Vous êtes sur la page 1sur 24

CHATIMENTS CORPORELS

sur mineurs
DEVOIR D’EDUCATION, DROIT DE
CORRECTION ?

Par Annie Besson


INTRODUCTION
• L’éducation bienveillante = éducation sans violence
Qu’en est-il?

• Depuis des siècles, les châtiments corporels sont très


largement répandus à travers le monde en tant que
pratique éducative envers les enfants et les adolescents au
sein de la famille, de l’école et des établissements
accueillant des enfants

• Sous couvert d’éducation sont commis sur les enfants des


châtiments corporels (gifles, fessées) violences(cris, injures) et
des traitements humiliants dans le cadre familial et scolaire

• Le droit de donner des claques ou fessées n’apparaît dans


aucun code, mais les parents croient en avoir le droit

Chatiments corporels sur mineurs - JN 09 01 2018 - Annie Besson


Introduction

• Faire peur, faire mal physiquement et


moralement, les contraindre par des privations et
des pressions, leur faire honte ou les humilier afin
de les rendre obéissants et performants
violence éducative ordinaire

• UNICEEF en 2016 : 6 enfants sur 10 de 2 à 14 ans

• En France : 60% des parents quels que soient leur


milieu social ou leurs origines donnent fessées et
claques.

Chatiments corporels sur mineurs - JN 09 01 2018 - Annie Besson


HISTORIQUE
• Code Civil de 1804
Puissance paternelle absolue: la famille est constituée sous
l’autorité du père.
Droit de correction avec pouvoir d’incarcération sur son enfant
pour le contraindre à l’obéissance, sans aucun contrôle, ni motif
Enfant vicieux, insoumis- l’éducation passe par la correction.
Bagne, colonies agricoles, « maison de correction »

* loi du 24.7.1889
cas de déchéance de la puissance paternelle

• Décret-loi 30.10.1935
L’incarcération demandée par le père est ordonnée par le
tribunal
Au début du XXème, 1000 ordonnances d’incarcération pour
correction paternelle par an (ordre d’arrestation sans motivation )

• Ordonnance 23.12.1958 crée l’assistance éducative pour les


mineurs en danger ; suppression du droit d’incarcération du père

Chatiments corporels sur mineurs - JN 09 01 2018 - Annie Besson


Historique suite
* loi 4.6.1970
changement radical de conception
Disparition de la notion de puissance paternelle au profit de
celle d’autorité parentale

• Loi 4.3.2002
Coparentalité ayant pour finalité l’intérêt de l’enfant
Nécessité d’assurer l’éducation et permettre le
développement de l’enfant dans le respect dû à sa personne

Consécration du passage de la puissance paternelle conçue


comme un droit du père à une fonction, qui doit être exercée
pour le compte de la société et sous son contrôle dans
l’intérêt de l’enfant.

Chatiments corporels sur mineurs - JN 09 01 2018 - Annie Besson


HISTORIQUE fin
• Evolution décisive mais lente du droit français (fin XIX-
XXème) pour protéger les enfants contre les excès
parentaux et/ou les carences éducatives et
affectives en rapport avec les transformations de la
société
(montée de la fonction maternelle, émancipation des
femmes, contestation de la place centrale accordée à
l’autorité, nouvelle conception de l’enfant, convention
internationale des droits de l’enfant).

• Mouvement mondial: en septembre 2017, 129 Etats


dans le monde ont totalement interdit les châtiments
corporels dans les institutions scolaires et 53 pays
dans le monde ont interdit toute punition corporelle
en tous lieux

