Vous êtes sur la page 1sur 1

La bataille de la somme dure environ 5 mois : de juillet à novembre 1916.

C’est
l’une des batailles les plus meurtrières de la grande guerre en engendrant une
violence de masse. En quoi, alors, cette bataille symbolise la violence de masse
pendant la première guerre mondiale ?

D’abord, elle oppose les alliés britanniques et français aux allemands et mobilise
un nombre gigantesque de guerriers de 25 nationalités diverses telles que des
canadiens, des australiens, ou encore des indiens.

Ensuite, les témoignages des combattants et leurs clichés montrent la violence


des combats quotidiens. Environ 20 millions d’obus de tous calibres sont tirés
par les soldats français et anglais. En effet, les combattants s’échangent une
violence de masse due à l’usage de nouvelles armes monstrueuses, redoutées par
les soldats notamment le char d’assaut (qui apparait pour la première fois sur un
champ de bataille) mais aussi l’artillerie, les mitrailleuses, des liquides enflammés
ou des gaz asphyxiants (nuages de chlore par exemple). L’intensité des
bombardements bouleverse sans cesse les tranchées. Les combattants souffrent
en permanence lors de ces engagements des bruits assourdissants et
permanents. Ils frôlent la mort à chaque instant, se battent dans des trous
d’obus, et perdent un à un leurs camarades. Bien que certains parviennent à
sauver leur vie leur condition de vie est fort hostile avec des poux, des rats, et
l’odeur des cadavres qui les entourent.

Enfin, cette bataille se caractérise par l’ampleur de ses pertes. Elle s’est soldée
par un million de soldats blessés, tués ou disparus durant approximativement 150
jours de combat. Les conséquences de ces combats sont aussi d’ordre
psychologique, physique et environnemental. D’une part, des conséquences
psychologiques sur les soldats qui échappent belle à la mort, ou physiques s’ils
terminent le conflit handicapés. D’autre part, des conséquences
environnementales : toute la zone de front est malheureusement détruite par la
projection de tonnes de terre, de roches mais aussi d’obus laissant de nombreux
cratères éventuellement profonds. Il en résulte que cette zone de front sera
privée longtemps de mise en valeur urbaine, agricole ou pour toute autre activité
économique.

En guise de conclusion, la bataille de la Somme se caractérise par un nombre


colossal de morts au combat et par des massacres injustifiés de civils. Elle
s’explique par le fait qu’elle est une guerre totale, qui mobilise tous les moyens et
catégories des adversaires.