Vous êtes sur la page 1sur 73
Pogo \eiicolalie t= ce te Initiation: Composants.Réalisations. Kits. Experimentation REVUE MENSUELLE ABONNEMENT O'UN AN |_| comPRENANT 11 puméros ELECTRONIQUE PRATIQUE, Prix: 40 F Etrangor : prix 70 F Nous laisons la possibilté & noe lecteurs. de souserire das abonnements groupes, sot LE HAUT-PARLEUR + ELECTRONIQUE PRATIQUE 4 110 F Etrangor & 180 F SONO + LE HAUT-PARLEUR. ELECTRONIQUE PRATIQUE 8 155 F Etranger 6 225 F ' & fun nui, Ween B | estes SOCIETE DES PUBLICATIONS RADIO-ELECTRIQUES ET SCIENTIFIQUES Société anany de 120 000 F 75490 Paris Codex 19 x: PGY 230472 F Directeur de la publication ‘A. LAMER, Directeur technique Henri FIOHIERA Rédacteur en chot Bernard FIGHIERA Le Rédaction ¢'Electronique Pratique décline toute responsabilité quant aux opi- || sions formulées dans les articles, celles-ci n’engageant que leurs auteurs. Les manuscrits publiés ou non ne sont pas Fetournés. SOCIETE AUXILIAIRE DE PUBLICITE 43. +. de Dunkerque, 78010 PARIS Tel, ° 285-04. 48 lignae yroupées) | (cc ’Paris 3793-60 Fo BOR ce OO 138 125 135 115 142 147 107108 186 N°. 10 "Z NOUVELLE SERIE Réalisez vous~-mémes Contrdleur de température pour labo photo Une roulette électronique Un interrupteur sonore A combien vas communications vous reviennent~ elles? Aver-vous des réflexes 7 Un autre jeu de réflexes Une minuterie secteur Un jeu de lumiére : fe vu-moduleteur Un indicateur de niveau pour lave-glace auto Expérimentez vous-mémes | La temporisation par émetteur de radiodiffusion En kit Le temparisateur digital MJ 16 RADIO MJ Le voltmatre de sortie UK 150 AMTRON. Pratique et initiation Quelques solutions pour cabler proprement Les applications du NE 555 Les applications du A 741 Divers Encart Eurelec Nos lecteurs | CONTROLEUR | de BAIN ~- MARIE pour labo-photo | + sHEAMO SI E développement couleur nécessite un bain-marie dont la température soit comprise entre 24 et 40 °C, selon le procédé, mais 4 un demi degré prés ; or, il est impossible da lire un thermométre dans l'obscurité ou avec l'éclairage inactinique de sécurité. C'est pourquoi notre appareil ne présente qu'un afficheur 4 sept segments rouges qui va concré- tiser par des lettres I'écart avec /a température de consigne. Au total sept signes au pas de 0,5 °C (ajustable de 0,2 a 1 °C) et dont les deux extrémes sont clignotants pour attirer 4 distance attention de l’opérateur distrait. L’éclairement de /'afficheur est couplé auto- matiquement 4 ’éclairage ambiant par une cellule CdS, Le montage peut paraitre com- plexe mais le prix de revient est peu élevé (140 F), car ne faisant appel qu’a des com- posants trés courants donc bon marché. Photo A. ~ Montage photographique et exécuté 4 partir d'un gros plan sur une cellule photoélectrique. Le principe (voir figure 1) La sonde est constituée par une résis- tance CTN montée en pont pour com mander un 741 (Ch) en amplificateur de tension; & sa sortie une diode Dy ne deli vre que les valeurs positives croissant de 0.8 11V quand la température decroit. Cette tension est envoyde sur un sextuple détecteur de seuil réalisé par les zeners Z; done devenir successivement conduc teurs & mesure que la tension denuee monte, Les collecteurs de ees transistors sont roliés & un petit décodeur « sur mesures » constitué par deux circuits intégrés log! ques C.MOS, € savoir Cli, quaire portes «NOR» et Ch, quatre fortes «OU EXCLUSIF), Les sorties de ca decodeur alimentent les segments ot Ip point déci mal dun afficheur de 13 mmm a ¢ Leretour 3[a masse de cos cathodes ne se fait pas diractement mais par Tinter- médiaire du transistor Ts atin de permet- tre le clignotement de Faffichage, com- mand meme décodeur Ce transistor a aussi pour rdle d'asservir la luminosité du digit & réclairage ambiant, c'est-8-dire faible dans 'obscu- ité et intense en pleine lumiare, Le choi de la température de consigne (ou médiane) ast fixé par Py; le pas, est 8 -Zs et les transistors T) 8 Ts qui vont comn dire Ia variation de température provo- be 1 as ie see : | at ‘ ston 6h a it appel & une sonde constituée par une résistance CTN montée en ieee eine ee keener ce te Peeucartte Feiner ee eee pont et destinée 4 commander ‘un amp| eet ca iaitec| 1 10 -romvle slic - Page 77 quant une modification de Fatfichage est ajusté par P;. Nous obtenons alors sur notre afficheur le programme suivant température parfaite & + 0,5 °C F sfroid: -05 °C F, =1rés froid: -1 °C 4Fo9: clignotant ~ tras was froid = 1,5 °C ou moins, chaud: +05 °C és chaud: + 1°C clignotant: tres tés chaud: et plus. ei «0.9 + 15% Soit sept signes pour couvrir une plage de 3°C ce avec un pas réglé sur0,5 °, qui nous semble une valeur optimale sur le plan photographique. Le passage dun signe & un autre est tres frane grace au principe de nos détec- ‘ours de souls. Cartains s étonneront que nous n’'ayons: pas utilisé pour cela le célébre Ci UAA 180, Nous avions commeneé par Is hiélas | le passage d'un niveau a autre ost loin détre franc et il y @ superposition de signes pendant la transition. De plus, le potentiel «bas des sorties est assez haut et se préte mal a la commande de Cl logiques. Notre ensemble de transistors et de zeners tient plus de place, revient au meme coli, mais il est incomparablement plus performant, Le circuit d’ensemble est un mélange intime d électroniques logique et linéaire {ou enalogique) et nous allons expliquer le fonctionnement de chacun de ces sous- ensembles, d'abord le plus simple Ualimentation Un wransformateur TR, & deux enroule- ments 12 volts a son point milieu relié 4 la masse. Quatre diodes D; @ D, suffisent pour faire les deux redressements double altemnance, La partie positive est stabili- sée par un transistor T muni d'un radia- teur et piloté par une diode zener Z7 de 43 V. Par contre, la partie négative n’est destinge quia alimenter le 741 et le pant de la CTN, aussi on peut se contenter de la zoner Zp de 12 V et de sa résistance de protection Ris. De m@me pour le conden: sateur de filtrage Cz un 100 uF est large- ment suffisant Page 78-16 10 rowel see L’amplification du signal température La résistance CTN est une «100 k2» cest-a-dire sa valeur approximative 2 20°. Elle va diminuer presque de moitié vers 65 °C, II s‘agit de prendre un modéle ‘rs ordinairo car sa linéarité importe peu puisque nous opérerons sur une plage de 3°, La CTN est montée en pont avec Ris +P), ot le point médian est relié a entrée Nen-inversouse e, de Ch, un 741 en amplificataur non-inverseur de tension, Quand la température s'6leve la résis- tance de la CTN diminue et la tension de sortie également. Etant donné que le pont CTN + Rig + Py est alimentéen+ 12 Vet 12, la tension de sortie deviendra nulle & une certaine température puis négative pour une température encore plus élevée, mais la diode Dy ne laissera passer» que les tensions de sorties positives, Inversement, lorsque la CTN se refroidit Ja tension de sortie va augmenter jusqu’a un maximum de 11 volts. Ainsi en réglant le pont par P; et le gain du 741 par Pz nous allons pouvoir «explorer» un domaine de température assez étroit qui se treduira par une veriation de tension de sortie de 0 8 11 volts! En quelque sorte lun «microscope pour température », Rappelons que le gain du 741 est égal & Roo + Pa Fao il peut done varier ici de 1 8 30. Vous devez yous demander pourquoi nous n’avons pas mis la CTN cote «+ 12 V>» pour avoir une tension de sor- tle progressant dans le méme sens que la température, ce qui serait plus sympathi- que : hélas | la conception du décodeur Gtait encore plus complexe dans le sens direct d'ol notre choix pour le sens Le sextuple détecteur de seuil Prenons comme exemple la premigre cellule composée de Z), Ry, T; et Rr (cel- lule ou détecteur i): fa zener et la résis- tance de protection Ry sont moniées en brie dans le circuit base du transistor T1, cont Fémetteur est 3 la masse. Lorsque la « tension d’attaque » venant dela sortie du 741 est inférioure a la ten- sion nominale de la zener, aucun courant base ne passe ; ce transistor est bloqué et la tension sur son collecteur est de 12 volts, Quand cette tension d'attaque attein- dra la valeur de la zener un courant de base, méme trés faible, va rendre T; conducteur et son potentiel collecteur tombe brutalement a 2éro, Le fait que le « coude » de la caractéristique de la zener soit multiplié par le « coude » de la carac- {éristique du transistor explique que cette commutation soit si franche Pour Ja cellule () nous avions 2; =43V, pour la (II Z: = 5,1 V, puis Z5 62V, 2; =68 +03 =7,1 Vico03V par la diode Ds au germanium), puis Z5 = 82 Vetenfin Zj=9,1 V pour la cellule wie ‘A romarquer que la résistance collec- teur Ria du transistor Tp est elle relide & la masse et non 8 V,. Avec le mince éventail des diodes zeners courantes nous avons essayé de faire une progression avec un pas de ordre de 1 volt. En conséquenca des 1/4 att a % suffisont, Pour les transistors Ty a Ts nous avons choisi le 2N 3392 d'une part parce que Cost un modele tr8s économique que Fon peut trouver A moins de un frane pidce, et fautre part perce que son brochage par- ticulier facilite le tracé du circuit imprimé les trois pattes en ligne avec le collecteur au milo. Toutes les résistances Ry 8, sont des 33 k§2 mais c'est une valeur approxima tive, et vous pourrez panacher avec. des 27, 88 ot 47 ko, Le décodage Le morceau de bravoure ! Le plus sim- ple @ monter, puisqu'il ne comporte que deux Cl DIL 14, trois résistances et deux diodes mais le plus compliqué & expliquer, Si vous nates pas familiarisé avec los portes logiques nous vous invitans & vous reporter & article « ABC des circuits logi ques; Electronique Pratique N° 1624 (décembre 771, page 112. Nous avons fait appel aux portes NOR 14001) bien connues, mais surtout aux portes « OU EXCLUSIF» qui le sont un peu moins. Leur fonctionnement est ultra simple: pour que la sortie soit au niveau 1 il faut que une ou autre des deux entrées soit au niveau 1, et une seule- ment, Le Cl5 14030} contient quatre de ces portes appelées ici E, F, Get H at comme est un C.MOS il peut étre ali- menté en 12 V ot ses sorties passeront de 0.412 V;elles peuvent débuter suffisam: ment pour alimenter un sagment dafficheur rouge, avec bien str des tances de protections Ror 8 Ros Quant aux quatre portes NOR de Cly (4001), baptisées ici A, B. C et D. deux sont montées en inverseurs(A et D) et les deux autres en oscillateur pour fe cligno- tement de laffichage. A ce propos il est bon de rappeler qu'un oscillateur monté avec des portes NOR # au repos sa sortie ‘au niveau 1, et quil noscille que si son entrée de. commande, ici sur le porte C, est au niveau zéro. Ces préliminaires étent faits, attachez vos ceintures on va decoder: Signe «C,» clignotant: la tension dattaque est inférieure & 2; (e tres trés chaud »), tous les transistors sont blo- qués. Nous avons par cellule (0 ila porte inverseuse A recoit 1 et sort ©, done loscillateur C-B fait clignoter Faffichage. (D:taporte Gregoit 1, sort 1 qui all le point décimal « p ». Al); porte © regoit 1, sort 0: le seg- ment €g» est taint la porte F regoit 1 soit 1: le segment « d» est allumé, UVI:la porte E regoit deux 1, sort 0 sie segment «b» est éteint. (Vi: fa porte H recoit deux 1, sort 0, mais le point p était adja allumé par la porte G. Remarquer las deux diodes Ds et Dg qui isolent l'une de l'autre les sorties, des portes G et H. (Vil: le tnsistor Ts étant bloqué, entrée de la porte C de loscillateur est toujours & z6r0 par la porte A. Les segments a, ¢ et f étant alimontés fen permanence nous avons donc la lettre Cet le point qui clignotent, Signe Co:la température baisse, la ten- sion d'attaque augmente et rend 7 conductour. Uh: Ia porte & ragoit O, sort 1 ce qui arréte le elignotement. Nous avons done fa lettre C et le point fixes, Vous remarquerez que entrée de roscillateur est connectée au miliew du pont diviseur Ris =33Kk2 et Ris 2K et recoit auss! une tension de 9.6 V quand la sortie de la porte A fournit du 12 V; ce potentiel de 96 V érant net- toment supérieur & la moitié de Ia tension dalimentation de Clz (12 Vi équivaut done & un niveau logique 1. Signe C: les transistors T; et To sont maintenant conducteurs. (10; la porte G recoit deux fois 0, sort 0 et éteint le point décimal p. (On a plus que la lettre C, fixe évidem- ment jgne P : cast au tour de Ts détre conducteur UIlD: La porte D recoit 0, sort 1 ce qui allume le segment g. = La parte F recoit deux 0, sort 0 ce qui eteint le segment o = La porte & recoit 0 et 1, sort 1 ce qui allume le segment b. On lit alors la lettre P sur Fafficheur. Signe F: |e conducteur {IV} le porte E regoit deux 0, sort 0 ce transistor Ty devient qui éteint le segment b. D'od formation de Ia lettre F Signe Fo : Ts est conducteur (Vi: la porte H repoit 0 et 1, sort 1 co qui rallume le point p. On a donc lo signe Fo. Signe « Fo » clignotant : tous les tran- sistors T) 8 To sont conducteurs. (Vib: Ty court-circuite la résistance Ris gui met a 0 entrée de la porte C de Foscillateur : on observe alors « Fo » cli gnotant. Toutes cos opérations sont résumées dans le tableau 1 last bien évident que lorsque la tension Gattaque redescend, ces mémes opéra- sions s¢ refroidissent on sens inverse, Lasservissement de (‘éclairement de Uafficheur Toutes les LED des segments de l'affi- cheur ont leurs cathodes reliées ensem- ble, dod Ia dénomination « cathodes communes », et cette ligne cathodes bap- tisée K dans notre schéma, passe par le transistor Te dont! intensité collecteur est ajustée par Ris + Ps. Lorsque la cellule CdS (LOR O3) est vivement éclairée sa résistance chute 2 moins de 100 {2 ce qui shunte la partie de Ps comprise entre le curseur et Ris Vintonsité de Fefficheur est alors maxi- mum, Inversement dans fobscurité V'affi- chage sera beaucoup plus sombre pour ne pas risquer de voller les émulsions photo- graphiques. z Zs ur gies 3 |. Eat pores 8 ‘Slane at ‘i | TTebloou! et W710 novela sia = Page 79 Photo 1. —Le circuit imprimé ne présente pas de difficuttés, mats il faudra faire trés attention & fimplantation des zéners et & orientation des diodes. Photo 2.-Les straps cotés soudures seront en fil isolé. Trois angles ont &té coupés pour la mise en place au fond d'un coffret Teko P/3. Photo 3. - Le petit module opto ne reco't que la cellule CdS et Tefficheur avec ses résistances. Photo 4, Le module de 'afficheur est fxé sous le couvercle avec trois entretoises tubulaires de 10 mm. Fig. 2.- Le montage a été réalisé sur une plaque de verre epoxy. Le tracé du circuit imprimé est précisé gran- Cote ritaC unite ner u melee Tien eter ec kere ccc atte ete Coens N10 = nousolo sari - Page B1 Le circuit imprime Le tracé est assez serré et nous vous. conseillerons de le reproduire par notre nouvelle méthode photographique décrite dans « Electronique pratique » N° 8 nou- velle série, page 106. ll y ae fait deux modules, car aprés. attaque au perchlorure on séparera a la scie le petit circuit destiné @ recevoir Yafficheur et la CdS, Laplupart des résistances dissipent une puissance de SmW (P =€2/A) alors autant utiliser des «1/4 W» qui sont moins cheres et moins encombrantes que les 1/2 watt Pour souder les Cl, et Cls (CMOS! roubliez pas de rolier votre fer & la terre, ‘04 elors montez des socies. Les straps 8 ne pas oublier = wois c&té composents, & savoir un 118s long de Ty O Fautre bord, le mise a la masse des émetteurs de Ty 8 Ty et un dernier entre Cl; at Cly. COté soudures il faut relier ensemble les pastilles carrées (+12 V) pour alimenter Gly et Cls, puis ral ensamble les pastilles triangulaires |masse) toujours pour lalimentation de ces Cl, soit fils isolés au totall voir photo NP) En ce qui conceme Forientation des composants nous avons établi une liste des @tourderies possibles, 2 verifier done = Vorientation de [électrochimique Ca, Inverse de Cy. = orientation de la diode Dg, téte-béche avec Zs. = orientation de Chy, inverse de Cl, et Ch. = orientation de la diode zener Zp, trait ebté masse. = Vordre des zeners n'est pas Zs, Z2, Za, Zs, Zs @t Zs mais Zi, Zs, Zs, Za, Zs et Zr ~ Sur le potit module le point décimal de Fefficheur est vers angle opposé a la cas, = Les bores de part ot d'autre des diodes. D; @ De recoivent du 24 volts alternatif, tandis que le point milieu du secondaire du transformateur est relié a la cosse située prés du corps de Cz (masse = P; ast un potentiométre extérieur au circuit (choix de Ta température de consi- ‘and, mais nous avons prevu sur le cireuit 2 {rous pour pouvoir le remplacer par un Page 82 18 10 rouwete sre ajustable, au cas 00 une seule tempéra- ture vous intéresse : évitez donc de cébler Py extérieur sur les deux trous qui sont reliés ensombla I (c'est arrivé a Fautour.. Et enfin noubliez pas le petit radiateur sur le transistor Ty. En cas d’ennui quelonque, voici quel- ques valeurs électriques que nous avons relevées avec cellule CdS éclairée et signe P sur Vafficheur. = Intensité alternative sur chacune des trois bornes du secondaire duu transfor- mateur: 43 ma = Intensité continue sur le collecteur de cathodes de l'afficheur 35 mAlet 4,5 mA avec CdS dans lobscuritél = Tensions d’alimentations sur condensateurs de filtrages = 4186 V; Vea =~ 19.3, = Tensions dalimentation aprés stabilisa- les Ver tion V+ =12.2V; V-=-113V. = Sortie d'une porte débitant sur un seg- ment: environ 8 V. Tension datteque en aval de Dy: de -02 + 109V. Fréquenco de Toscillateur = Potentials de baso de Ts 0,65 V dans l'obsourité). 