Vous êtes sur la page 1sur 24

MAINTENANT EN

BALADODIFFUSION
PARTOUT DANS
LE MONDE

Un rapport impressionnant sur notre contribution


à l’essor de l’économie canadienne Les Assises
de la francophonie économique
Automne 2008 • No13 • Gratuit

La communauté francophone de la région


de Pembroke prête à rebondir
FADER, des femmes en action Un nouveau bureau à Kingston
La petite histoire d’une grande réussite :
le Club 2000 Niagara et sa vision du développement régional
RÉDACTEUR EN CHEF Automne 2008 - N°13
CONCEPTION GRAPHIQUE RÉVISION
Roch Archambault Courriel Impressions inc.
communications@rdee-ont.ca Patricia Gaspar
ÉQUIPE DE RÉDACTION Site Web Annie Dell
Jean-Denis Barry www.rdee-ont.ca
Natalie Béland Ce produit est imprimé sur du papier
Francis Beaulieu Photo de la couverture ChorusArt, provenant des forêts
Lynn de Montigny © iStockphoto.com/iconogenic exploitées dans le respect de standards
Jacques Kenny éditée par Roch Archambault environnementaux élevés. Sa production
Sylvie Lafrance a lieu sur la base de critères de gestion
Marie-Eve LaRocque © Réseau de développement environnementale certifiés
Karl Lussier économique et d’employabilité conformément aux normes
Alain Royer de l’Ontario (RDÉE Ontario) 2008 internationales.
Abraham K. Tounkara
Vox RDÉE est publié par le Réseau de La réalisation de ce présent bulletin est
IMPRESSION développement économique et rendue possible grâce à l’appui financier
Impressions inc. d’employabilité de l’Ontario, du gouvernement du Canada.
au tirage de 1 500 exemplaires.

Ad_Impress08.pdf 5/21/08 11:30:03 AM


Mot du président 4 Les Assises

E
de la francophonie économique

n septembre 2008, j’ai été élu président


du conseil d’administration. Je tiens à
remercier les administrateurs pour leur
confiance et je les assure que je ferai tout ce qui
est en mon pouvoir pour dignement succéder à
Ernest Vaillancourt.
Le conseil d’administration s’est
avantageusement renforcé grâce à l’addition 6 Notre réseau contribue activement
à l’essor de l’économie canadienne
de trois nouveaux postes d’administrateur, un
par région, ce qui nous assure une plus grande
représentativité de la diversité de l’Ontario. Je
suis certain qu’ensemble, nous ferons un travail formidable.
7 Le Vox RDÉE, maintenant en
baladodiffusion partout dans le monde
En tant que président, j’espère pouvoir apporter mon expertise acquise
tout au long de mon implication à divers niveaux au sein de la communauté. Le
projet communautaire de Place Concorde à Windsor, appuyé activement par le
8 La Foire des opportunités régionales
Un projet structurant pour l’Ontario
RDÉE Ontario, reflète l’importance de maintenir nos acquis tout en répondant de la région du Centre-Sud-Ouest
aux besoins multiples et variés de la communauté.
C’est avec une certaine fierté que j’inaugure la treizième publication du 9 Muséoparc Vanier Museopark
Vox RDÉE. Comme vous le constaterez tout au long des pages, les projets menés
par les agents de développement du RDÉE Ontario ne cessent de se multiplier,
répondant ainsi à un besoin toujours plus pressant et concerté de la communauté
10 La petite histoire d’une grande réussite :
le Club 2000 Niagara et sa vision du
francophone. développement régional
Le RDÉE Ontario essaie de continuellement maximiser ses ressources,
notamment avec l’ouverture du bureau de Kingston qui permettra de desservir
plus adéquatement la région, ainsi que par l’inclusion des nouvelles technologies
14 Le Domaine du Cervin
de la terre à la table!
comme outils de travail. Le présent Vox RDÉE est complété par une série
d’entrevues audio, qui sont téléchargeables directement sur le site Web du RDÉE
Ontario et donc disponibles à un plus large public. 15 Santé : un dossier chaud pour la
communauté
Je siège au conseil d’administration du RDÉE Ontario depuis bientôt
quatre ans et tout au long de ces années, je n’ai pu que constater le rôle La Table de concertation du Comté de
grandissant du RDÉE Ontario comme leader du développement économique et Simcoe
d’employabilité. Le rapport d’analyse récemment établi par Ronald Bisson et
Associé.e.s Inc sur les activités de l’ensemble des RDÉE au Canada ainsi que la
reconnaissance de l’apport du RDÉE Ontario par le gouvernement (notamment 16 La communauté francophone de la région
de Pembroke prête à rebondir
dans le rapport de Bernard Lord sur les consultations gouvernementales sur la
dualité linguistique et les langues officielles) confirme l’importance de notre
réseau au sein de la francophonie ontarienne et canadienne. 17 Le DÉC une solution
de développement durable
Avec les nouveaux objectifs fixés par les axes 1 et 2 de la planification
stratégique quinquennale (l’appui aux entreprises en démarrage et existantes, Le RDÉE Ontario ouvre un nouveau
ainsi que l’appui aux industries et aux secteurs économiques), mon rôle en tant bureau à Kingston
que président du RDÉE Ontario sera des plus passionnants. Le RDÉE Ontario est
prêt à offrir son expertise et ses services aux entreprises privées, ce qui offrira de
nouvelles dynamiques à l’employabilité francophone partout dans la province. Il 18 FADER, des femmes en action
Femmes d’affaires et le développement
m’a été donné l’occasion d’assister, en tant que président du RDÉE Ontario, aux économique rural
Assises du Forum francophone des Affaires le 17 octobre dernier à Montréal. Ce
rassemblement de gens d’affaires et de chefs d’entreprises de plus de 100 pays
francophones avait comme mandat la consolidation des relations économiques et 19 Le succès avant la quarantaine
commerciales entre les pays francophones, l’Ontario et le reste du Canada. Cette
initiative n’est que la première d’une longue série, qui contribuera à renforcer le
rôle et la visibilité du RDÉE Ontario, tant sur la scène nationale qu’internationale.
20 Grand Ciel Bleu,
la Librairie du Nouvel-Ontario
La prochaine année est pleine de promesses et de défis à relever. Je suis heureux
de pouvoir y contribuer. 21 Une cure de rajeunissement pour le
centre-ville de Casselman
Je vous souhaite une excellente lecture. Un Forum des bailleurs de fonds à Alfred
Jacques Kenny
Président du RDÉE Ontario
Automne 2008 Vox RDÉE 3
Les Assises
de la francophonie économique
Des personnalités internationales se sont rencontrées pour traiter de
l’information économique en français et de ses défis à relever

Dans le cadre du XIIe Sommet de la Francophonie

Photos par Roch Archambault (RDÉE Ontario)


(www.ffa-int.org), sous le haut patronage de Son Excellence Mon-
sieur Abdou Diouf, Secrétaire général de l’Organisation inter-
nationale de la Francophonie, ont eu lieu le 17 octobre dernier, à
Montréal, les Assises de la francophonie économique organisées
par le Forum francophone des Affaires – représenté au Canada par
le RDÉE Canada sous le thème « l’information économique en
français ».
Le Forum francophone des Affaires, seule organisa-
tion économique reconnue par le Sommet des chefs d’État et de
gouvernement de la Francophonie, le RDÉE Canada ainsi que
l’Union internationale de la presse francophone (UPF) ont réuni à
la Banque Nationale du Canada plusieurs centaines de chefs d’en-
treprises et de journalistes du Canada et de l’ensemble du monde
francophone. Ils ont traité du français comme langue de travail, de
Photo : Florence Brillouin (directrice générale, la place du français dans les notations et normes mondiales et de la
Chambre de Commerce France-Canada), Roger gouvernance des entreprises francophones. Une session a également
Lavoie (directeur général, RDÉE Canada), Gilles été consacrée aux investissements et exportations, moteurs du déve-
Croze (président, RDÉE Canada), Stève Gentili loppement de l’espace économique francophone.
(président international du FFA), Jean-Luc Des personnalités internationales ont participé à cette
Alimondo (vice-président Europe, Moyen-Orient importante réunion économique sur l’information économique en
et Afrique, Banque Nationale du Canada), Nicole français comme outil au service des entreprises à vocation interna-
Sauvé (directrice générale, RDÉE Ontario), Richard tionale.
Aubry (directeur des affaires intergouvernementales À l’automne prochain, le Forum francophone des Affaires,
et internationales, RDÉE Canada), Georges Gros associé à son représentant au Canada, le RDÉE Canada, ainsi que
(secrétaire général de l’Union des Journalistes de la leurs partenaires, décerneront à Ottawa le Prix de la francophonie
Presse Francophone). économique qui récompensera les performances d’entreprises fran-
cophones. De nombreux dirigeants économiques et politiques de
premier plan ainsi que des chefs d’entreprises y seront présents.

4 Vox RDÉE Automne 2008


1 2 3

4 5 6

7 8 9

1. Jean-Marc Lalonde, adjoint parlementaire du ministre du Développement économique et du Commerce.


2. François Grimaldi, notaire, conseiller du Conseil Supérieur du Notariat pour l’Afrique subsaharienne.
3. Jacques Daoust, président et chef de la direction, Investissement Québec.
4. René Leduc, représentant SE.M Abdou Diouf, Secrétaire général de l’Organisation internationale de la Francophonie.
5. Laureline Triby, Agence française de développement.
6. Jaona Ravaloson, ancien ambassadeur (Madagascar), expert financier international, FFA.
7. Xavier North, délégué général à la langue française (France).
8. Michel Matifat, Scotia Mac Leod Gestion de fortune (Vancouver).
9. Florence Brillouin, directrice générale de la Chambre de Commerce France-Canada.

