Vous êtes sur la page 1sur 11

DES « RÉSIDUS RADIOACTIFS » AU CŒUR D’UNE DYADE MÈRE-BÉBÉ OU

LA TRANSMISSION DU TRAUMA D’UNE MÈRE À SON BÉBÉ

Marion Feldman, Elisabetta Dozio, Mayssa’ El Husseini, Élise Drain, Rahmethnissah


Radjack, Marie Rose Moro

La Pensée sauvage | « L'Autre »

2015/2 Volume 16 | pages 140 à 149


ISSN 1626-5378
© La Pensée sauvage | Téléchargé le 14/10/2020 sur www.cairn.info via Université Saint-Joseph (IP: 193.227.187.135)

© La Pensée sauvage | Téléchargé le 14/10/2020 sur www.cairn.info via Université Saint-Joseph (IP: 193.227.187.135)
ISBN 9782859193065
Article disponible en ligne à l'adresse :
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
https://www.cairn.info/revue-l-autre-2015-2-page-140.htm
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution électronique Cairn.info pour La Pensée sauvage.


© La Pensée sauvage. Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les
limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la
licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie,
sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de
l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage
dans une base de données est également interdit.

Powered by TCPDF (www.tcpdf.org)


dossier
© La Pensée sauvage | Téléchargé le 14/10/2020 sur www.cairn.info via Université Saint-Joseph (IP: 193.227.187.135)

© La Pensée sauvage | Téléchargé le 14/10/2020 sur www.cairn.info via Université Saint-Joseph (IP: 193.227.187.135)
Des « résidus radioactifs »
au cœur d’une dyade mère-bébé
ou la transmission du trauma
d’une mère à son bébé
Marion FELDMAN et Elisabetta DOZIO,
CESP, INSERM, PCPP, Univ. Paris-Descartes, USPC, Paris
Mayssa’ El Husseini et Elise Drain,
CESP, INSERM, UTRPP, Univ. Paris 13, USPC, Bobigny
Rahmeth RADJACK et Marie Rose MORO
CESP, INSERM, PCPP, Univ. Paris-Descartes, USPC, Paris

W
innicott (1939), Spitz (1945), Anna Freud et Burlingham (1970) ont
permis d’ouvrir la voie à de nouvelles recherches et théorisations
sur la notion de traumatisme psychique et ses conséquences chez
l’enfant. Leurs travaux s’accordaient sur une représentation de la mère
comme « bouclier » qui protège le bébé des traumatismes. Mais que se
passe-t-il lorsque la mère elle-même a vécu un événement traumatique ?
De quelle manière celui-ci peut-il être transmis au bébé ?
Dans la littérature sur la transmission transgénérationnelle du trauma,
les travaux récents sur la transmission directe entre la mère et le bébé
restent focalisés sur l’importance de la théorie de l’attachement ou sur
l’étude de cas cliniques.

140 | L’autre , cliniques, cultures et sociétés, 2015, volume 16, n°2 , PP. 140-149

, PP. xxx
la transmission du trauma d’une mère à son bébé | Dossier

S’appuyant sur la théorie de l’attachement (Bowlby 1989), de nombreux


travaux confirment les conclusions sur les facteurs de risque de transmission
du traumatisme intergénérationnel : l’attachement désorganisé (Lyons-Ruth &
al. 2003 ; Hesse & al. 2003), la dissociation parentale (Egeland & al. 1996),
le comportement effrayant parental (Schuengel & al. 1999). En particulier
les représentations mentales maternelles déformées à propos de l’enfant
(Lyons-Ruth & al., 1996 ; Schechter & al. 2005 ; Schechter & al. 2008)
favorisent les comportements effrayants en réponse à l’enfant, qui va par
conséquent réagir avec des comportements désorganisés. La détresse et
les réactions de l’enfant peuvent réactiver la mémoire traumatique chez la
mère, avec le risque de conduire à un cercle vicieux.
Marion Feldman D’autres modèles peuvent expliquer la transmission d’un traumatisme.
est maître de conférences
en psychologie clinique, Schore (2001a, 2002b) explique comment le rythme dans l’interaction mère-
HDR, psychologue cli- enfant peut être affecté négativement quand les mères sont traumatisées.
nicienne, chercheure
au  PCPP EA 4056
L’incapacité à moduler les stimulations et la réponse aux besoins infantiles
Sorbonne Paris Cité, peut amener à une hyperstimulation ou à la négligence de l’enfant. D’autres
Institut de Psychologie. auteurs sont plus orientés vers un modèle inconscient de transmission
Email : marion.feldman@
parisdescartes.fr (Ciccone 1995). Le développement psychique d’un enfant est constitué
des attentes des parents envers le bébé, de leurs fantasmes et des projets
Elisabetta Dozio,
psychologue, doctorante
mobilisés qui sont transmis au bébé. Les parents traumatisés ont souvent
au PCPP EA 4056, Sor- des représentations de leur enfant noircies par des souvenirs d’éléments
bonne Paris Cité, Institut traumatisants de leur passé, ce que Fraiberg (1975) nomme les « fantômes
de Psychologie. Référente
dans la chambre d’enfants  ».
© La Pensée sauvage | Téléchargé le 14/10/2020 sur www.cairn.info via Université Saint-Joseph (IP: 193.227.187.135)

