Vous êtes sur la page 1sur 91
COLITANDEI PSS LDI8 TBANTRANTT GLEE: Gurattty ‘lagi = La bataillle Se 1940 Le Jules Verne ommbanrile Berlin, 1340 @ Dossier tactjywe J: La prise de Paérodrome de Maltme RL ei hs oie aes ae enc, flys Pas i 12-50 Caage 19,99 Es Etate-UMTs 14,95,s 16,90 [oS] = fo] oer [Ba] tater Eg tree [eR] reece mare [Be] mee [Soh conmndes Ca EJ Motes ours [ep erases cet pera anatence pertes colossales subles par los Falschinmjigo lors de eette campagne. a (Le) fetereimetonsee qo A one FED] ene cate mpage bate ©) une name ‘Abot connectez-vous ternet pour suivre Dineccur de publication Veronique Berand Redacteuren chef Jean-Philippe Lae lade net taco) Rédateurenchefadoint Stéphane Mochain Sect de édcton Gautier Lamy (arny@rettarcor) Redacteurgraphiste adjoint Jekny Fle Rédector correct CChestine Liaret Principau collaborteurs Giles Almeida, Vincent Bourgignn, Dominique Bure, Brice Charon Pasa Chambon, Christophe Cheesy Pie Edouard Ce, Georges Guillaume, Valentin Feroul, Morgan Hamad, ie Is, Vigle La Lamia, Beane Le Babe, Stephane “Manto, Sphane Moron, Rayan Nez, Patric Rouveirol, Rahal Schneier, Olvier ‘Teen Aboomements events maméso Tae Raacher shocoement conftest com Redaction, Pblisie (CONFLITS &e STRATEGIE PAE La Pi 470 avenue Jen Monae, 13760 Suine-Cannat = France Ta.s0842 20 1525, Fax 08.22019 65, nino Vente en kiouueen France: NMPP Ventesen Regge “Tondeur Dison —wrcondeurbe onsssn24 USA & Canada iphannsen ont Contaeréseau & placement acement confine sete om Impression pel Inde Graphic Lemamboro 94 OF 4 20305 Tran Epa Commision presen cor, ISSN:2100-0475 Depéelégal pation (Champr de ati ex ne publication de Cori Srtii, SA.R Lan capil de 10000€ Copyright Confits& State sept: 2009 SomMMAIRE Notre couverture Fallschirmjager tranchissant un mur de pierre a la recherche du pro- chain couvert. Créte 1941. (Collection B. L. Davis) La Gazette we ia Seconde Guerre mondiale Par Pierre-Edouard Cote & Gautier Lamy 4 La tombeau des espoirs allemands en Méditerranée ? Par Pierre-tdouard Céte & Patrick Rouveirol 1 Protils de Vincent Bourguignon “4 Fiche Avion: Junkers Ju-52 ar Gautier Lamy / Profil de Gilles Almeida 40 Kos et Léros, le baroud @’honneur _ des paras allemands en Méditerranée Par Pierre-Edouard Cate & Patrick Rouveirol 1 Profils de Vincent Bourguignon & Giles Aimelda 2 Un bombardier nommé ‘Jules Verne” Par Bernard Delfino 1 Profil de Vincent Bourguignon / Dessin de Roy Grinnell. 6 La bataille d’Angleterre, les réseaux de la victoire Par Michaél Marion / Dessin de Roy Grinnell. rR Dossier tactique n'3: . La prise de Paérodrome de Maleme Par Pierre-Edauard Gite et Jean-Phiipe Liordet 1 Dessins de Stéphane Lagrange Abonnement Critiques de livres & wargames Anciens numéros ‘Nos auteurs... “Jean Phillppe iardet xt docturen histo male tudes de dence, ptalite ‘simulation de conf “Gaur Lamy es tlre dune ience dhs etarchéoogie de Tuners PA Michael Marion ext officer dans Pkemée de Fe frangaie et ancien stage au Calageintrarmaes de Defense exprme tive personnel Pierre-Edouard Ceesttulared une maitise dst i estpasionné pr stoke rae mate uss par tout ce qu touche aux ames eaux unfrmes patrick Rouveirel est un profeseur des écoes passonne distil sintresse partcltrement au monde lsophone ans qu aux deux gueres mondisles, "Bemard Delfin ext president du French Wing dela Commemorate Ar Force. {Vincent Bourguignen tun graphite et web designer passion para Second CGuere mondial i's de execute de nombreux dessins pour des les ou des jeuxet expose ser oeuvtes ut tpn rowing ltt et tp 2amor ets” Roy Grinellest un rst calforen recone pus ses oes drones mo ss ‘stablenux lester expos ses ocues sur son steht. wnayeimnl cam Stdphane Legronge ext Sesinatevr et redactur en chet du magazine d¥stoe mile et unformologi« Spangena ‘ils Ameda 2 cr en 2003 le ste tert Simulation France Magazine com qu trate notamment dela smolaton séronavtique (ime a! PREMIERE ANNEE -N°3 ADMINISTRATION ET REDACTION: 470 AVENUE JEAN MONNET La Gazette de la Seconde Guerre mondiale. LE NUMERO 1 FR. 5O ‘SAINT-CANNAT, VENDREDI 28 AOUT 2009 Lignes arriéres, iles, rien n'est plus ATabri de I'ennemi qui peut tomber du ciel ‘Vorr NOTRE ARTICLE COMPLET EN PAG: 5 La 22 (Luftlande) Infanterie-Divi- sion est une unité étonnante tant par sa formation que par sa carriére opérationnelle.. ‘Vor noTee ARTICLE COMPLET EX Pac 6 Edito Chers lecteurs ‘Comme vous pouvez le constater, ce numéro s'intéresse aux para- chutistes allemands et aux sauts opérationnels menés sur le theatre d'opération Méditerranée, du plus connu aux moins connus mais tou- jours avec de nombreuses cartes. Nous abordons également la bataille ‘Angleterre sous un angle atypique en étudiant son influence jusqu’a nos jours et nous vous entrainons dans le monde irréel d'un autre «Jules Verne». Dans le prochain numéro, nous nous intéresserons aux porte-avions d'escorte, a la guerre du Pacifique et & d'autres Fallschirmjdger, ceux de la Waffenss. ‘Vous trouverez aussi dans ce numéro deux profils de Stéphane Lagrange pour débuter une collaboration qui s'étendra a d'autres périodes his- toriques et donc a nos autres magazines. N’hésitez pas a visiter notre site Internet (www.net4war.com) pour mieux les connaitre ou pour en savoir plus sur nos projets. Bonne lecture Les parachutistes allemands, amé- ricains et anglais font la une des quotidiens mais les ndtres ne sont pasen reste! ‘Vor notre ARTICLE COMPLET EN Paci 8 Un gigantesque appareil a été vu dans le ciel de Munich. ‘Vor noree ENQUETE EN PAGE 12 Jean-Philippe Liardet (dr) La Gazerre pe La Seconpe GUERRE MONDIALE ‘NetaWar ‘Technologie du futur. Si vous souhaitez discuter avec les membres de notre rédaction, de nous faire part de vos envies de lecture ou tout simplement dis- cuter d'histoire militaire, visitez notre site Internet et participez notre forum de discussion. ‘www.netdwar.com ‘OPERATION « HERCULES»: L'HYPOTHETIQUE ASSAUT AEROPORTE SUR MALTE Pendant que le general der feger Student et son état-major préparent le plan pour Topération «Merkur», l!Oberkommando der Webrmacht met au point un plan dinvasion de file de Malte. Ce projet est provisoire- ment suspendu en mai 1941, Hitler ayant décidé que a Créterevétune plus grandeim- portance stratégique que Malte. Les Italiens voient les choses diféremment. Pour eux la prise de Malte est la priorté numéro 1 car elle permettrait de protéger leurs lignes de ravitaillement vers la Libye, en permanence ‘menacées parla lotte de guerre britannique Le general Rommel appuie leur demande. Il propose méme de ditiger personnellementla Malte est le point d’appul de Voffensive britannique en Libye. Des bombardiers opérant ‘sur Vaérodrome de Ul en Afrique du Nord sont chargés de bombes prise de le, prétextant quill ne pourra lancer son offensive contre Egypte que silestcon- venablement raviall Loss d'une conférence en février 1942 en- tre Hitleret Mussolini le projet estapprouvé avant que le plan ne soit achevé. Le plan est offcialisé en mars lorsque 'OKW demande Tavis du generafldmaschall Kesselring sur Ia possbilté de semparer de Malte. Le 11 mars, ce dernier adresse & YOKW un rap- port détailant les arguments italiens, qui Juge exédibles. Il affirme également Finca- Crotseur léger HMS Penelope fait son entrée dans le port de La Valette en 1940. Il ‘apparent ata force K qui mouille @ Malte sous les ordres du commodore Agnew. ‘Au large de Malte un convot allié est ‘attaqué par les ttaliens en juin 1940, pacité de Parmée de Mussolini mener & bien cette opération seule, principalement & cause de son manque de moyens aériens. Le Commando Supremo ietnisage de ne lancer Tassaut qu'une fois que les defenses de Tile seront affaiblies de fagon significative, ce aque seule la Luffwaff est capable de réaliser. Le grossadmiral Raeder, favorable au projet, rencontre Hitler le 14 mars et évoque une attaque simultanée sur le canal de Suez. Le 10 avril, Pinvasion de Malte prend le nom de code « Hercules», Le 12 avril, Raeder re- commande & Hitler de prendre Pile au plus vite, es défenses se renforgant de maniére cexponentielle malgré les bombardements. I préconise méme de demander aux Japonais attaquer dans Tocéan Indien afin d'y atti- rerla flotte d’Alexandrie, Fin avril, aprés une nouvelle conférence entre Hitler et Musso- lini, un calendeier est arrété. Rommel doit lancer fin mai son attaque contre Tobrouk puis simmobiliser sur la frontire ézyp- ticnne le 17 juin. Les avions de la Lagftuaffe regagneraient alors la Sicile pour attaquer Malte avant le déclenchement d Hercules» le 18 juillet. Aprés Ia capture de Malte, les avions rejoindraient PAfrique pour appuyer avancée sur le Nil Le plan de Fopération « Hercules» se dé- compose en trois phase * Un bombardement intense sur les aé= rodromes et les positions de DCA doit préoéder le largage sur ces mémes aérodro- mes du XZ. Flieger Korps de Student, qui ‘comprend la 7. Flieger Division la division de parachutistes italiens Folge et celle de soldats aérotransportés La Spezia. + Lattaque principale doit permettre avec Soldat ttalien de arachutiste Folgore. Taide des parachutistes de semparer du port de La Valete aprés avoir réduitles points de résistance, afin de faite le premier débar- quement celui du XXX* corps 'armée com- ‘posé des quatre divisions italiennes amenées ppar bateaux, Puis aurat lew un second dé- ‘barquement, concemant deux divisions i liennes appartenant an XVF corps d’armée + Une attaque de diversion par mer doit tre menée dans la baie de Marsa Sirocco. Hitler decide dattendre que Tile ait été écrasée sous les bombes pour lancer « Hercu~ es» mais les Anglais tiennent bon et renfor- cent leur garnison. Par ailleurs trop dhom- mes expérimentés ont été tués en Créte et le ihrer ne veut plus gaspillr lite de Tarme ~ = la 185" dlvision Plan Hercules, prévu pourte 18 juillet 1942 Preroee henne curls Laser a | 3945-La rein de 22. (Lalande) I PeraPeMaie rear eres lies | fanterie Division (LID) face aux partisans de c ‘Tito dans le nord de la région est pour le IH La 22. (Lurrianpe) Inrane- | Reich un sérieux revers qui met un terme Rig DIVISION DEPOSE LES ARMES | ss ambitions dans les Balkans. Engagée au ——————_ __ | Monténégro et autour de Sarajevo depuis La situation de l'armée allemande en You- | 'automne 1944, cette unité de vétérans a plies prune ournrectiqu en mars nen es deer mois une Spe eampagne qui Ta Gabord contrainte & se replier sur la Drina et la Save avant de déposer les armes. La perte est de taille: a 22. LID est la prin cipale unité aéroportée des forces allemandes ‘mais ausi une des plus renommées. Sa eréa- tion remonte au 10 janvier 1934, date & partir de laquelle elle commence & se former lente~ ‘ment dans le Webrireis Xde Hambourg.Son | existence riestoffcalsée que le 15 octobre 1935, lorsque Hitler sétablit le service miltai- re, abrogeant ainsi le traité de Versailles. Elle établit alors & Oldenburg avec ses régiments 'infanterie 16,47. et 65. composés de jeunes recrues pour a plupartoriginaires du nord de ‘Le generalleutnant Hans Graf vont Sponeck, commandant du 22. (Luftiande) Infanterie Division lors de la bataille de La Haye. [solé & Ockenburg, i dot faire a une contre-attaque | de Varmée hollandaise avec tune troupe de seulement 350 hommes. (Bundesarchis) La Gazerre pe La Szconpe GUERRE MONDIALE. Allemagne. Les Allemands aérotranspor- tent pour la premitre fois des éléments ch 16, Infanterie Reginient lors de Virwasion des Sudétesen 1938,s’appuyantsurles techniques de transport par voies aériennes testes au dé- but de la guerre civle espagnole. Engage au combat en Pologne dans le groupe d’armées Sud le régiment stoppe une contre-attaque polonaise prés de Varsovie. Les deux autres regiments sont affectés& la garde dela ligne Sicgfied. La 22. LID devient la principale di vision aérotransportabledel'armée allemande. Elle est de ce fait destinée & opérer de concert avee les parachutistes (Fillebirmige). Leur coopération est mise lépreuve en mai 