Vous êtes sur la page 1sur 34

PREFACE

a prise en compte de l'action sismique dans la conception et le dimensionnement

L des ouvrages souterrains a été jusqu'à présent traitée au cas par cas et limitée à
quelques grands ouvrages (tunnels, usines, cavités), du moins en France. Cette
situation résulte d'une part de la faible vulnérabilité sismique, mise en évidence par le
retour d'expérience, de ces ouvrages et d'autre part de l'absence de documents tech­
niques pouvant servir de guides pour le projeteur, bien que certains aspects des études
parasismiques en souterrain aient déjà fait l'objet de publications (comme par exemple le
chapitre VII1-8 du livre collectif Génie Parasismique, paru en 1985).

Les dommages constatés lors du séisme de Kobé du 17/01/1995, notamment dans deux
stations de métro, ont attiré l'attention sur le risque sismique pour les ouvrages souter­
rains en cas de secousse très violente. Le Comité Scientifique et Technique (CST) de
l'AFPS a donc jugé nécessaire la rédaction d'un guide parasismique pour ces ouvrages,
complétant ainsi les Recommandations applicables aux canalisations enterrées en acier
(Cahiers Techniques n° 15 de juin 1998 pour le texte de ces Recommandations et n° 21
de septembre 2000 pour leur guide d'application).

Cette rédaction a été effectuée de 1999 à 2001 par un Groupe de Travail mixte AFPS ­
AFTES (Association Française des Travaux En Souterrain) ; la mise en commun des
moyens et des compétences des deux associations a permis d'aboutir à un document uti­
lisable par les praticiens des études en souterrain. Le texte a été examiné et approuvé par
le CST AFPS, lors de ses réunions du 26/09/2002 et du 13/03/2001, et par le Comité
Technique AFTES le 15/05/2001. Il a été publié par la revue Tunnels et Ouvrages
Souterrains de l'AFTES (n° 167, Septembre - Octobre 2001) et fait maintenant l'objet d'une
publication AFPS sous la forme du présent document.

Jacques BETBEDER-MATIBET
Expert AFPS

Photo de la couverture : Tunnel d'INATORI au J a p o n suite au séisme de Izu-Oshima Kinkai en 1978.


P h o t o tirée d u m é m o i r e d e t h è s e d e M o n s i e u r A y u m i Kurose, m e m b r e d u G r o u p e d e Travail.
Association Française du Génie Parasismique

GUIDE AFPS

CONCEPTION ET PROTECTION PARASISMIQUES

DES OUVRAGES SOUTERRAINS

publié avec le soutien

du Ministère de l'Ecologie et du Développement Durable

(MEDD / DPPR / SDPRM)

Siège social et secrétariat : 28, rue des Saints-Pères - 7 5 3 4 3 Paris Cedex 07

T é l . 0 1 4 4 5 8 2 8 4 0 - Fax 0 1 4 4 5 8 2 8 4 1 - e - m a i l : a f p s @ m a i l . e n p c . f r

Site Internet (provisoire) : w w w . m u l t i m a n i a . c o m / a f p s

S i t e I n t e r n e t (en p r é p a r a t i o n ) : w w w . a f p s - s e i s m e . o r g

Association déclarée (loi du 1" juillet 1901) sans but lucratif - Non inscrite au registre du commerce - Siret 330631565 00026 - APE 731Z
AFPS / AFTES
GUIDE

"CONCEPTION ET PROTECTION PARASISMIQUES

DES OUVRAGES SOUTERRAINS"

T e x t e p r é s e n t é p a r u n g r o u p e d e t r a v a i l mis e n place p a r l'AFTES e t l'AFPS e t c o m p o s é d e :

F r a n c i s W O J T K O W I A K ( I N E R I S ) , c o - a n i m a t e u r désigné p a r l'AFTES

J a c q u e s B E T B E D E R M A T I B E T ( E D F ) , c o - a n i m a t e u r désigné p a r l'AFPS

avec la c o l l a b o r a t i o n

des m e m b r e s d u c o m i t é d e r é d a c t i o n d u d o c u m e n t :

B r u n o D A R D A R D (SNCF - Ouvrages d'art), J e a n - F r a n ç o i s H E I T Z ( A N T E A ) ,

C h r i s t o p h e L E J A R S (EEG-SIMECSOL), A l a i n P E C K E R (Géodynamique e t Structure),

A n d r é S C H W E N Z F E I E R (CETU) e t T h i e r r y Y O U (GEOSTOCK) ;

et des m e m b r e s des s o u s - g r o u p e s de t r a v a i l :

Jean-François B A L E N S I (DUMEZ-GTM), G u y B O N N E T (ENPC/CERCSO),

A l a i n C A P R A ( C A M P E N O N - B E R N A R D SGE), B e r n a r d C A S T E L L A N ( S E T E C ) , Y v a n C H A R N A V E L ( G D F ) ,

J e a n S é b a s t i e n V A A S T ( E D F - T E G G ) , A y u m i K U R O S E (LMS-Ecole Polytechnique), M i c h e l P R E (SETEC/TPI).

Les m e m b r e s d u g r o u p e d e t r a v a i l r e m e r i c e n t M M . :

G u y C O L O M B E T ( C O Y N E e t BELLIER), P i e r r e D U F F A U T , J e a n L A U N A Y ( D U M E Z - G T M ) , Y a n n L E B L A I S ( E E G - S I M E C ­

S O L ) d e l'AFTES, e t M M . P i e r r e - Y v e s B A R D ( L C P C / L G I T ) e t J e a n - F r a n ç o i s S I D A N E R ( C O G E M A ) d e l'AFPS,

p o u r les c o m p l é m e n t s q u ' i l s y o n t a p p o r t é s .

PREAMBULE
Ces r e c o m m a n d a t i o n s o n t é t é é l a b o r é e s par u n g r o u p e d e travail mis e n p l a c e par l'Association Française d u g é n i e Parasismique (AFPS) e t
l'Association Française d e s Travaux e n S o u t e r r a i n (AFTES). Ces d e u x associations o n t r e g r o u p é d i f f é r e n t s spécialistes d o n t l ' a p p o r t é t a i t
nécessaire p o u r une a p p r o c h e pluridisciplinaire.

Pages Pages

1. INTRODUCTION GENERALE 4 MENTAIRES A ACQUERIR EN CONTEXTE SISMIQUE 7


1.1 - OBJET ET RETOURS D'EXPERIENCE 4 2.5.1 Caractéristiques communes 7
1.1.1 Objet 4 2.5.2 Caractéristiques complémentaires relatives

1.1.2 Retours d'expérience et synthèse des données aux discontinuités du massif rocheux 7
2.5.3 Caractéristiques complémentaires pour un sol hôte ­ -­ 7
disponibles 4
2.6 - MOYENS PARTICULIERS D'OBTENTION DES
1 . 2 - D O M A I N E D'APPLICATION 5
CARACTERISTIQUES DYNAMIQUES POUR LA CONCEPTION
1.3 - STRUCTURE ET PRESENTATION DU D O C U M E N T 5
PARASISMIQUE DES OUVRAGES SOUTERRAINS 7
2. CARACTERISATION DU MILIEU HOTE 5
2.6.1 A partir de la mesure des vitesses de propagation
2.1 - PREAMBULE 5
des ondes Pet S. 7
2.2 - PRINCIPE GENERAL DE LA CARACTERISATION DU 2.6.2 A partir de corrélations avec d'autres caractéristiques
MILIEU HOTE 6 mesurées. 8
2.3 - CLASSIFICATION DU MILIEU HOTE 6 3. A C T I O N SISMIQUE ­ 8
2.4 - R E C O M M A N D A T I O N PARTICULIERE 6 3.1 ­ M O U V E M E N T VIBRATOIRE EN SURFACE OU AU
2.5 - CARACTERISTIQUES GEOTECHNIQUES COMPLE- VOISINAGE DE LA SURFACE 8

-2­
"Conception et la protection parasismiques des ouvrages souterrains"

SOMMAIRE (suite)

Pages Pages

3.2 - M O U V E M E N T VIBRATOIRE EN PROFONDEUR 8 4.5.1 Calcul forfaitaire 13


3.2.1 Valeurs de pic du mouvement vibratoire pour les 4.5.2 Calcul dynamique simplifié 13
ouvrages horizontaux profonds 8 4.6-VERIFICATIONS 13
3.2.2 Spectres de réponse et accélérogrammes pour 4.6.1 Vérifications vis-à-vis des actions selon l'axe du tunnel - 13
les ouvrages horizontaux profonds ­ 8 4.6.2 Vérifications vis-à-vis de la distorsion et de

3.2.3 Mouvements vibratoires pour les ouvrages l'ovalisation de la section droite


13
étendus dans le sens vertical 8 4.7 - CAS DES OUVRAGES VERTICAUX 13
3.3 - MOUVEMENTS DIFFERENTIELS IRREVERSIBLES 8
5. CONCEPTION GENERALE ET DISPOSITIONS 15
3.4 - M A J O R A T I O N DE L'ACTION SISMIQUE POUR
5.1 - PRINCIPES GENERAUX 15
LES TUNNELS LONGS 9
5.1.1 Conception 15
4. CALCUL DES EFFETS DE L'ACTION SISMIQUE SUR 5.1.2 Adaptation au mouvement sismique : le joint sismique - 15
LES OUVRAGES ENTERRES 9 5.1.3 Déformabilité et ductilité 15
4.1 - COMBINAISONS D'ACTIONS 9 5.2 - DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES 16
4.1.1 Combinaisons de calcul 9 5.2.1 Dispositions générales 16
4.1.2 Facteurs d'accompagnement 9 5.2.1.1 - Ouvrages superficiels 16
4.1.2.1 - Facteurs d'accompagnement applicables aux 5.2.1.2-Têtes des tunnels 16
actions résultant de la fréquentation et de l'entreposage - - - 9 5.2.1.3 - Ouvrages profonds-Interfaces 16
4.1.2.2 - Facteurs d'accompagnement applicables aux 5.2.2 Dispositions particulières 16
charges d'exploitation de caractère industriel ou à celles 5.2.2.1 - Traversée de failles actives 16
des ouvrages d'art 10 5.2.2.2 - Changement brusque de la rigidité du

4.1.2.3 - Cas d'annulation du facteur d'accompagnement- - - 10 revêtement ou de l'encaissant


16
4.2 - REPONSE D'UN OUVRAGE ENTERRE A L'ACTION SISMIQUE 10 5.2.2.3 - Caissons immergés - 16
4.2.1 Nature des actions sismiques à considérer 10 5.2.2.4 - Tunnels en voussoirs béton armé ou métalliques — 16
4.2.2 Détermination des déformations ou déplacements 5.2.2.5 - Tranchées couvertes 17
imposés à l'ouvrage 10
5.2.2.6 - Puits 17
4.3 - A C T I O N SISMIQUE SELON L'AXE DU TUNNEL : 5.2.2.7 - Liquéfaction des sols 17
COMPRESSION ET FLEXION 10
5.2.2.8 - Eléments de second œuvre 17
4.3.1 Déplacements et déformations en champ libre de
5.2.2.9 - Equipements 17
la ligne matérialisant l'axe du tunnel 10
6. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES 17
4.3.1.1-Déplacement axial 10
4.3.1.2 - Déplacement transversal 10 7. LISTE DES ANNEXES

4.3.2 Sollicitations induites sur le tunnel 11 ANNEXE 1

4.3.2.1 - Cas de non prise en compte de l'interaction Identification et caractérisation de zones suspectes

terrain-structure 11 de liquéfaction 19

4.3.2.2 - Cas de prise en compte de l'interaction ANNEXE 2

terrain- structure 11 Définition de l'action sismique en surface 21

4.3.2.2.1 - Caractérisation de l'interaction 11 ANNEXE 3

4.3.2.2.2 - Tunnels de structure continue sur une Détermination de l'amplitude des mouvements de faille 22
longueur supérieure à la longueur d'onde sismique 11 ANNEXE 4
4.3.2.2.3 Incidence de l'espacement entre joints 11 Approximation des mouvements sismiques par

4.4 - A C T I O N SISMIQUE DANS LE PLAN DE LA SECTION des ondes sinusoïdales


23

DROITE : DISTORSION ET OVALISATION 11 ANNEXE 5


4.4.1 Distorsion en champ libre 12 Expression des sollicitations sismiques dans le plan

4.4.2 Efforts de distorsion et d'ovalisation induits de la section droite d'un tunnel circulaire
27
dans le tunnel 12 ANNEXE6
4.4.2.1 - Cas de non prise en compte de l'interaction Comparaison entre les recommandations relatives aux

terrain-structure 12 canalisations enterrées et celles proposées ici pour

4.4.2.2 - Cas de prise en compte de l'interaction les ouvrages horizontaux, les forages et les puits
29
terrain-structure 12 ANNEXE 7
4.4.2.2.1 - Caractérisation de l'interaction 12 Dispositions constructives vis-a-vis du risque sismique

4.4.2.2.2 - Mode d'introduction de la sollicitation pour les ouvrages souterrains


30
sismique 12 7.1 - Synthèse des réponses au questionnaire d'enquête 30
4.5 - ACTIONS LOCALES 12 7.2 - Principes et illustrations de dispositions constructives 31

-3­
"Conception et la protection parasismiques des ouvrages souterrains"

1 - INTRODUCTION 1.1.2 - Retours d'expérience et t e r r a i n e t , d a n s les d e u x a u t r e s cas, les

GENERALE synthèse des données disponibles d o m m a g e s c o n c e r n a i e n t les p a r t i e s p e u


profondes des tunnels.
Différents auteurs ( D o w d i n g et Rosen, 1978 ;
7.7 - OBJET ET RETOURS D o w d i n g , 1 9 7 9 ; P o w e r et al., 1998 ;
En c o m p l é m e n t à c e t t e analyse b i b l i o g r a ­

D'EXPERIENCE Kurose, 2000) o n t analysé les retours d ' e x ­


p h i q u e , un q u e s t i o n n a i r e , adressé à d i f f é ­
rents maîtres d'ceuvre et entreprises ou
p é r i e n c e e n t e r m e s d e d o m m a g e s subis par
bureaux d ' é t u d e français ou étrangers, a per­
les o u v r a g e s souterrains en z o n e sismique.
1.1.1 - Objet mis de m i e u x cerner les pratiques actuelles.
En particulier, l'analyse m e n é e par Power, Un t a b l e a u synthétisant les réponses reçues
Les r e c o m m a n d a t i o n s p a r a s i s m i q u e s o n t Rosidi et Kaneshiro en 1998 sur 2 0 4 t u n n e l s à ce questionnaire est d o n n é en annexe 7.
pour but de permettre la réduction du (tranchées couvertes exclues) situés aux
risque s i s m i q u e g r â c e à la réalisation d ' o u ­ Etats-Unis e t a u J a p o n m o n t r e d e s c o r r é l a ­ De c e t t e e n q u ê t e il ressort q u e :
vrages c a p a b l e s d e résister d a n s d e b o n n e s t i o n s e m p i r i q u e s e n t r e l'accélération m e s u ­ • d e s r é p o n s e s o n t é t é f o u r n i e s essentielle­
c o n d i t i o n s à d e s secousses t e l l u r i q u e s d ' u n rée e n surface e t les d o m m a g e s o b s e r v é s m e n t p o u r les o u v r a g e s r o u t i e r s e t f e r r o ­
c e r t a i n n i v e a u d ' i n t e n s i t é . Leur p r i n c i p a l
en t u n n e l (figure 1.1.2.2). viaires, avec un e x e m p l e m i n i e r ;
o b j e c t i f est l a s a u v e g a r d e d u p l u s g r a n d
n o m b r e p o s s i b l e d e vies h u m a i n e s e n cas Les t e n d a n c e s suivantes se d é g a g e n t : • c e r t a i n s o u v r a g e s s i t u é s d a n s les z o n e s
de secousses sévères. Elles v i s e n t aussi à • j u s q u ' à un pic d ' a c c é l é r a t i o n de 0,2 g, les sismiques ne f o n t pas l'objet de vérifica­
limiter les p e r t e s é c o n o m i q u e s , n o t a m m e n t d o m m a g e s s o n t très faibles ; t i o n s sismiques particulières. En r e v a n c h e ,
d a n s le cas de secousses d ' i n t e n s i t é plus ces vérifications o n t é t é c o n d u i t e s p o u r des
• de 0,2 g à 0,6 g, des d o m m a g e s lourds n'ap­
m o d é r é e . Elles d é f i n i s s e n t les p r e s c r i p t i o n s o u v r a g e s e x c e p t i o n n e l s e n z o n e d e sismi­
paraissent q u e p o u r un tunnel non revêtu et
a u x q u e l l e s les o u v r a g e s d o i v e n t satisfaire cité négligeable ;
un tunnel d o n t le revêtement n'est pas d ' u n e
e n sus d e s r è g l e s n o r m a l e s p o u r q u e ces
t e c h n o l o g i e récente (bois ou maçonnerie) ; • les m é t h o d e s p s e u d o - s t a t i q u e s s o n t c o u ­
résultats puissent ê t r e a t t e i n t s avec u n e fia­
ramment employées ;
bilité j u g é e satisfaisante. En particulier, elles • de 0,6 g à 0,9 g, les d o m m a g e s lourds sont
d o n n e n t le moyen de p r o p o r t i o n n e r la survenus u n i q u e m e n t p o u r un tunnel en • les c o m b i n a i s o n s s i s m i q u e s , d e n a t u r e
résistance des ouvrages à l'intensité des b é t o n n o n a r m é . Les r e v ê t e m e n t s e n b é t o n a c c i d e n t e l l e , n e s o n t pas p r é p o n d é r a n t e s
secousses s u s c e p t i b l e s de les affecter. a r m é ou en acier s e m b l e n t convenir en vis-à-vis d e s c o m b i n a i s o n s classiques ;
zone sismique.
• les cas d ' o u v r a g e s p a r a s i s m i q u e s a y a n t
Dans le cas particulier d e s o u v r a g e s souter­
E n c o r e faut-il préciser q u e p a r m i les t r o i s subi un séisme sont t r o p peu n o m b r e u x
rains, il a s o u v e n t é t é d i t q u e le fait de
t u n n e l s a y a n t subi d e s d o m m a g e s l o u r d s , p o u r c o n c l u r e sur l'efficacité d e s d i s p o s i ­
c o n s t r u i r e e n s o u t e r r a i n é t a i t d é j à une dis­
d a n s un cas il s'agissait d ' u n g l i s s e m e n t de tions adoptées.
p o s i t i o n p a r a s i s m i q u e . Sans q u e c e t a r g u ­
m e n t s o i t d é m e n t i par l ' e x p é r i e n c e , l'inté­
r ê t d e l a puissance p u b l i q u e e t d e n o m b r e
d e c o m m u n a u t é s s c i e n t i f i q u e s p o u r les
o u v r a g e s situés e n p r o f o n d e u r d e m a n d a i t
une a p p r o c h e plus r a t i o n n e l l e du risque sis­
m i q u e sur les o u v r a g e s souterrains.

QC.i.n.

En France, comme dans la plupart des pays


étrangers, force est de constater la quasi-
inexistence de textes susceptibles d'orien­
ter la conception des grands ouvrages sou­
terrains vis-à-vis du risque sismique. On
peut citer en exception à ce constat de
carence :

• la Société Japonaise du Génie Civil qui


édite un catalogue de dispositions
constructives mises en œuvre sur différents
chantiers (The Japan Society of Civil
Engineers, 1992),

• de nombreuses publications relatives à la


technologie parasismique des ouvrages
souterrains de la côte ouest des Etats-Unis.

