Vous êtes sur la page 1sur 26

SALUTS de la terre des ancêtres de Simón Bolivar

Chères organisations syndicales fraternelles : En outre, cette campagne contre le Vénézuela a pour objectif de
déformer et de désinformer quant au processus de transforma-
tion sociale qui a actuellement cours au Vénézuela et qui est diri-
Nous voici à nouveau avec le troisième numéro de la revue « gé par Chávez, puisque d'importantes entreprises transnationa-
Euskal Herritik mundura » (« Du Pays basque au monde »). Plus de les et des entrepreneurs espagnols ressentent que leurs intérêts
6 mois sont déjà passés depuis la publication du précédent économiques et/ou personnels sont en danger. Et c'est un fait
numéro et, durant cette période, beaucoup de choses ont eu lieu que certains d'entre eux ne peuvent supporter l'idée que les inté-
au Pays basque. D'une part, dans ce numéro, nous exigions la mise rêts économiques et sociaux du peuple priment sur les intérêts
en liberté de Rafa Díez et maintenant, il est à nouveau parmi particuliers, tel que l'on peut le constater aujourd'hui en
nous, même si nous sommes dans l'attente d'un jugement du fait République bolivarienne du Vénézuéla. Fini le bon plan à travers
que les tribunaux espagnols tentent de criminaliser son travail lequel ils ont spolié durant des décennies de nombreux pays
syndical et politique. De plus, dans notre Territoire, on perçoit que d'Amérique latine, ils ont maintenant recours au mensonge et à
nous sommes à deux doigts d'entrer dans un nouveau cycle. la déformation des informations pour attaquer les processus de
L'Accord de Guernica, la Déclaration « Zutik Euskal Herria » (« transformation sociale, pourvu que cet exemple ne se répande
Debout le Pays basque »), où l'on mise sur les voies exclusivement pas dans d'autres pays.
politiques et démocratiques, la déclaration d'ETA, où il s'engage à
ouvrir un nouveau processus afin de faciliter une sortie négociée D'autre part, dans ce numéro de la revue, nous vous informons
et démocratique au conflit politique qui a cours actuellement également de la Grève générale qui a eu lieu le 29 juin dernier au
dans notre Territoire, ainsi que l'accumulation de forces entre les Pays basque, et où en est rendue la lutte syndicale dans notre
gens indépendantistes et de gauche du Pays basque ne sont que Territoire. Également, dans le cadre de la lutte syndicale, le Pays
des exemples parmi d'autres. Dans ce numéro de la revue, vous basque a son propre agenda, en marge du syndicalisme pactiste
trouverez les contenus de ces déclarations et des informations sur et boiteux mené par les centrales espagnoles CCOO et UGT. Vous
le contexte politique actuel de notre Pays. trouverez toutes ces informations dans cette revue numérique.

I
De même, nous expliquons également dans un autre article la
Mais, malheureusement, il n'y a pas que de bonnes nouvelles. Le lutte que notre centrale syndicale mène actuellement dans la
degré de traque, de répression et de persécution de l'État espag- partie nord du Pays basque (État français), où LAB existe égale-
nol contre l'indépendantisme basque de gauche n'a pas baissé ment et est la troisième force la plus importante, contre les réfor-
d'un iota. Il y a de nombreux exemples, mais, de ces pages, nous mes antisociales et anti-ouvrières de Sarkozy qui a pour préten-
souhaitons dénoncer en particulier le coup de filet contre l'orga- tion de réduire les pensions de retraite et de rallonger l'âge de
nisation internationaliste basque Askapena. Huit membres départ en retraite.
d'Askapena ont été arrêtés pour l'unique « délit » de vouloir expli-
quer la situation d'Euskal Herria à l'étranger et, également, d'in- Mais, outre le fait de vous faire participer à la réalité de notre
former en Euskal Herria des luttes engagées par d'autres Territoire, en « Euskal Herritik mundura » nous voulons refléter,
Territoires. Grâce à ligne internationaliste développée par d'une perspective internationaliste, d'autres luttes qui ont égale-
Askapena en presque 25 années d'existence, nous sommes des ment cours dans le monde. Pour ce faire, nous entrons à nouve-
2 milliers, nous les Basques, jeunes ou plus âgés, à nous être impli- au dans le large monde, et dans ce numéro vous trouverez, parmi
qués dans le monde de l'internationalisme et c'est ainsi que nous d'autres contenus, une référence aux événements auxquels LAB
avons pris connaissance des luttes et des espoirs de Cuba, de la a participé à un niveau international, dans le paragraphe « non-
Palestine, de Bolivie, de Sardaigne, d'Écosse, du Mexique, du dik nora ». Les syndicats de classe de Grèce et d'Andalousie nous
Nicaragua ou des Pays catalans, pour n'en citer que quelques-uns. rendent compte de façon directe des luttes ouvrières qui se
déroulent actuellement dans ces pays. Par des entretiens, nous
Pour toutes ces raisons, nous sommes des milliers à avoir senti le nous approchons des réalités vécues en Colombie et en
coup de filet contre Askapena en personne et à l'avoir dénoncé, tel Argentine, et nous vous apportons des informations sur la situa-
que cela a été attesté le 16 octobre dernier durant tion actuelle au Groënland. Nous expliquons également le déve-
l'Internazionalista Eguna célébré à Guernica. De ces pages, nous loppement de l'Union internationale des Syndicats (UIS) des sec-
exigeons la mise en liberté immédiate des membres d'Askapena teurs du métal et minier sur ses deux années de fonctionne-
Walter, Gabi, Unai, Aritz et David, car l'internationalisme n'est pas ment. Nous dénonçons également la situation injuste endurée
un délit et parce que les sentiments et les espoirs ne peuvent être par les 5 prisonniers politiques cubains emprisonnés aux États-
emprisonnés. Ce numéro d'« Euskal Herritik mundura » veut Unis et, comme tout ne va pas se résumer à une dénonciation,
reconnaître son travail et la tâche internationaliste d'Askapena. nous avons souhaité célébrer avec les Peuples d'Amérique latine
le 200ème anniversaire de leur libération, en laissant un espace
Nous souhaitons également dénoncer la campagne médiatique à ce sujet. Nous profitons de ces lignes pour rendre hommage à
menée dernièrement par les grands moyens d'INcommunication Simón Bolivar, dont les ancêtres du côté paternel étaient bas-
espagnols contre la République bolivarienne du Vénézuela, en se ques, originaires de la ville de Bolivar en Biscaye. De même qu'il y
basant pour cela sur les déclarations de Basques obtenues par- a 200 ans, de nombreux peuples d'Amérique latine se sont libé-
présomption sous la torture, tel que l'ont récemment dénoncé les rés du joug espagnol, très bientôt ce sera au tour du peuple bas-
détenus. La persistance de la torture contre les détenus pour des que. Nous en sommes convaincus.
motifs politiques est un procédé bien connu au Pays basque, car
les témoignages abondent malheureusement en ce sens, un fait Nous espérons que vous profitez de la lecture de la revue. Nous
qui a été récemment corroboré par le Rapporteur des Droits de vous serions également reconnaissants si vous nous envoyiez vos
l'Homme de l'ONU et même en septembre dernier lors d'un apports et articles à cette adresse électronique : nazioartea@lab-
Jugement du Tribunal européen des Droits de l'Homme, mais sindikatua.org. Nous vous attendons.
cette réalité est occultée intentionnellement dans les médias
espagnols et étrangers assez fréquemment. Nous demandons Vous pouvez également consulter notre page Web : www.labsin-
aux centrales du monde entier, et en particulier d'Europe et dikatua.org et la page www.gara.net pour vous tenir informés de
d'Amérique latine, qu'elles défendent le Droit d'asile pour les cito- la réalité quotidienne du Pays basque.
yens et citoyennes basques, et qu'elles dénoncent l'état perma-
nent d'urgence et de violation des Droits civils et politiques vécu Salutations révolutionnaires. Nous nous verrons dans la lutte.
au quotidien au Pays basque, et qui n'a pas d'objet de comparai-
son partout ailleurs en Europe. En Euskal Herria, novembre 2010
GRÈVE GÉNÉRALE du 29 juin
au Pays Basque : un pas de plus vers la lutte
pour le changement social et politique
Igor Urrutikoetxea pour la classe ouvrière, et sur une les conditions de plus de 70 % des
(Secrétaire des Relations internationales augmentation de la précarité pro- travailleurs et travailleuses, permet-
de la centrale syndicale basque LAB) fessionnelle, les gouvernements, la tant, normalement, de recueillir de
social-démocratie et les partis de meilleures conditions que celles qui
droite, les grands médias ainsi que sont établies dans les conventions
les centrales espagnoles réformistes nationales.
Le 29 juin dernier, une autre grève CCOO et UGT, nous ont accusés de
générale a eu lieu au Pays basque créer un alarmisme inutile et de Face à ce panorama, en tant que
sud, convoquée par LAB et par le déformer la réalité. Nous avions majorité syndicale basque, repré-
syndicalisme de classe du Pays bas- alors déclaré que, s'il n'y avait pas de sentant 70 % de la classe laborieuse
que. Cet événement a été le second changement dans les politiques de notre pays, nous avons décidé de
arrêt général depuis que la crise publiques, dans les domaines du tra- convoquer la Grève générale du 29-J.
capitaliste a éclaté vers la fin de l'an- vail et de la fiscalité et dans l'orien- Une grève qui avait pour objectif, et
née 2008. tation de la dépense publique, la a obtenu, de poursuivre la dynami-
crise dont nous souffrions alors et que de mobilisation qu'en tant que
De ce point de vue, la grève générale ses effets s'accentueraient dans un syndicalisme de classe et combatif
du 29 juin n'a été le début de rien, si futur proche. que nous menons à bien au Pays
ce n'est la continuation du chemin basque, en marge du modèle syndi-
que nous avons entamé, en tant que Malheureusement, le temps nous a cal pactiste et rétrograde géré par
majorité syndicale, au début de l'an- donné raison, même si nous aurions les bureaucraties syndicales de
née 2009, et qui a été jalonné de préféré que cela ne soit pas le cas, et CCOO et d'UGT dans l'État espagnol,
plusieurs faits marquants impor- le chômage a continué à augmenter et également dans notre peuple. 3
tants : la grève générale du 21 mai durant les années 2009 et 2010, se Une grève, celle du 29-J, qui a suppo-
2009, les mobilisations et le chôma- voyant doubler au Pays basque et sé une réponse convaincante contre
ge généralisé dans différentes dépassant 20 % dans l'État espag- la réforme professionnelle du
régions du Pays basque, la récolte de nol. C'est ainsi que le gouvernement Gouvernement du PSOE, puisque
plus de 132 000 signatures dans les espagnol social-démocrate de plus de 80 % de la classe ouvrière
centres de travail en faveur d'un Zapatero, manquant également à sa basque l'a secondée. Une grève qui
décalogue dans lequel on proposait parole sur ce sujet, n'a pas cessé de démontre que, au Pays basque, nous
aux différents gouvernements 10 légiférer durant l'année 2010 contre avons, en tant que classe ouvrière et
mesures urgentes pour combattre la la classe ouvrière. Ils ont diminué de syndicalisme de classe, notre propre
crise, les mobilisations du 27 mars 5 % les salaires des emplois publics, « feuille de route », et qu'il est possi-
de cette même année qui ont réuni congelé de deux ans les retraites, ble de faire du syndicalisme cohé-
plus de 20 000 personnes dans les baissé le chômage, en réduisant de rent en marge de ce qui est dicté par
rues du Pays basque, ou la manifes- manière importante les indemnisa- CCOO et UGT.
tation nationale qui a également tions lorsque les licenciements sont
réuni des milliers de personnes à abusifs et, par conséquent, illégaux, C'est pour toutes ces raisons que
Bilbao le 12 juin dernier. etc. De plus, ils vont bientôt aborder nous avons également décidé de ne
la réforme des pensions de retraite, pas convoquer la Grève du 29 sep-
Lorsque le 21 mai 2009, en tant que où l'on prévoit un recul de l'âge de tembre. De LAB, malgré le fait de ne
centrales syndicales basques, nous départ en retraite et l'augmentation pas partager la convocation de
avons convoqué la grève générale des années de cotisation qui sont CCOO et d'UGT, nous respectons la
contre les politiques antisociales prises en compte pour calculer ces position du syndicalisme de classe
développées par les gouvernements fameuses pensions afin d'en dimi- suite à la décision d'autres Peuples
de Vitoria et de Pampelune, sous la nuer le montant. En outre, CCOO et de l'État espagnol d'appeler à la
dictée du Gouvernement de Madrid, UGT négocient actuellement une Grève le 29 septembre, et également
qui se basaient sur une réduction réforme de la négociation collective, celle de ceux qui, à partir d'une posi-
des dépenses sociales, dans des poli- dans laquelle on prétend éliminer tion de classe critique vis-à-vis du
tiques fiscales favorables aux reve- les conventions collectives provin- modèle pactiste des centrales sus-
nus les plus élevés et préjudiciables ciales qui, au Pays Basque, régulent mentionnées, n'ont pas décidé de
l'appuyer. C'est pourquoi nous exigeons le même respect Si cette situation a lieu, s'ils prétendent approfondir dans
pour notre position. Tout comme nous ne déclarons pas la perte de Droits de la classe ouvrière, des retraités, des
que les centrales syndicales d'autres Nations ou Peuples jeunes, des femmes et du collectif d'immigrants, du Pays
de l'État convoquent la Grève le même jour où, au Pays basque, de LAB, nous continuerons à lutter dans les cen-
basque, est organisée une Grève générale, nous n'avons tres de travail et dans la rue, coude à coude avec la majo-
également aucune raison de convoquer une journée de rité syndicale basque, et avec le syndicalisme de classe et
Grève au moment où serait convoqué dans l'État espag- combatif de toute l'Europe, comme nous l'avons fait le 7
nol ou dans un autre endroit. Encore moins lorsque, en septembre dernier dans le cadre de la journée organisée
tant que majorité syndicale basque, nous avons décidé de par la Fédération syndicale mondiale (FSM), en occupant
ne pas nous soumettre à l'agenda du syndicalisme pactis- durant deux heures la succursale de la Banque de
te de CCOO et d'UGT. Il s'agit tout simplement de respec- Santander à Pampelune, une action durant laquelle 7
ter le cadre de la décision basque également dans le sec- compagnons furent arrêtés.
teur professionnel et social, tout comme nous respectons
cela pour d'autres forces syndicales d'autres Peuples. Notre lutte est en faveur d'un changement social réel qui,
dans le cas du Pays basque, est inexorablement lié à un
Au Pays basque, il est clair pour nous que le syndicalisme
changement politique qui doit passer par le respect du
de classe cohérent a appelé à la Grève générale le 29 juin
Droit de décider que le peuple basque puisse nous assis-
et que la classe ouvrière l'a bien entendu en soutenant
massivement la convocation du 29-J et en ne soutenant ter. Nous disons cela parce que nous sommes sûrs que
pas celle du 29 septembre sur notre terre. De plus, il est dans un Pays basque, maître de son destin, où les déci-
convenable de ne pas parler d'« unité ». L'unité, outre celle sions en matière économique, sociale et professionnelle
de la classe ouvrière, doit être donnée selon des contenus. seraient adoptées ici, la corrélation des forces serait plus
Beaucoup nous craignons que la convocation du 29-S favorable à la classe ouvrière et permettrait une amélio-
passé ait été un lavage de visage des bureaucraties syndi- ration de nos conditions de vie. Et cela, malgré les intérêts
cales de CCOO et d'UGT, les concernant, et que l'on utili- de classe de la grande bourgeoisie et des secteurs conser-
sera dans un futur proche pour chercher à renforcer leur vateurs existants dans notre pays. C'est ce qui, parmi d'au-
rôles d'interlocuteurs valides face au gouvernement et les tres événements, a été manifeste le 29 juin dernier lors-
patrons dans la négociation de la réforme du système de que l'activité productive et économique avait cessé au
pensions et dans la réforme de la négociation collective. Pays basque et que plus de 60 000 travailleurs s'étaient
Deux sujets pour lesquels on prévoit l'arrivée d'accords rendus aux manifestations de Bilbao, Saint-Sébastien,
régressifs qui entraîneraient la perte de Droits pour toute Vitoria et Pampelune sous le slogan « À la défense de nos
la classe ouvrière (Pourvu que nous nous trompions !). droits, marre des impositions ! ».

