Vous êtes sur la page 1sur 6

Exercices : Barbara Tumpach

Relecture : François Lescure


Exo7

Théorème de Fubini-Tonelli et convolutions

1 Théorème de Fubini-Tonelli
Exercice 1
x2 −y2
Soit f (x, y) = (x2 +y2 )2
. Montrer que
Z 1 Z 1  Z 1 Z 1 
f (x, y)dx dy 6= f (x, y)dy dx.
−1 −1 −1 −1

Y a-t-il contradiction avec le théorème de Fubini ? (on pourra calculer l’intégrale de | f | sur l’anneau Sε =
{(x, y) ∈ R2 |ε 6 x2 + y2 6 1}.)
Correction H [005957]

Exercice 2
Montrer que la fonction (x, y) 7→ e−y sin 2xy est intégrable pour la mesure de Lebesgue sur [0, 1] × (0, +∞) ; en
déduire la valeur de Z +∞
1
(sin y)2 e−y dy.
0 y

Correction H [005958]

2 Produit de convolution
Exercice 3
Soient f ∈ L1 (Rn ) et g ∈ L p (Rn ) avec 1 6 p 6 +∞, où Rn est muni de la mesure de Lebesgue. Montrer que,
pour presque tout x ∈ Rn , la fonction y 7→ f (x − y) g(y) est intégrable sur Rn et que le produit de convolution
de f et g défini par Z
f ∗ g(x) = f (x − y) g(y) dy
Rn
vérifie f ∗ g(x) = g ∗ f (x) et
k f ∗ gk p 6 k f k1 kgk p .

Correction H [005959]

Exercice 4
a|x|2 b|x|2
Soient a, b > 0, et f et g les fonctions définies sur Rn par f (x) = e− 2 et g(x) = e− 2 . Calculer f ∗ g(x).
Correction H [005960]

Exercice 5
1. Pour tout t > 0, on pose :
n |x|2
ft (x) = (4πt)− 2 e− 4t .

1
R
(a) Montrer que, pour tout t > 0, Rn ft (x) dx = 1.
R
(b) Montrer que, pour tout δ > 0, limt→0 {|x|>δ } ft (x) dx = 0.
(On dit que ft est une approximation de la distribution de Dirac.)
2. Soit g une fonction continue bornée. Montrer que ft ∗ g est bien définie et que

lim ft ∗ g(x) = g(x).


t→0

Correction H [005961]

Exercice 6
Soient f , g ∈ L1 (µ) où µ est la mesure de Lebesgue sur Rn . On note fˆ la transformée de Fourier définie par
Z
fˆ(y) = f (x) e−2πi(y,x) dx,
Rn

où (·, ·) désigne le produit scalaire de Rn . Montrer que


ˆ
R R
1. Rn f (x)ĝ(x) dx =
R n f (x)g(x) dx.

2. ∗ g = fˆ ĝ.
fd
Correction H [005962]

Exercice 7
a|x|2
Calculer la transformée de Fourier de la gaussienne définie, pour x ∈ Rn , par f (x) = e− 2 , où a > 0.
Correction H [005963]

2
Correction de l’exercice 1 N
On a
1 !
x 2 − y2
Z 1 Z 1  Z 1
x
2 2 2
dx dy = − 2 dy
−1 −1 (x + y ) −1 (x + y2 ) −1
Z 1 1
2
=− 2
dy = −2 arctan y = −π.
−1 (1 + y )

−1

1 !
x2 − y2
Z 1 Z 1  Z 1
y
2 2 2
dy dx = 2 2
dx
−1 −1 (x + y ) −1 (x + y ) −1
Z 1 1
2
= 2
dx = 2 arctan x = π.
−1 (x + 1) −1

Il n’y a pas de contradiction avec le théorème de Fubini car la fonction f n’appartient pas à L 1 ([−1, 1] ×
[−1, 1]). En effet, soit Sε = {(x, y) ∈ R2 |ε 6 x2 + y2 6 1}. On a
Z 2π Z 1 π Z 1
| cos 2θ | | cos 2θ |
Z Z Z
2
| f |dµ > | f |dµ = drdθ = 4 drdθ = −4 log ε → ∞
[−1,1]×[−1,1] Sε θ =0 r=ε r θ =0 r=ε r

/ L 1 ([−1, 1] × [−1, 1]).


lorsque ε → 0, et donc f ∈

Correction de l’exercice 2 N
Le théorème de Tonelli donne :
Z Z +∞
−y
|e sin 2xy| dxdy 6 e−y dy = 1 < +∞,
[0,1]×(0,+∞) 0

ce qui prouve que la fonction (x, y) 7→ e−y sin 2xy est intégrable pour la mesure de Lebesgue sur [0, 1] × (0, +∞).
Le théorème de Fubini donne alors la valeur I de l’intégrale de cette fonction :
Z 1 Z +∞ Z 1
−y (IPP) log 5
I= dx e sin 2xy dy (2x)(1 + 4x2 )−1 dx =
0 0 = 0 4
sin2 y
Z +∞ Z 1 Z +∞
−y
I= e dy sin 2xy dx = e−y dy.
0 0 0 y