Les niveaux de sismicité plus élevés pour


ces pays comparés à ceux de la France et FIGURE 1.1.2.2
Corrélation entre accélération et
les techniques de base différentes incitent à
dommages observés (Power, Rosidi,
considérer ces dispositions avec un certain Kaneshiro in North American
recul. Tunnelling 98)

-4­
"Conception et la protection parasismiques des ouvrages souterrains"

7.2 - DOMAINE c h a p i t r e , on t r o u v e , en a n n e x e 2, la d é f i n i ­ o u v r a g e s , d o c u m e n t s t e c h n i q u e s e t articles

D'APPLICATION t i o n d e l'action s i s m i q u e e n surface suivant scientifiques cités d a n s ces d i f f é r e n t s cha­


la n o r m e NF P06-013 et, en a n n e x e 3, un p i t r e s e t a n n e x e s , d o n t les r é f é r e n c e s
Les o u v r a g e s visés par ce d o c u m e n t s o n t r a p p e l d e s f o r m u l e s d e calcul p r é v i s i o n n e l bibliographiques complètes sont jointes à
e s s e n t i e l l e m e n t les o u v r a g e s s o u t e r r a i n s de l'amplitude des mouvements le long de la fin du présent d o c u m e n t .
linéaires ( t u n n e l s , g a l e r i e s , d e s c e n d e r i e s , failles réactivées.
Sur le plan de la p r é s e n t a t i o n g é n é r a l e , le
puits) superficiels o u p r o f o n d s , q u e l l e q u e L e q u a t r i è m e c h a p i t r e t r a i t e d u calcul d e s t e x t e principal d e ces r e c o m m a n d a t i o n s est
soit leur m é t h o d e d e réalisation. effets de l'action sismique sur les assorti, e n t a n t q u e d e b e s o i n , d e c o m m e n ­
Pour les o u v r a g e s souterrains à g é o m é t r i e o u v r a g e s e n t e r r é s . Des m é t h o d e s sont taires (repérés p a r la l e t t r e C et écrits en ita­
plus c o m p l e x e (stations, usines, cavités), ainsi p r é s e n t é e s p o u r d é t e r m i n e r les effets lique).
certaines parties d u d o c u m e n t p e u v e n t ser­ d e l'action s i s m i q u e selon l'axe l o n g i t u d i n a l
vir d e g u i d e a u p r o j e t e u r , n o t a m m e n t e n c e ( c o m p r e s s i o n e t flexion) e t dans l e plan d e
q u i c o n c e r n e l a d é f i n i t i o n d e l ' a c t i o n sis­ la s e c t i o n d r o i t e (distorsion et ovalisation) 2 - CARACTERISATION DU
d u t u n n e l c o n s i d é r é . Des r e c o m m a n d a t i o n s
m i q u e , mais les m é t h o d e s de calcul à utili­ MILIEU HOTE
ser s o n t à d é f i n i r au cas par cas et s o r t e n t s o n t é g a l e m e n t d o n n é e s p o u r l e calcul d e s
du cadre volontairement simple qui a été effets locaux d e l'action s i s m i q u e , e n p a r t i ­
culier au niveau d e s structures s e c o n d a i r e s
2. 1 - PREAMBULE
adopté.
et autres sous-systèmes s u p p o r t é s par la
P o u r les t u n n e l s d e l o n g u e u r e x c e p t i o n ­ Il existe des c o n d i t i o n s g é o l o g i q u e s p r o ­
s t r u c t u r e p r i n c i p a l e , ainsi q u e p o u r les v é r i ­
nelle, l'utilisation du d o c u m e n t est a p r i o r i pices à d e s d o m m a g e s d ' o r i g i n e s i s m i q u e
f i c a t i o n s de r é s i s t a n c e à c o n d u i r e sur les
limitée aux études d'avant-projet. sur les o u v r a g e s souterrains superficiels ou
parties d ' o u v r a g e e n b é t o n a r m é . Ces v é r i ­
profonds :
N e s o n t visés q u e les o u v r a g e s a p p a r t e n a n t fications relèvent d'un processus itératif
à la c a t é g o r i e d i t e à risque n o r m a l suivant la r é s u m é , p o u r plus d e c l a r t é , d a n s u n l o g i ­ • z o n e faillée m o b i l i s a b l e sous séisme t r a ­
t e r m i n o l o g i e d u d é c r e t n ° 9 1 4 6 1 d u 1 4 mai g r a m m e . Trois a n n e x e s c o m p l è t e n t c e cha­ versant l ' o u v r a g e ;
1991 relatif à la p r é v e n t i o n du r i s q u e sis­ p i t r e . L'annexe 4 p r é s e n t e q u e l q u e s f o r m u ­ • j u x t a p o s i t i o n de milieux g é o l o g i q u e s aux
m i q u e ( J . O . d u 1 7 m a i 1991). lations mathématiques qui p e r m e t t e n t contrastes importants de propriétés phy­
l'approximation des o n d e s sismiques par siques et m é c a n i q u e s ;
1.3 - STRUCTURE ET d e s o n d e s sinusoïdales. L'annexe 5 d o n n e
• p o t e n t i a l i t é de l i q u é f a c t i o n d e s sols ;
PRESENTATION DU l'expression d e s sollicitations sismiques e t
DOCUMENT d e s coefficients d e raideur d a n s l e plan d e • p r é s e n c e de f l u i d e interstitiel ;
la section droite d'un tunnel circulaire.
• anisotropie marquée du champ de
Après une i n t r o d u c t i o n constituant le pre­ L ' a n n e x e 6 f a i t la c o m p a r a i s o n e n t r e les
c o n t r a i n t e s local associée à un p e n d a g e
m i e r c h a p i t r e , ces r e c o m m a n d a t i o n s c o m ­ recommandations, déjà publiées par
élevé d e s familles d e d i s c o n t i n u i t é s .
p o r t e n t q u a t r e autres c h a p i t r e s à c a r a c t è r e l'AFPS, relatives aux canalisations e n t e r r é e s
e t celles p r o p o s é e s ici n o n s e u l e m e n t p o u r Les causes d e s d o m m a g e s o b s e r v é s sur les
t e c h n i q u e auxquels sont associées sept
les o u v r a g e s h o r i z o n t a u x ( t u n n e l s ) m a i s o u v r a g e s s o u t e r r a i n s , r é s u l t a n t d e ces
annexes.
c o n t e x t e s , s o n t p r i n c i p a l e m e n t les d é p l a c e ­
é g a l e m e n t p o u r les o u v r a g e s v e r t i c a u x
Le d e u x i è m e c h a p i t r e est consacré à la m e n t s i r r é v e r s i b l e s l e l o n g d e f a i l l e s , les
(forages e t puits).
c a r a c t é r i s a t i o n d u m i l i e u h ô t e , massif i m p o r t a n t e s v e n u e s d ' e a u , les i n s t a b i l i t é s
r o c h e u x e t / o u d e sol a u sein d u q u e l l ' o u ­ Le c i n q u i è m e et d e r n i e r c h a p i t r e a b o r d e la mécaniques aux débouchés des ouvrages
v r a g e est réalisé. Dans ce c h a p i t r e , on c o n c e p t i o n g é n é r a l e e t les d i s p o s i t i o n s souterrains e t les t a s s e m e n t s e t r u p t u r e d u
t r o u v e , e n particulier, u n e p r o p o s i t i o n d e constructives parasismiques propres aux sol par l i q u é f a c t i o n . Il est c o m m u n é m e n t
classification d u m i l i e u h ô t e , l'inventaire d e s ouvrages souterrains. Après l'énoncé des o b s e r v é q u e l a localisation d e s autres d o m ­
principales caractéristiques géotechniques principes généraux de conception et m a g e s c o ï n c i d e n t avec les zones fracturées
c o m p l é m e n t a i r e s à a c q u é r i r sur le m i l i e u d'adaptation de l'ouvrage au m o u v e m e n t rencontrées pendant la construction de
hôte, lorsque l'ouvrage projeté se situe sismique, des r e c o m m a n d a t i o n s relatives l'ouvrage souterrain.
dans un contexte sismique, et des moyens aux d i s p o s i t i o n s c o n s t r u c t i v e s à c a r a c t è r e
O C.2.1
d ' o b t e n t i o n d e ces c a r a c t é r i s t i q u e s d y n a ­ général puis particulières (traversée de
m i q u e s . L'annexe 1 est un e x t r a i t de la faille, caissons i m m e r g é s . . . ) s o n t d o n n é e s . La présence d'une phase liquide sous pres­
norme NF P 06-013 qui rappelle c o m m e n t L'annexe 7 p r é s e n t e , sous f o r m e d'un sion dans la formation hôte est plutôt un
i d e n t i f i e r et caractériser les m a t é r i a u x sus­ t a b l e a u , les r é p o n s e s reçues par le g r o u p e facteur aggravant des dommages que peu­
c e p t i b l e s de se liquéfier sous sollicitations d e travail dans l e c a d r e d ' u n e e n q u ê t e sur vent subir les ouvrages souterrains en
d y n a m i q u e s (*). les d i s p o s i t i o n s c o n s t r u c t i v e s vis-à-vis d e s contexte sismique :
r i s q u e s s u r les o u v r a g e s s o u t e r r a i n s e t • pour les sols, le risque de liquéfaction lié à
L e t r o i s i è m e c h a p i t r e d é f i n i t l ' a c t i o n sis­
illustre les p r i n c i p e s de certaines d e s d i s p o ­ une saturation en fluide interstitiel en est
m i q u e en surface et en p r o f o n d e u r à partir
sitions constructives a c t u e l l e m e n t appli­ une parfaite illustration ;
du m o u v e m e n t vibratoire. Une formulation
quées.
y est aussi p r o p o s é e p o u r t e n i r c o m p t e d e • en milieu rocheux, des variations significa­
la m a j o r a t i o n de l ' a c t i o n s i s m i q u e d a n s le Pour plus d e p r é c i s i o n c o n c e r n a n t t e l o u t e l tives des conditions hydrauliques, consécu­
cas d e t u n n e l s d o n t l a l o n g u e u r est s u p é ­ p o i n t a b o r d é d a n s ces r e c o m m a n d a t i o n s , tives à un événement sismique majeur, ont
rieure à c i n q k i l o m è t r e s . Pour c o m p l é t e r ce le lecteur p o u r r a u t i l e m e n t se r e p o r t e r aux été observées mais le niveau de ces effets

(*) C e t t e n o r m e e s t actuellement en vigueur en France pour les bâtiments. La définition du zonage sismique sur laquelle elle s'appuie est en
cours de révision et la norme elle-même sera, à terme, remplacée par l'Eurocode 8.

-5­
"Conception et la protection parasismiques des ouvrages souterrains"

ainsi que leurs conséquences sur les Q C.2.3 recommandations de l'AFTES publiées en
ouvrages sont difficilement prévisibles, par 1994 dans Tunnels et Ouvrages Souterrains
a) C e t t e classification ne peut en aucun cas
manque de retours d'expériences suffisam­ n° 123.
se substituer à des reconnaissances géo­
ment documentés et en regard de l'échelle
techniques adaptées à la taille et à la finalité
des phénomènes à modéliser. 2.4 - RECOMMANDATION
de l'ouvrage souterrain. Il est vivement
recommandé de n'utiliser cette classifica­
PARTICULIERE
2.2 - PRINCIPE GENERAL DE
tion que de manière indicative.
LA CARACTERISATION DU En milieu rocheux, une attention particu­
MILIEU HOTE b) Outre l'ajout des colonnes de valeurs des lière d o i t ê t r e p o r t é e à la d e s c r i p t i o n d e s
paramètres de fracturation RQD et ID, les interfaces entre formations g é o l o g i q u e s
Les reconnaissances g é o t e c h n i q u e s à m e n e r écarts de la classification proposée par rap­ différentes traversées par l'ouvrage, qui
p o u r l ' i m p l a n t a t i o n d ' o u v r a g e s souterrains port à celle de la norme sont : peuvent être des zones privilégiées de
e n z o n e s i s m i q u e c o m p r e n n e n t celles q u i cisaillement sous sollicitation s i s m i q u e .
•une classification plus discriminante sui­
seraient menées en c o n t e x t e non sismique, vant le degré de fracturation ou d'altération O C.2.4.
assorties des r e c o m m a n d a t i o n s et mesures du rocher;
Pour de plus amples informations concer­
c o m p l é m e n t a i r e s décrites ci-après.
• u n e modification de la dénomination de la nant la description des massifs rocheux utile

2.3 - CLASSIFICATION DU catégorie des sols cohérents du groupe a, à l'étude de la stabilité des ouvrages souter­
rains, on se reportera aux recommandations
MILIEU HOTE ou moyennement consistants du groupe b ;
de l'AFTES (1993), sachant que celles-ci sont
• la suppression du terme roche du groupe c.
en cours de révision.
Il est r e c o m m a n d é d'utiliser la classification
c) Pour le rocher sain, il est recommandé de
d u milieu h ô t e d o n n é e d a n s l e t a b l e a u c i - Dans le cas où il est demandé d'utiliser l'in­
caractériser sa déformabilité à partir d'es­
dessous. C e t t e classification c o m p l è t e et dice de classification Q du Norwegian
sais au dilatomètre. Ce type d'essai peut
a m e n d e celle f i g u r a n t dans la n o r m e NF Geotechnical Institute (NGI), celui-ci recom­
également être utilisé pour des massifs
P 0 6 - 0 1 3 . Des p a r a m è t r e s s u p p l é m e n t a i r e s mande de diviser par 2 la valeur de cet
rocheux de qualité moindre.
relatifs aux massifs r o c h e u x et c o n c e r n a n t , indice, déterminé suivant les règles d'usage
en particulier, leur f r a c t u r a t i o n y s o n t i n t r o ­ Pour de plus amples informations concer­ en mécanique des roches. Cette modifica­
duits. Ce sont le R Q D (Rock Q u a l i t y nant le choix des paramètres et essais géo­ tion de l'indice Q résulte de la multiplication
D é s i g n a t i o n ) e t l e p a r a m è t r e ID, i n d i c e g l o ­ techniques utiles à la conception, au dimen­ par 2 du paramètre SRF (Stress Réduction
bal de densité de discontinuités (Recom­ sionnement et à l'exécution des ouvrages Factor) pour tenir compte du contexte sis­
m a n d a t i o n s AFTES 1993). creusés en souterrain, on se reportera aux mique (N. Barton, 1984).

TYPE D E M I L I E U H Ô T E

Rocher sain ou peu altéré et peu fracturé / / (voir C2.3c) >10 >800 / >2500 >75 >60

Groupe
Group e a Rocher altéré ou fracturé / / 50 à 100 2,5 à 5 6 à 10 500 à 800 / 1000 50 à 75 20 à 60
à 2500

Sol cohérent (argiles ou >5 / >25 >2 >0,4 >400 / >1800 / /


marnes raides)

Sol granulaire compact >15 >30 >20 >2 / >400 >1800 >800 / /
Groupe
Group e b Rocher décomposé ou / / 50 à 100 2,5 à 5 1 à6 300 à 500 / 400 <50 <20
très fracturé à 1000

Sol granulaire moyennement 5 à 15 10 à 30 6 à 20 1 à2 / 150 à 400 1500 500 / /


compact à 1800 à 800

Sol cohérent moyennement 1,5 à 5 / 5à25 0,5 à 2 0,1 à 0,4 150 à 400 / 1000 / /
consistant et roche très tendre à 1800

Groupe
Group e c Sol granulaire lâche <5 <10 <6 <1 / <150 <1500 <500 / /
Sol cohérent mou (argiles <1,5 <2 <5 <0,5 <0,1 <150 <1500 <500 / /
molles ou vases)

-6­
"Conception et la protection parasismiques des ouvrages souterrains"

2.5 - CARACTERISTIQUES tions principales de l'ouvrage, si celui-ci est profondeur et, par exemple, par essais
cross-hole pour les ouvrages souterrains
GEOTECHNIQUES non revêtu (voir chapitre 5).
situés jusqu'à une profondeur de l'ordre de
COMPLEMENTAIRES c) Dowding (1979) suggère que les accélé­
100 m.
rations importantes aux fréquences élevées
A ACQUERIR EN
(30-60 Hz) sont probablement capables de La méthode SASW est basée sur l'utilisation
CONTEXTE SISMIQUE causer des mouvements différentiels de de la dispersion des ondes de Rayleigh,
blocs rocheux pouvant provoquer des dom­ générées depuis la surface sous forme har­
mages aux grandes excavations. monique ou impulsionnelle. Elle permet
2.5.1 - Caractéristiques communes
d'obtenir des profils de Vs en fonction de la
O n s u p p o s e acquises l a masse v o l u m i q u e 2.5.3 - Caractéristiques complé­ profondeur (Nazarian and Stokoe, 1994 ;
r e p r é s e n t a t i v e d e c h a q u e f o r m a t i o n traver­ mentaires pour un sol hôte Matthews and al, 1996).
sée p a r l ' o u v r a g e s o u t e r r a i n ainsi q u e les
Les essais cross-hole (norme ASTM D44-28)
c o n d i t i o n s h y d r o g é o l o g i q u e s d u site s u i ­ Les s o l s p r é s e n t a n t les c a r a c t é r i s t i q u e s
sont des essais dynamiques in situ par sis­
v a n t l e p r i n c i p e g é n é r a l d u p a r a g r a p h e 2.2. d é c r i t e s a u p a r a g r a p h e 9.12 d e l a n o r m e
mique transmission, effectués dans des
NF P06-013 d o i v e n t ê t r e a p r i o r i c o n s i d é r é s
P o u r t o u t e s les f o r m a t i o n s g é o l o g i q u e s forages rapprochés et spécialement équipés
c o m m e susceptibles d e d o n n e r lieu à d e s
h ô t e s (sol ou roche) et d a n s le cas d ' u n e pour permettre la mesure de la vitesse des
p h é n o m è n e s d e l i q u é f a c t i o n (annexe 1). ondes P et S dans chacune des formations
prise e n c o m p t e d ' u n e i n t e r a c t i o n sol-struc­
t u r e , le calcul de coefficients de raideur L'évaluation d u risque d e l i q u é f a c t i o n d o i t traversées par ces forages. La source sis­
d y n a m i q u e s l o n g i t u d i n a l et transversal (cf. ê t r e f a i t e s u i v a n t les d i s p o s i t i o n s d e s mique et les récepteurs sont placés dans des
articles 9.12 à 9.15 d e c e t t e m ê m e n o r m e . forages différents, à la même profondeur.
4 . 3 . 2 . 2 . et a n n e x e 5) s u p p o s e la c o n n a i s ­
sance d u m o d u l e d e r i g i d i t é a u cisaillement Les mesures à p r e n d r e l o r s q u e la sécurité Pour les ouvrages souterrains plus profonds,
G et celle du c o e f f i c i e n t de Poisson v. a p p a r a î t insuffisante vis-à-vis d e c e risque les investigations en galerie de reconnais­
s o n t précisées au c h a p i t r e 5. sance seront privilégiées. Les méthodes sis­
miques de reconnaissance à l'avancement
O C.2.5.1 O C.2.5.3
sont particulièrement adaptées à ces carac­
Pour les sols, le module de cisaillement G Le phénomène de liquéfaction se limite aux térisations.
déterminé suivant les dispositions du para­ formations superficielles sous nappe et typi­
graphe 2.6 doit être corrigé pour tenir quement jusqu'à une profondeur n'excé­
compte du niveau de distorsion atteint au dant pas 15 à 20 m.
2.6.2 - à d é f a u t , et a v e c la p r u d e n c e
cours du séisme. Dans ce cas, on se repor­
qui s'impose, à partir de corrélations
tera au chapitre 9 des règles «PS92» (NF P 2.6 - MOYENS PARTICULIERS avec d'autres caractéristiques mesurées
06-013).
D'OBTENTION DES plus classiquement dans le cadre de la

2.5.2 - Caractéristiques complé­ CARACTERISTIQUES reconnaissance g é o t e c h n i q u e pour un

mentaires relatives aux disconti­ DYNAMIQUES POUR projet d'ouvrage souterrain.

nuités du massif rocheux LA CONCEPTION O C.2.6.2


PARASISMIQUE DES Quelques corrélations utilisables sont pré­
Les discontinuités géologiques majeures du
milieu rocheux hôte, qui pourraient être OUVRAGES SOUTERRAINS sentées ci-après :
mobilisées sous sollicitation sismique, doi­ • Le diagramme de classification des roches
vent être identifiées et caractérisées. Ce Le m o d u l e de r i g i d i t é au cisaillement G et
pour l'abattage en souterrain établi par C.
sont les discontinuités suivantes : le coefficient de Poisson v p e u v e n t être
Louis (1974), met en regard le rapport des
déterminés :
- zone faillée traversant l'ouvrage souterrain ; vitesses de propagation des ondes de com­
pression mesurée in situ (Vp) et en labora­
- facturation du massif rocheux dont l'es­ 2.6.1 - p r i o r i t a i r e m e n t , à p a r t i r de la
toire sur éprouvette (Vpl) en fonction du
pacement moyen est de l'ordre de gran­ mesure des vitesses d e p r o p a g a t i o n des
paramètre RQD, tel que :
deur des longueurs d'ondes sismiques. o n d e s d e c o m p r e s s i o n V p e t d e cisaille­
m e n t Vs :
RQD (%) 0 25 50 75 90 100
O C.2.5.2 • s o i t en l a b o r a t o i r e ( m e s u r e s sur é p r o u ­
a) Un ouvrage souterrain linéaire peut tra­ vettes) p o u r les rochers sains (voir §2.3) ; Vp/Vpl 0 0,2 0,4 0,6 0,8 1
verser une ou plusieurs zones faillées mobi­ • s o i t in situ dans les autres cas, à partir de
lisables sous séisme. // convient, dans ce cas, d i a g r a p h i e s s o n i q u e s , d'essais c r o s s - h o l e
de réaliser une étude sismotectonique spé­ o u t o u t e autre m é t h o d e p e r m e t t a n t d ' o b ­ • N. Barton et al. (1992) ont proposé une
cifique en vue de les identifier, d'estimer t e n i r d e s vitesses d e p r o p a g a t i o n d ' o n d e s à relation entre la vitesse de propagation des
l'orientation de ces failles, la direction et l'échelle d e l ' o u v r a g e . ondes de compression Vp et l'indice Q de
l'importance des déplacements relatifs des classification, telle que :
bords de ces failles. O C.2.6.1

b) On ne tient pas compte ici de la petite La vitesse Vs peut être obtenue depuis la Q 0,001 0,01 0,1 1 10 100 1000

facturation du massif à l'échelle métrique surface par ta méthode SASW (Spectral Vp


car elle ne peut induire que des instabilités Analysis of Surface Waves) pour des (m/s) 500 1500 2500 3500 4500 5500 6500
locales ne remettant pas en cause les fonc­ ouvrages souterrains à moins de 20 m de