4
Debout
Le peuple Basque et les citoyens basques, fondements du
mouvement de libération.
Le Peuple Basque. Les citoyens basques. Les hommes et
les femmes de cette terre. Sa société. Ce sont, à l'heure

EUSKAL HERRIA de dessiner notre projet politique, nos uniques référen-


ces. La gauche abertzale réaffirme son engagement à
écouter le Pays Basque et ses citoyens, d'avoir comme
but ses désirs et ses aspirations, et de faire respecter sa
Zutik EUSKAL HERRIA volonté.

En fait, c'est l'heure de l'engagement. C'est le moment


d'avancer. Et actuellement, la Gauche Abertzale et pleine-
La Gauche Abertzale a analysé la conjoncture actuelle et le ment consciente que la clé n'est pas d'attendre de savoir
processus politique basque, et surtout elle en a débattu. ce que les autres agents sont disposés à faire, si non de
Elle ne l'a pas fait en catimini, entre quelques personnes, ni savoir nous même ce que nous devons faire. De cette
dans des lieux occultes. Bien au contraire, le débat a été façon, notre force et notre dynamique amèneront des
mené par ses militants et au sein de la base sociale. Cela a situations nouvelles, elles pourront influer sur les agisse-
été un exercice démocratique, un exercice démocratique ments des autres agents et, ce qui est encore le plus
efficace, qui va servir à définir la stratégie politique. important, elles obtiendront à chaque fois une plus gran-
de adhésion populaire.
Cela n'a pas seulement été juste un débat abstrait car,
dans le même temps, la Gauche Abertzale a du intervenir Réaliser ce pari politique est une décision à part entière, il
et influer sur la situation politique. Nous ne pouvions est la façon la plus efficace d'avancer dans le processus de
nous permettre de rester isoler dans l'attente qu'à un libération et il répond au désir de notre pays. Nos déci-
moment tout s'éclaircisse. Il fallait à la fois promouvoir le sions doivent toujours être la conséquence de notre
débat tout en continuant à prendre des initiatives. En fin volonté et celle de notre peuple. Elle ne doit pas être con-
de compte, pour construire une stratégie efficace, la trainte par rien ni par personne.
Gauche Abertzale, doit définir au quotidien son orienta-
tion politique et sa ligne d'intervention. De cette façon L'imposition et l'injustice utilisées par les états ne seront
dés le début du cursus politique nous avons commencé à jamais les ingrédients du projet des indépendantistes de
donner du corps à notre système de travail par des initia- gauche. Nous ne sommes pas comme eux, même pas
tives et des propositions concrètes. Et c'est ainsi que nous lorsque nous devons faire face à la répression sauvage et
devrons continuer d'agir dans les mois qui suivent. C'est à à la volonté d’assimilation notre peuple.
nous, à nous seul, et à personne d'autre, qu'il appartiendra
d'assumer cette responsabilité. Nous ne l'avons jamais été et nous ne le serons jamais.
Nous nous engageons à ce que jamais l'espoir ne se per- 5
Le concept du temps est à comprendre en termes politi- dre, ni les conditions créées ces dernières années pour
ques. Ce sont les conditions politiques et sociales qui atteindre un scénario démocratique. Récemment, les der-
fixent le moment de relever les défis. Malgré que cela nières mobilisations populaires ont clairement montré
nous ait beaucoup couté pour les créer, aujourd'hui, ces qu'il existe une masse critique pour orienter convenable-
conditions existent pour aller de l’avant. C'est pour cette ment le processus démocratique par des voies politiques.
raison que nous avons organisé ce débat. Ainsi, l'élabora- De plus, La Gauche Abertzale peut confirmer que d'autres
tion du document «Clarification de la phase politique et agents, au Pays Basque et sur le plan international, sont
de la stratégie » et la présentation de la Déclaration disposés à marcher à coté de nous sur ce chemin. Il
d'Altasu répondent à la réflexion interne aussi bien revient à toute la Gauche Abertzale de créer les condi-
qu'aux avancés qu'il faut mener dans le processus politi- tions pour que tout cela puisse se développer avec force.
que. Les deux documents ont été très largement ratifiés Nous ne décevrons pas notre pays.
par notre base sociale, sans oublier qu'en notre sein la
divergence à toute sa place. Le débat sur le document « A partir d'aujourd'hui nous avons le futur à gagner.
Clarification de la phase politique et de la stratégie » et la L'option de l'indépendance est ouverte. En Europe des
déclaration d'Altasu mettent particulièrement bien en états se sont constitués et dans différents endroits ce
relief la volonté de la Gauche Abertzale de mener à bien le débat reste pleinement d’actualité. Si la capacité d'articu-
changement politique et le passage vers le chemin du ler des majorités démocratiques solides existe alors l'op-
processus démocratique. tion de créer de nouveaux états est réelle. Le Pays Basque
est un peuple organisé, dynamique et préparé, d'une
C'est précisément à travers ce débat que nous avons préci- maturité suffisante avec des bases politiques, sociales,
sé ce que nous devons faire, sur quoi nous avons réussi et économiques tout à fait satisfaisantes. Et par dessus tout
en quoi nous nous sommes trompés. Tout en réalisant une nous avons pleinement confiance dans la volonté d’é-
profonde autocritique, nous avons réaffirmé notre projet mancipation de notre peuple.
et rappelé les fondements de notre trajectoire. Tant bien
que mal nous avons amené le processus de libération jus- Antécédents politiques, motifs de confiance.
qu'à la phase du changement politique. Maintenant il s'a- Il y a 50 ans le Pays Basque était à l'agonie. En ce temps là,
git de rendre irréversible le véritable changement politi- et grâce à la lutte, nous avons parcouru le trajet jusqu'à
que. Et le fait d'assumer le défi, de le matérialiser, exige de l'ouverture de l'option de la constitution d'un Etat
notre part des changements internes. Basque.
Maintenant, après avoir réussi à freiner l'opération politi- ardent désir de vivre et une totale détermination d'attein-
que dessinée après la mort de Franco, son objectif étant dre la reconnaissance de ce Pays.
d'assimiler le Pays Basque, nous sommes à la veille d'une
nouvelle période qui aura comme objectif la constitution Les bases pour la reconnaissance de la territorialité du
d’un cadre démocratique. Pays Basque nord existent. Il nous faut ouvrir dans ces
trois provinces une nouvelle phase qui, par le biais d'une
Durant ces dernières décennies nous avons fait des avan- accumulation de forces, obtienne la reconnaissance insti-
cés et obtenu des victoires partielles. En plus de répondre tutionnelle de façon à contraindre Paris à respecter la
aux attaques des Etats, nous avons su développer une parole et la décision du Pays Basque.
ligne politique. Nous avons fait face aux tentatives de
destruction de l'indépendantisme et, parallèlement, nous La phase politique vers laquelle nous nous dirigeons est la
avons été capables d'ouvrir et de gagner des débats, tout phase du changement politique. Une fois les conditions
comme de placer au centre du panorama politique des du changement créées, arrive l'heure de le matérialiser.
contenus et des propositions concrètes.
En conséquence, l'objectif de cette phase politique est
Cela n'a pas été une trajectoire facile. La souffrance a été d'obtenir un cadre démocratique qui offre des bases suffi-
la terrible conséquence de ce long cycle de conflit politi- santes pour construire le chemin jusqu'à la constitution
que et de confrontation armée. Bien que beaucoup aient d'un Etat Basque.
voulu cacher la réalité, l'origine de cette souffrance reste
évidente: c'est la négation des droits du Pays Basque. Le processus démocratique, le levier du changement de
Cette négation a engendré le conflit politique et la straté- cycle
gie répressive l'alimente. Dépasser cette situation est une Le processus démocratique constitue le levier pour le
nécessité pour pouvoir atteindre ce scénario démocrati- changement de cycle, c'est l'instrument principal de la
que, scénario duquel nous pourrons défendre notre projet phase politique. Il faut articuler un processus démocrati-
politique. que qui ait comme base la négociation, l'accord politique
et la participation populaire. Développer un processus de
Durant toutes ces années, la Gauche Abertzale a réalisé ce type reste la seule voie possible pour réaliser le chan-
un énorme travail. En prenant cela comme base nous gement de cadre.
sommes capables aujourd’hui de définir la phase future.
Nous avons confiance dans notre histoire et notre capaci- L'heure est venue de structurer le processus démocrati-
té de travail. que. Et ce processus démocratique a un objectif défini :
constituer le cadre démocratique qui résout les noeuds de
La phase politique, la phase du changement l'autodétermination et la territorialité. Le cadre démocra-
Nous nous trouvons au terme d’une phase politique, et tique doit faire en sorte que tous les projets politiques
cela offre clairement des opportunités historiques au pro- puissent se matérialiser, y compris celui des indépendan-
6 jet national et social. Les options et les possibilités de tistes. L'accord politique résolutoire entre les différentes
changement institutionnel caractérisent la situation du formations basques, qui devra être respecté par les Etats,
Pays Basque, bien que ces options aient des formes et des constitue l'élément qui doit gérer le processus démocrati-
intensités actuelles différentes au sud et au nord du Pays que. Les principaux protagonistes seront les citoyens bas-
Basque. ques et le Pays Basque, pour débuter le processus, pour le
renforcer, pour ratifier les accords de solution et pour
La situation de blocage est en train de se prolonger au prendre les ultimes décisions sur son organisation interne
delà de ce qui devrait l’être, principalement parce que les et ses relations externes. On doit construire les conditions
états en ont décidé ainsi au travers de leurs stratégies pour développer le processus, c'est-à-dire, sans ingéren-
répressives. Concrètement, au sud du Pays Basque nous ces, injustices et violences.
nous situons entre deux cycles, l'un à bout de souffle et
l'autre nouveau qui reste encore à définir. Ainsi le bras de Comme il a été affirmé dans la déclaration d'Altasu, enta-
force politique du moment et la principale bataille se mer le processus démocratique suppose une décision uni-
situent dans la direction et la forme de ce nouveau cycle. latérale de la Gauche Abertzale. Malgré les hauts et les
bas et en dépassant les problèmes qui se présenteront, le
L'opportunité d'un véritable changement politique, l'op- processus démocratique constitue un but qui devra être
portunité de dépasser le cycle statutaire inféodé à la stra- maintenu dans le temps. Pour son développement on
tégie de la négation du Pays Basque et l’opportunité de recherchera des accords bilatéraux ou multilatéraux avec
créer un cadre démocratique reste grand ouverte. Après les agents politiques basques et avec la communauté
des dizaines d'années d'efforts, de travail et de lutte, le internationale. De la même façon auprès des Etats pour
défi actuel consiste à franchir cette porte ouverte et con- arriver à la résolution du conflit.
crétiser le changement politique. La clé réside dans la
mise en place d'une stratégie efficace, qui profitant de ces De part sa propre décision et en toute confiance, avec l'ai-
conditions, matérialise le dit changment. de attendue d'autres agents et la prévisible opposition de
puissants centres de pouvoir, la Gauche Abertzale prévoit
Paris maintient une attitude agressive de négation sur le trois étapes dans le processus démocratique qui est déjà
nord du Pays Basque. Que se soit à propos de la revendi- en train de se mettre en marche au sud du Pays Basque.
cation institutionnelle, de la défense de la langue basque, Pendant ce temps, au nord du Pays Basque les taches prin-
de la construction nationale ou des luttes socio-économi- cipales consistent dans le travail de socialisation et d’ac-
ques, les mobilisations sociales démontrent tour à tour un cumulation de forces.
Les trois étapes sont les suivantes : férentes initiatives. Entre autres choses, atteindre les liber-
tés démocratiques de base, avancer dans la libération des
Minima démocratiques. Ils constituent la base nécessaire prisonniers, ré-oxygéner la construction et l'articulation
pour pouvoir développer le processus démocratique. nationale, fortifier l'offensive politique au niveau interna-
tional et inciter la négociation politique.
Des accords ou des décisions devront se matérialiser sur
l'égalité d'opportunités de toutes les forces politiques et La stratégie que l'on est en train de dessiner possède des
sur la désactivation des mesures d'exception. cadres de travail bien définis.

