Vous êtes sur la page 1sur 43

Cours

 2  
I.  Les  facteurs  d’influence:  
•  Nature  et  culture  
II.  Quelques  théories  du  développement:  
•  Théorie  psychanalyAque  
•  Théorie  de  l’apprenAssage  
•  Théorie  humaniste  
•  Théorie  cogniAve  
III.  Méthodes  de  recherche:  
•  Collecte  de  données  
•  RelaAons  entre  les  variables  
I.    Facteurs  d’influence    
Nature  et  Culture  
Le  développement  
Quelle  est  la  part  aGribuable  à:  

•  L’hérédité  ?   •  L’environnement  ?  

•  La  généAque  ?   •  L’apprenAssage  ?  

           =  NATURE                    =  CULTURE  
         (spécifique)                        (général)    
I.    Facteurs  d’influence    
Nature  et  Culture  
Supposons  une  habileté  X,  

Dans  quelle  proporAon?  

Comment  interagissent-­‐ils?  

L’ensemble  du  comportement  ou  de  l’habileté  est  le  résultat  


de  l’interacAon  entre  la  nature/hérédité  et  la  culture/
environnement  
I.    Facteurs  d’influence  -­‐  Nature    
Matura2on  (horloge  biologique)  
–  Processus  naturel  de  transformaAon  par  lequel  l’organisme  
aGeint  son  plein  développement.  
–  Processus  universel,  séquenAel  et  relaAvement  imperméable  
au  milieu.  
–  Ex.:  marche,  langage  
  Croissance:  
–  Accroissement  en  taille  et  en  poids,  de  la  naissance  au  
développement  complet.    
–  InteracAon  entre  maturaAon  et  environnement.  
  Vieillissement:  
–  Processus  naturel,  de  la  naissance  à  la  mort,  dû  à  l’avancée  
en  âge.  
I.    Facteurs  d’influence  -­‐  Nature    

Prédisposi2ons  (contraintes)  innées  

–  Tendances  innées  qui  portent  l’individu  à  réagir  de  


telle  ou  telle  manière  aux  sAmulus  du  milieu.  
–  Certaines  sont  universelle:  
•  Ex.:  pleurer  pour  signaler  les  besoins.  
–  Certaines  sont  plutôt  individuelles:  
•  Ex.,  comportements  pathologiques  (anorexie,  
schizophrénie)  
I.    Facteurs  d’influence  -­‐  Culture  
La  perspec2ve  écologique  
–  Ensemble  des  contextes  dans  lequel  l’individu  évolue  
(système  écologique).  

•  Culture:  La  transmission  des  


codes,  valeurs,  règles,  lois  
morales,  ainsi  que  des  artéfacts  
comme  les  ouAls.  La  transmission  
se  fait  d’une  généraAon  à  l’autre.  
•  Horloge  sociale:    séquence  
normale  des  événements  et  des  
rôles  sociaux.    
•  Cohorte:  personnes  autour  du  
même  âge  ayant  connu  les  mêmes  
évènements  à  la  même  période    
Figure 1.1 : Le modèle écologique de Bronfenbrenner (p. 8)
I.    Facteurs  d’influence  -­‐  Culture  
La  perspec2ve  écologique  
–  Ensemble  des  contextes  dans  lequel  l’individu  évolue  
(système  écologique).  

•  Nécessité  de  prendre  


en  compte  plusieurs  
facteurs  écologiques  
dans  l’étude  des  
comportements  de  
délinquance  

Figure 1.2 : Le modèle de Patterson (p. 8)