Correction de l’exercice 3 N
Soient f ∈ L1 (Rn ) et g ∈ L p (Rn ) avec 1 6 p 6 +∞, où Rn est muni de la mesure de Lebesgue. L’identité
f ∗ g(x) = g ∗ f (x) s’obtient par changement de variable. En ce qui converne l’inégalité k f ∗ gk p 6 k f k1 kgk p ,
on distingue les cas en fonction de la valeur de p.
1. Pour p = +∞, c’est clair.
2. Supposons que p = 1 et posons F(x, y) = f (x − y) g(y). Pour presque tout y ∈ Rn , on a :
Z Z
|F(x, y)| dx = |g(y)| | f (x − y)| dx = |g(y)| · k f k1 ,
Rn Rn

et Z Z
dy |F(x, y)| dx = k f k1 kgk1 .
Rn Rn

D’après le théorème de Tonelli, F ∈ L1 (Rn × Rn ). D’après le théorème de Fubini, on a


Z
|F(x, y)| dy < +∞ pour presque tout x ∈ Rn ,
Rn

3
et Z Z
dx |F(x, y)| dy 6 k f k1 kgk1 .
Rn Rn
Ainsi, Z Z Z

k f ∗ gk1 = dx| f ∗ g(x)| = dx
F(x, y) dy 6 k f k1 kgk1 .
Rn Rn Rn
3. Supposons que 1 < p < +∞. Utilisons le cas précédent, en faisant jouer ici à g p le rôle alors joué
par g. Alors pour presque tout x ∈ Rn fixé, la fonction y 7→ | f (x − y)||g(y)| p est intégrable sur Rn , i.e.
1
la fonction y 7→ | f (x − y)| p |g(y)| appartient à L p (Rn ). Soit p0 tel que 1p + p10 = 1. La fonction y 7→
1 0
| f (x − y)| p0 appartient à L p (Rn ) car f ∈ L1 (Rn ) et la mesure de Lebesgue est invariante par translation.
D’après l’inégalité de Hölder,
1 1
| f (x − y)| |g(y)| = | f (x − y)| p |g(y)| · | f (x − y)| p0 ∈ L1 (Rn )
et
Z Z  1p 1
0
| f (x − y)| |g(y)| 6 | f (x − y)| |g(y)| p · k f k1p ,
Rn Rn
ainsi p
0
|( f ∗ g)(x)| p 6 (| f | ∗ |g| p )(x) · k f k1p .
D’après le cas précédent, on voit que
p
0
f ∗ g ∈ L p (Rn ) et k f ∗ gk pp 6 k f k1 kgk pp · k f k1p ,
c’est-à-dire
k f ∗ gk p 6 k f k1 · kgk p .

Correction de l’exercice 4 N
a|x|2 b|x|2
Soient a, b > 0, et f et g les fonctions définies sur Rn par f (x) = e− 2 et g(x) = e− 2 . On a
 
2 2
− a|x−y| 2+b|y|
Z Z
f ∗ g(x) = f (x − y) g(y) dy = e dy
Rn Rn
Or
n
a|x − y|2 + b|y|2 = ∑ axi2 + (a + b)y2i − 2axi yi
i=1
2
n
axi 2
  
a
= ∑ axi2 + (a + b) yi −
xi − (a + b)
i=1 a+b a+b
n  2
a2
  
a
= ∑ a− xi2 + (a + b) yi − xi
i=1 a + b a + b
a 2

ab 2

= |x| + (a + b) y − x .
a+b a+b
Ainsi
|x|2 2
Z 2
Z
ab |x|
ab
− a+b − (a+b)
2 |y− a+b x|
a
− a+b (a+b) 2
f ∗ g(x) = e 2 e dy = e 2 e− 2 |z| dz
Rn Rn
2 √
car la mesure de Lebesgue est invariante par translation. En utilisant R e−t dt =
R
π, on obtient alors :
 n
2π 2 − ab |x|2
f ∗ g(x) = e a+b 2 .
a+b

Correction de l’exercice 5 N

4
1. Pour tout t > 0, on pose :
n |x|2
ft (x) = (4πt)− 2 e− 4t .
(a) On a
|x|2
Z Z
− n2
ft (x) dx = (4πt) e− 4t dx
Rn Rn
n
n Z xi2
= (4πt)− 2 ∏ e− 4t dxi .
i=1 R
R −t 2 dt

