Vous êtes sur la page 1sur 23

Le Centralisme

Programme politique : le centralisme


« Généralien »
Ce livre représente pour moi un aboutissement. Je propose
dans cet ouvrage mon programme politique qui est à la fois un
retour aux sources et une nouvelle vision de l‘organisation de
notre Savoie, de la société. J’ai décidé de rédiger un tel livre car
après de longs mois d’absence, j’ai été déçu de revenir dans une
Savoie presque inchangée. Une Savoie qui n’a pas progressé.
Je ne pense pas créer de parti politique à proprement parlé.
Peut être créerais-je un groupe de pensée sur le centralisme qui
aura pour but de faire progresser la vision du centralisme dans
le temps et de parfaire cette vision. Peut être un parti… Quoi
qu’il en soit, je n’accuserais pas les partis politiques qui
défendraient quelques idées de ce livre de plagier. Les parti qui
s’en inspireraient sans adhérer à tout. Au contraire, j’en serais
ravi. C’est d’ailleurs pour cela que j’ai précisé en dessous du
titre principal le « centralisme Généralien ».
Mais si j’arrive par ce livre, ne serait ce qu’à forcer les partis
politiques existants à faire de vrais programmes complets et si
possible innovants, alors ce sera déjà une victoire.

Je vous propose du changement, à vous de voir si vous en


voulez…
Qui suis-je?

Avant de commencé, une brève présentation. Je passerais les détails de ma vie en France
qui n’interresse pas le sujet ici. Je passerais également sur les détails de mon nom. Sachez
juste que cela fait longtemps qu’on me surnomme Général et que je suis connu sous ce nom.

Quand je suis arrivé en Savoie, à sa création, j’avais déjà une bonne expérience. Ayant été
Porte-Parole, Connétable, Procureur, Bailli, … J’avais touché à tous les domaines : militaire,
judiciaire, économie…
J’ai été choisi par Averell, Duc temporaire de Savoie désigné par l’Empereur, pour être
Capitaine de la Savoie. Je fut ainsi le premier capitaine de Savoie, et je le suis resté
également pendant le mandat de Coacharno.
Ce mandat fut court (deux semaines environ), Coacharno obligé de démissionner pour avoir
été blessé, je fut élu par le conseil pour être son successeur. Je fut réelu deux fois par la
suite, mais j’ai dû mettre fin assez rapidement à mon troisième mandat pour cause de
maladie.
Une fois à peu près rétabli, je suis ensuite parti à l’aventure durant de longs mois.

Durant mes deux mandats (le troisième ayant été trop court et dur pour pouvoir faire quelque
chose), j’ai mené une politique d’armement de la Savoie afin d’en faire une grande puissance
militaire, ce qui était nécessaire en vue des tentions qui existaient à l’époque. J’ai ainsi
nommé Cmdt et Lub au poste de Comissaire aux mines qui ont tous deux su parfaitement les
gérer et permettre à la Savoie d’avoir des mines en excellente santé. Ainsi que LDDC au
poste de Commissaire au commerce qui a fait un excellent travail.
Lors de mon deuxième mandat, j’ai signé le Concordat avec l’Eglise Aristotélicienne.

Maintenant, je finirais cette présentation par vous citer quelques phrases à mon sujet. Au
moins, c’est le meilleur moyen de me décrire :

LaDameDeCaro
Cette description faite par cette grande amie qu’est LDDC est assez récente :

les défauts

* parle des fois un langage qu il est le seul à comprendre ( traducteur exigé )


* peut être borné à l’extrême
* porte bien son « pseudo » de Général
* peut être des fois très compliqué

les qualités

* ami fidèle
* toujours très agréable de discuter avec lui
* respectueux et homme du monde
* noble de cœur avant de l’être par le titre

Thaddeus : "je vote aussi Général pour son rp de qualité, son bon travail et pour son
allégeance au Duc qui était très agréable à lire".
C’était à l’occasion du vote pour savoir qui succéderait à Coacharno.

Coacharno : "Tu [Elyandel] n'as fait que critiquer tandis que Général, humble, posé,
acceptait d'être commandé par un Duc"
De même que pour Thaddeus. Cette phrase me représente assez bien car j’ai toujours
considéré qu’il fallait savoir obéir avant de pouvoir commander.

Averell : "du « flegmatisme » de Général" à l’occasion d’un discours d’Averell.


J’ai commencé par me fixer les grands objectifs du programme. Chaque idée que je propose
va dans le sens d’un de ces grands objectifs.

Objectifs du programme :

Centralisation : il faut effectuer une centralisation du pouvoir ainsi


qu’une centralisation économique.

Faire de la Savoie un Duché unitaire : Il faut faire de notre Duché une


unité forte et indissoluble! Lutter contre la division du Peuple et
maintenir l'ordre.

Importance du Duché devant l'individu : actuellement, l'individualisme


prime dans la politique menée par la plupart des Duchés (pour ne pas
dire tous)! Au sein même de notre Duché. Il s'agira de s'opposer à cela :
l'individu passe après notre Duché! Le bien de la Savoie toute entière
avant le bien de l'individu (souvent les mêmes d‘ailleurs)! Faire naître
plus de patriotisme chez les Savoyards.

Mener une politique qui se voit au niveau du simple citoyen !


Partie 1 : Économie

1) Centralisation des mairies (voir annexe 2):

a) Économie commune pour les mairies et totalement dirigée par le Conseil.

Le Cac gérera avec les maires l'économie du Duché. Si un maire A a besoin de tel produit et
qu'un maire B en dispose, ce dernier devra, s'il le peut, au plus vite lui en fournir. Cela
consiste également à se dire qu'aucune mairie n'est indépendante : toute mairie est la
propriété du Conseil. Un maire ne gérera plus son économie seul, mais en accord avec les
autres maires et le Conseil. Il ne passera donc en aucun cas des accords avec l'extérieur
sans en avoir parlé au Cac et en avoir averti les autres maires.
Une mairie devra passer un accord avec l'extérieur si le Cac lui demande, même si cela ne
bénéficiera pas à sa mairie. Cela bénéficiera forcement soit à une autre mairie, soit au
Conseil! Donc quoi qu'il en soit à la Savoie!

Si un maire venait à ne plus obéir aux ordres du Conseil, il sera poursuivi pour trahison, ou
haute trahison si son action devient vraiment néfaste pour la Savoie! Il devra être remplacé.
Nous garderons l'élection démocratique du maire, mais il ne faudra pas hésiter à lui reprendre
le pouvoir si celui ci devient dangereux pour la Savoie. Il sera également possible de proposer
un candidat au nom du Conseil. Il faut éviter d'en venir à imposer un seul candidat par mairie,
procédé qui assurerait une politique bien menée mais ces n'est pas dans notre coutume.

b) Mise en commun des trésories.