I.    Facteurs  d’influence  -­‐  Culture  
Le  modèle  interne  de  l’expérience  

–  Système  intériorisé  d interprétaAons  et  de  


significaAons  que  l’individu  se  construit  à  parAr  de  ses  
expériences.  
–  InterprétaAon  subjecAve  plutôt  que  objecAve.  
–  Les  modèles  développés  dans  l’enfance  ont  tendance  
à  se  poursuivre  à  l’âge  adulte.  
I.    Facteurs  d’influence  –    
Les  approches  interac2onnistes  
1.  L’interacAon  gènes  –  environnement:  
•  Transmission  d’un  «  bon  »  bagage  généAque.  
•  Les  prédisposiAon  héréditaires  influencent  notre  
percepAon  et  celle  des  autres.  
2.  Le  moment  de  l’expérience:  
•  Période  cri2que:  lorsqu’un  organisme  est  spécialement  
sensible  à  la  présence  ou  à  l absence  d une  expérience  
parAculière.  
•  Période  sensible:  concept  plus  
souple  (mois,  années)  où  l’enfant  
est  parAculièrement  influencé  par  
certaines  formes  d expériences  ou  
par  leur  absence.    
I.    Facteurs  d’influence  –    
Les  approches  interac2onnistes  
3.  Facteurs  de  risque  et  de  
protecAon:  
•  Vulnérabilité  –  trait  de  caractère  
qui  augmente  les  risques  que  
l’individu  réagisse  au  stress  de  
façon  inadaptée  ou  
pathologique.  
•  Résilience  –  trait  de  caractère  
qui  augmente  les  possibilités  
que  l’individu  s’adapte  bien  au  
stress.  
•  Double  mauvais  sort  –  
combinaison  de  la  vulnérabilité  
et  d’un  milieu  appauvri.  
II.  Théories  du  développement  
les  théories  psychanalyAques  
•  Freud  (1856-­‐1939):  
–  Intérêt  pour  les  troubles  
neurologiques.  
–  Le  comportement  est  dominé  par  des  
processus  conscients  et  inconscients.  
–  Le  développement  humain  est  une  
luGe  entre  les  pulsions  de  vie  et  de  
mort  et  les  comportements  sociaux  
appris.  
–  Élabore  une  théorie  du  
développement  à  quatre  dimensions  
II.  Théories  du  développement  
les  théories  psychanalyAques  
①  Dimension  topographique:  
–  3  niveaux  de  conscience  

Dans  le  présent,  l’immédiat.  

Souvenirs,  idées.  Peuvent  


ressurgir.  
Pas  d’accès,  évènements  
refoulés,  pulsions.  
II.  Théories  du  développement  
les  théories  psychanalyAques  
②  Dimension  structurale:  
–  3  structures  
Surmoi  (6  ans  et  plus)  
Valeurs,  interdits  et  tabous    
parentaux  et  sociaux  
Conscient:  principe  de  la  moralité  

Moi  (de  la  naissance  à  6  ans)  


Médiateur  entre  le  Ça  et  le  Surmoi  
Inconscient:  rêves,  lapsus,  actes  manqués  
Conscient:  principe  de  la  réalité  

Ça  (présent  à  la  naissance)  


Siège  des  pulsions  primi2ves  
Inconscient:  pulsions  de  vie  et  de  mort  
Principe  du  plaisir  
II.  Théories  du  développement  
-­‐  les  théories  psychanalyAques  -­‐    
③  Dimension  dynamique:  