Chatiments corporels sur mineurs - JN 09 01 2018 - Annie Besson


Liste des pays abolitionnistes
• De 1979 à 2017, cinquante-trois pays ont interdit toute forme de punition corporelle, dont
trente-deux pays européens :

la Suède (1979), la Finlande (1983), la Norvège (1987),


l'Autriche (1989), Chypre (1994), le Danemark (1997), la Lettonie (1998),
la Croatie (1999), la Bulgarie(2000), l'Allemagne (2000), Israël (2000),
le Turkmenistan (2002), l'Islande (2003), l'Ukraine (2004),
la Roumanie (2004), la Hongrie (2005), la Grèce (2006), les Pays-
Bas (2007), la Nouvelle-Zélande (2007), le Portugal (2007),
l'Uruguay (2007), le Venezuela (2007), le Togo (2007), l'Espagne (2007),
le Costa Rica (2008), la Moldavie (2008), le Luxembourg (2008),
le Liechtenstein (2008), la Tunisie (2010), la Pologne (2010),
le Kenya (2010), l'Albanie (2010), la République du Congo (2010), le Sud-
Soudan (2011), le Honduras (2013), la Macédoine (2013), Malte (2014),
le Brésil (2014), la Bolivie (2014), le Cap Vert (2014),
l'Argentine (2014), Saint-Marin (2014), l'Estonie (2014), le Nicaragua (2014),
l'Andorre (2014), le Bénin (2015), l'Irlande (2015), le Pérou (2015),
la Mongolie (2016), le Paraguay (2016), la Slovénie (2016),
le Montenegro(2016,), la Lituanie (2017).

Chatiments corporels sur mineurs - JN 09 01 2018 - Annie Besson


Chatiments corporels sur mineurs - JN 09 01 2018 - Annie Besson
En France
Les parents et éducateurs ont-ils le droit en France de corriger
les enfants?

Les textes législatifs


• Art 16-1 code civil
« chacun a droit au respect de son corps »

• le droit pénal, depuis une loi de 1992, réprime toutes les


violences mêmes légères commises sur un mineur,
- les violences ne sont pas décrites mais uniquement ses
conséquences en termes d’ITT
- Acte intentionnel

Chatiments corporels sur mineurs - JN 09 01 2018 - Annie Besson


Code pénal (suite)
• Violences physiques suppose une action
(contact physique ou par objet) : coups de
poing, gifles, morsures, brulures, coups de règles,
balai ou autres
• Violences psychiques : acte de nature à
impressionner l’enfant (cris, menaces) et à lui
causer un choc émotif;

Cour de cassation crim 18.3.2008 : « le délit de


violences est constitué, même sans atteinte physique de la
victime, par tout acte de nature à impressionner vivement
celle-ci et à lui causer un choc émotif. »

Chatiments corporels sur mineurs - JN 09 01 2018 - Annie Besson


Qualification pénale de la gifle
• Art 222-13 CP : violence inférieure ou égale à 8
jours d’ITT (gifle appuyée)
2 Circonstances aggravantes : sur un mineur de
15 ans ou moins et par les parents (toute
personne ayant autorité) ou dans les institutions
scolaires 5 ans et/ou 75 000 € d’amende

• Art 222-14 CP violences habituelles


(gifles répétées)
mêmes peines

• Art 624-1 CP contravention violence légère


(gifle simple) 750 €

Chatiments corporels sur mineurs - JN 09 01 2018 - Annie Besson


Violences en milieu scolaire ou
établissement d’accueil
Les enseignants sont soumis au droit pénal, des circulaires ministérielles
rappellent l’interdiction
Interdiction stricte depuis une circulaire de l’Instruction Publique de 1887
(création de l’Ecole publique 1886)
Pas d’actes de violence, ni d’attitudes vexatoires à l’égard des enfants
que ce soit pour des comportements difficiles ou des insuffisances de
résultats

Circulaire de 1991
« le maitre s’interdit tout comportement, geste ou parole qui traduirait
indifférence ou mépris à l’égard de l’élève ou de sa famille, ou qui serait
susceptible de blesser la sensibilité; »

Circulaire du 11.7.2000 pour les collèges et lycées


« Les punitions infligées doivent respecter la personne de l’élève et sa
dignité: sont proscrites en conséquence toutes les formes de violence
physique ou verbale, toute attitude humiliante, vexatoire ou
dégradante à l’égard des élèves. »

Chatiments corporels sur mineurs - JN 09 01 2018 - Annie Besson


Violences en milieu scolaire ou
établissement d’accueil
En pratique la justice reconnaît un droit de correction aux
enseignants

