugé par la volonté du roi. Declarative,
l'inefficacité de la Constitution soviétique, de la Constitution stalinienne de 1936, il
est bien entendu fait partie de la société soviétique, l'une des principales exigences
est apparue dans les 60-s du XX siècle a été le mouvement dissident: Gardez la
constitution soviétique.
Cela pose la question naturelle, comme elle peut être combinée, srastit au
sein d'un même traitement juridique dans la politique post-soviétique aux normes
de droits, beaucoup skalkirovannym avec les systèmes juridiques des pays
d'Europe occidentale et Amérique du Nord, et historiquement ancrée la tradition de
l'arbitraire autorité? Dans ce curieux construction juridique absolument inévitable,
non seulement vnutrennyayaya la concurrence, mais une guerre d'extermination,
un désir naturel de réaliser une plus grande homogénéité interne. La direction, de
plus en plus répandue aujourd'hui, que le vieux monde russe: La vérité est le vôtre,
muzhichok et polezay-ka dans le sac.
Dans le domaine de la morale, ainsi que dans la loi, entre l'Ouest et l'Est de
l'Europe, il ya tout à fait différente. Principes moraux de l'Ouest sont indépendants
mediatsionnym regulyativom parce que toutes les lois de la morale devient, dans le
cadre d'un radicalement monothéistes (christianisme universel .... Les principes
moraux de l'Est du continent européen est plus fluide et relative.
Étant donné que le pouvoir est la première hypostase doit-il déterminer le
degré de conformité à lui dans le domaine de la moralité. Dans le cadre de ce
système moral est moralement tout ce qui doit rappeler le respect de ne pas trop
lointain le temps où les décisions et les actions des autorités sont déterminées
révolutionnaire opportunité, l'opportunité plus tard, maintenant. Au
neartikulirovannyh, mais a reconnu la Convention par les autorités russes n'ont pas
une valeur moindre que le début de la divine, la sphère religieuse et, de fait, ne
peut pas être une source de valeur absolue des normes morales: Tout le pouvoir de
Dieu de façon royale. Moral des règles est très facile de varier selon les discours
devraient, sous réserve de trésorerie dans le discours en faveur du pouvoir. La
quête en raison de l'inclusion dans son champ d'application toutes les choses ne
sont pas vraies et les pôles opposés du bien et du mal, que l'apparente soif plus -
pour le dieu, qui aurait été, et diable ... il est un ancien démiurge. Il a été à l'origine,
et il a seulement, est du mauvais côté de toutes les controverses, il ne connaît ni le
jour ni nuit, ni de bonnes ni mauvaises. Il est - rien, et il est - tout. Nous ne
pouvons pas savoir, parce que nous savons quelque chose que dans les
contradictions ... . Cela devrait aller et généalogiques origines de l'une des
caractéristiques les plus importantes des autorités russes - son ambivalence.
Dans une culture où la zone médiane de ne pas développer naturellement, et
cosmologique pôles du bien et du mal adaptés les uns aux autres de près, le
pouvoir ne peut pas occuper la zone médiane de la vie, en reliant le système de
l'intérieur. Il mai prendre une combinaison de deux pôles, d'être à la fois, comme
un cerceau de compression du système de l'extérieur. Des analogues d'un tel état de
choses dans le début du Moyen-Age, quand, selon Georges Dyubi, roi de France,
n'est pas une partie séparée en trois termes: parce qu'il reste de l'ordre, c'est sur les
trois niveaux générant tribunal société .
Cette caractéristique situé au-dessus, plutôt que dans la société, ambivalente
et déterminer la capacité des autorités russes d'être à la fois comme une source de
bénéfices, et le Mal. D'une part, et pour l'Union soviétique et pré-soviétique de la
période de notre histoire, nous voyons le recours constant aux autorités dans la
recherche de la justice, parce que l'institution des plaintes et des litiges ne sont
généralement pas caractéristiques de la société, sur la base d'redistributivnoy
(redistribution) base, de l'autre -, nous pouvons voir et en même temps une
méfiance du gouvernement comme une source possible d'une bonne . Par
conséquent, tous ceux qui tentent de permettre aux gens de vivre, ne peut pas rester
à la tête du gouvernement. Evil, conclu dans le pouvoir immédiatement pour traiter
avec eux .
Evil, les autorités, et non pas un mal ontologique, elle est dictée par un
intérêt supérieur qui doit rationaliser non seulement impossible, mais du péché,
c'est Dieu donne le pouvoir à qui pohochet. Traditional conscience toujours
justifier les atrocités de diverses circonstances historiques, la nécessité de lutter
contre le fléau mondial, les ennemis du peuple, la cinquième colonne. Le plus
souvent, les actions criminelles des autorités sont perçus comme étant la
dissonance, qui sont nécessaires pour une plus grande harmonie, de sorte que ceux
qui entendent cette harmonie, il ne faut pas les percevoir comme discordant.
Autorités neontologichny atrocités, ontologique, le mal a un monde qui
existe, non oblagorozhennaya cause nature pécheresse de l'homme. Au motif que
neosznovaemoy péché de la traditionnelle prise de conscience se développe très
tangible de infantile, impuissante sans le leadership de cet homme n'est pas
seulement gérable, mais les besoins de contrôle et de garde de la part des autorités:
J'aime la police, qui, au cours de l'incendie et moi-même allé à l'arrière de la que je
ne suis pas rester sans rien faire. Aucune violence ne peut pas , - a dit Konstantin
Leont'ev. Et pour les réformes libérales dans le règne de Alexander II: Ne pas
reshimsya-nous demander au Père, le puissant (le souverain), de sorte qu'il
continue à nous tenir terrible?.
Sont marquées par l'ambivalence est devenu un sujet des autorités, comme
syncrétiques slitnost mutuellement opposées commencé est une condition de
suffisance de soi. Ainsi, dans mifologizirovannom l'image de Lénine, a souligné
l'surhumaine, au-delà de référence terrestre, génie et en même temps - la
simplicité, d'humanité, de la disponibilité de la communication. Il en va de même,
bien que légèrement différente est à J. Staline. Il a également été simultanément
immanenten et transcendante, une combinaison de langue liés à la simplicité
primitive discours mystifier: Qui de sifflement qui myauchit qui hnychet, / Lui seul
babachit et tychet. En combinaison avec d'autres caractéristiques de l'image et le
style de comportement est caractéristique de la parole pour créer une aura de
mystère, l'invisible et neizrechennogo secret sacré présence de sens, qui révèle que
seulement un peu de shell pour inapproprié représentations verbales. Il est intuitif
opération a généré bien des attentes du public prévoit l'avantage essentiel de la
prochaine partie requérante dans la lutte pour le pouvoir.
Les manifestations de la puissance et l'insuffisance du volontariat est
largement due à la question de la séparation des pouvoirs de la vie réelle, mais les
autorités de l'absurde invertatsii sujets perçus comme une manifestation de la
sagesse et la grandeur. Eh bien dit à propos de la perception des différentes actions
des autorités traditionalistes Singer du conservatisme et de la Russie spécial K.
LEONTYEV: Conformément à la loi fondamentale de l'Empire, pour l'important
esprit de notre nation et le bien juridique de tout ce qui émane du pouvoir suprême.
Loi sur zakreposchenie légitime et bien, c'est la division de la population dans la
classe (ou pays), tout va bien dans son temps - et les vieux, les tribunaux fermés, et
les châtiments corporels. Légalement, et de détruire l'ensemble, non pas tant sur le
fond, mais parce que le pouvoir suprême était si heureux ... Nous sommes tous les
deux de penser et ne pense pas que ce Russe, qui ne sait pas comment le penser,
mais il aurait été le plus honnête et le plus utile à l'esprit dans les affaires de leur
peuple ... . Mais pour l'ensemble de l'histoire doit être payé, et pour la commodité
de la législation qui comme le pôle, et pour jeter dans l'économie, la politique, et ce
capiteux peut impliquer toute la puissance d'un grave manque de limites internes,
les contrôles et les équilibres, non seulement du pouvoir impérial, mais et
l'ensemble du pays a dû payer une catastrophe de civilisation de 1917.
Mediativnaya fonction de la puissance est essentielle subdiskursom devrait
pronizyvaya monde existe, la réalité de notre vie quotidienne. Cette subdiskurs due
en Russie a souligné monologichen dans sa logique interne de la principale
construction d'un pouvoir hiérarchique (verticale) dans toutes les sphères de la
société, c'est par leur émanation dû pénétrer dans les coins les plus reculés de la
terre, la vie quotidienne du monde qui existe.
Mediativnaya fonction de la puissance dans le monde qui existe se manifeste
à travers des institutions sociales, les attitudes et les traditions. L'une des
principales institutions est hiérarchiquement organisé par l'Institut de la
bureaucratie qui est ordinaire et la confirmation empirique. Ainsi, l'académicien TI
Zaslavskaya les chiffres suivants sur le nombre de bureaucrates de l'Union
soviétique et en Russie post-soviétique: Selon l'information donnée en 1999 au
colloque Où est la Russie? En URSS, avant la restructuration était de 700 mille
fonctionnaires, comme dans le présent Russie - à 1200 milles. En trois fois et demi
plus d'un million de personnes ont réussi !
Pourquoi la Russie est l'État est la raison pour laquelle une grande
bureaucratie afin de grande taille et a joué un rôle important dans la société?
Externes de compenser le manque de formes internes de la diversité culturelle,
juridique, économique, politique de contrôle et de participation comme une
personnalité de sa propre vie des projets, et dans les affaires de la société. Ne pas
produire, mais de distribuer et redistribuer, pour régler les problèmes dans la
mesure du possible sur une base individuelle, dans le personnel des négociations,
du moins, pas explicitement traité de la règle de droit. Mais il est important de ne
pas auto-ici, le nombre de fonctionnaires sont définis comme le nombre de
fonctions qui sont prises en charge par l'État, de sa propre tendance omniprésente.
Lorsque la partie orientée libérale de la société russe au début des années 90-
s du XX siècle, a parlé de la nécessité de réduire au minimum le rôle de l'État, à
réduire son rôle à la formule de l'état - un gardien de nuit, ce qui signifie une seule
chose - ne pas nous empêcher de vivre, de travailler, de nous-mêmes comme un
prendre soin d'eux-mêmes. Viable la vie du monde, vous pourrez toujours attendre,
il est impossible, pour au moins ne pas interférer. Vous pouvez être utile en un seul
- dans l'exercice de fonctions de police, c'est-à-dire dans la construction de l'Etat
russe, par analogie avec l'Occident, qui est ... prospéré en raison de l'homme avec
une arme à feu pour protéger les droits et les intérêts sur le dollar, livre sterling, la
marque . Mais l'entreprise n'a pas bénéficié de la puissance de même un minimum,
il semble que le gouvernement peut maintenir l'ordre de base dans les rues, que le
contrôle de la société, les médias, l'environnement des entreprises entièrement.
Alors que, en Russie, afin de freiner la criminalité de la rue, vous devez, au
minimum, de mettre en place un régime autoritaire, mais de supprimer le toit au-
dessus de banditisme dont les entreprises ont besoin de nationaliser l'entreprise
elle-même (à moins grande) et de mettre en place un régime totalitaire /
kvazitotalitarny mode. Bravo, messieurs! Il s'avère que la situation en Russie
pourrait être un grand et complet (Big Brother est fait pour vous), ou non, qui est,
ne pas faire face à une petite quantité arbitrairement à gauche en lui. Il s'agit d'une
terrible dillema de société, et peut-être de la partie plus intellectuelle de l'entité
collective du pouvoir.
Maintenant une petite remarque sur l'irrationalité, fetishizatsii autorités
russes. Le rationalisme est, plutôt, parce que l'horizontal, monde terrestre qui
existe. Et à partir de la rationaliste arguments sur les autorités, sa nature et le
comportement des traditionalistes tient pas seulement la peur mais aussi une plus
grande importance culturelle et de l'interdiction parce que la rationalisation conduit
à la destruction irrationnelle de la part des autorités. Le pouvoir de ne pas le
comprendre, mais pour survivre, par analogie avec le mécanisme de
fonctionnement de la conscience religieuse, qui n'est pas directement ratsionalizuet
et connaît une unité avec l'extraordinaire dans un acte de l'expérience religieuse.
Très bien dans la nature du pouvoir et les caractéristiques de la construction
de l'Etat russe est due à la pendule, l'inversion des processus dynamiques dans
l'histoire et sotsiokulture. Notez que l'amplitude d'oscillation est fondamentalement
un processus historique et socio-culturels en général et la dynamique sont
apparents, y compris, dans la plupart des pays développés, de moderniser, la
question de l'étendue protivohoda, la présence ou l'absence de sens commun et
d'une certaine ambivalence des positions extrêmes, l'espace sémantique de
dialogue. Pour les pays de l'ouest de la modernité classique, ces variations de
fournir un moyen de reproduction d'innovation, en intégrant une partie d'entre elles
dans l'espace conventionnel des traditions sociales et culturelles. Le stade ultérieur
de développement reste un haut degré de continuité avec le précédent, sont soumis
à la correction du secteur privé et l'évolution des artefacts.
En Russie, tout est différent. Dans le cadre de la Russie, socio-culturel, pas
d'oscillation de la terrible, mais l'ampleur de son amplitude, de l'absence du
minimum de lien nécessaire entre les poteaux. A. Besançon note que le sol russe,
au moins depuis la Falsdmitry absolument et remplacer régulièrement les uns les
autres, deux start. D'une à l'état de relative liberté, où la société est d'utiliser le
potentiel de l'initiative privée et les efforts des citoyens entreprenants de
l'accumulation des richesses, de compétences, de connaissances et autres
ressources précieuses. Une autre start durable face à la première. La forme de
l'expression - un état totalitaire, avec de fortes aspirations. Changer les époques est
effectuée plus ou moins spectaculaire, mais l'inévitable se produit. Dans la
deuxième phase de valeurs gosbyurokratii prévaut. Expérience dans l'étape
précédente ressources expropriées, la nationalisation, ogosudarstvlyaetsya .
À la fin de la période historique est passé accumulé un potentiel
considérable pour incompatibilité entre la racine et par ordre croissant en raison de
la syncrétique folk vérité. Ship briser l'ordre ancien est perçu dans des tons très
heureux, il ya des espoirs de généralisation d'une victoire pour acquise. Ici, grâce à
Dieu, a été lancée, a dit un soldat dans la mémoire F. Stepuna de la Révolution de
Février 1917, devient la terre, est baptisé. Lors de l'apprentissage de la révolution à
Petrograd, la non-officier de la population, près de Tchoulkov, a déclaré: Ce n'est
pas un péché. La nouvelle phase historique d'abord perçue comme une tentative de
construire le royaume de Dieu sur la terre, aussi près que possible de la
rémunération ou tout au moins pour les péchés de la précédente autorités.
Mouvement de la pendule de l'Etat russe, accompagnée de changements
dans les orientations idéologiques et oposredovaniy tant en ce qui concerne les
autorités, ainsi que les plus militants d'esprit de la société. C'est seulement lorsque
l'approche de cette allégorie, mais très précisément l'affichage des processus
d'inversion dans l'histoire russe et sotsiokulture la pendule à l'un des deux pôles
extrêmes de l'amplitude des mouvements, il est capture et de traitement en fonction
de sa configuration actuelle de la foi de la plupart de la société. Le mouvement qui
se produit entre deux pôles qui s'excluent mutuellement. Le premier pôle est d'un
poteau près d'une entière liberté, perçue dans la société dans l'anarchie, ce qui est
d'affaiblir les lois, les normes socioculturelles radicalement réduit, co-existent et se
font concurrence pour une éventuelle future raznovektornye tendances dans le
développement de la culture et de la société. Ce Liberty Pole, et, en partie, Chaos
potentiellement une nouvelle socio-culturel, le pôle de création, où la faisabilité de
différents scénarios pour le pays, où il ya constamment dans et importés de
l'extérieur de la social et culturel, avec de nouvelles innovations. En d'autres
termes, le pôle de la liberté - c'est l'actuel pôle, le pôle de la vie. Naturellement, il a
retiré la plupart de l'État, le respect doit.
Deuxième pôle - est dû à la perche rapprochement, le maximum possible
dans le contexte historique de l'incarnation. - Un pôle de l'ordre dans la Russie
tradition socio-culturelle est fermement liée à l'autoritarisme, à l'occasion de
dégénérer en une forme de contrôle totalitaire sur la société. C'est un triomphe
absolu de tous les pôles et l'ensemble des hiérarchies, de la petite réglementations,
quand tout ce qui n'est pas autorisé - bien sûr que non. Dans le domaine de
l'attraction des pôles en raison de donner un homme, son énergie, son temps, la vie
au nom des grandes idéologies, grand État, autorité charismatique. À l'extrême,
pose à la fois beaucoup d'ennemis, à la fois internes et externes, qu'ils entravent le
triomphe définitif et irrévocable devrait, et doit donc être détruit. Si l'ennemi ne
renonce pas - elle détruit, et il est dit à Moscou partkonferentsii 1968, le poète
Sergueï Mikhalkov, sans relâche à la haine des ennemis - ce sont des (vrai
humanisme prolétarien. Ainsi, l'ordre du pôle doit - même si elle n'est pas un pôle
de la mort , le meilleur pôle vivants, certains kvazizhizni, parce que la vie ne peut
exister en dehors de vyryvayas monde existe?
DS Merezhkovsky remarquer une fois que la profondeur de la réaction russe
- n'est pas un politique, mais de manière empirique, et non pas ici -
transcendantale. La réaction de - la religion. Il semble parfois que la dernière
essence de la Russie - un engagement religieux à la réaction . À l'approche de la
perche devrait maximiser renaître les institutions de la démocratie représentative
est cassé système de freins et de contrepoids, la puissance tout commence à se
concentrer plus clairement dans les mains d'une personne, un clan, la direction du
parti. À ce stade, l'élite au pouvoir ont besoin d'idéologie, d'accepter la majorité de
la société d'une situation physique, permettant sublimer leurs propres intérêts en
matière d'énergie, qui, pour diverses raisons, ne peuvent pas être utilisés par
l'homme pour la réalisation de soi dans le plan horizontal de l'existence matérielle.
Idéologie, exigé dans une période historique, postule sverhlichnostnye fin,
inclut dans ses différentes variantes de préoccupation pour la préservation et
l'augmentation de l'Empire russe, l'accent mis sur la partie la plus archaïque de la
tradition socio-culturelle (nation), le recours aux enseignements messianiques,
orthodoxe ou si le marxisme-léninisme et comme une tentation historique, divers,
y compris les formes de nationalisme agressif. À noter que la Russie a connu un
historique de la tentation du socialisme international, de sensibiliser le public,
même un certain antidote, sinon vers le socialisme en tant que tel, alors, au moins
en ce qui concerne sa dimension internationale. Mais la tentation du national-
socialisme, plus ou moins agressif des formes de nationalisme dans les laïques, ou,
plus probablement, des formes religieuses est encore à venir, toute la masse
d'antidote contre lui n'ont pas encore développé.
L'affaire, en particulier, et que la religion a un grand potentiel
etnointegriruyuschim que, apparemment, est la tentation pour les autorités,
douloureusement question cruciale de savoir comment intégrer la société dans un
relativement libre espace d'information, l'absence d'une menace de guerre, le
général ennemi, l'absence d'idéologie.
Mais dans postimperskogo, comme au cours des dernières années est devenu
plus neoimperskie caractéristiques distinctes de l'Etat de se concentrer sur les
thèmes de l'identité religieuse peut conduire non seulement à l'intégration
nationale, mais la désintégration de l'État, n'a pas ralenti - mais pour accélérer le
début de la troisième phase de déconstruction de l'empire. Il est clair que sur un
plan subjectif, les participants du projet la religion comme base d'une idéologie
nationale Ce n'est pas au courant de l'intention de leurs actions directement en face
de conséquence, la prise de conscience de ce qu'elle a conduit, et encore,
apparemment, pas de masse, est possible seulement après le fait .
À cet égard, un autre point très important. Comme la victoire de la
révolution socialiste en Russie et à l'établissement du pouvoir soviétique a conduit
à la dégénérescence du marxisme, qui est défini comme étant F. Stepun péché de
socialisme à eux-mêmes, et l'utilisation de l'orthodoxie en tant que base pour la
formation de l'état de l'idéologie religieuse peut conduire à des conséquences
fâcheuses en ce qui concerne pas moins de orthodoxie elle-même. Un des
fondateurs de l'Ecole de Francfort de la philosophie T. Adorno observés dans le
cadre de la même chose au sujet de ce qui suit: Modifier religieuse laïque à des fins
politiques est le reverse ... moderne démagogue fasciste est livré avec des motifs
religieux seulement comme atomizirovannymi vestiges du passé avec les religions,
elle implique la destruction de toute croyance cohérente . Compte tenu de l'épave
de la religion traditionnelle, il recueille ce qui est adapté à son objet, et jette le
reste, en dépit de toutes les pieuses paroles, il considère la religion un point de vue
pragmatique .
Rappelons que le processus ci-dessus se produisent (mai arriver) près des
pôles de l'Ordre de l'hommage. Dépend de peu de temps à l'extrême fin, le pendule
de l'Etat russe, le mouvement commence à revenir vers le pôle opposé. Dans la
période initiale du mouvement de l'extrême fin de l'amplitude d'oscillation du
processus de correction des distorsions les plus distincts, les erreurs, et de
l'irrationnel, cette caractéristique de l'extrême état de socio-culturel. Ce processus
est large public sympathie, guéri vertige du succès, de Dégel, pris des mesures
pour réglementer l'autorité de l'arbitraire (ou la liberté, entendue comme
l'anarchie), la base de normes juridiques. Après le mouvement de la Russie, socio-
culturel pendule est dans le domaine du sens commun, la zone d'équilibre des
intérêts, de la stabilité politique, un consensus des élites et la société.
C'est le mouvement du pendule dans la zone de bon sens. Ici, il traverse les
frontières de ses voisins des pôles d'opposition binaire ... Ici, il est proche de la
sortie de la zone de bon sens, il ya la compréhension de la société du fait que l'élite
va faire une erreur historique, un moment il ya une nouvelle opposition, qui est
détruite et ou ont émigré à l'autre segment de la pendule motion. La porte de la
rupture ou le sens commun révèle progressivement, et nous la chaleur ou le froid
brûle régulièrement utopie ...
La modernisation, en particulier dans sa forme libérale, ne correspond pas à
la bonne, car une personne samoosuschestvleniya dans le plan horizontal de
l'existence. Le succès du processus de modernisation sont clairement corrélée avec
le taux de revenu par habitant, le niveau de mai, qui facilitent ou bloquent
samoosuschestvlenie personne, ici et maintenant, dans le plan horizontal de
l'existence. Créer des possibilités pour la masse du matériau
zhizneosuschestvleniya en vigueur et marquera l'achèvement de la modernisation,
la réalisation d'un inconscient collectif souhaité fin de l'histoire, mais son ironie
dans laïques plutôt que les formes religieuses. La lutte contre la pauvreté est
importante dans le contexte de la formation de couches massives de la réussite des
biens de consommation, des services, des produits de la culture.
Par conséquent, les utilisateurs plus de succès en Russie, moins sera la vie,
sens de l'espace non seulement pour les personnes dans les mines souterraines
vysey et l'abîme de l'esprit, mais aussi pour les pré-humains à tous.
Zhizneosuschestvleniyu dans le plan de la vie matérielle komplementaren image
du monde, réduit à un supermarché, où une grande partie a la formel (monétaire)
équivalent, complémentaires forma l'homme de la fin de la vie moderne des
possibilités d'espace ouvert.
Il existe des alternatives, le choix entre une réussite de l'auto-réalisation dans
le plan horizontal de l'existence et la sublimation du potentiel latent, la possibilité
de la terre, horizontal samoosuschestvleniya identité et l'importance de la prise de
conscience de masse alternative, la vie des scénarios d'évasion. Self masse de
l'homme dans le plan horizontal, en train d'être évincés par d'autres, y compris
asocial et verticalement stratégies axées sur la vie dans la zone marginale. Si ce
n'est pas possible, des options de compensation zhiznestroitelstva le devant de la
scène en tant que vice-samoosuschestvleniya dans la terre de la vie physique.
La mise en œuvre de l'horizontale zhizneustroitelnogo projet qui, en fait, à la
modernisation, ce qui conduit à les rationaliser, de Russie kosmologizatsii espace
social et culturel. Le processus de modernisation en ligne avec l'identité, avec
l'auto-discipline, la volonté d'obéir à la médiane de la culture, capables de contrôler
leurs activités vitales, en corrélation avec les idées conventionnelles de la norme et
la pathologie, à des projets vitaux. Cette personne peut faire sans le derrière le dos
de la police. La vie de l'homme à la fin de la société moderne, apparaît comme un
projective chreda dostizhitelnyh action pour la mise en œuvre, la création, la
fabrication, bien souvent que sous la forme de la consommation de masse.
En l'absence de possibilités samoosuschestvleniya dans le monde existe, qui
est plan matériel de l'existence, non énergie en la personne doit, dans le champ
d'application de la compensation nationaliste, messianique enseignements, le
fondamentalisme religieux, laïcs et les idéologies religieuses. La priorité de la
mesure verticale de la vie et tous les dérivés, portant en elle-même les éléments de
la mesure, y compris celles qui sont liées au niveau national religieux et
philosophiques de la tradition, le plus clairement exprimé dans un complexe de
représentations, dénommée idée russe.
Dans la Russie post-soviétique, cette série de représentations ont une
symbolique, un sens symbolique, l'attitude qui divise la société en partisans et
adversaires des projets qui ont une composante verticale. Dans le même temps,
avoir une dimension verticale de la construction idéologique est efficace dans le
processus de re-socialisation de masse de la population dans les zones marginales
de la vie. Determinancy projets personnels zhizneneosuschestvleniya matériau de
base des possibilités de la société est la règle, la plus efficace à l'égard des masses.
Cette règle a quelques exceptions près, privé, une personne peut être très active
dans les deux dimensions horizontales et verticales de la vie.
Selon E. Gellneru, La société civile peut être comparé d'une bicyclette:
quand elle perd de la vitesse se bloque lors de perdre l'économie ne peut plus
assurer l'amélioration continue du bien-être de la majorité de ses membres. La
plupart d'entre elle est prête à abandonner les grands principes, de sacrifier pour le
bien-être illusoire de véritable liberté . Post-Soviet vague de modernisation a
permis le triomphe de l'existant, définie localement, vecteur de la position
dominante de développement social et culturel du général vers le privé,
polistilistichnosti de valeurs et le relativisme. Ce que l'on a du public, alors que
dans le domaine de la sphère doit intérêts de l'Etat, il a été privé. Il ya une énorme
expansion du secteur privé, tout en réduisant la portée de l'objet d'un contrôle
public.
Go, l'homme, être libre - il alchet devrait alchet Grand Inquisiteur, qui a dit:
Je sais comment. Il s'agit de la seule Russie. Non pas tant l'idée combien de
physiologie - le sentiment de liberté comme quelque chose de bogoprotivnogo -
esclavage, comme une œuvre de charité ... En liberté - un péché, de l'esclavage -
les saints. Saints esclaves. Sainte Russie - la terre des saints des esclaves . Échange
de liberté, d'autonomie, d'une localité - pour l'autoritarisme et de la Cathédrale,
sous condition, le festival de la bière à une parade militaire et procession aux
flambeaux, en donnant le sentiment d'unité archaïque: je n'étais pas seul, beaucoup
d'entre nous, nous le peuple. En obscheistoricheskom contexte de la modernisation
en Russie, est étroitement liée avec le processus en raison izzhivaniya et de
l'approbation du statut ontologique de l'existence.

