Vous êtes sur la page 1sur 1

• •• r _ ...

Henry van de Velde est né 0 Anvers en 1863. Son tempérament En 1896 eut lieu I'événement
11 11 I'achèvement, 0 Uccle, de la
:

artistique Ie poussait vers la peinture. Pendant quatre années, 0 I'école première maison de van de Velde, la sienne. Cette maison, iI fallut
des Beaux-Arts, ensuite dans I'atelier de Verlat, il apprit Ie métier du la meubler, la décorer, suivant les mêmes principes qui avaient com-
peintre. En 1884-1885, van de Velde est 0 Paris. C'était I'époque des mandé la construction. Van de Velde fut obligé de faire exécuter tout,
batailles impressionnistes et, dans ces querelles esthétiques, iI prit jusqu'au moindre détail, d'après ses propres plans et dessins. Archi·
résolument Ie parti des Manet, des Monet, des Renoir... Mais iI hésite tecture, meubles, papiers peints, tissus, services de tabie, tapis, lumi·
avant de s'engager lui-même dans la voie qui lui était tracée. Dans naires, tout fut conçu logiquement, selon Ie même esprit. Et, pour la
une société ou la peinture ne servait plus que la vanité de quelques première fois, on put voir une maison et un intérieur d'un style unitaire
heureux, I'art avait cessé d'être un réconfort pour tous ceux auxquels et nouveau, un cadre complet. Certes, les théories, les techniques et
les rigueurs de I'existence interdisaient I'accès aux joies les plus pures. les lignes ont évolué depuis cette première réalisation. 11 n'en reste
Cet art, si élevé qu'en fût la conception, pouvait-il être pratiqué sans pas moins que cette réussite de 1896 fut Ie point de départ, non
arrière-pensée par un homme conscient de pouvoir apporter, à ceux seulement d'une carrière féconde, mais de la renaissance de I'archi-
vers qui allaient ses sympathies, un secours plus réel en restituant 0 tecture et des arts industriels sur Ie continent.
I'art quelques-unes de ses bienfaisantes vertus. Van de Velde allait D'autres avaient tenté d'ouvrir la voie : Ie Liégeois Serrurier-Bovy
avoir trente ans. C'est pour pouvoir se vouer uniquement 0 cet avait dessiné des meubles, à vrai dire assez compliqués, Hankar
apostolat qu'il abandonna la peinture. 11 serait théoricien et tenterait construisait ses premières maisons, Horta allait s'affirmer. Mais 0
d'amener peintres, sculpteurs, architectes, ouvriers manuels à créer Uccle il y avait mieux qu'une expérience. C'était I'affirmation d'une
selon une conscience plus haute, une pensée plus altruiste. 11 com- série de principes qui allaient donner naissance 0 un style.
mença cette tóche difficile 0 l'Université Nouvelle de Bruxelles, fondée En 1897, S. Bing, grand amateur d'art japonais, marchand et ani-
par Elysée Reclus, en y enseignant I'histoire des arts industrieis. mateur audacieux, établit 0 Paris les magasins de L'Art nouveau ".
11

C'est vers cette époque que parurent dans « La Société Nouvelle» Invité 0 organiser 0 Dresde, en 1897, une exposition, il charge van de
ses premiers écrits : les Prédications d'Art ", devenues les Sermons
11 11 Velde de lui fournir tous les meubles. C'était la première exposition
Laics ", dans lesquels il développait déjà Ie programme de toute son d' art nouveau en Allemagne. Ce fut la grande révélation. Toute
11 11

action ultérieure, dans lesquels iI posait déjà ces affirmations révolu- la presse allemande y consacra de longs articles. Pour des raisons que
tionnaires : L'Art renouvelle sa forme, parce que la société change
11 nous n'avons pas 0 discuter ici, les noms des collaborateurs de Bing
de forme ". " L'Art va droit et d'instinct vers les choses usuelles ". furent tenus secrets. Mais la critique allemande n'accepta pas cet
11 suffira sans doute d'indiquer, pour mémoire, d'autres activités. anonymat. Meyer-Graefe, dont par la suite la réputation de critique
La fondation de la revue Van nu en straks" qu'il iIIustra. du cercle
11 d'art devint mondiale, découvrit que I'auteur du mobilier était van
anversois Als ik kan ", du Cercle des Vingt ", dont I'action fut déci-
11 11 de Velde et Ie proclama. Ce fut un concert de louanges et la célé-
sive, de La Libre Esthétique ", toutes manifestations qui firent de la
11 brité. Constantin Meunier qui accompagnait van de Velde 0 Dresde,
Belgique et de Bruxelles Ie centre d'un mouvement dont I'influence ou la première présentation d'ensemble de ses reuvres occupait une
allait s'exercer dans l'Europe entière. place d'honneur, prophétisa que I'art de son ami révolutionnerait

6 7