Vous êtes sur la page 1sur 22

Chapitre 2 Convertisseurs de base

Chapitre 2

Convertisseurs de base
Chapitre 2 Convertisseurs de base

SOMMAIRE DU CHAPITRE
1 Connexion d’une source à une charge____________________________________________ 1
2 Conversion continue continue - dc-dc converters ___________________________________ 4
2.1 Hacheur abaisseur – Buck converer ________________________________________________ 4
2.2 Hacheur élevateur – Boost converter _______________________________________________ 5
2.3 Autres types des convertisseurs continu- continu _____________________________________ 5
 Hacheur abaisseur-élevateuer ______________________________________________________________ 5
 Hacheur cuk _____________________________________________________________________________ 6
 Hacheur zeta ____________________________________________________________________________ 6
 Hacheur SEPIC : Single-Ended Primary-Inductor Converter ________________________________________ 6

3 Conversion continue-alternative.- dc-ac converters _________________________________ 7


3.1 Onduleur de tension- Voltage Source Inverter , VSI ____________________________________ 7
 Onduleur en démi-pont ____________________________________________________________________ 7
Commande en pleine onde ___________________________________________________________________ 7
 Onduleur en pot complet __________________________________________________________________ 8
Commande en pleine onde ___________________________________________________________________ 9
Commande en pleine onde décalée ___________________________________________________________ 10
Commande par modulation des largeurs d’impusions – MLI. _______________________________________ 11
 Onduleur triphasé _______________________________________________________________________ 12
Commande en pleine onde – commande 120° degrés_____________________________________________ 13

3.2 Onduleur de courant – Current Source Inverter, CSI __________________________________ 13


4 Conversion alternative continue, ac-dc converters ________________________________ 14
4.1 Redresseurs non commandés ____________________________________________________ 14
 Redresseur monophasé en demi-pont (simple alternance) ______________________________________ 14
Charge résistive ___________________________________________________________________________ 14
Charge inductive __________________________________________________________________________ 14
 Redresseur monophasé en demi-pont avec diode de roue libre __________________________________ 15
 Redresszeur en pont complet (double alternance) _____________________________________________ 15

4.2 Redresseurs commandés ________________________________________________________ 16


 Commande par déphasage ________________________________________________________________ 16
Redresseur monophasé simple alternance avec diode de roue libre _________________________________ 16
Redresseur avec transformateur à point milieu __________________________________________________ 16
Redresseur avec transformateur à point milieu et diode de roue libre _______________________________ 17
Redresseur triphasé simple alternance _________________________________________________________ 17
Redresseur double alternance________________________________________________________________ 17
 Commande en MLI ______________________________________________________________________ 18

5 Conversion alternative-alternative, ac-ac converters ______________________________ 18


5.1 Cyclo-convertisseur simple alternance _____________________________________________ 18
5.2 Cyclo-ocnvertisseur monophasé double alternance __________________________________ 19
5.3 Convertisseur matriciel _________________________________________________________ 19
5.4 Convertisseur ac-dc-ac, Back to Back converter ______________________________________ 20
Chapitre 2 Convertisseurs de base

1 Connexion d’une source à une charge


Un convertisseur de l’électronique de puissance est une interface entre une source de
puissance et une charge ou une autre source de puissance. La source de puissance peut être de type
source de tension ou de type source de courant. De même, la charge peut être de type charge de
tension (charge capacitive) ou de type charge de courant (charge inductive). On a ainsi quatre
possibilités de connexion entre une source et une charge, ou entre deux sources. Elles sont indiquées
à la fig. 2.1.
Il faut noter que pour connecter deux sources de tension (fig.2.1.c), le convertisseur devrait
contenir un élément inductif. De même, pour connecter deux sources de courant (fig.2.1.d), le
convertisseur doit contenir un élément capacitif.
Seules les sources de types différents peuvent être connectées directement. Cette restriction
est imposée pour éviter les surintensités – dans le cas de la connexion directe des sources de tension
- et les surtensions –dans le cas de la connexion directe des sources de courant-.
Une cellule de commutation de base est constituée par le nombre minimal des interrupteurs
de puissance entre la source et la charge. A l’exception du cas ou la charge est résistive, ce nombre
minimales des interrupteurs est deux. Cette cellule de base peut être obtenue sous deux arrangements
différents :
 Le premier type des cellules de base, noté cell 1, sert à connecter une source de tension
à une charge inductive. Il est indiqué à la fig.2.2. La fig.2.2.a indique le forme
habituelle de cette cellule. La fig.2.2b indique une autre forme de la même cellule,
noté dans ce cas : bras. La fig. 2.2.c indique la connexion de la source de tension entre
les points M et N. et la connexion de ma charge au point A, noté : pole.
 Le deuxième type des cellules de commutation de base est indiqué à la fig.2.3. Elle
sert à connecter une source de courant à une charge capacitive. La fig.2.2a montre la
forme da la cellule. La fig.2.2b montre sa représentation en forme de bras. La fig.2.2c
montre la connexion d’une source de courant au point A, qui est le pole, et la
connexion de la charge capacitive entre points Met N.
Il faut noter que dans une cellule de commutation de base, lorsqu’un interrupteur de
puissance est conducteur, l’autre est bloqué. Le pole A est soit connecté au point M, soit au
point N. Pour cette raison, ce type des cellules est à deux niveaux.