III. Féodal Kvazifeodalnaya empire comme une forme d'auto-social de


Russie du système culturel et civilisationnel

La culture et la civilisation a un certain seuil critique de changements


internes à la production pour laquelle elle cesse d'être elle-même, qui a perdu son
identité internes, samotozhdestvennost. Le processus d'auto-élément essentiel de la
culture et la civilisation au sein d'un système de traditions socio-culturelles, qui
n'est pas tant opposé au changement, mais plutôt le contexte de formes spécifiques
temporelle et spatiale des attributs, pour laquelle le changement devient une forme
significative. Néanmoins, un point de vue commun selon lequel le système peut
être organisé par la forme socio-culturel avec un succès égal à évoluer dans des
directions différentes, qui est de la Russie socio-culturelle peut être arbitrairement
système calqué sur le suédois, chinois, coréen, et d'autres modèles,
indépendamment de sa base culturelle et caractéristiques de la civilisation. Cet
arbitraire en fonction de leur approche est basée sur une combinaison bizarre
progressistskoy idéologie, dans son éditorial marxiste-léniniste ne connaît pas de
limites de la volonté humaine, et de la magie, la croyance orthodoxe-païen dans un
miracle, un sentiment de fragilité et de durée indéterminée des relations de cause à
effet.
Fernand Braudel dans son livre la Méditerranée et le monde méditerranéen à
l'époque de Philip II a fait remarquer que la civilisation de l'espace est transformé,
organisé par le peuple et l'histoire. C'est la raison pour laquelle il existe des limites
culturelles, espace culturel, caractérisé par une extrême longévité: tout le monde
est impuissant confusion . La culture et la civilisation peut évoluer dans la
direction choisie au hasard, il accepte seulement les innovations qui contribuent à
son développement et les qualifications rejette tout ce qui est contraire à celle-ci:
Oui quoi de cette attaque, ce que nous avons la science ne le fait pas? Et c'est le
dilemme: la loi aussi longtemps que vous voulez, mais rien de vous ne vont pas
dans le magasin si vous aller à l'encontre de l'esprit du peuple . Cette affaire n'est
pas encore dans le domaine des sciences, et dans le rejet et un degré élevé de
transformation inokulturnyh l'innovation, qui, pour quelque raison que ce soit, ne
fait pas partie de l'histoire, a constitué la base des systèmes sociaux et culturels.
L'extrême difficulté dans la réalisation de projets de modernisation libérale
sur le sol russe, par opposition à la tragique contradiction entre ce qui doit être fait,
et qui conduit à la situation socio-culturel. Ainsi, dans un entretien avec Yegor
Gaidar Izvestiya, en rappelant le début de la post-soviétique, les réformes, a
déclaré que nous devons réfléchir davantage sur ce qui peut être fait que sur ce qui
peut être fait avec le patrimoine historique et social. Cependant, le système ne peut
pas rejeter l'ensemble des flux inokulturnyh innovation, qui a progressivement
conduit à l'organisation disistemnyh éléments d'un système alternatif qui, au fil du
temps peut remplacer le système dans lequel il une fois l'origine. Dans le même
temps, le célèbre sociologue polonais P. Shtompka estime que la plupart des
changements à l'intérieur ou indifférents à l'ensemble du système, quelque chose
qui se produit le plus souvent, contribuent à sa reproduction, plutôt que de la
transformation.
Passant à la recherche de définitions, le plus pertinent de Russie civilisation
répond à ses caractéristiques de base du système, alors cette définition, à notre
avis, est un féodal / kvazifeodalnaya empire. Notez que le féodalisme /
kvazifeodalizm dans notre compréhension n'est pas réductible à la même
formations socio-économiques, comme c'est généralement dans des manuels
marxistes. Feudality / kvazifeodalizm n'est pas seulement un concept économique,
mais aussi un système de relations sociales et des modes de vie résultant de la
structure spécifique de la mentalité, qui, à son tour, détermine l'image
correspondante du monde et de l'échelle des valeurs. Je donne la parole Michael
Voslenskomu: Le problème de notre temps n'est pas que le capitalisme a déjà
épuisé la formation elle-même, et que la formation féodal n'a pas encore été
totalement épuisé toutes les possibilités de prolonger son existence. Et il le fait,
sous la forme de totalitarisme, de la Est despotisme de notre temps: le véritable
socialisme, le national-socialisme, du fascisme, la dictature de classe
politbyurokratii - nomenclature. Toutes ces structures féodales réaction mourir
incarnent sombre passé de l'humanité . Dans le cadre de notre discours, nous nous
intéressons en russe, est une variante du féodalisme / kvazifeodalizma.
Notre thèse principale est la suivante: kvazifeodalnaya empire était la forme
ultime de l'autonomie inhérente à la société russe comme un système socio-
culturel.
L'impératif de l'impériale d'opposition condamne le système à l'interaction
avec la civilisation occidentale ces derniers, l'origine du processus de l'alternance
libérale et impériale de la modernisation, en règle générale, séparés les uns des
autres période de stagnation. Malgré la récurrence des histoires de pots-de-vin
impérial conservateur, libéral modernisation mettent régulièrement dans les points
disistemnye par rapport à sa base-féodal impérial motifs. Ces éléments disistemnye
progressivement organisée dans un autre système. Si cela est encore trop faible
autre système, en dépit de plus de dix années de réformes post-soviétiques, de
remplacer l'ancien système dans un avenir prévisible, l'histoire - une question à
laquelle il n'ya pas de réponse.
La possibilité même de ce remplacement est une partie de la société russe
contemporaine, presque apocalyptique inquiétude, dans ce contexte, suggère la
probabilité de perdre complètement notre célèbre spiritualité, de s'y opposer, sur la
base du bien-être matériel, ou - ou. À cet égard, je tiens à encourager Pitirim
Sorokina mots: Le remplacement d'une forme de base de la culture à l'autre ne
conduit pas à la mort de la société et de sa culture, qui sont soumis à la
transformation.
Mentale de base de la tradition culturelle et civilisationnelle de tissu est un
système mythe, qui est un des principaux interdépendants mythologie. Par
conséquent, envisager le rôle et la place du mythe impérial comme
sistemobrazuyuschego contre kvazifeodalnoy empire. Une des principales
fonctions du mythe est de fournir une exposition à la métaphysique, historique, ce
qui porte le processus historique est ajusté en conformité avec les exigences de la
raison. Et jusqu'à ce que la vive conscience de la mythologie médiévale, des
formes appropriées de manière civilisée et culturels de l'adaptation à l'évolution
interne et externe. Notez que la base même de la mifologemy de l'épine dorsale de
la Russie impériale mythe restent valables dans le temps (le temps) la diffusion,
avec le temps, le changement vient plutôt de médiation de leur sémantique.
Prenons le plus important mifologemy, qui se brise contre le système féodal /
kvazifeodalnoy Empire mythe. Ainsi.
En tant que critique mifologemy doit être mythologeme de la Sainte Russie.
Il convient de noter que le concept de la Sainte Russie, ce n'est pas tant
géographique et historique, le plus près dans le contenu de la platonique Eidos, la
notion de données, indépendamment de la capacité ou l'incapacité de leur
réalisation empirique, est toujours égal à lui-même, complète et indivisible. Parmi
les russes eschatologique utopies mifologema Saint-Russie occupe une position
centrale, en fonction de ce Saint béni Rus', qui n'a pas besoin, ni droits, ni aux
richesses, ni l'ordre, parce que le sort n'est pas de ce monde - ont appris la vieille
Slavophils .
La Russie, la conscience mythologique, vyryvayas au-delà de la portée
géopolitique, visant à l'échelle universelle, dominé par l'esprit de légitimer
différents temps oposredovaniyami idée de supériorité, à l'origine fondée sur la
supériorité morale, puis de s'étendre à d'autres domaines de la vie. Dans les
différentes époques historiques tels universelle est devenu l'échelle des sphères de
pouvoir et de ses sujets. Ainsi, apologie de Staline, est devenu non seulement
l'Imperial sonore, mais aussi d'espace, il a fusionné avec une histoire de quelque
chose d'extraterrestre, à l'espace. Et le marxisme en Russie, était juste une tentative
de passage d'un théiste du monde à l'espace . Selon le Saint-Russie peut et doit
sauver le reste du monde, la situation semble stable, à l'évolution historique et du
contexte socio-culturel complexe messianique. En outre, aujourd'hui, aujourd'hui,
la recherche des moyens de sauver le monde, la Russie n'est pas arrêté. Il continue .
Au fil du temps mifologema Sainte Russie va bien pour le plus important
dans notre discours mythologeme l'Etat impérial. En tant que quintessence
métaphysique mythique peuple bogonostsa, sans, toutefois, peu de choses en
commun avec un peuple vivant dans le territoire défini, parlant Etat impérial. Note
que les intérêts de l'Etat est une priorité tant pour l'individu et la société dans son
ensemble. Imperial État continue la tradition dans ce domaine, allant de l'ancien
monde: Previous de cette volonté commune des Etats de chaque citoyen est
totalement impuissant et d'impuissance ... L'État a été comme si le dieu de la terre,
l'homme est le serviteur du dieu de la Terre.
Dans le cadre de l'État impérial mifologemy et est une force qui peut
entraîner l'humanité dans le paradis eschatologique, atteignent la fin de l'histoire
millénaire et le Royaume de Dieu sur terre. Imperial ideokratiyu incarne l'Etat doit,
non seulement comme un moyen de mise en œuvre, mais aussi le divin objet du
projet, comme un paradis terrestre qui ne devrait pas seulement être organisées sur
le principe de la Russie impériale État, mais aussi pour être le sien, étendu à tous
les continents et a intégré l'ensemble de la genre.
Naturellement, la situation de trésorerie de choses lors de la notion même de
l'État demeure un concept mythologique. Mifologema impériale état se manifeste
en particulier dans les affirmation de soi que l'Etat doit être fort, et le plus puissant,
plus proche d'être le cas. D'où la nécessité de renforcer et de le renforcer par tous
les moyens, quel que soit le prix de l'ordinaire ukrepitelnogo projet.
La proportionnalité du prix, étant donné les tragiques coïncidences et
d'intersections dans l'histoire du XX siècle, la cause et soulève des questions non
seulement en Russie mais aussi en Allemagne. Ainsi, après la Seconde Guerre
mondiale, thèse de droit gegelyantsy révisé de bonne qualité, ce qui serait un Etat
fort, et sa grande puissance de récupération. A été estimé que l'Etat
(fonctionnellement limitée économie capitaliste), en tout état de cause, de protéger
l'existence d'un individu, seul dans une société industrielle, telle qu'elle résulte de
la division du travail, mais en aucun cas se dresse au-dessus de l'exercice est de ne
pas imposer une morale .
Nous savons de l'histoire d'un fort État russe est sujette à une augmentation
du contrôle sur les divers aspects de la vie dans le pays, les impératifs de la morale
dans la société et de s'engager dans une zone d'influence (cueillette) des régions,
qui sont à différentes périodes historiques ont fait partie de l'ensemble impérial. Un
outil important pour la mise en œuvre de ces projets internes et externes est la
militarisation de la société, et un dérivé de celui-ci - une agressive et
expansionniste de la politique étrangère. Et il ne s'agit pas de l'élargissement
comme un objectif, et la militarisation en tant que moyen, mais de proclamer (et
essayer de mettre en œuvre), de géopolitique objectifs, ce qui pourrait servir
comme un moyen de justifier le régime total .
Non seulement nous mais, de plus, l'expérience historique montre que d'un
Etat fort, en particulier dans ses moyens totolitarnom et autoritaire, c'est un
avantage conditionnel, voici ce que podiskusirovat, avec des discussions qui ont
lieu à l'accueil chaleureux des cuisines de l'URSS / Russie, 60 -- 80-s du XX siècle,
et au procès de Nuremberg en 1946 en Allemagne. Notez que dans les pays
libéraux, l'État n'est pas faible, il s'acquitte d'autres fonctions, et notamment trait à
la société, car il ne cherche pas à traduire le social absolu.
Projection dans l'espace de l'histoire, de la sainte Russie mifologema est
divulguée par le biais d'un ensemble de ses subordonnés de la mythologie
historique, faite à partir d'une position de vainqueur. Sélectionnez les principales.
Ainsi. Moscou La Russie est le seul successeur légitime de la Rus. Autres
terres de Russie, conformément à son rôle de pré-bien est seulement périphériques,
les centres ont d'abord été de Kiev, à Moscou, plus tard. Que ce mifologema ne
correspond pas à la réalité historique - est claire. Il y avait une ligne de succession,
on parle de la démocratie tradition socio-culturelle, qui s'étend de la Rus par la
principauté de Novgorod et de Pskov. Mais il y avait des terres russes, le
développement sous l'autorité du Grand-Duché de Lituanie, où la ville de
Magdeburg a pris la loi et de la relation entre les autorités centrales et les gens sont
régies de manière conventionnelle.
Suivant mifologema de cette série. Saint-Russie (Moscou, le royaume,
l'Empire russe, Union soviétique), est constamment entouré par des ennemis
extérieurs, que dans les différentes époques historiques à proximité des ennemis
internes. Seulement au cours du siècle dernier afin d'identifier les ennemis de
l'intérieur de partis de gauche, y compris RSDRP (b), et ensuite, après 1917, Blanc,
des spéculateurs, des coups de poing, nepmanov, techniciens, auteurs, agents et
rouge, du clergé, des représentants de différents mouvements d'opposition et des
gradients de dans le cadre du VKP (b), et la liste peut continuer aussi longtemps
que vous voulez et il sera toujours incomplète.
À la fin du régime soviétique, elle a ajouté les organisations des droits de
l'homme et des dissidents en général. Dans 90-s du XX siècle de l'ennemi interne
diversifiées selon les sympathies et les antipathies politiques des différentes parties
de la société russe, peut-être la première fois dans un certain période historique,
l'ennemi n'est pas imposé d'en haut par la loi. Dix ans sans un ennemi intérieur, et
la seule véritable idéologie est si rare, et autoritaire tradition socio-culturelle
pousse ses adhérents à trouver à la fois. Une autre question qui leur créativité
collective dans le domaine de l'idéologie n'est pas plus régulière des interprétations
sur le thème amarante orthodoxie, autocratie et de la nationalité. A la recherche
d'ennemis jusqu'à ce que, heureusement, à trotskizme et des accusations
d'espionnage en faveur de l'Empire latin, il n'a pas encore été atteint.
Aujourd'hui, a décidé de limiter les charges fiscales, des obstacles dans le
contrat de bail de locaux à l'égard des mêmes droits de l'homme et les
organisations humanitaires de fonds à participation étrangère, et avec la
participation du plus encore au-delà des autorités de l'oligarchie. On espère répéter
notre histoire récente, et non pas comme une tragédie, mais la deuxième fois
comme farce. La prochaine étape de la modernisation de la Russie impériale et de
restauration a tout de même, dans certaines limites, et si vous avez réussi à briser
presque tout le territoire national de contrôle et d'équilibre en ce qui concerne le
nouveau système, les contraintes extérieures seront plus fortes, afin de patience à
leur égard n'est pas simplement une géopolitique décomposé, Yasaka (taxes) n'est
pas donachislish.
Si la véritable histoire de la Russie impériale état caractéristique d'un étrange
mélange d'isolationnisme et de l'agression, dans le mythe, elle est considérée
comme la partie lésée pour la vérité. Selon le mythe, incorporés dans la forme
impériale de la Sainte Russie a dû endurer imméritée contre le traître et le
ressentiment agressif voisins, mais elle ne l'a jamais personne ne l'attaque.
Rejoindre la terre voisins représentaient seulement lorsqu'ils en font la demande
pour la main de Moscou, et la fourniture d'une assistance à la soeur, trop forcé, il a
dû fournir, seule réponse à l'appel d'une population opprimée, et de refuser cette
demande ne peut pas être juste, que la voix du peuple est la voix de Dieu . Dans la
logique du mythe est non seulement possible mais aussi nécessaire d'oublier que ne
peuvent être artificiels, une manière purement mécanique liée à l'organisme
membre, qui n'est pas associée à la bio.
Suivant mifologema censé donner le monde entier et en particulier
l'Occident, comme une alternative civilisée à la monarchie féodale, une série de
négatifs, et parfois tout simplement désastreux pour la Russie humains. Suspecte et
perception négative entourant l'empire du monde contribue régulièrement
vosproizvodyascheyasya mezhdunarodnay situation difficile, qui, incidemment, est
soutenu par des statistiques et de l'histoire.
Dans l'histoire russe est souvent arrivé que la période de guerre est
largement supérieur à la paix ( 36 ans de Pierre le Grand, la règle de la Russie ne
connaît que celui de cette année de la paix).
Selon un autre mifologeme, Sainte Russie a à appliquer une frappe
préventive n'est pas l'objet de l'agression, mais dans le but de prévenir les
intentions agressives de l'ennemi, tandis que oblagodetelstvuya en tant que peuples
distincts, et l'humanité dans son ensemble. Entrée dans l'Empire russe a été une
aubaine pour de près ou de loin à ses voisins, comme le vrai de Russie est le parfait
citoyen du monde, et le Saint-Rus - le premier Etat. Comme une illustration de
cette thèse montrent plutôt longue des extraits de dépliants période de guerre russo-
japonaise de 1905, conçu pour les soldats et les officiers de l'armée sur le terrain:
Que les ennemis de l'autocratie font valoir que cette guerre - un caprice du
gouvernement autocratique. Qui sait de notre histoire ne comprendra que des
concessions ont conduit à la Yalu Ermak Timofeyevich passer à l'Irtych,
l'indignation de ne pas indiqué Nevelskoy bouche Cupidon, pas impériale arbitraire
causé cette guerre. Historiquement, le mouvement vers l'est, cette guerre montre
que la Russie ne fait que se sont rencontrés pour la première fois, le brave et
redoutable ennemi, comme dans les derniers siècles, dans sa motion, à l'ouest, elle
a rencontré dans les Suédois, les Polonais et les Turcs. La guerre, comme peut
l'être, et un certain nombre de guerres se décider: soit tenter le sort de la Russie ou
la Pologne de son devenir menaçante sur les rives du Pacifique, tel qu'il est
menaçante sur les rives de la mer Baltique, de la Vistule et la mer Noire .
Mifologema Russie - Occident. L'Occident, dans un tel système n'est pas
seulement un ennemi éternel, mais également les éléments de l'antithèse de la
Russie, le verre, un lieu où très peu de retour. Il s'agissait de la première boyard
enfants envoyés à l'étude en Europe de l'Ouest, il a été et, plus récemment, au
cours de la période soviétique, de notre histoire, lorsque la migration vers l'Ouest,
nos compatriotes ont été observés dans le reste des citoyens de l'URSS comme les
résidents de l'arrière de la lune ou de la pègre australienne. Par conséquent, et dire
au revoir à l'aéroport Sheremetyevo otezzhayuschimi sérieux, de croire - que
jamais: Comme tous les innombrables épouses harem-Shah / changement ne peut
être un autre harem, I / a remplacé l'empire. Cette mesure a été dictée par / pour
que sentait brûlée avec quatre côtés - / même franchir l'estomac, du point de vue
des corbeaux, avec cinq. / Duya dans poluyu tune que votre fakir, / J'ai passé le
gant janissaire dans le vert, / chuya oeufs froids leur mal ax, / comme à l'entrée de
l'eau. Et maintenant, avec le sel, le goût de l'eau dans votre bouche, / j'ai franchi la
ligne . Il s'agit d'une fonctionnalité de deux mondes, la Russie / URSS et
l'Occident, presque aussi clair que le fleuve Styx et les avions d'Aeroflot dans le
rôle du transporteur - этакого Харона collective.
Il a aussi une valeur indépendante mifologema imputer à tous, sans
exception, les sujets de l'empire ensemble antizapadnicheskih propriétés. Dans le
cadre de cette mifologemy tous construits en opposition à celle-ci est un résumé en
russe et d'un résumé aussi tezy l'ouest de l'homme et l'antithèse. Ainsi, la liste de
ces affrontement majeur. Si, dans l'Occident depuis la fin du Moyen Âge, il ya eu
un glissement progressif de la vie individuelle, des politiques, il reste de la
communauté, qui, dans sa plus haute manifestation dans un Соборность:
Communauté d'accueil de la fondation, au sol tout au long de l'histoire russe,
passé, présent et avenir ... La vie communautaire dans le fond de sa ... n'est pas
fondée sur l'individu et ne peut pas être fondé sur lui, mais il pense que l'acte
suprême de la liberté personnelle et la conscience - l'auto-négation . Si l'Occident
une compréhension de la propriété privée dans la tradition du droit romain, à l'Est -
son rejet. La même chose peut être dit à propos de privatizme, antiprotsedurnosti,
le désir de vivre non pas sur le droit écrit, mais l'intuition de la vérité (conscience).
Le même sens peut être attribué à un certain nombre de mesures, et de l'exclusion,
et la modération dans toutes les manifestations de l'homme, qui aurait été soutenu
par un désir sincère de la pauvreté et l'ascétisme. Aujourd'hui, ces mifologemy
dans divers, pas toujours une incidence significative sur les pratiques de la vie
quotidienne des Russes, de distorsion, cependant, l'image du monde est typique de
la Russie, l'homme des masses.
Selon encore une autre et très important dans le contexte de notre discours
mifologeme - l'empire est juste et possible de l'existence sociale et historique. Le
mot Empire n'est pas nécessairement d'articuler, nous sommes conscients que
l'Union soviétique appliqués à la description du pouvoir soviétique, il était
inacceptable. Mais, même en respectant les conditions ouverts ou latents
tabuirovaniyu les concepts de base liés à l'empire, l'essence du mythe est resté
assez claire, car privé mifologemy non seulement complémentaires, mais
compléter les uns les autres dans la tradition syncrétique continuum de conscience.
Toute signal d'une explication mifologemy aktualizuet dans l'esprit de l'ensemble
du complexe, par analogie avec la façon dont les actes
samozakruchivayuschayasya écrou (d'une valeur un peu secoué et noix enveloppé
libérale elle-même est jeté antiimperskie socioculturel taches).
Ces mifologemy de base se répartissent en plus privés et mis à disposition
dans tous les domaines de l'espace-temps l'existence de la société. Ils ne créent pas
seulement mauvaise image de l'histoire nationale, mais continuera à influer sur la
conscience, faussent l'image réelle du monde et qui dispose d'un mythe. La
poursuite, quoique à des degrés divers, la pertinence de ces mythologeme continue
d'influencer la dynamique et l'orientation de l'historique et socio-culturels de la
Russie.
Observant le processus historique de formation de l'état féodal, la tradition
impériale, on ne peut pas parler de sa grande stabilité et la capacité à
l'autodétermination dans le contexte de l'évolution des circonstances historiques.
Sur la stabilité de cette émission et ses nombreuses métastases dans la journée
d'aujourd'hui, qui se manifeste, en particulier, et dans de nombreuses études
sociologiques, dont le thème est lié à la liberté de Russes. Ne pas reproduire dans
son intégralité la série numérique ne donner que quelques nombres
caractéristiques. En réponse à une question, qui est préférable pour vous, la pleine
démocratie, avec la faiblesse des garanties de sécurité personnelle ou d'un pouvoir
fort, avec la pleine assurance de la sécurité personnelle, tout d'abord, la situation
choisie de 0,5%, deuxième 58,7%, à seulement 4 - 5% des répondants n'ont pas
prêt à donner, de changer quoi que ce soit de sa liberté en toutes circonstances. Il
convient de noter, une étude sociologique et conclut: Il est clair que les valeurs
fondamentales sous-jacentes n'ont pas été définitivement détruit, et a subi
seulement une destruction superficielle du système de priorités. Les valeurs de
base, tel un phénix, renaît de ses cendres .
Abordant les causes de la formation de ces caractéristiques de la civilisation
russe, il convient de noter que l'origine est toujours un impact sur les gens. Les
circonstances dans lesquelles une nation est née, et qui servent de leur formation,
ont un impact sur leur développement futur . Formation de la civilisation russe est
fondée sur le Nord-Est de la Russie, la région est géographiquement éloigné de la
zone, qui a été gréco-romaine de l'Antiquité. La distance géographique et le
décalage de l'époque de l'Empire romain unifié, il était difficile de goûter l'héritage
culturel de l'antiquité. Il y avait une vue partielle de ces échantillons de Byzance,
mais après la division de la chrétienté dans l'Ouest (catholique) et orientale
(orthodoxe), a soulevé de graves filtre contre aller à l'Ouest de l'latine influence
culturelle.
Pendant des siècles, sur un objectif (la conquête des Tatars-Mongols), et des
raisons subjectives Moskoviya poursuivi une politique de l'isolationnisme culturel
en ce qui concerne les catholiques de l'Europe occidentale: Dans une large mesure,
les particularités du caractère national a été formé église russe, avec sa
traditionnelle orthodoxie et de l'hostilité à tous les étrangers, en particulier pour les
chrétiens romains , qui a détesté et craint . Cette politique a contribué à une
conservation et de la vie, y compris des stratégies d'affaires, non sans raison au
cours de la période de l'histoire de l'innovation, y compris la technologie, sont
venus de l'Europe plutôt que l'Asie, et de ne pas vyzrevali à l'intérieur du pays.
Ce type de civilisation apparue dans le quartier, avec l'Europe comme son
unique antipode, où pendant des siècles a été le processus de reproduction, le
développement et le renforcement de la qualité de la Russie impériale et de la
civilisation otbrakovyvaniya neimperskih. Tous les essais historiques que renforcer
monarchie féodale, qui a émergé de leur part encore plus forte et plus
monolithique, de façon permanente l'élargissement du territoire occupé. Ainsi,
depuis quatre ans, le territoire de la Russie a augmenté de 36 fois. Le fait que
l'histoire qui sous-tendent la Russie, fondamentalement non seulement défini le
style de la Russie à la gestion des terres, mais d'une manière et le style de toutes les
Russie, la pratique et la créativité .
Classique féodalité, sur la base de certains (le contrat) de la relation qui
existait en Europe, et son lointain similitude qui existe dans le domaine de
l'Moscou / Russie, empire, qui ne pouvaient pas être surmontés, afin d'éliminer la
masse du public institution de l'esclavage, a conduit au fil du temps directement à
des résultats opposés. En outre N. Danilevskiy, la Russie n'est pas impliqué dans
tout bon européen ou un mal, comment pourrait-il appartenir à l'Europe? Ce n'est
pas vrai modestie, ni la vraie fierté ne permet pas à la Russie considéré Europe ,
bien sûr, il voit l'Europe comme un espace culturel et civilisationnel.
Early féodalisme en Europe et de la Rus de Kiev est très très semblable,
mais avec le mouvement du centre de l'Etat russe, dans la principauté de Vladimir-
Souzdal, et la capitale de l'État dans le premier Vladimir, puis à Moscou, les
différences deviennent plus tangibles. Près de chercheurs russes, y compris NP
Pavlov-Silvanskaya, kvazifeodalizm enregistré, dans lequel de nombreux
phénomènes en apparence ressembler à leurs homologues européens, mais pour
l'essentiel, la genèse et les conséquences de leur varient considérablement. C'est
pourquoi le féodalisme développé en Russie n'est pas spécifique aux modèles
classiques, mais s'est transformé en son contraire - d'un État autocratique à un
service obligatoire pour tous les groupes .
La Russie, contrairement à l'Europe, ne connaissaient pas les pays
développés multi-hiérarchique des structures sociales, socio-culturel de la Russie,
de la Moscovie, l'Empire russe diffère, selon Akhiezer A., haute
dezorganizovannosti. En Europe, les relations féodales étaient essentiellement de
nature dialogique des deux, le principe de droit romain, qui se lit comme suit: Que
toutes les préoccupations doivent être approuvés par tous - est devenue une
justification rationnelle pour la représentation, et la nécessité d'une représentation a
été reconnu dans la XII - XIII siècles. À Moscou, la Russie féodale relations
étaient principalement monologichnymi. En Europe, un homme avec des
responsabilités, est également protégé dans la forme juridique de droit: féodal
exploitation du système d'obligations mutuelles entre les personnes, qui ont
contribué à leur règlement par le biais de certaines limites.
Les violations de ces droits, les restrictions de la société considérée comme
une manifestation de l'arbitraire, plutôt que de suivre la norme, ainsi, le non-
respect de ses obligations seniors vassal libéré de la nécessité de se conformer à
leurs. Le droit souverain a évolué au fil du temps le principe de l'entreprise et
civiques et personnels samostoyaniya. Vassaux étaient obligés de faire pour son
suzerain que ce sont le lin. Dates du service militaire obligatoire et les paiements
ont été prévues, et le suzerain si vous voulez plus, il n'a pas eu d'autres, comme
d'entrer dans un nouvel accord avec les seigneurs féodaux et, en retour, à sa
promesse de nouvelles exigences avantages. Pour ces traités sont progressivement
organisés, même l'assemblage ou de congrès, sous le nom de Kourion ou
parlements. Parmi eux, Kourion, et produit progressivement représentation
médiévale de classe .
Dans la société russe, dont la principale justification de l'existence a été
soumis à un service inconditionnel aux autorités, comme hypostase ne devrait pas
développer ce genre ne pourrait pas développé aujourd'hui. K. Cavelin, décrivant
les caractéristiques de la structure sociale de la Russie, a fait remarquer que,
contrairement à d'autres nations européennes, nous avons boyards été et ne s'est
jamais produit avant boyarstva, ont été, sont et seront spirituels, des commerçants,
des petits bourgeois, des artisans, des paysans, mais n'a jamais été et,
apparemment, ne seront pas membres du clergé, des marchands, Philistinism, de la
paysannerie en termes de biens immobiliers. L'ensemble de notre niveau, et non
pas l'exclusion de la noblesse signifiait l'occupation, l'obligation générale, la taxe
ou un service, mais ils n'ont jamais la valeur d'un organisme public, les formations,
avec le dépôt de la politique ou la communication publique de la vie .
En Europe, le développement du modèle féodal, avait atteint sa conclusion
logique, en tant que fondement naturel de la construction de la civilisation
bourgeoise moderne. Dans notre patrie feudality / kvazifeodalizm comme stadialno
précédents modèles et tribaux stadialno suivre bourgeois, coexistent. Mais comme
la version russe du féodalisme / kvazifeodalizma est un outil efficace pour la
construction et la reproduction de l'impériale de l'État, et il a pris le système de la
situation en Russie, la société multiculturelle. Et la révolution bolchevique en
Octobre 1917 gozhda de nouvelles formes, de nouveaux mots chargés (le pays -
S.G) la poursuite de la féodalité, qui assume la mission de lever la Russie de sous-
développement, de bâtir une bonne industrie, et donc sur les méthodes féodales.
Il est vu dans l'histoire du droit, en vertu de laquelle l'ancien et archaïque
société vivant selon la tradition (sacré précédent), principalement sur le régime
féodal des lois libérales. Dans le domaine du droit de la société à vivre dans des
arrangements féodale, et notre société presque jamais vécu dans un cadre formel, le
droit écrit. Cela ne signifie pas que les lois n'existent pas, même si peu, et en
conflit, ils ont une autre question que leur forme et la gravité de compenser la
possibilité de négocier en privé, à fermer les yeux sur leurs partielle ou même
complète échec. Contradictoires, la législation a amené un certain degré de liberté,
de la possibilité d'un accord avec les autorités dans le visage de nombreux
fonctionnaires.
La paysannerie russe pendant des siècles, a vécu sur les douanes, le droit
coutumier, qui, dans la période de modernisation libérale, menée par Alexander II,
a été la base pour les travaux de la paroisse tribunaux. La société russe dans son
ensemble continue de vivre sur les arrangements avec les plus de droits, efficace
que pour autant qu'elles ne sont pas en conflit avec les intérêts des parties
contractantes. La tendance à vivre sur les lois, a démontré certains des sous-
cultures urbaines, n'ont pas trouvé de compréhension dans la communauté.
Feudality joue type féodal et des biens. Ce n'est pas la propriété privée,
comme dans une société libérale, tandis que, au niveau des rendements et non
juridique des normes font souvent valoir que c'est le cas. Féodal de propriété - il est
l'objet des relations entre la propriété et le pouvoir, en vertu de l'entité qui reçoit le
droit de posséder (alimentation, la collecte des loyers, etc) en échange de service
(ou, en forme bénigne - de fidélité). Depuis le système féodal impérial de la
propriété de pouvoir déterminer la propriété et la propriété elle-même, en dépit
d'un certain nombre de pravoustanovleny, presque vulnérable, les fonctionnaires et
la situation dans la hiérarchie qui est plus élevé que celui de la mise en
propriétaires.
Les propriétaires sont bien conscients, et comme souligné dans le milieu du
XIX siècle Chernyshevskiy NG, les enfants sont généralement pressés promenyat
l'activité commerciale dans le service. Cette tendance est généralement caractérisée
par la société féodale, un processus semblable a été caractérisée, par exemple, et
pour les États-ville italienne, où le navire, les commerçants préfèrent acheter et de
maintenir un mode de vie caractéristique de l'aristocratie. Cette pratique a conduit
