P. 1
Correction Du Sujet

Correction Du Sujet

|Views: 15,978|Likes:
Publié parLetudiant.fr

More info:

Published by: Letudiant.fr on May 29, 2013
Droits d'auteur :Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

07/10/2013

pdf

text

original

Monsieur CRESSINI L’Etudiant mercredi 29 mai 2013

Sujet Type BAC S nouveau programme 2013
Ce sujet privilégie les nouveaux chapitres introduits cette année
au programme.
A savoir la loi normale et en spécialité le calcul matriciel et les
graphes probabilistes.
Ne figure pas dans ce sujet la géométrie dans l’espace ou
l’arithmétique en spécialité, domaines qui peuvent cependant tout
à fait tomber à l’examen. Ne figure pas non plus le chapitre sur les
intervalles de fluctuation.
J’ai choisi un vrai ou faux en analyse où à titre d’entrainement, je
demande de justifier les réponses. En cas de réponse vraie il
convient donc de fournir une brève démonstration en utilisant les
acquis du cours, en cas de réponse fausse, un contre exemple
suffit.
A l’examen, si ce type d’exercice tombait, il ne devrait pas y avoir
plus de 5 questions. Les justifications ne seront pas demandées et
il n’y aura pas de point négatif en cas de mauvaise réponse.
Exercice I
Répondre par vrai ou faux à chaque affirmation en justifiant
votre réponse.
1° G(0) = 0 et G(1) = 0 car

·
1
1
0 ) ( dt t f
. Donc VRAI
2° Par définition

x
dt t f
1
) (
représente la primitive de la fonction f
s’annulant en 1 donc cette fonction est dérivable sur
[ , 0 [ +∞
et la
fonction G est donc dérivable sur
[ , 0 [ +∞
en tant que produit de
fonctions dérivables. Soit

+ − · × + × ·
x
x xf F x F x f x dt t f x G
1
) ( ) 1 ( ) ( ) ( ) ( 1 ) ( '
Or
0 ) 1 ( · F
donc
) ( ) ( ) ( ' x xf x F x G + ·
. Donc VRAI
3° f est positive sur
[ , 0 [ +∞
donc F est croissante sur
[ , 0 [ +∞
. Or
0 ) 1 ( · F
donc
0 ) ( ≤ x F
sur
Page 1 sur 9
Monsieur CRESSINI L’Etudiant mercredi 29 mai 2013
] 1 ; 0 [
alors que d’après le texte
0 ) ( ≥ x xf
. On ne peut donc
conclure sur le signe
). ( ' x G
Donc VRAI
4° f est positive sur
] 2 , 0 [
donc par définition cette aire se calcule
par

2
0
) ( dt t f
. La valeur de l’intégrale est indépendante de la
primitive choisie donc
) 0 ( ) 2 ( ) (
2
0
F F dt t f − ·

.
Donc VRAI
5° Une équation de (T) est :
) 1 ( ) ( a x e e a x e y
a a a
− + · + − ·
. Donc VRAI

a x
e e x f − · ) ( '
et
0 ) ( ' ' > ·
x
e x f
donc f’ est strictement croissante sur
IR. Donc VRAI.
7° Pour étudier la position de ( C ) par rapport à (T) il convient
d’étudier le signe de
) 1 ( a x e e
a x
− + −
. Si
a x <
, et l’équation devient
0 · y
; Donc FAUX
8° La courbe de la fonction exponentielle est toujours située au
dessus de ses tangentes.
(On dit que la fonction exponentielle de base e est une fonction
convexe)
Donc si a = 0 ,
0 ) 1 ( ) ( ≥ + − · x e x f
x
, car
1 + ·x y
est l’équation de la
tangente à ( C ) à l’origine.
Par conséquent l’aire demandée est égale à :
5 2
2
4
2
²
) (
2 0 2
2
0
2
0
− · − − − ·
1
]
1

¸

− − ·

e e e x
x
e dt t f
x
unités d’aires. Donc
FAUX.
Exercice II

2
1
1 1
) ( ·
+
·
+

·
i
i
i
i
i f
Page 2 sur 9
Monsieur CRESSINI L’Etudiant mercredi 29 mai 2013
2
2
2
2
2
2
1
2
1
) 1 )( 1 (
) 1 (
1
) (
4
5 π i
e
i
i
i i
i i
i
i
i f ·

,
_

¸
¸


× ·
− −
·
− +
− −
·
+

·
donc
] 2 [
4
5
)] ( arg[ π
π
· i f
.

