Vous êtes sur la page 1sur 406

Manuel de référence

Le Sphinx iQ
Logiciel pour enquêtes quantitatives et qualitatives

Le Sphinx Développement
27, rue Cassiopée – Parc Altaïs - 74650 Chavanod
Tel : +33 (0)4 50 69 82 98
Fax : +33 (0)4 50 69 82 78
E-mail : contact@lesphinx.eu

1
Copyright © Le Sphinx Développement 2013
Tous les droits réservés

Mis à jour le 06 mai 2014

Le Sphinx Développement
27, rue Cassiopée – Parc Altaïs - 74650 Chavanod

Tel : +33 (0)4 50 69 82 98


Fax : +33 (0)4 50 69 82 78

E-mail: contact@lesphinx.eu
Web: www.lesphinx.eu

L’objectif de ce manuel est de vous faire découvrir tout ce que vous pourrez faire avec le
logiciel Sphinx iQ. A cette fin, une prise en main du logiciel vous donne rapidement un apercu
des possibilities de Sphinx à chacun des stades de votre etude : le questionnaire, la collecte
des données, le traitement et la communication des résultats

2
TABLE DES MATIERES

PARTIE 1 : INSTALLATION & PRISE EN MAIN DU LOGICIEL 15

1. INSTALLATION 15
1.1. CO NF I G U R ATI O N R E Q U I S E 15
1.2. I NS TAL L ATI O N D ' U NE L I CE NCE MO NO P O S TE 15
1.3. P R O CE D U R E S CO MP L E ME NT AI R E S 17

2. PRISE EN MAIN DU LOGICIEL 18


2.1. O R G ANI S ATI O N D U L O G I CI E L 18
2.3. P ANNE AU D ’ ACCU E I L 19
2.4. E NV I R O NNE ME N T 20
2.5. AS S I S TA NT 21
2.6. CO MP R E ND R E L A S TR U CTU R E D ’U N E E NQ U Ê TE S P H I NX 21

EXEMPLE 21
2.7. E NR E G I S TR E R , CP I E R , F E R ME R U NE E NQ U Ê TE 22
2.8. CO NV E R TI R U NE E NQ U Ê TE V ER S S P H I NX I Q 23
2.9. CO MP A TI B I L I TÉ V E R S L E S ANCI E NNE S V E R S I O NS D E S P H I NX 23

PARTIE 2: ELABORATION DU QUESTIONNAIRE 24

1. MODÉLISER L’ÉTUDE 24
1.1. E NV I R O NNE ME N T 24
1.2. B AND E AU 25
1.3. CO ND I TI O NS 26
1.4. B I B L I O TH È QU E 28
1.5. S TR U CTU R ER L E D I AG R AMME ( CR É E R E T R E L I E R L E S É L É ME NTS ) 29
1.6. G É R E R L E S É L É ME NTS (G R O U P E R , TR ANS F O R ME R , D I S S O CI E R ) 30
1.7. P R É S E NTE R L E D I AG R AMME 32
1.8. U TI L I S E R L A MI NI ATU R E 33

2. RÉDIGER LE QUESTIONNAIRE 33
2.1. E NV I R O NNE ME N T 34
2.2. B AND E AU 36
2.3. P AR TI E 38
3
2.4. Q U E S TI O N / TAB L E AU 39
2.5. I L L U S TR ATI O NS 41
2.6. O P TI O NS D E P U B L I CATI O N 42
2.7. P R O P R I É TÉ S DU F OR MU L AI R E 43
2.8. CR É E R U NE Q U E S TI O N / U N TAB L E AU 45
2.9. CR É E R U NE P AR T I E 49
2.10. V É R I F I ER L A G R AMMAI R E E T L ’ O R TH O G R AP H E 49
2.11. U TI L I S E R L A B IB L I O TH È Q U E D E QU E S TI O NS 50
2.12. E NR I CH I R L E F O R MU L AI R E P AR D E S I MAG E S O U L É G E ND E S 50
2.13. R É O R G ANI S E R L A L I S TE D E S V AR I AB L E S /Q U E S TI O NS 51
2.14. R E ND R E L A R É P O NS E O B L I G ATO I R E 51
2.15. I NS É R E R U NE CO NS I G NE 52
2.16. O R D O NNE R L E S R É P O NS E S D ’U NE Q U E S TI O N F E R MÉ E MU L TI P L E 53
2.17. AS S O CI E R U NE L I S TE D E CO D E S P R É D É F I NI S À U NE Q U E S TI O N CO D E 53
2.18. AC TI V E R U NE CO ND I T I O N D E P R É S E NTA TI O N 54
2.19. AC TI V E R U N R E NV O I D E QU E S TI O NS 55
2.20. ME T TR E E N P L A CE D E S V AR I AB L E S AU TO MATI Q U E S 56
2.21. P R É S E NTE R AL É A TO I R E ME N T D E S Q U E S TI O NS 57
2.22. P R É S E NTE R AL É A TO I R E ME N T L E S MO D AL I TÉ S D E R É P O NS E D ’ U NE QU E S TI O N 58
2.23. AF F E C TE R U NE V AL E U R P AR D É F AU T 59
2.24. P R É S E NTE R AL É ATO I R E ME NT L E S MO D AL I TÉ S D E R É P O NS E D ’ U NE Q U E S TIO N 59
2.25. I NS É R E R U N S AU T D E P AG E 60
2.26. S I MU L E R L A S AI S I E 60
2.27. B I E N P R É S E NTE R U N Q U E S TI O N NAI R E 61
2.28. P L ACE R L E S Q U E S TI O NS AU TO M ATI Q U E ME N T 61
2.29. CR É E R U N MO D È L E D E PR É S E NTATI O N D E F O R MU L AI R E 61
2.30. MO D I F I E R L E S P AR AMÈ TR E S D E P R É S E NTA TI O N D ’ U NE Q U E S TI O N 62
2.31. CR É E R U N NO U V E AU F OR MU L AI R E 63
2.32. CR É E R U N F O R MU L AI R E P E R S O NNAL I S É 63
2.33. E X P O R TE R L E F O R MU L AI R E OU L A L I S TE D E S V AR I AB L E S D ANS MS O F F I CE 64
2.34. TR AD U I R E L ’ E NQU Ê TE O U I MP O R TE R /E X P O R TE R U NE TR ADU CTI O N 64

PARTIE 3 : DIFFUSION ET COLLECTE 66

1. SAISIR ET CONSULTER LES OBSERVATIONS 66


1.1. MO D E R AP I D E 67
1.2. MO D E F O R MU L AI R E 67
1.3. MO D E S O P É R ATO I R E S 67
1.4. ME TTR E E N L I G NE L ’ E NQ U Ê TE 70

4
1.5. MO D E S O P É R ATO I R E S 70
1.6. P U B LI E R L ’ E NQU Ê TE 71
1.7. R E P U B L I CATI O N 74
1.8. I MP O R TE R D E S D O NNÉ E S 75
1.9. MO D E S O P É R ATO I R E S 76
1.10. TÉ L É CH AR G E R D E S D O NNÉ E S D E PU I S L E CO MP TE E N L I G NE 76
1.11. I MP O R TE R D E S D O NNÉ E S P AR S O U R CE S E X TE R NE S 78
1.12. ACQ U I S I TI O N S CA NNE R 81
1.13. D É TE R MI NE R L A T AI L L E D ' U N É CH ANTI L L O N 81
1.14. CAL CU L E R L A P R É CI S I O N D 'U N É CH AN TI L L O N 82

PARTIE 4 : GESTION DE DONNÉES 83

1. TABLEUR 83
1.1. E NV I R O NNE ME N T 84
1.2. B AND E AU 85

2. CALCULER UNE VARIABLE 87

3. TRANSFORMER UNE VARIABLE 88

4. COMBINER DES VARIABLES 89

5. DÉDOUBLONNER 90

6. REDRESSER 92

7. QUALIFIER 93

8. SÉLECTIONNER LES VARIABLES ET OBSERVATIONS À AFFICHER 93

9. AJOUTER / SUPPRIMER DES OBSERVATIONS 94

10. TRIER, FILTRER, REPÉRER DES OBSERVATIONS 95

11. EXPORTER LA BASE DE DONNÉES DANS MICROSOFT OFFICE 96

12. METTRE EN PLACE UN CALCUL PRÉDÉFINI 97

13. GÉRER LES MODALITÉS 99


5
14. METTRE LES NOMBRES EN CLASSES 104

15. REGROUPER LES CODES 107

16. REGROUPER LES DATES 107

17. EXTRAIRE DE L’INFORMATION DES TEXTES 108

18. COMBINER DES VARIABLES 110

19. FUSIONNER 111

20. CRÉER UNE VARIABLE « PROFILS » 112

21. TRANSPOSER 113

22. CONCATÉNER 114

23. REPÉRER ET SUPPRIMER LES DOUBLONS : 115

24. REPÉRER LES DOUBLONS 116

25. SUPPRIMER LES DOUBLONS 117

26. REDRESSER / DÉFINIR DES QUOTAS 117

27. QUALIFIER LES DONNÉES 118

28. IMPORTER DES DONNÉES 118

29. GÉNÉRER DES DONNÉES 118

30. CRÉER DE NOUVELLES OBSERVATIONS 119

31. MODIFIER LES OBSERVATIONS EXISTANTES 120

32. COMPARER DES DONNÉES 120

33. RASSEMBLER DES DONNÉES 121

34. FUSIONNER DES ENQUÊTES 122


6
35. FAIRE UN CHANGEMENT D’UNITÉ STATISTIQUE 123

36. REGROUPER 124

37. ECLATER 125

38. DIVISER 126

39. VÉRIFIER L’ORTHOGRAPHE 127

40. TRADUIRE 128

41. LEMMATISER 129

42. CARACTÉRISER 131

43. VISUALISER LES VERBATIM 132

44. UTILISER LES STRATES 133

45. REDRESSEMENT 134

46. QUALIFICATION 135

47. PRÉPARATION DES DONNÉES 137

48. NUMÉROTER AUTOMATIQUEMENT 138

49. RASSEMBLER DES ENQUÊTES IDENTIQUES 139

PARTIE 5: ANALYSE DES RÉSULTATS 140

1. TABLEAU DE BORD AUTOMATIQUE 140


1.1. E NV I R O NNE ME N T 140

2. TABLEAU DE BORD PERSONNALISÉ 141


1.1. E NV I R O NNE ME N T 142
1.2. B AND E AU 143
1.3. ACCU E I L 145
7
1.4. I NS E R TI O N 146
1.5. F O R MA T 146
1.6. VUE 146
1.7. AF F I CH AG E 147
1.8. D É F I NI TI O N D E S O B J E TS 147
1.9. O B J E TS D ’ AN AL Y S E 148
1.10. O B J E TS MU L TI MÉ D I A 148
1.11. O R G ANI S ATI O N D E S O B J E TS (P R O P R I É TÉ S D ’ O B J E T) 148
1.12. AJ O U TE R , DU P L I QU ER , I MP O R TE R U NE VU E 150
1.13. AJ O U TE R U NE VU E 152
1.14. D U P L IQ U ER U NE VU E 152
1.15. I MP O R TE R U NE VU E 152
1.16. CR É E R D E S V U E S I NTE R ACTI V E S 153
1.17. O R G ANI S E R L A V U E 154
1.18. S CÉ NAR I S E R L A V U E 155
1.19. O R G ANI S E R L E S VU E S 156
1.20. I NS É R E R U NE Z O NE D E TE X TE (CO MME NT AI R E ) 156
1.21. I NS É R E R U NE L É G E ND E AU TO MATI Q U E 157
1.22. I NS É R E R U NE L É G E ND E CAL CU L É E 157
1.23. I NS É R E R U NE I L L U S TR ATI O N (I M AG E , S O N, V I D É O , … ) 159
1.24. I NS É R E R U N TAB L E AU À P L AT 160
1.25. I NS É R E R U N TAB L E AU CR O I S É (2 V AR I AB L E S ) 161
1.26. I NS É R E R U N TAB L E AU MU L TI P L E (N V AR I AB L E S ) 161
1.27. I NS É R E R U N TAB L E AU D E V AR I AB L E TE X TE 163
1.28. MI S E E N CL AS S E D E S R É P O NS E S 163
1.29. MI S E E N CL AS S E D E S MO TS 164
1.30. NO MB R E D E MO TS 164
1.31. I NS É R E R U N TAB L E AU D E MO Y E NNE S 165
1.32. NS É R E R U N TAB L E AU D E CAR ACTÉ R I S TI Q U E S 166
1.33. I NS É R E R U N TAB L E AU CO MP O S É 167
1.34. I NS É R E R U NE CAR TE G É O G R AP H I Q U E 170
1.35. I NS É R E R U NE MATR I CE I MP O R TA NCE / P E R F O R MAN CE 171
1.36. I NS É R E R U NE A NAL Y S E F A CTO R I E L L E D E S CO R R E S P O ND ANCE S / A NAL Y S E
D E S CO R R E S P O ND ANCE S MU L TI P L E S 173
1.37. I NS É R E R U NE CAR TE D E S S P É CI F I CI TÉ S 174
1.38. I NS É R E R U N G R AP H E D E R E L ATI O N 175
1.39. TR O U V ER L E S PR I NCI P AL E S R E L ATI O NS 176
1.40. E X P L I Q U E R L A V AR I AB L E 177
1.41. I NS É R E R D E S ARB R E S D E CO MP O S I TI O N 178
1.42. P R O P R I É TÉ D E L A B O Î TE 179
8
1.43. R É O R G ANI S E R U N TAB L E AU 180
1.44. P L ACE R AU TO MA TI Q U E ME NT L E S O B J E TS 182
1.45. D É F I NI R L A P O S I TI O N D E S O B J E TS 183
1.46. P P L I Q U ER / D É F I NI R U N S TY L E 183
1.47. S U B S TI TU E R U NE V AR I AB L E D ANS L E S AN AL Y S E S 184
1.48. F I L TR E R L E S R É P O NS E S 184
1.49. S TR ATE S 184
1.50. F I L TR E R L E S R É SU L TATS D ’ U NE VU E OU D ’U NE V AR I AB L E 185
1.51. PONDÉRER LES EFFECTIFS 186
1.52. DÉFINIR LES SEUILS DES TESTS 186
1.53. DÉFINIR LE FORMAT DES NOMBRES 187
1.54. AFFICHER LE DIAPORAMA 187
1.55. EXPORTER LA/LES VUE(S) 188
1.56. COMPARER DES FRÉQUENCES, DES MOYENNES 188

3. ANALYSES MULTIVARIÉES 189

PARTIE 6: ANALYSES TEXTUELLES 191

1. INSTALLATION 191
1.1. CO NF I G U R ATI O N R E Q U I S E 191
1.2. I NS TAL L ATI O N D ' U NE L I CE NCE MO NO P O S TE 191

VOUS AVEZ REÇU UNE CLE USB DU LOGICIEL 191

VOUS AVEZ TELECHARGE LE LOGICIEL 191

2. PRÉSENTATION DE SPHINX QUALI 195


2.1. G L O S S AI R E 195
2.2. ACCÉ D E R AU X D I F F É R E NTS P R O TO CO L E S 196
2.3. AP E R ÇU D E S I NTE R F ACE S L O G I CI E L L E S D E S P H I NX Q U AL I 197

3. CRÉER UNE ANALYSE LEXICALE 204


3.1. ANAL Y S E R U N TE X TE P R O V E NAN T D ' U NE S OU R CE E X TE R NE 206
3.2. I MP O R T D E D O NNÉ E S TE R R AI N O U D O CU ME NTAI R E 208

9
4. NOUVELLE ANALYSE LEXICALE 217

5. PROTOCOLE D'EXPLORATION 220


5.1. E NV I R O NNE ME N T 220
5.2. B AND E AU 221
5.3. U TI L I S ATI O N D U V O L E T L E X I QU E 221
5.4. S I MP L I F I E R L E L E X I Q U E 224
5.5. G R OU P E R D E S MO TS O U CO NCE P TS 224
5.6. E X CL U R E D E S MO T S O U CO NCE P TS 225
5.7. D E S G R OU P E S D E MO TS O U CO NCE P TS 226
5.8. E D I TE R L E S S I MP L I F I CATI O NS 226
5.9. CO NS TR U I R E U N D I CTI O NN AI R E 230
5.10. F I L TR E R D E S É L É ME NTS D U L E X I QU E 232
5.11. CO L O NNE S D E L A Z O NE D E TR AV AI L 233
5.12. MO D I F I E R L ' AF F I CH AG E D U CO R P U S 234
5.13. TR I E R L E S O B S E R V ATI O NS D U CO R PU S 235
5.14. F I L TR E R P AR CO N TE X TE 236
5.15. AP P I Q U E R U NE S TR ATE AU CO R P U S 237
5.16. AF F I CH E R L E TH É S AU R U S 238
5.17. EXPORTER UN CORPUS / LEXIQUE 240
5.18. EXPLORATION DU VERBATIM 241
5.19. EXPLORER LE VERBATIM 241
5.20. EXPORTER LE VERBATIM 243
5.21. ANALYSE DES SENTIMENTS 243

6. PROTOCOLE DE CODIFICATION 245


6.1. E NV I R O NNE ME N T 245
6.2. B AND E AU 247
6.3. CO NS TR U CTI O N MA NU E L L E D 'U N CO D E B O OK 248
6.4. AJ O U TE R U N É L É ME NT À L A G R I L L E 250
6.5. G É R E R L E S V AR I AB L E S D E CO D I F I CATI O N 251
6.6. CO D E B O O K AU TO MATI Q U E 251
6.7. CODER LES OBSERVATIONS DU CORPUS 252
6.8. EXTENSION DE CODIFICATION 253
6.9. AF F I CH E R L E S R É S U L TATS D U CO D AG E 254

7. PROTOCOLE DE SYNTHÈSE 255


7.1. E NV I R O NNE ME N T 255
10
7.2. AF F I CH E R U NE S Y NTH È S E 257
7.3. L E S D I F F É R E NTS TY P E S D E S Y NTH È S E S 258
7.4. AJ O U TE R U N CO MME NT AI R E À U NE S Y NTH È S E 267
7.5. MO D I F I E R L E NO M D E S CL AS S E S 267
7.6. AF F I CH E R L E V E R B ATI M D 'U N MO T D U NU AG E 268
7.7. MO D I F I E R L E S MO TS AF F I CH É S D A NS L E S NU AG E S E T L E S CAL CU L S 270
7.8. R E S TR E I ND R E L ’ AF F I CH AG E D E S MO TS (V E R B E S , AD J E CTI F S , NO MS , … ) 271
7.9. CH ANG E R L A V A R I AB L E D E CO N TE X TE D ' U NE S Y NTH È S E 272
7.10. AP P L I Q U E R U NE S TR ATE À U NE S Y NTH È S E 273
7.11. E X P O R TE R U NE S Y NTH È S E 273

8. GESTION DE DONNEES : CREER DE NOUVELLES VARIABLES LEXICALES 274


8.1. E CL ATE R L ' E NQ U Ê TE 274
8.2. TAB L E U R (CO R PU S ) 275
8.3. E NV I R O NNE ME N T 276
8.4. B AND E AU 278
8.5. CAL CU L E R U NE V AR I AB L E 279
8.6. TR ANS F O R ME R U NE V AR I AB L E 281
8.7. CO MB I NE R D E S V AR I AB L E S 282
8.8. D É D OU B L O NNE R 283
8.9. R E D R E S S ER 285
8.10. Q U AL I F I E R 285
8.11. S É L E C TI O N NE R L E S V AR I AB L E S E T O B S E R V ATI O NS À AF F I CH E R 286
8.12. AJ O U TE R / S U P P R I ME R D E S OB S E RV ATI O NS 287
8.13. TR I E R , F I L TR E R , R E P É R ER D E S OB S E RV ATI O NS 288
8.14. E X P O R TE R L A B AS E D E D O NNÉ E S D ANS MI CR O S O F T O F F I CE 289
8.15. ME TTR E E N P L ACE U N C AL CU L P R É D É F I NI 290
8.16. TR A NS F O R ME R U NE V AR I AB L E 292
8.17. CH ANG E R L E TY P E 293
8.18. G É R E R L E S MO D AL I TÉ S 295
8.19. METTRE LES NOMBRES EN CLASSES 300
8.20. REGROUPER LES CODES 303
8.21. REGROUPER LES DATES 304
8.22. EXTRAIRE DE L’INFORMATION DES TEXTES 305
8.23. COMBINER DES VARIABLES 307
8.24. FUSIONNER 308
8.25. CRÉER UNE VARIABLE « PROFILS » 309
8.26. TRANSPOSER 310
8.27. CONCATÉNER 311

11
8.28. REPÉRER ET SUPPRIMER LES DOUBLONS : 312
8.29. REPÉRER LES DOUBLONS 313
8.30. SUPPRIMER LES DOUBLONS 314
8.31. REDRESSER / DÉFINIR DES QUOTAS 314
8.32. QUALIFIER LES DONNÉES 315
8.33. IMPORTER DES DONNÉES 315
8.34. GÉNÉRER DES DONNÉES 315
8.35. CRÉER DE NOUVELLES OBSERVATIONS 316
8.36. MODIFIER LES OBSERVATIONS EXISTANTES 317
8.37. COMPARER DES DONNÉES 317
8.38. RASSEMBLER DES DONNÉES 318
8.39. FUSIONNER DES ENQUÊTES 320
8.40. FAIRE UN CHANGEMENT D’UNITÉ STATISTIQUE 320
8.41. REGROUPER 321
8.42. ECLATER 322
8.43. DIVISER 323
8.44. VÉRIFIER L’ORTHOGRAPHE 324
8.45. TRADUIRE 326
8.46. LEMMATISER 326
8.47. CARACTÉRISER 328
8.48. VISUALISER LES VERBATIM 330
8.49. UTILISER LES STRATES 331

9. REPORTING (TABLEAU DE BORD PERSONNALISÉ) 331


9.1. E NV I R O NNE ME N T 332
9.2. B AND E AU 333
9.3. D É F I NI TI O N D E S O B J E TS 335
9.4. O B J E TS D ’ ANAL Y S E 335
9.5. O B J E TS MU L TI MÉ D I A 336
9.6. O R G ANI S ATI O N D E S O B J E TS (P R O P R I É TÉ S D ’ O B J E T) 336
9.7. AJ O U TE R , DU P L I QU ER , I MP O R TE R U NE VU E 338
9.8. AJ O U TE R U NE VU E 340
9.9. D U P L IQ U ER U NE VU E 340
9.10. MP O R TE R U NE V U E 341
9.11. CR É E R D E S VU E S I NTE R ACTI V E S 341
9.12. O R G ANI S E R L A V U E 343
9.13. S CÉ NAR I S E R L A V U E 344
9.14. O R G ANI S E R L E S V U E S 345
9.15. I NS É R E R U NE Z O NE D E TE X TE (CO MME NT AI R E ) 345

12
9.16. I NS É R E R U NE L É G E ND E AU TO MATI Q U E 346
9.17. I NS É R E R U NE L É G E ND E CAL CU L É E 347
9.18. I NS É R E R U NE I L L U S TR ATI O N (I M AG E , S O N, V I D É O , … ) 349
9.19. I NS É R E R U N TAB L E AU À P L AT 349
9.20. I NS É R E R U N TAB L E AU CR O I S É (2 V AR I AB L E S ) 351
9.21. I NS É R E R U N TAB L E AU MU L TI P L E (N V AR I AB L E S ) 352
9.22. I NS É R E R U N TAB L E AU D E V AR I AB L E TE X TE 353
9.23. MI S E E N CL AS S E D E S R É P O NS E S 354
9.24. MI S E E N CL AS S E D E S MO TS 355
9.25. NO MB R E D E MO TS 355
9.26. I NS É R E R U N TAB L E AU D E MO Y E NNE S 355
9.27. I NS É R E R U N TAB L E AU D E C AR ACTÉ R I S TI Q U E S 356
9.28. I NS É R E R U N TAB L E AU CO MP O S É 358
9.29. I NS É R E R U NE CAR TE G É O G R AP H I Q U E 361
9.30. I NS É R E R U NE MATR I CE I MP O R TA NCE / P E R F O R MAN CE 362
9.31. I NS É R E R U NE ANAL Y S E F A CTO R I E L L E D E S CO R R E S P O ND ANCE S / A NAL Y S E
D E S CO R R E S P O ND ANCE S MU L TI P L E S 364
9.32. I NS É R E R U NE CAR TE D E S S P É CI F I CI TÉ S 366
9.33. I NS É R E R U N G R AP H E D E R E L ATI O N 367
9.34. TR O U V ER L E S PR I NCI P AL E S R E L ATI O NS 367
9.35. EXPLIQUER LA VARIABLE 369
9.36. INSÉRER DES ARBRES DE COMPOSITION 370
9.37. P R O P R I É TÉ D E L A B O Î TE 371
9.38. R É O R G ANI S E R U N TAB L E AU 372
9.39. TR I E R 372
9.40. R E G R OU P E R / O R D O NNE R 372
9.41. S I MP L I F I E R 373
9.42. P L ACE R AU TO MA TI Q U E ME NT L E S O B J E TS 374
9.43. D É F I NI R L A P O S I TI O N D E S O B J E TS 374
9.44. AP P L I Q U E R / D É F I NI R U N S TY L E 375
9.45. S U B S TI TU E R U NE V AR I AB L E D ANS L E S AN AL Y S E S 375
9.46. F I L TR E R L E S R É P O NS E S 376
9.47. S TR ATE S 376
9.48. P O U R CR É E R U NE S TR ATE 376
9.49. F I L TR E R L E S R É SU L TATS D ’ U NE VU E OU D ’U NE V AR I AB L E 377
9.50. P O ND É R E R L E S E F F E CTI F S 377
9.51. D É F I NI R L E S S EU I L S D E S TE S TS 378
9.52. D É F I NI R L E F O R MAT D E S NO MB R E S 378
9.53. AF F I CH E R L E D I AP O R AMA 378
9.54. E X P O R TE R L A/L E S V U E ( S ) 379
13
9.55. CO MP AR E R D E S F R É QU E NCE S , D E S MO Y E NNE S 380

METHODOLOGIE 381

14
Partie 1 : INSTALLATION & PRISE EN MAIN DU LOGICIEL

1. INSTALLATION
1.1. C O N F I GU R A T I ON R E Q U I S E
 Configuration recommandée
Processeur Intel®Core à 2,5 Ghz
Mémoire vive RAM : 4 Go
Espace libre disque dur : 500 Mo
Carte graphique : DirectX 9 compatible 3D avec 256 MB de mémoire dédiée
Résolution écran : 1028x768 - couleurs 32 bits
 Configuration minimale
Processeur à 2.5 Ghz
Mémoire vive RAM : 2 Go
Espace libre disque dur : 300 Mo
Carte graphique : DirectX 9 compatible 3D avec 64 MB de mémoire dédiée
Résolution écran: 1028x768 - couleurs 32 bits
 Système
Windows XP / Vista / 7 / 8
avec .NET Framework version 3.5 SP1 installé (versions 6.3.0.8 et inférieures)
avec .NET Framework version 4 installé (versions 6.3.1 et supérieures)
1.2. I N S T A L LA T I ON D ' U NE L I C E NC E M O N OP O ST E
> Si vous possédez une licence flottante, suivez la note :
http://infos.lesphinx.eu/docs/Installation_flottante.pdf
Vous devez être en mode administrateur pour installer et activer le logiciel.

Vous avez reçu une clé usb du logiciel Vous avez téléchargé le logiciel

Ouvrez l'explorateur de fichiers, affichez le Ouvrez l’explorateur de fichiers, afficher le contenu


contenu de la clé USB, faites un double-clic sur du dossier de téléchargement*, faites un double-
l'icône « SetupSphinxIQ.exe ». clic sur l’icône « SetupSphinxIQ.exe ».
* Le répertoire de stockage des fichiers téléchargé
est défini dans le navigateur Internet.

 Cliquez sur Suivant.