© La Pensée sauvage | Téléchargé le 14/10/2020 sur www.cairn.info via Université Saint-Joseph (IP: 193.227.187.135)
santé mentale et pra-
tiques de soins à Action À travers le concept d’« accordage affectif », Stern (1985) propose une voie
Contre la Faim, Paris. de transmission sur la base du partage des états émotionnels entre la mère
Email : bettadozio@
hotmail.com et l’enfant à travers des échanges inter-modaux. La mère tend à compléter
Mayssa’ El Husseini,
les actions du bébé avec des gestes, l’enfant ressent le geste de la mère
psychologue-clinicienne comme une affirmation de son état​affectif. Les mères traumatisées peuvent
à la Maison de Solenn, transmettre par leur geste leur état affectif
​​ qui sera intériorisé par l’enfant.
Maison des adolescents
de Cochin, doctorante à
Une mère non disponible pourrait être la source de trauma directe pour le
l’UTRPP- Sorbonne Paris bébé. L’adulte peut être l’agent transmetteur du traumatisme (Bailly 2006).
Cité, CESP, INSERM.
Email : mayssa.husseini@
gmail.com La « radioactivité » dans la transmission du trauma mère-bébé
L’apport de Gampel (2003) sur la transmission du traumatisme apparaît
Elise Drain,
pédopsychiatre, service intéressante à appliquer à la situation mère-bébé. La radioactivité est uti-
de psychopathologie lisée comme métaphore de la violence sociale, intersubjective. Être ancré
de l’enfant et de l’ado- dans une lignée d’appartenance, ce n’est pas uniquement être inscrit d’une
lescent, psychiatrie géné-
rale, addictions, Hôpital façon symbolique dans un arbre généalogique, c’est également sentir dans
Avicenne, Bobigny. son corps la présence de ses parents, de ses grands-parents, et sentir
Email : elise.drain@aphp.fr
que son propre corps vit dans celui de ses enfants. Gampel spécifie les
Rahmeth Radjack, modalités de transmission du traumatisme des survivants de la Shoah :
pédopsychiatre, Maison les résidus radioactifs peuvent se transmettre de la 1ère génération qui a
de Solenn, Maison des
adolescents de Cochin. vécu la Shoah, à la 2ème génération qui l’a vécue sur le mode fantasmé,
Email : rahmeth.radjack@ puis à la 3ème. Au cours de cette transmission, certains processus peuvent
aphp.fr
se produire suscitant des troubles spécifiques. Le concept d’identification
Marie Rose Moro, radioactive tente de modéliser le phénomène inconscient, imprévisible, qui
professeure de jusqu’à présent n’était appréhendé par aucune théorie psychanalytique.
psychiatrie de l’enfant
et de l’adolescent, Comme pour certaines personnes exposées à la radioactivité concrète,
Université de Paris- les résidus radioactifs demeurent latents et n’émergent en tant que mala-
Descartes, chef de
service de la Maison
dies –psychiques ou physiques, chez eux ou chez leurs enfants, que bien
de Solenn, Maison des des années plus tard. La radioactivité opère à distance, et ses effets n’ont
adolescents de Cochin. de limites ni dans l’espace ni dans le temps.
Chercheure au PCPP EA
4056 Sorbonne Paris Cité,
Institut de Psychologie et Mère et bébé : émetteurs-récepteurs
CESP, INSERM. Lorsqu’une personne a été exposée à des violences, les événements qui
Email : marie-rose.moro@
aphp.fr ont fait effraction y demeurent comme des corps étrangers « provoquant de

L’autre , cliniques, cultures et sociétés, 2015, volume 16, n°2 | 141

, PP. xxx
Dossier | la transmission du trauma d’une mère à son bébé

vains efforts d’assimilation ou d’expulsion » (Crocq 1999 : 215). Ce vécu


violent et le processus impliquant un investissement psychique important,
font que la personne, en l’occurrence la mère dans notre situation, devient
émettrice de « résidus radioactifs ». Le bébé, lui, n’a pas vécu ces événe-
ments, mais proche de sa mère, dépendant d’elle dans les soins, il devient
récepteur de cette radioactivité. La mère constitue une « fonction miroir »
pour le bébé, qui se voit comme «  en reflet  » dans le visage maternel.
Lorsqu’une mère a été traumatisée, le bébé est alors partie prenante, ainsi
mère et bébé deviennent émetteurs-récepteurs des résidus radioactifs, par
cet effet « miroir ».
Ces échanges de «  résidus radioactifs  » risquent de venir altérer les
fonctions maternantes, c’est-à-dire les capacités de « holding » (Winnicott
1964 : 62) et peuvent ainsi rendre la dyade dysharmonieuse avec un risque
psychopathologique pour le bébé.