1
1
2
1 ' ·
+

⇔ ·
z
i z
z
soit
1 2 + · − z i z
,

est donc la médiatrice du
segment [AB].
3° a) (z’ réel strictement négatif)
] 2 [ ) ' (arg( π π · ⇔ z
et
i z 2 ≠
)
Or d’après le cours,
( ) ] 2 [ , ) ' arg( π MB MA z ·
L’ensemble E des points M tels que
( ) ] 2 [ , π π · MB MA
est le
segment [AB] privé des points A et B , A par définition de
z’ et B sinon z’ = 0.
b) (z’ un imaginaire pur)
] 2 [
2
) ' (arg( π
π
· ⇔ z
et
i z 2 ≠
) soit
( ) ] 2 [
2
, π
π
· MB MA
.
L’ensemble
Γ
des points M tels que
( ) ] 2 [
2
, π
π
· MB MA
est le
cercle de diamètre [AB] privé des points A et B , A par
définition de z’ et B sinon z’ = 0.
4° a)
1
5
1
1 2
1
1 2
1
1
2
1 '
+
·
+
− −
·
+
− −
· −
+

· −
z z
i
z
i
z
i z
z
donc
5 1 1 ' · + × − z z
.
b) Si M décrit le cercle de centre A et de rayon
2
5
alors
2
5
· AM
, soit
2
5
1 · + z
.
Donc pour tout
1 ' − ≠ z
,
5
2
5
1 ' 1 1 ' · × − · + × − z z z
. Soit
2 1 ' · − z
, c'est-à-dire CM’ = 2 . Donc
' M
décrit le cercle de
centre C et de rayon 2.
Exercice III
1° a)
0
1
1
1
>
+
· −
+
n
u u
n n donc la suite
) (
n
u
est strictement croissante.
b) Toute suite croissante et majorée est convergente, donc une
condition nécessaire et
Page 3 sur 9
Monsieur CRESSINI L’Etudiant mercredi 29 mai 2013
suffisante pour que
) (
n
u
admette une limite finie est qu’elle
soit majorée.
c) Cette conjecture est envisageable car
0
1
lim ·
+∞ → n
n
. Mais la
lecture de la fin de l’exercice
nous conduit à supposer le contraire.
2° a) Il y a une faute de frappe, il faut lire « p prend la valeur… » et non
« rend la valeur… »
Il convient de comprendre que M désigne un majorant de
n
u
et S = n
u
.
On cherche à prouver l’existence éventuelle d’un tel
majorant.
Cet algorithme permet donc de dire qu’elle doit être le rang
n pour que la valeur M soit atteinte, c'est-à-dire que M ne
puisse plus désigner un majorant.
b)
Pour M = 2, la réponse afficher est p = 4. En effet
833 , 1
3
≈ u

et
2 083 , 2
4
> ≈ u
.
Pour M = 5, la réponse afficher est p = 83. En effet
990 , 4
82
≈ u
et
5 002 , 5
83
> ≈ u
.
Pour M = 10, la réponse afficher est p = 12367. En effet
9999 , 9
12366
≈ u
et
10 00004 , 10
12367
> ≈ u
. (La TI82 met environ 7
min pour afficher ce résultat)
Pour M = 20, la réponse ne peut être affichée par les
calculatrices ordinaires, l’usage d’un logiciel de
programmation est nécessaire.
c) L’objectif est de comprendre que cette suite croit vraiment
très lentement mais qu’elle n’est pas majorée car n’importe
qu’elle valeur M peut-être dépassée même si cela est
obtenu pour un rang très élevé.
3° a) La contraposée d’une implication «
Q P ⇒
» est « non
⇒ Q
non P ».
Soit « Si la suite
) (
2
n
u
diverge alors la suite
) (
n
u
diverge ».
b) Désignons par n
P
la propriété : « Pour tout entier
1 ≥ n
,
2
1
2
n
u
n
+ ≥
»
Page 4 sur 9
Monsieur CRESSINI L’Etudiant mercredi 29 mai 2013
Initialisation :
Si n = 1 ,
2
1
1
2
+ ≥ u
, vrai car
5 , 1
2
≥ u
. La propriété n
P
est
vérifiée au rang initial .
Hérédité :
Posons l’hypothèse de récurrence : « il existe un entier
naturel quelconque fixé
1 ≥ n
tel que n
P
soit vraie. Démontrons qu’alors 1 + n
P
est
encore vraie.
1 2 2
2
1
...
2 2
1
1 2
1
1
+
+ +
+
+
+
+ ·
+
n n n
n n
u u
.
Or
· + +
+
+
+
+1
2
1
...
2 2
1
1 2
1
n n n n n n n
2 2
1
...
2 2
1
1 2
1
+
+ +
+
+
+
car
n n n n
2 2 2 2 2
1
+ · × ·
+
De plus

