Vous êtes sur la page 1sur 53

Le projet multilatéral Comenius

Media-Info

Cours de journalisme à l’intention des élèves

Le journalisme écolier - Boîte à outils

Aptitudes de rédaction

Méthode de la pyramide inversée

La rédaction de manchettes

Les éditoriaux et les chroniques

Les articles de fond

Dix conseils pour bien écrire

Revue des principes du journalisme

2008
Méthode de la pyramide inversée
Lawrence Surtees, journaliste au Globe and Mail explique un bonne façon de structurer
un article:

Examinez la première page d'un journal récent. Lisez rapidement quelques-un des
articles. Vous vous rendrez vite compte que, malgré les sujets et styles différents, la
plupart des articles ont une structure semblable.

Avec une connaissance de cette structure de base et un peu de pratique, les élèves
pourront facilement rédiger des articles bien structurés.

• Le premier paragraphe est appelé


l'AMORCE ou le LEDE

• Le reste de l'article est appelé le CORPS et


donne des informations complémentaires à
l'amorce.

• Enfin, comme tout bon texte, le dernier


paragraphe forme la CONCLUSION.

La structure d'un article de nouvelles est souvent rédigée par la méthode de la pyramide
inversée. Ce nom vient du fait que l'information la plus importante, sur laquelle l'article
est basé, est révélée dans la première phrase. Le reste du texte contient de l'information
de moins en moins importante à mesure que le lecteur approche de la fin.

Cette technique fut utilisée pour la première fois à l'époque des caractère d'imprimerie
faits en plomb. Cela permettait aux journalistes et aux rédacteurs de modifier rapidement
un article à partir de la fin avant l'impression. L'arrivée de l'ordinateur a de nos jours
grandement facilité la tâche -- mais la structure est restée.

Avec le temps, les règles du journalisme se sont faites de moins en moins sévères, et
plusieurs journaux se sont créé leurs propres structures. Cependant, la plupart des
reporters utilisent toujours la méthode de la pyramide inversée afin de présenter les
renseignements les plus importants en début d'article.

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
Voici une description de la structure:

1. Amorce/lede
L'amorce consiste en la première phrase ou le premier paragraphe d'un article et résume
en quelques mots la nouvelle faisant l'objet de l'article. Il faut que ce soie plus qu'une
simple introduction. L'amorce doit aussi retenir et stimuler l'attention du lecteur pour lui
donner le goût de lire le reste de l'article.

Un bon journaliste sait que l'amorce doit répondre aux cinq questions essentielles: Qui?
Quoi? Où? Quand? et Pourquoi? Une phrase ou deux donnant les réponses à ces
questions résument toujours la nouvelle.

Il y a d'autres sortes d'amorces, pouvant être réparties en deux catégories: directes et


indirectes. Le choix d'un type d'amorce dépend du genre et du ton du reste de l'article.
Une amorce directe est appropriée pour les articles de nouvelles tandis qu'une amorce
indirecte convient mieux à un article de fond.

2. Corps de l'article
Le reste du texte, mis à part la fin, est appelé le corps de l'article. Dans un article de
nouvelles, le corps supporte l'amorce en utilisant la méthode de la pyramide inversée.

Un article peut comprendre, immédiatement après l'amorce, un paragraphe décrivant les


sous-thèmes et autres implications de l'idée principale. Ce paragraphe est lui-même suivi
par des paragraphes donnant les détails de ces sous-thèmes dans un ordre logique.

En plus des commentaires de l'auteur, chaque thème ou sous-thème est illustré et


expliqué par des faits, des citations et des preuves. Puisque le lecteur veut savoir qui a dit
quoi, il est important de mentionner les sources des citations utilisées. Pour cela, un
journaliste doit obtenir la permission de la source et s'assurer que son nom est bien
orthographié.

Le corps d'un article peut être rédigé à partir d'une structure différente de celle de la
pyramide inversée. L'une de ces différentes structures est appelée le sablier, car
l'information importante se situe au début, devient plus complémentaire vers le milieu et
révèle de nouvelles informations à la fin afin de maintenir l'intérêt du lecteur.

Un article peut aussi progresser chronologiquement en relatant les faits les plus récents
dans son amorce et rappelant l'historique du dossier tout au long de l'article. L'utilisation
3

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
d'une structure, quelle qu'elle soit, rend la rédaction d'un article beaucoup plus facile.
Cela permet aussi à l'auteur de bien organiser ses idées, évitant ainsi de sauter d'une idée
à l'autre sans cohérence.

La rédaction de l'amorce est la toute première étape du processus de rédaction. Lorsque


ce court paragraphe est écrit, le journaliste dresse un plan du corps de l'article. Un plan
est une très simple liste des idées de chaque paragraphe, ce qui aide l'auteur à organiser
ses idées, à voir tous les détails d'un coup d'oeil, à estimer la longueur de son article et à
économiser du temps de rédaction.

Lorsque le plan est dressé, il faut s'occuper du déroulement. L'auteur d'un article ne liste
pas ses idées et thèmes à l'aveuglette. Il doit les placer en ordre d'importance, de temps ou
suivant un autre ordre, dépendant de la structure choisie. Chaque paragraphe est relié au
suivant par une transition. Une transition se situe en fin de paragraphe pour indiquer
comment l'idée de ce paragraphe si rattache à l'idée du suivant.

3. Conclusion
Puisque les articles de nouvelles se terminent souvent lorsque la nouvelle est
communiquée, les articles rédigés selon la méthode de la pyramide inversée n'ont pas
besoin d'une très forte conclusion. Mais ce n'est pas le cas pour tous les genres d'articles.
Comme dans la plupart des activités d'écriture, la rédaction d'une conclusion s'avère
souvent tout aussi délicate que celle d'une introduction ou d'une amorce.

L'une des méthodes populaires de conclure un article est l'utilisation d'une citation
marquante ou surprenante. Une autre bonne façon de terminer son article est d'offrir au
lecteur un fait ou une citation renvoyant à l'idée principale de l'article, ce qui laisse des
traces de l'histoire dans son esprit.

L'auteur d'un article doit éviter de sermonner à la fin d'un article ou de carrément donner
son point de vue tout cru. Il peut être difficile d'y résister, mais un article bien structuré et
rédigé permet au lecteur d'arriver à la conclusion de l'auteur sans que celui-ci ne la
formule en termes clairs.

La rédaction de manchettes

Les reporters racontent des récits qui ont comme sujet des personnes, des
endroits, des événements et des objets. Pourtant, un article sur un sujet
d'actualité se distingue des récits traditionnels tels les légendes, les contes
de fée et autres ouvrages de fiction. Ces récits-là sont normalement
4

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
beaucoup plus longs et sont organisés de façon très différente. La tâche
d'une auteure ou d'un auteur de fiction, c'est de divertir; il peut se permettre
de communiquer son point principal à la fin du récit. C'est pourquoi il
commence souvent son récit avec l'expression « Il était une fois ». "

Un article sur un sujet d'actualité se distingue d'autres genres d'écriture non-


fictive dans le sens qu'il s'agit d'une « nouvelle ». Si, après avoir lu un texte,
tu te dis, « Ca, je le savais déjà », alors là, ce que tu es en train de lire ne
constitue probablement pas une nouvelle mais plutôt un fait de l'histoire.

La nature d'une nouvelle


L'impact et l'aspect immédiat sont des éléments-clés dans toute définition des mots «
nouvelle » et « actualité ».

Le Petit Robert I offre la définition suivante de « nouvelle » : « Premier avis qu'on donne
ou qu'on reçoit (d'un événement récent); cet événement porté pour la première fois à la
connaissance de la personne intéressée, ou du public...Les nouvelles Tout ce qu'on reçoit
par la rumeur publique, la presse... »

La pertinence est un facteur clé dans la détermination de ce qui constitue une nouvelle.
Mais les reporters de nouvelles et les rédactrices et rédacteurs doivent décider ce qui est
pertinent pour leurs abonnés et pour leurs auditrices et auditeurs. Le jeune reporter doit
réfléchir aux caractéristiques de ses lectrices et lecteurs; cela l'aidera à décider ce qui
constitue une nouvelle, et quels sujets feront l'objet de ses articles.

L'idée principale
L'idée principale d'un article, c'est ce qui va saisir l'attention du lecteur ou de la lectrice et
ce qui va les pousser à lire le restant de l'article. En fait, c'est le fait saillant que le
reporter a appris en faisant son reportage. Le restant de l'article servira à appuyer cette
idée principale.

La tâche de rédiger ce point d'entrée à l'article exige que le reporter prenne des décisions
difficiles. Un reporter doit faire le tri entre les faits qu'il a recueillis en faisant son
reportage afin de cerner le thème. Éventuellement, il y aura plusieurs thèmes différents,
mais le journaliste doit décider du thème central de l'article.

Ensuite, il doit considérer le format éventuel de son article.

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
Carman Cumming et Catherine McKercher de l'université Carleton suggèrent qu'en
faisant le tri d'un tas de matériel, les reporters pensent à « S-I-N » - un sigle pour
«signifiant, intéressant et nouveau ».

Les jeunes reporters devraient penser à ces trois qualités en faisant leur recherche et leurs
interviews. Ainsi ils pourront trouver l'idée principale qu'ils vont cerner au tout début de
leur article et qui va sauter à l'attention des lectrices et des lecteurs.

Les qualités d'un article réussi


Peut importe le format, un bon article sur un sujet d'actualité contient au moins sept
éléments, dit Donald Murray, expert-conseil en rédaction à The Boston Globe, dans son
guide de rédaction:

1. Information.
La substance est l'ingrédient de base d'un article. Pour bien écrire, le journaliste doit
connaître des détails spécifiques, exacts et révélateurs.

2. Signifiance.
Les articles bien faits affectent les gens, leur communiquent de l'information qui leur est
essentielle et les informent tant de ce qui pourrait advenir du dossier que de ce qui se
passe présentement.

3. Orientation.
L'article qui porte à réflexion et dont on se souvient longtemps possède un thème central,
un axe bien délimité. Il ne transmet qu'un message. De dire Murray, « Il ne décrit pas une
bataille, mais un soldat; il traite non pas de la gouvernance mais d'une entente conclue; il
met en vedette non pas tout un groupe socio-économique mais une personne et une vie. »

4. Contexte.
Un article efficace offre une perspective au lecteur qui lui permet de comprendre le
contexte du récit, la direction dans laquelle il se dirige et l'envergure et la prévalence du
phénomène en question. Un journaliste talentueux saura intégrer le contexte dans
l'ensemble de l'article, plutôt que d'en faire un grand paragraphe à part.

5. Forme.
Une journaliste doit donner à son reportage une forme naturelle et logique. Une narration
réussira si elle contient toute l'information dont le lecteur a besoin et si le récit est
organisé selon un ordre chronologique. La forme d'un article doit également donner au
lecteur un sens de clôture, l'impression que l'information présentée se dirige vers une
conclusion inévitable.

