Vous êtes sur la page 1sur 4

Idées Gaëtan Bertrand

"La principale différence entre vous et M. Hollande c'est l'âge."


"J'espère que M. Macron ne se sentira pas obligé de quitter le
plateau..." avant de dérouler un argument
"Vous savez que si vous vous retrouvez face à M. Trump vous
n'allez pas pouvoir vous enfuir comme vous avez menacé de le
faire ce soir ?"
"Vous êtes un caméléon lâché sur un patchwork : vous changez
sans cesse de couleur et de discours selon l'auditoire. Mais votre
vrai visage, c'est celui de la finance, c'est celui de la soumission
aux intérêts des riches et des puissants."
S'il dit un truc en mode "votre programme économique serait une
catastrophe" > couper et dire "Pour la finance qui vous soutient"
(esprit "because you'd be in jail")
Macron a un tic de langage, il prononce très souvent "désolé de
vous le dire" > répondre "Désolée de vous l'entendre dire/le faire
dire" (puis relever et faire remarquer ce tic, pour que ça soit un
peu chiant pour les téléspectateurs qui l'entendront ensuite. C'est
comme quand tu repères un détail gênant dans un film, ou un tic
chez un ami : ça irrite et le rend très antipathique car tu ne peux
pas ne pas le voir et ça fait "robot")

"Dimanche, dans tous les cas, une femme sera au pouvoir : moi, ou
Mme Merkel."

"La France ne peut se mettre En Marche si elle traîne le boulet de


l'Union européenne."

Idées Vardon
Une série ferme, claire de "vous/moi" :
Vous voyez, tout nous oppose : vous êtes passifs face aux
délocalisations, moi je serai la présidente de la relocalisation des
usines / vous êtes l'artisan de toutes les dérégulations, moi je serai la
présidente de la protection / vous êtes le partisan d'une
mondialisation conduisant à l'uniformité, je défends un monde
respectueux des identités et souverainetés.

Quelque chose sur la mère qui protège, connaît les problèmes :

Vous voyez, je suis mère de famille, et sans doute cela change mon
regard sur les choses c'est vrai.
Je sais ce que c'est d'avoir peur très concrètement pour l'avenir de
ses enfants, et même pour leur sécurité.

Parce que nous vivons aujourd'hui dans un Monde où le pire peut


surgir à chaque instant - dans un concert, un stade, sur une terrasse,
en bord de mer, dans une église. Eh bien Ca, je ne peux pas
l'admettre, et je Ne peux pas comme votre soutien Manuel Valls
considérer qu'il faut s'y habituer ou comme vous que c'est un
impondérable.

M. Macron, la France ce n'est pas une start-up, la vie ce n'est pas un


algorithme, les Françaises et les Français ce ne sont pas que des
consommateurs ou des unités de production.

Divers
"J'étais avec les pêcheurs au Grau du Roi, Macron était avec Paris
Match à Deauville. Chacun sa politique maritime"
Il faut cesser de gouverner la France par la peur, or vous
gouvernez en permanence en faisant peur aux Français.
Votre projet divise, votre projet est fondé sur la division de la
France en communautés, votre projet méconnaît l’unité du peuple.
Face à un banquier, les Français n’ont pas envie de tous se
retrouver interdits bancaires.
Macron : Vous êtes dans la politique depuis 20 ans
Marine : En effet, je combats depuis 20 ans le système auquel vous
appartenez et qui détruit la France depuis 20 ans.
Vous avez passé votre campagne de second tour dans des
cérémonies mémorielles. Cela ressemble déjà furieusement au
quinquennat de François Hollande, où il a passé son temps dans
les cérémonies mémorielles.
Cette élection n’est pas un référendum sur la seconde guerre
mondiale. Vous avez passé votre temps à parler de cela, moi j’ai
parlé des préoccupations des Français.
L’argent ne mange pas mais sans argent on ne mange pas.
L’écologie dans votre programme, ça se limite au recyclage du PS
et au sauvetage de ses éléphants !
Je n’ai pas besoin d’hygiaphone pour parler aux ouvriers !
Vous n’êtes pas le candidat du système ? Et vous ne vous appelez
pas Emmanuel, non plus, j’imagine…
Je voulais m’inspirer de vos discours mais ils sont tellement
inconsistants que je n’ai pu en sauver une phrase.
Mon père, j’ai rompu avec lui. Vous, vous ne vous cachez même
plus d’être l’héritier de Hollande et vous allez recycler tous vos
collègues du gouvernement.
Hollande s’est trompé : la finance n’est pas son ennemi mais son
héritier.
NDA ne m’a pas rejointe pour l’argent. Nous ne sommes pas tous
obsédés par l’argent !
"Les six de millions de chômeurs ne sont pas des anecdotes, les
15% des Français qui vivent sous le seuil de pauvreté ne sont pas
des anecdotes."
Les Français ne veulent plus de formations, ils veulent des emplois
!
Vous voulez un code du travail par entreprises, un baccalauréat
par lycée et un code de la route par rue !
On a une exception culturelle. Pourquoi n’aurait-on pas une
exception agricole ?
Si vous voulez parler des fausses affaires inventées par vos amis
des médias, on peut aussi parler de votre patrimoine, ou des
soupçons concernant votre compte offshore.

Comment comptez-vous défendre un pays dont vous niez


l'existence ?

Placer le "Pas ça ! pas ça ! pas ça !" quelque part.

Refaire un contraste "c'est notre projet, c'est votre projet"


"mettre les Whirlpool au chômage, c'est votre projet" / "discuter
avec les islamistes de l'UOIF, c'est votre projet" / "accueillir les
migrants de Merkel, c'est votre projet" /
Un truc répétitif dans l'esprit du "moi président" de Hollande il y a
5 ans