Accord démocratique. Il se baserait sur le développement Elle demeure pratique et offre la possibilité d'avancer con-
des contenus politiques élaborés au cours du dernier pro- crètement. Les principales lignes de travail consistent à
cessus de négociation, en reconnaissant le caractère accumuler des forces favorables à l'indépendance et la
national du Pays Basque, en garantissant que tout les pro- souveraineté, à fortifier les dynamiques favorables aux
jets politiques puissent être réalisables, et en structurant libertés démocratiques, en faveur des prisonniers, en pro-
les voies juridico-politiques pour que les territoires bas- jetant les instruments et les initiatives qui développent le
ques puissent établir leurs relations aussi bien entre eux processus démocratique, - concrètement, pour pousser à
qu'avec l'état. la négociation politique-, et renforcer la Gauche
Abertzalisme. Développer et concrétiser tout cela accapa-
Cadre démocratique. Il supposerait la matérialisation juri- rera le travail théorique et pratique des prochains mois.
dico-politique de l'accord démocratique. Il se constituera
grâce à la volonté populaire et garantirait le dépassement Nous considérons que le processus démocratique et la
des négations structurelles dont pâti le Pays Basque. C'est construction nationale doivent aller de pair. Dans l'actue-
là que la Gauche Abertzale situerait son effort dans la cré- lle phase politique, la construction nationale a une grande
ation d'une autonomie composée des quatre territoires importance.
du Sud du Pays Basque, et de la même façon, dans la créa-
tion d'une autonomie des trois territoires du Nord du Pays De fait il suppose être un instrument pour l'accumulation
Basque, ainsi que le précise la Proposition d'Ustaritz. de forces et de direction politique pour le processus. Il faut
situer la construction nationale dans le changement de
Nouvelles stratégies et instruments, moyens pour avancer cycle. Le changement de cycle doit permettre à la cons-
Nous sommes en train de commencer une nouvelle truction nationale d'avancer de façon plus efficace, unis-
phase, cela exige de nouvelles stratégies et de nouveaux sant le travail du mouvement populaire et celui des insti-
instruments. Pour mener à bien le changement il est tutions. Dans notre analyse la construction nationale
indispensable de rendre possible une accumulation crois- entrerait également dans une nouvelle phase.
sante de forces et mener la confrontation sur le terrain où
les états sont les plus faibles, c'est à dire, amener la con- La Gauche Abertzale veut ajouter au changement politi-
frontation sur le terrain politique. que, le changement social, parce qu'elle considère que 7
leur union constitue une garantie pour les deux. Un chan-
La conclusion du débat affirme que toute les formes d'ac- gement politique sans changement social serait claire-
tion seront mises au service de la nouvelle phase politi- ment insuffisant, et le changement social sans change-
que, dans le but favoriser l'accumulation de force qu'exige ment politique ne se réaliserait pas. En définitif, en plus de
le nouveau cycle. C'est pourquoi, avec l'objectif d'accumu- faire face à l'injustice qu'impose le système néolibéral, la
lation de forces, la lutte de masse, la lutte institutionnelle lutte de gauche que nous devons développer orienterait le
et la lutte idéologique, la modification de la corrélation de changement politique et favoriserait l'accumulation de
forces et la recherche de l'appui international seront les forces des travailleurs et des secteurs populaires. Dans ce
uniques instruments du processus démocratique. L'appui sens le travail que doit réaliser le mouvement syndical est
populaire supposera l'unique garantie et le mouvement fondamental.
populaire l'aiguillon le plus efficace.
Les indépendantistes de gauche souhaitent le change-
Ce sera la force de l'unité d'action et l'activation populaire, ment social, et pour cela, entre autres choses, la force du
développées par l'utilisation de voies et de moyens exclu- mouvement populaire demeure indispensable. Nous
sivement politiques et démocratiques, qui construirons le devons renforcer la pratique féministe, le travail des agents
cadre démocratique. culturels et la vigueur du mouvement juvénile, et devons
créer une nouvelle politique linguistique et un nouveau
Le processus démocratique doit se développer en absence modèle éducatif, Pour avancer dans ce pari politique, à l'a-
totale de violence et sans ingérences régissant le dialogue venir la Gauche Abertzale devra disposer d'une formation
et la négociation entre les forces politiques par les princi- politique légale pour être présent dans les institutions,
pes du Sénateur Mitchell. Personne ne pourra utiliser la tout comme pouvoir participer aux réunions entre les par-
force ou menacer de son usage pour influer son cours ou tis politiques. C'est pourquoi, la dite formation devra, quel-
le résultat des négociations multilatérales ou pour essa- que soit son nom et sa structure légale, être la référence de
yer de modifier l'accord qui en résulterait. tous les indépendantistes et socialistes du Pays Basque
dans la pratique politique, de masse, idéologique et insti-
Le processus démocratique doit mettre en place une orga- tutionnelle à développer dans le processus démocratique.
nisation, une accumulation de forces, une capacité de
lutte et un appui populaire croissant, et grâce à tout cela
on pourra atteindre des objectifs tactiques et prendre dif- La Gauche Abertzale - Au Pays Basque, février 2010.
Acoord pour des issues
DEMOCRATIQUES SUR LE CHEMIN
DE LA PAIX
Le Pays Basque a la possibilité d’orienter le conflit politi- l’intégralité de la peine légale.
que et la confrontation violente qu’il connait vers un pro-
cessus de paix et de solutions démocratiques. - L’application sans restriction et critères arbitraires
de tous les droits pénitentiaires légalement établis.
En ce sens, cela doit d’être le début d’une situation sans
violence et d’une normalisation politique, fondé • La révision des procès judiciaires intentés contre des
sur le contenu suivant : personnes et des structures issues d’une activité politi-
que.
• La déclaration d’ETA d’un cessez-le-feu permanent,
unilatéral et vérifiable par la communauté internatio- • L’abrogation des juridictions et des tribunaux spé-
nale comme l’expression de la volonté d’arrêter définiti- ciaux ainsi que la fin des mises en incommunication.
vement son activité militaire.
• La levée des mesures restrictives et/ou interdites
• La reconnaissance des droits civils et politiques per- imposées aux militants indépendantistes au sein de
mettant l’activité et le développement de tous les pro- leur activité politique.
jets politiques, considérant que la reconnaissance et la
protection sans exception aucune des droits de • Solliciter la participation des acteurs internationaux
l’Homme est la base fondamentale de ceux-ci. En ce avec pour objectif de constater le respect des droits de
sens, nous exigeons l’abrogation de la loi des Partis l’Homme.
Politiques constituant l’instrument juridique légiti-
mant la violation de ces droits fondamentaux. En tant qu’organisations politiques, syndicales et sociales
8 nous demandons à ETA et au gouvernement espagnol de
• La disparition de tous les formes de menaces, pres- prendre les décisions et les initiatives qui permettront la
sions, persécutions, détentions et tortures quelque soit mise en place d’un processus de cette nature, un proces-
la personne et quelque soit son activité ou idéologie sus non-violent avec des garanties et la normalisation
politique. politique progressive.

• L’arrêt de la politique pénitentiaire qui est menée à De cette manière, en tant que partis signataires nous con-
l’encontre des prisonniers et prisonnières politiques sidérons qu’un processus de ce type, où auront été conso-
basques, définie jusqu’à maintenant comme une partie lidés processus de paix et normalisation politique néces-
de la stratégie de confrontation. L’adoption des mesures saires, sera indispensable pour activer un espace de dialo-
suivantes permettant un premier pas vers le chemin de gue et de négociation politique dans le but d’aborder l’in-
l’amnistie et donc vers l’absence totale de prisonniers, tégralité des causes et des conséquences du conflit.
de prisonnières et éxilé(e)s dus au conflit politique :
Cet espace de dialogue et de négociation politique doit
- Le rapatriement des prisonniers/prisonnières s’inspirer des principes suivants :
Pays Basque finalisant ainsi l’usage de la dispersion.
• Le dialogue et la négociation à tous les niveaux seront
- La libération des prisonniers/prisonnières atteints régis par les compromis établis dans les dénommés
de graves maladies. « principes Mitchell » :

- La concession de libertés conditionnelles à tous les - Usage de moyens exclusivement démocratiques et


prisonniers et prisonnières en détention préventive pacifiques pour résoudre les questions politiques.
durant les procédures carcérales.
- Opposition à quiconque essayer d’utiliser la force ou
- La concession de libertés conditionnelles à tous les des menaces afin d’influencer le cours ou les résul-
prisonniers et prisonnières condamnés qui ont purgé tats obtenus durant la négociation multipartite.
- Promesse de respecter les termes de l’accord qui • La nécessité d’une reconnaissance, d’une réconcilia-
sera finalisé durant les négociations multipartites, de tion et d’une réparation de toutes les victimes issues du
même que de ne recourir qu’à des méthodes exclusi- conflit politique et de la réalité des multiples violences.
vement démocratiques et pacifiques pour traiter de
toute modification concernant n’importe quel aspect Les femmes et les hommes du Pays Basque, dans un cadre
de ces accords. où se reconnaît l’égalité de leurs droits, seront des acteurs
actifs dans l’engagement vers la démocratisation et la
• Le processus de négociation pour l’obtention d’ac- paix mentionnées dans cet accord.
cords politiques sera le domaine exclusif des acteurs
politiques, syndicaux et sociaux. Tous les postulats abordés dans ce document sont assu-
més par les organisations politiques, syndicales et socia-
• Les contenus du dialogue politique viseront un accord les signataires, de même qu’elles s’engagent à favoriser
incluant toutes les cultures politiques du pays, porte- leur réussite, à les transmettre aux acteurs internatio-
ront tant sur la reconnaissance de la réalité nationale naux et à travailler de manière à obtenir le plus large sou-
basque que du droit à décider, et assureront le respect e tien populaire de la société basque. Il faut que la citoyen-
la volonté populaire démocratique sur le modèle juridi- neté se porte comme la seule garante de l’évolution du
co- institutionnel interne, de même que sur les types de processus de solution démocratique.
relation avec les états, ceci incluant l’indépendance.
Au Gernika, le 25 Setembre 2010

Communiqué de presse de LAB


Concernant le dernier communiqué de l’ETA

Le communiqué que l’ETA a émis dimanche, par le biais duquel l’organisation fait connaître sa résolution de « ne plus mener d’ac-
tions armées offensives » dans le but de construire un processus démocratique, représente un progrès notable et positif dans la cré-
9
ation d’une nouvelle scène politique au Pays basque. Cette décision, étayée par la disparition d’actions armées, est sans doute une
belle impulsion qui animera la politique de la Gauche Abertzale et qui obligera aux différents agents concernés de se définir.

Le changement du cycle politique qu’exige et réclame le Pays basque est en route, en marge de l’immobilisme des États et de leur
obstination à déployer des stratégies de guerre et de répression. Les acteurs politiques, syndicaux et sociaux du Pays basque sont
les responsables de mener à bien ce processus, et il est temps pour chacun d’eux d’assumer ses obligations sans attendre les mou-
vements des autres. Cela ne dépend que de nous.

Nous ne pouvons ignorer, compte tenu des réactions face au communiqué et à la décision de l’ETA, que la nulle disposition de l’État
espagnol et de tous les acteurs impliqués dans sa stratégie vient s’ajouter au bilan néfaste d’une année au cours de laquelle ils n’ont
cessé de saboter toute initiative visant une solution basée sur le dialogue et la négociation. Ils ont tort. La société basque exige des
solutions, réclame le droit de décider librement de son avenir, ainsi que des négociations et des accords. Les États ne peuvent pas
manifester de l’indifférence face à cette revendication, nous leur exigeons donc de respecter un minimum de principes démocrati-
ques indispensables pour parcourir ce chemin.

L’ensemble de la Gauche Abertzale doit et compte aborder les engagements et les démarches nécessaires pour parvenir à un nou-
veau contexte politique qui permette de constituer un État basque démocratiquement.