à une profonde stagnation, la mise en conserve du retard qui est devenu le centre
du monde bourgeois de l'Angleterre, plutôt que les États-ville italienne, avait à ce
moment-là, beaucoup plus riche en tradition de négociation.
Dans une large mesure du possible, la propriété directe de la puissance, par
exemple, mai qui ne servent pas seulement le total governmentalization toute la vie
économique de l'URSS, mais aussi la pratique de la pré-révolutionnaire, les
autorités russes. Ainsi, la phase impériale, Peter a été une grande modernisation
governmentalization bien: Dans les 1714g. Peter I imposé des restrictions sur la
propriété de la terre: Tous les poissons privés ont été sélectionnés pour le trésor, et
de ruchers et bortnye la terre, ainsi que tous les moulins privés état, et sur ce terrain
à revêtement de paiement (1704), toutes les usines et les plantes ont aussi été
déclaré l'état et la superposition de paiements, le suivi de leurs activités menées
Manufaktura-pension, le droit à la terre, le passé du Trésor (1719), toutes les forêts
de la Russie européenne ont été déclarées Réserve État (1723) .
Governmentalization propriété dans le futur, particulièrement active dans la
Première Guerre mondiale. En 1915, une réunion a été mis en place sur la défense,
des carburants, des transports et de la nourriture, et de plusieurs comités. Ils ont été
forcés, des actions contextuelles, il est emballé dans les processus de régulation de
l'Etat de l'économie des pays en guerre, mais aussi dans d'autres pays dans ces
structures après la guerre, a été dissous, transformé, réduit les niveaux de pouvoir,
et seulement en Russie, avec une régulation de l'Etat est devenu une victoire pour
les bolcheviks valeur.
Contemporains événement tout à fait comprendre les raisons de cette
disposition a été que la Russie - le pays est pauvre, les incultes, les
negrazhdanstvennaya et donc des processus d'épuisement et de la désintégration
doit d'avoir lu le rythme le plus vigoureux. Il est, par conséquent, il n'y avait pas
plus urgent de parvenir à un objectif dans la conscience des processus
économiques de la réglementation . Cela est arrivé au pouvoir les bolcheviks ont
développé des méthodes utilisées par le gouvernement royal sur l'impact de la non-
économiques de l'économie nationale, par la force, ce qui porte la puissance de
cette composante dans la mesure du possible la perfection.
Très détaillé aspect économique de la Russie féodalisme / OE
kvazifeodalizma de Bessonova et S. Kirdinoy, illustré à distribuer de l'économie
russe. Hand économie est un système économique qui a la ... les caractéristiques
suivantes: l'ensemble des biens (terrains, biens d'équipement, infrastructure) est un
service public: l'individu est souvent appelé les entreprises, dans les conditions de
la réglementation de son utilisation et sont administrées par des organes de l'État.
La base de l'organisation économique est le travail de service - la participation aux
processus de travail dans le service public des biens et (ou) d'exécuter certaines
fonctions dans l'intérêt public. Assurer les conditions matérielles pour accomplir
leurs tâches dans le service public par le biais de l'institution de la propriété
distribution. La mise en œuvre de problèmes de production et la création de
richesse se fait par l'Institut pour la livraison. Commentaires des signaux reflétant
les réactions de tous les participants à la reproduction sociale des problèmes,
passés par l'institution de l'administration des plaintes. Le mécanisme
d'entraînement pour la distribution de l'économie est un mécanisme de
coordination de la livraison de distribution de flux .
Et il est de veiller à ce que ce mécanisme a travaillé dans la logique de la
distribution de l'économie féodale et a besoin d'un fort pouvoir de l'État. La
fonction de redistribution de la masse - est sa fonction. Dans le visage de
l'économie de la Russie est dominé par kvazifeodalizma document, mais le marché
est une juste indemnité, une fonctionnalité supplémentaire. Le concept de
distribution de kvazifeodalnoy économie permet de comprendre les несуразности
apparemment, les excès et les distorsions qui se produisent dans l'économie de la
Russie d'aujourd'hui. Ils sont établis en termes d'économie de marché, mais pas en
termes de distribution de l'économie. SG Kirdina donnent à penser que dans les
différentes sociétés, le rôle dominant joué par le marché soit ou distributive
(redistribution), l'économie, et nous ne pouvons pas changer cette donnée à sa
seule discrétion.
Lorsque, en Russie, il ya habituellement une brève période de large
développement des relations de marché, il est seulement que le marché à ce stade
nécessaire pour le développement de l'économie distributive, après la transition
vers le prochain niveau de développement qui lui laissera un marché, que les
autres, rôle compensatoire. En Russie, la période soviétique, n'ont pratiquement
aucune part entière de l'économie de marché et non pas une classe de type
européen: Même le marchand russe ancien régime que les bénéfices moyens
impurs, et a fait des millionnaires, est enclin à considérer comme un péché, ce
péché zamalival et a voulu à la lumière d'une minute sur un autre de la vie , par
exemple, ou strannichestve монашестве. Par conséquent, même le marchand a un
mauvais matériel pour la bourgeoisie d'Europe occidentale type de l'éducation .
Dans le cadre de la distribution de l'économie de fonctionner et la production
industrielle de l'ère soviétique, où les gens se sentent partie d'une organisation,
d'identifier E. Durkheim, sur la base de la solidarité mécanique. Industrielle du
projet socialiste, afin de reproduire les éléments traditionnels de la communauté
attitude, qui se caractérise par son rejet dostizhitelnoy personne, la destruction de
leurs actions traditionnelles syncrétisme, formes collectives zhiznestroitelstva.
Même la société moderne de la Russie résiste à la dissolution définitive de
l'archaïsme de sa généalogie sinkrezisa, destin personnel, à titre individuel, la
différence de revenus, en général, et la ventilation des recettes par les secteurs de
l'économie, notamment dans le paiement de la compétence professionnelle,
individualiste, en dehors des groupes, un modèle de réussite à tous. V. Pfayler
chercheur allemand a noté que de telles représentations manifeste héritée de
l'empire byzantin de la Universalist ierarhizirovannom la manière dont l'individu
est inclus dans les structures collectives elles-mêmes font partie du dessein de Dieu
l'ordre cosmique.
L'attitude traditionnelle de la propriété a révélé une surprenante et nouvelle,
post-soviétique, la phase de développement historique, lorsque, au début de la
privatisation de gens désignés comme les plus grands propriétaires de biens
publics. C'est exactement ce qui s'est produit au début État oligarchique et les
oligarques eux-mêmes. C'est pourquoi les autorités ont maintenu un sentiment que
le propriétaire n'était pas présent, de sorte que les biens peuvent être, pour voir
comment bien dépensé le produit de la propriété, et après paiement des taxes,
laissez-nous dire, ils cherchent à acheter le club anglais de football, ou réinvestis
dans l'huile. Dans le cadre traditionnel de la Russie, socio-culturel devrait servir de
système de classes, les entrepreneurs ont besoin de partager, avec les excès de
taxes pour financer divers programmes sociaux, soit paternalistami à l'égard de
leurs employés.
Féodal de propriété en Russie est en principe toujours otchuzhdaema que,
dans Fyustelya point de Kulanzha, compatible avec les caractéristiques générales
de l'ordre féodal dans lequel la terre est en possession de ce type, que son
propriétaire ne l'est pas, à strictement parler, de son propriétaire ... Condition
d'utilisation des terres, c'est-à-dire sujet ou quitrent ou de services, en un mot, bien
connu des droits, et l'incapacité à s'acquitter de ces droits se traduira par une autre
perte de possession . Notez que dans la Russie d'aujourd'hui, dans le cadre du
terrain, tout type de biens en général, le géant de la compagnie pétrolière à la bière
étals. L'abondance de la législation ou la réglementation, déclarant que certaines
garanties juridiques contre la propriété ne doit pas être trompeuse. Dans la
population russe à l'impuissance des autorités publiques, indépendamment de la
réussite dans le domaine économique. Les autorités peuvent toujours choisir le
bien de la propriétaire, qui, par conséquent, il est toujours propriétaire d'une
condamnation.
Un exemple de cela est le cas même lorsque les souverains de Moscou, que
donner un exemple de la façon dont les gens sont venus pour le commerce, la
nouvelle Russie capitaliste, Stroganova. Voici ce qu'il écrit à propos de l'attitude du
roi à la plus grande des entreprises de son temps, s'est rendu à la Russie de la
seconde moitié du XVI siècle, docteur en droit civil et une maîtrise de théologie de
John Fletcher: l'envie et du ressentiment à la richesse dont les mains, et en
particulier dans les mains de l'homme, a conduit le roi choisir d'abord au coup par
coup, parfois 20.000 roubles à la fois, parfois plus, jusqu'à ce que, enfin, conservé
seulement une très petite partie de la propriété de son père, tandis que le reste est
allé à le trésor royal. Leurs noms sont: Jacob, Greg et Séméon Aniko fils .
Il existe donc maintenant. Il est important de rappeler que le bien - ce n'est
pas le bon d'appartenir à une personne, d'une légitime et stable consacrés attitude.
En ce sens, la Russie moderne, les propriétaires d'entreprises ne sont pas, parce que
leur propriété est conditionnel, indépendamment de la situation actuelle ou à
proximité neblizosti puissance peut apporter à toute responsabilité pour violation
de la législation controversée, la minimisation fiscale, etc, dans l'air oscille
constamment question - qui maintenant? Si, pour atteindre ces objectifs ne sont pas
tout à fait digne de l'ancienne loi, il est toujours possible de fixer et / ou de l'action
de donner un effet rétroactif, c'est-à-dire pour évaluer les événements de ces
derniers en termes de volatilité des intérêts de l'ordinaire moment.
En Russie, les biens, à l'exception de la propriété des autorités -
conventionnel, temporelle et contextuelle, de ses propres forte jusqu'à ce que cette
propriété n'est pas en contradiction avec les intérêts de la part des autorités.
Par conséquent, le vol de notre patrie est très particulière, qui se manifeste
pas d'hier, non pas dans l'espace post-soviétique phénomène. Il ya les paroles de
Ivan IV (Grozny), adressée à un Anglais, orfèvre: Russian (Liège tous mes voleurs.
Le phénomène de la légitimité de la Russie de vol digne d'attention. Souvenons-
nous de la définition de E. Trubetskoy: burglarious idéal est en contact très étroit
avec un rêve de la population , et sa totalité, et de désengagement moral, nous
pensons, est définie par deux facteurs principaux. Le premier facteur est l'origine
de péréquation relation archaïque à la nature et à l'environnement culturel et de
civilisation: la civilisation Alienated mercredi - la même forêt, où l'ensemble du
lot, et de qui, mais nulle part - pas ubudet, pour les frontières entre la criminalité et
le comportement normal est très vague et très conditionnel. On le voit même dans
le vocabulaire. Essayez de traduire en anglais: Il a pris cette mauvaise mensonges.
La signification exacte Ces mots ont rastolkovyvat long. Ce genre de
phraséologique dans la culture anglaise tout simplement inconcevable .
Un deuxième facteur est la faiblesse, voire l'absence totale de la propriété
privée. À titre d'illustration, une fois de plus se tourner vers les notes de J. Fletcher
vie: Si quelqu'un a des biens, puis il tente de le cacher, mais peut parfois donner au
monastère, et parfois zaryvaya dans le sol et dans la forêt, comme on le fait avec ...
l'invasion de l'ennemi des gens, des espaces restreints et privés de tout ce qui
acquiert, perd toute la chasse pour le travail . Les limites des notions de a et off
dans la conscience du public sont vagues et très classique. Dans ce système de
valeurs des coordonnées de base statut ontologique de tout document est la
propriété d'aucun homme. Ce motif est présent dans la conscience populaire: le
ciel, terre, air, eau, forêts, pétrole et gaz (sous-sol, à tous) - elle est divine, le
montant total.
C'est pourquoi, si étrange, a été inefficace russe de privatisation des biens de
l'Etat, où les acteurs impliqués dans ce processus, il n'y a aucune assurance que la
propriété privée en Russie -, il est gravement et en permanence, dans cette affaire
n'est pas classique et de certitude, par conséquent, n'a pas été atteint le degré
nécessaire de la légitimité du processus. Le processus de privatisation des biens de
l'Etat russe avait pour but de non seulement améliorer l'efficacité économique,
mais pas moins la volonté de l'ultime évolution de la situation socio-politique.
Bureaucratie d'État n'est pas conscient du fait que le transfert de propriété au
secteur privé irréversible, et non pas l'objet d'une suspension à titre de principe que
le fondement de l'économie russe. Ceci est lancé par de nombreuses pouvoir re-
distribution des biens, d'où le manque de respect à l'institution de la propriété.
Il est naturel qu'une telle mentalité peut se développer une vaste majorité, la
vie parasitaire stratégie. Dans la plus vivante de la prédisposition mentale de les
utiliser se manifeste dans les pays en transition, de crise dans notre histoire. Ainsi,
au début des années 20-s du XX siècle PB Struve estimé en premier lieu, les
résultats préliminaires de l'activité économique de gouvernement communiste en
Russie: le communisme, ces trois années, il vivait à la charge du capitaliste, et en
particulier militaire, l'économie capitaliste, en raison de son accumulation stocks.
Maintenant, il a mangé les stocks - d'où l'extrême aggravation de la situation
économique de la Russie soviétique. Cette aggravation de la crise est une
parasitose-prédateurs économie (c'est nous qui soulignons - SG), vvergshego pays
dans les réactions naturelles et économiques .
Mais ces stratégies vitales au cours de la période soviétique, de notre
histoire, mis à la disposition spatiale russe commence avec la lourde charge de
l'utilisation de l'agriculture sur brûlis, mais aussi dans certaines parties du pays,
jusqu'à ce que le XVII siècle, lorsque l'économie était basée sur l'agriculture barre
oblique, ce qui est fondée sur la gestion du système, basé sur manque
d'appropriation des terres et des forêts. Après avoir abandonné podseku, ... le no
man's land de nouveau. Cette largement stratégies parasitaires et est compatible
avec l'historique sur l'exportation de matières premières: uniquement dans le XV -
XIX siècles, enlevé le chanvre, le bois, le miel, les fourrures, et dans le dernier
quart du XX - début du XXI siècle - le pétrole, le gaz, les minerais et les métaux,
les mêmes forêt. Par les exportations de produits au cours de cette période
seulement ajouté à l'exportation d'armes qui, au début de cette période, la Russie a
acheté.
De ce qui précède, il est clair que la nature même de nos exportations n'est
pas une invention de l'ère post-soviétique zlokoznennym élite, il ne produit pas
seulement sur nos ressources naturelles, mais aussi dans une grande partie de la
grande vie politique, le pays est, en fait, la vie sur la nature de loyer en espèces la
forme de payer le reste du monde. Cette stratégie n'a pas encore été complètement
épuisées lui-même, avant la participation de la Russie dans la vente de quotas de
pollution de l'environnement, le cœur de l'entreprise, et sur la tâche, processus et
de l'environnement, à condition que le protocole de Kyoto. La politique est en
grande partie au détriment d'une grande partie de la population russe vivant à
l'extérieur de la marchandise domaines. Les recherches scientifiques ont conduit à
des conclusions paradoxales. Quand un bien-être et la croissance économique en
Russie un véritable potentiel humain de la détérioration rapide. Les ventes de
matières premières et des prix élevés de l'énergie de créer l'illusion de progrès dans
le pays pour le développement, mais en réalité, elle conduit à une augmentation de
la richesse régions et de l'appauvrissement de la non-primaire provinces . Des
stratégies pour la vie sont reproduits dans la pratique constante de Russie et à
différents niveaux.
Dans la période post-soviétique de notre vie la plupart de nos concitoyens
ont utilisé la stratégie de pré-adaptation, y compris les soins d'une grande
économie à une économie de subsistance, dans son expression maximale de l'appel
à une forme plus archaïque - la collecte de tous types, c'est-à-dire non seulement
recueillir les fruits de la terre et tout ce qui est mauvais, si le produit est - aussi. À
cet égard, le droit de propriété peut être pribrat niche. Le choix des stratégies
d'adaptation, les données ont révélé, en particulier, les spécificités de la pensée
individuelle et collective, limitée, voire impossible, d'opérer des prélèvements
capitalistes, dont les plus importants sont l'argent, les différents types de valeurs
mobilières, et hors opération d'échange, c'est-à-dire toute transaction, séparés, à
l'exception des manifestations spécifiques du monde matériel.
Configuré pour des parasites, furtivement stratégie envieux de la vie en plus
de succès et adapté aux personnes esprits traditionalistes ne sont pas en mesure de
procéder à son déménagement à l'intense, les stratégies de vie capitaliste. Envy -
l'un des plus puissants social des émotions, il détermine en grande partie la
dépression collective. Envy peut travailler régulateur social qui limite les
réalisations personnelles, et en même temps de réunir en une seule société contre
les inégalités sociales croissantes causées par la croissance rapide de la prospérité
et de la hausse des individus et des groupes . La taxe pour la prise de conscience
générale et de l'envie, entre autres choses, d'autant plus pour la conduite de sa
pratique - great. Dans un tel système, les valeurs de coordonnées n'ont pas besoin
d'un homme lui-même, le manque de perspectives visuelles de chaque
développement conduit à une très faible espérance de vie, les projections
démographiques et négatifs.
Cash état de choses contribue à la dynamique de l'imprévisible de la mobilité
sociale, où les gens peuvent gravir l'échelle sociale par le bas de son sommet, et
peut, à l'inverse, en partant du haut vers le bas. Seulement au cours du siècle
dernier, ces processus se produisent en grand nombre Oktyabrskogy après la
révolution de 1917, à l'apogée de la répression stalinienne, deuxième moitié du 30-
s et dans la première décennie post-soviétique. Dans le même temps, ces périodes
d'intense dynamique de mobilité sociale suppléant décélération extrême, jusqu'à
l'obstruction presque complète des frontières entre les couches sociales. La
dernière et la prochaine fois un exemple d'un ralentissement drastique peut être une
situation socio-culturelles dans le pays au cours de la soi-disant Brejnev stagnation.
Il convient de noter que la société russe n'est pas toujours claire et reproductible de
la stratification sociale comme la société occidentale. Explosive, l'inversion des
rôles sociaux contribue à la variabilité et à l'état liquide propriétés.
Sur la question de la propriété sont étroitement liées et que le problème de la
liberté. Dans toute société est libre dans la mesure où il s'agit d'un propriétaire
indépendant. Il n'avait pas de biens, il est la propriété d'une plus grande autorité
sociale. L'ancien esclave a été privé de sa propriété et le propriétaire était. Château
de l'agriculteur avait mis sur sa petite ferme, et, par conséquent, le secteur de la
liberté, un petit, mais comportant la possession de certains droits. Mais la notion de
droit inaliénable des droits de l'homme, plutôt, à l'Europe, mais pas à la Russie,
parce que notre feudality peu comme l'Union européenne. Paysans russes
zakreposchalis pas dans l'unité, mais en grand nombre à la fin du siècle, quand la
plupart de l'Europe, sauf en Pologne, et certaines principautés allemandes, elles ont
toujours été libres. Depuis Peter I, l'agriculteur a obtenu dans un état d'esclavage,
et contre la traite étrange de parler de droits de propriété et de liberté.
La réflexion sur la révolution russe de 1917 et la guerre civile par R. Pipes
fait remarquer que la liberté est comprise comme une exemption des restrictions
imposées sur les personnes du fait de leur vie commune et de l'interdépendance
entre eux. Par conséquent, avant tous ceux à qui a été consigné dans un lieu donné
l'idée de l'état, de la société, de l'ordre, l'ordre. Dans les zones urbaines - la police,
des administrateurs, des juges, les usines - le propriétaire ou le gestionnaire, la
présence même de ce qui ressemblait à ce besoin de travailler pour obtenir les
droits ... dans les villages - un voisin, le domaine le plus proche, un symbole
barstva, c'est-à-dire le pouvoir et la richesse en même temps ... .
Le moins légitime, l'enregistrement légal et ne pas aliéné non-propriété des
méthodes, plus le droit d'enregistrement des droits de la personne et de la pitié et la
révolte insensée, plus le rejet de toutes les hiérarchies et toutes, y compris la
culture. Selon une observation juste PB Struve, après la révolution de 1917,
l'ensemble de la population, ainsi que le droit à la propriété, il est pris la liberté
économique, et ainsi couper les racines de la liberté la plus personnelle.
L'expérience communiste russe dans le nouvel environnement confirme une
nouvelle fois sociologique et politique de la vérité, disant que la propriété et la
liberté économique est le fondement et le Palladium de la liberté dans toutes ses
manifestations, même les plus subtiles et le sommet . C'est pourquoi, avec toutes
les imperfections et les incohérences dans les processus qui ont eu lieu en Russie
au cours de la dernière décennie du XX siècle, il leur faut trouver de plus ou moins
bien, et de ce fait - plus ou moins de liberté.
Mais les propriétaires de plus difficile à gérer, au moins dans la tradition
impériale de paradigme, de sorte que les autorités ne peut y avoir de volonté de
mettre la dernière caractéristique de la privatisation de la 90, je ne veux pas
finalement légaliser le propriétaire. En conséquence, il n'est pas et ne peut pas être
le propriétaire souhaite maintenir un niveau approprié des libertés civiles. En
conséquence, stockés et reproduit les mêmes choses au sujet de laquelle il a écrit
dans le poème, Brodsky I. 1972: Il faut regarder vers l'avenir quand ils / nettement
plus de Tver, sur la Volga: / pousser d'autres personnes et le service de la pauvreté
de long. / Plutôt indifférents à vous, / comme un moyen rapide et habile dans les
travaux d'approvisionnement et à des intérêts privés, sort / la cruauté de la liberté
totale .
En plus récemment, la période soviétique, de notre histoire au pouvoir sous
le slogan Think âgées à domicile, puis de lui-même a imposé une société féodale,
dans son essence, la culpabilité. Ici, et le devoir de collecter dans les champs et les
légumes pour la partie de la culture, qui est capable de rassembler, au service
militaire dans l'armée, les gardes-frontières, l'escorte des pièces, des travaux de
construction de la méthode de construction stroyotryadah populaire ici, et non la
contrainte économique au travail, appelle la police, Envoi de plus de 101 km, à des
endroits pas trop éloignées, la croyance dans le pouvoir absolu du collectif sur
l'individu (on ne peut pas - d'enseigner, ne veulent pas - de faire). Et tout cela en
relativement libérale des années de stagnation, que parler d'une période antérieure
de l'histoire soviétique.
Quel est le féodalisme, car il n'y a rien du traité (représenté), la relation d'un
type classique de la féodalité? Pourtant, le système de voyelles, mais le plus
souvent couvert d'accords et d'arrangements entre les autorités et la société a
encore. Vous devez vous conformer aux règles du jeu, vous serez le silence quand
il est nécessaire - le système vous amènera à une distribution de repas, va
augmenter le risque d'une forte, mais les soins infirmiers position dominatrice de la
part des autorités. Mais derrière la façade de l'kvazifeodalizma vu plus profond et
des principes fondamentaux de l'état d'esclavage. Particulièrement révélateur à cet
égard, l'époque stalinienne, lorsque les gens de fief féodal des fermes collectives et
les entreprises ont pris le bâtiment royal dans le Goulag, il a été l'apothéose de la
main-d'œuvre esclave. Vers la fin de la vie VV Shulgin a noté que les esclaves - a
Staline sordides collective pain paysan, des esclaves - des esclaves, de soldats
vaincus Hitler ... L'esclavage a deux visages: une terrible et créative. Slaves créé
les pyramides et l'énorme utilisation du Nil déversements. Slaves intelligent géré
par des prêtres, il existe un phénomène qui mérite réflexion .
Cela correspond kvazifeodalizmu et la stratification sociale de la société
mature stalinien. Dans la hiérarchie sociale était essentiellement obscheimpersky
niveau - à ce niveau, les personnes appartenant à la patrie, le Parti et
personnellement TOV. IV Staline. La suite a son propre niveau départemental
féodale, et l'homme appartenait au bureau, et au niveau local - la plante mère, ou
ferme collective. Il convient de noter que la manipulation d'une personne venant du
chef de l'empire des institutions sociales, ne sont pas limitées, tandis que le lien
féodal avec les organes de tutelle du niveau inférieur sont régies par la volonté des
autorités supérieures. Dans 90-s plutôt largement observé le post-humain le désir
d'être clair début de construction d'équipe, ou au moins avoir le toit (vous qui?),
Explique comment, dans la période de notre histoire, une tentative à portée de
main, sous le pouvoir , M. trouver une propriété personnelle et la sécurité, la
protection contre la violence de toute nature, de la défense des forces du peuple
насильства .
Quelles sont les raisons pour lesquelles nous ne pouvons pas encore sortir de
cet état kvazifeodalizma? L'une des principales raisons de sa lente transformation
et izzhivaniya est qu'il est effectivement une forme courante de la société. Dans ces
circonstances, un Etat avec un ensemble de propriétés ci-dessus est difficile
transition de la répression féodale à une gestion plus rationnelle et humaniste de
formes d'organisation. La société n'a pas renoncé à leurs motifs archaïques et
traditionnelles largement syncrétisme, ne peut tout simplement pas avoir un autre
Etat, mais pour la même raison, il n'est pas possible et encore immanent au
développement de l'État.
Inconvénients libérale formes parasite mal fonctionner et inefficace sur le sol
russe. L'ancrage, l'enracinement disistemnyh innovations dans le domaine des
processus sociaux et culturels de la modernisation, en particulier dans ses phases
libérales sont extrêmement difficiles à diriger dans la présentation de l'exclusion
historique pratique des chances, y compris de la prochaine transition de libéral à la
modernisation du modèle impérial. En outre, si la période de fragilité de la liberté
respire, alors l'alternative apparaît intact. Mais, en réalité, il ne peut pas
samovosproizvoditsya long. Après tout, il n'a cessé de perdre de ressources
nationales, de perdre leur intensité et de déterminer la durée de son existence .
Kvazifeodalnaya nature du Moyen-Age, dans son essence, une autorité
supérieure est manifeste que la baisse de la circulation et les niveaux de la
hiérarchie administrative de la diversité dans la vie sociale et sont visibles dans les
formes de l'agriculture de subsistance, y compris notre célèbre de troc, d'échanger
des services de location et prendre des formes différentes dans valeurs de la maison
des voisins - la terre, dans cette interprétation à la gestion du territoire et des biens
à tous. Dans ce système, la présence d'une hiérarchie de statut, le service de
l'emploi, funérailles des hommages, son propre système d'alimentation, de leur
Liège tribunal. Un système similaire est reproduit dans la relation, sur une échelle
de villes, régions, provinces, où kvazifeodal cherché à s'élever au-dessus de tous, le
dieu et le juge, montrant la l'indépendance, le militantisme, d'auto - ... les
caractéristiques typiques de la barons féodaux.
Ce type d'élévation à un secret d'État et, parfois, et l'apparent cauchemar
pour les responsables locaux et de mystère, à la fois, les manifestes de rêve. On ne
peut que rappeler la liesse générale sur le programme régional phrase Boris Yeltsin,
remontant au début des années 90-s du siècle dernier: Prenez autant de
souveraineté aussi longtemps que vous le pouvez, la souveraineté, la partie
concernant la situation où, comme dans la France médiévale, selon Glassona, étant
donné en fief de tout: des terres, les taxes, les redevances routières, la cour et de la
violence, les droits, les loyers, le bureau.
Dans le cadre de notre thème de la modernisation de transformation est très
important de la question de savoir pourquoi la Russie moderne à tous les niveaux
pour prendre facilement la vie de bandit concepts? Parce que ces concepts reflètent
varvarizovanny mais organique à la conscience du public de la façon dont les
ligaments rannefeodalnyh et de relations tribales. Le pouvoir des bandits en
quelque sorte à l'état, mais sans être accablés par la nécessité de service, en raison,
elle, assez curieusement, est considéré comme un différents, suschemu concernés,
il semble plus facile à négocier.
Américain Robert Patnem dans le livre de la démocratie de fonctionner
envisage différentes voies de développement du nord et du sud de l'Italie, en
corrélation avec les raisons de la propagation de la société dominée par la mafia à
la verticale ou horizontale des structures: Dans le XIX siècle, où, dans le XII e
siècle, établie ierarhizirovannye structure verticale, il est puissance de la mafia ,
retranchés de la soi-disant culture populaire mafia. Dans le même centre de l'Italie
du Nord et, là où il y avait la ville-commune, il existe des associations, des
syndicats, des partis, des sociétés d'aide mutuelle, etc ... mafia - pas de vol, le
banditisme ne l'est pas: elle vend de la confiance intervient dans l'absence de l'État.
Vertical ierarhizirovannoe Etat, qui n'a pas de liens horizontaux - est
essentiellement latent, en l'absence d'Etat. Mafia comble cette lacune, suppose
d'agir comme une autorité légitime . Inutile est évident que l'affirmation de la
société russe est dominée par des liens verticaux, et l'absence de l'horizontale,
jusqu'à ce que la reproduction de cet état de choses dans la configuration des
réseaux de transport, quand une région voisine est plus facile d'obtenir par le biais
de la capitale de l'État.
Dans l'esprit féodal de la Russie post-soviétique a la privatisation de la
violence, le transfert du pouvoir à des fonctions de l'Etat au niveau local, ce qui
donne un grand homme d'affaires a été forcé de créer leur propre système de
sécurité puissant, complet du ministère de l'Intérieur, du KGB et autres forces de
sécurité. L'existence de leurs propres structures de pouvoir est une condition
préalable à la conduite de grandes et parfois moyennes entreprises. Dans ces
processus, une analogie avec la situation du baron féodal, qui doit avoir été en
mesure d'armes, predvoditelstvuya groupe de ses fonctionnaires, de protéger leur
propre, parce que sinon ce ne serait pas un baron, ou d'un vassal ne serait pas lui, et
ses terres villein son serveur et en cette ère de l'état de droit devienne une proie
facile fort de ses voisins, les barons de guerre, ou de suzerain .
Parfois, il arrive à la formation de l'ensemble des armées privées, de même,
au début des années 90-s de la plupart des services de sécurité-Bank à Moscou,
avaient été si nombreuses et professionnellement, que le gouvernement a utilisé ses
employés pour la prise d'assaut de l'Hôtel de Ville (l'ancien bâtiment de la CAEM)
au moment de l'mois d'Octobre de 1993. Au milieu et les petits niveaux de
l'entreprise a été une telle chose comme un homme d'affaires crédible, c'est-à-dire,
entrepreneur, qui, dans le cadre de son activité de puissance, un groupe de
personnes qui accomplissent des missions délicates, qui se compose, en général, un
ancien athlète et / ou des gens du monde criminel. Ici, nous sommes à nouveau pas
de la Communauté européenne du Moyen Âge, avec sa compréhension de la
liberté personnelle, la compréhension de certains chevauchements avec les
perceptions de la liberté dans la Russie post-soviétique: la liberté - est la garantie
d'un statut ... Elle peut être réalisée que dans un état de dépendance, où la garantie
suprême le respect de ses plus bas droits.
Le peuple libre - est celui qui dispose d'un puissant protecteur.
Féodal / kvazifeodalny nature des divers domaines de la vie soviétique ne
sont pas passés inaperçus, et pas seulement au niveau national, mais pour les plus
perspicaces des observateurs étrangers, qui doit être attribué, et G. Boll: allusion
tsarisme rapport avec le communisme de l'URSS au XXe siècle, est assez - et ils
ont tous l'air de me convaincre. Pour l'Union soviétique est clairement état féodal
dans lequel l'oppression est effectuée en vertu de tout autre signe ... , puis, en se
référant à la hiérarchie tout construit en URSS, le grade, classe, ajoute: Je veux que
vous compreniez: l'Union soviétique - Achever État féodal .
Un 90-s des autorités tentent de s'écarter du contrôle serré sur les différents
domaines de la vie humaine n'a pas le pouvoir d'exercer les fonctions de la société
civile, le développement de liens horizontaux, et par la spontanéité
kvazifeodalizatsii espace post-soviétique. L'ampleur de ce processus est
impressionnant - il affiche une énorme base de son mental samorazvertyvaniya.
Mais même que kvazifeodalnoe état spontané dans lequel les rejets dans la société
russe à l'affaiblissement de l'empire des médias d'Etat, est plus progressive, ce qui
suggère un plus grand degré de liberté personnelle que se trouvant à la base du
principe de l'empire, l'état de l'esclavage.

