Vous êtes sur la page 1sur 4

Document généré le 30 sep.

2018 09:13

Québec français

Bande dessinée et littérature


Gilles Perron

La communication orale
Numéro 118, été 2000

URI : id.erudit.org/iderudit/56072ac

Aller au sommaire du numéro

Éditeur(s)

Les Publications Québec français

ISSN 0316-2052 (imprimé)


1923-5119 (numérique)

Découvrir la revue

Citer cet article

Perron, G. (2000). Bande dessinée et littérature. Québec


français, (118), 86–88.

Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services
Tous droits réservés © Les Publications Québec français, d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique d'utilisation que vous
2000 pouvez consulter en ligne. [https://apropos.erudit.org/fr/usagers/politique-
dutilisation/]

Cet article est diffusé et préservé par Érudit.


Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de l’Université
de Montréal, l’Université Laval et l’Université du Québec à Montréal. Il a pour
mission la promotion et la valorisation de la recherche. www.erudit.org
G I L L E S P E R R O N

BANDE
DESSINÉE ET
LITTÉRATURE

a bande dessinée n'est pas un genre


littéraire, pas plus que la chanson ou
même — au risque de m'attirer des
horions — le théâtre : le théâtre est un Bretonne étaient racontées sous des dessins redou-
spectacle, la chanson, une œuvre musicale et la BD blant les informations données par le texte (ou vice-
est évidemment une oeuvre dessinée. versa). Cette tendance se poursuivra durant plusieurs
Chacune de ces formes d'expression J entrepris ôe descendre l'avenue d'Italie, décennies, s'atténuant avec la généralisation de
artistique flirte pourtant avec la littérature J'éfttxivjafe une élîange sensafen de vblupti. l'usage du phylactère 2 pour l'inscription des paroles
et, selon l'importance accordée au texte qui -tein\eé d'an arriérerai' aisperT- à paler des personnages. La BD mettra longtemps à se
eel" asphalte sur lequel j'avais tant Saine'
en est un des constituants, s'en rapproche résoudre à atténuer l'importance du narrateur, mais
la savate.
au point parfois de voir son aspect littéraire c'est désormais chose faite.
devenir dominant. La BD, pour sa part, met
volontiers à profit toutes les possibilités de NARRATION ET POINT DE VUE
la narration littéraire : narration, niveaux La narration, dans une bande dessinée, est le plus
de récit, focalisation, etc. souvent de nature omnisciente. Le narrateur se fait
S'il est possible de penser une bande discret, inscrivant ça et là des informations nécessai-
dessinée sans texte, elle ne saurait exister res à la compréhension du récit qui, essentiellement,
sans dessin. Le rapport d'antériorité est passe par le dessin et le dialogue. L'impression
établi dès l'origine par Roland Topffer d'objectivité est d'autant plus grande que le lecteur
(1799-1846), considéré comme l'inventeur aura tendance, à cause de cette discrétion, à oublier la
de la BD : « Les dessins, sans le texte, présence du narrateur. Mais d'autres BD emploient
n'auraient qu'une signification obscure ; le volontiers le narration subjective à la première
texte, sans les dessins, ne signifierait
rien ' ». Cependant, comme au cinéma,
lorsque l'image domine largement le
dialogue, il y a tout de même un scénario ;
le « texte », porteur d'un récit, est l'équiva-
lent d'un support narratif qui passe ou non par des
mots. La BD peut alors être bavarde ou silencieuse. À
ses débuts, elle parle beaucoup : l'image semble
souvent accompagner le texte, et le dessinateur se
confond avec l'illustrateur. Certains se souviendront
— trahissant ainsi leur âge — de Bécassine, person-
nage populaire dessiné par Pinchon durant toute la
première moitié du XXe siècle. Les aventures de la

