Vous êtes sur la page 1sur 11

Phénomène syntaxique, qui a des conséquences morphologiques.

Accord
sujet/verbe (c’est le verbe qui s’accorde avec le sujet, et non l’inverse) : he
(3sg) goes (3sg), et accord à l’intérieur du groupe nominal : these (pl) tables
accord (pl) (c’est le démonstratif qui s‘accorde avec le nom)

-> voir aussi co-occurrence

actualisation passage à l'acte ; actualisé veut dire réalisé ; aussi: validé


On a anaphore quand un " représentant " vient remplacer un mot, un
syntagme, ou une proposition
anaphore
When Peter is tired, he goes to bed -> he, pronom anaphorique, remplace
Peter

mot, élément qui est repris par un pronom. The man that he arrested: THAT a
antécédent
pour antécédent the man
être en apposition à un nom, c'est être posé à côté, généralement à sa
droite:My brother, a teacher in Paris, remarked that …(a teacher est en
apposition
apposition)The boy, tired of waiting, went away. …(tired est en apposition à
The boy)
concerne les schémas de verbe: un verbe intransitif est un verbe à une place
argument
(un argument), transitif: deux arguments, ditransitif trois.
article nom que l'on donne aux trois déterminants les plus fréquents : A, THE et Ø
point de vue sur un procès ; comment l'énonciateur voit, envisage le
déroulement du procès. Temporalité interne à l’action / l’événement (l’action
aspect
est vue dans son « avant » ou dans son « après », ou globalement ; il y a soit
un seul événement, soit plusieurs, phénomène d’itération, etc.)
aspect inaccompli
be+ing), procès vu de l'intérieur. Un point quelconque du déroulement, ni le
ou imperfectif ou
début ni la fin, c’est un « instantané » (snapshot)
progressif
aspect accompli ou
(have -en) procès vu dans son " après " ; le procès, révolu, à une incidence.
perfectif
aspect Ø, ou aspect le point de vue de l'énonciateur n'intervient pas. « I work / He works for
aoristique Johnson & Johnson » / « The train leaves at 4 »
asserter déclarer comme vrai (que ce soit dans un énoncé affirmatif ou négatif)
assertion proposition que l'on pose comme vraie
un -ed (ou un imparfait) :I wanted to ask you something : l'énonciateur fait
atténuation
semblant de ne plus vouloir.
un adjectif est dit attribut d'un nom quand il est relié à celui-ci par le verbe
attribut être ou un verbe d'état: Peter is nice. Nice est attribut de Peter. Attention, la
traduction anglaise est : a predicative adjective
base dérivationnelle Work : base dérivationnelle ; worker : forme suffixée
base verbale appellation à éviter, voir « infinitif »
be + ing voir « aspect inaccompli ou imperfectif ou progressif »
verbe admettant deux compléments (un c. direct et un c. indirect) : he gave
bitransitif her a present et en anglais ayant donc deux constructions passives. on dit
aussi ditransitif
type particulier d'anaphore: la cataphore renvoie au texte après: the man who
spoke to me THE est un exemple de fléchage cataphorique: la justification,
cataphorique
au lieu de précéder, se situe après dans le texte. Idem pour « the economy of
the country »
Les catégories morphologiques sont :

[présent] work/works - shake/shakes - am/is/are [prétérit] ?worked mais


catégorie shook et was/were [infinitif] ?work ?shake mais be [participe1] working -
morphologique shaking - being [participe2] ?worked mais shaken et been --> les “?”
indiquent les possibilités d’ambiguïté d’une forme. Ex : « shake » : à la fois
infinitif et présent. « worked » à la fois prétérit et participe passé, etc.

très souvent un groupe prépositionnel (ex: dans la rue) qui a une valeur
circonstant
adverbiale (adv de lieu ici)
Forme cliticisée = contractée (I’m, he’s, I’ve, etc…)
cliticisé
--> on dit aussi un « enclitique »

une proposition est dite clivée quand elle est décomposée en deux
propositions à des fins de mise en relief d'un élément: c'est Pierre qui a cassé
le vase

A partir de la phrase : « John wore a white suit at the dance last night », on
peut mettre en valeur plusieurs éléments :

clivée Sujet : it was John who wore a white suit at the dance last night Obj direct :
it was a white suit that John wore at the dance last night Adv tps: it was last
night that John wore a white suit at the dance Adv lieu: it was at the dance
that John wore a white suit last night