Vous pouvez, dans cette étape, choisir le répertoire d'installation des fichiers du logiciel mais nous vous
conseillons de conserver le répertoire proposé C:\SphinxIQ.
 Cliquez sur Suivant, puis Installer.

15
Un message vous confirme que l’installation s'est déroulée correctement.
Pour démarrer :
- un raccourci a été créé sur le Bureau
- un menu Le Sphinx Développement a été créé dans le menu Programme.
A la première ouverture de Sphinx iQ, celui-ci fonctionnera en mode Démonstration. Pour accéder à la
version complète, il vous faudra rentrer votre clef d’installation.
 Choisissez le premier bouton radio, cliquez sur Suivant.

 Entrez exactement la Clef d'installation qui vous a été communiquée par mail ou par courrier.
 Cliquez sur Suivant pour accéder à l’étape d’activation de la clef.

16
A c ti v ati o n d e l a cl e f :

NB: votre poste doit être en mode administrateur.


En cas de connexion internet détectée, l’activation se fera automatiquement après avoir cliquez sur Suivant.
En cas d’absence de connexion internet (pas d’accès Internet, problème de connexion ou autre), une fenêtre
précisant que le logiciel n’a pas été activé apparaitra. :
Si vous pouvez vous connecter à Internet, cliquez sur Accès Internet, et l’activation se lancera automatiquement.
Si la connexion Internet n’est pas possible, sélectionner l’option Activer par téléphone et suivez la procédure
décrite ci-dessous.

Relevez les codes C1 et C2 et transmettez-les à nos services avec votre code client :
par mail :contact@lesphinx.eu ou téléphone : 04 50 69 82 98

!NB: cette activation est obligatoire. Tant qu’elle n’a pas été réalisée, votre logiciel fonctionnera en mode
Démonstration.
Vous rencontrez un problème lors de l’installation
Notez le numéro d’erreur et contactez nous au : 04 50 69 82 98
1.3. P R O C E DU R ES C OM P L EM EN T A I R E S
D é si n s tal l er o u dé pl ac e r u n e L i c e nc e m o n op os t e :
La licence d'utilisation de Sphinx est installée sur un ordinateur A. On veut la déplacer sur l'ordinateur B.
 Sauvegardez vos enquêtes dans des emplacements externes au logiciel Sphinx.
Vérifiez que vous soyez bien en possession de votre clef d’installation.
 Veiller à ce que l’ordinateur A soit connecté à internet
La désactivation de la clef d’installation se fera automatiquement à la désinstallation. Il est donc nécessaire
d’avoir une connexion internet active à ce moment.
 Désinstallation d’un poste :
Cliquez sur Démarrer \ Programmes \ Le Sphinx Développement \ Désinstaller Sphinx iQ ;
Dans le dialogue qui apparaît, cliquez sur Oui
 Réinstallation sur l’ordinateur B
Insérez la clé USB, lancez l’installation, saisissez manuellement votre clé d’installation puis réactiver là.
17
 Si vous bénéficiez d’un contrat de maintenance, effectuez les mises à jour mineures de votre logiciel :
La recherche de mises à jour est réalisée directement à l’ouverture de Sphinx IQ, sous réserve de disposer d’un
accès internet.

2. PRISE EN MAIN DU LOGICIEL


2.1. O R G A N I S AT I O N D U L OG I C I E L
Le logiciel est organisé selon la logique de la réalisation d'une étude : conception, diffusion, préparation des
données, et analyse des résultats.
Après création d'un nouveau projet ou sélection d'un projet existant, le panneau d'accueil s'ouvre présentant les
quatre stades du logiciel. Ces derniers donnent accès à des environnements ou des assistants permettant de
réaliser des activités variées comme la rédaction du questionnaire ou la qualification des données par exemple.
Certains environnements donnent accès à d'autres sous-environnements appelés environnements personnalisés
qui offrent des fonctions et des options plus élaborées. Celles-ci sont destinées à des utilisateurs avertis sur les
plans méthodologique et/ou technique.

Tous les environnements sont munis d'une icône permettant de revenir au panneau d'accueil pour activer
d'autres environnements ou accéder à d'autres assistants.
18
2.2. E C R A N D ’ AC CU E I L

Première page qui s'affiche lors de l'ouverture du logiciel. Elle propose un ensemble de rubriques dont la plus
importante (Projet Sphinx) permet de préciser l'origine du projet d'études sur lequel on souhaite travailler : un
projet existant ou un nouveau projet.
Dans le cas d'un nouveau projet, il est possible soit de créer une enquête, soit d'importer une base de données.
La partie « Projets récents » présente les dernières enquêtes ouvertes sur Sphinx iQ. Vous pouvez les ouvrir
directement en cliquant sur leur nom. Notez qu'il est possible d'exécuter Sphinx iQ plusieurs fois, et ainsi ouvrir
différentes enquêtes de manière simultanée.
Cet écran permet également d'accéder à l'environnement SphinxOnLine et à l'ensemble des fonctionnalités qu'il
propose (emailing et suivi de la campagne de diffusion).
2.3. P A N NE AU D ’ A CC UE I L

Panneau central qui s'affiche lors de l'ouverture d'un projet d'études. Il propose quatre stades permettant, via des
environnements ou des assistants, de concevoir le questionnaire, de diffuser l'enquête, de gérer les données ou
d'analyser les résultats.
Le stade Conception du questionnaire permet de modéliser l'étude via un diagramme dans le but de synthétiser
son arborescence ; de rédiger le questionnaire en listant et en paramétrant l'ensemble des questions qui le
composent ; et enfin de concevoir le formulaire papier ou écran à communiquer aux répondants. Ce formulaire
peut être basé sur des modèles standards ou personnalisés.

19
Le stade Diffusion et collecte permet de publier l'enquête sur Internet puis d'importer les réponses collectées. Il
permet également de saisir celles collectées par formulaires papier ou par scanner.
Le stade Gestion de données permet de consulter les réponses dans le tableur (de les modifier, trier et exporter si
besoin). Une qualification des données peut être mise en place pour identifier les variables insuffisamment
documentées ou mal renseignées, distinguer les observations singulières, et remplacer les non-réponses. Ce stade
permet également de redresser l'échantillon, de changer d'unité statistique et de calculer de nouvelles variables
à partir de celles qui existent déjà.
Le stade Analyse des résultats permet le dépouillement des réponses et la préparation des analyses et rapports.
Des tableaux de bord personnalisés proposent la mise en place d'analyses détaillées et personnalisées, mais aussi
la préparation de rapports d'études qui, après mise en page, pourront être exportés dans Microsoft Office (Word,
PowerPoint...). Des tableaux de bord automatiques, dont les analyses sont moins poussées, peuvent également
être mis en place (évaluation de la qualité des données ou identification des tendances). Dans le but
d'approfondir les analyses, des comparaisons entre échantillons, parties et variables ainsi que des analyses
multivariées et textuelles sont également possibles.
Le stade Analyse textuelle et sémantique permet de traiter les données qualitatives.
2.4. E N V I R O N NE ME NT
Espace composé d'une zone de travail, d'un ruban horizontal et d'un cadran latéral proposant un ensemble de
fonctions différentes selon les tâches auxquelles est dédié l'environnement.

Le stade Conception du questionnaire propose trois environnements : Modéliser mon étude pour schématiser
l'étude sous forme de diagramme, Rédiger mon questionnaire pour rédiger les questions et faire les
paramétrages, Formulaires personnalisés (environnement personnalisé) pour mettre en forme les questions et
mieux placer les objets multimédia. Les deux premiers environnements sont directement accessibles depuis le
panneau d'accueil alors que le dernier est disponible depuis l'environnement « Rédiger mon questionnaire ».
Le stade Diffusion et collecte propose deux environnements : Saisie rapide pour rentrer les réponses
manuellement via une interface permettant d'optimiser le temps de saisie, Saisie par formulaire pour rentrer les
réponses manuellement via une interface similaire au formulaire visualisé.

20
Le stade Gestion de données propose l'environnement Tableur pour consulter les données, les modifier, les trier... Il
est également possible de qualifier, redresser et préparer les données.
Le stade Analyse des résultats propose quatre environnements : Tableau de bord automatique permettant des
analyses simples, Tableau de bord personnalisé pour concevoir des analyses personnalisées, Analyse
multivariée et Analyse textuelle pour des analyses plus approfondies et spécifiques.
Le stade Analyse textuelle et sémantique est composé de trois protocoles : exploration, codification et synthèse.
Ces derniers vous permettront d’analyser le contenu de vos verbatims ainsi que leur composition lexicale.
2.5. A S S I ST A NT
Suite de boîtes de dialogues permettant d'exécuter des actions différentes selon le stade activé.
Les assistants Publier mon enquête et Importer des données permettent respectivement de publier l'enquête en
ligne et de télécharger les réponses collectées via le Web. Ils sont accessibles depuis le stade Diffusion et
collecte et ouvrent l'environnement SphinxOnLine.
Les assistants Qualification, Redressement et Préparation des données permetent de nettoyer les réponses
collectées, de préparer l’échantillon sur lequel vont se baser les analyses, ou de calculer de nouvelles variables
permettant d’accéder à des résultats supplémentaires. Ils sont accessibles depuis le stade Gestion de données et
ouvrent l’environnement tableur.
2.6. C O MP R E ND R E L A ST R UC T U R E D ’ UN E E N QU ÊT E S PH I NX
Les enquêtes Sphinx iQ sont composées de plusieurs fichiers ayant tous le même nom, mais une extension
différente :
Fichier avec l'extension Informations stockées Exemple
.sphx Questionnaire complet Enquete.sphx
Mise en page du questionnaire
Analyses (Rapport, tableau de bord, etc.)
Mise en page des analyses
.sphd Les réponses de l'enquête Enquete.sphd
.lck Fichier de sécurité qui a pour but Enquete.lck
d'empêcher d'ouvrir une même enquête, en
simultané, depuis plusieurs postes. Il est
automatiquement supprimé lorsque
l'enquête est fermée.
.xml Fichier de paramétrage de l'enquête dans Enquete.xml
sa version en ligne.

Ces fichiers sont tous enregistrés au même endroit (défini lors de votre 1er enregistrement sous Sphinx iQ), dans un
dossier portant le même nom que les fichiers.
Il est conseillé de ne pas renommer ces fichiers mais d'utiliser la fonction « Faire une copie de l'enquête »
présentée dans la rubrique suivante du didacticiel.

21
2.7. E N R E G I ST R E R , C P I E R , F E RM E R U NE E N QU ÊT E
E n r e gi st r er u n e e n qu êt e
Par défaut, Sphinx iQ propose d'enregistrer les enquêtes dans le répertoire Mes documents\SphinxIQ. Il est
possible de changer le répertoire par défaut. Pour cela, cliquez sur le menu Fichier, puis sur le bouton Options (en
bas à droite du menu). Dans la boîte de dialogue, personnalisez le Répertoire par défaut à l'aide du bouton .

Il est important d'effectuer régulièrement des enregistrements lorsque vous travaillez sur une enquête.
Pour cela, au niveau du panneau d'accueil, cliquez sur le menu Fichier, puis sur Enregistrer.
F ai re u ne c op i e d e l ' e n qu êt e
Durant vos travaux, vous serez peut être amené à faire des copies de vos enquêtes à titre de sauvegarde ou
pour permettre à une autre personne de l'avoir sur son poste.
Pour cela, cliquez sur le menu Fichier, puis sur Enregistrer sous. Choisissez un emplacement d'enregistrement,
modifiez (si nécessaire) le nom de l'enquête et validez. Suite à cet enregistrement, Sphinx iQ passera directement
sur la nouvelle enquête.
F e rm e r un e e nq uê t e :
Voici une aide concernant les menus permettant de fermer les sections du logiciel Sphinx iQ :

Cette croix, présente sur tous les écrans, permet la fermeture complète du logiciel Sphinx iQ.

Cette croix, présente également sur la plupart des écrans, permet de revenir sur le panneau d'accueil de votre
enquête.

22
Cette croix, accessible uniquement depuis le panneau d'accueil, permet de fermer ce dernier afin de vous faire
revenir sur l'écran d'accueil du logiciel Sphinx iQ.
2.8. C O N V E RT I R U NE E N QU Ê T E V E R S SP H I NX I Q
Sphinx iQ reconnaîtra bien sûr toutes les enquêtes que vous avez pu créer avec la version 5 de Sphinx Plus² et
L e xi c a .
Pour convertir une enquête vers Sphinx iQ, procédez ainsi :
 Ouvrez le logiciel Sphinx iQ
 Depuis l'écran d'accueil, allez dans le menu Ouvrir, et cliquez sur Parcourir
 Sélectionnez l'enquête que vous souhaitez convertir
 Le message ci-dessous va s'afficher
 Cliquez alors sur Ok

2.9. C O MP AT I B I L I T É V E R S L ES A N C I EN N ES V E R S I O NS D E S PH I NX
Si vous voulez reprendre, dans des versions antérieures de Sphinx, des enquêtes créées dans Sphinx iQ, procédez
ainsi :
 Ouvrez votre enquête dans le logiciel Sphinx iQ
 Dans le menu Fichier, cliquez sur Exporter
 Sélectionnez ensuite Export au format Sphinx V5

23
PARTIE 2: ELABORATION DU QUESTIONNAIRE

La conception du questionnaire revient à définir et à paramétrer l'outil de collecte des données (questionnaire,
guide d'entretien, grille d'observation...). Elle se déroule en quatre grandes étapes : la modélisation de l'étude, la
rédaction du questionnaire, le paramétrage des contrôles ou des filtres, la définition des options de présentation
ou de mise en forme.
La modélisation de l'étude consiste à schématiser celle-ci sous forme d'un diagramme permettant d'en
synthétiser le contenu.
La rédaction du questionnaire revient à définir les questions à poser.
Le paramétrage des contrôles et des filtres consiste à définir le script (les scénarii de déroulement) du
questionnaire.
La définition des options de présentation consiste à choisir le format visuel selon lequel seront affichés les
composants du questionnaire (questions, tableaux, images, ...).
1. MODÉLISER L’ÉTUDE
L'environnement Modéliser mon étude permet d'élaborer un schéma synthétique de l'enquête. La modélisation
en diagramme n'est pas une phase obligatoire mais elle est très utile lors de la première phase de l'enquête pour
structurer les idées et les objectifs du projet. Elle facilite également les échanges entre les différentes parties
prenantes de l'étude, en proposant le plan détaillé de l'enquête.
C om m e nt y a cc éd e r ?
 Depuis le panneau d'accueil,
 Cliquez sur le stade Conception du questionnaire,
 Puis Modéliser mon étude.
1.1. E N V I R O N NE ME NT

24
L'environnement est composé :
 1 d'une zone de travail centrale,
 2 d'un ruban (bandeau) horizontal de trois onglets (Accueil, Format, et Affichage),
 3 d'un explorateur latéral de trois fenêtres (Nouvel élément, Liste des variables, Langues).
La fenêtre Nouvel élément de l'explorateur comprend les objets nécessaires à la production du diagramme :
partie, question, note.
La fenêtre Liste des variables reprend les parties (ou sous-parties) et les questions qui ont préalablement été
ajoutées à la zone de travail. La flèche présente en face de chaque partie permet de développer/réduire son
contenu (afficher/masquer les questions qui la composent).
La fenêtre Langues permet de changer la langue de l'enquête affichée, dans le cas d'une enquête
multilangues.

!NB :
 Pour changer le nom d'un objet dans la zone de travail, cliquez sur le texte et saisissez le nouveau nom.
 Même si cela n'est pas sa fonctionnalité première, l'environnement de la modélisation permet également
de paramétrer les questions.
Pour cela, cliquez droit sur une partie ou une question, puis sélectionnez Modifier.
1.2. B A N D EA U
Le bandeau de l'environnement Modéliser mon étude est composé de trois onglets (Accueil, Format, Affichage).
A c cu ei l
L'onglet Accueil regroupe les fonctions les plus fréquemment utilisées dans l'environnement diagramme.

 Le groupe Accès directs comprend des fonctions permettant d'ouvrir le panneau d'accueil ou d'autres
environnements.
 Le groupe Presse-papier propose les fonctions couper, copier, coller.
 Le groupe Sélection permet de modifier les caractéristiques d'un objet sélectionné.
 Le groupe Navigation donne la possibilité de définir des conditions d'affichage ou des renvois.
 Le groupe Bibliothèque permet d'utiliser des questions prédéfinies.
 Le groupe Outils comprend des fonctions permettant de transformer des questions en tableaux, de
dissocier des objets ou de les grouper au sein d'une même partie, d'un même tableau...
 Le groupe Edition offre les fonctions de recherche, de remplacement et de suppression.

25
Forma t
L'onglet Format propose les fonctions permettant de personnaliser le schéma produit dans la zone de travail.

 Le groupe Modèles permet de définir la couleur des éléments présents dans le diagramme.
A f fi c ha g e
L'onglet Affichage propose un ensemble de fonctions permettant de mieux gérer le contenu de la zone de
travail.

 Le groupe Vue permet de masquer certains objets (par exemple masquer les questions pour ne garder
que les titres de partie), ou de Le bouton Afficher/Masquer permet de choisir les éléments à afficher dans
la zone de travail concernant les variables et les objets
 Le groupe Réorganiser offre trois options de présentation : organisation sous forme d'étoile, d'arbre
vertical ou horizontal.
 Le groupe Outils permet mettre en évidence une surface précise de la zone de travail (affichage de la
miniature), et également d'afficher les langues dans l'explorateur et de naviguer d'une à l'autre (dans le
cas d'une enquête multilangues).
 Le groupe Zoom permet de changer la taille du schéma.
 les afficher.
1.3. C O N D I T I ON S
Cet assistant permet la mise en place de conditions d'affichage ou de renvois. Une condition d'affichage
consiste à ne présenter une question que si elle correspond à un profil choisi (présentation d'une question
conditionnée par la réponse faite à une autre question). Un renvoi consiste à passer un ensemble de questions
selon le profil choisi et à passer directement à une autre question (lorsqu'un ensemble de questions ne concerne
pas tel ou tel profil de répondants).
Pour définir une condition d'affichage ou un renvoi, procédez comme suit :
Dans l'onglet Accueil, cliquez sur Conditions

26
 1 Cochez Condition d'affichage ou Renvoi
 2 Cliquez ensuite sur Nouvelle condition
 3 Le bouton Modifier vous permettra de définir le profil souhaité. Pour un(e) condition/renvoi plus
spécifique ou multiple, sélectionnez dans le menu déroulant Profil multicritère... qui vous renverra sur la
fenêtre Définir un profil. Pour pouvez au besoin définir plusieurs critères en cliquant sur le bouton « + ».

 4 Cliquez sur Variables puis sélectionnez dans la liste qui apparaît les ou les variables concernées (s) par
la condition d'affichage ou le renvoi.

27
Voici un exemple de la boîte de dialogue après la création d'une condition d'affichage :

1.4. B I B L I O T H È QU E
La bibliothèque propose des questions utilisées couramment dans les enquêtes. Cela permet notamment de
gagner du temps dans la rédaction du questionnaire.
Les questions sont classées par thèmes (individu, entreprise, évaluation,...), par types de questions (fermée,
échelle, texte/code,...), et par modèles de questionnaires (actionnaires, agence de voyages, assurances).
Pour ajouter une de ces questions prédéfinies à l'étude, procédez ainsi :
Dans l'onglet Accueil, cliquez sur Bibliothèque

 1 Le menu déroulant Chercher dans... permet de choisir le lieu de recherche des questions types : dans
la bibliothèque Sphinx, ou dans des modèles d'enquêtes. Vous pouvez également récupérer une
question que vous aviez créée dans une de vos précédentes enquêtes (cliquez sur ).
 2 Afin de vous repérer plus facilement dans la liste des questions, vous pouvez, soit utilisez les filtres, soit
faire une recherche précise dans le bandeau prévu à cet effet.
28
 3 La flèche présente devant le titre de chaque partie permet de faire apparaître la liste des questions qui
la composent.
 4 Une fois la question trouvée, cliquez sur celle-ci pour la sélectionner (le bouton de sélection dans la
première colonne se positionne automatiquement devant la question choisie), et validez.
1.5. S T R UC T U R E R L E D I A G RA MME ( C R ÉE R E T R E L I E R L ES É L ÉM E NT S)
L'étape de la modélisation de l'étude n'est pas obligatoire mais permet de structurer les idées et le contenu de
l'étude via la mise en place d'une représentation graphique très parlante (diagramme). Pour ce faire, vous allez
devoir créer des éléments (parties, questions), le but étant de réaliser un diagramme correspondant au plan du
questionnaire.
Commencez par définir la structure générale de votre étude en créant les parties qui la composent. Pour cela,
faites glisser l'objet Partie de l'explorateur (à gauche) vers la zone de travail. Pour développer les parties, ajoutez
les sous-parties (éventuellement), et les questions en les faisant glisser de l'explorateur à la zone de travail.
Toutefois, tâchez de les poser momentanément sur la partie à laquelle elles appartiennent pour créer un lien
matériel entre les objets.

A chaque création d'un nouvel élément, il est nécessaire de le nommer. Pour cela, cliquez sur le texte par défaut
écrit en blanc et renommez l'élément.
Une fois les parties et questions créées, le bouton « + » ou « - » (présent en haut à droit de chaque élément «
partie ») permet de déplier ou replier la partie (afficher ou masquer les questions qui la composent).
Vous pouvez à tout moment intégrer des notes (pense-bête) destinées à recueillir des commentaires qui vous
accompagneront tout au long de la conception.
Afin de structurer le questionnaire, il est important de savoir qu'une partie peut être reliée à une autre partie, elle
devient alors une sous-partie ; une question peut être reliée à une partie ou une sous partie.
Pour relier deux éléments, faîtes glisser une question (ou une partie) sur la partie à laquelle vous souhaitez qu'elle
soit reliée (une ombre verte apparaît pour signaler qu'un lien peut-être créé). Déposez l'élément pour créer le
lien.
La structure du questionnaire peut aussi être gérée via le panneau Liste des variables (à gauche de la zone de
travail). Il est possible de hiérarchiser les parties et les questions les unes par rapport aux autres. Pour cela, il vous
suffit de glisser et déposer un élément par rapport aux autres pour définir l'enchaînement logique de vos parties
et questions.
NB : Par défaut, l'enchaînement du questionnaire est structuré dans l'ordre d'ajout des différents éléments,
indépendamment de la réorganisation qui a pu être faite sur la zone de travail.
29
1.6. G É R E R L E S É L ÉM EN T S ( G R O UP E R , T R AN S F O RM E R , D I S S OC I E R )
G r o up e r
La fonction Grouper permet d'agréger plusieurs parties et / ou questions dans une nouvelle partie.
Grouper des éléments dans une partie
 Sélectionnez les éléments à grouper
 Allez dans l'onglet Accueil, puis groupe Outils
 Cliquez sur Grouper, puis Dans une nouvelle partie

Si les questions sélectionnées appartiennent déjà à une partie, la fonction Grouper crée une sous-partie. Les liens
entre la partie existante et la nouvelle sous-partie sont créés automatiquement.
Grouper des questions dans un tableau
La fonction Grouper permet également d'agréger un ensemble de questions, partageant les mêmes modalités,
dans un tableau de questions.
 Sélectionnez les questions à regrouper en tableau
 Allez dans l'onglet Accueil, puis groupe Outils
 Cliquez sur Grouper, puis Dans un nouveau tableau

Di s so ci e r
La fonction Dissocier permet de retirer des questions d'une partie sélectionnée. Cette partie est donc supprimée
et les questions qui la composent remontent d'un niveau dans la hiérarchie du questionnaire.
 Sélectionnez la partie contenant les éléments à dissocier.
 Allez dans l'onglet Accueil, puis groupe Outils
 Cliquez sur Dissocier

30
La fonction Dissocier permet également de dissocier un tableau de questions. Les questions en ligne deviennent
alors des questions à part entière, avec les mêmes modalités qu'elles partageaient dans le tableau.
T r an s f o rm e r
La fonction Transformer permet de convertir un élément en un autre élément. Un élément peut être transformé
: En partie, En question, En tableau.
Transformer en partie
Cette fonction transforme une question en partie. Les modalités de la question deviennent alors des questions de
la nouvelle partie créée.
 Sélectionnez la question à transformer
 Allez dans l'onglet Accueil, puis groupe Outils
 Cliquez sur Transformer, puis En partie

Vous pouvez également transformer un tableau de questions en partie. Dans ce cas, le libellé du tableau devient
le libellé de la partie. Les questions en ligne deviennent des questions de la partie, avec les mêmes modalités
qu'elles partageaient dans le tableau.

Transformer en question
Cette fonction permet de transformer une partie en question. Si la partie contient des questions, celles-ci
deviennent les modalités de la nouvelle question créée.
 Sélectionnez la partie à transformer
 Allez dans l'onglet Accueil, puis groupe Outils
 Cliquez sur Transformer, puis En question

31
Transformer en tableau
Cette fonction permet de transformer une partie ou une question en tableau de question.
Lorsque vous transformez une partie en tableau de question, toutes les questions qui composent votre partie sont
regroupées en ligne dans un tableau avec des modalités de réponses communes. Le libellé de la partie devient
alors le libellé du tableau.
Lorsque vous transformez une question en tableau, le libellé de la question devient le libellé du tableau. Les
modalités deviennent les questions en ligne avec des modalités par défaut ("Modalité 1", "Modalité 2").
 Sélectionnez la partie ou question à transformer
 Allez dans l'onglet Accueil, puis groupe Outils
 Cliquez sur Transformer, puis En tableau

1.7. P R É S EN T E R LE D I A G R AM ME

Une fois les liens créés entre les éléments, un outil de réorganisation est disponible pour rendre la modélisation du
questionnaire plus lisible. Les parties et questions peuvent être réorganisées de trois manières différentes : En
étoile, En arbre horizontal, En arbre vertical.

32
 Dans le bandeau, cliquez sur l'onglet Affichage
 Cliquez sur Réorganiser automatiquement
 Sélectionnez le type de réorganisation souhaité.

1.8. U T I L I S E R L A M I N I AT U R E

La miniature permet de visualiser rapidement l'ensemble du diagramme.


 Dans le bandeau, cliquez sur l'onglet Affichage
 Dans le groupe Outils, cliquez sur Afficher la miniature
L'échelle de zoom présente en bas de la miniature permet de régler plus rapidement le zoom souhaité pour la
zone de travail (le zoom peut également être réglé à partir du bandeau, onglet Affichage).
Le rectangle rose quant à lui représente la vue active.

2. RÉDIGER LE QUESTIONNAIRE
Après avoir défini le schéma de l'étude dans l'environnement de modélisation, il convient d'en détailler le
contenu dans l'environnement de rédaction du questionnaire.
C om m e nt y a cc éd e r ?
 Depuis le panneau d'accueil,
 Cliquez sur le stade Conception du questionnaire,
 Puis Rédiger mon questionnaire.

33
2.1. E N V I R O N NE ME NT

L'environnement est composé :


 1 d'une zone de travail centrale,
 2 d'un ruban (bandeau) horizontal de six onglets (Accueil, Insertion, Formulaires, Internet, Langues,
Affichage),
 3 d'un explorateur latéral de quatre fenêtres (Plan, Liste des variables, Formulaires, Langues, Notes de
conception).
Pour faciliter la gestion des éléments de l’enquête, Sphinx iQ propose désormais 2 explorateurs
complémentaires : un explorateur pour visualiser la liste des variables et un explorateur pour visualiser les pages
du formulaire.
Pour basculer d’un explorateur à l’autre : dans l’explorateur latéral gauche, utilisez les onglets « Liste de
variables » et « Plan du formulaire » suivants :

34
Liste des variables Plan du formulaire

Vous permet de voir l’ensemble des variables (questions) Vous permet de voir les questions présentes sur les pages votre
composant votre enquête formulaire

Cette liste peut être agrandie dans la zone de travail grâce à Les avantages
la double flèche située en haut à droite de la fenêtre.
Par ailleurs, la flèche située en haut à gauche de la fenêtre Affichage synthétique du contenu des pages du formulaire, et
permet soit d'afficher uniquement les titres de parties, soit facilité de navigation.
d'afficher les titres de parties et les questions qui s'y rapportent. Répartition et réorganisation rapide des éléments sur
En affichant uniquement les titres de parties, cela donne une différentes pages.
vision globale et synthétique des questionnaires longs et en  Déplacement des pages du formulaire dans l’explorateur
facilite la manipulation. Un affichage plus précis partie par « Plan du formulaire ».
partie peut être mis en place grâce à chacune des flèches  Possibilité d’avoir des questions différentes sur chacun des
présentes devant les titres de parties. formulaires créés.
 Restructurer la liste des variables indépendamment du
formulaire.