Bécassine, person-
nage populaire
dessiné par Pinchon
durant toute la MON NOM ESTJUU'OS CORaSr-m'N AaCaueFACOUfS.J OCCUPEE ON
"UNE PiÈCE" DU SUAKTiÉR NORD ( « É 5 DU MINISTÈRE) •
première moitié du COMME TOUS LES A W T I N S . j e M E LEVE, DEJEUNE, ME
XX' siècle. LAVE FT At'HABILLE SEUL . JE SUIS aa.IBAT.4IPE", CAR
COMME AiME LE RAPPELLER /HON VOISIN PE MUER, OHE
F e M M E i O z S T TRdS UNITÉS D'ESWCE VfTALEN MOINS .
est-ce. Q U E .LK-fbesie vous INTÉRESSE: ? Q u e $AV/EZ.-VOUS c e RIMÈ-AUC E T e t VERLAINE 7 oue-RiMSAut?
ruMAIf t?U HACHISCH/ QUE v£RLAJN£E SE SOULAIT" A L-'AftèlNTME.' VOUS CONNAISSEZ L£ MYTHE, LA
LÉûaCNPE.' NOUS PARLERONS T7É LA LÉaSÊNtfE CANS CÊ COURS, CAR LA LICENCE t7E Rl.*<\0AUt7
ET VERLAINE SuRVlTÂ TOUS CEUX QUI VOUDRAIENT" (.'OuSuER, LA NIER.
CE-TYE LÊûENPE EST" LE VÉHICULE- -CE LEUR f t é & I É . CES « * ! £ & ONT CRéfî UNE LEGEMt^E QUI « i R T E
LEURS TEXTES JUSQU ' A NOUS Ef AU-PELA t?E NOUS.'