Automne 2008 Vox RDÉE 5


Notre réseau contribue activement
à l’essor de l’économie canadienne

L
e réseau des RDÉE au Canada existe depuis plus de 10 ans les RDÉE ont été impliqués dans la création de 3007 emplois. Ici,
pour le soutien aux communautés francophones en situation on parle « d’emplois qui n’auraient pas été créés autrement, ou qui
minoritaire. Il est présent dans toutes les provinces et tous ne l’auraient pas été en français ».
les territoires au pays, sauf au Québec. Nous savions que le réseau Enfin, « le rayonnement des RDÉE pour l’année 2006-
avait fait plusieurs réalisations fructueuses. Une étude produite par 2007 a atteint l’ordre de 99 512 personnes-activités. Ce chif-
Ronald Bisson et Associé.e.s vient nous le confirmer. fre représente des contacts directs avec des individus et des
Il est important de mentionner que le réseau est financé groupes : séances d’information en personne, séances de
par plusieurs instances gouvernementales, dont Diversification de formation, appui dans l’élaboration de projets et de plans
l’économie de l’Ouest du Canada, l’Agence de promotion écono- d’affaires, participation à des études et recherches, participation à
mique du Canada atlantique et par Ressources humaines et Dé- la mise en œuvre des projets, etc. »
veloppement social Canada (Service Canada). Le RDÉE Ontario Du côté de l’aide fournie, l’étude mentionne que les par-
reçoit des fonds de ce dernier et de quelques programmes gouver- tenaires communautaires non commerciaux apprécient les services
nementaux provinciaux et nationaux. rendus par les RDÉE. Ces derniers ont contribué au renforcement
des capacités communautaires. Du côté des entrepreneurs, ils ap-
Les constats précient les services car « l’appui des RDÉE a contribué à un ef-
fet de croissance : le chiffre d’affaires de l’entreprise a augmenté
L’un des constats importants est la connaissance du ré- en raison de l’appui du RDÉE. D’autre part l’appui des RDÉE a
seau face aux besoins des communautés. Les RDÉE savent com- contribué à un effet d’accélération : l’entreprise a vu le jour ou
ment effectuer des recherches. Ils connaissent leur communauté a grandi plus rapidement qu’elle ne l’aurait fait sans l’aide des
et y sont bien implantés. Ils ont créé des liens, des partenariats RDÉE ».
importants pour la réalisation de projets qui contribuent à l’éco- L’étude parle aussi des effets leviers qu’il ne faut certai-
nomie de leur région. Tantôt le RDÉE est partenaire, tantôt il est nement pas oublier. Une autre étude menée par les entreprises Al-
accompagnateur et même motivateur-catalyseur. cide Gour y est mentionnée, sur les effets multiplicateurs des fonds
Ce qui ressort le plus des constats ce sont certainement investis par le RDÉE Ontario dans une centaine de projets durant
les chiffres. Il est mentionné que les RDÉE réalisent 600 extrants l’année financière 2003-2004. L’effet levier est impressionnant.
(produits et services) annuellement. De plus, les RDÉE ont réalisé Pour un appui financier d’environ 1,9 million de dollars dans ses
688 plans d’affaires, stratégiques ou communautaires dans la seule projets, le RDÉE Ontario avait mobilisé une valeur économique
année financière de 2006-2007. totale de 85,5 millions de dollars.

La méthode RDÉE Constatations

L’étude mentionne pour une première fois une méthode Suite à l’étude réalisée par le consultant, le RDÉE Ca-
qui se dégage de la façon de travailler du réseau. On y parle d’une nada a publié un sommaire de ce rapport intitulé « RDÉE Canada
« méthode RDÉE » qui se caractérise par six composantes : contribue activement à l’essor de l’économie canadienne ». Ce do-
cument est disponible sur le site Web de l’organisme. Trois consta-
• L’articulation des besoins exprimés par les communautés tations ont été soulignées par le RDÉE Canada :
à la base
• Un processus d’analyse rigoureuse de la situation locale • Chaque employé permanent des RDÉE génère, en moyenne 24,25
• Une planification communautaire emplois indirects qui n’auraient pas été créés sans leur implication.
• Une gouvernance Il est à noter que les RDÉE comptent quelque 130 employés, dont
• Un système d’évaluation 100 agents de développement.
• La recherche d’un financement adéquat
• Chaque employé permanent des RDÉE travaille, en moyenne,
Impact avec 45,22 bénévoles impliqués dans les projets.

L’étude a permis de voir que les projets issus des inter- • Chaque RDÉE travaille, en moyenne, avec 104,2 partenaires.
ventions des RDÉE génèrent un impact économique direct beau-
coup plus élevé que l’investissement initial. Avec tout ces chiffres, nous avons maintenant la certi-
Un autre chiffre impressionnant qui ressort de l’étude est tude, plus que jamais, que le réseau des RDÉE est un outil in-
le nombre de bénévoles. Pour la seule année 2006-2007, l’ensem- dispensable pour l’économie canadienne. Je vous invite à lire
ble des RDÉE a travaillé avec 5607 bénévoles qui ont été impli- plus attentivement la version intégrale du rapport sur le site
qués dans des projets. Web du RDÉE Canada intitulé : « Rapport d’évaluation
Durant la même année, du côté de la création d’emploi, sommative 2002-2003 à 2006-2007, 31 mars 2008 ».

6 Vox RDÉE Automne 2008


En baladodiffusion partout dans le monde
par Roch Archambault
En 2001, le projet Gazel.ca du RDÉE Canada m’avait permis de créer des
Conseil d’administration
capsules audio et vidéo et de les diffuser sur le Web. Les capsules présentaient des
entrevues avec des entrepreneurs du Nunavut. Elles avaient dévoilé aux gens une Région du Centre-Sud-Ouest
nouvelle facette de ce territoire, peu connue des Canadiens, et de leur faire découvrir Jacques Kenny (Windsor), président
que même dans le Grand Nord canadien, des entreprises francophones étaient Ernest Vaillancourt (Comté de Simcoe),
établies. président sortant
Avec l’avènement des fils RSS et la prolifération des baladodiffusions Christiane Beaupré (Brampton)
(podcasts) sur le Web, il était temps de reproduire le concept. Pour ceux et celles qui Gisèle Pham (Mississauga)
ne connaissez pas ces nouveaux outils du Web, ce n’est pas seulement simple, mais
aussi très pratique! Région de l’Est
En créant un fichier audio ou vidéo et en l’hébergeant sur un serveur, des Denis Laframboise (Ottawa), vice-président
diffuseurs s’occupent de l’envoient automatiquement dans le lecteur de balados d’un Denis Thibault (Cornwall)
utilisateur du Web. Le plus populaire des lecteurss ou agrégateurs est certainement Marc Bissonnette (Kingston)
iTunes de Apple. Finalement, c’est comme Luc Bessette (Limoges)
si l’on s’abonnait à la dernière édition
d’une émission d’une station de radio. Ceci Région du Nord
nous permet de l’écouter plus tard sur notre Claude Mayer (Noëlville), secrétaire-
ordinateur ou notre lecteur, tel qu’un iPod. trésorier
On est libre de télécharger un fichier ou de Denis Bérubé (Kapuskasing)
simplement s’abonner, ce qui est très fiable et Aurèle Tellier (Val Caron)
plus pratique pour recevoir la dernière édition Daniel Sigouin (Hearst)
et choisir d’écouter à un moment opportun.
Depuis septembre, le bulletin Vox Les unités entrepreneuriales des
RDÉE est équipé de son complément audio. collèges francophones de l’Ontario
Le concept de ce complément est toujours de Sylvie Beauvais (La Cité collégiale, Ottawa)
présenter les projets appuyés par le RDÉE
Ontario et aussi de mentionner les nombreux Jeune dirigeant
partenaires et organismes avec lesquels nous André Brisebois (Ottawa)
avons travaillé ces dernières années. Enfin,
de parler des entrepreneurs francophones et Conseil de la coopération de
de diverses industries en Ontario. l’Ontario
André-Anne Lefebvre Christine Beaudoin (Ottawa)
La première baladodiffusion a
présenté une entrevue avec André Brisebois, directeur général de l’organisme Sketch
Orléans. L’organisme a reçu l’appui du RDÉE Ontario. La deuxième baladodiffusion Association française des
était une entrevue avec Richard Lebel, directeur général de La Nouvelle Scène. municipalités de l’Ontario
Ce lieu de théâtre est aussi une place de rassemblement pour beaucoup de franco- Jean-Yves Lalonde (Curran)
ontariens. Il est un employeur important en Ontario.
Notre prochaine diffusion se fera en vidéo. Nous prévoyons alterner du vidéo RDÉE Canada
à l’audio pour laisser le choix à l’auditeur. Le tout nouveau format vidéo sera animé Simon Proulx (région de l’Est)
par André-Anne Lefebvre et je continuerai celui audio. Il est à souligner qu’André- Collin Bourgeois (région du Nord)
Anne est adjointe aux communications pour le RDÉE Canada, mais aussi animatrice Pascale Harster (région du Centre-Sud-
à la télévision Rogers d’Ottawa. Ouest)
Le site Web du RDÉE Ontario, ainsi que son bulletin imprimé Vox RDÉE
et en format Web continueront d’exister. Les capsules audio et vidéo viendront donc
les compléter. L’ensemble sera une façon innovatrice de diffuser l’information et
aussi une manière de présenter aux gens, un peu partout dans le monde, le paysage
dynamique de la francophonie ontarienne.

Sur le Web au www.rdee-ont.ca et sur iTunes.


Automne 2008 Vox RDÉE 7
La Foire des opportunités régionales
Un projet structurant pour l’Ontario de la région du Centre-Sud-Ouest

par Karl Lussier, À l’automne 2006, un groupe de par- clientèles immigrantes, ont fait le point sur l’ex-
Coopérative de travail Niska tenaires de la francophonie du Centre-Sud- périence des deux dernières années. Il est certain
de Sherbrooke Ouest se rassemble autour d’un projet nova- que vu la nature exploratoire de l’initiative, plu-
teur, la Foire des opportunités régionales, qui sieurs leçons importantes sont à retenir. Néan-
constitue un catalyseur potentiel important moins, le bilan est très positif car les résultats
pour le développement du Centre-Sud-Ouest atteints sont convaincants. Voici donc quelques-
de l’Ontario. Motivées par la mise en valeur uns des résultats que ce projet aura générés au
des régions du CSO-hors métropole, comme sein des communautés francophones du Centre-
milieux de vie agréables pour l’établissement Sud-Ouest de l’Ontario :
des torontois, notamment les immigrants,
ces personnes organisent, en mars 2008, un • Création de nouveaux partenariats locaux
événement promotionnel à Toronto. Sous l’ini- entre organismes francophones et création de
tiative de la Corporation néo-canadienne de liens de collaboration entre orga-
développement et de leadership communau- nismes francophones et collectivi-
taire (COCDEL), appuyée par le RDÉE Onta- tés locales. Ces nouvelles dynamiques
rio, la Foire est en réalité le fer de lance d’une locales permettent la mobilisation de ressources
stratégie plus vaste. Le but de cette dernière et la création d’un leadership venant renforcer la
est de renforcer les capacités de développe- capacité d’accueil, d’établissement et d’intégra-
ment des communautés et de créer de nouveaux tion des immigrants;
partenariats permettant de revitaliser ces milieux • Création d’un environnement collaboratif
et d’offrir une alternative de vie et de travail in- entre organismes régionaux et urbains permettant
téressante aux immigrants installés dans la mé- l’échange d’information et d’expertise dans le
tropole. processus de régionalisation de l’immigration;
Financé par le Secrétariat rural du Ca- • Capacité nouvelle chez les partenaires
nada (SRC) de ses débuts à septembre 2008, le régionaux à porter un regard différent sur leur
projet a par la suite été appuyé par Citoyenneté et milieu, ce qui facilite la reconnaissance et l’iden-
Immigration Canada (CIC), dans le cadre de son tification des besoins en termes de structures et de
Programme d’Accueil et d’Établissement des potentiel d’accueil des immigrants en régions;
Immigrants. CIC constitue aujourd’hui le prin- • Le développement et l’implantation de
cipal partenaire financier du projet, et ce, jusqu’à nouveaux services aux immigrants francophones
mars 2009. en région de même que de nouveaux outils de
Forts des travaux de préparation, de promotion et d’accueil pour clientèles immigran-
mobilisation de partenaires locaux et des outils tes;
de promotion développés pour la Foire, les cinq • Une reconnaissance, par les collectivités
organismes francophones provenant des régions locales, du leadership des communautés franco-
de Durham (le Conseil des organismes franco- phones dans les régions pour l’attraction, l’ac-
phones de la région de Durham, COFRD), de cueil et l’établissement des immigrants.
London (ACFO London-Sarnia), de Niagara
(Club 2000 Niagara), de Simcoe (La Clé d’la Devant ces résultats structurants pour le
Baie) et de Windsor (Place Concorde) ont ac- développement des communautés, tous les par-
cueilli, avec l’aide de leurs partenaires locaux, tenaires ont évidemment manifesté leur intérêt à
plus de 50 candidats à la relocalisation, et ce, poursuivre les échanges et à développer un véri-
durant l’été 2008. Ces derniers ont pu connaî- table modèle de collaboration pour la régionali-
tre un peu mieux les régions et se familiariser sation de l’immigration francophone.
avec l’offre de services francophones dans les Tout porte à croire que la Foire des op-
communautés. À lire les évaluations de ces portunités régionales en Ontario est vouée à un
« Journées découvertes », l’initiative répondait à avenir prometteur! Pour plus de renseignements,
un besoin et un intérêt certain des participants. veuillez communiquer avec Eddy Lukuna, coor-
Par ailleurs, le 29 septembre der- donnateur du projet au cocdel_toronto@yahoo.
nier, COCDEL, le RDÉE Ontario, les organi- ca ou au 416 276-2424.
sations partenaires des cinq régions ainsi que
des organismes torontois œuvrant auprès de