-7­
"Conception et la protection parasismiques des ouvrages souterrains"

3 - ACTION SISMIQUE O C.3.2.1 nécessite la définition de spectres de


réponse ou d'accélérogrammes, ceux-ci
Dans le cas d'une lithostratigraphie des ter­
O C.3 d o i v e n t ê t r e o b t e n u s à partir d ' u n m o d è l e
rains peu contrastée, R peut être calculé de
d ' o n d e s sismiques à p r o p a g a t i o n verticale
La définition de l'action sismique pour les la façon suivante :
q u i p r o d u i s e n t à la surface le m o u v e m e n t
ouvrages souterrains découle de celle utili­ a) on schématise le terrain au-dessus de spécifié e n 3 . 1 .
sée pour les ouvrages en surface. Celle-ci l'ouvrage par un empilement de n couches
est définie dans des textes réglementaires homogènes en respectant les conditions O C3.2.2
et/ou contractuels. Pour le territoire fran­ suivantes : L'utilisation de coefficients réducteurs pour
çais, la définition de l'action sismique en
- pour les profils de sol présentant une aug­ déduire le mouvement en profondeur de
surface est donnée en annexe 2.
mentation de la vitesse de propagation des celui à la surface n'est justifiée, en tant que
ondes avec la profondeur, n est inférieur ou première approximation et .en prenant les
3.1 - MOUVEMENT égal à 3 ; marges de sécurité nécessaires, que pour
les valeurs de pic du mouvement (accéléra­
VIBRATOIRE EN SURFACE - pour les profils de sol présentant des alter­
tion, vitesse, déplacement). Pour une des­
OU AU VOISINAGE nances de couches dures et de couches
cription plus fine de celui-ci (spectre de
molles, n est inférieur ou égal à 5 ;
DE LA SURFACE réponse, accélérogrammes), il faut utiliser
- pour chaque couche, le temps mis par les un modèle d'ondes prenant en compte les
L e m o u v e m e n t v i b r a t o i r e est d é f i n i d e l a ondes pour la traverser doit être supérieur caractéristiques du profil de sol (épaisseur
m ê m e m a n i è r e q u e p o u r les c o n s t r u c t i o n s ou égal à 0,1s ; et propriétés mécaniques des différentes
d o n t une p a r t i e est située au-dessus d u sol couches). Les spectres de réponse à la sur­
- entre deux couches adjacentes, le rapport
d a n s les d e u x cas suivants : face, qui sont des données de base pour ce
d'impédance, défini ci-après, doit être infé­
• o u v r a g e s s o u t e r r a i n s c o n s t r u i t s en t r a n ­ rieur à 2/3 ou supérieur à 3/2. modèle, sont précisés dans l'annexe 2.

c h é e c o u v e r t e ou o u v r a g e s i m m e r g é s ; b) on applique la formule suivante : L'utilisation de tels modèles peut conduire à


• o u v r a g e s (ou parties d ' o u v r a g e s ) s o u t e r ­ la quasi-annulation de certaines compo­
rains d ' u n a u t r e t y p e situés à m o i n s de 20 santes du mouvement en profondeur par

m è t r e s d e l a surface d u t e r r a i n n a t u r e l . effet d'interférences destructives entre les


ondes réfléchies et réfractées. Cet effet, qui
L e seuil p r o p o s é d e 2 0 m è t r e s a é t é f i x é découle des hypothèses adoptées (notam­
p o u r d i s t i n g u e r les o u v r a g e s s u p e r f i c i e l s , ment en ce qui concerne le caractère unidi­
p o u r lesquels l a d é f i n i t i o n d u m o u v e m e n t rectionnel des propagations d'ondes), peut
est la m ê m e q u e p o u r les o u v r a g e s de sur­ constituer une représentation exagérée des
f a c e , d e s o u v r a g e s p r o f o n d s p o u r lesquels phénomènes réels. Il convient donc de fixer
on peut a d m e t t r e une modification de un minimum à la réduction du contenu Sé­
cette définition. quentiel des mouvements, dans le cas où
ceux-ci sont obtenus par un modèle unidi­
Dans l e cas d ' u n o u v r a g e s o u t e r r a i n , d o n t
mensionnel ; ce minimum peut être pris
l'emprise concerne plus d ' u n e zone du
égal au tiers de la valeur correspondant au
zonage sismique applicable aux construc­ p, et Cj étant respectivement la masse volu­
mouvement en surface.
tions de surface, il doit être considéré mique et la vitesse de propagation des
c o m m e é t a n t situé t o u t e n t i e r d a n s l a z o n e ondes de la couche numérotée (les couches
d e plus f o r t e sismicité. sont numérotées de 1 à n à partir de la sur­ 3.2.3 - Mouvements vibratoires
face). pour les ouvrages étendus dans le
La valeur à considérer pour la vitesse de sens vertical
3.2 - MOUVEMENT
propagation des ondes est :
VIBRATOIRE EN Ils d o i v e n t ê t r e o b t e n u s à p a r t i r d ' u n
- celle des ondes de cisaillement pour les m o d è l e d ' o n d e s sismiques à p r o p a g a t i o n
PROFONDEUR composantes horizontales des mouvements ; verticale q u i p r o d u i s e n t à la surface le m o u ­
- celle des ondes de traction-compression v e m e n t spécifié e n 3 . 1 .
3.2.1 - Valeurs de pic du
pour la composante verticale des mouve­
mouvement vibratoire pour les ments. 3.3 - MOUVEMENTS
ouvrages horizontaux profonds
On rappelle que le rapport d'impédance DIFFERENTIELS IRREVERSIBLES
Pour les o u v r a g e s h o r i z o n t a u x d o n t les par­ entre deux couches est le produit du quo­
tient des masses volumiques par le quotient Les m o u v e m e n t s d i f f é r e n t i e l s irréversibles
ties les m o i n s p r o f o n d e s s o n t situées à plus
des vitesses de propagation d'ondes (entre résultant d u j e u d e failles s i s m o g è n e s s o n t
d e 2 0 m è t r e s d e l a surface d u t e r r a i n n a t u ­
les couches d'indice i et i + 1, c'est le para­ d é t e r m i n é s c o n f o r m é m e n t aux articles
rel, il est loisible de d é t e r m i n e r l ' a m p l i t u d e
mètre r introduit précédemment). 3.2.3 e t 3.4.2 d u d o c u m e n t A F P S i n t i t u l é
d e s pics d u m o u v e m e n t v i b r a t o i r e e n m u l t i ­ ;

« C o n d u i t e s enterrées en acier p o u r le
p l i a n t les v a l e u r s a p p l i c a b l e s à la s u r f a c e
3 . 2 . 2 - Spectres de réponse et t r a n s p o r t : m é t h o d e s d ' é v a l u a t i o n d e leur
par un c o e f f i c i e n t r é d u c t e u r R.
accélérogrammes pour les résistance sous sollicitations sismiques».
La valeur de ce c o e f f i c i e n t R p e u t ê t r e o b t e ­
ouvrages horizontaux profonds O C3.3
nue soit à partir de mesures in s i t u , soit par
l e calcul e n utilisant t o u t e m é t h o d e scienti­ Si le calcul de certaines parties de l'ou­ Les failles sismogènes considérées ici sont
fiquement validée. vrage, ou des é q u i p e m e n t s qu'il contient, celles dont le mouvement est la cause du

-8­
"Conception et lo protection parasismiques des ouvrages souterrains"

séisme et qui peuvent donc être caractéri­ formule proposée pour la majoration cor­ c) L'attention est attirée sur le fait que l'in­
sées par une valeur de magnitude. Les mou­ respond au cas d'une zone à sismicité dif­ teraction dynamique entre ouvrages peut
vements éventuellement dus au jeu de fuse, à l'intérieur de laquelle la distribution se développer à des distances plus impor­
failles secondaires ne peuvent, dans l'état de l'aléa sismique est uniforme et pour tantes que l'interaction statique. A défaut
actuel des connaissances, être prédits de laquelle on vise la même période de retour de justification plus précise, on peut consi­
façon quantitative. Les formules de calcul pour caractériser l'aléa sismique (Betbeder- dérer que cette interaction peut se dévelop­
de ces mouvements sont rappelées en MatibetJ., 1996). per jusqu'à des distances de l'ordre de 2 à 3
annexe 3. fois celles correspondant au chargement en
statique.
3.4 - MAJORATION DE 4 - CALCUL DES EFFETS DE
L'ACTION SISMIQUE POUR L'ACTION SISMIQUE SUR 4.1 - COMBINAISONS
LES TUNNELS LONGS LES OUVRAGES ENTERRES D'ACTIONS
Pour tenir c o m p t e de la majoration de la Domaine de validité 4.1.1 - Combinaisons de calcul
p r o b a b i l i t é d ' e x p o s i t i o n a u risque s i s m i q u e
Les p r é s e n t e s m é t h o d e s de calcul s ' a p p l i ­
avec la l o n g u e u r de l ' o u v r a g e , il y a lieu de Les c o m b i n a i s o n s d ' a c t i o n s à c o n s i d é r e r
q u e n t aux o u v r a g e s linéaires, p o u r lesquels
m a j o r e r l'action s i s m i q u e . C e t t e m a j o r a t i o n p o u r la d é t e r m i n a t i o n des d é f o r m a t i o n s et
l a l o n g u e u r est n e t t e m e n t p r é p o n d é r a n t e
e s t o b t e n u e e n m u l t i p l i a n t les d i f f é r e n t s sollicitations de calcul sont les combinaisons
d e v a n t les d i m e n s i o n s de la s e c t i o n trans­
t e r m e s c a r a c t é r i s a n t l e m o u v e m e n t sis­ accidentelles représentées s y m b o l i q u e m e n t
versale, d ' a x e h o r i z o n t a l , s u b h o r i z o n t a l o u
m i q u e (accélérations, vitesses, d é p l a c e ­ c o m m e s u i t , c o n f o r m é m e n t à la n o t a t i o n
vertical.
m e n t s , s p e c t r e s d e réponse) par u n c o e f f i ­ retenue dans les règles BAEL, fascicule 6 2 ,
cient m a j o r a t e u r A . Elles s o n t a p p l i c a b l e s aux o u v r a g e s situés à titre I du C C T G (Règles BAEL 9 1 , révisées en
f a i b l e ou g r a n d e p r o f o n d e u r sous la surface 1999):
C e c o e f f i c i e n t p e u t ê t r e d é t e r m i n é par une
d u s o l , s u p p o s é s pris i s o l é m e n t .
é t u d e s p é c i f i q u e d e l'aléa s i s m i q u e p r e n a n t
e n c o m p t e les d i f f é r e n t e s s o u r c e s sis­ S o n t exclus les systèmes c o m p o s é s d e p l u ­
m i q u e s e t leur p o s i t i o n par r a p p o r t a u t u n ­ sieurs o u v r a g e s voisins p o u v a n t d é v e l o p p e r
nel c o n s i d é r é sur t o u t e sa l o n g u e u r et une une i n t e r a c t i o n d y n a m i q u e e n t r e eux. avec les notations symboliques suivantes :
analyse d e s risques p r o p r e s à l ' o u v r a g e . O C.4 E: l'action sismique calculée c o m m e indi­
A d é f a u t , et p o u r les t u n n e l s d o n t la l o n ­ a) Sont plus particulièrement concernés, q u é au chapitre 3 ;
g u e u r est c o m p r i s e e n t r e 5 et 30 kilo­ quel que soit leur mode de réalisation, les G : poids m o r t et actions p e r m a n e n t e s de
m è t r e s , le c o e f f i c i e n t A p e u t ê t r e calculé tunnels routiers, ferroviaires ou de métros, l o n g u e d u r é e le cas échéant (précontrainte,
par la f o r m u l e suivante : les galeries minières, les microtunnels, les action latérale statique des terres) ;
stations souterraines et ouvrages souter­
: la valeur f r é q u e n t e d ' u n e des actions
rains de stockage qui peuvent être considé­
variables ;
rés comme linéaires.
1*2J : la valeur quasi p e r m a n e n t e des autres
b) La profondeur de l'ouvrage sous la sur­
actions variables.
face du sol doit être jugée par rapport aux
longueurs des ondes sismiques (annexe 4).
o ù L est l a l o n g u e u r d u t u n n e l , e t h m i n et O C.4,1.1
Un ouvrage est considéré comme peu pro­
h m a x les valeurs m i n i m a l e e t m a x i m a l e d e l a
fond si son axe est situé à une profondeur a) Il est rappelé que, pour les vérifications
p r o f o n d e u r d e s f o y e r s sismiques. En France
au plus égale au quart de la longueur de locales, E inclut les poussées dynamiques
m é t r o p o l i t a i n e , on p e u t utiliser les valeurs
l'onde sismique à fréquence prépondé­ des nappes phréatiques.
suivantes :
rante ; dans un sol, cette profondeur est de
b) Du point de vue des combinaisons d'ac­
quelques dizaines de mètres ; dans un
tions, les masses ou poids des terres, les
A v e c ces valeurs, le c o e f f i c i e n t A est d o n n é matériau rocheux, elle peut atteindre plu­
poussées des nappes phréatiques sont trai­
en f o n c t i o n de L dans le t a b l e a u suivant : sieurs centaines de mètres. Dans tous les
tées comme des charges permanentes.
cas, on considérera qu'au-delà de 100 m de
L(km) A profondeur on se trouve en présence d'un
ouvrage profond. La profondeur de l'ou­
4.1.2 • Facteurs d'accompagnement
5 1,070
vrage conditionne les sollicitations qui lui
10 1,129 4.1.2.1 - Facteurs d'accompagnement
sont appliquées. Lorsqu'on dispose d'une applicables aux actions résultant de la
20 1,225
définition plus précise du mouvement, la fréquentation et de l'entreposage
30 1,302 fréquence prépondérante est définie par
(Rajhje et al., 1988): Les v a l e u r s d u c o e f f i c i e n t * P E applicables
a u x actions autres q u e les c h a r g e s d ' e x p l o i ­
O C.3.4
t a t i o n d e c a r a c t è r e i n d u s t r i e l o u q u e les
La majoration de l'action sismique pour les charges m o b i l e s , s o n t d o n n é e s ci-dessous :
tunnels très longs résulte de considérations
a - C h a r g e c o n s t i t u é e par d e s p e r s o n n e s en
probabilistes. Pour un niveau donné de l'ac­
grand nombre 0,6
tion sismique, la probabilité de son dépas­ où C; représente le coefficient de Fourier
sement est plus grande pour un ouvrage de l'amplitude du signal et f t la fréquence b - C h a r g e c o n s t i t u é e par d e s o b j e t s e n t r e ­
étendu que pour un ouvrage ponctuel. La associée. posés p o u r u n e l o n g u e d u r é e 1,0

-9­
"Conception et la protection parasismiques des ouvrages souterrains"

4.1.2.2 - Facteurs d'accompagnement essentiellement à l'action sismique en subis­ où :


applicables aux charges d'exploitation s a n t le mouvement du terrain ; la rigidité
f = p é r i o d e f o n d a m e n t a l e du m o u v e m e n t ,
de caractère industriel ou à celles des propre de l'ouvrage peut modifier le mou­
C = vitesse a p p a r e n t e de p r o p a g a t i o n
ouvrages d'art vement du terrain en champ libre du fait de
d'onde.
l'interaction dynamique qu'il développe
Les coefficients W E a p p l i c a b l e s aux charges
avec celui-ci. En règle générale, les sollicita­ O C.4.3.1.1
d ' e x p l o i t a t i o n de caractère industriel ou à
tions résultant des forces d'inertie sont
celles des o u v r a g e s d ' a r t sont fixés, en La vitesse particulaire V0 est la vitesse du
négligeables devant celles imposées par la
considération de la fréquence attendue des mouvement du terrain.
déformation du milieu encaissant.
réalisations d e s diverses valeurs e t d e leur
La vitesse apparente de propagation d'onde
d u r é e d ' a p p l i c a t i o n , par le Cahier des
C n'est pas nécessairement la vitesse de pro­
Charges. 4.3 - ACTION SISMIQUE pagation dans les terrains traversés. A défaut
SELON L'AXE DU TUNNEL : de justification plus précise, on peut prendre
4.1.2.3 - Cas d'annulation du facteur COMPRESSION ET FLEXION C = inf (1000 m/ ,, s V ) où
5 Vs représente la
d'accompagnement
vitesse de propagation des ondes de cisaille­
Le c o e f f i c i e n t W E a p p l i c a b l e à une a c t i o n L'action s i s m i q u e selon l'axe du t u n n e l est ment dans les terrains traversés.
d o i t ê t r e pris é g a l à 0 l o r s q u e c e t t e é v e n ­ d é t e r m i n é e à p a r t i r d e s d é p l a c e m e n t s en
t u a l i t é est plus d é f a v o r a b l e p o u r la résis­ c h a m p libre de la ligne matérialisant l'axe 4.3.1.2 - Déplacement transversal
tance ou l'équilibre de l'élément étudié. d u t u n n e l . C e u x - c i i n d u i s e n t , s e l o n les
modalités d'interaction terrain- structure,
des efforts de compression-traction et de
4.2 - REPONSE D'UN f l e x i o n l o n g i t u d i n a l e , l e t u n n e l é t a n t consi­
OUVRAGE ENTERRE A déré c o m m e un élément linéique de type
d ' o ù la c o u r b u r e de la l i g n e matérialisant le

L'ACTION SISMIQUE poutre.


tunnel :

Les d é p l a c e m e n t s e n c h a m p l i b r e s o n t
4.2.1 - Nature des actions sis­ déterminés c o m m e indiqué au chapitre 3.
miques à considérer
4.3.1 - Déplacements et déforma­
L'action sismique à p r e n d r e en c o m p t e
tions en champ libre de la ligne
d a n s les c a l c u l s d ' u n o u v r a g e p e u t ê t r e
matérialisant l'axe du tunnel
considérée c o m m e composée :

a) des d é f o r m a t i o n s ou d é p l a c e m e n t s AQ é t a n t l ' a c c é l é r a t i o n p a r t i c u l a i r e au
4.3.1.1 - Déplacement axial
i m p o s é s à l ' o u v r a g e p a r les m o u v e m e n t s niveau d e l'axe d u t u n n e l .
différentiels du sol résultant de la p r o p a g a ­ Les d é p l a c e m e n t s d u t e r r a i n e n c h a m p libre
Dans le cas où l'on c o n n a î t les m o u v e m e n t s
t i o n d e s o n d e s ; ces d é p l a c e m e n t s et d é f o r ­ selon l'axe du t u n n e l g é n é r é e s par une
en surface, il conviendra de tenir c o m p t e
mations sont considérés c o m m e appliqués o n d e d e cisaillement sinusoïdale caractéri­
d e l a p r o f o n d e u r d e l'axe d u t u n n e l .
de f a ç o n s t a t i q u e ; sée par sa l o n g u e u r d ' o n d e L, son a m p l i ­
t u d e e n d é p l a c e m e n t D e t son a n g l e d ' i n ­
O C.4.3.1.2
0

b) des surpressions d y n a m i q u e s exercées


cidence 9 par r a p p o r t au tunnel sont
sur l'ouvrage par l'eau des terrains
d o n n é s par les f o r m u l e s suivantes : L'amplitude DQ ainsi que la vitesse VQ
encaissants. (VQ = 2K f DQ) et l'accélération AQ
4.3.1.1 - Déplacement axial (AQ = 4 j t f - DQ) au niveau de l'axe du tun­
2 2

O C.4.2.1
nel, peuvent être déterminées à partir d'un
D'autres types d'action sismique, tels la tra­ calcul de réponse en champ libre en fonc­
versée de failles actives, peuvent être à tion de la sollicitation sismique et des carac­
considérer. Les sollicitations à prendre en téristiques géodynamiques des formations
compte ne relèvent pas de calculs mais de géologiques hôtes: masses volumiques,
dispositions constructives. vitesses de propagation des ondes ou
modules de rigidité au cisaillement, coeffi­
4.2.2 - Détermination des cients de Poisson, niveaux de nappe. A
déformations ou déplacements défaut, on pourra utiliser les valeurs calcu­
imposés à l'ouvrage lées en 3.2.1.

