Vous êtes sur la page 1sur 26
me PHILIPPE FAURE ‘Quant a son recours aux textes, le modo de citation est praiquement toujours le méme : allsion Aun Gpisode, dune forme, ne parabole, fextte de son contexte e¢ prise pour illstration da propoe général, lone metaphysign, cosmologque ou antropologig. On ne peut ‘empicher de pense, bien souvent, propos de ce mode de etalon, de mobilisation, 2 le maniere dot le predisteur médigval novtrisait ses ‘sermons, encore au mode corasique de renvo dos pesonnages 08 end Gadnon Se aon ere Far, Pe asa 933, Toot, pasion (pT); XACCARY, Gatton le Remersemen det Cans, pts 088, } } PAULB, ANTON RENE GUENON ET LE JUDAISME GGUENON eT LA TRADITION HEBRATQUE En parcouran awwre de René Gaénon, on ne peut que s’éonner de- vant la part relativernent enince sere 4 In religion juve et le peu de reférences sa doctrine, en dépit de Viet mente que ce means sien port a fat religieux dans de nombresses tations. Cel, 0 rnobstant sa conception que « Jedasme, Chistanisme et Ilainme 8° pésentent comme les tis éléments d'un mime ensemble en dehors ‘dugue il est le pls souvent difcle d"appiquerpeoprement le terme méme de "religion" »- Nous disons bien la eligion juve pour Ia dis tingoer de ta tration hebraigue ca, comme nous le vera pus Toi Guénon Iuiméne effectue constanuea cette distinction. En tata ct judasme, i oa pas 8 Pespit tout & fit x méme chose que lrsq'il ‘rogue la tradition hebraique. Tou compte fi, ses references 8 cette ‘demir ans qu’ la Kabbale demearent elatverent iene, Du reste, un examen de sa biblosbaque rile une tts modeste pré- sence delves se rapport aa julsme et méme dla Kabbale elle ne ‘content qu‘onze ouyrages en langue hébralqu, dot des Bibles et des tues de prises. Ia beau avoir dclaré que 'hbreu est a seule langue 1. Gut, JORDY 2X. AcoanT 3, LAORANT et P. MOLE, «Le bbbohique “tig” de Rend Guinan» Renlsnce tinal 123-124 Pa, 390, p. 2973168 pcr p_ 301-302. Os rend senine Tovvgelatelotaue de. Rose (1793 «apts 1888). Ape de Origine des er etd ale der ‘Hebe, Dae. 11 Voie G. Schott oograpin Katalin, Lens 1927, ‘IDR, 224. Sw co fane-mapen ju eonaine bongo, wr IP. Bxacy ‘TFimc Megane et Kabate Let qaochee monngies ute, David Totenbupe, Rewisone adiomel, a 143-148 (2009, Pa wie de cmparion il posed 179 ives sue rane mages 20 PAUL. FENTON sacr de Oociden, son savoir hebres save fort. Mme compe tna des coals typographiucs, sa ascipion des os he Iatques est prfoiseone et pares me arabs Por i ition ive i en et gédraloment 8a Bible, 08 plas prada ave Ives dp Pateoge, ln Gente et IExode, dnt les Symbole sont ders invariable, 2 la unites de Pexdgise ab- balisige. En native de ale, i ne fps non pls preove un sot end, Ia pops de ss refrceos cant de aeconde mui em pres, on Voesne, A Paul Valasd (18751980) Ce eit e Pein, ancien wear de Si Souphin Peladan (839-1918), a igné tne de compos ies pus fouls sr a tion estige dt f- ‘dame, La Kabbale juve, git cont une rane frtane en iin 0 ‘ute Guénon waa visblament pas de connaissances details de Ja Kabbale louraniqe qui est cele des ves coerpories, ei set snp se le ens de quelges tomes fndamentau tel Adam ga ‘mdr Néanoins ob put econ vee FLeik Tistan qo pa Now mons fit rei acignment iy «ques temps qe e monde ‘cideal Svat 4 an dapaion suce fngue mere sue qoe Tes, REGO AEC, p 3a einer der plan sept 19865 das [S58 275 Guten ff etemarqae popes de nore ages ne ores, ‘malgs ai ene osrvation Yau our d obec ees dans fa ebale heee sis ren mars, ‘2 Guten, RQST,p. 252 sr ot oom saan SES, p16: amor et an hemor tid 264 het eo hia ip 376: al eon mated (Sopris ASP. bndcton » se ert ts arate ase. Dd t= ‘anit ds pte abs coresponte’ pls agus vl a I Henge cusique Sp dwe demure inenlonele ain de se dace des ‘Geena, cla monte gue Gus ne mals pes Pari litte? 5.'Ser Vals, oi San Pee Beach «Pau! Valu (187-1980 and Jewish Kattan» dine BUS etl, Kabbalah and Modern, Leys Boston, 201, 121, Da es ns 0, Vullaud prepa ave Gafon a Vor dss, {Cr vusiauy, ue kabale je Hate et deci, 2 vl, Pati 1928, Obs0n ‘afin ne ain gine 1925 un compl os o partenwaeton fngae dane le eas PFCC,p. 80-108 Lmparance re poe sat tne documento ue enable ron es eee cote ar uri tion otf avec eve par le monde universe. Vir compte ed (426. Valon cane Rt 1S6(197) 9.233. 5 Vor R Cutan, FCC, p64 mv it gue «Romane pri (nan ‘tad et exacenet Vda Qn bag Of we ein a (gee terme dig We plrome via vanscendant einen amit oo ‘ns ds récpueks» ol geste pos eocoe ue qoeleongue cenigaton “dscerale power’ sen Culoge le pe hae nage Ge Thome. Lois ‘Masigaan ex beacep ps par, Dat tan Eur fesoigines du fq ecg de La mystique musnane, Pas, Cees, 1934, 9.57 0 ac RENE GUENON ET LEJUDAISME 251 tir de quelques documents et d'études pufois bansles » Minton da rméiphysicien s'est monte fort péetant ‘De surrot, 8 aucun moment Guénon ne met & contibation Ia ts riche literature rabinigue connue sous le nom des midrashim, souvent employée par les kabbalistes’. I '&voque ni le ritel joi ise presi tions religieuses. A vai dre, i ext plus logue sr les ites de fa rane rmagonnerie que sie coux de cette grand tedtion rele, pour le guele i n'a compost aucun expos€ doctinal, comme il’ fait par ‘exemple, pour I tradition hindowe. Foe est de cnstter gue le grand ‘Grériste it prewe de pen d’engovement pout le judas’ lest ai que selon sa conception eycliqu, la tradition hébraique ne représeatait qu'une phase interme et portant, secondaire e incor pitt de la tation, une sorte de press ente Te débat di cycle dont indouism este le refit Je pls authentique, et sa fn, annonese pac Vista, Bn effet, auteur e'Ovtent et cident considera que la «tad tion primerdiale» Gat pa dition, antreure au développement spe cifique des civilisations tees que le jive, dout elle ft a source ‘rincipille. Si toutes les doctines méapysiquement completes raion, quivalentes et identiques quanta fond, Guéson privat la doctrine "manic de Tide fl ete Adam Qadnde de «teres xd, sql ai acne pei lcm er proceed formation rrp = Ds st te 5, Maignon tel en sae cone Thypethse fond Ine de uterine aque de ses yas igen Ae snivcr iGrsc prea sers Get de In ane-nagons Got ane sce Vole aut A. BADAW, ln lf Pai Ge, ‘owe, 1976, p13 gu marge Macro, eB. Cove + Adan edn La kepied throm ns (Sean 1999). 