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
6. Visages.
Les gens aiment connaître la vie d'autrui. Le journalisme communique des idées en
présentant aux lectrices et aux lecteurs les gens qui conçoivent des idées ou qui en sont
affectés. Un article sur un sujet d'actualité réussira mieux quand le journaliste se fait
invisible, permettant ainsi aux personnes qui font partie du récit même de raconter leur
version de l'histoire aux lecteurs.

7. Voix.
Même dans l'âge électronique des communications instantanées de masse, au bout du
compte la tâche d'une journaliste c'est de parler à un lecteur. Le choix de mots qu'elle fait
pour parler à son auditoire, surtout dans la narration, détermine sa voix.

Les éditoriaux et les chroniques

Un éditorial est un article rédigé par ou au nom du rédacteur ou


de la rédactrice en chef d'un journal et qui représente le point de
vue officiel du journal sur un certain sujet. Parfois, un journaliste
rédigeant un article de type éditorial pour y exprimer son
opinion sera autorisé à s'identifier comme l'auteur et à
mentionner que son opinion ne reflète pas nécessairement celle
du journal.

Ceci dit, dans la section « Éditoriaux » d'une publication, on retrouve souvent l'opinion
d'autres personnes sur le même sujet ou sur d'autres questions d'actualité. On appelle ce
genre d'article une chronique, bien que strictement une chronique signifie toute partie
d'un journal consacrée à un sujet particulier.

Un article d'opinion est comme un essai persuasif - l'auteur a une opinion ou un point de
vue sur une question quelconque et désire convaincre la lectrice ou le lecteur du bien-
fondé de son argument. Ce n'est pas aussi simple que l'on pourrait croire. On doit faire de
la recherche sur son sujet et découvrir comment le dossier progresse ainsi que l'historique
du dossier. On doit connaître les faits et être en mesure d'y faire référence dans son
argument. L'élève désirant rédiger ce genre d'article pourrait faire semblant d'être une
avocate ou un avocat plaidant son cas devant un jury. Le jeune reporter veut convaincre
les membres du jury que son client a raison - il présentera alors autant de preuves que
possible. Le même principe s'applique à une chronique ou un éditorial.

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
Voici un exemple:
Supposons que l'un de vos élèves désire écrire un éditorial
en faveur de la peine de mort. Il veut convaincre ses
lecteurs qu'une personne qui commet un meurtre devrait
subir la peine de mort. L'élève devra commencer par
recueillir les faits. Quand le Canada a-t-il mis fin à la
peine de mort? Quels arguments a-t-on avancés pour ce
faire? Quand les gens ont-ils commencé à parler de
réintroduire la peine de mort? Quels cas ont ravivé le
débat sur cette question? Quels exemples viennent appuyer
l'argument de l'élève en faveur de la peine de mort? Le
jeune éditorialiste doit également considérer l'autre côté de
la médaille. Que disent les gens qui s'opposent à la peine
de mort? Comment répondrait-il à leurs raisonnements?

L'élève rédigeant un article d'opinion ou un éditorial devrait commencer avec son idée
centrale. Ensuite, il utilise les faits et les détails pour appuyer son argument. L'article
devrait laisser les lecteurs avec une argumentation qui les fera réfléchir à leur propre
point de vue. Il n'est pas nécessaire de leur faire un sermon. Un bon éditorial attirera
l'attention des lecteurs sur la situation tout en les incitant à former leurs propres opinions
sur le sujet.

Les sujets possibles pour les éditoriaux et les chroniques sont presque illimités parce que
tout le monde a une opinion sur tout! Les questions juridiques ou politiques telles que le
contrôle des armes à feu ou l'économie, les droits des minorités ou les politiques
internationales sont des sujets courants. Vos élèves pourraient examiner les questions
auxquelles font face les gens de votre communauté: une décision de démolir un édifice
historique ou la controverse autour d'une nouvelle loi interdisant la planche à roulettes
dans certaines conditions.

Suggérez vos élèves à feuilleter un journal quotidien ou à lire les articles de presse.
Encouragez-les à former leurs propres opinions sur les sujets examinés, basées sur ce
qu'ils ont lu et ce qu'ils connaissent déjà sur le sujet. Pourquoi ne pas partager ces points
de vue dans un éditorial ou une chronique?

Les articles de fond


Si vos élèves posent souvent les questions « comment » et «
pourquoi », ils doivent aimer les reportages de fond dans les
journaux ou à la télévision.
8

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
Qu'est-ce qu'un article de fond?

Un article de fond, c'est un article qui examine un phénomène de près. On entre dans la
vie même des gens. L'article essaie d'expliquer pourquoi et comment telle ou telle
tendance s'est développée. Il n'est pas nécessaire qu'un article de fond se rapporte aux
actualités ou aux nouvelles toutes récentes. Mais il peut évoluer à partir de quelque chose
qu'on a rapporté dans les nouvelles.

Les journalistes peuvent adopter plusieurs approches vis-à-vis de l'article de fond : On


peut présenter le profil d'une personne (ex : un athlète, un artiste, une politicienne, une
travailleuse communautaire) ou d'un groupe (ex : une équipe, une chorale ou un
organisme politique). Ou peut-être s'agit-il d'un examen approfondi d'un problème social
- comme la violence dans les écoles ou les troubles du comportement alimentaire chez les
jeunes femmes. Ou encore, l'article pourrait fournir au lecteur des renseignements
généraux sur un sujet qui fait les manchettes; par exemple, il pourrait expliquer comment
fonctionnent les mines terrestres et l'histoire de leur utilisation en temps de guerre.

Normalement un article de fond est plus long qu'un article qui fait les manchettes - mais
la longueur n'est pas un critère! Ce qui importe le plus c'est la forme que prend l'article.

On peut concevoir l'article de fond comme étant l'équivalent d'un essai. L'auteur
commence avec un thème, présente l'information et les opinions qui appuient son point
de vue, puis amène le lecteur à une conclusion. Souvent, l'article de fond explore
différents points de vue, même s'il est axé sur une personne en particulier.

L'histoire derrière la nouvelle

Voici un exemple de la manière dont un article de fond peut explorer un sujet qui fait les
manchettes:

Ton journal local rapporte à la une que les inscriptions scolaires diminuent dans ta petite
communauté. La raison? Plusieurs personnes se voient contraintes à chercher un emploi
dans la grande ville et évidemment leurs enfants doivent les suivre. En tant que reporter,
tu pourrais aller au-delà des faits et des statistiques en parlant avec une des familles qui
quittent la communauté. Comment les membres de la famille se sentent-ils? Qu'est-ce qui
les a amenés à prendre la décision de partir? Quel aspect de la communauté va leur
manquer le plus? Qu'attendent-ils de leur nouvelle communauté? Quelle est l'attitude des
enfants face à l'idée de quitter leur école et leurs amis? Que ressent la personne qui reste
derrière et qui voit ses amis ou ses parents partir au loin? Comment est-ce que l'école en
est affectée? Et l'économie locale?

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
L'article qui fait les manchettes explique aux lecteurs ce qui s'est passé, tandis que
l'article de fond leur explique pourquoi et comment ça c'est produit, comment les gens
impliqués réagissent et l'impact de la décision sur d'autres.

Le portrait d'une personnalité

Le journaliste peut satisfaire sa curiosité ainsi que celle de ses lecteurs en brossant le
portrait d'une personne digne d'intérêt.

Il pourrait s'agir du portrait de quelqu'un qui fait les manchettes dans la communauté, la
province ou le pays. Ou encore pourrait-il s'agir de quelqu'un de relativement inconnu du
grand public mais qui a fait quelque chose d'extraordinaire.

Par exemple:

La ville élit de nouvelles conseillères et de nouveaux conseillers municipaux pour


représenter et servir la communauté. L'un d'entre eux est une étudiante de 19 ans qui a
déjà oeuvré dans la politique étudiante ainsi qu'au sein du parlement de jeunes. Elle est
maintenant la politicienne la plus jeune de la province. Mais ce n'est pas tout! Elle
recueille plus de votes que tout autre conseiller ou conseillère, devenant par le fait même
et en conformité avec les règles d'élection, la vice-présidente du conseil municipal.
Qu'est-ce que c'est pour elle que d'être politicienne quant on est toujours adolescente?
Qu'est-ce que ses expériences de vie apportent au conseil? Est-elle perçue comme étant
la porte-parole de sa génération - plutôt que celle de l'ensemble de la communauté? Que
pensent les autres conseillers de leur jeune collègue? Est-ce que les gens la prennent au
sérieux?

Cette jeune politicienne n'est peut-être pas célèbre. Mais elle a certainement fait quelque
chose d'inédit et les gens s'intéresseront à savoir davantage sur ses expériences passées et
futures.

En quête d'idées, le jeune journaliste peut explorer les personnalités du monde des sports,
des arts, de la politique, des sciences, de la technologie et des affaires; ou celles qui
oeuvrent dans les domaines de la santé, du développement international, de l'action
communautaire, de l'enseignement, dans le domaine militaire ou tout autre milieu qui
l'intéresse.

Après avoir choisi son sujet, le reporter découvre les faits saillants de la vie de la
personne en question et de son travail. Y a-t-il des surprises? Y a-t-il une facette de la vie
de cette personne ou de son oeuvre sur laquelle l'auteur pourrait axer son travail?

10

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
Ce portrait est rédigé en racontant aux lectrices et lecteurs la vie de cette personne - en
ajoutant les détails qui la rendent originale. Si possible, le journaliste parle directement à
la personne et utilise ses propos pour raconter son histoire.

Tracer les tendances

La plupart des meilleurs articles sont puisés dans les observations des reporters vis-à-vis
du monde qui les entoure. Voici un exemple parmi tant d'autres d'une façon de tomber sur
le sujet d'un excellent article de fond dans la vie de tous les jours :

Un jeune reporter se tiens avec ses amis à l'heure du dîner. Ils discutent de projets pour
la fin de semaine. L'un d'entre eux mentionne qu'il a entendu dire que le conseil
municipal considère la possibilité d'établir un couvre-feu pour les ados. Tous ceux qui
ont moins de 16 ans devront avoir quitté la rue avant 23 heures les soirs de fin de
semaine. Les jeunes ont leur propre couvre-feu - établi par leurs parents - mais sont
surpris d'apprendre que le maire veut en établir un pour tout le monde. Le jeune
journaliste en parle à ses amis pour savoir ce qu'ils en pensent. Il se rend à l'hôtel de
ville où il demande au maire ou à un des conseillers pourquoi ils ressentent le besoin
d'établir un couvre-feu. Il navigues sur Internet pour connaître la politique d'autres villes
et villages en ce qui concerne les couvre-feux et découvre qu'il s'agit d'une nouvelle
tendance en Amérique du Nord.

Dans ce cas, le journaliste est tombé sur le sujet d'un article de fond très intéressant.
Commençant avec un petit bout d'information, il a poussé plus loin pour connaître le fond
de la chose. L'article se penchera sur la question, sur les opinions et les émotions que ça
suscite chez les gens - surtout les adolescentes et adolescents de la région et les gens qui
sont responsables de la décision concernant le couvre-feu.

