Vous êtes sur la page 1sur 5

La société commerciale est régie par le code de commerce qui prévoit les types

de sociétés (différentes natures juridiques) depuis leur fonctionnement jusqu'à


leur dissolution.

Le code commerce prévoit :

les sociétés de personnes :

la SNC

la société en commandité simple,

la société en participation

Les sociétés de capitaux :

La SARL

La SPa

La société en commandite par actions,

l'EURL,

Avant le code de commerce, il faut rappeler que la société étant un contrat,


elle est prévue par le code civil (Articles 416 et suivants).

Etant un contrat, la société est créée suivant acte notarié. Elle pend naissance
dès son immatriculation au registre de commerce. Elle prend fin dès sa
radiation toujours au registre de commerce après sa liquidation et sa
dissolution.

. La durée de la société est fixée par les statuts et est au maximum de 99 ans. A
la fin de la durée prévue, il est mis fin à la société de facto. Si les associés
décident de la maintenir, ils leur appartient de décider de sa prolongation.
La société étant un contrat, les co-contractants, en l'espèce, les associés ont
pour but un objet économique. C'est à dire qu'ils doivent faire face aux gains
mais aussi aux pertes.

C'est là qu'il faut faire la distinction entre le type des sociétés commerciales où
le rôle diffère.

Par exemple, en matière de société à responsabilité limitée, le gérant est


responsable de tout acte inhérent à la société. Les associées lui demandent des
comptes sur la bonne gestion de la société car il est seul responsable que ce
soit en matière civile ou pénale. Ils ne sont en aucun cas responsable des actes
du gérant aussi bien vis à vis de la société que des tiers.

Par contre, lorsqu'il s'agit de la société en nom collectif, les associés sont
solidairement responsables. Par exemple, en cas de litige d'une créance
notamment en matière fiscale, le recouvrement sera opéré à l'encontre de
chaque associé au prorata des parts qu'il détient.

Contrairement à la SARL où comme indiqué seul le gérant est responsable.


Dans ce cas, c'est le capital social qui sera opposé aux créanciers et aux tiers.

Il en de même pour l'EURL qui quand bien même est constitué d'un seul
associé.

Et c'est là la particularité de la responsabilité limitée qui fait une nette


distinction entre le patrimoine social et le patrimoine privée.

Exemple : Un tiers détient une créance de 10 MDA envers une SARL dont les
associés possèdent un patrimoine de 60 MDA alors que le capital social est de
1MDA. La condamnation que peut prétendre le créancier sera ordonnée à
concurrence du montant du capital social.

Droit pénal des sociétés.

Le droit pénal régit les infractions commises par tout citoyen justiciable.
En revanche, les sociétés commerciales, en plus du code pénale, sont
sanctionnées particulièrement par le code de commerce qui prévoit en ses
articles 700 et suivants des peines propres aux gestionnaires des sociétés
commerciales.

Il faut rappeler que les sociétés nationales qui avaient comme statut des EPE
sont passés au statut, en général, des sociétés par actions. Or, les Spa sont
régies par le code de commerce. C'est à dire qu'en cas d'infraction, les
gestionnaires sont de droit soumis au code de commerce. Mais s'agissant de
sociétés nationales dont le caractère souverain est prédominant, le pouvoir
exécutif a modifié le code pénal en insérant des dispositions particulières aux
gestionnaires de ces sociétés.

En d'autres termes, un directeur général d'une Spa dans le secteur privé, le


code commerce lui sera appliqué. Par contre, un directeur d'une Spa dans le
secteur public, un autre texte "confectionné pour l'occasion lui sera appliqué".

Observation particulière à la Spa.

La Spa est représentée par le Directeur général. Dans ses organes, elle
comprend le conseil d'administration, l'assemblée générale et le directoire.

Le directeur général est seul responsable de la société.

Le président du conseil d'administration soumet les résolutions adoptées par


ses membres qui seront soumis à approbation.

En cas de litige, seul le DG est responsable (à condition qu'il ne chapote pas la


fonction de PCA).

Les statuts.

Les statuts d'une société, quelle que soit sa nature prévoit :

- les associées,

. la dénomination social,
. le siège social,

. le capital social et son apport,

. la nomination du gérant avec ses prérogatives, (A défaut le gérant est nommé


par acte séparé suivant AGEX),

. la révocation du gérant,

. la tenue des assemblées générales,

. la liquidation de la société,

. la dissolution,

. les cas de litige. etc.

* Les assemblées des sociétés commerciales.

Toute société doit tenir des assemblées générales des associés. Le code
commerce prévoit deux types : l'assemblée générale ordinaire (AGO) et
l'assemblée générale extraordinaire (AGEX).

La première est obligatoire. Elle doit se tenir, au moins une fois par an, tous les
six mois avant la clôture des comptes. Son objet principal est la distribution des
bénéfices ou des dividendes (selon la nature juridique). Elle est également
tenue d'approuver les bilans comptables approuvés par le commissaire aux
comptes pour déposer les comptes sociaux au CNRC).

La deuxième (AGEX) consiste à tenir une assemblée en fonction des impératifs


de la société (transfert du siège social, augmentation du capital ou sa
réduction, nouvel associé...)

Les groupements.

Un groupement consiste en l'association de deux ou plusieurs sociétés en vue


de réaliser des buts économiques conjoints. Une société spécialisée en matière
d'engineering qui doit réaliser un marché qui suscite des travaux publics, n'a
pas les compétences requises exigées dans ses statuts. C'est ainsi que ce cadre,
il est fait appel au groupement des sociétés qui se partagent les compétences.
Cette notion est devenue une pratique courante depuis le développement
économique de l'Algérie dans les années 2000. En effet pour la construction
des projets stratégiques tels que les autoroutes, les logements, les
infrastructures, les barrages etc... notre pays a été contraint de faire appel aux
sociétés d'expertise tout en sauvegardant l'intérêt national en faisant participer
les entreprises locales.

En droit, l'encadrement juridique consiste à créer des groupements.

Le groupement est une association de deux entités pour la réalisation d'un


projet. On appelle souvent cette structure groupement d'intérêt économique
(GIE).