Fonctionnement des personnes « irradiées »


Par ailleurs, le facteur temps est une donnée importante dans le trauma-
tisme : il y a le temps avant et le temps après. Pour reprendre Gampel, les
personnes « irradiées » fonctionnent, en se comportant selon deux modes ou
deux arrière-plans qui sont liés aux deux temps du traumatisme. Un « arrière-
plan de sécurité »  provient d’un sentiment de sécurité qui s’est développé
dans le cadre de la relation mère-enfant, au sein d’une famille rassurante
et dans un contexte social organisé, avec un attachement « secure ». Et un
© La Pensée sauvage | Téléchargé le 14/10/2020 sur www.cairn.info via Université Saint-Joseph (IP: 193.227.187.135)

© La Pensée sauvage | Téléchargé le 14/10/2020 sur www.cairn.info via Université Saint-Joseph (IP: 193.227.187.135)
« arrière-plan d’« inquiétante étrangeté » qui est une expérience vécue sans
signification, ne pouvant être verbalisée, et donc liée aux violences subies.
Les deux plans fonctionnent à différentes périodes en alternance. L’arrière-
plan d’« inquiétante étrangeté » ne peut être ni assimilé ni intégré à des
structures préexistantes ou à des expériences de la vie présente.
Dans la relation mère-bébé, ce comportement peut se manifester par des
attitudes de la mère qui peuvent parfois être adaptées avec son bébé lorsque
« l’arrière-plan de sécurité » prédomine, et parfois il y a inadaptation, lorsque
« l’arrière-plan d’inquiétante étrangeté » prévaut. On peut alors observer une
juxtaposition de présence et de vide ou d’une disponibilité psychique suivie
par une indisponibilité ou une incohérence à être avec le bébé.
La mère est «  composite  » (Tauber 1996), c’est-à-dire, composée de
multiples aspects et clivages (Gampel 2003 : 110).

Le partage de la radioactivité
Dans une situation triadique : mère-bébé-clinicien, la « radioactivité » se
partage à l’ensemble des partenaires. Le clinicien va également être affecté
par le récit, tout autant que l’enfant. La rencontre avec les patients trauma-
tisés est source de diverses réactions qui peuvent apparaître dès le prélude
de la rencontre. Elles ont été théorisées sous leurs aspects émotionnels,
représentationnels, cognitifs par des auteurs comme Lachal sous le terme
de « scénario émergent » (2006). Ce scénario est une réponse spontanée
au récit de l’expérience traumatique. Elle s’impose au thérapeute, à la limite
du conscient et du préconscient, et advient dans une atmosphère affective
d’empathie qui le conduit à une réécriture de la scène traumatique, afin
justement de lui faire perdre son pouvoir traumatique. Son émergence est
conditionnée par le caractère traumatique du vécu du sujet, qui est inscrit
dans le récit même qu’il en fait.

Une mère haïtienne et son enfant de 2 ans et demi


Nous rencontrons Anita, mère d’Eleazar dans le cadre de l’accueil de celui-ci
depuis quelques mois dans une crèche préventive. Eleazar bénéficie d’une
suppléance familiale, c’est-à-dire qu’il est accueilli à la journée et passe des

142 | L’autre , cliniques, cultures et sociétés, 2015, volume 16, n°2

, PP. xxx
la transmission du trauma d’une mère à son bébé | Dossier

nuits et des week-ends chez l’accueillante. Il ne s’agit pas d’un placement


mais d’un accueil préventif.
Anita est née en Haïti. Elle vivait avec sa grand-mère maternelle et sa
demi-sœur, et voyait de temps à autre sa mère qui avait construit sa vie
avec un autre homme ; elles n’habitaient pas loin l’une de l’autre. Le père
d’Anita était parti en France. À l’âge de 6 ans, son père la fait venir en France.
Sans qu’il lui soit expliqué quoique ce soit, elle prend l’avion toute seule
et arrive dans un pays qu’elle ne connaît pas. Dès son arrivée, elle subit
des violences extrêmes de la part de son père. Il la frappe, il lui ordonne
de s’occuper de la maison, il lui interdit de parler le créole, seule langue
qu’elle parlait avant de venir en France.

«  Il m’a tapé, comme je pleurais que je comprenais pas pourquoi


j’étais venue, je réclamais ma maman. Quand il m’a tapé ce jour-là,
je n’avais plus le droit de prononcer le nom de ma mère (…). Il
m’enfermait dans une pièce toute une journée, avec un tableau qu’il
avait acheté. Comme j’étais… illettrée, je ne savais pas du tout lire, je
savais rien du tout parce que quand j’étais venue, j’étais jamais partie
à l’école et lui qu’est-ce qu’il a fait  ? Il a pris une ceinture et puis il
écrivait et il fallait que je répète, si je répétais mal, il me tapait, (…)
ça a duré toute une journée, du matin jusqu’au soir. C’était comme
ça tout le temps. Ça a duré quand même jusqu’à mes 14 ans.
(…) Il contrôlait tout ce que je faisais. Une fois il m’a étranglé jusqu’à
© La Pensée sauvage | Téléchargé le 14/10/2020 sur www.cairn.info via Université Saint-Joseph (IP: 193.227.187.135)

© La Pensée sauvage | Téléchargé le 14/10/2020 sur www.cairn.info via Université Saint-Joseph (IP: 193.227.187.135)
ce que je tombe dans les pommes parce que, parce que je suis arrivée
dix minutes en retard. Il m’a étranglé jusqu’à ce que ma belle-mère lui
suppliait, il disait « je vais la tuer, je vais la tuer ».