Trucs pour la rédaction des articles de fond

Les règles de base de la rédaction s'appliquent à toutes sortes d'écriture. Mais l'auteur
s'attend à maintenir l'attention des lecteurs pour 1 000 mots ou plus, il doit s'assurer que
son langage est spécifique et clair et que son style est vivace.

Il est recommandé de commencer avec quelque chose qui va piquer l'intérêt du lecteur. Il
pourrait s'agir d'une anecdote trouvée pendant la recherche. Il pourrait s'agir d'une
description d'une personne, d'un endroit ou d'une chose qui suscite la curiosité du lecteur
tout en l'invitant à en savoir davantage. Ça pourrait être une phrase qui présente les faits
saillants de la question. Ensuite, l'article peut être continué en fournissant des
11

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
descriptions de ce qui s'est passé, des citations des gens concernés par la question et des
détails qui mettent le lecteur au coeur de l'action. Il faut que la conclusion soit signifiante
et non pas banale. Une citation puissante peut souvent servir de bonne conclusion.
Éventuellement, l'auteur pourrait revenir en arrière en évoquant une image ou une
expression dont il s'est servi au tout début de l'article.

Dix conseils pour bien écrire


Lorsque vos élèves auront terminé leurs recherches, leurs interviews, leurs reportages et
leurs enquêtes, ils pourront commencer la rédaction de leurs articles proprement dits.

12

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
Voici dix simples habitudes que vous pouvez leur inculquer afin d'améliorer leurs
compétences rédactionnelles. Ces techniques les aideront à rédiger un article clair, net et
précis.

1. Faites-leur raconter l'événement en question à haute voix


Ce narratif peut être fait à la maison ou en classe. L'élève doit y inclure
les réponses aux cinq questions essentielles: ce qui s'est passé, qui est
impliqué, où et quand ça s'est passé et la raison pour laquelle c'est
arrivé. Ils peuvent raconter l'événement comme s'ils venaient d'y
assister en rentrant de l'école. Ce procédé aide les jeunes reporters à
donner une certaine forme au futur article.
2. Montrez-leur à tirer le maximum de chaque mot
Faites-leur utiliser des sujets et des verbes au début de leurs phrases
pour relater au lecteur exactement ce qui s'est passé. Par exemple, «
L'autobus s'est écrasé contre un édifice. » Faites-leur employer des
tournures de phrases actives plutôt que passives.
3. Assurez-vous qu'ils utilisent des mots clair et précis
Ils doivent mentionner un Siamois de couleur grise, non simplement
un chat. De même, il s'agit d'un édifice délabré en ciment dont les
fenêtres n'étaient plus que des vitres brisés, il ne s'agit pas simpement
d'un édifice abandonné.
4. Montrez-leur les clichés et phrases courantes à éviter
Si les jeunes reporters ont entendu un certaine phrase quelque part, il
est probable que le lecteur aussi. Ils devront faire un effort afin de
trouver une façon originale et créative de passer leur message.
5. Assurez-vous de la simplicité de leur vocabulaire
Un langage obscur ou trop technique, des expressions étrangères ou
des mots longs comme le bras empêcheront les journalistes de faire
comprendre l'idée de l'article au lecteur. Ils sont là pour communiquer
une information, pas pour montrer leur grand vocabulaire! Cela
signifie qu'il faut ajuster son niveau de langage pour le lecteur
ordinaire. Il faut cependant faire attention de ne pas utiliser un
langage TROP simple, ce qui insulterait l'intelligence du lecteur. Par
exemple, un spécimen pachydermique est une expression trop
élaborée tandisqu'une grosse bestiole est trop simpliste. Un éléphant,
par contre, est direct et évocateur.
6. Faites-les raccourcir leurs phrases
Une phrase trop longue communiquant plusieurs idées peut être
changée en deux ou trois phrases plus courtes. Une phrase longue,
mais nécessaire, peut être encadrée par deux phrases courtes afin de
préserver un certain équilibre.
7. Une description vaut mieux qu'un adjectif
Pourquoi dire qu'une personne est sympathique lorsqu'on peut dire
13

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
qu'elle marche allègrement en souriant et saluant les étrangers?
8. Un article est un genre d'histoire
Vos élèves doivent garder en tête leurs personnages, leurs lieux et
leurs actions. Cela les aidera à répondre aux cinq questions
essentielles.
9. Assurez-vous que leurs citations sont importantes
Les personnes citées devraient mériter leurs guillemets. En général,
les citations ne rapportent pas des faits. Il est superflu de citer Mick
Jagger disant « Nous donnons un concert demain soir à Montréal »
puisque l'article devrait lui-même donner cette information. Les
citations sont beaucoup plus utiles pour donner l'opinion de
quelqu'un. Ainsi, le leader des Rolling Stones pourrait être cité pour
avoir dit: « Nous sommes très heureux de jouer à Montréal car les
fans sont fiers et énergiques! »
10. Faites-leur éviter les répétitions
Un fait ou une citation ne devrait apparaître qu'une seule fois dans un
article.

14

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
Revue des principes du journalisme
1. Savoir

« Savoir afin de faire savoir. »

C'est l'étape de la cueillette des données. Le travail acharné du journaliste (par


observation directe, par des entrevues, par des lectures...) doit l'amener à une certaine
maîtrise de l'information.

• Trouver des réponses à six questions essentielles: Qui? Quoi? Où? Quand?
Comment? Pourquoi?
• S'assurer que les faits, les noms, les dates, etc. sont exacts.
• Construire des liens entre les informations.
• Prendre la peine d'étudier le contexte d'un événement.

2. Choisir

« Vous disposez presque toujours de plus d'information que d'espace. Il faut donc
choisir.»

Après avoir recueilli l'information, il faut sélectionner ce qui peut faire partie de l'article
que l'on se prépare à rédiger. Cette sélection s'organise autour du dilemme suivant:

• d'une part, le journaliste veut être fidèle à ses sources (multiples et nuancées);
• d'autre part, il veut servir efficacement le public.

Dans ce contexte, on doit considérer que l'espace accordé à un article est restreint. Les
lecteurs, souvent pressés, s'attendent aussi à ce que l'on ait intelligemment fait la part
entre ce qui est essentiel et ce qui est accessoire. Le journaliste doit donc trier et
hiérarchiser, puis sélectionner l'information la plus pertinente.

Pour l'aider à faire ces choix, il doit avoir en tête certains critères:

• la nouveauté du sujet (critère le plus important);


• son imprévisibilité, etc.

3. Organiser

Deux notions à retenir: la pyramide inversée et le tuyau de poêle

15

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
On met en relief la nécessité de faire un plan avant d'écrire (les journalistes chevronnés
connaissent si bien ce type de plan qu'il finit par s'imposer à eux instantanément).

Le lecteurs d'un journal s'attendent à ce qu'un article de journal soit bien organisé. Ils ne
s'attendent pas à devoir faire ce travail à la place du journaliste. Une mauvaise
organisation d'un texte diminue sa lisibilité (sa lecture ou sa compréhension).

Oubliez l'école! Un article de journal n'a pas la forme d'un « texte d'opinion » ou d'une
« dissertation » scolaire. Il ne devrait pas comprendre une introduction, un
développement et une conclusion.

• Pas d'introduction : curieusement, une nouvelle devrait commencer par


présenter les conclusions auxquelles une enquête est arrivée. Elle devrait
commencer par ce qui est essentiel, par ce qui est nouveau. Elle devrait aller
directement au fait.
• Pas de développement : on ne devrait pas étirer en longueur son sujet en
l'articulant par des transitions complexes (avec des marqueurs de relation et des
phrases de transition). Ce qui est bon pour l'étude de l'écriture d'un discours à
l'école ne l'est pas nécessairement pour l'écriture de presse. Chaque nouveau
paragraphe devrait par lui-même marquer la transition d'un aspect à l'autre. Sans
préambule. De façon brève et concise.
• Pas de conclusion éditoriale : ce serait plutôt au lecteur de tirer ses propres
conclusions.

Une nouvelle a donc deux parties :

• Un lead (c'est le premier paragraphe, qui comprend l'essentiel de la nouvelle);


• Le corps du texte (qui explique plus en détail chaque point présenté dans le lead).

Deux images bien connues illustrent la façon qu'est organisé le plan d'une nouvelle.

• Elle devrait avoir la forme d'une pyramide inversée : on retrouve ce qui est le plus
important, le plus essentiel, le plus nouveau en début d'article (dans le titre, dans
le lead) et on ajoute en ordre décroissant d'importance le reste de l'information.
• Elle devrait aussi ressembler à un tuyau de poèle: chaque paragraphe est alors
écrit de façon à pouvoir être facilement déplacé ou effacé (selon l'espace et les
intentions de la rédaction) comme les différentes sections d'un tuyau de poêle.

16

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
4. Rédiger

« Une fois qu'on a une idée de ce qu'on veut dire, on cherchera à bien le dire. Cela
concerne le vocabulaire et la syntaxe. »

En journalisme, la clarté, la précision, la simplicité et la concision sont des qualités de


base. Les formulations trop lourdes, inutilement complexes éloignent les lecteurs.

Il y a deux habiletés essentielles à développer lorsque l'on veut rédiger des textes pour la
presse.

• Le vocabulaire utilisé doit être à la portée des lecteurs: simple, mais précis et
vivant. Ce qui suppose une certaine recherche et un bon sens de la synonymie. On
ne doit, par ailleurs, jamais utilisé des mots dont on ignore le sens exact. (Il faut
également retenir que ce sont surtout les noms et les verbes qui portent le sens
d'un texte et que ce sont les adjectifs et les adverbes qui s'avèrent souvent
inutiles.)
• La syntaxe doit elle aussi être simple et vivante. Elle doit rendre l'information
concrète. On suggère fortement:
ƒ de faire des phrases courtes (d'au plus 15 à 17 mots)
ƒ de s'en tenir à des phrases simples, c'est-à-dire à des propositions
indépendentes seules, sinon à des indépendantes juxtaposées ou
coordonnées;
ƒ de ne pas abuser, dans la mesure du possible, des phrases complexes
contenant des propositions principales et subordonnées. Ces dernières
alourdissent le texte.
• Pas de conclusion éditoriale : ce serait plutôt au lecteur de tirer ses propres
conclusions.

Une nouvelle a donc deux parties :

• Un lead (c'est le premier paragraphe, qui comprend l'essentiel de la nouvelle);


• Le corps du texte (qui explique plus en détail chaque point présenté dans le lead).

Deux images bien connues illustrent la façon qu'est organisé le plan d'une nouvelle.

• Elle devrait avoir la forme d'une pyramide inversée : on retrouve ce qui est le plus
important, le plus essentiel, le plus nouveau en début d'article (dans le titre, dans
le lead) et on ajoute en ordre décroissant d'importance le reste de l'information.
• Elle devrait aussi ressembler à un tuyau de poèle: chaque paragraphe est alors
écrit de façon à pouvoir être facilement déplacé ou effacé (selon l'espace et les
intentions de la rédaction) comme les différentes sections d'un tuyau de poèle.