Les trésories des mairies ne font donc plus qu'une. Les mairies n'ont plus aucune
indépendance économique. Cela peut faire peur au premier abord, mais il suffit de réfléchir
en terme de Duché tout entier pour se rendre compte que la Savoie toute entière sera
bénéficiaire d'une telle politique.
Il y a donc deux trésories : celle des mairies et celle du Conseil. Celle des mairies est une
partie même de la trésorie du Conseil.
Le fait que l'économie soit dirigée par le Conseil permet de mener une politique
économique favorable à toute la Savoie et permet donc la prospérité tout entier de
notre Duché.

En plus de l'avantage économique, la centralisation des mairies permet un meilleur ordre,


empêchant qu'une mairie ne mène une politique défavorable à la progression du Duché, et
comme bien souvent dans ces cas là, qu'une sorte de résistance se crée dans la dite mairie.

2) Utilisation des impôts.

a) Introduction.

Voilà un titre qui fait peur n'est ce pas? En effet, personne n'aime recevoir les impôts... Quel
maire serait assez fou aujourd'hui pour oser évoquer d'éventuels impôts dans son
programme? Ce n'est pas du tout populaire!
Et pourtant, les impôts sont d'une puissance inégalée! Aucun moyen ne permet
l'enrichissement et la prospérité d'un Duché comme le permet les impôts. Notre Duché
s'en sort bien sans, alors imaginez comme il peut devenir puissant avec.

C'est d'ailleurs bien ici qu'on peut voir la politique individualiste menée : on avantage l'individu
au détriment du Duché. Il faut que cela cesse!
Les impôts n'empêchent en aucun cas de devenir riche. Je me souviens d'une époque
très lointaine où les impôts étaient présents et où pourtant des personnes arrivaient à devenir
riches! De plus, tout le monde va en payer, donc nous sommes tous sur un pied d’égalité.
Ce n'est pas la cinquantaine d'écus prélevée par mois qui empêche l'enrichissement
individuel. Et quand on pense à ce que va rapporter à notre Savoie cette cinquantaine d'écus,
je peux vous assurer qu'un patriote les donne avec le sourire!

En effet, ces impôts ne vont pas être prélevés histoire d'enrichir le Conseil. Non, le
budget généré par les impôts sera réutilisé efficacement, et je vous développerais
chaque point.

D'ailleurs, les impôts sont la traduction de ce que doivent les possesseurs de terres à leur
Duché ainsi que ce que doit chaque mairie à qui a été transmit la responsabilité de gérer une
grande surface de la Savoie!
De plus, on ne peut pas dire que le Duché s’enrichit sur le dos du Peuple, faisant moi même
parti du Peuple, et payant moi même des impôts, je ne l’accepterais pas. Et puis, le budget
des impôts est utilisé pour le Peuple.

b) Fonctionnement.

Comment cela va-t-il se passer?


Les mairies prélèvent les impôts, mais ce n'est pas pour elles.
Je vous rappelle que les trésories des mairies ne font qu'une, et que cette trésorie appartient
au Duché tout entier, donc dirigée par le Conseil. Par ce procédé, une mairie ne pourra jamais
manquer d'écus, pas besoin donc des impôts (bien qu'il sera parfois possible que le Conseil
laisse une part du budget pour certaines raisons que j'expliciterais).
Les mairies, une fois qu'elles ont les recettes des impôts, rachètent au Cac des produits pour
la valeur de ces impôts. Soit en achetant quelque chose de très cher si elles n'ont besoin de
rien, soit en achetant des biens pour elles mêmes ou une des autres mairies.
Le budget est ensuite au main du Conseil qui va le redistribué dans divers domaines que je
vais développer : armée, justice, religion, ... Évidemment, les impôts ne pourront tout faire,
mais régulièrement le Conseil décidera du domaine auquel les consacrer, et cela permettra
de progresser rapidement.
Il faudra donc réunir les maires avec le CAC pour fixer ces impôts. Ils pourront différer selon
les mairies en prenant en compte les surplus et manques, mais quoi qu'il arrive, l'écart ne
devra jamais être trop grand et nous arriverons de toute façon à un moment ou un autre à un
juste milieu. Les impôts peuvent donc permettre dans cette optique à réguler le nombre de
champs et éviter le manque dans un domaine et le surplus dans un autre.

Réfléchissez bien : les impôts ne sont utilisés par presque aucun Duché (pour ne pas
dire aucun). Les utiliser rapidement donnerait à la Savoie un avantage certain et
durable!

3) Salaires et aides économiques.

a) Les mineurs.

Les impôts pourront également permettre de garder un salaire convenable pour les mineurs et
tout autre travailleur.

b) Aide économique pour les troubadours.

Voilà encore un point où les impôts pourront servir (et même sans, ça aurait du être envisagé)
: une aide économique pour les troubadours. concrètement, si un groupe de troubadours vient
voir le Conseil et lui propose de faire le tour des villages en restant quelques jours dans
chaque afin de mettre de l'ambiance (à la fois sur les gargotes et dans les tavernes), le Duché
les fournira en nourriture (nourriture essentielle tel que la viande, le poisson ou des légumes à
moindre coût).
Ce sera la première fois que des troubadours seront aidés économiquement.

Il faudra cependant éviter que des personnes se fassent financer leur nourriture sous prétexte
qu'elles sont troubadours. De lourdes sanctions seront administrées aux faux troubadours.
Tout ceci afin d'essayer de faire venir un maximum d'artistes en Savoie, artistes qui verront
enfin leur travail apprécié et récompensé par un Conseil, soucieux de proposer des activités à
ces citoyens!
Partie 2 : Politique Intérieure

I) Organisation hiérarchique : centralisation du pouvoir (voir annexe 1).

1) Le Duc.

Nous avons trop vu de Ducs (ou Duchesses) passifs. Qui se contentaient d'apposer leur
signature aux traités et de faire parfois quelques discours. C'est en partie dû à
l'institutionnalisation de la Savoie. A la démocratisation de la Savoie. Comme je l'ai dit, le
Conseil est légitime : il est élu par le Peuple et les conseillers élus votent ensuite (parmi eux)
un Duc. Le Duc est donc totalement légitime et si il a été élu, c'est pour qu'il dirige le Conseil
et le Duché!

Et voilà bien longtemps qu'on a pas vu un véritable dirigeant! Qui ose prendre des décisions,
se mouiller!

Il est donc essentiel que nous donnions plus d'importance à l'élection du Duc.