À l’âge de 9 ans, elle arrive à l’école, le visage couvert d’ecchymoses,


l’école signale et un placement est décidé par le juge. À l’âge de 15 ans,
sur l’insistance de son père, elle retourne chez lui. De nouveau, elle y subit
des sévices physiques et sexuels. À 18 ans, la mission locale lui propose
un stage dans la semaine, et elle retourne chez son père le week-end. Les
sévices continuent et son père s’oppose à son insertion professionnelle.
Il la coupe du monde extérieur. Un matin, elle quitte la maison pour ne pas
revenir. Quelques mois plus tard, la sachant enceinte, son père lui demande
de revenir chez lui avec insistance. Elle y retourne quelque temps, mais les
violences sont telles qu’Anita quitte définitivement le domicile de son père
pour ne plus y retourner. Anita a deux enfants, le premier a 4 ans, le second
va avoir 3 ans. Les pères des enfants ont quitté Madame A pendant ses
grossesses. Pour le deuxième enfant, Anita a fait un déni de grossesse. Elle
fait le lien entre sa difficulté à être mère et son passé douloureux. À la fin de
l’entretien, elle révèle qu’elle a récemment demandé un accueil provisoire
pour ses deux enfants, pour les protéger de ses propres débordements et
pour s’occuper davantage d’elle, « pour [se] reposer ».
L’entretien ce jour-là est filmé, pour permettre une observation directe
et détaillée des interactions parents enfants, et d’identifier d’éventuels
processus de transmission du trauma de la mère à son bébé. Nous avons
pour usage les grilles d’observation RAF de Bobigny (Lebovici, Mazet,
Visier 1989). Développées en France, ces grilles ont pour but de mettre en
avant les pathologies interactives pour des bébés de 3 mois, 1 an, 2 ans
et 3 ans. Ainsi nous repérons que dans notre rencontre avec Anita et son
bébé, les initiations des échanges se font exclusivement par l’enfant, sur
un mode visuel et corporel. Anita ne répond pas aux échanges corporels
initiés par son fils, sauf à la toute fin de l’entretien quand le sujet porte sur
le présent, notamment sur la relation mère-enfant. La tristesse semble être
la tonalité affective dominante, à la fois chez Eleazar et sa mère, laquelle

L’autre , cliniques, cultures et sociétés, 2015, volume 16, n°2 | 143

, PP. xxx
Dossier | la transmission du trauma d’une mère à son bébé

pleure beaucoup, mais peut parfois sourire. Le plus souvent, Eleazar joue
seul, sa mère n’intervient en effet que rarement dans le jeu et n’incite pas
particulièrement à l’exploration de l’environnement. Eleazar alterne plutôt
entre éloignement et collage à sa mère. Vers la fin de l’entretien, en lais-
sant plus librement parler la mère, notamment à propos de ses enfants,
un jeu va s’instaurer entre mère et fils autour de l’habillage de la poupée.
La mère répond à son fils de façon adaptée, jouant avec lui. Il existe alors
un contact privilégié avec la mère.
Le discours de la mère est fluide, aisé à suivre, authentique et parfois
envahi par des émotions. Les commentaires sur les événements racontés
sont mesurés, son discours organisé. Elle reconnaît sa subjectivité et les
réponses sont appropriées. Elle évoque assez facilement les événements
douloureux de son histoire, dans une certaine chronologie et cohérence.
Elle est impliquée émotionnellement, et peut prendre une certaine distance
par rapport à son récit. Elle a un discours plutôt élaboré, avec des souve-
nirs précis. Son discours est vivant, factuel et teinté d’émotions avec une
variété de sentiments.
La mise en regard de l’observation des interactions et des fragments de
récit traumatique de la mère met en évidence plusieurs réactions d’Eleazar
en lien avec des points du discours. Eleazar peut notamment en se mettre
derrière ou sous la chaise de sa mère. Il adopte différentes attitudes, telles
que prendre une poupée et l’apporter à sa mère, pour lui apporter des choses
à faire ; lui prendre son mouchoir quand elle sèche ses larmes ; chercher
© La Pensée sauvage | Téléchargé le 14/10/2020 sur www.cairn.info via Université Saint-Joseph (IP: 193.227.187.135)

© La Pensée sauvage | Téléchargé le 14/10/2020 sur www.cairn.info via Université Saint-Joseph (IP: 193.227.187.135)
un mouchoir pour essuyer la table. Face aux manifestations émotionnelles
de sa mère, Eleazar s’approche et l’appelle « maman ». Anita, quant à elle,
jette des regards vers son fils, répond de temps en temps aux interpella-
tions de son enfant sans vraiment le regarder. Elle se situe souvent dans
une apparente indifférence affective face à plusieurs réactions d’Eleazar ;
ou dans un autre extrême, réagit de manière directive en donnant des
ordres : « non, ferme la porte, descend du fauteuil… ». Elle regarde peu
son fils durant tout le temps où elle parle de son passé traumatique, et le
regarde nettement davantage lorsqu’elle parle de sa vie actuelle avec ses
enfants. L’expérience traumatique se rejoue à certains moments : Eleazar
déshabille la poupée lorsque sa mère parle de la violence sexuelle de la part
de son père. Il fait du bruit, jette les jouets quand Anita parle des sévices
commis par son père.
Il est à noter que nous n’avons pu évaluer la qualité du portage et des
soins durant cette séance, puisqu’Anita n’a pas porté Eleazar sur cet entre-
tien d’une durée d’environ une heure et demie. Chez les mères haïtiennes,
les relations proximales dominent généralement ; or, dans la situation pré-
sentée, les relations entre Anita et son fils sont davantage distales. Elle ne
précise d’ailleurs aucune technique de maternage spécifique, comme s’il
n’y avait pas eu transmission de ces techniques.