17

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
5. Le lead

« Destiné à séduire le lecteur, le lead doit aussi le servir. »

Le premier paragraphe d'un article est le résumé de la nouvelle. Il comprend l'essentiel de


l'information qu'on veut livrer. Il vise aussi à inciter le lecteur à lire le reste du texte.

Emprunté de l'anglais, le mot lead est difficile à traduire. Il ne s'agit pas tout à fait d'un
chapeau, ni d'une attaque (qui sont des mots à la mode dans la presse européenne...).

Un bon lead se doit d'être court. Si possible, on y fait rapidement le tour de la question
(en identifiant brièvement les Qui? Quoi? Où? Quand? Comment? et Pourquoi? ).
L'écriture doit être simple et efficace au maximum.

Deux autres sections, extérieures à la succession logique qui précède, complètent


l'ouvrage:

• écrire pour la presse;


• le communiqué de presse.

On y fait état des devoirs du journaliste (voir l'o.n.i.: objectivité, neutralité, impartialité)
et de l'écriture particulière des communiqués de presse.

18

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
Recherches et reportages

L'art d'interviewer

Les événements médiatiques

Les recherches sur Internet

Lexique

19

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
L'art d'interviewer
Il y une distinction principale entre la recherche entreprise pour réaliser un reportage
journalistique et la recherche que l'on fait en vue de rédiger un exposé scolaire ou un
rapport à l'intention de sa patronne. C'est que les journalistes cherchent absolument à
interviewer les gens : ça leur permet d'obtenir de l'information directement des gens
concernés.

Lorsqu'une journaliste chevronnée interviewe quelqu'un, on dirait que ça lui vient tout
naturellement. On a l'impression qu'elle est là à bavarder avec une grande amie.

Mais derrière l'apparence d'une simple conversation, il y a une technique précise. La


journaliste a fait de la recherche sur le dossier en question, en consultant des personnes-
ressources et des documents de toutes sortes, et en situant le dossier dans un contexte plus
large. Ce faisant, elle a pu déterminer le genre d'information qu'elle va maintenant
rechercher auprès de la personne qu'elle veut interviewer. Puis, elle dresse une liste de
questions à lui poser.

Il faut concevoir l'interview comme une conversation où


l'on poursuit un objectif précis.

On n'est pas là pour le simple plaisir d'échanger avec


quelqu'un -- l'intervieweur veut quitter l'interview ayant en
main les réponses à des questions spécifiques.

La préparation de l'interview

Est-ce que, lors d'un concert scolaire, l'un de vos élèves oserait entrer sur scène en
chantant sans connaître la mélodie ou les paroles d'une chanson? Il est fort probable que
non - à moins que son but ne soit de faire rire les spectateurs! Il en est de même avec une
20

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
interview : l'on n'entre jamais dans une situation d'interview sans une préparation
adéquate.

Voici quelques techniques de préparation que vous pouvez inculquer à vos élèves:

1. Le journaliste fait des recherches sur le sujet


L'élève désirant mener une interview devrait faire des recherches sur Internet ou à la
bibliothèque et feuilleter le journal pour y trouver des articles pertinents. Il s'agit de se
renseigner sur l'historique du dossier, sur ses derniers développements et sur les attentes
relatives à lui. Serait-il pertinent de s'informer sur l'évolution de ce dossier dans d'autres
villes, d'autres provinces ou pays?

2. Le journaliste décide du thème central de son reportage


L'élève doit ensuite identifier la meilleure personne à interviewer. Qui peut le renseigner
sur les faits et les statistiques? Qui aidera les lecteurs à connaître le côté humain du
dossier?

Lorsque la personne est trouvée, l'élève dresse une liste de questions à travers desquels il
obtiendra l'information souhaitée. (Voir la section ci-dessous sur comment poser les
bonnes questions)

3.Le journaliste arrange l'interview


La meilleure façon pour un élève de faire une interview est de téléphoner à la personne en
question et de négocier une date et une heure de rendez-vous. Les entrevues accordées en
personne sont les plus efficaces, car l'élève peut observer les expressions et gestes de la
personne interviewée tout en voyant où cette personne vit ou travaille.

Si une interview en personne est impossible, à cause de contraintes de temps ou de


distance, une interview au téléphone peut être menée. L'élève doit préciser au début de la
conversation téléphonique qu'il s'agit d'une interview et que les commentaires seront
utilisés dans un reportage.

Si une interview au téléphone n'est pas non plus réalisable, l'élève peut en dernier recours
mener une interview par courrier électronique. Dans ce type d'interview, l'élève envoie
par courrier électronique une liste de questions. La personne interviewée répond de la
même façon. Mais attention, cela offre deux désavantages: les réponses peuvent sembler
impersonnelles et sèches, et la personne interviewée a le contrôle. Elle peut choisir les
questions auxquelles elle répond et elle peut prendre aussi longtemps qu'elle veut pour y
répondre. Lors d'une interview en personne, l’élève peut poser des questions provenant
de réponses à des questions antérieures, ce qui est plus difficile par courrier électronique.

4. Le journaliste pose les bonnes questions


Le but de l'élève en tant qu'intervieweur est d'encourager une autre personne à parler
21

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
ouvertement et à partager avec lui des informations. Pour obtenir ces informations, le tout
est de poser les bonnes questions.

Voici des questions typiquement posées par les journalistes :

Les question ouvertes encouragent la personne à parler, et à divulguer leurs opinions et


leurs sentiments relatifs à une question quelconque. Ça leur permet de donner leur point
de vue ou de raconter leur histoire sans qu'il ne soit nécessaire de les pousser à continuer
à tout moment. Par exemple, voici une question que l'élève pourrait poser à un garçon qui
a sauvé sa petite soeur qui se noyait dans la rivière:

"À quoi as-tu pensé en voyant que ta soeur éprouvait de la difficulté dans l'eau?"

Il invite ainsi le garçon à raconter l'histoire du sauvetage. Il est fort probable que cette
question provoquera une réponse plus intéressante et complète que ne le ferait la question
suivante:

"Cela a dû t'effrayer de voir que ta soeur éprouvait de la difficulté dans l'eau, n'est-ce
pas?"

Cette dernière question est appelée une question fermée, probablement parce qu'elle
n'aide pas la personne interviewée à s'ouvrir aux autres. Normalement, les questions
fermées incitent la personne à répondre avec un simple « oui » ou « non ». Remarquez
que ce genre de question pourrait convenir à certains moments de l'interview. Elles aident
le reporter à obtenir de l'information critique et une réponse définitive. Par exemple:

"Monsieur X, est-ce que vous avez pris l'argent de la petite caisse du secrétariat de
l'école?"

Ainsi, Monsieur X devra répondre « oui » ou « non », réponse qui est essentielle à la
rédaction du récit.

Plusieurs reporters croient qu'ils doivent se montrer acharnés, presque agressifs, lors de
l'interview dans un effort de pousser les gens à répondre à leurs questions. Mais le
contraire est souvent plus efficace. C'es là où les questions neutres s'avèrent utiles. Une
question neutre est directe. Elle ne contient pas l'opinion du reporter sur le dossier. Il ne
présume pas connaître la réponse d'avance. En retour, le reporter obtiendra probablement
une réponse tout aussi claire.

"Madame la directrice, pourquoi est-ce que l'école a décidé d'annuler le bal des
finissants cette année?"

Cette dernière question est plus efficace que la suivante:


22

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
"Madame la directrice, pourquoi avez-vous gâté les célébrations des finissants en leur
enlevant leur bal?"

Le seconde question est une question tendancieuse. Elle indique que le reporter a déjà
parti pris. Cela peut mettre la personne interviewée sur la défensive; elle peut même
contester la question, ce qui n'aidera pas le journaliste à obtenir une réponse à sa
question!

Les questions-guides, comme leur nom l'indique, guident la personne interviewée dans
une certaine direction. Elles sont utiles pour passer d'un aspect du dossier à l'autre.

Les reporters posent souvent des questions à deux volets afin de profiter de leur temps de
parole (lors d'une conférence de presse), ou pour abréger l'interview. Cependant, elles ne
sont pas toujours efficaces. Prenons un exemple:

"Monsieur G, est-ce que les étudiants pourront utiliser leurs planches à roulettes dans le
stationnement de l'école l'année prochaine et pourquoi est-ce que l'école doit embaucher
des gardiens et gardiennes de sécurité pour superviser le terrain de l'école après les
classes?"

Il est possible que Monsieur G n'ait pas entendu les deux questions et qu'il se contente de
répondre à l'unique question qu'il a saisie. Ou, peut-être choisira-t-il intentionnellement
de se limiter à une seule question, répondant à celle qui lui semble la plus facile. Dans ces
cas, le reporter doit tenter de nouveau d'obtenir une réponse à la question négligée. Il est
préférable de poser chaque question séparément afin d'obtenir des réponses complètes.

Ves la fin de l'entrevue, les journalistes posent souvent des questions récapitulatrices.
Ainsi, il s'assurent d'avoir bien saisi l'ensemble de l'information pertinente avant de
terminer l'interview -- plutôt que de se remettre en question une fois assis devant
l'ordinateur. Voici trois questions qui aident le reporter à vérifier qu'il a bel et bien obtenu
l'information nécessaire avant de clore l'interview.

"Y a-t-il autre chose que j'aurais dû vous demander?"


"J'aimerais m'assurer que j'ai tout saisi..."
"Alors, si j'ai bien compris, il y a trois questions principales à cette affaire..."

5. L'enregistrement de l'interview
Quand il s'agit d'enregistrer l'interview, l'élève a trois options. Il peut prendre
l'information en note dans un cahier, il peut enregistrer avec un magnétophone ou encore
il peut enregistrer avec un appareil vidéo.

Si l'élève choisit de prendre des notes, voici quelques trucs utiles à ne pas oublier:
23

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
• Concentre-toi sur la personne interviewée et sur ce qu'elle dit.

• Écris les détails importants aussi vite que possible.

• Utilise des abbréviations, des codes et des symboles pour transcrire les réponses,
selon la méthode qui te convient le plus car c'est toi qui devra déchiffrer tes notes
par la suite.

• Lis tes notes aussitôt que possible après l'interview pour te raffraichir la mémoire.

• Après l'interview, remplis les blancs que tu t'es permis pour aller plus vite en
prenant tes notes. Sinon, quelques heures ou jours plus tard tu risques d'avoir
oublié ce que tu prenais pour acquis dans ton système de « sténographie » .

• Ils peuvent aussi essayer d'enregistrer l'interview avec un magnétophone tout en


prenant quelques notes. Ils pourront ainsi se concentrer sur les réponses de la
personne plutôt que sur le processus d'enregistrement comme tel. Avec cette
méthode, la prise de notes est plus sélective, transcrivant les réponses spécifiques
que le journaliste aimerait citer ou indiquant dans son bloc-notes les sections de
l'interview où la personne mentionne un fait important. Ces notes l'aideront plus
tard à repérer les extraits critiques de la bande sonore pour obtenir la citation ou
les détails exacts.