264, LF TaotaN » Raion su Red Gece» Pe SIAUD (6), René Gud, Dons. Lasanoe L'Aged Hons, 198, p. 212 2 Gatun sme de are e rapper huge a aie Snlose drt «yirs gil voqesouvet, Vo HOY... Stn me tempi vl qa sconeion am, es ences beste ‘sign ve som aslo, Mie apts cannes ie hap ond ‘est data dail coone a goo infos {1'0n pouatsbjeer qc et ees len pour ects ot ase our deer on dispose ds des gi lomen seus poe ABC $c Le Bes Tava en vu quad it! «nr peu Penton par “rls de Aue pu exelimce q's jlo waaspanit bn sve omens par ss ines —~ repose un ltl de poser dete ‘ago ew pus “Fe de min pour se ala doe pees tts lg pot» olrson aie « our en nr avec ke poe dei PIM, Scab (a, Ree Gudnom Dont p24, 282 PAUILB. FENTON hhindoue goi présnait ses yeux un grand nombre q'avantages pour exposition des vers traitionelles! Thy lew de ve demander dans quelle mesure ce parti pis fut déters- 16 par Pidée de emeur métaphysque ds eigions forme sentimental prtnée par Mago, collaborueur reacontré dts 1908, pour qu aces & Ta traiton peimordil et Ia connsissance absolve se situit pare evan judéochrescnne quali d'anhropomoephigue. Dans L'Homme et son deveni selon le Vadanta, Gaon statue que les Lpanishadereprésentent la triton primordial ct fondamentale en état ‘expression de ln metaphysique pure. Par conséquent, le tration hi ove «est de toutes les formes tadionnelies pesentement vivanes, celle qui derive le plus directement de la Tradition primordiale» et (u'elle ea « donne ube deseripion plus comple que toutes celles qu'on pourrait rouver illu quis, elle partici un pls aut degré gue foutes les autres sa pespeaié®». Ce qu'il aieme dans la suit de Ta rimauté de 'hidouisme et également sigifctif peur are propos En oti et indessant de resus qu Ia tao hndou eta ade sin lima tnt le seis gu afirment explicemet I vali de tutes Jer ater atone onbodoxss; een ex sas cst prc qo, eam [reme ela emit et date au eours du Mannantra, eles dia igre Ezalement,quigu sous des modes dens, oes ces fomes dives som prodeites dans intra ia Je one pose I eto au 0 et» ar eq I fn eee den jindre xi somerset La tation habrsque est donc une forme rligiense divée et incom- ple, $l est wr que ston son point de ve, toutes les tations ne sont ‘que des formes desvées, lation hébraiqu est patclizemet im Parfait. Apres ta Gn de ia tration hyperborenae que Guénon site ay 1. Gutmon, 080 9.206208 2 Sur Magi (no de Powys, 1862-1959), ot M-F. HS, rine, ‘celine, nemagonre histone ou ie 2 ices Pa, Pero ana, 2008, ot 2 p18, 219222, SR Gon HOV, 1. Ci Gutman emp 5. Voir apr, Sane due aust adh a postion de Fe Schuon xpi dant Cases et Res, Lyon Dt, 1957, p24: «Cs oe Ps ened tie ls pditoen le elian Athan ome prion carn see fur mn Tenge de Ie baon morale avers el de Pe ‘Tera Egslemon, ans son Eine corm prince a conne moe Pt ‘Dery. 197, p.9, Seon ji Son este aut emialpis sare ab ‘uf eal weesens secs Upanishads In docine mage fla. ‘cine derma. tgs qe isbn et deme Réveon de uma (ferme is lel es grands lism egies talc [RENE GUENON ET LEJUDAISME 283 nord et au ple, le dp spiritel de 'Spaqueprimordiale sent passé & Ja tradcion atlantéeze,disparue 8 son tour dns le dslogeSvoqu pa Dibie. Au terme du cycle lanéen, ce dep ft wansmnis lation Inbraique mais non sans Subir des « adaptations» Meme si ln Triton primar et hyperbrienc tip consist toutes Fes formes dongles sas exception re rlachen Hnaemes 4 ‘ae eign, est des cs, omnes ls rion Nera, ob eM ete qu fart agreement et ravers une pe ou mn ong se ‘imei, ql wera aes ben dic de pene eerste Gugnon est constamment soucieux de mete en consonance lest ions hébraigue et islamique avec Ia tradition hindowe. Defiant eo qu'il surnomme Feexclusivisme judlgue», i! malipie ls rapprochemens tent Ie sanserit et Vhebreut, une part, ot le sanserit et Pare, d6 ante’ et de méme entre la langue hébraigu tl langue srbe! "Nous vos bie ue excavse faite! dos conceptions judas ne se rove pv Vase avec del rappeochenets ave Fhindousmel, as isn soot pas mas elt, pour oun ql n'avone ps abe de rau laser inflsecer par ceansprcugs, leur eonsaalion présente un es yan ett, par cet ane eonimation de unt octal sen tlle ql se simul sous apparent divert dos ome extrures Dans su fecenion du lire A Message from the Sphine (Lond, 1936), don auteur Theery Enel (1883-1963, de son vai nom Miche ‘Viadisirovtch Skaratine), cherchat reconciles a sagesse des anciens Egyptiens ave Ia Kabbale, Guénon prise que Ia wation nage est essettement« sbrtunigue» done 'erigne leone: a «adaptation» apéce por Mise «rans dost po, pt se ‘es cicorstanvs de es, sider aeessovement kml capes at tou en oe qu conseneceaines sciences raivonrles pus au cin ‘onde mls elle ne Surat en aucune fgon aver ev pou ede fae {CR Gothen, «Rabble et ne de sombre», FPCC, 75.02 2 Tout specimen ss tenve de metre cn conor les choke da uri op ets fro sa Kaba dans EH, 9.62. Repel a psge ‘or dna san «Pathan eet ee manta hte, Nowe Eades Crints, as, 1596, p37 87, Adnphe Fras pom fe Ot Fanprehorts one doctrine accinet a Kab $TRemrguos sa aoe or 1929 Looe Mason sir as tn Esa sa es ines dequeue dee myn maiane C6, Pat, 1934p Sle ‘jumpin nian tr mystigue de te ale 5. 4 Rotamatnt das « Qatalis, FTCC p06. 5. Dans son compe ed de a Kabul ive de Vis das FTC 10210, ass PAUL B. FENTON ‘oir at taiton de ligne prope, pour rnsporte dans une ae K- ‘d,crngire ou peuple augue ele Gt exprestnet deine dans Fingue doe! le dev efor Les réaapttions subies par la tration primordial & cavers les formes intermétiires s'accompagnent d'un processus. obscuration sgradolls qui marque forcsment une dégenérescence sprite. De su ‘ra, selon Gucnon, 'Orient eat devenu le deposiate exclusif du len vec la usdiion peimordale des avant le consolidation du judaisme, ‘od la péminence actuelle des doctrines orientale et le crac in- ‘complet des tations cccidentles qui, son gré ont jamais connu la méaphysique totale Crest en vert du principe du raccordement des phases finales un cycle ave leur commencement, qve Gunonrecout aux enseignements ela ation hebrague pour ia lire qu'elle jet sur la dot ‘nord, Si ses emprunts& cate source sont moins nomrews pat 1 pom A dautes dion, is constituent néanmoins, des éléments cles 4e sa construction intiatigue. Ceci est particuliéement veal dans Te re= ‘uel Le Ro de Monde, dont le ee rdme est approchs par om auteur {de Metaron, «prince da monde». Pais, Tinvestire. spiriuelle Abraham aux mins de Melki-Tsedeg yes saisie comme le point de Jonetion entre la triton primordiale et la waditon hebraigee et en ‘meme temps, ou un axe de contnuté etre judaisme et chistansme, ‘surtout dans lers gimensions ésouriques, grice 8 Ia conception d'une transmission eyelique de la tation". De ce peim de ve, Fauear pour ‘suit en cola Ia doctrine da cabalisme chréien de Ia Reoissance. Mais, silleurs dan son quvre, le judalsme est euricusement perpu comme wn pénomine occidental par opposition a ln tradition ‘rietale de PPindouieme et, secondarement, de islam’. De pls, exte perception ‘est condtionnée par une élonante eoitese: « dans 'Oscident, nous ‘omprenons aust judas, qui n'a jamais exeot diaflvence que de {ce obte», On peut rine lire dans sa caractéisation des tats distinc fe Ts mentalité europonne que les Juifs Orient ne sont en ralité que es Occidencaun 1B GubiON, FTEG 153-134, 2 hulp 3650 Son Gon, Rip 2. udp 50 5 Raptlons qe SuinYvsD’ALVEVORE Mision der Jf p05 cosine Jee deus come apport hace anche et para, comme angees rote deems Gee oie ef dor sang ou blur agus Oo scans» SR Guns 080,18. RENE GUENON ET LE JUDAISM ass 1 ft signer aus importance au point de wu alii pileent, de Mllonee jus, que nous revouvas alles eglement dae ‘evite pri de POren yah un loner ext ewopen ans Sono ne as ui en x ps moins, poor une pa, cons dela mete (redone seal! est va que Guénon ne connut inlement que des us asim, y compris parmi ceux d'rigine orientale vivant & Pais, Meme en Algése oi, semble-il, leu des rapport médicres aves Ls ifs de St? — pls tard en Egypte il ne renconira que des Suits us occidentalis. I jgnorait toalement la vadition vivant det écoles kabbalisiques cn (Orient avec leur pit itens t leu immense production lite, Enfin, & Fenconte de le doctrine catholique officielle, Guénon ae congoit point le christianisme comme une manifestation terminale ct sominitale dela vet, et nie mime ses posits aco la él Sali sirituele et a tradition primo pr le bite des ets pra ‘ques 8 son dpoque, Si tl est le eas pour le chrisianisme, censé Ste Faccomplissement et le couronnement cu judalsme,qu’en serail poo ce dernier Mai, inversement, on peat se demander si sa conception ‘igatvevs-i-vis du juaitne nest pas A Vorigne do sa dxualificaion “i ehristianisme ea ason,pésisment de lar continu LE SIONISME ‘Tout qebord, il convient de dissocer doctnalement ce que lit Guenon au set du sionsme de ce qu'il dic au sujet de Sion comme symbole appartenant la sience saree. I'nen demure pas moins que ln celaivisation de ia central de Jérusler édcoulant dela perspective [FR Gute, GDH, Klug 9. 