Fig.2.1. Possibilités de connexion entre source et charge.

U.Jijel, Dpt. Electrotechnique, M1 CSE & RE ELNPA Enseignant : Dj. LALILI


1
Chapitre 2 Convertisseurs de base

Fig.2.2. Cellule de commutation de base entre Fig.2.3. Cellule de commutation de base entre
une source de tension et une charge inductive une source de courant et une charge capacitive

La figure 2.24 montre l’utilisation des cellules de commutation pour la connexion des sources
aux charges. Les sources et les charges du même type doivent être connectées à travers un circuit de
couplage intermédiaire, comme indiqué sur les figs.2.4.c et 2.4.d.
Les cellules de commutation de base permettent de réaliser les quatre types des convertisseurs
(dc-dc, dc-ac, ac-dc et ac-ac) ainsi que de faire l’extension à des convertisseurs plus complexes tels
que les convertisseurs à plusieurs étages de conversion (ac-dc-ac par exemple) et les convertisseurs
multiniveaux.

Fig.2.4. Connexion des sources et charges par les cellules de commutation.

U.Jijel, Dpt. Electrotechnique, M1 CSE & RE ELNPA Enseignant : Dj. LALILI


2
Chapitre 2 Convertisseurs de base

Suivant l’application pour laquelle le convertisseur est utilisé, on distingue entre deux cas de
figures :
 Une charge alimentée par une ou plusieurs sources : dans ce cas, chaque source peut
être connectée soit à un interrupteur, c.à.d. au point M ou N (fig.2.5.a-2.5.d), soit au
pôle, c.à.d. le point milieu du bras, le point P (fig.2.5.e et f) ;
 Une source alimentant une ou plusieurs charges : dans ce cas, chaque charge peut être
connectée soit à un interrupteur, c.à.d. au point M ou N (fig.2.5.g), soit au pôle, c.à.d.
au point milieu P du bras (fig.2.5.h et i).
Dans les schémas précédents, les interrupteurs de puissances sont représentés d’une manière
générale. Le choix des interrupteurs de puissances à utiliser pour chaque application, ainsi que le
choix du convertisseur à utiliser, dépend du type de la source et de la charge utilisée, ainsi que des
exigences de l’application concernée.
Le choix des interrupteurs et des convertisseurs à utiliser tient compte de plusieurs
spécifications telles que
 l’unidirectionnalité ou la bidirectionnalité en courant ;
 l’unidirectionnalité ou la bidirectionnalité en tension ;
 la conduction naturelle ou forcée ;
 le blocage naturel ou forcé ;
 la fréquence de commutation ;
 le rang du courant et de la tension, c.à.d. la gamme de puissance
 le cout….etc.

Fig.2.5. Différentes manières de connexion entre les sources et les charges..