La mise en relief du verbe est impossible: *it’s wore that John a white suit at
the dance last night

Qui contredit le fait. « They were sounds that might be from another planet »
on aurait eu le droit de le dire si on n’avait pas eu une hypothèse
contrafactuel contrafactuelle (on sait que ce n’est pas vrai). « If I were rich, I’d buy a
Mercedes car” (but I’m not rich – contrafactuel) ? pas de chance de
validation de la relation prédicative
La comptabilité ave les termes comme <little>, <few>, <much>, <many>,
<a>, <several>, <one>, <two>, <three>, est à analyser en termes de co-
co-occurrence occurrence, et non pas d’accord. Il ne s’agit ni de formes de singulier (quelle
serait alors la forme de pluriel ?), ni de formes de pluriel (quelle serait alors
la forme de singulier ?)
degré de comparaison, généralement exprimé au niveau de l'adjectif; deux
ensembles sont comparés, le comparatif peut être d'égalité, d'inégalité, de
comparatif
supériorité ou d'infériorité.John is nicer than Paul : l'adjectif porte la marque
du comparatif de supériorité
le fait de convenir, d'aller bien ensemble ; rapport de compatibilité ; le
congruence modale CAN pose un rapport de congruence entre le sujet et le prédicat
(MAY, de non-congruence)
conjonction relateur ; la conjonction de coordination (and, or) relie deux unités de même
fonction syntaxique (parataxe); la conjonction de subordination (because)
relie la subordonnée à la principale (hypotaxe)
conjonctive = subordonnée de conjonction; ex:because he is coming
Une manière d'analyser une phrase est de la découper en " constituants " de
constituant plus en plus petits : décomposer une phrase en Groupe Nominal et Groupe
verbal, décomposer un Groupe Nominal en Déterminant + Nom
contingent qui peut arriver ou pas
continu Indénombrable, non-discret (opposé : discontinu, discret = dénombrable)
c'est ainsi que l'on appelle des verbes comme be, become, seem qui
copule ou verbe
permettent de relier par exemple un sujet et un adjectif dans une relation
copule:
d'identité: John is nice
(conjonction corrélée) conjonction composée ; la conjonction se divise en 2
corrélée
parties, une dans chaque proposition: it's more important than you think.
La série des formes du léxème n’est pas complète. «may », « might », etc…
défectif sont des verbes qui n’ont pas de flexion, ne peuvent pas être précédés de
« to », n’ont pas les formes du participe présent (ing) ni du participe passé
définition restreinte: démonstratif; définition large: la deixis (l'opération)
déictique c'est les liens que l'énonciateur tisse entre son énoncé et la situation
d'énonciation : I, here, there, now, etc.
Un nom fonctionne comme dénombrable s'il peut être précédé de l'article
A(n), s'il peut, comme son nom l'indique, être compté et donc se mettre au
pluriel : one book, two books (synonyme : comptable, discret, discontinu)

dénombrable Mais tous les mots au pluriel ne sont pas nécessairement dénombrables. Ex :
« clothes » There were many clothes scattered on the floor (OK)

• There were seven clothes scattered on the floor (seven pieces / items /
garments of clothing): utilisation obligatoire d’un dénombreur
permet de dénombrer des noms à fonctionnement habituellement
indénombrable: a piece of bread, an item of...
dénombreur
--> voir « discrétiseur »

déontique : qui concerne les devoirs ; avec un modal déontique, il y a


pression sur le sujet grammatical
déontique

en gros, désigne la terminaison possible d'un nom, adjectif, verbe. Désinence


désinence
du pluriel, désinence du passé
déterminant déterminer un nom, c'est délimiter : employer THE devant un nom
restreindra davantage que si on utilise A. Les plus courants sont Ø, A et THE,
déterminer mais les quantifieurs, les possessifs, les démonstratifs ont souvent un tel
emploi. Put down that knife !
différenciation voir <repérage> on parle aussi de localisation
dans le cadre de l'opposition langue /discours (De Saussure), le discours,
discours c'est l'utilisation que fait l'énonciateur de la langue (la langue est ce qui
existe potentiellement. Dès que nous la mettons en fonction, cela devient le
discours)
De « discret » = comptable, indénombrable. « discrétiseur » se dit d’une
discrétiseur expression qui permet de dénombrer un mot indénombrable : « a piece of…
an item of…. a bit of… etc…” On dit aussi “dénombreur”
qui se rapporte au discours, à l'organisation du discours: un facteur de
discursif
cohésion discursive
l'énoncé n'est pas pris en charge par celui qui le produit, mais par celui qui le
discours indirect
rapporte.
duratif Le procès s‘étale dans le temps
omission d'un élément d'un énoncé; cet élément est généralement
ellipse récupérable :Peter's car is nicer than John's . Il y a ellipse du 2ème car
récupérable dans le contexte avant.
Formes cliticisées : I’m (= am), he’s (= is, has), we’ve (= have), etc…