2: Dans an tre ine Note Maur Denis eel mot 918 de Seo ‘rat a yee noon de profescer de pibsapie de sepomoe 19178 funbre I918 I ae: = Beazop ge uf co mest ps a Fe fps insane dof poplaton.» OI eat pan de pene five oon pas one ‘te opinion: Dts ue ne lee dote es & mr pr, ong, opor ée Ta diféeee ene anise aynique et nator mapa Fitisece dete demir pric pistes esa de conten eau alls Spor Gal al plus i que Desa gc coma? «glide plop jae ae, c prcalie e Manon, mai rset drier g's al pot scope el ume ee en supa, encore que Ds le jm te apy Nowe evn a coemuiation doce tees abide 7 -Lawan, 256 PAUL. FENTON ‘reitonalist, malgs a sition lirement « méiteranéenne » de lt sainee dTsrael sur Te plan géographiqu, ne pouvat-manquer affectee opinion de Guénon vis--vis dt sinisme Pour es Hébrevs, ce en spits ta cole ssn de Sion, logue ‘ts doen appelsion do «caer de monde» (mie quand op sot oi a ue popreresjoque, cx devant sul symboliqu et a one ‘ve plu ane lealation a ons rit de ee ot. Tous lex cones spi conten, contigs on wus des dlets apntons den ttn Pk Pode des conditions deers, an des imager dene mpreme ‘Shon a put 2 en at qu'un de ns enter scone, pot mals ‘la ridenterymboliguomcat au cone spree en ve de cee aslo, {tee que ross avons alice A pops de a «Tee Sie» qui st pas Saleen in Tore tel, permata Sel compen pis aime Dans sa conception de histoire soré, le passage du type nomade ay ype sédetare marque une éape dans le processus de la « solidification ‘du monde» lice Bla marche descendanie du eyelecosmigue. Ori es Sort de "interdiction biblique de eeaines modalitéspropes & V's de Ia onstruction ou de la mature, que Ia tation juve sine, selon Jui, dans Ia ypologie des peupes nomades, C'est 8 Taune de cote ‘hele degressive que Goéoon envisage le mouversent siniste. Comme tn des demies degrés de ce processus de fixation, il cite «comme ens paralitenes Sipe es poets “sis enc ‘Comment ee grand meéaphyscien tant attenif eux cycles cosmiques| ‘esti demeuré sensible au retour du peuple ui sa source initial et Son centre inititique ; comment ce lecteut des textes sacs s'est mon {a impertdable aux implications eschatologiques gui en décolent pov Je redressemeat spirtuelsut fe double plan pile et universe! Le ‘trasemblement des dspersts» de la quas-otaié des pays, signe ext Fieur de cette universal, annoned ds le début du cycle abrahamigue (Ga 15, 16), optre-il pes ane extrardiaiejoncion entre Orient et (Occident coneréisée par la double dimension séfarade et ashkénuze da peuple juif? Tl ne s'est jamais demandé, somble‘il ~ pas plus que ‘Massignon qui proait un our la pratique spicituele des langues sémi= tigues~, pourquoi ce mouvement portat préssément le nom hebrew de sn Toa iniagae et donnait 8 ses nouvelles contractions des noms bi 1-8. GuBson, FTEC 108-104 2 Voir. 713.601 es quo de iesstion ela ale des pares 8 sie oui naligues BR Guten, RQST 196.1 RENE GUENON ET LEJUDAISME 237 igus. On ne pet ue contre qu'il rent aus infos, an comme aut, plus eu moins inconsciemment, ler éducationeahaligu’ est ailleurs fort regretable que cee meme cécité 8 égard de a imension metaphysique ds aspirations sionises at frapé les puéno niens e massgnoniens inconditionels, demeuésimpassibis devant le ‘phénoméne prodigicux de la renaissance spxuelle da peuple jaf de retour sur st tere ancesvale. Cet ant-judalsme, eveuglé pat ne hon teuse méconnaisance des réalitshisteriques ou pluie mahistoriques, continue malheureusement i séve dans ceraines clacubrationspesudo. mystique contemporaine? L'« ANT-JUDAISME MYSTICISANT » -Mais le postionnement « parcathétique » du judasme pa rapport a ‘Teadtionn'expique pas endrement le pet d'ethousiasme estnt pat Guénon ea Ggard au phénomine jdaigue iy a autre chose. 1st ‘Tune dimension dScevante de ia pat d'un meaphysicien de son Elva tion. Une lecture atenive des citations préeédemesrvelera que la gual fication « judaique » ne laisse pas de renvoyer, sous in plume de Génon une note péjoraive, empreinte des relents 'un antismitsae diffs, courant son épague. Nous vouloas pavlor du le ati par Gugoon ‘aux Jufs dans a cone-trdition etl subversion moder. Comme on "Pa vy les Juifs consent au gré de Guénoa un peuple nomade. Or, Je ‘nomadisme dévié géndre un eBé malfique et dssovant, lequel pedo ine invitablement chez les ifs judas. Le discous gnénonin et Aut loin dans ce sens, et nous somes ic en pence de ge que 00, 1 Seal Porettisn Hen Corin, # gos potest, pas it ran base seepton postive da mate onl, Vote ee ey Cornel Iostue vem, M- Ae MOtzz el (6d), Honey Corin, Pim Snes de religion di Live, Pri ropa, 2005, 15-164 2 Sani sete ons ores gure bln dors de a a {hn ese of ist es ova conins on i eds et Sindee ‘es opeltions miu pr ls sips a Cx de Vio, aatenigoes Snail fe cslement parm ls fonds de proms Ng Spel sinters xD le? SiNeke And sRazakg Yalva (CA. CLA), La Profan deat elon fe tl sor Pi, Le Tuas nl, 2008: J ROSIN, René Gutaon Lt dere ‘hone de Cece, Pa Bd de In sie. 1963, chap i? a ou dag! it une ise a oie 8 props ane merptaion eae ‘Tendncizuse » dela potion habalisique 6 ar ha lam « Pine 1. Wok, su Ton, Chistian Cuan, «Woe Théo a pilasopie cosas» Fe Lavra (Le Def mpg. Bsr. oecatame span. Lyon Prose aerate de Lyon, 9D 97.106 Ton ava ome de dips jus dat ks Thamals et Maree Beach, Voir us J-P.LAVRANT, René Guenn Le erec 'amece9 9899, 21 2 Saran Duquena voir] Roa end Gaon, toi de a Trin, p28 ido Mob. Jat, trons rsanine, Pari, Novels ons Ines, Ssh 133-12, SrVall ve Mo aes p 26-26 53 Das une ete allonar's Gear Seem, de J 1 al 1952 con eves als Bible naonle nel Seuslen, Are $599, Pak iene cone gan, Cin Hn iin ef nos hyo enih Heine). X prs eo ca concer Jka Fran Go Sev tos mes pps fui en TD8). Let dssetner de on onc Fen a ‘singe on ode pena In uae Jest eer soa Au Je toe sree, le ps Joone ls ce Yankl Latowits ext ald aster eh ‘West Soni an reve jul, eva quiere pays et evi 3a nerd oa Holi. Ce pss de ned Frank tal on prope Bn ec etn uc jesache ln despa de moe pte (vl on eae st Dt “ns Soman Fk appr au Nasser. Cee mo pre ue Bepliee crite des Comes. 