Les d é f o r m a t i o n s o u d é p l a c e m e n t s i m p o ­ La figure 4.3.1.2 (Kuesel, 1969) représente


sés à l ' o u v r a g e p e u v e n t ê t r e c a l c u l é s en les déplacements du terrain en champ libre
évaluant l e m o u v e m e n t s i s m i q u e e n c h a m p et en milieu infini, selon l'axe du tunnel,
libre à la p r o f o n d e u r de l'ouvrage et en générés par une onde de cisaillement sinu­
t e n a n t c o m p t e d e l'interaction d é v e l o p p é e soïdale caractérisée par sa longueur d'onde
e n t r e le t e r r a i n encaissant et l ' o u v r a g e sui­ VQ é t a n t la vitesse particulaire au niveau de L, son amplitude en déplacement D 0 et son
v a n t les m é t h o d e s d e l'article 4 . l'axe d u t u n n e l , e t l a l o n g u e u r d ' o n d e L angle d'incidence 0 p a r rapport au tunnel.
é t a n t d o n n é e par : Des indications sont données dans l'annexe
O C.4.2.2
4 sur la détermination pratique de la fré­
Contrairement au cas des ouvrages en élé­ quence f à utiliser pour le calcul de la lon­
vation, les ouvrages enterrés répondent gueur d'onde L.

-10­
"Conception et la protection parasismiques des ouvrages souterrains"

O C.4.3.2.1

a) La non-prise en compte
de l'interaction terrain-struc­
ture correspond au cas d'un
tunnel dont la structure peut
être considérée comme très
souple par rapport au terrain
encaissant. Cette méthode
fournira par ailleurs un majo­
rant des efforts pouvant
apparaître quand la raideur
du tunnel n'est plus négli­
geable par rapport à celle
du terrain encaissant.
O C.4.3.2.2.2
b) Pour le béton, le module
Pour cette approche, on pourra remplacer
à prendre en compte est le
module instantané du béton les déplacements imposés par l'application

(soit environ 30 000 MPa) en directe, sur la poutre élastiquement

particulier dans la direction appuyée, de forces par unité de longueur :


Figure 4.3.1.2 longitudinale, sauf justification du caractère • longitudinale pj (x) = K\ u (x) x

admissible de la fissuration de l'ouvrage.


• transversale p (x) = K u (x)
t t y

Pour l'acier, c'est le module de 200 000 MPa.

4.3.2 - Sollicitations induites sur le 4.3.2.2.3 - Incidence de l'espacement entre


tunnel joints

La m o d é l i s a t i o n en p o u t r e sur a p p u i s élas­
4.3.2.1 - C a s d e n o n p r i s e e n c o m p t e d e t i q u e s p e r m e t d e p r e n d r e e n c o m p t e l'effet
l'interaction terrain-structure d e s d é f o r m a t i o n s d ' o n d e s s i s m i q u e s sur
une p o u t r e de l o n g u e u r finie. Il en résulte
O n a d m e t dans c e cas q u e l a d é f o r m a t i o n
une a t t é n u a t i o n des sollicitations maxi­
de l ' o u v r a g e est i d e n t i q u e à celle du t e r r a i n
se déduit directement de celle du moment. males en f o n c t i o n du r a p p o r t de la lon­
encaissant et, par c o n s é q u e n t , p e u t être
g u e u r e n t r e j o i n t s à la l o n g u e u r d ' o n d e . Il
estimée directement à partir des formules
4.3.2.2 - Cas de prise en compte de l'in­ c o n v i e n t d e d é t e r m i n e r l e souffle m i n i m a l
d é v e l o p p é e s ci-dessus d o n n a n t la d é f o r ­
teraction terrain- structure d e s j o i n t s d a n s les d e u x d i r e c t i o n s l o n g i t u ­
m a t i o n e n c h a m p libre.
4.3.2.2.1 - Caractérisation de l'interaction d i n a l e et transversale p e r m e t t a n t sa prise
Les sollicitations s'en d é d u i s e n t par les f o r ­ en compte.
mules classiques de la t h é o r i e d e s p o u t r e s , L'interaction t e r r a i n - s t r u c t u r e est caractéri­
en f o n c t i o n de l'état mécanique a t t e n d u sée par u n c o e f f i c i e n t d e raideur l o n g i t u d i ­ O C.4.3.2.2.3
dans la section de l'ouvrage et des exi­ nale du t e r r a i n K| et un c o e f f i c i e n t de rai­
Un espacement typique de distance entre
g e n c e s d e c o m p o r t e m e n t requises. d e u r transversale K e x p r i m é s e n f o r c e p a r
t

joints correspond à un q u a r t de la longueur


unité de déplacement longitudinal ou
Pour une s e c t i o n c o u r a n t e ( é v e n t u e l l e m e n t d'ondes. L'atténuation obtenue peut
transversal d u t e r r a i n e t par m è t r e linéaire
fissurée), c a r a c t é r i s é e p a r s o n aire S, s o n atteindre des valeurs très significatives.
d e l'ouvrage (figure 4.3.2.2.1).
i n e r t i e I et un m o d u l e E c a r a c t é r i s a n t le
m a t é r i a u c o n s t i t u t i f de l ' o u v r a g e : 4.4 - ACTION SISMIQUE
DANS LE PLAN DE LA
SECTION DROITE :
DISTORSION ET
OVALISATION

En première approximation, on pourra La d i s t o r s i o n ( t e r m e utilisé e s s e n t i e l l e m e n t


a d m e t t r e : K| = K = G (annexe 5).
t
p o u r les s e c t i o n s d e f o r m e r e c t a n g u l a i r e )
o u l ' o v a l i s a t i o n ( t e r m e utilisé e s s e n t i e l l e ­
4.3.2.2.2 - Tunnels de structure continue sur
m e n t p o u r les sections d e f o r m e circulaire)
une longueur supérieure à la longueur
s o n t p r o d u i t e s par l a d i s t o r s i o n d u t e r r a i n
d'onde sismique
e n c a i s s a n t sur l a h a u t e u r d u t u n n e l s o u s
La d é t e r m i n a t i o n d e s sollicitations le l o n g l'effet de la p r o p a g a t i o n verticale des
d e l'axe d u t u n n e l e n f o n c t i o n d e s caracté­ o n d e s d e cisaillement.
ristiques de l'onde sismique revient à
O C.4.4
l ' é t u d e d ' u n e p o u t r e c o n t i n u e sur a p p u i s
élastiques d o n t la raideur est f o u r n i e par les On développe ci-après une méthode sta­
coefficients K| et K , ces a p p u i s é t a n t s o u ­
t tique pouvant se substituer à un calcul dyna­
mis aux d é p l a c e m e n t s i m p o s é s d é t e r m i n é s mique complet en interaction terrain-struc­
d a n s l'analyse e n c h a m p libre. ture.

-11 ­
"Conception et la protection parasismiques des ouvrages souterrains"

4.4.1 - Distorsion en champ libre 4.4.2.2 - Cas de prise en compte de l'in­ O C.4.4.2.2.2
teraction terrain-structure
a) L'application des contraintes de cisaille­
La d é t e r m i n a t i o n de la d i s t o r s i o n en c h a m p
4.4.2.2.1 - Caractérisation de l'interaction ment du champ libre à la structure résulte
libre p e u t se faire à l'aide d ' u n m o d è l e ou
L'interaction t e r r a i n - s t r u c t u r e sera c a r a c t é ­ du fait que les contraintes en champ libre
b i e n en utilisant u n e f o r m u l a t i o n s i m p l i f i é e :
risée par d e s a p p u i s é l a s t i q u e s i n t e r p o s é s ont été évaluées sans tenir compte de l'ex­
• soit, dans le cas d ' u n t u n n e l p r o f o n d d a n s cavation.
entre la structure du tunnel et le terrain
u n sol o u u n e r o c h e r e l a t i v e m e n t h o m o ­ encaissant.
g è n e , par utilisation de la f o r m u l e : b) En règle générale, les efforts inertiels ne
O C.4.4.2.2.1 sont pas prépondérants.

r Pour la détermination de leurs caractéris­ c) On trouvera en annexe 5 des formules


/ max tiques, on retrouve les méthodes évoquées
*S qui ont été développées pour le cas particu­
plus haut (annexe 5). En première approxi­ lier des tunnels circulaires.
• soit, dans le cas d ' u n t u n n e l inscrit d a n s
mation, on pourra utiliser la valeur 0,5 G /h,
une c o u c h e d e sol c o m p r e s s i b l e h o m o g è n e
h étant la hauteur du tunnel.
d'épaisseur H p l a c é e au-dessus du substra­ 4.5 - ACTIONS LOCALES
t u m , par utilisation d e l ' é q u a t i o n d o n n a n t l e 4.4.2.2.2 ­ Mode d'introduction de la sollici­
d é p l a c e m e n t relatif à la p r o f o n d e u r z: tation sismique Les s t r u c t u r e s s e c o n d a i r e s e t a u t r e s sous
systèmes s u p p o r t é s par la s t r u c t u r e p r i n c i ­
Les s o l l i c i t a t i o n s d ' o r i g i n e s i s m i q u e s o n t
pale p e u v e n t ê t r e calculés par la m é t h o d e
prises en c o m p t e en a p p l i q u a n t à la struc­
t u r e , a p p u y é e é l a s t i q u e m e n t par l ' i n t e r m é ­ faisant l ' o b j e t d e l'article 4 . 5 . 2 . Dans c e t t e
O C.4.4.1 diaire d e s a p p u i s d o n t les raideurs s o n t cal­ é v a l u a t i o n , les c h a r g e s d ' e x p l o i t a t i o n s o n t
culées c o m m e i n d i q u é ci-dessus, les a c t i o n s prises avec leur v a l e u r c a r a c t é r i s t i q u e o u
Contrairement au cas du chapitre 4.3, la
suivantes (figure 4 . 4 . 2 . 2 . 2 ) : n o m i n a l e . A ces f o r c e s s ' a j o u t e n t , lorsqu'il y
vitesse qui intervient dans la formule ci-
a l i e u , les poussées prescrites par les r è g l e ­
contre est la vitesse de propagation des • les d é p l a c e m e n t s u(z) en c h a m p libre aux
ondes de cisaillement dans les terrains tra­ m e n t s d e c h a r g e e n vigueur.
extrémités des appuis, ou alternativement,
versés. les pressions p = k u(z) à la s t r u c t u r e , les Pour les é l é m e n t s d e s t r u c t u r e e n c o n t a c t
e x t r é m i t é s d e s a p p u i s é t a n t fixes ; d i r e c t a v e c l e s o l , les s o l l i c i t a t i o n s a p p l i ­
4.4.2 - Efforts de distorsion et • des contraintes tangentes sur les q u é e s p e u v e n t ê t r e calculées par a p p l i c a ­
d'ovalisation induits dans le tunnel contacts entre terrain et structure égales tion des formules de poussée dynamique
a u x c i s a i l l e m e n t s e x e r c é s sur la masse de des terres en considérant l'ouvrage c o m m e
4.4.2.I - Cas de non prise en compte de t e r r a i n e x c a v é e d a n s la s i t u a t i o n en c h a m p non-déplaçable.
l'interaction terrain-structure libre ;
Pour les é l é m e n t s i n t e r n e s à l ' o u v r a g e , à
D a n s ce cas, la d i s t o r s i o n du t e r r a i n s ' i m ­ • des e f f o r t s inertiels a p p l i q u é s à la struc­ défaut de l'application des prescriptions de
pose e n t i è r e m e n t à la section d r o i t e du t u r e par a p p l i c a t i o n à sa masse de l'accélé­ l'article 4 . 5 . 2 , la m é t h o d e s i m p l i f i é e d e l'ar­
tunnel. r a t i o n AQ. ticle 4 . 5 . 1 est a p p l i c a b l e .

Figure 4.4.2.2.2.

-12­
"Conception et lo protection parasismiques des ouvrages souterrains"

A u x e f f o r t s inertiels ainsi calculés d o i v e n t 4.5.2 - Calcul dynamique simplifié • en p r e n a n t en c o m p t e le c o m p o r t e m e n t


ê t r e a j o u t é s les efforts résultant de la d é f o r ­ du b é t o n f r e t t é (figure 4.6.2 a) ;
Les é l é m e n t s de s t r u c t u r e i n t e r n e s à l ' o u ­
m a t i o n de la s t r u c t u r e p r i n c i p a l e aux p o i n t s
vrage principal qui sont susceptibles, de • en p o r t a n t la l i m i t e d ' a l l o n g e m e n t d e s
d e liaison d e celle-ci avec l ' é l é m e n t s e c o n ­
p a r leurs masses o u r a i d e u r s , d ' i n t e r a g i r armatures tendues à 5 % ;
daire.
avec celui-ci s e r o n t considérés c o m m e des • en e s t i m a n t une l o n g u e u r de r o t u l e plas­
O €.4.5 é q u i p e m e n t s liés. Les s o l l i c i t a t i o n s a p p l i ­ t i q u e d e l'ordre d e 0,8 fois l'épaisseur d e
q u é e s à ces é l é m e n t s s o n t d é t e r m i n é e s sui­ l ' é l é m e n t plastifié (figure 4 . 6 . 2 b ) .
Indépendamment des actions d'ensemble
v a n t les p r e s c r i p t i o n s d u c h a p i t r e 2 3 d e s
dont l'évaluation fait l'objet des chapitres I l c o n v i e n t d e r e s p e c t e r les d i s p o s i t i o n s
r e c o m m a n d a t i o n s AFPS90.
4.0 et 5.0, certaines parties des construc­ c o n s t r u c t i v e s issues du c h a p i t r e 5 :
tions ou des installations peuvent être sou­ O C.4.5.2 • les r o t u l e s p l a s t i q u e s s e r o n t inscrites à
mises, du fait de leur localisation, de leurs l'intérieur des zones c r i t i q u e s d é f i n i e s par la
Les dispositions de cet article visent plus
caractéristiques vibratoires, à des actions n o r m e d a n s les é l é m e n t s fléchis e t / o u c o m ­
spécifiquement les planchers et voiles inté­
excédant celles prises en compte dans la primés ;
rieurs à la structure principale.
vérification de la résistance et de la stabilité
• les v é r i f i c a t i o n s vis-à-vis de l'effort t r a n ­
d'ensemble de la structure. C'est le cas, 4.6 - VERIFICATIONS c h a n t i n t é g r e r o n t u n c o e f f i c i e n t d e sécurité
entre autres, de voiles de petites dimen­
Les vérifications d é c r i t e s ci-dessous p o r t e n t s u p p l é m e n t a i r e d e 1,25.
sions appartenant à des locaux techniques,
des planchers intérieurs à l'ouvrage qui, du sur les parties d ' o u v r a g e s en b é t o n a r m é . O C.4.6.2
fait de leurs dimensions, de leur masse D ' u n e m a n i è r e g é n é r a l e , les v é r i f i c a t i o n s La norme française NF P 06-013 précise que
réduite ou de leur raideur ne modifient pas e f f e c t u é e s r e v i e n n e n t à s'assurer q u e l'ou­ «les armatures pour béton armé doivent
la réponse d'ensemble. v r a g e a bien les capacités de d é f o r m a t i o n être à haute adhérence avec une limite
prises en c o m p t e dans le calcul des sollicita­ d'élasticité spécifiée inférieure à 500 MPa.
Pour l'évaluation des poussées dynamiques
tions d é v e l o p p é dans les chapitres 4.3 et 4.4. L'allongement total relatif sous charge
des terres, on se reportera au chapitre 16
maximale spécifiée doit être supérieur ou
des recommandations AFPS90. O C.4.6
égal à 5 % ».
L'application des déformations de la struc­ Ces vérifications relèvent d'un processus
ture principale à l'élément secondaire est éventuellement itératif qui peut être résumé 4.7 - CAS DES OUVRAGES
particulièrement importante pour les struc­ dans le logigramme ci-après, assorti des VERTICAUX
tures internes, tels les poteaux, qui ne parti­ commentaires suivants.
cipent pas à la reprise des sollicitations hori­ Les o u v r a g e s v e r t i c a u x (puits, f o r a g e s revê­
zontales mais doivent assurer la reprise des 4.6.1 - Vérifications vis-à-vis des tus ou non) peuvent être considérés
efforts verticaux. actions selon l'axe du tunnel c o m m e d e s o u v r a g e s p a r t i c u l i e r s p a r les
aspects suivants :
Les vérifications de résistance d e s sections
4.5.1 - Calcul forfaitaire de b é t o n et d'armatures seront faites • d e par leur n a t u r e , ils s o n t g é n é r a l e m e n t
L o r s q u e ce calcul n ' e s t pas e x i g é p a r les c o n f o r m é m e n t a u x r è g l e s B A E L p o u r les a m e n é s à traverser un n o m b r e plus i m p o r ­
présentes r e c o m m a n d a t i o n s ou par le cas d e s i t u a t i o n s a c c i d e n t e l l e s , t o u t e n t a n t d e c o u c h e s d e t e r r a i n d o n t les p r o p r i é ­
C a h i e r d e s C h a r g e s , ces structures s e c o n ­ c o n s e r v a n t l e c o e f f i c i e n t r é d u c t e u r d e 0,85 tés g é o t e c h n i q u e s s o n t variées ;
daires ou autres sous-systèmes p e u v e n t sur la résistance c a r a c t é r i s t i q u e du b é t o n au • ils a u r o n t d o n c à subir les efforts p a r t i c u ­
ê t r e calculés c o m p t e t e n u d e l ' a p p l i c a t i o n lieu d'utiliser le c o e f f i c i e n t u n i t é a p p l i c a b l e liers liés n o n s e u l e m e n t aux r é p o n s e s sis­
aux masses q u i les c o m p o s e n t , et d a n s les aux sollicitations dynamiques (norme NF m i q u e s variées d e ces horizons mais é g a l e ­
d i r e c t i o n s a p p r o p r i é e s , d ' a c c é l é r a t i o n s sis­ P06-013). m e n t c e u x s p é c i f i q u e s de ces interfaces ;
miques.
O C.4.6.1 • dans de n o m b r e u x cas, les o u v r a g e s v e r t i ­
P o u r les é l é m e n t s p l a n s ( v o i l e , p l a n c h e r , caux a u r o n t aussi la p a r t i c u l a r i t é d ' a v o i r une
L'estimation des inerties et de l'aire de la
m u r . . . ) , c e t t e accélération s i s m i q u e est e x t r é m i t é en surface ce qui pose le p r o ­
section droite de l'ouvrage pourra tenir
o b t e n u e e n m u l t i p l i a n t l ' a c c é l é r a t i o n sis­ b l è m e d u passage d ' u n s y s t è m e d e r e c o m ­
compte de la fissuration, ce qui est possible
m i q u e applicable, dans la direction étudiée, m a n d a t i o n à un autre ;
dès lors que l'on a déterminé les sections
au s o l i d e é l é m e n t a i r e , d o n t le sous-système
d'armatures. Il conviendra cependant de ne • d a n s l a g r a n d e m a j o r i t é , ces o u v r a g e s
est solidaire, tel q u ' i l ressort d u calcul d ' e n ­
pas sous-estimer exagérément les rigidités. s e r o n t de g é o m é t r i e s i m p l e liée à leur
s e m b l e , par un c o e f f i c i e n t :
C'est ainsi qu'on en restera à une estimation m o d e d e r é a l i s a t i o n ( c i r c u l a i r e p o u r les
• é g a l à 1 dans la d i r e c t i o n parallèle au plan de ces grandeurs en restant dans le forages et pour de nombreux fonçages de
de l ' é l é m e n t ; domaine élastique, sans prendre en compte puits).

• é g a l à 2,5 dans la d i r e c t i o n p e r p e n d i c u ­ le comportement post-élastique. Ces f o r m e s simples sont g é n é r a l e m e n t


laire a u plan d e c e t é l é m e n t . b i e n a d a p t é e s p o u r r é p o n d r e a u x sollicita­
4.6.2 - Vérifications vis-à-vis de la t i o n s d u t e r r a i n . Les r e v ê t e m e n t s d e stabili­
O C.4,5.1 distorsion et de l'ovalisation de la s a t i o n s o n t d o n c s o u v e n t plus l é g e r s q u e
Le coefficient 2,5 représente le coefficient section droite ceux c o r r e s p o n d a n t aux m ê m e s t y p e s
dynamique maximal d'un oscillateur à un d'ouvrages sub-horizontaux.
Le c o m p o r t e m e n t post-élastique peut être
degré de liberté, d'amortissement 5 %, sou­
pris e n c o m p t e par l ' i n t r o d u c t i o n d e rotules Les e f f o r t s i n e r t i e l s à p r e n d r e en c o m p t e
mis aux sollicitations sismiques définies par
p l a s t i q u e s . La d u c t i l i t é de celles-ci sera éva­ s e r o n t faibles et les analyses en c h a m p libre
les spectres réglementaires.
luée (figure 4.6.2) : s e r o n t le plus s o u v e n t la r è g l e .