LAB s’engage à impliquer toutes ses forces pour atteindre cet objectif. Nous demandons également à la classe ouvrière de se com-
promettre activement dans l’obtention d’une scène démocratique. Le changement politique et social dont ont besoin les travailleurs
du Pays basque est possible et c’est le moment de le concrétiser.
BICENTENARIO

Gaizka Rial (Délégué du métal) agricole où l'enrichissement était plus lent et donnait lieu
à des intérêts contraires. La rivalité entre les Créoles et les
Espagnols, ainsi que l'établissement d'un régime de
monopoles et d'entraves, rendant difficile le développe-
Nous nous trouvons dans une offensive belligérante con- ment de l'économie américaine, de son commerce et frei-
tre l'émancipation de l'Amérique : nant la croissance de sa capacité de production relègue la
position des Créoles. Le dilemme était de savoir qui gar-
des bases militaires nord-américaines qui pointent juste- dait les « encomiendas » (regroupement sur un territoire
ment du doigt les processus d'intégration du Continent soumis à l'autorité d'un conquistador) des natifs et des
(UNASUR et ALBA), l'attaque permanente de Cuba et du esclaves.
Vénézuela pour faire plier la volonté libératrice des peu-
ples, le coup d'état en Honduras, la « militarisation huma- Ce sont les mesures économiques à caractère libéral, qui
nitaire d'Haïti », la situation politique et nationale en s'implantaient au XVIIIe siècle, celles qui stimulèrent chez
Guadeloupe, Martinique et d'autres « territoires d'Outre- la bourgeoisie créole un désir croissant de liberté com-
mer » sous la domination française et bien d'autres évé- merciale.
nements encore.
La Déclaration d'indépendance des États-Unis
200 ans après le début de la lutte pour l'indépendance de d'Amérique et la Révolution française ont alors agi
« Notre Amérique », le colonialisme est toujours une réa- comme des modèles.
lité économique, sociale et culturelle.
Les Pays-Bas avaient secoué le joug espagnol en 1579 et
C'est pourquoi l'État espagnol tente actuellement de devenaient un modèle de développement économique.
10 reconquérir l'Amérique latine, dans ce cas par la voie éco-
nomique, et ce depuis le début des années 90 avec la pré- L'indépendance en Amérique s'est vue favorisée par la
sence de ses banques, entreprises d'énergie, de télépho- conjoncture politique et idéologique traversée par
nie, de tourisme… et souhaite affronter la commémora- l'Espagne. La suppression de la dynastie des Bourbons et
tion des événements importants de son histoire : les 200 l'invasion des troupes de Napoléon, qui furent à l'origine
ans d'invasion de la péninsule par Napoléon, la guerre de la guerre de l'indépendance espagnole, ont rendu pos-
d'indépendance contre la France, (1808 à 1813), la sible l'apparition de conseils qui se constituèrent dans les
Constitution de Cadix de 1812, la restauration monarchi- principales villes américaines. Les conseils, qui commen-
que de 1813… Ce que, en même temps, le gouvernement cèrent à reconnaître l'autorité royale (Ferdinand VII), ont
espagnol a omis de signaler dans son discours officiel, favorisé le lancement du processus indépendantiste. La
c'est la commémoration des 200 ans du soulèvement et confluence de la pensée libérale créole (influencée par le
de la perte de ses colonies en Amérique, l'époque de la libéralisme français, anglais et nord-américain), la pensée
colonisation et la disparition de 70 % de la population illustrée du XVIIIe siècle et le développement des théories
locale. Depuis le début, on constate l'intérêt espagnol à révolutionnaires avec la poussée des masses populaires
manipuler le bicentenaire en mettant en œuvre tous ses insurgées se configurera durant la première décennie du
mécanismes de pression diplomatique, d'influence politi- XIXe et culminera dans un grand mouvement indépen-
que et de persuasion économique. dantiste. Cette période d'offensive anticolonialiste com-
mence à la fin du XVIIIe siècle et culmine avec la mort de
La colonisation de l'Amérique fut une « première mondia- Bolivar en 1830.
lisation » en raison de l'extension qu'a supposé l'expan-
sion du capital commercial, dont les richesses ont servi à La réaction absolutiste de 1814, produite par le retour au
couver le système capitaliste. trône espagnol de Ferdinand VII et le retour au système
colonialiste (le pouvoir espagnol aux mains de la monar-
Dans les colonies espagnoles, le recours à l'enrichisse- chie et de l'aristocratie comme classe parasitaire), fut un
ment rapide des colonisateurs reposait sur l'industrie élément clé provoquant un changement radical des faits
minière ; cette dernière étant épuisée, on devient alors et de la guerre ouverte pour l'indépendance. Les Créoles,
fonctionnaires et militaires au service de l'Espagne. Leurs qui ne ressentaient pas le besoin de s'émanciper, puis-
enfants, créoles, doivent se conformer à l'exploitation qu'ils étaient libres et esclavagistes et qu'ils disposaient
du pouvoir économique de la colonie, se servirent des Unis et du capitalisme. Il s'agissait d'un mécanisme juri-
contradictions internes espagnoles pour accéder au pou- dique pour mettre en pratique la Doctrine Monroe.
voir politique, en échange d'une relation néo-coloniale.
C'est avec le triomphe de la révolution cubaine et le déve-
Ils arrivent au pouvoir avec leur propre modèle d'exploita- loppement guérillero sur le continent, basé sur des idées
tion, sans participation populaire et sans promouvoir de marxistes, que l'on commence à parler de « la 2de indé-
changements sociaux qui attenteraient à leur propre pendance ».
domination, trahissant et assassinant ceux qui furent les
libérateurs les plus conséquents. Ils créèrent des alliances Aujourd'hui, nous nous trouvons avec une Amérique lati-
entre les oligarchies locales et le colonialisme-impérialis- ne avec plus d'influence politique indigène que jamais et
me anglais et des États-Unis d'Amérique, qui ont mené à avec des gouvernements étant clairement orientés à gau-
la situation actuelle de soumission à la logique néolibéra- che dans un grand nombre de pays, qui font pour la pre-
le et de privatisation. mière fois dans leur histoire un effort pour obtenir une
indépendance économique réelle, basée sur la justice
Les principales victimes du processus colonisateur furent sociale. Les efforts pour atteindre cet objectif avec les
les populations indigènes avec la perte de l'ensemble de outils et les armes dont on dispose actuellement, essen-
leurs droits et qui seraient la base de l'exploitation colo- tiellement l'ALBA qui est aujourd'hui le moteur de l'inté-
niale pour maintenir la monarchie parasitaire. Le proces- gration américaine, de la décolonisation et en faveur de la
sus indépendantiste est précédé par des insurrections seconde indépendance. Pour obtenir la garantie de se
indigènes du XVIIIe siècle : « comuneros » (partisans des développer dans le cadre du fameux Socialisme du XXIe
communes en Castille, de l'indépendance en Colombie et siècle.
au Paraguay) du Paraguay (1717-1735) et de Colombie et du
Vénézuela (1781), Tupac Amaru au Pérou (1780-1781)… Les Il y a 2 chemins dans l'Amérique du bicentenaire : pour-
Créoles se sont alliés à l'absolutisme espagnol pour les suivre l'intégration servile à l'économie et aux intérêts
écraser. La crainte, à l'exemple de l'indépendance d'Haïti, des États-Unis à travers l'ALCA et les TLC, ou s'intégrer à
convertie le 28-11-1803 en la première république de noirs la solidarité réciproque que représente l'ALBA, en trans-
libres d'Amérique, pesait beaucoup dans l'attitude des formant les modes de production et en créant de nou-
classes dominantes. velles façons d'organiser les relations sociales ; en cré-
ant, à partir de l'espoir reflété par le bicentenaire de l'in-
Par conséquent, malgré les heurts fréquents entre la cou- dépendance, plus d'organisation et d'unité, pour cette
ronne espagnole et les Créoles, ces derniers n'ont rompu lutte pour la dignité et la souveraineté. Et aujourd'hui,
avec l'idéologie de l'unité nationale espagnole que lors- avec les dates d'anniversaires des indépendances, on
que la crise de l'empire est devenue irréversible. assiste à la naissance d'un grand mouvement de prise
L'hégémonie de l'empire espagnol se basait sur une de conscience politique et historique qui prétend résou-
11
structure de domination féodale, alors qu'en Europe la dre les problèmes immédiats, quotidiens du peuple
transition vers un système capitaliste avait déjà com- modeste, de la classe ouvrière d'Amérique latine et des
mencé. classes populaires.

Pendant ce temps, la conquête du Pays basque par l'État Pendant ce temps, l'État espagnol corrompu continue d'ê-
espagnol fut parallèle dans le temps à la conquête amé- tre la prison des peuples, hier comme aujourd'hui (c'est le
ricaine. En 1512 a lieu la conquête militaire du royaume de cas ici pour le Pays basque, la Catalogne ou la Galice).
Navarre, suivie de l'incorporation de la couronne de C'est pour cette raison qu'ils n'hésitent pas à exercer la
Castille en 1515. répression contre les aspirations souveraines et à refuser
le droit de décider de leur avenir aux différentes nations
La consolidation postérieure des états espagnol et fran- opprimées par l'asphyxiant centralisme espagnol. Le
çais marque l'élimination des droits historiques du peu- grand retard social de l'état espagnol, avec les pires indi-
ple basque. Cette uniformité centralisatrice est contestée ces de l'ensemble de l'Union européenne en dépense
avec un grand nombre de révoltes au Pays basque (con- sociale, fraude fiscale, chômage, conditions de travail,
nues sous le nom de matxinadak). déficit démocratique et répression, nous montre le
besoin pressant de nous libérer de son joug. Un état ser-
L'irruption des États-Unis comme puissance et leur soif vile aux lois des puissants et agressif contre la classe
d'hégémonie et d'expansion donnent lieu à la Doctrine ouvrière.
Monroe (1823-« L'Amérique pour les Américains »). À par-
tir de 1845, ce sera la politique officielle dans le rapport L'Amérique latine a crié « Indépendance » il y a 200 ans et
entre les États-Unis avec l'Amérique latine. Le même a mis les moyens pour se débarrasser de l'occupation
schéma de base de l'actuelle ALCA (zone de libre-échange espagnole. Aujourd'hui, la lutte a pour objectif d'obtenir
des Amériques). un modèle social plus juste sur le continent, basé sur le
socialisme. Dans le cas du Pays basque, nous avons égale-
En 1948, dans le cadre de l'hégémonie des États-Unis sur ment besoin de notre indépendance, en définitive, un
l'Amérique latine, est créée l'Organisation des États amé- changement de modèle politique, ceci afin d'obtenir un
ricains (OEA) pour la subordonner aux intérêts des États- changement social réel nous orientant vers le socialisme.
Carina Maloberti
Secrétaire-organisatrice d'ATE-CTA (Argentine)

“NOUS DEVONS RÉCUPÉRER


beaucoup d'entreprises et nationaliser la banque”

Carina Maloberti, secrétaire-organisatri- Durant sa visite, elle a expliqué la situation que traverse
l'économie et le marché de l'emploi de son pays. Elle
ce du syndicat ATE, membre de la CTA
reconnaît que l'Argentine vit une situation compliquée.
d'Argentine, était au Pays Basque en Cette semaine, après une discussion entre les patrons, les
juin dernier, invitée par LAB. Dans cet syndicats et le Gouvernement argentin, le salaire mini-
mum des travailleurs s'est élevé à 1 740 pesos (336 euros)
entretien, elle raconte comment, durant
à partir de septembre et 1 840 pesos (355 euros) depuis
les dernières décennies, le néolibéralis- février, mais les problèmes structurels persistent.
me a démantelé les services publics,
augmentant ainsi la pauvreté et le chô-
12
mage dans son pays. Elle critique le fait Qu'est-ce que la Centrale des travailleurs
que l'assistance sociale du d'Argentine (CTA) ?
Gouvernement dissimule une soumis-
Il s'agit d'une centrale syndicale d'un nouveau genre. Elle
sion aux intérêts de capitaux étrangers. est née au début des années 90, lorsqu'on entrevoyait les
Pour y faire face, elle propose de récu- privatisations et les fermetures d'usines que l'on a aper-
pérer la souveraineté nationale et l'indé- çues dans le projet néolibéral, mais elle redéfinit un outil
pour la classe ouvrière, qui admet les mouvements
pendance économique. sociaux, les chômeurs, les précarisés et pas uniquement
les travailleurs ayant un emploi direct. Elle s'étend sur
l'ensemble du territoire argentin et compte deux millions
d'affiliés. Je suis secrétaire-organisatrice du conseil exécu-
tif de l'Association des travailleurs de l'État (ATE), syndicat
de base, qui dispose de 200 000 affiliés et 635 sections.
Nous avons 85 ans de vie. Ce syndicat est né avec les pre-
miers émigrants socialistes et anarchistes.

