Vous êtes sur la page 1sur 68
seed eh L'Irlande, 1914-1921 une guerre dans la guerre frei ang Enrichissez votre collection ws Vous souhaitez Commandez | Boor Ob) les coffrets signés 14-18 12650 collection? 1 coffret peut contenir 1 an et demi de magazines Oa ime [te Commandez en ligne sur : « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits » (déclaration des Droits de I'Homme). « Liberté, Egalité, Fraternité » (devise de la République francaise). Est-ce en se référant ou en s'appuyant sur ces célébres mots ‘que certains Francais, ayant été refusés pour combattre dans Vatmée lors de la Grande Guerre, ont réussi, finalement, & participer a ce conflit? Non! Ils se sont battus ou ont rejoint le combat a force de volonté, d’abnégation. Quills soient célébres ou non. Mais des hommes de renommée qui ‘auraient pu rester a 'arriére en attendant, suivant! expression consacrée, « que cela se passe » ont choisi de défendre la France. Parmi eux, des sportifs a image du champion cycliste Octave Lapize qui trouvera la mort au cours d'un combat aérien ou de Maurice Ravel, musicien, qui composera pendant la Grande Guerre Le Tombeau de Couperin puis, peu aprés le confit, La Valse. Deux compositions qui ont été marquées parla Grande Guerre. Il était temps, dans nos colonnes, de rendre hommage a ces Francais d'exception et nous continuerons & le faire dans nos prochains numéros. j é } ‘ Jean-Pascal Soudagne Rédacteur en chef Sommaire Teo at Rémy Pate Aotit/septembre/octobre 2021 5 chronique par Rény Pcte Mp. 10 Bayonne 1914-1918 6 Actualités L'engouement patriotique pat Jean-Frangois Vergez 54 Un musicien dans la guerre: ‘Maurice Ravel MDP. 20 seriin, ta semaine sanglante par Christine Roubert de janvier 1919 par Jean-Frangols Krause 59 une phrase célébre 60 un sportif dans la guerre : HP. 30 Pierre chambert, Octave Lapize les combats et la mort par Jean-Paseal Sudagne d'un capitaine du 12° B.C.A. pat Franck Segrétain 63 Le saviez-vous: le casque britannique MMP. 42 virtande, le Sinn-Fein et I'armée britannique 1914-1921 par Rémy Poste 64 une ville, un monument : Cholet pat Jean-Frangois Krause BEE P. 48 sun sscrocitens la guerre Ce pat Pierre Lévéque Courrier des lectours : Mail : 1418.soteca@gmail.com ST NON eek eee eae acorn compa ovingm into hin crt abn 151248) info a Fes ure dS 78 Grunt: Ove Choreronne: Pp arse ‘Ss Carerar, nen Pel Saag iprenon Pret A&Wad Tabor 143 Eatonton MP Betta paren Mom dco pre HOES BN: tt. EP rie WERIDES eetes Act - septembre - octobre 1921 Aoat 2 avdt. Maroc. << Al suite dune série de vcore des Raina le prosence ccpagrole au Maroc extredate sur sbordsSelavile | de Melilla. Larmée espagnole, rééquipée et renforcée, contre-attaque a partir d’octobre, 14 aodt. Réparations. 26 septembre. Empire de Indes. defen wate de pas separ sine ent es tats et Ale Fin de la répression britannique contre pele les musulmans révoltés de la cote de pee Malabar. En un mois, on compte pras de |) 2500 morte ot 80000 emprisonnés Octobre | 12 octobre. Allemagne Sur recommandation de la Société des Nations, les Alliés partagent la Haute-Sllésie entre Allemagne (qui obtient la majorité du territoire) et la Pologne {qui gagne une partie du secteur minier). 20 octobre. Levant. Accords Frankl ae avec le gouvernement ture d’Angora. La France évacue et ‘cade la Cilicie aux Kémalistos, ce qui permet @ Mustafa Kemal de concentror ses forces contre les Grecs. Des dizaines de nilliers d’Arméniens doivent fuir la province. Henry Franklin-Boullon, diptomate francais, sgnataice des accords Dames, ol se trouvent leurs camarades de la 36" D.l depuis le 13 septembre serait une simple étape. En sep- tembre 1915, les manceuvres se modernisent : elles se font & la mitrailleuse. 