5 He, 0.72 V ler Photo 5. —La thermistanc dite peu d'Ar ble. t constituer Confection de fa sortie (voir photo 5) Une CTN ordinaire a la forme d'un dis- que de 6 @ 6 mm de diamétre et de 2a 3mm d’épsisseur. Comme celle-ci sora plongée dans de eau ou dans un bain chi- mique, il faut que ses deux électrodes soient bien isolées; aussi, apras y avoir soudé 60 om de conducteur double sous plastique, l'ensemble est glissé dans un tube de crayon a bille: létanchéité sera assurée par de Araldite, qui constituere aussi un vernis pour la CTN. Profitez-en pour obturer le petit trou d'aération sur le cOté du tube, Pour Fétanchéite & la partie supérieure, mieux vaut y couler une colle souplo qui Svitera le cisaillemont futur du {il exemple calle Néopréne genre Bostik), La mise en coffret {Voir photos N° 4 et 6 et figure 3). Le trensformateur et le module princi- pal sont vissés ay fond du coffret plasti- que Teko P/3, tandis que le petit module est fixé sous le couvercle aluminium of ou CTN, un tube de crayon a bille ef un ne sonde thermique étanche et tras | ° | | | | 35 | D ela | Noe (cas) Centre de Faticheur€voir tal = [iste | _e | 10 See | maneveo | * | + |e] lo ese] ° ° FND500et | cov, 31.K Bee ea Mut Mice iene YEW ea ttel eca aR ecee seront pratiquées deux fenétres: une 2 8 mm pour la CdS et une rectangulaire pout Vafficheur, & savoir: 9 x 12mm our un « MAN 6780 » ou 165 x 15 mm pour un «FND 500% (leurs brochages sont identique®. Le couvercle comportera un trou © 10mm pour le potentiomstre Py. La présenco d'un inter secteur n'est pas indispensable Quant au botter plastique, outre | passages latéraux du cordon secteur et du Chble de la sortie, il faudra prévoir une atte de fixation vissSe pour fixer 'appa~ reil bion au-dessus du bain-marie, et ce pour d'évidentos questions de sécurité, ce oitior wétant pas étanche 9 eau. (photo N° 7) Mise au point et utilisation = Pré-régler les ajustables P2 et Py 2 mi- course. = Immerger la sonde et un thermometra précis dans de eau entre 30 et 40 °C. Aprés une minute, agir sur le potentiom®— tre extériour afin obtenir la lettre C sur Vafficheur et noter la température, ~ Laiscer refroidir eau et noter les tem- -pératures ob apparaitront les lettres P ot r. = Sj le pas entre cas tompératures est inférieur a 0,5 °C, réduire le gain du 741 ‘en poussant le curseur de P> vers la résis- ‘ance Roo et inversement. A moins qu'un pas de 0,2 ou 03°C vous convienne mioux. Attention, le fait de retoucher le ‘gain par P2 fausse lo raglage de®; exté- Fieur quill faudra done refaire, = Le pas étant fixé une fois pour toutes, vous pouvez faire un étalonnage (faculta- ti du cadran de P; pour différentes tem- pératures. = En utilisaton normal portez votre bain-marie 2 la température voulue, 38° per exemple pour las procédés Kodak Plonge2-y la sonde, et aprés une minute de stabilisation thermique, agir sur Py afin ‘que 'afficheur indique Ja lettre P. Cest rout. Le régiage de P, est tris fiddle mais, assez « point. Si vous vous réglez ensuite sur une temperature de consigne tes différente, 20°C par exemple, il est normal que te pas devienne légerement different. Photo 6. ~ Cette vue du boitie! dens: ouvert montre le transformateur logé rancrure du module principal, et les fils de raccordement du petit module de I'afficheur. Le ca ble de la sonde traverse le boiti en haut a droite et le cable secteur en bas 4 gauche. Photo 7, L’anpareit est désormais opérationnel et a été vissé au mur, gu-dessus du bain-marie de notre développeuse couleu- Le réglage de Ps va nécessiter non pas obscurité totale mais une forte panom= bre, genre écleirage de labo noir ot blanc poussez le curseur de Pa vers Cs jusqu' be que léclairement de lafficheur soit bien stténué mais bien lisible 8 2 metres. ‘Allumer ensuite la grande lumiére, Yaffi cheur doit toujours étrelisible, sinon reve~ hir un peu en arrigre sur Pa. U’appareil est maintenant terming, M, ARCHAMBAULT Page 84. N10 nouvel st Nota: Ine rauara pas vous étonner si Je passage d'un signe 2 un autre s'effectue avec une tension d'attaque légdrement inférieure a la valeur de la zener en ques tion cela est da au fait qu'une zener com- mence un peu a conduire avant sa valeur hominale, et cette intensité tras faible peut suffire pour commander le transis~ for. Ceci n’a aucune importance car le seuil d ouverture de chaque cellule reste tr8s fidéle, et vous constaterez que les six bas de températures sont pratiquement identiques. Liste du matériel nécessaire 1 resistance CTN ith 100 ks), qualité ordinaire Ci, + 741 boltier DIL & ou rond. Cl: 4001: 4 portes NON en C.MOS ISFF 24001, CD 4001, etc) Clg: 4030: 4 portes OU EXCLUSIF en GMOS (SFF 24030, CD 4030, orc) Ty a To: transistors 2N 3392 (NPN silicium boitier plastiqued 7 Ty ot Te: transistors 20 1711 ou équive: lenis. Dj, Da, Ds, Da. D7: diodes de rearossement ‘gence IN 4001 8 8007 Dg, De diodes quetconques. de signal ou de redressemont Da ! diode de signet au Germanium : 1N 270, 4N 641, AA 143, etc. 24 diode zener 4.3 400 mW fiods zener 8,1. V 400 mW fener 6,2 V 400 mW stance) de 25 2g: diode zonor 9,1 V 400 mv 77: diode zener 13.V 400 mW Zp: diode zenor 12V 400 mW. Tatfichour 7 segments & cathodes commu- thes (13 mm rouges) : MAN 6780. FND 600, cay-at-k 1. cellule photordsistante CdS, genre Lon 03 ‘Ry A Ry: 39 KH 1/2 watt (orange, orange, rene} Rye: 8.2K? 1/4 watt (gris, rouge, rouge) Rl 5.6 K2 1/4 watt (vort, bleu, rouge! Rig? 180 ko 1/4 watt (marcon. gris, jaune) iy. 12k2 1/4 watt (marron, rouge, rouge Bie | 47052 1/4 watt jaune, violet, marron) Ris: 47K 1/4 watt (jaune, violet, orange) Rig: SSK2 1/4 wart lorange, orange rouge) Rar & Ray: 12 1/4.watt Imerron, noir rouge) Gy condensetour 220¢/ 26 V Gy; condensateur 100uF/ 25 V fcondensateur 100.0F (marron, ott une) Pri potentiomdtre 100 ki A llinéaire) avec bouton Pp -potentiomatra sjustable vertical 100 Ki? P5- potentiometre ajustable vertical 2.2K ‘Thy: tranaformatour 220/ 2 x 12 volts de 3VA 47 cireuit imprimé & rbatisor 16 cosses pour circuits imprimés 1 eolfrat Teko modéle P/S. — ee UNE ROULETTE ELECTRONIQUE OUS les jeux électroni- ques sont tras prisés par nos lecteurs, Nous avons deja eu l'occasion de publier une roulette électronique a dix diodes électroluminescen- tes dans notre numéro 1580. Aujourd’hui, nous vous propo- sons un modéle, comme on dit, plus sophistiqué et equipé de 32 diodes électrolumines- centes 110 nouvee atria - Page 85 1 - Synoptique (Fig. 1) Ce schéma nous permet de suivre pas 8 pas les différents étages de niotre réa~ lisation. Un circuit NE S55V, bien conn de tous, est le coour du montage. C'est lui ‘ui va déterminer la vitesse et le temps pendant lequel va tourner la bille. Les oscillations du NE 585 sont comptées par le SN 7493 qui est un compteur binaire & A bits, Enfin le signal binaire est décodé o see alternativement (grice & ICs! par les SN 74184 qui sont des démultiplexeurs, et ainsi transmis au LED. Ce montage ‘vous donne vraiment la sensation qu'une bille tourne ; ici ce sont des LED qui s‘allu- ment chacune a leur tour. Nesss |} sw74o3 caer Pa 16-810 neue serie ee ican au Reco trouve simplifiée Pui Pee can ane Bee ceria Peron atic uueee tt mcs Coleone ee ees ie: ef ia Tel: ie 428 Shee Flas ur [a] 20 Ys ]s PES! 3499. anes Raz-Conpage SN74154 SNIEISE Tabeey oe fotonnenert Gots meuna Pete ait canraeuecracr eaten i - Principe Fig. 2). Le NE S85V ast monté en multivibra- teur ‘dont le rapport eyclique et Ia fré- quence sont déterminés par Ry, As et Ca ici le rapport cyclique nous importe peu car il faut une période complete pour avoir un passage a état bas et donc com- mander le compteur, Nous avons chois tune valeur élevée pour Rg et Rs et une valeur faible pour Cs, coci afin d’avoir une impédance maximum a lenteée de Re. La ‘commande du multivibrateur est compo sée d'un poussoir ot de Ry, Ra, Rs, Cr, C2 qui réalisent une temporisation, laquelle dStormine la durée des oscillations et leur fréquence. Lorsque on actionne le pous- soir, le 555 démarre alors que C; et C; 88 chargent par Ry et Ra; Ry est supérieur & Rp pour que C; mette plus de temps a se charger et se décharger que Cz. Ainsi la durée du mouvement de la bille est fonc~ tion du temps pendant lequal an actionns Je poussoir. Ala fin de la décharge des condensa- teurs la tension va diminuer aux bornas de Cz et done la fréquence de IC; aussi: Ry est | pour achever la décharge des condenseteurs en fin de course de la bille. Apreés Toscillateur nous avons le comp- teur SN 7493 qui différe du 7490 par te fait qu'll compte jusqu’a 15 au lieu de 9. Sinon son fonctionnoment est similaire. Le signal arrive a entrée et est divisé per 2, 4, 8, 16 pour aller sur les différen- tes sorties: lesquelles sorties sont reliées en paralléle aux 2 SN74154 dont Valter nance est commandée par ICy (SN 7473): a chaque passage de 0 3 1 les sorties Q et Q de IC3 sont inversées et autorisent soit IC; soit ICs. Une seule diode étant allumée simultanément les anodes des LED sont reliées au + par une résistance de limitation Fs, iil - Réalisation Le circuit imprimé est donné a échelle 1, ila été réalisé par le méthode photographique. Attention aux nombreux Straps qui ont permis de ne pas -éaliser un uit double face. Respecter les polari- tés des condensateurs ainsi que le sens des circuits intégrés er des LED. La face avant a été réalisée & la photo mais on peut la faire avec des signes transfert, N10 - nowt sri - Page 87 diodes, Photo B. ~ Pour des raisons d'encastrement de l'ensemble des condensateurs C1 et C2 ont été soudés du cété cuivre. LED1a32 N10 nouvel sore Page 12 DECOUPE POUR LEVIER INTER 10 q ° a 10 PARTOUT SAUF EN BAS | | ‘a 4} YIVd assvd \ | oi ae 1 BRR slalals|olo]e|- ee i @/8/8/8lelaliale|~|« | elelelslslalsl/slelol. IMPAIR MANQUE et ee eee eee ners Cert oec a uct? Page 90-10 - nowote sie Photo C. ~La section oscillatric: le NE 655. estampillé Texa’ Instruments . IV - Mise en marche Branchar une pile de 4.5 V aux bornes + ot-, une LED doit s‘allumer. Presser sur Je poussoir la billa doit tourner peu de temps les premiers coups puis plus long: temps les fois suivantes, V - Conclusion Pour des raisons de simplification du montage cette roulette n'est équinée que de 32 LED au lieu do 37. Nous donnons un exemple de tapis qui sadapte & ce nombre de cas, Rappelons la régle: un numéro sorti seul vaut 36 fois sa mise; deux numéros 2 cheval: 17 fois la mise trois numéros (transversale): 11 fois la mise; quatre numéros{carré) ; 8 fois la prise ; six numé- ros 5 fois la mise; 12 numéros deux fois, la mise; les autres combinaisons: passe (numéros de 17.432} manque(numérosde 14 16), pair etimpairrapportent une fois la GISCLONG @ Liste des composants 210K? (marron, noi 220.2 lrouge, rou 6B? (bleu, gris, 2,2 M2 (rouge, ro1 2.2 M2 (rouge, rouge. 390. (orang, blane. marron}. 220uF/12V. 220 nF /12V, 2.200 pF 0.1 uF plaquerre. ‘NE 555Y. IGz: SN 7493, i3: SN7473, SN 74154, SN 74154, 32 diodes électroluminescentes @ 5 mm, ‘Thouton poussoi ‘inter miniature, A TOULON UN SPECIALISTE DE L’ELECTRONIQUE R. ARLAUD BST e e e e e e e DISTRIBUTEUR : AUDAX - CONTINENTAL EDISON - DUAL- Gi IVC. - KF fer Nel) “POLY PLANAR - TOUTELEGTRIQUE - SEM - T.O.A. Envois dans toute la France contre remboursement 8-10, rue de la Fraternité, 83100 TOULON Tél. : (94) 41-33-65 nedi de 8h 308 12 het de 14h 30 OS CONSEWLERS TECHMQUES AU SERVICE DES AMATEURS FT DES PROFESSIONWELS ARRARD- HIRSCHMANN, RADIO. TECHNIQUE ~ TOUTES LES PIECES DETACHEES ELECTRONIQUES APPAREILS DE MESURES TRANSFORMATEURS D'ALIMENTATION CONNECTEURS - CIRCUITS IMPRIMES AUTORADIO - OPTALIX CHAINES HIFI - TELEVISIONS - RADIOS ANTENNES UHF - VHF PLAY KITS - JOSTY - OFFICE DU KIT 7.7, JEAN RENAUD, {ADIG CONTROLE Etc ah 6 “ E - i a 2 oO 3 5 = a Wt navele sie Fa OUVOIR allumer, éteindre la lumiére sans se déplacer depuis son fauteuil son lit, n'est plus un réve. Le montage que nous vous proposons permet d‘un simple claquement des doigts ou des mains de commander la mise en marche ou V'arrét de votre éclairage ou de votre radio, T.V., chaine HiFi, etc, Nous espérons ainsi augmenter agréablement le confort de votre intérieur par ce montage qui, de plus, ne manquera pas d’étonner vos amis Interrupteur sonore Le schéma électronique La montage se divise en quatre parties distinctes séparées claement sur le schéma synoptique (fig. 1). Le micro sert évidemment de capteur, il fournit un signal 4 un amplificatour 4 grand gain Chaque claquement de main capteé par le micro puis amplifié fournit une série impulsions pendant une durée de quel- ‘ques dixiémes de secondes, ces impul- sions commandent up monostable dune période d'une seconde environ, Lensem- ble fournit ainsi A chaqué claquement un ‘eréneau d'une durée d'une seconde. La bascule commandée par le monostable joue le rBle de mémoire et change d'état & chaque commande. C'est Ia sortie de cette dascule qui contrdle la fonction demandée tel que Vallumage ou Textine- tion de ['éclairage. Le schema théorique du montage est donné figure 2. Le micro fournit le signal & {amplificatour T; Tz & travers le condensatour de 4,7 uF, Labase de Ty est polarisée par la résistance de 150 ki2. La liaison avec T est continue, ainsi le col- lecteur de Ty fixe la polarisation de la base do Tz, T2 ast monté en émetteur commun, le condensateur de 100 :F en paralléle sur la résistance diémettour de 1,22 sert a éviter toute contre-réaction et pro- ‘cure ainsi un grand gain a étage ampli- ficateur au dépend de la lingarité, ce qui ne présente pas d’inconvénient pour Muth isation de ce préamplificateur, La sortie se fait sur le collecteur de T, 8 travers un ‘ondensateur de 10 uF. Cette sortie com- mande lentrée du monostable réalisé N10 = novel arn - Page 98 Ampli o Gomes een GER deat deste avec un circuit logique TTL 74121. La constance de temps de ce monostable est fixée par le condensateur de 3cF et la résistance de 22 kD. Le pont diviseur de tension 3 l'entrée du monostable réalisé avec les deux résistances de 470 (2 sert 8 introduire uno composante continue au signal alternatif pour que le basculement deentrée de 1 80 se fasse tranchement. La sortie du monostable est ralige direc tement @ un autre circuit logique TTL 7473 qui est une double bascule JK. Nous utlisons ici qu'une des deux bascules fournissant son signal sur Ia sortie 5, Montage pratique Lo réalisation du circuit imprimé pose peu de problémes. Le schéma est danné figure 3. Ce circuit est aisément réalisa- ble 2 la main avec un stylo spécial pour Gircuit imprimé. Pour Templscament des ircuits intégrés nous conseilions 'empla\ de transfert, cela permet d'avair les trous biem aligns et bien espacés évitant au cir- cuit davoir les «pattes» tordues dans tous les sans Le schéma dimplantation des compo: ssants est donné figure 4. Commence? par Page 96 N10: nowvete séri0 monter tous les condensaieurs et résis. tances. Méfiez-vous de la bonne orienta tion des condensateurs qui sont tous des Blectrachimiques, Monter ensuite les transistors on res Pectant la bonne position des ergots, Soudez les doux circuits intégrés, 18 encore prenez garde & I'emplacement de encoche. Montez enfin des picots métal liques pour les lisisons des fils d aliman- tation, de sortie et du micro, Vous avez di remarquer ‘e préser dune résistance sans valeur. Catt tance s'intercalo au point X sur le s de la figure 2. elle introduit une Wgére contre-réaction