La couverture d'événements médiatiques


La journée typique d'un reporter est mouvementée! Elle commence avec une réunion ou
une conversation avec la rédactrice ou le rédacteur sur les pistes de reportages possibles.
Puis, il y a des douzaines d'appels téléphoniques à faire pour localiser les personnes que
l'on veut interviewer.

Si l'on a une idée du déroulement typique des événements médiatiques, il est plus facile
de poursuivre une piste de reportage et d'éviter les difficultés et embûches possibles.
Voici trois types d'événements médiatiques:

24

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
Conférences de presse

Scrums et points de presse

Audiences publiques

Conférences de presse
Quand vos élèves regarderont le télé journal ce soir, ils verront fort probablement l'extrait
d'une conférence de presse. Voici un tableau de ce à quoi ça ressemble:

L'intervenant principal peut être une politicienne ou un politicien, le leader d'un groupe
écologique ou l'avocat d'une personne accusée de meurtre. Cet intervenant s'assoit en
avant de la salle, d'habitude derrière une table ou un podium, d'où il fait une annonce ou
une déclaration sur un dossier d'actualité ou un aspect de son travail. Les reporters des
journaux, des fils de presse, des télédiffuseurs et des stations de radio s'assoient dans
l'assistance et attendent l'occasion de poser leurs propres questions spécifiques.

Les reporters sont avertis d'avance de ces événements via un communiqué ou un avis aux
médias qui indique la date, l'heure et l'endroit où la conférence de presse aura lieu ainsi
que le sujet de la conférence.

Voici quelques suggestions à faire à vos élèves pour qu'ils puissent profiter au
maximum des conférences de presse auxquelles ils assisteront:

1. Dressez une liste


Avant de vous rendre à la conférence de presse, vous devriez faire
une liste des questions auxquelles vous voulez des réponses. De quels
renseignements avez-vous besoin afin de rédiger vos articles? Vous
pouvez ajouter des questions à cette liste si de nouvelles informations
surgissent pendant la conférence.

2. Portez attention.
Écoutez attentivement les présentateurs et prenez des notes pendant
leurs discours. Notez aussi les questions des autres reporters et les
réponses obtenues. Cela vous évitera de poser les mêmes questions.
Vous pourriez également recevoir des réponses à des questions
auxquelles vous n'aviez pas pensé.

3. Posez vos questions de façon claire et précise


Comme le temps réservé aux questions est limité lors d'une
conférence de presse, il est important de l'utiliser au maximum en

25

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
posant des questions claires, directes et ayant une réponse précise.
Les questions doivent, bien sûr, être appropriée.

4. Posez une question à la fois


Résistez à la tentation de poser plusieurs questions à la fois. La
personne questionnée ne répondra qu'à l'une d'elles et ce ne sera
probablement pas l'information attendue.

5. Assurez-vous de connaître les gens impliqués.


Vérifiez auprès de l'équipe de relations publiques les noms, titres et
autres informations sur les personnes participant à la conférence de
presse.

Scrums et points de presse


Parfois, les événements médiatiques ne sont pas aussi organisés et méthodiques qu'une
conférence de presse. C'est ce que vos élèves constateront la première fois qu'ils
participeront à un scrum! L'expression scrum, tirée du jeu de rugby où les joueurs se
rapprochent autour de la balle, est utilisée surtout dans les milieux politiques. Lors d'un
scrum, les journalistes se ruent sur une personnalité publique dans un endroit public (ex :
le premier ministre quittant la Chambre des communes ou une vedette de sport émergeant
d'un grand match) et commencent à poser des questions l'une après l'autre.

On peut parler également d'un point de presse, ce qui constitue une rencontre avec les
médias dans laquelle la personnalité publique s'engage intentionnellement, mais elle est
d'une moindre envergure que la conférence ce presse. Souvent, le point de presse est plus
spontané, dans le sens qu'il est annoncé le jour même, et il a souvent lieu non pas dans
une grande salle, mais à la sortie d'une réunion particulière, telle une session
parlementaire. La différence, c'est que les relationnistes de la personne en question se
réservent une mesure de contrôle, comparé à un scrum.

L'obtention d'information lors d'un scrum ou d'un point de presse peut s'avérer tout un
défi! Voici quelques trucs qui pourront éventuellement aider vos élèves:

1. Enregistrez l'événement
Il peut être difficile de prendre des notes lors d'un scrum ou d'un point
de presse parce que les reporters et les caméramans se disputent leurs
places dans la mêlée. Posez vos questions d'une voix forte et claire et
regardez la personne dans les yeux pendant qu'elle répond. Ainsi il
est plus facile de garder son attention dans l'éventualité où vous

26

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
voudriez lui poser une autre question.

2. Les questions
Assurez-vous que vos questions sont courtes et précises. Ce point est
encore plus important lors des scrums et des points de presse que
dans toute autre forme d'interview. Vous devez attirer l'attention de la
source, poser vos questions rapidement et de façon claire, écouter la
réponse et préparer en esprit votre question suivante.

3. Parlez à voix haute


Posez vos questions d'une voix forte et claire sans quitter la source
des yeux.

4. Questions d'autres reporters


Il arrive parfois qu'un reporter lance une question qui semble hors de
propos. Écoutez la question attentivement et remarquez comment la
source réagit et répond à la question. Il est possible que la question et
sa réponse n'aient rien à voir avec votre sujet de reportage mais
qu'elles révèlent de l'information qui sera utile pour un autre
reportage. Ou encore, elles peuvent mener à une toute nouvelle piste
de reportage.

5. Informations supplémentaires.
Si l'occasion se présente, essayez d'avoir une minute seul à seul avec
la source une fois que le scrum ou le point de presse comme tel est
terminé et que les autres reporters commencent à ramasser leur
équipement. Ainsi, vous pouvez poser vos propres questions et
éventuellement obtenir des renseignements supplémentaires pour
votre reportage.

Audiences publiques
La plupart des niveaux de gouvernement tiennent régulièrement des réunions ou
audiences publiques - qu'il s'agisse d'un conseil communautaire qui gouverne un village
de 80 personnes ou le conseil de ville d'une grande métropole. C'est lors de ces réunions
et audiences publiques que les reporters s'informent sur les dossiers et préoccupations
principaux d'une communauté locale.

27

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
Les groupes communautaires et les comités spéciaux organisent eux aussi des réunions
publiques pour discuter de dossiers d'actualité.

Voici quelques questions qui pourront aider vos élèves à se préparer pour un audience
publique:

1. Le sujet de la réunion a-t-il fait les manchettes?

2. De quoi sera-t-il question à l'audience? Consultez l'agenda à l'avance.

3. Que savez-vous sur le sujet?

4. Où pouvez-vous vous renseigner sur le sujet afin d'être prêts pour


l'audience?

5. Qui sont les gens impliqués?

Rendez-vous à la réunion un peu à l'avance pour trouver une bonne place avec une bonne
vue de la pièce. Emportez quelques stylos, un bloc-notes et, si possible, un
magnétophone.

Si vous ne savez pas qui siège sur le conseil ou qui fait partie du groupe communautaire,
informez-vous avant le début de la réunion et notez bien qui dit quoi pendant la réunion.

Notez les détails importants rapidement et enregistrez la discussion si possible.


Souvenez-vous que ces réunions sont publiques, alors vous pouvez citer tout ce qu'on dit
dans le cadre de la réunion. Ceci dit, il est possible que certaines personnes se lèvent pour
prendre la parole en disant explicitement aux reporters qu'ils tiennent à ce qu'on ne les
identifie pas.

Si vous avez des questions, approchez les personnes compétentes après la réunion pour
obtenir des détails ou précisions supplémentaires.

Les recherches sur Internet

28

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
Internet est un excellent outil pour les journalistes et les chercheurs. Mais comme avec
tout outil, il faut savoir s'en servir pour en profiter au maximum.

Pour accéder à Internet, il faut disposer d'un logiciel appelé fureteur. Les fureteurs les
plus utilisés sont Netscape Navigator et Microsoft Internet Explorer. Il faut également
être doté d'une connexion Internet.

Lorsque les questions techniques de connexion sont réglées, la recherche sur le World
Wide Wb en tant que tel peut commencer. Une recherche sur le Web commence avec un
moteur de recherche, c'est à dire un site Web dont la fonction est de chercher de
l'information sur Internet et de vous indiquer où ces informations se trouvent. Les
moteurs de recherche sont très faciles d'utilisation: il suffit d'entrer quelques mots-clés
sur l'information recherchée et de cliquer un bouton. Voici quelques moteurs de
recherches populaires:

AltaVista
Yahoo

Avant de les lancer sur Internet, rappelez à vos élèves que tout ce qu'ils y trouveront n'est
pas nécessairement vrai. Tout comme dans une conversation avec un inconnu, n'importe
qui peut publier une information, vraie ou non, sur une page Web.

C'est donc le rôle de vos élèves en tant que journalistes de vérifer la véracité d'une
information et de sa source. Plusieurs ressources existent pour les aider à juger si une
source est fiable ou non. Voici quelques trucs qui rendront vos recherches et celles de vos
élèves plus efficaces:

Utilisez les lettres minuscules


Si vous entrez vos mots-clés en lettres minuscules, les moteurs de recherche feront une
recherche pour ces mots écrits en lettres minuscules et majuscules. Cependant, si vous
utilisez des lettres majuscules, le moteur de recherche ne cherchera que ces mots écrits en
majuscules.

Utilisez les guillemets pour préciser vos recherches


Si vous entrez n'importe quels trois mots (tels que : projet grande baleine), le moteur de
recherche fera une recherche très large et vous vous retrouverez avec toutes les pages qui
contiennent un de ces trois mots n'importe où dans le document. Il pourrait s'agir d'un des
mots, de deux de ces mots ou des trois mots, et on les retrouvera probablement dans
aucun ordre particulier. Il est fort probable que vous ne trouverez pas ce que vous
recherchiez parce que votre demande n'était pas suffisamment précise.

29

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
Mais si vous entrez "projet grande baleine", entre guillemets, les moteurs de recherche
traiteront ces mots comme une phrase et chercheront seulement les pages où ces trois
mots apparaissent ensemble dans cet ordre exact.

Utilisez le symbole + pour combiner des mots


Si vous désirez utiliser plusieurs mots-clés qui doivent être présents, mais sans
nécessairement être en ordre, le symbole + vous sera d'un grand secours. Ce symbole,
placé entre deux mots, indique au moteur de recherche que ces mots doivent tous deux
être présents.