1940 lors dea premiére opération aéroportée de la uere, batisée «Fall Gelb» («plan jaune), décidée par le Fihrer contre la Belgique et 1h Hollande. En vue de cette opération, len- semble dela division esoit un entrainement rigoureux Leplan intial prévoit que la 22. LID débar- quera a Rotterdam et autour de La Haye en utlsantles arodromes pris dans les premiers instants de Loffensive par les Fallchirmiager. Elle foncera ensuite sur la capitale ain de ‘capture le gouvernement et la famille royale, tout en tenant a ville jusqu’a Tarivée de la 9, Panzerdvision. La prise de Rotterdam se déroule conformément au plan initial. La 12 Kompagnie du 16. IR commandée parle fut nant Schrader Sempare bien des quatre ponts su coeur de Rotterdam aprés avoir atterri en hnydravions sur la riviére Maas. Les restes ddu régiment atterrssent sans probleme sur Taérodrome de Waalhaven, dans la banlieue a La Haye ‘Hoek van Holland %s, % chi Vlaardingen © Voorne Overflakkee Katwijk aan Zee OS Deitt ty Overschie S fensive aéroportée sur les Pays-Bas le 10 mai 1940 Vetkenture PAYS-BAS [2 enue otilegersberg Rotterdam SY otjselmonde iedamo Perniso ton, Moerdik ‘enaseh Diep » © A gauche: La Hollande entre dans une période deceupation. Les untformes vertde-gris sont partout | depuis la capitulation du pays le 15 mai 1940, A droite: Des soldats de la 22. LID, fer de tance de Loffensive allemande, escortent leurs. prisoners Malgré une résistance opiniaire, Varmée royale des Pays-Bas est balayée en moins de cing fours Un Junkers Ju-52 au bord d'une route pres de La Haye, La DCA hollandaise a abattu 11 des 13 premiers apparetts transportant les hommes de la 22. LID sur Vaérodrome a'Ypenburg, proche de la vile. A La Haye, les événements pprennent une tout autre tournure: les soldats des 47, et 65. IR rencontrent des difficltés alors quils se dirigent sur les aérodromes de Walkenburg, Ockenburg et Ypenburg en- tourant La Haye. Les parachutistes chargés de sécuriser les zones dattrvssage niont pas ‘encore pris le contre des terains quand les premiers Ju-52 se présentent. Une moité du 47.IR:e disige malgeé tout vers le terrain de Wlkenburg toujours temu par les troupes hhollandaises. Les Ju-52 se posent sous un feu violent et bient®t les carcasses des avi~ cons détrits bloquent la piste, obligeant les autres apparels de la flotte fire demi-tour sans avoir pu déposer lensemble des soldat. Lautre moitié du 47. IR reproduit le méme scénario & Ockenburg: A Ypenburg, les per tes du 65. IR sont encore plus importantes 11 des 13 premiers Ju-S2 sont abattus par la défense antiaésienne hollandaise avant «avoir pa toucher le sol. Le commandant de 1a division, le generallumnant Hans Graf von Sponeck, déroute alos les autres appareils du 65. IR sur Ockenburg mais son avion est batt; I estui-méme bless. Au vu des per- tes, Kesselring,commandant dela Luffotte 1, choisit de suspendre Fassaut sur La Faye. I ordonne aux éléments de la 22. LID qui ont réussi se poser de sorganiser et de progres: ser vers Rotterdam. La capture dela famille royale et du gouvernement, objectif priosi- ‘aire de lopération, a pas lieu comme prev Le pays est néanmoins conquis en quelques jours. A la fin des combats le 15 mai, la divi- sion se regroupe puis reprend le chemin du front francomallemand en avangant sur Paxe Dinant- Saint-Quentin La division est ensuite envoyée en Rourna- nie pour assurer la garde des champs pétro- liers soumains de Ploesti tandis que [Union Soviétique envahit la Bessarabie. Elle ne peut done participer aux opérations dans les Balk- ans et en Créte. Elle prend part fopération Barbarossa au sein du XL Armee Korps chu general von Manstein qui dépend de la 11 ‘Armee, fuisantelle-méme partie du groupe darmées Sud du marecha! von Rundstedt. Elle combat su le Bug et le Dniestr Les élé- rents de pointe de la 22, LID atteignent la sive occidentale du Dniepe prés de Berislavle 24 aodt 1941. Défendue avec acharnement par les troupes sovietiques, la ville est prise le 26 aod. Le 30 aod au petit matin, les hom= mes de la 22. LID tentent le franchissement du flewe. Une brume providentielle masque les mouvements des Sturmboat(canots das saut) qui débutent & 4427 sous la protection des J-87 Stukasetde Yartillerie. Les premiers assallants allemands bousculent les defenses sovitiques et, apres plusieurs heures, la téte de pont atteint une profondeur de 4 km. La 22. LID poursuit ensuite sa route vers lest. Bile arrive avec la 11. Armee &proximité de la Crimée et couvre en direction de Test le forcement sur Perekop. La progression sar- rte devant Sébastopol fin décembre, alors ‘que Toten von Cholttz qui commande le 16, IRa pris pied dans ls forts Staline et Vol- sa. Lavancée ne reprend que in juin 1942.La 22, LID partcipe a prise de Sébastopol en ddébarquantsurlesarriéres des Sovitiques. En Parachutiste frangais en tenue de saut de 1942, juillet 1942, suite ax pertessubies en Crimée, 1h division est réorganisée en Allemagne en Panzer-Grenadier Division (22. PGD). Elle est ensuite affectée en Crete et participe a la reconquéte des iles de la mer Egée, notam- ‘ment a la prise de Kos, Kalymnos, Leros et ‘Samos en septembre 1943. Cést pendant cet~ te période de gamison en Crete que son chef, Je generalmaor Heinsich Kreipe est kidnappé par un commando anglais. Retirée du front cde Méditerranée & Fautomne 1944,la division passe le reste dela guerre mener des actions contre les partisans en Yougoslavie oi elle est renommée 22, Vlligrenadier-Divison Les PARACHUTISTES FRANCAIS SUR TOUS LES FRONTS Les deriers éénements montrent lemplo de plus en plus systématique dunités para chutistes depuis les combats d'Afrique du Nord etdans a péninsuleitalienne, oi Vnter- vention des troupes aéroportées sestrévélée déterminante. Larmée frangaise a été Tune des premires former des parachutist pour effectuer des missions sur les aries de fen nemi.Forts de ce savoir-faire, nombre dentre cewcont rjint es rangs des SAS britanniques ou de la 82 Airborne division améicaine. ‘Au début du confit, deus groupes aéro- portés existent en Afrique du Nord. Is sont rapatriés en France via Bizerte et prennent leurs quartiers dans le Sud-Est de la France. Legroupe 601 est basé 4 Avignon—Pujautetle 602 & Montélimar. Ils regoivent de nouveaux appareils: quatre Farman 24 et des Poiez £650. Alors que lessentel de Farmée francaise estenvoye surla ligne de front es parachutis~ tes sont plots en réserve. En novembre 1939 a licw une premigre alerte. La menace gran- dissante que fait peser la Wehrmacht sur les frontires dela Hollande oblige 'Etat-major allié & envisager une opération combinée sur lapresquile de Walcheren. Le plus opération- Cidessus: Saut dun avion Lioré 20 en position de saut classique dite de ta ‘bananes, buste en avant et pointe des leds tendues vers Varriere. nel des deux groupes le 601, fit mouvement ‘vers Calais bord de ses avions Farman. Il est mis’ disposition dela 20 division dinfanterie du groupe darmée nord du. général Giraud. Le groupe doit ére parachuté dans la région «de Goes, isthme reliant Walcheren i la Hol- lande, pour couvrir un débarquement sur les cétes sud, Letransfert entre Avignon et Calaisest pé- rillewx: un des appareils de transport est tou- ché par les canons antiaériens anglais dans Je ciel de Cambrai; Un autre ségare dans la brume avant de retrouver sa route. A Calais, les paras pergoivent leurs équipements de combats. Ils attendront Fordre de monter A Tassaut pendant prés d'une semaine avant «que lopération ne soit finalement abandon- née, Renvoyts vers Vartitre, certains dentre ceux obtiennent qu'un détachement de vo~ lontaires soit rattaché la 28 division alpine én position en Haute-Alsace. Au mois de février 1940, ces hommes commands parle lieutenant Glaizot rencontrent pour la-pre~ igre fois ennemi lors d'une escarmouche aux environs d'Obersteinbach, En mai, les Allemands concentrent leurs forces entre le Luxembourg et la Hollande. Adrote Les anclens de Varmée armistice reprennent Ventrainement en mars 1941 sous les ordres du capitaine Sauwagnae ‘sur la base de Maison Blanche pres d’Alger Une manoeuvre est alors envisagée dans la région de Lyon. Les deux groupes aéroportés doivent étre langués aux abords de Givors, Rive-de-Gier, mais des ennuis logistiques cempéchent le groupe 602 de reoinde le 601 temps. Lopération est décommandée et les deus groupes se replient sur Montargis, oi ils regoivent des renforts. Puis le groupe 601 est reditigé vers Coulommniers et affecté a Ja protection du général Vuillemin. En juin 1940, la totalité des forces aéroportées se réunit pour organiser des points de défense sur la Loire, positions quils sont contraints de quitter sans combattre. Les fits de guerre se font rares dans cette campagne de France. Seules des escarmouches lors de patrouilles, sont & mettre au cxédit des parachutises Quelques semaines aprés leur engagement au front, les hommes des groupes 601 et 602 ne combattent plus et vont grossir le flot dune armée en déroute. Ils rjoignent Marseille oils embarquent pour Afrique du Nord, Le 17 juin, par la voix du maréchal Pétain, a France dépose les armes. Linfan- terie de Pair prend ses quartiers a Maison Carré, prés Alger. Le 27 juillet 1940, elle cst dissoute comme toutes es unités non pri- ses en compte dans les clauses de Farmistice. Dispersés, les parachutistes fransais seffor~ cent pourtant de conserver leur matériel et leurs parachutes, quilscachent dans lespoir tun jour de reprendre le combat. Le 30 aodt 1940, le captaine Berge exée avec Faccord du général de Gaulle la pre- mitre compagnie de parachutistes de Ia France libre. De son cété, le commandant Sauvagnac semploie & regrouper les anciens des groupes 601 et 602 pour eréer en juillet 1941 sur Tadrodrome «Oran la compagnie infantere de Vair n°t, avec Vaccord de la Premier défil sur les Champs-Elysées en 1938 pour les parachutistes dl 601° groupe dtnfanterie adropartée basé a Reims. commission «armistice. Malgré la volonté farouche des Frangais et leur application & Tentrainement, les moyens restent insuffi- sants pour que unite soit pleinement opé- rationnelle. Lappui de IEtat-major francais ne suffit pas a régler les problémes logisti~ ques de Funité. Les views Potez 540 arrivent en fin de eyele sans aucune perspective de emplacement. Le matériel de saut, qui date avant la guerre, est également usé jusqu’a Ia corde, Le 21 mai 1942, le caporal Plan tagenétse tue au cours d'un saut dentraine~ ment. Le 8 novembre, fopération « Torch» cst déclenchée. Le débarquement allié en Afrique du Nord. préipite les soldats de Yarmée de Vichy dans un dilemme: souhai- tant ardemment reprendre les armes contre Jes nazis, is gardent en mémoire lagression britanniquede Mers-el-Kéhir.Le 8 novem- bre sans qutaucun coup de feu ne soit ir les hommes de Sauvagnac se mettent aux ordres du général de Gaulle & Oued Smae. A la fin de Tannée 1942, la compagnie est envoyée 8 Baraki puis & Fés au Maroc, o elle prend le nom de 2° bataillon de chasseurs parachu- tistes (1 BCP). Sous le commandement de Sauvagnae, secondé par le captaine Mayer, les hommes se rodent aux techniques du combat de nuit,au close-combat et Tut sation des appareils de transmission. Lhété sogénéité des équipements est grande et leur obsolescence problématique: les fuss Lebel ‘models 86/93 cbtoient les FM 24/29 et les mitrlleuses Hofeis tout droit sortis de la Premiére Guerre mondiale. Ainsi des négo~ ations sont entamées avec les Américains du 505% Parachute infantry regiment qui sen- trainent sur la méme base; Avee leur appui, le matériel se modernise. En mai 1943 avee 700 brevetés, Tunité devient le 1” régiment de 9 Twew. LRAC du 1° RCP en tenwe amérieaine. Préparatifs avant le saut pour les SAS francais chasiers parachuistes (RCP) Le parcours du 2” RCP siest_quune succession de rendez-vous mangués. Le Tavs 1944 iestaéroport€a Trapanien Sici- le pour participer la conquéte dele d'Elbe dans e cadre de fopération «Brassard ». Mais les Allis, exigeant la disponibilité de tous leurs appareils, retirent ceux prévus pour fa conquéte de le. Quelques mois pus tard, st participation au débarquement en Provence, Je 15 aoiit 1944, est écarté, toujours cause une insaffisance de moyens aériens. Son premier engagement intervient & Ferdrupt dans les Vosges, obi nest pas parachuté mais acheminé en camion. Lunt est alors inté= grée la 2" DB. Le 16 octobre 194, le régi- ‘ment combat au col da Ménil pour Ia prise de la cote 1008 puis participe activement & Ja libération de Colma. Fortement éprouvé = plus dun millers de ses hommes a été tu ou blessé & Colmar ~ il rejoin la fin de la guerre la base d’Avord avec un troisiéme batallon erééen janvier 1945, Les parachutistes de la France libre enga~ _gé sous commandement britannique par- ticipent quant & ewe aux plus importantes ‘opérations aéroportées de la fn dela guerre Les 3 et # bataillons~ qui prendront plus tard le nom de 2 et 3 RCP formés& partir des unites de frangaises du Moyen-Orient sont incoports ila brigade SAS de a 2" Air- orne Army et sont envoyes i afin de Tannée 1943 en Ecosse pour y suivre un eyele den- trainement. Préeédant le débarquement de Normandie,les hommes du 2° RCPsont pa~ rachutés par petites unités en Bretagne jus- au Morbihan, ois prennent contact avec les maquisards et parviennent & déstabiliser Jes arréresennemis au prix de pertes impor tantes, Le 3° RCP est quant i hui disséminé dans les Charentes et le Doubs. Lautomne 1944 est une période de séorganisation pour les unités parachutistes frangaises. Le 2 ROPest alors équipé de jeep et participe A Ja banille de Bastogne lors dela contre-of- fensive dhiver des Ardennes. Le 3° RCP joint!’Angleterre oi il senrichitde nouvelles x Agauche:Les hommes dur 1" RCP & Voeure dans ta fret prés du colduMénilen Mosel Lecombat pourla prise de ta cote 1008 est le principal fait d'armes des parachutistes francais, Adroite: UneJeepSAS et ses occupants lors de Voffensive dhiver dans tes Ardennes. recrues et parfiit son entrainement. Les deux {groupes se retrouvent en 1945 pour accom- plir une dernigre opération sur Groningue aux Pays-Bas, Lopération «bers» lancée au debut du mois d’avril est considérée com- ime Tune des plus vastes actions aéroportée de la guerre. Dans des conditions difficiles sur un terrain portant les stigmates d'un hi- ver des plus rigoureux, les 676 hommes des deux régiments SS frangais parviennent & ‘tabla jonetion avec les blindés canadiens. La guerre est finie pour eux, Rtirés du front, ils sont renvoyés en France & Chiteau-Rou- gon pres de Nantes puis fasionnés en un uni- ‘que régiment: le 2° RCP, envoyé par la suite Tarbes. Les parachutistesfrangais rescapés de Ia guerre vont former Fossature des trou- ‘pes adroportées frangaises qui n¢ manque~ rontaucun des confltsdaprés-guerre, places ‘en premitre ligne des combats d'Indochine, Algérie etdu Liban. La Gazerre pr La Seconpe GUERRE MONDIALE. SAS Francais de Vopération «Amherst: ppuyés sur un Bren carrier “apres leur jonction avec les uniés.blindées canadiennes Le FG 42 (FatiscurMJAGERGEWEHR ov FUSIL POUR PARACHUTISTE) Divers rapports de renseignement évo- quent depuis quelques mois emploi d'une nouvelle arme individuelle par Varmée alle- rmande. Le fasil-mitralleur FG-42 a pour la premigre fois équipé les Fallchirmiger sur Je front italien lors du raid sur Gran Sasso fn septembre 1943. Depuis, il aurait été utilisé Monte Cassino, en Normandie et dans les derniers mois du confit. Ce serait ‘une arme originale & plus un ttre, le prin- cipal tant la possibilté de tirer au coup par coup ou en rafles. I fonctionnerat par em- prunt des gaz, dont Faction surla classe ver~ rouilée permettrat le tir au coup par coup; Déverrouillée elle autoriserait le tr en raf les, Son bipied offirat une plus grande sta Fusm avromatigue FG 42... Fallschurm/agergewehr 42 (FG 42) a crosse ‘en métal, pendant le raid sur Gran Sasso le 12 septembre 1943, (Bundesarchiv (Caracréristigues Calibre: 7,92 mm Longueur: 94 cm Longueur du eanon: 50cm Polds: 4,53 kg Vitesse initiale: 761 m/s Alimentation: chargeurs de 10 ou 20 cartouches Cadence de tir: 750 4 800 coups par minute bilté lors du tis ce qui compenserat un pea Te déséquilibre occasionné par la présence ddu chargeur sur le c6t€ gauche. Son calibre semble identique & celui du fail standard de Tarmée allemande, ce qui permettrait Puti- lisation des mémes eartouches, mais réduit Ta capacité du chargeur, contenant 10 ow 20 cartouches. La baionnette, simple et fonctionnelle, rappelle cele du MAS 36, la ligne formée par Ialignement canon-culasse permettant de surcroit den réduire encombrement. Parcontre,la fort inclinaison dela poignée indique un maniement assez peu pratique. La complexité de fabrication du FG 42 ex pliquerait, malgré certaines améliorations quilui ont été apportées(redressement dela poignée, crosse en bois au lieu du métal...) Je petit nombre 'exemplaires produits (en ‘re 5.000 et 7000 seulement). Le Mrsserscumitr ME-321 et ME-323 Les opérations aésoportées en Hollande Jancéesen mai 1940 ont monteéles limites du planeur Df 230,dont lacapacité demport ne dépasse pas 10 hommes. Prenant en compte ces enseignements, les ingénieurs de chez Une camionnette Citroén s‘approche d'un Me 323 pour le décharg. Messerschmitt se sont mis au travail afin de développer un planeur géant, également init comme «planeur lourd de transport e capable de transporter entre 130 et200 soldats ow un véhicule sem chenillé, on encore un Panzer IV, ce qui com respond a un maximum de 22000kg de fet. Le prototype effectue son vol inaugural en mars 1941 ~ trop tard pour éte opérationnel lors de Fopération «/Merkurs. Il est tracté & ceite occasion par un Ju-90. Bien que d'une tale impressionnante, sa cellule est en acier Cedemier devaité ndesarchiv) soudé et en bois recouvert de contre~plagué ct dentoilage. Son équipage se compose de deux puis de trois hommes (deux pilotes et un mécanicien). Le Me-321B comporte un train datterrissage tricycle composé de deux roues de grand diamétre et d'une plus petite avant. Ce tran tricycle remplace le trin multi-roues (3 10 roues) du Mo-321 4. Mais un autre probleme se pose: celui de disposer d'un appareil adapté pour remorquer ce pla- neur géant. Les trois Me BF-110 employés au début puis le Heinkel-111 H (version de transport du célébre bombardier) ne rent pas suffisants, La société Heinkel va done spécifiquement développer un appareil complétement nouveau: le He-11 Zuil- Jing, avion siamois produit & partir de deux He-111 accolés Cet avion atypique dispose de cing moteurs. Le décollage du planeur Le Me-823 Gigant a servi essentiellement sur les fronts Afrique du Nord et de Est. On distingue ici sur Vavant ses dew mitraileuses MG 15. (Bundesarchiv) |CARACTERISTIQUES DU ME 321 ‘Type: planeur de transport tour Dimensions: longueur: 28,15. m. hauteur: 8,30 m; envergure: 55 m; surface alaire: 300 mé Polds: d vide: 12200 kg: en charge: 39.400 kg Vites le remorquage avec le HE- 111 2: 220 km/h: en vol plané: 140 kanye Armement: deux mitrailleuses MG 15 et dewx MG 34 en cas de transport de troupes. Capacité de chargement: dle 130 & 200 soldats ou de 9750 kg @ 22000 ey de fret. (CaRACTERISTIQUES DU ME-323 ‘Type: avion de transport lourd ‘Moteurs: six Gnome-Rhone 14N@ 14 ‘ylinares en étote, de 1 140 ev Dimensions: longueur: 28,15 m. hauteur: 8,30 m: envergure: 55 m. surface alaire: 300 m? Polds: a vide: 27300 kg: en charge 43000 kg Vitesse: 224 km/h Autonomie: 1 100 ¢ 1.300 km. ‘Armement: 10 mitelleuses MG 34 tirantparles sabords etcingMG 15 tirant parlenezete dessus du fuselage. Capacité de chargement: hommes ou 18000 keg de fret. 100 ‘géant demeurant malgeé tout particulitre~ ment délica, le He111 Z segoit huit fusées ausilaires Finalement, Messerschmitt décide de transformer le Me321 en «planeur auto- propulsé» sous la désignation de Me-323. Doté de six moteurs, sa structure est ren- forcée ct il regoit le méme train d’atten sage que le Me-321 A. Sur le Me-323 Dé, Tequipage passe de quatre (deux pilotes et deux mécaniciens) & cing hommes (deux pilotes et trois mécaniciens dont deux sont chargés de la synchronisation des moteurs). Lultime version, le Mc-323 El est équipé de moteurs plus puissants et accueille un équipage de sept hommes, deux mitrailleurs Sworp or Honor ‘Tiré du livre de William Boyd, romancier britannique auteur d'Un Anglais ‘sous les tropiques et de La crotx et la banniére, Sword of Honor trace le ‘parcours d'un jeune aristocrate anglais: Guy Crouchback, interprété par Daniel Craig. Bien qu'agé de 35 ans, Guy, animé par un idéalisme chevaleresque, laisse la vie paisible quil méne dans la villa familiale d'Italie et regagne FAngleterre ds les premiers signes annonciateurs de a Seconde Guerre mondiale. Me La Gazerte pe La Seconpe GUERRE MONDIALE. tant ajoutés pour soccuper des deux tou- relles de mitralleuses supplémentaires. Le ‘Me~323 sera construt & plus de 200 exem: plaires, jusqu’a Farrét de sa production en avril 1944, Son atout principal est sa capa- cité de transport importante. En contrepar- tic, a fable vitesse de croisiére (224 km/h) Te rend particuligrement wulnérable aux tiss Aprés avoir connu de nombreux éboires, il réuasit A intégrer Te Royal Corps of Halberdiers. 1 est nommé. off Tongue période 2 volr toutes les attitudes face & Ja guerre: de Ia plus folle témérité ilustrée par te colonel Ritchie Hook a la plus grande licheté dont Me 323 infographie © Gilles Almeica de Ia antiagrienne et & la chasse. Pendant la campagne de Tunisie, permettra aux Alle mands de transporter du matériel lourd en plus des troupes acheminées par les Ju-52 Sur le front de Est il rendra de précieux services en participant au ravitallement des troupes du front et a Tévacutation des bless. fait preuve le commandant Hound. Gay fait partie des commandos de a Layforce qui assurent Farriére- ‘Réalisateur: Fill Anderson. Sortie: le 2 janvier 2001 Durée:3 hi Tous publics tale de la pon Les allée se repent sur la Crate, qui do ‘lente verrou de a Blstance aux foreos de xe on Mediterrance, Ce _ G-c. Tc. aegsrraes Mediterranee/)= a Crate est le dernier combat d’un face—aface de douze mois entre PAllemagne et la Grande-Bretagne. Les unités de Fallschirmjdger de la Luftwaffe vont constituer le fer de lance de Foffensive. Ces troupes ont été engagées avee succes depuis le début de la guerre, en Norvége et au Danemark lors de Yopération Weseriibung en avril 1940, ou encore en Belgique et aux Pays-Bas dans le cadre du «plan jaune». Malgré la prise de Iie les pertes seront tellement lourdes que jusqu’a Ia fin de la guerre, Hitler refusera de recourir & de vastes opérations aéroportées. A partir de la défaite francaise de juin 1940, seule la Grande-Bretagne reste en guerre contre le III Reich. Ce dernier organise Ioccupation des pays conquis (Pologne, Danemark, Norvége, Pays-Bas, Belgique, Luxembourg et les trois cinquiémes de la France) et renforce son systéme dilliances avec d'autres pays (Italie mais aussi Finlande, Slovaquie, Hongrie, Rou- manie et Bulgarie) tandis que 'URSS digére les con- quétes que wigtique d'aodit 1939 a permis (Pologne orientale, Caréic finlandais nic, Lettonie, Lituanie mais aussi Bessa bie et Buco- vine du Nord roumaines). ‘Alors que depuis septembre 1939 es relations mari- times de la Grande~Bretagne avec le reste du monde sont menacées parTaction des sous~-marinsallemands, les Britanniques sont soumis & partir du mois d'aoat 1940 a une violente offensive aérienne allemande qui frappe tout autant les villes que les objectifs militai- res, Parallélement & cette batalle d’Angleterre, un dé- barquement allemand en Grande~Bretagne est pro _grammé pour le mois de septembre 1940 avant détre reporté sine die. Cependant pour des raisons tant militares (ab- sence de suprématie aérienne au-dessus de la Manche, diffcultés logistiques d'un débarquement massif en Angleterre, reorganisation de Parmée avec Ia fixation de troupes doccupation