Vous êtes sur la page 1sur 25

Université Cadi AYYAD

Ecole Nationale des Sciences Appliquées de Safi


Département Génie Informatique
4éme année génie des Réseaux et Télécoms

Planification Réseau Mobile 2G et 3G


sur Atoll pour la région de Safi

 Réalisé par :
- DEROUI Sarra

- HTIOUI Ayoub

- ZAIL Chaimae

 Encadré par :

- Mr. BARAKA Kamal

Année universitaire : 2017-2018


Sommaire :

Résumé
Introduction
I- Nouvelles technologies des télécommunications
I.1- GSM
I.2- GPRS
I.3-UMTS
II- Planification Radio
III- Couverture GSM, GPRS sur une région de SAFI
Conclusion
Résumé :

Ce mini projet est un travail qui consiste à utiliser le logiciel de planification des réseaux
Atoll.

Nous commençons ce travail par un rappel et définition des nouvelles technologies de


télécommunications, ensuite nous aborderons le volet planification d’une vision
macroscopique.

La partie qui succèdera sera une présentation générale sur ATOLL, et ensuite, la dernière
partie du rapport comportera la prise en main du logiciel et une simulation de planification sur
la ville Marocaine Safi .
Introduction

Un développement remarquable s’affiche en termes des industries des


télécommunications, ainsi les nouvelles technologies des télécommunications (GSM,
GPRS, UMTS…) sont déployées partout dans le monde et les services qu’elles offrent se
voient consommer d’une manière massive.

Le support de ces techniques de télécommunications qui sont toutes non filaires est
évidement les ondes hertziennes.

L’affectation de ces bandes de fréquences est régis par un organisme international


nommé l’IUT, en raison de l’exploitation massive et le taux élevé des utilisateurs, les
ressources fréquentielles attribuées aux fournisseurs d’accès sont limitées et une
utilisation aléatoire de la part de ces derniers ne leur permettra pas de desservir une
tranche importante d’abonnés néanmoins avec une bonne qualité.

La problématique cité ci-dessus incite les spécialistes en télécommunication et allocation


de ressources à effectuer une bonne gestion, ne serait-ce une gestion optimale des
ressources radio par le biais de quelques taches de planification radio.

Avant d’entamer le volet planification, il est nécessaire d’aborder les nouvelles


technologies des télécommunications.
Chapitre I :

Les technologies de communication

1 -GSM :
Global System for Mobile Communications (GSM) (historiquement « Groupe spécial
mobile ») est une norme numérique de seconde génération pour la téléphonie mobile.

Dans un réseau GSM, le territoire est découpé en petites zones appelées cellules.

Chaque cellule est équipée d’une station de base (BTS) fixe munie de ses antennes installées
sur un point haut (château d’eau, immeuble ...).
Les cellules sont dessinées hexagonales mais la portée réelle des stations dépend de la
configuration du territoire arrosé et du diagramme de rayonnement des antennes d'émission.
Dans la pratique, les cellules se recouvrent donc partiellement.

L’architecture du système GSM se présente comme sur le schéma ci-dessous :


 BTS ( Base Transceiver Station) : émetteur / récepteur gérant une cellule, la couche physique
sur la voie radio et la couche liaison de données avec le mobile.
 BSC (Base Station Controller) : commutateur qui réalise une première concentration de
circuits, qui s’occupe de la gestion de la ressource radio (allocation des canaux, …).
 MSC (Mobile services Switching Center) : commutateur du réseau GSM, qui gère
l’établissement de circuits à travers le réseau.
 VLR (Visitor Location Register) : base de données locale qui contient les profils de tous les
abonnés présents dans la zone gérée par ce VLR. Dans la plupart du temps, cet équipement est
dans le même équipement que le MSC.
 HLR (Home Location Register) : base de données globale du réseau GSM, dans laquelle les
profils de services des abonnés, la localisation des abonnées et la gestion de la sécurité sont
enregistrés.
 EIR (Equipment Identity Register) : base de données dans laquelle sont enregistrés les
numéros d’identification des terminaux mobiles au sens matériel avec l’IMEI (International
station Mobile Equipment Identity).

Quelques variantes (selon la bande de fréquence utilisée) de ce service de téléphonie mobile


sont les suivantes :

 GSM 900 :

 DCS 1800 :
 PCS 1900 :

2-GPRS :

Le réseau GPRS est une extension du réseau GSM : il ajoute par rapport à ce dernier la
transmission par paquets. (le GSM transmettait en mode circuits).
Cette méthode est plus adaptée à la transmission des données. En effet, les ressources ne sont
allouées que lorsque des données sont échangées, contrairement au mode « circuit » en GSM
où un circuit est établi – et les ressources associées – pour toute la durée de la communication.

 allocation inadéquate du canal.


