Vous êtes sur la page 1sur 77

Universidade de Brasília – Instituto de Letras – Departamento de

Línguas Estrangeiras e Tradução

Apostila e caderno de exercícios para a disciplina

MORFOSSINTAXE DO
FRANCÊS

Vous remettrez la valise de ma tante à son mari et la clef à leurs fils

2/2011
Prof. René G. Strehler
Documentos recolhidos por René G. Strehler

1 AVERTISSEMENT ...................................................................................................... 7
1.1 Quelques conventions graphiques et abréviations usuelles .............................. 7
2 INTRODUCTION ........................................................................................................ 7
2.1 Concepts de bas ................................................................................................ 7
2.1.1 Langage, langue et parole ............................................................................. 7
2.1.1.1 Lexique ................................................................................................. 8
2.1.1.2 Phonétique/Phonologie ......................................................................... 8
2.1.1.3 Syntaxe ................................................................................................. 8
2.1.1.4 Axe syntagmatique – axe paradigmatique ............................................ 9
2.1.1.5 Grammaire, grammaticalité et acceptabilité ......................................... 9
2.1.2 Variation linguistique ................................................................................. 10
2.1.2.1 Variation diatopique ........................................................................... 10
2.1.2.2 Variation diachronique ....................................................................... 11
2.1.2.3 Variation diastratique ......................................................................... 11
2.1.2.4 Variation diaphasique ......................................................................... 11
2.1.3 Français standard ........................................................................................ 12
2.2 Outils d’analyse .............................................................................................. 12
2.2.1 Commutation .............................................................................................. 12
2.2.2 Permutation................................................................................................. 12
2.2.3 Effacement .................................................................................................. 12
2.2.4 Expansion ................................................................................................... 13
2.2.5 Transformations .......................................................................................... 13
2.2.5.1 Active – passive .................................................................................. 13
2.2.5.2 Négation ............................................................................................. 13
2.2.5.3 Construction personnelle – construction impersonnelle..................... 13
2.2.5.4 Nominalisation ................................................................................... 13
2.2.5.5 Pronominalisation ............................................................................... 13
2.2.5.6 Formes issues du neutre...................................................................... 14
3 DU MOT À LA PHRASE OU DE LA PHRASE AU MOT ................................................. 14
3.1 Le mot ............................................................................................................. 16
3.1.1 Classes de mots (parties du discours) ......................................................... 17
3.1.1.1 Le nom ................................................................................................ 18
3.1.1.2 L’adjectif qualificatif .......................................................................... 20
3.1.1.3 Les Déterminants ................................................................................ 21
3.1.1.4 Le verbe .............................................................................................. 22

2
Documentos recolhidos por René G. Strehler

3.1.1.5 Le pronom .......................................................................................... 23


3.1.1.6 L’adverbe ............................................................................................ 23
3.1.1.7 La préposition ..................................................................................... 24
3.1.1.8 La conjonction .................................................................................... 25
3.1.1.9 L’interjection – mot-phrase ................................................................ 25
3.1.1.10 L’introducteur ................................................................................. 25
3.2 La phrase......................................................................................................... 26
3.2.1 Thème vs rhème.......................................................................................... 26
3.2.2 Phrase nominale – phrase verbale .............................................................. 26
3.2.3 Phrase simple – phrase complexe ............................................................... 27
3.2.3.1 La phrase complexe ............................................................................ 27
3.2.4 Phrase de base, énoncé et énonciation ........................................................ 29
3.2.5 La phrase minimale .................................................................................... 31
3.2.6 La séquence de l’impersonnel .................................................................... 31
3.2.6.1 Classement en fonction du verbe ........................................................ 31
3.2.6.2 Nature de la séquence impersonnelle ................................................. 32
3.2.7 La relative ................................................................................................... 33
3.3 Fonctions ........................................................................................................ 34
3.3.1 Les fonctions primaires .............................................................................. 35
3.3.1.1 Le sujet ............................................................................................... 35
3.3.1.2 L’attribut ............................................................................................. 36
3.3.1.3 Le complément d’objet direct ............................................................. 38
3.3.1.4 Le complément d’objet indirect .......................................................... 40
3.3.1.5 Le complément de lieu, prix, mesure… ............................................. 41
3.3.1.6 Le complément circonstanciel ............................................................ 41
3.3.1.7 Quelques cas spécifiques .................................................................... 41
3.3.2 Les fonctions secondaires ........................................................................... 42
3.3.2.1 Les fonctions adjectivales................................................................... 42
3.3.2.2 Les fonctions compléments (déterminants) : ...................................... 42
4 LES CLASSES D’ÉQUIVALENCE ............................................................................... 42
4.1 La classe du SN .............................................................................................. 42
4.2 La classe ‘adjectif’ .......................................................................................... 43
4.3 La classe d’équivalence SV ............................................................................ 43
4.4 La classe d’équivalence CIRCONSTANT ........................................................... 44
4.5 ‘SP = Prép + SN’ correspond à plusieurs classes d’équivalence.................... 44

3
Documentos recolhidos por René G. Strehler

4.6 Les modificateurs (adverbes) ......................................................................... 45


5 TABLEAUX DES DÉTERMINANTS ET DES PRONOMS ............................................... 47
5.1 Tableau des formes des pronoms personnels ................................................. 47
5.2 Combinatoire des pronoms personnels ........................................................... 47
5.2.1 Énoncés déclaratifs, interrogatifs, impératifs, négatifs .............................. 47
5.2.2 Énoncés impératifs positifs......................................................................... 47
5.3 Articles – Pronoms personnels. ...................................................................... 48
5.4 Adjectifs et pronoms démonstratifs ................................................................ 48
5.5 Adjectifs et pronoms possessifs...................................................................... 48
5.6 Adjectifs et pronoms interrogatifs .................................................................. 49
5.7 Adjectifs et Pronoms relatifs .......................................................................... 49
5.8 Adjectifs et pronoms indéfinis........................................................................ 50
6 CONCORDANCES DE TEMPS.................................................................................... 50
6.1 Le discours ...................................................................................................... 50
6.2 Le récit ............................................................................................................ 51
6.3 Propositions hypothétiques introduits par SI .................................................. 51
6.3.1 Simple hypothèse ........................................................................................ 51
6.3.2 Le potentiel ................................................................................................. 52
6.3.3 L’irréel du passé ......................................................................................... 52
6.4 Propositions non-hypothétiques introduits par SI .......................................... 52
6.4.1 L’opposition ............................................................................................... 52
6.4.2 La cause ...................................................................................................... 52
6.4.3 La conséquence........................................................................................... 52
6.4.4 La répétition................................................................................................ 53
6.4.5 L’interrogation indirecte ............................................................................. 53
6.4.6 L’atténuation ............................................................................................... 53
7 LA PHRASE INTERROGATIVE ................................................................................. 53
7.1 L’interrogation partielle .................................................................................. 53
7.2 L’interrogation totale ...................................................................................... 54
8 QUI......................................................................................................................... 54
8.1 QUI pronom relatif ......................................................................................... 54
8.2 QUI pronom interrogatif ................................................................................. 55
9 QUE ....................................................................................................................... 55
9.1 QUE pronom .................................................................................................. 55
9.2 QUE conjonction ............................................................................................ 56

4
Documentos recolhidos por René G. Strehler

9.2.1 Quelques emplois ....................................................................................... 56


9.2.2 QUE remplace une autre conjonction ......................................................... 56
9.2.3 QUE introduisant le subjonctif ................................................................... 57
9.2.4 QUE… QUE, QUE… QUI ............................................................................... 57
9.2.5 À CE QUE, DE CE QUE ................................................................................... 57
10 QUOI ....................................................................................................................... 57
10.1 QUOI, pronom relatif ....................................................................................... 57
10.2 QUOI, pronom interrogatif .............................................................................. 58
10.3 QUOI, interjection ............................................................................................ 58
11 DONT ...................................................................................................................... 59
12 EMPLOI DU SUBJONCTIF......................................................................................... 60
12.1 Subjonctif en portugais et en français ............................................................ 60
12.2 Divergences entre français et portugais .......................................................... 61
13 L’ACCORD DU PARTICIPE PASSÉ ............................................................................ 61
13.1 L'accord du participe passé avec l'auxiliaire ÊTRE ......................................... 61
13.1.1 Verbes non pronominaux ....................................................................... 61
13.1.2 Verbes pronominaux .............................................................................. 62
13.2 L'accord du participe passé avec l'auxiliaire AVOIR ....................................... 63
13.2.1 Objet direct ............................................................................................. 63
13.2.2 Objet indirect .......................................................................................... 63
13.2.3 Ellipse de avoir ....................................................................................... 64
13.2.4 Verbes de mesure.................................................................................... 64
13.2.5 Attribut ................................................................................................... 64
13.2.6 Infinitif immédiat.................................................................................... 64
13.2.7 Préposition et infinitif ............................................................................. 64
13.2.8 Avec le pronom L' ................................................................................... 64
13.2.9 Employé avec EN .................................................................................... 65
14 EXERCICES ............................................................................................................. 67
15 BIBLIOGRAPHIE ...................................................................................................... 76

5
Documentos recolhidos por René G. Strehler

PREMIÈRE PARTIE :
DÉVELOPPEMENT THÉORIQUE

1
© Franquin.

6
Documentos recolhidos por René G. Strehler

1 Avertissement
Le présent polycopié est en plein refonte. Des incohérences éventuelles et des
problèmes d’enchaînement seront résolus au fur et à mesure de son élaboration.
Les exercices sont extraits des œuvres déjà citées soit élaborés à partir de phrases
attestées dans le Monde Diplomatique.

1.1 Quelques conventions graphiques et abréviations usuelles


[Jesè] Les transcriptions phonétiques sont entre crochets.
/signifié/ Les barres de division servent à mettre en évidence le signifié
d’un signe linguistique
*Luc car Marie L’astérisque au début d’un mot, d’une phrase, indique que la
séquence ainsi marquée est jugée agrammaticale.
?bin Le point d’interrogation au début d’un mot, d’une phrase, indique
que la classification normative pose des problèmes par rapport au
phénomène ainsi classé, sans qu’on puisse dire que l’assertin en
question soit fausse.
X→Y signifie ‘X se réécrit en Y’ ou ‘X se transforme en Y’.
COD = complément d’objet direct.
COI = complément d’objet indirect.
CIRC = circonstanciel.
GR = Grand Robert da la langue française
SN = syntagme nominal
SP = syntagme prépositionnel
SV = syntagme verbal

2 Introduction
Le présent polycopié vise à transmettre un certain nombre de connaissances dans le
domaine de la linguistique et de la grammaire. Il convient donc de faire le point sur
quelques concepts de base, en principe déjà présentés en ‘Introdução à Linguística’.

2.1 Concepts de bas


2.1.1 Langage, langue et parole
Depuis le Cours de linguistique générale de Ferdinand de Saussure (1857-1913), les
concepts correspondant à ces trois termes se sont répandus en linguistique,
particulièrement structuraliste. Dans ce polycopié, ‘langage’ correspond à la faculté de
l’être humain de communiquer par signes linguistiques. La ‘langue’, de son côté,
correspond au système, ou plutôt système de systèmes, qui permette cette
communication ; ainsi nous pouvons parler de ‘langue française’, ‘langue portugaise’ ou
‘langue peule’, par exemple. La ‘parole’, elle, est l’usage individuel de la langue. Dans
ce sens, la langue est une entité abstraite et la parole (ou discours) témoigne de son
existence. En linguistique, il convient de savoir où une analyse se place : Si l’on

7
Documentos recolhidos por René G. Strehler

examine le style d’un auteur, on se situe dans la parole ; si c’est le lexique d’une langue
qu’on étudie, c’est évidemment le système, donc la langue qui est en question. Le
vocabulaire de Machado de Assis ou de Balzac ne peut être connu que grâce à la parole.
Dans le cours de Morphosyntaxe nous nous situons essentiellement sur le plan de la
langue.
Pour pouvoir parler de langue, il faut disposer d’au moins trois composantes :

2.1.1.1 Lexique
Sans inventaire d’unités lexicales, de signes linguistiques, nous ne pouvons parler de
langue. Pour le locuteur, le mot est sans doute une entité essentielle, même s’il est
difficile à définir avec précision. La lexicologie étudie le lexique du côté du signifiant
(morphologie) et du côté du signifié (sémantique). Le lexique contient tous les mots
d’une langue (système) ; des vocabulaires (discours/parole) regroupent, par exemple, les
mots d’un auteur comme Molière.

2.1.1.2 Phonétique/Phonologie
Rappelons que les langues existent depuis l’aube de l’humanité, alors que l’écrit n’a que
quelques 5000 ou 6000 ans. Dans ce contexte, notons que l’oralité est indispensable
pour qu’une langue puisse exister, alors que l’écrit, si important dans nos sociétés, ne
peut être vu comme un constituant indispensable. La phonétique permet la description
des sons d’une langue donnée : en français il existe le son [y], comme dans ‘tu’, mais
pas en portugais. Ce son se décrit à l’aide de critères, comme points d’articulation, etc.
La phonologie, quant à elle, analyse le fonctionnement logique des sons : en français,
comme en portugais, nous avons les sons [k] et [g]. Grâce à [ku] et [gu] nous pouvons
savoir que les deux sons ne sont pas des variantes, mais des sons qui s’opposent
logiquement : ‘coût’ ne correspond pas à ‘goût’. Phonétique et phonologie ne sont pas
l’objet du présent cours.

2.1.1.3 Syntaxe
Pour qu’une langue soit compréhensible, les signes linguistiques s’emploient selon
certaines règles : le déterminant avant le nom ou le complément du nom après le nom.
Ces règles sont, selon le cas examiné, plus ou moins contraignants.
Morphosyntaxe : Des faits morphologiques peuvent avoir une influence sur la syntaxe.
Ceci est évident en latin : Petrus Paulum ferit ou Paulum Petrus ferit sont possibles, car
la terminaison –us, fait de morphologie, informe que c’est pierre qui Pierre donne les
coups et la terminaison –um indique que c’est Paul qui les reçoit ; donc -us correspond
au nominatif (sujet) et –um correspond à l’accusatif (complément d’objet direct). En
français, par contre, ce genre d’information est transmis par la syntaxe : Pierre bat Paul
(Petrus Paulum ferit) est différent de Paul bat Pierre (Paulus Petrum ferit) ; la personne
qui occupe la place du sujet donne les coups, celle à la place de l’objet les reçoit.

8
Documentos recolhidos por René G. Strehler

2.1.1.4 Axe syntagmatique – axe paradigmatique


Une autre dichotomie introduite par Saussure est celle de syntagme et de paradigme, ou
axe syntagmatique et axe paradigmatique.
Formellement, lors de parler, nous ne pouvons qu’ajouter un son après un autre, un mot
après un autre, pour former nos énoncés. La langue est donc linéaire et cette linéarité
s’observe dans les syntagmes.
Par contre, si dans un syntagme nous avons isolé un élément, un mot par exemple, nous
avons la possibilité de l’associer dans notre pensée à d’autres mots, selon différentes
critères. Ainsi, pour Saussure, ‘enseignement’ correspond à plusieurs paradigmes :
1. enseigner, enseignons, enseignez, etc. ou
2. apprentissage, éducation, etc. ou
3. changement armement, etc. ou
4. clément, justement, etc.
Des axes paradigmatiques construits selon des critères de substituabilité sont importants
pour l’analyse formelle des énoncés. De fait, dans nos analyses des critères sémantiques
devraient aider seulement, si des critères formels ne sont pas conclusifs.

2.1.1.5 Grammaire, grammaticalité et acceptabilité


Le terme de ‘grammaire’ recouvre plusieurs acceptions. Citons :
1. Ensemble de règles à suivre pour parler et écrire correctement une
langue ;
2. Description complète de la langue, traitant la phonologie, la syntaxe et la
sémantique ;
3. Description des morphèmes grammaticaux et leur fonctionnement dans la
langue. (cette acception situe la grammaire dans la syntaxe, sans traiter la
phonologie ou la lexicologie ;
4. En linguistique générative, la grammaire est « le modèle de la compétence
idéale qui établit une certaine relation entre le son et le sens » (Dubois
1973 :128).
5. Livre, traité, manuel de grammaire.
Pour le cours Morphosyntaxe du français, les acceptions 2 et 3 sont les plus
importantes ; mais, pour de futurs professeurs de français, l’acception 1 exerce aussi son
poids. La notion de ‘grammaticalité’ devrait être contrastée avec celle de ‘acceptabilité.
En effet, une phrase peut être grammaticalement correcte, mais difficilement acceptable.
Exemples :
6. Le piéton que la voiture que l’homme qui était sourd conduisait a
renversé est mort.
7. De vertes idées incolores dorment furieusement. (Chomsky).
Notons que la phrase 6 est grammaticalement correcte, mais difficilement acceptable à
cause des constructions relatives enchâssées. La phrase 7 est, selon Chomsky, un
exemple d’une phrase inacceptable – ce jugement se base sans doute plutôt sur des
critères sémantiques que syntaxiques. Face à la ‘grammaticalité’, il existe un autre
concept, celui de l’acceptabilité.
8. La fille que j’aimera vieillira sans tristesse. (Brel)

9
Documentos recolhidos por René G. Strehler

La phrase 8 est agrammaticale, si l’on se base sur des critères de grammaire normative,
mais correspond à un usage anciennement assez répandu. La normalisation du français
et l’école obligatoire pour tous ont transformé la ‘discordance sujet/verbe’ en
régionalisme aujourd’hui presque disparu.
Notons encore que certains phénomènes sont acceptables dans certains contextes, mais
pas dans d’autres.
Exemple : J(e) pense pas est acceptable pour beaucoup de francophones à l’oral, mais
pas à l’écrit.

2.1.2 Variation linguistique


Pour toutes les langues qui se laissent associer à des communautés linguistiques
importantes (allemand, anglais, arabe, français, espagnol, portugais, etc.) on observe
une standardisation/normalisation qui se voit renforcée par le poids de l’écrit et des
instances normalisatrices, comme les académies et les écoles. En d’autres mots, la
langue standard (norma culta) est une réduction par rapport à l’hétérogénéité
observable. Pour certaines langues, comme le portugais par exemple, l’existence de
deux normes est culturellement admise, les Portugais ont leur ‘norma culta’ et les
Brésiliens la leur. Dans le cas du français, il n’est pas possible de parler de deux langues
standard, mais on observe l’apparition de sous-normes par rapport au français standard :
La professeure est correct au Québec, mais pas (encore ?) en France.
Pour être précis, il convient de distinguer entre
 la linguistique variationniste, qui correspond à un des domaines
d’activité sociolinguistique et qui se sert des méthodes développés par la
sociologie (Labov) et
 la linguistique variationnelle, qui se situe dans le structuralisme pour
traiter la non-homogénéité du système.
Passons en revue quelques facteurs de diversification linguistique.

2.1.2.1 Variation diatopique


La variation diatopique, ou géographique, est à la base de toute variation, car elle
présuppose une communauté linguistique qui ait conscience de parler la même langue.
Belges, Français et Suisses romand ont la conscience de parler français ; Portugais et
Espagnols ont la conscience de ne pas parler la même langue.
Pour le français, l’idiome standard a été élaboré à Paris et s’est répandu dans les autres
régions, sans évoluer de la même manière.
 Belgicismes : Athénée (Établissement d'enseignement offrant le cycle
complet des études secondaires et dépendant d'un pouvoir public) ;
s’accaparer qqn (accaparer qqn).
 Helvétismes : Bordier (riverain) ; être déçu en bien (être agréablement
surpris).
 Francismes : Tabac (bureau de tabac, point de vente de tabac) ; se tailler
(s’enfuir).
 Québécismes : Bleuet (myrtille d’Amérique) ; macaron (dans le sens de
‘badge’).
 Etc.

10
Documentos recolhidos por René G. Strehler

2.1.2.2 Variation diachronique


Si nous observons la langue, nous notons la présence de certains phénomènes
linguistiques perçus par le locuteur moyen comme archaïque. Dans le lexique nous
pouvons citer :
destrier /= cheval de bataille/, fors /= hormis, hors, sauf/ ou aéroplane
/= avion/.
Le changement de civilisation, surtout matérielle, fait tomber en désuétude un certain
nombre de lexèmes et provoque l’apparition d’autres :
Télécharger, zapper.
Selon le domaine culturel ces changements peuvent se produire plus ou moins vite.
Selon le dictionnaire Grand Robert, la première attestation à l’écrit d’aéroplane date de
1855 ; avion, première attestation en 1875, a pris très vite le dessus. Aéroplane est
considéré aujourd’hui comme vieux ou plaisant.