U.Jijel, Dpt. Electrotechnique, M1 CSE & RE ELNPA Enseignant : Dj. LALILI


3
Chapitre 2 Convertisseurs de base

2 Conversion continue continue, dc-dc converters


2.1 Hacheur abaisseur – Buck converter
Le convertisseur abaisseur est présenté à la fig.2.6.a Il est composé d’une source de tension,
d’une cellule de commutation de base, d’un élément de stockage d’énergie L, dû à la connexion entre
une deux éléments de tension, et une charge résistive de tension V0.
Les deux interrupteurs S1 et S2 de ce montage devraient être unidirectionnels en courant et en
tension. (Voir exo 1). En plus, ils devraient être cmmandables en conduction et en blocage
(conduction forcée et blocage forcé). Cependant, l’interrupteur S1 doit être complémentaire à
l’interrupteur S2 pour éviter un court-circuit de la source Vdc. Autrement dit, si S1 est conducteur, S2
est forcément bloqué, et S2 ne peut conduire que si S1 est bloqué. Cela veut dire qu’on peut utiliser,
pour réaliser l’interrupteur S2 un semi-conducteur à commutation naturelle et blocage naturelle, c.à.d.
une diode. Par contre, pour réaliser l’interrupteur S1 on doit utiliser un semi-conducteur à conduction
forcée et blocage forcé, un transistor bipolaire par exemple. Ainsi, le circuit réel du hacheur
abaisseur est indiqué à la fig.2.6 b.
En conduction continue, c.à.d. dans le cas où on n’a pas de discontinuité dans le courant de
charge, ce hacheur a deux phases de fonctionnement (deux topologies, deux configurations) durant
chaque période de commutation :
 La première configuration est indiquée à la fig.2.6.c : l’interrupteur Q est fermé (ON)
et conduit le courant de l’inductance iL, tandis que la diode D est ouverte (OFF).
 La deuxième configuration est indiquée à la fig.2.6.d : l’interrupteur Q est ouvert (OFF),
et la diode D conduit le courant iL.
La fig.2.6.e indique la forme, durant une période, de la tension de sortie de la cellule de
commutation VD. Le temps TON correspond à la première configuration, et le temps TOFF correspond
à la deuxième configuration.

Fig.2.6 Hacheur abaisseur : a-cellule de base, b- forme réelle, c et d-configurations, tension de la


diode

U.Jijel, Dpt. Electrotechnique, M1 CSE & RE ELNPA Enseignant : Dj. LALILI


4
Chapitre 2 Convertisseurs de base

Fig.2.7 Hacheur abaisseur : a-cellule de base, b- forme réelle, c et d-configurations, tension de la


diode
2.2 Hacheur élévateur – Boost converter
Un hacheur élévateur est représenté à la fig.2.7.a. En conduction continue, il a deux phases de
fonctionnement :
 Dans la première phase (fig.2.7.b), le semi-conducteur Q est fermé (ON). La tension Vdc est
entièrement appliquée sur l’inductance L. Par conséquence, le courant iL augmente. La diode
D étant bloquée (OFF) dans cette phase, le courant de la charge est fourni par la capacité C.
 La deuxième phase commence lorsque le semi-conducteur Q est bloqué (OFF). La diode entre
alors en conduction (fig.2.7.c). L’énergie emmagasinée dans l’inductance L pendant la
première phase est relâchée vers la capacité et la charge
La valeur moyenne de la tension de sortie du hacheur abaisseur est donné par :
V dc
V0  (2.1)
1d
Cette valeur moyenne de la tension de sortie est positive est supérieur à la tension d’entrée Vdc.

2.3 Autres types des convertisseurs continu- continu


En plus des hacheurs abaisseur et élévateur, il existe d’autres structures des convertisseurs continu-
continu. Ils sont regroupés dans a fig2.8.
 Hacheur abaisseur-élévateur
Il est montré à la fig.2.8.a. Il connecte une source de tension à une charge capacitive (charge
de tension). Le courant d’entrée et le courant de la diode sont discontinus. La tension de sortie est
négative.

U.Jijel, Dpt. Electrotechnique, M1 CSE & RE ELNPA Enseignant : Dj. LALILI


5
Chapitre 2 Convertisseurs de base

Fig.2.8 Quatre types des hacheurs : a-abaisseur élévateur, b- hacheur cuk, c- hacheur zeta, c- hacheur
SEPIC

 Hacheur cuk
Il est montré à la fig.2.8.b. Il connecte une source de courant à une charge inductive (charge
de courant). Les courants d’entrée et de sortie sont continus. La tension de sortie est négative.
 Hacheur zeta
Il est montré à la fig.2.8.c. Il connecte une source de tension à une charge de courant. Le
courant d’entrée est discontinu, tandis que le courant de sortie est continu. La tension de sortie est
positive.
 Hacheur SEPIC : Single-Ended Primary-Inductor Converter
Il est montré à la fig.2.8.d. Il connecte une source de courant à une charge de tension. Le
courant d’entrée est continu, tandis que le courant iD est discontinu. La tension de sortie est positive.

Les hacheurs cités précédemment sont des hacheurs à un quadrant. Les hacheurs à deux et à
quatre quadrants ont des topologies différentes, et connectent entre deux sources de tensions ou de
courant.