at diminue la sensibllite du moni Dans le cas général, cot romplacée par un strap. Si le montage est trop sensible suffit de remplacer le strap par une résistance de 10 8 100 ®, valour 4 déterminer expérimentalement sachant due plus la valaur est forte plus la sensi bilite est faible Micro [oS s Be r09 a0] eee Mee mM Ce cer aes COC Miu un eee Cette Cotes fied EXEMPLE D'UTILISATION : UN INTERRUPTEUR ELECTRONIQUE Schéma théorique Le schma est donné figure 6. Le réle diinterrupteur est joué par le triac dont la gachette est commandée a travers le transistor 2N3053 par la sortie du circuit précédent. Le transistor sert uniquement Réalisation pratique Le circuit imprimé de Ninterrupteur est donné figure 6. La réalisation est extré- mement simple et ne pose aucun pro- bieme. Le schéma ‘implantation des compo- sants est donné figure 7. Commencez par souder les trois résistances, puis le tran- sistor et Ie triac. Attention a orientation dy triae dont nous rappelons le brochage. Los différents fils sont reliés au circuit des picots métalliques B fournir un courent suffisent 8 la Le raccord et le cAblage général des GBcheite deux plaquettes sont donnés figure 8. eo Brochage du triac zu l -Foce métel fe aie Gee i 420 | liao 4 | 1 eel k Fa. 8 SVL HV A D ee Face metal P J = oo fig 6 ae Utilisation Alimentation — 4 ———__—_—_, t Secteur ans 455] | =a y | [2 obd4 220V~ Ay Pipe eure ieee areca part PeOiecedr nea ec tae Le micro Le micro employé pour ce montage est un micro haute impédance. Nous avons employé un simple écouteur miniature ‘comme le mantte la photo, Lalimentation ‘alimentation se fait sous une tension de 4,5 45 V. Elle peut étre confiée & une pile. Pour un fonctionnement en continu nous conseillons lemplai dune alimenta- tion stabilisée, LEPAPE Liste des composants PREMIERE PLAQUETTE Rasietancos 2 x 470 £ Ujaune, violet, marron) 1x 1k? Imarron, noir, rouge) 1x 12 Kid (marron, rouge, rouge) 1 x 22 uit (rouge, rouge, rouge) 11 x 22 ki (rouge, rouge, orange) 41 150 ki? (marron, vert, jaune Condensateurs 1x47 uF {204 1x 10:6 / 20 1x 100.uF / 20 1x3uF/ 20 ‘Semi conductors: 41x BC 109, BC 108, BC 408 B 4 « 2N2222 4 eiveuit TTL 74121 4 circult TTL 7473 imigso : voir texte DEUXIEME PLAQUETTE Résiatanc 1x 47 9 Gaune, ‘Tx 100 51 (marron, noir, marron) 1.x 1,2 KO (marron, rouge, rouge) ‘Semicconducteurs | TW 10 nowole ooie Page Sachez a combien vous reviennent vos : communications télephoniques | I'heure actuelle, l'administration des P.T.T. ne délivre des factures détaillées de telephone aux abonnés que sous certaines conditions. Il peut donc étre intéressant de connaitre le nombre d’unités de base correspondant aux com- munications téléphoniques échangées et d'expliciter soi- méme le montant de la facture a régler, Bien entendu, en cas. de différence importante, le compteur proposé dans cet article risque de ne pas faire le poids vis-a-vis de ‘administration, | étant donné qu'il n‘est pas agréé par elle... Par contre. on pourra toujours, dans ce cas, demander une révision de la fac- ture a régler, 10 nouvel sre - Page 99 Le principe de facturation des communications téléphoniques Ce principe figure de fagon trés claire dans les « pages vertes» de l'annuaire téléphonique, Nous ne retiendrons que la faciuration des communications établies par vole automatique par l'abonné au t6léphone. La base de Ia facturation résice dans le comptage dunités de base qui sont des temps variables suivant la distance a laquelle se trouve lo correspondant appal. En résumé, le principe de ce décompte dimpulsions périodiques est le suivant a} Toute communication échangée dans une méme cisconscription de taxe vaut une unité de base, indépendamment de la durée de cette communication (le compteur est done inutile dans ce cas précis) b) Communications Lunité est équivalente ~ soit 8 72 secondes, = soit 8 45 secondes, = soit 8 24 secondes suivant la distance. Les pages vertes de Tennuaire téléphonique donnent le détail de ces temps pour le cas particulier de chaque circonscription. voisinage ! Communications plus lointaines, fen France métropolitaing Cunité est équivalente ~ soit 24 secondes, ~ soit & 15 secondes, = soit & 12 secondes suivant le département demandé. La aussi il suffira de se référer a lannuaire 1éléphonique. @ Toute communication échangée les dimanchas et jours fériés de 8 heures a 20 heures ainsi que celles échangées tous les jours de 20 houres a 8 heures sont taxées au demi-tarit (multiplication par deux du temps de base, el Les unités sont indivisibles. Si une communication dont l'unité de base est équivalente a 18 secondes par exemple et que la communication dura 17 secondes, le nombre d'unités factu- rées est de 2. Page 100-610 - sow sie Fonctionnement du compteur {figure 1) 1, La base de temps. Elle est fonction de Cy et du groupe- ment (Re + Ry), ces composants étant montés sur deux portes NAND fonction- nant en oscillateur. Ces deux portes NAND se trouvent dans un boitier MOS. IC). Un sélecteur {commutateur rotatif) A 6 positions permet la mise en service de une ou fautre des résistances ajustables RV; 8 RV¢ afin d'obtenir les temps dés- irés, Ces temps ou périodes « élémentai ros» sont irés faibles, de ordre de la 1/10" de seconde. Ce qui a pour consé- quence d'obtenir une stabilité et une pré. cision relative trés bonnes. Les impulsions (créneaux) déliveges par les 2 portes NNAND sont transmises par Fintermédiaire du transistor NPN T, a entrée de deux bascules contenues dans un boitier TTL IC_ {FLI-FLOP). Ces deux bascules fone: tionnent au moment ot le signal dentrée présente un front raide descendant. Sui vant que lune ou lune et l'autre de ces deux bascules sont en service an obtiant lune division de la fréquence par 2 ou par 4, conformément a la table de vérité de la figure suivante. La sortie 12 présente bien une division par 2 at la sortie 9 une divi- sion par 12. occled Ende [Sore i 7 |B @ Pg hie u o SHE fo BGIeett | mame eee Sli: higOleu ep Abe abet rere ieee Ere ees eae Hag eawelere| 24 Un commutateur permet de choisir le tarif manuel ou le demi-tarif. Le commun de ce commutateur de tarif attaque a son tour deux autres boltiers TTL ICs ot ICs ui sont des compteurs divisours par 10, ‘ot dont la table de vérité est la suivante Sorties Enirbo Beet |r @ | fan tn o}ol|o L o | 0 | 0 st He || 20 Tole tesla tt Oe ler sine : ‘Ooles|—o Pie dice |ae'8| ig a ete let lic at ae | Gas laed apie Ons} Gs | 4 Remise & zéro au eréneau suivant ICs, ICs et 10, étant branchés série» & la sortie 11 de ICs, on obtient suivant la position du commutateur de tarif, une division des fréquences élémen- taires Cy et!Rs + RV) par 400 ow par 200. La sortie de IC, estroliée a entrée d'un autre compteur diviseur par 10: ICs qui alimente IC; qui est un TTL décodeur BCD ~ 7 segments, Ce dernier slimente un affichour 7 segments @ anode com- mune qui indique los unités. La sortie D de ICs attaque un deuxidme couple de boi- tiers TTL; ICy et ICp pour alimenter un deuxidme afficheur indiquant les dizaines, On peut ainsi « compter » de 0 8 99 uni- 16s, 2. La remise & zéro automatique Ala mise sous tension, sans précaution particuliére, le compteur afficherait & pou prés n'importe quoi {y compris des chit fres non repris par la numération en o} fres arabos.... Pour éviter cette gine, le compteur est muni d'un systéme de remise a zéro automatique dont le r8le est de fonctionner au moment de la mise sous tension du compteur. A cet instant, Cy se charge prograssivement & travers Ry ce qui a pour résultat de mettre les ontréas d'une porte NAND aul se trouvait au niveau logique 0, au niveau logique 1, le temps que dure la charge de Ca. En eonséquence, la sortie de la porte NAND se trouve momentanément au niveau 0 ce qui 8 pour effet de bloquer le transistor Tp, Les broches 2 et 3 de tous les comp- teurs diviseurs par 10 so trouvent ainsi «en fair» et prennent leniveaislogique 1, doi la remise 2 zéro, Cea Pe ee ecm cae Corer ng cei secre eel ren ecient ay Principe de tarification. N10. noun sre - Page 101 Une fois Cy chargé, Tz conduit & nou- vyeau co qui romet les braches 2 at 3 des compteurs au niveau O, et ainsi ces der ners se trouvent préts débuter le eomp- tage, Un bouton-poussair(BF! 4 contact per- met de réaliser la mame opération manueliement en cas de communications ‘téléphoniques successives, 3) Affichage de ta premiére units Les unités étant « payables d’avance, aussit6t effectuée la manceuvre du com- mutaieur bipolaire « COMPTAGE », une promiére unité doit s‘affichor. C'est le rdle de Cz de Fig ot de la diode D. Incépendam ment de cat affichage de la premiere unité, cas composants constituent égale- ‘ment un circuit « anti-rebonds » pour sup- primer action de fréquences parasites pouvant infiuencer le comptage ou ‘moment de la fermeture du cammutateur de comptage, Ala mise sur position « comptage » du commutateur, Fentrée de ICs qui se trou- vait au niveau logique 1 passe au niveau 0 de facon progressive ot sans oscilla~ tions, grace a la décharge de C2 dans Re ot permet ainsi 'affichage du nombre 01, 4, 'alimentation Les différents circuits intégrés TTL devant 6tre obligatoirernent alimentés sous une tension de 5 V, il est indispen- sable d'utiiser un régulateur de tension, Gy effectue un premier filtrage a Fentrée de ce régulateur tandis que Cs a pour mis sion de redresser les petites imperfec: tions de la forme du courant la sortie du régulateur. Un pont redresseur 1,5 A est branché sur le secondaire d'un transfor mateur 220/7 V qui devra étre correcte- ment dimensionné (au moins 600 mA) Stant donné que les bottiers TTL et sur- tout les afficheurs sont _relativement « gourmands ». Un interrupteur permet la mise en service du primaire de ce trans- formateur Tarage et mise au point Afin dobtenir une bonne précision it vaut mieux positionner le commutateur de tarif sur « tarif réduit » (démultiplica- tion des périodes élémentaires par 400) et de régler 8 Vaide d'un chronometre par action sur les résistances ajustables RV. Les temps @ obtenir sont les suivants RY, 24 secondes RV. 30 secondes RVs 48 secondos RV, 48 secondes RVs, 90 secondos RV 144 secondes Photo 1. ~ Vu plongeante sur le premier circuit imprimé. On remarquera le dissipateur du LM340 régulateur de tension. Dens le but dobtenir une précision ‘encore supérieure on pourra par exemple affiner le réglage sur 10 ou 20 unités ou davantage. Le graphique de le figure donne des valeurs indicatives sur la posi- tion des RV pour effectuer un premier réglage ts grossier. Bien entendu, i) faudra déduire de ce ‘graphique la valeur de As soit 47 k8. Photo B. - Module supportant les afficheurs destinés 4 étre ramenés sur la face avant du coffret Réalisation pratique 1. Circuits imprimés Il y.a deux circuits imprimés a réatiser trun comportant Falimentation, jaremise 8 zéro automatique, le systéme d'affichage de la promiéra unité et le comptage autre, comportant la partie affichage avec les 4 circuits intégrés et les deux = E 5 = afficheurs. On aura intérét & utiliser des produits de transfert surtout pour Fimplantation des circuits intégrés. En ce qui concerne les six résistances ajustables, il estnécessaire de les acquérir avant de selivrer 3 la réalisation du circuit imprime étant donné que le type de résis- tance ajustable que vous trouverez chez votre fournisseur habituel ne correspon- dra pas forcément & celui de l'article, si bien qu'une légére modification du circuit Imprimé ost peut-stre nécessaire. 2, Implantation des composants Elle ne pose aucun probléme particulier On veillora 3 la bonne orientation das cir- cuits intégrés (attention au repére).et on rroubliera pas la mise en place des cing straps de liaison. ll est recommandé de débrancher le fer & souder au moment da la soudure de IC, (MOS 4011) Bree mene ae ete tn Siri inc et et clu nsec rea Mec aac gravure directe (Mecanorma), lls sont précisés a I'echelle.1. implantation des éléments reste claire et erent TP 10 pana série - Page 103

1M 340.7805 ~ 1.5 ou ‘quivatent Pont redressour: 110.81 ~1,5 A ou équive tent D: diode 1N 914 Teansformateur 220 900 mA au secondaire! ey Mos 407 IG: SN 7473. ey: SN 7490 IG,: 8 7490 IGg: 8N 7490 icq: SN 7490 1G: SN 7447 Gg: SN 7447 2 atfichours 7 sogments a antode commune 1 sélecteur rotatif & 6 positions 1 bouten-poussoir & contact rapos (remise & 610 manvella), 4 intorruptour simple (arrét et marche 220) ‘Timterrupteur unipolaire 2 directions (bloc: tion tarith, J commutateur bipotaire (comptage), dlectrotvtiaus 18. V 6 4 7V (00 a Robert KNOERR age 106 - 1°10 ove sre BIBLIOGRAPHIE AMPLIFICATEURS HIF! ‘A TRANSISTORS (2° dition revue ot augmontée} par Raymond BRAULT et Jean-Pierre BRAULT Cet ouvrage est destiné & remplacer le précédent livre des mémes auteurs: «< Amplificateurs de 0 & 100 W », mais il représente une version enti@rement nou- yelle et beaucoup plus étoffée. Aprés un rappel des propriétés essentielles des composants électroniques, les auteurs ont rédigé des textes olairs et caneis, per metiant d'approfondir le mécanisme de amplification, Principaux sujets traités = Notions d'électricité - Amplifications - Etude du transistor - Rétroaction ~ Tran- sistors @ effet de champ - Ampiification da puissance - Amplificateurs complets de 5 W a 200 W - Alimentation des amplificateurs - Préamplificateur - Mesu- On trouvera également dans cet ouvrage, des détails sur excellent sys. téme triphoniay Un ouyrage de 376 pages, format 15 x 21, 265 schémas, couverture couleur. Prik: 55 F En vente chez votre libraire habituel ou 2 la Librairie Parisienne de la Radio, 43, rue de Dunkerque, 75010 Paris. Diffusion exclusive: E.T-S.F. ue de Bellevue, 75019 Paris. 2a12 EQUIVALENCES DES TRANSISTORS (2* édition) A, LEFUMEUX Grace 8 le documentation considérablo réunie par auteur, spécialiste de la ques- tion des équivalences, celui-ci a pu réunir sous forme de tableaux trés faciles & Consulter, las equivalences de tous les transistors usuels ot méme rares. Dans ce livre, on trouvere également les indica- tions «NPN» et «PNP>, la marque de toutes ¢ remarques » utiles pour le rem placement correct. Ce livre est absolu ment indispensable aux amateurs, aux professionnels, technicians, commercants et industries. Un volume de 264 pages, format 11 x 18,5, couverture couleur. Prix: 35 F. En vente chez votre libraire habituel ou 8 la Librairie Parisienne de Ia Radio, 43, rue de Dunkerque, 75010 Paris. Diffusion exclusive: E.T.S.F,, 2 4 12, rue de Bellevue, 75019 Paris. APPLICATIONS PRATIQUES DE V’AMPLIFICATEUR OPERATIONNEL (3° édition revue et corrigée) par R. DUGEHAULT Lauteur donne au début de.ce livre des indications succinctes sur ce quiil faut savoir a ce sujet : Connexions extérieures do Tamplificatour opérationnel. Caracté ristiques statiques de famplificateur ops rationnel. Amplificateur opérationnel idéal, Les dérives. Gain en boucle fermée. Caractéristiques de transfert Réjection ‘en mode commun, Fonctionnement on alternatif. Les six montages fondamen- taux de famplificateur opérationnl, Ge livre constitue une collection de des- criptions de montages a amplificateurs opérationnels. Extrait du sommaire Introduction - Circuits de calcul analo. Gique - Filtres ectifs - Générateurs de signaux - Applications a la mesure et aux dispasitifs c'automatisme - Montages redresseurs et alimentations stebllisées Quelques montages « audio » ~ Bibliogra phie trés abondante, précieuse pour les chercheurs et les étudiants, Un ouvrage broché de 192 pages, for mat 15 x 21, 140 figures, couverture quadrichromia. Prix: 40 F En vente chez votre libraire habituel ou 2 la Librairie Parisienne de la Radio, 43, rue de Dunkerque, 75010 Paris Diffusion aux libraires: ET.S.F.,2 8 12, rue de Bellevue, 75019 Paris. ‘TRANSFORMATEURS ET SELFS DE FILTRAGE par L. L'HOPITAULT ‘et F. THOMAS. Cet ouvrage est probablement unique dans son genre, car il est & la fois utile, pratique, clair et efficient. Grace a ce livre, le lecteur professionnel ‘ou amateur, pourra réaliser avec succes, tous les transformateurs dalimantation ot selfs de filtrage dont il pourrait avoir besoin, on utilisant les abaques et les tableaux numériques, que les auteurs ont 6tablis pour faciliter la détermination et la construction de ces composants. E jeu se joue a deux et permet de déterminer lequel des deux participants a le plus de réflexes. Chaque joueur appuie en permanence sur un bouton poussoir. En appuyant sur un bouton « départ », On introduit une constante de temps de retard qui permet de commander Vallumage d'un voyant « top » au bout de cette temporisation. A linstant of le voyant « top » s‘éclaire, le jeu consiste & lacher le bouton poussoir, le plus rapide des joueurs allumant son voyant & jou @ praaee Avez-vous des reflexes ? Schéma de principe (fig. 1) Le jou comporte deux circuits intégrés en technologie CMOS qui 2 Tavantage d'une faible consommation et dune wes grande souplesse de tension d'alimente tion (3 V a 15 V. Laction fugitive sur le bouton poussoir P) offectue une remise a « 1 » des bascu- les D (CIB) et déclenche le monastable constitué de deux portes NAND et d'un réseau Ry, C2 (fig. 2}pendant 6 &7 secon- dos. ‘Au bout de cette temparisation un niveau « 1 » apparait sur los ontrées D des bascules et le voyant « top » qui est com- mands par le transistor T sallume, A partir de cet instant, les bescules D peuvent transférer un « 1 sur leur sortie ‘Q(voir tableau fig. 3) et le premier joueur lachant son bouton poussoir envote un front sur Tentrée horloge et effectue le transfert. La premire bascule passant 3 «1» inhibe Tautre par entrée reset (remise & zéro). Les voyants jouaur 1 et joueur 2 sont commandés raspestive: ment par Ty et Ta Réalisation pratique La réalisation ne pose aucun probléme particulier. L'implantation du. circuit imprimé (fig. 4) ost tres a6rée et la repro- N10 -neunali sve - Page 109 hisin | | = Hp oe ye ecu ts ae) 1tégrés en technologie C. MOS qui présentent ravantage ie Cee Rca arent = 1 Front horloge D Rs a a | SE 0 o}o ° 1 | | fe 1 o|o 1 0 | a indifférent | 0 | 0 Q q indifferent indifferent | 1 | 0 0 1 indifférent indifférent | 0 1 0 indifferent indifférent | 1 indéterminé | indéterminé age 110 6 10 noua ore duction est tras facile par les méthades classiques dont dispose amateur. Le cir- cuit imprimé est réalisé en verre epoxy 16/10, tous les percages sont a 0.8 mm, Les circuits intagrés seront cablés en dernier, on faisant attention au rapérage, ‘Attention a la polarité du condensateur cy ‘Ne pas oublier de cabler les deux straps qui permettent Falimentation des circuits intégrés, Lalimentation s'effectue a aide de deux piles plates de 4,5 V branchées en Mise en boitier Un bottior Teko plastique simplifie cette opération. La figure 5 donne un plan de découpe de la face avant. Gérard GROS. Photo A. -L’auteur a eu recours au a tracé d'un circuit imprimé, mais on pourra fort bien expérimenter le montage 4 /aide d'une plaquette Veroboard au pas de 2,54 mm. Les deux straps de liaison apparaissent. Ne 10 - nouvel stra «Page 139 BIBLIOGRAPHIE i 200 MONTAGES oc (8° dition revue et cortigée) F HURE et R, P AT Cotte édition complétement renouvelée et adaptée a l'emploi des transistars a la place des tubes, permet aux anciens et nouveaux lectours, de s'initier & des mon tages encore plus intéressants, consacrés 3 co sujet passionnant. Extrait du sommaire : Récepteurs - Les détectrices - Récep- teurs de trafic 5 bandes AM/BLW - S- metres ~ Le filtre Collins - Convertisseurs = Calcul des bobinages - Emetteurs - Oscillateurs VFO ~ Multiplication de fré- ‘quence - Etage final - Exciter DSB a modulaieur en anneau - BLU - Le trans- ceiver - Le code Morse - Alimentations - Alimentation stabilisée - Convertisseurs - USCC aU | *é0ulations - Modulation AM — Les dos éléments. On vellera aux deux straps delisizons. Plan de percege Aa Sa a ; lodulation de phase - Schémas prati- SERS UES Gaeta ques - Préamplificateurs - Compresseurs ~ Mesures - Ondemétre - Capacimétre, In ouvrage broché, 448. pages, Liste des composants gure, format 155-21, eouverrs coe leur. Prix: 70 F, En vemte chez votre libraire habituel ou 4 la Librairie Parisionne de la Radio, 43, Ay = 1 ks (matzon, nolr, rouge) 1K (marron, noir, rouge) 2 (marron, wai. june) That Unarron, pee reveal ae ipaeee var ee 22 4F/12.¥ tantais ou ordinaire) | (40 do Dunkerque, 75010 Pari 120 Ki tmorrom not Te = T= 2NI7I1 = 2NIeIS = | Diffusion exclusive; ETSF, 2 8-12, 3 100.42 travren nel ahaze rue de Bellevue, 75019 Paris Dt Unser not cree Blades LED coupes 2 6 mm Re = 1H marron, now, ougel 1 biter plastique Toko P/ Fy = 10 8 Imarron, noir, orang FAITES-NOUS PART DE vos EXPERIMENTATIONS PERSONNELLES EN NOUS ECRIVANT OU BIEN EN TELEPHONANT | ELECTRONIQUE | PRATIQUE |2 a 12, rue de Bellevue 75940 Paris Cedex 19 Tel. : 200.33.05 Poge 112 18 10 so. rie ' Autre jeu de reflexes en technologie C.MOS ES montages électroniques tras simples ne sont pas forcément pau- vres d'intéréts. Voici un montage autour d'un seul circuit MOS (le plus vulgarisé), ne nécessitant que peu de moyens matériels et financiers, et pourtant capable de vous faire passer de bons moments de compétition familiale | Principe Le schéma de principe général du mon- tage est proposé figure 1 Deux monostables (N;-Nz) (N3-Nq) a ‘commande sensitive, pilotent chacun une diode électroluminescente. Les deux demi-circuits sont couplés afin de réaliser un allumage exclusif de la sortie du monostable ayant regu en pre mier une information 2 son entrée, méme ‘i cette information est trbs fugitive, Le systame se réarme automatique. ment au bout de cing secondes environ, ce quiest largement suffisant pour appré~ cior 1e vainqueur. Signalons que des jeux de réflexes ont déja fait objet d'articles dans ces colon- nes, mais ils comportaient quatre ou six transistors et n’étaient pas 2 touches & efflourement... Pragris obliga ! Fonctionnement Au repos Ry polarise négativement entrée du Nand No, done nous trouvons un état logique haut 4 la sortie ; ceci a pour effet, al de maintonir & travers Rs la Led 1 dteinte b) d'amenor a entrée al de Ny un état logique haut (cf. la table de vérité entrée (b) de Ny étant deja a 1 par Ry la sortie est donc 80, et le condensateur Cy ne supporte aucune charge. IN 10 -nowualesirie «Page 113 st Parte Nand Entrées | Sortios Eye lMrcrcans Le méme raisonnement peut étre tenu Evidemment pour Ns Bt Ns, lo montage tant parfaitement symétrique. Voyons maintenant ce qui va se passer si nous plagons nowre doigt sur la tauche sensitive TS.1 Ry et la résistance curanée du doigt eréent un diviseur de tension, Fenteée (B) de N; va changer d'état, le sortie va pas- ser état haut, et Cy va done se charger. Lorsque le point (c) de No atteint la ten: sion de basculement, la sortie de Nz passe 4 z6r0, ce qui commande 'allumage de la Lod 1 & travers la résistance Re Page 1742 20 rowel sare a Le point ¢ de Nz ne peut se maintenie lorgtemps 2 état haut [décharge 8 tra vers Rs), et au bout d'un certain temps, No bascule de nouveau, la sortie passe 4 1 at Ia diode séteint Le raisonnement est le méme évidem- ment pour la partie symétrique du mon. rage (N3-Ny) Discrimination Une partie de la tension présente 4 la sortie de N> est prélevée et appliquée & Fentrée ig) de Ny, ce qui a pour effet de ier On Me Ohi me eee ec ata bloquer la sortie de Ns 4 un niveau haut, rendant cette partie du montage insensi- ble a tout déclonchement. Alnsi done, le monostable qui basculera le premier, allumera « sa» led, et inhibera toute action sur lautre monestable, Réalisation pratique La réalisation du circuit impirmé ne posera aucun problime, mame au stylo marqueur spécial. Les touches & effleura- ment pourront étre réalisées, par exem ple, par des picots repliés sur le circuit. On veillera tout perticuliérement 4 orientation du circuit intégré et des dio. des lle méplat correspond a Ia cathode! Le montage fonotionne sous une ali mentation comprise entre 6 et 12 volts, Une consomme pratiquement pas de courant au repos environ 15 nanoampé: res), il n'est done pas nécossaire de pré- voir un interrupteur Liste des composants Circuit integre CD 4044, Mc 24014. ScL 4011. HD 4017 Ri, Ra Rs, Ra: 10 Mu? (marron, noir, blaw) Rg, Re: 8202.8 1K? (marron, noir, rouge) C1. Cz: 12F plaquette, 2 leds rouge @ 5 mm 4 pleats 1 couplour de pile ministur Pierre QUINTIN Quelques solutions pour CABLER PROPREMENT IL est des montages qui fonctionnent trés bien mais qui donnent Vimpression d'avoir été piéti t du gribouillage sur époxy qu’on a peur de montrer car on ne serait pas pris au sérieux, méme si l'idée est géniale. Et pourtant un cablage esthétique n'est pas plus long a réa- liser bien au contraire, quelques bonnes habitudes 4 prendre et c'est tout. Bien str les électrons passeront toujours, mais si plus tard vous avez d effectuer un dépannage ou une modification sur un montage rationnel vous vous féliciterez de ne pas ‘avoir cablé dans le style bidonville. I! ne s‘agit nullement de confectionner une ceuvre d'art 4 I'étain et ces bonnes habitudes prendre ne poursuivent que deux seuls buts : mettre le module 4 abri des pannes mécaniques provoquant des courts circuits ou des ruptures de contacts et rendre le contrdle, le dépannage ou la modification éventuels faciles et rapides. "10 nvallo sia - Page 198 Les cing commandements Nous ne faisons pas de la grande série style «made in Hong-Kong » mais du pro- totype, ce qui sous-entend quill y aura presque toujours une ou plusieurs petites retouches 8 faire, Sinon ot serait notre plaisir? Aussi pour que ces interventions soient feisables ot aisées, il est prudent de respecter les cing régles sulvantes. 1) Il faut que les bornes de chaque com- posant soient accessibles aux pointes de touches du controleur, mioux avil y ait suffisamment de dégagement pour y acerocher une pince crocodile ou un « grip-fil 2} La valeur ou le type de chaque élément doit pouvoir étre lu sans faire appel a un miroir de dentist. 3) Nimporte quel composant doit pou- voir etre désoudé facilement pour Ore tout aussi facilement remplacé par un autre. 4) Ce composant récupéré doit étre en bon état pour étre réutilisé dans un mon- tage ultérieur. 5] Uné pression accidentelle sur le module cAbié ne doit pas risquer de pro- Vvoquer un court-circuit ow une rupture de contact Tel est le cahier des charges et il pout tre remplifacilement grace a ces menus détails que nous allans énumérer, et aul seront vite devenus des réflexes qui vous feront aussi gagner du temps sur le mon. tage. Le pliage des fils de composants Le plus bel exemple de ce qui ne faut peas faire est la forét de résistances mon. tées verticalement: vous remarquerez que c'est en contradiction avec chacun des cing commandements. Les fils des résistances (1/2 ou 1/4 watt), diodes et petits condensateurs seront pliés 2 angle droit pour donner un entraxe de 15 mm. Quand le manque de place fexige on pourra se contenter de 12,5 mm mais uniquement pour les résis- tances 1/4 watt et les petites diodes. Pour les compasants plus importants, tels les électrochimiques, les entr'axes seront toujours des multiples de 5 mm (20, 25, 30, 35 mm, etc). Page 116 N° 10 -nowvele sie Photo 1. La premiére chose consiste & se fabri- quer deux gabarits de pliage pour 15 et 12,5 mm. Ine s'agit pas de ces codteuses pineos plieuses mais daccessoires wés Simples confectionnés chacun avec une pinea & linge... voir photo 1), Voyer comme cet apnareil est enfan tin:on introdut la résistance dans le trait de scie jusqu'a blacage dans le V, on plie los doux fils et on retire un composant figoureuserent centré entre deux pliures espacées de 18 ou 125mm selon le modéle | Cétait sans doute trop simple pour atre Commercialiss Pour la fabrication commencer par ‘amincir au papier de vorre Tintérieur et lo biseau de chaque élément de la pince 8 linge. Lépeisseur totale doit dire de 11.8 14/5 mm pour le gabarit « 12.5 mm» et da 13,6 & 14mm pour le modale «15 mm», Pour que les deux traits de ‘sce solent bien en face, plaquer les deux Sléments dos 8 dos et utliser une seie & it. =I Je Ces gabarits de pliages sont simples 4 confectionner et gatantissent précision et rapidité. métaux Il ne reste plus qu’a effeotuer fe collage (fig. 1), En temps que «gros consommateur » notre modéle 15 mm a &t6 réalisé en dural (photo 1), c'est évi- demment un luxe plus détioat a fabriquer. En 1dgle générale, i ne faut jamais plier un fil & ras du composant; certains ris- quent de perdre du poids: Avant de plier penser & orienter le mar- quage des électrochimiques et des zeners vors le haut (voir fig, 2 D). La mise en place pour le soudage Dans la mesure du possible éviter de plaquer les composents cylindriques contre le support; glisser une cle de mm (bande de carton) sous enfilade de résistances, diodes et condensateurs (photo 2), plier les partes & 45° cBté cui ra, souder et ratirer la cale. peered cae ek ae eee ee Rieter nt eel crue een tena et er see eee 2 [She | qth Sie sani ete | Let trac wa pas es CPP cic crcmetiatntL Bete ee a enue ee Cues Pet eet ica esac ec Rue kt a ee eats Cotte mise @ distance a trois avanta- ges: les composants dessoudés sont plus faciloment réutilisables; en cas de mod- fication on pourra glisser un strap sous eux et enfin les gros électrochimiques peuvent étre lagrement déplacés latéra- Jement, co qui est souvent tés pratique our certains interventions. Pour les transistors silicium, laisser au moins § mm entre le bottier et le support, et 10 mm pour les transistors au germa- nium; attendre au moins 10 secondes tentre chaque soudure, Le surchauffe d'un transistor, sil ne le claque pas, fait baisser son gain. Souder dabord deux paties, mettre le transistor bien d'aplomb puis souder la ¢roisiéme patie: outre le cOté esthétique, songez & ce qui arriverait si vous deviez metire un radiateur sur un transistor de prisa! (fig. 2 E). Voyons maintenant la meilleure chro- nologio de soudago : on part du plus bas. 1) Les inscriptions de repérage de cos- ses ot d'ajustables sur '6poxy. 2) Les straps supérieurs (fig. 2 Fi 3) Les résistances et diodes (aver la cale en carton), 4) Los transistors, les petits condensa- 5) Les ajustables verticaux et les gros Alectrochimiques. 6) Les straps inférieurs en fils isolés cOté cuivre (fig. 4 Al. Les composants a trés hautes impédan- cos d'entrée tels que FET et Cl-C.MOS sront soudés en dernier, pour que lours entrées ne soient pas en lair. Ii est pr mordial que le fer soit zelié provisoire ment 3 la torre {fil + pinco crocodile, ou débranché pendant le temps de la sou: dure (photo 3) L’art des belles soudures (voir fig. 3) Des soudures fines, électriquement «1 mécaniquement parfeites, rien de plus facile et rapide si on respecte quelque: gles. Voyons d'abord le fer a souder, De puissance comprise entre 25 & 40 W, de forme stylo avec de préférenc Ja panne droite plutdt que coudée. IN 10 - nowval sia - Page 117 Aifotez-le un tournevis, mettez-lo en chauffe et étamez copieusement la panne sur d'abord comme environ deux centimatres, I! faut tun support, solide, bas et stable. Pour ne pas risquer de briler le cable secteur, il suffit que fe fil vienne de la droite et de voite cOté, et non pas dune prise situde ‘en face de vous. Il suffit de nouer une ral: longe en haut du pied de la table situs prés da votre genou droit. Avant d'effec- tuer une nouvelle soudure secouer le for pour en faire tober 'étain a demi-oxydé. De temps autre, nettoyer Ia panne noir ie en la passant sur un chiffon humide, elle redevient aussitdt comme neuve. A Fusage une panne en cuivre se ronge, ihésitez pas 8 la réaffuter et a la ré-€ta- Quant a ta soudure étain, nous vous recommandons le «60/40 » (60% étain. 