Vous êtes sur la page 1sur 2

Les normes internationales d’information financière, plus connues au sein de la profession comptable

et financière sous leur nom anglais d International Financial Reporting Standards ou IFRS sont des
normes comptables, élaborées par le Bureau des standards comptables internationaux IASB,
destinées aux entreprises cotées ou faisant appel à des investisseurs afin d’harmoniser la
présentation et la clarté de leurs états financiers. En effet, le règlement européen du 19 juillet 2002 a
imposé aux entreprises faisant appel public à l’épargne de présenter leurs comptes consolidés selon
les normes IFRS, vise principalement à garantir une meilleure transparence comptable.

La présentation des comptes consolidés des entreprises selon des normes harmonisées IFRS a facilité
la compréhension et surtout la comparaison entre les entreprises, ainsi ce changement de référentiel
comptable a transformé le fonctionnement des marchés financiers, des entreprises et des économies,
d’une part et l’élaboration des comptes, d’autre part.

L’application des normes sur la consolidation est devenue obligatoire, or certaines entreprises ont fait
le choix de l’appliquer de manière anticipée. Cependant, la présentation de comptes consolidés
apporte une dimension supplémentaire à l’image de la société et lui donne une vision globale. C’est
un outil de communication avec les partenaires qui facilitera la lisibilité des comptes et la
compréhension de l’activité. Pour cela, les sociétés quelle que soit leur taille, doivent donc intégrer et
anticiper cette tendance.

Le package de consolidation contient plusieurs normes applicables selon le type de participation et de


contrôle détenu par la société mère, à savoir :

• IFRS 10, Etat financiers consolidés ; cette norme repose sur la notion du contrôle qui s’appuie
sur trois conditions à savoir le pouvoir, le droit sur les rendements variables et le lien
d’influence entre ces deux conditions.
• IFRS 11, partenariats ; cette norme s’applique à tous les partenariats selon lesquelles deux
partenaires ou plus contrôlent en commun une activité économique, ainsi elle distingue entre
deux catégories de partenariats : joint-venture et joint-operation.
• IFRS 12, information a à fournir sur les entités détenues dans d’autres entités ; cette norme
s’applique aux entités qui détiennent des intérêts dans des filiales, des partenariats, des
entreprises associées et des entités non consolidées. En effet son adoption st permise dans la
mesure où les IFRS 10 et 11 ainsi que les modifications connexes des IAS 27 et sont adoptés
au même temps.
• IAS 28, participations dans des entreprises associées et des co-entreprises ; cette norme fait
référence a l’influence notable et la méthode de mise en équivalence. En effet son
application est permise si IFRS
• IAS 27, Etats financiers individuels ; cette norme prescrit le traitement comptable et les
obligations d’informations préparés par la société mère ou un investisseur dans une co-
entreprise ou dans une entreprise associée. En effet, sont application est permise si IFRS 10,
11, 12 et 28 sont appliquées au même temps.
Notre étude a pour objet de présenter la consolidation et l’IAS 28.il s’agit tout d’abord de s’intéresser
à la partie théorique qui comprend le cadre historique de l’IAS 28, les principaux changements de
la norme, son intervention avec les autres normes et son impact sur les comptes consolidés
ainsi que les notions de l’entreprise associé et co-entreprise et les méthodes de consolidation
applicables à ces dernières. Ensuite, la partie empirique qui porte sur une étude sur terrain faite sur
un ensemble des entreprises associés et co-entreprises afin de concrétiser la partie théorique, cela a
l’aide d’un questionnaire et des entretiens. Enfin, la partie pratique qui contient des illustrations et
des études de cas pour mieux comprendre la méthode de mise équivalence et son impact sur le bilan
et le CPC, ainsi que ses variations avec la méthode de l’intégration proportionnelle.