Ensuite, je suis pour plus de pouvoirs pour le Duc (en fait, des pouvoirs qui devraient lui être
normalement attribués, et qui l'ont été à une époque, mais ils se sont perdus à cause de la
démocratisation...).

La centralisation du pouvoir commence là.

Le Duc de Savoie est le plus haut personnage de Savoie, tous savoyard, quelque soit son
statut est vassal du Duc.
Le Duc peut abolir ou promulguer une loi sans forcement se concerter avec les Conseillers.
Le Duc est le seul avec le Juge à pouvoir juger. Il est le seul qui puisse remettre en cause un
jugement.
Le Duc est le seul à pouvoir accusé une personne de Haute Trahison.
Le Duc a un droit de veto lors des votes de loi au sein du Conseil.
Le Duc peut signer ou abolir n'importe quel traité.

Les Conseillers seront dans l'obligation par leur allégeance et leur serment d'obéissance de
respecter et suivre les décisions du Duc. Pour ceux qui auraient peur que ceci débouche sur
un Duc tyran, il faut bien prendre en compte que si le Duc abuse de ses pouvoirs et fait
n'importe quoi, il ne sera plus approuvé ni par les Conseillers ni par le Peuple. Il lui sera donc
difficile de continuer à régner. Mais les Conseillers doivent bien comprendre qu'il y a une
différence entre un tyran et un vrai Duc. Et qu'il y a également une différence entre toujours
refuser d'obéir au Duc car il ne leur a pas demandé leur avis (ce qui se passe trop souvent
actuellement) et refuser d'obéir à un Duc qui utilise ses pouvoirs.
Il ne faut pas qu'ils accusent le Duc d'être un tyran pour la première décision solitaire et
autoritaire (et qui peut être contestée notamment pas ses opposants) mais bel et bien que si il
abuse de ses pouvoirs.

Ce que je veux mettre en place, c'est un Duc qui a un véritable pouvoir de décision. Si en plus
il est charismatique, la Savoie ira loin!

C'est en ce point que l'élection du Duc sera vraiment importante : les Conseillers
élisent un Duc qui a des pouvoirs en considérant bien qu'il aura le droit et même le
devoir de les utiliser.

Tant que la Savoie n'aura pas un vrai Duc, elle ne progressera pas.

Le Duc a évidemment des devoirs envers le Peuple : le devoir de protection,


d’assistance, d’écoute.
2) Le Conseil.

Après avoir développer le rôle du Duc. Voyons maintenant le Conseil.

Tout d'abord le statut du Conseiller.

Chaque Conseiller est vassal du Duc.


Une fois élus, tous les Conseillers doivent lui prêter allégeance et lui doivent obéissance.
Nous devons écarter du Conseil tout conseiller qui refuserait d'obéir au Duc, car il empêche le
bon fonctionnement du Conseil et sème le trouble.

Voyons maintenant les rôles.

Pour ce qui est des postes économiques, les rôles ne changent pas bien. A part peut être le
poste de Commissaire au commerce (CAC), il devra s'adapter à l'économie centralisée, en
utilisant les mairies pour les transactions inter-duchés. Il devra également récupérer les
revenus des impôts. Il faudra donc qu'il calcule avec les maires ce que ceux-ci doivent au
Duché, et vérifie de bien recevoir la somme convenue. Il pourra prendre un des deux
conseiller qui n'ont pas de postes pour l'aider dans cette tâche.

Pour ce qui est des postes militaires, ils ne changeront pas beaucoup non plus. Si ce n'est
que le Capitaine pourra voir avec le Cac si il a besoin de fonds ou de fournitures pour l'armée.
Le seul poste qui doit prendre plus d'importance est le poste de connétable. En effet, celui-ci
est le garant de la sécurité du château, il en connaît tous les recoins et le gère. Il sera donc
désigné comme le chef du Conseil si le Duc venait à s'absenter quelques temps. Néanmoins,
au Duc de choisir son remplaçant, si il n'en choisit pas avant son départ, ce sera le
Connétable qui sera désigné d'office.

Les postes de la Justice ne changeront pas dans leur travail. Mais la sélection changera : le
Juge (et si possible le procureur) doit être un noble. Pourquoi? tout simplement parce qu'un
noble doit être jugé par ses pairs.

3) Les maires.

Le statut.

Un maire est vassal du Duc et des Conseillers. Il est le représentant du Duché (du Conseil)
dans la ville dont il a la charge.
Tout prétendant au poste de maire doit, avant de déposer sa candidature, prêter
allégeance (si il l'a déjà fait, il confirme cette allégeance) au Duc et au Conseil de Savoie, et
s'engage à suivre les règles normatives et les principes donnés par celui-ci, notamment en ce
qui concerne l'économie. Tout candidat qui n'aurait pas prêter allégeance avant de se
présenter pourra faire l'objet d'un procès et se voir retirer sa candidature si c'est oubli était
volontaire. Si il est noble, il prend le risque de perdre son titre et ses terres.

Le rôle.

Les maires prennent en charge une mairie, c'est à dire qu'ils ont sous leur responsabilité un
grand espace de terre du Duché (ils gèrent une grande ville, mais également les terres qui
l'entourent).
Un maire distribue une partie du grand domaine dont il a la charge aux habitants de ce
domaine.
Je ne vais pas re-développer la partie sur l'économie, mais un maire doit suivre les directives
qui lui sont imposées.
Le maire s'organise pour récolter les impôts et faire suivre les demande de procès au
procureur. Il a un pouvoir dans tous les domaines précisés par le Conseil.
4) Les Nobles.

a) Définition et encadrement des nobles.

Les nobles (y compris les Ducs) sont vassaux du Duc de Savoie et du Conseil.
Actuellement, les nobles ont trop de libertés en ce qui concerne la gestion de leur terre. En
fait, il faut bien redéfinir ce qu'est précisément un titre de noblesse.

Un titre de noblesse est donné aux personnes méritantes, pour les récompenser d'avoir rendu
de grands services à la Savoie. Mais que signifie exactement le mot "donner" ici.
En réalité, le titre et les terres sont confiés à ces personnes. Confiés par le Conseil de Savoie,
donc par la Savoie. Il faut donc arrêter l'idée reçue que ces titres appartiennent à jamais aux
nobles et qu'ils en font ce qu'ils veulent!

Plusieurs conséquences à ceci : tout d'abord, le titre et les terres dont ils ont l'administration
font naître des responsabilités. Je développe dans le point suivant ces responsabilités.
Ensuite, il faut encadrer ces nobles afin que leurs terres ne deviennent pas des biens
patrimoniaux. Il faut éviter qu'ils s'approprient ces terres et en fassent ce qu'ils veulent.