Le modèle néolibéral s'est-il établi en


Argentine en raison des dictatures passées ?
À mes compagnons de LAB, j'ai expliqué l'expérience que
nous avons engrangée des années 90 jusqu'à fin 2001 :
l'étape la plus portée aux nues du néolibéralisme dans
notre pays. Elle possède quelques similitudes avec ce que de privatisations, les pensions de retraite ne se sont pas
vous vivez actuellement de ce côté de l'Atlantique. Nous améliorées.
souffrons de ce modèle néolibéral, d'ajustement après
ajustement, de la démolition de l'État, des privatisations
des services publics, des zones stratégiques détenues par Les multinationales espagnoles telles que
les monopoles étrangers. Il a pénétré en force grâce à l'a- Santander, BBVA -d'origine basque- ou
vancée facilitée par les dictatures de 1955 jusqu'à la der- Repsol, sont extrêmement liées à ce processus
nière en 1976, à l'origine de la disparition de plus de 30 de privatisations qui s'est produit dans votre
000 compagnons. La dictature a ouvert la voie vers le pays.
modèle des années 90, symbole de pillage et de domina-
tion de l'économie et de la société. J'ai également indiqué Elles ont fait partie de la crise de ces dernières années
qu'il y a eu pas mal de résistance syndicale et ouvrière face dans l'éclatement du « corralito », où la tranche de classe
aux dictatures et lors de la naissance de la démocratie for- moyenne d'Argentine est sortie dans la rue suite à la
melle en 1983. C'est ainsi que le chômage a augmenté. rétention des fonds face à la crise financière. L'économie
Nous avons trois générations qui vivent d'assistanat, sans réelle est entre les mains des capitaux étrangers. Le systè-
cette culture du travail, les métiers se perdent. me financier, notre secteur bancaire, toujours privatisé,
notre banque centrale est à leur disposition. Les banques
espagnoles ont joué un rôle et ont fait partie du pillage.
D'après certaines informations, on indique
même qu'en Argentine une partie de la popu-
lation souffre de la faim. Est-ce le cas ? La crise actuelle affecte t-elle davantage la
classe ouvrière argentine ?
Oui. L'autre problème dont nous souffrons, c'est la faim.
Aujourd'hui, dans notre pays, un mouvement est en train Le recul est caché par un assistanat très fort, mais aucun
de se renforcer en faveur de la souveraineté alimentaire, emploi réel n'est créé. Nous avons assez reculé au sujet de
car un pays comme le nôtre où la matrice économique la dette extérieure. Avec la nouvelle étape de gouvernan-
n'est pas passée par une étape de modification, autorise ce, la dette extérieure était pour nous une affaire quasi
actuellement le pillage de nos ressources naturelles, alors close suite aux différents rapports indiquant qu'il s'agis-
que la faim et l'exclusion ne font qu'augmenter. Dans ce sait d'une dette illégitime et immorale qui avait été con-
cas, nous sommes d'accord avec la défense de la souverai- tractée par des gouvernements non élus par le peuple 13
neté alimentaire parce que nous avons perdu de grandes durant les dictatures militaires. Les différents gouverne-
étendues de terre et de cultures, alors qu'il est évident que ments démocratiques ont assumé que la dette extérieure
des enfants continuent de mourir de faim au nord de était illégitime. Mais, actuellement, pour se libérer de ces
l'Argentine. Nous avons une dépendance élevée vis-à-vis pressions du FMI et d'autres organismes qui n'ont fait
du soja transgénique. On nous prend nos nutriments des- qu'accentuer notre crise économique, ils ont restitué ces
tinés au fourrage en Europe, alors que nos enfants souf- principes et nous disent que nous devons payer cette
frent toujours de dénutrition. Les caisses se sont accrues dette. Avec l'effort de tout un peuple, qui s'est relevé et a
avec les exportations, mais l'assistanat y est encore très augmenté les caisses du trésor national, elles sont aujour-
fort. Il existe des palliatifs, mais les problèmes de fond d'hui destinées au paiement de la dette extérieure et, très
n'ont pas changé en Argentine. bientôt, ces ressources ne vont plus être en notre posses-
sion pour pouvoir modifier à la racine nos structures éco-
nomiques et politiques au service de la population.
Quel est le taux de chômage dans votre pays ?
Nous avons atteint 25 % en 2001 et cela a baissé jusqu'à Le FMI et d'autres organismes internationaux
stagner entre 10 % et 11 %. Ces pourcentages ne sont sont-ils des pilleurs ?
pas réels car les plans d'assistance comptent comme
part de l'occupation. Cependant, cela ne correspond pas Oui. Toujours. Pas de façon aussi ouverte là-bas qu'ici avec
à une augmentation constante du travail réel. En les ajustements. Là-bas, plus sournoisement, on continue
Argentine, il existe beaucoup de précarité et beaucoup à piller les réserves et les richesses d'Argentine. Dans
de travail temporaire. La jeunesse et les femmes sont notre pays, les paiements de la dette en cette époque de
les tranches les plus exclues du régime du travail et de crise financière nous touchent parce que des crédits sont
la possibilité d'accès à un emploi. Nous n'atteignons proposés. Nous continuons à nous endetter, nous ne som-
pas non plus des niveaux dignes de revenus pour les mes pas un pays indépendant d'un point de vue économi-
citoyens, depuis ces époques néfastes d'ajustements et que, même si nous possédons d'énormes ressources.
¿Que propose ATE-CTA face à ce problème D'un point de vue économique, oui ; d'un point de vue
aussi grave et croissant qui se produit actue- social et pour ce qui a attrait aux droits de l'Homme et au
llement ? respect des procédures des dictatures, le chemin semble
bien parti ; mais les droits de l'Homme se sont également
Par le passé, nous sommes venus réclamer, depuis la les logements, la santé, l'éducation, le travail, qui ne sont
Centrale des travailleurs d'Argentine, la récupération de la pas respectés. C'est ce que l'on exige en cette période de
souveraineté nationale, l'indépendance économique. crise.
Nous avons un pays qui possède des ressources dont nous
devons tirer profit. Nous devons nationaliser les entrepri-
ses qui ont été privatisées. Je suis désolée de le dire ici où Comment considérez-vous les changements
il y a beaucoup d'entreprises reposant sur un lobby de l'É- qui se produisent actuellement en Amérique
tat espagnol, mais nous devons récupérer et nationaliser latine dans des pays tels que le Vénézuela, l'É-
le secteur bancaire, et pouvoir nous détacher du modèle quateur, la Bolivie ou le Brésil ?
de production agro-exportateur basé sur le soja transgé-
nique. Nous devons récupérer nos systèmes de cultures Ils aident la région, font pression sur notre Gouvernement
par rotations et notre pêche directe. La pêche en afin que ce dernier prenne des décisions plus réfléchies.
Argentine ne foule pas le sol argentin, elle est directement Ces mouvements qui se sont livrés au processus de trans-
embarquée sur des bateaux-usine et passe son chemin. formation de leurs constitutions, comme la Bolivie, nous
Nous avons besoin d'économies complémentaires avec aident à ne pas nous contenter du minimum. La région
d'autres pays ayant besoin de nos matières premières, et fait en sorte que l'on puisse aller plus loin, au bout des
des exportations de nos matières premières, encourager modifications sociales et politiques, vers cette souverai-
une industrie nationale qui renouvelle de l'emploi réel, qui neté dont nous avons besoin. Par le passé, il y a toujours
prenne en considération le développement et investisse eu un projet d'émancipation régional, qui se ravive et, évi-
dans la consommation propre et les revenus de chaque demment, dans nos démocraties formelles, les bipartis-
travailleur, c'est-à-dire l'investissement dans la hausse des mes commencent également à faire des vagues, parce
salaires, misant sans crainte et obstacles internationaux que cette région américaine resurgit, tel que l'on peut le
sur un développement et une indépendance. constater dans les interventions et les débats.

14 Croyez-vous que le Gouvernement argentin En Argentine, on avance par rapport à la ten-


cède aux intérêts économiques ? dance développée par ces pays de la zone ou
reste t-il toujours beaucoup à faire ?
Il y a un double discours. Elles sont toujours aussi latentes, L'Argentine est-elle en train de sortir de sa
ces années 45 et 55 du protectionnisme et du développe- léthargie ?
ment fort keynésien où la participation de la classe
ouvrière avait été assez importante. On joue avec cette En 2003, il existe désormais cette intention de recompo-
mémoire comme si l'on appliquait ce protectionnisme et ser le bipartisme en Argentine. Malheureusement, le
ce développement de l'économie nationale, mais cette Gouvernement national a pu et a assumé le fait de se bat-
même matrice est une fraude dont nous souffrons. En tre avec de nouvelles forces au-delà des partis tradition-
même temps, cette fraude politique, ce mensonge qui se nels, mais, finalement, il est resté dans un parti tradition-
maintient à partir de l'assistance sociale, génère un mou- nel. Mais il y a bien une chose qui est claire pour nous :
vement social de chômeurs qui font pression pour créer que cela n'empêche pas d'articuler de troisièmes ou qua-
un projet propre et authentique. Tôt ou tard, le trièmes forces électorales pour faire changer cette situa-
Gouvernement devra accéder au dialogue avec les forces tion. Cela va permettre une diversité, dans ce cas le tour-
qui proposent une sortie réelle de la production, ou bien il nant qui se produit actuellement dans toute cette région
ne sera pas à la hauteur. Mais, étant donné qu'il est sou- d'Amérique latine aide et, par ailleurs, pose un débat inté-
mis aux capitaux et aux intérêts monopolistes étrangers, ressant au niveau interne. C'est ce que vous vivez égale-
ce sera un Gouvernement de plus qui passera comme les ment ici, des processus de changement. Nous vivons de
autres. C'est un défi : soit il accorde sa confiance aux tra- près ce qui se passe au Pays Basque, la qualité des acteurs
vailleurs au chômage et aux mouvements sociaux, soit il syndicaux, politiques et sociaux nous aide dans ce débat.
continue à feindre l'ignorance.

Continuez-vous à regarder ce qui se passe à Entretien réalisé par le journaliste Juanjo Basterra et publié dans le
l'extérieur ? quotidien « Gara » le 8-08-2010
pendantiste de gauche Inuit Et, paradoxalement, tel que nous l'ont
LE GROENLAND Ataqatiggit (IA), qui défend l'exercice
du Droit d'autodétermination pour le
expliqué les compagnons de SIK, « le
changement climatique qui est une évi-
face au défi de Groenland. IA compte 13 parlemen- dence et qui nous préoccupe tant en
taires sur un total de 31 qui forment tant que Peuple, au cas où cela conti-
décider de son avenir le parlement, et gouverne en coali- nuerait à ce rythme, va générer dans un
tion avec deux autres partis minori- futur assez proche des conséquences
taires. sociales et économiques très grandes ».
Igor Urrutikoetxea (Secrétaire des Le principal parti de l'opposition est le L'élimination progressive de la plaque
Relations internationales de LAB) social-démocrate Siumut, qui a perdu de glace perpétuelle qui couvre 85 %
les dernières élections après avoir gou- de l'île, ajouté au réchauffement de
verné durant trois décennies. l'eau, a fait que certaines espèces de
Actuellement, il compte 9 parlemen- poissons aient vu leur nombre se
Une année de plus où l'été commence taires, et il dit également défendre le réduire radicalement et, par ailleurs,
en Kalaallit Nunaat (Groenland), et où droit de Kalaallit Nunaat de décider de rendra plus facile dans un futur l'ex-
le soleil de minuit rend toujours plus son avenir. ploitation des ressources minérales
beau le glacier d'Ilulissat, le plus grand (qui existe aujourd'hui, mais pas à
glacier au monde de l'Antarctique. Dans la lutte pour la défense du droit grande échelle). Il en va de même avec
Nous nous sommes rendus en d'autodétermination du Groenland, le pétrole, car s'il est actuellement plus
Groenland invités par le syndicat gro- outre les partis politiques, le syndicat facile de travailler dans ces eaux, des
enlandais SIK, afin de connaître de pre- groenlandais SIK (« Organisation des entreprises telles qu'Exxon Mobil ou
mière main la réalité économique, personnes salariées »), notre hôte, qui Chevron, entre autres, sont déjà en
sociale, syndicale et également politi- a été créé en 1956, joue un rôle très train d'effectuer des explorations, avec
que de cette nation sous l'administra- important. Le syndicat le plus impor- l'objectif ambitieux de commencer à
tion du Danemark. tant de ce peuple qui compte une affi- exploiter ces ressources dans une
liation de presque 10 000 personnes. Il dizaine d'années.
Le Groenland a abandonné la s'agit d'une organisation dans laquelle
Communauté européenne (de nos se rejoignent différentes sensibilités Actuellement, le débat politique se
jours, UE) en 1985, même si dans cer- politiques, mais dont l'action syndicale concentre, surtout, sur quand exercer le
tains aspects tels que le commerce, on pivote sur trois axes fondamentaux droit d'autodétermination. Le parti
applique la législation européenne et depuis la décennie des années 90, lors-
même s'il fait partie de l'espace gouvernant dit qu'il est nécessaire d'at-
qu'elle a commencé à miser sur un tendre quelques années de plus, allé-
Schengen. syndicalisme socio-politique : défense guant que le futur économique du pays
des droits de la classe ouvrière, défen- n'est pas sûr, mais le syndicat SIK et
La population du Groenland est consti- se et exigence de l'application du droit
tuée de 58 000 habitants, dont 85 % d'autres organisations répliquent qu'il
d'autodétermination et exigence de
sont d'origine inuit. Il faut souligner prévalence de la langue groenlandaise est nécessaire de décider du futur poli-
que tous les Inuits ne vivent pas en dans tous les secteurs de la vie écono- tique en tant que Peuple le plus tôt
Groenland, puisque ce peuple est dis- mique et sociale de l'île. possible, en faisant pour cela l'acquisi- 15
persé au Canada, en Alaska et en tion de tous les outils juridiques et poli-
Russie, en plus du Groenland. La majorité de la population défend tiques, afin de pouvoir commencer dès
clairement l'autodétermination pour le maintenant à garantir un développe-
Les 15 % restants des habitants groen- Groenland et, notamment, son indé- ment économique, social, politique et
landais sont d'origine danoise. Environ pendance. Cependant, dans une nation culturel équilibré et respectueux de la
50 000 personnes parlent le comme celle-ci, où le climat condition- réalité du territoire ayant la plus faible
Kalaallisut, le dialecte groenlandais de ne aussi fortement tous les aspects de densité de population de la planète.
la langue inuit qui, de nos jours, est, la vie et la propre économie du pays, le
avec le danois, la langue officielle, débat se centre essentiellement sur Tout comme au Pays basque, le débat
même si, durant plusieurs décennies, il l'actuelle viabilité économique d'un pour décider de l'avenir est d'actualité
a été relégué au second plan. éventuel Groenland indépendant. au Groenland. Contrairement à l'État
espagnol pour le cas basque, l'État
Cette situation a changé grâce à la Ainsi, le Groenland a un taux de chô- danois a affirmé à plusieurs reprises
pression populaire qui, le 25 novembre mage à 6 % et une économie forte- que, même s'il n'encouragera ou ne
2008, a débouché sur l'approbation de ment subventionnée par l'État danois soutiendra aucune indépendance
l'élargissement du statut d'autonomie qui, chaque année, injecte à son éco- éventuelle de Kalaallit Nunaat, il res-
du Groenland par référendum. Dans ce nomie plus de 400 millions d'euros (8 pectera ce qui sera décidé démocrati-
dernier référendum, la majorité de la 000 euros par habitant), et la pêche quement par la population. Par consé-
population a vu d'un bon œil le déve- représente 80 % des exportations. De quent, la lutte se déroulera en termes
loppement de l'autonomie, par l'acqui- plus, le degré de développement de dialectiques et dans un cadre de jeu
sition de plus grandes ressources éco- l'île est très élevé. démocratique.
nomiques, du contrôle sur les ressour-
ces pétrolifères, en établissant comme Cependant, cette terre est couverte de Le glacier d'Ilulissat, qui est également
choix l'utilisation de la langue groen- glace, qui concentre 7 % de l'eau douce connu comme le glacier ayant la plus
landaise dans l'administration et les du monde, possède d'immenses res- importante mobilité au monde (19
services, tout en laissant également la sources minérales telles que le char- mètres par jour), avance inexorable-
porte ouverte à la convocation d'un bon, le zinc, le gaz et même du pétrole, ment vers la mer, où il se transforme
référendum d'autodétermination dans qui ajoutées aux revenus générés par en de grandioses icebergs. De la même
un futur relativement proche. le tourisme, sont considérées comme manière, le Groenland avance inexora-
les principales sources de revenus éco- blement vers son futur, où peut-être
Ce référendum a été suivi de l'arrivée nomiques face à une éventuelle indé- qu'il se transformera assez tôt en un
au pouvoir, il y a un an, du parti indé- pendance du Danemark. État souverain de plus.
« La Colombie est l'État qui assassine
le plus de syndicalistes »
Au mois de juin, nous avons reçu en Euskal Herria la visite de la Colombienne Luz Helena Ramírez, porte-parole du
mouvement MOVICE (Mouvement des Victimes de Crimes d'État), invitée par le syndicat LAB et la Fondation Ipar
Hegoa, pour dénoncer l'absence de démocratie en Colombie et pour nous faire connaître les violations massives
des droits de l'Homme dans le pays. Voici la conversation que nous avons eu avec elle.