Les points de vigilance :


Déplacer une question dans le formulaire ne se répercute pas dans la liste des variables. A l’inverse, déplacer une variable
dans la liste des variables ne modifie pas l’ordre des questions dans le formulaire.
 Pour enlever une question du formulaire vous avez le choix de la masquer ou de la supprimer. Dans le premier cas, la
question disparaît du formulaire mais reste présente dans l’enquête. Dans l’autre cas, la question est totalement supprimée
de l’enquête.
35
La fenêtre Formulaires présente tous les questionnaires qui ont été créés, et permet de choisir celui sur lequel on
souhaite travailler.
La fenêtre Langues liste les différentes langues de l'étude qui ont préalablement été définies (dans le cadre
d'enquêtes multilangues).
La fenêtre Notes de conception permet de créer des commentaires (rappels, explications...) qui vous suivront
tout au long de la construction de l'enquête.

2.2. B A N D EA U
Le bandeau de construction du questionnaire est composé de six onglets (Accueil, Insertion, Formulaires, Internet,
Langues, Affichage).
A c cu ei l
L'onglet Accueil regroupe les fonctions les plus fréquemment utilisées dans l'environnement Questionnaire.

 Le groupe Accès directs comprend des fonctions permettant d'ouvrir le panneau d'accueil ou d'autres
environnements.
 Le groupe Presse-papier propose les fonctions couper, copier, coller, annuler et rétablir.
 Les groupes Questionnaire et Illustrations servent à ajouter de nouveaux objets (questions, parties,
tableaux, images, sons...).
 Le groupe Sélection permet de changer les propriétés de l'objet sélectionné (Modifier), de modifier
l'ordre des objets (Déplacer), et de modifier taille, police et couleur des objets qui s'y prêtent.
 Le groupe Polices et couleurs permet de modifier la présentation
 Le groupe Exporter permet d'exporter dans Office le formulaire ou la structure du questionnaire.
 Le groupe Edition sert à chercher, remplacer, voire supprimer des mots contenus dans les libellés ou les
noms abrégés par exemple.
I n se r ti o n
L'onglet Insertion propose les fonctions permettant d'ajouter des objets, éléments de conception et conditions de
navigation.

 Les groupes Questionnaire et Illustrations servent à ajouter de nouveaux objets (questions, parties,
tableaux, images, sons...).
 Le groupe Conception permet d'ajouter des sauts de page ou des notes de conception.

36
 Le groupe Navigation permet d'ajouter des conditions d'affichage ou des renvois.
 Le groupe Formules permet d'accéder à la création de calculs
 Le groupe Outils permet d'opérer des transformations dans les questions, parties ou tableaux (regrouper,
scinder).
F o r m ul ai r e s
L'onglet Formulaires permet la gestion, la mise en page des formulaires, et propose les outils de publication des
formulaires et de téléchargement des données.

 Le groupe Formulaires permet l'ajout, la duplication, l'organisation et la suppression de formulaires, et la


modification de leurs propriétés.
 Le groupe Modèles propose des fonds de page sous forme d'images à utiliser pour améliorer l'esthétique
du formulaire, et permet également de créer ou modifier un modèle.
 Le groupe Saisie permet de réaliser des saisies de test pour vérifier le bon déroulement du questionnaire.
 Le groupe Formulaires personnalisés permet d'accéder au mode personnalisé.
I nt e r ne t
L'onglet Internet propose des fonctions de publication des formulaires, de téléchargement des données, et
présente également les actions et les contrôles d'accès relatifs à l'emailing et à la plateforme de résultats en
ligne.

 Le groupe SphinxOnLine permet de publier l'enquête, de télécharger les données saisies en ligne, de
visualiser les liens permettant d'accéder à l'enquête.
 Le groupe Actions permet de définir les raccourcis liés aux différents formulaires, de mettre en place les
actions qui auront lieu après l'enregistrement de la saisie par le répondant, de notifier par email la
participation des répondants au questionnaire.
 Le groupe Contrôle d'accès permet de définir les dates d'ouverture et de clôture de l'enquête en ligne,
propose de limiter l'accès à la plateforme en ligne, et permet l'identification des répondant (login, mot
de passe, données clients).

37

L an g u e s
L'onglet Langues permet la gestion des langues dans le cadre d'enquêtes multilangues.

 Le groupe Langues sert à choisir la langue du formulaire en cours, à ajouter ou à supprimer des langues
paramétrées à l'avance.
 Le groupe Vérifications propose une correction grammaticale et orthographique du questionnaire,
quelle que soit sa langue d'origine.
 Le groupe Traductions permet de traduire le questionnaire dans une langue donnée à partir de la version
de référence (français par exemple), et également d'exporter ou d'importer une traduction.
A f fi c ha g e
L'onglet Affichage permet de gérer l'affichage des différents éléments et leur disposition à l'écran.

 Le groupe Mode permet de choisir ce qu'il faut afficher dans la zone de travail : formulaire ou liste
détaillée.
 Le groupe Afficher/masquer sert à montrer le plan du questionnaire dans sa globalité, et à afficher plus
ou moins d'éléments à l'écran.
 Le groupe Disposition permet d'ajuster la taille de l'environnement à celle de l'écran.
 Le groupe Zoom permet d'effectuer des réglages concernant l'aperçu.
2.3. PART IE
Comment accéder à l'assistant :
 Pour créer une nouvelle partie : dans l'onglet Insertion, cliquez sur le bouton Partie
 Pour modifier une partie existante : dans la zone de travail, mettez le curseur sur l'objet Partie et cliquez

sur .
Cet assistant permet de créer des parties dans le but de structurer le questionnaire. Les deux onglets principaux
sont Définition et Contrôles. Le premier onglet va vous permettre de définir le libellé de la partie, son nom abrégé
(nom de la partie), et de rédiger éventuellement une consigne permettant de donner au répondant des
explications, renseignements complémentaires.

38
L'onglet Contrôles propose d'afficher la partie en fonction d'un profil préalablement défini. Par exemple, si la
personne indique en début de questionnaire qu'elle ne boit pas de boissons alcoolisées, la partie relative à la
consommation de boissons alcoolisées ne lui sera pas présentée.

Les onglets Analyse et calcul et Polices et couleurs permettent quant à eux de définir un nom court à la partie (il
s'agit d'un libellé court) et de personnaliser la présentation (polices et couleurs).
2.4. Q U E ST I O N / T A B L EA U
Comment accéder à l'assistant :
 Pour créer une nouvelle question (tableau) : dans l'onglet Insertion, cliquez sur le bouton Question ou
Tableau
 Pour modifier une question (tableau) existante : dans la zone de travail, mettez le curseur sur l'objet

Question et cliquez sur


Cet assistant propose de créer une question ou un tableau et de définir ses paramètres. L'onglet Définition
permet d'indiquer le libellé de la question ou du tableau, le nom abrégé (nom de la variable), le type de la
question (des questions dans le cas d'un tableau) et les options complémentaires en fonction de ce dernier.

39
L'onglet Contrôles permet de masquer éventuellement la question ou le tableau dans un formulaire (l'intérêt de
cette option réside dans la création de plusieurs formulaires qui n'ont pas la même structure). Il est également
possible de mettre en place une condition de présentation permettant d'afficher la question / le tableau en
fonction d'un profil donné.
Les options de présentation permettent de rendre la réponse obligatoire (le répondant ne pourra continuer la
saisie tant qu'il n'aura pas répondu à la question), mettre en place un renvoi (sauter un ensemble de questions
selon le profil choisi et passer directement à une autre question). Que la réponse soit obligatoire ou qu'elle fasse
appel à un renvoi, il est possible de définir un message d'alerte personnalisé. Ce dernier permet soit d'inform er le
répondant sur l'obligation de répondre à la question, soit de l'informer qu'il va passer un ensemble de questions
étant donné que son profil ne correspond pas.
Dans le cas d'une question fermée ou échelle, il est possible d'agir sur l'affichage des modalités, soit en mettant
en place des conditions de présentation des modalités en fonction d'un profil, soit en établissant une rotation
aléatoire des modalités. Dans une question fermée, les modalités de réponse proposées en première position ont
plus de chances d'être choisies par les questionnés. La présentation aléatoire des modalités permet d'éviter cet
«effet d'ancrage» et d'éliminer ainsi une source de biais potentielle.

40
L'onglet Analyse et calcul permet tout d'abord de donner un nom court (libellé court). Pour les questions fermées
et échelles, il est ensuite proposé d'affecter des poids aux modalités et de les mettre en catégories.
L'option Définir un barème consiste à affecter une valeur numérique (un poids) qui permet au moment de
l'analyse de traiter les échelles en nombres et de mettre en place des indicateurs (moyenne, score, etc.). Notez
qu'il est possible, pour les tableaux de questions, d'affecter un barème différent pour chaque ligne.
La mise en catégories quand à elle sert à prévoir les classes dans lesquelles seront regroupées certaines
modalités (par exemple ''Boissons non alcoolisées'' pour l'eau, le jus de fruit, le thé, le café, etc.).
Définir la variable comme automatique est utile lorsque l'on souhaite que la réponse soit identique à l'observation
précédente.
Enfin, il est possible de mettre en place une variable calculée. Les calculs les plus courants sont la moyenne, la
somme, la durée et l'âge. Pour plus d'informations sur la programmation des formules de calcul, se référer au
langage de programmation en basic disponible surhttp://asp.ergole.fr/config/help/fr/basic/basic_fr.pdf
Notons que pour un tableau, seulement les options de traitement des modalités sont disponibles.

Enfin, l'onglet Présentation permet de définir la représentation visuelle, le contenu, et la zone de saisie.
L’onglet Polices et couleurs permet de définir la police, la taille et la couleur.

2.5. I L L U S T RA T I O NS
Comment accéder à l'assistant :
 Pour insérer une nouvelle illustration : dans l'onglet Insertion, cliquez sur l'un des boutons du groupe
Illustrations (Zone de texte, Image, Son, Video, Flash)
 Pour modifier une illustration existante : dans la zone de travail, mettez le curseur sur l'objet Illustration et

cliquez sur .
L'insertion d'illustrations (zone de texte, image, son, vidéo, flash) ouvre un assistant quasi identique. Les options
sont identiques, seul l'onglet Définition diffère.

41
Dans l'onglet Définition, pour l'insertion d'une zone de texte, il est demandé de rédiger le nouveau texte. Pour
l'insertion d'image, il est nécessaire d'identifier le fichier souhaité, et de préciser les options d'échelle et de
rognage. Enfin, pour l'insertion de son, vidéo, et flash, il est demandé d'indiquer le fichier à insérer et les options
de lecture (NB : il est possible d'utiliser une vidéo en ligne).
L'onglet Contrôles propose de présenter l'objet selon un profil donné (ainsi l'objet s'affiche si le répondant
correspond au profil préalablement défini).
L'onglet Polices et couleurs (présent uniquement pour l'insertion d'une zone de texte) permet de définir la
présentation du contenu.

2.6. O P T I O NS D E P U BL I C AT I O N
Comment accéder à l'assistant :
 Dans l'onglet Internet, cliquez sur le bouton Publier
Avant de publier votre enquête sur Internet, vous pouvez paramétrer différentes options : Définir des raccourcis,
Actions après enregistrement, Notifier par email, Code d'accès, Identifiant du répondant.
D é fi ni r l e s ra cc o u rci s
Définir des raccourcis permet de nommer chacun des formulaires qui seront publiés sur le serveur SphinxOnLine.
Le nom choisi apparaîtra dans l'URL du formulaire.
Par défaut, c'est le nom du formulaire qui est utilisé comme raccoucis pour chacun des formulaires.
A c ti o n s ap r è s e n r e gi s tr em en t
L'option Actions après enregistrement permet de définir les actions à exécuter une fois que le répondant a
enregistré ses réponses :
 Message de remerciement : (option activée par défaut) permet de personnaliser le message de
remerciement présenté après enregistrement des données.
 Confirmer l'enregistrement : permet de définir le message adressé au répondant pour lui confirmer le bon
enregistrement de ses réponses, avec possibilité de lui rappeler les réponses qu'il a renseignées.
 Renvoyer un autre formulaire : permet d'orienter le répondant vers un autre formulaire suite à sa
participation à une enquête.
42
 Activer un lien : permet de diriger le répondant vers un site (site de l'entreprise, etc.).
 Montrer une page : permet de renvoyer le répondant vers une page Internet (*.html, stockée sur votre
ordinateur et publiée avec l'enquête).
 Exécuter un script : permet d'entrer l'URL du script que vous souhaitez lancer après la validation du
questionnaire.
C'est également à partir de cette boîte de dialogue que vous pouvez paramétrer le texte du bouton de
validation de la saisie.
N o ti fi er p a r e - m ai l
Notifier par email permet un envoi automatique d'email quand le répondant valide le questionnaire. Vous avez à
spécifier l'expéditeur, le destinataire, l'objet et le corps du message (editeur de texte enrichi disponible). Vous
pouvez cocher l'option Envoyer si pour établir des conditions d'envoi.
C od e s d ' a cc è s
L'option Codes d'accès permet de contrôler l'accès des répondants à votre enquête. Le menu déroulant
Saisir vous propose différents contrôles d'accès :
 Enquête fermée : l'enquête est publiée mais il n'est pas possible de remplir le formulaire.
 Enquête ouverte (par défaut) : les répondants peuvent accéder à l'enquête et saisir leurs réponses.
 Accès restreint : l'enquête est accessible par mot de passe (que vous définissez dans cette boîte de
dialogue).
Cette option permet également de fixer des périodes d'ouverture de l'enquête. Il suffit de cocher Fixer la période
d'ouverture, et d'entrer les dates de début et de fin. Il est également possible de contrôler l'accès aux tableaux
de bord et tables.
I de nti fi a nt d u ré po nd a nt
L'option Identifiant du répondant permet de paramétrer les identifiants des répondants autorisés à se connecter
à l'enquête en ligne. C'est également à partir de cet écran qu'il est possible de paramétrer le formulaire à utiliser
en cas d'éventuelles modifications des réponses par le répondant.
2.7. P R O P R I É T É S DU F O R MU L A I R E
Les propriétés du formulaire permettent le paramétrage d'un plusieurs options propres à un formulaire. On y gère
le nom du formulaire et certains aspects graphiques (type et taille de formulaire, gestion des modèles), mais aussi
de paramètres liés à la saisie en locale ou en ligne, ainsi que les contraintes d'intégrité permettant la validation,
ou non, du formulaire.
Les propriétés sont spécifiques à un formulaire.
Comment accéder aux propriétés du formulaire :
 Dans l'onglet Formulaire, cliquez sur le bouton Propriétés.

43
P r op ri é té s du f o rm ul ai r e : D é fi ni ti o n

P r op ri é té s du f o rm ul ai r e : P r op r i é t és

44
2.8. C R É E R UN E Q UE S T I ON / UN T A B LE AU

Dans l'onglet Insertion, cliquez sur le bouton Question ou Tableau.


Vous arrivez sur une boîte de dialogue dans laquelle vous pouvez saisir le libellé, le nom abrégé, le type, et pour
les questions fermées ou échelles, les modalités de réponse. Pour plus de précisions, veuillez vous référer à la
présentation de la boîte de dialogue Question / Tableau développée précédemment.
Après avoir créé plusieurs questions, si vous souhaitez ajouter une question à un emplacement bien précis dans le
questionnaire, vous devez sélectionnez dans la zone de travail la question se situant juste avant celle que vous
voulez ajouter. Cliquez ensuite sur le bouton Question comme présenté ci-dessus. La nouvelle question prendra
place à l'emplacement souhaité.
Sont développées ci-dessous les paramètres des fenêtres de création de question, onglet Définition, pour
chaque type de question. Pour plus d'informations sur les autres onglets, veuillez vous référer à la présentation de
l'assistant Question / Tableau présenté précédemment.
QUESTION FERMÉE

45
QUESTION ÉCHELLE

QUESTION TEXTE /CODE

46
QUESTION CODE : FORMAT PERSONNALISE
Le format Personnalisé correspond à l'application d'une expression régulière. Il s'agit d'une syntaxe spécifique qui
permet de définir des règles syntaxiques.
Plus d'information sur les expressions régulières ICI.

Exemple Description Expression régulière


Numéro de téléphone portable Commence par 06 ou 07 et ^(06|07)[0-9]{8}$
qui comporte huit autres
chiffres
Référence Produit Code : SPHINX-A123 ("SPHINX- ^SPHINX-[A-Z]{1}[0-9]{3}$
"+ 1 lettre majuscule + 3
chiffres)
Plaque d'immatriculation Format : AA-123-AA ^[A-Z]{2}-[0-9]{3}-[A-Z]{2}$

NB: Pensez à bien personnaliser le message d'alerte (onglet Contrôles) pour signaler au répondant le type de
syntaxe requis. Par défaut, si la syntaxe est incorrecte, c'est l'expression régulière qui sera présentée au répondant
comme modèle, ce qui n'est pas forcément lisible
QUESTION NUMÉRIQUE

47
QUESTION DATE / HEURE

QUESTION TABLEAU

48
2.9. C R É E R UN E P A RT I E

Dans l'onglet Insertion, cliquez sur le bouton Partie.


Vous pouvez choisir entre Partie ou Sous-partie. Le choix effectué, vous arrivez sur une boîte de dialogue
permettant de désigner le libellé (titre complet), le nom abrégé (résumé) de la partie et éventuellement une
consigne. Pour plus de précisions, veuillez vous référer à la présentation de la boîte de
dialogue Partiedéveloppée précédemment.
Seuls le libellé et la consigne sont visibles par le répondant. Le nom abrégé demeure quand à lui masqué.

2.10. V É R I F I E R L A G R A MM A I R E ET L ’ O R T H O G R AP H E

Cette fonction permet une vérification orthographique du questionnaire. Allez dans l’onglet Langues et cliquez
sur le bouton Orthographe. Dans la boîte de dialogue qui s’affiche, précisez la langue du questionnaire et cliquez
sur Suivant.
Le logiciel vous proposera de modifier les éventuelles erreurs qu’il aura détectées.

49
2.11. U T I L I S E R L A B I B L I O T H È QU E D E QU E ST I O N S

Sphinx iQ vous propose une bibliothèque de questions prédéfinies classées par thèmes, sous-thèmes et types.
Dans le menu Insertion, le bouton Bibliothèque ouvre la liste des questions utilisées de manière fréquente dans les
enquêtes. Pour utiliser une question de la bibliothèque, il suffit de la sélectionner et de valider le choix.

2.12. E N R I C H I R L E F O RMU L A I R E P A R DE S I M AG E S OU L É G E ND E S
Les illustrations regroupent à la fois les objets multimédias (image, son, vidéo, flash) et les zones de texte. Pour en
intégrer au questionnaire, allez à l'onglet Insertion et au groupe Illustrations.

Définissez dans la boîte de dialogue qui s'ouvre le nom abrégé et la source de l'objet multimédia ou le contenu
de la zone de texte, ainsi que les options propres à chaque élément.
Pour plus de précisions, veuillez vous référer à la présentation de la boîte de dialogue Illustrations présentée
précédemment.

50
2.13. R É O R G A N I S E R LA L I S T E D ES V A R I A B L ES / QU ES T I O NS
Pour faciliter la gestion des éléments de l’enquête, Sphinx iQ propose désormais 2 explorateurs complémentaires
: un explorateur pour visualiser la liste des variables et un explorateur pour visualiser les pages du formulaire.
Pour basculer d’un explorateur à l’autre : dans l’explorateur latéral gauche, utilisez les onglets Liste de
variables et Plan du formulaire :
 La Liste des variables vous permet de voir l’ensemble des variables (questions) composant votre
enquête.
 Après avoir créé quelques questions, si vous souhaitez revoir l'ordre d'apparition des variables dans
l'enquête, il vous est possible de modifier la Liste des Variables. Pour ce faire, dans l'explorateur et dans la
fenêtre Liste des variables, sélectionnez la question que vous souhaitez déplacer et faîtes la glisser
jusqu'à son nouvel emplacement.
 Le Plan du formulaire vous permet de voir les questions présentes sur les pages de votre formulaire. Cet
explorateur est préconisé pour la mise en forme du formulaire.
Il vous est également possible de changer l'ordre d'apparition des questions dans un formulaire donnée. Pour
cela, dans l'explorateur et dans la fenêtre Plan du formulaire, sélectionnez la question que vous souhaitez
déplacer et faîtes la glisser jusqu'à son nouvel emplacement.
Pour faciliter la modification du plan du questionnaire, rappelons que la flèche présente en face de chaque
partie permet de développer/réduire son contenu (afficher/masquer les questions qui la composent).
2.14. R E N D R E L A R ÉP O N SE O B L I G A T O I R E
Cette option permet de rendre la réponse obligatoire à une question. Tant que le répondant n'a pas répondu à
la question, celui-ci ne peut pas poursuivre la saisie du questionnaire.
Dans la boîte de dialogue de la définition des questions, dans l'onglet Contrôles, cochez Réponse obligatoire.
S'il s'agit d'une réponse à choix multiple, alors vous pouvez indiquer le nombre de réponses obligatoires
souhaitées.
S'il s'agit d'un tableau de questions, on peut rendre les réponses obligatoires pour l'ensemble du tableau, ou
question par question (lignes du tableau).
Il est déconseillé de rendre la réponse obligatoire à toutes les questions. Il faut privilégier cette option pour
certaines questions déterminantes et filtres du questionnaire.
Vous pouvez éventuellement saisir une consigne et un message d'alerte à afficher si le répondant ne donne pas
de réponse à la question ou à chacune des lignes du tableau.

51
2.15. I N S É R E R UN E C O NS I G N E
Il est possible de guider le répondant dans ses réponses à l'aide d'une consigne lui donnant des explications, des
renseignements, des instructions, etc.
Dans la boîte de dialogue de définition des questions, dans l'onglet Contrôles, saisissez le texte dans le
champ Consigne particulière.
La consigne s'affichera en-dessous du libellé de la question.

52
2.16. O R D O N N E R L ES R É P ON S E S D ’U N E QU E ST I O N F E RM ÉE MU L T I PL E
Pour les questions fermées multiples, il est possible de demander au répondant de classer ses réponses par ordre
d'importance. La première réponse cochée aura le premier rang, la deuxième réponse cochée aura le
deuxième rang et ainsi de suite.
Par la suite des scores d'importance pourront être calculés pour chaque modalité.
Dans la boîte de dialogue de définition d'une question fermée multiple, dans l'onglet Définition, cochez Ordonner
les réponses, après avoir spécifié le nombre de réponses possibles.

2.17. A S S OC I E R U N E L I ST E D E CO D E S P R É D ÉF I N I S À U NE Q U ES T I O N C O D E
Cette fonction permet d'avoir une liste déroulante de codes prédéfinis dans laquelle le répondant sélectionne le
code qui lui correspond.
Dans la boîte de dialogue de la définition de la question code, cochez Texte/Code et précisez à côté Liste de
codes.
Cliquez ensuite sur le bouton encadré en rouge ci-dessous, puis sélectionnez un dictionnaire prédéfini dans
Sphinx iQ, ou créez un nouveau dictionnaire directement dans la fenêtre en suivant l'exemple.

53
2.18. A C T I VE R U NE C O N D IT I O N D E P R ÉS E NT AT I O N
C o ndi ti on d e p ré s e nt ati o n d' u ne q ue sti on
Cette fonction consiste à ne présenter une question que si elle correspond à un profil choisi. Ainsi la présentation
de la question est conditionnée par la réponse à une autre question.
Dans la boîte de dialogue de présentation de la question, dans l'onglet Contrôles, cochez la case Présenter
uniquement si. Puis dans Modifier, renseignez les conditions de présentation (la variable et la ou les modalités).

54
C o ndi ti on d e p r é s e nt ati o n d' u ne m o dal i té
Il est également possible d'appliquer une condition d'affichage sur les modalités d'une question. Ainsi la
présentation d'une ou plusieurs modalité(s) est conditionnée par la réponse à une autre question.

Dans la boîte de dialogue de présentation de la question, dans l'onglet Contrôles, cliquez sur le bouton de
l'option Condition de présentation (des Lignes). Renseignez les conditions de présentation.
Le bouton Réinitialiser permet de supprimer toutes les conditions de présentation des modalités d'une question.

2.19. A C T I VE R U N R EN V O I D E Q UE S T I ON S
Cette option consiste à faire passer un ensemble de questions au répondant s'il appartient à un profil donné.
Dans le menu Insertion, cliquez sur le bouton Conditions. Dans la nouvelle boîte de dialogue, cochez la
case Renvois, puis cliquez ensuite sur Nouvelle condition. Spécifiez ensuite les conditions de renvoi et validez.

55
2.20. M ET T R E EN P L AC E D ES V A R I A B L ES A UT OM AT I Q U ES
Une variable automatique permet au chargé d'études de récolter des informations utiles et précises sur la saisie
du questionnaire effectuée par les répondants. Ces variables sont dites « automatiques » car leur valeur
s'incrémente automatiquement lorsque la personne répond au questionnaire.
Il existe plusieurs types de variables automatiques en fonction de l'information que l'on souhaite recueillir, et en
fonction du type de la variable.
La variable nommée Identique à l'observation précédente est la seule variable automatique à pouvoir être
appliquée à tout type de variables. Cette option est généralement utilisée lorsqu'une caractéristique est
commune à l'ensemble des personnes interrogées, et/ou lorsque le chargé d'études procède lui-même à la
saisie de plusieurs grands lots de questionnaires ayant chacun une réponse qui sera identique pour tous les
répondants.
Par exemple, une enquête est diffusée par questionnaires papier dans plusieurs villes (annecy, aix-les-bains,
chambéry,...). Afin d'identifier la ville de réponse, une question « ville » est créée. Il est alors intéressant, pour le
chargé d'études qui va prendre en charge la saisie, de créer une variable automatique sur la ville. Après avoir
trié les questionnaires par ville, lorsque le chargé d'études saisira le premier questionnaire de la ville d'Annecy, il
renseignera la bonne modalité (« Annecy ») pour la question ville. Ainsi pour la saisie des autres questionnaires
d'Annecy, la variable ville sera pré-renseignée (et modifiable) avec la bonne modalité. Cela évitera au chargé
d'études de renseigner la même réponse pour chaque questionnaire saisi. Cette option est également utile lors
de la saisie scanner.
Pour créer ce type de variable, dans le stade de rédaction du questionnaire, allez dans l'onglet Insertion, puis
cliquez sur le bouton Question. Dans la boîte de dialogue qui apparaît, renseignez les éléments de
l'onglet Définition, puis dans l'onglet Analyse et calcul, sélectionnez Identique à l'observation précédente dans le
menu déroulant nommé Type, et validez.