Chapitre 3. La modernisation et les processus socio-culturelles en Russie


depuis 1991.

I. Socioculturelle de la situation en Russie après 1991

Les événements de 1991 en Russie et au-delà sont estimées ambiguë:


certains donnent à eux l'importance de la révolution sociale, tandis que d'autres les
considèrent rien de plus que la nomenclature coup, accompagné d'un transfert du
pouvoir d'une bureaucratie à l'autre clan. Dans une deuxième version montre une
continuité de personnel soviétique et post-soviétique élite. Ainsi, la tête. secteur,
l'Institut de sociologie RAS O. Kryshtanovskaya note que les résultats des études
sur l'élite du secteur, l'Institut de Sociologie, Académie russe des sciences, plus de
75 pour cent politique et 61 pour cent des hommes d'affaires - sont de l'ancienne
nomenklatura soviétique. La nouvelle élite politique a été principalement de l'ex-
parti et de travailleurs soviétiques, une nouvelle élite économique est passée de
militants et de dirigeants de Komsomol, les dirigeants, les gestionnaires .
Ces chiffres montrent indirectement que la révolution sociale est à bien des
égards avec l'approbation tacite et dans l'appui direct d'une grande partie
parthoznomenklatury, Pryadko en masse, en effet, et absolument plus grande partie
de la société, pour dissuader les idéaux communistes. Selon une juste remarque W.
Bukowski, pour la majorité des événements parthoznomenklatury août 1991 ne
signifie pas une révolution, pas la liberté de l'oppression totalitaire, et plus encore
que l'écroulement des idéaux, mais simplement une occasion pour accélérer
rapidement de leur carrière, pereprygnuv immédiatement après quelques mesures
que l'ancienne hiérarchie . L'inévitable a prédit un autre 20-s du siècle dernier, LD
Trotski dégénérescence parthoznomenklatury survenu naturellement échange de
privilèges à la propriété: Les privilèges sont seulement à moitié prix si vous ne
pouvez pas laisser leurs enfants un héritage. Mais le droit sera séparé de la
propriété. Ne suffit pas d'être administrateur de la fiducie, vous aurez besoin de
partager. La victoire de la bureaucratie dans ce domaine critique aurait signifié la
transformer en une nouvelle catégorie de biens . C'est pourquoi les événements de
1991 est devenu un polubarhatnoy, doux de la révolution sociale en Russie.
La désintégration du système soviétique avait atteint son point extrême dans
les interminables files d'attente pozdnesovetskih été de parler à GKCHP soutien,
mais au-delà de ce qu'il n'a pas d'importance. C'est là, en haut, ils Giroux besyatsya
pas notre cas, le bien et bon que GKCHP, l'ordre devrait être. Worth ispravnik dans
le dos - est à l'ordre laissé sans surveillance - ispravnika pas d'ordre doit être
renvoyé. Mais il s'agissait d'une simple idéologie et d'un prix abordable ne suffisait
pas à protéger le régime socialiste et l'URSS ont été, mais pas massive, mais au
moins quelques notables performances. URSS échantillon de 1991 - pas 1973, le
Chili, où dans les deux semaines, entouré par les rebelles, la défense de l'école
gardé mandat, brûlé le palais de La Moneda, Salvador Allende, en automatique et
avec des casques, et inconnus des milliers de Chiliens de protéger les idéaux qui,
selon vous, a défendu à la fin .
En URSS, il n'y avait pas de militaire ou d'un seul appareil de pouvoir, qui se
sont conformés à la forme serment de loyauté envers l'URSS, l'officier ou
partrabotnika, pour se conformer à l'informel à la fois le serment de loyauté à
l'égard du PCUS, de la loyauté partbiletu pôles soigné avec timbres d'encre, a
montré sur des paiements contributions. Des contributions ont longtemps été
limitées, et tous mourir, mais pour le droit de continuer à payer la personne ne
voulait. À un sixième de la terre n'a pas trouvé de secrétaire raykoma, comité
régional, kraykoma, reskoma PCUS, qui ouvrent le coffre-fort, a établi un temps en
prévision de cette journée, il se fiant d'armes et de descendre le drapeau rouge avec
le même groupe de passionnés se circulaire de la défense. Supposons que, pour une
semaine, trois jours, six heures, ce n'est pas important, mais le fait historique est un
fait historique - n'est pas n'importe qui. Entuziastov pas trouvé, peut-être la
première époque historique a pris fin dans un sens - en silence. Fin, puis - plus, et
le fouet Obukha pas pereshibesh.
Whipping essayé pereshibit tête deux ans plus tard, quand il est devenu clair
que l'Occident n'a pas de paradis terrestre, l'économie capitaliste n'est pas une
laiterie kiselnymi de la rivière, où ils sont disponibles plus tôt que prévu socialisme
réel. En 1993, les choses sont bien pires - résisté restant forte squelette de la
puissance soviétique, a résisté, le Conseil suprême de la Fédération de Russie. Il en
va de même sur la Maison Blanche Krasnopresnenskaya remblai et en août 1991
et, en Octobre 1993, pratiquement les mêmes députés, mais le contenu des
événements fondamentalement différents. En août 1991, le jour de milliers de
Moscovites se sont pas seulement à protéger les députés ou le Président Boris N.
Eltsine comme les dirigeants démocratiquement élus de la Russie, et plus encore
de les protéger en tant qu'individus, même si certains d'entre eux ont une
proportion connue charismatique. Défendu l'espoir, qui comprend non seulement
l'avenir de la visite quotidienne d'hypermarchés, de café sur la terrasse des cafés,
des livres, regarder des films, des magasins, c'est la consommation des artefacts de
la culture, qui est maintenant consommé en Europe, lire, regarder et à l'usure.
Soutenue espérer ne plus jamais dans la vie de ne pas aller à la partie Komsomol et
des réunions, des manifestations de travailleurs, de ne pas voir tous les soirs à la
télévision et le visage du prochain secrétaire général sur le terrain. Mais ce n'est
que l'un, le moins important et la surface, et en même temps, le plus rationnel,
reposant sur la surface de la motivation des personnes qui sont venues à la Maison
Blanche en août 1991.
Il y avait un plus cachés, il est difficile de donner près de motivation
génétiques, qui, par sa force de Nacala et le plus dépassé le premier. Oui, à droite,
et la possibilité de visites quotidiennes aux hypermarchés - sont agréables, mais
pas à mourir pour lui, ce n'est pas la motivation. Les gens debout sur le côté
démocratique de la barricade, la motivation était. Comprendre qu'il est possible,
même si elle n'est pas aussi bonne, si bonne à tous. A. Rappel Galić: Et où
parcouraient la région pour kaery / et sous la neige attend les racines pourries, / à la
terre, pas de créations, pas de pantalon podtyanuvshi s'agenouillèrent ... / Sing le
même tube, comme Sing, Sing à propos de mon Potmu / Sing Mon frère, là, dans
le glacial padi . Souvenons-nous des millions torturé, abattu, ne sont pas nées, par
les prisons et les camps de concentration, de sorte que seuls dans les sept années
(1934-1941) a saisi 19 840 000 personnes, soit environ 7 000 000 tués. De
lagernikov retourné et a fait la réhabilitation d'environ 200 000 , et pendant sept
ans (1929-1936, il a été la collectivisation. Dans le village a disparu près de cinq
millions de familles .
Rappel de Kolyma Stories V. Shalamov, le même La dernière grande bataille
Pugachova, lors de la fuite du camp de l'ex-militaire, avec quelques trehlineykami
ont donné leur dernière bataille nastigshim enkavedeshnikam. Il ya soixante dix
ans de pouvoir soviétique est alors souffle, comme dans la province de Tambov, et
de la Sibérie du début du 20, il a simplement disparu de l'œil, comme dans 60-70-s
du XX siècle, la guerre civile. Retour dans les 50 ans de paysans strehami IZB
trouvé trehlineyki conception Mosina échantillon de 1886, qui maintenait les
paysans avant la fin de vie avec l'espoir sincère de toute façon l'utiliser, il vous
nachalnichki - pour la collectivisation.
Par exemple, en 1957, un citoyen impliqué dans pénalement responsable
pour les anti-messages, de dire au tribunal que pas besoin de me défendre. Contre
vous, je vous défendre lui-même lorsque je l'ai d'être des armes. J'ai écrit cette
lettre et je vais écrire. Nous sommes un tel lot. Nous devons nous unir pour la lutte
commune ... . Août 1991 - c'était la dernière bataille du grand Pugachev, la
dernière bataille de ceux qui ne vivent pas, mais je voulais être à la hauteur de
l'aube. Cela est très précieux, les réservoirs ici assistants faible, et sera abattu,
coupé, à tuer. Mais il n'ya pas de volonté. Fatigué. Fin d'une époque.
En 1993, un effet comparable sur la motivation des défenseurs réguliers de
la Maison Blanche ne l'était pas. Peut protéger le mur, les autres font partie des
parlementaires, il est possible de défendre l'URSS. Nous voulons revenir à l'URSS,
nous avons eu une merveilleuse époque. Extraordinaire nostalgie du paradis perdu,
détruit la réserve, notre enfance heureuse, des saucisses sur les vingt-deux et trois
vodka soixante-deux. Extraordinaire nostalgie de la perte due. Étant mort, et donc
est de savoir s'il faut attendre l'aube et pourrait donc bien le désir de la mort d'un
ennemi? Pour accordée - il est possible pour les saucisses, le vingt-deux - ne le font
pas. Et les journalistes le vice-président de la Russie et le général Routskoï AV:
Voici ma machine, il est dans la graisse, ne pas tirer sur moi, ne tuez pas ... À la
suite de l'mois d'Octobre ont été de nombreuses victimes tant parmi les
participants, ainsi que des témoins au hasard, que la très par eux-mêmes ne peut
pas provoquer le plus profond regret et de sympathie. Oui, ces évolutions
pourraient, sous certaines conditions, devenir un prélude à la guerre civile, mais,
heureusement, sont restés dans l'histoire comme les combats. Et il a adopté une
fourche dans le choix historique de la 1993e, ménagé, et cette fois l'histoire de la
Russie.
Vu les événements de 1991 et 1993, il ne faut pas oublier qu'ils ne sont pas
impliqués que de très nombreux citoyens, l'absolue minorité de la population de
l'URSS. La grande majorité de la société a fait preuve d'une rare indifférence à
l'égard de ces événements, estimant qu'ils ne se rapportent pas à la vie quotidienne,
la vie personnelle des perspectives avenir personnel. Cette passivité n'est pas
nouvelle dans l'histoire russe, comme il l'était en Octobre 1917, lorsque la rage de
Petrograd, les combats ont été, à Moscou, la Russie et le reste a continué de vivre
plus ou moins une vie normale, au début des événements révolutionnaires, peu
étaient prêts à prendre une part directe dans les d'un côté ou de l'autre. Politique
active de la minorité de citoyens de la Russie a envoyé dans le pays d'une réunion
avec la version régulière, c'est accepter à ce moment-là l'apparence d'un
scientifique unique, et donc la bonne doctrine - le marxisme-léninisme.
La passivité de la majorité du peuple et de la minorité active, sélectionnés
dans les deux cas, pour tous, comme en 1917 et en 1991 - il est constant que porte
l'ensemble de ces processus en apparence si différents. La différence fondamentale
entre eux réside essentiellement dans le fait que les gens sont allés en 1917 pour
répondre à la nouvelle version devrait demander plus de temps pour embrasser le
monde entier. En 1922, le MV Frunze a écrit que les progrès de l'histoire
révolutionnaire de la classe ouvrière sera forcé de passer à l'attaque, quand cela a
créé des conditions favorables, tandis que la première phase de la propagation
mondiale de la puissance soviétique et de la construction des conseils
d'administration de la World de capturer un européen - est de la limite de la face de
la tour la plus proche définit les limites de tous le continent du Vieux Monde. En
1991, il y avait eu inversion du processus de diligence, dans un local de soins de la
vie privée, avec une priorité de joies simples de l'homme et en prend soin.
Pour la suite de l'août 1991, treize ans, beaucoup a changé, et changé la
culture et de la société. Probuksovyvanie les difficultés et les réformes
démocratiques que nous avons vu toutes les dernières années, ne nie pas les
différences fondamentales entre pozdnesovetskoy et la réalité post-soviétique. Le
principal changement est un changement radical dans les mentalités, pour cause de
décès devraient, qui pendant des siècles a été un système à partir de l'espace
culturel russe tsivilizitsatsionnom.
Pour pozdnesovetskoy époque ont été caractérisées par le cynisme,
l'hypocrisie, le mensonge total, presque pathétique forme de glorification du
pouvoir, personnifiée dans le prochain Secrétaire général du PCUS du Comité
central. Les autorités de l'époque s'est engagé à une transition assez complexe de la
région en raison de la vigueur, la perte sur la route dernier raid sacrée.
Economiquement, les conditions matérielles de l'empire, de plus en plus sur les
exportations de produits de base, le modèle de croissance basée sur le pétrole. En
termes spirituels de l'empire soviétique période de déclin a été basée sur l'inertie ne
doit pas dovlelo sur toutes et tous, mais qui rappelle le bon ordre des choses, que la
priorité a priori, et que bien évidemment les locaux, privés, en plus. En 1991, en
collaboration avec l'Union soviétique s'est effondrée et une idéologie. Mais cette
baisse n'a pas été un pas final, nous sommes restés avec lui de nombreux
subdiskursy.
Le principal est que, durant les 90 années perdues en raison de la nature
universelle, qui a gravement modifié la situation socio-culturelles en Russie.
Néanmoins, il est resté suspendu subdiskursy perception de l'autorité, l'État n'a pas
été en mesure de (au mieux, pas assez de temps) à devenir plus ou moins à part
entière institution sociale. Les autres éléments devraient être principalement inertie
dans la nature, moderne, tente de faire revivre dans l'ancien empire portée et
vseproniknovenii mai dans le très réussi pour les initiateurs de ce processus, ne
serait-ce que conduire à son imitation, qui, a priori, ne peut être efficace. Vous ne
pouvez pas essayer de ne pas mettre le pays sur une scientifique L'expérience, qui
apparaît comme une réduction autoritaire socialiste police remake science
l'expérience, réalisée sous la direction de Lénine, qui a été caractérisée Russie
bigot naukoveriya.
Revenons à notre histoire récente. En pozdnesovetskie de temps devrait être
soumis à une érosion interne profonde, inversion principe qui prévaut dans la
mentalité russe, et il contrôle une vaste gamme de canaux smysloobrazovatelnyh,
et ont manifesté contre lui. À une époque pozdnesovetskuyu devraient être
progressivement dévalué, la perte de la profondeur et l'ampleur de la sémantique
oposredovany, qui dans les années 1917-1953 ont servi de l'idéologie communiste.
Dans la 60 e années du XXe siècle dans l'esprit de l'homme soviétique, qui postule
l'idéologie n'est pas seulement perdu de la valeur impérative, mais aussi, peu à peu
cessé de prendre au sérieux: Nul n'est en criant à cheval! / Nobles autorisé par la
racine. / Pugaci Ni vous, ni Stenki. / Hiver est prise, conformément à vélo. /
Dzhugashvili stockés dans des boîtes. / Silent arme à gaillard d'avant. Dans ma tête
- seulement de l'argent .
En raison progressivement détruit de l'intérieur par le biais d'un multi-effets
et multidimensionnelle de la civilisation occidentale libérale. En 60 ans au plus
jeune et éduquée la société a formé un nouveau-vieux mifologema, indique qu'il
existe un paradis, mais pas dans le ciel, mais de l'autre côté du rideau de fer, il ya
dans l'Ouest. Au fil du temps, ce mifologema renforcées, en dépit de l'explication
officielle de l'idéologie impériale, en dépit de la portée visuelle, ce qui témoigne de
la télévision soviétique. Ici et taudis, et les grèves, et les niveaux élevés de
criminalité, le chômage, le manque de confiance en l'avenir. La propagande
soviétique a appelé l'Occident n'est pas comme le ciel, la terre, mais comme
incarnation de l'enfer, près d'un douzième de sa gamme. La société devient de plus
en plus l'habitude de transférer tous les pouvoirs commentaire idéologiquement
colorées avec précision à l'effet contraire. Si elle fait valoir que la propagande -
l'enfer, est-il - le paradis, il ya une couronne d'histoires - une société de
consommation. Dans les années de la perestroïka, la mifologema a été la base de
tous les mentale innovation idéologique de l'époque: Nouvelle Pensée, valeurs
universelles, une économie de marché.
Aujourd'hui, les anciens combattants du mouvement démocratique avec un
rappel nostalgique de centaines de milliers de personnes qui vont à des
rassemblements, des rallyes, mais maintenant exécuter des centaines, voire des
dizaines d'entre eux. Je me souviens des paroles de Robespierre: République des
voleurs morts triomphe. Mais la chose qui a changé l'époque, est décédé en raison,
les gens se sont éloignés de manifestations publiques de l'activisme politique, il est
retourné à son personnel, privé de victoires et de douleurs, est à faire de l'argent,
les voyages dans le monde à vivre pour eux-mêmes et leurs proches. Une autre
partie de ces gens ne sont tout simplement pas prêts à entrer dans la société civile
de type libéral. Ils sont en pleine conformité avec les lois de la mythique logique
en attente de la chute de l'empire soviétique de l'auto paradis. Une fois en mesure
d'éliminer l'ennemi, c'est juste le paradis, et il sera possible d'entrer en amical série
Golden City, - ceux qui partagent beaucoup d'illusions et de l'esprit des
intellectuels libéraux. Just rapidement découvert que le ciel est en fait pas, mais il
ya une vive concurrence, il n'y a pas de paradis à l'Ouest, et ce qu'il ne faut pas, ne
peuvent pas être importés à la Russie - alors exprimé par l'intermédiaire de leurs
soviétique / anti oposredovaniya raison finalement effondré.
Aujourd'hui, l'existence continue de l'inertie subdiskursov doit, mais sa
composante de base, qui est une idée eschatologique, enfin, est décédé, qui, nous
l'espérons, avec toute la sincérité. Ideological tampon - la réalisation d'une fin
eschatologique de l'histoire - un brillant avenir (le communisme) - au moment de
l'effondrement de l'Union soviétique était totalement dévalué. Mais l'ironie de
l'histoire de la mort massive due soviétique personne privée, non seulement le chef
guide métaphysique, mais détermine aussi la vie quotidienne de système
conventionnel.
Dans la conscience de la population dominée par la conviction que l'Union
soviétique sous la domination des communistes mai ont existé pendant des années,
des centaines d'années, le peuple soviétique à faire des plans pour l'avenir, estimant
qu'elle est stable et prévisible. Nadezhda Mandelstam en 1975, en réponse à la
célèbre affirmation de A. Amalrika observé: J'ai entendu dire que tu as écrit que le
régime n'a pas survécu jusqu'en 1984. Merde! Elle survivra à l'autre mille ans .
Communications sur l'inviolabilité de la géopolitique et sociale du monde servent à
rationaliser la vie d'aujourd'hui et de le rapporter à guider l'avenir, à construire un
sens et rempli une chaîne continue de l'être. Grâce à la bonne soviétique l'homme
était plus facile à vivre, car il sait toujours comment traiter la primauté de la
matière et de la couverture veste, la libertaire et blanc vers l'abstraction
mathématique et une sculpture abstraite, aux questions de genre et la couleur du
plafond, l'illusion de la conscience et de goût sauce . Malgré une attitude assez
critique à l'idéologie officielle de construire, un grand peuple soviétique continuent
à bénéficier de leur fournisseur de contenu positifs effet psychothérapeutique et
renforcer le processus de la vie quotidienne, le fait même de son existence, lui a
donné quelques enracinement existentiel.
Naturellement, l'existence de temps de temps est devenue de plus en plus
conditionnelle, rappelez-vous comment, à la fin période soviétique, déjà marginal
types du monde, les pratiques artistiques, les activités économiques sont peu à peu
acquis le statut ambivalent. Il reste à l'extérieur de la grande tradition, beaucoup de
style de l'époque, les attaques souvent le domaine juridique, ils ont en même temps
de recevoir la justification, par le biais de la reconnaissance de certaines sous-
cultures. Peu à peu érodé le style, une grande tradition de l'époque soviétique: Au
départ, cette société choquant percée de nouveaux contenus dans le comportement,
le raisonnement, etc qui se produit dans un environnement restreint, dans certains
groupes sont perçus par rapport à la culture en général kontrkulturami. Si la société
traditionnelle de l'inertie persiste et n'a pas connu une situation de transition, le
comportement de ces individus continuent à être jugés déviants .
Marginal, individualiste, au-delà des limites des règles, des styles novateurs
du monde et la vie dans l'ère historique caché possibilités mises en oeuvre, a
montré la capacité d'obtenir le statut de référence - raviver l'esprit de la Russie, le
capitalisme en Russie n'est pas de l'éthique protestante (à laquelle la Russie ne l'est
pas, il n'y a pas de chances ne sera pas), mais de la conscience artistique .
À la 80 e année du XXe siècle a considérablement changé, et la composition
sociale de l'URSS / Russie, la société a augmenté le nombre d'intellectuels et de
citoyens dans la deuxième-troisième génération. Au cours de l'empire soviétique
en train de mourir, la société urbaine, et soootvetstvenno, la culture urbaine ont été
en mesure de développer sur une grande échelle dans les villes universitaires
millionnikah, mais principalement dans les grands centres impériale - Moscou et
Leningrad. Cela fait fortement accéléré l'effondrement de l'Union soviétique en
raison de son idéologie, le système et les pratiques de gestion ont été calculés sur
une base plus primitifs et les moins instruits environnement social. Par une ironie
de l'histoire, comme l'immense peuple soviétique est devenue plus instruite et
développé de multiples facettes, dès qu'il a obtenu certains appartements, les
bibliothèques privées de radio et de - l'Union soviétique a cessé de répondre aux
besoins de sa vie.
La destruction de la civilisation soviétique - cette fois-ci, l'effondrement de
l'ancien et la naissance d'un nouvel ordre n'a pas encore été structurée malgré tout,
pour obtenir le statut de la norme. Dans la période post-soviétique, il y avait des
tensions entre les possibilités d'adaptation institutionnelle, la valeur des systèmes
de réglementation et de l'explosion de la dynamique sociale et culturelle, le
potentiel créatif de chaos, la création de nouvelles significations, de valeurs et de
comportements. Au cours de l'accélération du processus de modernisation de la
société est confrontée à l'anomie sociale progressiste, la dévaluation des normes
sociales et des termes de procédure, la nomination de nouveaux objectifs
individuels et de groupe et des besoins.
Perdu leur caractère conventionnel de l'espace socio-culturel rempli de
fantaisie et d'une réelle interaction chimérique possibilités, l'argent facile, fragile,
fluide rôles sociaux (par exemple a le rôle social de l'entrepreneur, banquier,
courtier). La question de la pertinence de l'acteur rôle présumé dans le jeu a été
décidé sur les taux les plus élevés de la vie. Le sentiment d'un fantôme, l'instabilité
de la vie conduit à une forte volonté de vivre aujourd'hui, Demain a acquis le goût
de marginalité ( il ya seulement un instant entre le passé et l'avenir, il est appelé la
vie). Une divergence de la valeur normative du système, lorsque aucun de ses
éléments ne pouvait pas prétendre à être universelle normativité. Les processus de
déconstruction de l'espace institutionnel, l'Union soviétique, la transition vers les
nouvelles institutions, normes, valeurs et pratiques de la vie assez pénible: Dans
une société où les institutions sont effondrés, se déclare immédiatement atomique
agressivité, de devenir une guerre de tous contre tous .
Grâce à une société intégrée depuis des siècles et a donné à la Russie
soviétique et, plus tard, l'expérience de la personne appartenant à un ensemble
social. La mort doit devenir un sérieux dezintegriruyuschim facteurs sociaux et
culturels, le choc a provoqué l'aliénation existentielle, qui, dans la Russie a pris une
nature prolongée. Naturel dans cette situation, le processus de stratification et de la
fragmentation de la société, elle est souvent perçue comme quelque chose de