16, ant sp os Sa, en 207 pt te ato de Sone ‘RENE GUENON ET LE JUDAISME, 261 ‘monde > Cette critique van Guénen « une lt de hut grande pages aciylographiées, qu n'est un bout 2 autre qu'un tissu d'injores ‘une inconcevable gossitzeté». Guénon orgie longuement avec une réphique feroce dans les pages des Buudes Tradionneller ob il dele, 2p la rss Tngage qu fl st bien personal es propos dese sovdisantpove dela cha chrébeme » qa vnr ut as tan, rappin a fi les dips hres def ynagopse inet ae fils abn pour rien) et esqetllsvencses ds prshers de fra i unverele» qu'on encoate dats es ileus nepali Crest surtout dans set comptes rend, pour le moins complasans, de cerains lites d'un antisémitisme de ln pire esplce qu’efeute chen GGuézon une terdance antjudaigue. C'est notamment le cas de ses re censins des ouvrages do T'estayistepoionis Emmanet Maly (m. 1988) et de son ami le joumaliste catholique Lon de Poocins (1897- 1976). Ce derer, pamphléaire anisémite et anlimagonnigue notoite, ‘cont uncertain sets dans les années 1930 en rasan de Se tres consprationnists qui expliqueraient la plupar des grands bouleverse~ ‘ments politiques et évolutionaires par un complet jadéo-maponoique! Is signtcentconjointement le tristement cede La Guerre occult uf et franc-magons ala conguéte da monde (1936) qui ds sa partion, fo act en italien par Julius Evola, dot i sera question ps loin. Si dns Je eompte rendv qi en fit, Gagnon cherche b nuancer le re exagéeéatvibué aux Juifs dant la domination dv monde i nest pat eb ‘Ssaccord avec le auteurs sur analysed fond es ues, qu dfaonceat vee aon det eee commanes comme cele nse rv que les voltion son des x owvement potas» sot ‘eaux gu pens! gu advan oder, cont ie dade plus spa Tere escapes au cous du XB al, dat nzsssitemen rome sn ‘plan bien aie, consint ou ine ce coun digest ete “fuere cece» coat tot ce ql pee wn cacti atone, it Jetllement ou svialemen. Seulement quand it 'git de ecercher dex ‘espa, nous avons bien dos reserves Baie le chose Wet 1, Voir &.Guenow, 7 (ame fer 1989), reps dans CR, p. 195-198, 0 oe et Ue, ase donde, cate phase Sse: Une hase eas oon, ste, mse eaten de St dese mode cel, o a gle {owe tp wie der esata sols iy sto pout on ‘ieturinfsne de cote nition dom ess det ose TR Guinan, ep 21221, 5. Noueat dns 0 Less mater monde, Pass, 192.1 fa fre yy ds posta canta expire 588 pr Vat 282 PAUL FENTON ales pat spe isi aie il faut Bn econ, piss pa ‘aldon meme, ce dons" pe se mie pa ab dehars, equ es Peto. , nto « Exp sémitigae a pensée moderne», dela plume cette fos-i de Sambar, le metaphy- sicien fangais est cit? avec enthousiasme rast I mite de Rens Gaéon Savoir ensign em France gus le do sin de a mdapiique et ne so eeaonrent pus que dns Pine, his ules se wouvet également dans cetines oles eeigques de 1, tar Cahiers Mots, Las Apple de VOriem, Psi, 910, 1925, p. 277.280 (Gunn) et 297.298 (Msg 2 Meseger de Oren (1928, pi? 202, p12 Snap 2 4 bay 218.217 en pra p25. Sbitap 22-238 6 Cenom rape cel de Hose Shar, bvonigucar da dain égyptien 20 Svat Isat rtabenen! poland Pet T Meseger de Oro, (182632, 9. 250 [RENE GUENON ET LE JUDAISME 23 lun, La sue ditrenc, cet que prtou lets gv dns inde, cos loci sat servéc ane ee penile ct pls fe esc gl ft Feu aus en Ocidest au Moyen Age, pour on cane sae coe ‘able ese de islam 8 ben dguds, aus parement meaphyigue Que eh mal dnt es sees, oa lp epee: ee Cite vocation ebde la place 8 une sublime expérance gut résonne une ferveur tote prophcigue! Cte renssane de VOreat, cee symbtse de rope et de Asi st su Gare ot st Feral ete a &Seatcthaan dane ati se) ‘qwels doivent scorer Pow qe le Message du Mende sabe 4 Univers iat abo que se reognent faut que Pena Proigeet ress place ebandoanée Ifa que Tres et {Arabe availed con ‘rt esnomton de lus humants» ui consent lee sons sui en ey ep pn Abe, Hb, Abn we ps Ce nest pas cout! Cette sybase est presque réalisé par la présence dans ce méme numéro des contabutions de deux peronnaliés at quamtes de Tislam égyptien qui appartnsient vesiemblablement a curl de connaissances de nos deux rac ju le cheikh "Al “AS leRiziq (188-1966), réformateur ee penseur politique, et son fre Ie cheikh Mostafa “Abd al-Rizig (1882-1947). Ce demser, disciple de ‘Mauharrsd “Abdub, sera pls tard le cheikh suprtime Moissc le canter dri parson cousin Fredric Hammel (1907-2001), ‘it « Chamea »!. Le pve Hester, ar et depos 8 Lablin, fet asa sing en 1942, ands que son épouse Paul tou ile Fa, carers a, temps 2 Gus, suvécuret als Guewe. Apes la turment, Eva se mat tavee Jacques Gri, fils d'Btiene qui avait eseayé interven pour saver fon ami Arur Fischer. Apes leur mariage, Jacques Gil en recherche ‘de Diew et d'une religion alla oir le grand rabbin Ernest Gougenbeim, alin de se convent a jdatsne. Découragé parce demic, le couple dé ‘ide fnalement en 1958 de sve lar ari Rene Roty (Si Hamid a= Din) et dente en Islam, Jacques pit le nom Sidi ‘Ablallah et le couple 1. vais son The Saath (New Yor, 1950) ss te Ler Biers a temp, Pass 1957, Gans Well nd en 1920), qu ft proce de Levit loge (Stl dat encore} Masi e 1982 me coafa qv pone lo das Sr braungue 1 cbt des lives de Gutnn, le Zor en fang ete, ‘toags sr Is Kable doe in: eign oe ole pate EOvcar Rory (1846-1911. ete gravee XD il, don a Semen in Repti srs pica ranger de 1997 4202 3. elder rejoignt aps Ta gure Bowman sonte eins Mii niga eal of sr prs er ery a kbver lige El bar Nacs Var Sain'én Hann «Souene ot dail» Tolgnge ur Lo late des Ju en France, 1958544 Pai CLR, 1982 238 PAUL FENTON intégra ta awiya de Valsan, Apes saleence arabe & Ia Sorbonne, leur ls Denis Gril tua & Médine et entama une care de proferseur arabe et d'isamoogie& Paniverss o'Ai-en-Provence, Son champ de recherche embrasse 'éstésme musolman et en particler Ia pensée Tb “Arab dont il est un spcialste recon. Suivant Vinplsion don fe ane dudes akbariones par Michal Vllsn et Michel Chodkiewie, Geil a. grandement contibué par ses nombreuses publications & Vexesion ese en France desde de cette grande figured soufime. Enfin, Maurice Gloton (en 1936), lias Sidi Obeydalah, descend des Mossé, une vse frill juve du comtatveaisin. Son pie ait franc rmagon til ne regutavcune édseaon joie. Suite un contact ave des ‘Tradiionalises, it se convent & islam dans les années 1980, repignant la ava de Michel Vigan. Astoddacte, il sia arabe ee comss- ‘ea la traduction en frangais dos éoris Ton “Ara, noamment de EInorprite des désirs Pais, Albin Michel, 1996), Le Traité de Vamour, chap. 178 des Fusthde (Pars, Albin Mich, 1986 et 1992}, L'4rbre di Monde (Panis, Les Deux Océans, 1982 ct 1991), et avec Pasl Fenton, La Production des cerces bn ‘Arabi (Ed. de Beat aris, 1998), ALETRANGER Pour PAngletere, il fat cise Vactvié de Lester Kanefsky, Juit ‘origin polonaice nen 1916 & New York Orplin, il fut élevé dans tune inscuton jusge’a Mige de 16 ans. Plus tard, Jos d'un séjour ‘Boston, i fit a connaissance d’Ananda K. Coomraswamy dont i evi tun admiratur. C'est proboblement ce deme qui le mit en contact aver Martin Lings lorsque Kanefsky, pendant la Seconde Guerre mondial, fat sationaé avec Ia marine amériaine en Angletee, qui devin son pays adopif apes som mariage avec une Anglaise. En 1946, i rendit, site Lings su Care od i encontra René Goénon Il devin son dis ciple ese convert au