8 Vox RDÉE Automne 2008


Muséoparc Vanier Museopark
Par Francis Beaulieu
Directeur général du Muséoparc
Vanier Museopark

Après plusieurs années de du XVIIe siècle jusqu’à aujourd’hui. Le d’art : la Collection PubliArt dont nous
réflexion et de développement, nous voici Muséoparc étant le seul musée à Ottawa avons la garde et la partie de la Collection
avec un musée qui se veut le reflet de dont la langue de fonctionnement est de la Banque d’œuvres d’art d’Ottawa qui
toute une collectivité qui, depuis des officiellement le français, le second constituait la collection de l’ancienne Ville
générations, contribue à l’essor de notre volet est consacré à l’évolution des de Vanier. Nous possédons également une
ancienne ville maintenant devenue le communautés francophones d’Ottawa. Le collection d’une trentaine de costumes
Quartier « Vanier » d’Ottawa. Un muséoparc troisième volet du musée est quant à lui reproduits à partir de planches de dessins,
doit son nom et se démarque du fait qu’il est consacré à l’interprétation du parc Richelieu de tableaux et de photographies relatant
implanté dans un espace naturel aménagé dans lequel il se trouve (d’où le nom la vie de nos ancêtres français qui sont
et que ses activités de mise en valeur du « Muséoparc »), à la préservation et à la arrivés sur notre territoire à partir de 1836.
patrimoine se déploient tant à l’intérieur promotion de la forêt urbaine. Une série de montages photographiques
qu’à l’extérieur de l’édifice. Le Muséoparc est un musée présente les « doyens, maires et
En 2005, nous nous sommes communautaire. Il a été créé parce que la notables » des anciennes villes d’Eastview
attaqués à cette immense tâche de collectivité du Quartier Vanier à Ottawa est et de Vanier.
développer un plan stratégique quinquennal. soucieuse de préserver son patrimoine et de Mais ces collections ne sauraient
C’est grâce à l’appui technique et financier le transmettre aux générations futures. Nous suffire à raconter l’histoire de notre
de la Ville d’Ottawa et du RDÉE Ontario comptons sur la population, les partenaires et quartier et de la communauté francophone
que nous avons pu obtenir le financement les bailleurs de fonds afin qu’ils continuent d’Ottawa. Et nous disposons de très peu
nécessaire à la réalisation de ce grand d’appuyer le développement de notre d’éléments nous permettant d’interpréter
projet. Durant cette même année, devant collectivité franco-ontarienne d’Ottawa. l’histoire du parc Richelieu-Vanier qui
plus de 150 personnes, le Muséoparc Vanier La mise en œuvre du Muséoparc constitue fut jadis le « domaine des Pères Blancs
Museopark dévoilait son identité visuelle la réalisation d’un rêve partagé de cette missionnaires d’Afrique ». Nous comptons
et, par le fait même, le nom sous lequel il collectivité. Il contribue à stimuler son donc sur la collectivité pour nous aider
fonctionnera depuis ses nouveaux locaux. sentiment d’appartenance et de fierté tout en à préserver, raconter et transmettre cette
Après des investissements de près de sensibilisant la population à l’importance de histoire aux générations futures.
400 000 $ le Muséoparc était officiellement connaître ses histoires, à la richesse de son En plus de compter sur un apport
créé. Il dispose maintenant d’une salle patrimoine et à l’importance et à la nécessité financier approprié et permanent, nous
d’exposition à géométrie variable d’une de la forêt urbaine. comptons sur une quarantaine de bénévoles
superficie de 3 600 pieds carrés au deuxième En situation linguistique qui s’impliquent depuis le début, d’une
étage du Centre Richelieu Vanier (ancien minoritaire, le Muséoparc est le seul façon ou d’une autre, au développement
hôtel de ville de Vanier) située au 300, musée hors Québec voué à l’histoire durable du Muséoparc Vanier. Qu’il
avenue des Pères Blancs, dans un parc de et au patrimoine de la Francophonie s’agisse des membres du conseil
17,5 acres comportant une érablière et une canadienne. Bien que la langue officielle d’administration, du comité de recherche,
cabane à sucre, le tout en plein centre-ville de travail soit le français, les services à de l’équipe du bingo et d’autres bénévoles
d’Ottawa. l’auditoire sont offerts dans les deux langues occasionnels, toutes et tous contribuent à
Le Muséoparc, avec ses trois officielles, de sorte que francophones et faire du Muséoparc un espace de plus en
volets qui touchent l’histoire de Vanier, francophiles puissent ensemble partager et plus vivant et vibrant.
de la francophonie d’Ottawa et celle du reconnaître l’apport du Canada français à la Aujourd’hui, l’équipe compte
Parc Richelieu, s’est rapidement taillé une construction de notre pays. Le Muséoparc quatre employés permanents à temps
place de choix au sein de la communauté existe par et pour la collectivité du Quartier complet et deux employés à temps partiel.
francophone et francophile. Au-delà de Rideau Vanier, certes, mais aussi pour Le Muséoparc s’appuie sur un bassin d’une
l’immeuble, le Muséoparc est un ensemble l’ensemble des résidantes et résidants centaine de bénévoles et offre des stages
d’éléments qui, combinés, donnent lieu d’Ottawa et le nombre toujours croissant dans le cadre de programmes en partenariat
à un phénomène unique en Amérique du de visiteurs qui découvrent les splendeurs avec La Cité collégiale et Katimavik. Une
Nord. La salle d’exposition est intégrée au de notre ville et de notre quartier chaque demi-douzaine de consultants et pigistes
Centre communautaire Richelieu Vanier. année. vient renforcer le groupe au besoin.
Le site comporte également la succursale Contrairement aux autres musées Ce musée que nous avons
Vanier de la Bibliothèque d’Ottawa ainsi qui démarrent à partir d’une collection créé de toutes pièces est l’œuvre d’un
que des terrains sportifs. Le tout se trouve importante, d’un immeuble ou d’un site nombre incalculable de personnes clefs,
en plein centre-ville de la Capitale nationale historique, le Muséoparc est parti d’un dont l’apport est remarquable. Nous les
du Canada, à dix minutes du Parlement rêve qui est devenu une idée, un projet et, remercions. Consultez www.museoparc.ca
canadien. maintenant, une réalité. Notre musée dépend pour de plus amples renseignements, mais
Le Muséoparc consacre un volet essentiellement de la recherche et de ses surtout, n’hésitez pas à faire du Muséoparc
de sa programmation à la sauvegarde, à la appuis pour l’élaboration des expositions. Vanier Museopark une destination
promotion et à la mise en valeur de l’histoire La réserve du Muséoparc Vanier d’intérêt lors de votre visite à la Capitale
et du patrimoine de Vanier, depuis le début comporte deux collections d’œuvres Nationale.

Automne 2008 Vox RDÉE 9


La petite histoire d’une grande réussite :
le Club 2000 Niagara et sa vision du développement régional Par Jean-Denis Barry

