Vous êtes sur la page 1sur 15

Calcul des déplacements

• motivation

– États Limites de Service (ELS)

• limiter la déformabilité (les déplacements) des structures

• souvent, critère plus exigeant que celui de résistance

– structures hyperstatiques

• détermination des inconnues hyperstatiques

Déformée due à la flexion

• flexion simple plane

• axe initialement rectiligne, actions perpendiculaires

• petits déplacements (linéarisation géométrique)

• effets de M et de T dissociés

• on cherche l’équation de la déformée de l’axe = ligne élastique

• On a :

• Or,

Ligne élastique 1 M = - R EI y z 1 y" = ª y"
Ligne élastique
1
M
= -
R
EI
y
z
1
y"
=
ª
y"
3
R
(
2
)
2
y
1
+
y'
linéarisation
M
géométrique
y" = -
EI
Flèche et rotation ds ª dx ds = -Rdq tg2q << 1 , tgq ª
Flèche et rotation
ds ª dx
ds = -Rdq
tg2q << 1 ,
tgq ª q
,
cosq ª 1
dy
1
d q
dx + u + du = u + ds cosq ª u + dx fi du ª 0
q =
=
dx R
dx

Équations différentielles des poutres fléchies

EIy"

= -

M

(

(

)

EIy" '

)

EIy" "

= -

T car T

=

q

car q

=

= -

Cas particulier : EI constant

dM

dx

dT

dx

 

(

4

)

=

q

y

EI

4

équation différentielle du

ème ordre

Conditions aux limites

• conditions sur y

– flèche imposée (appuis)

• conditions sur y¢

– rotation imposée (encastrement)

• conditions sur y

– moment fléchissant imposé (extrémité libre)

• conditions sur y ¢

– effort tranchant imposé (extrémité libre)

Conditions aux limites

M = 0 fi y ¢¢ = 0 T = 0 fi y ¢¢¢ =
M
=
0
y
¢¢ =
0
T
=
0
y
¢¢¢ =
0
y
=
0
M
=
0
y
¢¢ =
0
y
= 0
q
= y
0
¢ =
0
= 0 y = 0 M = 0 fi y ¢¢ = 0 y = 0

y

y

g

¢ g

= y

=

d

y ¢

d

Intégration directe

Intégration directe

Intégration directe

Intégration directe

Intégration directe

• avantage

– on trouve y(x) en tout point

• inconvénient

– en général, on cherche y et q en quelques points

Æ trouver une méthode de calcul plus adaptée

• cas de la flexion pure

Remarques (1)

– M = cste y = 0 y est une parabole

– 1/R=-M/EI y est un cercle

– l’approximation vient de

1 y" = 3 R ( 2 ) 2 y 1 + y'
1 y"
=
3
R
(
2
)
2
y
1
+
y'

ª y"

valable uniquement si les déplacements sont petits

• grands déplacements

Remarques (2)

– le principe de superposition n’est plus valable

– les sollicitations dépendent de la configuration

déformée

Théorème des travaux virtuels

• T.V. : forces réelles - déplacements virtuels

( n ) Ú f u' dV + Ú T u' dS = Ú a'
(
n )
Ú
f u' dV +
Ú
T
u' dS =
Ú
a'
dV "u'
i
i
i
i
t ij
ij
i
V
S
V

• T.V. : forces virtuelles - déplacements réels

( n ) Ú f ' u dV + Ú T' u dS = Ú
(
n )
Ú
f ' u dV
+
Ú
T'
u dS
=
Ú
t '
a dV
i
i
i
i
ij
ij
V
S
V
(
n )
" f ' ,T'
, ' en équilibre
t
i
i
ij

Intégrales de Mohr

• choisir les forces et les contraintes virtuelles en équilibre en plaçant une force unitaire dans le sens du déplacement cherché

une force unitaire dans le sens du déplacement cherché ( n ) Ú f ' u
( n ) Ú f ' u dV + Ú T' u dS = 1
(
n )
Ú
f ' u dV
+
Ú
T'
u dS
=
1 d
i
i
i
i
V
S

d = déplacement cherché

Contribution de M M'y My Ú t ' a dV = Ú dV ij ij
Contribution de M
M'y My
Ú
t '
a
dV =
Ú
dV
ij
ij
V
I
EI
V
MM'
(
2
)
=
Ú
Ú
y dA dx
2
EI
A
l
MM'
=
Ú
dx
EI
l
Contribution de N
N'
N
Ú
t '
a
dV =
Ú
dV
ij
ij
V
A EA
V
NN'
(
)
=
Ú
Ú
dA dx
2
EA
A
l
NN'
=
Ú
dx
EA
l