Discussion
Les interactions mère-enfant
Nous sommes donc ici face à une mère traumatisée, à la fois dans le
sens catégoriel du DSM V, et au sens freudien. Le DSM V (2013) décrit le
traumatisme psychique par le critère A : il s’agit d’une rencontre, soudaine,
inattendue et effroyable, qui plonge le sujet dans une sidération psychique ;
une rencontre avec un réel non transformé qui fait effraction dans le psy-
chisme et, qui y demeure comme un corps étranger. Freud, quant à lui, décrit
un «  événement vécu qui, en l’espace de peu de temps, apporte dans la
vie psychique un tel surcroît d’excitation que sa suppression ou son assi-
milation par les voies normales devient une tâche impossible ce qui a pour
effet des troubles durables dans l’utilisation de l’énergie  » (1916 : 331).

144 | L’autre , cliniques, cultures et sociétés, 2015, volume 16, n°2

, PP. xxx
la transmission du trauma d’une mère à son bébé | Dossier
© La Pensée sauvage | Téléchargé le 14/10/2020 sur www.cairn.info via Université Saint-Joseph (IP: 193.227.187.135)

© La Pensée sauvage | Téléchargé le 14/10/2020 sur www.cairn.info via Université Saint-Joseph (IP: 193.227.187.135)
Ce que l’on remarque dans l’analyse de ces interactions mère-enfant,
c’est la prédominance d’affects négatifs du côté de l’enfant, avec dans
le même temps un investissement de sa part à animer sa mère, et d’une
difficulté de la mère à répondre aux sollicitations de son fils.
Anita est profondément marquée par son vécu douloureux. Elle présente
des difficultés à assurer sa fonction maternelle, avec des défaillances des
capacités de « holding », de contenance, de liaison. Les objets bruts du
trauma continuent à s’enkyster, et les « résidus radioactifs » semblent pré-
sents dans la relation mère-enfant. L’enfant s’approche de sa mère, et ce
qu’elle lui renvoie est constitué d’affects négatifs, puisque lorsqu’il s’éloigne
d’elle, il ne semble pas rassuré : il passe d’une exploration à une autre,
d’un état figé à un état agité. À d’autres moments, Anita se montre adaptée
avec son fils, notamment en fin d’entretien, l’« arrière-plan de sécurité »
semble alors prendre le dessus par rapport à « l’arrière-plan d’insécurité ».

Relation mère-bébé-clinicien
La dynamique triadique mère-bébé-clinicien pendant cette rencontre est
harmonieuse. Le clinicien s’identifie parfois à la mère, parfois à l’enfant
surtout lorsqu’Anita parle de lui. Il se montre d’une grande écoute. Il semble
accompagner la mère dans son récit et est partie prenante  : il y a peu
de mobilité chez lui, il est en « miroir » de la mère. Il demeure dans cette
même position durant tout le temps de l’entretien. Anita regarde le clinicien
durant tout l’entretien, et Eleazar le regarde à certains moments précis (il
jette des regards, fixe). Il vient à deux reprises près du clinicien prendre des
mouchoirs posés sur la table ; il vient une fois sous la chaise du clinicien
(comme il l’avait fait au début avec celle de sa mère).

Histoire singulière et histoire collective


Cette situation familiale structurée par une extrême violence est évidemment
une histoire singulière, mais elle est également prise par les violences de
l’histoire collective.
En effet, les racines historiques d’Haïti sont profondément marquées
par la violence des systèmes coloniaux de 1492 jusqu’à l’indépendance

L’autre , cliniques, cultures et sociétés, 2015, volume 16, n°2 | 145

, PP. xxx
Dossier | la transmission du trauma d’une mère à son bébé

en 1804 (Raphaël 2010). Puis le pays va connaître des coups d’état, des
révoltes qui vont participer à l’appauvrissement de la population. Un état
d’insurrection quasi-permanente favorise l’instabilité politique et la suc-
cession de dictatures donnant lieu à de la corruption et des répressions.
Par ailleurs, il est fréquent aux Caraïbes que les enfants puissent être
élevés par la parentèle. Mais il y a également, les restavek pour les garçons
et les lapourças pour les filles, qui constituent une catégorie d’enfants vivant
dans une famille différente que leur famille biologique. Ces deux termes
désignent les enfants - mais aussi des adultes - qui sont traités comme
domestiques sans aucun respect pour leur dignité. Ces enfants sont issus
de milieux défavorisés, ils viennent des zones rurales et urbaines. Ils sont
placés au sein de leur parentèle ou chez des étrangers et sont victimes
de traite des personnes dans la mesure où ils sont recrutés à des fins
d’exploitation de leurs forces de travail. Ces enfants sont victimes d’abus,
y compris d’abus sexuels, tant en zones rurales qu’en zones urbaines.
L’éloignement géographique des parents représente un facteur important
dans la mise en danger de la vie de l’enfant, les parents biologiques n’étant
plus en mesure de protéger leur enfant.
Anita semble avoir vécu l’expérience d’une lapourça auprès de son père.
Coupée de ses racines, de ses liens avec sa mère, sa grand-mère et sa
terre, ces deux femmes ne peuvent plus agir auprès de leur fille et petite-
fille. Enfant, elle est empêchée de parler sa langue et de garder des liens
mêmes psychiques avec sa mère. Anita ne parle d’ailleurs plus le créole.
© La Pensée sauvage | Téléchargé le 14/10/2020 sur www.cairn.info via Université Saint-Joseph (IP: 193.227.187.135)