Du 3 au 5 octobre avait lieu, dans économique pour la région du grand point l’économie touristique de la région
la ville de Welland, un événement Niagara faisant appel à des projets intégrés, faisait très souvent fi du potentiel offert
marquant pour la francophonie ou à tout le moins complémentaires, de mise par sa composante rurale. Par la même
du Niagara. La contribution du à profit des capacités rurales de la région. occasion, elles ont permis d’identifier
Club 2000 Niagara au Niagara Dès le départ, l’orientation avait été celle des pistes de solutions. Une conclusion
Food Festival revêtait en effet d’un effort concerté de la communauté du Club 2000 Niagara, après un examen
une signification particulière cette francophone en collaboration avec tous les de nombreuses sources d’analyses
année. Elle confirmait comment organismes de la région, indépendamment statistiques2 : l’importance d’appuyer
incontournable est devenue la de leur identité linguistique. activement ou de faciliter des activités
participation de cet organisme et touristiques novatrices permettant de
de la francophonie qu’elle sert et Une agriculture en perte de générer des revenus auprès de marchés
représente dans la vie économique vitesse actuellement sous-exploités. D’ailleurs,
de la région. une recherche faite dans la région, avec
Les deux axes problématiques l’appui du RDÉE Ontario, auprès du
Un brin d’histoire identifiés comme prioritaires furent marché des voyagistes québécois,
l’agriculture et le tourisme. La région démontrait l’existence, là aussi, de marchés
Pourquoi une telle importance? perd des fermes, année après année. Cette sous sollicités et une demande éventuelle
Pour saisir le sens de cette contribution diminution se fait surtout au détriment des pour des produits « francophones » ruraux.
au développement de la région en entier petits exploitants qui se retrouvent avec des Côté offre, on connaît l’attrait
comme à celui de sa communauté problèmes de trésorerie qui, eux, ne vont pas qu’exercent les entreprises viticoles et leur
francophone, il faut remonter dans le temps. en s’amenuisant. Aussi parce que ce secteur positionnement dans l’identité régionale.
Il faut suivre depuis son début le travail de continuait (et continue encore) de connaître On connaît aussi l’attrait du parc national
réflexion et la construction d’un idéal de des pénuries de main-d’œuvre technique et du Niagara : un produit qui, bien que situé
développement communautaire au bénéfice intermédiaire et des lacunes en matière de à la périphérie de l’espace économique
de la communauté francophone et de sa formation. rural, hésite entre son caractère urbain
région. Un besoin pressant ressortait : celui et certains de ses attributs ruraux. Un
Il faut remonter jusqu’à la fin de de moyens pour diversifier ou autrement produit qui alterne entre la dominance
2002. Ce fut l’année où le Secrétariat rural valoriser les produits issus de l’agriculture du « magasinage », le bain de foule et un
annonçait son parrainage de l’Initiative et, par conséquent, ceux des entreprises bref aperçu de la culture en serre ou un
de planification communautaire pour les rurales qui se greffent d’une façon ou d’une avant-goût de la jouissance bachique avec
groupes de langue minoritaire des régions autre au secteur agricole. Le secteur de vignoble en toile de fond.
rurales agricoles. Ce programme relevait l’artisanat rattaché au terroir et à l’identité La stratégie de développement
d’un effort conjoint d’Agriculture et régionale ressortait comme pouvant à privilégier devenait donc l’intégration
Agroalimentaire Canada et Patrimoine contribuer à la solution. réfléchie de l’activité agricole et du
canadien. L’objectif visé : aider les De nombreuses constatations tourisme : l’agrotourisme (avec composante
collectivités de langue minoritaire se dégageaient du témoignage de ces écotourisme dans une étape subséquente)
des régions rurales agricoles à créer entreprises et de leurs associations et ses dérivés issus de la transformation
un consensus sur les possibilités de commerciales et professionnelles. Parmi de produits du terroir par des entreprises
développement qui mettent à profit les elles, on notait la lourdeur des travaux rurales. Pour y arriver, il fallait donc, plus
atouts de la collectivité et qui misent sur de la terre et des exploitations connexes qu’une consultation de la communauté
l’équilibre entre les objectifs économiques, (cultures, récoltes, traitement du produit francophone ou même de la collectivité en
sociaux et environnementaux. brut, obligations administratives, gestion entier, envisager une vraie concertation des
Les RDÉE partout au Canada financière, etc.). En sus des difficultés intervenants et leur mobilisation dans la
devenaient les mandataires, responsables de financières souvent invalidantes, de telles mise en œuvre à court et moyen terme de
la mise en œuvre de ce qui serait dorénavant charges de travail rendaient difficiles les solutions concrètes, pertinentes, efficaces,
connu sous le nom de Projets Vision. investissements de temps et d’énergie et rentables.
Dans le Centre-Sud-Ouest nécessaires pour réussir une valorisation de
ontarien, le Niagara fut une des six régions produit ou une expansion des activités de Des solutions novatrices,
à composante rurale à étudier de près sa l’entreprise agricole. intégrées à une économie rurale
communauté, en 2003, afin d’identifier
ses besoins prioritaires et y apporter des Un potentiel touristique sous- Dès le départ, un défi s’imposait :
réponses.1 Cette consultation a permis exploité assurer que ces solutions soient bel et bien
de dresser un inventaire des principales intégrées dans le cadre d’une économie
ressources et des potentiels d’exploitation Dans un autre ordre d’idées, ces rurale. Il fallait repenser le tourisme en
touristique, puis un plan de développement consultations ont permis d’observer à quel fonction d’un caractère rural.
10 Vox RDÉE Automne 2008
Une réflexion s’imposait sur
un phénomène répandu : les activités
touristiques en régions excentriques ou
éloignées se définissent le plus souvent
en fonction des mêmes paramètres
que le tourisme urbain (normes
d’hébergement, contexte sinon nature
des activités, environnement économique
et infrastructures financières, nature et
densité des infrastructures commerciales,
adaptation voire subjugation de
l’environnement social et culturel local aux
valeurs urbaines, etc.).
Comment faire? Les conclusions
issues des consultations, validées
par la communauté et portées par un
groupe d’action représentatif de cette
communauté3, se résumaient à la mise
en œuvre de quatre outils de facilitation
économique :
Lucie Huot du Club 2000 Niagara et Annie Dell du RDÉE Ontario goûtent la
• Un centre de ressources en agrotourisme tarte tatin préparée par une élève du programme de cuisine de l’École secondaire
et activités économiques reliées; Confédération de Welland.
• L’accès à de l’aide pour la création,
l’offre et la gestion de produits 2004, que malgré le fait qu’il existe déjà d’entreprises, dans le cadre d’un réseau
« agrotouristiques » et de produits des fermes avec de l’agrotourisme, et qu’il d’incubateurs d’entreprises à l’échelle du
régionaux identitaires, dont des services existe plusieurs associations agricoles pour Centre-Sud-Ouest ontarien.
pour en faciliter l’exploitation; fermiers ayant des mandats pour aider leurs
• Un accès, par le biais de ce centre, à une fermiers, il paraît y avoir peu de cohésion et Une alliance d’intérêts en
fonction d’apprentissage continue et à d’unité parmi eux. Bien que l’agrotourisme agrotourisme
des instruments informatiques ajustés aux soit désiré par plusieurs des fermiers,
besoins d’une industrie d’agrotourisme souvent ces fermiers semblent isolés dans En 2003, en vertu du projet
moderne, relevant d’une économie à leur recherche d’aide ». Vision, le Club 2000 Niagara avait dressé
caractère rural et prenant avantage des Au cours même du projet Vision, un inventaire du potentiel touristique de la
outils de télécommunication (formation via cinq exploitants agricoles et quelques région. La liste allait du Musée historique
Internet, logiciels d’exploitation, etc.); artisans en milieu rural exprimaient leur de St-Catharines à une course de canots de
• Un projet-pilote, pour commencer, de intérêt à former une alliance en vue de réputation mondiale, en passant par le parc
valorisation d’un produit rural par un la création et la promotion d’un produit national Niagara et les artisans producteurs
entrepreneur agricole francophone et par touristique à saveur rurale où francophones de produits du terroir. Le Niagara Food
un entrepreneur agricole anglophone, tous et non francophones s’y retrouveraient. Festival tenait évidemment une place de
deux offrant des ressources humaines et des Quant à la valorisation d’un choix sur cette liste.
services en français autant qu’en anglais. produit « expérimental », déjà en 2003, On y voyait aussi de petites
Un des résultats de ce projet-pilote serait de 16 entreprises s’y étaient dites intéressées. entreprises désireuses de développer une
déterminer comment optimiser l’apport de Elles étaient intéressées à la création de vision novatrice et à long terme de leurs
la collectivité francophone dans le produit toutes pièces ou au développement d’une activités et de mettre en œuvre, avec l’aide
agrotouristique régional. entreprise d’agrotourisme dans le cadre du Centre d’agrotourisme et son incubateur
de leurs opérations actuelles. Par simple d’entreprises, un ensemble de produits. Les
Un Centre de ressources : extrapolation, le Club 2000 Niagara projets qui étaient mis de l’avant étaient
première étape estimait, en 2004, qu’un centre comme étudiés et des moyens étaient trouvés
celui qui voyait alors le jour pourrait pour les faciliter. Il s’agissait de projets
Les trois premiers objectifs faciliter la création de 60 à 100 entreprises comme :
se retrouvèrent dans l’implantation et d’agrotourisme ou y étant étroitement
l’exploitation du Centre d’agrotourisme du reliées. Cet objectif a été atteint dans les • White Meadows, une érablière établie
Niagara et de son incubateur d’entreprises trois ans et demie qui ont suivi. dans la région et dont les propriétaires
ainsi que dans la mise sur pied du Centre C’est donc aussitôt le financement décidèrent de participer à un projet pilote
de ressources d’emploi comme ressource assuré, en avril 2004, que le groupe d’action4 de produit touristique bilingue.
complémentaire. formé à la suite du dépôt du rapport
« Nous sommes devenus Vision, se mettait à la tâche pour assurer les • Warm and Wonderful Wool Farm, une
conscients, écrivent les auteurs d’un services du Centre d’agrotourisme et pour ferme qui fait l’élevage de moutons et
rapport du Club 2000 Niagara en début assurer la mise sur pied de son incubateur de lamas. Les visiteurs y seront invités à

Automne 2008 Vox RDÉE 11


gamme de produits offerts dans le mois.
Ces produits sont livrés à un point de
collecte où les consommateurs peuvent en
prendre possession... et discuter avec les
cultivateurs et artisans. Pour le moment,
les livraisons ont lieu toutes les deux
semaines à St-Catharines. Le paiement est
fait par PayPal, donc via un outil sécuritaire
et crédible.

Des producteurs régionaux qui se


font connaitre

C’est suite à ces efforts soutenus


et ces réussites que sont nées les activités
qui ont culminé avec la participation au
Niagara Food Festival et autour de cette
manifestation. Du 3 au 5 octobre dernier
le Centre d’agrotourisme du Niagara était
présent par les résultats de son travail de
Denis Rancourt, accompagné ici d’une collaboratrice, a pris la relève de son père, le développement et de concertation des
regretté Lionel Rancourt. Le vignoble Rancourt de Niagara-on-the-Lake est connu dernières années. On y trouvait un groupe
pour le soin mis pour aux vendanges : les raisins sont cueillis à la main et sélectionnés de producteurs de produits du terroir
sur la vigne. et œuvrant ensemble à promouvoir des
produits liés à l’identité de la région. Cette
découvrir les techniques de la tonte des Une coop pour producteurs et participation était le fruit d’une alliance
moutons, du traitement de la laine et de consommateurs entre le Club 2000 Niagara, le Niagara
contempler (et acheter) les vêtements en Food Festival, la Ville de Welland et le
laine produits par cette activité artisanale. Un résultat parallèle à la projet Buy Local de Leadership Niagara.
• Land and Game Farm qui fait l’élevage conception de ce regroupement Parmi les produits de ces
du bison, du chevreuil et d’autres animaux d’exploitants au sein d’un produit entreprises, on retrouvait du miel de
de boucherie rares... malheureusement touristique fut la création d’une BeeBaron Honey, goûté en admirant des
jusqu’alors introuvables dans les boucheries coopérative de consommateurs, abeilles évoluant dans un tiroir de ruche.
locales. producteurs agricoles et artisans. Le L’apiculteur et co-propriétaire Cris Frere
• Et le projet emblématique de Horses club 2000 Niagara, appuyé par le RDÉE est aussi éleveur d’abeilles (et président
Unlimited, une alliance entre éleveurs Ontario qui a contribué en espèces au de la Coopérative agricole du Niagara).
de chevaux dont le résultat fut une piste levier financier, et particulièrement grâce N’a jamais vraiment goûté du miel qui n’a
équestre et son intégration au circuit à l’aide financière du Conseil canadien jamais goûté du miel en rayons (s’étant
touristique qui vit le jour en 2007. de la coopération, a procédé à une assuré que lesdits rayons ne contenaient
étude de faisabilité qui a amené le Centre aucune abeille, évidemment).
Ce circuit touristique, conçu par d’agrotourisme à explorer deux modèles On pouvait aussi en apprendre
l’équipe du Centre d’agrotourisme, utilise d’entreprises sociales adaptées à sa sur la culture des noix auprès de Linda
des infrastructures existantes, évitant région : un au Québec et l’autre en Grimo, de la pépinière Grimo Nut Nursery,
ainsi les plus importants problèmes de Oklahoma aux États-Unis. L’élaboration et particulièrement sur son produit,
financement. Il permet au randonneur, à d’un plan d’affaires a suivi et a permis encore unique en Ontario (nous dit-on),
pied ou en bicyclette, de se rendre d’une de procéder à la constitution du projet en qu’est cette noix d’origine japonaise et en
ferme à une autre pour y découvrir les coopérative au sens de la loi ontarienne. jolie forme de cœur (pour les horticoles
produits. Un mois après sa constitution, amateurs : la juglans ailantifolia variation
L’équipe du Centre en mai 2008, la Coopérative agricole du cordiformis). Un fruit qui s’approche de la
d’Agrotourisme a donc rassemblé une Niagara comptait déjà 16 membres et noix de Grenoble, mais avec un goût moins
trentaine de fermes qu’il est possible de était en attente d’une soixantaine (60) tannique et de décorticage beaucoup plus
visiter en suivant ce circuit. Leurs produits d’entreprises membres dans l’année qui facile. La pépinière se spécialise dans la
varient du sirop d’érable à l’élevage de vient. culture des noix et marrons (encore pour
chevaux ou d’autruches, en passant par Cette coopérative se distingue par les horticulteurs amateurs : la culture
l’apiculture et autres produits du terroir. le fait qu’elle regroupe des producteurs castanéicole).
Un circuit de fermes biologiques a agricoles et de produits artisanaux, mais Les viticulteurs y étaient
été conçu et verra le jour d’ici peu. aussi les consommateurs qui veulent évidemment représentés en grand nombre.
commander par Internet un choix de Parmi eux, la maison Château des charmes,
produits alimentaires, de vêtements ou récipiendaire des Lauriers de la PME du
d’autres produits artisanaux parmi la RDÉE Ontario en 2004. Mais aussi un