56
I de nti fi e r l e r ép o nda n t
Si l'on souhaite pouvoir identifier le répondant, sa réponse parmi les autres, ou lui permettre de modifier sa saisie, il
est possible d'attribuer une clé primaire au répondant (code unique composé de chiffres et de lettres, chaque
répondant a une clé différente). Le chargé d'études doit créer une question Clé primaire, cette variable sera par
la suite incrémentée de façon automatique lorsque le répondant effectuera la saisie du questionnaire. Pour
créer la variable, procédez de même que pour la variable automatique Identique à l'observation précédente.
Pour « tracer » le répondant, il est également possible de connaître l'adresse IP de sa machine. Pour ce faire, il
faut procéder comme décrit ci-dessus, et sélectionner Adresse IP/Nom de machine.
C om p t er l e s ob se rv ati on s
Dans le cadre de questionnaires spécifiques, il est parfois demandé de connaître le rang auquel répond la
personne interrogée. Par exemple, dans le cadre d'un jeu concours, on souhaite offrir un cadeau aux 50 premiers
répondants. Il est alors utile de créer une question automatique Compteur afin de pouvoir identifier les 50
gagnants. De plus, une légende avec condition de présentation peut être mise en place pour informer le
répondant s'il fait parti des gagnants ou non (la condition de présentation est faite à partir de la
variable Compteur).
Pour créer cette variable, procédez comme présenté ci-dessus, définissez la variable comme numérique et
sélectionnez Compteur.
C o nn aî t re l a d u ré e d e l a sai si e
Afin de savoir combien de temps consacre le répondant à la saisie du questionnaire, une variable
automatique Durée de la saisie peut être créée (durée en secondes). Elle est utile pour calculer par la suite le
temps moyen de saisie du questionnaire sur l'ensemble des répondants, et éventuellement supprimer les réponses
des personnes ayant consacré trop peu de temps à répondre au questionnaire (ces réponses peuvent être
considérées comme peu fiables).
Pour créer cette variable, procédez comme présenté ci-dessus, définissez la variable comme numérique et
sélectionnez Durée de la saisie.
R é c up é r e r d es i n f orm ati on s s ur l a da te e t l ' h e ur e d ' e n r e gi s tr em en t , de m od i fi ca ti o n , de
s ai si e
Les variables automatiques Date et heure d'enregistrement, Date et heure de modification, Date et heure de
saisie permettent un suivi précis de la collecte des réponses. Il sera alors possible de trier les réponses par ordre
chronologique d'enregistrement, de modification ou de saisie.
Pour créer cette variable, procédez comme présenté ci-dessus, définissez la variable comme Date/Heure et
sélectionnez l'un de ces trois types de variables.
2.21. P R É S EN T E R AL É AT O I R EM E NT D E S QU E ST I O N S
Dans le cadre des tableaux de questions, la présentation aléatoire des questions consiste à changer l'ordre des
questions. Ceci permet de réduire « l'effet de contamination et de halo », c'est-à-dire l'influence des réponses
précédentes sur les réponses suivantes.
Sélectionnez le tableau de questions concerné et cliquez dessus avec le bouton droit. Choisissez Modifier, allez
dans l'onglet Contrôles et cochez Rotation aléatoire.

57
2.22. P R É S EN T E R AL É AT O I R EM E NT L E S M O D A L IT É S DE R É P O NS E D ’ UN E Q UE S T I ON
Cette fonction permet d'éviter que les modalités, d'une question fermée, présentées en premier soient choisies
plus souvent que les autres. On évite ainsi « l'effet d'ancrage » et on élimine une source de biais potentielle.
Dans la boîte de dialogue de la définition de la question fermée, dans l'onglet Contrôles, cliquez sur Rotation
aléatoire sauf pour, et précisez éventuellement la/les modalité(s) qui ne doit/doivent pas être soumise(s) à cette
rotation.

58
2.23. A F F EC T E R U N E VA L EU R P A R D É FA UT
Cette fonction permet de pré-remplir une question en lui affectant une réponse par défaut. Ainsi, quel que soit
son type, une question pourra être affichée avec une valeur par défaut, c'est-à-dire des éléments de réponses
déjà cochés ou saisis.
Pour affecter une valeur par défaut, dans le stade de rédaction du questionnaire, dans la boîte de dialogue
d'édition d'une question, cliquez sur l'onglet Analyse et calcul, activez l'option Valeur par défaut.
Le menu déroulant propose d'affecter de manière aléatoire la valeur par défaut, mais il est également possible
de saisir une valeur ou le nom exact d'une modalité (ou plusieurs modalités séparés par un ";").

`
2.24. P R É S EN T E R AL É AT O I R EM E NT L E S M O D A L IT É S DE R É P O NS E D ’ UN E Q UE S T I ON
Cette fonction permet d'éviter que les modalités, d'une question fermée, présentées en premier soient choisies
plus souvent que les autres. On évite ainsi « l'effet d'ancrage » et on élimine une source de biais potentielle.
Dans la boîte de dialogue de la définition de la question fermée, dans l'onglet Contrôles, cliquez sur Rotation
aléatoire sauf pour, et précisez éventuellement la/les modalité(s) qui ne doit/doivent pas être soumise(s) à cette
rotation.

59
2.25. I N S É R E R UN S A UT D E PA G E
Comme dans un traitement de texte classique, il est possible d'insérer dans les formulaires des sauts de pages.
Cela permet de structurer plus facilement les formulaires et de limiter facilement le nombre de questions affiché
par page.
Pour ce faire, dans le stade de création du questionnaire, positionnez vous dans la zone de travail où vous
souhaitez insérer un saut de page, puis allez dans l'onglet Insertion, et cliquez sur Saut de page.

2.26. S I M U LE R L A S A I S I E
Avant la publication du formulaire en ligne, il est possible de tester la saisie. Cette fonction permet de visualiser le
formulaire comme s'il était en ligne et de simuler la saisie afin de vérifier si les contrôles de saisie et les animations
du formulaire fonctionnent correctement.
Pour ce faire, dans le stade de création du formulaire, allez dans l'onglet Formulaires, et cliquez sur Simuler. Vous
arriverez ainsi sur le formulaire et pourrez procéder à une saisie test.

60
2.27. B I E N P R É S EN T E R U N Q UE ST I O N NA I R E
Certains questionnaires demandent une mise en page particulière, le formulaire obtenu automatiquement lors
de la création des questions ne convient pas forcément et nécessite parfois certaines modifications. Il est en effet
possible de modifier les paramètres de présentation de tout le formulaire en appliquant un modèle, ou de
modifier individuellement les paramètres de chaque question.
2.28. P L A CE R L E S Q UE ST I O N S AU T OM AT I Q UE ME NT
Dans un formulaire, les questions sont placées, par défaut, les unes à la suite des autres. La fonction
Placer permet de gérer automatiquement le placement des objets (questions, tableaux, images,...) dans un
formulaire.
Ainsi, le placement automatique permet de placer un objet par page ou de rétablir le placement par défaut.
Ce-dernier, le placement Au mieux, permet rapidement de réinitialiser la mise en page de votre formulaire
puisqu'il replace tous les objets les uns à la suite des autres, et supprime l'ensemble des sauts de page. C'est un
moyen rapide de repartir de zéro dans la mise en page de votre formulaire.
Pour utiliser cette fonction, dans le bandeau de l'environnement Questionnaire, dans l'onglet Formulaires, cliquez
sur le bouton Placer, puis sélectionnez le type de placement à appliquer : Au mieux ou Un objet par page.

2.29. C R É E R UN M O DÈ L E D E P RÉ S EN T A T I O N DE F O R MU L A I R E
Créer un modèle de présentation du formulaire permet de définir le format, les propriétés du formulaire ainsi que
les styles des objets (options de présentations des questions, polices et couleurs). Cette fonction permet d'avoir
un rendu homogène sur tout le formulaire. De plus, il peut arriver au chargé d'études de réaliser plusieurs
questionnaires pour le même client. La création d'un modèle de présentation du formulaire pour la première
étude permet au chargé d'études de l'appliquer automatiquement par la suite aux nouveaux formulaires créés.
Tous les questionnaires ont ainsi la même mise en forme (logo, couleurs, taille du texte, etc).
Pour ce faire, dans l'onglet Formulaires, cliquez sur le bouton . Dans la boîte de dialogue, donnez
un nom à ce nouveau modèle puis en naviguant entre les deux onglets de la boîte de dialogue (Modèle de
page et Styles des objets), procédez à la personnalisation du formulaire (propriétés, taille et format du formulaire,
ajout de logo, options de présentation pour les différents types de questions, polices et couleurs des différents

61
objets). Après validation, un nouveau formulaire sera ajouté à la liste des modèles prédéfinis. Il est à tout moment
possible de modifier ou de supprimer le modèle créé, et de créer des nouveaux modèles.

2.30. M O D I F I E R L E S PA R AM ÈT R E S DE P R É S EN T A T I O N D ’U N E QU E ST I O N
Pour modifier les paramètres de présentation d'une question en particulier, sélectionnez la question, puis dans

l'onglet Accueil, cliquez sur le bouton ci-contre :


Plusieurs options de présentation vous sont alors proposées pour personnaliser la question, les modalités, la
consigne, le contour, etc.

Si la mise en forme d'une question vous convient, il est possible de la reproduire pour d'autres questions.
Sélectionnez la question dont vous voulez reproduire le format, et dans l'onglet Accueil, cliquez sur .
Sélectionnez ensuite la question sur laquelle vous voulez reproduire le format, et dans l'onglet Accueil, cliquez

sur .
Pour reproduire le format d'une question, il est également possible de procéder par un clic droit en
sélectionnant Copier la présentation puis Coller la présentation.

62
2.31. C R É E R UN N O UV E AU F O RM U LA I R E
Il est utile de créer plusieurs formulaires lorsque les différents formulaires ont une structure commune (beaucoup
de questions en commun) mais possèdent chacun quelques particularités (questions cachées, conditions
d'affichage différentes, etc). Par exemple, il peut s'agir d'un questionnaire commun mais comprenant quelques
spécificités en fonction du type de répondants : le chargé d'études va par exemple, pour la même enquête,
créer un formulaire prestataires et un formulaire clients.

Pour créer un nouveau formulaire, dans l'onglet Formulaires, cliquez sur . Dans la boîte de dialogue,
donnez un nom au formulaire, précisez ses propriétés : type de support utilisé (Papier, Web, etc), taille du
formulaire, modèle de présentation, puis validez.

Le nouveau formulaire créé sera ajouté à la liste des formulaires, dans l'explorateur, en bas à gauche de l'écran.
Pour passer d'un formulaire à un autre, double-cliquez sur le formulaire sur lequel vous souhaitez travailler.
2.32. C R É E R UN F O R MU L A I R E PE R S O NN A L I SÉ
Sphinx iQ propose une multitude de fonctionnalités de présentation et de paramétrage des formulaires. Toutefois
dans certains cas, il est parfois nécessaire de mettre en place une présentation plus sophistiquée. Créer un
formulaire personnalisé devient alors intéressant lorsque l'on souhaite par exemple : faire afficher des questions en
vis-à-vis, insérer des boutons d'action, insérer des images dynamiques (ex : mur d'images, etc), créer un formulaire
qui ne respecte par l'ordre des questions, etc.
Pour créer un formulaire personnalisé, vous devez vous rendre dans l'environnement personnalisé des formulaires.
Pour ce faire, depuis l'environnement standard de création des formulaires, allez dans l'onglet Formulaires, puis
cliquez sur Accès direct. Vous êtes ensuite redirigé vers l'environnement personnalisé.

63
Un formulaire personnalisé va être créé automatique (formulaire par défaut). Vous pouvez ensuite créer d'autre

formulaires personnalisés en allant dans l'onglet Formulaires, puis en cliquant sur .


2.33. E X P O RT E R L E F O RMU L A I R E O U LA L I S T E DE S V A R I A B LE S D A NS MS O F F I C E
Depuis le stade de création du formulaire, il est possible d'exporter le formulaire (Word, Pdf, ou Powerpoint si le
formulaire est exporté en image), ou la liste détaillée des variables (Word, Excel, ou Pdf). Cette fonctionnalité est
pratique lorsque vous souhaitez communiquer ces éléments à des personnes qui ne disposent pas du logiciel
Sphinx, ou dans le cadre de réunion de présentation du projet d'enquête.

Pour ce faire, dans l'onglet Accueil, cliquez sur le bouton . Ensuite, définissez quel contenu vous souhaitez
exporter (formulaire ou liste des variables), puis indiquez le format.

2.34. T R A DU I R E L ’ E N QU Ê T E O U I MP O R T E R / EX P O R T E R U N E T R A DU CT I O N
Dans le cadre d'une enquête multilangue, il est nécessaire de traduire le questionnaire afin de pouvoir l'adresser
à des répondants parlant des langues différentes. Avant de pouvoir traduire le questionnaire, vous devez
indiquer les différentes langues qui vont être utilisées lors de la diffusion de l'enquête. Pour ce faire, dans le stade
de création du questionnaire, allez dans l'onglet Langues, et cliquez sur . Définissez
ensuite toutes les langues. Vous pourrez par la suite naviguer entre les différentes langues à l'aide du menu

déroulant suivant : .

64
Pour traduire le questionnaire de façon automatique, toujours dans le même onglet, cliquez sur . Dans
la fenêtre qui s'affiche, indiquez la langue source et la langue cible grâce aux deux menus déroulants prévus à
cet effet, puis validez à deux reprises (vous retrouverez dans ces menus les langues que vous aurez
préalablement définies). La traduction se fait alors automatiquement, et vous êtes redirigé sur le formulaire en
langue cible. Vous devez procéder de même pour chaque traduction que vous souhaitez faire
automatiquement.

Si vous ne souhaitez pas utiliser la traduction automatique mais traduire vous-même l'enquête ou la faire traduire
par une autre personne (traducteur), vous devez alors exporter le questionnaire dans la langue de référence
(langue source). Pour ce faire, après avoir défini les différentes langues qui seront utilisées, indiquez la langue de

référence grâce au bouton (vous allez être redirigé sur le formulaire de la langue

de référence). Ensuite, toujours dans l'onglet Langues, cliquez sur , choisissez les langues à exporter, puis
validez. Si vous choisissez un export Excel, sur la première feuille du classeur, vous retrouverez une langue par
colonne. Vous devez directement faire la traduction dans ce fichier en vous référant à la première colonne qui
présente toutes les parties, questions et modalités dans la langue de référence.
Une fois la traduction faite pour chacune des langues dans le fichier Excel, vous devez importer la traduction

dans le logiciel Sphinx iQ. Pour ce faire, toujours dans l'onglet Langues, cliquez sur . Dans la fenêtre qui
s'affiche indiquez le fichier (Excel) dans lequel les traductions ont été faites. Indiquez ensuite les langues que vous
souhaitez importer. Ainsi vous avez dans le logiciel Sphinx iQ les traductions que vous avez faites, et pouvez après
publication, diffuser les différentes versions du questionnaire aux répondants.

65
PARTIE 3 : DIFFUSION ET COLLECTE

La diffusion du questionnaire est une étape qui suit naturellement celle de la conception. Pour les enquêtes Web,
elle consiste à mettre en ligne le questionnaire afin de pouvoir le communiquer aux répondants. Suite à la
diffusion de l’enquête en ligne, il est possible de télécharger les données collectées et stockées en ligne depuis le
logiciel Sphinx iQ afin de pouvoir les exploiter en local. Pour les enquêtes papier, elle revient à saisir ou à scanner
les questionnaires remplis en face à face, suite à un courrier postal ou à une enquête auto-administrée. Dans ces
deux cas, les données sont alors exploitables dans Sphinx iQ pour d’éventuelles analyses. Enfin, l'importation de
fichiers de données créées indépendamment du logiciel est possible également.
Le stade Diffusion et Collecte accessible depuis le panneau d’accueil propose quatre assistants correspondant à
ces situations.
 Saisie : Dans le cadre d’une enquête papier, pour créer des nouvelles observations ou éditer des
observations existantes,
 Internet : Pour mettre en ligne votre formulaire et pouvoir récupérer sur votre poste les réponses
collectées en ligne sur votre compte
 SphinxOnline : Impoter des données Pour importer des observations à partir de fichiers
externes (Excel, csv, ou bases de données)
 Importer des données : Pour importer des observations à partir de fichiers externes (Excel, csv, ou bases
de données)
 Acquisition Scanner : Pour enregistrer les observations en scannant les questionnaires de type papier (le
formulaire doit être rédigé au format « Scanner »).

1. SAISIR ET CONSULTER LES OBSERVATIONS


Cette partie vous permet de saisir et enregistrer dans Sphinx iQ les réponses collectées par questionnaire papier
ainsi que de consulter et modifier les observations préalablement saisies. Cette partie est composée de deux
environnements distincts, le mode rapide et le mode formulaire.
C om m e nt y a cc éd e r ?
 Depuis le panneau d’accueil,
 Cliquez sur le stade Diffusion et Collecte,
 Puis Saisie.

66
1.1. M O D E R AP I D E
Le mode rapide vous permet de saisir, modifier, ou consulter des observations à partir d’un environnement
basique. Son utilité réside dans la rapidité et la simplicité d’exécution.

1.2. M O D E F O RMU L A I R E
Le mode formulaire vous permet de saisir, modifier, ou consulter des observations à partir du formulaire par
défaut ou d’un des formulaires que vous avez crée (formulaire personnalisé).

1.3. M O D E S OP É R AT O I R E S
Pour utiliser l’environnement de saisie, depuis le panneau d’accueil, cliquez sur le bouton Saisie de l’onglet
Diffusion et Collecte.
Vous arrivez sur la boîte de dialogue suivante :

67
1 Renseigner le type d’action que vous voulez effectuer. Saisir signifie rajouter des nouvelles observations dans
votre enquête alors que Consulter/Modifier vous permet de visualiser l’ensemble des réponses locales et/ou de
les modifier.
2 Le mode rapide vous envoie sur un environnement basique de gestion de vos observations. A savoir que dans
ce mode, dans le cas d’une question multiple qui possède moins de 10 modalités, taper le numéro de la
modalité permet de directement valider son choix et passer à la variable suivante. Si la variable possède plus de
10 modalités, il faudra appuyer sur Entrer pour valider son choix. Toujours dans le cas d’une question multiple,
taper 0 puis Entrer permet de laisser la variable à non réponse.
3 Le mode formulaire vous permet d’ouvrir l’un de vos formulaires (par défaut ou personnalisé),
4 Dans le cas d’une enquête multilingues, vous pouvez sélectionner une langue dans laquelle apparaissent les
questions dans le mode formulaire.
MODE RAPIDE

68
MODE FORMULAIRE

MODE RAPIDE

69
MODE FORMULAIRE

1.4. M ET T R E EN L I G N E L ’ E N QU ÊT E
Cette partie vous permet de mettre en ligne votre enquête sur votre compte SphinxOnline. Celle-ci pourra ainsi
être diffusée à tous vos répondants, les réponses collectées seront enregistrées également sur votre compte en
ligne.
Mettre en ligne l’enquête se compose de deux parties distinctes, le cas d’une première publication et le cas
d’une publication d’une enquête déjà publiée sur votre compte SphinxOnline au préalable.
C om m e nt y a cc éd e r ?
 Depuis le panneau d’accueil,
 Cliquez sur le stade Diffusion et Collecte,
 Puis Internet,
 Puis Publier mon enquête.

1.5. M O D ES O P É RA T O I R E S
Pour utiliser l’environnement de saisie, depuis le panneau d’accueil, cliquez sur le bouton Saisie de l’onglet
Diffusion et Collecte.
Vous arrivez sur la boîte de dialogue suivante :

70
1 Renseigner le type d’action que vous voulez effectuer. Saisir signifie rajouter des nouvelles observations dans
votre enquête alors que Consulter/Modifier vous permet de visualiser l’ensemble des réponses locales et/ou de
les modifier.
2 Le mode rapide vous envoie sur un environnement basique de gestion de vos observations. A savoir que dans
ce mode, dans le cas d’une question multiple qui possède moins de 10 modalités, taper le numéro de la
modalité permet de directement valider son choix et passer à la variable suivante. Si la variable possède plus de
10 modalités, il faudra appuyer sur Entrer pour valider son choix. Toujours dans le cas d’une question multiple,
taper 0 puis Entrer permet de laisser la variable à non réponse.
3 Le mode formulaire vous permet d’ouvrir l’un de vos formulaires (par défaut ou personnalisé),
4 Dans le cas d’une enquête multilingues, vous pouvez sélectionner une langue dans laquelle apparaissent les
questions dans le mode formulaire.
1.6. P U B L I E R L ’ E N QU ÊT E
Publier mon enquête est accessible depuis le panneau d'accueil Diffusion et Collecte. Il est également possible
de Publier via l'environnement des Questionnaires et des Tableaux de bord (bouton Publier).
La publication s’effectue de la manière suivante, quel que soit le serveur de publication auquel vous souscrivez
(SphinxOnline, VIP, serveur Sphinx Connect).
Vous arrivez sur une boîte de dialogue qui suit :

71
Indiquez les informations associées à votre compte :
 Nom du serveur,

Le menu déroulant permet de sélectionner le serveur sur lequel sera publiée votre enquête. Par
défaut, SphinxOnline est sélectionné.
Si vous disposez d'un compte limité dans le temps (mensuel, annuel…), sélectionnez VIP SphinxOnline dans
la liste des serveurs.
Il est également possible de saisir manuellement l'adresse d'un autre serveur (Sphinx Connect).

 Identifiant et mot de passe du compte.


Vous avez la possibilité de modifier le nom que prendra votre étude sur internet via l’option « Nom de l’enquête ».
Ce nom sera apparent dans l’URL que vous allez obtenir suite à cette publication et sera visible par les
répondants.
Le bouton « Proxy… », vous donne la possibilité d’indiquer vos informations de proxy, passerelle entre votre réseau
et internet (Hôte, identifiant et mot de passe). Cliquez sur « Suivant » pour passer à la prochaine étape.

72
Cette fenêtre détecte automatiquement si votre enquête a déjà été publiée ou s’il s’agit d’une première mise
en ligne. Dans le cas d’une première publication, vous ne pourrez que Publier l’enquête, sur votre compte. Si
l’enquête a déjà été publier, consultez l’article Republier une enquête.
L’option «Publier les réponses locales» vous permet de publier en ligne les réponses que vous avez sur votre poste.
Ainsi, si votre enquête en local possède 50 réponses, elles seront publiées si vous cochez cette option. Sinon,
seule l’enquête sera publiée sur le serveur.
Cliquez sur « Suivant » et vous arrivez sur une page récapitulative des choix effectués.

Terminez la publication en cliquant sur le bouton « Terminer ».

73
Une fois votre enquête publiée, vous arrivez sur cette boîte de dialogue vous permettant d’accéder aux
différents liens relatifs à votre enquête (les différents formulaires, la table de données contenant les observations
collectées…).
Vous pouvez également accéder à votre compte Sphinx Online, soit en cliquant sur le lien votre gestionnaire de
compte, soit en cochant l’option Accéder directement au gestionnaire de compte, votre compte s’ouvrira
automatiquement à partir de votre navigateur internet après avoir cliqué sur OK.
1.7. R E P U B L I CA T I ON
Une enquête publiée en ligne peut être republiée à tout moment pour mettre à jour les formulaires, les réponses
et les tableaux de bord. Pour republier une enquête, dans le stade Diffusion et Collecte, cliquez sur Publier mon
enquête.
La boîte de dialogue suivante apparaît :

Indiquez les informations liées associées à votre compte et à votre enquête :


 Nom du serveur,
 Nom de l’enquête publiée,
 Identifiant et mot de passe du compte.

Le compte et le nom de l’enquête doivent être similaires à ceux de l’enquête à republier. Dans le cas
inverse, il s’agira d’une simple publication.

74
L’étape suivante propose deux options de publication :
Remplacer l’enquête
 Supprime l’enquête qui se trouve sur le serveur et la remplace par l’enquête locale (formulaires, réponses
et tableaux de bord)
Si vous cochez l’option « Réinitialiser le fichier de réponses sur le serveur », l’enquête sera publiée sans les réponses
locales et les réponses se trouvant sur le serveur seront supprimées.
Mettre à jour l’enquête
 Publie votre enquête locale en la fusionnant avec l’enquête déjà présente en ligne. Les éléments de
l’enquête locale qui ne sont pas présents sur l'enquête en ligne y sont ajoutés.

NB : Cette option de publication conservera toujours un maximum d’information (modalités, questions,


réponses, tableaux de bord) sur l’enquête en ligne.

Si vous cochez l’option « Modifier le fichier de réponses sur le serveur », le fichier de réponses en ligne sera
complété avec les réponses locales.

NB : Si une même observation est présente en ligne et en local, la réponse conservée est la plus récente
(vérification basé sur la valeur de la variable « DATE_MODIF »).

1.8. I M P O R T E R D E S D ON N ÉE S
Cette partie vous permet de télécharger des données et les ajouter à votre enquête en local. Elle propose deux
modes d’importation distincts : l’importation des données par internet, c'est-à-dire à partir de votre enquête
publiée sur votre compte Sphinx Online, et l’importation de données externes, comme des fichiers Excel, des
bases de données ou encore des études statistiques.

75
1.9. M O D ES O P É RA T O I R E S
Pour utiliser l’environnement de saisie, depuis le panneau d’accueil, cliquez sur le bouton Saisie de l’onglet
Diffusion et Collecte.
Vous arrivez sur la boîte de dialogue suivante :

1 Renseigner le type d’action que vous voulez effectuer. Saisir signifie rajouter des nouvelles observations dans
votre enquête alors que Consulter/Modifier vous permet de visualiser l’ensemble des réponses locales et/ou de
les modifier.
2 Le mode rapide vous envoie sur un environnement basique de gestion de vos observations. A savoir que dans
ce mode, dans le cas d’une question multiple qui possède moins de 10 modalités, taper le numéro de la
modalité permet de directement valider son choix et passer à la variable suivante. Si la variable possède plus de
10 modalités, il faudra appuyer sur Entrer pour valider son choix. Toujours dans le cas d’une question multiple ,
taper 0 puis Entrer permet de laisser la variable à non réponse.
3 Le mode formulaire vous permet d’ouvrir l’un de vos formulaires (par défaut ou personnalisé),
4 Dans le cas d’une enquête multilingues, vous pouvez sélectionner une langue dans laquelle apparaissent les
questions dans le mode formulaire.
1.10. T É L ÉC H A R G E R D ES D O N NÉ E S DE PU I S L E C OM PT E E N L I G NE
C om m e nt y a cc éd e r ?
 Depuis le panneau d’accueil,
 Cliquez sur le stade Diffusion et Collecte,
 Puis Internet,
 Puis Télécharger des données.
Télécharger des données est accessible depuis le stade Diffusion et Collecte du panneau d’accueil. Vous arrivez
sur la boite de dialogue suivante :

76
Indiquez les informations liées associées à votre compte et à votre enquête:
 Nom de l’enquête publiée,
 Nom du serveur,
 Identifiant et mot de passe du compte.
Le bouton « Proxy… », vous donne la possibilité d’indiquer vos informations de proxy, passerelle entre votre réseau
et internet (Hôte, identifiant et mot de passe). Cliquez sur « Suivant » pour passer à la prochaine étape.

Deux options sont possibles, vous pouvez soit remplacer vos données locales par celles présentes sur le serveur
(attention, vos données locales seront perdues), soit fusionner vos données locales avec celles du serveur (seules
les données qui sont présentes sur le serveur et pas en local seront importées, conservant ainsi vos données
locales).

77
Cette fenêtre récapitule les informations de téléchargement (enquête, compte, action), cliquez sur terminer
pour quitter l’assistant et les données seront téléchargées et ajoutées automatiquement sur votre enquête en
local.
1.11. I M P O R T E R D E S D ON N ÉE S P A R S OU R CE S EX T E R N E S
C om m e nt y a cc éd e r ?
 Depuis le panneau d’accueil,
 Cliquez sur le stade Diffusion et Collecte,
 Puis Importer des données.
Vous arrivez sur la boite de dialogue suivante vous permettant de choisir le type de fichier externe que vous
souhaitez importer (type fichier Excel ou base de données) :

Vous aurez à choisir le type de fichier que vous désirez importer (dans notre exemple nous allons importer un
ficher Excel).

78
L’étape suivante vous permet de charger le fichier à importer, pour cela cliquez sur le bouton Parcourir. Vous
devez également dans le cas d’un fichier Excel sélectionner la feuille à utiliser.

La troisième étape vous donne la possibilité d’ignorer certaines lignes de votre fichier (lignes vides), de configurer
le format de vos non-réponses et de vos questions à choix multiples (par exemple en regroupant les colonnes de
même nom). Il permet également de définir la première et la deuxième ligne de votre fichier comme contenant
respectivement le nom des variables et leur libellé.