sotisme. Pou ats, ise rendit& Lausanne oi fit a connaissance de Schuoa et de Butckhar. De retour en Angler, 5 ffguenia la conte souie dig par Lings qu se renconait tous les samedi sors dans une mason rsidenele 8 Beckenham (Kent), CChares Townsend, Aristide Messines, les Smith et Wiliam Stoddart se complaint parm ies autres adptes. Fondant Berwik-sur-Tweed la Uibsirie Prologos Books, Kanefsy se spécialisa dans la diffusion de RENE GUENON BT LEJUDAISME 285 {ives sur le souisme ee trationalsmeetpublia notamment les estes de Coomaraswvamy" Liiméet qu'il suscia pour Nésrsme rmesalman est pour quelqae chose dans dablissemeat Oxford de Il Arabi Society gu compte des chérents orgie juve et aotarment son president Stephen Hiren, invite égliremen a ses ollogues des confrecierstiionalites, En Roumanie,signstons Metvié de Mihai Marcel Avramescs (alias Mack Abrams) (909-1984), qui & Bocaes au sen efile juve, spprtonat& un ele danse ju avant gadistes avant a conversion 1a pense tadtionzelle suite 8a encente avec zur de Guna I aa en ison aver le Rouruin Vasile Lovinse (1905-1984), gu coes- Ponda avee Gusnon a Care par itermédiie de It Librairie Chacor ra. Bn 1984, Avramescu ena en elation epstolare aves Ganon, ene utes, sur des questons touchaat Pastologe. fonda ls mime année ‘Mena Stal de traiieexterid, Is prem roves rounaine eres sur Pésotésme tadtionnel qui coro une exsience pine tl ‘uel pariciprent Gucnoa, Prost Biabon, t Mircea Hie. Guénon li recommanda Fedhésion a islam, ou du moins & sa propre teadton mosaique. Avearescu eu Pintention @effetuer son sitahe- ‘ment au soufine chez Schuon 2 Bile, mais embrasa Fnlement Je chrisianisme orthodoxe,apparemment apes sa découverte de Intl ion hésychaste.« Avamescu prouva un intrt particulier & déconvrit Ynistence d'une petite cdrémonie de béadditon (blagoslovenie) pout Vexéeution dela prize du cour, cate demitre comprenant également ‘es postres et des techniques de respiration qu appeent le yoga; cela reaforai et confit un peu pls Mie de cenains eorespondances et équvalenes, cant doetrinales que pratiques, ene Ios iférents tradi tions dérivées de la Tradion primordile. D'ute peril touvat gx Jement un writable it iniitique(mystérique, ésctrique) sous le Forme oil avait rechetehe, eesti une application pratique et accessible ‘ela thse de Guénon concernant la sécessité absolued'appartenir une ‘hale intatiqe initerrompue.*» Jus’ en 1946, i demeurt en coespondance aver Hie qu'il svat r= cont lors de son passage 8 Bucerest en 1986 En 1947, xoqut Pordinaton 1. Cooaaesswaty,Bilegraphy, Seri upon-Twee Prog. 188. 2.Sur i, voieChnco MU, La Grand nftnce de Ren Outen er Ronan ‘Sam Gois-Lava, 2002, chap. Vip. {Iie t Mikal CokerasrNA ‘, Romine iterars 28 (277198), SIM Senowicn, Cone le monde made, hap. 5. M243, Mut op ei. 120121, go oe Conan, 286 PAUL B. FENTON sseecdtale sous Je nom du pte Mis een 19491 sou une hse Talé de Uologie de Bucares, initwlée Qabbatah Grove wadionala a LegiiVechi («abla a guoietaditionele de Ancien Testament») ‘Sous son inflenoe, un ate inellcuel ji, Nicolae Stenharé (912 1989) se Fi baptiser en 1960 avant de event sine en 1980 ‘Evoquons éyalement Sammvel Hugo Bergman (1883-1975), grande fi ute del pilosphie juve nowelle.Aprts des étude de philosophic et Ge sciences naueles'b Prague, ca vlle natal il erigra en 1920 en Palestine ob it devin le iestour de a Biblctheque nationale et univer ‘iui, puis, en 1928, profeseur de philosophic A Université hebraigne de enuselem ‘Sa pense fu influence la fos pure ngokantisme de Hermann Cohen «et par des pilospheshindous et chretens, tls qa” Aurobindo (1872-1950) ‘et Rudolf Steiner (1851-1925), dot il rads quelgtes ders en babe. ‘Auteur dune ivoduction & la pense juve comenipeaine, i Gait pa Sonné par fs rapport enue scence et eligion, et consign Ss fleions ur la eigon dans un cus esas en here, Pensearsecroyats» CClu-ci content un essai consaeré 2 René Guénon ~ le seul juequ'ici, croyonsous, en langue hebalge Para iiialemeat dans le volume hommage offer ax grand spécialiste de la mystiqe juve, Gershom ‘Seholem (1857-1982), Fess ft republié sous une ferme lgremet aug mente dans ce recuel. Comme Scholem et Martin Buber (1878-1969), ‘Bergmann apparent a Brith Shar, we association poiigne, onde en 1925 par an groupe @itllactus jus gu pain le rapprochement {idéoarabe.Inpressonné pa le De uni transcendante det religions de Fiihjof Schuoe, Bergmann s'ait méme rendu 8 Lausame pour diseuter vec lui de a posit dep ene Jie Arabs’. 1, Voi ike Sesto, ural ec Couma de el), Cy Naps, ioe 2, Sue Hugo Bergan, vot Welings of Sel Hugo Bergman. A Bibiogmphy 3-19 Barth Sm e Si SwuNav 6) Jensen, Magis Hebrew User, 96: We KADEACE, «La fe mnie de go Bera» Archives de pope 395, 182,938; STOR, «Ava Zens, Hogs Bexgnan’s Cicunserpion of Spit Tetry Joumot of Contemporary ry 3199, 987-108 Samia fge BERMAN, Fath and Reson A noaction to Maer Jesh Trowgr 61), New York, Sek, 199 2°S'H. Benin, «René Goson Pri, 27 1957, pA06420, rep etre act Hog meio (x ota ryan»), Tel A, Deve 1959, 7. 201-286. En rapport aves taba, Bergan ymetions etarment Homme {bale seo foal deo Sanya Seaton, De mid rnsendot de align, Pais Galina 1988, don Bergin peru compe eed pour een RENE GUENON ET LE JUDAISME 287 ‘Aux Etats-Unis, relevons le cas de Jacob Needleman, né 2 ‘Philuetphie en 1934, qui fit earcite comme professeur de philsoptie & Vniversié de San Francisco, Essenelementadepte de Peter Ovspensky (1898-1947), disciple de Goorge Gurl, i eomibua au évcloppement d'un courant péreanialiste dans consines univers néresines. Il aait rencontre les wactionalises dela promi ane tion ~ Burkhart, Lings, Schaya et Schuon e ita un rocull de Teas ances, The Sword of Gnosis (Londres, 1974). On ignore dans quelle mesute Ia pensée de Gudnon exerga ne in ‘Dueace sur ‘Abdallah Schleifer. Né Mare D. Schleifer en 1935 au sein one famille jive assimslée habitat & Long Islnd, fit ac dane des cetelesmarnistes universe de Pennsylvano. Ilse convert islam ans les anne 1960 sous influence du soutisme, mais ven plos tard ‘ers une forme islam intériste proche de I Arabio Suoaite. I Tat le ondsteur du magazine Kalchur, soutenu par Lita Homick. Pendant de Tongues années, il fut directeur de 'Adhim Centr for Television Souralisetexscigna universe améseaine dy Cie Gabriele Mandel, anise et autor, et né en 1924 & Bologne, fils de VervainJusuf Roberto Mandel (1895-1963), un feanc-magondorgine tureo-a(ghane, et de Carlota, une erivain juve. Mande fit ds és archéologie et assume par la suite Ia direction de. Msi Archtologie orientale islamique ea Jordunie. De son oncle Keki Efendi Khan-i Hetimandel, chet des soufis en Afghanistan, i hit un iter pour la mystique ilamique. I étoia V'islamologie & Paris avant Ge devenir abord chckh des Nagshibend et ensoite Kala (vise ‘énézal) pour Mali do la conttee des Jerrahi Halve. En Uli, 1 onda en 2000 le tebe de Milan ten 2005 le tek de Génes. Onli doit, <é nombreuseslithographiesdoatplsicurs theme ju U commit de ‘ombrevses pbliatons en lai et & tanger dies au sutisme et & Vista, dont une traduction et un commenti da Coren et do Mathnan? de Jali ad-Din ROm