Vous êtes sur la page 1sur 4

Caractérisation de l’erreur de mesure

Erreur absolue

L’erreur de mesure provient de la méthode employée ou de l’instrument de mesure utilisé. Par exemple, pour calculer une série, on se limite aux premiers termes, car on ne peut pas calculer la somme d’une infinité de termes. L’erreur provient d’autre part des arrondis : on remplace le nombre 2 0.5 par 1.414. Il est impossible de conserver la suite infinie de toutes les décimales d’autant plus qu’à partir d’un certain rang les chiffres ne sont plus significatifs.

Considérons Xe, la valeur exacte d’une grandeur inconnue et Xm la valeur mesurée. La différence X=Xe-Xm, s’appelle erreur. On l’appelle aussi correction : c’est la quantité qu’il faudrait ajouter à la valeur approchée Xm pour obtenir la valeur exacte. Elle peut être positive ou négative. On distingue :

les erreurs systémiques, dues aux méthodes de mesure et aux appareils;

les erreurs fortuites dues à l’opérateur et au milieu dans lequel il faut opérer.

L’erreur de mesure ne doit pas être confondue avec la faute de calcul.

 

Xm

Xe

X

 
 
 
 
 
   

X

  Xm Xe X          X Incertitude des mesures On ne peut

Incertitude des mesures

On ne peut jamais déterminer exactement l’erreur que l’on commet sur la mesure d’une grandeur. On ne peut que donner un intervalle sous la forme :

' 'X Xm 'Xe  '' Xe Xm  '' Xm ''

’ et ’’ sont des quantités réelles positives.

(1)

(2)

(3)

Xm

Xe

X

Xm Xe X  
Xm Xe X  
Xm Xe X  
 
 

XXm- -'' '

Xm+X +'' ''

MOOC : L’eau et les sols – hydrodynamique des milieux poreux, Pr. Marnik Vanclooster, UCL

Lorsqu’on ne connaît pas le sens de l’erreur, on majore la valeur absolue de l’erreur

Lorsqu’on ne connaît pas le sens de l’erreur, on majore la valeur absolue de l’erreur et on écrit :

 

X

sup

X

sup( ',

 

'')

(4)

Une telle quantité réelle positive X s’appelle incertitude . Nous sommes alors à peu près certains que la valeur exacte Xe se trouve dans le domaine limité par Xm-X et Xm+X. On exprimera le résultat de la mesure d’une grandeur de la manière suivante :

Xe Xm X

(5)

Xm

Xe

X

Xm Xe X  
Xm Xe X  
Xm Xe X  
 
 

X-X

X + X

X + X

(5) Xm Xe X   X-  X X +  X X +  X

Erreur et incertitude relatives

L’erreur absolue X et l’incertitude X n’ont guère d’intérêt pratique. Une erreur de 0.5 sur la teneur en eau volumétrique est grossière, une mesure de tension à 0.5 cm près est remarquable. Ce qui compte est avant tout l’erreur relative :

Erreur relative

X

X

où l’incertitude relative :

Incertitude relative

X

X

(6)

(7)

MOOC : L’eau et les sols – hydrodynamique des milieux poreux, Pr. Marnik Vanclooster, UCL

Règles de calcul des incertitudes Différentielle totale exacte

Considérons une grandeur physique Z, fonction, par exemple, de deux grandeurs indépendantes X et Y, soit Z= f(X,Y). Z est calculée à partir des mesures de X et Y. Si l’on opère des corrections X et Y sur X et Y, Z subit la correction Z. Si ces corrections sont petites, on peut les assimiler aux accroissements dX, dY et dZ reliés entre eux par la relation :

dZ

Z

X

.

dX dY

Y Z

.

(8)

dans laquelle nous avons confondu différentielle et accroissement de Z. Ainsi :

Z

Z

X

.X

Y Z

.

Y

et en prenant la valeur absolue, on obtient :

 Z  Z  Z  .  X  .  Y 
 Z
 Z
Z
. 
X
. 
Y
 X
Y

(9)

(10)

On passe aux incertitudes en majorant les corrections où erreurs :

 Z  Z  Z  sup  Z  .sup  X 
 Z
 Z
 Z
sup
Z
.sup
X
.sup
Y
 X
Y
 Z
 Z
Z
.
 
X
.  Y
 X
 Y

(11)

X=sup(X) et Y=sup(Y) sont les incertitudes sur les grandeurs X et Y. Dans le cas le plus défavorable, Z est majorée à :

Z

 Z .  X
Z
.
X

 

X

Y Y

(12)

Exemple 1 : Incertitude sur une somme ou une différence

Soit S=f(x,y,z)=a x + b y - c z. On a :

dS

S

x

S

S

dx dy dz adx bdy cdz

y

z

S a x b y cz

(13)

(14)

Etant donné qu’on majore l’erreur, chaque terme dans la dernière équation est positif.

Exemple 2 : Incertitude sur un produit

Soit P=f(x,y,z)=k.x a y b z c , où k,a,b,c sont des constantes. On a :

P

dP

x dP k a x

.(

dx

.

a

dy

y z dx

P

P

z

1

.

y

b

.

c

.

dz

b x

.

a

.

y

b

1

.

z dy

.

c

c x

.

a

.

y

b

.

z

c

1

.

dz

)

(15)

MOOC : L’eau et les sols – hydrodynamique des milieux poreux, Pr. Marnik Vanclooster, UCL

et puis

 

P k a x

.(

.

(16)

a

1

.

y

b

.

z

c

.

 

x b x

.

a

.

y

b

1

.

z

c

.

y

 

a

c x

.

.

y

b

.

z

c

1

.

z

)

L'incertitude relative est alors donnée par :

P

P

a

x x b y y

c

z z

(17)

MOOC : L’eau et les sols – hydrodynamique des milieux poreux, Pr. Marnik Vanclooster, UCL