dans les divers pays conquis) quiidéologiques (respect de la «valeur \Fonerie = UPR O UM ANTE edo eR yougostavie KO TAU ey se , Ci svicarre . ba ee Nags BA oe *t pnigrs : Bitne 2 / 7 ontce CO weve Le théatre d’opérations méditerranéen, 20 mai 1941 raciale des Britanniques), Hitler laisse la porte ouver- tedes négociations de paix avec la Grande~Bretagne. Léventualité dune paix signée avec I’Allemagne n: tionale-socialiste est pourtant vigoureusement rejetée par Winston Churchill, devenu Premier ministre en ‘mai 1940 apres avoir souligné, depuis de nombreuses années, la nécessité d'une politique de réarmement et alliances (y compris avec TURSS) face 8 la menace que représente Hitler. Ne pouvant compter dans son effort de guerre que sur le soutien réel mais encore limité des Etats-Unis, la Grande-Bretagne est contrainte d’adopter une pos- ture défensive face une Allemagne au faite de sa puis- sance. Malgré tout, Churchill estime nécessaire que la Grande~Bretagne ne se dérobe & aucun combat contre les visées expansionnistes d’ Hitler et cela méme si ces, combats ne freinent lnexorable expansion alleman- de qu’au prix de la perte d’hommes et d’armements, pourtant si précieux pour une Grande~Bretagne aux abois tant sur la Manche quien Méditerranée. Cest dans cette optique que Churchill acepte fen- voi d’un corps expéditionnaire britannique en Grece lorsque ce pays est agressé par I'Italie en octobre 1940, Devant Vincapacité italienne de conquérir la Gréce depuis cing mois, les Allemands attaquent & leur tour Tarmée grecque et son alié britannique le 6 avril 1941 La Grice capitule 17 jours plus tard tandis que son roi, Georges II, et une partie du gouvernement se ré- fugient en Crete. Cette ile sert également de zone de repli et dlescale vers !Egypte & 75% du corps expédi- tionnaire britannique qui est parvenu a échapper & la [wwe Lane oe Font captivité en Gréce continentale, Dés lors, la Créte atire Pattention des autoritésal- lemandes. Sa positon offrirait la possibilité aux bom- bardiers britanniques de frapper les précieux champs pétroliféres de la Roumanie, nowelle alliée du IIE Reich depuis octobre 1940, En outre, Péventuelle conquéte de P'le grecque servirait de tremplin & une nouvelle poussée allemande vers Chypre, Egypte et Je Moyen-—Orient britannique. Face a févidente supériorité navale des Britanniques dans cette zone de la Méditerranée orientale, foption une vaste opération aéroportée simpose. Lortrarion «( MeRKuR )) PREND FORME Le plan allemand a été concu par le general der ieger Kurt Student, commandant du XI. Fiegerkorps (qui comprend la 7. Fieger-Division et le Lujtlande— Sturm-Regiment) dans la premiére semaine davril 1941. I a pour objectf la prise de la Crete et par la suite celle de Chypre et du canal de Suez, option qui difftre de celle de Jodl et de Keitel privilégiant un assaut sur ile de Malte pour couper axe de ravi- taillement britannique entre Gibraltar et Alexandrie. Crest le generaloberst Lahr, chef de la 4, Lafitte et supérieur de Student qui transmet son plan au reiche- ‘marschal! Gring, qui le soumet & son tour & Hitler le 16 avril 1941. Le 21 avril, le Fuihrer recoit Student en présence de Goring, Enfin, le 25 avril parla directive n°28, Hitler approuve le plan visant semparer de Ja Créte afin din faire une base aérienne conte les Britanniques dans !Est de la Méditerranée. Student, Ie pilote de chasse devenu général des paras Kurt Student nat 12 mai 1890 & Birkholz,prés de Neu- ‘mark, dane le Brandebourg. Elevé dans un famille m= prognde des valours prussiennes, i entre a 'école dos Cadets de Berlin-Lichterfelde tout comme ses quatre {reres, Aspirant dans un batalllon de chassours en 1809, iTcommande une section dinfantrie 8 parti do 191% avant de #0 porter volontalre pour Tavation ds 1913 et de passer son brevet do pilte Débutant la Grande Guerre face aux Rus Student est transférée en 1915 en France. kapitin Student est griovernent blesse a Fun combat série alors quit commande la 9 esca- drlle de chasse en Champagne. Vaincue, Allemagne n'a pus le drolt de posséder une aviation militaire selon les traltés mettant fin & Ia Pre- mmlére Guerre mondiale. Student sert alors dans Vinfanterie ou il devient Chef de batallon en 1929, 'arrvée au pouvoir de Miter entaine le renou- eau d'une foree adrienne alemande ot Student, désormals colonel rée 8 Stendal école de troupes aéroportses du It Reich, Pourtant lors de Voccupation des Sudétes (1938) et de a campagne de Po- Jogne (1839), ls parachutistes ne sont employés qu'd des missions in fantori classique. Les premiéres missions aéroportéesront lieu que lors Le general Student & bord d'un avon au sixiéme jour de Votlensive | invasion du Danemark ot de la Norvége, en avril ‘1940, mais les mands entrant vraiment dans | Histoire quand 85 centre eux réussissent, le 11 mal 1840, 4 s'emparer dela forterosse belge ugée img ble 'Eben-Emaeldéfendue par 700 soldats- Pendant co temps, Student ~ devenu general der loger~ est gre ‘Vomentblesse & latte lore dela prise de Rotterdam. ‘Apres invasion dela Crate, les Fallechirmiiger ne sont | plus employée que comme fantassins de choc. C'est {out naturellement qu’en 1944 le general Student com- ‘mande une arms entiare de paras pour aréteravance hin mais il est rapidement remplacé parle général Blaskowlz. Par con- tro, Student conserve le haut commandement de fensomble des forces pas tutistesallemandes. Capture la fin dela guerre par les Britanniques ddans le land du Sehleswig-Holstln, Student ost condamné & cing ans de ‘tention, Devenu président de Passociation des ancions paras allemand. fen 1983, le genera! Kurt Student mourt on Rhénanle~du-Noré-Westpha- fi on 1978, La configuration du relief de la Crate fat que seule une bande étroite de terrain le long de la cbte nord est propice a un parachutage. Cest dailleurs sur cette bande que se trouvent les principales vlles (dont 1a capitale, La Canée), ainsi que les trois aérodromes de Tile. Ce nest done pas un hasard si les quatre objectifs de Lattaque allemande y sont situés: Taérodrome de ‘Maleme, la ville de La Canée,1'aérodrome etlaville de Réthymnon, 'aérodrome et la ville d’Héraklion Un premier plan d’attaque mis au point par Tétat~ major de la 4. Lufiflote prévoit un assaut aéroporté massif mais sur la partie occidentale de la bande co- tiére, cest-a-dire sur Paérodrome de Maléme et sur Ia ville de La Canée, suivi d'un mouvement douest ‘en est pour semparer des aérodromes et des vlles de 16 Réthymnon et Héraklion. Bénéficiant de leur supé- riorité numérique sur ladversaire, les Fallchirmjdger doivent pouvoir semparer facilement de Paérodrome de Maléme et permettre Pacheminement rapide des renforts amenés par avions. En complément, la prise de labaie de La Suda permettrait 'arivée des renforts venus de Gréce par voie maritime. Un deuxitme plan mis au point parle general der fleger Student envisage un assaut aéroporté sur les quatre objectifS en méme temps. S'il diminue lim- pact de chaque groupe, ce plan empéche Fennemi de concentrer ses forces pour bloquer dans sa tete de ont un groupe unique, principal risque du premier plan. Le plan de Student est done retenu et resoit le nom dopération « Merkur». Quelques modifications sont néanmoins apportées aux dispositions de Stu- dent. Le nombre d’avions de transport disponibles en Méditerranée orientale séleve & 530 apparels et ne permet effectivement pas de larguer en tne fois Ten- semble des 8100 hommes de la division. Student dé~ cide donc que la premiére vague interviendra au matin tandis que la deuxiéme vague décollera Paprés-midi La premiéze vague sera composée de 70 planeurs et de tous les avions disponibles afin de larguer le groupe Ouest (soit 1860 Fallschirmiager) avec pour objectif Taérodrome de Maléme et la moitié du groupe Centre (soit 2460 hommes) sur La Canée. La deuxiéme va- ue mettra une nouvelle fois en oeuvre tous les avions pour parachuter la moitié restante du groupe Centre (soit 1380 hommes) destinée & prendre Réthymnon ct le groupe Est (soit 2360 Fallchirmyjiger) assigné a la prise de Héraklion. Le lendemain, aprés la cap- ture des trois aérodromes, les renforts doivent arriver par avion. Le matériel lourd des Falkchirmjager ct une partie des renforts les rejoindront un peu plus tard par Lentrée en. seéne des parachutistes sera prévédée par plusieurs jours de bombardements effectués par le VILL Fliegerkorps du general der fer Freiherr Tne aniend deh inndeas eaapaalilien,. Wolfram von Richthofen, qui assurera ensuite lappui aérien des parachutistes une fois ceux-ci au sol. Le XI Fliegerkorps de Student $ appuie normalement sur la 22. Lufilande-Division mais celle-ci, assurant la protection du complexe pétrolier de Ploesti en Rou- manie, ne pourra participer & Topération « Merkur», Cest done la 5. Gebirgs-Division du generalmajer Julius Ringel qui servira de renforts lors de Popéra- tion, Comme division de montagne, elle est tout & fait adaptée au relief escarpé de Fle Bénéficiant d'une planification millimétrée, les trou- pes allemandes partent pourtant avec un handicap de taille, probable raison de Thécatombe qui va suivre. Les renseignements donnés sur le dispositifallié par VAbwebr, les services de renseignements allemands de Vadmiral Canaris, sont complétement & cdté de la réalité. Is affirment que la Créte nia pour sa défense que léquivalent d'une brigade d'infanterie, soit 5000 hommes; Certains rapports évoquent la présence de deux brigades d'infanterie et des restes de divisions ‘greeques soit tout au plus 12000 hommes. Le mo- zal de ces troupes est selon eux au plus bas, comme leur équipement et leur armement. Les troupes bri- tanniques et du Commonwealth disposeraient de 30 «chars légers» ~ cst ainsi que les Allemands dé- signent les chenillettes Bren Carriers ~300 véhicules, 30 pidces de antiaériennes Bofors de 40 mm, 40 mi- trailleses lourdes et neuf canons de défense cOtiére. Le general-major Jullus «Papa» Ringe, com- ‘mandant la 8 Gebirgs Division, choisto pour Tenforcer es Fallschirmjager. © WM Lexplication invoquée est que a plupart des soldats britanniques et de TANZAC (Australian and New-Zealand Army Corps) éva- cués de Gréce auraient quitté Ia Jf) Crete pour gagner VEgypte. Mais Fe pire est que les services de l’Abuebr poussent Ie vice jusqu’s prétendre que la population exétoise serait favorable a un dé- part des Anglo-Grecs et accuellerait favo- rablement les Allemands. Un mot de passe est méme convenu pour se faire reconnastre des Crétois membre de la «cinguiéme co- lonne»: au mot «bers» il faudra répondre «bock». Student se plaindra apres coup de Vinefficacité des reconnaissances aériennes qui riont pas détecté importance des forces, anglo-grecques. Il affirmera méme que si la Créte avait abrité 100000 hommes, elles auraient annoncé que le pays semblait dé- sert. }GANISATION DES DEFENSES ALLIEES Le commandant en chef des forces du Commonwealth du Moyen-Orient, le gé- néral Archibald Wavell, nomme le 30 avril le major général Bernard Freyberg a la téte de la Creforce (Tensemble des défenseurs de la Cré- te), dont il est le sixiéme commandant en six mois 1a sous ses ordres 32000 soldats britanniques et de PANZAC, auxquels sajoutent 10000 soldats grecs, La 6" Australian Division et la New Zealand Divi- sion constituent ossature de son corps de bataille. Les brigades intégrent des régiments grecs. Freyberg sait ppar son service de renscignement que les Allemands projettent une attaque sur la Créte. Officiellement,ces informations proviennent d’un espion travaillant au plus haut niveau de administration berlinoise, afin de ne pas compromettre la véritable source, cest-a-dire la machine Ultra qui permet de décoder les messages allemands. Lorganigramme de la 4. Lufiflotte est bien connu excepté la présence du Lufilande Sturm—Regi- ‘ment qui, par les précautions prises lors de son dépla- cement,a échappé aux agents anglais. Iy a également tune imprécision quantau rdlede la. Gebirgsjaiger-Di- vision, qui ne sajoute pas a la 22. Luftlande—Division mais la remplace. Freyberg devine aisément les objec- tifs des Allemands, dont il a confirmation, apprenant méme que les attaques des objectifs seront quasi si- multanées. Fort de ces renseignements, il décide de 1épartr ses brigades entre les différents objectifset de constituer tune petite réserve afin de contre-attaquer, car il manque cruellement de véhicules. Il implante ses brigades comme suit: Héraklion la 14* Infantry Ww Lo major goneral «Tiny» Freyberg, commandant) des fates britanniques et du Commonwealth partir du 30 avi 1844. 