2.1.2.3 Variation diastratique


La variation diastratique correspond à celle qui s’observe dans différents milieux
sociaux, professionnels ou autres. En médecine, par exemple, on observe une
terminologie très développée et contraignant pour le professionnel. Ainsi, des médecins,
entre eux parleraient-ils de céphalalgie ou de céphalée là où le patient ressent des maux
de tête, des migraines.
Des jargons et argots entrent également dans cette catégorie. Exemples de verlan,
procédé argotique qui consiste à inverser des syllabes :
 laisse béton (laisse tom|ber) ;
 meuf (fam|me) ;
 ripou (pou|ri).
Le dernier exemple a dépassé les milieux argotiques, grâce au succès du film Les
Ripoux de Claude Zidi (1984).

2.1.2.4 Variation diaphasique


La variation diaphasique, ou fonctionnelle, concerne la distinction d’usage établie à
partir des critères comme ‘familier’ ou ‘soutenu’ :
 Où que tu vas ? – familier ou même relâché ;
 Où te rends-tu ? – soutenu.
L’usage oral ou écrit peut aussi provoquer des préférences, ainsi le pronom démonstratif
ça est souvent mal perçu à l’écrit. De même, c’est intéressant… est courant à l’oral,
mais l’écrit privilégierait l’impersonnel : il est intéressant…
En simplifiant, il est possible de mentionner trois niveaux de langage : familier,
standard et soutenu. À l’intérieur de ces trois niveaux, la perception de graduations est
possible, standard + surveillé/-surveillé ; mais, dans tous les cas la distinction peut
causer des malaises. Un mot à connotation vulgaire fait-il passer un discours soutenu
dans un registre plus familier ?

11
Documentos recolhidos por René G. Strehler

2.1.3 Français standard


Les quelques observations à propos de la variation ont montré que LE français unique et
uniforme n’existe pas. À côté de toutes les variantes observables, ou plutôt extrait de
toutes les variantes observables, il existe une variété appelée français standard, c’est le
français normalisé par les éditeurs, les académies et l’enseignement. C’est le français
employé dans les écrits à caractère plus ou moins officielle.
Le présent photocopié traite de la langue standard, tout en sachant que, dans quelques
cas, la correction n’est pas aisément à déterminer. Un puriste refuserait peut-être
MALGRÉ QUE ou J’AI RÉALISÉ CE QUI S’EST PASSÉ. Évoluer est le propre des langues et
des changements de norme deviennent, dans ce contexte, inévitables.
Mentionnons encore que le public francophone a une autre relation à la norme, à la
langue standard, que le lusophone. Si ces derniers temps on observe l’apparition de
sous-normes par rapport au français standard, la francophonie est loin de stipuler
l’existence de deux (ou plusieurs) ‘normas cultas’, comme cela est le cas pour le
portugais.

2.2 Outils d’analyse


Pour analyser les faits de langue, il convient de disposer d’un certain nombre de
procédures, d’opérations. Citons les plus utiles.

2.2.1 Commutation
La commutation consiste à remplacer une séquence par une autre. Le résultat n’est pas
forcément acceptable.
Luc est professeur.
Luc a été professeur.
*Luc maison professeur.
On note que ‘est’ peut commuter avec ‘a été’, mais pas avec ‘maison’.

2.2.2 Permutation
La permutation indique si une séquence est mobile.
Luc a été procureur pendant dix ans.
Pendant dix ans Luc a été procureur.
La permutation du syntagme en gras est possible. Mais dans :
Marie aime les crêpes.
*Les crêpes Marie aime.
*Marie les crêpes aime.
On observe que le syntagme en question a une position fixe dans le syntagme.

2.2.3 Effacement
Cette opération peut efficacement compléter la permutation :
Luc a été procureur pendant dix ans.
Luc a été procureur ø .
Luc est professeur. .
*Luc est ø .

12
Documentos recolhidos por René G. Strehler

L’effacement de ‘pendant dix ans’ et de ‘professeur’ montre que le premier correspond


à un constituant facultatif dans la phrase d’où il a été extrait, alors que professeur
correspond, dans le contexte employé, à un constituant obligatoire.

2.2.4 Expansion
Dans quelques cas, il est utile de faire le chemin inverse de l’effacement et examiner si
l’ajout d’éléments est possible.
Luc travaille à l’Université.
Luc, qui est professeur, travaille à l’Université de Brasilia.
→ Nous pouvons compléter ‘Luc’ par une phrase relative et ‘Université’ par un
syntagme prépositionnel.

2.2.5 Transformations
Différentes transformations peuvent nous informer sur la nature de certains constituants.

2.2.5.1 Active – passive


Luc fait ce travail. → ce travail est fait par Luc.
Luc est à Genève. → *À Genève a été Luc.
Quels sont les verbes qui admettent une construction passiva ?

2.2.5.2 Négation
Luc est arrivé. → Luc n’est pas arrivé.
Ceci est un événement. → Ceci est un non-événement.
La négation de la phrase correspond plutôt à une polarité qu’à une transformation.

2.2.5.3 Construction personnelle – construction impersonnelle


Luc arrive → Il arrive Luc.

2.2.5.4 Nominalisation
Luc enseigne. → L’enseignement de Luc.
Luc enseigne la linguistique. → L’enseignement de la linguistique par
Luc.
La première nominalisation est ambiguë : s’agit-il de l’enseignement dispensé ou reçu ?

2.2.5.5 Pronominalisation
Exemples :
Luc donne les livres à Marie. → Luc les donne à Marie.
Luc donne les livres à Marie. → Luc lui donne les livres.
Luc donne les livres à Marie → Il donne les livres à Marie.
Luc donne les livres à Marie. → Il les lui donne.
Luc donne trois livres à Marie. → Luc en donne trois à Marie.
Cette série de pronominalisations montre que la séquence ‘les livres à Marie’
corresponds à deux syntagmes.

13
Documentos recolhidos por René G. Strehler

2.2.5.6 Formes issues du neutre


En considérant comme neutre la phrase
Luc est venu hier
D’autres constructions sont possibles, comme l’emphase.
C’est Luc qui est venu hier : ou
C’est hier que Luc est venu.
L’extraction implique une pause :
Hier, Luc est venu.
De même le détachement :
Luc est venu, hier.
Dislocation du sujet :
Luc, il est venu hier.
Le pronom sujet fait écho au sujet déplacé.

3 Du mot à la phrase ou de la phrase au mot


‘Mot’ et ‘phrase’ sont deux entités bien établies dans la conscience du locuteur, même si
leurs définitions scientifiques respectives posent quelques problèmes. Dans ce cours,
nous nous tenons à ces deux balises, laissant ainsi à la lexicologie et à la phonétique
l’analyse du mot en entités plus petites et à la linguistique de texte les analyses
dépassant la phrase.
Le problème de base concerne le découpage de la chaîne acoustique. Nous pouvons
représenter le discours comme un flux continu de sons :

1. [sèlafamkilèm]

2a. [ilamBjéunpOmdétèR]
2b. [ilafORméunpOmdétèR]

Dans 1 il est possible de découper la chaîne de deux manières : c’est la femme qui
l’aime et c’est la femme qu’il aime. Ce sera le contexte de communication qui permettra
établir le bon découpage.
Dans 2 on est confronté à un autre type de phénomène. Le sens des verbes ‘manger’ et
‘former’ imposent deux lectures différentes de la continuation : le 2a sera découpé il a
mangé [une pomme de terre] ; alors que 2b correspond à il a formé [une pomme] [de
terre].
Dans l’exemple 2 nous nous sommes limité à illustrer uniquement la problématique de
la séquence pomme de terre qui une fois correspond à une unité lexicale (un mot, un
lexème), ‘batata’ en portugais, et l’autre où de terre permet d’introduire le matériel
servant à modeler une pomme (‘maçã’). En fait, dans 2a ‘banane’ peut occuper la place
de ‘pomme de terre’ ; alors qu’en 2b nous pouvons établie deux paradigmes distincts : il
a formé {une pomme / une banane} {de terre / de pâte à modeler}.
L’observation systématique de paradigmes sur l’axe syntagmatique permet établir des
classes d’équivalences. Voyons trois exemples pour illustrer ce fonctionnement

14
Documentos recolhidos por René G. Strehler

Paradigme 1 :
déterminants (classe ou fonction ?)

le
ce
mon livre est intéressant.
un
tout
Paradigme 2 :
SN sv
Le livre de Luc est sur la table.
parle de linguistique.
Paradigme 3 :
COI

de linguistique.
Le livre de Luc parle de philosophie.
d’un événement historique.
Le paradigme 1 isole une classe de mots (partie du discours) appelée déterminant. On
note qu’elle correspond aux article et adjectifs non qualificatifs qui forment, dans cette
perception, des sous-catégories à l’intérieur des déterminants. Les paradigmes 2 et 3
montrent que les classes d’équivalence ne concernent pas seulement les parties du
discours, mais aussi des fonctions plus large. Le paradigme 2 isole ce qui est appelé le
syntagme verbal (SV), à peu près absent dans l’analyse grammaticale avant le courant
linguistique générativiste. Il montre qu’une phrase verbale peut se concevoir comme la
jonction d’un syntagme nominal (SN) et d’un syntagme verbal. Dans le troisième
paradigme on note la présence de syntagmes prépositionnels (SP) qui sont employés
comme compléments d’objet indirect (COI).
Cette dernière observation nous impose une distinction importante pour la continuation,
celle entre classe de mots et fonction :
4. Le livre est sur la table.
5. Luc lit le livre.
Dans les phrases 4 et 5 ‘livre’ est présente dans deux positions différentes, mais en
passant de 4 à 5, le mot ‘livre’ reste toujours un nom, ou un substantif. Sa nature n’a pas
changé, il continue à faire partie de la même classe de mots, ou partie de discours. Il en
va différemment par rapport à la fonction. Dans 4 le mot en question assume la fonction
de sujet et dans 5 celle de complément. Dans la continuation, il va être question de
critères formels pour déterminer quels mots ou groupes de mots peuvent assumer telle
ou telle fonction.
En résumé, la division en parties de discours remonte à la tradition grammaticale gréco-
romaine. Trois types de critères sont pertinents à leur analyse.
 Critère morphologique : variable vs invariable, type de variation, catégories
concernées par la variation.
 Critère syntagmatique : rôle dans le syntagme, expansion possible.
 Critère positionnel : position dans la phrase, position dans le syntagme.

15
Documentos recolhidos por René G. Strehler

3.1 Le mot
Une mise au point terminologique s’impose. Mot est perçu comme ambigu par rapport à
certaines analyses. Ainsi il est légitime de se demander si chanter et chantons sont deux
mots ou deux formes d’un même mot.
André MARTINET (1908-1999) propose le terme monème pour désigner l’unité
significative élémentaire. Le palier suivant sera occupé, dans la perspective de cet
auteur, par le lexème et le morphème. Le premier se situe dans le lexique et le second
dans la grammaire. Exemple :
lexème morphème
travaill+ons

Bernard POTTIER (1924-), de son côté, fait la distinction entre morphème lexical (le
lexème de Martinet, et le morphème grammatical, (le morphème de Martinet).
Dans notre perspective, la jonction de travaill + ons (= travaillons) forme uns unité
lexicale, ou un mot. Celui-ci se peut percevoir de quatre manières, au moins :
Mot graphique. Basé uniquement sur des critères graphiques, donc des critères en
provenant du code écrit, il est légitime de dire que pomme de terre (batata)
correspondent à trois mots, même si, dans ce cas précis, la réalité linguistique est autre.
Rappelons que le code écrit cache bin des curiosités : culbuter, un mot, vient de ‘cul’ et
de ‘buter’ ; gendarme de ‘gent d’armes’ (gente de armas).
Mot phonétique. Le système phonologique français n’offrant pas de frontières claires
aux mot, le mot phonétique est une réalité peu stable. Des accents d’insistance peuvent
toucher une syllabe normalement non accentuée et la négation montre que l’accent
tonique appartient à la dernière syllabe d’un groupe d’intonation et non pas au mot.
Exemple :
Je sais je ne sais pas.
[Je’sè] [Jenesè’pa]
En outre, le fameux doukipudonktan de Queneau, ou dezharicots montrent que la
frontière entre mots n’est pas clairement établie sur le plan phonétique.
Mot sémantique. La sémantique permet de résoudre un certain nombre de problèmes
de délimitation. Pomme de terre correspond bien à un objet, qui est aussi désigné par le
mot ‘patate’. Le phénomène linguistique de figement peut faire passer une construction
libre dans la catégorie des unités lexicales : le groupe grand-mère n’est plus perçu
comme une construction libre, mais comme une construction figée, /la mère de la mère
ou du père/. Malgré le figement, dans de nombreuses constructions idiomatiques le
locuteur voit encore la présence des unités lexicales, ce qui empêche de les assimiler à
des mots sémantiques. Passer l’arme à gauche signifie /mourir/ et est figé, est-ce pour
autant un mot ?
Mot de dictionnaire. Les dictionnaires représentent les mots sous une forme
conventionnelle : les verbes à l’infinitif (du moins en français, pas en latin), les adjectifs
au singulier et au masculin, etc. Le procédé de mettre un mot sous une forme
conventionnelle s’appelle lemmatisation (de ‘lemmatiser’), le résultat en est le lemme.
*

16
Documentos recolhidos por René G. Strehler

L’établissement de classes de mots, ou parties du discours, doit, en principe, se baser


sur la nature d’une langue donnée et le nombre de classes peut varier selon la langue et
les objectifs de la description. Des grammaires pour le traitement automatique de
langues, comme l’allemand ou le français, peuvent facilement mentionner une
cinquantaine de classes de mots, alors que dans quelques langues non indoeuropéennes
il n’est possible d’en isoler plus que deux.

3.1.1 Classes de mots (parties du discours)


Dans notre tradition occidentale, particulièrement dans l’enseignement, la tradition
gréco-latine continue à exercer son influence. Pour s’en convaincre il suffit de comparer
la division des manuels scolaires aujourd’hui en usage avec celle de Donatius (vers 320
– ver 380), qui parle dans son ‘Ars grammatca’ de nomen, pronomen, verbum,
adverbum, participium, conjunctio, praepositio et interjectio. Dans cette énumération
on observe l’absence de l’article et de l’adjectif. En fait, l’article n’a pas existé en latin
classique et la classe du nom se divisait en ‘nom substantif’ et en ‘nom adjectif’. Résulte
de cette situation qu’aujourd’hui encore, à propos du ‘nom substantif’ on parle aussi
bien de ‘nom’ que de ‘substantif’, alors que le nom adjectif n’est connu plus que sous
l’appellation d’adjectif.
Si nous regardons les divisions en parties du discours aujourd’hui en usage, nous notons
que la question des classes de mots n’est pas résolue :
Grevisse 1980 Grevisse 2008 Éducation Nationale 1998
Nom Nom Nom
Article Adjectif Adj. qual.
Adjectif (qual./non-qual.) Déterminant Déterminant
Pronom Pronom Verbe
Verbe Verbe Pronom
Adverbe Adverbe Adverbe
Préposition Préposition Préposition
Conjonction Conj. sub. Conj. sub.
Interjection Conj. coord. Conj. coord.
Introducteur Interjection.
Mot-phrase
La division en classes s’avère problématique par rapport à l’article, qui semble en voie
de disparition, et de l’adjectif qui se voit de plus en plus limité aux seuls adjectifs
qualificatifs. La nouvelle classe en vogue est le déterminant. En somme, les divisions
adoptées peuvent toujours entrer en conflit avec des fonctions, sans parler de
l’hétérogénéité d’une classe comme l’adverbe.
1. Il mange beaucoup.
2. Il mange de grandes quantités.
3. Il mange en grande quantité
4. Je suis pour.
5. Tu viens avec ?
Selon les dictionnaires ‘beaucoup’ est un adverbe, ce qui se confirme si l’on procède à
la commutation avec ‘en grande quantité’ (phrase 3). Or la commutation opérée en 2,
‘de grandes quantités’ ne semble pas non plus erronée, ‘beaucoup’ semble donc un
adjectif. Dans les phrases 4 et 5 on note l’emploi des prépositions ‘avec’ et ‘pour’ sans
complément, ce qui montre qu’une préposition peut exercer la fonction d’un adverbe, ou
que nous avons ‘pour/avec’1 = préposition et ‘pour/avec2’ = adverbe. Sur le plan
normatif, les phrases 4 et 5 sont erronées, mais, dans le cas d’avec, le Petit Robert admet
déjà l’emploi adverbial, du moins dans un registre familier.

17
Documentos recolhidos por René G. Strehler

Passons à l’examen des différentes classes de mots.

3.1.1.1 Le nom
Traditionnellement on définit le nom (ou substantif) comme le mot qui désigne, qui
nomme des êtres ou des choses. Sur le plan fonctionnel on souligne qu’il est
généralement accompagné d’un article ou d’un autre déterminant lors d’une mise en
discours. Le concept d’extension (complété par celui d’intension2) aide à comprendre la
spécificité du nom.
Extension. L’extension d’un nom représente toutes les entités qui sont désignées par un
nom. L’extension de philosophe est « Aristote, Emmanuel Kant, Maurice Merleau-
Ponty, Socrate (pas le footballeur), Zénon de Cition, etc. » ; l’extension d’arbre est
« bouleau, cèdre, chêne, cyprès, hêtre, sapin, etc. ».
Intension. L’intension correspond à l’ensemble des caractéristiques du nom considéré.
L’intension du mot arbre est « les racines, le troc, les branches, les feuilles, le houppier,
la cime, etc. ».
Si maintenant on fait la distinction entre extension immédiate et extension médiate, on
trouve une caractéristique typique du nom.
Extension immédiate. Soit le nom livre. Dans le monde extralinguistique il existe un
certain nombre d’objets auxquels le nom livre se laisse appliquer directement, autrement
dit, il est possible d’arriver directement, immédiatement, sans intermédiaire, à son
extension. C’est une caractéristique exclusive du nom.
Extension médiate. Comme le nom, le verbe ou l’adjectif se prêtent facilement à une
analyse sémantique. ‘Venir’ est un verbe qui nous transmet l’idée d’un mouvement ;
‘rouge’ correspond à une couleur. Contrairement aux noms, il nous faut maintenant un
intermédiaire pour arriver à une réalité extralinguistique désignée par ‘venir’ ou par
‘rouge’ : COLUCHE va venir ; le BALLON est rouge. Sans la médiation de ‘Coluche’ ou
‘ballon’ les mots ‘venir’ et ‘rouge’ ne mènent pas à une réalité extralinguistique.
Le nom se prête à des sous-catégorisations, exposons en quelques-unes à l’aide de la
Grammaire critique du français de Wilmet (cf. bibliographie) :

3.1.1.1.1 Masculin – féminin


Des trois genres du latin, masculin, féminin et neutre, le français a perdu le dernier,
pour ne rester, comme le portugais, qu’avec le masculin et le féminin. Il convient
d’apprendre les noms français avec leur genre respectif, car le nom ne dispose pas d’une
marque de genre aussi fort que –o masculin et –a féminin, observables en italien ou en
portugais, même si l’on observe des régularités, comme –age = masculin (le bagage, le
ménage, le voyage…).
Si le genre grammatical est héréditaire, nous pouvons néanmoins constater des séries de
noms où le genre est motivé face à d’autres où il n’y a pas de motivation.
Exemples de GENRE MOTIVÉ : le coq, la poule ; le verrat, la truie…
Exemples de GENRE NON MOTIVÉ : la table, la chaise, le fléau, le travail…
Notons que parmi les noms à genre motivé nous n’avons cité que des animaux à qui
l’expérience humaine a pu attribuer un sexe. Pour les animaux non domestique, le

2
Ne pas confondre avec intention.

18
Documentos recolhidos por René G. Strehler

lexique s’avère sensiblement moins structuré. Pour quoi dit-on un éléphant et une
girafe ?
Quant au féminin des professions et des titres, ce nous semble un problème plutôt de
sociologie que de grammaire. Les ouvrages normatifs se font un plaisir d’énumérer
toutes les possibilités et impossibilités de la langue : professeur n’aurait pas de féminin,
mais au Québec madame Dupont est professeur est perçu faux, il faudrait écrire
madame Dupont est professeure. La collègue d’un sénateur s’appelle sénatrice en
France et en Belgique, mais sénateure au Québec.
Analyser : un moule une moule ;
un vase une vase ;
un amour des amours (m.),
des amours (f.).

3.1.1.1.2 Singulier – pluriel


Pour être précis, notons que la langue française dispose de deux pluriels, du moins si on
se limite aux noms désignant des entités comptables.
Pluriel externe : 1 livre + 1 livre + 1 livre + … n livres.
Pluriel interne : Un certain nombre d’objets est déjà constitué par plusieurs objets : les
lunettes du professeur, les ciseaux de la couturière.
Les deux pluriels sont superposables : les ciseaux correspondent à la tesoura portugaise,
un seul objet, ou à 1 escopro + 1 escopro + 1 escopro + … n escopros.
Analyser : le ciel – les cieux / le ciel – les ciels.