-13­
"Conception et la protection parasismiques des ouvrages souterrains"

-14­
Conception et la protection parasismiques des ouvrages souterrains

reconnues, les traversées de terrains f o r t e ­


m e n t contrastés, ainsi q u e les zones suscep­
tibles d'instabilité (liquéfaction, glissement
de terrain...). La présence de singularités, au
regard d ' u n c o n t e x t e sismique, d o n n e lieu à
des dispositions constructives spécifiques.

Il en est de m ê m e de la transition d ' u n e caté­


g o r i e d ' o u v r a g e à l'autre ou bien dans le cas
de variations brusques de la g é o m é t r i e du
revêtement.
La c o n c e p t i o n o b é i t en général aux prin­
cipes q u i suivent ; certains principes a n t a ­
g o n i s t e s , le cas é c h é a n t , s o n t à concilier au
mieux.

Figure 4.6.2.a 5.1.2 - Adaptation au mouvement


sismique : le joint sismique
Sur le r e v ê t e m e n t d ' u n o u v r a g e linéaire t e l
q u e d é f i n i a u c h a p i t r e 4 s ' e x e r c e n t les
d é p l a c e m e n t s d u t e r r a i n e n g e n d r é s par l e
séisme, ces d é p l a c e m e n t s p r o v o q u e n t d e s
efforts de compression-traction et de
f l e x i o n l o n g i t u d i n a u x , ainsi q u ' u n e d i s t o r ­
sion ou u n e ovalisation de la section trans­
versale.

Si les efforts l o n g i t u d i n a u x sont i m p o r t a n t s


en regard des capacités résistantes du revê­
t e m e n t , la création de joints circonférentiels
va p e r m e t t r e la d i m i n u t i o n de ces e f f o r t s .
L'espacement entre joints et le souffle mini­
mal d e chaque j o i n t p e u v e n t être d é t e r m i n é s
en f o n c t i o n des m é t h o d e s décrites en 4.3.2.
La t e c h n o l o g i e du j o i n t sera f o n c t i o n n o t a m ­
m e n t de la valeur du souffle, des sollicitations
s'y exerçant, du niveau d ' é t a n c h é i t é à assurer
le cas échéant.

O C.5.1.2

A la transition d'un ouvrage long et de ses


têtes, une disposition constructive spécifique
s'impose vu la différence de comportement
Figure 4.6.2.b de chacune de ces parties d'ouvrages. La
présence d'un joint de conception sismique
constitue en général une solution adéquate.
On trouve en annexe 6 un tableau de c o m ­ • d e s a d a p t a t i o n s d e s q u a n t i t é s de m a t é ­
p a r a i s o n e n t r e les c a n a l i s a t i o n s e n t e r r é e s riaux (aciers, b é t o n . . . ) p a r r a p p o r t à u n e 5.1.3 - Déformabilité et ductilité
( p o u r lesquelles d e s r e c o m m a n d a t i o n s o n t s i t u a t i o n n o n s i s m i q u e , ces a d a p t a t i o n s
é t é p u b l i é e s p a r l'AFPS/CESS en 1 9 9 8 ­ provenant de règles forfaitaires définies L'augmentation de la raideur d ' u n e structure
cahier t e c h n i q u e n° 15), les o u v r a g e s h o r i ­ dans la suite du t e x t e ; d o n n é e est r é p u t é e se traduire par une a u g ­
z o n t a u x et les o u v r a g e s verticaux (forages • d e s spécifications sur la q u a l i t é ou la mise m e n t a t i o n parallèle des efforts sollicitant la
e t puits). en œ u v r e de ces m a t é r i a u x ; s t r u c t u r e q u e l e c o n t e x t e soit sismique o u
n o n . L e r e v ê t e m e n t est d o n c c o n ç u aussi
• d e s c h o i x c o n s t r u c t i f s s p é c i f i q u e s , cer­
souple que possible, en vérifiant toutefois
tains s o n t d é c r i t s en a n n e x e ;
qu'il n'y a pas de risque d'instabilité.
5 - CONCEPTION GENERALE • u n e a d a p t a t i o n de la g é o m é t r i e .
O C.5.1.3
ET DISPOSITIONS
5.7 - PRINCIPES GENERAUX Actuellement la tendance est d'assouplir le
CONSTRUCTIVES
revêtement
5.1.1 - Conception
Préambule La ductilité se caractérise par le rapport de
la déformation plastique maximale à la
En premier lieu, le c o n c e p t e u r a d a p t e r a au
Les d i s p o s i t i o n s c o n s t r u c t i v e s p a r a s i s ­ déformation élastique limite.
mieux l'ouvrage aux zones sismiques et en
m i q u e s p r o p r e s aux o u v r a g e s s o u t e r r a i n s particulier il veillera à ce q u e le tracé évite les La ductilité n'est indispensable que si la
v o n t se t r a d u i r e par : s i n g u l a r i t é s t e l l e s q u e les f a i l l e s a c t i v e s conception prévoit un comportement post­

-15­
"Conception et la protection parasismiques des ouvrages souterrains"

élastique sous l'action des déplacements sitions constructives à a d o p t e r . La n a t u r e de O C.5.2.2.1


imposés par le séisme. Elle n'est donc pas à l ' o u v r a g e s o u t e r r a i n et les caractéristiques
De tels dispositifs, sont suggérés dans de
obtenir systématiquement. d e l'encaissant p e r m e t t e n t d e préciser les
nombreuses publications et ont été réalisés
d i s p o s i t i o n s constructives a d é q u a t e s .
L'augmentation de la ductilité accroît la pour les métros de San Francisco et Los
capacité de la structure à emmagasiner de Angeles. Naturellement la faille doit être
O C.5.2
l'énergie potentielle ou bien à supporter de bien identifiée et d'une étendue raison­
grandes déformations. Dans le cas des tun­ Le tableau de l'annexe 7 rassemble les nable au droit de l'ouvrage. Le surgabarit
nels, c'est cette seconde caractéristique qui réponses reçues au questionnaire men­ tient compte du déplacement attendu. Le
est recherchée. tionné en 1.1.2 choix d'une telle solution doit être étayé par
une analyse de risques.
La ductilité nécessaire est à rechercher dans
la qualité et les dispositions des matériaux 5.2.1 - Dispositions générales Pour estimer le glissement moyen entre les
constitutifs des ouvrages souterrains qui deux bords d'une faille, on se reportera à
5 . 2 . /. f - Ouvrages superficiels
sont habituellement du béton non armé ou l'annexe 3.
Les o u v r a g e s définis c o m m e n o n p r o f o n d s
du béton armé ou leur combinaison dans
(cf. p a r a g r a p h e 3.1) ou b i e n situés dans les 5.2.2.2 - Changement brusque de la rigi­
une même section transversale.
terrains du g r o u p e b avec Rc < 6 M P a (cf. dité du revêtement ou de l'encaissant
Les dispositions qui améliorent la ductilité tableau du chapitre 2) sont en b é t o n armé
Les c o n t r a i n t e s o n t t e n d a n c e à se c o n c e n ­
sont explicitées ci-après. o u e n t i è r e m e n t e n acier, sauf j u s t i f i c a t i o n
t r e r a u d r o i t d e telles zones. Pour faire c h u ­
La ductilité d'une pièce en béton armé p a r t i c u l i è r e . Les p o u r c e n t a g e s m i n i m a u x
t e r ces c o n t r a i n t e s , le recours à d e s j o i n t s
nécessite de disposer des armatures trans­ d ' a c i e r e t les d i s p o s i t i o n s c o n s t r u c t i v e s
flexibles p e u t ê t r e u n e s o l u t i o n .
versales (cadres, étriers fermés par des cro­ associées d é f i n i s d a n s la n o r m e NF P06-013
s ' a p p l i q u e n t sans r e s t r i c t i o n . O C.5.2.2.2
chets d'angle au centre d'au moins 135° et
de retour 10 diamètres nominaux). Le cas du tunnel du port de Kawasaki au
5.2. 1.2 - Têtes des tunnels Japon, à la jonction transversale du tunnel
Les longueurs de recouvrement des arma­
Les r e v ê t e m e n t s des t ê t e s d e s t u n n e l s s o n t de circulation et de la cheminée de ventila­
tures longitudinales sont majorées de 30 %
généralement armés, m ê m e en dehors tion, présenté figure 2 de l'annexe 7 illustre
par rapport aux règles BAEL, des armatures
d ' u n c o n t e x t e s i s m i q u e . En cas de sismicité, cette technique.
espacées de 8 à 12 fois le diamètre de la
plus petite barre longitudinale assurant la ils s o n t à t r a i t e r c o m m e d e s o u v r a g e s
superficiels.
5.2.2.3 - Caissons immergés
couture.
Un soin particulier d o i t ê t r e p o r t é à l'étan­
Pour le béton non armé, la ductilité est assu­
5.2. / . 3 - O u v r a g e s profonds - Interfaces chéité, t a n t au niveau de l'étude q u e de
rée par la fissuration.
l ' e x é c u t i o n p o u r les structures sous n a p p e .
Les d o m m a g e s d u r a n t un séisme a f f e c t e n t
Quant à la qualité des matériaux mis en
p e u les p a r t i e s p r o f o n d e s d ' u n t u n n e l e n O C.5.2.2.3
œuvre, il pourrait être préconisé d'utiliser :
raison d e l ' a t t é n u a t i o n d e s sollicitations e n
Au Japon, l'expressway Bay-shore-route tra­
• un béton de catégorie minimum B25; p r o f o n d e u r . Le r e v ê t e m e n t de la p a r t i e p r o ­
verse la baie de Tokyo dans un tunnel
• des aciers à limite d'allongement garantie f o n d e d o i t suivre les d é p l a c e m e n t s i m p o s é s
immergé. Le niveau des sollicitations a
de 5% minimum. par le t e r r a i n sans recourir n é c e s s a i r e m e n t
conduit aux dispositions de joints dits
à la d u c t i l i t é . S'il est nécessaire d ' a r m e r le
Il faudra s'assurer également de la bonne «flexibles» représentés sur la figure 3 de
r e v ê t e m e n t , a u m i n i m u m sera d i s p o s é u n
ductilité des matériaux autres, tels que ceux l'annexe 7.
p o u r c e n t a g e c o r r e s p o n d a n t à la c o n d i t i o n
entrant dans la composition des joints, des
de non-fragilité en flexion composée pour 5.2.2.4 - Tunnels en voussoirs béton
boulons ou bien dans les assemblages, par
le cas et la d i r e c t i o n de sollicitation c o n s i ­ armé ou métalliques
des essais de laboratoire le cas échéant.
d é r é e (BAEL). A u x j o n c t i o n s avec les zones
Si la n a t u r e du t e r r a i n à traverser s'y p r ê t e
Rotules plastiques p r é s e n t a n t un c o m p o r t e m e n t d i f f é r e n t , il y
ainsi q u e l ' é c o n o m i e d u p r o j e t , u n e t e l l e
aura un j o i n t t o t a l t a n t au niveau de la v o û t e
L'apparition et la localisation de rotules plas­ structure paraît bien a d a p t é e au séisme
tiques au cours du séisme améliorent la q u ' a u niveau du radier, la valeur du souffle
p u i s q u e , par c o n s t r u c t i o n , d e s j o i n t s t r a n s ­
ductilité de la construction. L'importance de é t a n t f o n c t i o n d e s calculs.
v e r s a u x e t c i r c o n f é r e n t i e l s s é p a r e n t les
cette ductilité variera suivant les conditions voussoirs, assurant ainsi u n e b o n n e a d a p t a ­
de frettage de ces rotules plastiques. 5.2.2 • Dispositions particulières tion au m o u v e m e n t sismique de la struc­
t u r e . P o u r les voussoirs en b é t o n a r m é la
Pour un ouvrage voûté, la position des
La situation de l'ouvrage par r a p p o r t au possibilité d e recourir à d e s b é t o n s d e c a t é ­
rotules plastiques n'est pas prévisible a
massif encaissant, le m o d e de c o n s t r u c t i o n g o r i e s s u p é r i e u r e s à celles utilisées en
priori. On peut suggérer par exemple de
de l'ouvrage appellent des dispositions m é t h o d e traditionnelle, à actions égales
prévoir des saignées longitudinales pour
constructives s p é c i f i q u e s . a m é l i o r e la souplesse de la s t r u c t u r e . U n e
localiser ces rotules pour un ouvrage coulé
autre possibilité consiste e n l'utilisation d e
en place.
5.2.2. ( -Traversée de failles actives voussoirs métalliques qui présentent le
même type d'avantage.
5.2 - DISPOSITIONS Si le t r a c é de l ' o u v r a g e n'a pu éviter de tels
CONSTRUCTIVES a c c i d e n t s , une s o l u t i o n consiste à élargir le Dans un c o n t e x t e s i s m i q u e les a s s e m b l a g e s
d é b o u c h é d e l ' o u v r a g e a u d r o i t d e l a faille entre voussoirs et anneaux de voussoirs
La c o n f i g u r a t i o n de l ' o u v r a g e par r a p p o r t à suivant les schémas de la f i g u r e 1 de l'an­ s e r o n t justifiés par le calcul, n o t a m m e n t vis-
s o n encaissant d é t e r m i n e u n t y p e d e d i s p o ­ n e x e 7. à-vis de la stabilité locale d ' u n voussoir.

-16­
Conception et la protection parasismiques des ouvrages souterrains

5.2.2.5 - Tranchées c o u v e r t e s Si un critère d ' é t a n c h é i t é est d e m a n d é , Q u a n t à l ' o u v r a g e , il se c o m p o r t e m i e u x


alors les p o u r c e n t a g e s m i n i m a u x suivants vis-à-vis des t a s s e m e n t s si son r e v ê t e m e n t
L'intégralité des d i s p o s i t i o n s c o n s t r u c t i v e s
sont imposés : est m u n i d e j o i n t s d u t y p e f l e x i b l e d é c r i t s
c o n t e n u e s d a n s les r e c o m m a n d a t i o n s AFPS
• armatures longitudinales :m>0,3% précédemment.
s'applique.
• a r m a t u r e s transversales : TU a 0,2 % Enfin un a n c r a g e au t e r r a i n sain par l'inter­
O C.5.2.2.5
médiaire de fondations profondes ou bien
D a n s la s i t u a t i o n où le p u i t s t r a v e r s e u n e
Selon Owen et Scholl (1981), les barres de par d e s t i r a n t s e m p ê c h e l a f l o t t a b i l i t é d e
zone de terrains f o r t e m e n t contrastés en
flexion de la face interne des piédroits doi­ l'ouvrage.
p r o f o n d e u r , les m ê m e s d i s p o s i t i o n s s o n t à
vent être ancrées dans le radier et la dalle
a p p l i q u e r q u e l q u e soit le sens de la p o s e O C.5.2.2.7
supérieure par un retour à 90° parallèle à
d u r e v ê t e m e n t , c e c i sur u n e h a u t e u r a u
l'extrados. Les traitements de sol envisageables sont :
m o i n s é g a l e à u n d i a m è t r e d u puits d e p a r t
et d'autre du contraste. - le rabattement permanent du niveau de la
A signaler que l'une des causes supposées
nappe ;
de l'effondrement de la tranchée couverte
O C.5.2.2.6 - la réalisation de colonnes drainantes limi­
de Kobe résiderait dans le mauvais blocage
des piédroits entre le soutènement et le Dans la mesure où il est nécessaire de satis­ tant l'élévation des pressions interstitielles ;
revêtement, ainsi la butée passive favorable faire à un critère d'étanchéité, la technique - l'amélioration des caractéristiques du milieu
n'aurait pu être mobilisée. La méthode de assurant la pose du revêtement de bas en liquéfiable (densification, injection, jet- grou­
réalisation des tranchées couvertes doit haut paraît mieux adaptée, une pose dans ting, substitution, renforcements ...).
donc garantir un blocage efficace des pié­ l'autre sens complique la mise en œuvre des
droits. aciers longitudinaux s'ils sont requis. 5.2.2.8 - Eléments de second œuvre

5.2.2.6 - Puits Les liaisons s e r o n t m o n o l i t h i q u e s avec les


S.2.2.7 - Liquéfaction des sofs
é l é m e n t s d e g é n i e civil s e c o n d a i r e tels q u e
Les r è g l e s q u i s u i v e n t s o n t a p p l i c a b l e s aux L a l i q u é f a c t i o n d e s sols p e u t a v o i r les les escaliers. Les a p p u i s de planchers s e r o n t
puits a y a n t d e s f o n c t i o n s de sécurité. Il f a u t c o n s é q u e n c e s suivantes : conçus de f a ç o n à en e m p ê c h e r la c h u t e .
d i s t i n g u e r la p a r t i e basse de la p a r t i e h a u t e
- s u p p r e s s i o n de la b u t é e d e s p i é d r o i t s ;
éventuellement coiffée d'un ouvrage
5.2.2.9 - Equipements
aérien. - instabilité d e s p e n t e s e n t r a î n a n t des sur­
charges ; Les é q u i p e m e n t s , d o n t l a d é f a i l l a n c e n e
Partie h a u t e du p u i t s : p e u t ê t r e a c c e p t é e , tels les d i f f é r e n t s cir­
- tassements ;
Elle r e l è v e d e s d i s p o s i t i o n s c o n s t r u c t i v e s cuits, les v e n t i l a t e u r s s e r o n t reliés à la struc­
- flottabilité des tunnels immergés.
m i n i m a l e s d é f i n i e s dans la n o r m e t u r e par d e s s y s t è m e s f i a b l e s : t i g e s scel­
Les d i s p o s i t i o n s c o n s t r u c t i v e s p o s s i b l e s lées, t i g e s traversantes p r é c o n t r a i n t e s .
N F P 06-013.
r e m é d i a n t à ces c o n s é q u e n c e s c o n s i s t e n t
On se reportera au chapitre 23 des recom­
Partie basse du puits : s o i t à t r a i t e r le sol ou b i e n à a d a p t e r la
construction à cette situation. m a n d a t i o n s AFPS 1990 ( v o l u m e 2).

é - BIBLIOGRAPHIE * •

AFPS 90 - R e c o m m a n d a t i o n s p o u r la rédaction de règles relatives aux ouvrages et installations à réaliser dans les régions sujettes aux
séismes, volume 1 (chapitres 1 à 9), volume 2 (chapitres 10, 11,16,17'et 23), volume 3 (chapitres 12,15, 18,22et25), Presses de l'ENPC.

AFPS/CESS (1998) - R e c o m m a n d a t i o n s p o u r les canalisations enterrées en acier p o u r le t r a n s p o r t : m é t h o d e s d'évaluation de leur résistance


sous sollicitations sismiques, Cahier technique AFPS, n" 15, juin 1998,35 p.

AFTES (1993) - R e c o m m a n d a t i o n s p o u r la description des massifs rocheux utile à l'étude de la stabilité des ouvrages souterrains, Tunnels et
O u v r a g e s Souterrains, suppl. au n° 117, mai 1993,12-21 (en cours de révision).

AFTES (1994) - Recommandations p o u r le choix des paramètres et essais g é o t e c h n i q u e s utiles à la c o n c e p t i o n , au d i m e n s i o n n e m e n t et à


l'exécution des ouvrages creusés en souterrain. Tunnels et Ouvrages Souterrains n° 123,1994.

B A R T O N N. (1984) - « Effects of rock mass d é f o r m a t i o n on t u n n e l p e r f o r m a n c e in seismic régions», Adv. Tunnel. Technol. & Subsurf. Use, vol.
4, n° 3,89-99.

B A R T O N N. a n d al. (1992) - « N o r w e g i a n m e t h o d of tunnelling», World Tunnelling, June 1992,231-238.

BETBEDER - M A T I B E T J. (1996) - «Closed f o r m solutions f o r probabilistic seismic hazard assessment in diffuse seismicity zones», Xlth ­
WCEE, Acapulco, Mexique, June 1996.

BURNS J. Q . , R I C H A R D R. M. (1964) - « A t t é n u a t i o n of stresses f o r b u r i e d cylinders», Proc. of symposium on Soil-Structure interaction,

University of Arizona.

DESPEYROUX J. (1985) - «Le p r o j e t de construction parasismique», Génie Paras/'sm/que, Presses ENPC.

-17­
Conception et la protection parasismiques des ouvrages souterrains"

B I B L I O G R A P H I E (SUITE)

DOWDING CH. et ROZEN A. (1978) - « D a m a g e t o rock tunnels f r o m e a r t h q u a k e s h a k i n g » . Journal o f Geotechnical Engineering


Division, février 1978,175-190.