Ainsi plusieurs règles :

Les titres et terres ne sont pas des biens patrimoniaux, ils ne peuvent donc pas être transmis
à la descendance. Ils ne sont pas héréditaires.
Les nobles ne peuvent transmettre un titre.
Les nobles ne peuvent transmettre une terre à un individu de leur choix, ils ne peuvent donc
pas élever au rang de Seigneur n'importe quel individu selon leur volonté.
Avant la remise d'un titre, il faudra faire une cérémonie durant laquelle celui qui reçoit le titre
prête à nouveau allégeance à la Savoie (et tous ses Conseils) et fait serment de fidélité et de
dévouement au Duc.

b) Utilisation des nobles.

Ne nous mentons pas, les nobles jusqu'à présent ne servent pas à grand chose. Depuis peu
ils ont un rôle minime dans la Diète impériale, mais pour ce qui est du duché les titres de
nobles servent juste de palmarès... Avoir eu un titre pour services rendus à la Savoie.

De plus la Savoie et ses Ducs ont été beaucoup trop généreux sur la distribution des titres.
Deux choses donc à tirer de ces remarques.

La première est qu'un conseiller doit vraiment avoir fait un excellent travail pour obtenir un
titre. De plus, je ne vois pas pourquoi un Savoyard serait obligé de devenir conseiller pour
espérer avoir un titre : tout le monde n'aime pas faire de la politique. Donc un simple
savoyard qui beaucoup oeuvré pour la Savoie peut tout à fait mériter un titre.

La deuxième est qu'il faut désormais utiliser ces nobles, tout en évitant de créer une
institution supplémentaire.
Les nobles ont un (ou des) titre(s). Avoir un titre signifie avoir des responsabilités puisque le
noble représente une partie de la Savoie, ses terres. Nous pouvons donc déjà imaginer une
première utilisation des nobles : le referendum. En effet, nous ne pouvons créer un
referendum qui demanderait à tous les citoyens de voter, c'est techniquement impossible,
seuls une partie votera, il y a des risques de fraudes et tous les citoyens ne se tiennent pas
forcement informé des problèmes.
Par contre, créer des referendums avec les nobles est tout à fait envisageable : les nobles
voteront à mains levées sur la place publique. Nous connaissons le nombre de nobles, donc
la fraude est impossible, et généralement, les nobles se tiennent informés et seront donc plus
à même de voter une loi.

C'est pour moi l'utilisation principale que nous pourrions en faire. Une autre utilisation sont les
services. La Savoie doit pouvoir exiger de ses nobles (qui ne sont pas occupé par une
fonction au Conseil ou dans une des institutions) qu'ils lui rendent des services
nobles, en plus du service économique. Ainsi, si une mairie a besoin très rapidement d'un
marchand ambulant ou de quelque chose qu'un noble possède, ce noble doit rendre service.
C'est ainsi sa façon de payer une contribution à son Conseil qui lui a donné la gestion de
terres. Rentre également dans les services nobles : la guerre. Le Duché doit pouvoir compter
sur les nobles pour guerroyer.
Évidemment, si pour une bonne raison il refuse de rendre service, nous ne pourrions lui en
tenir compte. Mais si les refus deviennent réguliers, on devra songer soit à un procès, soit à
lui retirer ses terres.

Si un noble ne se sent pas en mesure de servir son Duché, le Conseil pourra lui reprendre
ses terres, en échange d'une éventuelle compensation.

Il faudra mettre également en place une commission (composé du Duc, du Juge et


éventuellement d'un troisième membre, souvent un Duc) qui vérifiera que les nobles
actuels ont véritablement mérité leur titre. Un noble n'aura aucunement à avoir peur de
perdre son titre si il l'a vraiment mérité! Pour sa défense, il y aura les archives de son travail et
les témoignages (du Duc de l'époque et éventuellement des Conseillers). Ceci permet d'éviter
qu'il y ait une multitude de nobles dont la légitimité est contestable et permet ainsi d'éviter la
dispersion du pouvoir.
La centralisation du pouvoir passe aussi par ici.

5) Le Peuple.

Le Peuple est l'ensemble de la population du Duché. Chaque habitant de la Savoie est vassal
du Duc de Savoie, du Conseil et des maires.

Chaque habitant se voit confier une partie de terre qu'il doit exploiter. En contrepartie, il doit
payer des impôts : c'est le service économique. Le Duché ne peut exiger d'un simple citoyen
des services nobles. La seule chose qu'il peut exiger en plus de l'aide économique, c'est la
défense de la patrie en cas de guerre!

J'ai mis le Peuple en bas de la chaîne, on peut dire que c'est sa place une fois le Conseil et le
Duc élu, mais sa véritable place quand on y songe est en haut, puisque c'est lui qui décide de
qui va les gouverner. Il est donc toujours maître de la Savoie.

II) Organisation intérieure.

1) Divers concepts.

a) Arrêter la politique hypocrite.

Comme je l'ai dit, l'un des objectifs principaux est d'arrêter la politique individualiste et
hypocrite menée. Car si celle ci est menée, c'est bien parce que c'est populaire de favoriser
un maximum l'individu.

Il faut faire grandir le patriotisme des gens.


Et celui ci ne grandira que si les Savoyards sont dirigé par un Conseil qui travaille vraiment
pour la Savoie!
En somme, qui ne fait pas semblant de "travailler" pour garder le pouvoir et rien en faire et qui
de temps en temps pour bien se faire voir jette quelques miettes au Peuple, en lui proposant
le résultat de son "travail acharné" : un traité (judiciaire par exemple) misérable comme il en
existe des milliers et dont l'utilité est contestable. Puis plus tard le même traité, mais avec un
Duché différent. De temps en temps une loi pas bien utile... Bref, les véritables questions et
problèmes restent en suspens, soit parce qu'il n'est pas populaire d'en parler, soit parce que
le Conseil est incapable de prendre une décision! La preuve en est avec le Concordat!
Les Savoyards doivent réagir face à cette supercherie!
Il faut donc un Conseil efficace et uni. Écarter donc tout Conseiller incapable de travailler pour
la Savoie, ne pensant qu'à sa réussite personnelle.

Le Conseil mènera une politique en terme d'intérêt pour le Duché tout entier, et non en
terme d'intérêt pour l'individu (ou plutôt quelques individus). Il arrêtera donc cette
politique hypocrite qui empêche la progression du Duché!

b) Garder l'Ordre au sein du Duché.

Il faudra aussi empêcher toute tentative de qui que ce soit de semer le désordre, avec de
lourdes sanctions.