–  Pulsion  de  vie:  Eros  (énergie:  libido,  amour,  


proliféraAon  de  l’espèce,  etc.)  
             Vs.  
–  Pulsion  de  mort:  Thanatos  (énergie:  destrucAon  
de  soi  et  des  autres).  
II.  Théories  du  développement  
-­‐  les  théories  psychanalyAques  -­‐    
④  Dimension  développementale:  
Tableau 1.1 : Les stades psychosexuels selon Freud (p. 15)
II.  Théories  du  développement  
les  théories  psychanalyAques  
•  Erikson  (1902-­‐1994)  et  la  théorie  
psychosociale:  
–  Partage  la  théorie  de  Freud.  
–  Moins  d’emphase  sur  les  conflits  
internes;  plus  d’importance  sur  le  milieu  
social.  
–  Moins  d’emphase  sur  les  processus  de  
maturaAon;  plus  d’importance  sur  les  
exigences  sociales.  
–  La  construcAon  de  l’idenAté  se  poursuit  
jusqu’à  l’âge  adulte.    
–  Stades  psychosociaux  
II.  Théories  du  développement  
les  théories  psychanalyAques  
Tableau 1.2 : Les huit stades du développement selon Erikson (p. 16)
II.  Théories  du  développement  
les  théories  de  l’apprenAssage  
•  Pavlov  (1849-­‐1936)  et  le  
condi2onnement  classique  (répondant):  
•  L’apprenAssage  se  
fait  par  associaAon  
entre  un  sAmulus  
neutre  et  un  
sAmulus  naturel  
(incondiAonnel).    
•  Le  sAmulus  neutre  
(condiAonnel)  finit  
par  déclencher  la  
même  réponse  
automaAque.  
II.  Théories  du  développement  
les  théories  de  l’apprenAssage  
•  John  Watson  (1878-­‐1958)  
et  le  Béhaviorisme:  
–  Le  développement  vu  
comme  une  série  de  
changements  
comportementaux  
–  Influence  de  
l’environnement  très  forte.  
–  L’expérience  du  peAt  Albert  
II.  Théories  du  développement  
les  théories  de  l’apprenAssage  
•  Skinner  (1904-­‐1990)  et  le  
condi2onnement  opérant  
(instrumental):  
–  Type  d’apprenAssage  dans  lequel  des  
renforcements  posiAfs  ou  négaAfs  
façonnent  le  comportement  d’un  
individu.  
–  Renforcement  posiAf  ou  négaAf.  
–  AugmentaAon  ou  diminuAon  d’un  
comportement.    
–  ConAngence  entre  les  comportements  
et  les  conséquences.  
II.  Théories  du  développement  
les  théories  de  l’apprenAssage  
CondiAonnement  opérant  
4  relaAons  de  conAngence  entre  un  sAmulus  et  sa  réponse:  
II.  Théories  du  développement  
les  théories  de  l’apprenAssage  
•  Bandura  (1925-­‐)  et  l’appren2ssage  
social:  
–  ApprenAssage  par  observaAon  
(modelage)  se  fait  par  observaAon  et  
imitaAon  d’autrui.  
–  ObservaAon  des  conséquences  d  »un  
comportement  chez  autrui:  
appren2ssage  vicariant.    
–  Renforcement  social.  
–  Renforcement  intrinsèque.  
–  Dimension  cogniAve.  
II.  Théories  du  développement  
les  théories  de  l’apprenAssage  
•  Bandura  (1925-­‐)  et  l’appren2ssage  social:  
2  façons  d’apprendre:  
Par  expérience  directe   Par  l’intermédiaire  d’un  modèle  
•  L’individu  est  impliqué  directement.   •  Pas  d’implicaAon  directe  
•  Aspect  cogniAf  dans  le  mainAent  du   •  Les  conséquences  chez  les  autres  
comportement:   influencent  notre  
•  Plan  informa2f:  anAciper  le  
comportement.  
renforcement,  émeGre  des  
•  Aspect  cogniAf  dans  l’analyse  
hypothèses  qui  mainAennent  le  
comportement.   des  conséquences.  
•  Plan  mo2va2onnel:  valoriser  les  
conséquences  des  comportements  
maintenus.  

MainAent  du  comportement  par  autorenforcement:    


standards  personnels,  généralisables.  
II.  Théories  du  développement  
les  théories  humanistes  
•  Rogers  (1902-­‐1987)  et  la  congruence  de  
soi:  
–  Une  force  posiAve  pousse  l individu  à  
réaliser  son  potenAel.  La  personnalité  est  
structurée  par  le  concept  de  soi  formé  en  
réacAon  à  ses    expériences  de  vie.  
–  Se  développe  durant  l’enfance  et  se  
stabilise  durant  l’adolescence.  
–  Le  champ  phénoménologique  comprend  
nos  expériences,  nos  sensaAons  et  nos  
pensées..  
–  Importance  de  la  percepAon  subjecAve.  
–  Un  concept  de  soi  congruent  implique  le  
développement  d’une  personnalité  saine.  
II.  Théories  du  développement  
les  théories  humanistes  
•  Maslow  (1908-­‐1970)  et  la  hiérarchie  
des  besoins:  
–  Le  développement  se  fait  par  une  
pulsion  fondamentale  posiAve  de  
l individu  qui  leur  permet  de  
développer  pleinement  leurs  capacités.  
–  Hiérarchie  des  besoins  humains.  
–  À  chaque  stade  correspond  un  besoin  à  
combler.  
–  NoAon  d’accomplissement.  
II.  Théories  du  développement  
les  théories  humanistes  
La  hierarchie  des  besoins  de  Maslow:  
Les  besoins  de  réalisa2on:  
•  Besoins  plus  «  évolués  »  
•  Lié  a  un  besoin  de  croissance  
•  Arrive  généralement  à  l’âge  
adulte.  
•  Les  deux  types  de  besoins  
doivent  être  comblés.  