D O W D I N G C H . (1979) - « E a r t h q u a k e s t a b i l i t y of r o c k t u n n e l s » . Tunnels and Tunnelling, vol. 11, n° 5 , 1 5 - 2 0 .

H O E G K. (1968) - «Stresses against u n d e r g r o u n d structural cylinders», J o u r n a l of Soil M e c h a n i c s a n d F o u n d a t i o n D i v i s i o n , A S C E , V o l . 9 4 ,

SM4(1968).

H U D S O N D.E. (1988) - « S o m e r é c e n t near-source s t r o n g m o t i o n a c c e l e r o g r a m s » , Proc. 9th WŒE, Tokyo-Kyoto.

K A M I Y A M A M. (1996) - «Spectral characteristics of s t r o n g g r o u n d m o t i o n s in t e r m s of p e a k values», Structural Engineering / Earthquake

Engineering, vol. 12, n"3-4.

KUESEL T.R. (1969) - « E a r t h q u a k e d e s i g n criteria f o r s u b w a y s » , J. Struc. Div. ASCE, vol. 95, n° ST6,june 1969, 1213-1231.

K U R O S E A. (2000) - «Effets d e s s é i m e s sur les o u v r a g e s s o u t e r r a i n s » , Thèse de Docteur de l'Ecole Polytechnique, 29 septembre 2000,

248 p.

L O U I S C. (1974) - « A p p o r t de la M é c a n i q u e d e s Roches p o u r la p r é v i s i o n d e s p e r f o r m a n c e s de l ' a b a t t a g e m é c a n i q u e » , Annales ITBTP, n°


319, juii/août 1974, 97-122.

M A T T H E W S M . C a n d al (1996) - «The use of surface w a v e s in t h e d é t e r m i n a t i o n of g r o u n d stiffness p r o f i l e s » , Proc. Institution Civil


Engineers Geotechnical Engineering, 119, April 1996,84-95.

N A Z A R I A N S. et S T O K O E K . H . (1984) - «In situ shear w a v e velocities f r o m s p e c t r a l analysis of surface w a v e s » , Proc. 8th World Conf. on

Earthquake Engineering, vol. 3,31-38.

N o r m e A S T M D 4 4 - 2 8 « S t a n d a r d t e s t m e t h o d s f o r crosshole seismic t e s t i n g » .

N o r m e Française NF P 0 6 - 0 1 3 - «Règles de c o n s t r u c t i o n p a r a s i s m i q u e . Règles PS a p p l i c a b l e s a u x b â t i m e n t s , d i t e s Règles PS 9 2 » ,


AFNOR Référence DTU Règles PS 92, décembre 1995.

O W E N G . N . et S C H O L L R.E. (1981) - « E a r t h q u a k e e n g i n e e r i n g of large u n d e r g r o u n d structures». Report prepared for the Fédéral


Highway Administration and National Science Foundation, Report n° FHWA/RD-80/195.

P E C K R.B., H E N D R O N A . J . , et M O H R A Z B. (1972) - «State of t h e a r t in s o f t g r o u n d t u n n e l i n g » - Proc. ofthe Rapid Excavation and


Tunneling Conférence, American Institute of Mining, Metallurgical and Petroleum Engineers, 259-286.

P O W E R M.S., R O S I D I D. a n d K A N E S H I R O J.Y. (1998) - «Seismic v u l n e r a b i l i t y of t u n n e l s a n d u n d e r g r o u n d structures revisited», North


American Tunneling'98, Ozdemir(ed.), Balkema, Rotterdam, 243-250.

R A J H J E E . M . , A B R A H A M S O N N . A . e t BRAY J . D . (1988) - « S i m p l i f i e d f r e q u e n c y c o n t e n t e s t i m â t e s o f e a r t h q u a k e g r o u n d m o t i o n » ,
Journal of Geotechnical and Geoenvironmental Engineering, vol. 124, n° 2, février 1988,150-159.

R è g l e s B A E L 9 1 , r é v i s é e s 9 9 (2000) - «Règles t e c h n i q u e s d e c o n c e p t i o n e t d e calcul d e s o u v r a g e s e t c o n s t r u c t i o n s e n b é t o n a r m é sui­


v a n t la m é t h o d e d e s é t a t s limites (DTU P 1 8 - 7 0 2 » , Editions du CSTB, février 2000.

S C H W A R T Z C W . e t E I N S T E I N H . H . (1980) - « I m p r o v e d d e s i g n o f t u n n e l s u p p o r t s : V o l u m e 1 - S i m p l i f i e d analysis f o r g r o u n d s t r u c t u r e
interaction in tunneling». Report UMTA-MA-06-0100-80-4, U.S. DOT, Urban Mass Transportation Administration.

S C O T T R.F. (1973) - « E a r t h q u a k e i n d u c e d pressures on r e t a i n i n g walls», Proc. 5th World Conférence on earth quake Engineering, Vol. Il,
1611-1620.

T H E J A P A N S O C I E T Y O F CIVIL E N G I N E E R S (1992) - « E a r t h q u a k e résistant d e s i g n f o r civil e n g i n e e r i n g structures i n J a p a n » , Compiled


by Earthquake Engineering Committee.

VELETSOS A.S. et Y O U N A N A . H . (1994) - « D y n a m i c soil pressures on r i g i d vertical walls», Earthquake Engineering and Structural
Dynamics, Vol. 23,275-301.

W E L L S DJ_. e t C O P P E R S M I T H K.J. (1994) - « N e w Empirical C o r r é l a t i o n s a m o n g M a g n i t u r e , R u p t u r e L e n g t h , R u p t u r e W i d t h , R u p t u r e


Area and Surface D i s p l a c e m e n t » , Bulletin ofthe Seismological Society of America, Vol. 84, n° 4, August 1994, 974-1002.

-18­
"Conception et la protection parasismiques des ouvrages souterrains"

ANNEXE 1

IDENTIFICATION ET CARACTERISATION

DE ZONES SUSPECTES DE LIQUEFACTION

(EXTRAIT DE LA NORME NF P 0 6 - 0 1 3 )

9 - FONDATIONS 9.1.2.2 - Peuvent a contrario être considé­ • essai c y c l i q u e de cisaillement par t o r s i o n .


rés c o m m e e x e m p t s d e risque
Ils d o i v e n t p o r t e r sur d e s échantillons n o n
9.1 - Liquéfaction des sols a) les sols d o n t la g r a n u l o m é t r i e p r é s e n t e remaniés.
un diamètre à 1 0 % , D supérieur à 2 mm
1 0
2 ) I l p e u v e n t ê t r e c o n d u i t s s e l o n les
9.1.1 - Définition b) c e u x dans lesquels on a s i m u l t a n é m e n t : m é t h o d e s u s u e l l e m e n t suivies sous réserve
q u e s o i e n t r e s p e c t é e s les c o n d i t i o n s c i -
O n a p p e l l e l i q u é f a c t i o n d ' u n sol u n p r o c e s ­
D 7 0 < 74 après :
sus c o n d u i s a n t à la p e r t e t o t a l e de résis­
t a n c e a u cisaillement d u sol par a u g m e n t a ­ l > 10 %
p
• les essais d o i v e n t ê t r e poursuivis j u s q u ' à
t i o n d e l a p r e s s i o n i n t e r s t i t i e l l e . Elle e s t l i q u é f a c t i o n d e s é p r o u v e t t e s e t ceci sous
a c c o m p a g n é e d e d é f o r m a t i o n s d o n t l'am­ 9.1.2.3 - L o r s q u e les indications de 9.1.2.1 diverses valeurs de la c o n t r a i n t e m a x i m a l e
p l i t u d e p e u t ê t r e l i m i t é e o u quasi i l l i m i t é e . e t d e 9.1.2.2 ci-dessus laissent a p p a r a î t r e de cisaillement ;
une possibilité de l i q u é f a c t i o n , il y a lieu de
• la pression de c o n f i n e m e n t d o i t rester v o i ­
9.1.2 - Identification des sols liqué­ procéder à des investigations c o m p l é m e n ­
sine d e celle r é g n a n t a u niveau d u p r é l è v e ­
fiables t a i r e s s u i v a n t les m é t h o d e s d é c r i t e s e n
m e n t à l'état final du p r o j e t ;
9.1.4 ci-après.
9.1.2.1 - S o n t à c o n s i d é r e r c o m m e a p r i o r i • le d e g r é de saturation de l'éprouvette
suspects de l i q u é f a c t i o n , les sols ci-après : 9.1.3 - Données sismiques d o i t ê t r e é g a l à celui du sol en place dans

a) Sables, sables vasards et silts p r é s e n t a n t les c o n d i t i o n s d u p r o j e t .


Les d o n n é e s s i s m i q u e s à u t i l i s e r d a n s la
les caractéristiques suivantes c o n d u i t e d e s essais e t les é t u d e s s u b s é ­ Les résultats d o i v e n t en o u t r e faire claire­
• d e g r é d e s a t u r a t i o n S voisin d e 100 % , .
r
q u e n t e s sont les suivantes : ment apparaître :

• g r a n u l o m é t r i e assez u n i f o r m e c o r r e s p o n ­ • accélération maximale de surface: • les variations de la pression interstitielle


d a n t à un c o e f f i c i e n t d ' u n i f o r m i t é C , infé­ mesurée au sein de l ' é p r o u v e t t e et des
u
a^g sur site de t y p e S-|
rieur à 15 : déformations de cette dernière en fonction
D, - 0,9 a sur site d e t y p e S
N 2 du n o m b r e de cycles a p p l i q u é s ;
_60
< 15
ho - 0,8 a sur site d e t y p e S
N 3 • le v o l u m e final de l ' é p r o u v e t t e après dissi­
p a t i o n de la pression interstitielle.
où :
• diamètre à 50 %, D 5 0 compris entre
0,05 m m e t 1,5 m m , a est l'accélération n o m i n a l e (voir 3.3) ;
N 9. 1.4.2 - Essais in situ

• et s o u m i s en l'état final du p r o j e t à une • n o m b r e de cycles é q u i v a l e n t s n : Les essais d e p é n é t r a t i o n i n situ d u t y p e


contrainte verticale effective o ' v inférieure Tableau 8 : N o m b r e d e cycles é q u i v a l e n t s d y n a m i q u e , essais SPT (Standard Pénétration
aux valeurs suivantes : selon les zones de sismicité Test) o u statique (pénétration d ' u n c ô n e o u
d ' u n p i é z o c ô n e ) p e u v e n t ê t r e utilisés p o u r
1 ) 0 , 2 0 M P a e n zones l , e t l a b
Z o n e de sismicité n le d i a g n o s t i c d e s sols liquéfiables lorsqu'il
2) 0,25 M P a en z o n e II existe p o u r le t y p e d ' a p p a r e i l utilisé des
Z o n e s l et 1^
a 5
3) 0,30 M P a en z o n e III c o r r é l a t i o n s b i e n é t a b l i e s e n t r e les indica­
Z o n e II 10 t i o n s de l'essai et la l i q u é f a c t i o n ou la n o n -
b) Sols a r g i l e u x p r é s e n t a n t les c a r a c t é r i s ­
Z o n e III 20 l i q u é f a c t i o n d e s sols.
t i q u e s suivantes

• d i a m è t r e à 15 %, D-| s u p é r i e u r à 0,005 9.1.5 - Critère de liquéfaction


5
9.1.4 - Méthodes d'essai
mm,
9.1.4.I - Essais de laboratoire Doivent être considérés c o m m e liqué­
• l i m i t e d e l i q u i d i t é W inférieure à 3 5 % ,
L

1) Les essais suivants p e u v e n t ê t r e utilisés : f i a b l e s e n c h a m p l i b r e sous l e s é i s m e d e


• t e n e u r en eau w s u p é r i e u r e à 0,9 W , L
calcul, les sols au sein d e s q u e l s la valeur d e s
• essai c y c l i q u e à l'appareil triaxial;
• p o i n t r e p r é s e n t a t i f sur le d i a g r a m m e de c o n t r a i n t e s d e cisaillement e n g e n d r é e s par
plasticité se situant au-dessus de la d r o i t e • essai c y c l i q u e à la b o î t e de cisaillement à le séisme d é p a s s e 75 % de la valeur de la
«A» d u d i t d i a g r a m m e . parois latérales m o b i l e s contrainte de cisaillement provoquant la

-19­
"Conception et la protection parasismiques des ouvrages souterrains

l i q u é f a c t i o n , p o u r le n o m b r e de cycles • 6 en z o n e I m e s u r e p e u t ê t r e réalisée à l'aide d'essais


é q u i v a l e n t s n d é f i n i en 9.1.3. • 7 en z o n e II e n place tels q u e l e p i é z o c ô n e .

La contrainte effective verticale o ' à p r e n d r e


v
• 8 en z o n e III Note sur le paragraphe 9.1.5
en c o m p t e est celle r é g n a n t dans le sol après
Note sur le paragraphe 9.1.4.1.1 O u t r e la r é d u c t i o n de la résistance au cisaille­
réalisation du projet.
m e n t e t d e l a c a p a c i t é p o r t a n t e d e s sols
L a p r é s e r v a t i o n d e t o u t e s les c a r a c t é r i s ­ considérés, le processus de liquéfaction
9.1.6 - Traitement des sols ou de t i q u e s p h y s i q u e s e t m é c a n i q u e s d e s sols c o n d u i t à des d é f o r m a t i o n s t e m p o r a i r e s ou
la construction ( p r i n c i p a l e m e n t leur s t r u c t u r e e t leur d e n ­ p e r m a n e n t e s des sols p o u v a n t entraîner l'at­
sité e n place) a u cours d u p r é l è v e m e n t e t t e i n t e d ' u n état limite dans l'ouvrage é t u d i é .
Lorsque les essais f o n t apparaître une sécu­ des m a n i p u l a t i o n s ultérieures est essen­
rité insuffisante vis-à-vis de la liquéfaction au L'attention est particulièrement attirée sur le
t i e l l e p o u r la c r é d i b i l i t é d e s résultats. Elle
sens du p a r a g r a p h e 9.1.5, la construction ne d e r n i e r alinéa du p a r a g r a p h e 9.1.5 : l'état
e x i g e d e s p r é c a u t i o n s très particulières t a n t
p e u t être entreprise q u e dans l'une des final c o n s i d é r é est c e l u i q u i p e u t r é s u l t e r
a u niveau d u m o d e d e p r é l è v e m e n t (carot­
hypothèses ci-dessous d ' u n abaissement définitif du niveau du ter­
t a g e en gros diamètre, choix du carottier et
rain n a t u r e l , d ' u n e r e m o n t é e d e l a n a p p e
du fluide de f o r a g e , etc.) qu'à celui du
9.1.6.1 -Traitement du sol i m p u t a b l e aux travaux réalisés, etc.
transport, de la conservation et de la pré­
On fait subir au sol un t r a i t e m e n t p r o p r e à paration des échantillons. Note sur le paragraphe 9.1.6.1
éliminer les risques de liquéfaction ou à réta­
Les m o d e s opératoires concernant ces essais Pour certains sols pulvérulents denses d o n t
blir la m a r g e de sécurité prévue au 9.1.5. Il y
ne sont pas encore normalisés. En a t t e n d a n t le c o m p o r t e m e n t d o i t être justifié vis-à-vis de
a alors lieu de justifier les mesures proposées
q u e c e t t e normalisation intervienne, o n p e u t séismes de f o r t e intensité, il p e u t s'avérer dif­
et d ' e n c o n t r ô l e r l'efficacité par des essais et
se baser sur une é t u d e de la littérature spé­ ficile de rétablir la m a r g e de sécurité prévue
mesures a p p r o p r i é s .
cialisée. au p a r a g r a p h e 9.1.5, alors m ê m e q u e leur
c o m p o r t e m e n t dilatant limite leurs d é f o r m a ­
9. 1.6.2 - Renforcement des fondations Note sur le paragraphe 9.1.4.1.2 tions en cas de liquéfaction. Dans ce cas, les
L'ouvrage é t a n t f o n d é sur des pieux appuyés Pour a t t e i n d r e cet état, on p r e n d soin à risques attachés à la liquéfaction de ces ter­
en pointe au-dessous des couches liqué­ rains s o n t appréciés par référence aux d é f o r ­
reproduire en laboratoire le chemin de
fiables, les pieux s o n t calculés, n o t a m m e n t mations cycliques q u e l'on p e u t a t t e n d r e et
c o n t r a i n t e suivi in situ e n t r e l'état initial et
en ce q u i concerne leur f l a m b e m e n t au sein t e n a n t c o m p t e bien sûr de la nature de l'ou­
l'état final du projet.
des milieux liquéfiés, c o m p t e t e n u des vrage p r o j e t é .
c h a r g e s a d d i t i o n n e l l e s a p p o r t é e s par les Note sur le paragraphe 9.1.4.2
Les procédés g é n é r a l e m e n t utilisés p o u r éli­
couches supérieures.
Ces c o r r é l a t i o n s s o n t é t a b l i e s p o u r diverses miner ou réduire les risques de liquéfaction

Note sur le paragraphe 9.1.3 valeurs de la m a g n i t u d e . Il convient de sont, suivant les cas :
veiller à la n a t u r e de la m a g n i t u d e utilisée • r a b a t t e m e n t p e r m a n e n t du niveau de la
Les cycles é q u i v a l e n t s s o n t par c o n v e n t i o n
( M o u M ) e t d e faire l e cas é c h é a n t l a cor­
s L nappe ;
des cycles h a r m o n i q u e s p r o d u i s a n t des
r e c t i o n nécessaire. • densification du milieu liquéfiable (pré­
contraintes maximales de cisaillement égales
Les c o r r é l a t i o n s a c t u e l l e m e n t d i s p o n i b l e s chargement, compactage, vibroflottation,
à 0,65 fois la contrainte maximale d é v e l o p ­
o n t é t é établies à l'origine avec l'essai SPT. etc.) ;
p é e dans le sol par le séisme. On considère
q u e , du p o i n t de vue de la liquéfaction, l'ac­ Les critères de l i q u é f a c t i o n c o r r e s p o n d a n t s • m o d i f i c a t i o n d e s p r o p r i é t é s du m i l i e u par
t i o n d e n c y c l e s é q u i v a l e n t s p r o d u i t les o n t fait l'objet de transpositions à d'autres injection, etc. ;
m ê m e s effets q u e ceux d ' u n séisme réel. Le essais en place c o m m e l'essai au p é n é t r o ­ • c o n s t i t u t i o n de c o l o n n e s d r a i n a n t e s limi­
n o m b r e de cycles équivalents d é p e n d de la m è t r e statique d o n t l'usage est plus r é p a n d u t a n t l'élévation d e s pressions interstitielles ;
magnitude M s (qui s ' e n t e n d c o m m e l a en France. • s u b s t i t u t i o n aux sols liquéfiables de m a t é ­
m a g n i t u d e d é t e r m i n é e sur les o n d e s de sur­ riaux d e caractéristiques p h y s i q u e s a p p r o ­
La m e s u r e en c o n t i n u de l ' é v o l u t i o n de la
face), ou de la d u r é e du séisme. priées c o n v e n a b l e m e n t c o m p a c t é s .
pression interstitielle p r o v o q u é e par le dis­
A t i t r e indicatif, c e t t e m a g n i t u d e M s peut p o s i t i f d'essai à la p r o f o n d e u r c o n s i d é r é e L e m o d e d e f o n d a t i o n d o i t ê t r e a d a p t é aux
ê t r e prise é g a l e à : p e u t faciliter o u v a l i d e r l e d i a g n o s t i c . C e t t e nouvelles c o n d i t i o n s ainsi créées.

-20­
"Conception et la protection parasismiques des ouvrages souterrains"

ANNEXE 2

DEFINITION DE L'ACTION SISMIQUE EN SURFACE

L e c o n t e n u d e c e t t e a n n e x e d é c o u l e direc­ sur un site Sg ou S^ Sur d e s sites S2 ou S3,


t e m e n t de la n o r m e NF P 0 6 - 0 1 3 «Règles les branches d e s c e n d a n t e s C D e t D E s o n t
parasismiques applicables aux bâtiments, r e m p l a c é e s par celles c o r r e s p o n d a n t au
d i t e s règles PS 9 2 » . site S-|.