79
L’étape suivante vous permet de vérifier si toutes les colonnes de votre fichier Excel sont bien associées à des
variables de votre enquête.
Pour cela, cliquez sur une colonne pour accéder aux 3 options proposées :
 Ignorer : vous permet d’ignorer la colonne concernée afin qu’elle ne soit pas importée dans Sphinx iQ,
 Affecter à : vous permet d’associer la colonne sélectionnée à une variable de votre enquête, (Si vos
intitulés de colonnes correspondent exactement aux noms de variables dans votre enquête, cette
option sera automatiquement cochée et proposera automatiquement la variable de votre enquête du
même nom),
 Créer : vous donne la possibilité de créer une variable dans l’enquête si la colonne de votre fichier ne
peut être pas être associée à une variable de l’enquête.

La cinquième étape est une étape intermédiaire vous présentant les éventuelles erreurs et incohérences entre le
fichier que vous souhaitez importer et votre enquête Sphinx iQ (erreur type : une variable fermée unique dans
votre enquête locale contient plusieurs réponses dans le fichier de données). Vous pouvez soit mettre les
données concernées par une erreur à non réponse (cellule vide) soit rectifier automatiquement les données.

80
La dernière étape vous propose plusieurs choix :
 Créer de nouvelles observations (avec possibilité de supprimer les observations déjà présentes dans
l’enquête, attention cette option supprime toutes vos observations présentes ainsi votre enquête ne
contiendra que les observations importées à partir du fichier Excel),
 Modifier les observations existantes de l’enquête en utilisant comme référence l’ordre des observations
ou la valeur unique à une question (exemple : un code client). Si dans votre fichier de données, les
valeurs d’une variable sont différentes des valeurs de la même variable dans iQ, alors se sont les valeurs
du fichier de données (Excel par exemple) qui viendront remplacer celles de votre jeu de données dans
Sphinx iQ.
 Vous pouvez également activer l’option « Créer des modalités pour les nouvelles valeurs des questions
fermées » afin d’ajouter de nouvelles réponses (présentes dans votre fichier à importer) dans les questions
fermées de votre enquête (par exemple, dans votre fichier importé, une question fermée unique
(Oui/Non) a la valeur « Ne sait pas ». Cette modalité sera ajoutée comme nouvelle modalité à votre
variable dans Sphinx iQ, qui proposera ainsi les modalités « Oui », « Non » et « Ne sait pas »).
 Recalculer tout permet de recalculer automatiquement les valeurs d’une variable calculée (moyenne
entre plusieurs variables par exemple). A savoir qu’il vous est possible de relancer le calcul d’une variable
calculée en cliquant sur le bouton Calcul avancé de l’onglet Données.
Terminez l’assistant afin d’effectuer l’import de données externes dans votre enquête Sphinx iQ.
1.12. A C QU I S I T I O N S CA N NE R
Le rôle de ce module est de récupérer dans iQ les réponses à des questionnaires papiers, il se présente comme
une option du logiciel Sphinx iQ dans lequel il s'intègre totalement. Dès lors que le module est installé, les
fonctions "Scanner" sont activées dans les Formulaires personnalisés et au niveau du stade « Diffusion et Collecte »
:
 Au stade de la définition des formulaires personnalisés, pour imprimer les éléments nécessaires à la
lecture automatique.
 Au stade de la saisie, pour lancer la lecture proprement dite.
C om m e nt y a cc éd e r ?
 Depuis le panneau d’accueil,
 Cliquez sur le stade Diffusion et Collecte,
 Puis Acquisition Scanner.
1.13. D É T E RM I N E R LA T A I L L E D 'U N ÉC H A NT I L L O N
Dans le cadre d’un sondage, vous pouvez avoir besoin de calculer la taille de l’échantillon nécessaire en
fonction de l’erreur d’estimation acceptée.
Afin de faciliter cette étape, nous mettons à votre disposition un outil en ligne permettant de calculer cette taille
de l’échantillon :
http://www.sphinxonline.net/sphinx/aide/calculechantillon.htm

81
1.14. C A L CU L E R L A P R É C I S I O N D 'U N ÉCH A NT I L L O N
Lorsque l’enquête est diffusée à un échantillon, il est possible d’estimer le taux de précision, qui correspond à
l’intervalle de confiance accordé aux résultats obtenus auprès de l’échantillon, par rapport aux résultats qui
auraient été obtenus sur l’ensemble de la population-mère.
Pour ce faire, le lien suivant vous permet de calculer la précision de l’échantillon et l’intervalle de confiance de
vos résultats :
http://www.sphinxonline.net/sphinx/aide/precisionechantillon.htm

82
PARTIE 4 : GESTION DE DONNÉES

La gestion de données permet de prendre connaissance de manière détaillée des données pour
éventuellement en ajouter ou les modifier, les supprimer, les transformer. Elle se décompose en quatre grandes
parties :
 le tableur,
 la qualification des données,
 le redressement des données,
 la préparation des données.
Le tableur restitue sous forme de tableau les réponses faites par les répondants.
La qualification des données permet de repérer les observations singulières et éventuellement à modifier
certaines données (les non-réponses, les observations peu documentées…) afin d’établir la qualité globale du
jeu de données.
Le redressement des données consiste à définir des poids à chaque répondant en fonction de la catégorie à
laquelle il appartient.
La préparation des données permet de transformer, combiner des variables, ou de créer de nouvelles variables
sur la base de calculs personnalisés. Il est également possible de procéder à des fusions, imports etc.
1. TABLEUR
Le tableur restitue les données renseignées par les répondants sous forme d'un tableau de n lignes et m colonnes
dans lequel « n » correspond au nombre d’observations et « m » au nombre de variables de l’étude. Son utilité est
démontrée dans la phase de gestion des données pour visualiser, vérifier, transformer, exporter les données, et les
préparer aux analyses
C om m e nt y a cc éd e r ?
 Depuis le panneau d’accueil,
 Cliquez sur le stade Gestion de données,
 Puis Tableur.

83
1.1. E N V I R O N NE ME NT
L ’ e nv i ro n nem e nt e st c om p o s é :

1 d’une zone de travail centrale, dans laquelle une colonne correspond à une variable de l’enquête. Pour
chaque variable, il est possible d’effectuer les opérations suivantes :
2 d’un ruban (bandeau) horizontal de quatre onglets (Accueil, Données, Textes, et Affichage),
3 d’un explorateur latéral de trois parties (Variables, Strates, Langues).
La partie Variables de l’explorateur liste les variables de l’étude afin de pouvoir les afficher ou les masquer dans
la zone de travail centrale.

84
La partie Strates permet de créer puis de sélectionner une strate afin d’afficher les observations sur un profil
donné. (Par exemple : pour une enquête diffusée dans plusieurs pays, faire afficher uniquement les observations
des répondants français, ou plus simplement afficher uniquement les réponses des hommes).

La partie Langues permet de changer la langue des données affichées, dans le cas d’une enquête multi
langues.

1.2. B A N D EA U
Le bandeau de l’environnement Tableur est composé de quatre onglets (Accueil, Données, Textes, Affichage).
O n gl et A cc uei l
Regroupe les fonctions les plus fréquemment utilisées en ce qui concerne la gestion « simple » des données (en
ajouter, en supprimer, les trier…).

 Le groupe Accès directs comprend des fonctions permettant d’accéder au panneau d'accueil ou à
d'autres environnements.
 Le groupe Presse-papier propose les fonctions couper, copier, coller.
 Le groupe Modification permet de déverrouiller le tableau de données afin de pouvoir modifier les
données, ou ajouter/supprimer des observations.
 Le groupe Exporter offre la possibilité de sauvegarder la base de données dans un fichier Excel.

85
 Le groupe Edition comprend des fonctions permettant de trier, rechercher, remplacer ou supprimer des
données.
O n gl et D o nn é es
Propose les fonctions permettant principalement de modifier les variables et le jeu de données, et de gérer les
données.

 Le groupe Données comprend deux accès pour visualiser sous forme graphique la qualité de votre jeu
de données, ou pour préparer les données à la phase d’analyses (vérifier l’orthographe, « dédoublonner
», combiner des variables…).
 Le groupe Modifier les variables propose les fonctions calculer (créer une variable, fusionner des
variables…), transformer et combiner des variables. Enfin la fonction calcul avancée permet de créer
une nouvelle variable à partir d’un calcul sur une/des variable(s) existante(s).
 Le groupe Modifier le jeu de données permet de trier les données, repérer et supprimer les doublons,
redresser les données (définir des quotas) et améliorer la qualité du jeu de données (qualifier les
données).
 Le groupe Gestion de données propose d’importer des données, de générer automatiquement des
réponses, et de comparer, fusionner et rassembler les réponses avec celles d’une autre enquête.
 Le groupe Changer l’unité statistique permet de changer l’unité d’analyse des données, soit en
regroupant, éclatant ou divisant les données.
O n gl et T ex t es
Propose un ensemble de fonctions permettant de visualiser et analyser les variables de type texte.

 Le groupe Préparation des textes comprend les fonctions permettant de traduire des données textes, de
vérifier l’orthographe, de les lemmatiser (infinitif, masculin, singulier) et de les caractériser (créer des
variables lexicales).
 Le groupe Textes propose une fonction Verbatim permettant de choisir les variables texte que l’on
souhaite visualiser dans la zone de travail.

86
L ’ o n gl e t A f fi ch a g e
Permet de gérer l’affichage des différents éléments de l’écran.

 Le groupe Présentation permet de modifier l’affichage des données dans le tableur (augmenter ou
réduire le nombre de lignes de texte par cellule, présenter le numéro des modalités au lieu de leur
nom…).
 Le groupe Cellules permet de définir la hauteur et la largeur du tableau.
 Le groupe Afficher propose de masquer/afficher les parties de l’explorateur latéral (Strates et Langues).

2. CALCULER UNE VARIABLE


Cet assistant permet de mettre en place un calcul (nouvelle variable calculée) sur une/des variable(s)
préexistante(s) dans l’enquête. Pour calculer une variable, procédez ainsi :
 Depuis l’onglet Données, cliquez sur Calculer

L’assistant vous propose de sélectionner une des six fonctions de calcul :


 Age : permet de calculer la différence entre une variable de type date (année de naissance) et la date
courante (date du jour).
 Durée : permet de calculer la différence entre deux variables de type date.
 Somme : pour calculer la somme des valeurs effectives de plusieurs variables numériques, ou échelles
(pour les variables échelles, il faut préalablement affecter un barème).
 Moyenne : pour calculer la moyenne des valeurs effectives de plusieurs variables numériques, ou
échelles (traiter les échelles en nombre).
 Ecart-type : permet de calculer l’écart-type des valeurs effectives de plusieurs variables numériques, ou
échelles (pour les variables échelles, il faut préalablement affecter un barème).
 Variable centrée réduite : pour calculer une variable indépendante de l’unité, avec la même moyenne
et la même dispersion.
 Il est important de noter que la variable créée ne garde pas en mémoire le calcul. De ce fait, en cas
d’ajout d’observations après création de la variable, celle-ci ne sera pas mise à jour, et les calculs ne
seront pas effectués sur les nouvelles réponses.
87
Dans cet exemple, nous souhaitons calculer le budget moyen de boissons consommées, tous types de boissons
confondus.

3. TRANSFORMER UNE VARIABLE


La transformation des variables propose plusieurs possibilités : gérer les modalités d'une question fermée, créer
des classes pour catégoriser les questions numériques, regrouper des codes ou des dates, extraire les informations
contenues dans les questions texte, ou changer le type de la variable. Pour transformer une variable, procédez
comme suit :
 Dans l’onglet Données, cliquez sur Transformer
Vous arrivez sur un assistant qui, en fonction du type de la variable sélectionnée, vous permet de choisir le type
de transformation que vous désirez effectuer.

88
La transformation Changer le type est la seule fonction sélectionnable pour tous les types de variables. Elle
permet de modifier le type d’une variable, par exemple changer une question fermée unique en question
fermée multiple. Pour les autres types de transformation :
 Gérer les modalités : pour les variables de type fermé et échelle. Permet de modifier, ordonner,
regrouper ou supprimer des modalités.
 Mettre les nombres en classes : pour les variables numériques. Permet de créer des classes d’intervalles.
Par exemple, à partir d’une variable numérique « Age » vous allez créer les classes « Jeunes » pour les
moins de 18 ans, « Jeunes actifs » pour les 18-25 ans etc…
 Regrouper les codes : pour les variables codes. Permet par exemple pour une variable de type code
postal, de regrouper ces codes selon le nom de leur région respective.
 Extraire de l’information des textes : pour les variables textes. Permet d’identifier les thèmes principaux
d’une variable texte (à l’aide d’un dictionnaire), de créer des variables lemmatisées (chaque mot est
remplacé par sa racine) et de mesurer la richesse, la banalité et la longueur des mots de cette variable.
Les différents types de transformations sont détaillés plus bas, dans la partie Modes opératoires.

Dans cet exemple ci-dessus, nous souhaitons transformer une variable fermée unique (une seule réponse
possible) en fermée multiple (plusieurs réponses possibles), nous indiquons pour cela le nombre de réponses
possibles de la variable transformée (6).
4. COMBINER DES VARIABLES
Cet assistant permet de créer une nouvelle variable à partir d’une combi naison de plusieurs variables choisies.
Pour accéder à cet assistant, procédez ainsi :
 Depuis l’onglet Données, cliquez sur Combiner
Vous arrivez sur une boîte de dialogue dans laquelle vous pouvez sélectionner un type de combinaison de
variables parmi les quatre premières propositions :

89
 Créer une variable « profils » : vous permet de créer une variable fermée dont les modalités
correspondent à des conditions fixées par l’utilisateur (strate ou profil). Ainsi les strates déjà définies
apparaissent. La nouvelle variable fermée est définie par les modalités sélectionnées parmi les strates, si
nécessaire on créera un nouveau profil pour créer une autre modalité.
 Fusionner plusieurs variables fermées : plusieurs types de fusion vous sont ensuite proposés :
- Fusion simple : les modalités de la nouvelle variable fermée multiple sont toutes celles des variables
sélectionnées.
- Fusion composée : les modalités de la nouvelle variable fermée multiple sont les modalités différentes
des variables sélectionnées.
- Fusion croisée : les modalités de la nouvelle variable fermée unique croisent les modalités des variables
sélectionnées.
- Fusion multiple : les modalités de la nouvelle variable fermée multiple sont les noms des variables
sélectionnées.
 Transposer plusieurs variables fermées : créer un ensemble de variables ayant pour nom les modalités
des variables sélectionnées.
 Concaténer les textes des réponses : créer une variable texte qui rassemble les contenus des réponses
des variables sélectionnées.
Toutes ces combinaisons sont détaillées plus bas dans la partie Modes opératoires

5. DÉDOUBLONNER
Cette opération permet de repérer les observations identiques sur une variable donnée, et donne la possibilité
de conserver une observation unique en se basant sur l'ordre d'enregistrement.
Le repérage des doublons crée une variable appelée POSITION qui permet de catégoriser les observations. Elle a
quatre valeurs possibles : Unique pour indiquer les observations qui ne sont pas en double, Mini, Maxi et
éventuellement Inter pour désigner les observations qui ont des doublons. La suppression des observations
s’effectue par élimination des premières ou dernières réponses selon le choix de l'utilisateur.
P o ur d éd o ub l o n ne r , p ro cé d ez ai n si :
 Dans l’onglet Données, cliquez sur Dédoublonner
Vous arrivez sur une boîte de dialogue vous proposant deux types d’actions, repérer les doublons ou supprimer
les doublons.

90
R e p é r er l es d o ubl o n s

1 Sélectionnez la variable dont vous souhaitez repérer et/ou supprimer les éventuels doublons, (vous pouv ez
également sélectionner plusieurs variables : par exemple « email » et « nom » si l’on considère que plusieurs
personnes peuvent avoir la même adresse email)
2 Choisissez le type d’action à effectuer, Repérer les doublons ou Supprimer les doublons,
3 Déterminer la position des doublons trouvés.
Si vous avez choisi de déterminer la position des doublons par rapport à l’ordre d’enregistrement des
observations, une variable IDEM sera créée, dans laquelle apparaîtra le numéro de la première observation
identique par rapport à la variable sélectionnée. Une deuxième variable POSITION vous indiquera « l’état » de
chaque observation. Cette variable a quatre valeurs possibles :
 Unique : signifie que l’observation ne possède aucun doublon
 Mini : signifie que l’observation est la première observation d’une liste de doublons
 Inter : l’observation est un doublon intermédiaire de la liste de doublons
 Maxi : l’observation est la dernière observation d’une liste de doublons
A noter que vous pouvez lister les doublons soit par l’ordre d’enregistrement des observations (pour trois
doublons, l’observation qui contiendra la modalité MINI sera donc celle ayant été enregistrée en premier) soit
par la valeur d’une variable à sélectionner, par exemple la variable CLE, ainsi les doublons seront classés selon la
valeur de cette variable.

91
S u p p ri m er l es d ou bl o n s

Dans notre exemple, nous souhaitons démarrer une phase d’e-mailing. Cependant, il est possible que notre jeu
de données contienne plusieurs fois la même adresse e-mail ce qui engendrerait plusieurs envois à la même
personne. Afin d’éviter cela, nous allons supprimer tous les doublons sur la variable email afin de s’assurer que
notre jeu de données contient une seule fois chaque email, et ainsi que chaque personne soit consul tée une
seule fois.
Dans le cas de deux doublons, il est possible soit de conserver la première réponse (Mini), soit la dernière (Maxi)
lors de la suppression des doublons. Lorsque vous cliquez sur ok, cela générera un nouveau fichier .sphx afin de
ne pas écraser vos données actuelles. Dans le cas ou il existe au moins trois doublons (le même email est par
exemple présent trois fois dans la base de données), alors il est nécessaire de supprimer toutes les observations
mentionnées comme « Inter » et de supprimer l’observation « Mini » ou « Maxi ».

6. REDRESSER
Cet outil permet de définir des quotas pour redresser l’échantillon et en assurer la bonne représentativité. Pour ce
faire, procédez comme suit :
 Depuis l’onglet Données, cliquez sur Redresser
Vous arrivez sur la boîte de dialogue suivante :

92
Dans notre exemple, nous avons sélectionné la variable relative au pays (County_name) car nous souhaitons
que notre échantillon total contienne 20% de
répondants français, 25% de répondants allemands, etc.
Il est également possible de mettre en place un redressement sur deux variables (par exemple « Genre » et « Age
»)

7. QUALIFIER
Qualifier les données permet de repérer/supprimer les valeurs aberrantes. Pour accéder à cet assistant, procédez
de la manière suivante :
 Dans l’onglet Données, cliquez sur Qualifier
 Vous arrivez sur la boîte de dialogue ci-dessous qui vous permet d’établir la qualité globale de votre jeu
de données parmi un choix de quatre options.

 Repérer les observations singulières ou trop peu documentées : permet, selon les variables sélectionnées,
d’identifier les observations pas assez documentées, les observations dont les valeurs sont trop rares ou
éloignées de la moyenne, ou dont les échelles sont documentées de manière systématique.
 Remplacer les non-réponses : pour remplacer les non-réponses (cellules vides) soit par la moyenne des
observations, soit par la valeur de l’observation précédente.
 Repérer les variables non-pertinentes : permet d’identifier les variables peu documentées ou ayant trop
peu de variance.
 Extraire un échantillon cylindré : pour créer un sous ensemble de variables pertinentes (ce sous ensemble
ignore les variables trop peu documentées) et créer un échantillon ne prenant en compte que les
observations entièrement documentées.

8. SÉLECTIONNER LES VARIABLES ET OBSERVATIONS À AFFICHER


Pour choisir les variables que vous voulez afficher dans la zone centrale, il vous suffit de cocher les variables dans
la partie Variables de l’explorateur latéral gauche (cet explorateur est présenté précédemment dans la partie
Environnement).

93
Notez qu'en faisant un clic-droit sur une variable de la liste (ou sur l'en-tête de colonne dans le tableur), il est
possible de la Modifier. Cela permet, par exemple, de modifier le nom d'une modalité ou le nom de la
variable.

9. AJOUTER / SUPPRIMER DES OBSERVATIONS


Pour ajouter une observation, depuis l’onglet Accueil, cliquez sur Ajouter une observation. Par défaut, cela
ajoutera une ligne à la fin du tableau. Vous n’aurez plus qu’à saisir les valeurs (réponses) pour chacune des
variables.

Pour supprimer des observations, vous avez deux possibilités.


Si vous souhaitez supprimer une seule observation, sélectionnez dans le tableau la ligne à supprimer puis dans
l’onglet Accueil, cliquez sur le bouton Supprimer.
Si vous voulez supprimer un ensemble d’observations en une seule fois, dans l’onglet Accueil, cliquez
surSupprimer des observations. Vous arrivez sur une boîte de dialogue dans laquelle vous renseignez les
observations que vous voulez enlever.

94
Vous pouvez :
 Supprimer toutes les observations de votre jeu de données
 Supprimer un ensemble d’observations n à m (n et m étant les numéros des observations qui délimitent
l’ensemble à supprimer)
 Supprimer les observations qui correspondent à une condition à définir (par exemple on supprime toutes
les observations telles que la variable Genre = Homme)
 Supprimer toutes les observations qui ne font pas partie de la Strate (profil) sélectionnée
 Supprimer n observations de manière aléatoire (n étant à définir)

10. TRIER, FILTRER, REPÉRER DES OBSERVATIONS


Depuis l’onglet Accueil, cliquez sur le bouton Trier et filtrer ou Repérer.

La fonction de tri et de filtrage vous permet de modifier l’ordre d’affichage des observations dans le tableur. Pour
trier les observations d’une variable dans l’ordre croissant ou décroissant, sélectionnez la colonne
correspondante dans le tableur puis définissez un ordre de tri à partir du bouton Trier et Filtrer.
Pour définir un mode de tri plus personnalisé, cliquez sur Trier et Filtrer, puis sur Tri personnalisé. Vous arrivez sur la
boîte de dialogue suivante, et pouvez définir l’ensemble des tris que vous voulez effectuer.

1 Sélectionnez la variable sur laquelle va porter le tri, et le sens du tri. Cliquez sur pour ajouter un nouveau tri
et sur pour supprimer un tri. Le tri se fera d’abord sur la première variable choisie puis en fonction de la
seconde.
Pour repérer des observations, c'est-à-dire les rendre plus visibles à l’écran en coloriant les cellules du tableur,
cliquez sur le bouton Repérer, toujours depuis l’onglet Accueil. Vous arrivez sur la boîte de dialogue qui suit, vous
permettant de définir des conditions de coloration des cellules.

95
Dans notre exemple, nous recherchons tous les répondants masculins, pour cela nous définissons un profil à
repérer tel que la variable qui correspond au genre des répondants prenne la valeur « HOMME »

1 Vous avez la liste des conditions que vous aurez créée. Pour ajouter une nouvelle condition cliquez sur et

pour en supprimer cliquez sur .


2 Sélectionnez l’option de repérage des observations. Vous pouvez, comme dans cet exemple, choisir un profil
que vous avez créé. Vous pouvez aussi choisir de faire apparaître les non-réponses (cellule vide), un mot en
particulier ou bien une liste d’observations.
3 Cliquez sur Définir pour choisir les conditions de coloration des cellules.
Par ailleurs, il vous est également possible d’ajouter un filtre sur une variable pour afficher uniquement les
observations que vous souhaitez visualiser. Pour cela, cliquez sur le bouton de la colonne sur laquelle vous
souhaiter ajouter le filtre.

11. EXPORTER LA BASE DE DONNÉES DANS MICROSOFT OFFICE


 Dans l’onglet Accueil, cliquez sur le bouton Exporter.

Vous arrivez sur une boîte de dialogue vous permettant de définir les données que vous souhaiter voir apparaître
dans le fichier Excel qui va être généré. Il vous est possible d’exporter uniquement les données affichées à
l’écran ou bien d’exporter l’ensemble des observations.

96
 L’ensemble des observations : pour exporter toutes les observations de votre jeu de données
 Le contenu du tableur : vous permet d’exporter uniquement les variables que vous avez sélectionnées
dans l’explorateur latéral de gauche (si vous avez sélectionné une strate, le contenu exporté en tiendra
compte)
 Les observations sélectionnées : pour exporter les observations (lignes) sélectionnées. Le mode de
sélection est le même que pour les sélections Excel (cliquez/glisser).
 Titre des colonnes : pour faire apparaître dans le fichier exporté le nom des variables (colonnes)
 Numéros des observations : permet d’ajouter dans le fichier une colonne contenant le numéro de
chaque observation.
 Conserver le repérage : vous permet d’afficher dans le fichier exporté la couleur sur les observations
repérées (voir mode opératoire Trier, filtrer et repérer des observations pour plus d’informations)
 Voir le fichier généré : ouvre automatiquement le fichier Excel généré.
Le fichier Microsoft Excel généré comportera deux feuilles : la première contient les données d'enquête que vous
souhaitez exporter ; la seconde regroupes des informations d'export : informations sur l'enquête (nom, date de
création, nombre d'obs.,...), informations
sur l'export (date d'export, nombre d'obs. exportées, strate,...), et une liste détaillée des variables exportées.

12. METTRE EN PLACE UN CALCUL PRÉDÉFINI


Mettre en place un calcul prédéfini consiste à utiliser les fonctions proposées par Sphinx iQ afin de calculer et
créer une nouvelle variable (moyenne, écart type, etc). Pour utiliser cette fonction, dans l’onglet Données,
cliquez sur le bouton Calculer.

Vous arrivez sur une boîte de dialogue dans laquelle vous pouvez choisir le type de calcul que vous souhaitez
mettre en place.
97
Choisissez une fonction de calcul à effectuer. Dans cet exemple, nous allons calculer la moyenne des valeurs de
deux variables (explication des autres calculs dans la partie Boîtes de dialogue).

Sélectionnez les variables pour lesquelles vous souhaitez calculer la moyenne des valeurs. Ici, nous souhaitons
calculer le budget moyen hebdomadaire de la consommation de thé et café.

98
Cet écran vous présente pour chaque observation la valeur calculée correspondant à sa consommation
moyenne hebdomadaire en thé et café.

1 Définissez le nom et le libellé de la nouvelle variable qui va être créée. Le libellé sert à donner des informations
sur la variable, qui apparaissent, par exemple, lors du passage de la souris sur l’icône .
2 Choisissez où vous désirez insérer cette variable dans la zone centrale de travail (au début, à la fin, avant la
variable).

13. GÉRER LES MODALITÉS


Rappel : La transformation Gérer les modalités est possible pour les variables de type échelle et fermée (unique
et multiple).
Vous pouvez soit regrouper, renommer, supprimer ou ordonner les modalités (pour rappel les modalités sont
toutes les valeurs/réponses possibles d’une variable), soit créer une variable pour chacune des modalités de la
variable sélectionnée (mode opératoire développé plus bas).
Dans le cas d’une variable fermée multiple, vous pouvez « Créer une variable contenant le nombre de réponses
effectives » (par exemple si pour une question le répondant peut faire au maximum trois choix, cette nouvelle
variable créée prendra comme valeur 0, 1, 2 ou 3 en fonction du nombre de choix fait par le répondant). Vous
pouvez également « Créer une variable à partir des combinaisons de ses modalités » (par exemple, dans le cas
où le répondant aurait sélectionné « Maison » et « Restaurant » à une question lui demandant à quel endroit il est
le plus susceptible de boire, la variable créée contiendra, pour cette observation, la modalité «
Maison_Restaurant »).
Le cas particulier d’une question fermée multiple ordonnée vous donne la possibilité de « Créer une variable pour
chaque rang ». (Si pour une question le répondant sélectionne « Maison » en premier et « Restaurant » en second,
l’assistant va créer deux variables qui auront pour modalité respectivement « Maison » et « Restaurant »).

99
R e g r o up er l es m o dal i t és
Nous allons regrouper, dans notre exemple, les images sélectionnées dans le mur d’images en fonction de leur
nature alcoolisée ou non.