Les meneurs de manifestations qui en provoqueront des non justifiées et surtout dans
l'objectif de diviser le Peuple ou de semer le désordre seront sévèrement sanctionnés.
J'appelle par "non justifiées" des manifestations nées du jour au lendemain sur lesquelles il
n'y a eu aucune débat avec le Conseil sur le problème concerné.
Si l'objectif est une manifestation pacifiste dirons nous, c'est à dire émettre ses idées ou pour
fêter un événement, ce sera tout à fait autorisé. Toujours si ceci ne sème pas le désordre.

c) Armée.

L'Armée devra être organisée. Grande et puissante.


Les impôts pourront servir ici. Une partie du budget pourrait être utilisé pour revendre à
moindre coup les matières premières utiles à la fabrication d'armes, profitant ainsi aux
forgerons qui se feront ainsi un plaisir d'armer nos soldats (néanmoins il ne s'agit pas non
plus que tout le monde devienne forgeron)!

Une bonne partie du budget des impôts, et c'est là que cela va être très intéressant, servira à
financer l'Armée, avec payes et récompenses pour nos soldats (et c'est en ce sens qu'une
partie du budget pourrait rester parfois aux mairies, afin qu'elles puissent récompenser les
soldats)!

Nous pourrons mener une politique poussée d'armement de la Savoie.

Des soldats bien équipés et bien payés, c'est la clé d'une bonne Armée!

d) Les partis politiques.

Un parti politique peut être pratique, car il permet de réunir sous une même bannière plusieurs
personnes qui défendent des idées communes. Un groupe de personnes crée un nouveau
parti lorsqu'il a des idées nouvelles et qui diffèrent avec celles défendues par les partis
existants. Un parti politique défend donc des idées et propose des solutions aux différents
problèmes. Le but de chaque parti étant bien entendu la prise du pouvoir afin de pouvoirs
appliquer ses principes.
Les partis "s'affrontent" alors sur des idées.
Ce genre de débats permet d'avancer et propose un réel choix au Peuple. Mais lorsque le
combat entre les partis devient plus un combat de clans, c'est à dire qu'on se bat non plus
pour des idées, mais pour le nom de son parti, les partis perdent leur utilité! Pire, ils
contribuent même à diviser le Peuple qui doit choisir au moment de voter entre deux noms et
non entre deux programmes! Les dernières élections m'ont donné cette impression : deux
partis se présentent. Tous deux avaient à mes yeux un programme bâclé, et tous deux se
sont présentés le plus tard possible (quelques jours avant l'élection) pour éviter le débat. J’ai
néanmoins soutenu la liste de Dame Azalée car je la connais pour son excellent travail et car
elle me semblait moins démocrate, et donc plus efficace que Dame Aurea.
On peut voter pour un nom, si celui-ci représente des idées ou si il est réputé pour son bon
travail qui permet de trouver des solutions aux problèmes.

Un parti politique doit proposer des solutions et essaye de prendre le pouvoir pour les
appliquer. Lorsque la première condition disparaît, c'est à dire lorsque le parti ne se
présente que pour prendre le pouvoir, il n'a plus aucune utilité!

Je ne suis donc pas pour interdire les partis politiques (ce qui serait ridicule) mais pour les
encadrer! Encadrer leurs débats afin d'éviter que ceux-ci tombent dans le piètre affrontement
de clans. Et condamner éventuellement tout meneur qui n'aurait rien d'autre à dire que de la
critique gratuite et inutile. On peut faire une critique, si celle ci sert soit à montrer un défaut ou
que l'adversaire est dans l'erreur, soit pour opposer l'idée de l'adversaire à la sienne, mais pas
pour le plaisir de critiquer, sans rien proposer.

En somme, il faut empêcher les partis qui se veulent socialistes et qui ne représentent qu'une
force de contestation d'agir! Bloquer les partis qui ne présentent aucunes idées nouvelles et
ne proposent aucunes solutions aux problèmes existant, croyant que la critique est un
programme politique.

2) Justice.

a) Législation.

Il faut éviter de créer des lois à tout bout de champs pour une raison ou pour une autre,
surtout que la vraie raison en fin de compte, c'est de faire croire au Peuple que le Conseil
travaille. Une loi pour dire que brigander n'est pas bien, ou encore que de tuer un pauvre
innocent par plaisir est interdit n'est finalement pas très utile. On le sait, cela est présent me
semble-t-il dans nos habitudes, dans notre coutume.

Il ne s'agira donc pas de forcement supprimer les lois existantes qui ne sont pas trop
critiquables (à part peut être la rétroactivité des lois, une loi peut dans certaines conditions
être rétroactive, si le Duc le décide), mais nous devons d'avantage utiliser la coutume. Et faire
preuve de logique et de bon sens. Nous devons également revenir aux sources sur certaines
choses : par exemple, rien ne vaut des fois pour faire justice qu’un combat à l’épée entre les
deux parties!
Quelques lois seront donc à revoir ou à modifier.

En somme, il faut créer des lois utiles!

Il y en aura a créer, c'est sûr au vu des changements que le centralisme va apporter, mais il
faudra éviter de trop en faire et les faire simples, compréhensibles par tous. N'oublions pas
que tout les habitants de Savoie n'ont pas encore la chance de pouvoir aller à l'université, et
ainsi de pouvoir s'instruire. Or comme la loi s'adresse à tous, il est normal qu'elle soit
compréhensible de tous!

b) La Justice.

Je vous parlais tout à l'heure de domaines pour lesquels le budget des impôts
permettrait une progression.
La Justice en est un autre.

En effet, une partie du budget gagné pourrait, il faudra en discuter néanmoins plus
profondément, servir à la Justice.
Permettre plus de Justice en apportant une aide économique au pauvre va nu pied qui s'est
vu dévalisé par un brigand déjà loin.
Mettre en place un système d'aide donc, en surveillant toute fois qu'il n'y ait pas d'abus.

Ce genre de système est totalement impossible sans les impôts. Donc une cinquantaine
d'écus par mois, je trouve que c'est peu pour plus de Justice.
Bien que celle ci ne serait être un remboursement total, un Savoyard sera fort heureux de les
avoir payé ces impôts quand il aura reçu une aide économique, si minime soit elle, après avoir
été ruiné.
Cette aide ne pourra être donnée qu'aux savoyards.

D'ailleurs, la Justice sera la même pour tous les savoyards (et habitants du SERG),
mais elle sera beaucoup plus expéditive envers les habitants de Duchés étrangers au
SERG. Ainsi, quelque soit l'infraction (même si elle est mineure), un étranger pourra se
voir exclu temporairement ou définitivement de la Savoie, voire même mis à mort! Il est hors
de question que nous fassions preuve de compassion pour quelqu'un qui vient en Savoie
dans le but d'y enfreindre la loi. Notre décision, qu'elle plaise ou non au Duché du concerné
ne sera pas remises en question.
A moins qu'un traité ait été signé, nous n'avons pas à lui rendre des comptes sur notre
Justice. Je parle justement dans la partie 3 de ces traités qui peuvent être une plaie et dont
l'utilité est tout à fait contestable.