Par exemple, si l'un de vos élèves désire trouver de l'information sur la politique
provinciale au Manitoba, il pourrait utiliser le critère de recherche suivant:

politique+manitoba

Autre exemple: un élève recherche une page contenant de l'information sur le Premier
Ministre du Canada Jean Chrétien et celui du Royaume-Uni Tony Blair. Le critère
approprié serait:

+"jean chretien"+"tony blair"

On peut donc combiner les guillemets et le symbole + pour retrouver les pages contenant
l'expression "jean chretien" et l'expression "tony blair".

Utilisez le symbole - pour exclure certains mots


Si vous désirez trouver de l'information sur les rôles joués par l'acteur Sean Connery
autres que l'agent James Bond 007, il vous faudra une méthode permettant d'exclure
certains mots. Le symbole - vous facilite la tâche. Il s'agit du contraire du symbole +.
Voici comment l'utiliser afin de trouver l'information de l'exemple:

connery-007 ou encore "sean connery"-"james bond"

Cela indique au moteur de recherche de lister les pages se rapportant à l'acteur sans
inclure les pages mentionnant 007 ou James Bond.

Tout comme le symbole +, le symbole - peut être utilisé sur plusieurs mots. Supposons
qu'en plus de James Bond, vous ne vouliez pas d'information sur les films de la série
Highlander auxquels Connery a participé. Votre critère de recherche pourrait alors être:

"sean connery"-"james bond"-highlander

Utilisez le symbole * pour trouver des mots semblables


Les moteurs de recherche sont programmés pour trouver les mots demandés. Cependant,
30

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
si vous ne voulez pas chercher sur un mot en particulier mais sur plusieurs mots
semblables, vous pourriez utiliser l'astérisque (symbole *). Voici comment cela
fonctionne.

Le symbole * est interprété par le moteur de recherche comme signifiant "n'importe


quoi", c'est-à-dire n'importe quelles lettres ou chiffres. Par exemple, le critère de
recherche suivant trouverait les mots "danser", "danseur", "danse", "danseuse", etc:

danse*

31

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
Lexique journalistique et électronique

Termes journalistiques

amorce (ou lede) - la première et plus importante phrase d'un article. Son but est de
résumer la nouvelle en donnant l'information importante.

article de fond - article présentant un certain sujet en détail. Il s'agit souvent d'un dossier
provenant de l'actualité. C'est un article qui explique le pourquoi et le comment d'un
événement. Un article de fond peut expliquer en profondeur une nouvelle, mais ce n'est
pas une obligation. Il peut s'agir du portrait d'une personnalité ou d'un événement
historique.

chronique - la couverture d'un sujet en particulier. (ex: Arts et spectacles, Sport, etc)

date (ou heure) de tombée - date ou heure limite pour soumettre un article au rédacteur
d'un journal pour la prochaine édition.

ébauche - brouillon d'un article qu'un journaliste rédige avant de soumettre la version
finale au rédacteur. L'ébauche est revisé et modifiée pour enfin devenir la version finale.

éditorial - article rédigé par ou au nom du rédacteur, donnant généralement l'opinion de


clui-ci sur un sujet donné.

fil de presse - source d'information pour les journalistes. Le fil de presse est une ligne
d'information envoyée aux journaux et qui est mise à jour instantanément lorsqu'une
nouvelle est rapportée.

grammaire - ensemble de règles régissant l'interprétation des mots, leur prononciation,


leur orthographe ainsi que leurs relations dans une phrase.

information officielle - information révélée par une source et qui peut être publiée sans
problèmes.
32

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
information officieuse - information révélée par une source à condition que celle-ci ne
soit pas publiée. La source ne veut généralement pas être identifiée ou que ses propos
soient rendus publics par l'article.

journalisme - métier ou occupation visant la publication de nouvelles à travers un


médium.

journalisme électronique - métier ou occupation visant la publication de nouvelles à


travers Internet. Ce genre de journalisme peut utiliser le texte, les images, les clips audio
et vidéos ainsi que les liens hypertexte afin de rapporter une nouvelle au lecteur.

journaliste - personne rédigeant, corrigeant ou oeuvrant de quelque autre façon à la


publication d'articles dans un journal.

légende - phrase ou phrases situées sous une photo et décrivant celle-ci. Aussi appelée
sous-titre.

l'exécution - photographie montrant un groupe de personnes posant en rangs. La légende


accompagnant la photo donne souvent uen liste de noms de gauche à droite.

meute de journalistes - groupe de reporters de différents médias amassés autour d'une


personne ou d'un événement important. Ces meutes se retrouvent souvent autour de
politiciens, de palais de justice ou sur la scène d'un tragique accident.

poignée de main - photographies de personnes recevant un prix, un diplôme ou une


mention honorable, ou prenant part à une cérémonie quelconque. Dans ce genre de
photographies, deux personnes se serrent la main et sourient aux caméras.

publication - distribution d'un ouvrage écrit pour fin de lecture par le grand public.

question fermée - question ne donnant pas la chance à la personne interviewée de


digresser! Elles exigent en général un oui ou un non. Elles peuvent se révéler utiles dans
certaines situation afin d'établir un fait une fois pour toutes.

question-guide - question menant la personne interviewée dans une certaine direction.

question neutre - une question directe ne pointant la personne interviewée dans aucune
direction précise.

question ouverte - question encourageant la personne interviewée à partager ses


opinions et ses idées pour élargir sa réponse. Cela leur permet de donner leur version des
faits ou leur opinion sur un sujet sans que le reporter n'ait besoin de les questionner.

33

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
question tendancieuse - question révélant que le journaliste a déjà un parti pris. Ces
questions ont souvent un effet négatif et mettent la personne interviewée sur la défensive!

radiodiffusion - communication à distance par l'entremise de la radio.

rédacteur - personne révisant et corrigeant un article soumis par un reporter et le prépare


pour publication.

référencer - indiquer le nom d'une source lors d'une citation ou d'une bibliographie.

scrum - événement impliquant une meute de journalistes questionnant une personnalité


publique dans un endroit public.

source - personne, article, livre, chanson, film duquel un article tire de l'information.

syntaxe - positionnement de mots afin de créer une phrase.

télédiffusion - communication à distance par l'entremise de la télévision.

Termes reliés à Internet

*.jpg *.gif - formats d'images pouvant être utilisés sur le World Wide Web. Une image
numérisée au format .bmp ou .tif doit être convertie à l'un de ces deux formats afin d'être
utilisée pour un article électronique.

clip - segment d'un enregistrement audio ou vidéo accompagnant un article télévisé,


radiodiffusé ou publié sur Internet.

HTML - (Hyper Text Markup Language, langage de notation hypertexte) ensemble de


commandes permettant de publier du texte sur le World Wide Web. relativement facile à
apprendre, ce langage permet de contrôler l'apparence du texte dans un document, le
positionnement d'images, l'utilisation de clips vidéos et audios ainsi que beaucoup
d'autres fonctions.

info-bahn - terme désignant Internet ou l'autoroute de l'information. (de information et


bahn, mot allemand signifiant autoroute).

lien hypertexte - texte situé sur une page Web et sur lequel un visiteur put cliquer afin de
naviguer vers une autre page Web. Ils peuvent aussi charger une application comme
RealPlayer afin de diffuser un clip vidéo ou audio.
34

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
moteur de recherche - site Internet fournissant une liste de liens plus ou moins relatifs à
un sujet fourni par l'utilisateur.

numérisation - procédé permettant de transformer une photographie, un document, un


clip vidéo ou un clip audio en fichiers pouvant être utilisés sur un ordinateur. (exemple:
Photographie au format JPG, son au format WAV ou clip vidéo de RealPlayer)

RealVideo - format vidéo pouvant être utilisé sur Internet. Ce format utilise une
technologie appelée l'émission en continu, permettant de visionner un clip pendant son
téléchargement, réduisant ainsi le temps d'attente.

serveur - ordinateur auquel plusieurs usagers peuvent accéder en réseau. Ce terme


désigne aussi bien la machine en tant que telle que le logiciel permettant la distribution
des fichiers par le réseau.

téléchargement - action de copier un fichier d'un ordinateur ou serveur à un autre.

utilitaire FTP - (File Transfer Protocol, protocole de transfert de fichiers) utilitaire


permettant de copier un ou plusieurs fichiers d'un ordinateur vers un serveur sur Internet
et vice-versa.

35

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
Les chroniques spécialisées

La chronique Arts et spectacles

La chronique des Sports

Les reportages sur la musique

36

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
La chronique Arts et spectacles
La chronique des arts et spectacles est toujours populaire auprès des journalistes
étudiants. Et pourquoi en serait-il autrement? La majorité des gens apprécient l'occasion
de lire un livre ou d'écouter un nouveau disque compact et d'en offrir par la suite leur
opinion.
Mais afin de pouvoir rédiger une critique qui influencera le lecteur, il est important pour
l'auteur d'inclure plus que ses idées et ses opinions.

Qu'est-ce qu'une critique?

Normalement, la chronique des arts et spectacles est composée de critiques suivant une
formule spécifique dont les journalistes se servent pour évaluer toutes sortes d'ouvrages
artistiques, qu'il s'agisse d'un livre ou d'un texte quelconque, d'un spectacle (danse,
musique ou théâtre), d'une œuvre musicale enregistrée sous forme de disque compact, ou
d'une œuvre d'art visuel.

Introduction/amorce
Avec le premier paragraphe, le critique offre une description du livre tout en expliquant
pourquoi le livre en question lui a plu ou lui a déplu. Il s'agit de la thèse du chroniqueur.

37

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
Corps de la critique
Dans les prochains paragraphes de l'essai, le critique présente les arguments à l'appui de
sa thèse. Si le livre est excellent, selon lui, le chroniqueur s'attardera sur les éléments
forts du livre, qu'il s'agisse des personnages, de scènes spécifiques, du dialogue, de
passages descriptifs, du rythme, de l'intrigue ou du thème. Si le chroniqueur trouve que le
livre a des défauts considérables, il tentera de les démontrer en fournissant des exemples.

Conclusion
À la fin de l'article, le chroniqueur laisse le lecteur avec son opinion générale du livre et
indique si le livre vaut la peine d'être lu, selon lui. Le chroniqueur peut également
communiquer les impressions et les réflexions que le livre a suscitées en lui.

Voici quelques conseils qui aideront vos élèves à rédiger de bonnes critiques:

• Il ne faut pas raconter toute l'histoire quand on critique une pièce de théâtre, un
roman ou un film. Normalement, on peut donner au lecteur un idée de l'intrigue
dans l'espace de quelques lignes. Ensuite, on peut aborder la question du
traitement de l'histoire de la part de l'auteur et ce que l'auteur a fait pour créer des
personnages vivants et un récit captivant.

• Le critique ne doit pas dire au lecteur que la pièce fut fantastique, que le concert
fut ennuyant ou le livre intriguant. Il doit lui expliquer pourquoi en offrant des
exemples tirés de l'oeuvre comme telle.

• Il est utile de comparer le livre (ou le disque compact ou la pièce de théâtre) à


d'autres ouvrages qui relèvent du même genre, pour donner au lecteur une idée de
ses mérites relatifs. Si le critique parle d'un disque compact d'un nouveau chanteur
ou d'une nouvelle compositrice, il pourrait comparer sa musique à celle d'un
artiste plus connu.

