Vous êtes sur la page 1sur 13

Epidemiologie

Définition - 1

Epi-démio-logie
 epi : sur
 demos : peuple
 logos: l’étude de
Définition - 2

• “… la discipline de la science médicale qui traite


des épidémies”
• “… l’étude de la distribution et des
déterminants des états ou des événements liés à
la santé dans des populations spécifiques, et
l’utilisation de cette connaissance pour le contrôle
des problèmes de santé.”
Types
• Epidémiologie descriptive: étude de la
distribution des maladies
• Epidémiologie analytique: étude des relations
causales
• Epidémiologie d’évaluation: essais
thérapeutique
Epidémiologie descriptive
• Fait appel à l’utilisation des indicateurs de
santé permettant d’apprécier l’état de santé
des populations.
1. Incidence:
2. Prévalence:
3. Mortalité:
Incidence

– C’est l’ensemble de nouveaux cas de cancers, qui


apparaissent dans une population au cours d’une
période donnée ; elle s’exprime sous forme de
taux.
– Taux d’incidence = nombre de nouveau cas / 105
habitants / an.

Intérêt: mesure le risque de cancer


prévalence
 
• c’est le nombre de tous les cancers dans une
population à un moment donné; ( nouveaux
cas et cas déjà diagnostiqués).
Mortalité
•  
– L’information sur la mortalité, obtenue en général
à partir des certificats de décès.
– Taux de mortalité: s’expriment en nombre de
décès pour 100000 personne/an.

Intérêt: mesure à la fois le risque de cancer et la


survie après cancer.
Variation de l’incidence
 
• L’âge est le déterminant le plus important du risque de cancer.
Pour certains cancers, le taux d’incidence augmente avec
l’augmentation de l’âge.
Sexe :
La majorité des cancers sont plus fréquent chez l’homme que chez la
femme sauf le cancer du sein, de la vésicule biliaire et celui de la thyroïde.
– Distribution géographique :
Chaque type de tumeur a sa propre distribution géographique particulière.
Quelques cancers sont uniformément répartis à travers le monde, alors que
d’autre montrent des répartitions clairement différentes : des taux
d’incidence plus élevés dans certaines zones, plus bas dans d’autres.
Conclusion
• L’épidémiologie descriptive de dresser un
tableau de cancer et de générer un certains
nombre d’hypothèses étiologiques, ces
dernières peuvent ensuite être testées par
des études épidémiologiques analytiques.
Épidémiologie analytique
• Etudes cas témoin :
Dans ce modèle d’étude épidémiologique ; des
patients présentant un type particulier de
cancer sont interrogés à propos des
expositions dans le passé, certaines d’entre
elles pouvant être significatives.
 
• Etudes prospectives + Etude de cohortes :
• C’est une approche prospective dans laquelle un grand
nombre de sujets « normaux » sont interrogés à propos de
l’exposition présente puis suivis pour voir lesquels d’entre
eux développeront un cancer.
• le groupe d’individus recruté dans l’étude est communément
dénommé « Cohorte » et les termes « prospective » ou
« Cohorte »sont souvent utilisé de manière interchangeable
parce que l’exposition (par exemple de nourriture) est
évaluée avant l’apparition de cancer.
Mesures d‘association :
•  
» Le risque relatif (RR) = Risque de développer une maladie chez les sujets exposés (E) / sujets non exposés NE.
E/NE = U

•  
•  
• RR=1 l’exposition pour le facteur particulier n’a pas d’effet sur le cancer
ou l’incidence.
•  
• RR>1 les sujets exposés ont un risque plus élevé que les sujets non
exposés et de faire l’exposition pourra être associée positivement avec la maladie
inversement.
•  
• RR<1 l’exposition sera associée négativement à la maladie donc ce
facteur est un facteur protecteur car les sujets qu’y sont exposés ont un risque
plus faible d’avoir la maladie que ceux qui n’y sont pas exposés.