Le génitif est aussi un enclitique :the [Queen of England]’s daughter ; in [a


enclitique
year or two]’s time. Un enclitique s’accroche au terme de gauche (il ne peut
pas être tout seul).

énonciateur celui qui produit l'énoncé (à l'intention d'un coénonciateur)


principe selon lequel les éléments nouveaux, sur lesquels on veut attirer
end-focus
l'attention auront tendance à être placés en fin de phrase.
principe selon lequel les éléments lourds de la phrase auront tendance à être
end-weight
placés en fin de phrase; l'extraposition est une application de ce principe
Avec un modal épistémique, l'énonciateur se prononce sur les chances de
épistémique
validation d'une relation prédicative
un adjectif est dit épithète s'il est adjoint directement au nom A nice boy il
épithète n'est pas relié au nom par un verbe (être). En anglais, l'épithète est placé
avant le nom qu'il qualifie. Attention: en anglais, se dit attributive adjective
équipossible qui peut se produire ou non ; qui est possible ou non; synonyme : contingent
(construction é.)

ex: I want to go Want et go ont le même sujet: I état procès caractérisant la


équi sujet
manière d'être, l'existence ; un état est inchangeant, mais peut être
temporaire.

événement ou
procès exprimant un changement d'état
processus
ce terme décrit un type particulier de détermination nominale. I saw a dog in
the street. Il existe une catégorie (on dit plutôt classe), les chiens, regroupant
extraction
des éléments ayant des caractéristiques communes. Celui que j'ai vu
appartient à cette classe, est un élément de cette classe.
extralinguistique la vie, la vraie, celle que la langue essaie de représenter
phénomène par lequel un sujet de nature propositionnel (phrastique) est
extraposition rejeté de l'autre côté du verbe. It is important to do that . "To do that" est
extraposé par rapport à la structure de base To do that is important
est une opération de détermination particulière. C'est une opération de reprise
fléchage qui s'appuie sur un premier repérage (textuel, situationnel ou culturel). En
anglais, les déterminants permettant de flécher sont the, this, that, les
pronoms possessifs; my, hers,…, les génitifs déterminatifs: Peter's

Selon Bouscaren Chuquet: Cette opération est toujours seconde. Elle


présuppose une première opération (prélèvement explicite d' un individu
avec A, par exemple)I can see a tree.The tree is green.

La justification du fléchage peut être contextuelle (anaphorique=qui reprend)


ex ci-dessus. L' anaphore peut être moins stricte: Bill went to London.The
journey was tiring.

Parfois la justification du fléchage vient après:relatives etc... Justification


situationnelle (=fléchage déictique). Elle varie en largeur:Where is the dog?
(partage réduit à quelques coénonciateurs). Here comes the
sun.(Beatles)(partage étendu à tous les coénonciateurs)

Attention parfois THE n' exprime pas un fléchage: The French eat a lot of
garlic.Ici on a une opération abstraite qui désigne la notion munie de toutes
les proprietés qui définissent la classe concernée.

(On peut ne pas être d' accord avec eux ici)

Procédé morphologique : changement de la forme-de-mot (word-form) d’un


même lexème. Work ? works / worked ; jouer -> jouai, joua, jouait, … Ne
pas confondre flexion et catégorie grammaticale. Une flexion signale /
manifeste une catégorie : on parle de formes fléchies. Le suffixe flexionnel -
flexion
ed , ou la mutation vocalique shake ? shook signalent la catégorie [prétérit]

--> supplétion

forme désactua-lisée forme en ED : on s'éloigne de l'actuel : on va dans le passé ou dans l'irréel


étiquette (vieillie) désignant les emplois radicaux de WILL, surtout dans le
passé : un WOULD " d'habitude dans le passé "
forme fréquentative
--> voir « itératif »

problème sémantique : degré de détermination permettant de renvoyer à la


totalité des occurrences d'une notion. THE, Ø ont un emploi générique dans:
Tigers are dangerous animals / The tiger is a dangerous animal.