3.1.1.1.3 Humain – non humain


Distinction peu importante par rapport aux noms, sauf en relation avec quelques
pronoms :
– Avez-vous vu mes étudiants ?
– Non, je n’ai vu personne.
Mais :
– Avez-vous vu Milou, le chien de Tintin ?
– Non, je n’ai vu ??personne.

3.1.1.1.4 Animé – non animé


La distinction ‘animé – non animé’ a quelques incidences sur la pronominalisation :
Le médecin examine le pied du patient ;
Le médecin LUI examine le pied.
Le vétérinaire examine la patte de Milou ;
Le vétérinaire LUI examine la patte.
Mais
Le menuisier répare le pied de la table ;
Le menuisier EN répare le pied.
Idem pour l’adverbialisation :

19
Documentos recolhidos por René G. Strehler

Luc marche avec Marie → Luc marche avec (fam.) ;


Luc marche avec une canne → *Luc marche avec ;

3.1.1.1.5 Nombrable – non nombrable


Distinction embrouillée par des considération philosophiques (ontologie) et
linguistiques. Limitons-nous à constater que, par rapport à un certain nombre de realia,
une langue peut avoir une vision distincte, la langue permet alors à constater :
le livre → les livres.
Dans d’autres cas, la langue ne permet pas une vision distincte :
de l’eau → des eaux.
En fait, si je divise un livre, j’ai deux moitiés d’un livre, si j’en ajoute un, j’ai deux
livres. Si je divise l’eau, j’ai toujours de l’eau, si j’y ajoute de l’eau, j’ai toujours de
l’eau.
L’article partitif est issu d’un syntagme prépositionnel.

3.1.1.1.6 Commun – propre


Le nom commun peut devenir un nom propre : du pont → monsieur Dupont.
Le nom propre peut devenir nom commun : Monsieur Poubelle → une poubelle.
Faisons la distinction entre nom commun essentiel et accidentel, d’un côté, et, de
l’autre, nom propre essentiel et accidentel.
Le nom commun essentiel possède une signification déjà avant son actualisation en
discours. Le ‘référent unique’, comme la majuscule initiale, ne sont pas de critère
valable pour identifier le nom commun : le soleil, la lune, les Gaullistes, le Second
Empire.
Parmi les noms propres essentiels les anthroponymes n’acquièrent un sens qu’une fois
appliqués à un être extralinguistique : Luc, Marie, Bucéphale, Durendal… Les
toponymes se comportent de deux manières. Les toponymes dits artificielles se
comportent comme les anthroponymes : Brasilia, Rio de Janeiro, Paris, Lausanne…
Les toponymes dits naturelles semblent plus proches du nom commun : l’Amérique, les
Amériques, la Seine, la Sarine, le Pic du Midi… Ensuite, pour parler d’îles, les ouvrages
parascolaire ont encore de belles jours devant eux : la Corse, Cuba, la Martinique,
Terre-Neuve…
Noms communs accidentels : une Peugeot = /une voiture de la marque Peugeot/ ;
écouter du Veloso = /écouter de la musique composée par M. Veloso/.
Noms propres accidentels : la Grande Ourse, l’Orateur romain (Cicéron).
Analyser : Grand-Père est malade vs. Mon grand-père est malade.
Les noms propres, ont-ils un pluriel ?

3.1.1.2 L’adjectif qualificatif


Rappel historique : traditionnellement la grammaire oppose les articles aux adjectifs et
les adjectifs sont sous-catégorisés en adjectifs qualificatifs et adjectifs déterminatifs.
Sont inclus dans les déterminatifs : les numéraux (Cardinaux/ordinaux), Possessifs
(toniques/atones), démonstratifs, relatifs, interrogatifs-exclamatifs et indéfinis.

20
Documentos recolhidos por René G. Strehler

Situation actuelle : La classe des adjectifs se compose de : Adjectif qualificatif,


Numéraux, Possessifs et Indéfinis. L’article et les autres adjectifs sont considérés
comme des déterminants. Cette nouvelle division est parfois critiquée avec le reproche
que ‘déterminant’ serait plutôt une fonction qu’une classe.
Les adjectifs qualificatifs peuvent assumer trois fonctions : attribut, apposition et
épithète.
L’adjectif est un attribut lorsqu’il est constituant d’un SV : cette femme est intelligente.
Il est alors un constituant obligatoire.
L’adjectif se trouve en apposition lorsqu’il se trouve hors du SN, tout en étant en
relation syntagmatique avec lui :
Fatigué, Neymar n’a pas réussi à marquer de but ;
Neymar, fatigué, n’a pas réussi à marquer de but.
Nouvelle, la maison a tout le confort possible et imaginable ;
La maison, nouvelle, a tout le confort possible et imaginable.
L’apposition se caractérise par une rupture syntaxique, marquée par une pause à l’oral et
par une virgule à l’écrit. Contrairement à l’adjective épithète, l’adjectif apposé n’entre
pas dans une pronominalisation éventuelle :
Fatigué, il n’a pas réussi à marquer de but ;
Nouvelle, elle a tout le confort possible et imaginable.
L’adjectif est une épithète lorsqu’il est constituant d’un SN. Place de l’adjectif
épithète :
- des adjectifs comme ‘beau’, ‘gros’ ou ‘petit’ sont antéposé au substantif : un
gros souci ; une belle femme ;
- le cas le plus fréquent est la postposition : le ballon ovale ; la démarche
pratique ;
- sa position est libre, la position moins habituelle actualise une valeur affective
ou stylistique : raconter une histoire effroyable (ou une effroyable histoire)
- sa position est libre, mais chaque position actualise un sens différent : une
église ancienne (= une église construite il y a longtemps) vs une ancienne église
(un bâtiment qui a servi d’église et qui ne l’est plus).
On parle encore d’adjectif de relation. Il est en général postposé, ne peut recevoir de
marques d’intensité ou de degré et n’admet pas l’emploi en tant qu’attribut : la
production laitière a augmenté ; *la production très laitière… ; *la production est
laitière. On observe que ces adjectifs sont des dérivés : présidentiel ; triangulaire…

3.1.1.3 Les Déterminants


Rappelons la classification de la grammaire traditionnelle :

Articles Adjectifs
Qualificatifs Déterminatifs

Numéraux Possessifs Démonstratifs Relatifs Interrogatifs- Indéfinis


exclamatifs
Cardinaux Ordinaux Toniques Atones

le, la, les grand un, deux, premier, mien, tien, mon, ton, ce, cet, lequel, Quelle, chaque
du, des,… petit … trois, … deuxième sien,… son, … cette, ces. auxquelles, quels… plusieurs

Dans les manuels contemporains prévaut de plus en plus la classification déterminant vs


adjectif :

21
Adjectifs :
Déterminants :
 Qualificatifs,
 Article,
 Numéraux,
 Numéraux,
 Possessifs,
 Possessifs,
 Indéfinis.
 Démonstratifs,
 Relatifs,
 Interrogatifs- exclamatifs,
 Indéfinis
Cette division est critiquée, car elle instaure une dichotomie ‘déterminants vs adjectif’
qui ne correspond pas à l’analyse structuraliste américaine qui a servi de modèle
(Bloomfield). Dans cette école, les divisions instaurées sont :
descriptive adjectif vs limiting adjectif.
Les ‘limiting adjectis’ sont encore divisés en :
‘determiner’ vs ‘numerative’.
Autrement dit, un niveau d’analyse a été perdu.

3.1.1.3.1 Quelques observations sur les NUMÉRAUX :


Les numéraux cardinaux :
Les numéraux cardinaux s’emploient comme :
 Noms propres : deux et deux font quatre.
 Déterminants uniques du substantif : Il a trente deux dents.
 Associés à un déterminant du substantif : Les quatre enfants.
 Pronom : Ils étaient dix à partir. deux sont déjà arrivés.
Les numéraux ordinaux :
Les ordinaux ne peuvent jamais être employés comme déterminant unique du
substantif : *il lisait troisième journal. Ils s’emploient comme :
 Associés à un déterminant du substantif : le troisième étage.
 Adjectif attribut : il est premier.
 Pronom, il est alors associé à un article défini : la troisième éclata de rire.

3.1.1.4 Le verbe
C’est la classe la plus riche en variation. Conventionnellement on distingue :
 6 personnes (personne + nombre) ;
 22 ‘temps’ ;
 3 voix : actif (Luc lave la vaisselle), passif (la vaisselle est lavée par Luc) et
pronominal (Luc se lave). Il convient de mentionner encore les tournures
périphrastiques (Luc a fait tomber la cruche ; le professeur a laissé sortir
l’élève ; Luc a vu disparaître l’Union Soviétique) et la tournure impersonnelle (il
pleut ; il faut de la patience ; il y a des livres) ;
 7 modes : indicatif, conditionnel, subjonctif, impératif, infinitif, participe,
gérondif.
Documentos recolhidos por René G. Strehler

On observe une opposition systématique entre formes simples et composées : présent vs


passé composé ; imparfait vs plus-que-parfait etc.
Dans l’analyse de la phrase, le verbe sert de pivot. En effet, les fonctions majeures
(sujet, compléments directs…) s’articulent par rapport au verbe.

3.1.1.5 Le pronom
Le nom ‘pronom’ est délicat, en effet si l’on entend par ‘pronom’ /le nom qui là pour le
nom/ on ne peut pas interpréter comme pronoms rien ou personne dans les deux phrases
suivantes :
 Je ne vois rien.
 Personne n’est venu.
En plus, si l’on analyse ‘il’, dans il est sur la table, on observe que ce mot ne représente
pas seulement un autre mot, ‘le livre’ par exemple, mais qu’il comporte déjà une
information syntaxique. Dans cette perspective, au lieu de parler de classe de mot par
rapport au pronom, on peut considérer le pronom comme un syntagme nominal
synthétise.
La distinction générale entre pronoms essentiels et accidentels est possible.
Exemples de pronoms accidentels :
Plusieurs étudiants sont arrivés. → Plusieurs sont arrivés.
 Le livre rouge parle de Mao, le bleu de Bush.
 Marie a porté un foulard rouge, Elsa (en) a porté un orage.
Les pronoms essentiels sont encore divisés en :
 Indéfinis : Qui, que, quoi, dont, etc.
 Locatifs : y, en.
 Positif – négatif: personne, rien.
 Omnipersonnel : on.
 Personnels : je, tu, il/elle, … me, te, se, … lui, leur…
Le pronom personnel peut varier en genre, nombre, et parfois fonction
je vois Marie → je LA vois ; je parle à Marie → je LUI parle
je vois Luc → je LE vois ; je parla à Luc → je LUI parle.
D’autres, comme rien ou personne sont invariables.
 Certains pronoms sont invariables : rien ; personne ; on.

3.1.1.6 L’adverbe
Avec les prépositions et les conjonctions, l’adverbe forme un groupe des mots
invariables… du moins si nous oublions l’adverbe tout et quelques autres cas curieux.
Contrairement aux prépositions et aux conjonctions, l’adverbe peut assumer une
fonction dans la phrase. De jolis mots, mais après consultation de quelques grammaires
on ne sait plus ce que c’est, qu’un adverbe. Comme catégorie de mots il peut servir de
poubelle, on y met les mots dont on ne sait trop que faire. Bien des fois il semble plus
aisé analyser une fonction adverbe, qu’une classe de mots.
Adverbe et pronom. Ces deux classes ne se laissent pas aisément séparer, surtout dans
le cas d’homonymie.

23
Documentos recolhidos por René G. Strehler

 Où vas-tu ? – adverbe interrogatif.


 Je vais visiter la ville où Jim Morrison est enterré. – pronom relatif.
 Je sais où il est né. – adverbe interrogatif (?), ou pronom relatif indéfini sans
antécédent ??
En somme, beaucoup d’adverbes pourraient entrer dans la classe des pronoms
indéfinis : Viens ici/là (lieu) ; ainsi va le monde (manière) ; il mange beaucoup
(mesure) ; il est venu hier (temps) ; etc.
Adverbe et conjonction. La grammaire semble acorder une certaine mobilité à
l’adverbe. Sont des adverbes (ou locutions adverbiales) : donc, au contraire, d’ailleurs,
toutefois, néanmoins, etc. ; sont-ils très distants des ‘conjonctions de coordination’,
comme et, ou, ni, mais, car… ?
Pour les adverbes interrogatifs (interrogation indirecte) la différentiation est aussi
délicate. La grammaire les sépare des ‘conjonctions de subordination : dis-moi où est
enterré Jim Morrison ; dis-moi quand l’Amérique a été découverte ; dis-moi comment
ça fonctionne. Et dis-moi si Luc va arriver ; pourquoi SI n’est pas un adverbe
d’interrogation ?
Enfin, pour ne pas trop dérouter la jeunesse, voici une classification des adverbes (cf.
Wagner & Pinchon) :
1. Adverbes de la première classe :
1.1. De négation : je ne pense pas ; tu viens ?... Nullement.
1.2. De quantité : Parlez, mais peu ; il a pas mal de livres.
1.3. D’intensité : Comme c’est triste ; il a très faim.
1.4. De manière : Je vais bien ; il procède prudemment.
2. Adverbes de la deuxième classe :
2.1. Circonstanciels
2.1.1. De temps : aussitôt dit, aussitôt fait ; on verra ça tout à l’heure.
2.1.2. De lieu : ici on lisait, là-haut sur la montagne aussi.
2.1.3. De cause : pourquoi tu votes Félix Faure ?
2.2. D’opinion : il est bizarrement habillé.
3. Adverbes de la troisième classe :
3.1. De liaison : les Brésiliens jouent assez bien au foot. En effet, ils ont gagé
plusieurs fois la coupe du monde.
3.2. De comparaison : J’y vais aussi (sens : pareillement) ; il vient d’aussi loin que
moi.
La division des adverbes listés en 2.1. semble motivée par des critères logiques
extralinguistique, plutôt que de fonctionnement linguistique.

3.1.1.7 La préposition
Selon Wagner & Pinchon (1991:469) les prépositions « servent à construire […] deux
termes ou deux groupes non parallèles, c’est-à-dire qui n’assument pas la même
fonction ».
Elle est invariable et sert à introduire un SP. Elle souligne la relation syntagmatique
entre le SN qu’elle introduit et un autre constituant :
La voiture [de notre voisin]
Il compte [sur nous]
Cet enfant est différent [de sa sœur]
[Sur la place], la manifestation a commencé (ici : SP = CIRC).

24
Documentos recolhidos por René G. Strehler

La position de la préposition est fixe à l’intérieur d’un SP, celui-ci, par contre, peut
changer de place selon sa fonction dans une phrase.

3.1.1.8 La conjonction
On distingue d’habitude :
- Conjonctions de coordination (mais, ou, et, donc, or, ni, car). Ils ne sont pas
interchangeables : Pierre et Paul vs *Pierre car Paul ;
- Conjonctions de subordination. Selon la relation sémantique établie, on parle
de conjonctions de subordination de : Temps, Cause, Conséquence, But,
Concession, Condition, Comparaison (Ex. : quand, parce que, si bien que, pour
que, bien que, alors que, comme, si).
Caractéristiques communes : invariables ; constituants introducteurs et marques de mise
en relation syntagmatique ; mis à part donc, elles ne peuvent être déplacées.
Les conjonctions de coordination relient des phrases ou des syntagmes ; ceux-ci se
trouvent sur le même plan, ou ont la même fonction.
[il a pris un livre] ET [il a commencé à lire]
il a pris [un livre] ET [un journal].
Les conjonctions de subordination relient une phrase à une autre. La phrase qu’elles
introduisent perd toute autonomie. C’est la raisons pour laquelle elles sont appelées
propositions subordonnées.
Il a travaillé beaucoup, puisque le patron l’exige.

3.1.1.9 L’interjection – mot-phrase


L’appellation ‘interjection’ est de plus en plus concurrencée par ‘mot-phrase’ dont se
sert, par exemple, la dernière édition du Grevisse (2008) Invariables, elles constituent à
elles seules une phrase, mais elles peuvent être en relation avec d’autres constituants :
bravo pour les artistes ! Aïe mon pied !
Fonction émotive : aïe ! ; ouf !
Fonction conative : chute ! ; ohé !
Onomatopées : crac, pan, boum, plouf…

3.1.1.10 L’introducteur
Pour Grevisse (2008:1403) l’introducteur sert à introduire un mot, un syntagme ou une
phrase. Il est invariable et, contrairement aux conjonctions et aux prépositions, il ne sert
pas à unir :
 Voici le livre.
 Est-ce que la bibliothèque est toujours fermée ?
 Quant à moi, je suis d’accord.
 Tant qu’à faire, faisons le de manière correcte !
Des prépositions et des conjonctions peuvent occasionnellement jouer le rôle
d’introducteurs :
 À moi.
 Au secours !
 Que votre souhait se réalise !
 Pourvu que Luc réussisse !

25
Documentos recolhidos por René G. Strehler

3.2 La phrase
Pendant quelques temps le plaisir des linguistes consistait dans la recherche de
définitions du concept de phrase critiquable. EXEMPLE :
« La phrase commence par une majuscule et se termine par un point (ou un autre signe
de ponctuation fort). »
CRITIQUE : La définition se base uniquement sur l’écrit ; en plus elle est défective même
par rapport au code écrit. D’après la définition, Paul serait une phrase dans Luc bat
Paul.
Pour développer une définition plus sérieuse de la phrase, il faudrait recourir à des
critères de l’ordre de la prosodie, de la sémantique et de la syntaxe. Allons exposer
quelques divisions utiles à l’analyse de la phrase.

3.2.1 Thème vs rhème


Thème et rhème ne sont pas à proprement parler des termes de la grammaire, elles
proviennent de la logique. Quant à ‘rhème’, il est souvent concurrencé par ‘prédicat’. Ce
dernier peut aussi provoquer des malentendus, car en usage dans différentes
disciplines/traditions, mais avec des nuances.
ILLUSTRATION :
1. Luc arrive demain.
2. Le livre du professeur.
Dans la première phrase on parle de Luc, qu’est-ce qu’on dit de lui ? ‘Qu’il arrive
demain’. Dans 2, un syntagme nominal, on dit quelque chose à propos d’un livre. Ainsi
le thème est ce dont on parle (‘Luc’ dans 1 ; ‘le livre’ dans 2) et le rhème ce qu’on
affirme ou nie du thème.
Ces analyses se voient parfois embrouillées par d’autres concepts, comme le ‘sujet
grammatical’ ou le ‘sujet logique’.
ILLUSTRATION :
3. Des feuilles tombent dans le parc.
4. Il tombe des feuilles dans le parc.
Dans les phrases 3 et 4 nous avons le même thème : les ‘feuilles’. Et que dit-on du
thème ? qu’elles tombent dans le parc. Autrement dit, le rhème est ‘tombent dans le
parc’. Sujets grammaticaux : ‘des feuilles’ dans 3 et ‘il-impersonnel’ dans 4.
Divergence : si nous considérons le thème comme le sujet logique de la phrase, nous
devons admettre que le sujet logique correspond au sujet grammatical dans la phrase 3,
mais pas dans la phrase 4 où le sujet logique occupe la place du complément du verbe.
Dans la continuation il faudra essayer toujours séparer les raisonnements qui tirent leur
logique dans la grammaire des raisonnements qui tirent leur logique dans d’autres
domaines (logique référentielle, par exemple).

3.2.2 Phrase nominale – phrase verbale


Parmi les phrases observables, il existe des occurrences comportant un verbe
conjugué :
 Marie sait que Pierre viendra ;
 Qui m’aime me suive ;

26
Documentos recolhidos por René G. Strehler

 Luc dort ;
Et, d’autres, sans verbe conjugués :
 Georges !
 Comment ?
 Faire un cours.
 Chapeau, Gaston !
 Rien
 Oui
 Bleu.
Dans quelques constructions nominales on peut voir l’ellipse du verbe, thème et rhème
ne sont alors pas liés par un verbe. Les journalistes recourent avec une certaine
fréquence aux nominalisations. Exemples de letemps.ch (08/08/11) :
 Bachar al-Assad de plus en plus isolé ;
 Nouvelle nuit de violence à Londres.

3.2.3 Phrase simple – phrase complexe


En se limitant aux phrases verbales, nous considérons comme phrase simples celles qui
permettent une unique analyse en ‘thème + rhème’ :
 Luc travaille beaucoup ;
 Pierre donne une fleur à Marie ;
Donc des phrases à un seul verbe conjugué. Par conséquent, dans la phrase complexe
existent plusieurs thermes et/ou rhèmes ( ?). Allons voir.

3.2.3.1 La phrase complexe


La littérature établit en générale la division exposée dans la continuation. Notons que la
juxtaposition et la coordination ne sont pas toujours aisés à distinguer, sans parler que la
juxtaposition se trouve à la charnière avec la phrase simple.