12 Vox RDÉE Automne 2008


nouveau venu que le RDÉE Ontario a Une ouverture sur l’avenir développement socioéconomique et
eu l’occasion d’encourager : la maison économique communautaire qui étudie
Rancourt avec ses vins dont la grande Mais cette manifestation et l’implication les problématiques et apporte des voies de
qualité est due en partie à une production de plus en plus significative du Club 2000 solutions dans un cadre multidisciplinaire
restreinte et un élevage soigné. Niagara dans le développement économique et avec une ouverture sur le monde. Une
Il est opportun de signaler la de sa région ne sont qu’un point de départ. telle activité de recherche et de réflexion
présence de l’école culinaire de l’école Fort de ses alliances, de ses réussites et adjointe au travail d’une équipe de travail
secondaire Confédération. Les étudiants de l’enviable réputation qu’il a méritée, axée sur le résultat permet d’atteindre avec
cuisiniers offraient, pour une obole il pousse toujours en avant avec trois efficacité des objectifs de développement
symbolique, quelques bouchées de leur autres composantes de son programme de économique et de création de richesse
savoir faire. Au menu : tarte tatin, tomate facilitation de développement économique communautaire qui sont réalistes,
farcie au taboulé, sandwich de légumes sur régional. novateurs et importants par leur impact sur
pain aux olives, et aiguille de poulet enrobé Il s’agit d’une part de l’ajout d’une la communauté.
de prosciutto, avec sa ratatouille. composante « Séjour à la ferme » au circuit Comme l’a démontré le travail de
Le Collège Niagara, un autre « agrotouristique ». Une intégration de planification de la coopérative agricole du
collaborateur du Club 2000 Niagara, y était produits qui permettra aux excursionnistes Niagara, les meilleures solutions viennent
aussi avec son tout nouveau laboratoire de vivre « une journée en agriculteur » et souvent d’échanges et de partage avec des
mobile de préparation culinaire. Des aux touristes de passer quelques jours aux penseurs et des décideurs dans d’autres
démonstrations de cuisine y étaient travaux de la ferme... ou simplement se régions du monde.
présentées par des étudiants sous la direction donner quelques jours pour expérimenter le
de chef Michael Olson, coordonnateur fonctionnement d’une ferme. Les travaux
de l’école de cuisine de l’établissement de planification sont en cours et les appuis
(Niagara Culinary Institute) et président du locaux en voie de confirmation. 1
Les cinq autres régions firent aussi
conseil d’administration du Niagara Food La région veut aussi se doter d’une preuve de compétence et de vision dans
Festival. structure de concertation pour la production l’étude des caractéristiques marquantes de
Même des produits d’ailleurs et la promotion et commercialisation de leur communauté et l’apport de voies de
transformés ici étaient à l’honneur. On a produits régionaux identitaires, selon solutions. Ces régions étaient Durham (sous
pu déguster quelques-uns des divers cafés le modèle des produits du terroir au la coordination du Conseil des organismes
torréfiés par la brûlerie artisanale Fenwick Québec. Ici encore, les préparations sont francophones de la région de Durham), la
Village. en cours pour la conception de normes, de région de Windsor Essex Kent (grâce à son
Un stand à noter : celui de procédures et d’outils d’image de marque Centre communautaire francophone), le
SOFIFRAN, organisme qu’appuie et sous-jacents à une entreprise de cette Comté de Simcoe (la Clé d’la Baie), l’axe
accompagne le RDÉE Ontario dans sa ampleur. Les démarches pour assurer les Hamilton-Cambridge (ACFO Hamilton)
mise sur pied d’une entreprise sociale en assises financières sont aussi lancées. et la région de London-Sarnia (ACFO
distribution d’aliments exotiques. Les Enfin, si la région veut continuer London-Sarnia). Ces consultations
membres de SOFIFRAN offraient des à développer son industrie d’agrotourisme apportèrent, partout, des solutions
spécialités africaines : des beignets, des et d’y adjoindre des produits qui relèvent concertées au sein de la communauté à
jus de gingembre et d’oseille, du plantain de l’écotourisme, elle doit se doter des problématiques socioéconomiques
préparé en kwanga, des marinades aux d’outils modernes d’exploitation du et culturelles jugées prioritaires. Les
piments forts, des graines de courges savoir applicable dans un contexte rural. rapports des Projets Vision régionaux sont
présentées sous la forme de liboke. C’est le projet visionnaire actuel du Club disponibles sur le site du RDÉE Canada.
2000 Niagara : un centre d’excellence en 2
Diverses études sont citées dans le
rapport du Projet Vision pour le Niagara,
dont celles par le World Resource Institute,
le Canadian Tourism Research Institute et
le Travel Activities and Motivations Survey
(TAMS) et celles commanditées par le
gouvernement régional.
3
Ce groupe était composé, à l’origine,
de représentants du Club 2000 Niagara,
des chambres économiques du Niagara,
d’associations d’agriculteurs, d’Entreprise
Niagara, de Netcorp, des collèges
Boréal et Niagara et de quelques experts
conseils en matière juridique, financière,
promotionnelle et commercialisation,
à qui s’ajoutèrent plus tard d’autres
municipalités, chambres de commerce et
agences paragouvernementales.
4
idem

Automne 2008 Vox RDÉE 13


re lui. Le Domaine du Cervin, cole, laquelle favorise le trans-

Le Domaine du Cervin
auparavant une ferme laitière fert des connaissances et le par-
familiale, connaît aujourd’hui tage des meilleures pratiques»,
une capacité de production de 4 d’ajouter M. Perrault.
000 bouteilles de vin annuelle- Dans le but de di-
ment. versifier les produits de la
de la terre à la table! L’industrie vinicole
canadienne se concentre ma-
ferme familiale, M. Gutknecht
et sa famille ont 130 cerfs
joritairement en Ontario, en qu’ils utilisent pour la produc-
Colombie-Britannique et au tion de viande et de bois de ve-
En réponse aux conditions changeantes et aux défis à
Québec. Il existe approxima- lours. Leur salle de découpage
relever du secteur de l’agriculture et de l’agroalimentaire,
tivement 170 vignobles dans leur permet de tailler, sur place,
de nombreuses fermes et entreprises de l’Ontario tentent de
l’ensemble du Canada, la plu- diverses coupes de viande fraî-
diversifier leurs produits. Afin d’être concurrentielles sur le
part étant de petite taille. Mem- che. Pour leur part, les bois de
marché, ces entreprises cherchent des moyens de développer
bre de l’Association des viticul- velours sont prélevés sur les
des produits innovateurs, comme des aliments biologiques
teurs de l’Est-ontarien (AVEO), cerfs, sont hyophilisés et mis
et des produits nutraceutiques. À Chesterville, dans l’Est-
un organisme sans but lucratif en capsules de gélatine dans
ontarien, le Domaine du Cervin a entrepris de telles
comprenant 80 membres, Sa- les laboratoires de Yurtland na-
démarches susceptibles de connaître d’excellents débouchés
muel a développé des vins aux tural health inc. à Casselman.
dans la diversification et la transformation des produits de la
goûts exceptionnels. D’ailleurs, Les bois de velours apportent
ferme.
trois de ses vins ont remporté un soulagement à l’arthrite et
des honneurs à la compétition à l’arthrose, augmentent l’éner-
Finger Lake International. Son gie, la concentration et accélè-
vin de glace blanc a remporté rent le processus de guérison
la médaille d’argent tandis que des plaies et des fractures. Le
son vin de glace rouge et son Domaine du Cervin exporte ce
apéritif blanc lui ont fait décro- complément alimentaire jus-
cher la médaille de bronze. qu’en Europe.
Comme la plupart des Afin de promou-
petits viticulteurs, le Domaine voir la vente de ses produits
du Cervin connaît des défis agroalimentaires, le Domaine
quant à la réglementation pro- du Cervin participe, depuis
vinciale. Le pourcentage des plusieurs années, à Agritour,
taxes est élevé et les exigen- une activité régionale
ces ontariennes pour la vente permettant aux touristes d’ap-
du vin sont complexes pour un précier davantage les entrepri-
petit vignoble, selon M. Gu- ses agroalimentaires et vinico-
tknecht. « La province devrait les de la région de Prescott et
voir à l’assouplissement les rè- Russell. Les participants, en
gles de la régie des alcools de la provenance de l’Est-ontarien
province afin de permettre aux et du Québec, ont l’occasion
producteurs locaux de vendre de découvrir la diversité et les
sur le marché, ainsi qu’aux res- petits plaisirs des produits de la
taurateurs » de suggérer celui- ferme.
ci. Denis Perrault, président de Quant au Domaine
l’AVEO et également proprié- du Cervin, cette agroentreprise
taire d’un vignoble à Navan (Le contribue au développement de
Domaine Perrault) mentionne nouveaux produits agroalimen-
que seulement cinq viticulteurs taires de la région de l’Est-on-
de l’organisme possèdent un tarien. Pour visiter le site In-
permis pour vendre à la ferme, ternet du Domaine du Cervin :
aux restaurateurs et dans les www.domaineducervin.com.
Samel Gutknecht et sa fille, Natasha. hôtels. « Afin d’appuyer les vi-
En 1995, Samuel d’un bon atout pour la région. ticulteurs de l’Est-ontarien et
Gutknecht, propriétaire de Grâce à l’appui d’une experte de l’Ouest du Québec, l’AVEO
l’agroentreprise, avait tenté de de l’Université de Guelph, M. organise annuellement une
conférence, où sont invités des Texte et photo par
faire pousser le raisin sur sa Gutknecht se lança en viticul-
conférenciers du domaine vini- Marie-Eve LaRocque
terre en croyant qu’il s’agirait ture dès 1998, sa famille derriè-

14 Vox RDÉE Automne 2008


Santé : un dossier chaud pour la communauté Par Natalie Béland
Réseau des services de santé en
français de l’Est de l’Ontario