- THE – Ø N-pluriel référence à un groupe :–: The Germans, the Jews (il
s’agit d’un groupe, à distinguer d’une classe ; valeur thématique, donnée
d’emblée, on sait de quel groupe on parle) ; The French, the English, the
poor (adjectifs nominalisés ; « the poor » renvoie à une multiplicité, groupe
générique /
d’animés) ; the deceased, the undersigned : référence à l’unique (valeur
généricité
spécifique) - Ø N-sing (« massif ») : man’s quest for freedom - le cas des
paires, avec renvoi à un groupe : « master and man », « there is no class
division between employer and employed » (rapport agent / patient) ; voir
aussi expressions figées : pen to paper, man to man, part and parcel -
référence à un type ou un sous-type, à une sous-espèce, à un spécimen de
l’espèce : A (The World Wildlife Organization decided to protect a (certain)
large cat, namely the Siberian tiger)
Attention : on ne pourrait pas dire *a lion will become extinct soon (il faut
THE ou Ø N-pluriel), donc attention à ne pas trop hâtivement attribuer à «a »
une référence une espèce ou à une classe (une valeur générique). Se rappeler
qu’avec A, il y a tjrs extraction, on isole un élément d’une classe,
éventuelemnt pour former un type : It was a scapegoat, but it looked like a
man (ressemblance au type, il en avait les caractéristiques, mais c’était un
élément de ce type)

a madrigal is polyphonic : OK, car propriété essentielle

• a madrigal is popular : non, car propriété accidentelle, donc pb


d’acceptabilité
- The +nom dénombrable singulier : permet de créer un type, ou une
catégorie (socio-professionnelle, par ex.) : The company manager is the
perfect example of….

Parfois c’est la complémentation nominale ou la relative déterminative /


restrictive qui permet de créer des (sous-)types : - The average American car
owner… (c’est “average” qui permet de créer un type); The proprietor of a
model car factory… (“The proprprietor” tout court ne marcherait pas)

il permet de repérer un nom par rapport à un autre : the boy's bike (repère +'s
+ repéré). On en distingue surtout deux types: le génitif déterminatif et le
génitif générique. Se note N1’S N2 (et s’oppose donc à N2 of N1). N2 est le
« nom tête » (head of noun phrase), par ex. « car » dans « John’s car », il est
le plus important sur le plan sémantique.

Génitif déterminatif : « Jack’s book » ? opération de fléchage (ce n’est pas


simplement « a book » mais « Jack’s book »). 2nd degré de détermination.
N1 (Jack) détermine N2 (book). Si on rajoute 1 article, on le mettrait devant
N2 : Jack’s blue book. N1 au génitif jour le même rôle qu’un adj ou un nom
génitif composé. Comme sous-catégories de génitifs déterminatifs on note les
génitifs de mesure (an hour’s rest, a month’s pay, a mile’s walk), de datation
(yesterday’s paper) , et locatifs (At the butcher’s [ellipse de « shop »], at
Harrods [avec soudure du «’s »]

Génitif générique (ou classifiant) : « a captain’s book » ? constitue


sémantiquement un tout : l’uniforme de tout capitaine. Valeur adjectivale de
N1 (captain). Si on rajoute un adjectif, on le place avant N1 : a green
captain’s uniform Attention à l’ambiguïté sémantique : her goat’s milk ? her
goat/’s/milk (déterminatif)? her / goat’s milk? (générique)

en anglais, nominalisation avec -ing d'une forme verbale: he is used to


gérondif
sleeping late; a un sens différent en grammaire française
paraphrase pouvant permettre de commenter, d'expliciter. He can come peut
glose
être glosé par It is possible for him to come
gradient échelle, graduée
haut degré valeur la plus élevée sur une échelle d'appréciation
voir aussi hyperonyme et hyponyme
Holonyme et
méronyme
L’holonyme désigne le tout (body) et le méronyme désigne une partie du
tout (arm)

voir aussi holonyme et méronyme

L’hyperonyme représente une classe, et l’hyponyme représente un élément


de cette classe. Ex : « cat » est un hyperonyme (la classe des félins) alors que
Hyperonyme et « lion » est un hyponyme (1 élément de la classe). De la même façon
hyponyme « furniture » est un hyperonyme (+ grand nombre d’objets, quasi holonyme)
et « chair » est un « hyponyme » (nombre d’objets plus précis, moins riche
en extension qu’un hyperonyme, mais plus riche en intension, quasi
méronyme)