Les  besoins  de  survie:  


•  Besoins  les  plus  
fondamentaux  
•  Liés  à  la  survie  et  la  
conservaAon  de  
l’homéostasie.  
II.  Théories  du  développement  
les  théories  cogniAves  
•  Piaget  (1896-­‐1980)  et  le  
développement  cogni2f:  
–  Comment  la  pensée  se  développe-­‐t-­‐
elle?  
–  Épistémologie  généAque.    
–  L’enfant  cherche  acAvement  à  
comprendre  son  milieu,  l’enfant  vu  
comme  un  pe2t  scien2fique.    
–  Dimensions  structurelle:  les  schèmes.  
–  Dimension  foncAonnelle:    organisa2on  
et  adapta2on.    
II.  Théories  du  développement  
les  théories  cogniAves  
•  Dimension  structurelle:  
Schème:  structure  cogniAve  interne  qui  fournit  à  
l’individu  une  procédure  à  suivre  dans  une  circonstance  
donnée,  un  patron  organisé  de  comportements;  peut  
être  sensoriel  moteur  ou  mental.    
•  Dimension  foncAonnelle:  
Organisa2on:  coordinaAon  entre  les  schèmes  existants.  
Adapta2on:  mécanisme  de  transformaAon  des  schèmes  à  
un  niveau  de  plus  en  plus  complexe.  Comprend  3  
processus:  assimila2on,  accommoda2on  et  équilibra2on.  
II.  Théories  du  développement  
les  théories  cogniAves  

L’enfant  acquiert  le  schème  «  chien  »  

L’enfant  assimile  les  autres  races  à    


son  schème  de  «  chien  »  

L’enfant  accommode  son  schème  de  


«  chien  »  aux  autres  animaux  et  crée  
son  schème  «  chat  »      

L’enfant  réorganise  la  structure  de  ses  


schèmes  existants  
II.  Théories  du  développement  
les  théories  cogniAves  
Tableau 1.4 : Les périodes du développement cognitif selon Piaget (p. 25)

Facteurs  de  transiAon:  la  maturaAon,  l’expérience  physique,  


les  interacAons  sociales  et  l’équilibraAon.      
II.  Théories  du  développement  
les  théories  cogniAves  
•  Le  traitement  de  l’informa2on:  
•  Cibler  les  processus  intellectuels  uAlisés  lors  de  la  résoluAon  d’une  
tâche.  
•  Développement  des  processus                                                                                                                                                  
selon  l’âge.  
•  Allégorie  avec  le  foncAonnement  
de  l’ordinateur.  
•  Plusieurs  structures  (MS,  MCT,  
MLT)  
•  Plusieurs  processus  (encodage,  
stockage,  récupéraAon).  
•  InformaAon  encodée  selon  un  
schéma  cogni2f.    
II.  Théories  du  développement  
les  théories  cogniAves  
•  Vigotsky  (1896-­‐1934)  et  la  théorie  
socioculturelle:  
–  L interacAon  sociale  consAtue  un  élément  
criAque  du  développement  de  la  pensée  et  
de  la  résoluAon  de  problèmes.  
–  Le  milieu  doit  fournir  les  occasions  de  
développement;  
–  Les  demandes  doivent  être  à  un  niveau  
accessible  (maturaAon).  
–  La  Zone  proximale  de  développement  doit  
constamment  être  adaptée  au  niveau  
actuel.  
–  Importance  du  langage.    
II.  Théories  du  développement  
les  théories  cogniAves  
La  zone  proximale  de  développment  de  Vygotsky  
II.  Théories  du  développement  
les  théories  cogniAves  
•  PerspecAve  sociale  cogniAve:  
–  D’après  la  théorie  de  l’apprenAssage  social  de  
Bandura.  
–  Les  modèles  imités/appris  sont  sélecAonnés  selon  
certains  critères.  
–  L’apprenAssage  dépend  de:  
•  AGenAon  sélecAve  
AcquisiAon  
•  Capacité  de  mémoriser/représenter  
•  Capacité  de  reproducAon  (physique)   Performance  
•  MoAvaAon  
–  AcquisiAon  d’habiletés  concrètes  ou  abstraites.  
–  SenAment  d’efficacité  personnelle.  
II.  Théories  du  développement  
CriAques  des  théories  
Théorie   Points  forts   Cri2ques  
Théories   •  Importance  des  liens  parents-­‐enfants   •  ObservaAon  cliniques  à  la  
pour  la  formaAon  des  modèles  internes   base  de  la  théorie.  
psychanalyAques   et  de  la  personnalité.   •  Difficile  de  définir  les  
•  Nature  transacAonnelle  du  processus   concepts  de  façon  
Force  interne  
développemental.   opéraAonnelle.  

