Vous êtes sur la page 1sur 3

Historique de l optique

En histoire des sciences, l'optique a connu de nombreux développements de l'Antiquité à nos


jours. D'une étude pratique de la vision chez les êtres vivants, elle est passée en plusieurs
étapes à une étude de la lumière avant d'être incorporée dans un corpus de la physique
beaucoup plus large.

Les premiers travaux concernent la mise au point pratique de lentilles par les Égyptiens et
Babyloniens, puis les premiers essais de théorisation avec l'optique géométrique se font en
Grèce.

C'est au Moyen Âge, dans les sociétés arabo-musulmanes, qu'on commence à conceptualiser
le rayon lumineux comme un phénomène indépendant de l'œil humain, et à exclure la vision
du champ d'étude de l'optique.

Durant la Renaissance, l'Europe développera diverses instruments optiques (lunette


astronomique, télescope, microscope) à la base de plusieurs révolutions scientifiques.
Toutefois c'est avec Newton et Huygens que l'optique connaît des développements théoriques
importants : Newton à l'aide d'un prismes montre que la lumière blanche peut être
décomposée en plusieurs lumières de différentes couleurs (voir spectre lumineux) tandis que
Huygens postule la nature ondulatoire du phénomène (voir principe de Huygens) et initie ainsi
l'optique ondulatoire (phénomène de diffraction et interférence).

Au XIXe siècle, Maxwell incorporera l'optique dans un corpus plus large, celui de
l'électromagnétisme :

• le domaine optique du spectre lumineux n'est en fait qu'une petite partie du spectre
électromagnétique
• l'onde lumineuse devient porteuse de l'interaction électrique et magnétique, l'optique
devient vectorielle où le phénomène de propagation est alors décrit par un champ
vectoriel.

Au XXe siècle naît, suite à la révolution de la mécanique quantique, l'optique quantique. Une
application en est le laser.

Biographie de Pierre Cardin

Couturier, homme d'affaires, fin diplomate et surtout amoureux de l'art, Pierre Cardin a plus
d'une corde à son arc. Il arrive à Paris en 1945 où il entre chez Paquin. Il fait la connaissance
de Jean Cocteau et Christian Berard, avec lesquels il réalise de nombreux costumes et
masques pour plusieurs films tels que : 'La Belle et la Bête'. Un an plus tard il entre chez
Christian Dior. Son audace séduit et les défilés du jeune créateur rencontrent très vite un vrai
succès international. Premier couturier à lancer une ligne de prêt-à-porter, il a popularisé
l'emploi des matières synthétiques. Créateur de la première ligne unisexe, pionnier de l'avant-
garde, grâce à sa mode cosmonaute, il a toujours précédé ses pairs, à la conquête du monde. A
la tête d'un véritable empire, Pierre Cardin joue les contrastes : carrelages, confitures,
casseroles, cravates, son nom s'inscrit déjà sur près de 800 produits, en plus de ses restaurants
Maxim' s. Premier à se diversifier, il crée, en 1970, l'Espace Cardin. Il se lance aussi dans
l'écriture avec un conte pour enfants, 'Conte du ver à soie', qui reçoit le prix Saint-Exupéry.
Cette expérience le propulse dans l'aventure de l'édition. En 1991, Pierre Cardin est nommé
ambassadeur honoraire de l'Unesco et dessine la médaille et les bijoux Tchernobyl au profit
du programme Unesco.

circulation

En matière d'aménagement, existe-t-il des techniques incontournables ?

Deux éléments fondamentaux sont à prendre en compte : l'éclairage et la couleur.


L'éclairage n'est pas de la décoration, c'est une technique qui se calcule. Bien souvent les
commerces pêchent par un éclairage inadapté, car les dirigeants imaginent que la
consommation d'énergie est beaucoup trop coûteuse. Il existe à présent des sources
lumineuses tellement performantes que nous pouvons obtenir un rapport
consommation/rendement très intéressant. L'éclairage permet de créer une ambiance et de
mettre en scène les produits vendus dans le magasin.
La couleur est également importante. Le choix des couleurs est souvent lié à l'activité et
surtout à la clientèle. Par exemple, le bleu est souvent utilisé pour les lieux calmes, le rouge
pour les commerces visant les jeunes, le vert rappelle la nature (commerces bio).