 Impact sur la facturation.
 …

Le GPRS a ensuite évolué au début des années 2000 vers la norme Edge également optimisée
pour transférer des données et qui utilise les mêmes antennes et les mêmes fréquences radio.

Contrairement à une communication vocale où un – et un seul – intervalle temporel (time slot)


(TS) est alloué pour la transmission de la voix, dans une liaison GPRS, le nombre de TS peut
varier, entre un minimum fixé à 2 et le maximum à 8 TS par canal, en fonction de la saturation
ou de la disponibilité de la BTS. Le débit de chaque TS est déterminé par le mode de codage
(coding scheme) (CS), qui caractérise la qualité de la transmission radio :

 CS1 = 9,05 kbit/s (équivalent du GSM « voix ») ;


 CS2 = 13,4 kbit/s ;
 CS3 = 15,6 kbit/s ;
 CS4 = 21,4 kbit/s (cas optimal du mobile à l'arrêt, au pied de l'antenne et seul dans le
secteur couvert par l'antenne).

Le débit théorique maximal est de 8 TS × CS4 = 171,2 kbit/s. Mais en pratique le débit
maximal est d'environ 50 kbit/s.

Le débit usuel de 2 TS × CS2 × 2


⁄3 = 17,9 kbit/s, soit environ 2 ko/s.

Le GPRS (technologie 2,5G) exploite l’architecture existante du GSM et y ajoute quelques


implémentations pour le nouveau mode de transmission en mode paquet, parmi ces
implémentations : le serveur d’accès au réseau SGSN, et la passerelle vers d’autres réseaux
GGSN.
Le SGSN (Serving GPRS Support Node) est une passerelle permettant l'acheminement des
données dans les réseaux mobiles GSM GPRS (et quelques d’autres réseaux UMTS…)

Il gère l'interface avec le réseau de paquets externe (ex IP) via une autre passerelle, le GGSN
(Gateway GPRS Support Node) pour les appels sortants et vers la station mobile pour les appels
entrants. Il maintient les informations identifiant l'abonné et les services utilisés. Il contrôle la
localisation du mobile sur une « Routing Area ».

En termes de fréquence utilisé le GPRS utilise la même bande de fréquence bande de


fréquence du GSM selon les 3 variantes possibles.
3-UMTS :

L’Universal Mobile Télécommunications System (UMTS) est l'une des technologies de


téléphonie mobile de troisième génération (3G). Elle est basée sur la technologie W-CDMA qui
est une technique de d’accès se basant sur le code de communication en large bande (5Mbps).

L'UMTS est parfois aussi appelé 3GSM, soulignant la filiation qui a été assurée entre l'UMTS
et le standard GSM auquel il succède.

On l'appelle également et plus simplement 3G, pour troisième génération.

Cette technologie de télécommunications offre, grâce à sa large bande, un débit supérieur au


celui de ses prédécesseurs, ce qui donne notamment plus de services multimédias et d’internet
mobile.

Parmi les caractéristiques de la 3G c’est qu’il permet :


 Une couverture avec un haut débit,
 Transmission symétrique et asymétrique,
 Voix et paquets,
 …

L’architecture des réseaux 3G se présente comme suit :


Utran : est l’abréviation de « Universal Terrestrial Radio Access Network » (réseau
universel d'accès radio terrestre) ; c’est un terme collectif normalisé par le 3GPP qui désigne
la partie accès radio d’un réseau de téléphonie mobile 3G UMTS et regroupe : les antennes,
les Node B, les contrôleurs de réseau radio (RNC) ainsi que les liaisons (fibre optique, cuivre
ou faisceau hertzien) raccordant ces équipements.

RNC est un sigle signifiant Radio Network Controller.

Le RNC est un élément de la partie radio (UTRAN) d'un réseau de téléphonie mobile UMTS
qui contrôle les transmissions radio des stations de base. Il gère la répartition de la ressource
radio, le chiffrement des données avant l'envoi au téléphone mobile, ainsi qu'une partie de la
localisation des terminaux mobiles des abonnés. C'est l'équivalent des BSC des réseaux 2G
GSM.

Un RNC s'interface avec le SGSN pour la transmission des données et avec le MSC pour le
transfert de la voix et de la signalisation.

Le Node B est une station de base (ou antenne-relais) dans un réseau mobile UMTS, basé
sur la technologie W-CDMA. C'est l'équivalent de la BTS dans les réseaux GSM.

Il gère des cellules radio utilisant différentes bandes de fréquences (900 MHz, appelée U900
et 2,1 GHz en Europe) sur différents secteurs (un secteur équivaut à une antenne physique).