+
+ +
+
+
+
n n n n
2 2
1
...
2 2
1
1 2
1
+
+
n n
2 2
1
+
+
n n
2 2
1
…+
n n
2 2
1
+
Soit
2
1
2
1
2
2 2
1
...
2 2
1
1 2
1
1
· × ≥
+
+ +
+
+
+
+ n
n
n n n n
.
2
1
2 2
1
+ ≥
+ n n
u u
Or par hypothèse
2
1
2
n
u
n
+ ≥
donc
2
1
2
1
1
2
+ + ≥
+
n
u
n
,
2
1
1
1
2
+
+ ≥
+
n
u
n
donc 1 + n
P
est vraie.
La propriété n
P
est vérifiée au rang initial n = 1 et elle est
héréditaire, elle est donc vraie pour tout entier
1 ≥ n
.
(cette démonstration demande une certaine persévérance !)


2
1 lim lim
2
n
u
n n
n
+ ≥
+∞ → +∞ →
donc
+∞ ·
+∞ →
n
u
n
2
lim
, donc
) (
n
u
diverge et
comme elle est strictement croissante
+∞ ·
+∞ →
n
n
u lim
.
Exercice IV
1° ROC
Si X suit une loi normale N
²) , ( σ µ
alors la variable aléatoire
σ
µ −
·
X
T
suit une loi normale centrée réduite N
) 1 , 0 (
. donc par
définition
0 ) ( · T E
et
1 ) ( · T V
.
Or

,
_

¸
¸ −
+ ·
σ
µ
σ
X E T E
1
) (
donc d’après les pré-requis donnés dans le
texte
Page 5 sur 9
Monsieur CRESSINI L’Etudiant mercredi 29 mai 2013
0 ) (
1 1
) ( · − ·
,
_

¸
¸ −
+ ·
σ
µ
σ σ
µ
σ
X E X E T E
soit
µ · ) (X E
.
De même
1 ) (
²
1
) ( · · X V T V
σ
soit
² ) ( σ · X V
.

75 , 0
200
150
) ( · · A P
I
3° a) L’expérience aléatoire qui consiste à interroger les 200
étudiants intéressés pour
savoir s’ils achètent ou pas la tablette est une succession de
200 épreuves indépendantes à deux issues succès et échec.
On désigne par succès l’événement de probabilité 0,7: «
Un étudiant intéressé achète la tablette » et par événement
échec l’événement contraire.
La variable aléatoire X prenant pour valeurs le nombre de
succès obtenus, suit donc une loi binomiale de paramètres
n = 200 et p = 0,7.
b) Soit n
X
une variable aléatoire suivant une loi binomiale B(
n ; p), alors pour tout
Page 6 sur 9
Monsieur CRESSINI L’Etudiant mercredi 29 mai 2013
réels a et b :
) (
) 1 (
lim b Z a P b
p np
np X
a P
n
n
≤ ≤ ·

,
_

¸
¸




+∞ →
, où Z est une
variable aléatoire suivant une loi normale centrée réduite N
) 1 , 0 (
.
Dans ce théorème on considère que la limite est
pratiquement atteinte lorsque
¹
¹
¹
'
¹
≥ −


5 ) 1 (
5
30
p n
np
n
et dans ce cas
) (
) 1 (
b Z a P b
p np
np X
a P
n
≤ ≤ ≈

,
_

¸
¸




.
Ici n = 200 , np = 140 et n(1-p) = 60 ; les trois critères sont
vérifiés, l’approximation de la loi de X par une loi normale
N
)) 1 ( , ( p np np −
est justifiée.
4° a)
140 7 , 0 200 · × · ·np µ
et
· · × · − · 42 3 , 0 140 ) 1 ( p np σ
6,48 à
2
10

près.
b) Par définition T suit une loi normale centrée réduite.
c) La calculatrice donne
) ( a T P ≤
Donc après simplification on
obtient :
) 85 , 1 ( 1 ) 85 , 1 ( ≤ − · ≥ T P T P
= 0,03 à
2
10

près.
et
02 , 0 ) 17 , 2 ( 1 ) 17 , 2 ( ) 17 , 2 ( · ≤ − · ≥ · − ≤ T P T P T P
à
2
10

près.
5° a) à
2
10

près :
03 , 0 ) 85 , 1 ( ) 85 , 1 (
42
140 128
42
140
) 128 ( · ≥ · − ≤ ≈
,
_

¸
¸ −


· ≤ T P T P
X
P X P

Un calcul direct à la calculatrice donne la même chose.
b) A la calculatrice nous avons obtenu
015 , 0 ) 17 , 2 ( · − ≤ T P
à
3
10

près.
Soit
015 , 0 17 , 2
42
140
·
,
_

¸
¸
− ≤
− X
P
et
( ) 015 , 0 42 17 , 2 140 · − ≤ X P
.
Or
94 , 125 42 17 , 2 140 ≈ −
. Donc
( ) 015 , 0 125 ≤ ≤ X P
Ce qui se vérifie par un calcul direct à la calculatrice.
Le nombre maximal n de tablettes que l’association doit
commander est donc 125.
Page 7 sur 9
Monsieur CRESSINI L’Etudiant mercredi 29 mai 2013
Exercice V
1° a)
b)