Cour de cassation 26.11.2002 : « X, instituteur, poursuivi pour


violences sur mineurs de quinze ans, a fait valoir qu’il ne faisait
qu’user de son droit de correction; attendu que, pour écarter
l’argumentation du prévenu et le déclarer coupable des faits
reprochés, l’arrêt relève qu’il reconnait avoir tiré les cheveux ou
donné des coups de pied aux fesses de plusieurs enfants et que de
tels faits constituent des violences au sens de l’article 222-13 CP; …
la cour d’appel a justifié sa décision. »

Cour d’appel CAEN 4.5.1998: relaxe d’un instituteur pour avoir


empoigné un élève par son sweat-shirt et l’avoir tirer sans
ménagement jusqu’à son bureau deux étages plus haut.

Chatiments corporels sur mineurs - JN 09 01 2018 - Annie Besson


Milieu scolaire
Loi de refondation de l’école 8 juillet 2017
« refonder une école sereine et citoyenne en redynamisant la
vie scolaire et en traitant les problèmes de violence et
d’insécurité »

La question majeure n’est plus la violence des personnels


éducatifs envers les élèves, mais les violences entre élèves
(harcèlement, racket), les violences contre les enseignants et
l’intrusion de personnes étrangères à l’établissement

442 incidents graves par jour signalés en France


question récurrente : l’insécurité

20.9.2017 : 46 % des collégiens affirment avoir été témoins de


violence

Chatiments corporels sur mineurs - JN 09 01 2018 - Annie Besson


Violences dans le cadre familial
Les corrections légères à but éducatif sont admises par
les tribunaux français sous condition

Cour de cassation 17.6.2003: « une claque n’excède


nullement les limites du droit de correction inhérent à la
mission de surveillance confiée à la gardienne de l’enfant »
(2ans)

Exemples:
Relaxe d’un père pour des coups de baguette et un coup de
pied aux fesses de son fils avec cette motivation : « la
possibilité est donnée à tout parent d’user d’une force
mesurée et appropriée à l’attitude et l’âge de leur enfant, du
moment que cela n’a pas de conséquence corporelle ou
psychique pour celui-ci, cette possibilité s’inscrivant dans le
cadre de l’obligation éducative des parents. »

Chatiments corporels sur mineurs - JN 09 01 2018 - Annie Besson


Autres exemples
• Condamnation d’une mère qui gifle sa fille rencontrée dans la rue vers
minuit

• Chauffeur de car scolaire licencié pour avoir giflé un enfant turbulent de 11


ans

• T. Correctionnel Lille 13.6.2013


Condamnation d’une mère ivre pour avoir giflé sa fille de 9 ans (dispute
autour d’un croque-monsieur)

• T. Correctionnel Boulogne sur mer 23.2.2012


Parents condamnés ( 10 et 8 mois prison sursis) pour violences habituelles sur
leurs 2 enfants de 10 et 11 ans (punitions interminables à genoux sur le sol,
sur un manche à balai, coups réguliers )

• T. Correctionnel de Nîmes 14.6.2017


Condamnation du père (3ans dont 1an sursis) pour coups de martinet sur
ses 4 enfants de 4 à 7 ans et sur son épouse

Chatiments corporels sur mineurs - JN 09 01 2018 - Annie Besson


Autres exemples
* T. Correctionnel 17.3.2017
Condamnation de la mère (500 €) pour gifles habituelles sur son enfant de 8
ans pour lui faire faire ses devoirs, aller au bain

Pratique très diverse des tribunaux, sans qu’on puisse dégager de principes
cohérents, la jurisprudence adaptant la répression à chaque cas d’espèce.