Un site peut avoir jusqu'à 3 secteurs (chacun couvrant un angle de 120°) et peut cumuler les
bandes de fréquences (jusqu'à 3 ou 4, on parle ainsi de "quadri-bande"). Les antennes
physiques en haut d'un pylône, lorsqu'il y a présence d'un pylône (ce qui n'est pas le cas sur un
site en haut d'un château d'eau par exemple), peuvent être alimentées par des MHA (Mast
Head Amplifier) permettant l'amplification des signaux reçus pour contrer leur atténuation et
limiter les interférences.

Ceci dit les démarches et étapes d’établissements et réception de communication sont


détaillé sur le support de cours, ainsi nous nous sommes contentés de citer les principes
généraux des nouvelles technologies des télécommunications.
Chapitre II :

Planification Radio

1-Définition :

L'objectif de la planification est de déterminer le nombre minimal de sites requis pour assurer
la couverture d'une zone bien déterminée en fonction des services offerts et du nombre
d'abonnés en tenant compte des contraintes de qualité de service. Donc il faudrait atteindre le
maximum de couverture avec une capacité optimale tout en maintenant le coût de déploiement
le plus faible possible.

Dans ce contexte, il y a quelques opérateurs qui préférèrent réduire le nombre de stations de


base plus que réduire la puissance de transmission et ceci pour des raisons de budget ; par
contre, d'autres opérateurs préfèrent couvrir la zone d'une manière à réduire la puissance
nécessaire dans le sens montant et offrir aux utilisateurs ainsi des services plus consommateurs
d'énergie avec une meilleure QoS, et ceci au détriment de l'implantation d'un réseau plus cher
avec plus de stations de bases et par suite des frais de communication plus élevées.

2-Processus :

Le processus de planification comporte :

 La phase de planification ou phase d'initialisation (dimensionnement) : elle correspond


à l'introduction des sites au niveau de la zone géographique considérée, l'ajustement des
paramètres des sites, des secteurs et des cellules selon les contraintes déjà fixées.
(Caractéristiques de l'environnement, des antennes et localisation des BTS, Node B…).

 La phase poste planification : elle correspond à l'étude de la qualité de service et de la


capacité du réseau planifié afin de l'optimiser pour qu'il soit conforme aux exigences
(les modèles de trafic, les modèles de mobilité et la distribution des abonnés dans le
réseau).
Processus de planification

Ensuite, le dimensionnement fournit une première et rapide évaluation des éléments du réseau
ainsi que les capacités associées à ces éléments. Son but est d'estimer la densité nécessaire et la
configuration des sites pour la zone en question. Il faut commencer par estimer les paramètres
du lien radio comme le débit de données et déterminer les meilleures positions où les stations
de bases doivent être mises pour assurer une couverture et une capacité maximales. Ensuite,
déduisant la marge d'interférence à partir du facteur de charge, il faut passer au calcul du bilan
de liaison qui donne comme résultat le MAPL (Maximum Allowable Path Loss). Ce MAPL
ainsi que les différents paramètres de l'environnement sont utilisés enfin de calculer la portée
de la cellule et par suite le rayon maximal de la cellule par zone. L'algorithme résumant ces
étapes est représenté ci-dessous.

3-Types de planification :

La planification se fait grâces à l’exploitation des données collectées de la région de


déploiement. Grâce à ces paramètres et aux formules des modèles de propagation, il est
possible de conclure les données à utiliser, qui sont :
 Emplacement des sites : se fait par l’équipe « RF Survey ».
 LAC : détermination des zones de localisation (qui servent à localiser les utilisateurs).
 Azimuts et Tilts : les angles d’inclinaison ou couverture des sites. Ils prennent en
considération la planification des sites voisins (pour éviter les interférences), les zones
à couvrir et les obstacles.
 Voisinage : assure la continuité de la communication en mobilité.
 Fréquences GSM : gestion du parc de fréquence, généralement limité.
 PSC (UMTS) : concerne la planification de réutilisation des codes de brouillage.
Interférences à prendre en compte dans la planification :
 IIS : Interférences Inter-Symboles, suite aux chemins multiples.
 ICC : Interférences Co-Canal, cas d’utilisation des mêmes canaux par deux cellules.
 IIF : Interférences Inter-Fréquences, quand un signal s’affaiblit et perd de sa puissance,
sa fréquence se modifie (étalement de spectre), il en résulte un recouvrement entre
signaux voisins.
 Somme des interférences : I = IIS + ICC + IIF
Chapitre III :

Réalisation sur Atoll

1-Définition et fonctionnement :

Atoll est une solution payante de déploiement réseau développée par l’organisme FORSK et
destiné aux opérateurs de télécommunications et fournisseurs d’accès.
Atoll est un logiciel de dimensionnement et de planification de réseaux cellulaires qui peut
être utilisé sur tout le cycle de vie des réseaux (du design à l'expansion et l'optimisation). Le
logiciel exploite différentes données en entrée car il permet de choisir le type de projet à
réaliser GSM 900, DCS 1800, ou alors UMTS qui paramètre différemment le logiciel en
fonction de la technologie. On peut définir le model de propagation, le type d'antenne, les
caractéristiques du site,...