• Des recherches sur l'artiste donnent souvent une meilleure idée de la personne en
question et de ce qui la motive à écrire, à peindre ou à chanter. Ces détails
compléteront une bonne revue de son ouvrage et donneront aux lecteurs une plus
grande appréciation de l'artiste et de l'ensemble de son oeuvre.

38

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
La chronique des Sports

il faut de la créativité et des détails pour plaire aux lecteurs de la section des sports.

Le truc pour écrire un article de sport est de raconter ce qui s'est passé, plutôt que
de donner tout simplement le pointage. Les lecteurs veulent avoir l'impression
d'avoir assisté à la partie.

Les jeunes reporters doivent se rappeler:

Il faut se concentrer sur les événements importants et les


jeux-clés de la partie afin de construire l'article autour de
ceux-ci.
Il n'est pas nécessaire de tout mentionner; ne parle que de ce qui a fait une différence
dans la partie.

Tout le monde veut savoir ce qui s'est passé durant la partie, mais ils ne veulent pas
connaître chaque petit détail.
39

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
Un article de sports ne devrait pas seulement décrire ce qui s'est passé au cours du match,
mais aussi parler de l'assistance, de la réaction de la foule et de son effet sur la partie.
Cela aide à soutenir l'intérêt des lecteurs.

L'article de sports n'a pas besoin de parler d'un match. Il pourrait parler d'un joueur ou
d'une équipe se préparant pour une nouvelle saison ou un tournoi.

Les jeunes journalistes ne devraient pas oublier que le sport professionnel n'est pas tout.
Les athlètes amateurs en compétition peuvent s'avérer un sujet tout aussi excitant que les
athlètes « des grandes ligues ». Les événements sportifs dans votre école et votre
communauté peuvent toujours servir de sujets d'articles. Les gens aiment lire ce genre
d'articles puisqu'il est question d'athlètes qu'ils peuvent rencontrer à tous les jours. Les
lectrices et les lecteurs sont fiers de leurs succès.

Les nouvelles sont aussi importantes dans les sports féminins que masculins.

Les reportages sur la musique


Voici une liste de directives à respecter en préparant une interview::

1. ÉCOUTE le disque compact et lis les paroles dans le cahier qui accompagne le disque,
s'il y en a un. Le texte d'un tel cahier peut offrir d'intéressantes perspectives sur les
artistes en question : Qui remercient-ils? Est-ce que les paroles sont compréhensibles ou
est-ce qu'on choisit les mots simplement parce ça rime? De quels ouvrages artistiques ou
photos est-ce qu'on se sert? Qui a réalisé le disque? Et qui a écrit les chansons? Porte une
attention particulière aux collaborations. Par exemple, si Céline Dion avait chanté avec
Barbra Streisand, comme prévu, on aurait pu s'attendre à ce qu'elles aient développé une
certaine relation et cela aurait été intéressant.

2. Examine d'autres entrevues télévisées ou publiées qu'ils auraient faites. Mais ne prends
pas les comportements constatés pour acquis, car certaines personnes vont agir

40

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
différemment avec chaque interviewer ou intervieweuse et les gens peuvent changer de
jour en jour.

3. Écris les questions typiques - les questions évidentes. Ensuite, essaie d'en développer
qui sont plus ou moins originales. Les questions typiques sont celles qu'on peut poser à
presque n'importe qui tandis que celles qui sortent de l'ordinaire sont celles pour
lesquelles TOI, tu veux une réponse après avoir fait ta recherche.

4. Visionne les vidéos (précédents et récents) des artistes qui t'intéressent et renseigne-toi
sur qui les a réalisés. Peut-être que l'artiste a réalisé elle-même le vidéo, ce qui ouvre tout
un autre voie de questionnement.

5. Accepte que l'artiste digresse. Tu peux même encourager cela si l'artiste aborde un
sujet intéressant. Ceci peut devenir un peu délicat, car si le sujet t'intéresse ça veut dire
que toi-même tu pourrais probablement en dire long là-dessus, alors que tu dois laisser la
place à l'artiste. Alors, fais signe de la tête que tu suis ce que l'artiste est en train de dire,
mais retiens-toi de parler pour l'artiste et de trop donner ton point de vue.

6. Finalement, essaie de te détendre. Tu converses avec la personne. Ne sois pas


obséquieux devant la personne, mais fais attention de ne pas l'offusquer non plus. Tout va
bien aller, crois-moi, SI la personne te trouve à son goût. Si ce n'est pas le cas, les
auditrices et auditeurs vont s'en apercevoir et ils vont vouloir suivre le déroulement de ce
tête-à-tête épineux. Ça fait de la bonne télévision!

Bonne chance! Je peux t'assurer que le journalisme est une carrière valorisante pour une
personne curieuse. Je me suis toujours intéressée aux autres, surtout ceux et celles qui ont
une réputation pour être difficile - qu'est-ce qui fait qu'ils sont comme ça?!

L'éthique et la loi
Afin de vous aider à inculquer à vos élèves un code d'éthique lors de la cueillette
d'information sur Internet, voici une série d'informations utiles sur la loi, l'éthique et la
propriété intellectuelle.

41

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
Le son et les images

42

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
L'utilisation des images

L'utilisation de la vidéo

L'utilisation d'éléments audio

L'utilisation des images

43

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
Une image peut à la fois raconter et vendre une histoire. Parfois, les mots ne suffisent pas
pour raconter tout ce qui s'est passé.

Une photo peut donner aux lecteurs une meilleure idée de ce que votre élève rapporte
dans son article. Souvent ce sont les photographies qui l'accompagnent qui font toute la
différence entre un article qui fait la une et un autre article.

Quelques trucs pour de bonnes photos

1. Une bonne photo devrait piquer l'intérêt des lecteurs. Assurez-vous que les photos
de vos élèves sont reliées à leurs articles et qu'elles contribuent à la
compréhension du sujet.

2. Les meilleures photos sont toujours celles qui montrent les sentiments des gens.
Tout le monde voudra lire l'article pour savoir ce qui s'est passé.

3. Les photos devraient être assez claires pour que le lecteur puisse voir les visages.
Pour des photos impressionnantes, conseillez à vos élèves de prendre des photos
de gens seuls au lieu de prendre des foules.

4. Il est essentiel d'accompagner la photo d'un sous-titre, c'est-à-dire un phrase qui se


trouve sous les photos et qui donne des explications sur celle-ci. L'auteur de
l'article ne doit pas penser que le lecteur saura instantanément ce qui se trouve sur
la photo. Il ne faut pas non plus prendre pour acquis qu'il lira l'article. Les sous-
titres bien écrits rendent la photo et l'article plus faciles à comprendre.

5. Vos élèves ne doivent pas oublier d'inclure la signature de la photo pour indiquer
aux lectrices et aux lecteurs qui a pris la photo. Cette signature peut se trouver
parenthèses pour la distinguer du reste du sous-titre, comme suit : (photo par Julie
Charron).

44

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
Photos à éviter

La poignée de main
Ces photos montrent des personnes recevant des diplômes, coupant des rubans ou
donnant des chèques. Les personnes sur la photo se serrent la main et sourient à la
caméra.

L « 'exécution »
Ce type de photo présente une rangée de personnes contre un mur. Lorsqu'il s'agit d'un
gros groupe, les sous-titres donnent souvent une longue liste de noms de gauche à droite.

Pour éviter ce genre de problème, les jeunes reporters devraient prendre des photos de
gens en action. Si quelqu'un gagne quelque chose, une photo de ce qu'il a fait pour gagner
serait préférable à un photo de la personne recevant son prix.

Si un photo de la personne en action est impossible, l'auteur de l'article peut tout


simplement inclure un portrait afin que le lecteur puisse voir le visage du gagant.

Photos numérisées

Vos élèves peuvent prendre des photos à l'aide d'un appareil-photo numérique ou encore
numériser une photo conventionnelle. Dans les deux cas, une image peut être
sauvegardée comme fichier et modifiée par ordinateur afin de la rendre plus claire ou plus
petite, entre autres. Cette image peut ensuite être envoyée à RDR afin d'accompagner
l'article.

45

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
L'utilisation d'éléments audio

Les images et les clips vidéo donnent aux lecteurs un


portrait visuel de l'événement. Les clips audio leur offrent
un portrait auditif.

Vos jeunes reporter peuvent utiliser des enregistrements sonores pour les aider à narrer
leur article.

S'ils assistent à une activité dans votre communauté, ils peuvent éventuellement
enregistrer les sons de la foule - qu'elle soit en train de crier, de chanter ou d'applaudir.
Une activité sportive ou un concert a ses propres sons qui lui sont distincts et ce sont ces
sons qui ajouteront un certain cachet aux reportages des jeunes.

Évidemment, l'un des avantages principaux de l'utilisation d'un clip sonore est que les
journalistes peuvent entendre la voix des gens. À la radio, on se sert de clips sonores en
faisant les reportages. L'animatrice va lire une partie de l'exposé puis va faire une pause
pour faire jouer l'extrait d'une interview avec une personne concernée par le sujet.

Les élèves devraient rédiger leur texte en gardant à l'esprit leur enregistrement sonore.
Par exemple, s'ils possèdent un enregistrement dans lequel une personne explique
comment elle s'est impliquée dans une œuvre charitable, l'enregistrement racontera cette
partie de l'histoire. Les reporters rédigeront leurs textes afin de mener vers ce clip. Il est
aussi important de ne pas répéter par écrit une information contenue dans un clip.

46

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
L'utilisation de la vidéo

L'un des avantages d'Internet est de permettre l'intégration d'éléments multimédias tels les
clips vidéo lors de la présentation d'un article. Ces clips, utilisés efficacement, ouvrent
une dimension plus active au lecteur en lui montrant l'événement en question.
A la télévision, où presque tous les reportages sont au format vidéo, le lecteur ou la
lectrice de nouvelles annoncera le reportage en quelques mots pour ensuite laisser défiler
le clip en tant que tel.

Voici quelques conseils que vos élèves devraient suivre pour utiliser des
enregistrements vidéo dans leurs articles:

• Réflexions sur le reportage


Avant de se lancer à l'aventure avec une caméra, faites réfléchir vos élèves sur
l'article qu'ils désirent rédiger. Quels genres de clips les aideraient à transmettre
leur message? Ont-ils besoin d'un clip montrant un certain endroit ou une certaine
personne? L'événement discuté peut-il être filmé? Plus les élèves possèdent de
matériel sur vidéo, plus grand sera le choix de clips disponibles.

• Les interviews
Si vos élèves mènent une interview dans un endroit public, ils devront s'assurer
que la voix de la personne interviewée peut être entendue par-delà le bruit de la
foule. Il pourrait être préférable de trouver un coin ou un endroit moins fréquenté.
Attention aussi à ce qui se passe en arrière-plan: ça peut être distrayant pour
l'auditoire.