3.2.3.1.1 La juxtaposition
1. Nous travaillerons, la phonétique, la phonologie, la philosophie, la sémantique.
2. Il reste, je pars.
Des relations sémantiques restent implicites. Ainsi, dans 1, il faut entendre ‘nous
travaillerons la phonétique et nous travaillerons aussi la…’. Dans la phrase 2 il faut
interpréter le sens : il reste, donc je pars ou il reste, mais je pars, par exemple.

3.2.3.1.2 La coordination
La coordination établit une relation explicite entre membres identiques.
 Ce journal est bête et méchant (coordination de deux attributs) ;
 Il a travaillé et il a réussi (coordination de deux phrases)
 Nous travaillerons, la phonétique, la phonologie, la philosophie et la
sémantique (juxtaposition de trois compléments et coordination du dernier
complément, comme les professeurs de français l’aiment).

3.2.3.1.3 La subordination

27
Documentos recolhidos por René G. Strehler

La subordination se divise en plusieurs catégories.


Les conjonctives recouvrent une réalité complexe. Il conviendrait d’analyser la fonction
de la phrase subordonnée, comme le montre la relation entre la subordonnée
conjonctive complétive et la construction avec infinitif :
1. J’ai promis que je partirai ;
2. J’ai promis de partir
En 1 on a bien une phrase subordonnée, introduite à l’aide de la conjonction QUE. Dans
la phrase 2, la préposition ‘de’ peut induire en erreur : le syntagme ‘de partir’ assume la
fonction de complément d’objet direct (comme la subordonnée de 2). En français, un
certain nombre d’infinitifs sont introduits par des prépositions.
3. Je suis mécontent quand il fait le zouave.
4. Quand il fait le zouave je suis mécontent.
3 et 4 montrent que les conjonctives circonstancielles ou adverbiales offrent une
certaine liberté de construction.
*
Les phrases interrogatives indirectes impliquent également une subordination.
L’élément introducteur varie (exemples puisés chez Gardes Tamine, cf. bibliographie) :
 Que se passe-t-il ? > Je te demande ce qui se passe.
 Que veux-tu ? > Je demande ce que tu veux.
 Tu as besoin de quoi ? Précise-moi de quoi tu as besoin.
 ce dont tu as besoin.
 Il me demanda : « Qu’as-tu lu ? » > Il me demanda ce que j’avais lu.
*
Les relatives pourraient être le sujet d’un cours spécifique, nous ne pouvons donc que
nous limiter à quelques indications
La phrase relative est introduite par des pronoms qui, que, quoi, dont, ou et des phormes
complexes comme lequel… Puisqu’il y a pronom, il y a aussi un antécédent :
 Le livre que nous devons lire est intéressant.
Que est le pronom qui ouvre la phrase relative ‘que nous devons lire’. Le livre est
l’antécédent du pronom relatif que. Le pronom relatif assume une fonction dans la
phrase relative, celle de COD dans la phrase en question.
Exemples de phrases simples transformées relatives :
 Des amis m’avaient écrit. J’ai répondu aux amis. > J’ai répondu aux amis qui
m’avaient écrit.
 Le livre est intéressant. Nous devons lire le livre. > Le livre que nous devons lire
est intéressant.
 Jacques est un garçon. On peut compter sur ce garçon. > Jacques est un garçon
sur qui on peut compter.
Des relatives sans antécédents en position sujet sont des archaïsmes.
 Qui m’aime me suive. (mod. Celui qui m’aime me suive).
 J’ai de quoi m’occuper. (inanimé prépositionnel).
 Je répondrais à quiconque me posera une question. (relatif indéfini).

28
Documentos recolhidos por René G. Strehler

Avec dont.
Il s’est offert le voyage. Il a toujours rêvé de ce voyage. > Il s’est offert le voyage dont il
a toujours rêve.
Voici la voisine. Il a dénoncé le bruit de la voisine. > Il a dénoncé le bruit de la voisine.
Je vais vous relater les attaques. Il a été victime d’attaques. > Je vais vous relater les
attaques dont il a été victime.
*
Le passage du discours direct au discours rapporté résulte aussi dans une
subordination. On fait la distinction entre discours indirect et discours indirect libre.
 Il m’a dit : « comment allez-vous ? » > Il m’a demandé comment j’allais.
 Il m’a dit : « Sortez ! » > Il m’a ordonné de sortir.
 Il a dit : « Mince alors ! > ???
L’usage du discours rapporté impose une réflexion sur les temps et modes employés.

3.2.3.1.4 La corrélation
Dans le cas de la corrélation on observe deux propositions interdépendantes, sans qu’on
puisse trouver un modèle de construction général.
1. Plus ils deviennent vieux, plus ils deviennent c… (Brel)
2. Le film était si inintéressant que les spectateurs s’endormaient.
La construction de 1 se base sur la juxtaposition, la 2 sur la subordination. Les
grammairiens parlent de deux familles de corrélation :
Les comparatifs
 Plus il s’obstine dans la paresse, moins il progresse ;
 Tel le nid, tel l'oiseau. Telle la patrie, tel l'homme (Michelet)
et les consécutives
 Il est d’une telle insolence, qu’il ne salue même plus son chef.
 À chaque séance, il (Marmet) était persiflé avec une férocité et bafoué de telle
sorte que, malgré sa douceur, il se fâcha (France apud GR).

3.2.3.1.5 La parenthèse
Un énoncé peut être interrompu pour faire place à un commentaire, une proposition
incise…
 Le travail, disait le professeur, manque de consistance.

3.2.4 Phrase de base, énoncé et énonciation


Ce qui a été exposé dans la section ‘Phrase simple – phrase complexe’ se base sur un
présupposé. Il existe un certain nombre de phrases canoniques, ou phrases de base, à
partir desquelles les autres peuvent être expliquées. Conventionnellement, ces phrases
ne comporte aucune transformation ni pronominalisation. Pour la langue française nous
avons neuf modèles :
1. Luc dort.
2. Luc transmet cette nouvelle.

29
Documentos recolhidos por René G. Strehler

3. Luc s’intéresse aux femmes.


4. Luc fond sa théorie sur des faits.
5. Luc de crayon.
6. Luc est grand.
7. Luc est professeur.
8. Luc est à la maison.
9. Luc est ici.
Les phrases 6 à 9 montrent que, en français, le verbe ÊTRE occupe une place importante
et se prête à des constructions particulières, comme dans toutes les langues indo-
européennes.
Un locuteur, lorsqu’il passe à formuler un énoncé, doit, dès le début, choisir un type de
phrase fondamental. Nous parlons, ici, de modalités d’énonciation. Les trois suivants
sont universellement reconnues :
 Déclaratif. Le locuteur fournit une information : j’ai préparé ce polycopié
pendant les vacances ; mon mari va mettre le rôti dans le four.
 Interrogatif. Le locuteur demande une information : le rôti est-il dans le four ?
le PSG a-t-il perdu encore une fois ?
 Impératif. Le locuteur demande à l’interlocuteur de faire un acte : mets le vin
sur la table.
Il convient encore de mentionner un quatrième type qui privilégie fortement la fonction
expressive (Jakobson 1963:209-248) : l’exclamatif. Il est souvent malaisé à classer des
occurrences exclamatives.
 Exclamatif. Ce qu’il fait chaud ! ; quelle merveille ! Est-ce que ce sont des
déclaratifs ? Ce qu’il fait froid ici ! Est-ce que c’est un impératif ? (= ferme la
fenêtre !). [Ex.1-2]
Notons que ces types de phrases ne peuvent se cumuler, ou un fait une question ou on
donne un ordre. Ceci n’empêche pas qu’une assertion déclarative puisse avoir, sur le
plan pragmatique, valeur d’impératif.
En dépassant ces modalités dénonciation, nous arrivons vers le produit linguistique du
locuteur, l’énoncé. Le locuteur peut exprimer son point de vue vis-à-vis l’énoncé, nous
sommes alors devant ce qui s’appelle modalités d’énoncé :
 Certains modes :
Ce ministre aurait détourné des fonds ( a détourné) ; Je ne crois pas qu’elle
soit venue ( Je crois qu’elle n’est pas venue)
 Certains adverbes :
Évidemment il est encore en retard ; le Flamengo a malheureusement perdu ; il
est probable que le Gama gagnera samedi prochain.
 Structure générale de l’énoncé :
- le passif : le rôti a été mis dans le four ;
- l’impersonnel : il a été mis un rôti dans le four ;
- l’emphase : il est à la bibliothèque, l’étudiant ;
- le présentatif : c’est le Gama que j’ai vu gagner (et pas le Flamengo)
Obs. : La négation n’est pas perçue comme une modalité d’énoncé, mais comme une
polarité. Certaines combinaisons entre types obligatoires et modalités d’énoncé sont

30
Documentos recolhidos por René G. Strehler

possibles : Il n’a pas encore été mis de tarte dans le four ; est-ce le Flamengo que tu as
vu être battu ? ; mets-le sur la table, le livre.

3.2.5 La phrase minimale


La phrase minimale est celle qui ne comporte que des constituants obligatoires sans
expansion. Si tous les constituants obligatoires sont exprimés on parle de phrase
achevée. Si certains constituants obligatoires ne sont pas exprimés on parle de phrase
non achevée. On parle de phrase non minimale lorsque la phrase ou ses constituants
comportent encore des expansions. On distingue donc
 Phrase minimale achevée : le chat mange la souri ;
 Phrase minimale non achevée : le chat mange ;
 Phrase non minimale achevée : le chat de Luc mange sa pâtée le matin ;
 Phrase non minimale non achevée : le chat de Luc mange le matin. [Ex. 5-6]

3.2.6 La séquence de l’impersonnel


Définition : Il s’agit d’une construction dans laquelle le verbe est figé à la troisième
personne du singulier. Le pronom IL, figé lui aussi, apparaît comme sujet syntaxique du
verbe. Il convient de ne pas confondre impersonnel et indéfini. ON est indéfini mais
personnel : Quand on veut, on peut (= une personne quelconque qui veut…)
Paul et moi, on est très ami(s).
Alors, on a bien dormi ? (= alors vous avez ? tu as bien dormi ?)

3.2.6.1 Classement en fonction du verbe

3.2.6.1.1 Verbes (ou locutions verbales) intrinsèquement impersonnels


Ce sont les verbes météorologiques. Ils sont avalents, autrement dit, aucun substantif ne
s’accroche à eux : il pleut, il neige, il fait froid.
Des emplois comme il neige des pétales ou il pleut des hallebardes sont métaphoriques.

3.2.6.1.2 Verbes monovalents (intransitifs)


On peut mettre la construction en rapport avec une phrase personnelle, en déplaçant la
séquence à gauche du verbe en position de sujet. Il y a alors accord entre le sujet et le
verbe :
Impersonnel : Il est venu beaucoup de visiteurs cet été.
Personnel : Beaucoup de visiteurs sont venus cet été.

3.2.6.1.3 Verbes bivalents directs (transitifs directs) ou verbes trivalents


Le verbe est nécessairement au passif avec être ou au pronominal passif.
Il a été trouvé un parapluie.
Il est interdit par le règlement de fumer dans cette salle.
Il se solde des vêtements en ce moment dans les grands magasins.
Il se raconte de drôles d’histoires à son sujet.
On peut mettre la construction impersonnelle en rapport avec une phrase personnelle au
passif être ou pronominal :
Un parapluie a été trouvé.
Fumer dans cette salle est interdit par le règlement.
Des vêtements se soldent en ce moment.
De drôles d’histoires se racontent à son sujet.

31
Documentos recolhidos por René G. Strehler

Le passage à des phrases personnelles actives est possible, mais celles-ci comportent
obligatoirement un sujet :
X a trouvé un parapluie.
Le règlement interdit de fumer dans cette salle.
X solde des vêtements en ce moment.
X raconte de drôles d’histoires à son sujet.

3.2.6.1.4 Verbes bivalents prépositionnels (transitifs indirects)


En principe, ces constructions n’entrent pas dans les constructions impersonnelles. Il y a
pourtant quelques verbes qui le peuvent. Ils sont alors à la forme passive avec être. Mais
ils n’ont pas de phrase personnelle passive correspondante.
Il a été procédé à une fouille par la police
*une fouille a été procédée par la police
Mais une phrase personnelle active peut être construite à partir de ces phrases :
La police a procédé à une fouille.

3.2.6.1.5 Verbe être (ou v. attributif) + adjectif ; locutions verbales avec être
La séquence de l’impersonnel est obligatoirement soit une proposition ouverte par que,
soit un infinitif ou groupe infinitival précédé de de.
Il est agréable de se promener par ce beau temps.
* Il est agréable une promenade par ce beau temps.
Il m’est impossible de venir.
Il semble probable que Paul viendra.
* Il semble probable la venue de Paul.
Il est dans la logique des choses qu’il ne soit pas content.
On peut mettre la construction impersonnelle en rapport avec une construction
personnelle :
Se promener par ce beau temps est agréable.
Venir m’est impossible.
Dans l’usage courant, la construction impersonnelle est souvent remplacée par une
construction personnelle comportant un pronom démonstratif (ce, cela, ça). La
proposition ouverte par que ou le groupe infinitival sont alors en position détachée en
relation avec le pronom démonstratif.
C’est agréable de se promener par ce beau temps.
Ça me semble probable que Pierre viendra.

3.2.6.2 Nature de la séquence impersonnelle


 Trois types de séquence sont possibles :
- groupe substantival (et certaines classes de pronoms)
- propositions ouvertes par que
- de + infinitif.
 Contraintes sur le groupe substantival.
a) En principe, le prédéterminant défini référentiel est exclu, le prédéterminant
générique aussi.
*Il arrive les invités vs il arrive des invités
Il arrive les invites que tu attendais
*Il se conserve un bon vin en cave vs un bon vin se conserve en cave
Il se conserve un bon vin dans notre cave.

32
Documentos recolhidos por René G. Strehler

b) Le prédéterminant du substantif est soit un indéfini (un, des), soit un


quantificateur (deux, beaucoup, etc.)
Il se solde beaucoup de vêtements en juillet.
c) Le groupe substantival est exclu derrière un impersonnel constitué de
être + adjectif.
*Il est souhaitable une promenade
Il est souhaitable qu’on fasse une promenade.
de faire une promenade maintenant.
 Le nom propre est exclu.
*Il arrive Marie.
Sauf derrière il manque et il reste.
 Les pronoms renvoyant à un référent défini sont exclus.
*Il les arrive (les invités) vs il en arrive (des invités)
Que s’est-il dit à cette réunion ?
Il n’est venu personne. [Ex. 17]

3.2.7 La relative
On distingue deux types de relative :
1. La relative qui entre dans la classe d’équivalence SN. En français moderne, elle
est toujours associé à un pronom démonstratif (celui, celle, ce…).
Je ne comprends pas ce que tu dis (tes paroles)
Celui qui est rouge (le jouet rouge) est cassé.
2. La relative qui entre dans la classe d’équivalence S Adj. Elle est épithète d’un
substantif (son antécédent).
Il gronda l’enfant qui se mit à pleurer.
La relative qui entre dans la classe d’équivalence S Adj peut prendre deux valeurs
différentes selon le contexte.
1. Ou bien elle est déterminative (restrictive)
Critères : On peut lui associer un démonstratif.
On ne peut l’effacer sans modifier totalement le sens de la
phrase.
Exemple : Prends donc tous les livres qui sont rouges.
→ tous ceux qui sont rouges.
Prends donc tous les livres n’a pas le même sens.
2. Ou bien elle est explicative (appositive)
Critères : On peut la remplacer par une proposition sans relatif mais
avec un autre pronom de même fonction que le pronom
relatif (ou parfois un adjectif possessif). Cette proposition
peut être rattaché à la précédente par et ou une conjonction
de subordination.
Exemple : Il gronda l’enfant qui se mit a pleurer.
→ Il gronda l’enfant et celui-ci se mit à pleurer.
On a laissé sur la place la voiture qui ne voulait plus
avancer
→ … parce qu’elle ne voulait plus avancer. [Ex. 23-24]

33
Documentos recolhidos por René G. Strehler

3.3 Fonctions
Parler de fonctions revient à examiner des structures hiérarchiques dans la langue et de
voir si tel syntagme est obligatoire ou non. Bon nombre de formalismes existent pour
représenter la syntaxe. Les présupposés théoriques sont parfois divergents, malgré la
ressemblance de certains formalismes. Rappelons l’opposition extrême : la linguistique
fait partie de la sociologie – la linguistique fait partie de la biologie.
EXEMPLES DE FORMALISMES :
Ces deux premiers exemples, extraits de Fuchs (1995 : 35), représentent le formalisme
pour la phrase filius amat patrem dans la vision de Tesnière et dans la vision de
Chomsky.
phrase
verbre
amat

groupe nominal groupe verbal


Actant1 Actant2
filhus patrem
verbe groupe nominal

= Tesnière filius amat patrem


= Chomsky
Le schéma de Chomsky représente une division semblable à celle qui apparaît dans la
‘boîte de Hockett’.

P
SN SV
D GN V SN
N SP D GN
Prép SN Adj N
D N
Le chat de la voisine apprécie ma bonne cuisine
Sans entrer dans les détails, nous notons d’un côté une tripartition (Tesnière) et, de
l’autre une division en deux (Chomsky, Hockett). Dans tous les cas le verbe apparaît
comme pivot de l’analyse. Dans la grammaire traditionnelle, c’est aussi autour du verbe
que l’on définit les fonctions primaires (obligatoires).
*
S’attache au nom de TESNIÈRE le concept de valence. Selon le nombre d’arguments
qu’un verbe doit recevoir, il est appelé avalent, monovalent, bivalent ou trivalent :
Verbes avalents (zéro actant) : il pleut ; il vente…(verbes météorologiques)
Verbes monovalents (un actant) : Cet enfant ronfle
Cet enfant est timide
Luc est un excellent cuisinier. (identité entre le
sujet et l’attribut.

34
Documentos recolhidos por René G. Strehler

Verbes bivalents directs (deux actants) : Luc conduit sa voiture ; on appelle ce fruit une
banane (‘banane’ est attribut du COD)
Verbes bivalents prépositionnels (deux actants) : Elle ressemble à sa mère ; il compte
sur nous ; tu lui as semblé nerveux.
Verbes trivalents (trois actants) : Luc raconte une histoire aux élèves ; le colonel
dispense Luc du service.
On utilise habituellement les termes suivants pour désigner les fonctions des actants :
- Le 1er actant est le sujet du verbe ;
- Le 2ème actant direct est le complément d’objet direct (COD) ;
- Le 2ème actant prépositionnel est le complément d’objet indirect (COI) ;
- Le 3ème actant prépositionnel est le complément d’objet second (COS).
*
Si on analyse la phrase Le chat boit le lait dans la cuisine à la manière de Chomsky, on
obtient une première division en SN + SV, absente avant lui dans la grammaire scolaire.
Voici le schéma complet (Bouillon 1998 : 84) :

Cette représentation a l’avantage de bien montrer les niveaux hiérarchiques. Ainsi nous
voyons que :
P → SN + SV SN → DET + N
SV → V + SN + SP […].
ANALYSER : Dans cet arbre nous nous pouvons demander si le SP dans la cuisine
dépend réellement du verbe ou de la phrase, est-ce un argument ou un satellite
(terminologie fonctionnaliste). Piste pour une réponse : peut-on dire ‘Dans la cuisine le
chat boit le lait’ ?
*

3.3.1 Les fonctions primaires


La Terminologie grammaticale du Ministère de l’éducation nationale (de France) établit
les fonctions majeures (donc obligatoires) suivantes :

3.3.1.1 Le sujet
EXEMPLES :
 Pauline joue du piano ;
 Jouer du piano me repose ;

35
Documentos recolhidos por René G. Strehler

 Jules et Jim aiment Kate ;


 Qu’il soit en retard me surprend beaucoup.
Une démarche commode consiste à identifier le sujet à l’agent de l’action dénoté par le
verbe : il mange des haricots ; Luc panse un blessé. Mais beaucoup de verbes
n’expriment pas d’action (mon chien est noir) et, dans la construction passive, l’agent
peut même être absent de la phrase (le chien a été battu). Selon Bonnard (2001:90), la
position sujet est remplie en 97% des cas par des noms ou des pronoms. Il existe
quelques critères pour identifier le sujet d’une phrase :
 Demander qui est-ce qui ? (ou qu’est-ce qui ?) Le livre est tombé par terre →
qu’est-ce qui est tombé par terre ? → ‘le livre’ (= sujet) ; Luc est tombé par terre
→ qui est-ce qui est tombé par terre ? → ‘Luc’ (= sujet). Ce critère ne
fonctionne pas avec les phrases suivantes : il pleut ; il tombe des feuilles3
(qu’est-ce qui tombe ? → des feuilles) ; c’est mon père.
 Le critère de l’accord du sujet et du verbe est parfois difficile à employer.
Singulier/pluriel : Le garçon boit du lait → les garçons boivent du lait  le
garçon est le sujet de la phrase. Mais dans cet enfant est un sot → ces enfants
sont des sots la mise au pluriel ne permet pas à identifier le sujet.
 La pronominalisation.
- Les pronoms personnels de la 3ème personne font la distinction entre sujet (il) et
objet (lui). La pronominalisation d’un SN permet donc d’identifier le sujet :
l’émissaire du FMI a présenté ses exigences → il a présenté ses exigences. Mais
le propre de l’homme est le rire → *il est le rire.
- Le pronom relatif qui, s’il n’est pas précédé d’une préposition, sert à identifier
le sujet en l’entourant par c’est et qui : C’est SUJET qui.
- Cet enfant boit du lait → c’est cet enfant qui boit du lait → sujet = cet
enfant ;
- Le propre de l’homme est le rire → *c’est le propre de l’homme qui est
le rire ; mais → c’est le rire qui est le propre de l’homme, le sujet est
donc le rire et pas le propre de l’homme. [Ex. 7]

3.3.1.2 L’attribut
Il convient de distinguer entre l’attribut du sujet et l’attribut de l’objet.

3.3.1.2.1 L’attribut du sujet


 C’est un constituant obligatoire du SV, sa suppression est impossible (cf. cours
sur le COD).
Marie est belle → *Marie est

 Critères de reconnaissance et propriétés :


- Le verbe est être ou un verbe commutable avec être (paraître, sembler…)
- L’attribut

3
La grammaire traditionnelle fait la distinction entre sujet apparent et sujet réel (les feuilles).

36
Documentos recolhidos por René G. Strehler

est toujours commutable avec un adjectif.