0 MM. Freyberg, le plus célébre des généraux néo-zélandais. Né Londres en 1889, Bemard Cyril Freyberg part avec 0s parents pour la Nouvelle-Zélande en 1881.1 toutjus- te 20 ans lorsqu'lrejint Pancho Vila t combat pour la = ‘olution mexleane, Loraque la Premiére Guerre mondiale <éclata so pore Imméctatement volontaire et, de Calfr~ nie, reoint "Angleterre. Sous-lleutenant au Hood battalion 4e a Royal Marines Division (users marin) combat a An- vers puis aux Dardanelles. En mai 1916, Il est nommé captane, Alain dota guerre en novembre 1818, ina pas encore 30 ans qui cst dja général, lacs 3 a tat une division dnfantore ry mont.un Indéniable courage, gagnant la Victoria Cross ur la Somme. lest blessé ‘euf fois durante confit. I reste dans armée pendant ‘es mais la quite en 1997 pour ralson de sant, alors qu'il brigade et gouvernour dun district aux ndes. En 199, et rappel et e= rend du service ala tte du corps expéditionnaire néo-26landals. Ce der Fier prond part aux combats en Gréce puis en Crete ou Freyberg assu- Ime le commandement des défenseurs del. Sa division est reformée on Egypt oil combat dans le désert ase tee, recevant deux nouvelles bes. sures, Le 2 juin 1942, est grlévement bessé a Marsa Malrouh. Une fois Fetabi I reprend le combat et acheve la campagne «Afrique devant I Se «Wareth>. Ses Néo-Zelandais reloignent tale en novembre 1943 ils sont maintenus en premigre ligne. Aa ite d'un corps armée néo- zblandals, il ataque Monte Cassino (volr Champs de batale n'18). LH “Assisted un épisode qut le poursuvra longtemps: le bombardement du monastére par les Alles. Apres la guere, I est gouverneut de Nouvelle Zélande pus lunant governor du chateau royal de Windsor. est ano- Bi stmeurt en ullet 1963. Un marin de la Royal Navy (centre) ore des cigarettes & des soldats ‘ees aux uniformes varies miltare de gaucho doté d'un casque nglais est bien grec, comme Findque sa cartouche. © 1M Brigade, Réthymnon et Georgipoulis Ia 19% Austra~ lian Brigade , autour de la baie de la Suda la Mobile Naval Base Defence Organisation (MNBDO), en- tre La Canée et Galatas les 4 et 10*New Zealand Brigades et la 5" New Zealand Brigade & Platanias et Maléme. Chaque brigade posséde sa réserve alors que la réserve principale se trouve prés de La Canée avec Je 1* Battalion the Welch Regiment, le 1" Rangers (9 Battalion King’ Royal Rifle Corps) et le Nor- thumberland Hussars. Il dispose de neuf chars Ma- tilda Mk. II (qui s’ont que des obus antichars pour leur canon de 2 livres), de 16 chars légers Vickers Mk, VIB, de 34 canons de campagne italiens de 75mm, de quatre canons antichars de 2 livres, de 14 canons de défense cdtiére de 75 et 100mm, de 20 canons de DCA lourde de 94mm et de 36 canons antiaériens Bofors de 40mm, Ce nest qu’a partir du mois avril 1941 que des avi- ‘ons de la RAF sontbasés de fagon permanente sur!'le, ‘Ainsi air chief marshal Arthur Longmore nomme le 17 avril le group captain G. R. Beamish commandant des forces aésiennes de Tile. Les avions aliés opérent A partir de laérodrome de Maléme, qui sert aussi & ceux de la Fleet Air Arm, de Pagrodrome d'Héraklion ~ le seul & posséder une piste en béton — et de Paéro- drome de Réthymnon. Si la Fleet Air Arm maligne que quelques modeéles dépassés (deux Gloster Gladia~ tors, deux Fairey Fulmars et un Swordfish), la RAF dispose de six Hurricanes, de 12 Gloster Gladiators etde 12 bombardiers Bristol Blenheim. Le 15 mai les avions qui sont encore en état de voles, cest—a-dire le ‘Swordfish, un Gloster Gladiator et trois Bristol Blen- heim évacuent Pile pour rejoindre I Egypte Depuis le début des opérations en Gréce, la Royal Navy'a utilisé la baie de la Souda comme base avancée. Les navires viennent sy abriter, sy ravitailler et dispo- sent & terre de docks et de magasins. Cest pourquoi Invasion de a CrBte 20a 27 ma 944 © vee pe _ Gannison oe Crete, te 20 mai 1941 PC CREFORCE ‘Commandant: Major-General Bernard Freyberg Brigadier General Stat: Colonel Stewart Total éat-major: 405 hommes. Secteur d’Héraklion Commandant: Brigadier B.H. Chapel ‘otal: 8024 Blindés Détachement 3 hussars (6 x Vickers MKIV), 38 h + Détachement 7 Royal Tank Regimont (5 x A12 Matilda Mkll, 2 8 Héraklon, 3.4 Tymbak), 33h Artilerie + 234" Medium Battery, Royal Atl (13 x75mm & 100mm), 200. + Tth Light Anti~Aireraft Bator, (6x 40mm Bofors), 105 h +186” Australian Light Anti-Aiteraf Battery (4x 40mm Bofors), 63 + 1 section du 15" Coast Regiment, Royal Artery (2x canons de 4”), 85h, + 2 sections de la battori AA lourde «C», Royal Marines (4 x canons de 3"), aan. +23" Light Antt-Airraft Bator, Royal Marines (Mitalleuseslégéres), 62. Génie Etat-malor:23 +42 Field Company, Royal Engincors, 71h. *Détachements des 1017" Docks Operation Company & 1036" Arab Stevedore Company, 9h. Infanterie 14° Infantry Brigade + 1 Battalion, The Welch Regiment +2 Battalion, The York & Lancaster Regiment, 742, +2 Battalion, The Black Watch (Royal Highland Regiment), +2 Battalion, The Leicestershire Regiment, 637 h- 11" Batallon, Argyl & Sutherland Highlanders (Princess Louise's), 685 h.& “Tymbaki +214" Australian Infantry Batalion, $53 h Batalion de garison gree, 800. T Regiment grec (batallon), 800, +3 regiment grec (baailon), 1100. ium Rogiment, Royal Arillry, Rifle Battalion (moins une batterie), 87. + Roya Army Meza Corps, Royal Amy Service Corps, Royal Army Ordnance Corps, Royal ir Force Total 437 Secteur central: Rethymnon et Georgeoupolis Commandant: Brigadior-General GA. Vasey LUeutenant-Colonel Campbell du 21" Austral secteur de Rthymnon Total: 6730 Biindes + Ditachoment du 7 Royel Tank Regiment (2x A12 Matilda MK, 12, ‘Anilorie +106" (Lancashire Hussars) Light Ant-AirratRepiment, 1 section (2x Pdr, ‘ntichar 16 +X Coast Defence Battery, Royal Marines (2x canons de 4”), 97 +213 Fleld Regiment Royal Avtralan Ailey (14% 75 & 00mm), 190 h. Génie +218" Feld Company, Royal Australian Engineers, 15th Infanterie 19" Australian Infantry Brigade +211" Austratan Batation, 84h £217 Australian Batallon 684 h +21" Australian Bataion, 384. 1211 Austraan Battin, 645 +211 Ausralan Machine Gun Bataion, 1 compagnie, 70, {régiment grec 85" rogimont gree, 2300 + Gondarmerle greequo, 800k Services + Austvllan Field Ambulance, Ausraian Army Service Corps, Austaian Ordnance Store Company, Ald Signal et vers Total 542 Secteur de Maleme (avec Galatas) Commandant: Major-General. Putck “otal 11858 Blindés + Détachemont du 3° The King's Own Hussars (10x Vickers MRV), 75h “B Squadron, P> Royal Tank Regiment 2x Atz Mata Mi), 13 Artierie 1 454" Heavy Ant-ArcrafBatory, Royal Airy (4x canons de 37"), 87 +5" New Zealand Fats Ropiment, 27» Bator en soution de aS" New Zealand Brigade (7 x 78 & 100mm), 28" Battery en soutlen de 10" New Zealand Brigade n Battalion on charge du (28788 77mm), 266. +156" Light Anti-Alreraft Battry, Royal Artilry (6x 40mm Bofors), 94h + 7 Light Anti-Aicraft Battery, Royal Australian Atillory (4x 40mm Bofors), 3n, Heavy Antl-Aerat Battry, Royal Marines (2x eanons de 3"), 62h +42» Coast Battory, Royal Marines (2 x canons de 4"), 855, * 25° Light And-Alrraft Battery, Royal Marines (Mitrallouses lgéres), 62h Infanterie 2" New Zealand Division ‘New Zealand Infantry Brigade (Brigadier Inglis) Réserve, ‘New Zealand Battalion, 67h 19 New Zealand Battalion, 565 h. +208 New Zealand Battalion, 637 h. 127° New Zealand Machine Gun Battalion, 35 5" New Zealand Infantry Brigade (Brigadier Hargest) +21" New Zealand Battalion, 376 + 22° New Zealand Battalion, 644. + 28° New Zealand Battalion, 571 h + 28” New Zealand (Maor) Battalion, 619 + 19” Army Troops Company, New Zealand Engineers, 216 7" Field Company, New Zesland Engineors, 148 h “27 New Zealand Machine Gun Battalion, 2 sections, 11th +1 Regiment gre, 1030. 10 New Zealand Infantry Brigade (Brigadier Kippenberger) + Batailon mise, New Zealand Artillery and Army (&" New Zasland Fila Regiment et parte du" New Zealand Fld Regiment), 1007, plant grec, 1485 +8 Regiment grec, 1013 h + 27 Now Zealand Machine Gun Battalion, section, 33h + Détachement du New Zealand Divisional Cavalry Regiment, 194 h, Services “Now Zealand Fibld Ambulance, New Zealand Field Hygiene Section, British {general Hospital, New Zealand General Hospital, General Hospital, New Zealand Dental corps.New Zealand Postal, Royal Air Fores et divers. Total 17th Secteur de la baie de Souda ‘Commandant: Major-General C.E, Weston Total: 14822h. Arilierie Groupe "M” + 151" Heavy Anti-Alrraft Battery, 51" Heavy Anti-AircraftArtillry «Regiment, Royal Alen (8 x canons do 3,7), 288 h 1129" Light Anti-Alreraft Battery’ 15" Light Anti~Airraft Regiment, Royal Arillery (12 x Ommm Bofors), 249. +150" Light Ant-Aircrat Batory, 52 Light Antl-Alrraft Regiment, Royal Axillary (2 x 4dmm Bofors) 63h +7 Light Anti-Aircrat Battory, Royal Australian, une section (2 x 40mm Bofors), 42h + 23° Light Anti-Alrraft Battery, Royal Marines (2 x 40mm Bofors), 104 Groupe "S” "A" Heavy Anti-Airraft Bator, Royal Marines (8 x canons 3"), 270 h. + *C" Heavy Anti-Aircraft Battery Royal Marines (2 x canons 3"), 63 h. +234" Heavy Anti-Aireraft Bator, Royal Artillery (8x canons 3,7", 288 h + 304” Soarehiight Battery, Royal Artillery (20x proecteurs), 310 h. +1089 (Lancashire Hussars) Light Anti-Alreraft Regiment, ection (2 x2 Pdr antichar) 18. "15° Coast Regiment, Roya Alor (6x canons 6°,2x canons 4”,2x canons 42 Pdr, 2x canons logors), 465, Génie 42" Fiokd Company, Royal Engineers (moins une section), 164h “5 Fleld Park Company, New Zealand Engineers, 120, ‘Crete Composite Company, Royal Engineers, 210 +1003" Docks Operation Company, 126 h + Royal Enginoers Stores Depot, &4 “Australian Engineers ot Army Area Signal Center Stevedores, 360, ‘New Zealand Engineers Stevedores, 52. Mobile Naval Base Defense Organisation (MNBDO) ‘ 4" Battalion, The Weleh Regiment (reserve, 54 h “9° Battalion, The King's Royal Rifle Corps (Rangers), 417 h, +102 (Northumberland Hussars) Anti-tank Regiment, Royal Hr 307. +212" Feld Regiment, Royal Australian Artillery, 558 h. +213" Field Regiment, Royal Australian Artillery, 306 h + 16” Australian Composite Batalon (2/2 et 25 Battalions), 443 h +17 Australian Composite Battalion (2/5" and 26” Battalions), 387 h, 1® Searchlight Regiment, Royal Marines, 264, "The Royal Perivelians” (unites britanniques diverses), 700 + 1 Echelon New Zealand Division Supply Column, 145 h +2" Régiment grec (batallon), 930 Services Medical, ravitallement, maintenance et divers, Total 5072 h arta, 19 Ie site devient un objectif militaire de premier ordre. Dans la nuit du 25 au 26 mars 1941, les Italiens se slissent dans la baie et & faide de Barchini (des canots moteur bourrés dexplosif) endommagent le croiseur HMS York, un vapeur et un pétrolies,et coulent un btiment citerne. Le HMS York sert alors de platefor- re antiaérienne, certaines de ses pidces étant meme transférées a terre. Suite & cette attaque, les défenses de la baie de la Souda sont renforcées. Elles auront un role essenticl lors de la chute de la Créte, lorsque les navires €vacuant les soldatsaligs quitteront la baie sous la menace de la Luftwaffe. Les premices : ta LuFTWarFE LE NORD DE LA GRETE Le VIIL Fliegerkorps de von Richthofen comprend 90 chasseurs, 90 chasseurs-bombardiers, 150 bom- bardiers en piqué et 240 bombardiers. Pour les besoins de Lopération, les VIL et XI. Fliegerkorps établissent en peu de