3) Institutions.

Je suis contre trop de démocratie.

Il y a assez de démocratie comme ça : l'élection du Conseil est démocratique, ainsi que celles
des maires. Pas besoin de vouloir en rajouter en créant des institutions en tout genre ayant
pour objectif de demander l'avis sur tout et pour tout au Peuple.
Cette institutionnalisation ne mènera la Savoie à rien du tout! Elle ne fera qu'alourdir le
système et ralentir considérablement les prises de décisions. Le Peuple a voté le Conseil pour
qu'il prenne des décisions et mène une politique, pas besoin que le Conseil une fois élu
demande encore si il a le droit de faire ceci ou cela, puisqu'il a été élu dans cette optique,
celle de prendre des décisions (qu'il aura normalement annoncé dans son programme).

Il ne s'agira pas non plus de ne jamais demander l'avis au Peuple. Pour quelques questions
délicates (sur lesquelles nous pouvons prendre le temps de réfléchir) et pour lesquelles les
programmes n'avaient rien prévu, il faudra demander son avis, par le biais des nobles
généralement.

De plus, si jamais une décision ne plait pas au Peuple, croyez bien qu'il n'hésitera pas à
le faire savoir. C'est à ce moment là qu'il faudra l'écouter, en faisant attention tout de même
à ce que ce soit la majorité du Peuple qui s'exprime contre et non une minorité dont le seul
but est de semer le trouble ou de contredire le Conseil.

Ainsi, cette volonté d'éviter l'institutionnalisation de la Savoie se traduit par une volonté d'avoir
un système plus simple et plus efficace. Les Conseils les plus efficaces qui aient existé
étaient les Conseils ne disposant que d'une salle ou deux.
La création d'un tas de salles au château de Chambéry n'est qu'une illusion : elle ne rend pas
le travail plus efficace, bien au contraire! Elle le complique et décourage le citoyen à
s'intéresser à la vie du château. Il faut donc un Conseil plus simple et plus expliqué.
Un Conseil plus efficace en somme.

4) Religion.

a) Le Concordat.
Je suis toujours pour le Concordat avec l'Église Aristotélicienne.

Il est cependant nécessaire de le réviser (ce qui aurait été fait si les Conseils précédents
avaient été capables de prendre une décision). En effet, fût une époque où l'Église était très
prometteuse et il était important de signer ce genre de Concordat. Néanmoins, les choses ont
changé et l'Église n'a pas servi autant qu'on aurait pu l'imaginer.

Il est donc important que la Religion Aristotélicienne reste la religion officielle d'une part
pour une question de relations extérieures et d'autre part pour garder un ordre religieux afin
d'éviter la propagation des "religions" ridicules qui regroupent en faite tous les semeurs de
troubles, et dont le seul objectif est de contredire l'Église!
Et également parce que c'est grâce aux aristotéliciens que nos écrits ont duré et seront
conservés. Nous leur devons beaucoup.

Mais l'Église ne doit plus avoir la possibilité d'intervenir dans notre politique par le
biais d'un représentant au sein du Conseil.
Le Conseil doit être totalement indépendant de l'Église dans tous les domaines à part la
Religion et dans une moindre mesure la Justice (il s'agira plus d'une coopération afin d'aider
l'Église à maintenir l'ordre religieux dont je viens de parler).

b) La bénédiction.

La bénédiction sera donnée par l'Église au Duc. Elle n'est en aucun cas obligatoire, mais par
cette cérémonie, l'Église approuve le mandat du Duc, et le Duc approuve sa loyauté envers
l'Église.
Ceci permet de rappeler que notre Sainte Église a toujours une influence spirituelle sur la
Savoie.

III) Les lois Fondamentales :


Les divers changements que je propose sont fait pour durer. Ils nécessitent donc que des lois
y soient consacrées. La révision de ces lois doit être difficile et rare afin d'assurer la stabilité
de la Savoie.
Voici en quoi correspondraient ces lois fondamentales :

Lois fondamentales :

1 - Le Duché de Savoie est un Duché unitaire. Son organisation est centralisée.


2 - Le Duc de Savoie est le personnage le plus puissant de Savoie, il est le plus haut dans la
hiérarchie.
3 - Tout savoyard, quelque soit son statut est vassal du Duc de Savoie. Le Duc de Savoie a
de son côté les devoirs de protection, d’écoute et d’assistance envers son Peuple.
4 - Nul ne peut, en Savoie, contester un ordre du Duc de Savoie. Si une décision du Duc va à
l'encontre de l'opinion (majoritaire) du Peuple, ce dernier peut demander à ce que le Duc
change de position.
5 - Si le Duc ne tient pas compte des avertissements et envies du Peuple, ce dernier a le droit
de manifester puis de se révolter si la situation perdurait.
6 - Seul le Duc (ainsi les personnes autorisées par celui-ci) et le juge ont pouvoir de juger.
Seul le Duc de Savoie (ou les personnes autorisées par celui-ci) peut remettre en cause un
jugement.
7 - La loi est la même pour tout Savoyard ou habitant d'un Duché allié.
8 - Tout groupe ne faisant pas parti d'un Duché ayant un droit de passage en Savoie doit se
déclarer avant de pénétrer en Savoie.
9 - La religion officielle du Duché de Savoie est la religion Aristotélicienne.
10 - Les récentes lois ne peuvent être modifiées que sur demande du Duc de Savoie. Une
fois la demande de modification faite, elle doit être approuvée par les 3/4 des Conseillers (un
vote blanc ou l'absence de vote représentent un vote contre la modification) et les 2/3 des
nobles (un seul vote par noble, même si celui-ci a plusieurs titres, seuls les Barons ou plus
nobles de rang supérieur peuvent voter).
Partie 3 : Politique Extérieure

1) Traités avec le royaume de France.

a) Traités divers.