"qui exprime une intention [...] affectueuse, notamment dans le langage des
enfants ou ses imitations. Redoublement hypocoristique; usage, valeur
hypocoristique d'un mot. Les procédés formels employés pour créer des
hypocoristique termes hypocoristiques sont par exemple les suffixes dits « diminutifs »
(fillette), le redoublement (chien-chien, fifille), l'abrègement des prénoms
(Mado, Alec), ou le choix de termes conventionnellement hypocoristiques
(fr. mon petit poulet, mon chou) (MOUNIN 1974)."
hypothétique qui n'existe qu'à l'état d'hypothèse, qui dépend d'une condition
imperfectif Voir aspect inaccompli
Un nom fonctionnant comme indénombrable ne peut être précédé de l'article
A(n), ne peut être mis au pluriel. Sont généralement indénombrables les
indénombrable
noms se référant à des substances, matières, des états, à des abstractions : He
bought some cheese. (synonyme : non comptable, non-discret, continu)
Parler d’infinitif avec ou sans « to », plutôt que de faire référence à la « base
verbale » car « base » de quoi ? il n’est pas « base » dans la mesure où on ne
infinitif
peut pas lui greffer un suffixe. Le verbe est soit à l’infinitif (avec ou sans
« to ») soit conjugué (au présent, par exemple).
identification voir <repérage>
Un léxème/ mot peut être invariable pour 3 raisons :

- Syncrétisme: this sheep is / these sheep are - neutralisation : these clothes


invariable
are (neutralisation de l’opposition sg / pl au profit du pluriel) - classe lexicale
de léxèmes invariables, par ex. les prépositions : after, etc…

invariant voir valeur centrale


remplir: la case sujet est instanciée par IT dans it is important for you to
instancier
know that.
irréel décrochage vers l'hypothétique, le fictif.valeur centrale
itératif qui est répété plusieurs fois, qui exprime la répétition
chez F. de Saussure, ce qui existe potentiellement. Dès que nous la mettons
langue
en fonction, cela devient le discours
léxème Mot, unité morphologique
Unité du lexique pouvant être composée de plusieurs léxèmes : <put up>,
lexie
<kick the bucket>, …
lexicalisé qui fonctionne comme une unité du lexique, qui appartient au lexique
localisation = différenciation
Trace d'une opération (voir ce mot) Give me the book ! THE est un marqueur
de fléchage, il indique une opération bien particulière et signale qu'il s'agit
d'un livre bien particulier, connu de l'énonciateur et du co-énonciateur.
marqueur
massif Ø N-sing. Ex : « Not all that glitters is gold » ? “gold” est un massif
Women’s work: work est un massif. Sous-type grace à génitif générique
“women’s” (valeur adjectivale de qualification)

méronyme
modale (valeur m.) qui fait apparaître une intervention de l'énonciateur
L'intervention de l'énonciateur dans son énoncé, jugement, l'expression du
possible et du nécessaire (définition restreinte).
modalité (aux. de )
--> voir « modalité épistémique et « modalité radicale »

modalité de
l' énonciateur pose l'évènement comme vrai ou faux: he is sleeping
l'assertion
modalité exprime la subjectivité de l'énonciateur: ce qui est normal, pas normal: it is
appréciative strange that..., It is natural that ...
modalité Avec un modal épistémique, l'énonciateur se prononce sur les chances de
épistémique validation d'une relation prédicative.
modalité radicale l'énonciateur se prononce sur la relation S/P : possible, obligatoire, etc
morphème la plus petit unité de forme; walking compte deux morphèmes: walk et -ing
premier sens: forme, apparence extérieure : la morphologie d'un athlète ;

en linguistique, composition d'un mot complexe.morphologie de l'adjectif


morphologie
fast-moving: mot composé, formé d'un adverbe (fast) + verbe move +
terminaison –ing --> voir aussi « catégorie morphologique »

Le lexème nominal <information> ne possède qu’une des 2 catégories au


neutralisation sein de l’opposition [singulier] et[pluriel]. On parle alors de neutralisation de
l’opposition sg / pl, ici au profit du singulier
Classification des noms :

- nombre : libre (opposition singulier / pluriel) ou fixe (singulier ou pluriel ?)