U.Jijel, Dpt. Electrotechnique, M1 CSE & RE ELNPA Enseignant : Dj. LALILI


6
Chapitre 2 Convertisseurs de base

3 Conversion continue-alternative.- dc-ac converters


La conversion continue-alternatif est assurée par les onduleurs. de tension ou les onduleurs de
courant.

3.1 Onduleur de tension- Voltage Source Inverter, VSI


 Onduleur en demi-pont
La façon la plus simple de générer une tension alternative à partir d’une tension continue est
celle indiquée à la fig.2.5.b, où la charge est connectée entre la cellule de base et deux sources de
tension continues. Ce type de conversion est noté : Onduleur en demi-pont.
La fig.2.9.a montre la structure réelle de l’onduleur en demi-point, en remplaçant les interrupteurs
idéals par des semi-conducteurs réels.
Commande en pleine onde
La commande en pleine onde consiste à commander chacun des deux interrupteurs de l’onduleur
en fermeture pendant une demi-période, et en ouverture pendant l’autre demi-période.
Le rapport cyclique d d’un interrupteur étant le rapport entre la durée de fermeture et la période,
la commande en pleine onde correspond alors à un rapport cyclique d=0.5.
La fig.2.9.b montre la séquence de conduction et la forme de la tension de sortie et du courant de
sortie d’un onduleur en demi-pont commandé en pleine onde. On distingue entre quatre
configurations de l’onduleur pendant chaque période de commutation :
 La première configuration, lorsque l’interrupteur q1 est ON, l’interrupteur q2 est OFF, et le
courant de charge est négatif : la tension positive+Vdc/2 est appliquée à la charge. Le courant
de charge augmente alors exponentiellement, en passant par d1
 La deuxième configuration, lorsque l’interrupteur q1 est ON, l’interrupteur q2 est OFF, et le
courant de charge est positif : la tension positive+Vdc/2 est appliquée à la charge. Le courant
de charge augmente alors exponentiellement, en passant par q1
 La troisième configuration, lorsque l’interrupteur q1 est OFF, l’interrupteur q2 est ON, et le
courant de charge est positif : la tension positive-Vdc/2 est appliquée à la charge. Le courant
de charge augmente alors exponentiellement, en passant par d2
 La quatrième configuration, lorsque l’interrupteur q1 est OFF, l’interrupteur q2 est ON, et le
courant de charge est négatif : la tension positive-Vdc/2 est appliquée à la charge. Le courant
de charge augmente alors exponentiellement, en passant par q2

Fig.2.9 a- structure de l’onduleur en demi-pont, b- Tension et courant de sortie pour la commande en


pleine onde.

U.Jijel, Dpt. Electrotechnique, M1 CSE & RE ELNPA Enseignant : Dj. LALILI


7
Chapitre 2 Convertisseurs de base

Fig.2.10- Spectre d’harmoniques de la tension de sortie de l’onduleur en demi-pont

La tension de sortie vao indiquée à la fig.2.9 a la forme d’une onde carrée. Son analyse en série de
fourrier est donné par l’équation suivante :

4 V dc  1 1 1 
v ao 
 2 sin t   3 sin  3t   5 sin  5t   7 sin  7t   ... (2.2)

Sous forme compacte, cette équation s’écrit :


  
1 4 V dc
v ao    .sin  2 (2 p  1).Fm .t   (2.3)
p  0   2 p  1  2 
La fig.2.10 indique le spectre d’harmoniques de la tension vao. En plus du fondamentale, la tension
vao est composée des harmoniques impaires : la troisième, la cinquième, la septième…etc.

 Onduleur en pot complet


La fig.2.11 montre la forme de l’onduleur en pont complet. La tension de sortie peut être écrite
en fonction des tensions des pôles a et b par rapport au point milieu o de la source :
v ab  v ao  v bo (2.4)