négatif, plutôt causant le chaos et la destruction. Une partie de nos concitoyens à
retrouver l'unité perdue, par le recours à l'ancienne / nouvelle illusion idéologique,
une sorte de simulyakram doit, mais ce n'est que la dernière des batailles d'arrière-
garde. Période 1990 - 1993 a été une révolution du temps, le temps d'accélération
radicale de la dynamique historique, sociale et culturelle. Il ya eu des changements
significatifs de la valeur réglementaire de la société russe. L'État n'est plus en
mesure de s'acquitter de son rôle traditionnel paternalisticheskuyu: Parmi les
principales raisons est passé, il a été une énorme déception dans la capacité de
l'Etat paternaliste, un sens qui se produisent en raison d'incohérences.
La liberté est Nagaya, / jeté sur le coeur des fleurs. / Et nous, avec sa jambe
dans le shagaya / parler au ciel pour vous ... / Que les jeunes filles chantent à la
fenêtre, / International chansons anciennes randonnées, / A loyalistes dimanche /
autocratique peuple , - au XX siècle, la Russie a vécu dans des conditions de
liberté, se transforme en anarchie, dans l'intervalle de Février - la Révolution
d'Octobre. The Second Coming de liberté a duré plus d'une décennie, en dépit de la
nouvelle renaissance au cours des dernières années, socio-culturel normativité.
Dans les 90 années, l'État a abandonné des créances de posséder le monopole des
connaissances juridiques sur le monde et l'homme. L'homme a été laissé seul avec
lui-même, ses intérêts privés, de l'âge du cycle, l'auto-réalisation, qui est, en
substance, une sorte de barrière a disparu, sépare, protège contre la réalité, distrait
de la vie existentielle. Diversion de l'horreur de la vie a été rapide d'émigration et
de la vie dans l'Union soviétique, l'adhésion à l'PCUS et de la dissidence, la lecture
art trilogie LI Brejnev et samizdat - la série pourrait continuer pendant un long
moment. Effets et inactifs dans la situation donnée est une question purement
privée, sont perçus comme un acte qui ne s'est pas privé, mais un public,
l'importance sociale. Combien de possibilités d'échapper à lui-même, le collectif
d'empathie, de complicité, ce qui est de l'ampleur et l'abondance des genres, du
théâtre à la farce, a joué pour la performance sociale.
Avec la disparition de l'ordre soviétique, pour plus de soixante-dix années
exprimant raison de l'état est devenu très difficile de maintenir la forme de base de
l'ordre en général. Russie dans le domaine de la limitation des libertés, où la
déconstruction de contrôle externe sur la personne que partiellement compensée
par une augmentation de locus de contrôle interne, radikalizuetsya chaos social et
culturel, un affaiblissement général de la normative, la réduction de la capacité du
gouvernement, conjuguées à la faiblesse de la société civile naissante. Espace
social et culturel du pays au cours de cette période prouvé pénétré
raznovektornymi, chaotique des impulsions, mais il est dans des périodes de
transition dans la culture et la société a été appelé le degré maximum de liberté
pour l'innovation, la compétitivité de sélection, la lutte pour l'avenir, la possibilité
de déplacer les différents éléments de l'innovation dans les modalités classiques.
Dans une autre innovation se stéréotypes, qui allient une certaine continuité en ce
qui concerne les traditions socio-culturelles avec l'instrumental d'efficacité dans la
nouvelle étape de la dynamique historique, sociale et culturelle.
Une partie de nos concitoyens et la transformation post-soviétique, a causé
un choc, d'anomie sociale généralisée, même si une telle évolution devrait avoir été
prévu initialement. Une partie de la société, les perdants de l'évolution de la
dernière période, a beaucoup d'énergie négative à l'encontre des réformes post-
soviétique, perçue comme une forme de développement destructeur qui détruit la
confiance légitime dans le cadre des traditions socio-culturelles de la valeur
réglementaire de la société russe.
Maintenant, pour le dire plus clairement, quelques mots sur notre ancêtre
commun intelligentskoy. Étant donné que même avec la modernisation de la
transformation de Peter I, la nouvelle société européanisés en Russie a créé un
pouvoir de l'État, découlant de la culture européenne et de l'éducation dans la
société, c'est qu'elle peut servir à atteindre leurs propres objectifs. Communauté
d'absorber sélectivement les valeurs d'origine européenne, qui sont sélectionnés
pour le pouvoir, si les leçons ... nakrepko valeurs sont liées dans la conscience du
public à la puissance. Ce cordon ombilical qui relie la Russie, la société éduquée
avec un pouvoir impérial, facilité que dans la seconde moitié du XIX siècle, mais
la pré-révolutionnaire de l'intelligentsia a été, après la révolution bolchevique de
1917 a détruit une partie, mais une partie était en exil. La plupart de la nouvelle
intelligentsia soviétique, social provenant de paysans et de travailleurs, a été tricoté
avec nakrepko pouvoir impérial. Il n'est plus l'Union soviétique, la prison des
peuples et le progrès du monde du premier Etat des travailleurs et des paysans - est
son succès.
Comment cette adhésion a été forte, évidente dans la période post-soviétique
de notre histoire, quand la plupart des intellectuels deuil de l'Union soviétique
depuis la mi-90's all over dreyfuya vers le flanc gauche du spectre politique. Il s'est
avéré que l'intelligentsia soviétique, a travaillé toute sa vie dans le gouvernement
impérial. Et si cet état n'a pas été triste, il est apparu que les nouvelles conditions
pour le pays toute personne est tenue d'améliorer leur capacité à être maintenu et
élargi son portefeuille de projets (plans). Si une personne, pour une raison
quelconque, l'impossibilité de le faire, il a rapidement marginalisés et exclus de
relations sociales, le déplacement dans un Stratu, ce qui réduit la capacité de
perception de nouveaux projets et de propositions . Lorsque l'Union soviétique de
ne pas devenir État impérial, le post-soviétique n'est pas seulement intellectuelle,
ne garantit pas la source de l'existence matérielle, mais a perdu son propre sens de
la signification, être impliqué dans un grand bâtiment, et d'autres défis époque.
Il s'est avéré qu'il est nécessaire de faire de l'argent, vous devriez le laisser
kurilok Institut de recherche de kulmanov bureau de design, il est nécessaire
d'offrir au public tels que les produits intellectuels et matériels, qu'elle a accepté
d'acheter. N'est-ce pas là le drame pour un intellectuel de Russie, n'est-ce pas ne
veut pas que toute cette saleté et melteshni, mieux vozopit au pouvoir: donner
l'ordre d'une nouvelle idéologie, l'idée nationale, bien que peu d'ordre, seul le libre,
nous épargner d'avoir à faire de l'argent eux-mêmes, nous bon, nous ne pourrons
pas parler en mal de vous dans les cuisines et, plus encore, dans les médias. So -
Vive le Parti communiste et / ou neoimperskaya pouvoir, que l'on peut prigolubit et
de regret, de donner un morceau de pain quotidien, et la moitié ont leur propre sens
de l'importance. Une partie de l'intelligentsia post-soviétique alchet nouvelle /
ancienne commande, ce l'ordre sont combinées avec les mots à tout prix. En
conséquence, un tel arrangement ne pourrait fort main, rigide, inflexible leader .
Mais si c'est vraiment quelque chose à demander - vous pouvez demander, et
semble déjà avoir reçu.
Non seulement une partie de l'intelligentsia, mais aussi dans la plus large
part de la société russe, il a été soutenu dichotomie, un choix entre la liberté, la
redutsiruemoy à l'anarchie, et de la sécurité peut être perçue comme un ordre
autoritaire. La réaction est toujours et partout, est la conséquence inévitable de
l'apparition sur la scène de l'extrême des éléments, une loi historique. La question
est: quelle est la réaction et comment fonctionne-t-il? Vosstanovlyaet Est-il
seulement ce que vous avez besoin, sur la base de la santé et les forces modérées
de la société, ou elle, à son tour, courir à l'extrême, et il soulève de nouvelles
variations? (C'est nous qui soulignons - SG .
Au début des années 90-s grand nombre de pays et à l'extérieur, il semble
que là, un peu plus, et la Russie soit un Etat européen libéral. Et c'est alors que la
société civile est prête à défendre le gouvernement, a estimé, peut-être pour la
première fois de sa vie entière à l'intérieur de l'engagement de celui-ci. C'était en
août 1991 parce qu'il était en Octobre, la 1993e, lorsque les citoyens sont venus à
la construction Mossovet et étaient prêts à défendre le Kremlin, la Russie de
défendre son pouvoir. C'est un sentiment merveilleux que le pouvoir de sa part, a
duré longtemps, depuis août 1991 jusqu'à la fin du premier mandat du Président
Boris N. Eltsine. Ensuite, il ya eu les événements en ex-Yougoslavie, les
parachutistes russes à Pristina coup, les soins, le ministre des Affaires étrangères A.
Kozyrev.
Autorités de nouveau flirter avec l'impérialisme russe, impériale
perekrashivalas dans le ton, un étroit fossé entre ceux qui pensent que le pouvoir et
sa puissance se transforme peu à peu lui-même dans un abîme. Mais le pouvoir de
parler notre langue, ne pouvait pas tout pardonner, mais essayez de comprendre,
même en août 1998. Les autorités, qui ne veulent pas parler à la société dans le
dialogue, monologues préférant rester poluezopovom langue impérialisme russe,
parée des médias et a lancé une nationalisation rampante - est comme étranger à la
société civile, ainsi que le pouvoir Marcial, étape terrain de bataille sur son trépied,
l'a décrit dans le roman, G. Wells, Invasion Marcial, il est une autre langue, d'autres
valeurs, plus pertinents pour l'homme. Et aujourd'hui, sur la scène historique en
Russie sont restées, dans le respect, deux forces opposées: la liberté nepugannoe
génération, socialisés dans le libre-90-s, et le fantôme d'un empire de morts - plus
de son exécuteur testamentaire prostershiysya - pouvoir.
Et pas besoin de nous tromper en sa présence n'était pas mince, même les
rangs de la condamnation de droits dans des verres et une cravate élégante, avec la
même bonne intelligence et de grande qualités professionnelles. Tout système
caractérisé par l'intérieur, dans un souci d'uniformité, elle rejette le temps de tous
les étrangers, se rappeler comment sincère plaisir après l'arrestation de M.
Tukhachevskogo sa récente collègues de roulement d'un violon, ce qui est du fond
rouge commandant. Ah, qui sait si elle était au moins l'accordéon, tout serait alors
peut-être le coût, et avec elle, et MN Tukhachevskogo complètement. Référence à
des représentants de l'animal physiologique sentir, à qui et qui est un étranger, et il
ne peut pas se cacher, pas de fuite, aussi longtemps que vous le souhaitez, vous
pouvez le meurtre de la langue russe telle qu'elle était pendant la période
soviétique dans les échelons supérieurs du pouvoir, de faire trois ou quatre -- Cinq
erreurs dans les mots l'intensification de l'agriculture, - n'a pas aidé.
Il ya une logique interne de développement, qui est très difficile de rompre,
quand on dit A, suivie par B - plus de musique, et donc avant la fin de l'alphabet. Il
ne peut pas être un peu enceinte, de sorte que vous ne pouvez pas sauvegarder les
éléments de la démocratie elle-même dans le contrôle à construire. La logique du
système impérial-féodale exige une résurrection de la bonne et de transfert
progressif de toutes les discussions avec le public dans la langue des services
spéciaux et de l'armée des forces spéciales. Passage sur une telle langue dialogue
avec le pouvoir de la société connue perdant, parce que les civils sont en mesure
d'apprendre et d'enseigner et soigner les enfants et les adultes à construire des
maisons, faire fonctionner des entreprises, écrire des livres et des articles, mais de
toute évidence pas instruits et ne savent pas comment bien que -- puis face à GRU
forces spéciales. Pour la société dialogue dans un tel domaine d'endommager, car
seulement un dernier recours désespérée, rappelez-vous de l'aéroport Zvartnots
Arménie, Vilnius TV et de nombreux autres points du dialogue avec les autorités et
la société MS Gorbatchev. Pour alimenter ce type de dialogue peut sembler tout à
fait acceptable, le pouvoir de son côté, mais comment stable sera mis en place par
le biais d'une série de discussions de ce type de structure politique - la question au
moins ouvert.
Mais revenons à nos pas trop lointain passé soviétique. L'empire soviétique
Classic (la période de Staline), a été un pays où le féodalisme / kvazifeodalizm
évolué progressivement l'acquisition des formes plus avancées. En ce sens, le
PCUS était vraiment avant-gardiste de la société soviétique, incarné la plus haute
forme de féodal / kvazifeodalnoy soi. Tenter d'établir et de maintenir un contrôle
sur toutes les sphères de la vie, le PCUS perekovyvala, re-acheté un héritage de la
Russie pré-humain, il vpisyvaya hiérarchique féodal / kvazifeodalnogo sur la base
de leur société. CPSU essayé à ses membres et structures, et par la suite distribué à
toutes les relations de la société et les institutions qui existent en Europe au Moyen
Age. Tous les plus développés et il est devenu un multi-système vassaliteta, la
forme de codes internes de comportement et la moralité des sociétés, droit de la
naissance, a évolué sous forme de loyers d'origine féodale de l'harmonisation de
clan et les valeurs nationales, etc Le principal de ce processus a été une diminution
progressive à partir de 1953, la proportion de l'état d'esclavage, qui était pendant
des siècles, l'État impérial.
Sami-servage féodal institution dans une grande partie de la période de
transition des années 90 du siècle dernier, en particulier, les libéraux, les
réformateurs, à un moment donné ont été au pouvoir, en fait, décidé de ne pas
annuler la propiska, rebaptisée pour l'enregistrement de l'Institut et de maintenir à
peu près le même montant de restriction . Si nous considérons la propiska comme
non fonctionnels retour ère soviétique, il ne s'agit pas seulement formelle, mais
également la suppression de la teneur serait plutôt une question de temps. Mais
l'Institut est l'une des principales formes de contrôle de la population par les
autorités, elle aide à maintenir l'ordre féodal.
Les plus actifs des capacités de rétorsion Institut propiska utilisé le pouvoir
soviétique dans la période de notre histoire. Une partie de cette pratique ont été
l'expulsion de Moscou, le 101-ème kilomètre, et en avril 1968, peu après la
Ginzburg-Galanskova, du PCUS Comité central proposé des modifications à la loi
sur l'inscription à la mairie de la ville ... sans l'imposition d'une sanction
administrative d'annuler l'enregistrement des personnes qui se livrent antisocial
activité, permettant diffamatoires fabrications d'éléments incitant à la politique
antisociale activité nuisible, conduisant lui-même provocante envers les autorités
... Suppression des personnes visées dans la présente ordonnance doit être faite
dans les 24 heures à partir du moment où la décision de révoquer propiska .
Un autre point très important, continue à ce jour est de préserver l'institution
féodale de la conscription militaire universel. En termes de commodité militaire,
de la préservation de cette institution non seulement nécessaire, mais aussi
nuisible. Partez avec une équipe très professionnelle des forces armées des pays
développés tels la modernisation de l'armée, il est extrêmement difficile. Le fait est
que la possession de méthodes modernes de la guerre et à une utilisation
professionnelle de systèmes d'armes perfectionnés ne nécessite pas moins
professionnels que les travaux de la high-tech industries civiles. Le processus de
formation de qualité pour un spécialiste militaire pour simplement passer outre à la
période légale du service militaire par conscription. Évidemment, dans ce cas, la
décision en fait assez périphérique tâches militaires, le sens de la préservation de
l'universalité du service militaire était la masse de socialisation de la population
masculine du pays, perekovke dogosudarstvennogo droits naturels.
Dans l'armée, à la demande, mais toujours sur une base contractuelle, en
grande considération pour les moins instruits et socialement succès, les jeunes de
pauvres à s'adapter au nouveau pays à l'économie de marché, les segments de la
population. Le niveau de revenu de la famille, la santé physique et mentale de
conscrits, recrutés pour le service militaire, beaucoup moins que leurs camarades
qui étaient restés sur le citoyen. Certains d'entre eux ne savent pas lire et écrire,
n'ont même pas de l'enseignement primaire, et l'armée dans leur vie - la première
institution à laquelle ils font face à proximité. Toutefois, certaines recrues ont été
exposés à l'État par l'intermédiaire de son système pénitentiaire. Les gens de plus
de succès les couches sociales ont un grand potentiel pour des raisons juridiques ou
pas tout à fait légal de soins au service militaire.
L'armée d'aujourd'hui est probablement la principale institution sociale de
l'homme construit vis dans la hiérarchie féodale, où il développe les deux scénarios
de comportement: d'abord, un subordonné, le chef. Conformément à son armée de
la socialisation vient de temps en temps pour monstrueusement hypertrophié
formes, y compris l'équilibre des droits sur le bord de la vie et la mort, de graves
méthodes de s'adapter aux règles du jeu du système. Lorsque le 60-s du XX siècle
a commencé le long processus de dévaluation devrait, et avec elle l'érosion de la
civilisation soviétique, l'armée devient le début de chaque décennie, de plus en plus
sévères et presque insupportable.
En changeant les règles dans l'armée, vous pouvez suivre le processus en
raison de la dévaluation. Même dans le 50 e du dernier siècle, une telle chose que
le harcèlement moral dans l'armée presque ne l'est pas. En outre, il est de plus en
plus de force et de l'ampleur, transformé par la fin de l'URSS - le début de la
période post-soviétique de notre histoire dans une forme pure de la criminelle, les
deux institutions sociales - l'armée et la prison - le maximum à l'unisson. Ces
institutions sociales ont un sens, purposeful coïncidence, car ils servent le moins
socialisée de socialisation, la plupart des secteurs public dogosudarstvennyh. Ainsi,
l'absolu anti-éléments marginaux, rejetant soviétique symboles, et de pouvoir en
général, a dit VK Kozlov sur un certain nombre de participants anti Discours 50 -
60-s du XX siècle: Si vous étiez dans leurs cris, et les déclarations idéologie,
l'idéologie anti principalement - avec la même passion, ils ont rejeté les principes
et les attributs de toute autorité .
Ce statut élevé de cette forme de socialisation est fondée sur une base
féodale, dans l'État de l'histoire protagoniste empire de la civilisation occidentale,
ces formes de socialisation sont beaucoup moins importants et réalisé d'une
manière beaucoup plus humaine façons. Le rôle principal dans la socialisation de
l'éducation joue à se préparer à l'Etat par des centaines de milliers de critiques d'art,
qui ne peut évidemment pas être utilisés dans la spécialité, mais dont la présence
dans une société fortement augmente sa qualité humaine. Revenant à la réalité de
nos vies, nous attirons l'attention sur un autre point important: l'obligation annuelle
de recrutement de jeunes hommes, dont certains meurent à la suite de brimades, de
blessures, etc, rappelle à la fois archaïque institution de sacrifices humains, et la
société féodale quitrent qui paie les autorités.
La baisse de la puissance KPSS ne signifie pas que la chute de l'ordre féodal
sur toute la ligne de front, mais elle signifie l'appauvrissement de la source.
Soutien à l'organisation féodale cadre a été tenu secret, poluskrytyh et remplacé les
formes de la destruction partielle de la société a été considérée comme le début du
chaos, même si le chaos actuel, comparable à la démolition de civilisation 1917 -
1921 ans dans la Russie ne l'est pas. Les intellectuels choqués, d'abord et avant
tout, le fait que le principal acteur dans le drame intitulé La mort due ne deviennent
pas un intellectuel libéral, comme on pourrait penser à pozdnesovetskuyu époque,
et après Nomad - nomades barbares.
Au début des années 90-s du XX siècle, ce n'est pas un très bon sentiment de
type vrai maître de vie. Il est peut-être opportun de rappeler la description de A.
Izgoevym de la société au cours de la guerre civile en Russie, où nous voyons une
frappante coïncidence avec la période post-soviétique de l'histoire: Jamais dans la
collectivité des liens sociaux ne sont pas si faibles, de sorte que lors de la
nadorvany officielle royaume socialisme. Personne à un loup - c'est la principale
devise de ces jours terribles . Pagan désir pour la volonté que l'anarchie ne sera pas
réprimée par la loi, tant inhibitions ordre féodal devrait finalement déversé.
Toutefois, la plus horrible des scénarios, notamment la guerre civile, la
désintégration violente de la Russie, une grande émeute gangs - n'a pas eu lieu.
Toute personne gravement refoulée nomade pour les années du pouvoir soviétique,
a eu assez de okulturitsya, afin de ne pas détruire les fondements mêmes de
l'existence civilisée: il a déjà prouvé sa capacité de vivre sur des concepts.
La plus viable et visible sous forme d'autonomie sociale reste
essentiellement féodal, transformé à partir de la macrostructure de la société
impériale à un grand conglomérat de clan local entités. Nous le sommes encore
aujourd'hui face à l'ancienne et l'inefficacité des institutions impériales, mais
comme un élément crucial structure porteuse de l'ordre social sont les criminels
locaux bureaucratique clans. Caractéristiques de la période post-soviétique de notre
vie, c'est que c'est cette auto-structures ont dû combler un vide créé par la chute de
l'empire soviétique. Notre société a longtemps été habitué à vivre dans le secteur
informel de règles de conduite dans la langue russe moderne, intitulée concepts,
sans aucune hésitation a pris cette option est un produit naturel,
poluanarhicheskogo kvazifeodalizma.
Néanmoins, malgré le fait que tout s'est bien, comme on l'a vu à partir de 80,
nous voyons 90 du siècle dernier comme une période de modernisation libérale. Au
cours de cette période, le pays est littéralement balayé le libéral flux d'innovations
à son contenu original, presque la première fois dans notre histoire a été levé
presque toutes les restrictions de la censure sur la diffusion de l'information, à
l'exception, bien sûr, une partie liée au domaine militaire. Inokulturnye innovations
librement en concurrence avec les éléments du jeu dans la tradition socio-
culturelle, presque la première fois dans ce domaine sensible sont traités de la
sélection naturelle, la sélection en fonction du degré d'efficacité et de
compétitivité.
Dans les réalités de notre vie quotidienne, beaucoup de choses ont changé,
mais des sociologues, des politologues et des économistes sont quelque peu
précipitée, la Russie, proclamant l'état de droit avec une économie de marché et les
attributs d'une société libérale. La transition de cette ampleur, la plus aggravé la
déconstruction doit, ne peut satisfaire les dix ou quinze ans, souvenez-vous que
l'Europe occidentale, pour que cette transition a pris des siècles. Période post-
soviétique, et les deux ont réussi à s'intégrer beaucoup, mais nous avons réussi à
éviter le pire scénario possible pour notre avenir, et il est en grande partie grâce
phase de modernisation de la période soviétique.
Avis d'une partie très importante de nos discours, en fait: quatre-vingt-dix
ont été une période où le taux dicté les exportateurs et les importateurs de biens de
consommation. Il existe un nouveau secteur de l'élite. Loin de la CSI dans ses
objectifs et ses intérêts, il n'est pas de motifs idéologiques, de ne pas encourager le
libre-échange à l'étranger et la politique intérieure de l'union avec l'Occident - son
partenaire d'affaires stratégique. Il n'a pas été détournée de pacifisme de l'armée et
l'industrie militaire. Tout aussi naturellement, il n'est pas avide de création et de
son industrie civile . Il a permis de construire un nouveau segment, présenté par les
nouvelles technologies, des normes, des valeurs, des institutions dans le cadre de