Pouvez-vous nous fournir des détails pour nous


aider à comprendre la situation actuelle en
Colombie ?
La Colombie est un pays plein d'injustices. Il possède 46 millions
d'habitants et 75 % de la population vit en situation de pauvre-
té. La violation des droits de l'Homme est flagrante, structurelle.
De fait, au jour d'aujourd'hui, la Colombie est le pays ayant le
plus grand nombre d'assassinats de syndicalistes, de journalis-
tes et de défenseurs des droits de l'Homme. Tout cela, en raison
du terrorisme de l'État.

Pour comprendre cette situation, il faut préciser qu'en


Colombie, contrairement à d'autres endroits, la réforme agraire
16 n'a pas été menée à bien. Les terres appartiennent à quelques
personnes et, ces 50 dernières années, un changement très
brusque a eu lieu : la plupart de la population a abandonné les
zones rurales pour vivre dans les villes, par crainte des excès des
militaires et paramilitaires. Voilà l'explication. Par le passé, les
structures de pouvoir ont utilisé la violence et la peur pour enle-
ver les terres des paysans et pour détruire les mouvements
sociaux et politiques.

Pour justifier ses actes, le gouvernement de


Colombie prend pour excuse l'action de guérilla...
Sí, Oui, c'est cela. Mais nous devons faire comprendre qu'avant
que ne surgissent les guérillas historiques, le gouvernement uti-
lisait déjà la violence pour expulser les paysans de leurs terres et
les leur exproprier. C'est la loi même de 1964 qui a développé le
para-militarisme. Ce sont ces mêmes paysans qui ont créé des
groupes armés pour se défendre contre les agressions. C'est ainsi
qu'ont surgi les guérillas que nous connaissons aujourd'hui.
Depuis, pour justifier leur politique de « terre brûlée », ils ont uti-
lisé comme excuse la lutte armée et les plantations de coca.

Dans un tel contexte, le travail de votre association


Foto: MOVICE ne sera pas facile, n'est-ce pas ?
Regardez, aujourd'hui, 10 % des Colombiens sont des réfugiés
internes qui ont laissé derrière eux leurs terres, Quels sont les secteurs les plus tou-
leurs foyers et tout ce qu'ils avaient, à cause chés ?
des forces armées. Le chiffre des disparus
atteint 300 000 personnes et, il y a peu, on a En Colombie, on utilise la violence politique
trouvé une fosse commune contenant 2 000 pour conserver les privilèges d'un petit nombre
corps. Les chiffres sont effrayants, il s'agit de la de personnes et pour imposer, de manière crue-
fosse commune la plus grande jamais trouvée lle, tous les facteurs dont le capitalisme a
dans le monde. Cependant, les médias ne veu- besoin pour accroître sans cesse ses profits.
lent pas en parler, car cela ne les intéresse pas. Voilà pourquoi ce sont les travailleurs des sec-
Le fait que huit mille personnes soient proprié- teurs stratégiques qui ont le plus souffert : ceux
taires de 85 % des terres ne repose pas sur la du domaine rural, parce qu'ils possèdent des
bonne volonté. terres et des ressources stratégiques ; les maî-
tres, parce qu'ils créent la conscience ; les tra-
vailleurs du secteur public, pour faciliter les pri-
Le syndicalisme est l'un des objectifs vatisations ; et du domaine de la justice. La
du terrorisme d'État... Colombie est le paradis des capitalistes. Au lieu
de négocier, on répand une terreur cruelle, tou-
D'un point de vue historique, en Colombie, les
jours sous l'excuse de « la guerre contre le
syndicats ont joué un rôle intégrateur pour les
terrorisme ».
autres luttes sociales ; par conséquent, elles
représentent un obstacle dangereux pour que
l'État mène à bien sa politique. Si l'on fait un
bref retour dans l'histoire, on peut dire que le «
Quel rôle jouent les multinationales
baptême du sang » du mouvement ouvrier a eu
dans cette situation ?
lieu en 1928 : lors de la grève contre la United
Environ 700 entreprises transnationales sont
Fruit Company, l'armée a assassiné 1 600 pay-
présentes en Colombie. Chez elles, le nombre
sans et travailleurs. Voilà, jusqu'à maintenant,
la réponse qui a été donnée à la classe ouvrière. d'affiliés à un syndicat n'atteint pas 7 %, par
Durant les années 30 et 40, de nombreux droits peur et impunité : il n'y a pas d'enquête pour 98
syndicaux ont été obtenus grâce à d'importan- % des assassinats. Dans le reste des cas, lorsque
tes luttes. Durant les années 50, sous l'excuse quelqu'un est déclaré coupable, même si cela
de la « guerre civile », on a reculé en terme d'ob- peut paraître incroyable, on dit alors que le
tention de droits syndicaux. Finalement, durant motif a été passionnel et on occulte le lien poli- 17
les années 80, la lutte et le mouvement social tique. Parmi ces multinationales, on trouve éga-
ont acquis beaucoup de force pour faire face lement des entreprises espagnoles comme, par
aux conséquences de la phase néolibérale du exemple, Aguas de Barcelona, Gas Natural ou
mouvement capitaliste. C'est ainsi que le terro- Unión Fenosa. Elles sont 170 en tout, reflet des
risme d'État s'est accru. bonnes relations entre Zapatero et le gouverne-
ment colombien.

La stratégie de l'État a t-elle changé


depuis ? Le mouvement syndical colombien a
appelé à boycotter la multinationale
En 1997 et 1998, le nombre d'assassinats d'acti- Coca Cola.
vistes sociaux et syndicaux a commencé à se
réduire. Mais cela ne signifie pas pour autant Oui, la situation dans cette entreprise a été
qu'on en ait fini avec la violence. Même si le dure. Tout comme la répression contre ses
gouvernement d'Uribe le vend comme le pro- syndicalistes. Certains des assassinats ont
cessus de démobilisation paramilitaire, durant même eu lieu dans cette entreprise. L'appel au
toutes ces années, les assauts des sièges du boycott est une étape très importante parce
mouvement syndicaliste, les persécutions, les que cela signifie que les travailleurs acquièrent
menaces et les fuites forcées se sont renforcés. la conscience de leur situation : ils ont appelé
En outre, on peut dire que, d'une certaine au boycott contre l'entreprise qui paye leur
manière, dans le génocide contre le syndicalis- salaire et ont interjeté des demandes judiciai-
me, on a atteint l'objectif, puisque toutes les res contre les États-Unis. Tout comme dans les
réformes, objectif du capitalisme, ont vu le jour. autres cas, dans celui-ci, la solidarité et les pres-
D'un autre côté, nous ne devons pas oublier que sions internationales pour dénoncer le génoci-
les pressions internationales ont également de colombien sont essentielles, mais l'implica-
été très importantes pour réduire le nombre tion des entreprises et des gouvernements est
d'assassinats. également importante.
LA CLASSE OUVRIÈRE GRECQUE
en lutte contre la crise capitaliste
et les mesures imposées par l'union
européenne et le gouvernement grec

Dimos Koumpouris
(Membre du Comité exécutif du PAME de Grèce)

Dans notre pays, tout comme dans tous les autres pays
capitalistes, durant ces 20 dernières années, la classe
ouvrière et les couches populaires ont souffert d'une atta-
que coordonnée par les forces du capital. Contre la classe
ouvrière, on a employé les mesures plus barbares, anti-
ouvrières et anti-populaires qui ont dégradé leur vie dans
tous les aspects : travail, sécurité sociale, salaires, hygiène,
éducation, droits démocratiques, etc.

Avec l'explosion de la crise capitaliste, des changements


18 encore plus douloureux s'accélèrent pour les travailleurs,
suite aux exigences supplémentaires posées par le
Capital, se basant sur les options stratégiques de l'UE.
L'objectif est la diminution des droits du travail et la bais-
se des salaires. Tout cela, en combinaison avec de nouve-
aux avantages plus forts pour le patronat, venant s'ajou-
ter à une forte exploitation de la classe ouvrière.

Simultanément, on renforce le domaine du capital mono-


poliste au détriment de la petite production et des petits
indépendants des villes et des villages. Les petits paysans
se voient également dépouillés de leur terre, en faveur
des intérêts des grandes multinationales. Sont également
diminuées, et de manière importante, les dépenses socia-
les, et cela vient en accompagnement de grandes privati-
sations de la part de l'état capitaliste.

L'ensemble des mesures adoptées par le gouvernement,


répondant aux exigences du capital, bénéficient du sou-
tien total de l'opposition, et des partis qui soutiennent
l'UE. Elles bénéficient également du soutien incondition-
nel des médias massifs.

Les leaders des syndicats « jaunes » GSEE (Confédération


générale des Travailleurs de Grèce) et d'ADEDY (Syndicat
supérieur du Secteur public), qui sont au service du gou-
vernement, s'alignent sur ces mesures, et font tout ce qui
leur est possible pour mener le mouvement à une L'alliance est fondée sur tous ces aspects. Nous
situation de recul et de reddition. Le PAME (« Front repoussons les arguments et la propagande gou-
ouvrier de tous les travailleurs ») est ouvertement vernementale, car tout type de développement
en guerre avec ces organisations. auquel elle aspire se base sur une plus forte
exploitation des travailleurs et des améliorations
Durant cette période, avant cette attaque, le en faveur du capital.
PAME prête beaucoup d'attention à l'alliance
sociale de la classe ouvrière avec les petits et les Les luttes réalisées durant la période antérieure
moyens indépendants, la paysannerie pauvre, les ont eu des résultats positifs et ont aidé à la parti-
femmes et la jeunesse, dans un cadre commun de cipation, la lutte et la désobéissance des travai-
lutte qui répond aux besoins de la classe ouvrière lleurs et du peuple contre les politiques anti-
et des couches populaires, contre les exigences du ouvrières. Cependant, le mouvement qui s'est
capital. Le PAME donne la priorité à l'organisation développé sur de bonnes lignes, une orientation
de la lutte du peuple, afin de renverser ces politi- correcte et une action élitiste se trouve derrière
ques. les besoins et les exigences de cette ère, et de l'at-
taque dont souffre la classe ouvrière et le peuple.
Les luttes organisées par le passé par le mouve-
ment élitiste, et également les luttes de l'année Le PAME se base sur les syndicats et les organisa-
en cours, se détachent par leur caractère massif tions syndicales qui se regroupent sur ses lignes.
et combatif, ainsi que par la cohérence et la déso- Aujourd'hui, une grande tentative est en cours
béissance aux exigences de l'UE, du capital, du pour que le PAME puisse réponde à ces exigences
gouvernement et des mécanismes nationaux et et que les forces du mouvement élitiste et de l'a-
patronaux, et sont un point de référence pour le lliance populaire, les unions ouvrières et d'autres
suivi et le développement du mouvement popu- organisations de masses mènent à bien des
laire ouvrier. actions quotidiennes dans et en dehors des espa-
ces de travail, dans les quartiers, les collèges, les
Le PAME et les forces du mouvement élitiste prê- hôpitaux, etc. Pour cela, il est nécessaire d'organi-
tent beaucoup d'attention à l'orientation de clas- ser des comités populaires de lutte qui agissent
se du mouvement en développement. selon la conjoncture des besoins populaires des
familles ouvrières, des chômeurs, des paysans
La crise capitaliste dont nous souffrons et ses pauvres, des indépendants, en signalant les pro- 19
conséquences ne sont pas fortuites : elles sont le blèmes directs et graves. Il est nécessaire de ras-
résultat d'un mode de production capitaliste sembler les diverses formes de lutte et les diffé-
corrompu, et, par conséquent, il ne peut y avoir de rentes initiatives pour faire obstacle aux politi-
sortie populaire dans le cadre de ce mode de pro- ques du Gouvernement et de l'UE, qui mènent
duction. des milliers de familles vers la misère en Grèce.

Le PAME, ainsi que les forces populaires alliées, Toutes les forces de l'alliance sociale et les organi-
renforcent le front contre les monopoles, parce sations qui se regroupent sur ses lignes ont pour
qu'ils sont le cœur du capitalisme, et contre l'UE objectif l'organisation d'un mouvement populai-
et les forces politiques et syndicales qui le ser- re combatif, d'un soulèvement populaire et de
vent. Notre objectif est de renverser les politiques mener à bien la lutte de façon organisée. Il s'agit
anti-populaires et que nous puissions, la classe d'un mouvement de négation et de désobéissan-
ouvrière et le peuple, obtenir des changements ce aux lois et aux mesures anti-populaires, pour
radicaux au niveau de l'économie et du pouvoir. que ce soit les monopoles qui payent la crise et
Les problèmes des travailleurs, des femmes et de non le peuple.
la jeunesse sont affrontés à partir de cette pers-
pective. Ces initiatives, parmi beaucoup d'autres, qui nais-
sent chaque jour à travers la lutte populaire, cré-
Ce chemin est la sortie alternative. Et il n'en reste ent les conditions de développement d'un mou-
pas d'autre. Les producteurs de toute la richesse, vement populaire massif pour faire face à la red-
les travailleurs, le peuple, avec leur activité doi- dition prétendue par le Capital et les classes gou-
vent collectiviser les moyens de production accu- vernantes, et pour préparer le terrain pour la sen-
mulés, et les rendre de propriété publique, avec sibilisation à la force de la lutte et au potentiel qui
une production planifiée, pour obtenir ainsi le existe pour obtenir un niveau de développement
bien-être et des améliorations pour les classes dans lequel la production servirait les besoins du
populaires. peuple et des travailleurs.
Syndicat Andalou des Travailleurs
(SAT)
Luis Ocaña Escolar
Syndicat andalou des Travailleurs

Le 23 septembre 2007, nous nous sommes réunis à Séville,


environ 500 représentants des travailleurs, pour consti-
tuer le Syndicat andalou des Travailleurs (SAT). Notre
analyse déterminait qu'il était temps de créer un révulsif
dans le panorama syndical andalou face au panorama
social, économique et professionnel dans lequel nous
nous trouvions. Parmi nos référents se trouvaient la CSI
des Asturies, l'IAC catalane et, bien évidemment, le syndi-
cat basque LAB.