Le ministère de la Santé et des Soins de longue durée modèle du Réseau de services de santé en français de l’Est
de l’Ontario a récemment publié un projet de règlement sur ontarien pour engager la communauté francophone dans le
l’engagement de la communauté francophone dans le domaine de domaine de la santé. Le Réseau de l’Est a célébré 10 années
la santé. Ce projet proposait la création de comités des services d’existence en mai 2008. L’Assemblée générale annuelle a
en français par les Réseaux locaux d’intégration des services de été l’occasion pour les 60 organisations membres de souligner
santé (RLISS). Le projet a soulevé d’importantes préoccupations l’implication des partenaires et la synergie créée autour de
chez les partenaires communautaires qui se sont interrogés sur la l’objectif commun d’améliorer l’accès aux services de santé en
nature consultative de ces comités de bénévoles, sur l’absence français pour la population francophone de Kingston jusqu’à la
de ressources humaines et financières affectées ainsi que sur le frontière est des comtés de Stormont, Dundas et Glengarry.
peu de redevabilité exigée des RLISS envers la communauté « La présence et l’action du Réseau de l’Est est une
francophone. Au-delà de la critique sur la formule de comités contribution essentielle au système de santé local de la région », a
consultatifs, le projet de règlement a suscité des inquiétudes de rappelé la présidente, Nicole Lafrenière-Davis. Dans le contexte
fond pour l’Alliance des Réseaux ontariens de santé en français, de la réglementation imminente, elle a réitéré les enjeux, c’est-à-
le regroupement des quatre Réseaux de santé en français de la dire :
province.
Selon l’Alliance, le mécanisme d’engagement de la • le statut et le mandat du Réseau en tant qu’organisme consultatif
collectivité francophone en santé doit permettre la participation indépendant du ministre;
active de la communauté dans la planification de ses soins de • les initiatives du Réseau pour engager sa communauté dans la
santé. « Partout en province, les francophones ont besoin d’un planification et le développement des services de santé en français
système de santé qui répond à leurs besoins. En travaillant de près depuis 10 ans, conformément au mandat confié par la Commission
avec leurs partenaires, les Réseaux de santé en français sont la de restructuration des services de santé en 1997;
solution pour permettre au système de véritablement répondre à • la collaboration en cours entre le Réseau et les RLISS de
ces besoins », d’affirmer le président, Fabien Hébert. L’Alliance Champlain et du Sud-Est;
faisait ainsi écho à la recommandation de la communauté de • l’objectif d’améliorer les services de santé offerts en français à
désigner formellement les Réseaux de santé en français en tant la population francophone par une planification des services en
qu’« entités de planification des services de santé en français » français ciblée, intégrée et concertée.
comme le prévoit la Loi de 2006 sur l’intégration du système de
santé local. Mme Lafrenière-Davis a conclu : « Le Réseau de l’Est
En octobre, la communauté invitait le ministre Caplan à demeure une solution pour protéger et étendre l’accès des
poursuivre le dialogue avec la collectivité franco-ontarienne afin francophones aux services de santé dans leur langue. Nous
d’arriver à définir un règlement permettant un véritable partenariat souhaitons poursuivre cet objectif dans un modèle de collaboration
entre la communauté, le ministère et les RLISS. à part entière avec les instances régionales des RLISS de
Dans l’Est de la province, la collectivité mise sur le Champlain et du Sud-Est ».

La Table de concertation du Comté de


Simcoe
Les 28 et 29 octobre 2008, les membres de la Table
de concertation du Comté de Simcoe se sont rencontrés à
Penetanguishene dans le cadre de la mise à jour de son Plan de
développement global. Ethel Côté, de l’Art du Développement,
a animé l’exercice de planification.
Douze organismes ont manifesté leur vif intérêt envers
cette initiative et se sont joints à la Table. Ernest Vaillancourt,
son président, a remercié le RDÉE Ontario d’avoir soutenu le
projet et l’a associé à son succès. Il n’a pas manqué de souligner
la très bonne participation des membres et a mentionné : « ceci
renforce le fait que l’existence de la Table est importante. La
Table est un mécanisme de réseautage et de partage, qui de
plus, permet aux organismes de se rassembler et de se soutenir
Photo : Exilda Laurin, Jacinthe Giroux, Monique Clairet, Jean
mutuellement ». Un comité exécutif s’est spontanément formé
Guy Vallière, Martin Lalonde, Peter Hominuk, Madelaine Seguin,
pour assurer le suivi de l’exercice.
Jo-Anne David, Josée Lefebvre, Raymond Desrochers, Lois
Désormais, un nouvel élan est donné... Nous nous
Irvine, Bonita Desroches, Lionel Gignac, Annie Dell et Ernest
donnons rendez-vous au printemps 2009 pour mesurer et
Vaillancourt.
apprécier les résultats de ces rencontres.

Automne 2008 Vox RDÉE 15


La communauté francophone de la région de Pembroke
prête à rebondir Par Alain Royer

Cette communauté francophone à l’informatique et en partenariat avec le


rebondira! Oui, elle a confiance en ses Centre scolaire catholique Jeanne-Lajoie,
moyens et elle est prête à construire un cours de français d’ici à la fin de
une vision claire de son avenir. De l’année. »
plus, une chose est sûre, le processus de La vitalité d’une communauté
revitalisation a déjà commencé. Il y a prend ancrage dans sa vie culturelle et
des projets en cours et ils réussissent. avec l’enthousiasme de la communauté,
Des organismes comme la Société d’aide de nouvelles possibilités s’ouvrent et cela
au développement des collectivités du permettra une mobilisation des forces vives
comté de Renfrew (SADC), le Réseau de cette même collectivité francophone
de développement économique et pour éventuellement avoir une vision
d’employabilité de l’Ontario (RDÉE partagée de son développement.
Ontario), le Centre culturel francophone Le Centre offre de l’espace
de Pembroke, l’ACFO Champlain et bien pour abriter tous les groupes d’âge de la
d’autres organisations unissent leurs efforts communauté francophone (les jeunes, les
pour que la communauté francophone adultes et les personnes aînées). D’ailleurs,
continue sa bonne marche vers d’autres les francophones de cette région ont
grandes réalisations. signalé leur intérêt en la création d’un plan
Déclencher de nouvelles stratégique de développement économique.
aspirations, développer à nouveau le goût Des partenariats sont en cours et un comité
d’entreprendre et susciter de nouveaux de développement pourra être créé. Les Mme Lucile Tourigny, présidente du
espoirs, c’est ce qu’on cherche à faire. gens sont-ils prêts à entreprendre un ou des Centre culturel francophone, Mme Nadia
Il y a des projets comme la création de projets communautaires de développement Haddad, agente de liaison et de promotion
sites Web (www.contactfrancophone.ca économique? Des questionnaires seront au Centre culturel, et Mme Keanan Hunt,
et www.ccfpembroke.com) et l’ouverture distribués et une rencontre entre les conseillère à la SADC.
d’un poste à temps plein au Centre culturel intervenants et les intervenantes est à
francophone de Pembroke qui contribuent prévoir afin de partager l’information sur la et les consulter par rapport au diagnostic
effectivement à redonner un nouveau souffle collectivité. et de découvrir si cet état actuel répond
aux activités culturelles et communautaires Le succès de la démarche toujours aux besoins et aux aspirations des
et à la revitalisation d’une collectivité. dépendra de ses ressources humaines et francophones.
« Nous sommes convaincus que de sa capacité d’agir. Les formations dans Créer l’intérêt du milieu pour
le bon fonctionnement du Centre dans sa le domaine économique se multiplient son développement, créer la volonté
réorganisation intègrera un plan volontaire et l’information circule. Le RDÉE d’intervenir, de se prendre en charge
de redressement. Nous portons donc Ontario cherche réellement à instaurer les et de réaliser de nouveaux projets sont
un attachement particulier aux valeurs conditions propices au développement quelques-uns des objectifs immédiats à
économiques, car nous sommes conscients économique communautaire : créer de atteindre pour continuer ce processus de
que notre engagement au sein de la nouveaux partenariats, des projets, des revitalisation de la communauté. Avec
communauté sera un facteur de changement profils socioéconomiques, des prises de l’aide de nouveaux partenaires et la
social et d’innovation pour plus de solidarité conscience et de la mobilisation. solidarité qu’ils auront entre eux, les
et un meilleur environnement. » L’analyse de la situation a été jeunes, les nouvelles familles et les
De plus, en créant un poste au amorcée par le RDÉE Ontario afin de nouveaux arrivants francophones auront
Centre culturel francophone de Pembroke, susciter un déclenchement d’actions. Déjà le goût de demeurer et de vivre dans cette
plusieurs initiatives ont été amorcées : on prend conscience qu’il y a une pénurie de communauté dynamique et accueillante.
« Le Centre offre aujourd’hui un lieu où main-d’œuvre francophone et de bénévoles Une vitalité économique ou même une
peuvent s’exercer de nombreuses activités et un déplacement de la population prospérité sont à prévoir si le processus est
culturelles, éducatives et récréatives. On francophone vers l’ouest de Pembroke. Si bien enclenché.
offre d’ailleurs une vaste gamme de cours, un comité de développement est créé, il
d’ateliers et de cours spécialisés répondant aura comme tâche d’analyser la situation et
ainsi à des exigences variées. Des cours de d’établir un diagnostic de la communauté
danse en ligne ainsi que des cours de tissage francophone dans la région. Par la suite, ce
ont, de ce fait, débuté le 15 octobre 2008. comité mobilisera le plus grand nombre de
Nous comptons offrir un cours d’initiation Lucie
gens Blais
afin de Lobb
les et Marie Latrémouille
sensibiliser, les informer

16 Vox RDÉE Automne 2008


Le DÉC une solution Le RDÉE Ontario ouvre un nouveau bureau
de développement durable à Kingston
Par Lynn de Montigny

