Vous êtes sur la page 1sur 1

NE PAS JETER SUR LA VOIE PUBLIQUE / IMPRIME PAR NOS SOINS

BULLETIN D’ACTUALITÉ N°8

NE PAS JETER SUR LA VOIE PUBLIQUE / IMPRIME PAR NOS SOINS BULLETIN D’ACTUALITÉ N°8 Les

Les métiers à tisser de la civilisation viking

Le travail du textile a toujours tenu une place particulière dans les sociétés, qu’elles soient anciennes ou actuelles. Du fait de la mauvaise conservation des tissus, l’archéologue doit souvent passer par des indices secondaires pour démontrer l’existence du tissage tels que les pesons. Le tissage, qui consiste

à croiser des fils de manière à former un ensemble solide, est attesté dès la Préhistoire. Mais le Moyen Âge nous a fourni la majeure partie des informations par diverses représentations et notamment les enluminures. La Scandinavie et les peuples nordiques ne furent pas en reste de ce phénomène

et placèrent l’activité de tissage parmi les plus importantes.

Le tissage dans les sociétés scandinaves

était pratiqué par les hommes et par les femmes. Les

informations,

aussi

bien

sur

les

textiles

que

sur

l’artisanat, ne cessent de s’enrichir du fait de découvertes extraordinaires telles que le bateau funéraire d’Oseberg (Norvège) en 1904

qui

offrit

plusieurs

métiers

à

tisser

de

différents types, les fragments microscopiques de tissus

conservés au niveau des broches tortues dans les tombes

féminines,

ou

encore

des

bandes

tissées

plus

ou

moins

imposantes

dans

les

églises.

NE PAS JETER SUR LA VOIE PUBLIQUE / IMPRIME PAR NOS SOINS BULLETIN D’ACTUALITÉ N°8 Les

Eléments de tissage aux cartes découverts sur le bateau d'Oseberg

NE PAS JETER SUR LA VOIE PUBLIQUE / IMPRIME PAR NOS SOINS BULLETIN D’ACTUALITÉ N°8 Les

Tissage au peigne

Les produits fabriqués, tel que le vaðmál, grosse étoffe résistante aux intempéries et au froid, servaient de mon- naie d’échange et étaient revendus dans le monde scan- dinave et peut-être même sur l’ensemble du réseau commercial viking qui s’étalait

de l’Orient à l’Occident.

Sources :

•Boyer Régis, Les Vikings : Histoire, mythes et dictionnaire, Robert Laffont, Paris, 2008 •Boyer Régis, Les Vikings, Tempus, Paris, 2004 •Margeson Susan M., Eyewitness Viking, DK Publishing, United States, 2010 •Graham-Campbell, Atlas du monde Viking, Editions du Fanal, Paris, 1994 •Jesch Judith, Women in the Viking Age, The Boydell Press, 1996

Le métier à tisser vertical est le mieux connu. Attesté depuis le Néolithique, il se trouve sous deux formes durant la période viking: soit à deux barres, soit à pesons. Les pesons consistaient en de lourdes pierres trouées qui permettaient de passer et de nouer les fils et assuraient ainsi leur tension pour un tissage parfait. Les métiers à tisser verticaux mesu- raient généralement près de 2m de

NE PAS JETER SUR LA VOIE PUBLIQUE / IMPRIME PAR NOS SOINS BULLETIN D’ACTUALITÉ N°8 Les

Métier vertical à pesons

hauteur et servaient à la confection de grandes largeurs de tissus. Les métiers verticaux pouvaient être posés contre les parois de la maison ou bien s’intégrer entre deux poteaux internes de la demeure. Un autre type de métier à tisser, encore monté, était conservé dans le bateau d’Oseberg : un métier à tisser aux cartes. Ce type de tissage permet la confection de petites bandes décoratives en tissu que l’on nomme galons. La plupart des tisseurs attachaient d’une part les fils à leur ceinture et d’autre part à un point fixe. Mais la découverte d’Oseberg a permis de démontrer l’existence d’un métier à tisser très simple et spécifique à ce type de tissage : il consiste en un encadre - ment de bois où les fils étaient fixés de part et d’autre. Il s’agit donc du premier, et à ce jour unique, métier à tisser « portatif » décou- vert. L’appellation « aux cartes » provient de l’utilisation de cartes en bois ou en os, percées de trous dans lesquels sont passés les fils. Les dernier type de tissage, appelé tissage au peigne, permettait la création de galons aux décors moins complexes. Dans le tissage au peigne les fils sont passés dans une pièce de bois constituée d’une alternance de fentes et de trous.

Association Arkéfact, Octobre 2014 arkefact@gmail.com

Centres d'intérêt liés