© La Pensée sauvage | Téléchargé le 14/10/2020 sur www.cairn.info via Université Saint-Joseph (IP: 193.227.187.135)
Elle n’a plus de lien avec Haïti et ne veut pas y retourner. Elle semble avoir
vécu une acculturation violente réalisée selon un processus initiatique ou un
trauma qui a eu comme effet une métamorphose identitaire : ce qui faisait
son identité lui est retiré d’un instant à l’autre, sur le mode de la frayeur. 
Elle subit des attaques du lien de filiation (Feldman & al. 2016) : elle
ne peut plus être la fille de sa mère, d’autant qu’elle ne peut se rendre à
l’enterrement de sa mère qui meurt deux ans après son arrivée en France ;
et des attaques du lien d’affiliation : elle n’est plus dans son pays, sa langue
lui est interdite et son passeport confisqué. Elle a eu ses deux enfants avec
des hommes français. À part le lien avec son oncle et sa tante qui vivent
en France et qui ont été un soutien pour elle, les relations avec Haïti sont
rompues, la plaçant elle et son fils dans une « errance affiliatoire », d’autant
qu’elle est sur le point de confier ses enfants à l’A.S.E. La seule possibilité
est l’affiliation et la soumission au père, comme une relation d’esclave avec
son maître. Le père d’Anita semble, de plus, rejouer la violence du système
colonial au sein de la relation filiale.

Conclusion
L’analyse détaillée de l’interaction entre Anita et son bébé montre que
quelque chose se passe chez l’enfant lorsque le modèle parental est com-
promis et que la mère est moins préoccupée par son enfant. L’inconfort
vécu par l’enfant, ainsi que les sentiments suscités au cours du discours
traumatique amènent à penser que le contre-transfert du clinicien et son
analyse permettraient de pouvoir évaluer le processus de transmission.
Le contre-transfert des thérapeutes dans le soin aux mères traumatisées
comporte différents aspects spécifiques. Il y a une forme de communication
entre la personne traumatisée et celle qui prend soin d’elle, via l’empathie.
Le contre-transfert peut devenir un véritable outil clinique permettant de
nous aider dans la proposition d’interventions pour renforcer la relation
mère-enfant.
Il reste difficile de répondre aux questionnements qui concernent les
processus de transmission : celui de leur contenu et celui de leur impact
sur le bébé. C’est l’objet d’une recherche en cours sur la transmission du

146 | L’autre , cliniques, cultures et sociétés, 2015, volume 16, n°2

, PP. xxx
la transmission du trauma d’une mère à son bébé | Dossier

1 Groupe de recherche traumatisme mère-bébé1 dont l’objectif est de comprendre en précision ces
sur la transmission du
traumatisme, intitulé
processus. Deux axes y sont explorés. Le premier axe postule une analogie
« Amsterdam », fondé par entre la relation mère-bébé et la relation thérapeute-patient. Il tente d’être
Marie Rose Moro, Christian une approche objectivante des réactions du thérapeute face au patient
Lachal, Thierry Baubet,
Lisa Ouss-Ryngaert et traumatisé afin de montrer la spécificité du contre-transfert dans cette
Hélène Asensi, et qui s’est situation et de mettre en lumière les processus de transmission. Le deu-
enrichi au fil du temps de la xième axe concerne l’étude directe des interactions de mères traumatisées
présence de Gaëlle Broder,
Elisabetta Dozio, Elise Drain, et de leurs bébés. Le protocole et les premiers résultats de cette étude
Marion Feldman, Mayssa’ figurent dans un précédent article (Drain & al. 2014). Le travail à venir serait
El Husseini, Mathilde
Laroche Joubert, Malika
aussi de pouvoir élaborer un dispositif dont le but serait de « désactiver »
Mansouri, Yoram Mouchenik, les résidus radioactifs afin qu’ils n’agissent plus au sein de la dyade. l
Rahmethnissah Radjack. Il
a été supervisé par Daniel
Stern pendant trois ans.
n Bibliographie
Bailly L. Traumatisme psychique chez le jeune enfant et théories sociales infantiles.
In : Baubet T, Lachal C, Ouss-Ryngaert L, Moro MR. Bébés et traumas. Grenoble :
La Pensée sauvage ; 2006. p. 59-65.
Bowlby J. Attachment. Attachment and Loss Vol. I (2nd ed.). New York : Basic
Book ; 1989.
Ciccone A. La transmission psychique inconsciente. Paris : Dunod ; 1995.
Crocq L. Mécanismes pathogéniques en jeu. La question du traumatisme. In :
Les traumatismes psychiques de guerre. Paris : Odile Jacob ; 1999. p. 213-276.
Drain E, El Husseini M, Radjack R, Laroche-Joubert M. Exploration de la
© La Pensée sauvage | Téléchargé le 14/10/2020 sur www.cairn.info via Université Saint-Joseph (IP: 193.227.187.135)