Théories  de   •  Explique  l’acquisiAon,  la  conAnuité  et  le   •  Emphase  sur  le  
changement  des  comportements   comportement  plutôt  que  le  
l’apprenAssage   •  Possibilité  de  changement   développement.  
Force  externe   comportemental.  

Théories   •  Théories  opAmistes   •  Plutôt  axées  sur  la  séquence  


•  Vision  posiAve  de  l’individu  et  de  sa   des  besoins  plutôt  que  les  
humanistes   capacité  de  changement.   aspects  développementaux.  
Besoin  de  réalisa2on  

Théories   •  Données  empiriques  importantes   •  Ignorance  du  rôle  des  


•  Méthodologie    variée  et  astucieuse   émoAons  
cogniAves   •  Stades  sont  trop  rigides  
Processus  cogni2fs   (Piaget)  
•  Allégorie  de  l’ordinateur  
simpliste  
III.  Méthodes  de  recherche  
Collecte  de  données  –  3  méthodes  
•  Différents  groupes  d’âge/cohortes  
Étude   •  Sujets  sont  testés  une  seule  fois  
transversale   •  Même  mesure  pour  chaque  sujets,  dans  chaque  groupe  
•  Pourrait  refléter  une  différence  due  à  la  cohorte  
•  Collecte  de  données  rapide  

•  Mêmes  sujets  évalués  à  plusieurs  moments  


•  Comparaison  de  la  performance  à  différents  âges  
Étude   •  Très  couteux,  mortalité  expérimentale,  se  limite  à  
longitudinale   décrire  une  cohorte  
•  Donne  beaucoup  de  données,  évalue  les  changements  
liés  à  l’âge  

•  Différents  groupes  d’âge/cohortes  évalués  à  plusieurs  


moments  
Étude   •  Combinaison  des  études  transversales  et  longitudinales  
séquen2elle   •  Plusieurs  études  transversales  avec  un  décalage  dans  le  
temps  
III.  Méthodes  de  recherche  
Collecte  de  données  

transversale  

séquenAelle  
longitudinale  
III.  Méthodes  de  recherche  
RelaAons  entre  les  variables  –  3  types    
1.  Méthodes  descripAves  naturalistes:  
–  UAlisées  pour  décrire  un  comportement,  un  
phénomène.  
–  Aucune  intervenAon  du  chercheur.  
Observa2on  en  milieu  naturel   Étude  de  cas  
•  Permet  une  observaAon  en  milieu   •  InformaAons  détaillées.    
naturel/réel   •  Possibilité  d’observer  des  cas  
•  UAle  pour  démarrer  et  circonscrire  un   atypiques  
programme  de  recherche   •  Bonne  source  d’hypothèses  
•  Pas  de  contrôle  sur  le  phénomène   •  Peu  représentaAf  de  la  populaAon  
•  ObservaAons  biaisées/contaminée   générale  
•  Difficile  de  généraliser  à  un  autre   •  InterprétaAons  subjecAves  
milieu   •  Difficile  de  vérifier  l’informaAon  
•  Pas  de  prédicAon  ou  d’explicaAons   •  Pas  de  prédicAon  ou  d’explicaAons  
causales.   causales.  
III.  Méthodes  de  recherche  
RelaAons  entre  les  variables  
2.  Méthodes  descripAves  systémaAques:  
–  Prédire  un  comportement  (sans  causalité).    
–  Examen  des  autres  facteurs  impliqués.  
–  Nécessitent  une  intervenAon  du  chercheur.  
–  Lien  de  corréla2on  entre  les  variable  (indice  +/-­‐)  
CorrélaAon  posiAve   CorrélaAon  nulle   CorrélaAon  négaAve  

Les  scores  des  variables   Pas  de  lien  entre  les   Les  scores  des  variables  ont  
vont  dans  le  même  sens.   scores  des  variables.   des  direcAons  opposées.  

