Vous êtes sur la page 1sur 1
NOUVEAU PROGRAMME ITEM 135 DOULEUR EN SANTE MENTALE - Repérer, prévenir, et traiter les manifestations

NOUVEAU PROGRAMME ITEM 135

DOULEUR EN SANTE MENTALE

- Repérer, prévenir, et traiter les manifestations douloureuses chez le patient psychiatrique et la personne atteinte de troubles envahissants du développement.

Connaître les bases en psychopathologie de la douleur aiguë et chronique, et les dimensions psychologiques en lien avec la plainte douloureuse.

-

Zéros

DOULEUR EN SANTE MENTALE

1. Introduction :

Composantes de la douleur

-

Sensorielle

-

Emotionnelle

 

-

Cognitive

-

Comportementale

Durée

-

Douleur aiguë : indépendante d’une pathologie psychiatrique

-

Douleur chronique : associée à des symptômes dépressifs

2. Douleur et troubles psychiatriques :

Episode

-

Episode dépressif deux fois plus fréquent chez le patient douloureux chronique

dépressif

-

Plaintes douloureuses chez 75% des patients dépressifs

Troubles

-

Episodes douloureux plus fréquents chez les patients bipolaires

bipolaires

-

Les migraines chez un sujet dépressif peuvent être un signe de bipolarité

-

Risque plus élevé de développer un trouble bipolaire chez les fibromyalgies

Troubles

-

La douleur, aiguë ou chronique s’associe à l’anxiété

anxieux

-

L’anxiété diminue le seuil de perception et la tolérance de la douleur

 

-

Plaintes douloureuses peu exprimées chez les patients schizophréniques

Schizophrénie

-

Négligence du patient pour la douleur

-

Risque de retard diagnostique : appendicite, syndrome coronarien, fracture…

Troubles

-

Modification de l’expression de la douleur

autistiques

-

Comportement de retrait, d’agressivité et d’automutilation face à la douleur

Troubles

-

Douleurs sans substrat organique

somatoformes

-

Retentissement fonctionnel important

-

Risque d’iatrogénie en lien avec la multiplication des examens complémentaires

 

-

Histrionique : expression théâtrale de la douleur

Troubles de la personnalité

-

Obsessionnelle : douleur précise et détaillée

-

Narcissique : douleur perçue comme plus grave que celle des autres

 

-

Borderline : variation dans l’expression de la douleur

Démence

-

Altération de l’expression de la douleur

-

Manifestations comportementales : agitation, agressivité, troubles du sommeil

Troubles

-

Douleur souvent sous-estimée

addictifs

-

Diagnostic différentiel avec le syndrome de manque

-

Eviter les opioïdes faibles, les agonistes partiels, les formes injectables

3. Prise en charge :

Evaluation

-

Evaluation similaire aux patients non psychiatriques : EVA, ENA, 6 visages

-

Echelles d’hétéro-évaluation en cas de troubles de la communication

Traitements

-

Information et relation de soutien envers le patient

non

-

Soins corporels : kinésithérapie, balnéothérapie, activité physique

médicamenteux

-

Soins psychocorporels : relaxation, sophrologie, hypnose

-

Psychothérapie : thérapie cognitivo-comportementale, psychanalyse

 

-

Prégabaline pour les douleurs neuropathiques

-

Duloxétine pour les douleurs de neuropathie diabétique

Traitements

-

Neuroleptiques et benzodiazépines pour les dimensions émotionnelles

médicamenteux

-

Antalgiques classiques : AINS : risque d’augmentation de la lithiémie Corticoïdes : risque de décompensation thymique Tramadol : risque de syndrome sérotoninergique Morphine : risque d’addiction