40 '. plomb) dite-« Trimétal » et en diame- tre Imm. La €40/60>, plus terne, est certes moins chére mais toldre mal les fofusions car elle devient pateuse en Soxydant: ce serait donc une économie imal placée car étant nettement moins fluide et moins « mouillante » les micro- soudures sont alors tras difficiles, Aprds le matériel voyons maintenant la technique: la grande ragle dor est que Tétain ne doit pas tre appliqué sur la panne mais sur Vobjet a souder chauffé par le fer. exemple le plus simple et I'étamage fun fil dénudé et torsedé : te fer étant sur son support, on appuie Métain sur le fil osé sur la panne. Voyons maintenant le cas général du filde cuivre dans un circuit imprimé. Pogo 178-18 10 nouwote ace done réutilisables. = Appliquer le bout de la panne a la fois, contre la pastille cuivrée et la base de la patte du composant afin de les chauffer simultanément pendant environ deux secondes (voir fig. 3 Al Appliquer da méme la soudure étain mais de l'autre c&té de la panne. Il y a fusion au contact du cuivre puis jusqu'a la panne. Retirer alors le fil de soudure et le fer en méme temps, Vous devez obtenir tun cBne parfait autour du fil cuivre. Sile fer n’a pas chauffé los deux parties souder, vous obtiendrez une « soudure s@che» ‘source de nombreux ennuis futurs. On peut les déceler uniquement & lours formes Si cost lo fil qui a &6 seulement chauffé, la soudure a fallure d'une boule ayoe de la résine brilée entre celle-ci et le circuit (fig. 3 B). ~ Dans le cas inverse la soudure a bien la forme d'un cBne mais on observe une lég@re dépression a la base du fil, lequel est 2 'intérieur non pas étamé mais enrobé de résine bralée (fig. 3 C). Ces sourncises «soudures saches » sont 8 Forigine de la plupart des panes, méme dans les appareils de grandes séries; le premier travail d'un dépanneur est souvent de « remouiller» toutes los soudures suspectes, Lorsquill s‘agit de souder un fil souple fon a souvent besoin d'une « troisiome main »: une pour le fer, une pour Iétain et tune autre pour maintenir le fil 8 Yaide de pinces brucelles pour ne pas se brdler. Pourquoi tant diacrobaties pour essayer de coincer Ie fil dans la cosse alors quil fest si simple de le tenir en ayant le fil d'étain a la bouche... Photo 2. ~ Grace d cette cale en carton, les composants ne seront pas soudés courts et seront Photo 3. HI faut relier le fer & la terre pour souder les composants & hautes impédances d'entrées : FET, CLMOS et certains Cl linéaires. Les’ faisceaux de fils La faute c'étourderie est facile et par- fois tourde de conséquences, aussi utilisez des fils de couleurs différentes. La meil- leure solution c'est le «fil en nappe » dix couleurs de diameétre maximal 1 mm (dia matce de isoland. Les fils sant facilement séparables (voir photo 4). On a toujours tendance 3 utiliser des fils trop gros done manquant de souplesse mais ayant une grande surface pour capter des champs parasites. Pensez & la section de cuivre que représente un trait de un millimatre de large surle circuit imprimé, et qui sutfit bien. La longueur des fils souples doit etre minimum, juste ce qu'il faut pour ouvrir le couvercle du boitier ou pour sortir un module de ses glissiéres (cas des coffrets Teko plastique série P) Pour éviter que intérleur du boitier ne ressemble d un plat de spaghetti, rassem- bler les fils en torsade ou des petits eol- liers auto-bloquants en Rilsan, ova défaut par des colliers en fil rigide isol6 (photo 6). Mais surtout pas de colliers en ruban adhésif car au bout d'un an le collier s‘en va mais la colle reste. Le cable secteur doit étre extrémement court a intérieur du coffret. Calculez bien emplacement de inter marche-arrét ; le plus prés possible du wansformateur, En ce qui concerne les fils de masse ot les cordons blindés une précaution doit toujours étre présente a fesprit: toutes les lignes de masse doivent tre en cul: do-sae, Dans un préampli BF une masse qui «se mord la quoue » va provoquer un ronflement. Photo 4. ~Les fils en nappe, aisément détachables, permettent de disposer de dix couleurs différentes. Lapince & dénuder fait gagner beaucoup de temps. Méfiez-vous tou particuliérement des liaisons boitier métallique ~ masse du cit cuit: il nen faut qu'une seule, mais de forte section En effet tout le bien que nous avons dit des fils fins ne applique pas aux lignes de masse: sur le circuit imprimé les pla- ges seront larges, las fils souples seront du modéle 15 A ou de la tresse. Pour- quoi? Parce que le circuit masse est un tout-2-1'égout a parasites et la plupart de ceux-ci ne circulent qu’en surface du cui- vre: il faut done que la surface soit grande, c'est ce qu'on appelle « Neffet de peau », Flor tongue qua oe Sea ee ean HMM cn conservant esthétique et fiabilité, reste possible en observant Breer Photo 6. — Un faisceau de cdbles peut étre fixé par des colliers en filrigide isolé, des colliers étrangleurs en Rilsan ou plus simplement en les torsadant. Modification d'un circuit imprimé Le changement d'un composant est chose courante, mais le dessoudage signifie parfois la mise 4 mort du compo- ‘sant an question, aussi, sans qu'on nous accuse de pousser dla dépense, nous pen- sons que tout amateur possédant un fer 8 souder doit avoir une « pompe a des- souder >, Cet outil valant moins de cent francs aspire les soudures une & une en laissant fils et pastilles cuivrées propres: fon peut ainsi récupérer le CI-C.MOS & 14 pattes sans le claquer ! Clest une sorte de seringue & embout teflon avec un res- sort diaspiration : on comprime le resort fen descendant le piston, on fend la sou- dura au fer, on y trempe fembout puis on appuie sur un bouton et (tain est aspiré talament (photo 6). Choisir un modéle la remontée du piston est pratégée, i paraft que ca fait mal de le recevoir dans Feat | Pour pamper étain on a done besoin de ses deux mains e indispensable que le module ne bouge pas, ce qui est parfois difficile. Nous avons résalu le pro- bleme grace @ la fonction étau du petit Stabli pliant « work-matew de « Black et Decker » Si vous craignez de’ surchauffer_un transistor fragile whésitez pas & mettre lune pince crocodile c6té composants, est un bon radiatour. Voyons maintenant la grosse modifica- tion, celle qui consiste & ajouter une résistance, une diode ou un condensateur, Quatre facons possibles : 1) C6té cuivre, sila place le permet, et ‘en pliant les extrémités étamées des pat- 1 10 - nouvel sive - Page 119, tes 8 angle droit, pour éviter les courts- circuits 2) Coté composants en percant dans un wait culvee (fig. 4 C), méme si le trou Ie coupe Fétain rétablira la jonction. 2) O16 composants en pergant dans epoxy nu et les longues pattes iront se raccorder plus loin sur un trait cuivre voir fig. 4B), 4) Le wrapping le composant ne pout frre loge que ts loin do ses points de raccordements pergage dans fépoxy nu, ‘wrapping de ses pastes et le fil émellé 01a s0ud6 méme 20 em plus loin sur un 120 + 10- uve sie Zi a 6 9 Photo 6. ~ Une pompe 4 dessouder aspire létain refondu soudure aprés soudure. Un CI DIL 4 18 broches peut ainsi étre récupéré sans dommages. Le circuit imprimé doit étre solidement fixé pendant Vopération lici dans un « work-mate »). Photo 7. — Cette résistance est interchangeable pour la mise au point d'un montage : nous avons utilisé deux éléments de « broches au métre » qui remplacent les socles pour C/-DIL Photo 8. ~ Pour souder un boitier Dil. au pas de 2,54 mm, v’utiliser que le bord du tranchant de la panne et présenté de biais. Photo 9. -L’outillage du cébleur : le fer avec son support, de la soudure de qualité, des brucelles, une pince plate, une pince coupante en biais, une pince 4 dénuder et nos deux gabarits de pliages. trait cuivre. Le vernis isolant des fils « Vector » se sublime vers 400 °C (fer de 60 Wen laissant le cuivre & nu, donc directement soudable (voir fig. 4 D). Enfin un dernier truc : lorsqu’en ediblant votre module vous vous doutez que la valeur de telle résistance (ou condense. teurl devra certainement tre modifiée par tétonnement, soudez a la place deux petits éléments de ces «broches au ‘méire » qui remplacent les supports pour Cl, Vous r’aurez plus qu’ y embrocher votre résistance pli6e au gabarit et cou- pée (voir photo 7). Conclusion ‘Vous aurez vite constaté que toutes ces facons de faire font gagner du temps sur le montage, ou sur une intervention future, De plus le résultar final est plus propre et plus fable n’était-ce pas le but recherché ? ‘Michel ARCHAMBAULT circuits temporisateurs plus ou moins élaborés, utilisables dans O: ‘trouve aisément, dans la littérature technique, la description de diverses applications. Toutefois, il est plus rare d'y découvrir des montages spécialement adaptés & I'éclairage, pour une durée de quelques minutes, des halls d'entrée, cages d'escaliers, etc. C'est A quoi répond la description ci-aprés, qui peut commander une ou plusieurs lampes sous 220 V, avec une durée d’éclairage d’environ trois minutes, II suffit d'ailleurs de modifier la capacité d’un condensateur, lors du cAblage, pour obtenir d’autres retards, entre une et sept minutes. Page 122. N10 now sire 1 ~ Principe de fonctionnement De fagon ts simplifiée, il peut ate illstré per le schéma synoptique de la figure 1 ensemble est raccordé directement au secteur alteratif 220 V inous verrons plus loin comment on pout adapter au N10 V). La lampe, ou Tes lampes L. sont alimentées & travers lo wriac TR. Celui-ch dst notmalement bloaué, et, par consé- quent, Téclerage étcint Une slimentation délivre une tension continue de 20 V, et constitue en méme temps un réservoir d énergie électrique. Quand on presse le bouton poussoir Po, cette alimentation charge instantanément ie condensateur C,, également sous 20 V. Enouite, ce condensateur se décharge jantement tavers la résistance R, et entrée d'un amplificateur de courant, dont la sortie commande la gachette du trisc celui-ci devient conducteur, et les lampes s'allument. Au fur et a mesure que C; se décharge, Fintensité du courant diminue dans A, done dans la gAchette du triac, Quant ce dernier nest plus commands par un cou- rant suffisant, il se bloque a nouveau, et les lampes s éteignent, ees Une fois fixées les caractéristiques de Yamplificateur, et la valeur de la résis- tance R, la durée de fonctionnement ne dépend que du condensateur C; : elle est proportionnello a sa capacité. i - Le schéma complet On le trouvera a la figure 2. Valimen- tation continue délivrant 20 V, est obte~ nue directement par redressement d'une des alterances du secteur, gtdce 2 la diode Dj. La résistance Re de 10 k2 crée tne chute de tension, et on retrouve fina- lement la tension stabilisée aux bornes de ensemble des deux diodes 26ner DZ, et DZ;, branchées en série. Le condensateur G; de 1.000 /F, et qui devra pouvoir sup. porter une tension de service de 25 V, Hest autre que le réservoir d’énergie dont nous parlions plus haut Lorsque le condensateur ¢; est décharge, le transistor NPN T; reste blo- qué. line circule donc aucun courant dans ‘son collecteur, et, comme il n'y @ pas de cchute de tension dans les diodes D; et Ds, le PNP Ty est lui aussi bloqué : aucun cou- rant n’atteint la gachette du trac. Fermons un court instant [6 pousscir Poe de énergie emma- gasinée dans C2 est transférée 8 Cy, qui '5@ charge done pratiquement sous une différence de potentiel de 20 V. Les tran: sistors T; et Tz conduisent, alimentant le | triac TR et les lampes L. Cet état dure jusqu’a ce que la charge de C; ait suffi- samment diminué, ce qui bloque Ty et Ta Lrexcellente constante de la durée de Kom meee Ra ctu crane ee cAlaas temporisation, est due a utilisation des diodes D; et D2, au lieu d'une simple résis- tance. Quand T; quitte le saturation, la tension décroft brusquement sur lensem- ble de ces deux diodes, ce qui assure un blocage franc du triac, par lintermédiaire de Ts. IM Le circuit imprimé et son cablage On trouvera, 8 le figure 3, le dessin du circuit imprimé, vu a [échelle 1, par sa face cuivrée. Le dessin, trés a6ré, ne pose aucun probléme de réalisation. On emploiera de préférence du verre époxy, qui garantit une meilleure tenue mécani- que et électrique. D'autre part, il ne faudra pas diminuer la largeur que nous avons attribuée a certaines pistes de cuivre, ‘notamment celles qui ménent aux anodes du triac La figure 4 précise implantation des composants cantre la face isolante du cir- cuit, On veillera soigneusement a orien tation des composants palarisés : diodes, condensatours, et surtout le triag, dont les trois sorties sont disposées en ligne. Nous rappelons dalllours son brochage, a la figure 5. ‘Comme on peut le remarquer aussi sur la photographie de la figure 6 (photo: titre), nous avons utllisé, pour les diffé- rents raccordements du circuit vers extériour, des dominos d'électricien. Ceux-ci sont faciles & maintenir, contre le stratifié, par un collage a I Araldite, Bicocuca Cia 1V.~ Branchement et utilisation Les lettres de référence utilisées sur le schéma de principe de la figure 2, corres- pondent a cellos du schéme dimplanta~ tion de la figure 4. On n’aura donc aucune difficulté @ offectuer les raccordements vers le secteur, vers la lampe, et vers le bouton de commande de ia minuterie, IN sera souvent utile, par exemple pour les divers étages d'un escalier, de prévoir plusieurs lampes d'utilisation, et plusieurs poussoirs de commande. Toutes les lam- pes d'une part, et tous les poussoirs ‘autre part, sontalors branches en paral- lble, comme le précise le figure 7. Dans tous les cas, et aussi bien au stade des esssis qu’ celui de implantation finale, il faut se souvenir constamment que ensemble du circutt est électrique- ment relié au secteur, puisquiil r’est pas fait usage de transformatour diisolement. On prenara done les précautions habituel- les & tous les travaux effectués sur le réseau. V- Queiques modifications possibles La premiére concerne adaptation & des réseaux de 110 V, comme il en existe encore dans certaines villes. II suffit alors de remplacer Rs per une résistance de 4.7 kQ, de méme puissance. 1 10 nouvelle site - Pape 123, Avec la valeur que nous indiquons pour ¢,, soit 47 nF, [a temporisation est com: rise entre 3 et 4 minutes|ces écarts tien~ nent & limprécision sur la capacité des pourra diminuer ou augmenter ces valeurs. Ainsi, on aura environ 2 mn avec 25 Fe 7 mn avec 100 :F. Il vaut mieux no pas dépasser cette valeur, car Cy doit sondensateurs chimiques, quine sont que rester petit, par rapport a Cy. arement définis 8 mieux que 507. On a tI ys ~o MINUTERIE SECTEUR oO Peete tnt ci ie nee Perimeter ote Wot estar Se tsU achat) OSE careers ete come eat in Page 124 6°10 -rowete sre ee eeu MSC eee caret Bao Liste des composants Rosiatancos 0.5 W 5 % Fy: 22.2; Re: 1 M2: Ry! 22 kid: Ay 18 ko. Résistance Ay 10k, 5 W (4,7 k2 pour 110), Condensatours électrochimiques (25 VI Cy: 47 uF pour 3mn (oir texte pour dates temps) 2: 1000 Diodes Dy ot Da: 1N914; Dy: 1NGOO7 : Dz, ot Dap : zanor 10 V (400 mW). Transistors T):2N2368; 72: 2N2905 Trlac : GE C122D1 ov 6A/400 V. USQU‘A présent nous avons ev l'occasion de publier de nombreux temporisateurs a transistors, ou bien circuits intégrés mais jamais de modéle disposant d'un affichage digital de la durée de la temporisation Aujourd’hui, c'est chose faite, grace aux efforts des étal sements Radio MJ qui commercialisent sous la référence MJ16 un temporisateur digital en kit a un prix raisonnable. | Fonctionnement Le kit est constitué essentiellement d'un circuit intégré TMS 3880 NL, et d'un afficheur optoélectronique & LED 8 quatre chiffres. i permet, grace & l'adjonction de quel ques composants discrets, de temporiser le fonctionnement d'un élément de puis sance ou de retarder ce fonctionnement pendant un temps régiable (de 1 seconde 3 40 minutes) Le TMS 3880 NL est un circuit tempo- risatour MOS dont ia tension d'alimenta~ tion peut varier entre 12 et 16 V. Il pré- sents une analogie avec le TMS 3874 NL (horloge quatre digits) Le circuit intégré est piloté directement par le 50 Hz du secteur qui aprés division par cinquante, fournit le signal 1 Hz. Ce méme signal attaque aussi un compteur de « temps écould », le comptage se fait de 0100" a 3959’ a1 retour a zér0. Létat du_compteur est comparé au comptage inserit dans la «memoirs temps d'arrét », quand il y a concordance entre «temps écoulé» et «temps (N10. ental ain - Page 125 darrét», un signal est généré. sur un «contréle de sortie » qui commande les doux sorties de puissance AL 1 et AL2. AL 1 est activé pendant le temps pro- gramme. AL2 est activé temporairemen du comptage (2 ou 3 mn. Bautons de commande du kit 1 - départ du comptage 2 - sblection mémoire, minutes et secon- dos 3 - réglage des minutes 4 - réglage des socondes. ala tin Montage Nous vous conssillons pour fe cablage du kit, dutiiser un fer & souder d'une puissance meximale de 30 W avec une panne tras fine, et la soudure incluse dans Pago 125-810 rowel cio le Kit. La premiére opération consistere a verifier la liste des composants. ‘Séparet les composants passifs:: résis- tances, condensateurs, support de circuit intégré, transformateur, cosses, fil, bow: tons poussoirs at interrupteur, relais, puis les composants actifs: afficheur, diodes, transistors, circuit intéaré, Commencer par souder les éléments passifs en veillant bion a la distribution des couleurs des résistancas et a la pola- rité du condensateur (voir implantation sur le circuit imprimél Une fois les composants passifs soudes ‘on passere au montage des diodes en pre nant soin de respecter emplacement des ‘anodes et das cathodes (voir implantation sur le circuit imprimél. Les broches des transistors seront soudées 2 un centimé- tre du circuit imprimé. Le cirouit intégré TMS 3880 sera intro- DEPAR. es [40 o- MINUTE Fig. 1. ~ Le schéma de principe general est essentiellement construit autour d'un circuit integré TMS 3880 piper ee eet cer ee cir ae eka eon ate Cia ake) Cte aes MEMOIRE duit dans son support (voir le repérage des broches sur le cirouit imprimé). Lafficheur quatre « digits » sera relié au circuit a Faide du cAble, double conduc- teurs, Le cAblage se fera facilement en reliant la borne 3 de lafficheur au trou n° 3 duccircuit la borne 4 au trou n® 4 etc. jusqu'a 16 les bornes 12 et 13 seront reliées ensemble). Laffichour sera monté ‘et collé perpendiculairement au circuit imprimé (voir fig 2) Réglage et utilisation Ala mise sous tension du kit, les quatre chiffres de fatficheur doivent clignoter. Une simple pression suy un des boutons poussoirs du réglage des secondes ou minutes fait inscrire un temps darrdt AFFICHAGE ENE nC)all| nevis a o) cap +H}. [ial lS >» as ss . les ARAB z @ a AF, io Cx) i o |s 13.12 A, A a oii | Réglage du temps d’arrét | MettreFinterruptour « mémoire minute ot seconde » en fonction, a aide du bou- ton poussoir «seconde», régier les secondes au nombre deésiré puis avec le Bouton poussoir « minutay régler les minutes aui nombre désira Fig. 2 et 3. — Nous précisons le tracé du circuit imprime et limplan- perience nC eae Re commercialité sous la forme de kit complet Aprés cette opération le temps sélec- tionné reste affiché en permanence. Remettre interrupteur « mémoire minute et seconde> au repos, Maintenant le ‘montage est prét 2 fonctionner. Une pres- sion sur le bouton « départ du comptage > remet Vafficheur 8 0°00" et donne le top de depart du comptage. Utilisation En sélectionnant les sorties (AL 1 et AL2) on peut obtenir deux modes de fonctionnement, AL 1 sortie aprés déclenchement active pendant le comptage. AL 2 sortie aprés déclenchement active pendant un temps compris entre deux et Sur la sortie repérée ST (sortie travail au repos le secteur est disponible en per- manence, Sur la sortie repérée SR (sortie repos) ‘au repos le secteur est coupé en perma- Das la remise a zéra du comptage, état des sorties s‘inverse: ST devient SR ot SR deviant ST, en fin de comptage l'état des sorties ST et SR revient a état repos du début. Le pouvoir de coupure du relais est denviron 2A sous 220 V. Liste des composants Gircuis imprime Soudure 40 em do fil 12 canducteurs 0 tin de fil 2 conductours 4 alraulk intégié TMS 3880 NL 41 gupport circuit im&gré 18 broches 4 réalstances 1 1c (marten, noir, rouge) | résistance de 33K2 lorenge, orange, orange) 1 résistance de 47 8.68.2 do 3.4.5 W 4 tesistance de 10'k?2 (matron. noir. orange) 4 sransformatour. 12 V/220 V. 4 diodes 1N4148 ou équivalont ‘ eondensateur de 470.xF 2 1000uF 16 ou plus 2 11 gondonsateur 2300 pF 4 GET 2222 ou 2N2222 ou équivalant 11 GET 2007 ou squivelont 2 diodes 1N4003 ou équivalemt 3 boirtons poussoirs 1 intorruptour J tolais 12. ¥ 1 suport da relais 1 afficheur quatre i 370 ou equivalent 8 costes 2 tusibies 2. 4 2 porte tusibtes ee (ton DIS 729 04 Tk 6 10 -couvel sara - Page 127 Le “yvu-~modulateur” ES jeux de lumiare sont entrés désormais dans le classissisme ide l'électronique. Plus personne ne s‘étonne des termes de «modulateur », «stro- boscope », «chenillard», «grada- teur », et les bons bricoleurs en élec- tronique en ont tellement réalisé pour les amis ou ta famille quis vous en dessineraient les plans les yeux fermés, Il fallait innover et élargir cette famille de quatre. Le petit ci quiéme que nous vous proposons a de qui tenir. Il est moitié modula- teur, moitié chenillard, mais lui, il travaille en puissance... Sonnéz trompettes, voici le vu-modulateur | Le vu-modulateur combine done effet modulateur a celui de cheni lard, le nombre de lampes allumées 6tant fonction de la puissanc Page 128 - N10 reale sro Le schéma de principe De trés nombreux montages publiés dans nos colonnes font appel 4 des circuits intégrés, i n’est néanmains pas dépourvu cintér8t d employer des transistors. Crest le cas de notre vu-modulateur. Le schema de principe ast présenté figure 1 On reconnait le classique wansforma teur de modulation destiné 2 prélaver, les tensions BF aux bornes du haut-parleur ‘ou bien de Tenceinte. Le montage se rao- ‘corde donc comme un classique modula- tour de lumigre. Le transistor NPN T; permet de dispo- ser d'un adaptateur d/impédance, le mon- tage fonetionne exactement comme un vu-matre doit son appellation. Les tran- sistors Tz 4 T; conduisent les uns apras les autres, le deuxiéme ne pouvant conduire, qu’aprés le premier, fe troisiéme apres le deuxiéme, et ainsi de suite. Les transistors attaquent chacun la gachette d'un triac. Dans ces conditions, fan fonction du niveau de la modulation, on aura, une, deux, trois, jusqu’a six lam- pes allumées | Si les lampes sont dispo- sées les unes au-dessus des autres on obtient une véritable colonne lumineuse dont la hauteur dépend de la modulation, Le niveau général peut, bien entendu Btre ajusté a Taide du potentiometre P; Le montage s‘alimente dune part en 220 W alternatif et d'autre part en 9 V eee carer nrc unre CRCU prereset a aac cee CRs tors NPN, dont un, Ty, dote dun di es continu, Nous vous livrons a titre indi catif le schéma de principe dune petite alimentation secteur destinée a ca mon- tage. Réalisation pratique Realisation : le circuit imprimé ne doit offrir aucune difficulté, nous avons r6a- lisé sur bakélite avec des prodults Méca- norma, Pour une puissance denviron 500 W par voie les triacs se passent de radiateur et nous avons préféré faire un petit circuit imprimé en mettant les triacs Tes uns a cétés des autres, Si vous voulez davantage de puissance, le circuit peut Otro agrandi de fagon a lour agjoindre un radiateur, Montage des composants : I convient de bien respecter le sens das diodes 1N4148, Le transistor 2N1711 ou 2N 1613 chautfe en fonctionnement, i faut mieux lui adjoindre un radiateur & ailertes, Les BC237A sont repérés par leur meéplat, et les triacs par leur face métal- ligue. Le potentiometre de volume peut Otre sans probléme dune valeur de 4,7 k® 1 22 kn. Le haut-parleur sera a raccorder aux points marqués HP. Attention & limps ance dentrée du transformateur de modulation, en cas d'utilisation sur des mediation, on cas dusisaon st ee Fecommandé d adjoindre en série avec |e transfo une résistance denviron 1002 en 5 a 10 W. 110 - nouvel svi - Page 129 Ra, Raa Rag, Ria. Ary. ja: 1802 (marron, Liste des composants Pia, Faas Rage Ty22N 1613 ou 2N 1711 avec diesipatour 8 pilots Fis Ray Rar Rev Ri, Ae 4.7 KD Uioune, violet. P} : potentiométre variation linéaire 4,7 k2, Tz 4 T7: BC 237, BC 408, BC 109 etc. rege) a Be Kd, DY IN'914 ou IN 4748, Ry a, Roy faa. yy, Riz: 2.2KO (rouge, Cy 4.7 2F/ 12 V ou plus. i rouge, rouge). C2: 0.1uF plaquerte, ‘Tronsfo pour modulateur de turiere, Page 130-1" 10 - now site ° _ e I vs Face metal ee ‘f] Tension. dventree OV —4—Pvehoor oS Tenston de sortie @——- ov Photo B. ~ On n'utilise jamais assez les condensateurs & sorties radiales... Mise au point A la mise sous tension, le kit doit fonctionner @ la premiére pointe de modulation, Les lampes doivent s‘allu- mer les unes aprés les autres, leffet de chenillard peut étre accentué en rempla- gant le condensateur de 0,1 jeF par un de valeur plus élevéo, mais dans ce cas les lampos clignoteront moins en fonction de la modulation, Le montage est limité a 6 canaux, on pourrait bien sOr en ajouter d'autres. De méme on peut mettre plusieurs vu-modu- latours séperés par des filtres de facon @ fen avoir un qui fonetionne sur les aigus, un sur les graves, un sur les médiums, 1! 390.0 (orange, blanc, marronk bowece. Gr Ager. Gy. 10000r/ 16 V. 19.V/400 maw. D. CROQUET N10 - nouvel série - Page 131 Lest toujours désagréable de s‘apercevoir, lorsque la route est boueus matiére premiére. , que son lave-glace ne fonctionne pas faute de Il peut done étre trés utile d’avoir, sur le tableau de bord, un voyant clignotant lorsque le niveau d’eau est descendu trop bas. Indicateur de niveau pour lave - glace Page 132 N10 nox iia Schéma de principe (fig. 1) Le coeur du montage est un circuit inté- gré C.MOS du type CD4011 renfermant ‘avatre portes NAND. Dans le bocal réservair du lave-glace an place une sonde qui peut Btre constituée do doux fils dénudés & environ 1/3 du fond du bocal. Lorsque le niveau d'eau est satisfaisant, les sondes sont équivalentes 2 un court-circuit et entrée 3 du mon- tage est A un potentiel voisin de OV. La sortie 11 de la porte NAND est a un niveau «1» et le condensateur C; est chargé & travers Rs. La sortie 10 de la deuxieme porte NAND est 8 « 0 9, ce qui 8 pour effet de bloquer loscillateur asta- ble constitué de deux portes NAND et de Ra, Ri Ca, Lorsque le niveau d'eau arrive &la limite de la sonde, il peut arriver que dens cer~ tains virages la sonde ne soit plus immer: yée} pour éviter que le voyant clignote par intermittence, nous avons introduit ne constante de temps Ry—C; qui a pour but de commander Yoscillateur astable ‘avec un retard qui peut facilement évre ‘modifié en jouant sur Rz ou Cy Lorsque fe niveau de l'eau est en des- sous de la sonde, oscillateur peut démar- rer et, par lintermédiaire du transistor T, fait clignoter une diode LED ou tout autre voyant (dans le cas d'un voyant 12 V, strapper la résistance Re). Réalisation pratique Nous ne reviendrons pas sur la réalisa- tion dun circuit imprimé, la revue ayant déja décrit plusieurs pracédés [voir Elec tronique Pratique, octobre 1978) Le circuit imprimé (56 « 71) est A ré liser en verre époxy 16/10. Tous les por- ‘pages sont 0.8 mmm (fig. 2) Il est conseillé d'étamer les pistes du circuit imprimé, une automobile étant un milieu difficile pour électronique. implantation des composants ne pose aucun probléme particulier. Le circuit intégré doit étre cAbI6 en demier en sant bien attention au repérage, Gérard GROS. Liste des composants Diode LED rouge Circuit integré CO 4011 1 = 2N2222 = 2N1711 = 2N1019. 22: uF/18V uF plaguerie Mi (matron, noir, vert) (00 ki? (marron. no. jaune! M2 (marcon, noir, vert! 3,3 MP (oranga, orange, vert) Rg = 10 k2 (marron, noir. orange! Fg = 910 (blane, marron, marron 1°10 - naval sro - Page 133, A nécessité d'une indication instrumentale continue du fonetionnement dynamique est devenue aujourd'hui indispensable dans les systémes a haute fidélita, Certains systémes économiques, actuellement en usage, utilisent principalement des diodes LED. Vindication fournie par ces derni res n'est pas quantitative et non adaptée aux exigences actuelles. Le vumétre, au contraire, est un vérita- ble instrument aiguille compor- | tant une échelle étalonnée en unités vu. Caractéristiques techniques Alimontation : de 8 & 18 Voo. Consommation 12 Vee: 4.5 mA, Sensibilité maximale pour indication 0 dB 80 mv. Enurge & haute sensibilité :jusqu’a 8 w. Entrée a basse sensibilite:jusqu'a 100 W. Transistor employé BC 208B ou BC 2388. Dimensions y compris 'ingtrument : 80 x 45 x25 mm Poids : 25 a, Voltmétre de sortie pour ampli, UK 150 AMTRON Les unités VUiVolume Units) sont des unites internationales arbitrairement uni figes qui tiennent compte de la courbe logarithmiquo do la sensibilité de Foraille humaine. Elles expriment la courbe de Tamplitude moyenne d'un signal non Périodique, comme celui de la parole, et sont indépendantes de la fréquence. L'ari- gine des unités VU est due & la normali- sation des transmissions téléphoniques par cable, Le point de référence 0 est choisi arbi- trairement, et dans notre cas, & la tension de 60 mv. amplitude des déplacements de Faiguille donne une mesure tie la dyna. mique du signal, Un instrument de co gonre est dune évidente utilité dans les enregistrements magnétiques pour viter la saturation du ruban, dans les reproduc tions & haute fidelité pour se maintenir dans la gamme au-dela de laquelle on observe des distorsions, dans le mixage des signaux pour assurer a chaque canal Vimportance désirée, ete, indication du vumstre ne dépend pas dela puissance, mais des écarts du signal a partir dun niveau zéro, réglé une fois pour toutes & Taide d'un trimmer. Pouvant couvrir, grace a sa double sen sibilit, une gamme de puissances trés vaste, présentant un faible encombre- ment et d'un _montage facile, FUK 150 constitue un dispasitif universe! et pré- Bien qu’étant fourni comme indicateur stéréo, [UK 150 est réalisé en deux sec: tions identiques séparées, de maniére & présenter moins de problémes pour son. insertion dans des ensembles déja mon- tés, et 4 pouvoir étre dventuellement uti- lisé comme indicateur monophonique en Utiisant un seul das deux éléments. La largo gamme d'utilisation de la ten- sion dalimemation (de 8 & 18 VI permet presque toujours le préleverent de [ali mentation sur celle de Tappareil auquel le vumetre est incorporg, La faible consom- mation mvexerce pratiquement aucune influence sur la charge, Linstrumont peut étre connecté @ Ie sortie basse fréquence (borne chaude du haut-parleu? des ampifficareurs dont ta puissance ne dépasse pas Wen utilisant la prise & haute sonsibilité, et des ampli« ficateurs allant jusqu’a 100 W, en uti sant la prise & haute sensibilité, I peut étre appliqué a la sortie audio des tuners ou des préamplificatours microphoriques, cles enregistreurs, des N10 nou airs - Page 138 tourne-disques. Grace 2 sa haute résis- tance d'ontrés, Finstrument n'exerce aucune influence sur le signal meme. Description du schéma (fig. 1) Le signal basse fréquence est appliqué ‘la prise A et dirigé vors un diviseur cons: tituéde R1,R2 etde PI. La prise de sortie du diviseur peur etre déplacée pour régler, cas par cas, le niveau de 0 dB. Dang le cas oli on désire réduirela sen- sibilite, on doit entrer en B, et la premiere branche du divisour R1 aura alors une velour résistive beaucoup plus élevée. A ravers C1, [a fraction de signal est envoySe la base de Tr, monté en émet. teur commun. Le signal ampiifié est pré lavé sur le collacteur a travers C2 ot Un pont redresseur de précision ui le transforme en un signal unidirec- tionnel qui peut étre appliqué a Tinstru- ment indicateur. Pour 'éclairage du cadran, on devra monter une lampe @ incandescence, dont la tension sera choisie en fonction de [a tension disponible. Acot effet, une lampeen forme de flam- me du type de celles utilisées pour la ‘décoration des arbres de Noél conviendra parfaitement Montage du circuit imprimé (fig. 2) Pour le montage des composants sur le simple circuit imprimé, il suffit d'observer quelques régles élémentaires. La figure 2 montre la dispasition des composants représentés en surimpression sur le des- sin des pistes de cuivre vues par transpa- rence, Les composants sont montés avec le corps adhérant & la surface du cété composants, aprés avoir plié les extrémi- tés la distance correspondant a celle des trous pratiqués sur le circuit imprimé. Le transistor est monté en maintenant le bot- tier a environ 7mm de Ia surface, cdté composants. Attention 3 orientation des composants polarises selon les indica- tions gui seront données au cours du oycle de montage Pees 138-1 10 rowel iro f nikal oe Tish Usiiser un fer & souder de petite puis sance (40-50 W) et effectuer des soudu- res efficaces qui pénétrent bien sur les surfaces & associer, mais en opérant assez rapidement pour ne pas surchauffer les composants. No pas utiliser de pate a souder ou autres décapants chimiquos, 1a décapant contenu dans le fil de soudure tant suffisant, Attention a ne pas former de ponts de soudlure entre pistes adjacen- tes. — Monter los résistances A1, A2, R3, FA, FS, = Monter le potentiométre ajustable P1 en veillant a no pas endommager les par- ties mécaniques et la piste résistive. — Monter les deux condensateurs élec- trolytiques au tantale C1 et C2, I s‘agit de composants polarisés ot leur Electrode positive se situe 8 droite quand on regarde le point coloré. Les condensa: teurs électrolytiques sont montés en position verticate ~ Monter les quatre digdes D1, 02, 03, D4, Il sagit de composants polarisés ot INL IN148 C3 BC 2088 Foun Genre Reto WLC oh cuter eee) Cote ce it Tee enor ature eis Mien Eero ca nee Oca e Télactrode positive est signalée par un ‘anneau marqué sur le boftier ou bien par Torigine du code des couleurs du type. Monter le transistor Trt, Comme