–  Mais  PAS  de  lien  de  causalité.  


2.  Méthodes  descripAves  systémaAques  
Observa2on  systéma2que   Analyse  de  contenu  
•  Plus  de  contrôle.   •  Possibilité  d’approfondir  et  de  
•  UAlisaAon  de  la  technologie  et  de   comparer  les  sujets  
matériel  prédéfini.     •  Longue  analyse  
•  Maîtrise  limitée   •  InterprétaAons  du  matériel  peut  
•  SituaAon  arAficielle   être  fausse.    
•  Difficile  de  rester  objecAf   •  Pas  de  prédicAon  ou  d’explicaAons  
•  RéacAvité  possible   causales.  
•  Pas  de  prédicAon  ou  d’explicaAons  
causales.  

Entrevue   Ques2onnaire  
•  Possibilité  pour  les  sujets  de  nuancer   •  Applicable  à  un  grand  nombre  
leurs  réponses.   •  Rapide  
•  Phénomènes  inaccessibles  à   •  Comparaison  des  réponses  des  sujets.  
l’observaAon  ou  l’expérimentaAon.     •  Réponses  des  sujets  sommaires  et  
•  Démontre  des  relaAons/corrélaAons   générales.  
•  Difficile  de  rester  objecAf   •  Long  
•  Long   •  Pas  d’explicaAons  causales.  
•  Pas  d’explicaAons  causales.   •  Désirabilité  sociale  
•  Désirabilité  sociale/oubli/déformer  
III.  Méthodes  de  recherche  
RelaAons  entre  les  variables  
3.  Méthode  Expérimentale:  
–  Expliquer  un  comportement,  vérifier  une  hypothèse.  
–  Nécessitent  une  intervenAon  du  chercheur.  
–  Comparaison  de  groupes  expérimentaux:  
•  Groupe  expérimental:  reçoit  le  traitement  
•  Groupe  témoin:  reçoit  un  traitement  neutre/aucun  
traitement  
–  AssignaAon  aléatoire  
–  IntroducAon  de  la  variable:  
•  Variable  indépendante:  introduite  par  le  chercheur  (ex.,  
musique  pendant  la  résoluAon  de  problèmes)  
•  Variable  dépendante:  ce  qui  est  mesuré,  (ex.,  le  temps  
de  réacAon  ou  le  nombre  de  bonne  réponses).  
III.  Méthodes  de  recherche  
RelaAons  entre  les  variables  
3.  Méthode  Expérimentale:  
–  Problèmes  d’éthique  avec  certains  phénomènes.  
 On  uAlise  la  méthode  quasi-­‐expérimentale.    
–  Comparaison  de  groupes  sans  réparAAon  aléatoire.  

Méthode  expérimentale   Quasi-­‐expérimentale  


•  Très  bonne  maîtrise  du  phénomène.   •  Très  bonne  maîtrise  du  phénomène.  
•  Possible  de  déterminer  les  causes  et   •  Possible  de  déterminer  les  causes  et  les  
les  effets.   effets.    
•  SituaAon  arAficielle,  difficile  de   •  UAlisaAon  même  dans  des  cas  d’éthique.  
généraliser   •  SituaAon  arAficielle,  difficile  de  généraliser.  
•  Problèmes  éthiques  dans  la   •  Pas  toujours  possible  d’assigner  
manipulaAon  de  variable.   aléatoirement.  
•  Pas  toujours  possible  d’assigner   •  Confusion  dans  les  variables.  
aléatoirement.  
III.  Méthodes  de  recherche  
Recherche  chez  les  nouveaux-­‐nés  
•  Comment  fait-­‐on  pour  évaluer  les  capacités  du  
nourrisson?  
–  Succion  non-­‐nutriAve  

–  Fréquence  du  rythme  cardiaque