Pour créer un groupe (regrouper les modalités), sélectionnez les modalités qui vous intéressent puis cliquez sur le
bouton . Dans notre exemple nous avons sélectionné toutes les modalités faisant référence à une image
représentant une boisson alcoolisée. Après sélection, le bouton nous a ainsi permis de regrouper ces
modalités dans le groupe que l’on a nommé « Alcoholic beverages ». Nous avons procédé de même pour les
boissons non alcoolisées et les images ne permettant pas de connaître la nature (alcoolisée ou non) de la
boisson représentée.

100
Une fois tous vos groupes créés (ici trois groupes), cliquez sur suivant.

Choisissez si vous souhaitez modifier la variable choisie en la recodant (la variable initiale sera perdue) ou si vous
voulez créer une nouvelle variable
Cliquez sur Terminer pour valider et quitter l’assistant.

101
C r ée r u ne v ari abl e p ou r c ha cu n e d e s m od al i té s

Il vous est également possible à partir de cet assistant de créer une variable fermée unique pour chacune des
modalités de la variable sélectionnée.
Deux possibilités s’offrent à vous :
 Les nouvelles variables créées contiendront les modalités « Oui » ou « Non » pour chacune des modalités
choisies sur la variable d’origine. Si sur votre variable d’origine, vous proposez deux modalités, par
exemple « Toujours » et « Jamais » et que le répondant sélectionne « Toujours ». Les deux nouvelles
variables qui seront créées dans votre jeu de données seront « Toujours » qui aura pour valeur « Oui », et «
Jamais » qui aura pour valeur « Non ».
 Les nouvelles variables créées contiendront, en fonction des modalités choisies sur la variable d’origine,
soit le nom de la modalité choisie, soit une non-réponse. Si sur votre variable d’origine, vous proposez
deux modalités, par exemple « Toujours » et « Jamais » et que le répondant sélectionne « Toujours ». Les
deux nouvelles variables qui seront créées dans votre jeu de données seront « Toujours » qui aura pour
valeur « Toujours », et « Jamais » qui sera à non-réponses (champ vide).

Dans le cas de la création de nouvelles variables, lorsque vous cliquez sur terminer, autant de variables vont être
créées que la variable d’origine possède de modalités. Si vous avez sélectionné Les modalités « Oui et Non », les
nouvelles variables créées auront pour modalités « Oui » ou « Non ». Si le répondant a choisi la modalité d’origine
alors la nouvelle variable correspondante prendra la valeur « Oui », dans le cas contraire elle prendra la v aleur «
Non ».

102
Si vous avez sélectionné « Une seule modalité du nom de la modalité d’origine », seule la variable correspondant
à la modalité de la variable sélectionnée aura pour modalité le nom de la modalité d’origine, les autres seront «
vides ».
C r ée r u ne v ari abl e c o nt e na nt l e no m b re d e ré p o n se s e f f ec ti v es

A partir de cet assistant, vous pouvez créer une variable numérique qui contient le nombre de réponses
effectives de la variable initiale choisie (dans ce cas, « SelectedPictures »). Dans le cas d’une réponse vide, vous
pouvez affecter comme valeur à la nouvelle variable soit une non-réponse (cellule vide) soit la valeur numérique
0.

103
Dans ce cas, il n’est pas possible de recoder la variable existante mais bel et bien de créer une nouvelle variable.
Choisissez où vous souhaitez intégrer cette variable (après la variable initiale ou à la fin du questionnaire). Cliquez
sur Terminer pour valider et quitter l’assistant.
C r ée r u ne v ari abl e p ou r c haq u e ra n g

Cet assistant permet de créer autant de nouvelles variables que la variable initiale possède de rangs (Si la
variable possède deux rangs, deux variables seront créées). Chaque variable contiendra l’ensemble des
modalités de la variable d’origine et prendra pour valeur la modalité du rang concerné. Cliquez sur Terminer
pour valider et quitter l’assistant.

14. METTRE LES NOMBRES EN CLASSES


Rappel : La transformation Mettre les nombres en classes est possible pour les variables de type ouverte
numérique.
Cet assistant permet d’affecter chaque observation à une classe, que l’on va définir, le but étant de pouvoir
ensuite utiliser ces classes d’observations pour les analyses.
Dans notre exemple, nous voulons créer des classes d’âge. Pour cela, nous sélectionnons la variable Age
(numérique) puis arrivons sur cet assistant qui nous propose deux moyens de définir des classes. Soit on définit les
limites des classes à la main (bornes des classes personnalisées), soit on utilise une autre méthode permettant une
répartition des observations dans les classes, en fonction d’un nombre de classes fixé.

104
D é fi ni r l e s l i m i te s d e s cl as s es

On définit les limites des classes en les séparant par des « ; ». Dans notre cas, on souhaite créer les classes moins
de 18 ans, De 18 à 25 ans, De 26 à 50 ans et plus de 50 ans.

On peut ensuite modifier le libellé des classes, créé par défaut, en cliquant sur , par exemple on peut
décider de nommer les moins de 18 ans : « Mineurs », ceux entre 18 et 25 ans : « Jeunes actifs » etc…

 Pour les étapes 1 et 2, se rapporter à la partie introductive de Transformer une variable.


 3 Choisissez ensuite si vous souhaitez modifier la variable choisie en la recodant (vous perdrez la variable
initiale) ou si vous voulez créer une nouvelle variable,
 4 Dans le cas de la création d’une nouvelle variable, renseignez à minima le nom de cette variable (et
éventuellement le libellé),
 5 Puis choisissez l’emplacement d’insertion de la nouvelle variable créée (après la variable à transformer,
à la fin du questionnaire)

105
U ti l i se r u ne m é t ho de d e d é fi ni ti on d e cl a s se s

Vous avez le choix entre quatre méthodes de définition de classes :


 Même amplitude : l’écart entre les classes créées sera constant. Par exemple, dans notre cas on va
obtenir les classes 20-29, 30-39, 40-49 etc…
 Même valeur : va créer autant de classes qu’il existe de valeurs différentes de la variable sélectionnée.
Dans notre exemple, nous avons choisi la variable Age, si nous avons trois observations dont les valeurs
de cette variable sont respectivement 21, 21 et 42, la méthode va créer deux classes : la classe 21, qui
regroupera deux observations, et la classe 42 avec une seule observation.
 Autour de la moyenne : vous permet de créer au choix 3, 5 ou 7 classes d’intervalles, chaque intervalle
ayant une « longueur » de ½, 1 ou 2 fois l’écart type. La classe médiane sera l’intervalle contenant la
moyenne. Par exemple, votre jeu de données possède pour la variable « Age » les valeurs 10, 20, 30, 40.
On obtient une moyenne de 25 et un écart-type de 12,91. Vous désirez créer cinq classes autour de la
moyenne de 1 écart-type (12,91). Voici les classes qui seront créées :

 Même effectif : va créer des classes de telle sorte qu’elles contiennent environ le même nombre
d’observations (répartition équilibrée des observations).

106
15. REGROUPER LES CODES
Rappel : La transformation Regrouper les codes est possible pour les variables de type code (par exemple, code
postal). Dans notre cas, nous avons une question qui demande aux répondants le code postal de leur lieu
d’habitation.

3 Vous pouvez réduire le code à un certains nombre de caractères. Dans notre exemple si on coche cette
option et que l’on met (1 ;2), les codes apparaîtront sous la forme 38, 69, 73 et 74, alors que si on met (1 ;2 ;3 ;4 ;5)
ou si on laisse le champ vide, les codes apparaîtront sous la frome 38000, 69000 etc,
4 Vous pouvez regrouper les codes avec un dictionnaire (fichier .txt). Dans notre cas nous souhaitons regrouper
les codes par département dans le but d’effectuer des statistiques par département (ou par région, etc.) durant
les analyses,
5 Ou alors de manière personnalisée en regroupant à la main vos codes et en créant les noms de groupes
appropriés (par exemple, sélectionnez 73 et 74 et créer le groupe Pays de Savoie).

16. REGROUPER LES DATES


Rappel : La transformation Regrouper les dates est possible pour les variables de type date.
Cet assistant permet de regrouper des dates par catégorie/classe. Par exemple, on pourrait décider de
regrouper toutes nos dates par années.

107
Vous avez deux possibilités :
 Soit regrouper les dates en périodes prédéfinies, du type mois/année, trimestre, semestre etc.
 Soit regrouper les dates par périodes personnalisées, à entrer à la main (du type JJ.MM.AAAA, par
exemple « 01.02.2003 ; 01.02.2004 ; 01.02.2005 » va vous créer quatre périodes, avant le 01.02.2003 ; entre
le 01.02.2003 et le 01.02.2004 ; entre le 01.02.2004 et le 01.02.2005 et enfin après le 01.02.2005)

3 Choisissez si vous souhaitez modifier la variable choisie en la recodant (vous perdrez la variable initiale) ou si
vous voulez créer une nouvelle variable,
4 Dans le cas de la création d’une nouvelle variable, renseignez à minima le nom de cette variable et
éventuellement le libellé,
5 Puis choisissez l’emplacement d’insertion de la nouvelle variable créée (après la variable sélectionnée ou à la
fin du questionnaire).

17. EXTRAIRE DE L’INFORMATION DES TEXTES


Rappel : La transformation Extraire de l’information des textes est possible pour les variables de type texte.

Choisissez le type de variable que vous désirez créer : lexicale, lemmatisée, analyse via un dictionnaire
thématique.

108
V a ri ab l e l exi cal e

Vous pouvez générer différents types de variables qui auront pour modalités possibles les mots choisis (à séparer
par des « ; »). Dans notre exemple, nous choisissons de considérer les trois mots que nous savons les plus souvent
cités (santé, vie et bien-être) à la question « Picture_comments » qui demande aux répondants de citer les mots
qui leur viennent à l’esprit à la vue du mur d’images.
Les mesures lexicales vont créer des variables permettant d’analyser le contenu de votre variable texte. La
longueur correspond au nombre de mots de la réponse (si une réponse est « la vie est belle », la longueur sera de
4, si l’on prend en compte les mots outils), la richesse est le nombre de mots différents dans une réponse, la
banalité est une moyenne de fréquence des mots d’une réponse (plus les mots sont fréquents plus la banalité
sera forte), enfin l’intensité donne le « taux de présence » des mots choisis (dans notre cas santé, vie et bien être)
dans une réponse. Par exemple si une réponse est « La vie », l’intensité du mot « vie » sera de 50%, car la réponse
contient deux mots dont « Vie » (si l’on prend en compte les mots outils).

V a ri ab l e l em m a ti s ée

109
Cet assistant permet de créer :
 des variables textes dont les contenus seront les textes des variables sélectionnées sous leur forme
lemmatisée (infinitif, masculin, singulier) : exemple, « je bois » devient « je boire ».
 plusieurs variables textes pour chaque catégorie grammaticale de la variable sélectionnée (verbes,
noms, adjectifs) : exemple, « je bois de l’eau », une variable Verbe va être créé contenant la valeur «
boire » et une variable Nom contenant la valeur « eau ».
A n al y s e th ém a ti qu e

A partir d’un dictionnaire de mots rangés par thèmes, à charger en cliquant sur Choisir une thématique, cet
assistant va créer une variable ordonnée des thèmes les plus cités ainsi que des variables fermées correspondant
à chacun des thèmes.

Avant de terminer, sélectionnez l’emplacement d’insertion des nouvelles variables.

18. COMBINER DES VARIABLES


Cet assistant permet de créer de nouvelles variables en les combinant, suivant quatre méthodes proposées
(création de variable « profils », fusion, transposition, ou concaténation).
 Dans l’onglet Données, cliquez sur le bouton Combiner.

110
Vous arrivez sur la boîte de dialogue suivante.

1 Choisissez le type de combinaison que vous voulez effectuer.

19. FUSIONNER
Rappelons que cet assistant permet de rassembler les variables de deux enquêtes.
Pour la partie 1, se rapporter à la partie introductive du mode opératoire Combiner des variables.

2 Sélectionnez les variables à fusionner, ici nous voulons fusionner l’âge des répondants avec leur genre (homme
ou femme) pour les analyses (par exemple nous souhaitons faire des statistiques sur les hommes de plus de 50
ans).

111
3 Choisissez la méthode de fusion (se référer à la boite de dialogue Combiner des variables).

4 Renseignez le nom de la nouvelle variable à créer


5 Choisissez où insérer la nouvelle variable. En cliquant sur Terminer, la nouvelle variable sera créée contenant les
nouvelles modalités.

20. CRÉER UNE VARIABLE « PROFILS »


Cet assistant vous permet de créer une nouvelle variable dont les valeurs seront les profils auxquels
appartiennent les observations (par exemple pour une réponse enregistrée par un répondant Français, cette
variable créée aura pour valeur « France »).
Pour la partie 1, se rapporter à la partie introductive du mode opératoire Combiner des variables.

2 Sélectionnez vos profils à partir des strates de l’enquête (se référer à la partie Utiliser les Strates)

3 Vous pouvez créer des strates directement à partir de cet assistant en cliquant sur

112
4 Renseignez le nom de la nouvelle variable à créer,
5 Choisissez où insérer la nouvelle variable. En cliquant sur Terminer, la nouvelle variable sera créée contenant les
nouvelles modalités.

21. TRANSPOSER
Transposer des variables consiste à inverser le « référentiel » sur lequel se base une réflexion. Dans notre exemple
ci-dessous, nous avons un tableau de questions qui contient des situations de boissons (quand est-ce que le
répondant est susceptible de boire). Pour chaque situation, il choisit les boissons correspondantes (par exemple «
Avec un bon repas », le répondant va cocher « Vin » et « Eau minérale »).

Mais il peut être utile de non plus réfléchir en termes de situations, mais en termes de boissons. On veut, par
exemple, savoir dans quelles situations les gens boivent-ils surtout du vin. Pour cela, nous allons transposer nos
variables.

113
2 Sélectionnez les variables que vous souhaitez transposer (pour être compatibles, les variables doivent posséder
le même nombre de modalités)
3 Choisissez où insérer les nouvelles variables (au début ou à la fin du questionnaire). Cliquez sur Terminer pour
quitter l’assistant. Autant de variables seront créées que le tableau de questions possède de modalités (dans
notre exemple, les variables créées seront « Vin », « Bière » etc…) et les valeurs de ces nouvelles variables
correspondront aux situations choisies par les répondants en rapport aux boissons (par exemple « Bière » pourrait
avoir pour valeur « Quand je fais la fête »).

22. CONCATÉNER

2 Sélectionnez les variables que vous souhaitez concaténer


3 Vous pouvez choisir d’ignorer les non-réponses (cellules vides) ou de les prendre en compte (les remplacer par
des valeurs à renseigner).

114
4 Renseignez le nom de la nouvelle variable à créer,
5 Choisissez où insérer la nouvelle variable. En cliquant sur Terminer, la nouvelle variable sera créée contenant les
nouvelles modalités.
Pour chaque image (3 au maximum) que le répondant a sélectionnée, il a rédigé une courte explication sur son
choix. Nous souhaitons dans l’exemple ci-dessus regrouper ces trois commentaires distincts en une seule et même
variable.

23. REPÉRER ET SUPPRIMER LES DOUBLONS :


Il peut parfois être utile de repérer les doublons, voire de les supprimer. Des doublons peuvent être présents dans
plusieurs cas par exemple :
 Une personne a répondu deux fois au questionnaire (une fois par voie postale et une fois en ligne).
 Une fusion avec une autre base de données qui a été réalisée et des doublons sont apparus.
Lorsque l’on a un fichier de ciblage clients en vue d’un emailing, il peut arriver que l’on ait plusieurs fois la même
adresse mail pour des personnes différentes (mari et femme peuvent avoir une adresse mail commune). On a
donc deux contacts (Monsieur et Madame) et on souhaite faire uniquement un envoi par foyer. Dans ce cas, il
faut repérer les doublons sur l’adresse mail et supprimer l’un des deux contacts (monsieur ou madame).
Dans tous les cas, les doublons sont repérés par le biais d’une ou plusieurs variable(s) d’identification de
l’observation (identifiant, clé, adresse mail, code client, …).
 Dans l’onglet Données, cliquez sur le bouton Dédoublonner.

Vous arrivez sur la boîte de dialogue suivante. Vous avez le choix de repérer uniquement les doublons ou de les
supprimer de votre jeu de données.

115
24. REPÉRER LES DOUBLONS

1 Sélectionnez la/les variable(s) dont les réponses sont potentiellement concernées par des doublons. Il est
recommandé de repérer les doublons variable par variable, et de refaire cette manipulation autant de fois que
nécessaire.
2 Choisissez le type d’action que vous voulez effectuer sur les doublons : ici les repérer.
3 Définissez l’ordre dans lequel seront affichées les observations lors du repérage des doublons. Il est possible de
les trier par rapport à leur ordre d’enregistrement, ou par rapport aux valeurs d’une variable choisie.
Cliquez sur OK pour valider votre choix et afficher le résultat dans la zone centrale.

Pour plus d’informations sur les modalités de la variable POSITION, se rapporter au point Dédoublonner de la
partie Boîtes de dialogue.

116
25. SUPPRIMER LES DOUBLONS

1 Sélectionnez la variable dont les réponses sont concernées par des doublons et que vous souhaitez supprimer. Il
est recommandé de supprimer les doublons variable par variable, et de refaire cette manipulation autant de fois
que nécessaire.
2 Choisissez le type d’action que vous voulez effectuer sur les doublons : les supprimer
3 Définissez si vous souhaitez garder la première ou la dernière réponse.
Cliquez sur OK pour valider votre choix.

Pour plus d’informations sur les modalités de la variable POSITION, se rapporter au point Dédoublonner de la
partie Boîtes de dialogue.

26. REDRESSER / DÉFINIR DES QUOTAS


Malgré tous les efforts déployés pour sélectionner les individus, on peut parfois obtenir un échantillon « biaisé »
dont la composition n’est pas satisfaisante, car elle ne correspond pas aux critères de représentativité que l’on
avait préalablement définis. Il faut alors « redresser » l’échantillon.
 Dans l’onglet Données, cliquez sur le bouton Redresser.

117
Ce mode opératoire est traité dans la Partie Redressement.

27. QUALIFIER LES DONNÉES


Cette fonctionnalité de Sphinx iQ permet notamment d’identifier les variables insuffisamment documentées ou
mal renseignées, de distinguer les observations singulières de remplacer les non-réponses.
 Dans l’onglet Données, cliquez sur le bouton Qualifier.

Ce mode opératoire est traité dans la Partie Qualifier.

28. IMPORTER DES DONNÉES


Sphinx iQ vous donne la possibilité d’importer des données depuis des fichiers de différents types (Exemple :
fichier Txt, Excel, etc…) ou depuis votre compte en ligne. Dans l’onglet Données, cliquez sur le bouton Importer.

Ce mode opératoire est traité dans la partie Diffusion et Collecte.

29. GÉNÉRER DES DONNÉES


Générer des données vous permet de créer instantanément des réponses.
Dans l’onglet Données, cliquez sur le bouton Générer.

118
Vous arrivez sur une boîte de dialogue vous proposant deux onglets. Vous pouvez à partir de cette boîte de
dialogue soit créer directement de nouvelles observations, soit modifier les observations existantes.

30. CRÉER DE NOUVELLES OBSERVATIONS

1 Sélectionnez le type de réponse que vous souhaitez générer (vides, identiques, aléatoires)
2 Il est également possible de générer parmi les réponses créées quelques non-réponses (cellules vides) et/ou de
générer des réponses pour les variables de type texte
3 Choisissez le nombre de réponses à générer, et indiquez si vous voulez supprimer préalablement celles
existantes (dans ce dernier cas, les réponses initiales seront perdues, votre nouveau jeu de données correspondra
aux observations générées).

119
31. MODIFIER LES OBSERVATIONS EXISTANTES

 1 Choisissez la variable que vous souhaitez modifier


 2 Sélectionnez le type de modifications que vous voulez faire sur les observations de la variable
sélectionnée : réponses vides (chaque observation aura pour valeur une non-réponse sur la variable
choisie, ici Picture Selection), réponses aléatoires (chaque observation aura pour la variable choisie une
nouvelle valeur, sélectionnée aléatoirement par Sphinx iQ).
 3 Il est possible de définir des pourcentages pour chaque modalité.

32. COMPARER DES DONNÉES


Comparer des données permet de visualiser les différences qu’il y’a entre les observations de deux enquêtes, sur
une variable qui leur est commune. Parfois il peut être utile d’effectuer cette vérification avant de Fusionner ou
de Rassembler des données (fonctions traitées ci-après).
 Dans l’onglet Données, cliquez sur le bouton Comparer.

Vous arrivez sur une boîte de dialogue à partir de laquelle vous pouvez charger une enquête dont vous voulez
comparer les réponses avec les réponses de l’enquête actuelle (pour que la comparaison soit possible, les deux
enquêtes doivent posséder au moins une variable commune).

120
Vous pouvez identifier les observations soit par leur numéro de saisie, soit pas leur variable clef, il s’agit d’un
identifiant unique affecté à chaque observation lors de leur création (aussi bien en local qu’en ligne).
En cliquant sur Suivant, une boîte de dialogue vous récapitule le nombre de différences détectées sur les
observations communes aux deux enquêtes. Vous aurez enfin la possibilité d’enregistrer les résultats de la
comparaison dans un fichier texte (.txt).

33. RASSEMBLER DES DONNÉES


Cette opération permet de rassembler des enquêtes identiques provenant de saisies multi-opérateurs (plusieurs
opérateurs de saisie mobilisés sur des postes informatiques différents) par exemple ou d'enquêtes différentes
ayant des variables communes. Dans ce dernier cas, seules les réponses des variables communes appartenant à
la deuxième enquête seront ajoutées à la première.
 Dans l’onglet Données, cliquez sur le bouton Rassembler.

Vous arrivez sur la boîte de dialogue suivante :

121
1 L’écran central vous présente la liste des enquêtes à rassembler.
2 Vous pouvez soit ajouter une enquête, soit ajouter un répertoire qui contient plusieurs enquêtes (si vous désirez
rassembler plusieurs enquêtes en une fois).
3 En cochant « Ajouter une variable source » cela va créer une nouvelle colonne dans le tableur. Le nom de
cette colonne sera celui renseigné dans le champ « Variable » (dans notre exemple : enquêtes rassemblées) et
les cellules de la colonne contiendront ce que vous aurez choisi dans le champ « Source » (ici on souhaite
afficher le nom de l’enquête). Par exemple, on pourra ainsi identifier si l’observation provient initialement de la
première ou de la seconde enquête (ici « Boissons2 » et « Boissons »)

34. FUSIONNER DES ENQUÊTES


Cette fonctionnalité permet de rassembler les variables de deux enquêtes (si une enquête possède des variables
supplémentaires, elles seront ajoutées à l’enquête sur laquelle on effectue la fusion) et fusionner les
observations d’enquêtes identiques.
 Dans l’onglet Données, cliquez sur le bouton Fusionner.

122
Vous arrivez sur une boîte de dialogue vous permettant d’importer une enquête que vous voulez fusionner avec
l’enquête actuelle. Dans notre cas, un individu a répondu à deux enquêtes (une portant sur les boissons et l’autre
portant sur la télévision) et l’on souhaite obtenir une seule enquête regroupant l’ensemble de ses réponses.

La fusion s’effectue par rapport à la variable clef des observations, il s’agit d’un identifiant unique affecté à
chaque observation (répondant) lors de sa création (en local et en ligne). Chaque répondant a donc une clé
qui lui est propre.
Vous devez indiquer les variables de l’enquête importée que vous souhaitez ajouter à l’enquête actuelle.

35. FAIRE UN CHANGEMENT D’UNITÉ STATISTIQUE


Faire un changement d’unité statistique consiste à regrouper les observations ayant le même identifiant (variable
clé), ou à diviser l’étude en plusieurs sous-enquêtes ou à éclater les observations (pour une partie, cela crée
plusieurs observations pour chaque observation d’origine).
Dans l’onglet Données, cliquez sur Regrouper, Eclater et Diviser.

123
36. REGROUPER
Il est parfois nécessaire de regrouper plusieurs observations qui concernent un même individu. Cette notion est
fréquemment utilisée lors d’analyse 360° dans le domaine des ressources humaines. Le principe est le suivant :
une personne est évaluée sur un certain nombre de compétences professionnelles par son supérieur et
également par ses collègues. Par ailleurs, il peut lui-même être amené à s’auto-évaluer. Ce type d’étude, une
fois déployé en entreprise, crée une série d’observations portant sur un groupe de collaborateurs jugés plusieurs
fois sur les mêmes critères.
A partir de cette base de donnée, et pour certaines analyses, on va souhaiter regrouper les évaluations d’un
même individu pour ne travailler par exemple, que sur la moyenne qu’il a obtenue sur chaque compétence,
calculée sur la totalité des questionnaires le concernant (son supérieur, ses collègues). On va donc passer de la
table des évaluations à la table des personnes évaluées. Pour ce faire, on va effectuer un changement d'unité
statistique en regroupant les observations.
Voici un exemple des données collectées dans le cadre d’une enquête Ressources Humaines :

Nous pouvons voir que MARTIN Paul par exemple a été évalué 4 fois : par son supérieur, par 2 collaborateur, et
par un pair. Nous observons donc 4 lignes dans le tableur. Hors nous souhaitons regrouper ces 4 évaluations en
une seule et même ligne : ne plus raisonner au niveau de chaque évaluation faite, mais au niveau de
l’évaluation globale de cette personne (et ce pour toutes les personnes évaluées dans la base de données).
Pour ce faire nous devons mettre en place un changement d’unité statistique en regroupant.
Cliquez sur le bouton Regrouper de l’onglet Données. Vous arrivez sur la boite de dialogue suivante.

124
Dans notre exemple, la variable clé correspond aux personnes évaluées (on veut regrouper toutes les
évaluations en une seule). Nous avons choisi de conserver toutes les données en les fusionnant. Par ailleurs, nous
calculons la moyenne de toutes les évaluations faites pour chaque individu évalué.
Une fois cette étape renseignée, cliquez sur Ok pour valider vos choix. Une autre enquête va être créée : celle
du regroupement. Vous devez l’enregistrer et elle s’ouvrira automatiquement.
Dans l’enquête ‘regroupement’, figurent dans le tableur les données suivantes :

Nous pouvons constater que nous avons désormais une seule évaluation (une ligne dans le tableur) pour MARTIN
Paul par exemple. La colonne ‘Evaluateur’ liste tous les évaluateurs de cette personne. Il est donc possible
maintenant de porter nos analyses sur chaque personne évaluée (par exemple, en partant de la note moyenne
que nous avons calculée).

37. ECLATER
Parfois, sur un seul individu ou un seul foyer, on va réaliser plusieurs mesures identiques. On va demander par
exemple à un consommateur d’évaluer une série de produits sur les mêmes critères. Dans un foyer, on va
enregistrer des informations identiques (âge, sexe, classe, etc.) sur plusieurs enfants. On aura ainsi un

125
questionnaire avec tout d’abord une première série de questions concernant les produits pour bébé, puis
plusieurs parties (trois dans notre exemple), où l’on pose les mêmes questions, pour d’autres types de produits.
Si l’on veut obtenir certains résultats comme le nombre moyen d’enfants par foyer, la distribution des différentes
catégories socio-professionnelles ou encore la répartition géographique des familles interrogées, l’unité
statistique sera bien le foyer.
Mais si ensuite, on souhaite connaitre les marques les plus achetées ou la répartition des types de produits par
foyer, on ne raisonne plus au niveau du foyer mais bien à celui du produit. Il va donc falloir modifier la structure
de la base de réponses et opérer un « changement d’unité statistique ».
Cliquez sur le bouton Eclater de l’onglet Données. Vous arrivez sur l’assistant suivant.

Dans notre exemple, nous voulons réfléchir non plus par foyer mais par produit. On sélectionne donc les parties à
traiter (celles-ci doivent être construites de la même manière). Cliquez sur OK pour valider et quitter l’assistant, il
vous sera alors demandé si vous souhaitez enregistrer et ouvrir l’enquête créée.