notre système socio-culturel.
Nombre sous une forme ou une autre, vécu ou tout simplement pris note de
l'innovation a été tellement qu'il suggère la formation d'un autre système libéral
d'analyser sa capacité (ou incapacité) dans des circonstances favorables et de la
disponibilité de l'histoire le temps de prendre une position dominante, de modifier
le système féodal impérial - . Mais la question fondamentale de savoir si les
innovations libérales de ces quinze dernières années, la transformation qualitative
de la société ou d'être assimilé par l'habituelle inversion régime impérial et a
remplacé le modèle régulier modernisation impériale, toujours pas de réponse.
Aujourd'hui, cependant, de plus en plus clairement les contours de l'avenir
de l'après-espace, la formation de ce qui est de plus en plus déterminée par la
logique de Thermidor, comme au cours des dernières années, a clairement défini le
modèle de la tentation impériale de la modernisation, le développement de
kvaziimperskomu route, qui, bien entendu, nécessite une une certaine idéologie.
Cette voie de développement est plus proche des autorités, des parents, d'instinct,
car il se reproduit, d'acquérir de nouvelles sémantique / old oposredovany
idéologique. A. White décrit le théâtre des recherches dans le contexte d'une
situation semblable en Russie après l'achèvement de la guerre russo-japonaise et la
première révolution russe, la définition va au-delà du champ d'application
thématique de pièces de théâtre dans la forme poétique de la présentation des
caractéristiques du sous-moderne de la Russie espace social et culturel: Dans le
contexte de l'effondrement de l'observer actuellement en Russie, la seule chose en
mesure d'atteindre - est un mélange visqueux du socialisme avec l'individualisme,
le jeu de la synesthésie, jusqu'à ce que les effets et les aromatiques kozlovaka,
barbare danse obscène à la rupture du reste de la civilisation .
À l'approche conventionnelle pour les traditionalistes comme ordre
deviennent purement décoratifs nature des institutions de la démocratie
représentative est cassé système de freins et de contrepoids, la puissance tout
commence à se concentrer plus clairement dans les mains d'une personne, un clan,
la direction du parti. À ce stade, l'élite au pouvoir ont besoin d'idéologie, d'accepter
la majorité de la société d'une situation physique, permettant sublimer leurs propres
intérêts en matière d'énergie, qui, pour diverses raisons, ne peuvent pas être utilisés
par l'homme pour la réalisation de soi dans le plan horizontal de l'existence
matérielle.
En termes de logique formelle, il est aujourd'hui difficile de déterminer ce
qui se passe dans le pays, la modernisation ou de rénovation? Rester à l'intérieur de
la compréhension traditionnelle de la modernisation, la réponse à cette question est
impossible. Une fois de plus, parler des mystères de la mentalité russe, au moins,
pas productif, car il est unique, avec sa propre spécificité et de la mentalité d'autres
peuples. Nous pensons que du point de vue de la modernisation du modèle
impérial, tout ce qui se passe a une certaine logique interne. Dans les trois ou
quatre dernières années qui se passe extérieurement chaotique, mais en interne, il
est organisé par le processus d'élaboration de technologies, les relations, les
fragments d'une civilisation libérale moderne, les composants qui peuvent être
utilisées pour restaurer et renforcer le système impérial de la raison. Alors qu'il
était en 1917, lorsque l'empire a été mis à jour avec l'aide de la mode, le socio-
ouest de la théorie économique, adapté aux bolcheviks face à leurs propres
problèmes.
Que notre prochaine période de modernisation, lorsque l'empire a été
l'élément dominant, en tant que libéral, et seulement une compensation, un sous-
produit de sa phase impériale? La réponse oui, littéralement porté dans l'air, de
nouveaux arguments dans sa preuve presque tous les jours il ya de divers secteurs
de la société. Néanmoins, nous pensons que parler de la longueur et la principale
phase de la modernisation impériale n'est pas tout à fait correct pour un certain
nombre de circonstances: La bureaucratie et la classe, mais ont tous la première
fois dans l'histoire russe est dense sroslis pénétré dans l'autre. Les grands
propriétaires acquis une influence politique sans précédent, et les grands opérateurs
- rapide des capitaux. Ce sera bon sur les différences entre les phases et à accélérer
leur rotation . Phase gosbyurokratii célébrations, dont l'auteur est en grande partie
le contenu coïncide avec la phase de la modernisation impériale, dilué dans ce cas,
la puissance de fusion et d'affaires de flou gosudarstvennicheskih idéologies, il est
largement dérivée et la nature ambivalente du processus de modernisation
contemporains.
Les modifications apportées au niveau plus profond, que la Russie a une
occasion historique de consolider neimperskoe comme un État-nation. Les empires
ne durent pas éternellement, pour la naissance à l'enfance, l'adolescence,
l'adolescence, âge adulte et enfin la vieillesse, dryahlenie, la faiblesse et la mort,
qui est en train de changer la raison fondamentale souiokulturnoy système. Nous
croyons que, dans le court et le moyen terme, l'amplitude des oscillations entre
l'Empire et de modèles libéraux de la modernisation sera réduit, disparu depuis
eschatologique idée n'a pas de sources nationales pour lui-même. Ideokratichesky
projet a pris fin, presque personne ne croit en la possibilité d'une percée dans le
paradis mystique et n'ont pas l'intention de sacrifier les valeurs tangibles terrestre
et eschatologique du message de mégaprojets.
Dans le même temps, la grande majorité de nos citoyens en utilisant de pré-
politiques d'ajustement économique, qui, au mieux, peut fournir le minimum de
conditions nécessaires à la survie biologique. Saving certains évasion en ce qui
concerne le plan horizontal de l'existence, en l'absence de prononcé eschatologique
idées, qui pourrait très bien compenser les échecs et les frustrations dans la vie
terrestre, elle affaiblit la motivation à la poursuite de la vie. Ainsi, les scientifiques
croient que la cause de décès précoce est le manque de visibilité des perspectives
de développement de l'individu. Aimlessness existence conduit à de très faibles
valeurs de la vie et le manque de désir inconscient de continuer . Dans un article
basé sur des études sociologiques menées en Russie dans le cadre du Programme
de développement des Nations Unies en 2002 - 2003 ans, note que les régions les
plus pauvres de Russie, y compris la région d'Ivanovo et de Pskov, ainsi que
l'oblast autonome juive et de la République de Touva, une note globale et est
comparable au Vietnam et certains pays africains . En un sens, est une sorte de
cercle vicieux, où la région de la vraie pauvreté pousse les gens à utiliser de pré-
primitive des stratégies de survie, et la disposition mentale de l'application de ces
politiques ont exacerbé la pauvreté et le territoire.
Si les idéaux de la Russie tout simplement remplacé les intérêts, comme cela
s'est produit d'abord dans l'Ouest et Europe de l'Est, il ne serait pas définitive, et la
transformation systémique de la culture et la civilisation qualités. Mais le
renforcement des intérêts du secteur dans les mentalités, afin d'atteindre un certain
niveau deideologizatsii, mais pas la formation d'un système structuré de la société
bourgeoise libérale type. Dans notre histoire et l'héritage socio-culturel à la
formation doit être beaucoup plus de temps historique que les quinze dernières
années de notre histoire. La mise en œuvre de l'intérêt privé est toujours en dépit de
l'inertie d'un féodal-ideokraticheskoy paradigme. Les tendances sont très
hétérogènes, les différents sondages d'opinion donnent l'image tout à fait
contradictoires, y compris la preuve de la revitalisation du processus de
remplacement de l'idéal intérêts. Ainsi, dans la recherche sociologique réalisée
dans le cadre de Tomsk Initiative, il s'avère que la destruction de la traditionnelle
prise de conscience (en raison, respectivement, et la destruction est irréversible, et
les valeurs traditionnelles sont présentes, en premier lieu, que Parade de niveau.
Dans l'espace post-soviétique pays est confronté à une épreuve du monde.
Perte du statut de l'impératif de la mobilisation de l'idéologie de l'état de vitalité et
de la société d'être protégée contre les menaces extérieures, à faire dans la période
soviétique, position dominante dans la hiérarchie des valeurs. Le test est aggravée
par le monde essai deideologizatsiey, le refus des projets mondiaux, en changeant
la direction du vecteur de la conscience publique de la idéologies messianiques de
projets et dans le secteur privé, les sphères de l'existence humaine. Après
zaideologizirovannoy vie en URSS est un état inhabituel. Au pouvoir, la question
se pose, sur quelle base peut être maintenue pendant au moins un niveau minimal
d'intégration de la société dans des conditions de relative liberté, l'autonomie de
l'individu, le niveau de l'hétérogénéité des valeurs, des normes, des stratégies de
vie.
Économique, politique et culturelle de l'élite du pays comme une solution
possible à envisager la construction d'une idéologie nationale, dans ses différentes
versions des applications, typiquement à leur impériale prototypes. Généralement,
l'idéologie postimperskoy époque est rétrospective, et a donc exprimé la décadence
et de simulation de caractère. Tous les discours sur le renouveau de la Russie et ne
parle de la construction de la nouvelle Russie. Qu'est-ce que la Russie va faire
revivre, Moscou Rus, Peter, Nikolayev, soviétique? GP Fedotov a déclaré à cet
égard que l'on voit la Russie dans un monastère, l'autre à la Horde de Gengis Khan,
le troisième à Saint-Pétersbourg dernier Romanov. Vous avez besoin d'avoir peur
de slogans bon marché et des perspectives étroites. La Russie, cependant, et ce, en
plus .
En outre, dans la réalité historique ne peut pas restaurer quelque chose, n'ont
plus ou moins de succès osovremenennye variations sur le même sujet, cela nous
montre venir à l'expérience historique. Rappelons-nous les paroles d'un célèbre
théoricien de la révolution conservatrice, Carl Schmitt: Ne pas Robespierre, mais
Metternich s'est monarshyu couronne. Il n'y a que moi, le suicide. Restauration -
est une méthode de destruction et de dévastation restavriruemogo. Pourquoi? Parce
qu'elle est l'auto-destruction. Donc, pas de restauration! Ni église, ni l'Etat, ni la
monarchie ni démocratie, ni trône, ni autel, ni les anciennes formes de la liberté, ni
les anciennes formes de l'obligation et le pouvoir . Le mythe dominant, il ne
rivalise pas avec la réalité, en fonction de sa logique, vous pouvez restaurer
n'importe quoi, vous pouvez même revenir au paganisme de l'ancienne Russie, de
la conscience de masse croit tout cela est tout à fait possible. À l'instar de Byzance,
la Russie cherche à tirer de son propre passé, sans cesse revenir à ses
mifologizirovannoy et le fétichisme des histoires et des idéologies, mais la
floraison pozavcherashnih idéologies d'avoir le bon signe du début de l'agonie
d'hier idées. C'est ce qui explique leur délire, délirant nature ... Galvanisation
idéologies essayons toujours que les condamnés de leur dernier mertvost . A
modern, la Russie d'aujourd'hui n'est pas de manière significative le temps
historique pour la poursuite de l'incertitude politique et d'éviter le choix historique
de la poursuite ambivalent attraction et d'éloignement de la civilisation occidentale
moderne.
La mort de l'Empire, a épuisé ses possibilités dans presque toutes les sphères
de la vie sociale, n'a pas été accompagnée par massive déconstruction impériale de
la conscience. Le passage du système impérial au postimperskoy forme de l'Etat
russe, conjuguée à la nécessité d'un développement durable, et notamment le
remplacement complet de la vie à une stratégie intensive. La transition de la
domination de l'ancien système à un autre système de type libéral exige la
transformation de la mentalité sous-jacente de la société russe, peut-être plus d'une
assimilation complète de l'expérience de la coopération euro-atlantique de la
civilisation moderne.
La fondation de l'empire ne peut pas être un militaire de grande envergure
violence, pas plus qu'elle ne peut être reconstitué et l'inertie de la peur de conserver
le pouvoir. Décès dus pas de doctrines idéologiques, car il est impossible de
rétablir l'ordre impérial, sur la base de l'épuisement des idéaux eschatologique.
Tentative de restauration impériale fondée sur la pleine utilisation des structures de
pouvoir dans le contexte de corruption généralisée, ne peut pas être suffisamment
efficaces, même si on ne peut manquer de reconnaître que, aujourd'hui, celui qui a
une arme à feu, beaucoup plus humain que celui qui ne l'est pas. Tout au long de la
90-s de l'invisible, mais des actions décisives des autorités et de la société, est un
vieux slogan: nous prostoyat nuit, de sorte que le jour a duré, le temps historique
dans la poursuite de cette pressé indéfiniment.
Pour un tel monde, ont été, naturellement, et très forte aussi bien des raisons
objectives, économiste éminent russe E. Yasin conduit les chiffres de l'inflation en
Russie post-soviétique: 1992 - 2660 pour cent en 1993 - 930, 1994 ... - 320. En
1995 - 21 pour cent. Il a été un changement radical ... 1997 a montré 11 pour cent
d'inflation annuel . Mais dans la suivante, en 1998, le temps est venu de défaut de
paiement, plus de trois fois plus dans le dollar, de détruire les grandes banques
commerciales, untightening une nouvelle spirale inflationniste. Difficile de dire si
elle était encore dans l'histoire moderne de la Russie, une période où les gens de
manière à éviter l'élaboration de plans à long terme lors de l'avenir, il serait
multivariée.
Tout au long de la période post-soviétique, la vie a été une illusion de la
possibilité de maintenir la stabilité sociale, en principe, impossible à l'ère de la
transition d'un sociales, économiques et politiques du système à l'autre. Nous avons
vu au cours de cette période pour éviter un choix historique, l'achat d'un éclat
vitrines ouest et l'ouest du chemin de la vie en général, et de ne pas perdre tout
l'acquis sociaux du socialisme, si possible, d'atténuer la gravité de la modernisation
des processus. Au cours de la période après 1991 pourraient avoir été réalisés en
vue de l'assimilation des valeurs libérales, étant donné que certains des éléments
partagés par les représentants d'une politique active de la minorité russe
megapolises. Mais il est irrémédiablement perdu, le procès du PCUS ne devienne
pas le deuxième Nuremberg, tableau de bord sous le régime totalitaire soviétique, a
été passé en pointillé, une jambe et un autre ici là, et, de fait, rien ochernyat notre
grande histoire, l'ère soviétique, Yuri Gagarin vol, le communisme , qui est la
jeunesse du monde, et il est tombé à différentes périodes de l'ère soviétique, les
jeunes, le peuple soviétique en général. Principalement à cause de ce mental de la
situation politique et les réformes économiques libérales à la mi-90-s du XXe
siècle, ont souffert de la moitié à plein de leur manque de volonté politique, mais le
plus important a été, sinon l'exclusion, puis, dans tous les cas, les montants à son
incapacité à réformer une grande partie de la société.
En Europe de l'Est, la libération du communisme a commencé plus tôt, il
était un bon processus d'émancipation politique est en grande partie coïncidé avec
le processus de libération nationale. Mais le principal facteur de différenciation est
la durée de l'intérieur izzhivanie le féodalisme, le processus dans les anciens pays
socialistes d'Europe de l'Est d'ici la fin de 80-s du XX siècle a été pratiquement
achevé. Il existe, cependant, le Proche-Orient avec les Européens, le fait de nous -
des changements dans notre conscience collective. Anti, anti-soviétique, la
révolution en Europe de l'Est qui a eu lieu au tournant du 80 - 90-s du XX siècle,
ont permis d'identifier un schéma selon lequel l'amertume de la confrontation entre
l'ancien et le nouveau système dominant disistemoy dépendent largement du degré
d'enracinement dans la collectivité en premier. En d'autres termes, la confrontation
est d'autant plus d'acharnement et le sang, a été la plus grande du pays soi-disant
socialisme réel, comme en Roumanie, et moins de cela, il a été le socialisme,
comme en République tchèque, la Hongrie, la Pologne, - la partie inférieure de la
résistance, et comment Par conséquent, de velours transfert de pouvoir.
En Russie, en 1991, en raison d'épuisement, l'idéologie communiste a perdu
la possibilité d'une incidence significative sur la vie réelle. Mais de velours de
notre révolution, mais plutôt mannoy ciel nous n'avions pas de syndicat Solidarité,
comme en Pologne ou à Prague (Moscou), le printemps, comme en
Tchécoslovaquie, en 1968, alors que seulement 7 (sept) personnes sont venues à
Moscou sur la place Rouge, après avoir reçu de cet acte de courage de l'année dans
les camps et l'exil. Puis, à la A. Galich chantait: Vous pouvez aller à la place, oser
entrer dans la zone à l'heure, et pendant des décennies avant lui, dans un cycle de
poèmes Pour la République tchèque, à peu près la même, de sauver l'honneur de la
nation en 1940 -- année où, dans la même colonne de la Wehrmacht se composait
de la Tchécoslovaquie, l'on trouve dans M. Tsvetaeva: ... un agent. Sur lesochka -
style de vie - / A громаду - oui avec le revolver! .. / Encourus / Bonnes nouvelles /
Que tchèque sauvé l'honneur! / So - Pays / Alors ne mettez pas / moyens - la guerre
/ Mais il est! .
Sept personnes sont très faibles, la révolution sociale est de ne pas souffrir
plus ou moins étendue des segments de la société soviétique, il a été victimes de la
minorité absolue, intellectuelle, la force physique ne suffit pas pour le plein-
réformes libérales. À de nombreux égards, précisément parce qu'ils sont si volatils,
il ya toujours la tentation impériale de restauration, il n'est pas possible sans la
création d'une nouvelle idéologie eschatologique. L'histoire se déroule pas en elle-
même, il rend les gens qui n'ont pas de procéder à la transformation qualitative et
efficace dans la Russie post-soviétique.
Rappelons-nous s'est avéré être les paroles prophétiques de Thomas Mann, à
qui il avait terminé à l'anniversaire du centenaire I. Goethe, predrokovom pour
l'Allemagne en 1932: le crédit, qui, aujourd'hui encore, donne l'histoire de la
république bourgeoise, il s'agit vraiment d'un prêt à court terme, fondée sur la foi
d'un autre survivant de la démocratie et peut vraiment faire cela, si vous croyez que
leur hypocrisie peut rendre aux autorités de précipiter les ennemis, à savoir ...
transfert de l'État et l'économie dans le nouveau monde . Dans notre situation
actuelle, d'un prêt entraîne l'espoir que la transition de la Russie à l'innovation,
économie post-industrielle qui est en mesure d'utiliser la capacité intellectuelle de
notre système d'éducation et de la société dans son ensemble.
La faiblesse et la fragilité des gains libérales dans les années 90 du dernier
siècle a été de ne pas découle de zlokoznennosti pouvoir. Au contraire, il est prévu
d'organiser des citoyens dans toutes les sphères de la vie. La puissance russe dans
les premières 90-s que l'élimination de la presse, l'idéologie socialiste et d'une forte
restriction de l'intervention du gouvernement et de contrôle dans les différents
secteurs de la société mènera à une explosion spontanée de l'activité cartes. Les
autorités, en effet, compter sur la participation active des résidents suffisamment
instruits des grandes villes, en particulier la Russie, les méga-villes de Moscou et
de Saint-Pétersbourg. Il semble que créatif, dynamique, proactive, de nombreuses
personnes instruites et ils peuvent organiser leur vie, mais par l'activité
économique et politique et la vie sociale pour le mieux, mettre en conformité avec
les normes adoptées dans la plupart des pays développés en Europe et en Amérique
du Nord. Comme nous le voyons maintenant, ces espoirs ont été trop optimistes, et
de grandes attentes, et a révélé que la quasi-totalité de la réévaluation.
En politique, les gens avaient à lui-même dans les partis politiques, qui
pourraient être plus ou moins grand degré d'efficacité de refléter les intérêts de ces
citoyens. Je suis au regret de constater que le véritable parti des capacités en
période post-soviétique de notre histoire ne sont pas disponibles. Héritée de la
période soviétique, est resté le parti de l'ancien pouvoir en évidence la mémoire du
moût - le Parti communiste, et il n'est pas encore partie à part entière, au mieux,
leurs embryons - Iabloko et SPS, les prototypes des parties, exprimant une certaine
idéologie. Le reste de la structure de l'éducation, de service dans le rôle des partis,
ont un unique, non-classique nature. Ils sont le produit de la créativité
intellectuelle, les autorités, les autorités n'ont pas peint l'émanation si les autorités,
qui peut offrir pratiquement n'importe quel nom, la structure de partis, un parti
d'idéologie. La succession de ces partis de pouvoir, nous l'avons vu dans les
élections parlementaires de la période post-soviétique. Sans entrer dans les détails,
de nommer l'examen, on note seulement que la base d'un haut résultat électoral est
l'effet de l'inertie due. En raison est mort mais il est encore l'inertie otozhestvlyat
eux-mêmes avec le pouvoir, de préférence aussi proche que possible de la ferme,
puis l'individu, de fusionner avec elle, se sent fort. On peut supposer que, comme
l'inertie d'amortissement de lignes en raison du contenu informatif de la partie
bâtiment changement vers une approche plus classique et de la masse parties, mais
cela nécessite une plus longue période de l'histoire.
L'inertie des différents oligo-subdiskursov doit prendre encore plus
manifeste dans le pouvoir. Par exemple, en se référant aux caractéristiques du
pouvoir présidentiel Eltsine, I. Klyamkin note que compte tenu de la puissance de
la tradition russe, il serait de parler de l'autocratie électoral ... j'ai proposé
l'expression ne fait que rendre le pouvoir actuel dans le contexte historique national
et reflète l'héritage de celui-ci, quoique dans une forme affaiblie, en particulier .
Dans les années post-soviétiques, l'affaiblissement de la normativité sociale
et culturelle des hausses de plus naturel, naturelle des personnes qui n'ont pas de
sublimer, comme c'est de plus en plus des interdictions prévues par la culture, est
inférieure à la motivation sociale de la recherche scientifique, la créativité
artistique. L'énergie qui se sublimer et utilisés dans le processus de service à cause,
le coût de la conformité de la vie quotidienne, l'épanouissement personnel dans les
infinies possibilités du matériel et spirituel des produits offerts par le monde
moderne.
En termes de la Russie post-soviétique de la Russie, de la culture de
nouvelles questions sont pertinentes à la question: Est-il utile de Pskov Pouchkine
quitrent?, À savoir si Haute Culture le pouvoir de l'État autoritaire, la censure,
rideau de fer, de servir la bonne? Il nous semble que la simplification de la culture,
la localisation de segment haut de gamme est une taxe pour l'extension des règles,
plus de liberté pour la mort samoosuschestvleniya personne devrait. La prochaine
étape de la modernisation liés à l'accélération d'un long processus historique de
l'évolution de la mentalité russe. Radikalizuetsya processus de remplacement des
éléments de la mentalité, la généalogie remonte à la verticale des éléments
mesurables de la planète causé par sa dimension horizontale, impliquant
zhizneosuschestvlenie ici et maintenant, dans un cadre clairement défini de la vie
terrestre, de la réconciliation avec le milieu, de mesurer le froid pravoustanovleny
formelle, la prise de conscience de l'impossibilité, la non-pertinence Recherche de
recettes universelles salut de paix et de la mort de l'homme devrait. Preuve de ce
changement de masse servent fantôme douleur, la profondeur de choc traumatique
causé par la perte de quelque chose de beaucoup plus important que le niveau élevé
de conditions matérielles de vie.