2 La « Légion tchéque » Le 24 aoat 1914 au soir, un millier d’hommes des- cendent en gare de Bayonne, venant de Paris. Tous volon- taires, ces Belges, Italiens, Tchaques, Russes, Polonais, etc. doivent fourir un batail- lon de marche au 1” Régi- ment Etranger. Ils repartent deux mois plus tard, dirigés vers Lyon siége du dépét de leur régiment. Groupés par nationalités, équipés comme les soldats francais, la popu- lation les accompagne avec une ferveur comparable & celle du mois d’aoat. Leurs trains sont fleuris a I'iden- tique. Entre-temps, les « Dames de Bayonne » se sont empressées de confec- tionner, en soie cramoisie, un drapeau orné d'un aigle bleu aux ailes déployées et un fanion pour la “Légion tchéque", remis solennelle- ment au cours d'une prise diarmes le 13 octobre. Il fau- dra aux soldats qui remplace- ront « ces olis garcons » dans les locaux du Grand sémi- naire, désormais ouvert aux quatre vents, « s‘employer & faire du nettoyage partout, jusque dans la chapelle » Et méme des Américains ! Aprés les Annamites, affec- tés aux travaux et dans les formations sanitaires, un bataillon de Tirailleurs séné- galais, arrivé au moment de la bataille de Verdun, et des matelots grecs du Centre d'hydravions, les Bayonnais, cette fois tout a fait surpris, voient défiler des Améri cains du 15° de Cavalerie, fin juin 1918. Une compa- gnie de Canadiens se trouve parmi eux, Ils rejoignent le camp Saint-Léon que la municipalité rebaptise comp Wilson. Quelques semaines plus tard, ces mémes Bayon- nais sont abasourdis par les Bayonne (I) livraisons de milliers de mules achetées en Espagne pour les besoins de I'armée américaine qui transitent par Bayonne. Le 4 juillet 1918 est jour de féte, Aprés avoir margué I'entrée en guerre des Etats-Unis en avril 1917, comme le préfet I'avait réclamé, les habitants s‘as- socient cette fois, avec ‘enthousiasme et curiosité, & la premiére célébration de independance Day. En jan- vier 1919, tous les Améri- cains quittent Bayonne et Biarritz oli leur présence était devenue aussi fariliére qu’économiquement inté- ressante. Les locaux se remémorent alors Ia lettre fraternelle que Joseph Garat, leur maire, avait envoyée le 18 juillet 1917 & son homologue de Bayonne... dans le New Jer- sey, pour saluer l'arrivée & Boulogne-sur-Mer du géné- ral Pershing et de ses pre- miers contingents. metal nombre indiscutable, ident- Joseph Garat (1872-1944) fient un phénomene signifi- catif (16 889 défaillants ‘selon un document de sep- tembre 1918), essentielle- ment rural et frontalier, tou- chant majoritairement des ‘Avocat, Joseph Garat est élu maire de Bayonne en 1908, s&élu en 1914, 1925 et 1928. Député de la Gauche radicale depuis 1910, il est victime en 1919 de la poussée de la droite qui conduit & la « Chambre bleu horizon >. En 1913, il appuie Vallongement & 3 ans du service militaice et, durant toute a guerre, exclu toute perspective @amnis- hommes de plus de 30 ans tie pour les déserteurs. Député & nouveau en 1924, 1928 on 1914 Il refléto un conser et 1992, si¢geant dans le groupe Radical et Radical tement populaire non una- Socialite, il votera divers assouplissements en faveur nime, au moins réticent, gui de certains cas de déserton. Sa cariére politique trouve 'opportunité de s'af- sfacheve en 1933 avec Iaffaire Stavisky qui débute mer lorsque lidentité, la topo- a Bayonne graphie et ouverture sur un pays neutte, Espagne, sont Peu d'exceptions favorables. Certes, le chiffre au consentement Joseph Gara, dlumarede beaucoup de Basques se _indiqué est constitué pour les a la guerre ? fayonne pourlapremére _considérent comme n’ayant —deux-tiers par les défections Crest Bayonne que s'est pro. Sa dlautre patrie que le coin de _antérieures & ordre de mobi- duite, le 30jullet 1914, la seule ° terre qui les a vus naitre ». Si, _lisation et intogre les membres, contestation de la guerre en dans les premiéres semaines, non rentrés, de la diaspora place publique, dans toute les défections sont offcielle- basque émigrée outre-Atlan- Aquitaine, portée par un ment plus rares qu’envisagées, —tique depuis quelques années, « révolutionnaire », le docteur en 1915, les autorités en toujours inserts sur le recense- Femand Elosu, secrétaire de reconnaissent I'ampleur. Le ment militaire. Est-ce parce section du parti de Jaurés. sous-préfet de Bayonne est que Bayonne est une ville de CColuici est parvenu a fur avant averti que la frontiére espa-_garnison, qu'elle est pétrie