Vous êtes sur la page 1sur 5

Exercices pour l’échauffement en basket :

Nous proposons dans cet article des exercices, avec balle, pouvant constituer des routines pour l’échauffement en basket sur les thèmes du shoot
en course, de la passe et du dribble. Ils ont une sollicitent au niveau cardio-pulmonaire importante et concernent tous les élèves simultanément.

Thème 1 : le shoot en course


Dispositif :

Les élèves sont répartis sur les 6 panneaux des terrains transversaux d’un gymnase (circuit 1), une balle par élève. Si leur nombre est supérieur à
3 par panneau, on proposera plutôt le circuit 2. Celui-ci étant un peu plus long, il permettra qu’il y ait moins d’encombrement à l’approche du
panier.

Circuit 1 : ou Circuit 2 :
But :

Marquer un maximum de points pendant 2 minutes (panier marqué 2 points, panier manqué 1 point, aucun point si ce n’est pas un shoot dans l’élan).
Au fil des séances, les élèves chercheront à améliorer leurs scores.
.
Variables :

ƒ On pourra changer les sens de rotation pour travailler les 2 mains.


• On pourra introduire un défenseur intervenant d’abord sans les mains, puis qui pourra en faire usage pour prendre la balle.
• Si les élèves sont très nombreux, on pourra choisir un travail par 2 :
Les élèves de la classe sont répartis par binôme de niveaux homogènes entre eux (2 joueurs de niveaux extrêmes ou 2 joueurs de niveau
similaires… Sur l’un des 2 circuits proposés, un des deux partenaire réalise des shoots en course en continuité pendant 1’30, l’autre l’observe,
puis ils alternent, et passent ainsi consécutivement 3 fois chacun. Le but est marquer un maximum de paniers, les scores des deux partenaires
se cumulant au fil des six séquences. La correction du shooteur en course par son binôme se fait instantanément, au cours de l’exercice. Le
nombre des critères d’observation pourra augmenter en fonction du niveau des élèves, et au cours du cycle. On peut citer :
- Regarder vers le panier pendant le dribble,
- Arrêter de dribbler au bon moment,
- Ne pas faire plus de deux appuis balle en main,
- Accélérer pour s’approcher du cercle,
- Contrôler de l’intensité de son shoot,…..etc.

Le travail pour l’observateur est ici facilité car l’action est répétitive. On constate que le cumul des points renforce le désir de voir progresser
son partenaire. Nous conservons la composition des binômes sur plusieurs séances (même si les variables changent) pour permettre à l’élève
qui conseille d’observer les effets sa contribution à l’apprentissage du shoot en course de son partenaire, et pour favoriser l’entraide. Dans cet
exercice, analyse de la pratique d’un camarade, réalisation et observation d’un binôme favorisent l’acquisition de l’habileté.

Objectifs :

- amélioration des sensibilités proprioceptives pour développer les habiletés : dribbler en décentrant son regard de la balle et lier la course
et le shoot.
- intérioriser le nombre d’appuis maximum autorisé
- améliorer son adresse.
- dans le cas où le travail en binôme est retenu, l’objectif porte également sur la capacité à observer, à conseiller et à s’entraider.
Thème 2 : la passe

On travaille sur les 3 terrains transversaux d’un gymnase, dans un seul sens, le retour se fait le long des cônes.

Objectifs Dispositif Consignes variable


les élèves sont par 2 :
1) course lente, passes à terre - trois mètres au maximum
amélioration proprioceptive avec (1 seul rebond), on peut entre les partenaires.
la balle pour développer les dribbler en attendant que
habiletés : le partenaire se place en - retour le long des cônes. - on peut placer des cônes à
avant du PB. éviter sur les différents
- passer en courrant 2) Course lente, passes - pas de marché pour le PB terrains obligeant une
- réceptionner en courrant, directes. prise d’information plus
- shooter dans l’élan de la 3) Course rapide, passes - 4 ou 5 passages pour élargie.
course avec et sans dribble pour directes, un dribble chaque exercice - On peut placer 2
se rééquilibrer. autorisé avant le shoot. défenseurs par terrains
4) Course rapide, passes - la passe doit permettre au (fixes ou mobiles, ne
directes, sans dribble. réceptionneur de conserver faisant pas usage des bras
Si l’on place des obstacles sur le 5) Course rapide, passes sa vitesse. ou les utilisant).
parcours (cônes ou défenseurs) directes, 4 passes au
on recherche une prise maximum Critères de réussites
d’information élargie.
les élèves sont par 3 : - au moins 2 tirs réussis à
6) Criss cross en marchant : chaque série.
l’élève passe sa balle, la suit puis
progresse vers l’avant en
attendant de la recevoir à
nouveau.
7) Criss cross en courant.