Pour des a m o r t i s s e m e n t s réduits différents


de 5 %, l ' o r d o n n é e R^ d o i t être m u l t i p l i é e
1 - SPECTRES ELASTIQUES par le facteur (article 5.234 des règles PS 92) :
Pour les c o m p o s a n t e s horizontales d u m o u ­
NORMALISES (ANNEXE I DES v e m e n t , les valeurs d e s p é r i o d e s T , T B C et
RÈGLES PS 92) T D e x p r i m é e s e n s e c o n d e s , e t celles d e s
o r d o n n é e s RA et RM s o n t d o n n é e s dans le
Les s p e c t r e s é l a s t i q u e s n o r m a l i s é s s o n t
t a b l e a u 1 p o u r les q u a t r e t y p e s de site, SQ,
d é f i n i s p o u r la v a l e u r 5 % de l ' a m o r t i s s e ­
S-|, S2 e t S définis dans les règles PS 92
3
| é t a n t l ' a m o r t i s s e m e n t e x p r i m é en p o u r
m e n t r é d u i t . Ils s o n t r a p p o r t é s à la valeur
(cf. articles 5.21 et 5.22 de ces règles). cent.
u n i t é d e l'accélération n o m i n a l e .

Leur f o r m e g é n é r a l e est r e p r é s e n t é e sur la Type Hormis l'utilisation de dispositifs méca­


T„(s) T (s) T (s) RA R
M n i q u e s , l'utilisation d e c e f a c t e u r c o r r e c t i f
d e site c D
f i g u r e 1 d a n s le d i a g r a m m e a c c é l é r a t i o n -
est l i m i t é e à la g a m m e de v a r i a t i o n :
1,0
p é r i o d e avec d e s échelles linéaires sur les
So 0,15 0,30 2,67 2,5
d e u x axes.

Les o r d o n n é e s R (T) s o n t d o n n é e s par les


Si 0,20 0,40 3,20
1,0 2,5 2%<S<30%

s
E

expressions suivantes : 0,30 0,60 3,85 0,9 2,25


2

s 3
0,45 0,90 4,44 0,8 2,0
2 - VITESSES ET
Tableau I - Valeurs des périodes T& Tç, T et des
D
DEPLACEMENTS
ordonnées R^ et R/^ pour les spectres élastiques

normalisés associés aux composantes


Les valeurs d e vitesse e t d e d é p l a c e m e n t ,
horizontales du mouvement
pour une accélération conventionnellement
2
fixée à 1 m / s , s o n t d o n n é e s d a n s le t a b l e a u
Pour la c o m p o s a n t e verticale, le s p e c t r e est 1 de l'annexe 4 du p r é s e n t d o c u m e n t . Pour
c o n s i d é r é c o m m e i d e n t i q u e à celui des une autre valeur de l'accélération, elles
c o m p o s a n t e s horizontales si l'on se t r o u v e varient proportionnellement.

-21 ­
"Conception et la protection parasismiques des ouvrages souterrains"

ANNEXE 3

DETERMINATION DE L'AMPLITUDE DES MOUVEMENTS DE FAILLE

I - LES MOUVEMENTS DE
FAILLE
II y a t r o i s t y p e s é l é m e n t a i r e s de f a i l l e
(figure 1).

• le d é c r o c h e m e n t , q u i est un c o u l i s s a g e
h o r i z o n t a l d ' u n b l o c par r a p p o r t à l'autre ; il
p e u t ê t r e d e x t r e (un o b s e r v a t e u r placé sur
u n d e s blocs e t r e g a r d a n t l'autre v o i t celui-
ci se d é p l a c e r vers sa d r o i t e ) , ou sénestre
d a n s le cas c o n t r a i r e (qui est c e l u i r e p r é ­
s e n t é sur la f i g u r e 1) ;

• la faille n o r m a l e , q u i c o r r e s p o n d à la d e s ­
c e n t e d ' u n b l o c par r a p p o r t à l'autre ;

• la faille inverse, q u i c o r r e s p o n d à la m o n ­ figure / - Les trois types élémentaires de faille :

t é e ( c h e v a u c h e m e n t ) d ' u n b l o c sur l'autre. faille inverse (à gauche), décrochement (au centre) et faille normale (à droite)

Pour la p l u p a r t d e s failles, il y a c o m b i n a i ­
son entre une c o m p o s a n t e de décroche­
cas d ' u n m é c a n i s m e m i x t e ) d é p e n d essen­ Ces f o r m u l e s ne d o i v e n t pas ê t r e a p p l i ­
ment et une c o m p o s a n t e normale ou
t i e l l e m e n t d e l a taille d u s é i s m e , caractéri­ q u é e s p o u r d e s valeurs d e M inférieures à
w
inverse. Pour d e s failles d e g r a n d e e x t e n ­
sée par sa m a g n i t u d e . L'influence du t y p e 5,6 ; c e t t e valeur c o r r e s p o n d s e n s i b l e m e n t
sion, le t y p e de m o u v e m e n t p e u t parfois
d e m o u v e m e n t a aussi é t é é t u d i é e , mais à la l i m i t e inférieure de la taille d e s séismes
varier le l o n g de la faille ; par e x e m p l e , si la
sans résultats v é r i t a b l e m e n t c o n c l u a n t s . d o n t les m o u v e m e n t s d e f a i l l e p e u v e n t
c o m p o s a n t e principale est un décroche­
a v o i r d e s e f f e t s d o m m a g e a b l e s s u r les
ment, la composante secondaire peut Les f o r m u l e s les plus utilisées p o u r le calcul
o u v r a g e s souterrains.
varier du n o r m a l à l'inverse d ' u n e e x t r é m i t é d e l ' a m p l i t u d e d e s m o u v e m e n t s s o n t celles
à l'autre. L ' a m p l i t u d e d e s m o u v e m e n t s est d e Wells e t C o p p e r s m i t h (1994). C o m m e t o u t e s les f o r m u l e s e m p i r i q u e s d e
g é n é r a l e m e n t v a r i a b l e le l o n g de la faille. la s i s m o l o g i e , les é q u a t i o n s 1 et 2 s o n t
E n d é s i g n a n t par A m l'amplitude moyenne
affectées d'une dispersion importante ;
l e l o n g d u plan d e faille e t p a r A e l'ampli­
l ' é c a r t - t y p e y est r e s p e c t i v e m e n t de 0,36 et
tude extrême, toutes deux exprimées en
de 0,42, c'est-à-dire que le rapport de
2 - L'AMPLITUDE DES m è t r e s , on a les relations :
l ' é c a r t - t y p e à la m o y e n n e est de 2,29 p o u r
MOUVEMENTS DE FAILLE log 1 0 A m = -4,80 +0,69 M w (Eq. 1 ) l e d é p l a c e m e n t m o y e n e t d e 2,63 p o u r l e
log 1 0 A = - 5,46 + 0,82 M
e w (Eq. 2 ) déplacement extrême.
L'amplitude des m o u v e m e n t s de faille
(résultante d e s d e u x c o m p o s a n t e s d a n s l e M étant l a magnitude d e moment.
w

-22­
"Conception et la protection parasismiques des ouvrages souterrains"

ANNEXE 4

APPROXIMATION DES MOUVEMENTS SISMIQUES

PAR DES ONDES SINUSOÏDALES

I - INTRODUCTION n u m é r i q u e s d e s a c c é l é r o g r a m m e s (ces d é p l a c e m e n t s à des p a r a m è t r e s f a c i l e m e n t


i n t é g r a t i o n s p r é s e n t e n t u n certain n o m b r e accessibles du m o u v e m e n t sismique, à
II est assez f r é q u e n t d ' a v o i r à r e p r é s e n t e r le d e difficultés p r a t i q u e s , q u i n e s e r o n t pas savoir l'accélération m a x i m a l e A, la vitesse
m o u v e m e n t s i s m i q u e par une o n d e sinusoï­ é v o q u é e s ici). La f i g u r e 1 m o n t r e un t e l m a x i m a l e V et le d é p l a c e m e n t m a x i m a l D.
d a l e , où le d é p l a c e m e n t u d e s p o i n t s du sol tracé, o b t e n u pour la composante N o r d - Ces q u a n t i t é s p e u v e n t , en p r i n c i p e , se lire
est d o n n é par une e x p r e s s i o n de la f o r m e : S u d d e l ' e n r e g i s t r e m e n t d e T o l m e z z o lors sur l e s p e c t r e d e r é p o n s e , s i c e l u i - c i e s t
d u séisme d u Frioul (Italie d u N o r d ) d u tracé dans le d i a g r a m m e quadrilogarith­
06/05/1976. m i q u e de la m a n i è r e suivante (figure 2).

On constate visuellement que la partie L ' a c c é l é r a t i o n A c o r r e s p o n d à la c o n v e r ­


x é t a n t la c o o r d o n n é e parallèle à la direc­
f o r t e d e l'accélération est c o n c e n t r é e dans gence des courbes d'amortissements diffé­
t i o n de p r o p a g a t i o n , t le t e m p s , w la pulsa­ rents a u d e l à d e l a f r é q u e n c e d e c o u p u r e
l'intervalle d e t e m p s 4s-8s e t c o m p o r t e une
t i o n , c la vitesse de p r o p a g a t i o n et ô l'am­ douzaine d'alternances, ce qui correspond (en g é n é r a l de l'ordre de 30Hz), le d é p l a c e ­
plitude de l'onde. à u n e f r é q u e n c e a p p a r e n t e de 3Hz e n v i r o n . m e n t D à la c o n v e r g e n c e de ces c o u r b e s
De telles expressions p e r m e t t e n t n o t a m ­ Pour la vitesse, on r e t r o u v e c e t t e f r é q u e n c e aux basses f r é q u e n c e s (en g é n é r a l en d e s ­
m e n t d'estimer par des formules simples dans le m ê m e intervalle, mais on p e u t sous de 0,1 Hz). Pour la vitesse, on ne p e u t
les d é f o r m a t i o n s i m p o s é e s aux t u n n e l s e t observer une m o d u l a t i o n à fréquence q u e d o n n e r une r è g l e a p p r o x i m a t i v e e m p i ­
aux canalisations e n t e r r é e s . b e a u c o u p plus basse q u i est s u r t o u t visible rique, selon laquelle V est s e n s i b l e m e n t
a p r è s 8s, m a i s a f f e c t e aussi l e d é b u t d u é g a l e à l ' o r d o n n é e du p l a t e a u en p s e u d o ­
Le c h o i x des p a r a m è t r e s œ, c et ô, q u i carac­
signal (entre 0 et 4s). Pour le d é p l a c e m e n t , vitesse PSV p o u r l ' a m o r t i s s e m e n t de 20 %.
térisent l'onde sinusoïdale, est s o u v e n t
c'est c e t t e oscillation l e n t e , c o r r e s p o n d a n t En p r a t i q u e , il a r r i v e s o u v e n t q u e les
assez d é l i c a t en raison de la c o m p l e x i t é d e s
visuellement à une p é r i o d e de l'ordre de spectres ne soient pas tracés aux fré­
m o u v e m e n t s sismiques réels. Le b u t de
10s ( f r é q u e n c e de 0,1 Hz) q u i d o m i n e large­ quences très basses, ou q u e la c o u r b e
c e t t e a n n e x e 4 est de f o u r n i r q u e l q u e s i n d i ­
m e n t , l'effet d e s hautes f r é q u e n c e s se limi­ d ' a m o r t i s s e m e n t 20 % m a n q u e , ce qui
c a t i o n s sur les possibilités q u i s ' o f f r e n t au
t a n t à de petites fluctuations p e n d a n t la e m p ê c h e de d é t e r m i n e r D ou V par c e t t e
p r o j e t e u r p o u r a b o u t i r à un c h o i x m o t i v é .
p a r t i e f o r t e de l ' a c c é l é r o g r a m m e , de 4s à méthode.
8s. Des t e n d a n c e s a n a l o g u e s s o n t g é n é r a ­
O n p e u t pallier les insuffisances d u s p e c t r e
l e m e n t o b s e r v é e s q u a n d o n d i s p o s e d'ac­
en utilisant d e s c o r r é l a t i o n s e m p i r i q u e s (lois
2 - FREQUENCES célérogrammes bien corrigés, c'est-à-dire
d ' a t t é n u a t i o n d e l a vitesse o u d u d é p l a c e ­
PREDOMINANTES DES d o n t l ' i n t é g r a t i o n n e p r é s e n t e pas d e p h é ­
ment, qui nécessitent de connaître la
nomènes de dérive numérique, particuliè­
MOUVEMENTS SISMIQUES rement pour le déplacement.
m a g n i t u d e et la distance de la source sis­
m i q u e ) ou d e s t a b l e a u x à caractère r é g l e ­
Le terme de fréquence prédominante d'un O n p e u t essayer d e relier ces f r é q u e n c e s m e n t a i r e (s'ils f o n t p a r t i e d e s d o c u m e n t s d u
signal s i s m i q u e est s o u v e n t e m p l o y é mais p r é d o m i n a n t e s p o u r les accélérations et les m a r c h é ) c o m m e les R e c o m m a n d a t i o n s
rarement défini. Lorsqu'on dispose d'une
d e s c r i p t i o n précise d u signal, u n e d é f i n i t i o n
c o u r a m m e n t a d o p t é e a é t é d o n n é e d a n s le
c h a p i t r e 4 en C 4 . U n e m a n i è r e plus é l é m e n ­
taire d'associer u n e f r é q u e n c e à un accélé­
r o g r a m m e consiste à c o m p t e r le n o m b r e
d ' a l t e r n a n c e s positives et n é g a t i v e s d a n s la
p a r t i e f o r t e . M a i s les f r é q u e n c e s ainsi
déterminées, qui sont généralement de
l'ordre d e q u e l q u e s Hertz, n e caractérisent
q u e les a c c é l é r a t i o n s c'est-à-dire la p a r t i e
«hautes et moyennes fréquences» du
s i g n a l . Les d é p l a c e m e n t s , q u i s o n t p l u s
i m p o r t a n t s q u e les accélérations p o u r l'esti­
m a t i o n des d é f o r m a t i o n s i m p o s é e s aux
o u v r a g e s souterrains, c o r r e s p o n d e n t à d e s
f r é q u e n c e s b e a u c o u p plus basses. Pour les
m e t t r e en é v i d e n c e , il f a u t t r a c e r les varia­
t i o n s d e l a vitesse e t d u d é p l a c e m e n t e n
Figure I : Variations en fonction du temps de l'accélération, de la vitesse et du déplacement (de haut en bas) pour
fonction du temps au moyen d'intégrations la composante Nord-Sud enregistrée à Tolmezzo pendant le séisme du Frioul du 06/0511976 (Despeyroux, 1985).

-23­
"Conception et la protection parasismiques des ouvrages souterrains"

p é t a n t en p r a t i q u e v o i s i n de 1 (0,91 p o u r
r = 3 ; 0 , 9 7 p o u r r = 9 ) . On v o i t q u e le
d é p l a c e m e n t est c o n t r ô l é par la c o m p o ­
sante u j , l'accélération par l a c o m p o s a n t e
u a e t q u e les d e u x c o m p o s a n t e s o n t l e
m ê m e p o i d s p o u r la vitesse.

Les f r é q u e n c e s f et f^ d e s accélérations et
a

des d é p l a c e m e n t s s o n t d o n c , d ' a p r è s Eq 2
e t Eq 3 :

figure 2 - Spectre de réponse en diagramme quadrilogarithmique montrant la détermination de

A (accélération asymptotique à haute fréquence), D (déplacement asymptotique à basse fréquence)

et V (plateau en pseudo-vitesse pour un amortissement de 20 %)

AFPS 9 0 p a r a g r a p h e s 5.5 e t 5.6, q u i d o n ­


n e n t les c o r r e s p o n d a n c e s s u i v a n t e s e n
f o n c t i o n de la n a t u r e du site (tableau 1)

Une m a n i è r e s i m p l e d e r e n d r e c o m p t e d u
d o n t on s u p p o s e q u ' i l est s u p é r i e u r à u n , ce
c o m p o r t e m e n t o b s e r v é sur la f i g u r e 1
q u i e s t l e cas e n p r a t i q u e , c o m m e o n l e
consiste à r e p r é s e n t e r le m o u v e m e n t sous
v e r r a p l u s l o i n p o u r les e n r e g i s t r e m e n t s
la f o r m e d ' u n e s o m m e de d e u x sinus, l'un à
réels. Le t a b l e a u 1 d o n n e d e s valeurs de r
h a u t e f r é q u e n c e (accélérations) et l'autre à
e n t r e 6 et 8.
basse f r é q u e n c e ( d é p l a c e m e n t s ) . Pour q u e
c e t t e s o m m e r e p r o d u i s e d e s valeurs d o n ­ En p o s a n t :
nées A, V, D d e s m a x i m u m s de l'accéléra­
t i o n , d e l a vitesse e t d u d é p l a c e m e n t , i l f a u t
p r e n d r e les expressions suivantes d e s d e u x
t e r m e s u e t u^.
a

o n m o n t r e f a c i l e m e n t q u e les valeurs m a x i ­
males d e s m o d u l e s d e ua, u d e t d e leurs
d é r i v é e s par r a p p o r t a u t e m p s , v é r i f i e n t les
relations :

q u i c o ï n c i d e n t avec les é q u a t i o n s 11 et 12
p o u r r = 4.

L'application d e s é q u a t i o n s 9 , 1 0 , 1 3 et 14 à
Type de site V (cm/s) D (cm) , AL)
A (cm/s ') des e n r e g i s t r e m e n t s réels est p r é s e n t é e
V
dans le t a b l e a u 2, q u i r a s s e m b l e 22 e n r e g i s ­

s 0
100 6 3 8,33
t r e m e n t s effectués d a n s la z o n e é p i c e n t r a l e
de 18 séismes r e p r é s e n t a n t la g a m m e d e s
Si 100 8 5 7,81 m a g n i t u d e s utiles e n g é n i e p a r a s i s m i q u e

s 2
100 10 7 7,00 ( d e 4 , 5 à 8 ) . Les a c c é l é r o g r a m m e s s o n t

s
r e p r é s e n t é s à la m ê m e échelle sur la f i g u r e
100 12 9 6,25
3 2 ce q u i p e r m e t d ' a p p r é c i e r v i s u e l l e m e n t la
2
variabilité des m o u v e m e n t s sismiques
Tableau I : Valeurs de la vitesse et du déplacement, pour une accélération A de 100 cmls , en fonction du type de
site dans les Recommandations AFPS 90. Pour d'autres valeurs de A, V et D varient proportionnellement
(Hudson,1988):
2

La dernière colonne donne le rapport adimensionnel ADIV

-24­
"Conception et la protection parasismiques des ouvrages souterrains"

N° Séisme et station

1 S t o n e C a n y o n 1 9 7 2 , M e l e n d y Ranch 4,6 697 19,5 0,6 1,10 7,40 5,97 3,97 4,93

2 Port H u e n e m e 1957 4,7 167 17,9 4,0 2,08 2,56 2,14 0,41 0,49

3 A n c o n a 1 9 7 2 , Rocca 4,9 598 9,4 0,7 4,74 19,12 22,04 1,13 0,98

4a San Fransisco 1 9 5 7 , G o l d e n G â t e Park 5,3 118 4,6 0,8 4,45 7,68 8,61 0,49 0,43

4b San Fransisco1957, State B u i l d i n g 5,3 98,1 5,1 1,1 4,15 5,73 6,24 0,39 0,36

5 Lytle C r e e k 1 9 7 0 5,4 196 9,6 1,0 2,13 5,62 4,74 0,88 1,05

6a Parkfield 1 9 6 6 , T e m b l o r 5,6 402 22,5 5,5 4,37 5,34 5,94 0,35 0,31

6b Parkfield 1 9 6 6 , s t a t i o n 2 5,6 500 77,9 26,3 2,17 1,77 1,50 0,27 0,32

6c Parkfield 1 9 6 6 , s t a t i o n 5 5,6 461 25,4 7,1 5,07 5,48 6,50 0,30 0,25

6d Parkfield 1 9 6 6 , s t a t i o n 8 5,6 275 11,8 3,9 7,69 7,17 10,29 0,25 0,17

7 San Salvador 1 9 8 6 , G I C 5,6 677 80,0 11,9 1,26 1,96 1,51 0,74 0,95

8 Helena1935 6,0 157 13,3 3,7 3,28 3,45 3,40 0,31 0,32

9 M a n a g u a 1972 6,2 373 37,7 14,9 3,91 2,93 3,11 0,22 0,20

10 C o a l i n g a 1 9 8 3 , Pleasant Valley 6,2 589 59,8 28,2 4,64 2,96 3,38 0,18 0,16

11 Koyna 1 9 6 7 , Koyna D a m 6,5 618 30,0 10,1 6,94 6,31 8,64 0,25 ,018

12 Impérial Valley 1979, B o n d s C o r n e r 6,5 765 44,2 16,9 6,62 5,29 7,09 0,22 0,16

13 Impérial Valley 1940, El C e n t r a 6,7 353 33,4 10,9 3,45 3,10 3,12 0,21 0,26

14 M o n t é n é g r o 1 9 7 9 , Petrovac 7,0 441 39,4 13,7 3,90 3,32 3,52 0,25 0,23

15 Olympia 1949 7,1 304 17,0 10,4 10,94 5,56 9,41 0,13 0,079

16 Tabas1978 7,4 853 121 94,6 5,51 2,14 2,63 0,11 0,087

17 Valparaiso 1985, Llolleo 8,0 608 42,8 17,2 5,71 4,31 5,40 0,21 0,17

18 M e x i q u e 1 9 8 5 , Zacatula 8,1 245 29,3 8,2 2,34 2,34 2,04 0,32 0,37

Tableau 2 - 22 enregistrements d'accélérogrammes horizontaux en zone épicentrale correspondant à 18 séismes de magnitude variant de 4,6 à 8,1 ;
A : accélération maximale ; V : vitesse maximale ; D : déplacement maximal ; f ai et f i : fréquences prédominantes de l'accélération calculée par Eq. 9 (f j) et Eq. 13 (f 2J ;
a a a

fdl et
fd2 '• fréquences prédominantes du déplacement calculée par Eq. 10 (fj;) et Eq. 14 (f^). Ces accélérogrammes sont tracés sur la figure 3 suivante.