temps de nombreux terrains aviation en Gréce. Comme I'a si justement fait remarquer Peter Des aves umole dans bl de Souter {grees et une équpe ant-arionne équ> Le général Wavellinspecte une pléceant-aérenne de 80mm en ‘cours do préparation a affrntement avec Ia Luftwate. © NVM Wilkinoa, ofcier du Special Operations Execu- tive service de renseignement et de coordination des ‘mouvements de résistance), «les Allemands peuvent improviser en six: heures un terrain peur leurs avions alors que nous en si mois dune ocupation paisible, nous tnen sommes pas capables». I fait référence aux terrains de Pedalia, de Kastelli, de la plaine de Messara et de Kassamos Kasatelli dont 'aménagement a été entamé ‘mais jamais acheve. our les Allemands, forganisation au pied levé de cette immense flotteaérienne ne va pas sans mal. Is rencontrent des problémes car leurs lignes de ravi- taillement sont étirées au maximum. De plus, beau coup avions viennent juste de prendve part Topéra- tion « Marita» et doivent étre révisés voire réparés. La date initiale de déclenchement de Fopération passe du 15 mai au 18 puis au 20. Il faut notamment faire par venir 3 millions de litres de carburant pour avions si Ton veut permettre lenvol des trois premiéres vagues. Pendant ve temps, les Fallchirmiger rejoi- gnent en train les villes @’Arad et de Craiova en PLANEUR D’ASSAUT DFS 230 af ts 230 Planeur d'aseaut (Origine: Allemagne Fabricant: DFS. Equipage: 1 plots et 10 soldatséquipés Dimensions: Envergure: 21m ~ Longueur: 19,3 m Hauteur: 2.8m Surface aie: 38,1 ‘Armement:(lacultai 1% MG 15 mobile de 7,82 mm st2xMG 34 fixes de 7.92 mm Poids 8 vide: 770 ko Poids de charge: 2040 kg Vitesse maximal: 161 km/h 8300 m Roumanie, doi ils doivent encore effectuer un par- cours de 1600 km en camion, nécesstant Femploi de 4000 véhicules pour transporter hommes et matériel Le 8 mails sont pied d’euvre en Gréce. Les Ju-52 et les planeurs Dfi-250 sont rassemblés sur sept ter- rains autour d’Athénes. Des le 3 mai, des bombardiers Ju-88 et Do-17 Z ainsi que des chasseurs-bombardiers ‘Me Bf-110 ménent des actions contr les naviresabri- tésdans es portscrétoiset dans labaie de La Souda. En moins d’un mois, ces bombardements couleront une dizaine de navies britanniques pour un total de 50000 tonnes coulées, Is sen prennent également aux aéro- pour Voceasion. Non seulement le décollage prend du retard (prés de dewx heures), comme pour les hommes de l'sberst Sturm, mais Briuer doit laisser 600 hommes sur place car les Ju-52 abattus le matin riont pu étre remplacés Le haupemann Schirmer saute done vers 1630 avec seulement deux compagnies de son IL/2. FJR. IL ne subit presque aucune perte car il atterrit comme prévu a environ 5 km a louest d’Héraklion, De li, il semploie & sécuriser la zone contre toute arrivée de renforts ennemis en couvrant la route cdtiére depuis Touest. Le major Walther A la téte de son L/1. FJR saute a Test d’Hiéraklion pres de Gournes et sempare de la station radio. Lcberst Briuer et son état-major cont sauté sur la méme zone. Le major Schulz en- registre un peu plus de casse car il saute avec son ILA. FJR sur la banlieue proche de Fouest de l ville Heraklion et subit non seulement les tirs de DCA. mais aussi des tirsajustés des Grecs retranchés dans la ville. Abandonnant vite Tidée de semparer de la ville, il choisit de regrouper ses hommes pour lan- cer une nouvelle attaque. Le Aaupémann Burkhardt, dont la mission est de prendre I'aérodrome, a scindé son ILL, FJR. en deux éléments: les 6. et 7. Kom- panie a Touest de la piste et les 5. et 8 Kompanie au sud. Les avions qui les larguent subissent de vio- lents tirs de canons antiaériens et d’armes indivi- duelles depuis les collines et le sol. Une quinzaine de Ju-S2 seront perdus a Héraklion ce jour li. Le bombardement aérien qui devait précéder de pew le largage est depuis longtemps terminé. Les Falls chirmjéger qui descendent en parachute sont ex- trémement vulnérables; De plus, une fois au sol ils, constituent encore de magnifiques cibles, le terrain noffrant aucun couvert. Les 6, et 7. Kompanie sont 27 Escadron de reconnalssance embarquant un BMW 75 et son side-car dan un JU:52. Au termede cette premiére journée de combats surle sol de Créte, Student parvient enfin 2 rétablir la com- munication avec ses différents groupements d'unités. I décide de faire porter le efforts des Fallchirmjiger sur Taérodrome de Maléme. Ceux-ci sont handicapés car beaucoup dentre eux doivent encore récupérer leurs armes dans les containers. Par ailleurs ils portent des uniformes en drap particuligrement inadaptés et souf- frent de la chaleur et de la soi. ls ne bénéficient pas pleinement de l'appui aérien du VEIL Fliegerkorps car 4 Rethymnon les Austraiens ont récupére sur le corps d'un officier tué les codes des signaux qui une fois ‘raduits leurs ont permis de demander des munitions et méme de faire bombarder les Allemands par leur propre aviation, Les défenseurs de Ile, fortiori ceux de La Canée, vont manquer de mordant alors quis disposent de forces importantes et laissent échapper Toccasion de balayer le 3. FIR. Les Grecs transmet- tent aux Britanniques les plans du déploiement du décimés par la contre-attaque que Chappel lance A régiment allemand. ainsi qu'un résumé de ordre gé 18h15 avecle 2" Battalion Leicestershire Regiment, _ néral dopération, trouvés dans lépave d'un Me BF-110 ses deux chars Matilda et ses six Vickers pour déga-_abattu, Mais, bien que ces documents confirment les zerl'aérodrome. Cing survivants seulement parvien- informations livrées par Ultra, Iétat-majorallié pre nent & séchapper a la nage. Les 5. et 8. Kompanien tend qu'il agit d'un faux et sfen tient pas compte.. atterrissent bien au sud-est de Paérodrome mais ne Les Faiesemsmmsicen en onrricutté peuvent les rejoinde & cause du feu violent qui pleut sur elles depuis «Ames ridge» (point 182). Elles nvarsivent pas a semparer de la colline, Le Bauptmann Burkhardt rassemble une soixantaine de soldats en état de se battre au pied d’« Ames ridge» et y établit une position defensive. Le 21 mai 1941 est le grand tournant de la bataille de Créte. Student a effectivement fait e bon choix en plagant Maléme en téte de ses objectfs car les Néo- Zélandais ont abandonné lacolline 107,ce qui permet vers 17haux premiers Gebirgyiager de débarquer des 28 a Prof © Vincent Bourguignon Fallschirmjager © Stephane Lagrange ‘Sakis. 2 Kotonkrad Halftrack iger| Origine: Allemagne Fabri Equipage: | pllote +2 passagere Poids: 1 200g vie, 1 60 kg max Dimensions: longueue:2,74™m ~largeur: 4 sm—hautour: 101m Motorisation: 4x Opel Olympia de 38 cv & ‘eylindres en ligne Carburant 42s ‘Autonomle sur route: 260 km Vitesse masimale: 80 kwh HALFTRACK LEGER r KLEINES KETTENKRAFTRAD ties? nt: NSU Motorenwerke AG. Ju-52 en fin de jour Cette journée est marquée pour le 3. FJR. par la ré= ception vers 10h00 de 300 containers de munitions et de matériel sanitaire. Heidrich sait qu'il na pas les moyens de prendre La Canée. I décide done de tenter de prendre Galatas, afin de dominer la route cétiére et ainsi de géner les mouvements de Tennemi entre Malame et La Canée. Le 3. FR. est disposé autour de la vallée de la prison comme suit: le 1/3. FIR se trowve devant Pirgos et Perivolia, le I/3. FJR devant Gealatas, le 11/3, FJR au nord et le batallon du gé nie devant Aghia, oi il renforce ses positions avec des mines. Le village de Galatas subit plusieurs bom- bardements, tandis que les Falichirmjdgertestent les positions de la 10 New Zealand Brigade en multi- pliant les patrouilles pour répondre a celles non moins rhombreuses de fennemi. Une attaque néo~2élandaise D.KFZ. 2 appuyée par des chars chasse les Allemands de ‘Cemetery hill. ‘A Rethymnon, vers 515 les Australiens attaquent Jes hommes du majar Keoh qui tiennent les lisires estde Iaérodrome, devangantlassaut que ces derniers se préparaient a lancer. Les Falkchirmjiger contre-at- taquent immédiatement et repoussent les Australiens sur leurs positions de captain Moriarty, qui se tenait prét en cas de succés & renforcer les as- saillants avec une compagnie et des Bren C: part de cet échee & Campbell. Cel compte sur place ala téte des deri 9h00, il ordonne & Moriarty de lancer une nouvel- le attaque. Moins nombreux que les Allemands, ses hommes progressent vers le sommet de la colline A en quatre colonnes, dont Fune entame un mouvement tournant audacieux. Kroh qui craint etre encerclé et Les servants dune pico antagrianne d'un navi croisant dans les eaux ‘edoulent ies attaques ennom 29 done coupé de la route cdtiére, décide de se replier avec les restes de son groupement sur lusine d’huile dolive de Stavromenos. A midi, Moriarty a repris la colline A faisant de nombreux prisonniers et captu- rant un matériel important. Dans Tusine, Kroh et ses hommes installent une solide position defensive. Les ‘Australiens qui les talonnent sont surpris parla vive résistance qu'ils rencontrent en montant a son assaut. ‘Le major Schulz prend alors le commandement du Kampferuppe Wiedemann, qui sest retranché autour de la chapelle de Périvolia& Youest de l'aérodrome de Rethymnon, II dispose de mitrailleuses, de quelques pitces antiagriennes et de trois pices de 105mm. Malgré la mise en place des drapeaux a croix gammée les identifiants comme Allemands, les Fallchirmiiger vont étre bombardés parleuraviation etparfennemide 8h00 A 14h00. Mais heureusement, dans Taprés— ‘midi six Ju-S2 finissent par leurs larguer des conta ners munitions. Les Australiens attaquent & pls sieurs reprises depuis les contreforts des montagnes ‘au sud-ouest de Périvolia. Is tentent de semparer de Ia hauteur de la chapelle mais Schulz contre-attaque, appuyé par son artillerie. Vers 16400, les Australiens Jancent un assaut généralisé qui échoue. ‘A Heraklion, le major Walther et son L/1. FJR. rejoignent les hommes du IL/1. FJR du hayptmann Burkharde, Comme ils ne disposent en tout et pour tout que de cing mitralleuses MG 34, ils ne peu- vent forcer le passage vers Paérodrome et savancer ‘en direction du /eutnant Blicher et de sa section sur «East hill», A midi, un char venant de 'aérodrome Sfavance et tire en méme temps que Vartillerie pour appuyer Tattaque des Ecossais du Black Watch Battalion. La section Bliicher est anéantie. Les hommes de Walther regoivent lordre de bloquer la contre-attaque et de tenir sur place. Toute la jour- née, mortiers et canons britanniques pilonnent les positions des Fallcbirmjager. Loberst Briuer a ins~ tallé son poste de commandement sur Ames ridge, au plus prés des combats. A 1700, 150 hommes sont parachutés en renfort a fest de sa position. Le major Schulz profite du bombardement Heraklion par des Ju-87 Stukas en milieu de ma- tinge pour lancer deux colonnes a Vassaut de la ville: Pune par la porte ouest et Pautre fe long du port. Progeessant & travers les rues et refoulant les défenseurs grecs et les civils crétois qui leurs tirent dessus, es Allemands stmmparent de la partie ouest de la ville et des quais. Vers midi, le maite et un of- ficier grec offrent la reddition de la garnison. Cest 8 ce moment que les Britanniques contre-attaquent avec seulement deux sections qui, contrairement aux Fallihirmjager, disposent de munitions & profusion. Les hommes de Schulz se replient a Vintérieur de la citadelle vénitienne. Puis en fin daprés~midi, ils abandonnent ce bastion, bombardé par les Ju-87 Stukas aprés leur départ, ne conservant qu'un déta- ‘chement la porte ouest. Le 21 mai a 9h00, le Aonteradmiral Schiister or- donne a la premiére flottlle légere de quitter le port de Milos pour se diriger vers la téte de pont de Maleme. Elle transporte le 111/100. Gebirgsidger- Regiment de la 5. Gebirgsiiger- Division du general Ringel, une partie d’un régiment antiaérien et plu- sieurs détachements d'armes lourdes (avec des ca~ mions légers, des motos, des Aettenkrads et des tanks) bord de 19 caiques, deux petits vapeurs et un des- troyer léger italien (le Lupo). La