Vous êtes sur la page 1sur 6

La langue gauloise 2011 Albin Jaques

Les inscriptions gallo-é trusques


Carte tirée de RIG 2-1, p. 5 :

E-1 : L’inscription de Briona


Briona (Novara, Piemonte ; Vertamocorii)
inscription dextroverse avec interponction
pierre découverte en 1859
datation : Ier s. av. J.-C. (?)
Transcription :
A2 : TanoTaliKnoi | Dan(n)otalicnoi
A3 : KuiTos | Quintus
A4 : leKaTos | Lēgātus
A5 : anoKoPoKios | An(n)oco(m)bogios
A6 : seTuPoKios | Se((n))tubogios
A7 : esaneKoTi | Es(s)an(n)ecot(t)ī
A8 : anareuiśeos | An(n)areuiθeos
A9 : TanoTalos | Dan(n)otalos
A10 : KarniTus | Carni(n)tus
A1 : ]ṇ[-]K[-Ṭ]esasoiọiKan[ị]
B1: TaKos • TouTas[ | TaKos toutās …

1
La langue gauloise 2011 Albin Jaques

E-2 : La bilingue de Verceil


Verceil/Vercelli (Vercelli, Piemonte ; Libici)
inscription bilingue dextroverse avec interponction
pierre servant de borne trouvée en 1960
datation : IIe–Ier s. av. J.-C.
Transcription :
fīnis
cam͡pō • qu͡em
dedit • Acisius
argan͡tocom͡a͡teṛ-
ecus • com(m)ūn͡em
deīs • et • homiṇiḅ-
us • ita utī ḷa͡pidē ̣ṣ
IIII • statūtī suṇṭ
aKisios • arKaToKo{K}
maTereKos • To[ś]o
KoT[e (•) a]Tom/ś Teuoχ
Toni[o]n EV
Acisios argantomaterecos
TośoKoTe
antom / antoś
dēuoγdonion
E.V.

E-3
Gropello Cairoli près de Lomello (Laumellum) (Pavia, Piemonte ; Libici)
Graffite sinistroverse sur un fragment de patère trouvé au milieu du XXe s. ; datation : IIe s. av. J.-C.
eriPoχios | Eriboγios

E-4
Garlasco près de Lomello (Laumellum) (Pavia, Piemonte ; Libici)
Graffite sinistroverse sur un fragment d’olpé gauloise trouvé au milieu du XXe s. ; datation : IIe s. av. J.-C.
esoPnos KePi | Es(s)obnos Ke((m))Pī

2
La langue gauloise 2011 Albin Jaques

E-5 : La bilingue deTodi


Todi (Perugia, Umbria)
inscription bilingue dextroverse avec interponction
deux rédactions bilingues successives (2 lapicides)
stèle opisthographe trouvée en 1839
datation : IIe–Ier s. av. J.-C.
face L / A :
[Ategnātī]
[Drūt]ī[̣ • ]f(īlius)[
̣ • … vestiges …]
[C]oisis[ • ]Drūtī • f(īlius)
[f]rāter • eius
[m]inimus • locāu[i]<t>
[st]atuitqu<e>
[aT]eKnaTi TruTi[K]ṇi
[Kar]ṇiTu • loKan • Ko[i]sịs
[Tr]uTiKnos
Ategnātī Drūticnī
carnitu lo((n))gān Coisis
Drūticnos
face A / B :
[Ategnātei • Drū-]
[tei • f(īlius) • … …]
[Coi]ṣịṣ
Ḍrūtei • f(īlius) • frāter
eius
minimus • locāu-
it • et • statuit
ạTeKnaTi • TruT
iKni • KarniTu
arTuaśKoisis • T
ṛuṬiḲṇọṣ •
Ategnātī Drūt-
icnī carnitu
arduaś Coisis D-
rūticnos

*E-6
Milan/Milano (Mediolānum) (Milano, Lombardia ; Insubri)
graffite sinistrographe sur un vase perdu trouvé au milieu du XIXe s. ; datation : IVe–IIIe s. av. J.-C. ?
seTuPK | Se((n))tub(o)g(ios)

