UEM

2014
ULB – 3 – 8 août
Bruxelles
UEM 2014
Art, Culture & Révolution –
Rapport d’activités
Rédigé par :
Le Professeur Jihane Sfeir, responsable académique de
l’UEM
Dr Leila Mouhib, coordinatrice scientifique de l’UEM

1

L’UEM 2014 est organisée à l’ULB dans le cadre des activités du Pôle Bernheim, avec le soutien financier de
la Fondation Bernheim :

Les partenaires de l’UEM 2014 :

L’Atelier Cinéma de l’UEM est organisé en collaboration avec ULB-Culture, et son Atelier Cinéma :

Avec également le soutien financier du Centre d’action laïque et du Ministère de la Culture de la Fédération
Wallonie-Bruxelles :

Contact :
Leila Mouhib - Coordinatrice scientifique de l’UEM
IEE
Avenue FD Roosevelt 39 CP172
B - 1050 Bruxelles
02/650.30.76 ; uem.ulb@gmail.com



1

Participant(e)s UEM 2014 :

63 participants :
18 Professeurs universitaires et intervenants

45 étudiant(e)s : 17 ♀/ 28 ♂
Pays d’origine des participant(e)s






Algérie
Belgique
Égypte
Espagne
France
Grèce
Italie
Liban
Maroc
Palestine
Tunisie

2




 Programme UEM 2014

L’Université Euro-Méditerranéenne de l’Institut d’Etudes Européennes, coordonnée par Jihane
Sfeir (ULB) et soutenue par la Fondation Emile Bernheim, s’est déroulée cette année à l’ULB,
à Bruxelles. L’université d’été s’est déroulée du 3 au 8 août, elle avait pour thème ‘Art,
Culture & Révolution’.
La semaine a commencé par une conférence inaugurale intitulée « The Activist Imagination:
Art and Activism in the Age of Globalisation » donnée par Lieven De Cauter (KUL-Leuven).
Il a été question dans son intervention de remettre en cause le paradigme de l’art militant et de
questionner la pertinence de l’art dans la révolution. La soirée s’est poursuivie autour d’un
buffet libanais : les participants ont pu dîner en faisant connaissance.
3



Les matinées étaient consacrées aux conférences et débats ; les après-midis, les étudiants
travaillaient en ateliers : cinéma, cinéma tunisien, street art, poésie.
La première journée consacrée aux dynamiques culturelles et artistiques de la révolution
présidée par Kmar Bendana (La Manouba) a débuté par le mot d’introduction de Jihane Sfeir
(ULB) suivi de l’intervention d’Andrea Urlberger (Université Nationale Supérieur
d’Architecture de Toulouse) sur les liens entre les pratiques artistiques et les pratiques
révolutionnaires. Angela Delli Paoli (Université de Salerne) a ensuite abordé la question de l’art
militant en Italie à travers l’exemple du « Teatro Valle Occupato ». Philippe Droz-Vincent (IEP
Grenoble) a clôturé la matinée en discutant l’objet de l’art dans les mobilisations sociales et
politiques dans le monde arabe.
« L’art comme arme de contestation » fut le thème de la séance du deuxième jour présidée par
Jean de Brueker (Centre d’Action Laïque). Abaher el Sakka (Université de Birzeit), a analysé
dans sa conférence la place et l’impact des artistes palestiniens dans l’espace public. Nedjma
Hadj (curatrice et architecte, Bruxelles) a quant à elle abordé la chorégraphie comme arme de
militance dans le monde arabe. Tarek Ben Yakhlef (artiste, scénariste et historien, France) a fait
une présentation générale du Street Art. Chaymaa Hassabo (Collège de France, Paris) a
enchaîné sur le rôle de cet art de rue dans la révolution égyptienne. La soirée du mardi a été
consacrée au visionnage en avant-première en Belgique, du film Le Challat de Tunis. Le long
métrage de Kaouther Ben Hania, est diffusé au Festival International du Film Francophone de
Namur du 3 au 10 octobre.
La séance du mercredi 6 août consacrée aux médias et au cinéma de la révolution était présidée
par Abaher El Sakka (Université de Birzeit). La matinée a débuté par la conférence de Kmar
Bendana (La Manouba) qui a évoqué le dynamisme du cinéma tunisien postrévolutionnaire.
Ghada Sayegh (Université Saint-Joseph, Beyrouth) a enchaîné ensuite sur la représentation
artistique face à la représentation médiatique à travers l’étude de trois œuvres de l’immédiat
après-guerre au Liban. Tourya Guaaybess (Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand) a
soulevé la question du rôle des nouveaux médias arabes dans la promotion de la démocratie.
Jihane Sfeir (ULB) a clôturé la journée par une conférence autour de la place de l’art et des
réseaux sociaux dans les mobilisations arabes.
Le jeudi était consacré aux visites et à la découverte de Bruxelles. Une visite du Parlement
européen couplée au Brussels Graffiti Tour a permis aux participants de partir à la découverte
des institutions européennes le matin et de l’art urbain sur les murs des Marolles l’après-midi.
Le Brussels Graffiti Tour était encadré par l’association Lezarts Urbains.
4