I ext mort en 2010 a Milan, 1. Pa exe sum Bod hastens ynagngud, Pris Arie, 1952 Le Pram Page dele Mega Esher 1972 2-Pa aco ars git ha, Pa Hn 20 rte trae Pas Pmaron, U0 Beriare Aree Par Feration, 201 Stone pepe Ps cas, 20, er and Da Fs, in, 288 PAUL. FENTON GUENON ALECOLE D'ORSAY Dans la pio d’apts-guone, uve de Gudnon circuit largement ‘en ailioa joi, comme alers. Ua lieu pvilégi€ fut ole des cadres Gitber-Bloch "Orsay. Celle, nommée d'aprés un ingéaicur jf e& ‘sistant, mort sous les balles en 194, fit fondée par Rober Gamzon (1905-1960, alias Castor, dans le but de reconstier la communsuté jive, et de fonmer de nouveaux cadres, dont immense majorit avait 4 massaceée par les nazis. Son premier directeur fut Jacob Gardin, un es précurseurs da reouveau de a pnsée juve en France! Ce demies, 1 8 Dvinsk en Russe en 1896 dans une famille bourgoose, passa son fenfance 2 Saint-Pétersbourg od il etuda le Tam, ane, fe syiague la pilosophie. Pari rejoindre sa famille en Crim, il fit halle a0 ours du voyage dans plusieu'scommungutéshasidigues ¢*Ukraine, gi Viniiéreot& la Kabbale.Installé & Berlin en 1923, of il collabora 3 MEneycopea judeica germanophone i fut Allemagne & Pavtnement de Hller en 1933. Finsloment, il s'rfia 2 Pars od il enseigna au ‘Séminsire rabbinigue ct vavaill également comme bibliothécire & Vralianceisaiteunverselle. En 1944, on le rerouve & Chambon ob se trouvait un patit groupe de chefs d'claireurs isndltes forms par Georges Levine, et d'autres eéfugiés, dont André Chouraqu et Georges, Vj Avec ce deri, it dspensa des coors de pilosophie juive et de Kabbale, d'histoire 6 la pensée jive, dans Mile d'une ferme, dénom imée I's Beole des Prophttes » jusqu's Ia Libération, Epuist par la ere il out Lisbonne en 1947, Dans Menseignement orl it découvir aux chefs Sout a pssibl- 16 dexprimer les priacipes de Ia tation juve en txmes de pense oc tidentale, Cate démarche rappelle celle de Guéson dont t éuit un Tecteur. En effe, dans s bibbothequ, léguée avec ses papiers la bi Dotbtque de PAllance isa universelle& Paris, on trove notary 1, Sur Goi, vie. PAE, «Inca ae Gorn Apr de Foil. Paris Cabier ae Sud, 1950.9 108106, ef Fnedacon do Mares ‘Goin es Beis: Le renonenu de pent juve en Franc. exes i ot esents par Maral Coldmann. aes pore de Léon Aske, Pas AN eta, 15, RENE GUENON ET LEJUDAISME 289, ‘ment les Princes du cleul infiiesimal do Guéoen', Il marge profon- «dsmeat Emmanvel Levinas (1906-1995), André Nebes (1914-1988) et, [Léon Asinazi, qui deviendront les principaux arisans dela enassance du judnisme fangs dans Fats Seconde Guerre mondiale. En effet, apres son dts et le date de Castor en Isl, en 199, In cretion de cole Gilber-Bloch est propose 2 Léon (Yehoudah) Asksoazi (1922- 1996), plus commu en France sous le totem de Manito. Rabbin, kabba- ist et philosoph, i a revitais fa pense jive moderne. Né'§ Oran, fil drier grand rabbi def vile i ext eo par sa re dune pres igiewse lignée abbinique de kabbalites sepharads. Entré aux [claves ised de France en 1940, au moment ob ce mouvement rejoint la résistance come envahisseur allemand, Léon Astkenaz! est mobili dans la Légion éangére ex 1943 en tant qu" auménce militar, Repondant Appel de Rober Garaoa, dont ia regu une cicuaie sur Je frond’ Alsce en 1944, iene & Mécole Bloch comme chef di sc00- tise jul. ysl les cours de Jacob Gordin qui i demande de reste & "Ecole pour enseiger fe judatsme. A Paris, Askénazi etadia Vethologie et Fanthopologie sous Claude Lési-Stas et ft égnlement une cence de philosophic. Pls tard, sous sa direction, cole Bloch, «Eso de pen ils peat qe co i at ace ignition ans sie oot le mone Fanon & Penque, time son comtrpenin Georges, Ve ase ivr, cteson Bra spirte dan hse e Gott sae cn Stson Sd ben i ton Mat. phtsophe jf mara, Ps 1954. a0 an on Ile «Melee dave yale radcae, Joura! align, 234 (098.1945, 8 (ore Monde), tes gue day som Commele ra de [Groner le Contig der congue Pari 1969p 162 «Lot “nis ‘manifaton sie por pre le ngage de René Guiza». De eno {Gp ie, Guten red compee des asus de Vain mr lee onpne® ee ‘esclpen dea Kaul, epochs randori on = hom = Son epic de dsingur Ferien de mytcae = pot vaso Pits swatsies x! Dan autre ot dan ter pape ie, Conn al reve $e wade sens 4 a du prot sins, estnant que Thisore svat ‘Sept ue la concralon de ia nt he oat men eas (rip oie eure ua cho dee oiifenton = putsonoe. 2 Sur Astin, vx Mica KOINGM Un hebrew urine jue. Hommage ax ‘oy Youd Lion Adc. Manta, Pus, Orsay, 1998. Lon ASKER, La Parla Berit Peer laden J nour ht @ Ol) ea sess pt Masel Goldman, Fass Ain Miche, 99, als que SLOGWCR, Cone e monde madera. 1,9.28325, 280 PAUL B. FENTON sd jive de Pais» Iisa une marge durable surf judame rang. ‘Asktnaz dspeas également son enseignement dans es cadres univers ‘aires et communautaire tpl ar, apres son installation en Isa, au sin de [ste Maayonot et dv Centre Yair &lerusilem, eux de ree soureemen des francophones isralen.Joussat une sensbilt parti- lite envers Tisha, il participa régoliérement aux reaconses iner- igieuses mmo si vat un jugement sve sua religion smal ‘Askénazi fat un lecteur atten de Gusnon dont lenscignerent ui inspiea quelques-unes de ses positions fondamentales tells que sa dé- {ease dela wadition face 8 Ia modemié, et la valossation de Vésoeéisme. H conebua ainsi 2 edubilter la Kaboale aa sein des cerelesdetues, do, longtempsconsiéete comme revograde et sou anise parle jutsme officiel, elle avait été bane. Toatefois, son mt 1 pour la Kabbale ne proveait pas de Guénon, mais d'une tation Vivante de ’Afigue do Nord. Bn revanche, son enscignement se resent 4 Vinluence de Guénon dans, par exemple, Vimpontance donnée & Fépisodebibligue de Cain et Abel et du Buisson ardent, passés au se- coad plan dans Menseignement habitul, pour ne prendre que oes deux fexemples. Dans une conference inédit tu sujet de Vopposition ente Moise et Bilaam, le « prophite des nations» qui incamt Ia triton primordial, Askénaz éyogualonguerent cete notion chez Guénon. La nse en opposition de I Tradition et de la « metal moderne » propo- ‘fe por Guénon ne pouvait manquer de touver un ého enthousaste chez de jeunes Juifs qui vensient de vive Pexptience horiiqu de guere.Suivat les Tradionalistes dans lar analyse dela modernt, i pert cette deni comme la deride dupe dans le cycle ul inne inexocablemeat & apocalypse, mais il ne souserivit pas A lt Fnaité (qi'ls envisagesien. Selon li, "houre du erenverement des ples» {vat sonné avec la renastance Isa ‘S‘efforgant comine Gusnon de formule In pense ritionnelle dane tune terminoogie occidentale, ce grand mate forma tute ure géséeation de discipes et de dirgeans communauties chez lsguels il suscita ‘Sletivement un int pour le Tradtonalisme, Is fren sensible 8a 1 Surat dOmay, wire mami sé de reve Pads, £23 (1997) et, G.nencuics, «teal Ger: loc, Temoiae sar es de escoe oe [Rone separes eases dan Ia Pace apse Aros oe, #2 QOS) id Un Hen recone. Lele ibe, 1946197, 2 dit moament qo tana tg sou, 6p Visa, vs Lark v1, Pe pf dae Ie 0-205, p. 24-216 «La évesion ca son RENE GUENON BT LEJUDAISMB ca notion de « Détvrance » que Guénon déinit comme e bt delve, car ily