(critères syntaxiques d’accord et de co-occurrence : voir ces deux termes) -
accords : en nombre (GN), sujet-verbe. Congruence entre morphologie et
syntaxe ? - interprétation sémantique : totalement discret (comptable) ou
noms non-discret (non-comptable) ? massif typique ? quels discrétiseurs (a piece
of…) ? - co-occurrence : compatibilité avec 1) les cardinaux (one, tous les
numéraux), 2) avec « a »,3) avec quantifieurs (du discret, du massif, du
singulier, pluriel) et déterminants ? Ne pas examiner les problèmes de
détermination sans avoir préalablement pris en compte les problèmes de
catégorisation grammaticale

On dit que dans He went to school, le déterminant Ø permet de renvoyer à la


n notion école, à l'idée d'école, le concept, ce que le dictionnaire nous en dit, ce
que je mets derrière ce terme (vous savez : découvrir des tas de choses
nouvelles, apprendre, etc,). On se situe là à un niveau très abstrait.
occurrence emploi (d'un terme) ou actualisation d'un procès ; à rapprocher de
occurrence
sa valeur en anglais : verbe occur
Verbe qui se place devant le sujet ou accepte d’être immédiatement suivi par
<not>, permet donc d’effectuer l’opération d’interrogation ou de négation.
« Do you speak English ? » “Did he do it?” Le 1er verbe auxiliaire est tjrs
opérateur opérateur syntaxique, quel qu’il soit: “He may have done it », « He might be
syntaxique gone by now ». <can>, <may>, etc… étant tjrs en 1ère position, ils sont tjrs
opérateurs syntaxiques. Noter que “be” et “have” sont opérateurs
syntaxiques même lorsqu’ils ne sont pas auxiliaires : « Is he French ? »
« Have you any idea… ? » (GB)
pour produire un énoncé, il faut un certain travail (mental), qui est la somme
d'un certain nombre d'opérations. Déterminer un nom est une opération.
opération Dans ce cas, l'énonciateur peut choisir entre plusieurs opérations : déterminer
avec Ø, A ou THE. Et Ø, A ou THE sera la trace (le marqueur) de cette
opération.
ensemble des termes pouvant s'insérer à un point donné de la chaîne parlée
paradigme
(l'axe du paradigme est vertical, et s'oppose à celui du syntagme horizontal)
opération qui consiste à passer en revue des éléments, un ensemble ou une
classe pour voir s'ils conviennent :Is there anybody here who speaks
parcours
Chinese? Dans ce cas, l'énonciateur passe en revue les personnes présentes à
la recherche de quelqu'un pouvant valider <speak Chinese>
Parfait / perfectif aspect (perfect), voir aspect accompli
se dit d'un énoncé qui se confond avec l'acte. Pour féliciter, il faut prononcer
performatif
les paroles « je vous félicite », et l'acte est ainsi accompli.
qui exprime en plusieurs mots ce qui pourrait l'être en un seul : par rapport à
périphrastique
COULD, BE ABLE TO est une forme périphrastique.
point de vue synonyme d'aspect
polémique
où il y a débat
(énoncé p.)

prélèvement synonyme d'extraction


prédicat ce qui est dit du sujet ; correspond au verbe et à ses compléments
outil introduisant un complément (nominal) : à, de , dans , sur,…présuppose
préposition
supposition préalable ; j'enlève ma veste présuppose que je porte une veste
construire sur une supposition préalable ; j'enlève ma veste présuppose que je
présupposer
porte une veste
procès idée exprimée par le verbe (état ou processus)
processus procès exprimant un changement d'état
terme ayant une acception plus large que pronom; une proforme peut
reprendre un verbe ou même un prédicat? I didn’t go to the party but John
proforme
did (« did » est une proforme, auxiliaire de reprise du prédicat « go to the
party »)
Progressif Voir aspect inaccompli
pronom Désigne tout mot remplaçant un nom (ou plutôt un syntagme nominal :
(étymologie : pour ensemble Déterminant + Adj + Nom, par exemple) When Peter is tired, he
un nom) goes to bed.
A préférer à « proposition principale ». Car si on prend l’exemple « he
proposition explained that he was going to be late ». On ne peut pas dire que « he
régissante explained » est une proposition principale. Mais elle régit la proposition
subordonnée.
« It was the dog (that) I gave the water to » (il ne s’agit pas d’une clivée ici,
pas de mise en valeur d’un élément, mais détermination, fléchage)