Pour différencier le travail en fonction des élèves on peut établir des groupes sur chaque terrain et donner des nombres de passage dans chaque
série différents, ou donner des exercices différents. En fin de séquence, on peut organiser des courses entre terrains en variant les zones de
départ.
Thème 3 : le dribble

Objectifs Dispositif Buts variables

« Les sorciers » en driblant :


- dribbler en décentrant son
regard de la balle. Un tiers de la classe porte un maillot et cherche à attraper le reste Pour les chats, attraper
de la classe. Les joueurs qui n’ont pas été touchés peuvent délivrer tous les autres joueurs
- changer de vitesse et de leurs partenaires accroupis à l’endroit de leur prise. Tous les élèves en moins de 3’.
direction en driblant. dribblent en permanence, y compris quand ils touchent ou Pour les autres joueurs, - changer la main
délivrent. Le jeu se déroulera en trois séquences pour que tous ne pas se faire prendre utilisée pour
- s’organiser et se répartir les occupent chaque rôle. Les trois groupes successifs doivent être dribbler.
rôles dans l’équipe (attraper, équilibrés en nombre et en niveau.
délivrer, surveiller les - les chats
prisonniers) pour une « Poule renard vipère » en driblant : doivent toucher
meilleure efficacité. la balle et non
La classe est décomposée en trois groupes équilibrés qui doivent plus le joueur.
tous dribler en permanence. Ils se situent au départ, en trois lieus
- si la variable choisie c’est de éloignés d’un gymnase, à proximité d’un maillot de la même
toucher la balle et non le couleur que les leurs. Une équipe a gagné
joueur, l’objectif est Chaque groupe touche les joueurs d’une autre couleur et est pris lorsqu’elle a attrapé
également de protéger sa par le troisième. Chaque joueur pris se rend en dribblant (l’autre tous les joueurs
balle. main en l’air pour signaler son statut de joueur pris) dans le camp « prenables ».
des « prisonniers », pied sur le maillot au sol de l’équipe qui l’a
pris. Il peut alors être délivré par ses partenaires.
Pour qu’il y ait risque de perdre et risque de gagner pour les deux équipes, il faut parfois conjuguer les variables (ex: toucher la balle est plus
difficile que de toucher le joueur, il faut dans ce cas demander à ceux que l’on attrape de dribbler de la mauvaise main).
Le travail du dribble dans l’échauffement peut être envisagé comme phase de récupération : des manipulations diverses peuvent améliorer les
sensibilités proprioceptives avec la balle. On proposera des périodes courtes et variées de dribbles : en marchant main D et G, les yeux fermés ;
accroupi, plus petit dribble possible; dribbles obliques en utilisant les deux mains ou une seule; dribbler contre un mur (balle au dessus de la
tête) ; entre les jambes, pieds au sol, passer en dribblant sous les jambes d’un camarade …etc

Conclusion :

Les formes jouées proposées pour l’échauffement ont une sollicitation ventilatoire et cardio-vasculaire importante et visent à développer des
sensibilités proprioceptives pour améliorer les compétences spécifiques à l’activité basket. La maîtrise de ces compétences, dribbler en prenant
des informations, passer et réceptionner en mouvement, lier dribble et shoot, ou réceptionner et shooter autorisera une plus grande variété de
choix dans le jeu.

Dans les 4 articles proposés, les routines mises en place à l’échauffement, la recherche de stratégies dans les situations d’apprentissage et le
travail de l’arbitrage au cours de matchs en fin de séance ont une complémentarité. C’est pourquoi ces trois parties sont présentes durant tout le
cycle.
Les formes de groupement retenues sont variées (groupes homogènes dans les situations d’apprentissage, hétérogènes au cours des matchs de fin
de séance) pour renforcer les effets de l’apprentissage. Elles ne requièrent pas les mêmes exigences au plan relationnel entre les élèves (par
exemple, solliciter trop d’effort d’entraide peut engendrer du désinvestissement). C’est la raison pour laquelle il nous semble souhaitable de
varier les formes de groupement au sein de chaque séance.

Pascale Dupré
Pascale.Dupré@ac-orleans-tours.fr

Centres d'intérêt liés