Tant le Gouvernement central, que le Gouvernement


andalou, l'Europe du Capital et le syndicalisme officiel
20 protègent une réalité socio-professionnelle caractérisée
par :

1. l'abandon de l'agriculture et du tissu industriel anda-


lou.
2. la politique de privatisations du secteur public.
3. la précarisation de l'emploi qui affecte, principale-
ment, la femme et la jeunesse.
4. la non protection sociale de l'immense majorité de
notre population rurale.
5. l'apparition d'une économie marginale de subsistance.
6. la recherche de recettes économiques par le biais de
pratiques douteuses, vexatoires et inhumaines.
7. la surexploitation des ressources naturelles et la
perte de qualité environnementale.
8. la destruction de notre culture rurale et, en définitive,
9. l'exploitation de la classe ouvrière andalouse qui se
situe dans le wagon de queue, par rapport au reste des
travailleurs européens, quant à son niveau de vie, de
sécurité du travail, des perspectives et de la qualité de
l'emploi.

Face à l'injustice et, d'une perspective syndicale, nous


avons décidé de nous rebeller. C'est pourquoi nous avons
décidé de constituer le SAT comme outil de transforma-
tion de la société. Nous provenons de syndicats andalous 3. AUTONOME, AUTOSUFFISANT ET INDÉPENDANT.-
(SOC, AUTONOMÍA OBRERA, SITAS, FORO SINDICAL Nous défendons l'AUTONOMIE et l'INDÉPENDANCE la
ANDALUZ, COALICIÓN DE TRABAJADORES, ETC...) de clas- plus absolue quant aux Institutions, Partis politiques et
se, autonomes et indépendants, démocratiques et gérés Directions. Cette indépendance se concrétise tant sur le
par une assemblée, solidaires et internationalistes, anti- plan idéologique, que politique ou économique. Le SAT
patriarcaux et non sexistes, pluriels et avec une volonté n'a pas de lien ni de dépendance vis-à-vis d'aucune clas-
claire, expresse et sans ambiguïté d'intervention sur la se avec aucun autre agent social. L'engagement du SAT
réalité socio-politique. Après un processus d'unité d'ac- est de défendre avec sa propre personnalité les droits
tion et de relations syndicales, où l'on a débattu et éva- des travailleurs et des collectifs de travailleurs qui le
lué la situation socio-professionnelle actuelle de composent.
l'Andalousie, on a constaté la confluence des lignes res-
pectives syndicales et le besoin de se rejoindre dans le
travail de défense des intérêts légitimes de la classe 4. SOLIDAIRE.-
ouvrière, dépassant pour cela le système économique Nous pensons que la SOLIDARITÉ, tant comme principe
basé sur le marché libre et sur l'appropriation illégitime qui régit les relations internes, que l'attitude qui s'appli-
des plus-values générées par le travail salarié des que à l'ensemble des intérêts de la classe ouvrière doit,
ouvriers. Pour dépasser de telles injustices, nous propo- de la même façon, nourrir notre syndicalisme.
sons la prise, la gestion et le contrôle des moyens de pro-
duction par les travailleurs.
5. PLURALISTE et OUVERT.-
Nous pratiquons un SYNDICALISME ANDALOU de CLAS-
Nous sommes ouverts et réceptifs de toutes les expé-
SE et ALTERNATIF qui sait conjuguer ses méthodes tradi-
riences qui, des mouvements sociaux, écologistes, fémi-
tionnelles de lutte avec les nouvelles circonstances
nistes, antimilitaristes, etc., pourraient enrichir nos dis-
imposées par l'internationalisation de l'économie, les
cours et nos pratiques d'intervention globale.
systèmes de communication et les dynamiques sociales
actuelles, et qui est capable d'incorporer à ses objectifs
la défense des valeurs, pas strictement professionnelles,
6. ANDALOU.-
qui laisseraient supposer des améliorations dans la qua-
Du SAT, nous interviendrons aux côtés d'autres organisa-
lité de vie de la classe ouvrière andalouse. Notre action
tions politiques, syndicales et/ou sociales, dans l'énorme 21
est notre unique lettre de présentation.
tâche que représente la transformation de la société
andalouse, en coopérant dans l'obtention d'une
Nous sommes un syndicat qui se caractérise par les qua-
Andalousie et d'un monde plus libres de tout type d'op-
lités suivantes :
pression, de discrimination et d'exploitation.

1. DE CLASSE et D'ALTERNATIVE.-
Parce que nous pensons que l'unité de l'ensemble des Depuis la fondation en septembre 2007 jusqu'à aujour-
travailleurs est nécessaire pour résoudre les problèmes d'hui, nous avons parcouru un chemin intéressant de
qui se présentent et nous ne sommes pas d'accord avec travail syndical de chantier en chantier, sans éviter les
le syndicalisme officiel et pactiste. complications ni la répression syndicale (nous avons
400 militants dépendants d'amendes gouvernementa-
les et de jugements dérivés de l'action syndicale et 500
2. RÉGI PAR UNE ASSEMBLÉE et D'ACTION DIRECTE.- 000 euros en amendes, ainsi que 40 années de deman-
Nous pensons que la PARTICIPATION et la DÉMOCRATIE des de prison). Face à cela, nous sommes en train de con-
DIRECTE à travers l'ASSEMBLÉE de travailleurs doit être solider le syndicat dans les régions et communes, en par-
l'axe et la colonne vertébrale et inaliénable de cette façon ticipant dans des secteurs où nous n'avions pas de pré-
de comprendre et de faire du syndicalisme. sence syndicale auparavant et nous maintenons tou-
jours les méthodes de lutte des traditions dont nous
Nous faisons également confiance en l'ACTION DIRECTE provenions (occupations, enfermements, action syndica-
comme formule pour résoudre les conflits, sans déléguer le directe, etc.). Il est certain qu'un futur plein de défis
les luttes économiques, sociales et professionnelles des nous attend, des défis auxquels nous ferons face à partir
travailleurs dans une institution médiatrice. L'action d'un modèle de syndicalisme géré par une assemblée,
directe est notre principal outil de lutte. nationaliste et de classe. Et nous ferons face à la lutte.
LIBÉRATION des 5 nance que doit avoir l'une des affaires judiciaires les plus
importantes et injustes ayant eu lieu aux États-Unis. Ces
médias qui regardent de l'autre côté lorsqu'Orlando
cubains prisonniers Bosch, Luis Posada Carriles et d'autres assassins ayant
avoué leur crime se promènent impunément dans les
rues des États-Unis. Cela met en lumière leur volonté de
de l'empire mettre tout le monde sur un pied d'égalité, ainsi que l'af-
firmation hypocrite qui veut que les États-Unis et les pays
de l'Union européenne « s'opposent au terrorisme d'où
qu'il vienne ». Tout cela nous rappelle la connivence des
Gaizka Rial Délégué du métal) différents gouvernements espagnols et français quant au
terrorisme paramilitaire mené par les GAL sur les terres
basques dans les années 80.

Même si les médias européens et américains tentent de « Les cinq », tel que l'on connaît mondialement ces déte-
l'occulter, dans les prisons des États-Unis (tout comme nus politiques cubains emprisonnés aux États-Unis, ne
dans les États de l'Union européenne, comme le sait si faisaient que contrôler les groupes contre-révolutionnai-
bien le peuple basque), il y a des dizaines de détenus révo- res et mafieux de Miami, avec pour unique objet d'empê-
lutionnaires de gauche. Nous avons ici, aux États-Unis, les cher que des attentats soient commis à l'encontre de
cas des indépendantistes de Puerto Rico, du journaliste Cuba et de sa révolution, comptant des milliers de morts
afro-américain Mumia Abu Jamal ou du lutteur indien et de blessés lors des attentats perpétrés dans d'autres
Leonard Peltier, pour ne citer que les plus emblématiques. pays.

Outre les personnes mentionnées, au jour d'aujourd'hui La relation de l'agression contre Cuba est longue ; pour ne
sont également emprisonnés injustement aux États-Unis citer que quelques données :
Fernando, René, Antonio, Gerardo et Ramón. 5 détenus
révolutionnaires cubains qui sont depuis le 12 septembre Contre Fidel Castro, 638 attentats ont été intentés.
1998 dans les prisons de l'empire, accusés de conspiration Entre 1959 et 1997, 5 780 actions dirigées contre Cuba ont
pour avoir commis de l'espionnage. Leur incarcération fait été lancées aux États-Unis et ont coûté la vie à 3 478 per-
partie d'une politique anti-cubaine comprenant le bloca- sonnes. Entre 1959 et 2003, il y a eu 61 détournements d'a-
ge économique, le financement de groupes politiques à vions et de bateaux. Entre 1961 et 1996, 58 attaques à par-
des fins de déstabilisation et l'agression constante dans tir de véhicules maritimes, la CIA a dirigé et soutenu 299
tous les espaces internationaux contre la révolution groupes paramilitaires.
cubaine.
L'éventail d'actions contre Cuba a même inclus la guerre
22 chimique et bactériologique.
En juin 1998, la Sécurité de l'État cubain, lors d'un échan-
ge avec le FBI, a remis aux autorités américaines une Durant plus de 50 ans, Washington a toléré et favorisé l'e-
importante quantité d'informations écrites et audiovisue- xistence d'un réseau organisant et appuyant ces attaques
lles sur les activités contre la révolution cubaine menées contre un pays souverain, tel que Cuba. Ces éléments con-
sur le sol américain par des éléments contre-révolution- tre-révolutionnaires opèrent depuis Miami avec une
naires. Le FBI a déclaré être impressionné par l'abondance impunité absolue.
de preuves, et a répondu qu'il donnerait une réponse dans De tels actes et leur préparation continuent jusqu'à
deux semaines. Mais son injuste « réponse » s'est mani- aujourd'hui, car ils font partie de la politique de harcèle-
festée par la détention des 5 patriotes cubains le 12 sep- ment de Washington contre la révolution cubaine.
tembre 1998, qui furent transférés vers des prisons de
sécurité maximale dans différents endroits du pays. C'est dans cette défense légitime contre les agressions
qu'a été envoyé un groupe de Cubains à Miami dans le but
Les cinq détenus furent mis en accusation au milieu d'une de connaître les plans et les actions de ce réseau et d'aler-
foule de fausses accusations d'espionner le gouverne- ter le gouvernement de l'île.
ment nord-américain et de porter atteinte à la sécurité
nationale des États-Unis. Devant les tribunaux, on les a Le 27 mai 2002, le Groupe de Travail sur les Détentions
accusés de ne pas s'être enregistrés comme agents étran- arbitraires de la Commission des Droits de l'Homme des
gers et d'autres charges graves, telles que la conspiration Nations unies a déclaré arbitraire la détention des « Cinq
dans le but de commettre un homicide. On leur a refusé le
», ainsi que leurs mises en accusation et condamnation
droit à un procès équitable
postérieures.
De plus, au sein de la prison, ils ont été soumis à un régi-
me de pénalité, d'isolement et de représailles alléguant Si l'on prend en compte l'importance décisive de la solida-
des raisons de sécurité nationale ; les visites de leurs pro- rité internationale, nous faisons part à la campagne de dix
ches ont été soumises à des procédés arbitraires… Prix Nobel, parlementaires, organisations populaires,
Violation en somme des droits fondamentaux des déte- sociales et politiques, artistes et intellectuels du monde
nus, question bien connue au Pays basque lorsqu'il s'agit entier, pour exiger au président Barack Obama la libéra-
de détenus politiques révolutionnaires basques. tion des Cinq. LAB a exigé et continue d'exiger leur libéra-
tion immédiate, parce que ce sont de véritables héros du
Un mur de silence de la grande presse leur refuse la réso- Peuple cubain.
Evaluation de deux années de parcours syndical de la métallurgie et
de l'industrie minière de la fédération syndicale mondiale
(UIS-MMM de la FSM)