Par Abraham K. Tounkara Le 9 octobre dernier, a eu lieu l’inauguration du


Coordinateur régional de l’Ontario nouveau bureau du RDÉE Ontario à Kingston. L’événement
Réseau canadien de développement réalisé à même le 5 à 7 Francophones de l’endroit fut un
économique communautaire succès. Tous les organismes de la grande région et nouveaux
partenaires du RDÉE Ontario étaient présents, de Kingston
Le développement économique communautaire (DÉC) n’est jusqu’à Peterborough. Nous parlons ici : de l’ACFO Milles
certes pas une notion nouvelle. Bien que les définitions restent toujours Îles, du Centre Culturel Frontenac, du Centre des ressources
variées selon les auteurs, le Réseau canadien de développement pour les familles militaires, du Club Connexion Française
économique communautaire (RCDÉC) estime que le DÉC est une de Peterborough, de Franco-Phare de Trenton, de Keys,
approche qui reconnaît que les défis économiques, environnementaux et de MCF Entreprise d’entraînement, du ministère de
sociaux sont interdépendants, complexes et changeants. Nous croyons l’Éducation, de Quinte United Immigrants Services de
au fait que pour être efficaces, les solutions proposées doivent puiser Belleville, du Réseau de soutien à l’immigration francophone,
leurs sources dans les connaissances locales et être mises en œuvre par et enfin de la Route du Savoir.
les membres de la communauté.
Le DÉC constitue une solution de rechange aux approches
conventionnelles de développement économique. Selon nous, les
problèmes auxquels font face les collectivités, notamment le chômage,
la pauvreté, la perte d’emploi, la dégradation de l’environnement
et la délinquance, doivent être abordés d’une manière globale et
participative.
Comme Réseau national regroupant les groupes
communautaires, les coopératives, les entreprises sociales, les
praticiennes et praticiens, les chercheurs et autres organismes situés
aux quatre coins du Canada et même sur le plan international, notre
vision est axée sur le renforcement du développement économique
communautaire dans les collectivités urbaines, rurales, nordiques et
autochtones d’un bout à l’autre du pays, ainsi que sur l’amélioration
Marilyne Lavoie, adjointe administrative et agente
des conditions sociales, économiques et environnementales à l’échelle
de communication au Centre culturel Frontenac
locale. Nous nous attelons à rehausser la portée et l’efficacité du DÉC au
et Lynn de Montigny, agente de développement au
Canada, à soutenir les organismes et les personnes dans leurs activités
RDÉE Ontario.
de renforcement des capacités locales et à créer des solutions adaptées
aux besoins locaux.
Ainsi, lors de notre conférence annuelle tenue cette année En plus de la belle représentation précitée, le RDÉE Ontario
à Saskatoon du 21 au 24 mai 2008, nous avons eu une participation était aussi très bien représenté par Nicole Sauvé, sa directrice
d’environ 400 praticiens en DÉC, des représentants de la société générale, Martine Plourde, la directrice régionale de l’Est,
civile, des universitaires, des partenaires gouvernementaux. Grâce aux Diane Kyd, son adjointe régionale, et Roch Archambault, le
efforts concertés du personnel de Quint Development Corporation et directeur des communications.
celui du RCDÉC, la conférence nationale sous le thème « Les vagues Le cocktail d’inauguration a eu lieu au restaurant Le
de changement », a été un énorme succès. Plusieurs participants ont Tango à Kingston, dont le propriétaire, M. Ian Nicholls, est
eu l’occasion de réseauter avec des gens de partout au pays, ce qui un fervent collaborateur des activités francophones.
a favorisé un échange de connaissances et a amené une expertise Au total, une centaine de personnes sont venues
aux ateliers simultanés. La conférence a donc permis d’aborder trois souligner cet heureux événement. Il est à noter que l’activité
principaux thèmes à savoir : bâtir des économies locales plus justes et des 5 à 7 Francophones de Kingston est organisée par
plus fortes, lutter contre la pauvreté et l’itinérance et investir dans le deux bénévoles dont l’initiatrice Mme Fannie L’Abbé et
développement durable des collectivités. Le RCDÉC de l’Ontario, par Mme Sara Estelle Beaudet, qui nous ont offert leur précieuse
ma voix, remercie tous les Ontariennes et Ontariens qui ont pris le temps collaboration.
malgré leurs agendas sans doute chargés, d’explorer les initiatives de La vitalité de la communauté francophone est très
DÉC en dehors de leurs communautés, de partager leurs perspectives accrue dans la région, et maintenant plus que jamais. Le RDÉE
uniques et leurs expériences, car c’est ce qui permettra de développer Ontario est fier de s’inclure et contribuer à ce dynamisme.
ce mouvement qui devient de jour en jour puissant. Nous remercions Le bureau a ouvert ses portes au 629 rue Division, dans les
le RDÉE Ontario et Économie solidaire de l’Ontario d’avoir participé locaux de l’entreprise MCF.
au succès de cette importante conférence grâce à l’atelier sous le thème
« Les pratiques plurielles de la francophonie », présenté par Yollande
Dweme M. Pitta, agente de développement du RDÉE Ontario, et moi-
même, appuyés par Ethel Coté.
Automne 2008 Vox RDÉE 17
FADER, des femmes en action
Femmes d’affaires et le développement économique rural

Par Sylvie Lafrance, Présidente de FADER (2004-2008)

FADER (Femmes d’affaires et le gestionnaires (direction d’écoles, divers FADER.


développement économique rural) est un paliers gouvernementaux) et autres. De nouvelles cellules
organisme francophone sans but lucratif L’un des objectifs de FADER d’entrepreneures ont été formées. Ces
qui œuvre auprès des femmes d’affaires en consiste à favoriser le réseautage entre ces cellules tiennent des rencontres chaque mois
région rurale de l’Est ontarien depuis plus femmes. Il y a quatre à cinq soupers par pour échanger et s’entraider.
de 11 ans. FADER s’adresse aux femmes année qui sont organisés en divers endroits Un gala de la femme est organisé
d’affaires dont l’entreprise est en stage de dans la région. Ceci permet aux membres à tous les deux ans, sous un thème
démarrage ou en existence, aux femmes de rencontrer des femmes de différents différent chaque fois. Cette soirée rend
d’affaires retraitées, aux fournisseurs de milieux et secteurs. Les soirées leur donnent hommage aux femmes engagées dans leur
services (développement économique), l’occasion de faire connaître leur commerce communauté en remettant des prix dans
aux professionnelles (comptables, notaires, et leurs services. À chaque événement, 12 catégories différentes. Cette année
avocates, agentes d’assurances, etc.), aux une conférencière est invitée à donner des par exemple, le gala portait sur le thème
renseignements sur différents « disco ». Les femmes s’amusent beaucoup
sujets dont les finances, le et il fait toujours bon d’être récompensées
marketing, les ressources pour le travail accompli.
humaines, le service à la FADER prépare aussi sa deuxième
clientèle et la mode. édition du Salon des affaires en mars 2009.
Tous les deux ans, un sous comité est formé
Activités du réseau pour organiser cet événement. Pendant deux
jours, des kiosques sont étalés permettant
En secteur rural, les une excellente exposition aux
femmes se sentent souvent entrepreneures. Durant ces deux journées,
isolées. C’est une des des conférenciers partagent leurs
raisons d’être de l’organisme. connaissances avec le public.
Motivation, inspiration, Finalement, un info-bulletin
appuis, communications, mensuel est distribué par courriel aux
connaissances, outils, membres pour assurer une promotion
promotion, information, et continue et pour maintenir une bonne
Photo : Chantal Lapensée, Joanne Latreille, Diane découvertes des autres régions communication.
Latreille et Caroline Arcand. sont des aspects dont les
femmes bénéficient auprès de

18 Vox RDÉE Automne 2008


Gestion
C’est le 18 octobre dernier que se tenait le 4e Gala de la
femme, organisé par FADER. Le Centre communautaire
Un conseil d’administration de cinq femmes engagées et
de Wendover était l’hôte du souper et de la soirée sous le
énergétiques se rencontre mensuellement pour faire la gestion.
thème du « Disco ». Plusieurs prix d’excellence ont été
Le modèle fonctionne et les résultats sont innombrables. Qui
remis dans différentes catégories.
sait, peut être que FADER pourrait étendre ses ailes dans
d’autres régions de l’Ontario? L’action et l’union sont le
Santé : Karina Joly
succès!
Éducation : Josée Lalonde
Affaires : Linda Carrière-Séguin
Employée #1 : Diane Desnoyers
Défi de vie : Linda Carrière-Séguin
Organisme/association : Céline Pelletier
Bénévolat : Jeannine Pilon
Sports : Gisèle Collard
Jeunesse : Vanessa Tremblay
Développement économique : Caroline Arcand
Agriculture : Johanne Lafrance
Arts et spectacles : Julie Henri
Coup de cœur de l’année : Linda Carrière-Séguin
Femme de l’année : Caroline Arcand

Félicitations aux gagnantes et à toutes les femmes


exceptionnelles mises en nomination cette année.
Photo : François Bélair, Linda Carrière Séguin et
Danielle Davidson-Séguin.

Le succès avant la quarantaine


Le 10 septembre 2008, plus de 500 personnes se sont La sélection des lauréats a été faite par un jury composé
rassemblées au Caruso Club de Sudbury pour célébrer l’excellence d’entrepreneurs et de lauréats de la première édition de 40 Under
chez les moins de 40 ans. Dix francophones ont été reconnus parmi Forty en 2006.
les 40 chefs de file lors du gala « 40 Under Forty ». L’engagement
de Guy Robichaud dans le développement économique et sur la
scène communautaire, a été récompensé.
L’équipe régionale du nord est unanime à dire que Guy
doit sa réussite à ses bonnes habitudes de travail et son engagement
à toujours dépasser les attentes de ses supérieurs et clients. « On ne
travaille pas pour recevoir la reconnaissance, mais quand on nous
exprime une appréciation pour ce que l’on fait, c’est sûr que ça fait
du bien. Je me sentais très flatté à la soirée du gala, mais surtout
fier de me compter parmi tant de lauréats solides » souligne-t-il.
« Ce qui fait un bon leader, c’est sa volonté de changer quelque
chose et sa capacité de s’entourer des bonnes personnes pour y
arriver. »
La conférence Emerging Leaders et le concours 40 Under
Forty, ont été présentés par Northern Ontario Business en partenariat
avec la Ville du Grand Sudbury et la Commission de partenariats
en main-d’œuvre Sudbury-Manitoulin. Les nominations étaient
ouvertes à toutes les personnes des secteurs public et privée âgées
de moins de 40 ans.
Guy a reçu des félicitations de la part de la ministre
Madeleine Meilleur. Quant à Denis Hubert, président du Collège
Boréal, il a fait publier une annonce bilingue dans tous les journaux
de Sudbury félicitant les lauréats qui sont employés par le collège,
et tous ceux qui, comme Guy Robichaud, travaillent en partenariat
avec le collège à développer divers projets.
Automne 2008 Vox RDÉE 19
Grand Ciel Bleu, la Librairie du Nouvel-Ontario

Une nouvelle librairie nouvelle entreprise de l’année 2008 de la des emplois, à plein temps et à temps
francophone, Grand Ciel Bleu - région du Grand Sudbury. partiel. Elle s’insère dans l’économie du
la Librairie du Nouvel-Ontario, Comme l’indique le président du savoir dont on fait beaucoup la promotion.
a ouvert ses portes à Sudbury le conseil d’administration de Grand Ciel Elle sera une consommatrice de services
3 septembre 2008. Il n’existait aucune Bleu, Gratien Allaire, « Le mandat que locaux et produira des retombées
librairie générale et universitaire s’est donné le CA est d’établir une librairie importantes dans la région en attirant de
francophone pour desservir les générale et universitaire de langue française nombreux francophones du Moyen-Nord
dans la région du qui, lors de leurs passages à Sudbury,
Grand Sudbury. dépenseront plusieurs centaines de dollars
Cette librairie aura par année à Sudbury au lieu de le faire dans
comme clientèle les librairies de Toronto, Ottawa, Montréal
cible, l’ensemble et Québec.
des lecteurs La librairie sera éventuellement
francophones une coopérative. Une campagne de
et francophiles recrutement de membres individuels,
du Nord-est de associatifs et corporatifs est en marche.
l’Ontario.» Grand Ciel Bleu, la Librairie du Nouvel-
Selon le libraire, Ontario veut atteindre un chiffre d’affaires
Robert Beauchamp, d’un million de dollars d’ici 2011.
l’ouverture est un Le RDÉE Ontario a appuyé
aboutissement pour ce projet en mobilisant les partenaires,
ceux qui travaillent en siégeant au comité organisateur,
depuis quatre ans. en contribuant financièrement au plan
Des bénévoles se d’affaires et en contribuant au
sont affairés pour développement des capacités de groupe.
assurer l’ouverture
de la librairie. Des Photos : Christian Pelletier
45 000 francophones de la région, et plus jeunes et des personnes âgées ont mis la main
généralement, la population francophone à la pâte la longue fin de semaine de la Fête
du Moyen-Nord. du travail pour peinturer, nettoyer, monter
C’est en 2003 qu’un comité des étagères, déballer d’innombrables
organisateur de la librairie a été mis sur boîtes et ensuite étiqueter le prix sur des
pied et a tenu sa première réunion. Pour livres, des agendas, des calendriers et des
déterminer la description possible de la DVD. Plus de 180 bénévoles ont contribué
librairie, les ressources et services que l’on près de 3 500 heures depuis mars 2008 pour
pourrait y trouver ainsi que les possibilités permettre à la librairie d’ouvrir ses portes
de structure corporative, le comité pour la rentrée universitaire et collégiale.
reconnaissait l’importance d’évaluer « Cette librairie d’ici, par et
toutes les facettes au moyen d’une étude pour les gens d’ici, offrira un service de
de faisabilité et d’un plan d’affaires avant librairie professionnel et à la fine pointe
d’adopter une description et d’entamer la de l’information. La sélection des titres,
mise en œuvre. Le tout a mené à l’offre de tout en donnant une place prépondérante
plus de 11 000 titres, des périodiques, des aux auteurs franco-ontariens, présentera
cartes de souhaits, DVD et CD publiés ou des ouvrages de littérature, des livres de
traduits en langue française dans un local vulgarisation ou spécialisés, de loisirs
de 3 000 pieds carrés situé en plein centre- ou éducatifs sélectionnés parmi les plus
ville de Sudbury. La Brûlerie Old Rock prisés et les mieux adaptés aux besoins de
s’est jointe au projet en ouvrant un café- notre communauté francophone », soutient
bistro dans la librairie où les gens peuvent Stéphane Gauthier, le vice-président.
s’attabler dans un endroit accueillant. En plus d’être un agent
D’ailleurs, les propriétaires de la Brûlerie d’épanouissement culturel, Grand Ciel
Old Rock ont remporté un Prix Bell de la Bleu sera un acteur économique générant
20 Vox RDÉE Automne 2008
Une cure de rajeunissement pour le centre-ville de Casselman
Par Marie-Eve LaRocque