• Le cadrage
Lors d'une interview, le caméraman devrait autant que possible filmer le visage et
les épaules de la personne interviewée. Il ne faut pas se tenir à distance et filmer
tout le corps de la personne, ce qui fait perdre les détails du visage et des
expressions faciales. Cela entre plus particulièrement en jeu si aucun micro autre
47

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
que celui de la caméra n'est utilisé. Dans ce cas, il faut que la caméra soit près de
la personne afin de bien enregistrer ses propos.

• Les poses
Lorsque vos élèves font un enregistrement vidéo d'un endroit ou d'un événement,
ils devraient s'assurer de prendre quelques « poses », c'est-à-dire des images
immobiles montrant une scène, et quelques « panoramas », qui sont des plans où
la caméra se déplace lentement à l'horizontale pour filmer un grand espace. Ils
peuvent utiliser l'un ou l'autre ou les deux pour donner une idée du lieu au lecteur.
Ils peuvent aussi prendre une image et l'utiliser comme photographie pour
accompagner leur article. Il s'agit simplement de suspendre le défilement («
mettre sur pause ») et de sauvegarder l'image obtenue en tant que fichier .jpg ou
.gif.

Ethics

La plume est plus puissante que le glaive.

C'était vrait lorsque Edward Bulwer Lytton a écrit ces mots dans les années 1800. Les
mots ont beaucoup d'influence sur les gens et sur les événements qui se produisent autour
d'eux. Mais dans l'ère de l'Internet, les mots sont plus puissants que jamais. Quelqu'un
peut faire une déclaration en Inde qui peut être transmise au Nouveau-Brunswick dans
l'espace de quelques secondes. Si cette déclaration est injuste, malicieuse ou
préjudiciable, l'impact en est immédiat et durable.

Voila pourquoi les journalistes doivent prendre leur travail au sérieux et reconnaître
l'influence qu'ils peuvent exercer dans leur communauté. Plusieurs journalistes ont leur
propre code de déontologie - un ensemble de principes qui les guident dans leur travail.
Leur sens d'éthique les aide à déterminer ce qui constitue une juste représentation de la
situation et des personnes concernées. Puis, ça les aide à établir des normes pour leur
propre comportement professionnel.

La plupart des salles de nouvelles ont un ensemble formel de règles de conduite pour
leurs journalistes.

Par exemple:

• Certains journaux et certains radiodiffuseurs ne permettront pas à leur reporters


d'accepter des cadeaux, des repas ou des services gratuits de la part des gens qu'ils
rencontrent en faisant leurs reportages. Cette politique envoie un message clair
48

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
voulant que les reporters ne se laissent pas influencer par d'autres en préparant
leurs articles.

• D'autres agences de nouvelles refusent de permettre à leurs reporters de citer des


sources d'information qui ne sont pas prêtes à s'identifier : elles veulent s'assurer
que toutes les citations et toute l'information utilisées dans quelconque reportage
puissent être attribuées à une personne spécifique, ce qui contribue à la crédibilité
de l'article.

• D'autres salles de nouvelles ont des lignes directrices très spécifiques pour les
membres du personnel qui s'appliquent à la couverture médiatique de questions
qui les touchent directement et personnellement. Par exemple, une personne dont
l'époux ou l'épouse siège sur un conseil scolaire ne serait pas autorisée à faire des
reportages au sujet du conseil scolaire.

Les journalistes sont constamment appelés à considérer des questions d'éthique dans le
cadre de leur travail quotidien. Ils doivent toujours se demander si leurs reportages sont
justes et s'ils ont bel et bien situé le sujet de l'article dans son contexte.

La diffamation et l'art de ne pas se faire poursuivre en justice

La diffamation est toute allégation ou imputation d'un fait qui porte atteinte à l'honneur
ou à la considération de la personne ou du corps auquel le fait est imputé. (Le Petit
Robert 1, 1991)

Tout comme les journaux et les revues, Internet est un registre plus ou moins permanent
qu'on peut examiner à maintes reprises. La clé pour éviter une poursuite en diffamation
est d'avoir des preuves pour appuyer ses reportages.

LA VÉRITÉ.

Un reporter essaie de ne pas utiliser de l'information « de seconde main ». Il ne peut pas


écrire un article en se basant sur les paroles « de l'ami d'un ami d'un gars » qui a vu
l'accident sur lequel il fais un reportage. Il faut choisir la source la plus près de
l'événement possible.

49

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
Il se peut qu'un reporter doive chercher une autre source pour confirmer ce que d'autres
t'ont dit. S'il contacte une personne et qu'elle refuse de fournir des commentaires, il peut
le mentionner dans son article. Ce refus est un message en soi.

LE CONSENTEMENT DE LA SOURCE

Lors d'une interview, la personne avec qui le journaliste parle saura que ses
commentaires sont «officiels». Cela veut dire que tout ce qu'elle dit peut être utilisé dans
son article. Si elle n'aime pas l'ébauche de l'article, ou si elle ne veut pas être mentionnée
comme source, la personne demandera que l'interview soit « confidentielle ». Faire une
interview confidentielle est un moyen d'obtenir de l'information sans révéler la source
aux lecteurs. Si l'information concernait les récentes coupures du gouvernement et que la
source était un ministre ou une ministre, l'article pourrait se lire: « La source a dit... »

Si la source déclare que ça lui est égal que le reporter la cite dans son article, celui-ci peut
justement considérer cela comme une permission. Il est important de noter la date,
l'endroit et l'heure de l'interview.

Un reporter se doit de recueillir de l'information des deux côtés de la médaille afin


d'équilibrer le tout. Il serait bon d'avoir une source qui fait figure d'autorité en la matière.
Cela ajoutera de la crédibilité à l'article.

L'IMPARTIALITÉ
Une opinion peut être utilisée dans un article de nouvelles à condition qu'elle provienne
d'une source et non de l'auteur. Un journaliste peut exprimer son opinion par le biais d'un
éditorial ou d'une critique, mais jamais dans un autre genre d'article. Cependant, il est
recommandé d'exposer l'opinions d'autre gens afin d'ajouter du piquant à l'article en
montrant les gens pour et contre un événement quelconque. C'est ce qu'on appelle
l'impartialité.

Exemple: Un journaliste interviewant un contestataire d'une décision du Premier ministre


de couper 25% dans les contributions aux étudiants, peut citer que la personne traite le
Premier ministre de "menteur". L'intention du journaliste n'est pas de salir la réputation
du Premier ministre, mais de rapporter l'opinion du militant. Il est donc important
d'attribuer une opinion à la bonne personne.

50

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
LE DROIT À L'ACCÈS À L'INFORMATION
Si l'information est du domaine public, comme un procès ou le procès-verbal d'une
réunion du gouvernement, tous les journalistes ont le droit de connaître cette information
et de la publier.

Les droits d'auteur

Le droit d'auteur est un droit d'exclusivité d'exploitation appartenant à l'auteur d'une


œuvre. Cette œuvre peut être un livre, un film, une chanson, un essai, un article, une
lettre, un poème, ou n'importe quelle autre œuvre originale. Les droits d'auteur sont
généralement accordés lorsque l'œuvre a été publiée ou lorsqu'elle a reçu l'attention des
médias.

Les journalistes doivent identifier les auteurs des œuvres qu'ils utilisent dans leur article,
ce qui s'appelle référencer les auteurs. Les gens qui créent des œuvres veulent qu'elles
soient identifiées comme étant les leurs et non pas comme étant celles de quelqu'un
d'autre.

Lorsque vient le temps de référencer un auteur, le journaliste doit inclure les éléments
suivants:

Nom de l'auteur, du compositeur, de l'interprète ou de toute personne ou organisation à


laquelle l'oeuvre appartient
Titre de l'oeuvre
Maison de production (ou d'édition, enregistrement, etc.)
Année de création ou de publication (si disponible)
Le symbole du droit d'auteur (©) est facultatif.

Par exemple:

Je me promène à bicyclette dans la rue/ je vois une fille que j'aimerais rencontrer/ elle
me regarde, et je manque de tomber.

J'ai frappé un arbre


Dave et les gars de bicycle
Les Productions des pneus ©1996

Lors d'une critique, un journaliste ne cite que la partie dont il a besoin pour son article.
Ce serait une perte de de réécrire toute une chanson ou tout un paragraphe d'un article,
quand il n'a besoin que d'une ou deux lignes.

51

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
Les droits d'auteur servent aussi à protéger les oeuvres des jeunes journalistes lorsqu'elles
sont publiées pour empêcher quelqu'un d'autre de copier leurs travaux. Cependant, cela
ne peut pas empêcher quelqu'un d'utiliser leurs idées pour faire son propre travail.
Plusieurs personnes peuvent écrire sur un même sujet en utilisant les mêmes sources ou
en utilisant des sources complètement différentes.

Exemple:

Lorsqu'en 1986 la navette spatiale Challenger a explosé durant le décollage, tout le


monde a écrit des articles à ce sujet, parce que c'était un événement très important. La
plupart des articles contenaient les mêmes informations, mais étaient écrits différemment.

Internet et les droits d'auteur


Si les journalistes et apprentis-journalistes utilisent des images, des sons, des extraits
vidéos ou de l'information provenant d'un site Web, ils doivent référencer celui-ci comme
s'il s'agissait d'une oeuvre. Il est très facile de copier ces ressources sur Internet sans en
respecter la propriété intellectuelle. Il faut obtenir la permission de l'auteur de l'élément
en question, identifier celui-ci comme étant le propriétaire et créer un lien vers son site en
remerciement de sa permission.

Règles sur les droits d'auteur sur Internet:

1. Si un jeune journaliste utilise dans son article un graphique, clip vidéo ou clip
audio provenant d'une collection sur Internet, il se doit de fournir un lien vers le
site de celle-ci. Cela référence le propriétaire et est considéré comme une règle
d'étiquette sur Internet.

2. Après avoir découvert une image qu'il aimerait utiliser, le reporter doit porter
attention aux petits caractères qui l'accompagne afin de s'informer de l'identité de
son propriétaire. Cela lui permet de demander la permission à la bonne personne.

3. Un reporter qui utilise ses propres images et photos n'a pas à s'inquiéter des droits
d'auteur et des permissions.

4. Le format de citation pour Internet est le même que pour les oeuvres normales.
Habituellement, le nom de l'oeuvre est un lien hypertexte vers celle-ci et/ou le
nom de l'auteur est un lien vers son adresse électronique.
52

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning
5. Un journaliste ne croit pas tout ce qu'il lit sur Internet. N'importe qui peut
rapporter qu'une vache s'est promenée sur la rue Principale, mais cela ne veut pas
dire que ça c'est vraiment passé. Le journaliste devrait vérifier ses sources si
celles-ci ne sont pas au-dessus de tous soupçons. Consulter plus d'une source est
une bonne façon de s'assurer de la véridicité d'une nouvelle.

53

Produit final realisé avec le support financier de la Commission Européenne,


par l’intermédiaire du programme Lifelong Learning