Vous êtes sur la page 1sur 2

Le délire se traduit par une perte du sens de la réalité, une perception erronée de la réalité,

et/ou une confusion des idées. La pensée délirante touche l’intégralité de la personnalité
de celui ou celle qui en est atteint.

Les signes d’un délire surviennent en quelques heures ou quelques jours. Leur
particularité est de fluctuer au cours d’une journée, si bien qu’une personne atteinte de
délire peut présenter des périodes sans symptômes.

Notons que le délire et la démence (groupe de symptômes affectant la mémoire, la


sociabilité, la pensée) peuvent présenter des signes similaires et peuvent être de ce fait
difficile à distinguer. Il est même possible qu’une personne présente les deux troubles.
Par exemple les personnes atteintes de démence peuvent présenter des épisodes de délire.
Il existe cependant les moyens simples de différencier délire et démence :

 le délire s’installe vite alors que les signes de démence sont progressifs

 chez les personnes atteintes de délire, les signes sont plus ou moins marqués au
cours de la journée alors que pour la démence, les signes sont stables au cours
d’une journée, bien qu’ils puissent s’aggraver ou s’améliorer le lendemain

En cas de signes de délire ou de démence, il convient de consulter un médecin pour


obtenir un diagnostic précis.

Quelles sont les causes du délire ?


Le délire survient lorsque le cerveau est rendu vulnérable par plusieurs facteurs, et que
l’activité cérébrale montre un dysfonctionnement.

Parmi les facteurs pouvant provoquer le délire, citons :

 une déshydratation ou une malnutrition

 la consommation d’alcool et médicaments

 la démence (de type Alzheimer, démence fronto-temporale ou autre)

 une atteinte tumorale au cerveau

 une forte fièvre

Les symptômes d’un délire peuvent durer quelques heures seulement ou plusieurs
semaines. Si les causes sont identifiées et traitables, la récupération peut être rapide.
Notons cependant que la récupération va dépendre de l’état de santé physique et mental
de la personne atteinte avant qu’elle ne présente de délire. Par exemple, si la personne
souffrait déjà d’une maladie grave ou chronique, il se peut qu’elle ne récupère pas
complètement ses capacités.

Quelles solutions pour soulager le délire ?


Le traitement sera fonction de la cause du délire. Ainsi, le médecin procédera à un
entretien détaillé consistant en une série de questions sur l’histoire médicale du patient,
son statut mental, et l’identification de causes ou de facteurs déclenchant le délire. Il
procédera également à un examen physique détaillé pour connaitre les causes du délire.
Pour approfondir son analyse, le médecin pourra prescrire des examens sanguins ou
urinaires, entre autres.

Les médicaments neuroleptiques ou antidépresseurs peuvent être utilisés selon les cas.

L’hospitalisation est parfois nécessaire. La psychothérapie peut être efficace en


complément pour traiter le délire, mais aussi une fois que la crise est passée, pour
permettre à la personne atteinte de retrouver une sérénité et une vie socioprofessionnelle.