La revitalisation, tant économique que physique, est l’Agriculture et des Affaires rurales de l’Ontario (MAAARO), via
une méthode éprouvée pour favoriser le développement socio- leur programme Maintien et Expansion des entreprises (ME+E),
économique d’un centre-ville. À la suite de sa participation au le Comité de revitalisation de Casselman, composé de nombreux
programme d’échanges communautaires Premières impressions, bénévoles, vise présentement à aménager la Place publique au
la communauté de Casselman a obtenu de nouveaux points de vue centre-ville, à acquérir la gare patrimoniale et à mettre en œuvre
sur son attrait physique, ses services et son infrastructure et a leur premier Festival de Noël. Ce faisant, les activités prévues par
pu cerner ses atouts et ses faiblesses. Par la suite, un comité le comité de revitalisation préconiseront la concertation des acteurs
de revitalisation fut créé pour contrer le ralentissement de communautaires, favoriseront un développement harmonieux
l’achalandage et la dégradation physique du centre-ville de ainsi qu’une relance économique pour appuyer les entreprises du
Casselman. centre-ville de Casselman.
Dans ce même élan, un sondage à tous les résidants de
Casselman et aux entreprises situées dans le centre-ville fut lancé,
de même qu’un atelier de conception communautaire auquel ont
participé des résidants, des étudiants, des commerçants et des
dirigeants communautaires de Casselman. L’atelier, qui avait
pour but d’élaborer une nouvelle vision pour le cœur du village,
a permis de dégager l’image d’une rue marchande animée, bordée
de boutiques spécialisées et d’une place publique communautaire.
Depuis le mois de février 2008, le comité de revitalisation
de Casselman est devenu un sous-comité de la municipalité du
Village de Casselman. Déjà, les activités réalisées dans le cadre
de la revitalisation de Casselman ont permis de sensibiliser les
entreprises à l’importance de la revitalisation du centre du village
et des retombées socio-économiques que celle-ci peut engendrer.
Les résultats concrets, comme la rénovation de plusieurs façades,
l’établissement de nouvelles entreprises, l’aménagement extérieur,
des liens entre les services disponibles et les entreprises du centre-
ville, des investissements publics et privés de près de 75 000 $,
contribuent à la prise en charge de la communauté.
Fortement appuyé par le ministère de l’Alimentation, de Francyn LeBlanc, présidente du comité de revitalisation

Un Forum des bailleurs de fonds à Alfred


Par Marie-Eve LaRocque

Un forum, où étaient réunis des bailleurs de fonds sités, Industrie Canada et Patrimoine canadien.
qui ont en commun le développement des communautés de Le déroulement de la journée a également permis
Prescott-Russell, Stormont, Dundas et Glengarry, s’est déroulé à Madame Céline Côté, conseillère en développement orga-
le 23 avril dernier à l’Université de Guelph, Campus d’Alfred. nisationnel au Centre canadien de leadership en évaluation,
L’objectif du Forum des bailleurs de fonds était d’ex- de présenter un atelier intitulé « La performance et la qualité
plorer l’appariement entre les acteurs communautaires et les de vie organisationnelle au cœur du développement communau-
nombreux bailleurs de fonds. À l’aide d’un système de rendez- taire ». Lors de cet atelier, les participants ont été sensibilisés
vous sur place, les participants ont eu l’occasion de rencontrer aux ingrédients qui permettent de créer des conditions pour que
les bailleurs de fonds individuellement et de discuter de leurs l’organisation devienne efficace dans la poursuite de ses objec-
projets respectifs. Plus d’une centaine de participants ont tifs, tout en créant des conditions pour que les personnes puis-
bénéficié de la journée à laquelle ont participé la Fondation sent s’épanouir.
Trillium de l’Ontario, le ministère de l’Agriculture, de l’Alimen- Le succès retentissant du Forum des bailleurs de fonds
tation et des Affaires rurales (MAAARO), le Secrétariat rural, la a occasionné la concertation des intervenants communautaires
Société de développement communautaire de Prescott-Russell de la région de Stormont Dundas et Glengarry pour reproduire
(SDCPR), la Fondation franco-ontarienne, Centraide Prescott- un deuxième forum à Cornwall à l’automne prochain.
Russell, le ministère de la Formation et des Collèges et Univer-

Automne 2008 Vox RDÉE 21


Direction générale

Direction régionale
Centre-Sud-Ouest
Nicole Sauvé Annie Dell
Directrice générale Directrice régionale
3349, chemin Navan 2, rue Carlton, bureau 1305
Ottawa (Ontario) K4B 1H9 Toronto (Ontario) M5B 1J3
Tél. : 613 834-1300, Téléphone : 416 596-0220
poste 221 Télécopie : 416 596-7968
Télécopie : 613 834-1346 adell@rdee-ont.ca
nsauve@rdee-ont.ca

Poste vacant Patricia Gaspar


Adjointe à la direction Adjointe régionale
et au C.A. 2, rue Carlton, bureau 1305
3349, chemin Navan Toronto (Ontario) M5B 1J3
Ottawa (Ontario) K4B 1H9 Téléphone : 416 596-0549
Tél. : 613 834-1300, poste 221 Télécopie : 416 596-7968
Télécopie : 613 834-1346 pgaspar@rdee-ont.ca

Roch Archambault Yollande Dweme M. Pitta


Directeur des Agente de développement
communications 2, rue Carlton, bureau 1305
3349, chemin Navan Toronto (Ontario) M5B 1J3
Ottawa (Ontario) K4B 1H9 Téléphone : 416 596-9917
Tél. : 613 834-1300, poste 224 Télécopie : 416 596-7968
Télécopie : 613 834-1346 ydwemempitta@rdee-ont.ca
rarchambault@rdee-ont.ca

Patrick Cloutier Chantal Gabriot


Contrôleur Agente de développement
3349, chemin Navan Suite Works
Ottawa (Ontario) K4B 1H9 92, avenue Caplan,
Tél. : 613 834-1300, poste 223 bureau 309
Télécopie : 613 834-1346 Barrie (Ontario) L4N 0Z7
pcloutier@rdee-ont.ca Téléphone : 705 719-7941
cgabriot@rdee-ont.ca

François Désormeaux Lynne Maher


Directeur des services Agente de développement
3349, chemin Navan 7515, prom. Forest Glade
Ottawa (Ontario) K4B 1H9 Windsor (Ontario) N8T 3P5
Tél. : 613 834-1300, poste 225 Téléphone : 519 944-8284
Télécopie : 613 834-1346 Télécopie : 519 944-2598
fdesormeaux@rdee-ont.ca lmaher@rdee-ont.ca

Jean-Denis Barry
Agent de développement
Collège Boréal, Campus Sud
130, rue Dundas Est, bur. 406
Mississauga (Ontario)
L5A 3V8
Téléphone : 905 277-8885
Télécopie : 905 277-3330
jdbarry@rdee-ont.ca
Direction régionale

Direction régionale
Martine Plourde Guy Robichaud
Directrice régionale Directeur régional
3349, chemin Navan 531, av. Notre-Dame, 2e étage
Ottawa (Ontario) K4B 1H9 Sudbury (Ontario) P3C 5L1
Tél. : 613 834-1300 Téléphone : 705 560-1121

Nord
poste 227 Télécopie : 705 560-9699
Est

Télécopie : 613 834-1346 grobichaud@rdee-ont.ca


mplourde@rdee-ont.ca

Diane Kyd Poste vacant


Adjointe régionale Adjointe régionale
3349, chemin Navan 531, av. Notre-Dame, 2e étage
Ottawa (Ontario) K4B 1H9 Sudbury (Ontario) P3C 5L1
Tél. : 613 834-1300, Téléphone : 705 560-1121
poste 227 Télécopie : 705 560-9699
Télécopie : 613 834-1346
dkyd@rdee-ont.ca
Marie-Eve LaRocque Rachel Quesnel
Agente de développement Agente de développement
72, rue Mechanic Ouest 531, av. Notre-Dame, 2e étage
Case postale 45 Sudbury (Ontario) P3C 5L1
Maxville (Ontario) K0C 1T0 Téléphone : 705 560-1121
Téléphone : 613 527-1430 Télécopie : 705 560-9699
Télécopie : 613 527-2569 rquesnel@rdee-ont.ca
melarocque@rdee-ont.ca

Kathy Chaumont Francine Lecours


Agente de développement Agente de développement
519, rue Principale Est 523, Route 11 Est
Hawkesbury (Ontario) Case postale 1647
K6A 1B3 Hearst (Ontario) P0L 1N0
Tél. : 613 632-7057 Téléphone : 705 372-0029
Télécopie : 613 632-7385 Télécopie : 705 372-2840
kchaumont@rdee-ont.ca flecours@rdee-ont.ca

Alain Royer Monique Hébert


Agent de développement Agente de développement
280, rue Metcalfe, pièce 505 531, av. Notre-Dame, 2e étage
Ottawa (Ontario) K2P 1R7 Sudbury (Ontario) P3C 5L1
Tél. : 613 236-1280 Téléphone : 705 560-1121
Télécopie : 613 230-8404 Télécopie : 705 560-9699
aroyer@rdee-ont.ca mhebert@rdee-ont.ca

Lynn de Montigny Christine Ouimette


Agente de développement Agente de développement
629, rue Division 111, rue Elgin, bureau 305
Bureau de MCF Sault-Sainte-Marie
Kingston (Ontario) K7K 4B7 (Ontario) P6A 6L6
Tél. : 613 547-6346 Téléphone : 705 759-9909
Télécopie : 613 530-2448 Télécopie : 705 759-8267
ldemontigny@rdee-ont.ca couimette@rdee-ont.ca