Peu de poursuites engagées (chiffre noir de la violence familiale), non


dénonciation

Tolérance de la jurisprudence qui admet un « droit de correction » constitutif


d’un fait justificatif, excluant la condamnation pénale à la condition que les
violences aient un but éducatif et ne soient pas contraire à la dignité de
l’enfant.
Non application du droit pénal en se fondant sur la coutume, pas de
définition du « but éducatif »

Adéquation de la jurisprudence avec les mœurs des parents français

Chatiments corporels sur mineurs - JN 09 01 2018 - Annie Besson


Niveau européen et international
Les organisations internationales se sont saisies de la question à la fin
du XXeme.
Consensus sur l’interdiction des châtiments corporels infligés aux
enfants,

• La Convention internationale des droits de l’enfant (20.11.1989)


art 19: les Etats prennent toutes les mesures …. pour protéger l’enfant
contre toute forme de violence, d’atteinte ou de brutalités physiques
ou mentales
« éliminer les châtiments violents et humiliants à l’égard des enfants
par la voie d’une réforme législative et d’autres mesures nécessaires
constitue une obligation immédiate en inconditionnelle des Etats
parties. »

• Assemblée du Conseil de l’Europe


Recommandation du 4.6.2004 intitulée « interdire le châtiment
corporel en Europe »
« Violences constituant une violation des droits de l’homme »

Chatiments corporels sur mineurs - JN 09 01 2018 - Annie Besson


Niveau Européen et international
• Comité européen des droits sociaux (4.3.2015)
Condamnation de la France pour : « l’absence
d’interdiction suffisamment claire, contraignante et
précise des châtiments corporels infligés aux enfants,
que ce soit par la loi ou la jurisprudence. »

• Comité des enfants de l’ONU (Février 2016)


demande à la France d’interdire expressément les
châtiments corporels dans tous les milieux y compris au
sein de la famille.

L’interdiction des châtiments corporels mêmes légers


sur les enfants est un principe consacré par les sources
supranationales, MAIS sans aucune force obligatoire en
l’absence de décision de la Cour Européenne des Droits
de l’Homme

Chatiments corporels sur mineurs - JN 09 01 2018 - Annie Besson


Chatiments corporels sur mineurs - JN 09 01 2018 - Annie Besson
La tentative manquée du droit français

• Amendement à la loi Egalité et Citoyenneté du 22.12.2016


Interdisant tout recours aux violences sur mineurs devant
compléter l’art 371 CC sur l’autorité parentale.
Exclusion de: « tout traitement cruel, dégradant ou humiliant,
y compris tout recours à la violence corporelle. »

Interdiction par une disposition civile, incitative, largement


communiquée
But : Favoriser une prise de conscience des parents

* Censure du Conseil Constitutionnel par arrêt du 26.1.2017


(cavalier législatif)

Chatiments corporels sur mineurs - JN 09 01 2018 - Annie Besson


CONCLUSION
• La France, pays des droits de l’homme, mais pas
des droits de l’enfant
• Les enfants sont les seuls êtres humains en France
qu’on peut corriger en toute impunité sous
couvert d’éducation… à condition de ne pas
laisser de traces

• Quel est l’impact de la violence subie par les


enfants ?
prédisposition à certaines maladies et
comportements à risques
Deux types de société : Suède//Etats-Unis
Chatiments corporels sur mineurs - JN 09 01 2018 - Annie Besson
CONCLUSION
Perspectives :
Comment mettre fin à la tolérance traditionnelle des
juridictions à l’égard des châtiments corporels sans gravité?

* Loi pénale : poser le principe de l’interdiction de tous


châtiments corporels dans la loi, sanctionnée par une
condamnation pénale proportionnée à l’importance de
l’atteinte?
Difficultés de la mise en œuvre
contrôle social de la relation parents/enfant
mettre les parents en prison?

Chatiments corporels sur mineurs - JN 09 01 2018 - Annie Besson


CONCLUSION
* Évolution jurisprudentielle sur les textes déjà existants?
Rôle de la Ccass: revirement jurisprudentiel
exclure toute possibilité que le droit de correction soit un fait
justificatif des violences légères sur mineur

• Loi civile : un texte inséré dans l’art 371 cc pour interdire tout
traitement cruel, dégradant ou humiliant, y compris tout recours
aux violences corporelles

• Prise de conscience des parents et du personnel éducatif


Privilégier la pédagogie
Campagne d’information sur la nocivité des violences éducatives

Enjeu démocratique: respect de la dignité humaine et de l’intégrité


physique pour les enfants comme pour les adultes.

Passer de la violence éducative à l’éducation bienveillante


Chatiments corporels sur mineurs - JN 09 01 2018 - Annie Besson