Sachant que Re = π, on en déduit que
Z
ft (x) dx = 1.
Rn

(b) Soit ε > 0. Puisque f1 est intégrable sur Rn , il existe un R > 0 tel que
Z
f1 (x) dx < ε.
B(0,R)c

n
 
On remarque que ft (x) = t − 2 f1 √x
t
. On a alors,
 
x
Z Z Z
− n2 − n2 n
ft (x) dx = t f1 √ dx = t  c f 1 (z)t 2 dz
B(0,δ )c B(0,δ )c t B 0, √δ t
Z
=  c f 1 (z) dz 6 ε,
B 0, √δ t

δ2
dès que t < R2
.
2. Soit g une fonction continue bornée. Alors il existe M > 0 tel que |g| < M et
Z Z
| ft (x − y) g(y)| dy 6 M ft (x − y) dy = M < +∞,
Rn Rn
R
ainsi y 7→ ft (x − y) g(y) est intégrable et ft ∗ g est bien définie. Puisque Rn ft (x) dx = 1, on a
R R
| ft ∗ g(x) − g(x)| = | Rn ft (y)g(x − y) dy − Rn ft (y)g(x) dy|
R
6 Rn ft (y) |g(x − y) − g(x)| dy.

Soit ε > 0. Puisque g est continue en x ∈ Rn , il existe δ > 0 tel que |y| < δ ⇒ |g(x − y) − g(x)| < ε.
Alors
Z
| ft ∗ g(x) − g(x)| 6 ft (y) |g(x − y) − g(x)| dy
B(0,δ )
Z
+ ft (y) |g(x − y) − g(x)| dy
B(0,δ )c
Z Z
6 ε ft (y) dy + 2M ft (y) dy
B(0,δ ) B(0,δ )c
Z
6 ε + 2M ft (y) dy.
B(0,δ )c
R ε
D’après la question 1.(b), il existe t0 > 0 tel que pour t < t0 , B(0,δ )c ft (y) dy 6 2M . Ainsi pour t < t0 ,

| ft ∗ g(x) − g(x)| < 2ε,

i.e.
lim ft ∗ g(x) = g(x).
t→0

5
Correction de l’exercice 6 N
Soient f , g ∈ L1 (Rn ). On note fˆ la transformée de Fourier définie par
Z
fˆ(y) = f (x) e−2πi(y,x) dx,
Rn

où (·, ·) désigne le produit scalaire de Rn .


1. On a kĝk∞ 6 kgk1 , ce qui implique que f ĝ est intégrable. De même fˆ g est intégrable. De plus F(x, y) =
f (x)g(y)e−2πi(x,y) appartient à L1 (Rn × Rn ). D’après le théorème de Fubini,
Z Z Z
f (x)ĝ(x) dx = dx f (x) g(y)e−2πi(x,y) dy
Rn ZR
n
ZR
n
Z
= dy g(y) f (x)e−2πi(x,y) dx = fˆ(y)g(y) dx.
Rn Rn Rn

2. On a
Z Z Z
∗ g(x) =
fd f ∗ g(y) e−2πi(x,y) dy = dy e−2πi(x,y) f (y − z) g(z) dz
n Rn Rn
ZR Z
= dy e−2πi(x,y−z) e−2πi(x,z) f (y − z) g(z) dz
n Rn
ZR Z
= e−2πi(x,u) f (u) du e−2πi(x,z) g(z) dz
Rn Rn
= fˆ(x) ĝ(x).

Correction de l’exercice 7 N
ax2
Supposons tout d’abord n = 1. Soit la gaussienne définie pour x ∈ R par f (x) = e− 2 , où a > 0. Posons
Z Z
ax2
h(t) = f (x)e−2πitx dx = e− 2 e−2πitx dx.
R R

D’après le théorème de convergence dominée, h est dérivable et


1 − ax2 −2πitx +∞
 
1
Z 2
Z
ax2
0 − ax2 −2πitx
h (t) = −2πi xe e dx = 2πi e 2 e + (2πi)2t e− 2 e−2πitx dx
R a −∞ a R
1
= −(2π)2 t · h(t).
a
De plus, √ √
2 2π
Z Z 2
Z
− ax2 −u2
h(0) = f (x) dx = e dx = e du √ = √ .
R R R a a

La solution de l’équation différentielle h0 (t) = −(2π)2 1a t · h(t) avec condition initiale h(0) = √2π
a
est
r
2π − (2π)2 t 2
h(t) = e a 2.
a
Pour n > 1, on a :
a|x|2
Z Z
f (x)e−2πi(t,x) dx = e− 2 e−2πi(t,x) dx
Rn Rn
r !n
n Z axi2 n
− −2πiti xi 2π (2π)2 |t|2
= ∏ e 2 e dxi = ∏ h(ti ) = e− a 2

i=1 R i=1 a