il | sagit d'un composant polarisé les sorties diémetieur, base et collecteur devront cortespondre aux trous marqués e, b, ¢, ‘sur le circuit imprimé, = Monter Tinstrument indicateur de manidre que la partie postérieure de celui- 5 Vun potentiomeire de 1 k@ et un voltmétre permettant de s/assurer que la tension obtenue apras réglage est bien de BY. Initialement, te curseur de P sera a te masse. Plus simplement, on pourra ali menter Tappareil de vérification sur une IY 10 - nouvote évo - Page 143, ema batterie donnant 6 V (a 101) dont le— sera connect6 aux masses. Le haut-parlour doit 6tre de 100.0 ot ses dimensions et méme sa qualité, peu- vent tre « moyennes., Si I'on ne trouve pas un HP de 1000, et siZ< 1000, est sa résistance, monter en série, une résis- tance de 100 -Z ohms. Fonctionnament Revenons au schéma de la figure 3 et partons de la pointe essais. Les résis- tances fiz et Rg constituent un diviseur de tension. Normalement, la tension au point X étant de 1,5 V, los basos dos doux transistors seront 8 la méme tension, approximativement. Dans ces conditions, Q, est condueteur. La tension du collecteur de ce transistor fest proche de zéro volt. La chute de ten- sion dans Ry est élevée. Il en résulte que Dy est bloquée et qu/aucun courant ne passe vers le 555 De ce fait, Ie transistor Q; est le détec- eur du niveau bas, c’est-A-dire moins da 0,8 V a entrée sur la pointe. En effet, si tel est le cas, X est dune tension infé- fieure a 1,8 V. Q; cesse d'étre conducteur et rapidement il se bloque. Le collecteur est alors a +5 V, renode de D; est a la méme tension, la diode devient condue- tice et le courant passe vers ie point 7 du 555, Co dornier, monté en multivibrateur astable, oscillelibrement a une fréquence trés basse déterminée par C; de 0,1 uF, dont le valeur peut €ire modifiée si on le désiro, | Pan 144-N 20 oa si ounuoo: Analysons maintenant le fonetionne- ‘ment lorsquil s'agit de déteoter un niveau haut. Partons @ nouveau de la pointe, c'est. a-dire du point X et considérons Qs. Liemetteur de ce transistor ost & 1,8 V. ‘grdce au diviseur de tension Rs ~ Re. Si la tension de X est au niveau bas, le transis- tor Q; est bloqué et le courant de collec- ‘eur est nul. De-ce fait, la vaie est bloquée vers le 555 et seul Q; agit comme on fa indiqué plus haut Si le niveau en X est haut, soit plus de 2 V,, Qs commence d étre conducteur vers 2.3 V., Rs polarise la base de Qy ot ca tran- sistor devient aussi conducteur. Rlemarquons que dans le cas de X a plus de 2 V, Q; est conducteur et Dy bloquée, donc pas de possibilité de son a TBF, Le transistor Qs débite un courant pas sant par Ry; at cest la diode Dz qui est alors conductrice. Le courant fourni au point 7 du 555 est plus élevé que dans le cas du niveau bas et le multivibrateur oscille 8 une fréquence élevée, d'od son aigu. Paur la mise au point, réaliser le mon- tage de la figure 5, analogue a celui de Ia figure 4. Placer le curseur & fond vers zéro vol Effectuer la mise au point comme suit 41) Tourner le curseur lentement vers te +. Le son grave se produira lorsque VM indiquera une tension inférieura 80,4 & o6v. 2) Continuer la rotation jusqu’a dispa- rition du son grave qui devra se produire pour une tension de curseur et de la pointe, de 1,7 8 2V et plus 4a Fig. 4 pe : TRS Fig. 5 Si les limites sont 0.4. 8.0,6 V et 1,7 8 2, Feppareil est correct. Si ces limites ne sont pas obtenues, retoucher les divi- seurs de tension Ry —Re et Rs ~ Rg, Emploi pratique Uappareil étant essayé et réputé bon, commencer las « tests » sur un Cl logique en fonctionnement en évitant de toucher des points autres que coux a vérifier, Si tout va bien, les niveaux hauts seront décolés par un son aigu, le point X étant E> 2 V, Les niveaux bas seront décelés [par _un son grave et la tension en X sera E<0gy, Si aucun son ne sort du HP, la tension en X est comprise entre 0,8 et 2 V, Dans tous les cas, la pointe a la masse donnera lun son grave et la pointe au +5 V don- rnera un son aigu, GENERATEUR DE SIGNAUX TRIANGULAIRES A SYMETRIE AJUSTABLE Le générateur de signaux triangulaires dont le schéma est donné ala figure 6 est propose par D.M. Gualtiori dans Electro- nies vol. 49 1? Nl présente tavantage de donner & volonté des tensions symétriques et des tensions en dents de scio montantes ou descendantes. Cos formes peuvent atre modifiées onsuito, a l'aide de dispositifs tels que différentiateurs, intégrateurs et autras, La pétiode totale T se compose de deux périodes partiolles T; et Ts etil est possible de faire varier le rapport T/T. Bien entendu, connaissant T= Ty + To on en déduira la fréquence # = 1/7. La résistence variable Ro de 6 ks? per met de faire yarier le rapport des périodes partielles afin dobtenir les formes indi- ‘Quées a la figure 7. est done possible diobtenir une infi- nité de formas de signaux triangulaites. A jnoter que {a variation de Rs, depuis © kS? jusqu’a une faible valeur, ne modifie pas T, et par conséquent, f La fréquence f dépend de la valeur de =Cq+Cy, Elle est donnée par la for- mule empirique, en apparence non homo- gene 18 a qui est valable avec f en hertz et C en microferads, Si, par exomple, on désire que f soit égale @ 100 Hz, la formule (1) 75 uF Pour f de valeur plus élevée, par exem ple f= 10000 Hz, on trouve 78. 70-000 IN est alors possible de réaliser C avec Co fixe de valeur normalisée, C) étant une capacité d'appoint sélectionnée. c 0.0075 uF = 7.5 nF. Fonctionnement Lapparall de Gualtieri pout donner des signaux jusqu'a f= 100 kHz, On obtient le signal triangulaire par la charge et la décharga de C et la tension de sortie apparait aux bornes de C, qui représen tent la sortie du signe! Los transistors Q; et Qs, associés aux diodes zener de 3,3 V, constituent une source de courent qui est commutée par Q; dont le collectauir est relié aux bases das deux autres transistors par Rs et Ry de 4,7 k2. Lorsque Qs est conducteur, le collec- teurest au niveau bas, et, par conséquent, source de courant, Gr, passe a fétat conducteur, Un courant iy charge C. Une tension de croissance linéaire apparalt sur C. correspondant 2 la loi de charge d'un condensateur fac Soit Vz la tension aux bomes du condensateur. Elle est égale 2 0,866 fois celle d’alimentation, done 120,666 =8V, valeur maximum. admissible. Fig. 6 La tension du point 3 de sortie du 855 est alors réduite et Qs se bloque. Au cal lectour de Qs, la tension monte au niveau haut et la source de courant est bloquée. En méme temps, le courant de Qz aug- mente de sorte quo co transistor devient ‘conducteur. Cola permet a C de se décharger avec courant iy jusqu/au moment ou la ten- sion Ve tombe au minimum admissible pour un 856, soit le tiers de la tension elimentation, 12/3 = 4 V. Das que le niveau de 4 V est attein ‘oysle de fonctionnement recommence. amplitude du signal triangulaire est donc 8-4 =4 V. Q; et Oy sont des tran- sistors a gain élevé. Qs est un NPN spécial pour fa commutation et gr8ce 4 ses carac- tristiques, celle-ci peut étre rapide, donc f blevée, Les chutes de tension dans le sens direct, dans les diodes 0; =D, = 1N914 permettent le passage au blocage des transistors Qy et O,, Comme indiqué plus haut, Rp est au régiage du rapport des périodes pertielles lier, il est possible d'obtenir la tension de forme symétrique corres pondant aT; = T2=1/2 Ayes: alors possible de trouver un ajustable pour C1. On prendra par exemple Co = 500 pF et Ci = 500 pF ajustable, co qui permettra de faire varier f de part et drautre de 100 kHz, On pourra aussi remplecer C par_un commutateur introduisant en circuit plu i's capacités différentes dont la valeur sera calculée en fonction de la fréquence F désirée. ‘Ce montage a été propose avec une ali- mentation unique de 12 V. J doit sire possible de le faire fonctionner evec une alimentation de tension moindre, par ‘exemple 9 V. Pour obtenir une bonne symétrie, il ost recommandé dutiliser pour Re un poten tlométre linéaire de bonne qualité, par ‘exemple un modale & plusieurs tours. Le montage de la figure 6 peut tro modifié at amélior®. Par exemple, sila fré ‘uence f est dans la gamme de BF. appa N10 svelte sre - Page 145 reil pourra servir de générateur BF et aussi, ‘instrument électronique de musi- que ne donnant qu'une seule note a la fois. A oat effet, on branchera a la sortie un amplificateur BR, tandis que la fré- quence sera modifiée par commutation de C a Taide de contacts & touches, Partons de la formule 16 Na oe at donnons af diférentes valeurs corres- ondant aux notes d'une gamme Commencons'par un LA & 440 Hz. La forme donne c= fear 0 ft on trouve C = 0,1875 uF. Pour avoir le SI, dont f = 493,88 He, la capacité sera: wees C= gagag = 0.1518 uF On calculera de ta mme manidre C pour les autres fréquences, dont nous donnons ci-aprés les valeurs. 523,19 Hz Peon 146-9 10-rowete sie Fig. 8 aaa on Li ae et bh he i Si fon désire la gamme supérieure, 8 Foctave de celle indiquée, diviser les capacités indiquées par deux, Pour abtenir des notes justes, les capa- Side rcs diornibta Bee i pe mise en paralléle de plusieurs cor teurs, Voici a la figure 8, le montage du sys- teme clavier. Pour économiser sur Fachat des condensateurs, on a prévu une capacité fixe Co et des capacités appoint Cyr, Caz Cae Ainsi pour avoir le LA & 880 Hz octave du LA a 440 Ha), la valeur de la capacité totale d'accord est 0.1875 ee = 009375 uF ov 93,75 oF. exposition permanente de kits +». et toujours 20 000 références en stock de: Re Ut odie te ee st teed CO CCU RS tu eat i ae 66 COURS LAFAYETTE- LYON 69003 / TEL.60.26.23 ‘On prendra par conséquent Co = 90 nF ‘ou tout autre valour normalisée prache et la capacité d'appoint pour f = 880 Hz sur la différence 93,75 -90 = 3,75 nF Pour modifier le timbre du son, on dis- posera d'abord du réglage Ry agissant sur le rapport cyclique. On pourra aussi mon- ter, entre la sortie AB et entrée de Famplificateur un étage séparateur suivi d'un FUZZ-BOX. F, JUSTER 555, un des composants actifs les plus utilisés en raison du grand nom- bre c'avantages aul offre aussi bien aux amateurs qu’eux professionnels les plus évolués. Le 741 est un amplificateur opération- nial. Ila 618 or66 par Fairchild sous le nom de A741 et par la suite la plupart des autres fabricants le produisent comme seconde source sous la désignation 744 ou autres. Indiquons aussi que certains fabricants ont réalisé des circuits intégrés contenant 2,3 oud éléments de 741, Dautres pro- posent des 741 améliorés spéciaux pour des applications particuligres. ‘Avant de donner des analyses de mon- tages utilisant des 741, nous étudierons ‘1s rapidement 1) Les caractéristiques générales des mplificateurs opérationnels quill est indispensable de connaitre pour mieux comprendre le fonetionnement das mon- tages qui seront décrits. 2) Les caractéristiques générales du 741 L: citeuit intégré 741 est, avec le Etude rapide des amplificateurs opérationnels On peut réaliser un amplificatour opé- rationnel de niombreuses maniéres, avec des transistors (ou méme des lampes) avec des circuits imégrés seuls ou en association avec des transistors, En dehors du 741 il existe beaucoup de Cl utiisables comme amplificateurs opéra- tionnels, Ce type d'amplificateur est utilseble dans des applications aussi diverses que nombreuses, comme par exemple: addi- tion, soustraction, inversion, différentia- tion, intégration, comparateur, amplifica~ tion linéaire ou selon une loi donnée, ete. Le schama général Ala figure 1 on donne le schéma sym- bolique d'un amplificateur opérationnel. Le triangle est dailleurs choisi pour dé signer un amplificateur queleonque. Trois points importants, que on peut nommer points d'accés ou terminalsons, fou points terminaux, sont les suivants (2) Entrée non inverseuse ENI, marquée +, & ne pas confondre avec le + alimen- tation. (b) Entrée inversouse EI, marquée a ne pas confondre avec le ~ alimentation. (c} Sortie S. D'autres points terminaux sont néces. saires, d‘abord ceux d'alimentation : le + etle ~, Ensuite, des points que nous dés- ignerons, pour le moment par A,B, C, etc, qui serviront_ pour diverses fonctions, améliorant le fonctionnement de l'ampli- ficateur opérationnel (en abrégé AOP). Précisons tout de suite que les AOP sont des amplificateurs de continu, et aussi, atornatif, bien entendu. Le montage habituel d'amplification est le suivant: un signal a amplifier est appliqué a une des entrées, ENI ou El; fe signal amplifié est obtenu @ la sortie S, Ce signal varie de la méme maniére et dans le méme sens, si Tentrée choisie est entrée non inverseuse ENI, Le signal de sortie varie en sens inverse sie signal d'entrée est appliqué a entrée Inverseuse El. Exomple : soit un signal de 1 V appli- qué & entrée non inverseuse EN|, Sup- posons que ‘AQP amplifie on tension, trois fois. A la sortie S on obtiendra un signal de méme forme et variant dans le méme sens, de 3 V. Fig. 1 IAAL en inversion © 'W 10» powvote sve Page 147 eee Les deux signaux sont représentés 8 la igure 2. En (Al le signal d'entrée de 1 V crate, variant entre ~1 et +1V, done ayant une tension créte a crdte de 2 V. En (6), le signal de sortie est de 3 V(ou 6 V créte a crétel, Il varie dans le méme sens car les zéros, les maxima et es minima, se produisent aux mémes temps. Par exem- ple, au minimum x de e, correspond un maximum X dee, ‘Voici la figure 3, la forme des signaux forsque celui dentrée est appliqué au point EI Il est visible quill y 2 inversion. Par exemple, lorsque la tension dentrée 2, est au maximum x, celle de sortie @ est au minimum X. De méme lorsque 6 est 4-1 V, ¢ est 4 +3.V, Les tensions zéro correspondent toutefois, quill y ait ou non inversion. La tension efficace ast 0,707 fois la tension maximum, Alimentation Précisons aussi quill y a deux sortes dalimentation : 41] Lalimentation simple (fig. 4 Al. 2) Valimentation double (fig. 4 6). g Dans le premier cas, iln'y a qu'une seule source de tension £, par exemple E=12V. La masse est généraloment au ~ AL mais parfois elle peut étre au + AL. Dans le second cas il y a deux sources = la source d’alimentation « positive » de tension Ey =a source dalimentation négative de tension Es, Elles sont montées en série de maniére 8 ce que le - de &; soit relié au + de Ex, cette liaison étant aussi le point de masse du montage. Par exemple: E; = 12 V. OV. Si_E1 = Es, par exemple, 2 = 12V, on dit quill y @ une ali- mentation de + 12 V. Pogo 148-1" 10 - rouvote srt Les alimentations peuvent etre: des piles, des accumulateurs et des cellules solaires oui des alimentations @ partir du secteur slternatif, avec redressement, fil- trage et tras souvent, réqulation, Le gain de 'amplificateur opérationnel ‘Un AOP peut éire monté avec ou sans contre-réaction, cette derniére étant dés- ignée souvent par CR. Le gain est supé- rieur sans contre-réaction. Dans c@ cas, i se nome gain en boucle ouverte, ‘Avec CR, plus celle-ci est intense, plus le gain est faible. Co gain se nomme gain en boucle fermée, Ala figure § on montre les montages de gain d'un AOP. En(A) te signal a amplifier e est appli qué entrée non inverseuse. Dans tous les cas, la CR doit se produire entre la sor- tie ot I'entréa inverseuse El, Elle se réalise avec la boucle Z,, constituée par un réseau contenant des composants R, C, L; parfois Z, est tout simplement une connexion entre S et El. En (BI, méme montage, avec boucle de CR représentée par Z. Toutefois, dans ce montage, le signal & amplifier oj est appliqué a El. En (C) la boucle de CR est enlevée, Le montage possdde alors un gain en boucle ouverte. Le signal ¢; peut étre appliqué selon los besoins, @ El ou a ENI. L’AOP parfait et 'AOP réel Un amplificateur opérationnel parfait (done « théorique »} possdde les caracté- fistiques suivantes 1) Gain de tension infini, en bouele ouverte, 2) Impédance d'entrée infinie (ou tr8s grande). 