Le tableau 2 montre que le rapport r = A D / V 2


d e l'aléa s i s m i q u e , ainsi q u e d e l ' i n c e r t i t u d e q u e l q u e s centaines d e m è t r e s , o u d u kilo­
est p r e s q u e t o u j o u r s c o m p r i s e n t r e 2 et 8 qui affecte la d é t e r m i n a t i o n de certains m è t r e , a mis e n é v i d e n c e q u e l a v i t e s s e
(avec s e u l e m e n t trois exceptions c o r r e s p o n ­ p a r a m è t r e s d u m o u v e m e n t , n o t a m m e n t les apparente de p r o p a g a t i o n dans la direction
d a n t aux numéros 1 (r = 1,10), 7 (r = 1,26) et déplacements. h o r i z o n t a l e é t a i t d e l'ordre d u k m / s , m ê m e
15 (r = 10,94). Les cas où r est proche de 1 (n° 1 là où les t e r r a i n s s u p e r f i c i e l s a v a i e n t d e s
et 7) c o r r e s p o n d e n t à des cas où le signal est vitesses d ' o n d e ( o n d e S en particulier) n e t ­
d o m i n é par une oscillation de très f o r t e t e m e n t plus faibles. O n p e u t a t t r i b u e r c e t
a m p l i t u d e : on est alors dans des conditions
3 - VITESSE APPARENTE DE effet à l'influence p r é p o n d é r a n t e des
similaires à une sinusoïde (pour laquelle on PROPAGATION DES ONDES c o u c h e s d u r e s en p r o f o n d e u r sur la c i n é ­
aurait r = 1). SINUSOÏDALES t i q u e des m o u v e m e n t s sismiques, e t a u fait
q u e les o n d e s d i t e s d e surface c o n c e r n e n t
C o m p t e t e n u de ces valeurs de r, le calcul
Les f o r m u l e s p r é s e n t é e s p r é c é d e m m e n t les t e r r a i n s s i t u é s à d e s p r o f o n d e u r s d e
des fréquences p r é d o m i n a n t e s f et f^ d o n n e
a
p e r m e t t e n t de choisir les p a r a m è t r e s ô et m l ' o r d r e d e leur l o n g u e u r d ' o n d e , s o i t p l u ­
en général des résultats voisins, q u e l'on uti­
dans l'expression E q . 1 de l ' a p p r o x i m a t i o n sieurs c e n t a i n e s d e m è t r e s p o u r d e s f r é ­
lise les formulations Eq. 9 - Eq. 10 ( f i et f^ a

sinusoïdale du m o u v e m e n t sismique. Il q u e n c e s d ' e n v i r o n 1 H z . S i les c o u c h e s


dans le tableau) ou Eq. 13 - Eq. 14 (colonnes
reste à choisir la vitesse de p r o p a g a t i o n c, superficielles p e u v e n t influer f o r t e m e n t sur
f 2 e t f ^ ) . A une e x c e p t i o n près (accéléro­
a

g r a m m e n° 3), les fréquences fa varient t y p i ­ q u i n'est pas n é c e s s a i r e m e n t é g a l e à la l ' a m p l i t u d e d e s m o u v e m e n t s (effet d e site),

q u e m e n t de 2 à 10 Hz et, à d e u x exceptions vitesse locale d e s o n d e s sismiques P ou S elles ne s o n t pas les seules à c o n t r ô l e r la


près ( a c c é l é r o g r a m m e s n° 1 et 3), les f r é ­ classiquement considérées en sismologie. vitesse d e p r o p a g a t i o n .
quences f d sont dans l a g a m m e 0 , 1 - 1 Hz..
En e f f e t , l ' é t u d e de s i g n a u x sismiques e n r e ­ D a n s la d i r e c t i o n v e r t i c a l e , par c o n t r e , ce
C e s r é s u l t a t s p a r a i s s e n t assez c o h é r e n t s gistrés en plusieurs p o i n t s disposés suivant s o n t b i e n les c o n d i t i o n s locales q u i d é t e r ­
mais il f a u t ê t r e c o n s c i e n t de la variabilité une ligne, à des distances de l'ordre de m i n e n t la p r o p a g a t i o n d e s o n d e s .

-25­
"Conception et la protection parasismiques des ouvrages souterrains"

Figure 3 - Accélérogrammes horizontaux tracés à la même échelle

-26­
"Conception et la protection parasismiques des ouvrages souterrains"

A d é f a u t d ' é t u d e s précises, o n p e u t e s t i m e r
la vitesse a p p a r e n t e de p r o p a g a t i o n en f a i ­
sant la m o y e n n e d e s vitesses d ' o n d e s d e s
t e r r a i n s sur u n e l o n g u e u r é g a l e à la l o n ­
g u e u r d ' o n d e L d a n s la d i r e c t i o n p e r p e n d i ­
culaire à la d i r e c t i o n de p r o p a g a t i o n . Pour
u n e p r o p a g a t i o n h o r i z o n t a l e d a n s u n site
où la vitesse d ' o n d e s d e s terrains varie sui­
v a n t une loi c(z) d o n n é e , z é t a n t la p r o f o n ­
d e u r m e s u r é e à p a r t i r de la s u r f a c e , cela
r e v i e n t au s c h é m a suivant (figure 4).

Pour une p r o p a g a t i o n verticale dans un site à


stratigraphie horizontale, ce schéma d o n n e
b i e n p o u r c la v a l e u r l o c a l e de la v i t e s s e
d'ondes.

figure 4 - Détermination de la vitesse apparente de propagation c par l'intersection

de la courbe c (A) (valeur moyenne de la vitesse des ondes entre la surface et une profondeur quelconque A)

et de la droite F = AIT, T étant la période de l'onde sinusoïdale considérée.

ANNEXE 5

EXPRESSION DES SOLLICITATIONS SISMIQUES DANS LE PLAN

DE LA SECTION DROITE D'UN TUNNEL CIRCULAIRE ET

DETERMINATION DES COEFFICIENTS DE RAIDEUR

5.1 EXPRESSION DES D'après certaines observations, le glissement

SOLLICITATIONS SISMIQUES à l ' i n t e r f a c e s o l - s t r u c t u r e lors d ' u n s é i s m e


n'est possible q u e p o u r les tunnels creusés
DANS LE PLAN DE LA e n t e r r a i n m o u , o u l o r s q u e l ' i n t e n s i t é sis­
SECTION DROITE D'UN où V m a x effort tranchant maximal m i q u e est très i m p o r t a n t e . Pour la p l u p a r t
TUNNEL CIRCULAIRE M m o m e n t d e flexion maximal
des tunnels, la c o n d i t i o n à l'interface se situe
m a x
entre le glissement t o t a l et l'adhérence. Il est
Pour un t u n n e l à r e v ê t e m e n t circulaire et àd d é f o r m a t i o n diamétrale d o n c nécessaire d ' e x a m i n e r les d e u x cas et
élastique, creusé dans un milieu infini, h o m o ­ d de retenir le plus critique p o u r le d i m e n s i o n -
g è n e , élastique et isotrope, et dans l'hypo­ nement.
Ka coefficient adimensionnel de
thèse d ' u n glissement t o t a l à l'interface sol-
réponse du revêtement en La c o n d i t i o n de glissement t o t a l f o u r n i t les
s t r u c t u r e , Burns & Richard (1964), H o e g
c o n d i t i o n d e glissement t o t a l valeurs de M m a x et de Dd les plus conserva­
(1968), Peck - H e n d r o n - Mohraz (1972) pro­
trices. En revanche, la c o n d i t i o n d ' a d h é r e n c e
p o s e n t les f o r m u l e s suivantes p o u r d é t e r m i ­ F coefficient a d i m e n s i o n n e l de
flexibilité d o i t être considérée p o u r le calcul de Vmax.
ner les sollicitations sismiques :
Schwartz & Einstein (1980) p r o p o s e n t dans
Y distorsion maximale en champ
m a x
ce cas la f o r m u l e suivante :
libre

E m o d u l e d'élasticité du terrain

v coefficient de Poisson du terrain

r rayon du tunnel

Eb m o d u l e d'élasticité du revête­
m e n t d u tunnel

coefficient de Poisson du revête­


ment du tunnel

I m o m e n t d'inertie du r e v ê t e m e n t
d u tunnel

-27­
Conception et la protection parasismiques des ouvrages souterrains"

Kp coefficient adimensionnel de par divers auteurs p o u r les ressorts n o r m a u x unité fictif dans le sens horizontal d ' u n e part,
réponse du revêtement en condi­ à l'enveloppe des ouvrages : et dans le sens vertical d'autre part.
tion d'adhérence
a) S c o t t (1973) : la f o r m u l e s'écrit : C e t t e m é t h o d e a l'avantage de f o u r n i r les
C c o e f f i c i e n t a d i m e n s i o n n e l de c o m ­ valeurs de raideur t a n t p o u r les ressorts nor­
pressibilité maux q u e p o u r les ressorts t a n g e n t s .

e épaisseur du r e v ê t e m e n t du t u n n e l d) S y n t h è s e

Le c o e f f i c i e n t de f l e x i b i l i t é F e s t s o u v e n t La variabilité des résultats selon la m é t h o d e


considéré c o m m e le plus i m p o r t a n t car il t r a ­ H est la hauteur de l'ouvrage, v le coefficient employée c o m m e selon la configuration
d u i t l'aptitude du r e v ê t e m e n t à résister à la de Poisson du sol et G son m o d u l e de g é o m é t r i q u e c o n d u i t à préconiser p o u r ces
distorsion i m p o s é e par le terrain. cisaillement. r e c o m m a n d a t i o n une valeur forfaitaire très
simple :
Pour la p l u p a r t des tunnels circulaires obser­ C e t t e f o r m u l e est censée a p p l i c a b l e aux
vés, le coefficient de flexibilité est suffisam­ ouvrages rigides par r a p p o r t au terrain
m e n t g r a n d (F > 20) p o u r q u e l'effet d'inter­ encaissant. Une valeur m o i t i é est r e c o m m a n ­
action sol-structure puisse ê t r e i g n o r é (Peck, d é e p o u r des ouvrages souples.
1972). Dans ce cas, les distorsions subies par
b) V e l e t s o s (1994) : la f o r m u l e s'écrit :
le r e v ê t e m e n t p e u v e n t ê t r e raisonnablement C e t t e valeur p o u v a n t être admise p o u r l'en­
c o n s i d é r é e s égales à celles du t e r r a i n n o n semble des ressorts d ' i n t e r a c t i o n .
excavé.
La valeur p r o p o s é e p o u r les ressorts d'inter­
action p o u r l'analyse selon l'axe de l'ouvrage
t i e n t c o m p t e de l'intégration sur la hauteur
C e t t e f o r m u l e est é g a l e m e n t censée s'appli­
5.2 - DETERMINATION DES q u e r à un o u v r a g e p a r f a i t e m e n t r i g i d e .
de l'ouvrage, ainsi q u e de l'addition de l'in­

COEFFICIENTS DE RAIDEUR t e r a c t i o n sur les d e u x côtés a m o n t et aval.


c) Règles j a p o n a i s e s D ' o ù la valeur p r o p o s é e :
Il existe diverses m é t h o d e s de d é t e r m i n a t i o n
Les règles japonaises, p l u t ô t q u e de p r o p o ­ K=G
de ces coefficients de raideur q u i s o n t h o m o ­
ser une f o r m u l e , p r é f è r e n t r e c o m m a n d e r un
gènes à des pressions.
calcul préalable aux é l é m e n t s finis consistant
Pour les actions dans le plan de la section à d é t e r m i n e r les réactions du terrain encais­
droite, des formules ont été d é v e l o p p é e s s a n t sur l ' o u v r a g e p o u r u n d é p l a c e m e n t

-28­
"Conception et la protection parasismiques des ouvrages souterrains"

ANNEXE 6

COMPARAISONS ENTRE LES RECOMMANDATIONS RELATIVES

AUX CANALISATIONS ENTERREES ET CELLES PROPOSEES ICI POUR

LES OUVRAGES HORIZONTAUX, LES FORAGES ET LES PUITS

C A N A L I S A T I O N S ENTERREES OUVRAGES HORIZONTAUX FORAGES PUITS


(cf. c a h i e r 1 5 ) (présent document)
Domaine d'application

Clairement faible profondeur Toutes profondeurs Profond Profond

Remblayée Renforcés ou non après creusement Cimentation des terrains «peu perturbés» Renforcement du terrain et revêtement

Grande longueur Longueurs plus faibles Longueur variable (10-1 m)

Données géologiques/ géotechniques

Horizons géologiques Variés/cartographiés Reconnaissance géologique Reconnaissance succincte et locale (logs) Reconnaissance géologique

Pas de géotechnique Reconnaissance géotechnique Géophysique et qualitatif essentiellement Reconnaissance géotechnique

Liquéfaction à analyser Généralement pas de problème Pas de problème de liquéfaction Pas de problème de liquéfaction sauf tête
de liquéfaction de puits

Mouvement de surface à considérer Surveillance de la subsidence Mouvement de surface mais influence non Analyse spécifique des têtes de puits
(glissements de terrain) fondamentale sauf positionnement de la tête

Failles actives a priori identifiées Failles actives a priori identifiées Activité éventuelle inconnue Etude possible en cours de travaux ­
dispositions constructives possibles et à éviter - identification et disposition dispositions constructives possibles
constructives «délicates»

Diamètre de l'étude «cana» Pas de limitation de diamètre Gamme analogue Gamme 2 m et plus
114.3* 1016 mm

Sol dominant Généralement rocher dominant Rocher dominant Rocher dominant

Def. Action sismique

Chapitre sollicitation sismique dans cahier Chapitre action sismique Concepts réutilisables Concepts réutilisables
technique recommandations n° 15

Pas de détermination de C (= 1000 m/s) Log sismique recommandé + chapitre C > 1000 m/s - log sismique recommandé C > 1000 m/s - log sismique recommandé
Caractérisation du milieu hôte + étude géotechnique

Vérif. Tenue mécanique

Vérification tenue mécanique Vérification tenue mécanique (chapitre Concept réutilisable Concept réutilisable si puits circulaire
(§ 4 du cahier technique n° 15) Calcul des effets de l'action sismique
sur les ouvrages enterrés)

Parties non droites étudiées Parties non droites non modélisables Parties non droites exceptionnelles Les sorties de puits (jonction/recettes)
actuellement sont des ouvrages particuliers

D I S P O S I T I O N S C O N S T R U C T I V E S / T R A V E R S E E S D E FAILLES

Disposition constructive simple Dispositions constructives adaptables Elargissement envisageable mais coûteux Dispo constructive adaptable
par élargissement et délicat, possibilité tube de production

Orientation/faille possible Orientation/faille quelquefois possible Pas de choix mais les failles horizontales Pas de choix mais les failles horizontales
sont exceptionnelles sont exceptionnelles

Points particuliers ancrage/ Renforcement adapté par zone Cimentation généralement linéaire Renforcement adapté par zones est la règle
coudes déconseillés

Accroissement d'épaisseur possible Choix à finir entre ductilité Possibilité de ductilité accrue Ductilité possible, zone et amplitude de
et rigidification (tube de production) déformation anticipable

Remblai contrôlable Eviter les bétons pour la cimentation Acier dans béton systématisé

Soudures vérifiables Attention particulière aux changements Possibilité d'éviter les vissages (soudure Attention particulière aux changements
de types de renforcement impérative pour les casings cimentés) de type de renforcement

Conditions d'application rédigées Conditions d'application rédigées A revoir, non forcement typique du vertical A revoir, non forcement typique du vertical

Préconisations et caractéristiques Pas de préconisations spécifiques Caractéristiques d'aciers différentes Caractéristiques d'aciers différentes
d'aciers définies des aciers des « canalisations» des «canalisations»

Inspections/réparations faciles Inspections/réparations difficiles Inspections/réparations difficiles Inspections/réparations difficiles

llotage possible des réseaux Sectionnements généralement Vannes de sécurité fond possibles Sectionnements généralement
non envisagés non envisagés

-29­
âNNEXI 7
DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES VIS-A-VIS DU RISQUE SISMIQUE
POUR LES OUVRAGES SOUTERRAINS
ANNEXE 7.1 : SYNTHESE DES REPONSES AU QUESTIONNAIRE D'ENQUETE

MILIEU HOTE DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES


OUVRAGE TYPE STRUCTURE
ET Z O N A G E SISMIQUE ET C O M M E N T A I R E S

NOM TYPE LONGUEUR ANNEE ZONAGE


CONSTRUCTION SISMIQUE MILIEU HOTE
France (*)

Tranchée c o u v e r t e de C A P d ' A I L ­ Ferroviaire 30 m 1996 II Tufs et Eboulis Tunnel c a d r e en B.A.25 L é g è r e a u g m e n t a t i o n du % a r m a t u r e s et


MONACO j o i n t sismique à la t ê t e de l ' o u v r a g e (pas
d e c o n t i n u i t é m é c a n i q u e d u B.A.)

Tunnel de L A M B E S C ­ Ferroviaire 555 m 1996/1998 II Calcaires Tunnel p l e i n cintre


TGV Méditerranée argiles marneuses BA 32 non armé

Tunnels d ' A N N E C Y Ferroviaire TC 398 m 1961 Ib Tout-venant Tranchée c o u v e r t e b é t o n Pas d e d é g â t s c o n s t a t é s après s é i s m e d u


i i g n e AIX - A N N E M A S S E 15/07/1996 d'Annecy (magnitude de - 5 )
O
• T379 m 1878/1880 lb Molasse Tunnel M a ç o n n e r i e
T260m 1878/1880 Ib Molasse Tunnel M a ç o n n e r i e

T U N N E L SOUS L A M A N C H E Ferroviaire 50 km dont 1986-1993 0 Circulaire a v e c voussoirs Dispositions c o n s t r u c t i v e s p o u r les


2 t u b e s 0 7,60 m 37 km sous B.A et l o c a l e m e n t f o n t e équipements 1 galerie 0 4 , 8 0 m
la M a n c h e surface
Craie

Stations d u M E T R O D'ATHENES Ferroviaire 16 m x 12 m 1995 -1998 Il (**) Schistes altérés O v o ï d e b é t o n armé A u c u n e influence
(station o v o ï d e )

1 6 / 3 0 m x20m 1995 -1998 Il (**) t r a n c h é e c o u v e r t e B.A. A r m a t u r e s d i m e n s i o n n é e s par la c h a r g e


(station t r a n c h é e (voiles, p o t e a u , plancher) d i s s y m é t r i q u e de la station semi e n t e r r é e
couverte)

Tunnel d u S O M P O R T Routier 8 597 m 1 9 9 4 ­ 1997 Ib Pelites, grès Voûte b é t o n coffré A l é a sismique pris e n c o m p t e p o u r les
B 25 n o n a r m é usines d e v e n t i l a t i o n aux d e u x t ê t e s
2
p l e i n cintre 7 5 m (2747+5850) Schistes et calcaire Dalle d e v e n t i l a t i o n
B 35 a r m é e

Galeries minières d e K A M E S H I Ouvrage minier ~ 1000 m e


D é b u t XIX ™ granodiorite Section f e r à cheval Pas de d i s p o s i t i o n s constructives
(Japon) Fer à cheval sur 3 niveaux Sans r e v ê t e m e n t
(140, 3 0 0 e t 6 0 0 m)

R e n s e i g n e m e n t s f o u r n i s par : C A M P E N O N - B E R N A R D , C E T U , SETEC, S N C F
(*) d é c r e t 9 1 - 4 6 1 a p p l i c a b l e aux o u v r a g e s de surface ; - (**) règlement grec.
"Conception et la protection parasismiques des ouvrages souterrains"

ANNEXE 7.2 : PRINCIPES ET ILLUSTRATIONS DE DISPOSITIONS CONSTRUCTIVES

-31 ­
"Conception et lo protection parasismiques des ouvrages souterrains"

figure 3a
Coupe transversale
du tunnel

-32­