3
La langue gauloise 2011 Albin Jaques

Autres inscriptions
Cureggio (Novara, Piemonte ; Vertamocorii ?)
Inscription (peut-être lépontique ?) sur un fragment de pierre aperçue en 1983 ; datation : Ier s. av. J.-C.
… |…
[..]Ṭo[..]iKnos | …-icn-os
maToPoKios / iaToPoKios / śaToPoKios | Mato-/Ia(n)to-/Śat(t)o-/Śa(n)tobogios
sola | So(l)ā
nimoniKna / niśoniKna | Nimon-/Niśon-icn-ā
Oleggio (Novara, Piemonte ; Vertamocorii ?)
Inscription sur le fond d’un bol ; datation : fin IIe s. av. J.-C.
riKanas | Rīganās

Les traductions
E-1 : « Le fils de Dannotalos, Quintus, légat, Andocombogios, Se((n))tubogios, et (les fils) d’Essandecottos,
Andareviśeos, Dannotalos, ont élevé ce tumulus. »
E-2 : (latin) « Délimitation pour l’espace qu’a consacré A.A. (de façon qu’il soit) commun aux dieux et aux
hommes, (espace défini) par la façon dont les bornes, au nombre de quatre, ont été dressées. » — (gaulois)
« Acisios Argantocomaterecos (a institué) la limite / les limites appartenant aux dieux et aux hommes. »
E-3 : « Eriboγios »
E-4 : « Es(s)obnos fils de Ke((m))Pos »
E-5 : (latin) « (La tombe) d’Ategnatos fils de Drūtos, c’est son frère le plus jeune, Coisis fils de Drūtos, qui l’a
établie et élevée » – (gaulois) « Coisis fils de Drūtos a érigé la tombe/l’urne / la sépulture d’Ategnatos fils de
Drūtos »
E-6 : « Se((n))tu•b(o)g(ios) »
Curregio : « … fils de …, Matobogios, Sol(l)a fille de Nimū » (?)
Oleggio : « de Rīganā »

Le vocabulaire gaulois cisalpin


arKatoKo{K}maTereKos E-2 : nom de fonction, en lat. argantocomaterecus : arganton ‘argent’ et comaterecos
‘sénateur, patricien, patron’ composé de com- ‘avec’ et de atīr ‘père’ et suffixe -ecos
(cf. lat. patricius)
arTuaś E-5 : acc.pl. d’arduos, -ā, -on ‘haut’, ‘les parties hautes, les superstructures de la cons-
truction funéraire’
[a]Tom / [a]Toś E-2 : acc.sg. ou acc.pl. d’antos ‘limite, borne’ (cf. skt ánta- ‘limite, frontière’ ; germ.
andijaz : all. Ende, angl. end)
eu E-2 : abréviation : lat. ex uōtō ou équivalent gaulois ?
KarniTu E-5 : forme verbale dénominative carn-itu (cf. καρνιτου en G-151) de *carnon ‘tas de
pierres, tombe’ (cf. v.irl. carn (o) n.)
KarniTus E-1 : pluriel du précédent carn-intu-s avec postfixe -s ?
leKaTos E-1 : lēgātos = lat. lēgātus
loKan E-5 : acc.sg. soit logān ‘tombe, caveau’ soit longān ‘vaisseau, urne’ les deux de la
racine *legʰ- ‘se coucher’ [LIV 398–9]
TaKos E-1 : substantif : tancos ‘paix’, tāgos ‘chef’, dagos ‘bon’ ?
TeuoχToni[o]n E-2 : composé dvandva au gén.pl. dēuo•gdon-i-on ‘des dieux et des hommes’ (avec g
lénité avant d)

4
La langue gauloise 2011 Albin Jaques

To[ś]oKoT[e] E-2 : forme verbale qui correspond à dedit de la version latine ; sans explication sûre
TouTas E-1 : gén.sg. de toutā ‘tribu, peuple’