Comme vous l'avez peut être constaté, je ne suis pas favorable aux traités inutiles.
Les traités de coopération judiciaire par exemple ne sont pas d'une grande utilité. La preuve
en est qu'ils n'ont jamais vraiment servis (en de rares occasion et encore, ils ont été bien
moins efficace qu'on aurait pu l'attendre). Ces traités ne font finalement naître que quelques
obligations qui peuvent être gênantes.
De plus, un Duché a souvent tout intérêt à faire quelque chose quand un brigand est chez lui,
donc soit l'expulser vers le Duché où il a brigandé, soit en le jugeant lui même.
Si jamais pour une raison quelconque il venait à refuser de nous aider, nous nous en
souviendrons. Il ne faut pas hésiter à faire pression de cette manière.
Il y aura donc là une loi utile à faire : dire que l'on jugera volontiers toute personne qui aurait
brigander dans un autre Duché si celui-ci apporte la preuve de ce brigandage et surtout si
nous n'avons jamais eu de problèmes avec lui sur ce genre d'affaires. En effet, un Duché qui
a refusé de nous aider pourra toujours attendre avant qu'on l'aide, sauf si cela peut permettre
de renouer les liens (et si on a besoin de les renouer ces liens), il ne faut pas être bête non
plus.
Dans tous les cas pour éviter le désordre, soit nous jugerons le brigand et nous l'expulserons,
soit nous lui demandons de partir très vite de Savoie avant d'avoir des problèmes.

Je pense donc que nos relations doivent se limiter avec les Duchés français a des relations de
voisinage, les plus aimables possible bien entendu.

Néanmoins, les traités utiles peuvent être ceux de libre passage (si le besoin s'en fait sentir)
ou de non agression, qui apporte un sécurité.
Également à voir des traités d'alliances militaires, uniquement avec les Duchés
intéressants sur ce point. Et surtout, avec les Duchés français hostiles envers la
couronne de France. En effet, chacun y trouverait son compte ; nous pour commencer,
car nous aurons un allié de plus et qui permet de faire baisser l’influence française, et
le Duché français car il trouvera en nous des alliés sûr et non soumis à la couronne
française. De plus, cela permettrait de créer des troubles à l’intérieur même du
Royaume français!

Bref, penser en terme d'intérêts pour le Duché. On ne signe un traité que si celui-ci apporte un
véritable et incontestable intérêt à la Savoie, que ce soit militaire, judiciaire ou économique.

Comme les lois, on ne signera donc que des traités utiles!

b) Traités économiques.

Concernant les traités économiques justement. Nous ne devrons en aucun cas passer des
accords qui nous feraient perdre des armes ou des matières premières pouvant servir
à leur fabrication.

De plus, si le budget nous le permet, nous pourrions même faire venir des armes ou matières
premières, en payant un peu plus. Certain Duchés devraient être ravi de nous vendre ces
produits pour un prix plus élevé que leur prix moyen.
Et ce n'est pas se faire avoir, car certes on payera plus cher, mais cela nous permettra de
nous armer. Cela ne sert à rien de proposer d'augmenter les finances du Duché si on n'en fait
rien, c'est un faux objectif.
Un bon armement est à mon sens bien plus important qu'un Duché riche (sachant que
l'armement peut nous emmener la richesse).
2) Traités avec l'Angleterre.

Nos relations devront être beaucoup plus poussées avec les Duchés anglais qu'avec les
Duchés français. En effet, de bonnes relations, et même une bonne alliance avec l'Angleterre
est le seul moyen de diminuer l'influence et la puissance française.
Le plus grand bénéficiaire des traités que signent les Duchés français et les Duchés du SERG
est le royaume de France, car cela lui apporte une sécurité et lui permet de continuer à
influencer un peu le SERG.

Je ne comprend pas qu'aucun politique au SERG n'est encore eu ce raisonnement!

Mais il faut bien se rendre compte que la distance séparant l'Angleterre du SERG ne nous
permet pas de rapports très rapprochés non plus. Il faudra donc travailler sur des traités
d'alliances militaires exclusivement (les traités économiques étant écartés) qui nous
permettraient de riposter en cas d’attaque sur deux flancs à la fois et tout faire pour que le
SERG tout entier soit allié avec l'Angleterre toute entière!

3) Politique d'expansion de la Savoie.

Notre Duché est l'un des plus petit (voire le plut petit) en nombre de villes.
Il faut faire quelque chose contre cela, et je suis étonné qu'aucun Conseil n'est insisté sur ce
point, car ne serait-ce qu'une ville de plus nous rendrait bien plus puissants!

a) Expansion pacifique.

Dans un premier temps, nous pouvons recommencer à tenter un aménagement de notre


territoire, plutôt vide à l'Est.

Tenter donc de renégocier la construction d'une quatrième ville avec les plus hautes
autorités, à savoir l'Empereur lui même.
Cela reste néanmoins une solution relativement bloquée... Mais rien ne coûte d'essayer! A
part du temps aux Conseillers, mais ne sont-ils pas élus pour cela?

Nous pourrons Également aider les Duchés en difficulté, en leur proposant (avec de bons
arguments et une bonne pression) de devenir des Duchés vassaux. Un Duché devenu
vassal pacifiquement n'aura que peu d'obligation envers nous : il devra suivre nos lois, ses
mairies seront centralisées comme les nôtres.
Bref, il adoptera notre Justice et notre économie.

Ses mouvements militaires seront coordonnés avec les nôtres, mais il en gardera la gestion.

Il suivra la politique Extérieure qu'il souhaite tant que celle-ci ne nous nuit pas, donc en
somme, toute sorte de traités sauf des déclarations de guerre...

Autre expansion possible, bien que plus fantaisiste : l'achat de terres. En effet, nous
pourrons acheter des terres aux Duchés voisins (ceux qui ont besoin d'écus par exemple
seront ravi, et pour un bon prix peut être).
L'achat d'une ville restera beaucoup plus délicat, mais ce serait beau. La première fois qu'un
tel projet est envisagé. Un Duché endetté ayant cinq ou six villes sera peut être à même de
vendre une de ces villes afin de faciliter la gestion du Duché et de recevoir de l'argent
rapidement, ces deux éléments permettant de remonter la pente.
b) Expansion offensive.

Si nous arrivons à développer une Armée suffisamment puissante, nous ne devrons pas
hésiter à l'utiliser.

Alors il ne s'agit pas d'attaquer tout le monde sans réfléchir. De plus, dire cela rendrait tous
les Duchés voisins très méfiants envers nous.
Non, nous devons utiliser l'armée intelligemment : elle nous servira à apporter notre culture et
nos avancées aux Duchés sous développés, ceux qui malgré une faible puissance se
montrent arrogants et hostiles envers nous. En aucun cas contre les Duchés amis! La loyauté
est une des règles d’or, que je respecterais toujours!
Il ne faut en aucune cas penser à une guerre contre des Duchés qui voudraient quitter le
Royaume de France vieillissant. Ceux là, il faut les aider pacifiquement et on en reviens aux
procédés développer avant.