avait une eésonace d'un thame majour de I religion juve. Ore Principe que ce but nat éalisablequ'au prix dun rattachemet iii Tigue dans le eadre d'une uadiionréguiée oa ontodone ramen se5 ‘eves dans le gion dela Syragoguc, souvent parle biis de a Kabbale, ‘Son enscignement, qui évoqusit périodiquement les noms de Massignon et Guénon, n'ai pas sans former quelques crtigues "gard de ce dernier, surtout ence qoi concere la positon da jodie par rapport la tradition peimordiale, Pour Askénsz ees a tradition Juve véhcuige par les sources bibliqus et rabiniques tells qu'elle ‘ont interpréées par 'exégise ksbblistque qui est a plus proce de la muon primordile. Ce qi fut per avec la destruction de ordre des ‘Temper n'ést pas une pbilosophie péreane sipra-confessonnele, nas pluidt des éléments de weit gue les Oxcidena avant empran. {6s prcisément au jude. Ce qui létonnlt ce fot Tneapacts des “radtionalises voir ce quis avait devant le ez sant avo besoin ive redécoaver : Ie tein primordile transise sous une forme Inge tigate pal wadtion juve. ft convainen qu le mangue ‘inet pour fe jodasine dela part du métaphysicen de Blois estat ‘Cone ceraine forme dantséatisme qui empéchait denievoir cette ‘rite le poussaen direction de islam. Ala site drain lvourals lie Benamozegh (1823-1900), sox ris duguel i sinresain, ‘Askénaz} propos la Kabbale comme forme 6 religion primordial r= ‘epible de rani Jue et chiens, mais i ne souscrivt ps pote aot, Aide de ei imascendante des religions. Loveataton de Manitou fut poursuivieessentiellement en France par ‘André Fraenckel (1928-1989), qui fi succééa en 1968 comme dreeour the Pole Orsay suite & son émigraton en Isa, Fraenkel avai ‘46 inspecteur ay Marce des écols du réseau scolaie Ozarha-TOxth, tit eu des contacts avee une tradition kadblistique vivante et, en ‘meme temps, fut sensibilist aux rapport entre judasmeet slam et ene Phebe et arbe. S"insalant Strasbourg ob il avait acepté un poste de professeur'Ezole Aquiba, il dispensa dan des ceels d'études un ‘enscigrement auque! i incoporaplasiurs ements guénoniens, Leeteut ssid de Guénon, il applique des concepts guénoniens & étude des lentes des mais hassiiguts, notamment la soon de la raion pr ‘motile corame equivalent du concep® de dereth eres she-qademal la ‘rd (la vole universele qu pueda Ia revelation sinaliqu) chez Te mie mystique Nachman de Brasav. Pour Fraenkel, lctesr égale- 1 dona cee inerpetdon & pops ae Naha de Bre, Lggitey Mobaran, tm ae PAULB. FENTON sent ‘Hens Corbin, "ude de aspect neu dy ads en, Comme ist soir Kable, constitu en clemeine une oie Initigu. Consent des positions anijudsgues de Goénon i lx ex aust par ce vere de "Beis « Abondance de gs, abondance de cob » (18) Dans fe coment srasbourgenis, i convient rogue éelement Samuel Goutarssin (1940) profesear de mathatiques Boole ‘Aci de Strasbury ot un des piers dela Yeehiva do dans ans cete ville vend hn paige onhodxe gree 8 etre de Gaon 11 étta sotamment Ta eadueonfrangaie oun des lashes de Kabbele Le Bahir, elie par son ere Joseph Gatartsin(1903- 1980). Ce deme né pts de Kovno (Kans ft un histori et un rule cure yah qu att cub a cde ole almasigne de Siobodia mis avait roma avee Pobervance juve. I guest Oskar Gober (1885-1953, ich Unger (18-1950) e Jacob Gowda A Pris dans les années rene De person inte oor la mystiqe jie, sien en conga svee Gonhom Solem La ricenoe devin de autres tations religiutes gui elit dos In géndrionstivane fore dans des Vechvet (Sales tala igus), eneava "épanoutseme dn dials ui et ues excepioos pts, Mine pour Guten ft abandomé, NE, ee tens diciples ayant sui enseignement de Mion incomporret des Slénentsgucoviens dans ler ensigns els ue Pewe Ekin Sinsovc on Tal, et Lo Guer (al en 7934), execu ave Pack Dobenshy de MEspce Sépvia 8 Nic. rains es sgesies radon tele, cos driers « d-courret» I sagese dele propre tition 8 "ge de 30 ans pice Pensignement de Léon Askar. Pls ta das leas corles odes animes Nice et 2 Toulon pr le cabin Dani Coen ( en 1964), satu de ale «René Gugton et eis » exmembre de sit Rahal de Jrsalem fond en 1987 pa le bin Mord Cvigu, tse de la Kable 5 at souent ae des l= renes ouverts 1 gue de Osean. En fe, dans etude prac Y' tndicion des Soizaedir Arangenents de Mole. Hayyin Luerato (17071746), Coben ft mone dune influence guévoicane 1 Ser aaron Le Lore de a Clare bee td Varainp Gotan, apse, Par Verde [1983 2000 2 Reng Gua et leks, Ver f Tndbion 8388 (2001, 996-108 ‘Cys esmigcs ein ete acl sel In Cable», La Role Aroha, {3 a 198731 «Adm Qatom s Lo Rl Abhay a8 ecm 199, plea [RENE GUENON ET LEJUDAISME 293 Meniionnons enfin quelques aspects de la pensée guénonieane qui valent particuliérement sédut ds lecteur ju, Ea premier lie, nos Semble gue I uce appofondie des enscignements de Cgnon spond & ‘ur besoin imperieux de connaissance. A tavers le prisme del symbo= Tiqu sacs, elle redonna aux indvidus aligns de les acies eli sieves le seas du mystére, et les clefs une Jctue retronvee des Souresbibiques et juives eta redécouvete dea doctrine mésphysique sousjacente. Pour ceux qui avaeat regu une éducation hebalque, Is ‘mises eu point de Guénod faiitten le déhiflement de bien es no tions enferméos dans des symboles sells et donnésen une interpret tion plus étendue des teres ois clasiques tes que les niveaux de Mime, fe slut, la dlivrance, le point central (penrée kablisique et hassidiqe). accent mis chez I sur le ratachement & une initiation régulibe~ ces le sens méme de mequbbat «kabbaliste» (au pass) — contibua dans une modeste mesure au tenowead det tides de ésoxdismo ju on France axe compari aves d'autres ration n'dboutt pas seulement Ie mise en Tumibre de Tessentiel, mais conféa 8 ces thémes une pore ‘universlle. Si cot unvorsalité Gat perguejasque-I en figrane tr ‘ers les thémes tls que les opt lis noachides et des personnages tele (que Meleisédec, mais aussi Nog ot Ito, le diseoursguénonien permit de 6épasce le cae patos restric du fete ju por spprehender Toniverselgrice & son ide de Pune wanscendante of principille des ‘Traditions. Cote projetion hors dun eauantexotrigue ju someone 8 su telativination aux yeux du leteor de Guénon, sans pour alan I ever le caractve dAbsol gui ui rovenit de dite fant gue m= festaton de cet Absolu dan ses conditions puticulites, t sans entainer lune queleonqueinfdité par rapport es propres rcines. Pour le Juif vivant en milieu aoa ji, Yor les diférences eamme des complement ‘és apporta une soltion aux anagonistesreligiax d'une part, mais usi une réponse &heancoup dames qui aspire profondérment& une forme de sythese, autre pat. Pour la géngration de V's goers, ritique dela modeenité et dela société oscidemale les ncaa retour 3 | Tradition. L’eseignement de Guénon roatif& la notion de langues sacrdes remit en valeur Tears yeux hebreo en tant que langue Iu ique et langue d'éude, Pour les ifs oniginaves d'Afrique da Nord et {de T'Oren, ls approchements ene Mhdbren et Varabefoachiren une fite ecepive erent eatovoirune paenté ene le judsme et islam, deloor milieu dorigine, 24 PAUL .B. FENTON Concwsion Bn ce qui concerme Guénon lime, le point de we jf conse il est pasé& ct de quelque