Vous êtes sur la page 1sur 1

Effet Compton

On envoie un faisceau de rayons X durs ou de rayons γ de fréquence υ et de longueur d'onde


λ = c / υ sur une cible très mince. On observe les rayons diffusés dans une direction faisant l'angle φ
avec la direction du faisceau incident. On constate que la longueur d'onde λ' des photons diffusés est
supérieure à λ et que cette longueur d'onde est fonction de l'angle d'observation. Ce phénomène, qui
est l'effet Compton, résulte de l'interaction entre le photon incident et un électron. Le photon
cède de l'énergie à l'électron et le photon diffusé a une longueur d'onde plus grande. L'énergie d'un
électron lié de la cible est de quelques eV. Cette énergie est négligeable devant celle du photon
incident et on peut considérer que la vitesse initiale de l'électron est nulle. Compte tenu des énergies,
il faut utiliser les relations relativistes de la quantité de mouvement et de l'énergie.
m est la masse de l'électron et c la vitesse de la lumière.
Etat initial : Photon Quantité de mouvement p1 = h / λ. Energie E1 = hυ = h.c / λ.
Electron Quantité de mouvement p2 = 0 Energie E2 = mc2
Etat final : Photon Quantité de mouvement p1' = h / λ'. Energie E1' = hυ' = h.c / λ'.
Electron Quantité de mouvement p2' = γ.m.v Energie E2' = γ.mc2
v2
Avec   1/ 1  . Soit ψ l'angle entre la direction incidente Ox et celle de l'électron.
c2
Conservation de l'énergie : mc 2  h  h '  .mc 2 (1)
Conservation de la quantité de mouvement
Sur Ox h  h '.cos   .mcv.cos  (2)
Sur Oy h '.sin   .mcv.sin  (3)
Le carré de (1) donne : m 2 c 4  (h) 2  (h ') 2  2h 2  ' 2h mc 2 ( ' )   2 .m 2 c 4 (4)
La somme de (2) et (3) au carré donne : (h) 2  (h ') 2  2h 2  '.cos    2 .(mcv) 2 (5)
La soustraction membre à membre de (4) et (5) permet d'éliminer v2 .
Il reste : h 2  '.(1  cos )  h mc 2 (   ') .
h
En passant aux longueurs d'onde, on obtient :  '   (1  cos )
mc
C'est la relation de Compton.
La quantité λC = h / mc = 0,02426 Å est la longueur d'onde de Compton
A partir de la relation (1), on peut calculer γ et en déduire la vitesse v de l'électron.
c
.sin 
 '.sin 
Le quotient de (3) par (2) donne : tan    '
   'cos  c  c cos 
 '
1  h 
Vérifier que   tan 1  
tan  2  mc 