3) Impédance de sortie nulle (ou tres petite), es indications entre parentheses tant valables pour un tras bon AOP réel. Comme e,, la tension de sortie ne peut as @tre infinie, on admettra que lon pourra obtenir la tension de sortie e, de valeur finio, avec une tension dentrée «presque» nulle & entrée, Cela correspond & un gain infini car @,/0 = infini = gain Dans un amplificateur réel, le gain on boucle ouverte étant de valeur finie, il peut @8tre augmenté en disposant une boucle de réaction entre la sortie S et entrée non inverseuse comme indiqué & la figure 6. La tension d'entrée o; pout étre appli- quée 4 EN! ou a El, selon les basoins de application. Fig. 6 réel de qualité Gain de tension de ordre de 10* mini- mum. Impédance dentrée supérieure & 10*.2. Impédance de sortie inférieure & 250.2. Tension de sortie e,. Elle ost déterminée par les tensions entrée et le gain u de amplificateur en boucle Ona = 4 (ey2 - ens) Dans cette relation : tension de sortie 12 = tension appliquée a ENI ©11 = tension appliquée a El 1 = gain de tension en boucle ouverte. Appliquons par exemple +2 mV a ENI et —1 mY a El ex soit je = 100 fois, On @ = 1001+ 2 -(- 1] = 100.3 300 mv = 0.3 v. La tension de mode commun Vers est définie par Vou = So Dans notre exemple 12 = +2 mV, done: 142 en=-1my, 05 mv Gain en boucle ouverte Le montage général.de(C) figure 5 est réalisable avec une entrée différentielle. Le gain en boucle ouverte est alors: e Connectons une source de tension entre EN| et El, en réalisant le montage de Ja figure 8(A). Cette source est ainsi branchée sur une impédance Z, presentée parle Cl entre les deux entrées. On la nomme impédance différentiolle dentrée, Si une seule tension est appliquée & Tune des entrées, Fautre est mise a la masse, Cest le mode commun de bran- chement de l'amplificateur, Celvi-ci pré- sonte 8 la source, une impédance nom- mée impédance d'entrée en mode com- u Ala figure 9 on voit que le circuit Ry connecté @ la sortie « voit » Timpedance de sortie Z du Cl, monté en boucle ouverte. Fig. 9 Tensions de decalage (ou offset). Polarisations. Dérives La tension de décalage entrée Vay est une tension continue qui doit étre appli- quée entre les deux entrées pour que la tension de sortie soit nulle. A cette carac- ‘éristique on associera le courant de décalage d'entréo lye. C'est le courant & ‘appliquer & une entrée afin que la tension de sortia soit nulle. Si les deux entrées font misos a la masse, une certaine ten- sion Ve, apparatt a la sortie. Cest la ten- sion de decalage de sortie qui pout étre supprimée si Yamplificateur @ @té com- pensé. Dans un amplificateur opérationnel idéal, le courant de décalage d'entrée lax fest nul etilen ast de méme de la tension de décalage Vee Considérons aussi les courants de pola~ risation, I-y en a doux: lpg, celui do Tentrée ENI et p- celui de Fenirée El, Lo ‘courant de décalage Iie défini plus haut est égal 8 Neo Vox ~U pI (00 Ips [et |p. | sont les courants de déca lage pris avee le signe +, quel que soit le sens de ees courants. Dans un AOP parfait (théorique, idéal, Fimpédance différentiele dentrée est infin, Le courant de décalage le est nul ce qui est a conséquence de Tégelité des courants de polarisation ly. et ly Dérives La compensation des courants et ten- sions de décalage est possible orfce aux poins daccds A, B, C... voir la fig. 1), auxquels on connecte des composants indiqués par le fabricant Le courant et la tension de décalage varient avec le temps. On pourts consta- ter des dérives, c'est-a-dire des varia tions, de ordre du picoampare pour les courants de décalage ot du microvolt pour les tensions de décalage pour des temps de plusieurs jours. La température influence les tensions et les courants de décalage. On mesurera des variations de Tordre du n/*C et pA/?C pour ces cou- rants, En ce qui concerne les tensions, la dérive peut 8tre de Tordre du 4V/2C. Lorsque la (ou les! tension dalimenta- tion varie, les dérives des tensions de décalage sont de ordre du microvolt par volt Gain avec contre-réaction Les montages avec CR des amplifica- teurs opérationnels ant été indiqués pré- cédemment (voir fig. 5, 6, 7). Dans le cas général, le montage de la figure 7 devient celui de la figure 10. ‘Si 'AOP est d'excellente qualité, ce qui implique, entre autres, Zye et 1 (gain en boucle ouverte) trés grands, le gain en boucle fermée, c'est-a-dire avec cont réaction peut sécrire, approximative- ment Gain Transfert Compensation. « Slew-rate » Voici encore quelques données et opé- rations quill ne faut pas ignorer. Lorsque Is tension dlentrée varie, la tension de sortie de TAOP varie, La carac- téristique de transfert est la courbe don- nant e, en fonction de e,. Lorsque la tension d entrée est alterna tive et, dont la fréquence peut varier, on constatera que FAOP r‘amplifie pas d'une maniére uniforme a toutes los fréquences, Une courbe de réponse sera obtenue en appliquant 8 une des entrées, une tension fixe, de valeur modérée et fréquence variable. A partir d'une certaine fréquence fla tension de sortie e, commencera diminuer. La bande passante 8 sera égale Ia fréquence 2 laquelle le gain est deyeny 0,707 fois le gain maximum. Avec la CR, B peut augmenter, mais le gain diminuera, Si la CR ost sélective (Zp convenablement établi), la courbe de réponse pourra avoir une forme requise par lutlisateur. En évaluant le gain en décibels, Gay = 20 log G, 0 Ie log est en base 10 ot G, Ie gain, ‘exprimé sous forme de rapport e,/e,, on constatera que le gain, 8 partir dune cer~ taine fréquence, diminuera approximati~ vement de N db par octave, par exemple 6 dB par octave. Une octave est Finter- valla correspondant & un rapport 2, de deux fréquences, par exemple la tré- quence 20 kHz est Toctave de la fré~ quence 10 kHz Lintervalle dit décade, correspond a un rapport 10, Lorsque la décroissance du gain est trop élevée (plus de 12 dB par ‘octavel, la contre-réaction peut se trans- former en réaction (positive) a certaines fréquences en raison du déphasage pro- duit sur la tension de sortie, d’00 instabi- lité de ramplificateur opérationnel, (On aura alors recours & des compensa~ tions, effectuées a I'intérieur de certains AOP, ou a Fextérieur, par des points ter- minaux prévus pour cette opération, Indiquons encore le SLEW RATE qui N10 - nouvel sro - Page 149 est la vitesse doe variation de ey. la tension de sora de TAOP. Lorsque la tension entrée @ varie brusquement, celle de sortie 9 variera pendant une certaine durée, On évaluera le SLEW RATE en Vius. Se valeur so trouve dans les tableaux de caractéristiques des AOP. Indications générales sur le 741 Caracté istiques ‘Avec le 741, aucune compensation de fréquence n'est nécessaire et ce Cl est protégé contre les courts-circuits. Le 741 possdde deux points terminaux pour la compensation des décalages (oft- sell, Il consomme peu et son branche- ‘ment est pratique. Les caractéristiques d'emploi sont don- nées au tableau J, En consultant ce tableau, on retrouvera les diverses carac- téristiques mentionnées précédemment, avec Vindication de leurs valeurs et les conditions dans lesquelles elles ont été mosurées. ‘Ay tableau | nous joignons quelques ‘courbes concernant le gain en boucle ouverte, la réponse en fréquence, la dis sipation maximum de puissance et la reponse aux transitoires, A noter que 'on donne trois catégories de caractéristiques: « MIN » (minimum, 4 TYP (nominale), « MAX 9 (maximur. Un bon échantillon de Cl aura des ceractéristiques comprises entre les minima et les maxima et aussi proches ‘que possible des valaurs typiques. Fig. Fig. 11 ua end ete ies 5 Sorte ote ma US De OESSUS 12 TABLEAU | Caractéristiques électriques. Alimentation sauf mention différente 415 V, Ta= 25 |PARAMETRE CONDITIONS min [tye jwax [unrres| Tension offset oniréa —|R, < 10 KI2 10 |50 |mv Courant offset entrée 30 [200 | na [Courant polaris. ent 200/500 na [Résistance entrée 03 io mo. Gain de tension FR. > 2 kS2 Vou = 10 V}50 000] 200 00 Exc. de & (excursion Ri > 10 ko #12 [£14 v Exc, de e,lexcursion) | Ry > 2 k?2 +10 |+ 13 v Tension denirée #12 [+13 v Rejection mode commun|R, < 10 ke 70 |90 JB Rejection alimentation [Ry > 10 ki2 30 |1s0. fuv/v [Temps de montée 0.3 ys Dépassement 5.0 ‘a SLEW RATE Re > 2 ke los Was Poop 15067 10 rowel séio La compensation de Foffset (décalaged s‘offectuera selon le schéma de la figure 11, en disposant entre les points 1 et 5 du Ci, un potentiométre de 10 k2, avec le curseur au V —Cest-a-dire & la borne - alimentation. Le brochage du 741 est donné a la figure 12. Ilexiste plusieurs sortes de boitiers. Le plus courant est celui de forme cylindri- ‘que avec 8 fils, représonté en (A) Le boftier rectangulaire @ 8 broches représenté en(C! a le méme brochage que le bottier cylindrique. Dans les schémas qui seront donnés par la suite, les numé- ros des points terminaux seront coux de Weld, Lebottior(B! ast a 14 broches et ne sera adopté que sur mention expresse de notre part, Les trois boltiers sont vus de dessus. On branchera falimentation comme indiqué @ la figure 4B. Pour l'emploi du 741, nous reproduisons le branchement de lalimentation +; la figure 11 Voici 2 le figure 13, quatre courbes. En (Al gain de tension en boucle ouverte: en ordonnées, gain en décibels, fen abscieses, tension dalimentation depuis +2 V' jusqu’a + 18.V. Ne pas dépasser +t 15 V. Le gain augmente avec la tension de 90 dB 4 107 dB environ. En {B) réponse en montage en boucle ouverte. En ordonnéss, gain de tension en décibels et en abscisses la fréquence en hertz. Cette courbe montre que le gain décroit 8 partir de 10 Hz de 20 dB par décade. En (C) on donne la dissipation en mW (ordonnées), en fonction de la tempéra- ture ambiante on °C (abscisses). II sagit des dissipations 4 ne pas dépasser. On pourra dissiper jusqu’é 500 mW a dos températures ambiantes inférieures a 75°C. La consommation normale sera toutefois de 50 mW et on ne dépassera pas 85 mW. En(D) de la méme figure, la réponse aux transitoires. Pratiquement,.on applique & entrée Un signal rectangulaire & montéo rapide (théoriquement de durée nulle) et ‘on détermine la forme de la montée de la tension de sortie. Celle-ci est représentée pr la courbe. En ordonnée, Ia tension de sortie on mV et en abscisses, le temps en Le temps de montée, dit rise time en anglais, est celui compris entre 10% et 90% de la tension maximum de sortie. Dans le cas présent, le « rise time pest de 0348 environ. On peut aussi voir sur cette courbe le dépassement (overshoot en anglais); au tomps0,6 ys. Nest de 5 % environ par rapport a la tension maximum atteinte @ la sortie. Cotte courbe.a été éta~ blie avec une alimentation V.= + 15 Va la température de 25 °C, avee une charge caov en DS 0 ar Ri de 2k a la cortio et une capacité Ci = 100 pF on shunt sur Ry. ‘La mesure peut @ire effectuée avec le montage de fa figure 14. Montages fondamentaux utilisant le 741 Amplificateur a gain Son schéma est la figure 15. Au sujet de celle-ci on effectuera les remarques suivantes 1) Entrée du signal sur ENI donc pas diinversion. 2) Contre-réaction maximum par connexion entre la sortio at El 3) Gain o,/¢,=1 4) Possibilité de régler offset faculta- if Dans ce montage les caractéristiques sont: résistance d'entréo = 400 M& capacité d'entrée = 1 pF; résistance de sortio < 1:2; bande passante = 1 MHz, done caractéristiques excollontes mais Fig. 17 Amplificateur inverseur Son scheme est a la figure 16. Entrée fil 2}, La valeur de la résistance sur (On choisira Ry, Rx, Rs, @aprés te gain conformément au tableau ll ci- Remarquons que on a un gain égal a a/R; dans toutes les variantes propo: sées. = | pas de gain. Ca montage se nomme aussi. Amplifiesteur xt | [_] | Smplificateur suiveur (voltage follower) non inverseur avec gain z auiildonne @ fa sorte aur 1/9) la meme Comme le précédent, mais entrées per eo tension que celle d'entrée (sur 1 MQ). —mutées comme indiqué & la figure 17. La Ee Pouteorvi de tampon entre deux monte. valeur de Ra se caleule comme précédern- one fos et comme adapteteur Gimpédances, ment (mise en paralele de Ry et Fa. Q TABLEAU 1 [sce [Levsti0e Gain tension | Rr Ra bs Bande IR entrée eee 1 10 Ke tmz [10 ko : _ 10, 10 k@ 100 kHz 1kQ 300 tooo [eso0 [tone [1 ke Fig. 13 1000 yooke | 1002 | 1 kre 100 2 IW 10 -nouvalle série - Pago 151 Fig. 18 Ry et Re d'apras le gain TABLEAU II Gain Ry Ra Bande R antrée 10 1 ke Oke 100 kHz 400 M2 400 100 2 99 ko 10 kHz. 280 Ma 1000 100.2 99,9 k2 1 kHz 80 M2 a tt 2 Par exemple, si le gain est 10, Ry = 800 2. Dans les trois exemples, le gain est tr8s proche de R2/Ry. Intégratour simplo Son montage (voir fig. 18) est en amp.i- ficateur inverseur avec CR. sélective. Dune maniére générale la tension de sor- tie est égale & 1 agin feat ce qui donne la forme triangulaire de e, lorsque @ est rectangulaire. Exemple numérique 5 Vcréte 8 oréte ; 25Vcac: kHz, done On peut, en(1), faire précéier le second meinbre du signe ~ en raison de Finver- sion, Le calcul de 2 est facile c'apras la formule (1), dans Tintervallo de temps de 9.8/2. On ae, crete a eréte: eine pte eload=a a de adt Les valeurs numériques sont : Ry Cy = 0,001 8; 0,008 s BY. On trouve 0, (6. & ¢) Page 182-110 rowel se 25Vicacl. La fonction de Re est de stabiliser le cir. cuit intégrataur en limitant le gain aux TBF, ce qui réduit le déphasage. Le fré- quence au-dessus de laquelle le montage fonctionne comme intégrataur est : 1 bree Par exemple, s C1 = 0,1 Fon trou fing city = ret He Pour fa mileure ingarit,choisr égal 8 10 fs f, ou toute valeur supérieur, Avec |e montage proposé, erreur de lingorité est de 1% 8 1 kHz Cet intégratour donne des. signaux triangulaires partir de signaux rectangu- lsirss, Le cas contrare st réalsable avec tun montage differentiator. Celui-ci sera écrit dans la prochaine suite de cette sre consacrée au 741 Ra = 100 ke, F. JUSTER, RADIO-RELAIS TOUS LES RELAIS Ua BONUS PAT Nitty Tél. 344,.44.50 = NE LAISSEZ PAS AUX AUTRES om marché potenti que représente fo vente des KITS NE VENDEZ PAS NmMPORTE QUOI GHOISIR LE NOT “ {GH 077» navies nis ccmmscnenie La page du courrier Le service du Courrior des Lactours «Electronique Protique est ouvert & tous et est ontisre- ‘ment gratuit Les quastions d'«intérBt commun x front Fobjet dune réponse par lintermadaire do revue, I sera repandu aux autres questions par des répanses diractes at parsonnelies Gans 4es limites du temps qui nous es¢ impart ‘COLLABORATION DES LECTEURS “Tous los lecteurs ont Io possbiité da callaborer A « Electronique Pratique I suffit pour esla ‘de nous faire parvont la description technique et surtout pratique d'un montage personnel ou bien 149 nous commuricuer les résultats de amelioration que vous avez apportee a un montage déja Dublié par nae soins (lournt schema de principe et realisation pratique dessines au crayon a man Fevael Les articles publics soront retribues au tarit en viguour do la revue. PETITES ANNONCES 8 F la ligne de 3.4 lore, signes ou espaces, taxo comprise, Supplément ds 8 F pour domiciation «la Rew. ‘Toutes les annonces doivent parvenir avant le 5 de chaque mols fa Ste AUXILIATRE DE PUBLICITE (See EL Pratique), 43. rue de Dunkorquo, 76010 Paris. C.0.. Paris 3793-60. Priére de joindre le montant en chaque G.P. ou mandat poste, RECTIFICATIFS ANTIVOL POUR MOTO Page 9 Dans la liste des compo. sants de la page 96, il s'est alissé une coquille. I falait tantale, SONNERIE ECLAIRANTE Page 133, N° 9 Nouvelle Série Au niveau du tracé du circuit imprimé, une bande autocollante s'est décollée ‘au moment.de la photo- | 3, N° 9 Nouvelle Série lire pour Cio 100 iF /20 V et comme indiqué grevure. Nous publions en conséquence le nouveau tracé en réduction. Jue—Nov. PA Electronic Pratique — Nov. 78 A Electronique prat " \VDS cours EURELEG Radio BO DIN = 83. 64. JoaneMace, 78190 TRAPPES - fel. apres 18h 30 051556.08 VENDS STATION MOBILE 6.8. 40 ax. AU PLUS. OFFRANT 63} 72.28.74 el BREVETEZ VoUS.MEME Vos INVENTIONS, grace anolre guide ‘complet. Vos dees nouvelles pou Vent’ vous rapporter gros. mals Pourcelsitvaus faites Breveter Bamandez ia notice 78. = cor ment breveter vos. ievontions, Contre 2 timbres 4 ROPA BP 41 2101 CALAIS, non 100 nF SALARIE ECOLES OPERATEURS EGR. JOURN, QUI TRANS, BORDEAUX - RECH RADIO. Dépdr ldgal N° 443 ~ 6° crimest 1978 © TEbinvernens Prive dEnseignenion pr Correspondance ede Formation conte. prenez une assurance contre le chémage! ‘Comme les nliess éleves du monde emtier |) nous ant fait confiance depuis 193 Feesvous un BRILLANT AVENIR, en prépa- ‘ani ua metiee irs bien rémunéré offrant des DEBOUCHES de plus en plus nombreux Si vous disposer de quelques heures par semai- ne, si Yous désirez vrabment REUSSIR dans es domaines de LVELECTRONIQUE LA RADIO LA TELEVISION “Por recente notre cian aton or avo com iment suivee GRATUTTEMENT nas cours titre PUT la Formation Peunent, eve » lectricifé -ides cours par coriespondance adapts & vos besoins CODE POSTAL _ cs 8 Cioint ia somme de 20F : = \ Gen cheque bancaire. fen cheque postal Clenmandat-lettre