© La Pensée sauvage | Téléchargé le 14/10/2020 sur www.cairn.info via Université Saint-Joseph (IP: 193.227.187.135)
transmission du traumatisme psychique : étude préliminaire. In : Moro MR, Asensi
H, Feldman M, Devenir des traumas d’enfance. Grenoble : La Pensée sauvage ;
2014. p. 143-179.
DSM V. Manuel Diagnostique et Statistique des Troubles Mentaux. Paris :
Masson ; 2013.
Egeland B, Susman-Stillman, A. Dissociation as a mediator of child abuse across
generations. Child Abuse & Neglect 1996 ; 20(11) : 1123-1132.
Feldman M, Mansouri M, Revue P, Moro MR. Une clinique des affiliations pour une
psychopathologie contemporaine. Psychiatrie de l’Enfant 2016 ; 59 (à paraître).
Fraiberg S, Adelson E, Shapiro V. Ghosts in the nursery. A psychoanalytic approach
to the problems of impaired infant-mother relationships. Journal of the American
Academy of Child & Adolescent Psychiatry 1975 ; 14 : 387-421.
Freud A, Burlingham D. Infants Without Families : the Case for and against
Residential Nurseries. New York : International University Press ; 1970.
Freud S. (1916). Rattachement à une action. L’inconscient. In : Introduction
à la psychanalyse. Paris ; Payot : 2005. p. 329-344.
Gampel Y. Violence sociale, lien tyrannique et transmission radioactive. In :
Ciccone A, Psychanalyse du lien tyrannique. Paris ; Dunod : 2003. p.102-125.
Grice HP. Logic and conversation. In : Cole P., Morgan J.L, eds, Syntax and semantics
3, Speech Acts. New York : Academic Press ; 1975. p. 41-58.
Hesse E, Main M, Abrams KY, Rifkin, A. Unresolved states regarding loss or abuse
can have « second-generation » effects : Disorganization, role-inversion, and
frightening ideation in the offspring of traumatized non-maltreating parents. In :
Solomon MF, Siegel D.J, eds. Healing Trauma : Attachment, Mind, Body, Brain.
New York : W.W. Norton & Co ; 2003. p. 57-106.
Lachal C. Le partage du traumatisme. Grenoble : La Pensée sauvage ; 2006.
Lebovici S, Mazet P, Visier P. L’évaluation des interactions précoces entre le bébé et
ses partenaires. Paris : Eshel ; 1989.
Lyons-Ruth K, Block D. The disturbed caregiving system : Relations among
childhood trauma, maternal caregiving, and infant affect and attachment. Infant
Mental Health Journal 1996 ; 17 : 257-275.
Lyons-Ruth K, Yellin C, Melnick S, Atwood G. Childhood experiences of trauma and
loss have different relations to maternal unresolved and Hostile-Helpless states of
mind on the AAI. Attachment & Human Development 2003 ; 5(4) : 330-352.
Moro MR. Parents en exil. Psychopathologie et migrations. Paris : PUF ; 1994.

L’autre , cliniques, cultures et sociétés, 2015, volume 16, n°2 | 147

, PP. xxx
Dossier | la transmission du trauma d’une mère à son bébé

Raphaël F. L’ethnopsychiatrie haïtienne : un enracinement dans l’histoire du pays.


L’autre, Cliniques, Cultures et Sociétés 2010 ; 11 : 323-332.
Schechter DS, Coots T, Zeanah CH, Davies, M, Coates SW, Trabka KA, Marshall
RD, Liebowitz MR, Myers MM. Maternal mental representations of the child in an
inner-city clinical sample : Violence-related posttraumatic stress and reflective
functioning. Attachment and Human Development 2005 ; 7(3) : 313-331.
Schechter D, Coats S, Kaminer T, Coots T, Zeanah C, Davies M, Hulette A. Distorted
Maternal Mental Representations and Atypical Behavior in a Clinical Sample of
Violence-Exposed Mothers and Their Toddlers (English). Journal Of Trauma &
Dissociation 2008 ; 9(2) : 123-147.
Schuengel C, Bakermans-Kranenburg MJ, Van IJzendoorn MH. Frightening maternal
behavior linking unresolved loss and disorganized infant attachment. Journal Of
Consulting And Clinical Psychology 1999 ; 67 (1) : 54-63.
Schore A. Dysregulation of the right brain : a fundamental mechanism of traumatic
attachment and the psychopathogenesis of posttraumatic stress disorder (English).
Australian And New Zealand Journal Of Psychiatry 2002 ; 36(1) : 9-30.
Schore A. The effects of early relational trauma on right brain development, affect
regulation, and infant mental health. Infant Mental Health Journal 2001 ; 22 (1/2) :
201-269.
Spitz R. Hospitalism : An Inquiry into the Genesis of Psychiatric Conditions in Early
Childhood. Psychoanalytic Study of the Children 1945 ; 1 : 53-74.
Stern D. The Interpersonal World of the Infant : A View from Psychoanalysis and
Developmental Psychology. New York : Basic Books ; 1985.
Tauber Y. The Traumatized Child and the Adult : Compound Personality in Child
Survivors of the Holocaust. Israel Journal of Psychiatry and Related Science 1996 ;
© La Pensée sauvage | Téléchargé le 14/10/2020 sur www.cairn.info via Université Saint-Joseph (IP: 193.227.187.135)