Contribution de T

T'S

V

TS

2 TT' Ê A S ˆ = Ú Á Ú dA dx ˜ Á 2
2
TT' Ê A
S
ˆ
=
Ú
Á
Ú
dA dx
˜
Á
2
2
˜
GA
I
A
b
Ë
¯
l
TT'
= Ú
c
dx
GA
l

c = facteur de correction

Ú

V

t '

ij

a

ij

dV =

Ú

Ib

GIb

dV

Intégrale de Mohr Ê MM' NN' TT' ˆ d = Ú Á + + c
Intégrale de Mohr
Ê MM'
NN'
TT' ˆ
d
=
Ú
Á
+
+
c
˜
dx
Ë
EI
EA
GA ¯
l
moment fléchissant dû
aux actions réelles
moment fléchissant dû à une force
unitaire placée au point où l’on
cherche le déplacement dans la
direction et le sens de celui-ci
En général,
Ê MM' ˆ
d
=
Ú
Á
˜
dx
Ë
EI
¯
l

Calculs pratiques

Tableau de

1

l

l

Calculs pratiques Tableau de 1 l l

Ú

M M dx

¢

¢¢

Ú M M dx ¢ ¢¢
Ú M M dx ¢ ¢¢
A M 2 qL y
A
M
2
qL
y
A M ¢ L y
A
M ¢
L y

Exemple

flèche en A

d =

L

1

2

qL

2

L =

4

qL

8EI

rotation en A

EI 3

2 6EI

d = -

L

2

1 qL

1 = -

3

qL

Exemple

Exemple L 1 + - 2 qL L EI 3 8 4 1 2 1 4

L

1 +

-

2

qL

L

EI

3

8

4

1 2
1
2
1 4
1
4

4

5 qL

384 EI

y max

=

=

Effets thermiques

• élévation uniforme de température

DT = T après - T avant

• gradient thermique (constant)

DT´/h

-DT¢/2 DT h/2 h/2 DT¢/2
-DT¢/2
DT
h/2
h/2
DT¢/2
T après - T avant • gradient thermique (constant) – D T´/h -DT¢/2 DT h/2 h/2

D T ¢

h

e

x

=aD T

e

x

= a

y

 

Effets thermiques

• contribution du gradient thermique

 

Ú

V

t

'

a

dV =

Ú

M'y

a

D

T ¢

ydV

 

ij

ij

 

I

h

 

V

 
 

=

Ú

l

a

D

T ¢ M'dx

 
   

h

• contribution de l’élévation uniforme

   

Ú

V

t

'

a

dV =

Ú

N'

aD TdV

 
 

ij

ij

A

 

V

 

=

Ú

aD TN'dx

 
 

l

Intégrale de Mohr

MM' NN' TT' EI EA GA l l l D T ¢ M'dx h l
MM'
NN'
TT'
EI
EA
GA
l
l
l
D
T ¢ M'dx
h
l
l

d

=

Ú

dx +

Ú

dx +

Ú

c

dx

+ Ú

a

+ Ú

aD

TN'dx

Effet de l’effort tranchant

Effet de l’effort tranchant T aire réduite g = c GA A T B = =
T aire réduite g = c GA A T B = = c GB
T aire réduite
g
= c
GA
A
T B =
=
c
GB

Effet de T : équation différentielle

• La contribution additionnelle due à T est donnée par

T

GA

c dT

GA dx

• La ligne élastique est solution de

y¢¢ = -

M

EI

- c

q

GA

y ¢ = c

y ¢¢ =

Effet de T : exemple

• poutre isostatique sur 2 appuis, charge q uniforme

4 2 5 qL L c 384 EI 8GA 4 5 qL h 2 ˆ
4
2
5 qL
L
c
384 EI
8GA
4
5 qL
h 2
ˆ
y
=
y
+
y
=
Ê
Á 1
+
2,5
˜
M
T
2
˜
384 EI
L
Ë Á
¯

• section rectangulaire en acier

c =

6 I ; 5 A
6
I
;
5
A

=

2 12
2
12

h

u = 0,3;

E G
E
G

= 2,6

h

: =

1

y

T

ª

2,5%

h

y

T

L

10

y

 

L

y

y

M =

;

y

T =

q

Effet de T : aires réduites

Effet de T : aires réduites

Gauchissement entravé

• résultats valables si la poutre est libre de gauchir

• OK si T varie continûment

Gauchissement entravé • résultats valables si la poutre est libre de gauchir • OK si T

Intro aux systèmes hyperstatiques

• illustration sur un système 1x hyperstatique

• illustration sur un système 1x hyperstatique flèche due à q d 2 A X A

flèche due à q

d

2

A XAL

= -

qL X 3 A = 8
qL
X
3
A =
8

• (a) (b)

• (b) = superposition charge répartie + réaction

d

qL
A

=

L

flèche due à X A

L

2