Fig.2.12. Séquence de conduction et formes des

Fig.2.11. onduleur en pont complet Tension et du courant

U.Jijel, Dpt. Electrotechnique, M1 CSE & RE ELNPA Enseignant : Dj. LALILI


8
Chapitre 2 Convertisseurs de base

Commande en pleine onde


La commande en pleine onde de l’onduleur en pont complet de la fig.2.11 consiste à commander
simultanément en fermeture les deux interrupteurs q1 et q2 pendant une demi-période, et de
commander simultanément les deux autres interrupteurs q3 et q4 pendant la deuxième demi-période.
On doit tenir compte que les interrupteurs q1 et q4 sont complémentaires, et que les interrupteurs q2
et q3 sont complémentaires. La commande en pleine onde, correspond à un rapport cyclique des quatre
interrupteurs é d=0.5.
La fig.2.12 montre la séquence de conduction des interrupteurs, ainsi que les formes des tensions
vao, vbo, vab et du courant de charge i0 On distingue entre quatre configurations de l’onduleur pendant
chaque période de commutation :
 La première configuration, lorsque les deux interrupteurs q1et q2 sont à l’état ON, et le courant
de charge est négatif : la tension positive+Vdc est appliquée à la charge. Le courant de charge
augmente alors exponentiellement, en passant par d1etd2.
 La deuxième configuration, lorsque les deux interrupteurs q1et q2 sont à l’état ON, et le
courant de charge est positif : la tension positive+Vdc est appliquée à la charge. Le courant de
charge augmente alors exponentiellement, en passant par q1et q2.
 La troisième configuration, lorsque les deux interrupteurs q1et q2 sont à l’état OFF, et le
courant de charge est positif : la tension négatif -Vdc est appliquée à la charge. Le courant de
charge diminue alors exponentiellement, en passant par d3et d4.
 La quatrième configuration, lorsque les deux interrupteurs q1et q2 sont à l’état OFF, et le
courant de charge est négatif : la tension négatif -Vdc est appliquée à la charge. Le courant de
charge diminue alors exponentiellement, en passant par q3et q4.
Les tensions vao et vbo sont déphasées entre eux de 180°. La tension de sortie vab a la même forme
que celle correspondante à l’onduleur en demi-pont. Son analyse en série de Fourier est donné par :

4  1 1 1 
v ab  V dc sin t   sin  3t   sin  5t   sin  7t   ... (2.5)
  3 5 7 
Sous forme compacte, cette équation s’écrit :
  
1 4
v ao    V dc .sin  2 (2 p  1).Fm .t   (2.6)
p  0   2 p  1  
La fig.2.13 indique le spectre d’harmoniques de la tension vab. En plus du fondamentale, la
tension vao est composée des harmoniques impaires : la troisième, la cinquième, la septième…etc. La
forme de ce spectre est similaire à celui de la tension de sortie de l’onduleur en demi-pont, sauf que
les amplitudes des harmoniques sont doublées.

Fig.2.13 Spectre d’harmoniques de la tension de sortie de l’onduleur en pont complet

U.Jijel, Dpt. Electrotechnique, M1 CSE & RE ELNPA Enseignant : Dj. LALILI


9
Chapitre 2 Convertisseurs de base

Le THD de cette tension de sortie est relativement élevé (0.4). Ainsi, si la charge de l’onduleur
exige une bonne qualité de tension, il est déconseillé de le commander en pleine onde. Si la charge
est de type RLC, on peut tolérer la commande en pleine onde, car ces types des charges ont un bon
pouvoir de filtrage, et peuvent filtrer les harmoniques de faibles fréquences de la tension de sortie.

Commande en pleine onde décalée


La commande en pleine onde décalée consiste à décaler la commande des interrupteurs q2 et q4
d’un angle θ par rapport à la commande des interrupteurs q1 et q3 respectivement.
La séquence de conduction et la forme de tension et du courant de sortie correspondants à la
commande décalée sont indiquées à la fig.2.14-a. Huit configurations se présentent durant chaque
période de la tension de sortie. Les quatre premières configurations sont présentées à les figs. 2.14.
b, c, d et e :
 La première configuration (b) correspond à l’intervalle du temps entre t0 et t1. Le courant
croissant positif passe à travers q1 et q2. La tension de sortie est Vdc
 La configuration c correspond à l’intervalle du temps entre t1 et t2. Le courant décroissant
positif passe à travers q1 et d3. La tension de sortie est 0 V.
 La configuration d correspond à l’intervalle du temps entre t2 et t3. Le courant décroissant
positif passe à travers d3 et d4. La tension de sortie est -Vdc
 La configuration e correspond à l’intervalle du temps entre t3 et t4. Le courant décroissant
négatif passe à travers q3 et q4. La tension de sortie est -Vdc
Le même raisonnement s’applique pour les quatre autres configurations de la période de
commutation.
L’analyse en série de Fourrier de la tension de sortie correspondante à la commande décalée est
donnée par :

4        1  3      1  5     
v ab  V dc sin   sin t   sin   sin   3t    sin   sin  5t 
   2  3  2  5  2 
1  7     
 sin   sin  7t   ... 
7  2 
(2.7)
L’amplitude de l’harmonique n (n=1, 3, 5,7…..) est alors donnée par :

4V dc  n     
V max (n )  sin   (2.8)
n  2 
On déduit que la commande en pleine onde décalée de l’onduleur en pont complet permet de modifier
l’amplitude du fondamentale et les amplitudes des harmoniques de sa tension de sortie. Ces
amplitudes sont des fonctions de l’angle de décalage θ. La fig. 2.15 donne l’évolution de ces
harmoniques en fonction de θ.