D Force aux ordres du contre-amiral Glennie comprend trois croiseurs cet quatre destroyers, en patrouille entre le cap Spatha et la baie de La Sude. A 2300 environ, elle détecte au radar la flotllelégére qui vient de doubler le cap Spatha. Le Lupo tente de s'interposer pour protéger la flottlle mais malgré le courage dont fait preuve son équipage il est surclassé. Il permet néanmoins & une partie de la lottlle dese retirer. La D Force cou~ le bien plusieurs bateaux mais sur les 2331 soldats allemands embarqués, dont un certain nombre se re- trouvent a la mer, seuls 297 périsent. Aixx premigres ueurs du jour la D Force, qui craint les attaques de la Luftwafi, se replie. Lamiral King, a la téte de qua- tre croiseurs et de trois destroyers en patrouille plus au nord, intercepte a. 9h30 le 22 mai, la deuxiéme flottlle légére quittant Milos. Craignant lui aussi la Lufrrwafiil rompt le combat alors que le Aonterad- ‘mira! Schiister ordonne a la flottille de revenir & Mi- los. Ses passagers seront finalement acheminés par avions. Freyberg et plusieurs de ses subordonnés, qui ctaignaient par-dessus tout un débarquement alle~ ‘mand, sont soulagés. Lassaut sun MaLéMe : Les ALLIES ATTEIGNENT LEUR POINT DE RUPTURE Le brigadier Hargest a finalement pris conscience qu'une contre-attaque sur Paérodrome de Maléme est nécessaire et fait pression dans ce sens sur le bri- gadier Puttick. Celui-ci se met au diapason, accep- tant qu'une contre-attaque ait lieu la nuit suivante, Seulement deux batallons ont été affectés a cette ‘mission: le 28” Infantry Battalion (maori) du lieut- nant colonel Dittmer et le 20" New Zealand Infantry Battalion du major Burrows, relevé sur ses positions par le 2/7* Australian Infantry Battalion venant de Georgioupolis. Freyberg, mis au courant, a convoqué ses subordonnés dans son quartier général pour une réunion au cours de laquelle un plan de contre-atta- aque est arrété, Lentrevue prend fin a 18h 00 et tous les officiers présents Saccordent sur Pimportance de profiter au maximum de la protection de Pobscurité contre Vactivité de la Luftwaffe, intraitable pendant fa journée, La contre-attaque est prévue pour dé- buter 4 1h00 mais le 2/7° australien rencontre des Parachutisesallemands ulisant un canon Bofors capture. [ difficultés pour réunir les camions nécessaires & son déplacement. De plus, 'état des routes et les atta- ques aériennes incessantes retardent sa préparation, de sorte que le 20" New Zealand Infantry Battalion niest pas en place aux cétés du 28% Maori Infantry Battalion, a Fouest de Platanias, avant 3h 00, ‘A la méme heure, les trois chars Vickers du lieute- nant Farran sont déja en place surla route cdtiére. Vers 3h30 le 23 New Zealand Infantry Battalion lance une attaque de diversion. Les trois chars avancent sur la route cétiére pour atteindre Paérodrome, pendant que les Maoris font de méme sur leur gauche et les Néo-Zélandais sur leur droit le long de létroite ban- de cétiére, Le 21* New Zealand Infantry Battalion, qui se trouve au sud-ouest de Kondomati, est poussé simultanément en direction de lacolline 107. Les as- saillants chargent pour rattraper leur retard et rapide~ ment se heurtent aux solides défenses mises en place pares Fallihirmiger, qui shésitent pas réutiliser un canon Bofors capturé. Les trois chars sont pris pour cible et deux sont rapidement mis hors de combat. Le Tieutenant Farran décide alors de replier Punique char qui lui reste et essaie de ramener de quoi réparer celui des deux qui estle plus légérement atteint. Les Maoris, et les Fallschirmdger se livrent de terribles combats dans Pyrgos. ‘A Maléme, le cimetiére a été transformé en fortin par les Allemands. Des éléments des A Company, B Company et la D Company du 20 New Zealand Infantry Battalion aux ordres du lieutenant Mawell atteignent lextrémité est de Paérodrome. La Luftwaffe sillonne le cel et tire & vue sur les assallants qui ont le malheur détre mal camoufiés. Le lieutenant Mawell resoit Fordre de revenir en arrire, ordre qu'il exécute Ja mort dans l'ame. La contre-attaque a échoué cas, Zealand Conde Guerre mondiale avoir 616 décoré ss Le lieutenant Charles Upham, une guerre et deux Victoria Cross La premiére ul est décernée lors des combats on Créte alors uillest latte du 15% peloton dela C company du 20" New fantry Battalion pour avoir éiminé une position do mitralleuse allemand, Bossa épaule, Ia contnus le {combat jusqu'a son evacuation a Sfakia. La de 1 1942 alors qu'il ost engagé dans le desert. Li te est le seul soldat, dur nant Up Victoria Cross. fre fl ost née, il est gravement blossé 2 El Ruwoisat ot cap- Lo tiutonant Charles Upham (@ droits) ot colonel Howard Kippenberger commandant den 10" Brigace. Cnt Hommes du 5. Gebirgsjiger-Division & Tembarquement pour la Crate (Alexander Turnbull Library) off Profil© Vincent Bourguignon eee 32 ape Pa LEGER m PANZE! IRKAMPFWAGEN II AUSFUHRUNG B 5, Panzer Division - 31. Panzer-ReciMeNT mis & part Mavell, tous les assaillants ont été blogues. Axi la velle'oberr¢ Ramecke a pris le commande- ment des restes du Luftlande-Sturm-Regiment et des renforts parachutés. Avec un Bren Carter, les Alle~ mands dégagent les carcasses qui encombrent la piste et toute la journée a iew un ballet continu de Ju-52 qui aménent les Gebirgsiigeren renfort, sous les tirs éoi- _gnés et sporadiques de''artillere britannique. Rameke réorganise ses troupes: le IV/Lufilande-Sturm-Regi- ‘ment tientlerivage et Maléme,le IL/Luftlande-Sturm- Regiment se trouve sur les collines au sud ainsi qu'aux abords de Pyrgos et divers détachements occupent le prolongement de ce front continu vers e sud. Pendant que les soldats du IL/100. Gebirgsiiger-Regiment de Toberst Utz commencent leur mouvement tournant vers le sud, deux compagnies de Fallichirmjiger cou- vrentT'aérodrome vers fouest et le sud-ouest. Appuyes par Iartlleie de montagne des Gebirgjger, installée surla colline 107, les Fallchirmyger et les Gebirgsiiger nettojent Maleme. A midi, le 1/100. Gebirgsiiger-Re- ‘giment est au complet. Le 1/85. Gebirgsiager-Regiment arrive i son tour sur laérodrome de Maléme. Loberst Urzassigne pour objectif@ ce dernier a prise du mont ‘Monodendei, qui se trouve 4 2 km au sud d’Aghia Marina, et ce afin de prendre & evers les Maoris et les Néo-Zélandais qui tiennent Pyrgos. De son cdté, Heidrich a envoyé le major Heilmann avec des éléments de son batallon et le bataillon du xgénie en direction de Stalos pour établir la jonction avec les troupes venant de Maléme. I! ordonne au major Derpa de lancer son bataillon a Yattaque de Galatas. Aprés le bombardement, ses hommes sélan~ cent. Ils progressent peu avant quiune contre~attaque sgrecque ne les rejette sur leur base de départ. En fin de journée, le generalmajor Julius Ringel se pose avec PanzerKampfwagen I Aust. Char léger (Origine: Allemagne Fabricant: Honechel, Krupp et MAN Equipage: 3 hommes, Poids: 8 tonnes Dimensions: Longueur: 4, 81 m ~ largour: 2222 m ~ hauteur: 498m _Remement principal: canon de 20mm Kwk 30 ou 38 (180 obus) Pointage en azimut: manus 360° ‘Armement secondaire: 1 mialleuse coaxale MG-84 de 7.92mm (2250 bale) Notrsatlon:1xMaybach HL62TR a6 eylindres en ign do 140 cv Carburant 170 litres ‘Autonomie sur route: 192 hm Vitesse maximale: 40h Blindage maximal: 2mm, Bindage minimal: 10mm son état-major et prend le commandement du groupe couest. Ringel répartit ses troupes en trois parties: le Kampfgruppe Ramcke, qui regroupe les Fallschirmjiger, doit avancer le long de la bande cbtiére, le Kampfgrup- ‘pe Utzavec les deux batallons de son régiment appuyé du 1/85. Gebirgsjager-Regiment doit progresser par a montagne puis se rabattre vers la mer et le Kam- -pferuppe du major Schitte avec son 95. Gebirgs-Pio- neer-Battalion doit protéger Maléme et avancer vers Touest pour prendre Kastelli Kissamos. Ce dernier “objectif sera pri le 25 mai, permettant aux Panzers de débarquer dés le 27. Les TROUPES BRITANWIQUES ET DU Commonweatr nécrocue ol FRONT DE La Canée Le 23 mai 4 1h00, Hargest resoit Yordre de fai- re battre en retraite sa 5 New Zealand Brigade sur Platanias et Aghia Marina. Une compagnie de Ma- oris commandée par le major Dyer couvre le repli, Le rate fico dela Cte, avoc sos its dos rivibres asséchies, st paricullrementfevorablo aux ombuseades ot aux combals ‘corps corps (Collection B. L Davis} sfhésitant pas a charger & la baionnette pour diminuer la pression de Fennemi. Au matin, les Fallscbirmjdger du Kampfgruppe Ramoke qui avancent sur Pyrgos ont la surprise de trouver les positions ennemies aban- données. Leur avant-garde atteint méme a 11h00 Te pont sur la rivigre Platanias oit elle sorganise en position défensive. Par sa présence, elle oblige les Maoris 8 franchir la riviére plus au sud afin de gagner Platanias. Le capitaine Baker capture le pont a la téte dun groupe de Maoris mais, soumis & un feu nourri, ne peut le conserver. Heilmann et ses Fallchirmjger conformément aux ordres d'Heidrich semparent de Stalos ct sy maintiennent malgré la contre-attaque de deux compagnies néo~2élandaises Les Gebirgsjager rencontrent une séricuse résistan- ce A Modion et ménent de furieux combats avant de déborder la position, emportant avec eux les pices @anillerie britanniques. Ce succés permet de sécu- riser 'aérodrome de Maleme,soumis aux tirs de Par- tillerie alliée depuis le début des combats. Le 1/100. Gebirgsiiger-Regiment coiffe le mont Monodendri Le L/85, Gebingsiiger-Regiment avance quant 4 lui en direction d’Alikianou et doit faire face & des soldats du 8 régiment grec et des civils armés. A 15h00, les, Allemands bombardent les positions des Maoris de~ vant Platanias et se préparent pour un assaut. Puttick voyant se dessiner Ia manceuvre allemande destinée & couper la 5 New Zealand Brigade des autres unités cordonne i Hargest et 4 sa brigade de se replies et de se porter en réserve. A 22h00, les Néo-Zélandais commencent leur mouvement de repli, Pendant ce temps le 55. Kradfubrer~Batailion (bataillon moto- cycliste) de la 5. PanzerDivision, parti vers le sud avec ses side-cars depuis Malme arrive vers minuit prés de Kandanos oit il restera bloqué deux jours par des tireurs embusqués. Il ratteindra Paleokhora sur Ia céte sud que le 25, sa présence empéchant le dé- barquement d’éléments de la Layforce (les dewx ba~ taillons de commandos britanniques aux ordres du Tieutenant-colonel Robert Laycock). Dans la matinée du 24 mai, le 100. Gebirgsiager-Re- -giment fait sa jonction prés de Stalos avec le détache- ment Heilmann et met fin a Fisolement du 3. FR. Le 2 régiment grec mene a 5h30 une attaque contre le fort ture Test de Pizgos, tenu par le 1/3. FIR. La Luftwaffe bombarde constamment Galatas, vertou de Ia défense allie. Le Kampfgruppe Ramcke se trowve ail gauche, le 3. EJR 4 Vaile droite et le 100. Ge birgyiagers Regiment ete les deux. Le 1/100. Gebirgs- , Malgeé leur supériorité aérienne, les Al- lemands subissent de lourdes pertes avec 271 Ju-52 abattus ou gravement endommagés. En 194i, em- ployée au ravitaillement des troupes de Rommel en ‘Afrique du Nord et sur le front russe, laflotte de Ju ‘52 est décimée par la chasse allie. Prés de 500 avions sont perdus alors que 451 exemplaires seulement sont livrés Ia méme année. A Stalingrad, ce sone 490 appa seils de teansport, dont 266 Ju 52/37 qui périssent lors d'un pont aérien qui savére insuffisant. ° JUNKERS JU-52 41 angie 3mW Smade3msSe 5 amg7e zi ene ea Fabricant unker lugzeug und Motorenwerke AG 5 années ge [3932.4 1944 Equipage 2 plots, | opérteur radio, 18 solats ou parachutses, ov 12 blessés sur cvitres Longueur 180m Mouteur 450m Envergure 29,25m | Surface ataire | 110,502 Motorisation Puissance 3 moteurs & piston BMW 1320-3 3 moteurs & piston BMW 1322 Masse a vide | 5720K3 Masse au aay 10990 kg Masse utile 1845k9 Vitesse maximale |275Km/h Vitesse de croisiere sae Plafond 500m Distance franchissable | 620m Particularités premiére a. Wesson cine superman sexe rieore eee Production 