Vous êtes sur la page 1sur 2

1

UE Calcul différentiel Examen 7 juin 2007


Aucun document n’est autorisé. Durée : 3h
Les exercices sont indépendants les uns des autres.

Exercice 1 . Soient
g : R+ → R
t 7→ g(t) := (t − 1)2 (t + 1) ,
et
ϕ : R3 → R
(x, y, z) 7→ ϕ(x, y, z) := x2 + y 2 + z 2 + xy − xz .
1. Montrer que g 0 s’annule seulement en t = 1.
2. Montrer que ϕ est à valeurs positives, et s’annule seulement en (0, 0, 0).
3. Soit f = g ◦ ϕ. Montrer que a ∈ R3 est un point critique de f si et seulement si a = (0, 0, 0) ou
ϕ(a) = 1.
4. Déterminer la matrice hessienne de f en (0, 0, 0). En déduire la nature de ce point critique.
5. Montrer que f est à valeurs positives. En déduire que tout point critique non nul de f est un
minimum global de f .

Exercice 2 . Pour ` ∈ L (Rn ; R) et h ∈ Rn , on notera h`, hi = `(h). Soit H ∈ C 2 (Rn ; R). On suppose
que pour tout x ∈ Rn , il existe µ > 0 tel que pour tout h ∈ Rn ,

d2 Hx (h, h) ≥ µ khk2 ,

et que l’application
Φ : Rn → L (Rn ; R)
x 7→ Φ(x) := dHx
est surjective.
1. Montrer que Φ est un difféomorphisme local en tout point de Rn .
2. Montrer qu’il existe une application P : R2n → L (Rn ; L (Rn ; R)) continue telle que P (x, y) =
P (y, x) et Φ(x) − Φ(y) = P (x, y) (x − y) quel que soit (x, y) ∈ R2n , et vérifiant, d’une part,

hP (x, y)(h) , k i = hP (x, y)(k) , h i

pour tous (x, y) ∈ R2n et (h, k) ∈ R2n . et d’autre part, pour tout (x, y) ∈ R2n , il existe α > 0 tel
que
hP (x, y)(h) , h i ≥ α khk2
quel que soit h ∈ X. Indication : on exprimera P (x, y) à l’aide d’une intégrale.
3. Déduire de ce qui précède que Φ est un difféomorphisme de Rn sur L (Rn ; R).

Exercice 3 . Soit E := { x = (xn )n∈N ∈ RN ; supn |xn | < +∞}, muni de la norme définie par
kxk∞ = supn |xn | : on rappelle que c’est un espace de Banach.
1. Pour tous x = (xn )n∈N et y = (yn )n∈N on note xy la suite définie par (xy)n := xn yn . On notera
aussi x2 = xx.
(a) Montrer que pour tous x, y ∈ E, la suite xy appartient à E, et que l’application

ϕ: E×E → E
(x, y) 7→ xy

est de classe C 1 .
2

(b) Montrer que l’application


Θ: E → E
x 7→ x2
est de classe C 1 et calculer dθx (y) pour x, y ∈ E.
2. Soit Ω := { x ∈ E ; inf n |xn | > 0}.
(a) Montrer que Ω est un ouvert non vide.
(b) Pour x ∈ Ω on note 1/x la suite définie par (1/x)n := 1/xn . Montrer que 1/x ∈ Ω.
(c) Montrer que Θ est un difféomorphisme local au voisinage de chaque point de Ω.
3. On considère l’application
f: Ω → E
x 7→ 1/x .
(a) Soit a ∈ Ω. Montrer que d2 ϕ(a,1/a) est un isomorphisme de E. En déduire qu’il existe un
voisinage ouvert V de a inclus dans Ω tel que f|V soit de classe C 1 .
(b) Montrer que f est de classe C 1 sur Ω et calculer dfx quel que soit x ∈ Ω.

Exercice 4 . On considère l’équation différentielle

dx
(E) = t x2 .
dt
1. Dire pourquoi le théorème de Cauchy-Lipschitz s’applique à l’équation (E).
2. Soit (t0 , x0 ) ∈ R2 , et I l’intervalle de définition de la solution maximale x ∈ C 1 (I; R) de (E) telle
que x(t0 ) = x0 .
(a) Dans le cas x0 = 0, quel est I et que vaut x(t) pour t ∈ I ?
(b) En supposant x0 > 0, montrer que x(t) > 0 quel que soit t ∈ I.
(c) Soit J l’intervalle de définition de la solution maximale y ∈ C 1 (J; R) de (E) telle que
y(−t0 ) = x0 . Exprimer J et y à l’aide de I et x.
3. Soit (t0 , x0 ) ∈ R2 tel que x0 t20 < −2. Calculer la solution maximale de (E) telle que x(t0 ) = x0 .
On précisera en particulier son intervalle de définition.