II. Système et disistema. Scénarios et perspectives


Malgré le manque d'enracinement dans le projet libéral sol russe, la tendance
libérale qui en est encore à la Russie ont constitué la base pour la formation d'un
autre système. Il est encore faible, mais toujours assez forte pour contrebalancer la
position dominante tradition impériale, le lissage et la gravité neoimperskih formes
autoritaires de la phase moderne de la modernisation et la restauration.
Procédés, clairement manifestée dans la période post-soviétique, suggèrent
un affaiblissement du système féodal impérial et de la formation active d'un autre
système libéral. Le principal facteur contribuant à cette porotsessu mort est due et,
par conséquent, la réorientation de la conscience du public avec les idéaux de
l'intérêt de promouvoir le changement dans l'équilibre interne entre les éléments
libéraux impérial et de la modernisation des processus. Au cours de la 90-s du XXe
siècle, nous avons vu une tendance à l'augmentation de la part des libéraux dans la
diminution relative de la proportion des composants des processus de
modernisation impériale. Mais même dans cette situation, nous devons reconnaître
que l'impérialisme qui dominent encore, considérablement renforcée dans les
années les plus récentes.
Néanmoins, d'importantes apparaissent dans la 90 e année du siècle dernier,
une tendance qui peut au moins mettre un libéral disistemu à la parité avec le
système féodal-impériale, et particulièrement favorable des conditions historiques
qui se produisent mai à moyen terme, en faire un système dominant . Nous
détenons la ferme conviction que toutes les tentatives visant à relancer, de faire une
plus concurrentiel et plus efficace du système féodal impérial ne peut que conduire
à un temps considérable à la durée de l'inévitable agonie. La deuxième fois, réussi
à répéter le kulbit sanglante révolution bolchevique, pour les anciens / nouveaux
impérial dans les nouvelles formes de contenu - pas possible. À ce moment-là - la
main est courte et que la politique impériale de la restauration a de graves internes
et externes plus graves. Dans le cadre de ces limites sont établies principalement
dans les domaines de l'économie mondiale et la géopolitique.
Maintenant à partir des caractéristiques générales du rapport de impériale-
système féodal et la nouvelle libérale disistemy procéder à l'analyse de leur
expression dans l'adaptation de nos concitoyens aux nouvelles conditions de vie
dans la Russie post-soviétique. Laissez-nous examiner les questions les plus
pressantes auxquelles nous tous de nous adapter à ses deux formes fondamentales.
Le premier groupe de pré-stratégies d'adaptation est un produit biologique de-
féodaux système impérial.
Il a été supposé que, dans l'espace post-soviétique dans le processus de
modernisation de l'économie - le processus d'auto-expression personnelle de
l'activisme - devrait créer un marché concurrentiel, de nombreux économistes
russes et occidentaux, la pensée politique actuelle que le retrait total de la
réglementation gouvernementale entraînerait une importante vague de l'initiative
privée, l'esprit d'entreprise, la création d'un grand nombre de nouvelles entreprises
capitalistes. Ainsi, A. Åslund, un expert sur les pays du bloc socialiste, de consulter
le gouvernement d'un certain nombre de pays de la CEI dans le 90-s du XX siècle,
au début des réformes en disant que la Russie ont déjà des millions d'entreprises
dans la première année de la libre entreprise et la liberté des prix. La pratique a
montré que ces espoirs ont été trop optimistes, car le potentiel de la société
capitaliste, la Russie a été grandement exagérée, et surtout à l'égard de son esclave
parties.
Un corollaire menées au cours de l'Union soviétique et en partie pré-
soviétique de la période de notre histoire, de politique publique a été la création de
complexes psychologiques incrédulité durable dans nos propres forces, en général,
et dans la capacité économique, entre autres choses, la vie avec un refroidissement
permanent sur l'état de la population en Russie et, par-dessus tout, les représentants
de l'ex-Union soviétique intellectuels . Au début des réformes post-soviétique, une
partie importante de la société russe est toujours en attente pour le soutien
économique des préférences de l'Etat, en fonction de divers paramètres n'a pas été
en mesure de jouer le rôle de l'entité économique indépendante.
Erreur dans les estimations de A. Åslund, et de nombreux autres politiciens
et les économistes étaient dues au fait il ya longtemps de Russie a noté
l'économiste et théologiens SN Boulgakov: L'homme est, bien sûr, pas la machine
économique par une source d'intérêts économiques et agissant avec l'inexorable la
simplicité et de précision sans faille, mais le type spécifique de l'esprit avec toute
la complexité et la diversité de la motivation psychologique. Religion, une
dominante du monde met un certain cachet et homme économique. Dans le coeur
de l'homme est à l'intérieur du lien entre la religion et de l'activité économique .
Rappelons-nous la surprise de Tolstoï, qui a dit que J'ai longtemps été surpris que
surprenant, en particulier établi en Europe occidentale, le point de vue que le
travail est quelque chose comme des vertus. Dans le cadre de cette
tratsionalistskoy valeur réglementaire, le travail n'est pas une vertu, un homme ne
doit pas chercher la richesse, puisque - gain de richesse - dans l'enfer d'être, mais
un grand ideokraticheskomu le projet dans ses formes religieuses ou laïques.
Dans ses mémoires, S. Witte de rappeler l'atmosphère typique de la Russie a
été éduqué dans la société 70-s du XIX siècle, quand, sur toutes les dovlel l'esprit
de la haine bien connue de ceux qui par leur statut ou de richesse matérielle sont
émis à partir d'un certain nombre de personnes de taille moyenne ... tel est l'état
d'esprit prévalu tout au long de la couche libéral intelligent . Cette humeur est
stable, son remplacement est assez classique dans les traditions socio-culturelles. Il
est présent et dans une longue histoire de la Russie, vyryvayas des paysans, des
émeutes Cossack Razin, Pugachev, Bolotnikova, un grand nombre de petites
perturbations, à sa complète réalisation dans les premières décennies du pouvoir
soviétique en URSS. Et aujourd'hui, dans la période post-soviétique de l'histoire de
la domination dans la société devient une personne qui a un effet négatif lié à
l'indépendance et proactive bourgeois, socialement des gens qui réussissent en
général.
Dans cette forme d'art est une attitude grotesque, mais parce que plus
clairement exprimée dans M. Boulgakov Dog Heart. L'ex-beau dvornyaga est
devenu un homme de science, en son centre, l'ouest, urgiynogo (créé par le travail),
l'approche de la vie, le chant révolutionnaire chants en chœur, joue de la balalaïka,
et de la complexité du monde prend une recette simple: Oui, il est d'offrir ... A puis
écrire, écrire ... Congrès, les Allemands ont un mal de tête ... puhnet! Prendre
toutes les diviser et de ... .
Et comment, dans ce cas, udovoletvoreniem plus pressants, les besoins de
base? Il est à espérer que le pain quotidien de comparaître à la suite de cette section
de l'étranger ( non) de la propriété, comme si par lui-même, ou (le pain), ou de
prendre soin de la juste autorité doit, soit velichistvo lui bonne chance et un
miracle à tous. Ces désirs de mai sous forme de résumé à exprimer les mots de la
fable Le schuchemu commandes, je vais de. D'où l'amour de la pyramide de type
MMM, Paul miracles, un jeu pour de l'argent, les attentes de la manne du ciel, un
miracle, capable de facilement, le son des activités quotidiennes dans le cadre de
l'économie de marché ainsi que de changer des vies pour le mieux. Même nature et
sont poussées périodiques de l'intérêt pour les activités du Président, le
gouvernement, la Douma: ce qu'ils font pour améliorer la vie des gens dans ma vie,
qui est Je n'ai pas fait pour eux-mêmes, mais ils sont pour moi.
Au cours de la post-soviétique, les réformes à des personnes n'aiment pas,
frappez à la moyenne du nombre, qui se manifeste comme un invariant mentale, la
haine de ce que l'on appelle les oligarques, le peuple de réussite matérielle, et en
utilisant la forme capitaliste de l'adaptation à une nouvelle qualité de
l'environnement social et culturel. La péréquation, qui sont sujettes à de
paternalisme, le niveau élevé de redistribution de la mentalité de la société russe au
cours des dernières années a changé, ce n'est pas tant que les coûts socio-culturels
de la vie humaine. Il est également évident que le nombre total de cas de base, et se
séparent, événements, choquant la démonstration de l'archaïque.
Ainsi, l'automne de 2003, le président de l'Union des industriels et des
entrepreneurs AI Volski a esquissé sa vision des relations de pouvoir et de
l'entreprise: Les relations avec le pouvoir doit être résolu par la négociation, direct
et secret. Mais ce problème ne se pose pas encore, le jeu doit être menée sur les
règles. Et a expliqué: Règles - Russie expression est spécifique et a un sens plus
large que celle de la loi. M. Sam A. Wolski a convenu que les entrepreneurs payer
pour leur liberté, par exemple, en aidant les autorités de lutte contre la pauvreté, ou
d'accepter d'augmenter la toute taxes spéciales sur les rentable. Nous devons
reconnaître que dans le réformateur russe vigueur n'est pas encore dans la loi,
comme dans archaïque folk Pravda (la conscience), perçoivent comme une
trahison des rapports capitalistes de cette vérité (la Conscience), un départ de
l'idéal de justice et d'égalité, comprise comme l'équation de la pauvreté. En effet,
l'équation de la richesse de toute évidence impossible.
En outre, les nouvelles entreprises russes est le rejet par les autorités russes
sur le plan personnel, niveau intuitif. Il avait un tas de lacunes, non seulement que
les gens avec des lunettes et une cravate, mais ils sont souvent d'origine
neariyskogo, laissez-vous l'amour n'est pas l'empire, préférant à intégrer la Russie
dans le monde / les structures européennes, y compris l'armée. Nous avons un peu
de changement, au cours de la Première Guerre mondiale, un célèbre psychiatre de
Russie Professeur PI Kovalevskiy ouvrage La psychologie de la nation russe, qui,
entre autres, que: Au cours des dernières années, et nous en Russie, a apporté de
nouvelles délétères Accueil -- Capital ... Pour les fonctionnaires, les spéculateurs,
kulaks, les rédacteurs de la nation n'a pas de syndicats, pas de logement, pas de
nation. Pour eux - seulement de la capitale. Pour le capital il n'y a pas d'honneur,
aucune fierté, ni le bien de la nation. Capital sont international et cosmopolite .
Il s'agit d'une tradition de méfiance en ce qui concerne les affaires de
personnes, de les suspendre toutes les étiquettes et tous se poursuit aujourd'hui.
Voici des coups de poing, à droite, à gauche, tous sous la racine, presque jusqu'à la
septième tribu au cours des années de régime soviétique, puis a introduit le Patriots
État, et a paru dans postsovetsoy de la vie, les agriculteurs sont trop petits et trop
faibles pour accroître l'agriculture, et afin de pouvoir accrocher des étiquettes sur
neoimperskaya rurales miroedov-zahrebernikov Bezrodny et cosmopolite en une
seule personne.
Mais si le pouvoir est à une telle profondeur, ne perçoit pas le niveau mental
des hommes d'affaires russes, surtout les grandes, il est pour elle une autre, et un
très fort argument en faveur de la redistribution des biens de l'entreprise privée à
l'État, ou du moins de les transférer sur le plan social / mentalement et
anthropologique lointain des hommes d'affaires sociales, mentale et de la parenté
anthropologique. Tous les plus clairement une tendance à considérer l'innovation
économique de 90-s du XX e siècle, tout comme les formes, des technologies et
des façons de transformer les institutions dépassées de l'économie de la distribution
de nouvelles, du matériel approprié et à l'environnement technologique et les
besoins de la société. Aujourd'hui, une nouvelle phase de la grande redistribution
des ressources de toutes sortes de solides et relativement indépendants (entreprises)
à la bureaucratie d'État dans le champ d'application de la notion de position
dominante dans le pays la distribution de l'économie.
Dans 90 du siècle dernier dans l'économie russe a connu une utilisation sans
précédent d'un échange naturel, des filets, ou échanges réciproques. Le
développement des formes de la nature des échanges est due non seulement la
situation économique de la réaction du corps à l'état afin de réduire et de la
contraction de la masse monétaire, mais aussi pratique, véritable expression de
l'inconscient collectif, la vérité des gens capables de traduire les entreprises visible.
George Foster, a étudié ce qu'on appelle la culture de la pauvreté, a noté que
pour le peuple, la vie dans une plus ou moins universel pauvreté, tout bien, toutes
les bonnes choses de la vie semblait avoir une sorte de système fermé, une
ressource qui est limitée pour ce groupe. En conséquence, si quelqu'un a l'un des
groupe reçoit un avantage évident, il va inévitablement se faire au détriment des
autres parties à la collectivité . Russie féodale-puissance impériale pendant des
siècles, cultive la culture de la pauvreté dans le pays, parce que les pauvres et le
familier et plus facile à gérer, ils ne seront pas rage avec Giroux, c'est avoir une
opinion qui diffère de la position de pouvoir et sont peu susceptibles d'être son
avocat. Période soviétique, avec ses lignes, des casernes pour les travailleurs et
zekov, wagons pour le transport tselinnikov et des recrues a été que la dernière
étape dramatique de ce long voyage.
Pendant des siècles, le pays a été négative sélection personnelle comme la
plus puissante et indépendante du rejet, au mieux, de se rendre à l'émigration, le
renforcement de leur travail et l'intelligence des puissances étrangères, mais en
règle générale, sont détruits physiquement dans son propre pays, et qui conduit
inévitablement conduit à une détérioration de la qualité de la société russe, à
réduire ses chances dans la vie, et pour diriger le dépeuplement.
Aujourd'hui, la sélection a déjà eu lieu, a paru d'un long historique de
sélection adverse, quand une société est retirée, rejetée ou les personnes isolées, la
hausse de manière significative au-dessus du niveau de leur environnement. À
midi, l'ère stalinienne similaires alignement du niveau de la moyenne et au-dessous
montre dans un sens littéral, le tragique de retrait de la société de personnes
relativement élevé à l'égard de laquelle le chef pourrait connaître quelques
psychologique. À de nombreuses parthozaktivah ère dominée par des personnes de
taille moyenne, comme IG Erenburg a écrit dans ses mémoires: Les gens. Ans. Life
, la situation a changé en seulement 60 du siècle dernier.
Libéral de réforme 90-s du XX siècle ont été exception à cette règle, la
force ont été en mesure de se développer librement, la création d'une entreprise,
afin d'atteindre non seulement économique mais aussi la réussite sociale. Dans le
milieu des années 90-s, il y avait environ 20 - 23% avec une tendance à la
réduction.
Mais la faiblesse avérée beaucoup plus grande et il n'est pas surprenant que,
après une si longue période de sélection personnelle négative. Precapitalist
(naturelles) sous forme de fermes familiales a été massivement dans la période
post-soviétique, les agriculteurs (et pas seulement les agriculteurs ont mis au point
un virtuose de la capacité de survivre, de prévoir les circonstances et les défis de la
vie. Cette capacité est d'une valeur inestimable dans des conditions extrêmes,
lorsque la famille est forcé de tourner l'économie sur lui-même, fermé à la gamme
des socio-économique des structures, construire rapidement un réseau horizontal,
spontané, liens de coopération avec des parents et des villageois. La capacité de
littéralement rien fait aujourd'hui, une certaine auto-assurance de garantie du
système, ce qui - la survie physique et sociale .
Une grande partie du public a demandé à la pré-technologie de la survie,
alors que dans le nom de la préservation de la garantie de ressources minimales
nécessaires pour une simple reproduction de la vie biologique, un risque de rejet,
comportements novateurs. Dans la période post-soviétique à 70-80% de nos
compatriotes ont choisi d'adapter le modèle pour la réforme, qui est au-delà de la
portée de l'économie de marché capitaliste, la réduction de la consommation afin
de limiter l'ensemble des biens et de services en vous rendant à la nature des
formes d'auto-suffisance.
Le peuple bezmolvstvuet, dans la plupart des cas, de choisir la forme
passive, l'objet stratégie d'adaptation. En Russie, à la différence de la CEI, n'est pas
généralisée du travail en matière d'immigration, à l'exception de l'intégration dans
le monde (à l'ouest) sur le marché le plus de travailleurs qualifiés. Un exemple
classique de ce qui peut être une immigration de travail des programmeurs russes
ont une bonne formation scientifique de scientifiques, d'ingénieurs, etc Dans le
même temps, les processus de désindustrialisation, la destruction de la ferme
collective système, accompagné de la libération de la masse des travailleurs moins
qualifiés, n'ont pas entraîné de toute la main-d'œuvre industrielle et de
l'immigration de travailleurs agricoles.
Posteriori, sur la base de la décennie post-soviétique, nous pouvons dire que
l'utilisation pratique dans la tradition socio-culturelle des traditions des
comportements, des normes et des valeurs que l'on retrouve à être inefficace dans
les conditions de la transition en Russie.
Mais en raison de l'effet, que la vague d'occidentalisation sont inégaux à-
coups, notre modernisation a laide: une grande partie des gagnants de la
communauté ou de l'état de personnes qui ne sont pas associés marché civil et les
communications, mais elle se transforme en une rolling stone , alors que, en fait,
des éléments de l'ancien distribution (mais pas strictement réglementée, et
haotizirovannoy) des systèmes . Ce type de décision au sein de la société n'a pas
besoin de plus de la reproduction artificielle des autorités, il est maintenant dans le
mode de l'auto, mais reproduit dans la réduction de la taille, un naturel la
diminution de la population est maintenant d'environ 800 mille millions de
personnes par an. Une personne peut-elle ce que vous voulez imposer des normes
de vie, mais vous ne pouvez pas forcer le forcer à vivre. Imperial idéaux dans leur
forme actuelle pour la farce l'esprit les médias traditionnels - ce n'est pas ce que
vaut la vie. Doit - ont trouvé la mort, mais la grande Russie, les gens n'ont pas
encore été l'occasion de perpétuer et de développer la vie et le monde qui existe.
Cela peut être vu, et les tristes statistiques de l'alcoolisme, la toxicomanie et les
troubles mentaux.
Diverses manifestations de comportements déviants est fondée sur de
nombreux facteurs différents sotsiokulurnyh, mais ils sont tous portés à un
dénominateur commun, le nom de - de désespoir: La recherche a conduit les
scientifiques à des conclusions paradoxales. Quand un bien-être et la croissance
économique en Russie un véritable potentiel humain de la détérioration rapide . En
d'autres termes, le pays ne peut pas exécuter une disposition horizontale, le
développement matériel, et le succès dans la société de consommation n'était pas
encore réalisable smyslozhiznennym Projet pour la grande majorité de la
population de la Russie.
Mais pas tout le monde en Russie est si sombre. Dans la période post-
soviétique, constituées sur la base d'individualisme et le capitalisme des formes de
l'activité des différentes stratégies d'adaptation. Motivation ( dostizhencheskaya )
propose une activité préalable à la réussite dans la vie de stratégie, qui est conçu
pour l'acceptation sociale et de la réception de tout avantage ... Il est basé sur les
besoins de l'individu dans la reconnaissance et l'estime de soi ... Il - une stratégie
de militantisme et de valeurs symboliques. Nous avons pris de la valeur de la
modernisation de la Russie dostizhitelnyh a été le mouvement de la motivation
individuelle sur le niveau des sous-jacent de base des représentations, des
symboles et des valeurs qui guident les gens dans leur quotidien la conduite des
affaires.
Des méthodes efficaces de l'activité économique est plus instruit de la
société, qui coïncide en grande partie de ses frontières avec la Russie, la classe
moyenne émergente. Les résultats de la recherche sociologique style de vie de
classe moyenne, menée par le magazine expert et par zircon, indiquent que la
classe moyenne russe en plus de la moitié est composée de citoyens de
l'enseignement supérieur. Un niveau plus élevé de revenu, de prestige social, que
les postes de pouvoir dans l'ensemble du pays, est une conséquence de la hausse
des qualifications professionnelles, de sa demande de libre marché du travail. Le
niveau d'éducation des entrepreneurs (c'est-à-dire, les grands hommes d'affaires en
2001, est devenu encore plus élevé: 96,9% d'un diplôme universitaire, 13,4% - plus
d'une université. Le plus souvent, la seconde l'enseignement supérieur est un ordre
juridique ou économique.
L'utilisation de stratégies d'adaptation efficaces, qui sont principalement
intégrés dans l'économie capitaliste, comme dans le cas de la valeur traditionnelle
d'adaptation est déterminée par les préférences de la personne. Les valeurs de base
de la moyenne des Russes sont la liberté, la volonté, l'énergie et de l'auto-
discipline. L'augmentation de l'expression de ces valeurs, la plus proche du haut de
la pyramide sociale. Des valeurs alternatives à celles dont ils ont quitté la moralité,
l'éthique, l'ex-Union soviétique et l'appartenance à la communauté .
Dans la vie quotidienne progressivement de nouvelles valeurs, les objectifs,
approuvés par la nouvelle pratique de la vie et de comportement. Pour le peuple
russe a toujours été importante dépendance à l'égard de l'évaluation externe, c'est-
à-dire ekstroobraza personne, étant donné la réticence de la masse totale, exprimée
dans la maxime du type: Je suis comme tous. Je ne suis pas dépendant , etc
Etatistskoe favoriser un sentiment de dépendance à l'égard de la société, les
autorités ont commencé le processus de socialisation primaire et inkulturatsii la
personnalité, de continuer à suivre toute sa vie. La fin du XXe siècle en Russie, a
été marquée par un changement des pratiques de socialisation et d'inkulturatsii
différents modèles de réussite. Dans la première décennie post-soviétique, un
nombre croissant de Russes utilisent le nouveau mécanisme de légitimation sociale
et culturelle de la réussite a été le passage de la principale communauté
d'apprentissage, kommunitarnyh des valeurs à des valeurs de l'individualisme.
Environ 20% des Russes ont choisi une stratégie d'action, c'est-à-dire ont
ouvert leur propre entreprise, ont reçu une formation professionnelle, en utilisant
leurs compétences dans les régions de la Russie et les pays du monde où ils sont
plus en demande. Selon le paradigme libéral, de l'identité de son propre, distincte
de l'intérêt du groupe, les intérêts. Grâce à la collaboration active de l'individu
autonome est en mesure de défendre ces intérêts plus efficacement.
Anthony Giddens estime que les gens ont tendance à la culture du risque,
l'imprévisible peut voir le jeu de cas, dans des circonstances qui sont perçus par les
autres comme un stéréotype, ne nécessitent pas de création d'interprétation.
Emerging innovations étend les frontières de la vie de pratiques socialement
acceptables. L'absence de prédétermination divine, stochastiques facteur aléatoire
ouverte situation de la vie fait son ambivalence, peut être résolu à la suite de
l'action créatrice. Dans ce contexte, le risque cultivé en corrélation avec les valeurs
de la conscience sociale de l'ère du modernisme. Cette stratégie d'auto identité, son
intelligence, la possibilité d'une bonne choix de vie, parce que Aujourd'hui, le
risque n'est pas une question de choix, c'est le destin.
Aujourd'hui, les membres de la classe moyenne d'abord et avant tout
déterminée par l'utilisation de positif (bourgeois) les stratégies d'adaptation, dans
toute la mesure des réalités de la vie post-soviétique. Ces modèles positifs de
l'adaptation utilisé principalement par la classe moyenne russe.
Malgré la part relativement faible de la classe moyenne, composée de la
société russe en général, le soutien social de la modernisation libérale de la post-
soviétique, période de transition ne coïncide pas avec ses limites - il est plus large.
En 1996 - 2000 ans (sauf pour quelques mois après la crise d'août 1998) chez les
Russes interrogés par les sociologues de la population ressent le besoin de
poursuivre les réformes du marché, plus grand que le nombre prêts de s'arrêter. Ces
personnes constituent une majorité relative dans la Russie moderne. Près d'un tiers
de la population adulte étaient en fait pour la mise à niveau. Naturellement, un
certain nombre de chercheurs est de l'optimisme sur la nature, l'efficacité et la
disponibilité des makrosubeta sociale de la Russie réformes. Ainsi, TI Zaslavskaya
note que ... le pays n'avait pas encore formé un social makrosubekt pas seulement
intéressés par la réalisation de réformes démocratiques, mais plutôt d'une approche
intégrée et puissante pour résoudre ce problème pratique.
Néanmoins, nous pensons que, tout en maintenant l'environnement extérieur
relativement favorable, en particulier, les conditions résultant de l'inventaire
syrevyh marchés, régime fiscal, travaille sur la formation d'un tel macro-acteurs,
intéressés à poursuivre le processus de transformation dans le modèle libéral de la
modernisation. Il s'agit de la plus forte, les jeunes, instruits, rationnel utilise la
stratégie de la vie et ayant des motivations positives dans la vie de la société. Cette
russe yuppie à la fin de la mi-90-s du XX siècle, les personnes qui ne peuvent pas
être utilisés pour la prochaine ideokraticheskogo projet.
A makrosubekt à l'européanisation de la Russie, le mouvement vers
l'intégration dans les institutions internationales et, en particulier, de l'économie
européenne, des structures politiques et militaires. Il est intégré dans la structure
d'une Europe unie peut renforcer le statut d'un modèle libéral de la modernisation
et, par conséquent, une alternative libérale socio-culturelle en tant que système
dominant.
La classe moyenne se développe avec dynamisme, pour les trois années de
recherches menées sous les auspices de la revue expert, il a grandi, de 14 à 25% de
la population totale du pays, elle, avec un degré suffisant de la conditionnalité peut
être divisé en haute, moyenne et basse . Selon la méthodologie de l'étude,
l'appartenance à une couche particulière de la classe moyenne est déterminée par le
niveau de revenu mensuel par membre de la famille.
La classe moyenne russe cesse progressivement d'être une chose en soi,
définit ses préférences dans le domaine des normes et des valeurs, y compris ceux
liés à l'individualisme et du collectivisme, les partis politiques etc t Cela est
démontré par les résultats de la recherche sociologique, afin de l'automne 2002 par
le magazine expert et de zircon, une étude a été menée Les préférences politiques
de la classe moyenne. Nous donnons quelques chiffres du revenu par habitant de
divers groupes de la classe moyenne, qui a largement en corrélation avec ses
valeurs et ses préférences idéologiques.
Commençons donc. Moins rentable du groupe de la classe moyenne (classe
moyenne inférieure) sont plus enclins à suivre la Russie, traditions socio-
culturelles, ils sont des valeurs importantes telles que le collectivisme, la justice
sociale, de leurs représentants sont plus attirés vers la gauche du spectre politique.
La composition de ce, le plus nombreux groupe d'environ 60% du nombre total de
la classe moyenne russe, composée de citoyens russes avec un revenu mensuel par
personne dans une famille d'environ 150 - 250 USD. États-Unis. Ce groupe est
généralement représenté par de simples employés d'entreprises privées et des
organismes gouvernementaux, des cadres et de main-d'œuvre aristocratie.
Plus rentable groupes préfèrent valeurs individualistes qui sont disposés à
prendre des risques, le choix personnel, tendant, principalement, pour le côté droit
du spectre politique russe. En cela, le groupe moins nombreux de la classe
moyenne, soit environ 12%, étaient des citoyens dont le revenu mensuel par
personne de la famille dépasse le montant équivalent à 400 USD. États-Unis. La
classe moyenne supérieure se compose des cadres supérieurs des grandes et
moyennes entreprises, les propriétaires de petites entreprises, des professionnels
hautement qualifiés.
Entre le haut et le bas du groupe est secondaire le niveau de revenu de classe
moyenne qui est de l'ordre de 250 à 400 USD. États-Unis. Selon leurs valeurs, ce
groupe d'âge est en grande partie tirées de la position occupée par la classe
moyenne supérieure, ce qui est probablement dû à la grande histoire et de
l'optimisme, la foi dans leurs capacités. Ce groupe est d'environ 28% du nombre
total de classe moyenne.
Classe moyenne inférieure est un partisan actif de la justice sociale et
l'égalisation de la situation sociale et culturelle de la société, qui se manifeste dans
la volonté de l'Etat de paternalisme, de réduire l'écart entre les plus et les moins
bien lotis groupes. Il est important de politique active des pouvoirs publics en
matière d'emploi, sa participation à la relation entre travail et capital, qui est
complété par un niveau relativement élevé de soutien pour la redistribution, la
nationalisation de biens obtenus par des moyens frauduleux. Lors de la révision
des résultats de la privatisation de ce groupe de répondants a appuyé l'ordre de
27% des répondants, contre 16% dans le groupe de la classe moyenne supérieure.
Selon le point de vue partagé par la majorité de la classe moyenne inférieure, l'État
doit jouer un rôle actif dans la gestion économique, en abordant les conflits entre
travail et capital. Dans le même temps, il convient de noter le niveau élevé
d'engagement envers les valeurs démocratiques, ce qui est considéré par le Comité
de déclarer les personnes interrogées, ce qui représente la classe moyenne
inférieure. Les auteurs de l'étude suggèrent que la classe moyenne inférieure est un
cadre électoral pour le développement de la social-démocratie russe. Dans la classe
moyenne inférieure de quelque sentiment de la justice sociale, donc, à notre avis,
une partie de celui-ci mai promenyat et les libertés civiles dans le public de la
justice des féodaux-modèle impérial.
Classe moyenne supérieure, pour un certain nombre de positions d'un point
de vue différent de leurs homologues des groupes à faible revenu de la classe
moyenne. Conformément à l'environnement qui prévaut dans ce point de vue, l'État
doit finalement renoncer à la politique traditionnelle de paternalisme à l'égard de
l'ensemble de la société et la communauté des affaires en particulier. Classe
moyenne supérieure, soutient le concept d'une économie libérale, s'oppose à la
redistribution de la propriété, elle devrait être l'État, en tant que partenaire, mais
pas un tuteur. Ces personnes ne sont pas sirye et sordide, mais égale et digne.
En d'autres termes, la partie supérieure du groupe de la classe moyenne russe
la confiance en soi, au nom de l'auto-développement, l'émancipation de l'individu,
est capable de résoudre leurs problèmes de la vie. Ces points de vue coïncident
largement avec la tradition libérale classique, que le gouvernement créé afin de
protéger les citoyens libres de droits constitutionnels, cette fonction de l'état et
doivent être limitées. Selon la conception libérale de la personnalité, parce qu'il n'y
a pas objective (scientifique) des méthodes pour déterminer sa préférence pour
l'individu, les individus eux-mêmes de décider ce qui est juste et ce qui est faux,
pour atteindre un maximum de valeur et d'efficacité dans divers domaines
d'activité. Une caractéristique du système vues (classe moyenne supérieure, est de
reconnaître la grande valeur de l'indépendance, la volonté et de la discipline. Il
apparaît, sur la base de ces ressources, ils ont obtenu ce qu'ils ont accompli.
En tant que classe moyenne supérieure, et gravitant au milieu constituent le
potentiel de la base électorale de droite parties. Classe moyenne inférieure est
davantage axé sur les valeurs sociales-démocrates. Ceci crée le potentiel pour le
développement des deux système démocratique, le vecteur de développement qui,
en fonction de la variation de la valeur d'orientation de la classe moyenne russe est
destiné à la construction d'une Russie démocratique dans le système socioculturel.
Progressivement, la réalisation de lui-même comme un groupe social avec leur
propre situation économique, politique et culturelle des intérêts de la haute et
moyenne section de la partie de la classe moyenne émergente agit comme un sujet
potentiel d'un modèle libéral de Russie de modernisation.
Compte tenu de la forme sociale de la concurrence comme un phénomène
culturel, K. Mannheim divise deux approches fondamentalement différentes de la
vie. La première approche suppose que par un homme conscient des buts, il est
ambitieux et sait l'entreprise, qui vise rationnelle monde perçoit et comprend le
temps comme une sorte d'intégrité. Personnalité nourri les qualités nécessaires
pour la lutte économique: le courage, le réalisme, la capacité d'analyser la
psychologie de l'adversaire, un vif intérêt à apprendre de l'interdépendance des
phénomènes, une anticipation de nouvelles opportunités, la capacité de voir la
perspective de chacun des progrès de leur chaîne d'approvisionnement, de vivre un
avenir proche, que le présent, pas convaincu déjà atteint, à faire pression pour de
nouvelles chances de réussite, estimant que leur mise en œuvre est plus important
que ce qui a été réalisé, en un mot, un perpétuel effort de se surpasser soi-même, et
l'incapacité à faire glisser l'existence de .
Les difficultés, les obstacles à l'objectif, des reculs temporaires ne peut pas
arrêter une telle personne: Les valeurs de base de la moyenne des Russes sont la
liberté, la volonté, l'énergie et de l'auto-discipline. L'augmentation de l'expression
de ces valeurs, la plus proche du haut de la pyramide sociale et culturelle. Des
valeurs alternatives à celles dont ils ont quitté la moralité, l'éthique, l'ex-Union
soviétique et l'appartenance à la communauté .
Contrairement à la première, activiste dostizhitelnomu type de personne,
dominante dans la société moderne, deuxième type, qui est typique, en particulier
pour les opérateurs traditionnels / polutraditsionnogo, y compris la société
soviétique, un passif, un homme de ce type abandonné la lutte pour la vie de
succès. Le temps pour elle - intermittent et statique, c'est la totalité de la surface de
la puissance de l'humeur, et son mensonge est toujours le risque de renonciation.
Ce risque de perte de soi - la source éternelle de la farine. Si la situation ne change
pas à travers le changement de style de vie total, la perte de la vie elle-même
devient une cible. Ainsi, la perte de biens que je possède est la caractéristique
fondamentale de la demande des Indiens du nirvana. Mystique chrétienne reflète
un désir de fusionner la personne avec le Christ jusqu'à dissolution complète dans
le Christ . Le deuxième type de personnalité est bien corrélé avec la tradition
religieuse orthodoxe, qui est très particulière laïque de contenu à l'époque
soviétique, de la comptabilité de l'homme russe ancien système féodal impérial.
Donc, nous avons examiné brièvement la possibilité de deux stratégies de
base utilisées par nos compatriotes dans la Russie post-soviétique - et le bourgeois
doburzhuaznuyu. Le premier groupe sur la vie politique a été principalement le
haut et le milieu de la classe moyenne et le second groupe du reste, comme nous
l'avons déjà noté, la plupart de la société russe. Il s'agit de la proportion des
personnes et l'autre a un sérieux impact sur la sélection de scénarios possibles pour
le développement futur de la Russie.
À cet égard, nous notons que Leaky le contexte d'une tendance dangereuse
arhaizatsii ordinaire de conscience du public et, apparemment, la plus récente en
dernier impériale modernisation / restauration n'est pas en mesure de résoudre ses
défi - restaurer l'empire. Un plus évident déni de la puissance de la modernisation
du modèle libéral conduira inévitablement à une accélération de la Russie retard
pour la plupart des indicateurs non seulement du monde occidental, mais
également d'autres pays occidentaux, sur la voie de la modernisation. En
particulier, ce refus va conduire à l'augmentation de l'écart technologique, comme
sur la base d'un modèle impérial de la modernisation, qui, comme nous l'avons
montré, sur la base de la servitude publique massive de l'après-ère technologique
pour atteindre la parité avec l'euro-atlantique de la civilisation de moderniser
fondamentalement impossible. Pour atteindre et maintenir la parité qui ont besoin
d'un homme libre, professionnelle, sans se sentir dans le pays, de percevoir la
puissance, les médias, notamment la télévision, sans rejet et de l'allergie.
C'est un paradoxe, à première vue, il paraît - sans ATP et les pommes dans le
Parlement (aujourd'hui mon parti, et ils représentent mes intérêts au pouvoir), sans
libre choix dans un journal gratuit le matin au cours d'une tasse de café - pas de
parité technologique, y compris le le domaine militaire, dans le monde post-
industriel ne peut pas l'être. Sa juste là pour aider.
Gratuit et professionnelle de personnes vont se trouver beaucoup plus de
travail rémunéré et un plus grand degré de liberté partout dans Los Alamos, et de
l'office impérial, non seulement pour la peur mais la conscience est prête à faire la
parité -, il ne sera pas en mesure de réaliser. Pas cette époque, et non pas le degré
de liberté intérieure, et non l'accès à l'information et à la sortie - non pas le degré
de créativité. Tout cela, à son tour, ferme la possibilité de rejoindre la Russie post-
mondiale et les perspectives pour la construction d'une société de l'information - le
fossé technologique deviendra irréversible.
Mais pas tous si triste, un autre choix fatidique pour le pays n'est pas encore
en place à la fin et de 90-s du XX siècle, étaient pour la plupart du temps la
modernisation libérale. Et tout ce temps dans le processus de réforme économique,
en partie politique, et même dans une moindre mesure, le développement culturel
de la Russie la classe moyenne - la fondation d'une société libérale. Oui, ce
processus a été lent et difficile, et au niveau subjectif, et non pas tous les
représentants de la classe moyenne russe se partagent les valeurs libérales. Modern
petite bourgeoisie urbaine et de ne pas toujours pleinement conscients de leurs
intérêts politiques, mais à moyen progressivement vyzrevaet préparation
psychologique, si elle n'est pas en opposition directe à l'état féodal-impériale, au
moins à protéger leurs biens par tous les moyens. Certains auteurs modernes
estiment que cela a été pré-soviétique de Russie.
Ainsi, le ratio de non-Russes à la propriété en période pré-soviétique, la
Russie moderne, philosophe et élève de AF Losev, Vladimir B. Bibihin décrite
comme suit: Si la propriété privée en Russie est très simple, presque sans
résistance, a été balayé socialiste tourbillon de passions, c'est seulement parce que
trop faible de la foi en la vérité de la propriété privée, et à eux-mêmes propriétaires
negoduya sur ograblyaemye pillards pour des raisons personnelles, au fond de leur
cœur ne croient pas en leur droit, et non pas au courant de sa sainteté, ne se sentent
pas leur responsabilité de le défendre, en fait, secrètement moral croit en la justice
de ces dernières objectifs socialistes .
Alors, tout à fait délibérément polémique focus, le commentaire ci-dessus.
Nous pensons que la propriété privée - est sacrée, elle doit donc être protégé par
tous les moyens possibles et, surtout, politique. Si les représentants de la
communauté d'affaires russe en grand nombre ne se livrent à des activités
politiques, si la communauté des affaires restent en soi, - sur la propriété privée en
Russie va bientôt oublier. La question de son existence en Russie, mais dans une
forme plus légère, est exactement le même que dans Octobre 1917. Et devant les
grands et les petits propriétaires est le même - un tragique question - êtes-vous
prêts à défendre leurs biens, et donc de la nouvelle Russie? Liberté de la Russie
moderne, propriétaire d'une fausse honte et la peur de la nuit, ayant la propriété -
c'est psychologique, mais la condition sine qua non pour en faire la propriété
privée au sens strict du terme.
Nous pensons que dans la période post-soviétique, la modernisation et les
plus instruites de la classe moyenne, peuvent accélérer le coucher du soleil
dominant-système féodal impérial et à contribuer à la formation de nouvelles,
d'autres du système libéral-démocratique qui soit en mesure au fil du temps à la
lutte pour la domination. Libéral disistema progressivement étendre son influence
dans les diverses sphères de la vie publique, même si sa vie ne peut pas être décrite
autrement que polulatentnuyu. L'évolution et l'expansion de la vie permanente
libérale disistemy avec succès certaines circonstances, la Russie propose à la
perspective de la transformation progressive libérale. Mais un tel scénario de
développement est loin d'être le seul et inévitable, il est possible et la mise en
œuvre de scénarios, conduisant le pays dans un autre historique annexe.
Cependant, il ya une possibilité assez longtemps pour éviter toute forme de
certitude, de procéder à la situation politique Fire Response, le maintien de la
stabilité sur la base de nous prostoyat jour, mais a duré de la nuit. Ceci, bien que
n'étant pas pleinement conscient, le choix de faire des actions spécifiques dans les
deux la politique intérieure et étrangère dans un ensemble de dispositions
mutuellement exclusives, a déclaré dans un effort pour assurer, au lieu de tout
l'éventail des futurs possibles des décisions. Toutefois, au cours des dernières
années, a très clairement un choix en faveur de kvaziimperskogo développement,
qui exige naturellement une certaine idéologie. Cette voie de développement est
plus près de chez eux, instinctivement, car il se reproduit, d'acquérir de nouvelles
sémantique \ ancien oposredovany idéologique. Feudal-impériale de Russie, et le
choix de l'avenir kvaziimperskuyu pouvoir plus ou moins consciemment appuyé et
moins éduqués et le soutien matériel de la classe moyenne.
Néanmoins, la notion de choix futurs, et cette évolution n'a pas encore été
rendu final, la situation se développe dans mezheumochnomu, ambivalente
scénario. Aujourd'hui, le pays continue de l'équilibre dans le domaine de
l'intersection de la modernisation impériale et les tendances libérales, mais aussi
entre l'Empire et libérale des modèles de développement social ne peut pas être
durable et à long terme de compromis. Au niveau empirique, dans la société,
hétérogène et multi-tendances de l'état diffus, mais la principale stratégie de
développement ne peuvent pas être transmises simultanément dans des directions
opposées, tôt ou tard, auront à faire un choix historique. Et plus le fardeau de la
tradition impériale de pouvoir s'opposer à ce choix, si douloureux qu'il aurait à
payer à court terme, une perspective historique, car l'avenir d'une monarchie
féodale dans le monde moderne, no. Compte tenu des limites connues de la vie
humaine individuelle, il est dommage seulement que la période sans avenir peut
parfois durer très longtemps.