38. DIVISER
Cliquez sur le bouton Diviser de l’onglet Données.
Vous arrivez sur une boîte de dialogue vous permettant de définir la variable qui permettra de créer une
enquête réduite pour chacune de ses modalités. Dans notre exemple nous souhaitons obtenir une sous enquête
pour chaque modalité de Country_name ; ainsi, nous obtenons une enquête France, une enquête Italie etc…

126
Cliquez sur Ok afin de choisir le répertoire où seront sauvegardées les enquêtes réduites.

Cliquez sur Ok pour valider et fermer l’assistant.

39. VÉRIFIER L’ORTHOGRAPHE


Pour vérifier l’orthographe des réponses enregistrées, à partir de l’onglet Textes, cliquez sur le bouton
Orthographe.

Vous arrivez sur la boîte de dialogue suivante :

127
1 Sélectionnez la/les variable(s) dont vous voulez vérifier l’orthographe
2 Choisissez la langue d’origine du texte à vérifier
3 Vous pouvez cocher un certain nombre d’options pour ignorer des mots lors de la recherche automatique des
corrections à apporter
4 Il est possible d’utiliser un dictionnaire. Le fichier à charger doit être avec l’extension « .dic ».
En cliquant sur Suivant sera présenté l’ensemble des mots mal orthographiés avec une liste de propositions de
mots correctement orthographiés. Vous pouvez soit procéder au cas par cas à partir du bouton Corriger (la
suggestion sélectionnée remplacera le mot erroné choisi) soit corriger tous les mots en une seule fois en cliquant
sur Suggérer partout (il est à noter que c’est la première suggestion proposée dans la liste de droite qui sera par
défaut affectée en tant que correction).

40. TRADUIRE
Cet assistant vous permet de traduire automatiquement les valeurs d’une ou plusieurs variables textes, à savoir
qu’il s’agit d’une traduction Google Traduction.
 Dans l’onglet Textes, cliquez sur le bouton Traduire.

128
Vous arrivez sur une boîte de dialogue dans laquelle vous pouvez choisir les questions textes que vous souhaitez
traduire, et la langue à utiliser pour effectuer la traduction automatique.

41. LEMMATISER
 Dans l’onglet Textes, cliquez sur le bouton Lemmatiser.

Vous arrivez sur une boîte de dialogue vous permettant de sélectionner les variables textes que vous souhaitez
lemmatiser.

129
Ensuite il vous sera demandé de choisir les nouvelles variables sur lesquelles vous souhaitez travailler.

Vous pouvez transformer les variables que vous avez sélectionnées en texte lemmatisé (infinitif, masculin,
singulier) ou générer des catégories grammaticales, c'est-à-dire remplacer chaque réponse d’une variable par
son lemme et la réduire aux seuls verbes, noms, adjectif.

130
Pour finir, sélectionnez la zone ou vous souhaitez créer la/les nouvelle(s) variable(s).

42. CARACTÉRISER
Caractériser vous permet de créer un certains nombre de variables lexicales qui vous donneront des informations
sur une variable texte choisie. Par exemple, vous pourrez connaitre la richesse d’une réponse (nombre de mots
différents), les principaux mots de la réponse etc…
 Dans l’onglet Textes, cliquez sur le bouton Caractériser.

Vous arrivez sur la boîte de dialogue suivante, vous permettant de sélectionner la variable texte sur laquelle vous
souhaitez travailler.

Vous arrivez sur la boîte de dialogue suivante, vous permettant de sélectionner la/les variable(s) textes sur
laquelle/lesquelles vous souhaitez travailler.
131
1 Définissez les mots que vous voulez considérer pour la création des variables
2 Choisissez les variables à créer

3 Vous pouvez ignorer les mots-outils. Cliquez sur pour ouvrir une boîte de dialogue à partir de laquelle vous
pourrez charger un dictionnaire de mots-outils à ignorer et sélectionner d’autres options.

Choisissez à quelle position vous désirez faire apparaitre les variables créées et cliquez sur Terminer pour valider et
quitter l’assistant.

43. VISUALISER LES VERBATIM


 Dans l’onglet Textes, cliquez sur le bouton Verbatim.

132
Vous arrivez sur une boîte de dialogue vous permettant de désigner la ou les question(s) textes à afficher dans la
zone de travail centrale.

44. UTILISER LES STRATES


Vous pouvez à tout moment décider d’utiliser une strate (profil), permettant de filtrer les observations affichées
dans la zone centrale. Pour créer une nouvelle strate, cliquez sur le bouton de la partie Strates de
l’explorateur latéral de gauche.
Vous arrivez sur la boîte de dialogue suivante dans laquelle vous pouvez définir le profil que vous souhaitez créer.
Dans notre exemple nous voulons créer le profil « 18-24 » qui permettra d’afficher uniquement les observations
des personnes ayant entre 18 et 24 ans.

En cliquant sur OK, votre strate sera créée et apparaîtra, ici sous le libellé 18-24, dans la partie Strates de
l’explorateur latéral. Pour filtrer vos observations selon la strate que vous désirez, sélectionnez-la dans l’explorateur
latéral gauche, en double cliquant dessus.

133
45. REDRESSEMENT
Malgré tous les efforts déployés pour sélectionner les individus, lors des phases d’e-mailing par exemple, il se peut
qu’un échantillon soit « biaisé », c'est-à-dire que sa composition ne soit pas satisfaisante, car elle ne correspond
pas aux critères de représentativité que l’on avait préalablement définis. Par exemple, nous pensions atteindre
60% de femmes et 40% d’hommes et ce n’est en réalité pas le cas. Il faut alors « redresser » l’échantillon.
Ce mode opératoire est accessible de deux façons :
 Dans l’onglet Données du Tableur, cliquez sur le bouton Redresser.
 Depuis le panneau d’accueil, cliquez sur le bouton Redresser du stade Gestion des données.

Vous arrivez sur la boîte de dialogue ci-dessous :

1 Cliquez sur Ajouter pour sélectionner la variable sur laquelle on souhaite redresser l’échantillon,
2 Indiquez le pourcentage que l’on aurait souhaité obtenir pour chaque modalité.
Dans notre exemple, nous avons actuellement 17,26% des répondants qui sont Français hors nous avions pour
objectif d’avoir 20% de personnes françaises sondées. Idem pour les autres nationalités. Le but étant de rendre
l’échantillon représentatif de la population étudiée sur ce critère.

134
Deux méthodes de calcul sont possibles :
 Si vous sélectionnez Pondérer les observations, cela permet d’affecter un poids à chaque
observation (par exemple, si votre échantillon ne contient pas assez de répondants Français, il sera
affecté à chaque observation qui contient la valeur France pour la variable relative au pays
d’origine un poids supérieur à 1. Par contre, comme on a 33% de répondants espagnols, un poids
inférieur à 1 sera affecté aux observations qui contiennent la valeur Espagne pour la variable relative
au pays d’origine).
 Si vous sélectionnez Une autre méthode, cela consiste à extraire un échantillon qui permet d’affecter
à la nouvelle variable Redressement les modalités 1 ou 0, (1 correspondant aux observations
retenues pour représenter l’échantillon).
 En cliquant sur Terminer, une nouvelle variable « Redressement » sera créée (cette variable peut être
utilisée en tant que strate (profil) dans les tableaux de bords) : vous pourrez ainsi visualiser les
tableaux de bord sur le nouvel échantillon crée représentatif, par redressement, de la population
étudiée.

46. QUALIFICATION
La qualification des données est une fonctionnalité de Sphinx iQ qui permet notamment d’identifier les variables
insuffisamment documentées ou mal renseignées, de distinguer les observations singulières de remplacer les non-
réponses. Il peut en effet arriver que, par exemple, certains répondants répondent toujours la même chose sur
des questions de types échelles, dans le but de répondre plus vite à l’enquête. Le jeu de données qu’on obtient
peut s’en trouver biaisé, et il peut ainsi être nécessaire de qualifier ses données afin de les rendre plus pertinentes.
Ce mode opératoire est accessible de deux façons :
 Dans l’onglet Données du Tableur, cliquez sur le bouton Qualifier.
 Depuis le panneau d’accueil, cliquez sur le bouton Qualifier du stade Gestion des données.

135
Vous arrivez sur une boîte de dialogue dans laquelle vous devez sélectionner le type de changement que vous
souhaitez effectuer sur vos données :
 Repérer les observations singulières ou trop peu documentées
 Remplacer les non réponses (par la modalité la plus citée par exemple)
 Repérer les variables non pertinentes
 Extraire un échantillon cylindré

1 Sélectionnez l’opération que vous souhaitez effectuer sur votre jeu de données. Dans notre exemple nous allons
remplacer les non-réponses (cellules vides dans le tableau de la zone centrale)
2 Cliquez éventuellement sur Qualité du jeu de données afin d’avoir un aperçu graphique de la pertinence de
vos données. Le bouton Options permet notamment d'effectuer l'analyse de qualité du jeu de données sur un
groupe de variables sélectionnées.

136
3 Sélectionnez les variables dont vous souhaitez remplacer les non-réponses
4 Choisissez la valeur qui viendra remplacer les non-réponses : moyenne, mode (pour les variables numériques),
ou valeur précédente (observation précédente, pour tout type de variable).

Cliquez sur Résultats détaillés si vous souhaitez visualiser l’ensemble des observations concernées par le
remplacement des non-réponses, et sur Terminer pour valider les remplacements dans le jeu de données.

47. PRÉPARATION DES DONNÉES


La préparation des données est une fonctionnalité de Sphinx iQ qui permet de d’accéder depuis une même
boite de dialogue à l’ensemble des fonctions présentes depuis l’onglet Données de l’environnement Tableur.
Cette boite de dialogue est accessible de deux façons :
 Dans l’onglet Données du Tableur, cliquez sur le bouton Préparation des données.
 Depuis le panneau d’accueil, cliquez sur le bouton Préparation des données du stade Gestion des
donnés.

137
Vous arrivez sur la boite de dialogue suivante qui liste, par onglets, les fonctions ci-dessous. La plupart de ces
fonctionnalités ont été traitées dans la partie Tableur du didacticiel.

Seules deux fonctionnalités n’ont pas été présentées dans la partie Tableur et ne sont donc accessibles qu’à
partir de cette boite de dialogue. Numéroter automatiquement dans l’onglet Variables et Rassembler des
enquêtes identiques dans l’onglet Comparer / rassembler des enquêtes.

48. NUMÉROTER AUTOMATIQUEMENT


Numéroter automatiquement vous permet de hiérarchiser vos observations. Il vous est possible soit de numéroter
les observations, en créant une nouvelle variable dont les valeurs seront les numéros des observations, soit en «
reconstituant » des parties. Cette deuxième option vous permet de séparer vos observations en x parties (par
exemple vous avez 100 observations, vous reconstituez 4 parties, cela va créer une nouvelle variable « Partie » qui
aura pour valeur « Partie_1 » pour les 25 premières observations, « Partie_2 » pour les 25 suivantes etc. jusqu’à «
Partie_4 ». Cette option est surtout utilisée pour les variables textes, type interview. Dans ce cas de figure, chaque
observations correspond à une phrase de la personne interviewée. Or vous souhaitez comparer ce qui a été dit
en début de discours, en milieu et fin de discours (par exemple en analysant les mots les plus cités pour chaque
partie). Séparer les observations par partie vous permet ce type d’analyse.

138
1 Sélectionnez Numéroter les observations pour créer une variable qui contiendra pour chaque observation son
numéro unique,
2 Choisissez Reconstituer x parties pour séparer vos observations par parties. Toutes les parties seront relatives au
même nombre d’observations (à une observation près),
3 Vous pouvez créer vos parties pour l’ensemble des observations ou alors pour chaque valeur d’une variable,
par exemple sur une variable texte dans le cas d’une analyse d’une interview.
En cliquant sur Suivant vous arrivez sur la prochaine boite de dialogue dans laquelle vous choisirez le nom de la
variable à créer et où vous souhaitez insérer cette variable (au début ou à la fin).

Cliquez sur Terminer pour valider et quitter l’assistant.

49. RASSEMBLER DES ENQUÊTES IDENTIQUES


Rassembler des enquêtes identiques propose la même boite de dialogue que pour le mode opératoire
Rassembler des données. La seule différence est qu’il ne vous est pas possible d’ajouter une variable source
(dont les valeurs sont les noms des enquêtes correspondantes).

139
PARTIE 5: ANALYSE DES RÉSULTATS

La dernière étape d’une enquête consiste à dépouiller les réponses et à préparer des analyses et rapports. Ces
analyses permettent d’identifier les tendances générales ou les faits marquants à partir des statistiques produites,
et d’expliquer les phénomènes observés.
L’étape d’Analyse des résultats propose quatre sections : tableau de bord automatique, tableau de bord
personnalisé, analyse multivariée, analyse textuelle.
Les tableaux de bord automatiques génèrent automatiquement des dépouillements de vos données soit dans
leur globalité (dépouillement automatique), soit pour répondre à des cas définis (mesure de la satisfaction,
analyse d’une question ouverte, bilan des questions ouvertes, caractérisation d’un échantillon)
Les tableaux de bord personnalisés permettent la création de rapports d’analyses entièrement paramétrables et
personnalisables.
 Les analyses multivariées regroupent les traitements explicatifs (régression linéaire multiple, logistique,
PLS, analyse de variance), la modélisation par équations structurelles, la classification (hiérarchique
ascendante et k-means) et les méthodes de synthèse (analyse en composantes principales, analyse
factorielle des correspondances multiples).
 Les analyses textuelles consistent à analyser les questions ouvertes en utilisant des procédures
automatiques (bilan des questions ouvertes, analyse d’une question ouverte), des notes
méthodologiques étant fournies par Le Sphinx pour vous aider dans vos démarches.

1. TABLEAU DE BORD AUTOMATIQUE


Le Tableau de bord automatique vous permet de générer automatiquement des tableaux de bord. Sphinx iQ
vous propose quelques modèles de tableaux de bord standards dont les types d’analyses sont déjà définis. Cette
fonctionnalité vous propose de choisir vos variables à analyser, de choisir les tableaux à poser (à plat ou
croisement), éventuellement des éléments de mise en page tels que des titres pour séparer vos analyses en
parties. Après validation, vous accédez à l’environnement des Tableaux de bord personnalisés et pouvez par
conséquent modifier vos tableaux de bord automatiques crées (en supprimant ou ajoutant des analyses, en
modifiant la structure de vos tableaux, en ajoutant des graphiques etc.), ou encore définir de nouveaux
tableaux de bord.
Pour plus d’informations, vous référer à la partie Tableaux de bord personnalisés du didacticiel.
C om m e nt y a cc éd e r ?
 Depuis le panneau d’accueil,
 Cliquez sur le stade Analyse des résultats,
 Puis Tableau de bord automatique.
1.1. E N V I R O N NE ME NT
En cliquant sur le bouton Tableau de bord automatique du panneau d’accueil, vous arrivez sur la boite de
dialogue suivante :

140
Vous avez la possibilité de choisir entre deux types de dépouillement :
P l a n de dé p oui l l em e nt
Propose un seul type de tableau de bord, qui présente des analyses à plat et croisées, sur des variables à
sélectionner, et structuré en parties. Vous avez la possibilité d’éditer votre analyse dans un format de traitement
de texte (word) ou de diaporama (powerpoint).
L e dé p o ui l l em e nt i nt el l i ge n t
Propose quatre types de tableaux de bord distincts.
 Mesurer la satisfaction : il s’agit d’une analyse de satisfaction avec une évaluation globale, des
évaluations partielles, des variables de segmentation (comme l’âge, le genre etc.) et une question
ouverte portant sur les commentaires ou les suggestions,
 Analyse d’une question ouverte : pour analyser en profondeur les réponses textuelles, en fonction d’une
variable d’identité,
 Bilan des questions ouvertes : pour obtenir des mesures quantitatives sur des variables textes, par
exemple la longueur moyenne des réponses ou le nombre de mots qui composent une réponse,
 Caractériser un échantillon : pour obtenir l’identité des répondants en analysant un échantillon de
variables (indépendamment les unes des autres par des tableaux à plat et en tenant compte de la
manière dont elles se recoupent).

2. TABLEAU DE BORD PERSONNALISÉ


L’environnement Tableau de bord personnalisé permet de concevoir des rapports personnalisés et très élaborés
contenant des tableaux statistiques, des représentations graphiques, des commentaires, des images illustratives,
ainsi qu'une mise en relations des variables de l'étude. L’ensemble de ces objets est à choisir, paramétrer, et
organiser avec une grande liberté d’analyse et de placement.

141
C om m e nt y a cc éd e r ?
 Depuis le panneau d’accueil,
 Cliquez sur le stade Analyse des résultats,
 Puis Tableau de bord personnalisé.
1.1. E N V I R O N NE ME NT
L’environnement Tableau de bord personnalisé permet d’effectuer une multitude d’analyses et offre une grande
liberté d’actions dans le paramétrage et le placement des différents objets. Le placement exact vous permet
d’agencer les éléments de manière libre et très flexible dans les pages, et de gérer la disposition entre les objets
(alignement, taille, ordre). L’insertion de variables dans le tableau de bord peut se faire de manière très intuitive,
par un glisser-déposer de la partie ‘Variables’ de l’explorateur jusqu’à la zone de travail centrale. De nombreux
outils d’édition permettent d’améliorer rapidement vos analyses et de personnaliser le format du tableau de
bord.

L’environnement Tableau de bord personnalisé est composé :


1 : d’une zone de travail centrale
2 : d’un bandeau horizontal contenant cinq onglets (Accueil, Insertion, Format, Vue, Affichage)
3 : d’un explorateur latéral composé de quatre fenêtres (Variables, Vues, Strates, Langues)
 La fenêtre Variables regroupe l’ensemble des variables de votre enquête. Celles-ci sont présentées en
respectant l’ordre de création des questions, et l’organisation par partie élaborée lors de la conception
du questionnaire. Pour plus d’aisance, il est possible de développer/réduire les parties en cliquant sur
l’icône « - » / « + » à côté du titre de la partie.

142
 La fenêtre Vues liste les vues (tableaux de bord) qui ont été créées dans votre tableau de bord
personnalisé. Les icônes situées au-dessus de la liste des vues permettent leur gestion : créer, afficher,
propriétés, supprimer.
 La fenêtre Strates liste les strates permettant, après leur construction, de visualiser les résultats sur un profil
donné. Les icônes situées au-dessus de la liste permettent la gestion des strates : créer, afficher,
propriétés, supprimer.
 La fenêtre Langues permet, dans le cas d’une enquête multi-langue, de choisir la langue du tableau de
bord personnalisé. Une même vue peut être visualisée en différentes langues.
1.2. B A N D EA U
Le bandeau de l’environnement Analyse des Résultats est composé de cinq onglets (Accueil, Insertion, Format,
Vue, Affichage).
A c cu ei l
L'onglet Accueil regroupe les fonctions les plus fréquemment utilisées dans l'environnement Tableau de bord
personnalisé.

 Le groupe Accès directs comprend des fonctions permettant d'ouvrir le panneau d'accueil ou d'autres
environnements (Questionnaire, Tableur, Analyses multivariées)
 Le deuxième groupe propose des fonctions rapides de publication, d’export et de calcul des variables
 Le groupe Edition offre les fonctions de presse-papier (couper, copier, coller), d’annulation et de
répétition d’une opération, de sélection et de suppression
 Le groupe Actions permet d’effectuer des actions rapides sur une variable : montrer/cacher le
graphique / tableau / valeurs / libellé, tracer une relation, montrer une carte factorielle,…
 Le bouton Tableau de bord automatique permet de lancer directement l'assistant de tableau de bord
automatique.
 Le groupe Insertion permet d’ajouter une analyse, une zone de texte, ou un objet multimédia dans votre
tableau de bord
 Le bouton Vue permet une rapide gestion des vues du tableau de bord
 Le bouton Propriétés objet permet d’ouvrir la boîte de dialogue spécifique à un objet du tableau de
bord
I n se r ti o n
L’onglet Insertion propose les fonctions pour ajouter des analyses (tableaux, graphiques, matrices,…), du texte et
des objets multimédia au Tableau de bord.

143
 Les quatre premiers groupes permettent l’ajout d’analyses au rapport personnalisé
 Le bouton Zone de Texte propose l’ajout de légende dans la vue.
 Le groupe Illustration permet l’ajout d’éléments multimédia (image, forme, son, vidéo, animation flash)
dans la vue.
Forma t
L’onglet Format propose les fonctions permettant de personnaliser une analyse et la présentation de celle-ci.

Le groupe Contenu permet de définir la disposition souhaitée du tableau et du graphique d’une variable
sélectionnée
 Le groupe Statistiques permet d’ajouter des éléments statistiques à une variable sélectionnée
 Le groupe Calcul propose des fonctions modifiant les conditions de calcul
 Le groupe Tableau permet de définir les éléments à afficher/masquer dans le tableau de données
 Le groupe Graphique permet de modifier les options de présentation du graphique
 Le groupe Affichage permet d’appliquer une mise en forme prédéfinie au tableau
 Le groupe Objet permet de lancer la boîte de dialogue des propriétés
 Le groupe Police permet la gestion de la police d’écriture d’un tableau, graphique ou zone de texte
Vue
L’onglet Vue permet de gérer les vues et les éléments qui la composent.

 Le groupe Vue permet d’ajouter, de dupliquer, d’importer une vue, puis d’organiser les différentes vues.
 Le bouton Propriétés permet de lancer la boîte de dialogue des propriétés de la vue courante
 Le troisième groupe offre des fonctions permettant de gérer la présentation des éléments du rapport
dans la vue (placement des éléments, ajout d’un style de présentation, substituer une variable par une
autre)
 Le groupe Outils – Options propose des fonctions relatives aux options de variables, s’appliquant à toute
la vue
 Le groupe Disposition permet de gérer l’alignement, la taille, l’ordre des éléments d’une vue
144
A f fi c ha g e
L’onglet Affichage permet d’ajuster l’affichage de la vue à l’écran, d’afficher certains composants de
l’environnement, et de gérer les fenêtres.

 Le groupe Zoom propose les fonctions pour ajuster l’aperçu de la vue à l’écran
 Le groupe Afficher/Masquer offre la possibilité d’afficher/ masquer l’explorateur et/ou la barre d’état (en
bas à droite). Le menu déroulant permet de sélectionner l’information à afficher dans la barre d’état
(base de donnée, titre de l’étude, date, nom de la vue, etc.).
 Le groupe Fenêtres propose différents types d’affichage des vues dans la zone de travail
 Le groupe Diaporama permet d’afficher la vue courante en mode plein écran
1.3. A C CU E I L
L'onglet Accueil regroupe les fonctions les plus fréquemment utilisées dans l'environnement Tableau de bord
personnalisé.

 Le groupe Accès directs comprend des fonctions permettant d'ouvrir le panneau d'accueil ou d'autres
environnements (Questionnaire, Tableur, Formulaire)
 Le deuxième groupe propose des fonctions rapides de publication, d’export et de calcul des variables
 Le groupe Edition offre les fonctions de presse-papier (couper, copier, coller), d’annulation et de
répétition d’une opération, de sélection et de suppression
 Le groupe Actions permet d’effectuer des actions rapides sur une variable : montrer/cacher le
graphique / tableau / valeurs / libellé, tracer une relation, montrer une carte factorielle,…
 Le groupe Insertion permet d’ajouter une analyse, une zone de texte, ou un objet multimédia dans votre
tableau de bord
 Le bouton Vue permet une rapide gestion des vues du tableau de bord
 Le bouton Propriétés objet permet d’ouvrir la boîte de dialogue spécifique à un objet du tableau de
bord

145
1.4. INSERT ION
L’onglet Insertion propose les fonctions pour ajouter des analyses (tableaux, graphiques, matrices,…), du texte et
des objets multimédia au Tableau de bord.

 Les quatre premiers groupes permettent l’ajout d’analyses au rapport personnalisé


 Le bouton Zone de Texte propose l’ajout de légende dans la vue.
 Le groupe Illustration permet l’ajout d’éléments multimédia (image, forme, son, vidéo, animation flash) dans
la vue.
1.5. F O R M AT

L’onglet Format propose les fonctions permettant de personnaliser une analyse et la présentation de celle-ci.
Le groupe Contenu permet de définir la disposition souhaitée du tableau et du graphique d’une variable
sélectionné :
 Le groupe Statistiques permet d’ajouter des éléments statistiques à une variable sélectionnée
 Le groupe Calcul propose des fonctions modifiant les conditions de calcul
 Le groupe Tableau permet de définir les éléments à afficher/masquer dans le tableau de données
 Le groupe Graphique permet de modifier les options de présentation du graphique
 Le groupe Affichage permet d’appliquer une mise en forme prédéfinie au tableau
 Le groupe Objet permet de lancer la boîte de dialogue des propriétés
 Le groupe Police permet la gestion de la police d’écriture d’un tableau, graphique ou zone de texte
1.6. VUE
L’onglet Vue permet de gérer les vues et les éléments qui la composent.

 Le groupe Vue permet d’ajouter, de dupliquer, d’importer une vue, puis d’organiser les différentes vues.
 Le bouton Propriétés permet de lancer la boîte de dialogue des propriétés de la vue courante

146
 Le troisième groupe offre des fonctions permettant de gérer la présentation des éléments du rapport
dans la vue (placement des éléments, ajout d’un style de présentation, substituer une variable par une
autre)
 Le groupe Outils – Options propose des fonctions relatives aux options de variables, s’appliquant à toute
la vue
 Le groupe Disposition permet de gérer l’alignement, la taille, l’ordre des éléments d’une vue
1.7. A F F I CH A G E
L’onglet Affichage permet d’ajuster l’affichage de la vue à l’écran, d’afficher certains composants de
l’environnement, et de gérer les fenêtres.