1934 - 1944 Version [areca [are cy [PIRT amit [roar ois 1027 933/120 1053 231 231 Bie 13 14 ror mapa |. | 142k 200 316 zo [1058 [a [516 __|ass5 thassés d’Afrique du Nord en 1943 par les Alliés, les Allemands reportent tous leurs efforts sur Ia conservation de leurs possessions en mer Egée. Profitant des enseignements ts dela victorieuse mais ‘meurtriére bataille de Créte, les Fallchirmiger vont mener a Kos et Leros leur campagne la plus abouti Lorsque les Fallchirmsjager sautent sur la Créte en ‘mai 1941, la Seconde Guerre mondiale se limite de~ puis un an a un face-2a-face armé entre le ITF Reich et a Grande-Bretagne. Ayant envahi coup sur coup en ‘moins de deux mois la Yougoslavi, la Gréce conti~ nentale puis la Créte, les Allemands peuvent alors es- pérer évincer & court terme les Britanniques d’Egypte et du Moyen-Orient. Mais avec le début de invasion de TURSS le 22 juin 1941, la donne change brutalement. Létreinte allemande sur les positions aliges en Méditerranée se esserre fate de moyens tandis que les troupes en voyées sur le front de Est senlisent dans Vimmensité russe. En décembre de la méme année, cest au tour des Etats-Unis, en réaction & Tattaque japonaise sur Pearl Harbor, dentrer en guerre contre les forces de 'Axe. Si dans un premier temps les armées allemandes ne sont pas confrontées aux troupes américaines surles champs de bataille, entrée en guerre de la puissance industrielle de premier ordre que sontles Erats-Unis entraine api dement une aide substantielle en matiére d’armement pour les Britanniques et les Sovietiques, directement aux prises avec les Allemand ‘Signature do armistice talon le 3 septembe 1943.De gauche dot, le général Bede Smit, le commodore Dic, le général Rookos, a ca- pilaine Haan, ls gonéraux Castellano ot Montnar, epresentant du ‘ministre dee affaires étrangires italien. Avromne 1943, te péeut pe La PRESENCE ALLEMANDE EN MEDITERRANEE ? Le tournant du confit mondial en mer Méditer~ ranée intervient en novembre 1942, quand les alliés débarquent au Maroc et en Algérie conjointement & Ja progression rapide des troupes britanniques vers Touest & parti de Egypte. Malgré une farouche ré- sistance en Tunisie, les Allemands sont définitivement chassées d’Afrique du Nord en mai 1943. Deux mois plus tard, les Alliés débarquent en Sicile. invasion entraine la démission et Parrestation de Mussolini par [Etat italien a la fin du mois de juillet 1943. Le 3 septembre, un débarquement de troupes allées en Calabre pousse Italie & déposer les armies. Le 8 sep tembre le gouvernement italien capitule sans condi- tions par Vintermédiaire du maréchal Pietro Badoglio cet déclare la guerre son ancien alliéun mois plus tard, Je 13 octobre. Cette dramatique pour les Alemands, non seulement sut le titre italien, mais aussi dans les Balkans ot en Méditerranée orien- tale, Ce ne sont pas moins de 31 divisions italien- nes qui assurent le contrdle et Vadministration de la Yougoslavie, de 'Albanie, dela Gréce continentale et de ses iles. Bien décidé & conserver cette zone sous son emprse, le III Reich réagit violemment contre son ancien ali, Entre septembre et novembre 1943, Taffrontement germano-italien cotte 30000 tués et 100000 blessés a Parmée italienne, ainsi que 535000 prisonniers dont prés de 100000 vont mourir lors de leur captivité... La reconquéte des zones ferme- ‘ment tenues par les troupes italiennes est autrement plus delicate, particuligrement dans Parchipel du Dodécanése. Cet archipel, dont Rhodes est I'ile prin- cipale, a subi pendant des siles la domination otto- mane jusqu’ son passage sous administration ialien- ne en 1912, Maitres depuis plus de trente ans de ces ies situées& quelques encablures d'une Turquie restée neutre depuisle début du confit, les Iraliensentendent bien faire barrage aux ambitions allemandes. Bien volteface est évidemment, lintérét géopolitique du. Dodécanése séchappe pas aux Britanniques, qui ont envisagé bien avant la capitulation italienne d'intervenir en mer Egée. Cest le 2 mai 1943 que !Etat-major britan- nique dessine les premiéres esquisses de lopération «Accolade», Ce plan prévoit une offensive principale sur Rhodes et Karpathos, ainsi qu'une occupation si- multanée des autres iles du Dodécanése. D'aprés les premiéres estimations de I'Etat-major, la réalisation de ce plan nécessiterait au minimum trois divisions ¢infanterie, une brigade blindée, dew batallons in dépendants d'infanterie, deux batallons parachutistes et les services logistiques correspondants. Le pro- bleme principal tient & la nécessité pour les Alliés de Sappuyer sur une bonne couverture aérienne, ce qui implique de disposer de bases suffisamment proche: ou d’avions 3 long rayon d'action. Le 12 mai, lors de la conférence « Trident» entre Churchill et Roosevelt, le Premier ministre britanni- bones que évoque Ihypothése d’utiliser des bases en Turqu pour bombarder la raffinerie Ploesti. Mais le gouve rnement ture, soucieux de conserver sa neutralité, se garde bien de sinvestir aux e6tés des Alliés. De pl pour les Américains, toute action dans cette zone est subordonnée & une accalmie en Italie. Le front de Sicile, 'ltalie eta fortiori les préparatifs de la furure invasion de la Normandie Pessentiel des forces dispo- nibles. Le front de la mer Ey lors de Fopération « Husky» (débarquement en Sicile) en juin 1943, Le Special Boat Squadron (SBS), uni- té spécialisée dans T'nfitration par voie maritime & Vaide de kayaks, attaque en Créte trois terrains d’avia- tion suscepribles de menacer le bon déroulement de Topération. La force prévue pour intervenir dans le Dodécanése est renommée 234% Infantry Brigade. Elle regroupe le 1* Battalion The Durham Light Infantry, le 2"! Battalion The Royal ish Fusiliers et le 2 Battalion The Queen's Own Royal West Kent ée-va servir de diversion Los six Sat. 239 «Panzerspahwagen do la 1J Pan- 4: Le théatre d’opérations mediterrane noverre 1943 3 Regiment (artivé récemment de Malte). Face la mauvaise volonté des Américains ~ obnubilés par ‘Overlord ils rechignent a fournir le matériel nécessai- re et permettre de prélever ailleurs les unités néces- saires en Méditerranée les Britanniques raclent les fonds de tioiren utilisant des éléments de garnison et autres unités récupérées du front d’Afrique du Nord. ‘A annonce de la capitulation italienne, le 8 septem- bre 1943, le Genera/ Klemann (commandant les 7500 soldatsallemands de la Surm-Division Rbados présen- te 4 Rhodes) lance un ultimatum a Vamiral Campioni (gouverneur de Ile & la téte de 35.000 & 40000 soldats italiens) lui demandant de déposer lesarmes. Le 9 sep- tembre, le major Jellicoe du SBS est parachuté sur File afin de prendre contact avec Famiral italien, mais les Allemands contrélent dé tous les points stratégiques ety le 11 septembre, Pile est entigrement sous leur con- ‘ble. La prise rapide de Rhodes par les Allemands a pu étre mene gre & Vanticipation de la défection ita lienne. De plus, Rhodes étant la plus grande des les du Dodlécanése, une garnison allemande yest présente de- puis le début de la guerre. Les Britanniques, ayant pu prendre pied & Rhodes, occupent ls iles de Kos, Léros, Kalymnos, Samos, Syme et Castllorizo afin d’appuyer leurs nouveauxalliés italiens. La suite du plan allemand vise dans un premier temps I'ile de Kos. Kos: 1a nérérimion Kos est occupée par $000 soldat italiens, qui se con~ centrent autour d’Antimachia, unique aérodrome de Tile. Le 13 septembre, les Britanniques envoient leurs bombardiers sen prendre aux aérodromes allemands de Rhodes pour soulager Iétreinte. Le 14 septembre au matin, les caiques (bateaux de péche grecs) entrent dans le port de Kos avec leur bord les hommes du SBS. Ils sont chaleureusement accueilis parla population grec «que et par les soldatsitaiens. Dans la nuit du 14 aw 15, septembre, six Dakotas larguent un état-major réduit ainsi que la compagnie A du 11* Battalion du Parachu- te Regiment sur une zone de sau stuée au nord-ovest de Kos. Le licutenant-cofonel’Thomas, qui commande Je 11% Battalion, se dirige avec son état-major et les hommes de la compagnie vers Paérodrome d'Antima- chia. Le 15 septembre, le lieutenant-colonel RLF. Kirby du 1* Battalion du Durham Light Infantry est aéro- transporté avec les éléments avancés de son état-major. Le lendemain,e reste du bataillon arrive & son tour. Le meme joursun détachement de Parmée dépourvu de ses _\ es canons Bofors de 40mm toujours en mer et un déta- chement du 2909 Squadron RAF Regiment équipé de neuf eanons Hispano de 20mm viennent renforcer les defenses du terrain daviation d’Antimachia. Pendant ce temps, des transmetteurs et des techniciens radar de la RAF rendentle terrain opérationnel pour les plotes du 7 SAF Squadron (South African Air Force) équipé de Spitfires Mk V. Le 17, les Allemands sont alertés de la présence des Britanniques & Kos. Ce jour-a, un convoi (chasseur de sous-marin U2 104,vapeurs Pluto ct Paul) parti du Pirée & destination de Rhodes est at~ taqué au sud de Naxos par huit avions Beaufighters du 237 Wing venus de Limassol. Cette attaque cotite trois Beaufighters mais retarde le convoi, ensuite atta~ qué par tois destroyers quiendommagent sérieusement PUJ2104.Le 18,un des Dakotas amenant des renforts cst mitrallé par un Meserschmite Bf-109.1 doit amérir en catastrophe prés de Ile turque de Kara, Les autres ‘BF-109 font un passage a basse altitude pour straffer le terrain d’Antimachia, détruisant trois Dakotas. A cette ‘occasion, les Spitfires sud-africains croisent le fer pour la premiére fois avec les Meserschmitts; deux appareils sont perdus de chaque cdté mais Iescadrille sud-afri- caine est vite décimée, Les Anglais estiment alors les forces de la Luftuyffe en Gréce et en Mer Egée & 362 appareils opérationnels, Disposant de deux bons aérodromes & Rhodes et deux autres en Crete, ils ne cesseront de sen prendre & Taérodrome d’ Antimachia, A laille de Kos et son port jusqu' la capture de Pile. Cest ailleurs autour de ces deux points que les Bri- tanniques dela garnison commandée parle colonel Ke~ yon ont concenteé leurs forces. ‘Le 22 septembre, un terrain de Fortune est opération- nel Lambi au nord dela ville de Kos. Un destroyer bri- tannique parvientdébarquer munitions et fournitures, ainsi que quelques troupes mais aucun matériel lourd Le matériel de défense sétoffe pourtant de canons Bofors de 40mm destinés a l'aérodrome d’Antimachia. Lesraids quotidiens des fumersJu-88 et Ju-87, obligent lesBritanniques construire unnouveauterraindefortu- nnea’Tingachi,Cesontau total 500 hommesquiserépar~ tissent parts égals entre les deux pour mettre en oeuvre les appareils des 2901 et 2909 squadrons. La 4" Battery de Bofors du 1* Light Anti~Aircraft Regiment Royal Le 3 octobre 1943, avant invasion allemande de Kos, un navire ‘st vitime d'une attaquo d'un Bristol Beautghtr, probabloment 44u 227 squadron. Uavion leader anglais vient juste etre abatu {impact & droite de l'image). (H. Welssenborn) ‘Artillery (qui sest distingué avec la 7® Armored Divi- sion pendant la campagne d’Afrique du Nord) compte 76 hommes. Les Britanniques disposent de 25 canons Bofors de 40mm et 24 canons Hispano de 20mm pour Ia défense antiaérienne de Ile. Les 540 hommes du 1* Battalion du Durham Light Infantry ont leur dispo- sition ni Bren carriers, ni mortiers, ni canons antichars. Tl reste encore entre 3500 et 4000 Italiens sur Tile La plupart appartiennent aux Il et III Battagtione du 410” Reggimento di Fanteria de la 50* Divisione Regina Larmement lourd est important avec la présence de la ‘compagnie de mortiers de 81 mm du I Battaglione, la .252Compagnia Cannoni Anticarro canonsantichars), a 10° Compagnia Mitralieri Costeria (mitrailleuses btiéres) la 403* Compagnia Mitraglieri des anciennes «chemises noires», le XXXI Gruppo artiglera(artille~ ric) le LXXXII Gruppo Astiglia Contreaerea (artillerie antiaérienne), tous deux renforcés la 136* Batteria du XXIX Gruppo (canons de 20 mm antiaériens). Assez