La journée du vendredi, dédiée aux manifestations littéraires et aux engagements intellectuels
face aux révolutions arabes, a été présidée par Khaled Kchir (Université de Tunis). Ce dernier
a assuré la modération des interventions et la traduction simultanée de l’intervention de Maha
Hassan (romancière et journaliste syrienne) autour de la problématique de l’écriture en temps
de révolution et de l’impuissance de l’expression en temps de guerre en Syrie. Xavier Luffin
(ULB), organisateur de la journée, a évoqué la transformation de l’écriture du romancier libyen
Ibrahim al Kuni face au printemps arabe à travers l’étude de son ouvrage « Les chevaliers des
rêves assassinés ». La matinée s’est clôturée avec l’intervention de Dima Samaha (Université
Saint-Joseph, Beyrouth) qui s’est penchée sur l’impact de la guerre, la violence et le trauma
qu’elle engendre, dans la littérature libanaise (anglophone) de l’émigration. Une conclusion
générale suivie de remerciements a été faite par Jihane Sfeir (ULB).
5

La restitution des ateliers (articles, poésies, film) s’est déroulée durant la soirée du vendredi.
Tous les participants ont pu visionner le court-métrage réalisé par l’atelier cinéma. Les
participants de l’atelier cinéma Tunisie ont présenté une analyse critique de films. Les membres
de l’atelier poésie ont ému toute la salle : l’un des participants, Izzedin, a déclamé en arabe un
poème qu’il a lui-même écrit. Une étudiante belge a ensuite lu la traduction en français de ce
poème. Les participants de l’atelier street art ont présenté les œuvres qu’ils avaient réalisées
au cours de la semaine, et proposé des analyses libres du street art. Les articles produits par les
différents ateliers seront mis en ligne sur le site de l’UEM, ainsi que le court-métrage et le
poème. La soirée s’est poursuivie à l’Institut d’Etudes Européennes, pour la remise des
certificats de participation, la clôture de la semaine et un buffet.


 Site internet UEM
www.UEM-IEE.org
Le site de l’UEM reprend un historique des précédentes éditions, le détail des institutions
partenaires, le programme complet, ainsi que le résultat des ateliers.
 Résultat des ateliers
→ Atelier Street Art :
6

D’une part, les participants ont travaillé à des œuvres de Street Art qu’ils ont collées dans les
environs de l’Université… à chacun de partir à leur recherche !
D’autre part, les étudiants ont travaillé à l’analyse critique de phénomènes de Street Art. Leurs
articles sont publiés sur le site de l’UEM : la recherche de la gloire et le Street Art, le Street Art
en Palestine, ou encore la carrière de Xavier Prou.


→ Atelier Poésie :
Au sein de l’atelier Poésie, les participants ont travaillé autour d’un poème écrit en arabe par
l’un des étudiants Izzedin. Ils ont travaillé ensemble à la traduction de ce poème en français.
Le poème et sa traduction sont publiés sur le site de l’UEM.
→ Atelier Cinéma tunisien :
Les participants, encadrés par le Professeur Kmar Bendana, ont visionné plusieurs films
tunisiens post-Révolution. Ils ont ensuite travaillé en groupe à l’analyse critique de ces films
pour proposer un article, qu’ils nous ont présenté en trois langues : anglais, français, arabe.
L’article dans ses différentes versions est disponible sur le site de l’UEM.
→ Atelier Cinéma :
Les participants de l’atelier Cinéma, encadrés par ULB Culture, ont travaillé à la production
d’un court-métrage, qui a été présenté en clôture de l’université d’été.
 Vers l’UEM 2015
→ Thème
Construire l’Autre. Étrangers et frontières en Méditerranée.
→ Lieu
Université Saint-Joseph, Beyrouth, en collaboration avec l’USJ et la Lebanese American
University.

→ Partenaires
- USJ, Liban
7

- LAU, Liban
- Université de Birzeit, Palestine
- Université française d’Égypte
- La Manouba, Tunisie
- Université de Salerne, Italie
- Université Carlos III, Espagne
- Le partenariat avec l’IEP Grenoble devrait être effectif pour l’édition 2015
- Nous espérons aussi développer un partenariat avec une université algérienne et une
université marocaine.







Sign up to vote on this title
UsefulNot useful