chose dinsoupgonné. Sl avuit appro fonds étude des sources juves, Guénony avait cetanement trouvé de ‘quoi ayer davantage quclques-unes de Sos thes fondamentles, Il aurait puis de multiples parltles aux symboles de la science secede (qu'il avait pessentis et aural cetainement enrich ses connaissances en ‘matte de seience des lets, En France, Guénon ne connaisit que es « Francis isradites»et ne se dowtit gute qu’a son époqus— hla pas pour longtemps, encore — Ia science Kabbalistique éit une reais vivante au sein des savant jos de "Europe orientale, tout autane que cher lars coreligionares en Orient tet en Afrique ds Nord, ob Guénon avait séjour do 1917 3 1918, Sans Goute ses prjugés frent qu'il continga & es ignorer méie apts son instalation en Egypte, mis il est vrai qu'l eit dt musulman et fee ‘qwentait uniquement des Jui assmilés,enmilew francophone. (On demeure coavaincu que si] avit eo connaissance de I'exitence ‘ninerrompue de ce dépi iiiatigue en Burope centrale & Pheure 0d Yon pouvat encore Mapprchender, avant Ia catastrophe, sa rcherche une forme tadionncle se serait peu te portée davantage vers Kabbale dont T'adéqustion a 'osprt de I'Earope chriemne. et enrcinement duns son développement spire, 1 la dilférnce de ésotéisme islamique, aaient une longue tation. Ce fot peu-te I, Ja demitre chance manguée de "Occdeat | [EXTRAITS Ds QUELQUES LETTRES ‘DE RENE GUENON A HILLEL 5 décembre 1933 Pour es Massie ne ss jms av ie ids exateent i pas, dans le Jade, inition ae qu cel el Kael ma sgh ‘qe poim sors Kabblses sable, par ales, ql y st hereon ‘i uae nsiqus dans la mare ob peat parler os mysiinme jue es gu' propos dean, en ou es, une ell expression pour em RENE GUENON BT LE JUDAISME 235 oye sats coaster un conuesens par wp gross. I pout se fre as fue Hal Shem Tob" ait éliement ini, mals qu le Hasie a e PrGsenié pour I que sone dexresson exodinue je pene gue Ts ‘abbas won jamais wane tation go's des dsp ston us 8 ‘eet retent oj its pe nome] Test exact qe Ras sige itéaomet envoy»; i le mot Malak xine as en ambe aver fe seas dw ago = Ge pete gue, en pe Uae oir une ceruiaeaitlzenee de sen ene pnstolar ec angel, ben Git I ‘eux spss ade pr envoy): pet y ati dos Rut mit ‘lomalatah wa min enn, cestde ene es anges eae les homes. Lexpreson ein elhanif dane In religion @ Abeba? semen! i fit quetion siya queue temps, du ses dec ot han ton eviage ‘lentes signieatons, element ona cord pour date el gu Je donais: han = dhe, cest-de pr Ls haf son done iat ‘het es «pos» (comme les Cabars, equ taser crest som ek ‘Tens Arabs gui aries conser inact nln Aba ee !tonjours en osu" say ees ont pu eprops, als oe pu os) + Mohamed tl meine rata min, a anh ‘Quunt une éuivalence des Sus avec les Exes, jem eos pa "a0 ise envisage, aboed pace gut fx Essie femstem une eransation ‘5H Seva ntreliemeat comport des dare vr, compris x ps it ous, tnd gar le mot Sufi tr ere & eux ol potent a Sages vie (yaa Sul ot of lio, cette elt Qe coat Sunes directement ds Pisspe mem) engbte parce qi, di Ie Daal. "iniaton Qubbaisigue we semble pa avoir jars apparen eclsvenet ‘Exon (ar lesson sd slr par gan ch deen pet) i bin que ceucei repeéscneent plat euialnt dune Taga parce [ie toa sigan 6 janvier 1934 ‘Ce qu vous esa sujet de ho! ep rsposible oe propos, esi ps obo vu it my a asus long, gun ae ak des oe ‘ues sx eueses au suet des Fogerons qu ube le pesq'e da Si tg seria es Keates, que evans dae’ Ge dex Kanes e0ous , tows ces hsowes de ergerots se ratahen osjour ane fag one sate &Tubaea. Quant a Ur ea Kade, seas ser embrasd pou Vos 1 Bl Bat Sher Tad (1698-170, ati en Pole, min ysis, et Sonkter pitts econ sous nom bassist. 2.Coran 19, Lee dene 3.1 SLeles de misance¢ Abram son G11 28, 2% PAUL B. FENTON en din sateen a stution; je ali azure eae & auc pie ‘neon elm emia en gun ut cs ea ot i sr in (Cousens ceraineent pase moragne de Qi! quo gun pestende ‘Alun Zak pha 19 mars 1934 (Cee vous ites pour ls Frgros me pat jute gaat intrpetation es bai lh? comme sign es descends de Set ele a owous tsscz cows, mais semble ies exelisiue en Lut ea, pour Vovgine des ‘Retaciys, js woe nde somblb da la waitin dove: agus ‘st csr come ayant som orgs propre, prs naar née non pat ivan 09 melange. Kabir et ibd! doves bin eraser priate 2 merci: et wa que en arabe, iy a pas selement Kebiz ais us jabba qu es cidenmnertidetgue 2d gibor: mai pt, Teyjim (ye prononce dr conse ea ees) devient dans Seino sande l'Aie, 17 mars 1935 Ls corespondances de Nephesh avec Paché et de Ruch avec Preuma ve sont ps dooeues; mis, pou ce gies de Neshumah tee que Nous po ‘ment re ear comme sopccur& Puna Dae pats Nephes st, de monde de lasrah et Rua de cla Aria, mis lors oe tra A, gel e Nous ne peat ernest pase aie Commentie {Guéoon revi ur a question de sition chez es hadi 3 propos as aici sr le Diy de Jean ea Pro Biren (1475-1957, pa das a Fevue rouse Menra #25. Ganveravil 1935), poblse ‘ar Marc ‘Avro, Pecione eu Pr Biabon (18761957, maine {rane-agon ft aster Sl, Constantia, tb Alar, o0 vat prone tan mimmine & Univer nile «Ler rathode et let résuhut de eapéience: mystique cher les souls musulmans oceldonous » Adie? 1. Lamontagne poate ds aration tnigue Voi, Gut 9.73 2 Anal ai! (67-193), pga dyin ft loge eerie 4 fabian epics. Memb de Pasta Epi. est Paster Won diction babe; 5 perme ines ax uals abe de en hee Pus exact beryl (48,2 4 Laiscusion se le roteieman 3G 10,88, [RENE GUENON ET LE JUDAISM 21 Inconiomrel de René Godeoe, i embrass le soume sous Je im de Habis fat Magadan dei targa “wire dane le sans 20-301 Srv ooumnnent dis Le Voile dn, «Soule et Kabbae» (1927, s Kaba ef FrineMaconere» (1831, et «bn Gabo! fur Mave dr Seats Esagaos 7» (193). Sur In, voir Tee Maiguy, «Probst Bibes (1873-1957), Faseagon tut on cleus, manne, tsophe et souls, Renastance Taditonaale 1SL152 a007, 260285 ‘Probst-Braben ava dot dan is teva rune: «I's coana sus bien es Crins qu es Js ogee passe conviction Alam, viva oe vie scent waitonnell et paiguil, vec des esas, fa ipine dee ores musics. Ce son des exception, pripaées presque ovjurs pa uh sao ave ovina Ea pn cope i ex pl reormante de “igs es Js vrs es Hassdin ou es Qabeter, les Ctoligas ver ls eeties de Sunt pnace de Lael, es Orbos POTN wets as Shots athe » [ateigu de Ganon Sgr das son aisle « Yai enar spss {igs initatigns danse ore tiomelie cccdenales deine pe rate dans Menra ne fu ple Rasamen gen 1974 par M. Vila de nudes trans (anf. 1973) p5 «Pare eas, sche «8 ‘out ens s0 presen ps simplement qu pout le Cheistnins i poste sft une dane esteigne ts iniatgu, quest Ia Qabl, ot cell-t#2 tres oojurs de ago retire, qoique sank doe pl semen tps Aieilement qu'avatas, ce qu, alee ne resets cents pas fat trgue ence gene ce ql Se juste aes par les eater de ee eponue. Seuemem, pour ce gu es du “Hasse” i some bien Que Gs luenesqaalques rin exces rem 2 ses opnes i eh ‘spas mols val’ me conte proprment iu eoujeet gion ge 8 tendances mysiqes e's rexe probable Te sul expe de Inte qu’ pise touver danse Juanes ptt te exept, Inte ot uot quel chose spsigumes cesion Sous ta direction de PHILIPPE FAURE RENE GUENON L’appel de la sagesse primordiale LBS BDITIONS DU CERF