Dans Victor et
Rivière, le dessin
rend compte de
ce qui se passe
dans la tète des
personnages :
Victors*
métamorphose,
discute avec
Verlaine et
Rimbaud, voit ses
p e r s o n n e d u singulier, c r é a n t ainsi, c o m m e d a n s u n n e lirait q u e d e s b a n d e s o ù il n ' y a q u e C a l v i n e t H o b b e s étudiants ou ses
r o m a n e m p l o y a n t le m ê m e p r o c é d é , u n r a p p o r t d e n ' a u r a i t a u c u n m o y e n d e savoir q u e la r é a l i t é q u ' o n lui collègues par le
p r o x i m i t é a v e c le p e r s o n n a g e - n a r r a t e u r . L e p o l a r p r o p o s e e s t faussée p a r le p o i n t d e v u e d u g a m i n . prisme du
exploite volontiers c e t t e m a n i è r e : ainsi, Tardi, L e d e s s i n e s t aussi t r a n s f o r m é p o u r illustrer d e s é t a t s cubisme ou du
d e s s i n a n t les a v e n t u r e s d e N e s t o r B u r m a , c o n s e r v e la d ' â m e s , p o u r m o n t r e r le r e g a r d p a r t i c u l i e r d ' u n p e r s o n - surréalisme.
narration au « je » du personnage d e Léo Malet. Dans n a g e sur c e q u ' i l v i t . C h e z A n d r é - P h i l i p p e C ô t é , le
la série fulius C o r e n t i n Acquefacques, p r i s o n n i e r d e s p o i n t d e v u e d u p e r s o n n a g e n e t r a h i t p a s la r é a l i t é , m a i s
r ê v e s , M a r c - A n t o i n e M a t h i e u fait le m ê m e c h o i x a u c o n t r a i r e la r e p r o d u i t d a n s u n l a n g a g e g r a p h i q u e q u i
narratif pour conduire son personnage dans u n univers e n a c c e n t u e les t r a i t s . D a n s Castello, m a i s s u r t o u t d a n s
angoissant où rêve et réalité sont indissociables. Le Victor et Rivière, le d e s s i n r e n d c o m p t e d e c e q u i se
« j e » a t o u t e s o n u t i l i t é p o u r d é s t a b i l i s e r le l e c t e u r , q u i passe d a n s la t ê t e d e s p e r s o n n a g e s : V i c t o r se m é t a m o r -
s p o n t a n é m e n t recevrait c o m m e vrai c e q u i lui est p h o s e , discute a v e c V e r l a i n e e t R i m b a u d , v o i t ses
« m o n t r é » p a r le d e s s i n . L e p o i n t d e v u e d e J u l i u s , é t u d i a n t s o u ses c o l l è g u e s p a r le p r i s m e d u c u b i s m e o u
subjectif, p e u t a i n s i a m e n e r le d o u t e q u a n t à sa s a n t é du surréalisme.
m e n t a l e , à la m a n i è r e d e s p e r s o n n a g e s d e s r é c i t s
fantastiques de Maupassant. QUAND LE TEXTE EST ESSENTIEL
Le p o i n t d e v u e narratif, r a r e m e n t d é p l a c é vers u n Certaines bandes dessinées contemporaines accordent
a u t r e q u e celui d u n a r r a t e u r d a n s la b a n d e d e s s i n é e , e s t une grande importance au texte, inversant ainsi le
d ' a u t a n t plus i n t é r e s s a n t lorsqu'il passe p a r le regard d e relation d'antériorité proposée plus haut, sans pour
l'un d e s p e r s o n n a g e s . L e m e i l l e u r e x e m p l e e s t fourni p a r autant rendre le dessin accessoire. Cette préséance du
la série Calvin et Hobbes, o ù le p o i n t d e v u e c h a n g e s e l o n texte survient le plus souvent dans des bandes dessinées
q u e C a l v i n soit seul o u qu'il y a i t q u e l q u ' u n d ' a u t r e d a n s
l'espace g r a p h i q u e . C a l v i n est u n g a m i n d e six a n s q u i a tttGAOot # a o n t s i u z x
e j w h i oii tsr. ce CUM TU ESSAI . J c e s exTBA
c o m m e p r i n c i p a l c o m p a g n o n d e j e u u n tigre e n p e l u c h e , n> n a a i o i x ?! TeBBE&mes.
* « ) IISM'ONT
n o m m é H o b b e s . O r , p o u r C a l v i n , s o n tigre e s t v i v a n t , « I T jueefl oe
ne CIEN pire '.
t a n d i s q u e p o u r t o u s les a u t r e s , c'est u n e p e l u c h e : c'est le
dessin q u i e x p r i m e le p o i n t d e v u e . Lorsque C a l v i n est
seul a v e c s o n a n i m a l , c e d e r n i e r est d e s s i n é c o m m e s'il
s'agissait d ' u n vrai tigre, e t il est d e u x fois plus g r a n d q u e
l'enfant ; il e s t très expressif, il parle e t p a r t a g e les j e u x
d e C a l v i n , c e q u e le l e c t e u r a c c e p t e v o l o n t i e r s c o m m e
u n e c o n v e n t i o n p r o p r e à l ' u n i v e r s d e la b a n d e d e s s i n é e .
M a i s q u a n d les p a r e n t s d e C a l v i n , sa p e t i t e v o i s i n e Suzie
o u t o u t a u t r e p e r s o n n a g e se r e t r o u v e n t d a n s u n m ê m e
e s p a c e q u e le tigre, celui-ci est r e p r é s e n t é c o m m e u n e
s i m p l e p e l u c h e ; il est alors plus p e t i t q u e C a l v i n e t sa
p o s i t i o n suggère u n e i m m o b i l i t é n o r m a l e . C e p e n d a n t ,
m ê m e lorsqu'il est d e s s i n é ainsi, C a l v i n c o n t i n u e d e se
c o m p o r t e r c o m m e si H o b b e s é t a i t v i v a n t . Le l e c t e u r q u i