L’onomastique
aKisios E-2 : Aci-sios : aci- forme Caland de acros, -ā, -on ‘haut’ ?
anareuiśeos E-1 : An(n)•are•uiʦeos : and- ‘très, grand’ et are- ‘devant’ et uiʦeos < *u̯ids-io- ?
anoKoPoKios E-1 : An(n)o•co(m)•bogios : ando- ‘bas’ ? et com- ‘avec’ et bogios ‘qui frappe’
aTeKnaTi E-5 : composé Ate•gnāt-ī ‘Reconnu’ ou ‘René’ au gén. : ate- ‘re-’ et gnātos ‘connu’
(*g̑n̥h 3 -tó-) ou ‘né’ (*g̑n̥h 1 -tó-)
eriPoχios E-3 : Eri•boγios ‘qui frappe alentour’ (avec g intervocalique lénité) : eri- ‘autour’ et
bogios ‘qui frappe’
esaneKoTi E-1 : Es(s)•an(n)e•cot(t)-ī : exs- > ess- privatif et ande ‘très, grand’ et cottos ‘vieux’
esoPnos E-4 : composé Es(s)•obnos ‘Impavide’ : exs- > ess- privatif et obnos ‘peur’ ; ce nom
se retrouve en lépontique
KePi E-4 : inconnu au gén. thématique
Koisis E-5 : peut-être *Co•uid-ti- ? [mais on attendrait ś pour le tau gallicum ?]
KuiTos E-1 : lat. Quintus
m/i/śaToPoKios Cureggio : composé en °bogios ‘qui frappe’, le premier élément est soit Mato° ‘ours’
ou ‘favorable’ (pour matu- ou mati-), soit Ia(n)to° ‘envie’ (pour iantu-), soit Śat(t)o°
‘?’ (pour sat(t)o-) soit Śanto- ‘unique ?’ (pour santo-, cf. l’ethnonyme)
nim/śoniKna Cureggio : dérivé en -icnā ‘fille de’ soit de *Nimū, Nimon- (= Nemo- ?), soit de
Niθ- ‘?’
riKanas Oleggio : Rīgan-ās gén. de Rīganā ‘reine’ (on attendrait plutôt Rīganī)
seTuPoKios E-1 : composé Se((n))tu•bogios ‘qui bat (fraye) le chemin’ : sentu- ‘chemin’ et bogios
‘qui frappe’ [pas sûr, on trouve setu- en gaulois transalpin] ; ce nom se retrouve en lé-
pontique
seTuPK E-6 : forme abrégée du précédent
sola Cureggio : Sol(l)ā ‘toute ?’
TanoTalos E-1 : composé Dan(n)o•talos : dan(n)os ‘magistrat, curateur’ et talos = talus ‘front’
(ou ‘bouclier’ ?) ?
TanoTaliKnoi E-1 : nom.pl. d’un dérivé en -icnos ‘fils de’ du précédent
TruTiKnos E-5 : dérivé en -icnos ‘fils de’ de Drūtos ‘fort, exubérant, vaillant’
TruTiKni E-5 : gén. Drūt-icn-ī du précédent

Les formules
idionyme + patronyme au génitif :
• Es(s)•obnos Ke((m))P-ī
• Se((n))tu•bogios Es(s)•an(n)e•cot(t)-ī
idionyme + patronymique en -icnos :
• … …-icnos
• Sol(l)ā Nimon-icn-ā (?)
• Dan(n)o•tal-icn-oi
• Ate•gnāt-ī Drūt-icn-ī
• Coisis Drūt-icn-os
idionyme + nom de fonction :

5
La langue gauloise 2011 Albin Jaques

• Acisios argantocomaterecos

Gaulois cisalpin et lépontique


Traits communs (absents en gaulois transalpin)
• *nd > nn : ande > anne ; ando > anno
(même évolution en sabellique, cf. osq. úpsannam ≈ lat. operandam)
• *NT > NT : Annocombogios, Cuintos, arganto-, longan
• *χs > s(s) : eχs- > es(s)- (Es(s)annecottos, Es(s)obnos)

Traits différents
• *-m# : gaul.cis. > *-n# (dēuoγdonion, longan) vs lép. -m#
• 3e pers. sg./pl. prétérit : gaul.cis. -u (carni(n)tu) vs. lép. -e
• patronymiques : gaul.cis. en -icno/a- vs lép. en -al(o/a)- (d’origine tyrsénienne)

Bibliographie
LAMBERT, Pierre-Yves (2003). La langue gauloise. 2e éd. ; Paris : Errance ; pp. 73–81.
LEJEUNE, Michel (1988). Textes gallo-étrusques. Textes gallo-latins sur pierre. Paris : CNRS (RIG 2.1) ; pp. 1–
54.
MOTTA, Filippo (1992). « Vues présentes sur le celtique cisalpin », EC 29 : 311–318.
MOTTA, Filippo (1995). « La stele di Cureggio », in ESKA, Joseph F., GRUFFYDD, R. Geraint & JACOBS, Nicolas
(edd.). Hispano-Gallo-Brittonica : Essays in Honour of Professor D. Ellis Evans on the Occasion of his
Sixty-Fifth Brithday. Cardiff : University of Wales Press ; pp. 126–137.