Comparer : « His sister who speaks Chinese is an engineer » [he has other
proposition relative
sisters ? proposition restrictive / déterminative ? that sister only]
restrictive /
déterminative
“His sister, who speaks Chinese, is an engineer” [he has one sister ?
proposition non-restrictive / descriptive; “his sister is an engineer” est
préservé)

putatif
un modal putatif tel que may, can, should, renvoie à de l'incertain
(modal putatif)

radicale voir à modalité


ce à quoi renvoie un signe linguistique, un mot, dans la réalité (extra-
référent
linguistique)
résultat de la mise en relation d'un sujet : Peter et d'un prédicat : go to school.
relation prédicative relation S/P obtenue: Peter / go to school. Relation qui reste à valider ; Peter
goes to school
relation relation entre énonciateur et co-énonciateur; important par exemple pour
intersubjective faire ressortir une modalité déontique
mise en relation d'un repère et d'un repéré. Très important chez Culioli, qui
distingue trois possibilités: identification, différenciation, rupture. EX:
construction des des personnes:
repérage
identification: l'énonciateur est le même que le sujet de l'énoncé: -> I
localisation: il y a une relation, mais pas d'identification: -> you rupture: la
personne est en dehors du dialogue, de la situation: -> he, she

résultatif Le procès est considéré dans ses répercussions


rhème ce que dit l'énoncé à propos du thème (donc l'information nouvelle)
rupture voir <repérage>
sémantisme le sens
sémelfactif fait référence à un type d'aspect = action effectuée une seule fois
sémique qui concerne les unités sémantiques
s'oppose à générique; le nom est repéré par rapport à une situation
spécifique
particulière: there's a tiger in the street.
sphère de ce qui est défini à l'aide de ses coordonnées énonciatives élémentaires: je -ici
l'énonciateur - maintenant
enchâssement d'une proposition à l'intérieur d'une autre. L'enchâssant est dite
subordination
principale, l'enchâssée est appelée la subordonnée
subordonnant synonyme de conjonction de subordination (voir ce terme)
degré de comparaison, généralement exprimé au niveau de l'adjectif; un
superlatif
certain nombre d'ensembles sont comparés (plus de deux). L'un l'emporte sur
tous les autres John is the nicest boy in the class l'adjectif porte la marque du
superlatif.
Va au-delà de la flexion. Par exemple, « went » indique une supplétion, car
supplétion
« went » supplée « go + -ed »
the use of a word (as an adjective or verb) in grammatical agreement with
syllepse only one of two nouns by which it is governed <the verb in "I remain well
and my wife also" is an example of syllepsis>
<work> possède une seule et même forme de mot pour deux catégories
syncrétisme grammaticales différentes ? worked pour le prétérit et le participe 2 (part
passé). C’est un cas de syncrétisme
la plupart des linguistes l'utilisent comme synonyme de groupe: un syntagme
nominal, un syntagme verbal
syntagme
syntaxe l'organisation de la phrase

Temps Il n’ a que 2 temps grammaticaux en anglais : présent et passé (prétérit).


Would est le prétérit de will, might de may, could de can, should de shall. Il
(tense) n’y a pas forcément concordance entre temps grammatical (tense) et temps
de l’événement (time)
Temporalité
Renvoie à une temporalité repérée, définie par rapport au moment de
l’élocution NOW (il peut s’agir d’un instant, d’une classe d’instants, d’une
(time)
période,…) Valeur sémantique.

ce dont l'énoncé parle (souvent quelque chose de déjà connu, déjà là );


thème
s'oppose à rhème
thématiser choisir comme thème
verbe immédiatement suivi de son complément (« give someone ») ; si une
transitif préposition est nécessaire, le verbe est transitif indirect (« explain to
someone »)
on dit aussi invariant; valeur unique d'un marqueur, susceptible de
valeur centrale
modification dans des contextes différents (on parle d'effets de sens)
valeur modale (ed) qui fait apparaître une intervention de l'énonciateur
valider déclarer, confirmer qu'une relation prédicative est nouée (réalisée)
opération qui consiste à enVISager l'occurrence d'un procès , le passage du
visée
validable au validé