ETE 2000 | NUMERO 118 | QUEBECFRANÇAIS 87


du type comic strip (une seule bande horizontale,
comme on en retrouve dans la majorité des quoti-
diens). L'exemple célébrissime de Peanuts, où on
retrouve Charlie Brown et ses amis dans des situa-
tions qui se répètent depuis cinquante ans, est
probant : le dessin y est statique, redondant, sembla-
ble d'une bande à l'autre et parfois même d'une case à
l'autre. Ce qui compte, c'est ce que se disent les
personnages ; Schultz aura donc privilégié, jusqu'à sa Il faut encore
mort il y a quelques mois, un dessin simple et efficace, souligner l'apport
au service du propos. Dans ce cas particulier, où le inestimable de
texte lui-même est souvent en apparence d'une Goscinny, en
grande simplicité, la connaisssance de l'univers des particulier avec
Peanuts est essentielle pour apprécier la subtilité des Astérix, pour la
propos échangés par les compagnons de Charlie finesse de son un Géo-Charles Véran (Jeux pour mourir), un Didier
Brown, voire pour simplement en saisir l'humour langage et la subtilité Daeninckx (Le der des ders), sans oublier ses nombreu-
particulier (habituellemnt défini comme psychologi- de ses références ses illustrations pour une magnifique édition du Voyage
que, ou intellectuel). littéraires et au bout de la nuit, de Céline ; il a aussi travaillé avec
Le Chat, du belge Philippe Geluck, pratique pour culturelles, qui vont Jean-Pierre Manchette {Griffu) et, tout récemment,
sa part un humour absurde, basé essentiellement sur le de Don Quichotte avec Daniel Pennac (La débauche). Dans les collabora-
langage. La représentation graphique du personnage {Astérix en Hispanie) à tions les plus réussies, il faut mentionner
(appelé simplement Le Chat), bien qu'elle soit Prochain épisode L'outremangeur, une bande dessinée de Ferrandez
plaisante, n'impressionne guère. Il en va autrement [Astérix chez les scénarisée par Tonino Benacquista (Ferrandez avait
toutefois pour le québécois Claude Cloutier, dont on Helvètes), en passant déjà illustré La maldonne des sleepings, du même auteur).
reconnaîtra la force du dessin. La légende des Jean-Guy par le César-Raimu de L'américain Paul Auster a, pour sa part, eu la bonne
ou Gilles la Jungle contre Méchant Man proposent une Marius {Le tour de idée d'autoriser la transposition de sa Cité de verre en
rencontre entre texte et image où se disputent la Gaule d'Astérix). bande dessinée. Même Anne Hébert avait, avant sa
concordance et le décalage, produisant encore une disparition, donné son accord à la version en BD de La
fois u n effet d'absurde à mercière assassinée que vient de
partir des mots. Enfin, publier Mira Falardeau.
un dernier exemple : Le O n le voit, la littérature et
baron noir, de G o t et la bande dessinée font
Pétillon. Strip désormais bon ménage. 11 faut
politique publié à encore souligner l'apport
l'origine dans le inestimable de Goscinny, en
quotidien français Le particulier avec Astérix, pour
Matin, la série met en la finesse de son langage et la
scène le Baron noir, un subtilité de ses références
prédateur (entre l'aigle et le vautour), dans sa relation littéraires et culturelles, qui vont de Don Quichotte
avec un troupeau de moutons dont il se nourrit. Le Notes (Astérix en Hispanie) à Prochain épisode (Astérix chez les
discours y est ironique à souhait : c'est une satire de la Cité par Yves Helvètes), en passant par le César-Raimu de Marius
vie politique, de la répression policière ou du discours Frémion dans Le
(Le tour de Gaule d Astérix). Je laisserai le dernier mot
social creux. Ainsi, à un mouton qui, désirant porter guide de la bédé
francophone, Syros/ à Achille Talon, dont le vaste vocabulaire et le style
plainte contre le Baron noir, lui demande ce que Alternatives, 1990, ampoulé font de ce personnage une parodie de l'érudit
prévoit le code pénal pour une tentative d'enlève- p.l 6. en même temps que la joie de tous les amoureux de la
ment, u n policier-rhinocéros répond : « De trois mois Appelé parfois, langue française : « Je relis ici les bandes dessinées de
à un an pour diffamation ! » simplement, bulle mon enfance pourtant encore toute frémissante, et le
ou ballon.
marteau de la nostalgie s'abat avec un bruit fracassant
BANDE DESSINÉE ET LITTÉRATURE sur l'enclume de mon cœur stupéfait ».
La bande dessinée se réclame de la littérature par son
texte ; on la nomme parfois, afin de la rendre plus
présentable dans des milieux qui pourraient la snober,
littérature graphique. Mais à l'occasion, pour mieux
s'inscrire dans le littéraire, elle ira volontiers flirter
avec des oeuvres déjà consacrées ; ou alors elle
« débauchera » des auteurs sérieux pour se donner une
plus grande crédibilité (à moins que ce soit les auteurs
qui ressentent le besoin de s'encanailler ?). De toute
façon, les résultats sont probants. Tardi en a pris
l'habitude, lui qui a dessiné trois romans de Léo Malet,

88 QUÉBEC FRANÇAIS | ÉTÉ 2000 | NUMÉRO 118