Deux solutions pour une expansion offensive :

Soit nous leur prenons une ville (ou plus) à notre charge, cette ville sera alors totalement
dirigée par nous. Une fois une ville prise, la démonstration de force faite, nous leur proposons
un cessé le feu, ou nous continuons l’avancée si ils refusent d’accepter la défaite et la prise
de leur ville!
Soit nous leur proposons, une fois notre armée ayant bien avancé et avant tout
envahissement (ou alors d'une seule ville), de devenir un Duché vassal (si il refuse nous
l’envahissons). Il sera alors une partie de la Savoie. Les conditions seront à déterminer, mais
il faudra que nous dirigions leur économie, leur armée, leur politique extérieure et leur Justice.
Bref, un Duché vassal bien plus dépendant envers nous qu'un Duché qui serait devenu
volontairement vassal. De plus, un Duché devenu vassal de cette façon devra non pas garder
les revenus des impôts dû à l’économie centralisée, mais nous les remettre. Il nous faudra
vite installer un Conseil favorable à notre politique.
Bref, à nous de profiter du Duché vassal et de son Peuple, qui ne sera en aucun cas l’égal du
Peuple Savoyard, du Peuple vainqueur! Des lois différentes et plus strictes seront appliquées
en réalité!

Toute cette politique d'expansion peut paraître irréalisable, et pourtant elle l'est tout à fait si on
mène la politique qu'il faut à côté.

4) La diète.

Les récents évènements m'ont poussé à modifier et raccourcir par mal ce point. J'écris en
italique le texte qui présent dans ce livre avant ces dits évènements (beaucoup a été
supprimé finalement), le reste est écrit normalement.
Je précise également que cette partie est courte car mon programme est avant tout une vision
de la société et de l'organisation à l'échelle d'un Duché, ce que je ferais si j'étais au pouvoir.
Alors qu'une organisation inter-ducale dépendants de tous les Duchés concernés, je ne peux
donc que proposer une idée. La mise en place ne dépendra pas que de nous.

La Diète a toujours été décevante! Cela vient de plusieurs problèmes qui devaient forcement
conduire à l'échec de cette Diète!

Le premier problème est que peu de personnes savent vraiment ce qu'elle est. Pour
beaucoup, et même pour moi avant que je me renseigne, ce n'est qu'une simple cour d'appel
pour les habitants du SERG.
Le deuxième problème, qui est pour moi l'essentiel, est sa légitimité! Les responsables de la
Diète ne sont pas légitimes aux yeux du Peuple et des Conseils élus par celui-ci. Leurs
nominations aux différents postes des institutions de la Diète est obscure.
Aussi, ce qu'il faut c'est quelque chose de plus simple et plus légitime : une réunion régulière
entre les Comtes et Ducs du SERG. Chacun d'eux dirigent et utilisent ses nobles au sein de
son Duché. C'est aux Ducs de décider de qui sont à la tête des institutions!
Aussi, je pense qu'il faut repartir de zéro en faite : créons la Confédération Romano-
Germanique. Celle-ci aura toujours ce rôle de Cour d'appel (si une affaire de Savoie doit être
rejugée, elle le sera par une collégialité : plusieurs juges n'habitant pas en Savoie, nous
pouvons même demander aux prêtres d'aider à cette tâche).
Tout Duché voulant intégrer la Confédération Romano-Germanique devra signer sur l'honneur
du Duché et de son Peuple la traité d'alliance existant entre les Duchés du SERG. En plus
des ces règles, il faudra que ce soit un Duché ayant comme religion officielle la religion
Aristotélicienne.

Ce traité d'alliance garanti :


- le libre passage
- une alliance économique et judiciaire poussée
- un pacte de protection militaire
- une alliance militaire poussée
Voilà pour l'essentiel.

Tout Comté qui voudrait alors quitter la Confédération devra ratifier officiellement ce traité. Il
perdrait alors tous les avantages et n'aura plus aucun lien privilégier avec celle-ci.

Je pense que la Confédération doit être composée :


- des Ducs en activité : chaque décision est prise par eux à l'unanimité
- Des anciens ducs : ils participent aux débats, font des propositions, défendent les
intérêts de leur Duché ...
- des Juges de chaque Duché pour la cour d'appel : si un procès savoyard par
exemple doit être refait par celle-ci, ce sont les juges non savoyards qui rejugeront ensemble
l'affaire.
- un représentant de l'Église (qui n'aura pas forcement accès à tout)
- les procureurs de chaque Duché : ils vérifient si l'appel est justifié.

Les nobles sont absents de la Confédération. Ils sont utilisés et dirigés à l'échelle de chaque
Duché, pas au niveau de la Confédération. Cette Confédération a plusieurs avantages : elle a
fonctionnement simple, elle regroupe que des personnes légitimes et elle permet de
rapprocher les Duchés qui ont des contacts directes et concrets, menant eux même comme
ils l'entendent la Confédération. Elle a également l’avantage de voir sa composition se
modifiée au fil des mandats, ce qui favorise son changement et sa progression .

Partie 4 : Conclusion
Comme conclusion, je vous propose un petit résumé des objectifs.

- Économie dirigée par le Conseil


- Centralisation des mairies (économie commune, pas d'indépendance poussée)
- Utilisation des impôts pour le Duché (qui sert dans divers domaines pour le Peuple)
- Bon salaire aux mineurs
- Aide économique aux troubadours
- Organisation hiérarchique (vassaux, etc...)
- Centralisation du pouvoir
- Plus de pouvoirs au Duc
- Redéfinition de certains postes du Conseil
- Obligations des maires
- Encadrer les nobles (définir certaines règles, empêcher la dispersion du pouvoir)
- Utilisation des nobles au niveau du Duché (services nobles, ...)
- Création d'une commission vérificatrice de l'honorabilité des anciens nobles
- Maintenir l'ordre au sein du Duché
- Armement de la Savoie
- Importance de l'armée (soldats bien payés et utilisation régulière de l'armée)
- Encadrement des partis politiques
- Créer des lois utiles (revoir les lois existantes)
- Une meilleure justice (avec aide économique pour les dépouillés)
- Politique simple et efficace (limiter le nombre d'institutions)
- Révision du Concordat (le garder pour avoir un ordre religieux, indépendance du Conseil)
- Création de lois fondamentales
- Lutte contre l'influence française
- Relations de voisinage avec la France (sauf avec Duchés hostiles à la couronne de France)
- Relations poussées avec le royaume d'Angleterre
- Expansion territoriale (offensive ou pacifique)
- Changement de la Diète (système plus simple et plus efficace)

Remerciements :

Je remercie tout particulièrement Lub pour son aide et ses explications.


Je remercie également les chefs de file des différentes guildes, ainsi que les maires des
villages Savoyards.
Annexe 1
La hiérarchie, centralisation du pouvoir
Annexe 2
Centralisation de l’économie