U.Jijel, Dpt. Electrotechnique, M1 CSE & RE ELNPA Enseignant : Dj. LALILI


10
Chapitre 2 Convertisseurs de base

Fig.2.14. Commande en pleine onde décalée. a- Séquence de conduction, b- Formes de tension et


de courant, b, c, d et e : Configurations d’une demi-période.

Fig.2.15. Evolution de l’amplitude du fondamentale et des harmoniques en fonction de l’angle de


décalage θ.

Commande par modulation des largeurs d’impulsions – MLI.


La commande en MLI consiste à multiplier le nombre de commutations durant chaque
période de la tension de sortie, de manière à pousser les harmoniques vers les ordres les plus élevés
et d’éliminer les harmoniques de faibles fréquences. L’étude de la commande par modulation des
largeurs d’impulsions est détaillée dans mes chapitres suivants.

U.Jijel, Dpt. Electrotechnique, M1 CSE & RE ELNPA Enseignant : Dj. LALILI


11
Chapitre 2 Convertisseurs de base

 Onduleur triphasé
Le schéma d’un onduleur triphasé est indiqué à la fig.2.16. Il est composé de trois bras – trois
phases-, chacun composé de deux interrupteurs commandés d’une façon complémentaire, pour éviter
le court-circuit de la source Vdc.
Les tensions entre phases de
l’onduleur sont données par :
v ab  v ao  v bo
v bc  v bo  v co (2.9)
v ca  v co  v ao

Les tensions entre phases peuvent être


exprimées aussi par :
v ab  v an  v bn
Fig.2.16. Onduleur triphasé de tension
v bc  v bn  v cn (2.10)
v ca  v cn  v an

En tenant compte du fait que la charge est


à neutre isolé :
v an  v bn  v cn  0 (2.11)

En manipulant(2.9), (2.10) et(2.11), on


obtient :

1
v an   2v ao v bo v co 
3
1
v bn   2v bo v ao  v co 
3
1
v cn   2v co  v ao  v bo 
3
(2.12)

On peut aussi déduire la relation entre la


tension du neutre de la charge et le point
milieu de la source :
1
v no  v ao  v bo  v co  (2.13)
3
L’onduleur triphasé de tension a
huit configurations ou phases de
fonctionnement possibles. Ces
configurations sont présentées à la
fig.2.17.Les six premières configurations
(figs.2.17.a-f) correspondent à
l’application des tensions non nulles à la
sortie de l’onduleur. Les deux dernières Fig.2.17. Configurations de l’onduleur triphasé
configurations (figs.2.17.g et h)

U.Jijel, Dpt. Electrotechnique, M1 CSE & RE ELNPA Enseignant : Dj. LALILI


12
Chapitre 2 Convertisseurs de base

correspondent à l’application des tensions


nulles aux phases de l’onduleur. Ces deux
configurations correspondent à la
conduction simultanée des trois
interrupteurs de haut ou du bas des trois
phases. Les deux configurations à
tensions nulles ont leur importance dans
la commande en MLI vectorielle de
l’onduleur, qu’on va étudier dans les
chapitres suivants.

Commande en pleine onde –


commande 120° degrés
La commande en pleine onde (ou
commande 120 degrés) de l’onduleur
triphasé consiste à décaler la commande
des trois interrupteurs de haut des trois
bras, de 120 ° l’un par rapport aux deux
autres. Pour cette commande en pleine
onde, l’onduleur prend six parmi les huit
phases de fonctionnement durant chaque
période : les configurations indiquées sur
les figs.2.17.a-f.
La fig.2.18 montre la forme des
tensions vao, vbo, vco, vab, van et vno lorsque
l’onduleur triphasé et commande en
pleine onde, ainsi que le spectre
d’harmoniques de la tension de phase van.
On constate que l’harmonique 3 et ses
multiples ont des amplitudes nulles. Le
Fig.2.18. Formes d’ondes des tensions de l’onduleur
spectre contient les harmoniques 5, 7,
11,13…etc. triphasé, et spectre d’harmoniques de la tension de sortie

3.2 Onduleur de courant – Current Source Inverter, CSI


La structure d’un onduleur de courant triphasé est
indiquée à la fig.2.19. L’onduleur de courant est le duel de
l’onduleur de tension. Ses interrupteurs sont unidirectionnel en
courant et bidirectionnels en tension. Les formes des courants
de sortie de l’onduleur de courant sont équivalentes aux formes
des tensions de sortie de l’onduleur de tension. Les mêmes
Fig.2.19. Onduleur de courant
techniques de commande appliquées sur l’onduleur de tension
peuvent être appliquées sur l’onduleur de courant, avec
certaines spécifications.