Ce peut être un N : Monsieur Dupond est le professeur de 5ème
grand.
Ce peut être un Pro. : Si j’étaisvous !
riche !
Ce peut être un Adv. : Marie est très bien
douce
est pronominalisable à l’aide du pronom dit neutre le, sans variation de genre et
de nombre.
Luc est grand → Luc l’est.
Marie sera grande → Marie le sera.

3.3.1.2.2 L’attribut de l’objet direct


On trouve cette construction avec un nombre limité de verbes en français.
 Nommer, élire
On a élu Chirac président de la République.
Le Bureau de l’association a nommé Luc président du club.
 Trouver, juger, croire, savoir
J’ai trouvé ce livre excellent.
Je crois Pierre malade. ( > Je le crois malade)
 Appeler
On appelle ce fruit une banane.
Critères de reconnaissance et propriétés :
 Élément obligatoire, comme l’attribut du sujet. Sa suppression entraîne une
modification sémantique.
Je le sais honnête  Je le sais
 Au passif l’attribut de l’objet est en relation d’attribut avec le sujet.
Le juge a nommé Luc président du club. → Luc a été nommé président
du club par le juge.
 Pour les verbes trouver, juger, croire et savoir l’attribut de l’objet peut être mis
en parallèle avec un complément.
J’ai trouvé que ce livre était excellent.
Je crois qu’il est malade.
 Pour distinguer l’adjectif attribut du complément d’objet de l’adjectif épithète,
on utilise le critère de la pronominalisation :
J’ai trouvé ce livre excellent
l’
Je l’ai trouvé excellent.
Donc ce livre = COD ; excellent = attribut du COD.
Avec :
J’ai écouté attentivement ce garçon intelligent
Je l’ai écouté attentivement vs *Je l’ai écouté attentivement intelligent.
Donc : ce garçon intelligent = COD ; intelligent = adjectif épithète expansion de
garçon.

37
Documentos recolhidos por René G. Strehler

 Remarque : Le verbe avoir est souvent inclus dans la classe des verbes se
construisant avec un attribut du COD.
Marie a les cheveux roux
Jean a les yeux bleus
- L’adjectif s’apparente à un attribut de l’objet car :
a) L’effacement de l’adjectif rend l’énoncé agrammatical
*Marie a les cheveux
*Jean a les yeux
b) La pronominalisation du SN laisse l’adjectif après le V.
Marie les a roux
Jean les a bleus.
 Mais
1) Le substantif est introduit par l’article défini
Elle a les cheveux blonds.
Si le prédéterminant est indéfini la pronominalisation se fait avec en et l’article
indéfini est conservé.
Elle a des cheveux blancs → Elle en a des blancs.
2) Le substantif précédé de l’article défini dénote toujours une possession
inaliénable et l’adjectif introduit une propriété spécifique.
Dans le cas de l’article indéfini, on délimite un sous-ensemble dans l’ensemble
désigné par le substantif.
3) Ces constructions sont à rapprocher de structures attributives comme :
Les cheveux de Marie sont roux
Une partie des cheveux de Marie sont roux.
4) On remarque enfin qu’une relative peut commuter avec l’adjectif, ce qui est
impossible avec un adjectif attribut du COD.
Marie a les cheveux qui sont blonds.
Marie a des cheveux qui sont blonds.
Comparer avec :
J’ai trouvé ce livre excellent  J’ai trouvé ce livre qui est excellent.
Le sens est ici changé, excellent n’est plus attribut du COD mais adjectif épithète
expansion de livre.
Autre structure attributive :
Ils ont fait de moi un homme raisonnable. [Ex. 18-22]

3.3.1.3 Le complément d’objet direct


Attention : dans la continuation on est souvent amené à contraster le complément
d’objet direct (COD) avec d’autres compléments. On trouvera donc aussi, dans cette
partie, des observations importantes sur d’autres types de complément.
Le COD se rattache d’ordinaire directement au verbe dont il dépend. Luc enterre un
trésor ; je vois la femme ; tu enseignes la grammaire. Des syntagmes ouverts par un
infinitif sont fréquemment introduits par une préposition, même s’ils assument le rôle de
COD :

Cette réunion permet de juger la situation – Cette réunion le permet.


Cette réunion permet le jugement de la situation – Cette réunion le permet.
Critères de reconnaissance du COD :

38
Documentos recolhidos por René G. Strehler

 Il répond à la question quoi… : Luc enterre un trésor → Luc enterre quoi ? →


Luc enterre un trésor (= COD). Ce critère ne correspond pas à une propriété
exclusive du COD. C’est aussi une propriété :
des attributs : Luc est quoi ? Luc est professeur de grammaire.
de certains compléments indirects : Il paraît quoi ? Il paraît au courant
de la situation.
de certains compléments génitifs : la peur de quoi ? La peur du
gendarme.
de certains compléments d’adjectif : Il est fier de quoi ? Il est fier de
son travail.
quoi peut aussi être mot-phrase : Luc a été convoqué par Tele Santana.
Quoi ? (= Qu’est-ce que tu me racontes là ?).
 Il existe trois propriétés spécifiques et communes aux COD. Le COD est
- Le SN2 dans la structure SN + V + SN2.
- Il n’est pas mobile.
- Il ne peut pas être remplacé par un adjectif.
À la différence d’un circonstant de phrase, le COD est non mobile :
Pierre lit le journal
*le journal Pierre lit
*Pierre, le journal, lit → ‘le journal’ est COD ; à comparer avec :
Pierre lit le journal le matin
Le matin Pierre lit le journal
Pierre lit, le matin, le journal → ‘le matin’ est circonstant de la phrase.
À la différence de l’attribut, le COD ne peut pas être remplacé par un adjectif :
Luc lit le journal
*Luc lit gentil → ‘le journal’ est COD
Luc est mon patron
méchant → ‘mon patron’ est attribut. Rappelons
que l’attribut est le complément exclusif des verbes dits attributifs, soient être,
paraître, sembler…
 Le COD peut être remplacé par un pronom de la série le, la, les / que.
Luc bat Paul → Luc le bat ;
Le vent caresse son visage → le vent le caresse.
Attention : si le déterminant est un indéfini ou un numéral, la pronominalisation
se fera en en.
Luc bat trois élèves → Luc en bat trois ;
Le vent caresse des fleurs → le vent en caresse.
Les attribut admettent aussi la pronominalisation, mais le, neutre, reste alors
invariable.
Luc sera chanteur → Luc le sera ;
Marie sera cantatrice → Marie le sera (*Marie la sera).
Les enfants sont terribles → Les enfants le sont (*Les enfants les sont).
 Le COD peut devenir le sujet d’une construction passive. Cette propriété est
une exclusivité du COD4.
Ce libraire a vendu 10 000 livres de Paulo Coelho → 10 000 livres de
Paulo Coelho ont été vendus par ce libraire.

4
Unique exception : les enfants obéissent aux parents → Les parents sont obéis de leurs enfants.

39
Documentos recolhidos por René G. Strehler

Marie aime Luc → Luc est aimé de Marie


Ma femme a acheté cet ordinateur → cet ordinateur a été acheté par ma
femme
La forme passive n’est pas possible avec tous les COD, cela est lié à certains
verbes.
Pierre veut ces bonbons → *ces bonbons sont voulus par Pierre.

3.3.1.4 Le complément d’objet indirect


Comme le COD, le complément d’objet indirect (COI) est un constituant essentiel, c’est-
à-dire, exigé par le verbe. À la différence du COD, le COI est introduit de manière
indirecte à l’aide d’une préposition ; de là vient le risque de confusion entre certains
circonstants. Les questions formées par à qui ?… à quoi ?… de qui ?… de quoi ?… etc.
aident à l’identification du COI.
La pronominalisation des COI :
 COI introduit par à
- Des verbes comme succéder, convenir… permettent la pronominalisation par la
forme conjoint (lui), sans distinguer si le complément est animé ou non ; mais la
forme disjointe est aussi possible :
Louis III succède à Louis II → Louis III lui succède ; Louis III succède à
lui.
Élisabeth succède à Marie → Élisabeth lui succède ; Élisabeth succède à
elle.
Le désastre succède à l’infortune → le désastre lui succède ; le désastre
succède à elle.
- Certains verbes à compléments inanimés, comme participer à, souscrire à,
remédier à, consentir à…, sont suivi du pronom y.
je vais remédier à cet abus → j’y vais remédier
il a participé aux travaux → il y a participé.
Enfin, les autres verbes construisent leurs compléments animés par les formes
conjointe (lui/leur) ou disjointes (à lui, à elle…). Quant aux compléments
inanimés ils sont pronominalisés par y.
Luc pense à Marie → Luc pense à elle (*Luc lui pense)
Luc parle à Marie → Luc lui parle ; Luc parle à elle
Luc pense à la défaite de l’OM → Luc y pense.
Obs. : Dans une phrase comme ‘il lui parle’, à cause de l’absence de
préposition, on peut être amené à voir un COD dans le pronom lui. Mais il s’agit
bien d’un COI ; parler à quelqu’un ; il lui parle → il parle à lui/elle.
 COI introduit par de
Dans le cas de compléments animés, on emploie les formes disjointes de lui,
d’eux…
Je me rappelle de mon frère (de ma sœur, de mes frères, de mes sœurs)
→ je me rappelle de lui (d’elle, d’eux, d’elles).
Dans le cas de compléments inanimés, on emploie en
Je me réjouis de la défaite de l’OM → je m’en réjouis.
L’emploi de en est critiqué dans la pronominalisation d’animés :
Luc se souvient de ses parents → ??Luc s’en souvient.
Obs. : Dans il ordonne de venir, ‘de’ n’introduit pas un complément indirect,
mais un infinitif COD : il ordonne {de venir / cette action} → il l’ordonne ;

40
Documentos recolhidos por René G. Strehler

 D’autres prépositions peuvent aussi introduire des COI


- La pronominalisation se fait alors par les formes disjointes si le COI est animé :
Je compte sur {Luc / Marie} → je compte sur {lui / elle}
- s’il est inanimé, par y :
Je compte sur leur venue → j’y compte
- mais l’effacement est aussi observé :
Je compte sur leur venue → je compte dessus.

3.3.1.5 Le complément de lieu, prix, mesure…


Contrairement au COD ce complément peut permuter avec une adverbiale :
Luc va à Paris → Luc y va
Le camion pèse deux tonnes → le camion pèse lourd ;
Cette Renault coûte R$30 000 → cette Renault coûte cher ;
le cours dure une heure → le cours dure longtemps. [Ex. 8-9]
Observation : Quelques grammaires ne distinguent qu’entre COD et COI, en fonction de
la nature du complément. La nomenclature grammaticale regroupe le COD, le COI et le
COMPLÉMENT DE LIEU, DE PRIX… sous l’étiquette de compléments essentiels.

3.3.1.6 Le complément circonstanciel


Le complément circonstanciel ne correspond pas à un constituant obligatoire de la
phrase : il peut être supprimé ou déplacé dans la phrase.
 Luc travaille pendant la nuit – Pendant la nuit Luc travaille.
Le complément circonstanciel peut mener à la phrase complexe :
 Je vous le dis parce que je le sais.

3.3.1.7 Quelques cas spécifiques


Avec certains verbes, il n’est pas possible de faire abstraction du sens car le N n’est pas
toujours autonome par rapport au verbe.
 Le V et le N forment une unité syntaxique et sémantique
- Locutions verbales sans prédéterminant : avoir peur (de) ; avoir faim ; tenir
compte (de) ; faire allusion (à) ; prendre corps…
- Groupe constitué avec un verbe de sens très général i) avec un prédéterminant
figé, mener une vie dangereuse, ii) avec un prédéterminant libre, avoir une
(cette, leur, notre) discussion, iii) avec ou sans prédéterminant, rendre (la)
justice.
Quelques verbes peuvent recevoir un complément d’objet interne. Ce sont en général
des verbes habituellement construits sans complément obligatoire : vivre sa vie ; quand
nous aurons tremblé nos derniers tremblements (Péguy).
La notion de complément d’objet second : Certains verbes exigent deux compléments,
le deuxième est alors appelé COS. Il se distingue du COI par le fait qu’il implique
toujours l’existence d’un premier complément :
Luc avoue (ce crime) {à la police} // (COD) {COS}.
Luc parle (de ce crime) {à la police} // (COI) {COS}.
Obs. : Dans je lui ai cuisiné un cassoulet, ‘lui’ correspond à un circonstant. En effet,
‘cuire’ exige seulement un COD. J’ai cuisiné un cassoulet ; j’ai cuisiné un cassoulet
pour Luc → Pour Luc, j’ai cuisiné un cassoulet. [Ex. 10-16]

41
Documentos recolhidos por René G. Strehler

3.3.2 Les fonctions secondaires


Les fonctions secondaires se divisent en deux : les adjectivales et les compléments
(déterminatifs).

3.3.2.1 Les fonctions adjectivales


Les adjectifs peuvent s’employer comme épithète, apposition et attribut (cf. ‘l’adjectif
qualificatif’). Pour entendre la fonction adjectivale consulter ci-dessous ‘la classe
adjectif’. Notons encore qu’épithète et apposition, pris comme fonction, forment des
constituants facultatifs, alors que l’attribut est un constituant obligatoire.

3.3.2.2 Les fonctions compléments (déterminants) :


 du nom : La maison de Luc.
 du pronom : Je m’attends à ce qu’il vienne.
 de l’adjectif : Fatigué d’attendre.
 de l’adverbe : Conformément au règlement.

4 Les classes d’équivalence


La notion de classe d’équivalence est fondée sur celle de distribution : on analyse
quelles sont les classes mutuellement substituables dans un contexte donné. Il convient
alors de vérifier si les classes jouent réellement le même rôle syntagmatique. Présentons
ici les classes les plus importantes pour l’analyse.

4.1 La classe du SN
 Réduit à un constituant minimal, le SN est formé par un pronom ou par un nom
propre :
Paul
Il prend le livre
SN SV
Le nom commun en position de SN doit recevoir obligatoirement un
prédéterminant, qui constitue aussi une classe d’équivalence. Il peut être
accompagné de constituants facultatifs. Ensemble, ils forment la classe GN.

+ adjectif : {Le [petit garçon]} prend un livre ; [GN] {SN}

+ SP : {Le [garçon (de 10 ans)]} prend un livre (SP)

+ adjectif + SP : {Le [petit bateau rouillé (de Paris)]} remonte la Seine.

En théorie, on peut ajouter un nombre illimité de SP : Les joueurs de football du


Gama du District Fédéral du Brésil de l’Amérique du Sud souffrent beaucoup.
 SN = infinitif ou SN = groupe infinitival :
{Étudier} est une activité indispensable
{Faire du sport} est bon pour la santé.
 SN = relative sans antécédent :
{Qui veut voyager loin} ménage sa monture (cet exemple correspond à
un état de langue dépassé)

42
Documentos recolhidos por René G. Strehler

{Ce que tu me racontes} est incroyable ; {celui qui triche} sera exclu du
concours. Ces deux exemples correspondent à des procédés de formation
actifs.
 SN = relative complétive ouverte par que ou par si, comment etc. dans des cas
d’interrogation indirecte
{Que tu sois encore en retard} est inadmissible ; j’ai demandé {si tu as
fait tes devoirs} ; j’ai demandé {comment vous vous appelez}.

4.2 La classe ‘adjectif’


 Font partie de cette classe non seulement les adjectifs, mais aussi les relatives
dont l’antécédent est un substantif ou un nom propre.
la voiture rouge est la mienne
qui roule vite

Luc, qui était timide, n’a pas répondu


timide.
 Il existe également une équivalence entre l’adjectif de relation et le SP :
le voyage du Président ; la production de vin
présidentiel viticole

4.3 La classe d’équivalence SV


 Les différents types de SV sont liés à la nature des verbes
Luc ronfle P → SN + SV / SV → V
Marie repasse sa robe P → SN + SV / SV → V + SN / SN → dét. + N
Luc ressemble à son frère P → SN + SV / SV → V + SP / SP → Prép. + SN
Luc demande l’heure à son voisin SN + V + SN + SP5
 Au verbe être, ainsi qu’aux verbes attributifs, correspond le schéma suivant :
V + Adj.  SN  SP  Adv.

gentil
Paul est un gentil garçon
à l’école
dehors.
 Si le verbe reçoit des constituants facultatifs, il forme avec ceux-ci le GV :
Luc ronfle très fort ;
Marie repasse soigneusement sa robe ;
Luc demande souvent l’heure à sa voisine ;
Luc ressemble tout à fait à son frère.

5
Ce genre de notation est une simplification. Elle sert à exemplifier les constituants, sans illustrer les
dépendances.

43
Documentos recolhidos por René G. Strehler

4.4 La classe d’équivalence CIRCONSTANT


En général, les circonstants sont i) mobiles, ii) peuvent être effacées et iii), au moins en
théorie, ne sont pas limitées par leur nombre dans la phrase. Peuvent prendre la place de
circonstant :
Des adverbes : Heureusement, le PSG a gagné, aujourd’hui ;
Des SN : Ce matin, Luc s’est levé tôt ;
Des SP : Dès le matin, les étudiants arrivent ;
Des subordonnées circonstancielles : Quand il fait jour, les étudiants travaillent ;
Des gérondifs : En mangeant, l’appétit lui est venu ;
Des groupes participiaux : Arrivé au bout du livre, il a compris.

4.5 ‘SP = Prép + SN’ correspond à plusieurs classes


d’équivalence
Comme le SP peut occuper différentes positions, il peut correspondre à des fonctions
différentes.
 SP = constituant du SV
- Complément essentiel du verbe :
Luc compte sur nous (COI) SV = V + SP
Luc demande une bière à la serveuse (COS) SV = V + SN + SP
La maison a été encerclée par la police (Complément d’agent).
- Constituant du SV avec être.
Luc est dans le parc / à Rio / du Tocantins.
 SP = constituant du GN à l’intérieur d’un SN dont le constituant principal est un
substantif :
le chien de la voisine SN = Préd. + GN ; GN = N + SP.
Plusieurs SP peuvent se suivre dans un GN, soit :
- Ils s’emboîtent les uns dans les autres
le (chien (de nos amis (du bout (de la rue))))
SN = Préd. + GN ; GN = N + SP ; SP = Prép. + SN
- Ils sont juxtaposés
L’envoi (de vêtements) (en Afrique) (par la Croix Rouge) Obs. : les SP
entre parenthèses sont permutables ; le SN peut être mis en relation avec
une phrase verbale : la Croix Rouge envoie des vêtements en Afrique.
- les deux types mentionnés précédemment se combinent
L’[envoi (de cadeaux de Noël) (aux pays du Tiers-Monde) (par la Croix
Rouge)].
 SP = constituant du S. Adj.
Paul est [content (de son cadeau)] ; un livre [relatif (à la grammaire)] Nous
avons donc S. Adj. = Adj. + SP.
 SP = constituant d’un S. Adv.
[Conformément (à la décision du Conseil)] les inscriptions seront reportées à
une date ultérieure. S. Adv. = Adv. + SP
 SP = circonstant. Critères permettant l’identification de ce type de SP : mobilité,
effacement, commutation avec un adverbe.