© La Pensée sauvage | Téléchargé le 14/10/2020 sur www.cairn.info via Université Saint-Joseph (IP: 193.227.187.135)
33(4) : 228-237.
Winnicott DW (1939). The deprived mother. In : Deprivation and delinquency.
London : Routledge ; 1984.
Winnicott DW. (1964) Le nouveau-né et sa mère. In : Le bébé et sa mère. Paris :
Payot ; 2003. p. 57-75.

n Résumé
Des « résidus radioactifs » au cœur d’une dyade mère-bébé ou la transmission
du trauma d’une mère à son bébé.
Introduction : L’observation détaillée des interactions entre une mère traumatisée
et son bébé renseigne sur les modalités de transmission du traumatisme psychique
au bébé. Méthode : Après avoir présenté une revue de la littérature sur l’état actuel
de la question, nous illustrerons la problématique par la situation clinique d’une
mère haïtienne et de son enfant de 2 ans et demi, rencontrée dans une crèche
préventive en région parisienne. Nous analysons la première rencontre avec cette
dyade, selon l’axe de la qualité des interactions, pour voir comment un récit trauma-
tique peut impacter sur ces liens mère-bébé, voire avec le thérapeute. Ce récit, en
période périnatale, peut raviver des éléments forts d’une histoire à la fois singulière
et collective. Résultats : Mère et bébé se répondent l’un et l’autre par l’émission
et la réception de « résidus radioactifs ». Discussion : Ce cas clinique montre la
nécessité de considérer l’aspect transculturel et l’histoire collective en association
avec les événements traumatiques. Le contre-transfert peut être un outil clinique
pour accéder au vécu du bébé.
Mots-clés : Dyade, relation mère enfant, transmission psychique, traumatisme psy-
chique, cas clinique, contre-transfert, psychothérapie, psychiatrie transculturelle, Haïti

n Abstract
« Radioactive residues » within a mother-infant dyad : trauma transmission from
mother to infant.
Introduction : The detailed observation of the interactions in between a traumatised
mother and her baby tells us of the transmission modalities of psychological trauma
to the baby. Method : After having presented a literary review of the current state of
the question we will illustrate the problem using the clinical situation of a Haitian
mother and her two and a half year old child met in a preventive nursery in the Paris
region. We will analyse the first meeting with this dyad according to the quality of

148 | L’autre , cliniques, cultures et sociétés, 2015, volume 16, n°2

, PP. xxx
la transmission du trauma d’une mère à son bébé | Dossier

the interactions to see how a traumatic story may impact these mother-baby bonds,
even with the therapist. This account, in the perinatal period, may rekindle strong
elements of both a singular and collective story. Results : Mother and baby respond
to one another via the emission and reception of « radioactive waste ». Discussion :
This clinical case shows the necessity of considering the cross-cultural aspect and
collective history together with the traumatic events. Countertransference may be
a clinical tool used to access the baby’s experiences.
Keywords : Dyad, mother-child relationship, psychological transmission, psychological
trauma, clinical case, countertransference, psychotherapy, transcultural psychiatry,
Haiti.

n Resumen
« Residuos radioactivos » en el seno de una díada madre-bebé o la transmisión del
trauma de una madre a su bebé
Introducción : La observación detallada de las interacciones entre una madre trau-
matizada y su bebé informa sobre las modalidades de transmisión del traumatismo
psíquico al bebé. Método : Luego de haber presentado una revista de la literatura
sobre el estado actual de la cuestión, ilustraremos la problemática a través de la
situación clínica de una madre haitiana y su niño de 2 años y medio, conocidos en
una guardería preventiva de la región parisina. Analizaremos el primer encuentro
con esta díada según el eje de la calidad de las interacciones, para ver como un
relato traumático puede impactar sobre esos lazos madre-bebé, incluso con la
terapeuta. Este relato, en periodo prenatal puede reavivar elementos fuertes de una
historia a la vez singular y colectiva. Resultados : madre y bebé se (co)responden
el uno al otro por la emisión y la recepción de « residuos radioactivos » Discusión :
© La Pensée sauvage | Téléchargé le 14/10/2020 sur www.cairn.info via Université Saint-Joseph (IP: 193.227.187.135)

© La Pensée sauvage | Téléchargé le 14/10/2020 sur www.cairn.info via Université Saint-Joseph (IP: 193.227.187.135)
Este caso clínico muestra la necesidad de considerar el aspecto transcultural y la
historia colectiva en asociación con los eventos traumáticos. La contra-transferen-
cia puede ser una herramienta clínica para acceder a la vivencia del bebé.
Palabras claves : Díada, relación, madre hijo, transmisión psíquica, traumatismo psí-
quico, caso clínico, contra-transmisión, psicoterapia, psiquiatría transcultural, Haití.

n Crédits photographiques :
P. 140 © A. Pagliaricci Sweet Dreams 29 décembre 2010.
P. 145 © Rob222 Aguilar, RENATA, Mi bebé tomando la mano de su mamá, 7 décembre 2009.

L’autre , cliniques, cultures et sociétés, 2015, volume 16, n°2 | 149

, PP. xxx