Conclusion

En 1247 en Europe à partir de la lointaine et dangereux voyage vers l'empire


Chingizhana retourné ambassadeur du pape franciscain Giovanni da Carpini Plano,
à gauche et de descendants contemporains vu une description du pays, une
description qui contient une masse de faits, reconnus par les historiens assez
fiables. Le cinquième chapitre livre De l'origine de l'empire des Tartares et de leurs
princes, et la puissance de l'empereur radicalement différent du reste du texte de la
fantastique des événements que nous pensons de leurs symboles d'une manière
compatible avec le thème de cette monographie. Selon Carpini, Chingizhan, en
cherchant à gagner le monde entier, a interdit à ses soldats de retour avant de
gagner une victoire totale, non seulement de conquérir un voisin, et donc
culturellement proches, mais lointain, les gens barbares. Warriors Chingiz combats,
ou d'essayer de lutter avec des gens qui n'appartiennent pas à notre monde
terrestre, en ajoutant à l'empire du chaos espace, une tentative pour acquérir la
domination du monde repousse les Mongols d'une extraordinaire portée. Cette
fascinante parabole dans le même temps, et instructif: l'auteur prédit l'effondrement
rapide de l'empire fantastique.
Les empires ne durent pas éternellement. Nous savons que c'est
probablement le meilleur de ces lointains événements contemporains.
Postimperskoe gouvernement russe tente péniblement de tourner avec des siècles
de naezzhennoy impériale jauge, et douloureusement, en concurrence avec
neoimperskim projet de germes de briser le nouvel État démocratique. Empire,
cherchant à atteindre le monde entier, à savoir que l'empire était l'URSS, va
inévitablement inclure dans le corps est hétérogène, et donc incompatible éléments
socio-culturels, tels le territoire civilisationnel antipodes, de l'Estonie et du
Tadjikistan. Imprégnée de la culture et, bien sûr, le monde des humains, l'empire
meurt. Le décès d'un ancien centre d'espace pour reformater des qualités
fondamentales de la culture et la civilisation des systèmes, sur les ruines de
l'empire de l'État-nation croître, atteignant son histoire en raison de la route: ceux
de l'Europe, de liberté et de démocratie qui, dans la zone grise de l'autoritarisme, la
violence, la domination sauver des idéologies : moins laïque, plus religieux. Ici, il
semble opportun de rappeler l'avertissement philosophe russe EN Trubetskoy, en
notant les tendances dangereuses de son temps, très clairement, et de se reproduire
dans le fond de ce Gromily, lzhepravoslavnye, lzhepatrioty et, avec elles, de
nouvelles et de faux prophètes se préparer un nouveau et plus horrible que
maintenant, l'explosion bolchevisme . Et aujourd'hui, il n'est probablement pas
tellement sur la relance du bolchevisme, mais la tentation du nationalisme militant
et impériale. Oui, même coup de nous dans ce domaine, encore une fois: Cette
coupe. Dans le premier cas, un briquet, et tout simplement mieux mieux. Et c'est
pourquoi nous espérons sincèrement que de modifier le contenu et les objectifs de
la modernisation de la Russie: la modernisation est de ne pas renforcer l'empire,
mais aussi pour le bien de l'homme, sa terre, l'existence quotidienne, de confort et
de la satiété, si vous voulez, les bourgeois, plus ou moins régulièrement la vie sur
le modèle européen. Recherche obryaschut oui, la possibilité d'un passage de la
prédominance impériale modèle libéral de la modernisation est aujourd'hui très
faible, mais tout va si vite, vite une autre époque, comme jamais vous ne pouvez
pas masquer de l'histoire.

P.S.
Pluie d'été 2004. Le livre est déjà écrit, et la fenêtre cassée ancienne et la
nouvelle ère est née. Par conséquent, quelques mots postscript. Ainsi. Les
scénarios pour le pays, bien sûr, différentes et tout aussi évidemment pas tous les
mener à la construction des valeurs libérales de l'État russe, un grand nombre
d'entre eux seulement conduire à nulle part. C'est là, pas encore très avancée, et
donc de traiter de la scène ordinaire / extraordinaire scénario de développement, il
est probable, et le sont aujourd'hui. D'autres mouvements en ce sens peut entraîner
la Russie dans l'appendice suivant historiques, la probabilité de la troisième pour
une centaine d'années de civilisation ventilation, accompagnée par une autre
violation de la continuité culturelle.
Après la Révolution d'Octobre de 1917, Winston Churchill a déclaré que la
Russie a coulé à l'entrée du port de salut. Aujourd'hui, la Russie ne s'est jamais
approché de la sphère de la vie européenne, mais l'Empire / neoimperskaya
pouvoir lui-même, pour la troisième fois (!) Pendant un siècle, s'ouvre à Kingston.
Trois civilisations crise plus d'une centaine d'années - que les symptômes de la
maladie de profonde organisme socio-culturel de la Russie. Dead prendre vie,
devrait déjà morts, mais par leur propre personne, de l'inertie de l'existant et de la
mort subdiskursov encore capable de simulation grotesque renaissance.
Au nom de l'agonie doit maintenant commencer à se détériorer la base d'un
nouveau post-soviétique, l'État russe. Vous ne pouvez pas construire un stable la
Russie post-soviétique de Moscou sur de nouveaux processus, en tenant compte de
la réalité historique d'aujourd'hui, avec le milieu de skalkirovannyh - seconde
moitié du 30-s du siècle dernier. Si le plus grand hommes d'affaires russes ne sont
pas socialement proches les autorités soviétiques au milieu criminel, mais de
l'Union soviétique / russe intellectuels déclaré presque pénale tueurs en série,
pourquoi ne pas ouvrir la transcription ezhovskogo public et droit de la première et
de ne pas le leur reprocher même, puis le nombre inconnu de petits en vue de la
vente d'une partie de la patrie (l'Extrême-Orient - Japon, l'Ukraine - aux réalités
d'aujourd'hui à Manchester City - Allemagne), et de l'espionnage pour les
étrangers? Pourquoi ne pas venir à l'endroit de l'arrestation raznoryadku Bezrodny
cosmopolite, espion, et autres ennemis du peuple? Malheureusement, ces questions
qui se posent aujourd'hui dans le domaine de la quasi-soviétique de craintes / les
intellectuels russes, passé à l'action, comme nous l'avons vu ci-dessus, dans
l'histoire de la Russie, et personne apprend rien.
Toutefois, il n'est pas tout à fait vrai. L'ensemble de la période post-
soviétique, il y avait une importante sortie de capitaux de la Russie, malgré le fait
que le pays a longtemps gardé beaucoup plus élevé que le taux de rendement, par
exemple, les pays de l'Union européenne, et les marchés de capitaux, des biens et
services ont été loin de la saturation. Selon les lois économiques, des affaires
devrait être fait en Russie, et le capital a été de ne pas quitter le pays, mais il
cherche de tous les coins du monde. Natural question - pourquoi? Dans la Russie
post-soviétique et зашкаливали зашкаливают aujourd'hui, les risques politiques,
qui, inévitablement, les projections et l'économie. La principale raison de l'état
actuel des choses, est, s'il n'est pas déclaré un déni du droit à la propriété privée,
notamment les grandes, l'examen de l'enseignement supérieur comme de
l'importance, d'occupation des lieux isolés dans la hiérarchie des valeurs acceptées.
À cet égard, l'auteur d'un historique allusion subjectif - pourquoi devrait
officiellement nationaliser la propriété, s'il était possible de le transmettre à la
fiabilité des mains réel Aryens d'Etat qui, en fait, les seuls gestionnaires publics,
servant les intérêts de la puissance de l'économie et en politique . Et si la
possession de la propriété est toujours conditionnelle, s'il est toujours possible de
choisir, alors qui peut venir dans l'économie russe et pour de bon temps? Cette
propriété brûle ses mains, et il ya deux options principales pour son utilisation. Soit
les fonds sont détournés de l'entreprise, avec son effondrement, ou la structure des
entreprises d'un peu mieux organisée et à la vente à des investisseurs étrangers, qui
semblent être plus protégés du sevrage propriété. Tout naturellement, qui est
pertinente à la propriété réduit considérablement la probabilité d'un scénario positif
pour l'avenir de la Russie et augmente radicalement la probabilité de scénarios
négatifs. En outre, la réserve de propriété conduit inévitablement à la
conditionnalité de la démocratie en général, il est absolument processus
interdépendants.
C'est pourquoi des centaines de milliers (millions?) De nos plus entreprenant
et visionnaire grazhan vécu et agi au cours de toute la période post-soviétique de
notre vie, de temps en temps, de répéter les mots préférés de K. Stanislavski,
adressé aux acteurs: Je ne crois pas, - ce qui signifie que vous jeu peu convaincant.
Tous nous ont dit que la démocratie dans le pays, le pluralisme, la règle de la
propriété privée et, surtout, de se tourner vers les anciens ne soient pas, et ils ont
répondu: - Ne croyez pas! - Et ont acheté des biens immobiliers en Europe, a reçu
la double citoyenneté, comme un dernier recours pour maintenir les mains du billet
avec la date de départ. Si quoi que ce soit, et peuvent enseigner le russe /
soviétique homme, notre histoire - est berezhenogo - Dieu sauve, et de la
protection doit être d'abord et avant tout l'Etat impérial.
Par la vieille ne reviendra pas, mais le régime communiste est le seul
possible historique annexe, qui peut atteindre la Russie? Il ya et il est probable
chemin sans issue Thermidor impériale utopies et nationalistes, la menace de
mesures radicales de la part des autorités afin de préserver / recréer l'empire.
Oui, nous avons vu que quelques tendances qui démontrent la faisabilité de
ce scénario que le dominant, mais de l'enterrer une fois de plus la Russie est encore
trop tôt, restera toujours inexprimé notre espoir - peut-être proneset. Nous sommes
maintenant en ordre croissant (la hausse) du cycle, la dynamique macro-
économique, des prix extrêmement élevés pour le pétrole et autres produits de base
de nos exportations - à ce jour, très probablement, proneset. Mais se comporter
comme le pouvoir, avec une telle mentalité dans la phase descendante du cycle
macro-économique - a failli ne pas avoir à deviner.
En outre, l'émigration - ce n'est pas une solution universelle. Je voudrais
parler en russe, vivent dans un environnement social, pour obtenir de l'information
de nouvelles versions sur la télévision russe, et juste pour voir décent (social /
mentalement près) à une personne en autorité. Et pourquoi, en fait, on doit partir,
mais ils ne le font pas?
Rappelons-nous le manuel: dans les années 30, des gestionnaires et d'autres
artistes et témoins de la répression de masse devant leurs victimes pendant un an
ou deux de ces trois forces. Aujourd'hui, l'histoire se répète dans le grotesque et
non la forme, mais encore ...
Mais pas tout à fait mauvais, je viens de Thermidor et une bonne enquête.
Par exemple, au dernier, il est un pays fort et unifié de la présence de l'ensemble,
de façon, disons, de l'opposant partis de droite, la bonne question, de se faire des
amis qui seront la clé de la Russie partstroitelstve, en général, en partie
personnelle, les conditions avaient été réglées. Le succès de partstroitelstvu une
proportion connue de l'adrénaline nuit: voici, skripnuli à la porte des freins, et ici -
est déjà arrivé pour le prochain.
Ainsi, la formule d'une ère nouvelle, que d'autant plus aigu dans l'air de la
nouvelle Russie, la vie: les petites entreprises, qui est vraiment une entreprise,
peut-être plus d'intimité et de la politique, l'avantage est toujours l'Internet, les
ordinateurs avec des scanners et des imprimantes, de sorte que l'ordre des oubliés
pour les 90-ans et fiables radio Liberté. Rideau se lève, tous nous sommes de
retour dans le vent de l'histoire, et encore Le temps n'a pas choisi, / Ils vivent et
meurent. La plupart de malhonnêteté dans la lumière / Non que de demander et le
blâme. Comme si elles peuvent être à ce sujet, / Comment changer le marché.