44
Documentos recolhidos por René G. Strehler

[Dès le matin], Luc court ; il est venu, [malgré son rhum] ; j’ai vu, [à la
bibliothèque], des étudiants très attentifs

4.6 Les modificateurs (adverbes)


 Les adverbes de manière sont des constituants du SV, des modificateurs
du verbe. Ils sont commutables avec un SP de type :
avec N, sans N, par N
Exemples : Il a rangé soigneusement sa chambre.
avec soin

Il marche lentement
avec lenteur.
 Les adverbes de degré ou d’intensité sont les constituants du G Adj ou
du G Adv, des modificateurs de l’adjectif ou de l’adverbe.
Exemples : Il est extrêmement riche.
Ce livre est plus captivant que l’autre.
Il travaille beaucoup mieux.
Il marche assez lentement.

45
Documentos recolhidos por René G. Strehler

DEUXIÈME PARTIE :
SUJETS PARTICULIERS

6
Dessin de L. Lalo, cf. bibliographie à Delatour.

46
Documentos recolhidos por René G. Strehler

5 Tableaux des déterminants et des Pronoms


5.1 Tableau des formes des pronoms personnels
Personne Emplois conjoints Emplois disjoints
Sujet complément
avant le verbe après le verbe
Sing. 1er je me moi moi
2ème tu te toi toi
Pl. 1er nous nous nous nous
2ème vous vous vous vous
Sing. 3ème COD à + SN de + SN
COD (indéf.)
M il le lui – y en lui
F elle la lui – y en elle
Pl. 3ème
M ils les leur – y en eux
F elles les leur – y en elles
Cas particulier on se se soi

5.2 Combinatoire des pronoms personnels


5.2.1 Énoncés déclaratifs, interrogatifs, impératifs, négatifs
Sujet Négat COD/COI COD à + SN à + SN de + SN V
1ère - 2ème 3ème non COD
3è réfl. réfléchie (indéfini)
je-tu-il me-te- le-la lui-leur y- en- (V)
elle-on- se- les
nous-vous- (ne) nous-vous
ils-elles

1 2 3 4 5 6 7 8
Remarques : (1) Les colonnes 3 et 5 sont incompatibles.
(2) Les colonnes 5 et 6 sont difficilement compatibles.

5.2.2 Énoncés impératifs positifs


V COD à +SN à + SN de + SN
COD (indéfini)
le-la-les moi-toi-nous-
vous-
lui-leur
moi-toi-
nous-vous- y
V les-
m’-t’-
nous-
lui-leur en
Remarques : En français non standard, les possibilités de combinatoire sont multiples ;
Ex. : donne-moi le ; rapporte-moi-z-en ; conduis-y moi, etc…

47
Documentos recolhidos por René G. Strehler

5.3 Articles – Pronoms personnels.


Singulier Pluriel
M F M F
le la les
Articles un une des
du de la des
Pronoms personnels le la les
COD en … un en … une en
en en en

5.4 Adjectifs et pronoms démonstratifs


Singulier Pluriel Neutre
M F M F
Adjectif ce cette ces
démonstratif (cet)
Pronom celui(-ci) celle(-ce) ceux(-ci) celles(-ci) ce
démonstratif ceci-cela
ça

5.5 Adjectifs et pronoms possessifs


Adjectifs possessifs
Possesseur Genre et nombre du substantif représenté
Singulier Pluriel
M F M F
moi mon ma mes
toi ton ta tes
lui-elle son sa ses
nous notre nos
vous votre vos
eux-elles leur leurs

Pronoms possessifs
Possesseur Genre et Nombre du substantif représenté
Singulier Pluriel
M F M F
moi le mien la mienne les miens les miennes
toi le tien la tienne les tiens les tiennes
lui-elle le sien la sienne les siens les siennes
nous le nôtre la nôtre les nôtres
vous le vôtre la vôtre les vôtres
eux-elles le leur la leur les leurs

48
Documentos recolhidos por René G. Strehler

5.6 Adjectifs et pronoms interrogatifs


Singulier Pluriel
M F M F
Adjectifs interrogatifs (ou quel quelle quels quelles
exclamatifs)
Pronoms interrogatifs (ou lequel laquelle lesquels lesquelles
relatifs) : formes composées duquel de laquelle desquels desquelles
auquel à laquelle auxquels auxquelles

Pronoms interrogatifs (formes simples et renforcées)


Nature du terme désigné
Fonction
Humain Non animé
qui –
Sujet
qui est-ce qui qu’est-ce qui
Direct conjoint qui que
Complément qui est-ce que qu’est ce que
Disjoint qui quoi

5.7 Adjectifs et Pronoms relatifs


Adjectifs relatifs et Pronoms relatifs (formes composés)
Singulier Pluriel
M F M F
lequel laquelle lesquels lesquelles
auquel à laquelle auxquels auxquelles
duquel de laquelle desquels desquelles
(prép.) lequel (prép.) laquelle (prép.) lesquels (prép.) lesquelles

Pronoms relatifs (formes simples)


Nature du terme représenté
Fonction
Humain Non animé
Sujet qui
Direct que
Complément
Prépositionnel dont – où
(prép.) qui (prép.) quoi

49
Documentos recolhidos por René G. Strehler

5.8 Adjectifs et pronoms indéfinis

Adjectifs indéfinis Pronoms indéfinis


De sens négatif aucun – nul – zéro aucun – nul – pas un –
personne – rien.
Unité certain – quelque – on – l’un … l’autre – un
autre – quelqu’un – quelque
autre – quelque chose – tel
– un tel – le même –
Pluralité quelques – plusieurs – les uns … les autres –
maint(s) – différents – d’autres – quelques uns –
divers – quelques autres – certains –
plusieurs – la plupart – tels
– les mêmes –
Totalité chaque – tout(e) – tous chacun – tous – tout (autre)
(toutes) –
Indétermination n’importe quel – je ne sais n’importe qui – n’importe
quel – quel que – tel (tel ou quoi – qui que ce soit – quoi
tel) que ce soit – autrui –
Remarque : On et autrui seraient mieux à leur place dans les pronoms personnels.
Autrui renvoie à toute personne autre que celle impliquée par le sujet.
[Ex. 27-28]

6 Concordances de temps
En français il y a deux systèmes temporels qu’on appelle, d’habitude, le discours et le
récit.

6.1 Le discours
On entend par discours la situation de communication dans laquelle il y a présence
simultanée de ‘je’ et de ‘tu’. Le temps de référence est le présent par rapport auquel on
marque le passé et le futur. Sont ainsi les temps fondamentaux du discours : le passé
composé, le présent et le futur.

50
Documentos recolhidos por René G. Strehler

temps de référence du discours

dépend du présent

7 PASSÉ COMPOSÉ PRÉSENT FUT. ANT. FUTUR


P. Q. P .

dépend du futur et in-

directement du présent

T
hier JE demain
avant-hier ici après-demain
il y a trois jours maintenant dans trois jours

déictiques

6.2 Le récit
Dans le récit, l’énonciateur ne marque aucune référence sur ce qu’il dit.

temps de référence du récit

conditionnel = futur du passé

PASSÉ ANTÉRIEUR P. Q. P. IMPARFAIT CONDIT. PASSÉ CONDITIONNEL


PASSÉ SIMPLE

//…JE
IL
la veille alors le lendemain
l’avant-veille un jour le surlendemain
trois jours plus tôt il était une fois 3 jours plus tard

6.3 Propositions hypothétiques introduits par SI


6.3.1 Simple hypothèse
On ne se prononce pas sur la réalité des faits exprimés, l’indicatif est de rigueur dans la
principale comme dans la subordonnée.
 Si tu ADMETS [maintenant] cette opinion, tu AS tort
 Si tu AS ADMIS [c’est déjà arrivé] cette opinion, tu AS EU tort.
 S’il PLEUT demain, je n’irais pas au cinéma.

7
‘m’a eu donné’ est un temps surcomposé en voie de création. Il n’est pas considéré littéraire.

51
Documentos recolhidos por René G. Strehler

6.3.2 Le potentiel
On s’imagine un fait futur comme étant éventuel ou imaginaire. La principale se met au
conditionnel présent, la subordonnée, introduite par SI, à l’imparfait de l’indicatif.
 Si je l’ÉPOUSAIS [j’admets la possibilité de l’épouser un jour dans l’avenir], nous
AURIONS beaucoup d’enfant.
 Si en 2014 le Brésil GAGNAIT la coupe du monde [selon l’énonciateur, cela est
hypothétiquement possible], il SERAIT champion pour la sixième fois.
L’irréel du présent recoure aux mêmes structures :
 Si [en ce moment] tu ADMETTAIS cette opinion [mais tu ne l’admets pas], tu
AURAIS tort.

6.3.3 L’irréel du passé


Lorsqu’on envisage un fait non réalisé dans le passe et ses conséquences irréelles, on
obtient la structure suivante : la principale se met au conditionnel passé et la
subordonnée au plus-que-parfait de l’indicatif.
 Si, il y a dix ans, je l’AVAIS ÉPOUSÉ(E), je l’AURAIS TUÉ(E).
 Si les Français AVAIENT ÉLU Machin, on AURAIT ASSISTÉ à un désastre.
Dans tous ces cas, la langue littéraire peut recourir au plus-que-parfait du subjonctif
dans la principale et/ou dans la subordonnée :
 Si, il y a dix ans, je l’EUSSE ÉPOUSÉ(E), je l’AURAIS TUÉ(E).
 Si, il y a dix ans, je l’AVAIS ÉPOUSÉ(E), je l’EUSSE TUÉ(E).
 Si, il y a dix ans, je l’EUSSE ÉPOUSÉ(E), je l’EUSSE TUÉ(E).

6.4 Propositions non-hypothétiques introduits par SI


6.4.1 L’opposition
Deux faits peuvent être mis en opposition. Dans ces cas, il doit être claire que SI marque
quelque chose de plus qu’une simple condition. Souvent le sens en est s’il est vrai que.
 Si cela nous étonnera toujours, faisons un effort pour comprendre.
 S’il me le demanda, ce fut avec discrétion.
 Si on souhaiterait plus de clarté, il faut reconnaître que cet exposé ne manque
pas d’intérêt.

6.4.2 La cause
 Si cela vous fera plaisir, je le ferais
 Si cela vous fait plaisir, je le fais. etc.

6.4.3 La conséquence
SI peut introduire une conséquence, la cause ou l’explication étant ensuite indiquée par
c’est que ou c’est parce que.
 Si je le dis, c’est que je le pense.
 S’il ne la dépassera pas, c’est qu’on ne dépasse pas la perfection. [A. Thibaudet
sur Maupassant et sa nouvelle Boule de suif].
 S’il le fit, c’est par prudence.

52
Documentos recolhidos por René G. Strehler

 S’il le dira, ce sera timidement.

6.4.4 La répétition
 Si Zidane sortait, tout le monde se mettait à aplaudir.
 Si je dis oui, elle dit systématiquement non.

6.4.5 L’interrogation indirecte


 Je me demande s’il parle / parlait / parla / avait parlé / parlera / aura parlé …
 Dites-moi s’il nous accompagnera. [Est-ce qu’il nous accompagnera ?]
 Il écouta si on entendait quelque chose [Entendait-on quelque chose ?]

6.4.6 L’atténuation
SI peut aussi atténuer un fait constaté. En général, SI est alors lié à des expressions
comme peu importe, qu’importe, c’est tout au plus, c’est a peine, c’est tout juste,
pardonnes-moi, c’est miracle… L’emploi des temps se fait comme dans des
propositions indépendantes.
 Qu’importe si personne n’a reconnu Neymar.
 Peu importe si vous oublierez une bonne partie de ce que vous avez appris en
chimie.
 C’est tout au plus si on pourrait s’inquiéter.
 C’est miracle s’il ne mourut pas de faim. [Ex. 25]

7 La phrase interrogative
On fait la distinction entre l’INTERROGATION PARTIELLE (Qui est là ? Pourquoi tu fais
cela ?), qui ne porte que sur un mot de la phrase, et l’interrogation TOTALE à laquelle on
répond par OUI ou NON.

7.1 L’interrogation partielle


La structure de la phrase a une influence sur les formes de l’interrogation.
L’interrogation peut porter sur le sujet (est-ce qui) ou non (est-ce que), le pronom peut
désigner une personne ou une chose.
Observez : Qui est-ce qui fait ce bruit ? → Luc fait ce bruit.
Qu’ est-ce qui fait ce bruit ? → Le moteur fait ce bruit.
Qui est-ce que je demande ? → Demandes le chef de service !
Qu’ est-ce que tu vois ? → Je vois un film de Jacques Tati.
[Ex. 29]
D’autres structures avec est-ce que sont possibles et normales :
Quand
Comment est-ce que tu viens ?
Pourquoi
D’où
Où est-ce que tu vas ?
Combien est-ce que tu dépenses pendant les vacances ?
Avec quel associé à un sujet, on ne peut pas employer est-ce que :
Quel club va gagner ?

53
Documentos recolhidos por René G. Strehler

Si, par contre, le pronom sujet désigne une chose, seule la forme composée est possible.
Qu’est-ce qui n’augmente pas ? → Les salaires n’augmentent pas.
Inversion verbe-sujet : ne pas recourir à est-ce qui/que nous oblige à recourir à
l’inversion verbe-sujet.
Exemples d’INVERSIONS SIMPLES : Où vas-tu ? ; que faites-vous ? ; De qui parlent ces
gens ? ; Qu’a-t-il ?.
Si l’interrogation porte sur le sujet, l’inversion n’est pas possible : Qui te parle
d’amour ?
Inversion complexe : nous devons recourir à l’inversion complexe lorsque le sujet de la
phrase simple est un substantif ou un pronom autre que on ou ce.
Exemples de l’INVERSION COMPLEXE : Ton père vient demain. → Quand ton père vient-
il ? ; Chacun doit se placer ici. → Où chacun doit-il se placer ?

7.2 L’interrogation totale


L’interrogation totale porte sur toute la phrase, observez :
Luc demande à Marie : Tu m’aimes ?, elle répond : Oui ! [= elle l’aime] ;
Tu m’aimes ?, elle répond : Non ! [= elle ne l’aime pas] ;
Tu ne m’aimes pas ?, elle répond : Si ! [= elle l’aime] ;
Tu ne m’aimes pas ? , elle répond : Non ! [= elle ne l’aime
pas].
Dans les exemples précédents, l’interrogation s’est faite seulement à l’aide d’une
intonation ascendante. À l’écrit on recourt à l’inversion dans des conditions semblables
à celles exposées par rapport à l’interrogation partielle.
Avec EST-CE QUE en tête de la proposition on peut garder l’ordre normal :
– Votre père est-il là ? / Est-ce que votre père est là ? – Oui.
Observez :
– Avez-vous de l’eau ? – Non, je n’ai pas d’eau. [c’est le cas le plus fréquent].
– Pensez–vous du mal de Pierre ? – Non je ne pense pas du mal de Pierre [= “je
pense autre chose de lui”].
– Avez-vous des livres ? – Non, je n’ai pas de livre(s) (c’est le cas le plus
fréquent) [ou je n’en ai pas].
– Avez-vous des livres de Daniel Pennac ? – Non, je n’ai pas des livre(s) (de
Daniel Pennac). [des : on fait entendre “j’ai des livres, mais pas de l’auteur en
question”] [Ex. 30-31]

8 QUI
8.1 QUI pronom relatif
QUI sujet s’applique à des personnes, à des animaux ou à des choses

L’homme
Le chat qui est au bord du lac.
La chaise
Dans quelques cas, QUI s’emploie sans antécédent : Qui mieux est. Qui pis est. Qui vivra
verra.

54
Documentos recolhidos por René G. Strehler

QUI complément direct. Formant avec ce qui le suit un complément d’objet direct, il
s’emploie pour des personnes avec quelques verbes, sans antécédent : J’ai rencontré qui
vous savez. Embrassez qui vous voudrez.
QUI complément prépositionnel. Dans ce cas, il se dit surtout des personnes : L’agent
à qui je me suis adressé. C’est à qui applaudira le plus fort. Un chien à qui elle fait des
caresses. Un œil restait hermétiquement clos ; l’autre, vers qui remontait le coin de la
lèvre. Sans antécédent : Je le dirais à qui de droit. Pour qui le connaît.
QUI…QUI a un sens distributif : ils accourraient, qui tête nue, qui en chapeau. Chacun
s’en va, qui d’un côté, qui de l’autre.
QUI QUE. Qui que tu sois, fais ton devoir. Qui que vous recevez.

8.2 QUI pronom interrogatif


Qui est venu en mon absence ? je me demande qui a dit cela. Qui choisira-t-on ? Chez
qui allons-nous ? [cf. “l’interrogation totale”].
QUI sont… Qui peut s’employer comme attribut d’un sujet pluriel ou féminin avec le
verbe être : Qui sont ces enfants ? Qui étaient ces dames ?
QUI et QUEL. Quel devient synonyme de qui en parlant de personnes : Quelle est cette
dame ? On le préfère à qui dans le cas où le sujet est suivi du relatif qui : Quel est celui
qui s’est plaint ? Quel est le prétentieux qui peut se vanter de ne s’être jamais trompé ?
Si le sujet est un pronom personnel ou ce, on emploie qui : Qui est-il ? Qui est-ce ?
QUI interrogatif accompagné d’un complément ‘de la totalité’ : qui de nous gagnera le
gros lot ? Qui d’entre vous oserait me contredire ? [Ex. 34]

9 QUE
9.1 QUE pronom
QUE pronom interrogatif : Pronom d’interrogation neutre : Que dites-vous ? Que
faire ? Qu’importent ces on-dit ? Je ne sais que faire [fam. : je ne sais quoi faire].
QUE pronom relatif : L’enfant que j’étais. Insensés que vous êtes ! En bon père de
famille que nous sommes. Fais ce qu’on te dit. Les cent francs que cela nous coûte.
CONCURRENCE ENTRE QUE ET DONT OU BIEN OÙ : Anciennement on a souvent substitué
que à dont ou bien à où ou à un pronom relatif précédé d’une préposition (dans lequel,
etc.) : Me voyait-il de l’œil qu’il me voit aujourd’hui (Racine). Du temps que les bêtes
parlaient (la Fontaine).
Aujourd’hui, ces tournures peuvent être perçues comme populaire (L’endroit que je l’ai
rencontré [que= où] ; Le livre qu’il a envie [que = dont] ; Mais la langue littéraire y
recoure aussi, par fidélité à l’ancienne langue : L’hiver qu’il fit si froid (Acad.) [que =
où] ; Au moment qu’il allait entrer…[que = où].
Que est normal après certaines expressions marquant le temps, comme aujourd’hui, à
présent, maintenant, chaque fois, voilà longtemps…
Maintenant qu’il est là. Il y a un mois que je ne l’ai pas vu. Chaque fois que je
l’ai vu. Depuis trois ans qu’il vit ici.

55
Documentos recolhidos por René G. Strehler

9.2 QUE conjonction


9.2.1 Quelques emplois
Je sais qu’il est là [indicatif] ; je sais qu’il accepterait [conditionnel] ; je veux qu’il s’en
aille [subjonctif] ; qu’il s’en aille [proposition indépendante].
QUE introduit une subordonnée apposée à un nom ou complément d’un nom : L’idée
qu’il s’en ira me fait de la peine. Le fait qu’il soit parti me réjouit. Dans l’espoir qu’il
viendra.
En tête d’une phrase QUE peut précéder si, oui ou non : Que si vous insistez… Que oui.
Que non.
Dans le système hypothétique : Vous me le refuseriez,(que) je n’en serais pas étonné.

9.2.2 QUE remplace une autre conjonction


 Pour éviter la répétition d’une conjonction
Règle générale. Que, employé pour éviter la répétition d’une conjonction ou
d’une locution conjonctive comprenant que (comme, lorsque, quand, quoique,
puisque, avant, que, depuis que, etc.)
COMME il se faisait tard et QUE nous n’avions plus de lumière…
BIEN QU’il fasse beau et QUE nous ayons le temps…
Que remplaçant si conditionnel. Lorsque que remplace le si conditionnel après
et, ou, mais la grammaire préconise le subjonctif : S’il vient me voire et qu’il se
plaigne… (s’il vient me voir et s’il se plaint…). Mais l’usage courant emploie
normalement les temps de l’indicatif : Si elle vous quitte et que vous savez
pourquoi, je vois mal ce que je peux ajouter.
 Que, employé au lieu d’une conjonction
Que peut être employé au lieu de diverses conjonctions ou locutions
conjonctives, à condition que le sens soit clair. Il se construit alors comme les
conjonctions dont il tient la place. Il peut notamment introduire :
a) Un fait simultané ou immédiatement postérieur à un autre (= alors que,
pendant que, quand) : Il parlait encore que je lui avais déjà tourné le
dos. Il avait a peine dit cela que la porte s’ouvrit.
b) L’explication d’une principale interrogative ou exclamative qui
précède : vous l’aviez donc prévenu, qu’il a devancé mes objections ?
c) Une ou plusieurs hypothèses au subjonctif : Qu’il m’écrive et je lui
répondrai. Qu’il l’ait fait ou qu’il l’ait laissé faire, il a eu tort.
e) Une proposition consécutive à l’indicatif en supprimant la corrélation
avec tant, tellement etc. qui marquent un degré : Il souffre que cela fait
peine à voir [Obs. : tournure familière pour il souffre tant que…].
Après un impératif ou équivalent que peut remplacer pour que, afin que :
Viens me voir, que nous réglions cette histoire !
Couvrez-le, qu’il ne prenne pas froid.
Si que remplace de peur que, la négation est nécessaire, mais elle est réduite a
ne, qui n’est pas explétif et révèle le sens de que. Sans lui, que pourrait parfois
signifier afin que, pour que.
Sors vite, que je ne t’assomme (Molière)
Fuyez, qu’à ses soupçons il ne vous sacrifie (Corneille).
Après une principale négative : que peut remplacer avant que ou sans que et

56
Documentos recolhidos por René G. Strehler

est toujours suivi de ne, qui est nécessaire et non explétif.