,
_

¸
¸
·
97 , 0 03 , 0
07 , 0 93 , 0
T
c)
( ) ( )
0 0 0 0 0 0 0 1
97 , 0 07 , 0 03 , 0 93 , 0
97 , 0 03 , 0
07 , 0 93 , 0
y x y x y x T U U + + ·

,
_

¸
¸
· ·
.
2° a)
( ) ( ) 7 , 0 3 , 0
97 , 0 03 , 0
07 , 0 93 , 0
7 , 0 3 , 0
0 1
·

,
_

¸
¸
· · T U U
, la loi de probabilité
de n
X
est alors une loi invariante, on parle d’état stable c'est-à-
dire que la répartition des
salariés du groupe reste inchangée.
b)
( ) 759 , 0 241 , 0
5
0 5
· · T U U
avec les arrondis demandés.
( ) 735 , 0 265 , 0
10
0 10
· · T U U

( ) 704 , 0 296 , 0
30
0 30
· · T U U
c) On peut conjecturer que la loi de probabilité de n
X
se
rapproche de plus en plus de la loi invariante précédente.
3° a) On calcule le déterminant de P,
0 10 7 3 ) det( ≠ − · − − · P
donc P
est inversible et

,
_

¸
¸

·

,
_

¸
¸

− −

·

1 , 0 1 , 0
7 , 0 3 , 0
1 1
7 3
10
1
1
P
Par application de la formule
de cours ou par calcul direct à la calculatrice.
b)

,
_

¸
¸
·

,
_

¸
¸

,
_

¸
¸

,
_

¸
¸

· ·

9 , 0 0
0 1
3 1
7 1
97 , 0 03 , 0
07 , 0 93 , 0
1 , 0 1 , 0
7 , 0 3 , 0
1
TP P D
Page 8 sur 9
Monsieur CRESSINI L’Etudiant mercredi 29 mai 2013
c)
TP TP PP PD TP P D · · ⇔ ·
− − 1 1
Attention à respecter l’ordre du
produit matriciel.
et
T TPP PDP TP PD · · ⇔ ·
− − 1 1
d) Initialisation
Si n = 0 :
2
0
I T ·
et
2
1 1
2
1 0
I PP P PI P PD · · ·
− − −
( 2
I
matrice
identité d’ordre 2). La propriété est donc vérifiée au rang
initial.
Hérédité
Posons l’hypothèse de récurrence : pour un entier naturel
quelconque fixé n , n>0,
1 −
· P PD T
n n
. Montrons que la
propriété est encore vérifiée au rang n+1.
1 1 1 1 1 1 1 1
) ( ) )( (
− + − − − − − +
· · · · · P PD DP PD DP P P PD PDP P PD T T T
n n n n n n
.
La propriété est donc héréditaire. Elle est donc vraie pour
tout entier naturel n.
4° a)
.
0
n
n
T U U ·

,
_

¸
¸
× − × −
× − × +
·

,
_

¸
¸

,
_

¸
¸

,
_

¸
¸

·
n n
n n
n
n
n
T
9 , 0 3 , 0 7 , 0 9 , 0 3 , 0 3 , 0
9 , 0 7 , 0 7 , 0 9 , 0 7 , 0 3 , 0
1 , 0 1 , 0
7 , 0 3 , 0
9 , 0 0
0 1
3 1
7 1
D’où
( ) × · 8 , 0 2 , 0
n
U

,
_

¸
¸
× − × −
× − × +
n n
n n
9 , 0 3 , 0 7 , 0 9 , 0 3 , 0 3 , 0
9 , 0 7 , 0 7 , 0 9 , 0 7 , 0 3 , 0
( )
n n
n
U 9 , 0 1 , 0 7 , 0 9 , 0 1 , 0 3 , 0 × − × − ·
b)
0 9 , 0 lim ·
+∞ →
n
n
donc
3 , 0 lim ·
+∞ →
n
n
x
et
7 , 0 lim ·
+∞ →
n
n
y
. Ce qui démontre la
conjecture de
la question 2°.
Page 9 sur 9

You're Reading a Free Preview

Télécharger
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->