U.Jijel, Dpt. Electrotechnique, M1 CSE & RE ELNPA Enseignant : Dj. LALILI


13
Chapitre 2 Convertisseurs de base

4 Conversion alternative continue, ac-dc converters


Les convertisseurs continu alternatif sont les redresseurs. Ils peuvent être classés en redresseurs
commandés et redresseurs non commandés.

4.1 Redresseurs non commandés


Les redresseurs non commandés utilise un interrupteur non commandé ni en fermeture ni en
ouverture, c.à.d. une diode. Les structures les plus utilisées de ce type des redresseurs sont les
suivantes !
 Redresseur monophasé en demi-pont (simple alternance)
Charge résistive
Il s’agit d’une diode connecté en série entre la source et la charge (fig.2.20.a). La diode coupe
l’alternance négative de la tension dans le but de générer une tension ayant une valeur moyenne non
nulle. Ce redresseur a deux configurations de fonctionnement (fig.2.20.b).

Fig.2.20. Redresseur monophasé en demi-pont, à diode, à charge résistive

a. Structure ; b. Configurations de fonctionnement

Charge inductive
La charge inductive provoque un retard du courant de la charge (fig.2.21). et la conduction de
la diode après la fin de la demi-période. Une tension négative s’applique alors à la charge. La valeur
moyenne de la tension de charge dépend du facteur de puissance de la charge

Fig.2.21. Redresseur monophasé en demi-pont, à diode, à charge inductive


Structure ; b. Configurations de fonctionnement

U.Jijel, Dpt. Electrotechnique, M1 CSE & RE ELNPA Enseignant : Dj. LALILI


14
Chapitre 2 Convertisseurs de base

 Redresseur monophasé en demi-pont avec diode de roue libre


Les parties négatives de la tension de sortie peuvent être éclipsées en utilisant une diode en
parallèle avec la charge. Cette diode impose une tension nulle à la tension de la charge durant la phase
de conduction de la diode après la demi-période (fig.2.22). La valeur moyenne de la tension de sortie :
Vm
V0  (2.14)

Vm est l’amplitude de la tension sinusoïdale d’entrée.

Fig.2.22. Redresseur monophasé en demi-pont, à diode, avec diode de roue libre


a-Structure ; b. Configurations de fonctionnement

 Redresseur en pont complet (double alternance)


La fig.2.23.a montre le schéma d’un redresseur monophasé non commandé en pont complet ; tandis que la
fig.2.23.b montre le schéma du redresseur triphasé non commandé en pont complet

Fig.2.23. Redresseur en pont complet non commandé : a- monophasé, b- triphasé

U.Jijel, Dpt. Electrotechnique, M1 CSE & RE ELNPA Enseignant : Dj. LALILI


15
Chapitre 2 Convertisseurs de base

4.2 Redresseurs commandés


Les redresseurs commandés peuvent être classés en deux catégories : les redresseurs en demi-
pont, et les redresseurs en pont complet. De point de vue commande, on distingue entre la
commande par déphasage, et la commande en MLI.
 Commande par déphasage
Redresseur monophasé simple alternance avec diode de roue libre
Le schéma de ce redresseur est indiqué à la fig.2.24. Le thyristor T est allumé à un angle
donné α, qui dépend de l’intervalle pendant lequel la tension de ce thyristor est positive. L’angle de
commande α permet de contrôler et de varier la valeur moyenne de la tension de sortie, exprimée
par :
Vm
V 0    1  cos   (2.15)Redresseur avec
2

Fig.2.23. Redresseur commandé monophasé simple alternance : avec diode de roue libre

Redresseur avec transformateur à point milieu


Son schéma est indiqué à la fig.2.24.a. Les tensions vc1 et vc2 sont déphasées de 180°
(fig.2.224.b). En supposant que le courant de charge est continu, ce courant est fourni par la tension
vc1 à travers le thyristor T1 entre α et π+π, et vc2, comme indiqué sur la fig.2.24.c. Par contre, le courant
de charge est fourni par vc2 à travers le thyristor T2 entre π+α e 2π+α., comme indiqué sur la
fig.2.245d.