Il n’avait pas voulu partir que tout ne fût réglé (corrélation : il ne voulait
pas partir + tout n’était pas réglé)
Il ne levait jamais les yeux que son regard ne croisât celui de Joseph
(que = sans que).

9.2.3 QUE introduisant le subjonctif


Indépendante ou principale : Qu’il vienne ! Moi, que je fasse une chose pareille !
Complétive en tête de phrase :
Subjonctif : Si que en tête de phrase introduit par anticipation une proposition
complétive, le verbe de celle-ci est au subjonctif et l’idée est reprise dans la principale
sous la forme d’un pronom neutre ou d’un nom ayant un sens très général comme le
fait, la chose, etc. ; cette reprise n’a pas toujours lieu quand la subordonnée est sujet.
Qu’il ait tort, j’en suis persuade [vs Je suis persuadé qu’il a tort]
Indicatif et conditionnel : Parfois l’indicatif est très normalement substitué au
subjonctif pour souligner la certitude, par exemple devant savoir, croire, etc.
Qu’elle mentait, nous le savions depuis longtemps.

9.2.4 QUE… QUE, QUE… QUI


Que… que :
La faute qu’il croit que j’ai commise [que pronom relatif… que conjonction].
Que voulez-vous que je fasse ? [que pronom relatif… que conjonction].
Que… qui : Il s’agit en général de deux pronoms relatifs.
Que ton vers soit la chose envolée / Qu’on sent qui fuit d’une âme en allée /
Vers d’autres cieux (Verlaine) [On la sent qui fuit.].
Qui… qui :
Qui croyez-vous qui l’a dit ? [qui pronom interrogatif + qui relatif]

9.2.5 À CE QUE, DE CE QUE


Ce sont deux locutions conjonctives très courantes, parfois au lieu de que, après de
nombreux verbes ou certaines expressions se construisant respectivement avec à ou
avec de :
Il s’attend à ce que je vienne [vs il s’attend que je vienne]
Il n’y a rien d’étonnant à ce qu’il se soit trompé. [Ex. 35]

10 Quoi
10.1 QUOI, pronom relatif
Quoi pronom relatif représente quelque chose d’indéterminé (pronom ou parfois nom)
ou pour représenter une idée qui vient d’être exprimée :
Ce pour quoi je lutte, c’est…
C’est en quoi vous vous trompez.
Ce sont des choses à quoi vous ne prenez pas garde.
J’avais confiance, en quoi je me trompais.
Quoi pour lequel : Emploi littéraire, quoi renvoie encore assez souvent au nom d’une
chose déterminée, masculin ou féminin, singulier ou pluriel.

57
Documentos recolhidos por René G. Strehler

Le feu se fortifiait des flemmes par quoi on avait… [par lesquelles]


Voici quelques signes à quoi les reconnaître [auxquels les reconnaître].
Quoi sans antécédent :
Il a de quoi nous contenter.
C’est un homme qui a de quoi (pour vivre dans l’aisance) [fam.].
Produire un certificat comme quoi (qui atteste que) on était présent [très fam.].
Il n’y a pas de quoi (me remercier) [courant].
Je me suis trompé, comme quoi (ce qui prouve que) personne n’est infaillible
[courant].
Quoi que :
Ne pas confondre quoi que et quoique.
Quoi qu’on fasse, il réclame.
Quoique fatigué, je viens [quoique = bien que].

10.2 QUOI, pronom interrogatif


Le pronom QUOI se réfère aux choses.
Dans l’interrogation directe :
QUOI sujet : Quoi est sujet dans des tournures elliptiques :
Quoi de mieux ? Quoi de neuf ? Quoi donc me retient ici ?
QUOI attribut :
Quoi devenir ? (plus fréquent : que devenir)
Tu seras quoi ?
Tu deviendras quoi ?
QUOI complément direct : Cet emploi correspond à un usage familier.
Quoi faire [vs que faire].
Vous disiez quoi [vs Que disiez-vous]
QUOI complément prépositionnel : C’est l’usage le plus général.
À quoi cela sert-il ?
En quoi cela peut-il vous intéresser ?
De quoi avez-vous besoin ?
Sur quoi comptez-vous ?
QUOI employé seul :
Quoi ? Vous trouvez cela beau ? (interjection)
Quoi ? (= Pardon, je n’ai pas compris ce que vous avez dit ; préférez :
Vous dites ? Comment ?)
– J’en ai assez ! – De quoi ? [fam.]
– Même si… – Même si quoi ? [fam.].
Dans l’interrogation indirecte :
Dans ces cas, quoi ne peut être sujet, mais il peut être ATTRIBUT ou COD surtout après
savoir pris négativement, ou COMPLÉMENT PRÉPOSITIONNEL.
Il ne sait quoi devenir (ou que devenir)
Dites-moi, de quoi il se plaint.

10.3 QUOI, interjection


L’interjection quoi ! marque la surprise, l’indignation
Quoi ! il arrive encore en retard ! [Ex. 36]

58
Documentos recolhidos por René G. Strehler

11 DONT
Pronom relatif, DONT peut représenter des personnes aussi bien que des animaux ou des
choses. Il peut être complément d’un verbe, d’un nom, d’un pronom, d’un adjectif, de
l’expression d’une quantité.
L’auteur dont (de qui) vous me parlez
Le chien dont (duquel) la laisse est détachée.
La maison dont (de laquelle) le toit s’est effondré.
Sauf dans des tournures archaïques, DONT correspond toujours à DE suivi de son
antécédent. Nous donnons ici quelques indications d’équivalences français-portugais.
1. DONT complément d’un nom sujet : cujo, cujas… suivi immédiatement du
nom. On observe la présence/absence de l’article, selon la langue examinée :
C’est le couple dont la fille a eu un accident.
É o casal cuja filha teve um acidente.

… cette porte dont les gonds grincent.


… esta porta cujas dobradiças chiam.
2. DONT complément d’un nom qui est complément d’objet : de que, de quem,
do qual, da qual, dos quais, das quais ou cujo, cuja, cujos, cujas suivi du nom
qui, en portugais, se trouve avant le verbe alors qu’il est placé après le verbe et
séparé du DONT en français :
Cette fontaine, dont [de laquelle] nous pouvons admirer les magnifiques
statues, est typiquement baroque.
Esta fonte, de que podemos admirar as magníficas estátuas, é
tipicamente barroca.
cujas magníficas estátuas...

C’est un médicament dont le médecin connaît les effets.


É um medicamento de que o médico conhece os efeitos
cujos efeitos o médico conhece.
3. DONT complément d’un nom attribut : de que de quem ou, en chageant de
registre, do qual, da qual, dos quais, das quais:
La fraude dont nous avons été (les) victimes, a été très bien organisée.
A fraude de que / da qual fomos vítimas foi muito bem organizada.

La banque dont il était directeur a fait faillite.


O banco de que / do qual era diretor faliu.
4. DONT complément d’un nom qui est lui-même complément de nom : de que,
de quem, ou, dans un registre soigné, do qual, da qual, dos quais, das quais :
Je ne te donnerais pas ce puzzle dont la plupart des pièces ont été
perdues.
Não te darei este puzzle de que / do qual foi perdida a maior parte das
peças.

Ce sculpteur dont une partie des oeuvres n’est pas connue, sera bientôt
célèbre.
5. DONT complément d’un verbe ou d’un adjectif : le plus souvent de que, de
quem ou do qual, da qual.

59
Documentos recolhidos por René G. Strehler

Les événements dont on a parlé au journal télévisé étaient complètement


inconnus de nous .
Os acontecimentos de que se falou no telejornal eram
completamente desconhecidos de nos.

Les rhumatismes dont son père a souffert, la font souffrir aussi.


O reumatismo de que o pai sofreu, a faz sofrer igualmente.

Autres cas:
La façon dont elle marche n’est pas très élégante.
A maneira como ela anda não é muito elegante.

C’est un instrument dont je suis très satisfait.


É um instrumento com que estou muito satisfeito.

Voici une erreur dont je me demande si elle n’a pas été faite exprès.
Eis um erro sobre o qual me pergunto (pergunto a mim próprio)...
6. DONT ayant le sens de parmi lesquel[le]s : entre os quais, entre as quais :
Le jour de son anniversaire, Rita a reçu beaucoup de cadeaux, dont trois
jeux et une poupée [ou parmi lesquels].
…Rita recebeu muitos presentes, entre os quais três jogos e uma boneca.

Parmi les heureux gagnants il y avait deux enfants dont un n’avait pas
huit ans.
Entre os vencedores havia duas crianças entre as quais uma não tinha
oito anos.
7. DONT complément d’un adjectif au superlatif relatif : dos quais, das quais,
entre os quais, entre as quais, + SUPERLATIF / SUPERLATIF + dos quais, das
quais.
Ils ont exposé une série de sièges dont les plus confortables sont les plus
chers.
Expuseram uma série de assentos dos quais (entre os quais) os mais
confortáveis são os mais caros. [Ex. 32 ; 37]

12 Emploi du subjonctif
On ne présente ici que des généralités. Les étudiants sont donc encouragés à consulter
des ouvrages spécifiques traitant l’arrière-plan théorique ou grammatical.

12.1 Subjonctif en portugais et en français


Dans l’expression du souhait, de la volonté :
Qu’ils (elles) viennent Que venham !
Après des verbes de désir, de crainte, de volonté :
J’aimerais que vous veniez dîner à la maison.
Eu gostaria que viessem jantar…

Marie craint que le fax ne soit pas arrivé.


Maria receia que o fax não tenha chegado.

60
Documentos recolhidos por René G. Strehler

Après des expressions impersonnelles telles que il faut, il est nécessaire ou des verbes
d’opinion ou de sentiment.
Il faut que vous sortiez tôt de chez vous.
É necessário que vocês saiam cedo de casa.

C’est dommage que Marilia n’ait pas eu le courage de...


Foi pena que Marília não tivesse tido coragem para...
Dans des subordonnés de but, de concession, de conséquence.
On prendra une assurance pour qu’on n’ait pas de problèmes.
Faremos um seguro para que não tenhamos problemas.

Bien qu’Hélène ait un ordinateur, elle ne s’en sert pas.


Embora Helena tenha um computador, não se serve dele.

12.2 Divergences entre français et portugais


Le français n’a pas de futur du subjonctif.
Après les verbes julgar et pensar au passé, on a le subjonctif en portugais, mais pas en
français :
Philippe a pensé que nous serions intéressés. [p.c. + cond.]
Filipe pensou que nós estivéssemos interessados.
En français, les verbes supposer et imaginer, à l’impératif affirmatif entraînent le
subjonctif.
Supposons que tout soit réglé
Suponhamos que tudo está resolvido.
En français, après un superlatif on se sert d’habitude du subjonctif.
C’est la plus haute montagne que j’aie jamais vue.
É a montanha mais alta que vi até agora.

C’est le seul choix que je puisse faire.


É a única escolha que posso fazer. [Ex. 33]

13 L’accord du participe passé


13.1 L'accord du participe passé avec l'auxiliaire ÊTRE
13.1.1 Verbes non pronominaux
Verbes. intransitifs :
Nous sommes partis.
Participe passé / adjectif :
Nous sommes (on est) séparés et mécontents.
Nous lui sommes attachés et reconnaissants.
Passif :
Elles ont été félicitées ; ayant été félicitées.
Bientôt nous sera confiée une mission.
Avec ci- :
Veuillez trouver notre facture ci-jointe. Ci-joint_ notre facture.

61
Documentos recolhidos por René G. Strehler

Ellipse du verbe :
Inventée ou pas, son histoire est crédible.
Sa mission terminée, il revint.
Fini (ou finis), les soucis ! [c'est fini ou ils sont finis]
Sept ôté de dix [le nombre sept]
En préposition :
Excepté les enfants (mais : les enfants exceptés).
Passé six heures (mais : six heures passées).

13.1.2 Verbes pronominaux


Pronominaux essentiels :
Elle s'est enfuie. Elles se sont tues. Elle s'y est mal prise.
Ils se sont emparés de l'objet ; ils s'en sont emparés.
Pronominaux accidentels :
 Avec un objet direct
a) construction réfléchie :
Elle s'est brûlée [brûler qqn].
Elle s'est crue malade, elle s'est crue arrivée.
Elle s'est mise à chanter, à nous taquiner.
Autrefois s'est produite une chose analogue.
Ils se sont aperçus de leur erreur, ils s'en sont aperçus.
Elle s'est persuadée qu'on la trompait.

b) construction réciproque :
Ils se sont rencontrés au théâtre.
On s’est bien connus, lui et moi.

c) le passif :
Ces modèles se sont bien vendus.

d) construction impersonnelle :
Il s’est vendu mille exemplaires du livre.
 Avec un objet indirect
a) construction réfléchie :
Elle s'est plu, déplu, complu dans cette situation [plaire à qqn].
Elle s'est plu à les contredire.
Ils se sont cru (ou crus) obligés d'attendre.
Elle s'est brûlé la main.
Elle s'est permis certaines choses ; les choses qu'elle s'est permises.
Elles se sont donné des objectifs ; elles s'en sont donné.
Elle s'est imaginé qu'on la trompait.

b) construction réciproque :
Ils se sont parlé et ils se sont plu.
Ils se sont succédé et ils se sont nui.
Ils se sont écrit des lettres ; les lettres qu'ils se sont écrites ; des lettres,
ils s'en sont écrit.

62
Documentos recolhidos por René G. Strehler

Avec l'infinitif immédiat


 Avec un objet direct
Ils se sont laissés mourir [ils meurent].
Ils se sont vus vieillir.
 Avec un objet indirect
Ils se sont laissé convaincre, faire [on les convainc].
Elles se sont vu infliger une amende.
SE FAIRE

 Attribut
Elles se sont faites plus aimables.
Elles se sont fait belles (se faire beau = loc. verb.)
 Construction réciproque
Ils se sont fait des farces.
 Construction réfléchie
Elle s'est fait des idées ; les idées qu'elle s'est faites.
 Suivi d’un infinitif
Nous nous sommes fait prendre, avoir
Elle s'est fait raccompagner par Paul.
Ils se sont fait faire le même costume.

13.2 L'accord du participe passé avec l'auxiliaire AVOIR


Verbes intransitifs :
Nous avons ri (passé composé)

13.2.1 Objet direct


Il m'a prêté des outils.
Les outils qu'il m'a prêtés.
Vos outils, je vous les ai rendus.
Cette décision, c'est lui qui l'a prise.
On vous a reçue, madame.
L'impression qu'il m'a faite est excellente.
Une des personnes que j'ai vues.
Après l'avoir vue, j'ai changé d'avis.
Dès qu'il nous a eu quittés, j'ai dormi.
Combien as-tu écrit de pages ? Combien de pages as-tu écrites ?
Quelle joie nous avons eue !
Construction impersonnelle :
La patience qu'il a fallu ; la chaleur qu'il a fait.
Double objet :
La récompense que j'avais espéré qu'on lui donnerait.
La secrétaire que j'avais prévenue que nous viendrions.

13.2.2 Objet indirect


Ces histoires nous ont plu [à nous].
On vous a écrit, madame

63
Documentos recolhidos por René G. Strehler

13.2.3 Ellipse de avoir


Bien reçu ta longue lettre.
Vu la loi de 1993

13.2.4 Verbes de mesure


Mesure :
Les cinquante kilos qu'elle a pesé.
Les trente ans qu'il a vécu.
Les millions que cela a coûté.
Objet :
Les voitures qu'on a pesées.
Les horreurs qu'il a vécues.
Les efforts qu'il nous a coûtés.

13.2.5 Attribut
Ce médicament les a rendus malades.
Il l'a traitée d'arriviste
Verbe d'opinion :
On les a crus (ou cru) morts.
Il l'aurait souhaitée (souhaité) plus attentive.
Une maison qu'on aurait dite (dit) récente.

13.2.6 Infinitif immédiat


On les a laissés partir.
On les a laissé emmener [par qqn].
Les musiciens que j'ai entendus jouer.
La musique que j'ai entendu jouer [par qqn].
faire :
Les paquets qu'il a fait partir.
(invar.) Les paquets qu'il a fait expédier [par qqn].
Verbe d'opinion :
La lettre qu'il a dit, affirmé, nié avoir écrite.
Des tableaux qu'on avait cru, estimé, être des faux.
Ellipse du verbe :
J'ai fait tous les efforts que j'ai pu [faire]
Il a eu tous les honneurs qu'il a souhaité [avoir]

13.2.7 Préposition et infinitif


Les chemises que j’ai mis (mises) à sécher.
La difficulté que nous avons eu (eue) à surmonter.
La difficulté que nous avons eue à le convaincre

13.2.8 Avec le pronom L'


Elle était partie, comme je l’avais imaginé.
Elle était encore plus belle que je ne l'avais imaginé [cela], que je ne
l'avais imaginée [elle].

64
Documentos recolhidos por René G. Strehler

13.2.9 Employé avec EN


Objet direct :
Des pays, j'en ai vu ; j'en ai vu des pays !
Des fautes, s'il en a commis.
Quantité :
J'ai donné des conseils plus que je n'en ai reçu (ou reçus).
Des pays, j'en ai tant vu (ou vus).
Des pages, combien en as-tu écrit (ou écrites) ?
Objet indirect :
Il gardait les cadeaux qu'il en avait reçus [de sa femme].

65
Documentos recolhidos por René G. Strehler

TROISIÈME PARTIE :
CAHIER D’EXERCICES

66
Documentos recolhidos por René G. Strehler

14 Exercices
1) Définissez la modalité d’énonciation des phrases suivantes :
Le marteau est un instrument de travail, surtout pour le maçon.
Dépêche-toi !
Est-ce qu’il t’a rendu la tondeuse ?
Viens ici tout de suite !
Quel beau film !
Rôti de porc ou poulet ?
Comment cela ? Allô ?
2) Écrivez quatre phrases sans verbe,
une interrogative

une déclarative

une impérative et

une exclamative.

3) Ajoutez aux noms propres suivants a) une relative, b) un SP et c) un adjectif


épithète : Luc ; le Havre ; Plantagenêt.
4) Mettez au pluriel Plantagenêt et Dupont.
5) Parmi les énoncés suivants, distinguez les quatre formes de la phrase évoquées
en 5.1.2 la phrase minimale :
a) La réforme a été votée hier soir.
b) Qui lui répondra ?
c) J’ai rencontré nos voisins.
d) Ma théorie rend compte de ce phénomène.
e) La réponse est confuse.
f) La sécheresse va persister.
g) À chaque particule correspond une antiparticule.
h) Écoute !
6) Faites de courtes phrases avec les verbes suivants, quelles sont les constructions
admises ? dormir ; penser ; donner ; baser ; sauver ; aller.
7) Dans les phrases à suivre, identifiez les sujets. Quels critères vous ont aidé à
faire cela ?
a) Il brûle chaque été plus d’hectares de forêt que nous n’en replantons.
b) Si vous trouvez que ce qu’ils ont dit est suffisant…
c) Qui viendra demain ?
d) Viendrez-vous ?
e) Mais, si l’humanité craint les nouvelles épidémies, les dizaines de
millions de morts, évitables, du sida ou de maladies plus communes ne
mobilisent guère.