ATOLL permet de réaliser de multiples opérations que nous citerons au fur et à mesure du
déroulement de notre projet :

 Importation de cartes,
 Déploiement d’équipements sur des zones : BTS, BSC, Nœud b, …
 Couverture par divers téchnologies : GSM, GPRS, EGPRS.
 Techniques d’accès : CDMA, TDMA…
 Position optimale des équipements,
 Prédiction de la zone couverte et du niveau d’interférence,
 …

2- Zone géographique :

Cette étude concerne une zone géographique couvrant presque toute la ville de Safi. La
ville s’étale en bordure de l'atlantique, au fond d'une anse encadrée de falaises. Située au Sud-
Ouest de la Région Doukkala-Abda, la Province de Safi est limitée au Nord par la plaine des
Doukkala (Province d'El Jadida), au Nord-Est par les plateaux des R'hamna (Province d'El
Kelâa), au Sud-Est par les plateaux de Chichaoua (Province de Chichaoua), au Sud par la
province d'Essaouira et à l'Ouest par l'Océan Atlantique sur une longueur de 120kms environ.
La ville se trouve à 256kms au Sud-Ouest de Casablanca, à 300kms au Nord d'Agadir et à
157kms au Nord-Ouest de Marrakech.
La Situation géographique de SAFI est de 32° 19' Nord et 9° Ouest. Le territoire de la
Province couvre une superficie de 71087 Km2, caractérisée par une topographie relativement
plate ou légèrement ondulée, dont les points culminants ne dépassent guère 500m d'altitude.
Tandis que la ville s'étale sur 74 km2. Sur le plan géologique, la Province est divisée en trois
zones :

 La zone côtière :

Caractérisée par des plaines s'étendant de Doukkala au Nord jusqu'à Oued Tensift au sud et
par les collines des Mouissettes à l'Est cette zone se distingue dans l'ensemble par la fertilité
de son sol en dépit de la présence de terrains rocheux notamment au Nord-Ouest.

 La zone centrale :

Cette zone se caractérise par la présence des collines des Mouissettes et Jbilets.

 Gantour :

C'est un plateau situé au Nord-Est de la Province. Il est limité successivement à l'Ouest au


Nord et au Sud par les collines des Mouisset, R'hamna et Jbilet.

2- Couverture GSM, GPRS,UMTS sur une région de SAFI :

Notre travail, consiste à proposer une approche de planification et réaménagement du réseau


cellulaire. La contribution reflète une étude poussée de l’espace géographique, permettant de
réaliser un réseau cellulaire qui permettra également de répondre aux besoins de couverture et
de qualité. Ce processus vise à réaliser les objectifs suivants :

 Planification du réseau mobile 2G (GSM) de la ville de Safi.


 Planification du réseau mobile 3G (UMTS) de la ville de Safi.

Nous commençons ensuite notre travail :

1. Création de nouveau projet :

2. Sélection de la technologie à implémenter :

3. Définir la position de la projection de la carte :


4. Importation de carte à partir de la bibliothèque prédéfinie d’Atoll :

l’image ci-dessus donne les coordonées de la zone choisie, apres être


téléchargé sur l’interface d’Atoll, la carte chargée aura la forme suivante :
Après avoir importé toute la base de données de Safi sur la carte :

La carte de Safi devient comme suit :


Délimitation de la zone à étudier et couvrir :

5. Choix de la norme GSM 900 en urbain (zone dense à couvrir) :


6. Paramétrage des stations de base et configuration :

7. Choix de la norme GPRS 900 :


8. Implémentation des sites en suivant les motifs hexagonaux de la région :

L’emplacement des sites parait plus claire dans la prise suivante :

Ensuite nous effectuons une étude de la couverture du signal suivant ces


instructions :
Nous ajoutons ensuite, pour effectuer l’étude, le canal logique de signalisation
BCCH, les sites implémentés et leurs antennes :
Le lancement de ces études déclenche un ensemble de calculs des niveaux des
signaux, taux d’erreurs…

Le résultat du test montre que tout est opérationnel :


La forme finale de couverture sera comme suit :

Le coloriage de différents niveaux indique qu’il ne reste plus de zones non


couvertes.
Conclusion :

Nous concluons donc en disant que ce logiciel est vraiment important et très puissant en
termes de planification des réseaux.

En effet les études et simulations qu’il permet de faire rendent la tâche moins couteuse aux
opérateurs pour les études nécessaires avant l’implémentation de leurs équipements afin de
couvrir un maximum d’abonnés et avec des qualités de services acceptables.

Il est à noter que ce travail n’est qu’une initiation à la prise en main de ce logiciel et que
d’autres fonctionnalités diverses sont possibles à exploiter.