Fig.2.24. Redresseur avec transformateur à point milieu

a- Structure, b- tension et courant redressées, c- et d- Phases de fonctionnement

U.Jijel, Dpt. Electrotechnique, M1 CSE & RE ELNPA Enseignant : Dj. LALILI


16
Chapitre 2 Convertisseurs de base

Redresseur avec transformateur à point milieu et diode de roue libre


En ajoutant une diode de roue libre à la sortie du transformateur à point milieu (fig.2.25.a),
les parties négatives de la tension de sortie sont éclipsées (fig.2.25.b).

Fig.2.25. Redresseur avec transformateur à point milieu et diode de roue libre

a-structure, b- tension redressée

Redresseur triphasé simple alternance


La fig.2.26.a montre le schéma du redresseur triphasé simple alternance, et la fig.2.26.b montre les
tensions des phases et la tension redressée, exprimée par :

3V m  
V0  sin   (2.16)
 n 

Fig.2.26. Redresseur triphasé simple alternance : a-structure, b- tension redressée

Redresseur double alternance


La fig.2.27.a indique le redresseur monophasé double alternance, tandis que la fig.2.27.b montre le
schéma du redresseur triphasé double alternance.

Fig.2.27. Redresseur double alternance. a-monophasé, b- triphasé

U.Jijel, Dpt. Electrotechnique, M1 CSE & RE ELNPA Enseignant : Dj. LALILI


17
Chapitre 2 Convertisseurs de base

Fig.2.28. Redresseur triphasé en MLI

 Commande en MLI
Le schéma du redresseur MLI est indiqué ç la fig.2.28. Ce type de redresseur est bidirectionnel
en puissance. Son courant de sortie est quasiment sinusoïdale, et le facteur de puissance de son côté
alternatif est unitaire et commandable. La Commande en MLI sera expliquée dans les chapitres
suivants.

5 Conversion alternative-alternative, ac-ac converters


5.1 Cyclo-convertisseur simple alternance
Son schéma est indiqué à la fig.2.29.a Un TIAC fait la liaison entre la source alternative et la
charge résistive. Durant l’alternance positive de la tension d’entrée, le TRIAC conduit de M1 à M2,
et durant l’alternance négative, il conduit de M2 à M1. La fig.2.29.b indique la forme de la tension de
sortie. Sa valeur efficace dépend de l’angle d’amorçage α, et donnée par :

Vm 1  sin 2 
V 0         (2.17)
2  2 

Fig.2.29. Cyclo –convertisseur simple alternance

U.Jijel, Dpt. Electrotechnique, M1 CSE & RE ELNPA Enseignant : Dj. LALILI


18
Chapitre 2 Convertisseurs de base

5.2 Cyclo-convertisseur monophasé double alternance


Son schéma est indiqué à la fig.2.30.a Les convertisseurs positif (P) et négatif (N) sont
commandés à tour de rôle de manière à avoir à la sortie une tension alternative de fréquence et
d’amplitude variables (fig.2.30.b)

Fig.2.30. Cyclo –convertisseur monophasé double alternance

5.3 Convertisseur matriciel


Le convertisseur matriciel est composé d’un champ des interrupteurs bidirectionnels faisant la
connexion directe entre la source et la charge. Le schéma d’un convertisseur matriciel triphasé est
indiqué en forme des interrupteurs idéals à la fig.2.31.a, et en réalisation pratique à la fig.2.31.b.

Fig.2.31. Convertisseur matriciel triphasé. A- structure idéal, b- réalisation pratique

U.Jijel, Dpt. Electrotechnique, M1 CSE & RE ELNPA Enseignant : Dj. LALILI


19
Chapitre 2 Convertisseurs de base

5.4 Convertisseur ac-dc-ac, Back to Back converter


Le convertisseur ac-dc-ac donne une autre façon de générer une tension alternative réglable
en fréquence et amplitude, à partir de la tension triphasée du réseau électrique. Son schéma est
indiqué à la fig.2.32. Il est composé de deux convertisseurs commandés en MLI. Un bus continu est
inséré entre les deux cotés alternatifs. La commande en MLI des deux convertisseurs donne une
grande efficacité et des bonnes performances au convertisseur ac-dc-ac.

Fig.2.32. Convertisseur ac-dc-ac

U.Jijel, Dpt. Electrotechnique, M1 CSE & RE ELNPA Enseignant : Dj. LALILI


20