Jesús María Gete Olarra (Secrétaire nouvelle force syndicale élitiste tion de la FSM créé pour développer
général de l'UIS du Métal) internationale luttant, de manière et renforcer le réarmement
efficace, contre la dégradation des idéologique des travailleurs et qui
droits et des libertés de la classe prétend recourir à l'action directe de
ouvrière, tout en étant conscients la lutte permanente pour la défense
L'Union internationale syndicale de que nous devons combattre avec fer- des droits intégraux de la classe
la Métallurgie et de l'Industrie meté le système capitaliste et ses ouvrière dans le secteur contre le
minière de la Fédération syndicale transnationales qui contrôlent capitalisme et son système domi-
mondiale (désormais UIS-MMM de aujourd'hui plus de 60 % du com- nant. L'UIS-MMM est une structure
la FSM), a été constituée durant les merce mondial, et dont les condi- de branche et à caractère interna-
20 et 21 mai 2008 à Saint-Sébastien tions de travail, mais également la tional, étroitement liée aux soucis et
au congrès constitutif organisé par le propre souveraineté des états, revendications posées et suivies
syndicat LAB. dépendent de leur pouvoir et de l'ex- dans les bases ouvrières du monde
ercice de leurs politiques néolibérales. entier, leurs dynamiques se dévelop-
Il est important d'indiquer que le
congrès constitutif de l'UIS-MMM de pent grâce à la solidarité de classe
Depuis le congrès, il a été réaffirmé que défend la FSM, et à partir des
la FSM s'est déroulé dans un con- que nous allons travailler en faveur
texte de réadaptation de l'organisa- principes élitistes et de l'internation-
de l'unité du mouvement ouvrier éli- alisme solidaire.
tion abordée par la Fédération syndi- tiste dans le secteur, indépendam-
cale mondiale (FSM) après les résolu- ment des affiliations qui pourraient
tions émanant de son XVe congrès exister dans le domaine internation- Malgré le manque de ressources que
réalisé en décembre 2005 à La al, cela sous-entendant que la lutte subit encore l'UIS-MMM, du secré-
Havane. Le Secrétariat général de la de la classe ouvrière n'est pas tariat général, avec l'engagement et
FSM a accordé sa confiance à LAB éloignée de la lutte des peuples dans le soutien de LAB, on vient participer
pour la création et le développement la défense de leurs ressources, terri- à suffisamment d'activités liées au
de cette nouvelle organisation syndi- toires, souveraineté, indépendance secteur et réalisées en Amérique
cale sectorielle, après l'avoir définie et droits sociaux. latine, Asie et Europe, en ayant égale-
comme l'un des piliers de base dans ment dans l'actualité des expecta-
l'action de la FSM. Le congrès constitutif a décidé à l'u-
nanimité que le siège central de
tives d'avancer en terme de relations
avec les organisations du continent
23
Au congrès constitutif ont participé l'UIS-MMM de la FSM serait situé au africain.
38 organisations syndicales appar- Pays basque et que son conseil exé-
tenant à 30 pays, qui ont mis le point cutif se composerait de 17 membres, Le secrétariat général de l'UIS-MMM
final à tout un processus de débats avec pour président Ardhendu fait partie du Conseil présidentiel de
théoriques et d'organisation ouvert Dakshi de l'organisation CITU de la FSM et est, par conséquent, égale-
en mai 2007. Le congrès a été une l'Inde et comme secrétaire général ment impliqué dans la préparation
grande réussite quant à sa participa- Jesús Mª Gete Olarra de LAB. du prochain XVIe Congrès mondial
tion internationale, si l'on tient de la FSM qui aura lieu en avril 2011
compte du fait qu'une douzaine d'or- dans la ville grecque d'Athènes.
ganisations n'ont PAS pu participer à Nous pourrions définir l'UIS-MMM
la mise en place d'obstacles consis- comme un instrument d'organisa- Lors du dernier conseil exécutif de
tant à émettre des visas à différentes l'UIS-MMM célébré les 22 et 23 sep-
ambassades espagnoles, dans une tembre derniers dans la ville
attitude claire d'obstruction et de biélorusse de Minsk, outre le fait
sabotage de l'appareil international d'avoir réalisé un bilan sur les inter-
du gouvernement espagnol en
faveur du mouvement syndical éli- ventions de notre organisation et
tiste international. d'avoir analysé le contexte socio-
économique et professionnel actuel,
Au congrès, outre le fait de débattre 4 activités importantes à réaliser au
et d'approuver les rapports présen- cours de l'année 2011 ont été
tés sur l'action politico-syndicale et définies:
les statuts de la nouvelle organisa-
tion, nous avons eu la possibilité de • Mars.- Rencontre mondiale des
connaître plus profondément les dif- Femmes métallurgiques à Cuba.
férentes réalités socio-profession- • Avril.- Participation au XVIe Congrès
nelles et politiques qui touchent la mondial de la FSM à Athènes.
classe ouvrière dans différents pays • Septembre.- Rencontre mondiale
provenant de plusieurs continents. des travailleurs de l'Automobile au
La nouvelle direction surgie du con- Brésil.
grès s'est engagée à réaliser tous les • Octobre.- IIIe Conseil exécutif de
efforts nécessaires pour lancer une l'UIS-MMM en Inde.
Ce que nous retenons de - Le 15, une réunion de la Secrétaire
générale, Ainhoa Etxaide, et du pré-
l'année 2010, c'est que le sident de Cosatu, Sidumo Lamini, a
militantisme de LAB a parti- été tenue au siège de LAB à Bilbo.
- Le secteur de l'enseignement,
cipé à différents événements ainsi que le Secrétariat des
Relations internationales et l'orga-
internationaux. Nous avons
nisation Palestinarekin Elkartasuna,

NOUS également invité différents


membres d'autres centrales
ont organisé au milieu du mois de
mars, diverses conférences dans
des instituts et universités, durant
SOMMES syndicales et avons réalisé
diverses activités au Pays
lesquelles est intervenue Lana
Khaskia, membre du parti palesti-
nien Abna El Balad, et où on a
ALLÉS, basque où l'on a travaillé la expliqué la situation de violation
des droits dont souffre le peuple
perspective internationale.
NOUS Voici le plus significatif :
palestinien.
- Le 21 mars, LAB a fait partie de la
délégation basque au « Newroz »

AVONS - Janvier :
(Fête du nouvel an) qui a été tenue
à Diyarbakir, capitale du Kurdistan.
De même, durant ce voyage, LAB
- LAB a participé à la réunion du
FAIT… Secrétariat du Bureau européen de
la FSM célébrée à Rome au milieu
s'est réuni avec la direction du
syndicat de la fonction publique
KESK. Ce syndicat de classe, majori-
du mois de janvier. De même, une
taire dans le secteur public, mise
réunion a été organisée entre des
sur une solution de dialogue pour
membres de la Fondation Ipar
résoudre le conflit entre le
Hegoa et de Cestes, fondation du
Kurdistant et la Turquie.
syndicat italien Unione Sindacale di
Base (USB), afin d'étudier des
24 domaines de collaboration.
- Avril :
- Du 12 au 17 avril, le Secrétaire de la
Santé au travail, Ibon Zubiela, a par-
- Février :
ticipé, sur invitation de la CTC de
- Les membres de LAB, Amaia Cuba, à un Congrès sur la santé au
Fontang et Igor Urrutikoetxea ont travail.
participé à l'Assemblée générale de - Les 16 et 17 avril, Alberto Cristóbal
la Plate-forme des Syndicats des (Secrétaire national du métal) et
Nations sans État, célébrée au Val Fernando Mendiola, délégué du
d'Aoste les 5 et 6 février. Lors de secteur, ont participé à la rencontre
cette assemblée, outre l'approba- européenne de l'Union internatio-
tion du règlement interne de la nale des Syndicats du Métal organi-
Plate-forme, un accord a été trouvé sée à Athènes. Ont également été
quant à une résolution exigeant la présents le compagnon de LAB,
mise en liberté de Rafa Díez. Jesús Mª Gete, en qualité de
Secrétaire général de l'UIS men-
tionnée.
- Mars : -Invités par l'Intersyndicale cana-
- Le 12 mars, la membre du Comité rienne, aux côtés de syndicats tels
exécutif, Arantzi Sarasola, a partici- que FSOC (Canaries), CUT (Galice),
pé à une discussion à Séville IAC (Catalogne), Intersindical
(Andalousie), aux côtés du SAT et Valenciana (Valence) ou STE (État
des délégués de TMB, expliquant la espagnol), nous avons participé à
lutte syndicale qui a lieu actuelle- diverses discussions à Las Palmas
ment au Pays basque. et Tenerife, où nous avons expliqué
la position de LAB quant à la réfor- Sotiris Zarianopoulos, qui a expli- -Septembre :
me professionnelle du gouverne- qué la lutte que mène actuelle- - Le 7 septembre, dans le cadre de
ment de l'État du PSOE. ment la classe ouvrière grecque. la Journée internationale d'Action
- Les membres de la direction de organisée par la FSM, un rassem-
LAB, Gaizka Uharte et Amaia blement a été organisé face au
-Mai : Fontang, ont participé au Congrès Parlement de Navarre où l'on a
- Una délegation compossé par Mª de la STC de Corse. dénoncé les responsables actuels
Paz García Ortega et Josu Bilbao a - Du 9 au 13 juin, invitée par LAB, de la crise dont nous souffrons, la
participé dans les actes du 1er Mai Carina Maloberti, Secrétaire-orga- classe politique et le secteur ban-
en Cuba. nisatrice de l'Association des caire. Après le rassemblement, des
- À l'occasion du 10e anniversaire Travailleurs de l'État (ATE) dizaines de membres de LAB ont
de LAB à Iparralde, des syndicats d'Argentine était au Pays basque. occupé un bureau de la banque
des nations de l'État français Ce syndicat compte plus de 200 Santander à Pampelune (Iruñea)
(Corse, Martinique, Guadeloupe, 000 membres et est le plus et paralysé son activité durant
Nouvelle-Calédonie, Bretagne…), important de ceux qui font partie
deux heures. Parmi eux, 7 s'é-
ont participé aux cérémonies du de la Centrale des Travailleurs
taient enchaînés : ils furent arrê-
1er mai de LAB à Iparralde et à d'Argentine (CTA). Carina a fait un
tés et accusés de désordres
diverses rencontres. Certains d'en- discours le 9 juin, au siège de LAB
publics. L'action a eu une grande
tre eux ont également visité l'en- de Bilbao, sur la situation actuelle
répercussion.
treprise Indar de Gipuzkoa auprès des luttes sociales dans son pays.
- Igor Arroyo, membre du Comité
de LAB. - LAB a participé à la réunion du
- Igor Urrutikoetxea, Secrétaire des Secrétariat du Bureau régional exécutif de LAB a participé à une
Relations internationales, s'est européen qui s'est tenue à Genève discussion organisée à Saragosse
rendu au Groenland du 13 au 23 le 15 juin, ainsi qu'à divers événe- par le collectif ASSI. Là, on a expli-
mai, invité par le syndicat groen- ments à l'occasion de la conféren- qué diverses luttes syndicales et
landais SIK. Il s'est réuni avec des ce internationale du travail annue- l'Intersyndicale d'Aragon, le SOC
membres du syndicat et avec divers lle organisée par l'OIT. (Andalousie), CSI (Asturies),
partis du Groenland afin de connaî- - Ainhoa Etxaide, Secrétaire géné- Solidarité ouvrière (Madrid).
tre en direct la situation politique rale, a fait un discours organisé - Leire Nalda et Igor Urrutikoetxea,
actuelle de cette nation soumise par l'Intersyndicale-CSC à de LAB, auxquels viennent s'ajouter
administrativement au Danemark. Barcelone sur les luttes et défis une trentaine de délégations, ont 25
- Du 24 au 26 mai, Igor actuels du syndicalisme basque. participé à la Conférence interna-
Urrutikoetxea s'est rendu à des - Du 22 au 24 juin, les membres de tionale de solidarité avec la classe
réunions avec des dirigeants de la fondation Cestes d'Italie, ouvrière grecque organisée par
divers syndicats danois, comme par Luciano Vasapolo et Rita Martufi, PAME à Athènes les 17 et 18 sep-
exemple, 3F ou le syndicat des arri- se sont rendus au Pays basque, tembre.
meurs, à Copenhague. afin de fixer des domaines de
collaboration entre Cestes et Ipar
Hegoa. - Octobre :
- Juin : - Des dizaines d'organisations - Ine délégation de LAB qui a parti-
- Le 3 juin a été célébrée une con- syndicales du monde entier ont cipé à l'Assemblée générale du
férence, organisée par la montré leur soutien pour la Grève Bureau européen de la FSM, célé-
Fondation Ipar Hegoa et le générale du 29 juin célébrée au brée à Rome les 1 et 2 octobre.
Secrétariat des Relations interna- Pays basque. - Amaia Fontang ont participé au
tionales, intitulée « Syndicalisme Congrès d'UGTM, célébré au milieu
et terrorisme d'État en Colombie du mois d'octobre en Martinique.
». La rapporteuse fut Luz Helena -Juillet : - Una délegation compossé par
Ramírez, représentante de Movice -Une délégation de LAB, formée par
Pablo Ortiz de Latierro (Daimler-
(Mouvement des victimes de cri- Gaizka Rial et Igor Urrutikoetxea
Vitoria) et Benito Uterga
mes d'État), de Colombie. (Relations internationales) a parti-
- Le 5 juin, au Anaitasuna de cipé à la « IIIe Rencontre Notre (Volkswagen-Pamplona) participé
Pampelune, a été célébrée une Amérique » célébrée à Caracas dans una conférence sur láutomo-
cérémonie de LAB où se sont réu- (Vénézuela), à laquelle ont participé tion qui avait éte organisée par Die
nis des milliers d'affiliés. À cette des dizaines d'organisations syndi- Linke et la Fondation Rosa
cérémonie a participé le membre cales de toute l'Amérique et qui fut Luxemburgo dans Stuttgart
du Comité exécutif de PAME, clôturée par Hugo Chávez. (Alemagne) du 28 an 30 octobre.

 
 

  (     



 ' %  
 @
A   
3 4

 
'  $  
  
  

  
+,-  . $
/0 ' 
       $
  & 
( 0   
  
     
 1
! 

    
   *

!  4* *

  
 
" 



,/ 
2 3 345   

   
!     
     
 
  6
7      
 *

"  * 

 
"     !! 
   
 3883 !  
$
9:; 11<< 
!(   =>'
 !
   
  $* :$=>      !"#$ %     &'   (  
7  
9:; 11<<      $       ' %
!    !     ) *  +  )    , -% ' % )   
         .%       . /$
  ?
1 
      %   012 %   $   %$
@! ??        .         &'    $
   A B       . 

 !"!! # $

C   


    D,

%&' !
  
       
        
     
     
      
        
         

          ! 
   ! 
      
 
  !  
 

"    !# 


    !#  
       $

  % 
% !#     
   &' ( 
&      )   
    
 
       
     
! *
     BB
 
     
 
  
D   IG/7J &' G/7  388H &
! >
! 4KH5&    /  
9  D> !   
  L8      /  I9"/J 7 .566


,  67  8
  4M8     
    $ !   D E<9;9,%F 0  F *
 !  K8      , 
   .566

 6
.789:;%< %=
D .566

   

'  . )  %   ).  > &  4  ? 4