Vous parlez de matières, de couleurs, existe-t-il des phénomènes de mode ?

Effectivement, les matières, les effets décoratifs, les procédés techniques évoluent dans le
temps. Ils peuvent influencer le chef d'entreprise dans son choix d'aménagement.
Actuellement, la mode est à l'extrême simplicité, voire l'utilisation de lignes très épurées. Il
faut toujours garder en tête qu'un magasin doit mettre en valeur la marchandise pour susciter
l'achat du client.

D'autres éléments peuvent-ils créer une ambiance ?

Il est souvent intéressant de créer une ambiance sonore. Celle-ci doit être à la limite de
l'audible et ne pas couvrir les conversations. Je tiens par contre à alerter les commerçants
souhaitant diffuser la radio sur le lieu de vente. La plupart des émissions sont ponctuées de
discussions parasites et de publicités. Non seulement, vous payez une redevance auprès de la
SACEM pour diffuser la radio mais en plus vous risquez de présenter les offres de vos
concurrents !
Il existe également des ambiances olfactives (odeurs diffusées) mais les commerces
indépendants utilisent encore très peu ce moyen. Il est davantage employé dans les
commerces franchisés et la grande distribution.

Existe-t-il une astuce pour faire découvrir l'ensemble des marchandises d'un point de
vente ?

La caisse, les cabines d'essayage, le coin des promotions,... sont des endroits de fort passage
sur une surface de vente. Vous devez donc vous en servir !
En plaçant notamment la caisse au fonds du point de vente, le client découvre toute l'offre du
magasin. Malheureusement, de nombreux dirigeants ne le comprennent pas car ils pensent
qu'en installant la caisse à l'entrée ils pourront plus facilement stopper les vols. C'est une
erreur ! Une personne mal intentionnée le sera quel que soit l'endroit où se trouve la caisse.

Comment faciliter la circulation des clients dans un magasin ?

Des espaces de circulation d'une largeur de 90 cm au minimum sont imposés par la


réglementation. Pour l'accès handicapé, une largeur de 140 cm est exigée. Il est d'ailleurs
question de rendre obligatoire cette règle à tous les magasins existants d'ici à 2012.
Techniquement cela risque d'être difficile à appliquer voire irréalisable dans de nombreux
commerces, surtout ceux dont la largeur de surface est très étroite.

Et la vitrine ?

La vitrine est la dernière chance que possède un commerçant pour faire rentrer le client dans
son magasin. Il ne faut pas la prendre pour une zone de stockage supplémentaire. A l'image de
l'intérieur du magasin, la vitrine doit être également soignée.
Deux professionnels interviennent sur la vitrine : l'aménageur agit sur la structure même (la
façade, l'enseigne, les supports de marchandise), l'étalagiste quant à lui effectue la mise en
scène des produits en vitrine et réalise l'étalage.

L'éclairage de magasin (commercial)

Dans un contexte commercial, la nature et la qualité de l'éclairage d'une surface de vente est
un facteur déterminant du confort de travail du personnel sédentaire, comme du bien être des
clients s'y trouvant.

Un soin particulier doit être apporté aussi bien au profit des premiers dont le confort de travail
conditionne largement la motivation, donc les performances, que des seconds dont le bien être
s'exprimera par l'envie de prolonger leur séjour, et par une orientation à l'achat.

Le niveau d'éclairement du magasin déterminera également son taux de fréquentation, toutes


choses égales par ailleurs, le second sera proportionnel au premier.

En outre, la qualité de l'éclairage et sa pertinence sont essentielles à la mise en valeur


optimale des produits exposés et/ou proposés à la vente.

Le prêt-à-porter ne s'éclairant pas comme l'alimentaire, les appareils et surtout les sources
équipant ces derniers doivent être choisies avec un discernement directement lié à une parfaite
connaissance des notions d'éclairagisme.

On voit ainsi qu'une installation d'éclairage commercial doit être pensée, conçue et réalisée en
amont du projet, comme un élément à part entière de l'investissement global envisagé.

La pertinence de la première sera un gage de réussite du second.