67
Documentos recolhidos por René G. Strehler

f) Les experts des programmes publics de soin aux personnes âgées et


aux démunis estiment que les dépenses nationales de santé passeront de
1 400 milliards de dollars en 2001 à 2 800 milliards de dollars en 2011.
g) Sur la route passent de lourds chariots.
h) Qui m’aime me suive.
i) Des restaurants joyeux souffle une musique infernale.
j) L’essentiel est d’arriver à temps.
8) Dans les phrases suivantes, analysez le complément souligné ; est-il mobile ?
a) Nous avons travaillé toute la journée.
b) Les camionneurs roulent des tonneaux.
c) Le viticulteur descend des bouteilles d’eau minérale à la cave.
d) Nous allons cet après-midi au théâtre.
e) Le facteur pèse tous les sacs.
f) Luc aime la nuit.
9) Dans la liste à suivre, indiquez quelles sont les phrases qui admettent la
construction passive :
a) Zinédine m’a transmis les remerciements de Ronaldinho.
b) La grève a duré plusieurs mois.
c) Les termites envahissent cette vieille école de Diamantina.
d) Ils se sont éclipsés la nuit venue.
e) Vous m’enverrez vos réclamations.
f) Le garçon a pris la commande.
g) Cette voiture coûte la peau des fesses.
h) Votre ordinateur fonctionne le mieux du monde.
i) Les auditeurs ont ovationné les musiciens
j) Les enfants obéissent aux parents.
10) Indiquez la nature des compléments des phrases a) à g)
a) Pierre dort le matin et travaille la nuit. Il aime la nuit.
b) Orfèvre, Luc travaille l’or, l’argent et le cuivre.
c) Jacques parle de son projet à ses collaborateurs.
d) Pierre a parlé à Lucienne. Il lui a avoué qu’il la trompait.
e) Henri a beaucoup parlé de son enfance.
f) Le suspect a parlé. Il a avoué le vol aux policiers.
g) Je me réjouis de ton retour.
11) Dans les exemples suivants, analysez les compléments en italique.
a) Laissez-le donc vivre sa vie.
b) Le rôti cuit ( ).
c) Luc cuit le rôti.
d) Luc va couper le rôti. Attention, le couteau coupe bien.
e) Il a déchiré son blouson. Je vais te le disputer !
f) Tu vas lui recoudre son blouson.
12) Indiquez les compléments qui peuvent devenir sujets du verbe au passif.
a) La mer détruit la jetée.
b) Luc entame le gâteau.
c) Samuel reprend de la crème.
d) Vous partirez demain matin.
e) Le vendeur s’adresse au client.
f) Marie travaille dans la salle.

68
Documentos recolhidos por René G. Strehler

g) Le professeur a félicité le gagnant.


h) Le mécanicien s’est glissé sous la voiture.
i) Bruno dessine avec talent.
13) Identifiez à l’aide de critères explicites la fonction des SN et des SP, actants du
verbe, dans les énoncés suivants :

a) À ces hésitations s’ajoutent les pesanteurs du système.

b) La réunion de Cancun permet aux pays riches de juger de la force de


leur position

c) La luge olympique moderne pèse 22 kg pour les lugeurs solo.

d) Ainsi se pose une fois de plus le problème de la sécurité dans les


établissements scolaires.
14) Mettez une croix dans la case appropriée pour identifier les compléments.

COD COI COS CIRC. DIR CIRC IND


Éric lit chaque jour.
Luc franchissait le ruisseau.
Patrick proposa une partie de jass.
Luc confia sa voiture à sa femme.
Elle jouait près du puits.
Elle mangeait de la confiture et du
chocolat.
Nous avons parlé du directeur.
15) Distinguez dans les phrases suivantes les SN compléments du verbe et les
circonstants sans préposition.
a) Pierre a travaillé toute la nuit.
b) Les enfants mangent le matin un petit déjeuner consistant.
c) Les touristes ont marché des heures.
d) Nous sommes partis le troisième jour.
e) Cette robe coûte 20 réaux.
f) Pascal a perdu tout son argent.
g) Le coq réveille le matin les paysans.
16) Dans les phrases suivantes, quelles remarques de grammaire ou de style appelle
la construction des verbes en italique :
a) À présent, j’ai senti, j’ai vu, je sais. (V. Hugo)
b) Dieu sait si j’ai rêvé ! Toute ma vie est rêve. J’ai rêvé mes amours,
mes actions, mes idées. (R. Rolland)
c) Et pourtant j’ai voulu être un homme et me vivre. (H. de Régnier)
e) D’effrayante précocité, ils savent, ils peuvent, ils feraient. Mais ils ne
font rien : ils meurent (J. Michelet).
17) Si possible, transformez les phrases suivantes pour obtenir des tournures
personnelles. Deux exemple : Il m’est arrivé une histoire incroyable → Une
histoire incroyable m’est arrivé ; Il s’agit d’une affaire délicate →
Transformation impossible.

69
Documentos recolhidos por René G. Strehler

a) Il est recommandé à tous les étudiants de se munir d’une carte


d’identité avant de pénétrer dans la salle d’examens.
b) Dans la valise, il manque des chaussures d’enfants.
c) Il reste encore l’huile et le vinaigre à acheter, et il ne manque plus
rien.
d) Il s’est produit des incidents très graves en Corse la semaine dernière.
e) Depuis trois semaines, il pleut jour et nuit.
f) Il n’est exigé aucune tenue particulière sur ce court de tennis.
g) Il est indispensable de garder son calme en cas d’incendie ; il est
souvent arrivé des catastrophes par manque de sang-froid..
h) Il gèle dans cette pièce ; ferme donc la fenêtre.
i) Il reste à nous faire savoir quand vous comptez prendre possession de
votre appartement.
j) Il faut réitérer votre demande avant de faire une réclamation.
18) Étudiez la fonction des adjectifs en italique.
a) Les automobilistes énervés deviennent grossiers.
b) Tout le monde le croyait plus sérieux.
c) Sobradinho est une des plus jolies villes du DF.
d) Luc avait l’air terrible.
e) Luc resta immobile pendant une minute.
f) Il voulait approcher les hommes distingués.
g) Il trouvait cocasse la dernière trouvaille du ministre de l’éducation.
h) Pascal estime cette jeune femme courageuse.
i) Le tribunal proclama la séance ouverte.
j) Le professeur rend les devoirs corrigés.
k) Claire croit ces histoires grotesques.
19) Déterminez dans les phrases suivantes la fonction du SN en italique (objet
direct, attribut du sujet, attribut d’objet).
a) C’est le boulanger qui devient maire.
b) Les enfants proclament Luc roi de la fête.
c) Sébastien me semble un garçon charmant.
d) Paul raconte des histoires.
e) Je m’appelle Benjamin.
f) Michel appelle Jacques le dur à cuire.
g) Le président Bokassa s’est fait couronner empereur.
20) Étudiez la fonction des SP en italique :
a) Luc est très fier de son fils.
b) Il s’est repenti de cette décision absurde.
c) Étudiez la correction des énoncés suivants.
d) Il mange très peu à la cantine de l’école.
21) Remplacez les adjectifs par des compléments prépositionnels.
Des signes abréviatifs. Une maladie pulmonaire.
La rentrée scolaire. L’Europe septentrionale.
Une célébrité régionale. Les instruments aratoires.
Un arbre résineux. Une rigueur impitoyable.
La faveur populaire. Des mets insipides.
22) Remplacez les compléments prépositionnels par les adjectifs équivalents :
Un bruit d’enfer. La fête du saint patron.

70
Documentos recolhidos por René G. Strehler

Un appel des noms. Un juge sans parti pris.


Des règles de grammaire. L’avis de tous.
Le ton des orateurs. La bénédiction du mariage.
Une statue à cheval. La race du chien.
23) Complétez les phrases ci-dessous à l’aide d’un pronom relatif.
I) L’incendie renaissait des efforts _______ on faisait pour l’éteindre. II) Le

chauffeur, _______ la tête grimaçait sous l’effet de la chaleur, déversait

dans la four des pelletées de charbon. III) L’ouvrier regardait ces gueules

enflammées _______ tournaient autour de lui. IV) Il se sentit aveuglé,

étouffé par le sang _______ montait à sa tête. V) Il fit ce _______ il voyait

faire les autres. VI) Il sentit une chaleur _______ se communiqua à tous ses

muscles. VII) Il demeurait dans cette rue _______ il retrouverait les mêmes

visages. VIII) Les jeunes filles _______ il avait rencontrées étaient

semblables à ses sœurs.

24) À partir de chaque groupe de deux phrases simples donné ci-dessous, vous
construirez une phrase simple. Exemple : Ces larmes paraissent sincères. +
Vous voyez ces larmes sur son visage. → Les larmes que vous voyez sur son
visage paraissent sincères.
a) Le chien aboie en direction de ces promeneurs. + Ces promeneurs
passent sur la route. →

b) Ce chat s’éveille brusquement. + Ce chat ronronnait. →

c) L’homme poussa ce hurlement. + Les moissonneurs entendirent ce


hurlement. →

d) Nous vous raconterons ce cauchemar. + Nous sortons de ce


cauchemar. →

d) Luc range ses livres sur cette étagère. + Tes jouets encombrent cette
étagère. →

e) Toutes les solutions se valent dans ce jeu. + Tu parles de ce jeu. →

71
Documentos recolhidos por René G. Strehler

f) Ce journal est bien informé. + Papa lit les nouvelles dans ce journal.

g) Ce sentier disparaît sous les feuilles mortes. + Les chasseurs suivent


ce sentier. →

h) Ce village est extrêmement fréquenté. + Nous passons le mois d’août


dans ce village. →

i) Ces correspondants lisent des récits d’explorateurs. + Notre


professeur nous a donné l’adresse de ces correspondants. →

25) Analysez l’emploi de SI dans les phrases suivantes extraites du monde


diplomatique :
a) Si nous prenons comme base de comparaison les années 1989-1991, le
volume physique de la production agricole est passé de 60 en 1970 à 81
en 1980.
b) Si les femmes sont de plus en plus conscientes du danger et se
mobilisent, elles n'en sont pas moins vulnérables.
c) Si la femme peut accéder à une maternité, mais qu'elle y est mal
accueillie, elle s'abstient des visites prénatales et préfère accoucher chez
elle au mépris de toute règle de sécurité.
d) Cette régulation, autrefois uniquement possible dans le périmètre
national, pourrait s'exercer depuis longtemps dans le cadre de l'Union
européenne, si celle-ci en avait la volonté.
e) Si l'on comprend bien ce raisonnement, ce sont les Français qui paient
aujourd'hui les retraites des Américains, et les Chinois qui, demain,
paieront celles des Français...
f) Et qu'adviendrait-il si les Chinois avaient l'idée saugrenue de créer
des fonds de pension "à la chinoise"?
g) Si, dans les autres pays, une Constitution est le produit d'un combat
accouchant d'un nouveau rapport à la vie politique, aux Etats-Unis le
peuple est une entité que la Constitution a créée et façonnée à son image
pour mieux perpétuer une République jeffersonnienne héritée du XVIIIe
siècle.
h) Si demain la bulle boursière se dégonfle, ils découvriront peut-être
qu'ils ne vivent pas dans la société la plus moderne de la terre.
26) Faites cinq phrases ave SI exprimant une simple hypothèse (6.3.1), cinq phrases
exprimant le potentiel (6.3.2) et cinq exprimant l’irréel du passé (6.3.3).
27) Employez des pronoms à la place des compléments soulignés. Justifiez vos
choix.
a) Au bord du lac, Luc voit la fille.
b) Marie transmet la nouvelle.
c) Luc contemple les pommes.
d) Marie souligne les mots.
e) Marie demande le garçon.

72
Documentos recolhidos por René G. Strehler

f) Luc voit sa fille.


g) Marie prend trois livres.
h) Luc souligne quelques mots.
28) Employez des pronoms à la place des compléments soulignés. Justifiez vos
choix.
a) Luc transmet la nouvelle à Marie.
b) Luc transmet la nouvelle à vous.
c) Marie me donne le cadeau.
d) Marie étudie le français à Brasilia.
e) Marie étudie le français à Brasilia.
f) Marie lit un livre à Brasilia.
g) Marie lit un livre à Brasilia.
h) Je me souviens de la victoire du PSG.
i) Je me souviens de Marie.
29) Faites deux phrases interrogatives commençant par QUI EST-CE QUI, deux par
QU’EST-CE QUI, deux par QUI EST-CE QUE et deux par QU’EST-CE QUE.

30) Formez des question qui portent sur les phrases affirmatives suivantes. Faites
l’inversion verbe –sujet.
a) Pierre va à l’université.
b) Il travaille.
c) Ton père vient demain.
d) Tu vas à Paris.
e) Chacun doit faire son travail.
f) Mon cœur bat si vite. (commencez par pourquoi)
g) Nous avons une voiture.
31) Répondez aux questions suivantes par l’affirmative et par la négative.
a) Est-ce que le PSG a battu l’OM ?
b) Ne vous faut-il pas encore quelques clous ?
c) Avez-vous des radis ?
d) Avez-vous dit du mal de Luc ?
32) Dans les phrases suivantes analysez DONT, comment le traduisez-vous ?
a) Je vais revenir dans cette région dont j’adore les paysages grandioses.
b) Les malades dont il s’est occupé vont beaucoup mieux.
c) Ces arbres dont les fruits sont mûrs maintenant, ont été plantés il y a
deux ans.
d) Ils ont cinq enfants dont une seule fille.
e) Il a obtenu des résultats dont il n’est pas très content.
33) Mettez le verbe entre parenthèse au temps exigé :

a) Je ne trouve pas qu’ils (AVOIR) ____________ raison

b) Il nous a dit d’(ENTRER) __________ .

c) C’est le fauteuil le plus confortable que vous (POUVOIR) __________


trouver.

d) Il faisait comme s’il n’(VOIR) __________ rien _________.

73
Documentos recolhidos por René G. Strehler

e) Peut-être (AVOIR 3. pers sing.) _________un contretemps.

34) Expliquez l’emploi de QUI dans les phrases à suivre :


a) Qui est donc cet homme aux aptitudes politiques surprenantes ?
b) Il est remarqué par M. Friedrich Peter, un ancien SS qui présidait le
FPÖ.
c) Ce qui explique les excuses publiques de novembre dernier.
d) Et les partis qui ne se sont pas recentrés se marginalisent et
deviennent groupusculaires: le MSI-Flamma tricolore italien – qui
rassemble ceux qui ont refusé l'aggiornamento imposé par M.
Gianfranco Fini en 1995 - plafonne aujourd'hui à 1,6 % des voix.
e) Ce qui revient, sauf rares exceptions, à le priver de toute possibilité de
saisir les tribunaux.
f) Mais, pour cela, il faudrait que les magistrats accordent plus
d'attention à la jurisprudence européenne et aux affaires de
discrimination raciale qui leur sont communiquées.
g) C'est dans ce contexte qu'il faut replacer le conflit inter-religieux qui
ensanglante les Moluques depuis plus d'un an.
35) Explique l’emploi de QUE dans les phrases à suivre :
a) Tous les résidents quelle que soit leur nationalité, devraient pouvoir
participer aux consultations électorales municipales.
b) Il est normal que les habitants de Saint-Dié (Vosges) ne se mêlent pas
des affaires de Dinan (Côtes-d'Armor).
c) Que nous le voulions on non, l'universalité, déjà acquise dans la
mondialisation, ne sera supportable le siècle prochain qu'en
reconnaissant le principe de pluralité.
e) Seuls les cyniques peuvent admettre qu'une bonne division mondiale
du travail légitime la recherche scientifique aux États-Unis, tandis que
l'Asie ou l'Europe seraient réduites à fabriquer des chaussures, à vendre
de l'eau, ou à monter des voitures.
f) Ce n'est qu'à 19 h 20 qu'il quitte le site de Renault Douai.
g) Qu'importe que, dans sa plainte, le vendeur de jouets n'ait pas fait
étalage de ses autres "services" sur Internet: baby.com ("bébé.com"),
hobbies.com, etc.
36) Quelle est la fonction de QUOI dans les phrases à suivre ?
a) À quoi bon se le raconter?
b) Tout et n'importe quoi.
c) Et à quoi sert donc une élection si elle s'interdit de discuter les
questions clés relatives à la modernisation politique?
d) Moyennant quoi, l'argent coule à flots.
37) Reformulez les phrases suivantes, sans vous servir de DONT :
a) Alors sont reconnus les droits politiques, dont celui de prendre part
aux consultations électorales.
b) La situation dont les philosophes des Lumières avaient rêvée - Kant en
particulier -, nous avons l'insigne honneur de la connaître.
c) Trois pays dont les présidents figurent parmi les plus contestés en
Afrique.
d) Si les combattants militants ne dépassent guère quelques milliers, les
sympathies dont ils bénéficient dans les campagnes et les quartiers

74
Documentos recolhidos por René G. Strehler

pauvres des villes de la Haute-Égypte - qui équivalent à celui dont


bénéficient les zapatistes du Chiapas - lui permettront de tenir pendant
cinq ans.
e) La mise en place d'une démocratie planétaire, dont les dispositifs et
les instruments restent à élaborer, est désormais une tâche urgente.
f) La "gauche" (dont la variante marxiste est présentée par Anthony
Giddens comme moribonde) n'aurait pas pris la mesure des effets
bénéfiques de cette mondialisation ni de la nécessité politique
d'accueillir le "nouvel individualisme".
g) Les "bons élèves" - réservés, posés, modestes - sont ceux dont la tête
est bien pleine, plus encore que bien faite (puisqu'ils doivent répondre en
quelques secondes, sans expliquer ni développer).
h) De très jeunes entreprises sont ainsi en mesure de phagocyter des
affaires bien établies et profitables, mais dont les marchés se
désintéressent.

75
Documentos recolhidos por René G. Strehler

15 Bibliographie
Anonyme (1982). Larousse de l’orthographe. Paris : Larousse.
Bechara, E. (2004). Moderna gramática portuguesa. 37a edição revista e ampliada. Rio
de Janeiro: Editora Lucerna.
Becherelle, (1997). La Conjugaison pour tous. Paris : Hatier.
Bloomfield, L. (1933). Language. Londres : Allen & Unwin.
Bonnard, H. (2001). Les trois logiques de la grammaire française. Bruxelles : Duculot.
Bouillon, P. (1998) Traitement automatique des langues naturelles. Bruxelles : Duculot.
Brunot, F. (1953). La pensée et la langue. Paris : Masson.
Carreira, M. H. A. & Boudo,Y M. (1993). Le portugais de A à Z. Paris : Hachette.
Chevalier. J.-C. & Blanche-Benveniste, C. & Arrivé, M. & Peytard, J. (1964).
Grammaire du français conemporain. Paris : Larousse.
Chomsky. N. (1969). Structures syntaxiques. Paris : Seuil. [1ère édition en anglais :
1957]
Delatour, Y. & Jennepin, D. (1991). Grammaire du français. Paris : Hachette.
Dubois, J. & Giacomo, M. & Guespin, L. (1973). Dictionnaire de linguistique. Paris :
Larousse.
Fuchs, C. & Le Goffic, P. (1996) Les linguistiques contemporaines. Paris : Hachette.
Gardes Tamine, J. (2010). La grammaire – phonologie, morphologie, lexicologie.
Paris : Armand Colin.
Gardes Tamine, J. (2010). La grammaire – syntaxe. Paris : Armand Colin.
Grevisse, M. (1993). Le Bon Usage. 13e édition. Louvain-la-Neuve : Duculot. [14ème
édition : 2008]
Hanse, J. & Blampain, D. (2000). Nouveau dictionnaire des difficultés du français. 4e
édition. Bruxelles : De Boeck.
Jakobson, R. (1963). Essais de linguistique générale. 1. Les fondations du langage.
Paris : Minuit.
Martinet, A. (1996). Éléments de linguistique générale. Paris : Armand Colin.
Mauger, G. (1968). Grammaire pratique du français d’aujourd’hui. Paris : Hachette.
Mercier-Leca, F. (2000). 30 questions de grammaire française. Paris :Nathan.
Morel M.-A. (1984). Français : grammaire – expression. Vol. 1 à 3. Polycopié. Paris :
publications de la Sorbonne-Nouvelle.
Neves, M. H. de M. (2000). Gramática de usos do português São Paulo: Editora UNESP.
Pastura, A. (2003). Francês urgente. Para brasileiros. Rio de Janeiro : Editora Campus.
Pottier, B. (1974). Linguistique générale, théorie et description. Paris : Klincksieck.
Poussin-Quinton, S. & Mimran, R. & Mahéo-Le Coadic (2002). Grammaire expliquée
du français. Paris : Clé International.

76
Documentos recolhidos por René G. Strehler

Riegel , M., Pelleat, J.-C. & Rioul, René (1994). Grammaire méthodique du français.
Paris : Presses Universitaires de France.
Robert, P. (2005) Grand Robert de la langue française. Paris : LeRobert/serj [édition
électronique].
Saussure, Ferdinand de (1995). Cour de linguistique générale. Paris : Payot. [1ère édition
1916]
Strehler, R. & Gorovitz, S. (2011), Manual do RepLET acompanhado de elementos de
lexicologia e de terminologia. Brasília: Thesaurus.
Tesnière, L. (1988). Éléments de syntaxe structurale. Paris : Klincksieck. [1ère édition
1959]
Wagner, R. L. & Pinchon, J. (1991). Grammaire du Français classique et moderne.
Paris : Hachette.
Wilmet, M. (2007). Grammaire renouvelée du français. Bruxelles : Duculot.
Wilmet, M. (2003). Grammaire critique du français. 3e édition. Bruxelles : Duculot.

77