 Le groupe Zoom propose les fonctions pour ajuster l’aperçu de la vue à l’écran
 Le groupe Afficher/Masquer offre la possibilité d’afficher/ masquer l’explorateur et/ou la barre d’état (en
bas à droite). Le menu déroulant permet de sélectionner l’information à afficher dans la barre d’état
(base de donnée, titre de l’étude, date, nom de la vue, etc.).
 Le groupe Fenêtres propose différents types d’affichage des vues dans la zone de travail
 Le groupe Diaporama permet d’afficher la vue courante en mode plein écran
1.8. D É F I N I T I O N D ES O B J ET S
Un tableau de bord est un ensemble d’objets qui donnent une représentation des réponses de l’enquête via des
analyses réalisées. L’environnement Tableau de bord personnalisé de Sphinx iQ comprend deux grands types
d’objets :
O b j e ts d ' a nal y s e
Il s’agit d’une analyse présentant un tableau et/ou un graphique, réalisée à partir d’une (au minimum) ou
plusieurs variables. Par exemple, pour une analyse croisée, l’objet contient deux variables (une en ligne, une en
colonne) et comporte un tableau associé. Si l’on décide d’afficher le graphique correspondant au tableau,
celui-ci sera ajouté à l’objet. Il s’agira donc du même objet, mais contenant plus d’éléments. Les modifications
de contenu d’un objet sont définies via les propriétés d’objet.
O b j e ts m ul ti m édi a
Il s’agit d’un élément multimédia (zone de texte, image, forme, son vidéo, animation flash) qui permet d’enrichir
et de personnaliser le tableau de bord. De manière plus avancée, des actions peuvent être associées aux objets
multimédias (actions de navigation, exécution d’actions (enregistrer, imprimer, annuler, etc.)) et deviennent alors
des objets permettant de scénariser votre tableau de bord.
L’insertion d’objets dans le tableau de bord se fait via le bandeau horizontal, dans l’onglet Insertion. Une boîte de
définition, spécifique à l’objet que vous souhaitez insérer, s’ouvre. Par exemple, la boîte de définition d’un
tableau à plat vous demandera de choisir la variable à analyser, alors qu’il vous sera demandé d’en

147
sélectionner plusieurs pour un tableau croisé ou composé. Voir les modes opératoires correspondant pour
davantage de détails.
1.9. O B J E T S D ’ AN A L YS E
Il s’agit d’une analyse présentant un tableau et/ou un graphique, réalisée à partir d’une (au minimum) ou
plusieurs variables. Par exemple, pour une analyse croisée, l’objet contient deux variables (une en ligne, une en
colonne) et comporte un tableau associé. Si l’on décide d’afficher le graphique correspondant au tableau,
celui-ci sera ajouté à l’objet. Il s’agira donc du même objet, mais contenant plus d’éléments. Les modifications
de contenu d’un objet sont définies via les propriétés d’objet.
1 . 1 0 . O B J E T S M UL T IM É D I A
Il s’agit d’un élément multimédia (zone de texte, image, forme, son vidéo, animation flash) qui permet d’enrichir
et de personnaliser le tableau de bord. De manière plus avancée, des actions peuvent être associées aux objets
multimédias (actions de navigation, exécution d’actions (enregistrer, imprimer, annuler, etc.)) et deviennent alors
des objets permettant de scénariser votre tableau de bord.
L’insertion d’objets dans le tableau de bord se fait via le bandeau horizontal, dans l’onglet Insertion.
Une boîte de définition, spécifique à l’objet que vous souhaitez insérer, s’ouvre. Par exemple, la boîte de
définition d’un tableau à plat vous demandera de choisir la variable à analyser, alors qu’il vous sera demandé
d’en sélectionner plusieurs pour un tableau croisé ou composé. Voir les modes opératoires correspondant pour
davantage de détails.
1 . 1 1 . O R G A N I S AT I O N D E S O B JE T S ( P R OP R I É T ÉS D ’ O B J E T )
Les propriétés d’un objet permettent d’organiser et de personnaliser le contenu d’un objet. Il existe quatre accès
pour ouvrir les propriétés d’analyse :
 Dans le bandeau, onglet Accueil, cliquez sur le bouton Propriétés objets
 Dans le bandeau, onglet Format, cliquez sur le bouton Propriétés, dans le groupe Objet
 Faites un clic-droit sur l’objet à modifier, puis sélectionnez Modifier le format
 Faites un double-clic sur l’objet à modifier
Les différents objets d’analyse (tableau à plat, tableau croisé, tableau composé,…) et les différents objets
multimédias (image, forme, vidéo,…) ont beaucoup de propriétés communes.
 L’onglet Contenu permet de gérer les données traitées par l’objet d’analyse. Vous pouvez choisir
d’activer, ou non, l’affichage du tableau et/ou graphique lié aux données, le nom de l’objet, les
références aux variables, et d’ajouter une description. La sélection de la ou des variable(s) analysée(s)
peut également être modifiée via cet onglet. Dans le cas d’une analyse contenant une seule variable,
la sélection de celle-ci se fait grâce au menu déroulant Variable. Le bouton permet d’éditer la

variable. Dans le cas d’une analyse traitant plusieurs variable, il est possible d’ajouter ( ), supprimer

( ) et ordonner ( ) les variables de l’objet.

 L’onglet Valeurs (dans le cas de l’analyse d’une seule variable) permet de faire afficher les valeurs
statistiques et numériques souhaitées.

148
 L’onglet Tests (dans le cas de l’analyse de plusieurs variables) permet d’ajouter des tests statistiques à
l’objet sélectionné. Il est possible de colorier les cases significatives, d’afficher les détails des tests et les
commentaires liés. Le bouton permet de modifier les seuils utilisés dans les tests de significativité.
 L’onglet Calcul permet de limiter les résultats de l’objet à un profil spécifique, ou d’appliquer une règle
de calcul pour une variable (ou plusieurs variables). Ces règles de calcul permettent d’ignorer les non-
réponses/non-concernés, de regrouper / ordonner / simplifier les modalités, ou d’effectuer une action
selon le type de variable (traiter les échelles en nombres, mettre les nombres en classes,…).
 L’onglet Tableau permet de personnaliser les options de présentation du tableau de l’objet.
 L’onglet Graphique permet de personnaliser les options de présentation du graphique de l’objet.
149
 L’onglet Affichage permet de personnaliser la police, la bordure et le fond de l’objet sélectionné et de
choisir une mise en forme automatique du tableau (modèle de présentation prédéfini)
P r op ri é té s c om m u n e s a u x obj e ts m ul ti m édi a s :

 L’onglet Contenu permet de paramétrer le contenu de l’objet : tapez le texte. Dans le cas d’une zone
de texte ; sélectionnez l’image / le son / la vidéo / l’animation, dans le cas d’un autre objet multimédia.
Dans ces derniers cas, l’onglet contenu permet d’appliquer quelques modifications sur l’objet
multimédia (taille, contrôle de l’image,…).
 L’onglet Fonctionnement permet de paramétrer les conditions d’affichage (affichage selon un profil) ou
d’associer l’objet à une action (naviguer entre les pages, enregistrer, imprimer,…). Ces options
permettent de rendre votre tableau de bord plus dynamique.
 L’onglet Affichage permet, dans le cas d’une zone de texte, de personnaliser la police, la bordure et le
fond de l’objet sélectionné. Dans le cas d’un autre objet multimédia, l’onglet affichage permet
seulement de personnaliser l’affichage de la bordure de l’objet.
1.12. A J O UT E R , D UP L I Q UE R , I M P O R T E R U NE V U E
Dans le bandeau, onglet Vue, groupe vue

A j o ut e r un e v ue
Pour ajouter une nouvelle vue dans votre rapport, cliquez sur le bouton Nouvelle vue, dans le groupe Vue.
Paramétrez votre nouvelle vue puis cliquez sur Terminer.

150
D u p l i q ue r u ne v ue
La fonction Dupliquer permet de créer une copie de la vue courante. Pour cela, dans le groupe Vue, cliquez
sur Dupliquer. Nommez cette nouvelle vue, vérifiez que la case Activer la copie soit bien cochée par défaut, puis
validez.
I m p o r te r u ne v ue
La fonction Importer vous permet d’ajouter une ou plusieurs vues provenant d’une autre enquête. Pour importer
une vue cliquer sur le bouton Importer, sélectionnez l’enquête dans laquelle se trouve la/les vue(s) à importer,
sélectionnez la/les vue(s), puis validez.

Vous pouvez retrouver l’ensemble des vues créées dans la fenêtre Vues de l’explorateur latéral. Les boutons
situés au-dessus de la liste des vues en permettent une gestion rapide.

151
1.13. A J O UT E R UN E VU E
Pour ajouter une nouvelle vue dans votre rapport, cliquez sur le bouton Nouvelle vue, dans le groupe Vue.
Paramétrez votre nouvelle vue puis cliquez sur Terminer.

1.14. D U P L I QU E R UN E VU E
La fonction Dupliquer permet de créer une copie de la vue courante. Pour cela, dans le groupe Vue, cliquez
sur Dupliquer. Nommez cette nouvelle vue, vérifiez que la case Activer la copie soit bien cochée par défaut, puis
validez.
1 . 1 5 . I M P O R T E R U NE V UE
La fonction Importer vous permet d’ajouter une ou plusieurs vues provenant d’une autre enquête. Pour importer
une vue cliquer sur le bouton Importer, sélectionnez l’enquête dans laquelle se trouve la/les vue(s) à importer,
sélectionnez la/les vue(s), puis validez.

152
Vous pouvez retrouver l’ensemble des vues créées dans la fenêtre Vues de l’explorateur latéral. Les boutons
situés au-dessus de la liste des vues en permettent une gestion rapide.
1.16. C R É E R D ES V U ES I N T E RA CT I V E S
O r g a ni se r l a v ue
Afin de faciliter la navigation entre les pages de votre vue, une barre de navigation est insérée par défaut dans
votre tableau de bord. Cette barre de navigation fonctionne à la fois dans le logiciel (onglet Affichage,
bouton Diaporama) et en ligne (après publication de l’enquête). Pour la modifier, dans les propriétés de la vue
(dans le bandeau, onglet Vue, cliquez sur le bouton Propriétés vue), cliquez sur l’onglet Taille.

Dans le menu déroulant Barre de navigation, sélectionnez la position à laquelle vous souhaitez voir apparaître la
barre (en haut ou en bas, dans le Diaporama). Puis dans le menu déroulant Indicateur de progression, choisissez
d’afficher soit une barre de progression, soit les numéros de pages. Si vous ne souhaitez pas faire apparaître une
barre de progression, choisissez Aucun dans le menu déroulant. Cliquez sur OK pour valider.
S c é na ri s e r l a v ue
Les objets multimédia vous permettent également de scénariser votre vue, en leur paramétrant un
fonctionnement spécifique. Cela permet de rendre votre tableau de bord plus dynamique lorsqu’il est consulté.
Par exemple, une image représentant une flèche vers la droite peut être paramétrée pour devenir un élément
de navigation permettant de passer à la page suivante. Pour ce faire :
 Insérez une image (dans le bandeau, onglet Insertion, cliquez sur le bouton Image, puis sélectionnez une
image soit dans la bibliothèque Sphinx iQ, soit depuis votre disque).

 Ouvrez les propriétés de l’image (dans le bandeau, onglet Format, cliquez sur le bouton Propriétés)

153
 Dans l’onglet Fonctionnement des propriétés de l’objet multimédia, cochez l’option Associer une action, puis
sélectionnez l’action à appliquer. Pour l’exemple, il s’agit d’Aller à la page suivante.

 Cliquez sur OK pour valider.


 Notez, qu’il est également possible d’utiliser un objet multimédia (image, légende,…) pour aller à une
page donnée, ou enregistrer les données, activer un lien Internet (site de l’entreprise, par exemple).
1.17. O R G A N I S E R L A VU E
Afin de faciliter la navigation entre les pages de votre vue, une barre de navigation est insérée par défaut dans
votre tableau de bord. Cette barre de navigation fonctionne à la fois dans le logiciel (onglet Affichage,
bouton Diaporama) et en ligne (après publication de l’enquête). Pour la modifier, dans les propriétés de la vue
(dans le bandeau, onglet Vue, cliquez sur le bouton Propriétés vue), cliquez sur l’onglet Taille.

154
Dans le menu déroulant Barre de navigation, sélectionnez la position à laquelle vous souhaitez voir apparaître la
barre (en haut ou en bas, dans le Diaporama). Puis dans le menu déroulant Indicateur de progression, choisissez
d’afficher soit une barre de progression, soit les numéros de pages. Si vous ne souhaitez pas faire apparaître une
barre de progression, choisissez Aucun dans le menu déroulant. Cliquez sur OK pour valider.
1.18. S C É NA R I S E R L A VU E
Les objets multimédia vous permettent également de scénariser votre vue, en leur paramétrant un
fonctionnement spécifique. Cela permet de rendre votre tableau de bord plus dynamique lorsqu’il est consulté.
Par exemple, une image représentant une flèche vers la droite peut être paramétrée pour devenir un élément
de navigation permettant de passer à la page suivante. Pour ce faire :
 Insérez une image (dans le bandeau, onglet Insertion, cliquez sur le bouton Image, puis sélectionnez une
image soit dans la bibliothèque Sphinx iQ, soit depuis votre disque).

 Ouvrez les propriétés de l’image (dans le bandeau, onglet Format, cliquez sur le bouton Propriétés)
 Dans l’onglet Fonctionnement des propriétés de l’objet multimédia, cochez l’option Associer une action, puis
sélectionnez l’action à appliquer. Pour l’exemple, il s’agit d’Aller à la page suivante.

 Cliquez sur OK pour valider.


 Notez, qu’il est également possible d’utiliser un objet multimédia (image, légende,…) pour aller à une
page donnée, ou enregistrer les données, activer un lien Internet (site de l’entreprise, par exemple).

155
1.19. O R G A N I S E R L ES V U ES
Dans le bandeau, onglet Vue, groupe Vue, cliquez sur Organiser.

1.20. I N S É R E R UN E Z ON E D E T EX T E ( C OMM E NT A I R E)
Les zones de texte permettent d’insérer des légendes dans votre tableau de bord, afin d’enrichir une analyse en
apportant des informations complémentaires. Pour insérer une zone de texte :
Dans le bandeau, onglet Insertion, cliquez sur le bouton Zone de texte, choisissez Zone de texte.

Tapez votre commentaire dans la zone de texte.


Utiliser la barre d’outils qui apparait au dessus de la zone pour mettre en forme le texte.

Cliquez en dehors de la zone de texte pour quitter le mode d’édition du texte.


Redimensionnez la zone de texte si nécessaire, puis placez-la à l’endroit souhaité.
Il est également possible d’ajouter une zone de texte dans le masque de page. Le masque de page est une
partie de la vue qui permet de reproduire sur chacune des pages de la vue les éléments qui s’y trouvent. Pour
ajouter un élément au masque, faites un clic-droit sur cet objet, puis Choisir comme masque. Placez ensuite
l’objet dans le masque (en haut ou en bas de la vue). Les éléments placés dans le masque sont modifiables
uniquement à partir de la première page de la vue.
156
1.21. I N S É R E R UN E L É G EN D E AU T O MA T I QU E
Les légendes automatiques permettent d’insérer un/des paramètre(s) de l’étude dans votre tableau de bord.
Pour cela, dans le bandeau, onglet Insertion, cliquez sur le bouton Zone de texte, choisissez Légende
automatique.

Vous pouvez ajouter une légende automatique à partir d’une liste prédéfinie des paramètres de l’étude.
Sélectionnez les paramètres que vous souhaitez voir apparaître dans votre tableau de bord, puis validez en
cliquant sur OK.

Notez que ces informations peuvent être insérées soit dans la partie centrale de la vue, soit dans le masque (en
cochant l’option Insérer dans le masque). Pour rappel, le masque de page est une partie de la vue reproduisant
les éléments qui s’y trouvent sur chacune des pages de la vue.
1.22. I N S É R E R UN E L É G EN D E CA L CU L ÉE
Les légendes calculées enrichissent vos tableaux de bord grâce à des formules de calcul Basic, permettant
d’afficher dynamiquement des informations relatives aux analyses. Par exemple, vous pouvez rédiger le
commentaire dynamique, dans lequel les références aux données de l’analyse s’adaptent à la strate choisie.
Pour ce faire :
R é di g e r l e c om m e n tai r e e t l e s f or m ul e s B asi c
Notez que vous pouvez retrouver l’aide en ligne des formules de calcul Basic à cette adresse
:http://asp.ergole.fr/config/help/fr/basic/
 Rédigez votre commentaire (voir mode opératoire précédent)
 Enrichissez-le avec une formule Basic. Pour cela, ouvrez les propriétés de l’objet (dans le bandeau,
onglet Format, cliquez sur le bouton Propriétés), puis cliquez sur l’onglet Contenu.

157
 Cliquez sur le bouton Insérer un calcul, pour ouvrir l’assistant d’édition des formules de calcul Basic
 Construisez votre formule. Par exemple, comme dans l’exemple ci-dessous :
Formule :
[a-DrinkingPlace].TauxReponse
[a-Drinking Place] (nom de la variable, entre crochets) fait référence à la variable sur laquelle est appliqué
l’opérateur de calcul.
La propriété .TauxReponse (un point, du nom de l’opération) permet d’afficher le taux de réponse de la variable.

 Pour ce faire, le plus simple est d’utiliser les menus déroulants présents en bas de fenêtre. Le premier menu
déroulant vous permet de choisir le type d’élément que vous souhaitez ajouter (variables, propriétés,
fonctions générales, etc.), le deuxième donnant accès à la liste des éléments du type choisi. Dans l’exemple
ci-dessus, on a besoin d’ajouter une propriété qui est le taux de réponses.
 Cliquez sur OK pour valider la formule au texte. La formule sera automatiquement mise entre crochets.

158
 Cliquez de nouveau sur OK. Votre commentaire est créé dans la vue, et la formule est remplacée par la
valeur du taux de réponse.
E x e m p l e de l é ge n de cal c ul é e :
 Commentaire et formules :
Le taux de réponse pour cette question : [[a-Drinking Place].TauxReponse]%
Les répondants déclarent boire leur boisson favorite, d'abord "[[a-Drinking Place].Mode]" ([[a-Drinking
Place].Pourcentage([a-Drinking Place].Mode)]%), puis "[[a-Drinking Place].Mode(2)]" ([[a-Drinking
Place].Pourcentage([a-Drinking Place].Mode(2))]%)
 Affichage dynamique en fonction de la strate sélectionnée :

1.23. I N S É R E R UN E I L L U ST R AT I O N ( IM A G E , S O N , V I D É O ,… )
Il est possible d’insérer des éléments multimédia (image, forme, son, vidéo, animation flash) dans votre tableau
de bord personnalisé.
Dans le bandeau, onglet Insertion, groupe Illustration.

Les boutons Image (*.bmp, *.gif, *.jpg, *.png, *.tif, *.wmf, *.emf), Forme, Son (*.mp3, *.wav, *.mid), Vidéo(*.avi,
*.mpg, *.mov, *.qt), et Flash (*.flv, *.swf) permettent l'insertion d'éléments multimédia dans le tableau de bord.
Pour insérer un élément multimédia, cliquez sur le bouton correspondant.
Les éléments multimédia peuvent être ajoutés au masque du document. (voir mode opératoire précédent)

159
1.24. I N S É R E R UN T A B L EA U À P L AT
Dans le bandeau, onglet Insertion, cliquez sur le bouton Tableau à plat.

L’assistant Insérer un tableau à plat s’ouvre. Dans la liste, sélectionnez la variable à analyser, puis cochez, ou non,
les options d’affichage des titres de partie, et de groupement des variables. Il est possible de sélectionner
plusieurs variables dans l’assistant. Dans ce cas, seront créés autant de tableaux à plat que de variables
sélectionnées. Une exception existe : celle des groupes de questions. Si vous choisissez plusieurs variables qui
appartiennent à un groupe de questions, celles-ci seront présentées dans un seul et même tableau à plat.
Enfin, validez pour insérer le/les tableau(x) à plat dans le tableau de bord.

Notez qu’il est également possible de créer des tableaux à plat en utilisant le glisser-déposer. Pour ce faire,
identifiez la variable souhaitée dans la fenêtre Variables de l’explorateur latéral, puis maintenez le clic enfoncé
sur cette variable et déposez-la sur la zone de travail centrale. Le tableau à plat correspondant à la variable est
généré.

160
1.25. I N S É R E R UN T A B L EA U C R O I S É (2 V A R I A B L E S)
Les tris croisés permettent d’étudier comment les données se répartissent. Ce type d’analyse consiste à traiter
simultanément deux variables, c’est-à-dire dépouiller les réponses à une question en fonction des réponses à une
autre question. Pour apporter une conclusion fiable à ces tris croisés, il faut effectuer des tests statistiques qui
permettent d’identifier l’existence ou non de relations et leur degré de significativité, sur des bases scientifiques.
Dans le bandeau, onglet Insertion, cliquez sur Tableau croisé / multiple.

L’assistant Insérer un tableau croisé s’ouvre. Sélectionnez la variable à utilisé en colonne, puis la ou les variable(s)
à utiliser en ligne. Cliquez sur OK pour valider et générer le tableau croisé.

Une fois le tableau croisé généré il est possible d’afficher des tests statistiques. Pour ce faire, sélectionnez le
tableau croisé, cliquez sur l’onglet Format puis sur le bouton Propriétés, dans le groupe Objet. Les propriétés de
l’objet s’ouvrent. Cliquez sur l’onglet Tests. Cochez la case correspondant aux actions de test (Colorier les cases
significatives Afficher le test de significativité, Commentaire) que vous souhaitez voir appliquer à votre tableau
croisé. Notez que le bouton permet d’accéder rapidement à la fonction Seuils des tests afin de les
modifier.
1.26. I N S É R E R UN T A B L EA U M UL T I P LE ( N V A R I A BL E S)
Les tableaux multiples permettent d'analyser des groupes de questions fermées, échelles ou numériques afin
d'identifier les tendances ou d'établir des comparaisons.

161
Dans le cas de questions fermées (y compris échelles nominales), le tableau s’apparentera à un tableau croisé,
où les questions du groupe apparaitront en ligne et les modalités communes en colonne. Dans le cas de
questions numériques (ou échelles traitées en nombre), les questions du groupe apparaitront en ligne, et les
valeurs en colonnes pourront être les moyennes, médianes, écarts-type,…
Pour insérer un tableau multiple dans votre vue :
Dans le bandeau, onglet Insertion, cliquez sur Tableau croisé / multiple

L’assistant Insérer un tableau croisé s’ouvre. Sélectionnez les variables du groupe de questions à analyser dans la
liste des variables en ligne. Dans le menu déroulant, Variable en colonne, sélectionnez la première question du
groupe. Cochez l’option Grouper dans un seul tableau. Cliquez sur OK pour valider et générer le tableau
multiple.

162
1.27. I N S É R E R UN T A B L EA U DE V A R I A B L E T EX T E
Les tableaux à plat permettent également l’analyse de textes collectés grâce à des questions ouvertes. Il existe
trois types d’analyses de texte dans les tableaux de bord : mise en classe des réponses, mise en classe des mots,
nombre de mots.
Pour analyser un texte, dans le bandeau, onglet Insertion, cliquez sur le bouton Tableau à plat.

Sélectionnez la variable texte à analyser, puis validez en cliquant sur OK. Il faut ensuite paramétrer le tableau en
fonction du type d’analyse à effectuer sur la variable. Pour ce faire, ouvrez les propriétés de l’objet : dans le
bandeau, cliquez sur l’onglet Format puis sur le bouton Propriétés dans le groupe Objet.
1.28. M I S E E N C L A SS E D E S R ÉP O NS E S
Dans la boîte de dialogue Propriétés des variables, cliquez sur l’onglet Calcul.
Sélectionnez Mise en classe des réponses. Cliquez sur OK pour valider et générer le tableau. Ce tableau
présentera l’ensemble des réponses à votre question ouverte. Si deux réponses sont identiques, elles sont
regroupées et le nombre de citation passe à 2, etc.

163
1.29. M I S E E N C L A SS E D E S M OT S
Dans la boîte de dialogue Propriétés des variables, cliquez sur l’onglet Calcul.
Sélectionnez Mise en classe des mots. Cliquez sur le bouton Dictionnaires, et cochez la case Ignorer les mots-
outils. Cette options permettra de rendre l’analyse plus pertinente en évitant que les mots-outils comme « le », « la
», « je », « et »,... apparaissent dans le tableau de mots. Cliquez sur Fermer pour retourner aux propriétés de l’objet.
Cliquez sur l’onglet Tableau. Cochez l’option Tronquer à, puis saisissez un nombre de lignes, par exemple 20. Cela
permettra d’afficher les vingt mots les plus cités dans votre question ouverte. Cliquez sur OK pour valider et
générer le tableau.

1.30. N O M B R E DE M OT S
Dans la boîte de dialogue Propriétés des variables, cliquez sur l’onglet Calcul.
Sélectionnez Nombre de mots. Cliquez sur l’onglet Contenu. Décochez Tableau et Graphique, et ne gardez
que Valeurs Remarquables. Cliquez ensuite sur l’onglet Valeurs puis cochez les valeurs que vous souhaitez
164
connaître concernant les mots de votre question ouverte, par exemple, la moyenne, la médiane, l’écart-type,...
Cliquez sur OK pour valider et générer l’analyse.

1.31. I N S É R E R UN T A B L EA U DE M O YE N NE S
Les tableaux de moyennes permettent de calculer la moyenne d’un groupe de variables numérique (ou
échelle).
Dans le bandeau, onglet Insertion, cliquez sur le bouton Tableau de moyennes.

L’assistant Insérer un tableau de moyennes apparait. Dans la liste des variables numériques (ou échelles si des
poids ont été affectés), sélectionnez celles à analyser, puis validez pour générer le tableau de moyennes
correspondant.

165
Notez qu’il est également possible d’affiner l’analyse en calculant les moyennes en fonction des modalités d’une
variable filtre. Pour ce faire, cochez la case Pour chaque modalité / valeur de…, sélectionnez la variable filtre,
puis validez.

1.32. N S É R E R UN T A B LE AU D E C A RA CT É R I ST I Q U ES
Les tableaux de caractéristiques permettent de définir les modalités de réponses les plus spécifiques (sur-
représentées) d’une variable, par rapport à une variable pivot.
Dans le bandeau, onglet Insertion, cliquez sur Tableau de caractéristiques.

La boîte de dialogue Insérer un tableau de caractéristiques s’ouvre. Sélectionnez le type de pivot que vous
souhaitez appliquer à votre tableau : une variable, ou un ensemble de modalités. Puis, dans la liste, sélectionnez
les variables à caractériser. Par défaut, la caractérisation est effectuée sur les modalités les plus spécifiques (sur-
représentées), mais il est possible de sélectionner les modalités les plus citées. Une fois le paramétrage de votre
tableau de caractéristiques effectué, cliquez sur OK pour le générer.

166
Pour simplifier la lecture d’un tableau de caractéristiques, il est possible de séparer les variables pour afficher
clairement les caractéristiques qui leur sont relatives. Pour cela, sélectionnez le tableau de caractéristiques, puis
dans l’onglet Format, cliquez sur le bouton Propriétés, dans le groupe Objet. La boîte de dialogue des propriétés
de l’objet s’ouvre. Dans l’onglet Tableau, cochez la case Séparer les variables. Ensuite, dans l’onglet
cochez Références des variables, puis sélectionnez le type de valeur à afficher pour identifier les différentes
variables à caractériser (nom de variable, libellé, libellé court, numéro de variable). Cliquez sur OK pour
appliquer ces changements.
Notez que si vous souhaitez associer une représentation graphique à votre tableau de caractéristiques (via les
propriétés de l’objet, onglet Contenu, case Graphique), celle-ci sera une carte des spécificités.
1 . 3 3 . I N S É R E R UN T A B L EA U C O MP O SÉ
Les tableaux composés permettent de créer des analyses personnalisées et avancées où vous choisissez la
variable à analyser en ligne, celle à analyser en colonne, et le type de données à générer dans les cellules du
tableau. Si vous souhaitez insérer uniquement un tableau croisé classique, préférez plutôt la fonction Insérer un
tableau croisé.
Dans le bandeau, onglet Insertion, cliquez sur Tableau composé.

La boîte de dialogue des Propriétés des tableaux composés s’ouvre. Elle comporte six onglets et s’ouvre
automatiquement sur l’onglet Tableau.
Dans le cas présent, on souhaite avoir une répartition du genre (homme/femme) selon l’âge des répondants (3
profils mis en place par tranches d’âge).
Les trois cases à cocher en haut de cet onglet permettent d’activer et de paramétrer l’affichage des totaux, le
tri par ordre et le troncature.
Dans les parties Lignes et Colonnes, sélectionnez les profils et / ou variables que vous souhaitez voir apparaître
dans le tableau composé.
Pour choisir une variable, sélectionnez-la dans le menu déroulant. Le champ texte Nom permet de renommer un
profil : C’est ce nom qui apparaitra dans la ligne/colonne contenant ce profil. Le bouton permet
d’appliquer des règles de calcul sur la variable sélectionnée.

167
Pour choisir un Profil, cliquez sur l’icône , puis pour le modifier, cliquez sur . Vous devez créer autant de
profil que de ligne/colonne souhaitées dans le tableau composé. Pour supprimer un profil cliquez sur le

bouton .Les flèches permettent de réorganiser les profils (ordre d’apparition dans le tableau).
Enfin, la partie cellules permet de définir les données que vous souhaitez voir apparaître dans les cellules du
tableau composé. Sélectionnez le type de données (effectifs, moyenne, somme, calcul Basic), réglez les options
si nécessaire. Vous pouvez également afficher les pourcentages en ligne / en colonne / sur le total.

Cliquez sur l’onglet Contenu.


Cet onglet permet de gérer le contenu de l’objet. Il est possible de définir le Nom du tableau, d’ajouter
éventuellement une Description complémentaire, de faire afficher le Tableau (en adaptant au besoin la taille
des colonnes), et le Graphique.

Cliquez sur l’onglet Calcul.

168
Cet onglet permet d’adapter un profil spécifique à l’ensemble du tableau composé, en complément de ceux
appliqués aux lignes / colonnes (dans l’onglet Tableau)

Les onglets Graphique et Affichage permettent de gérer les options de présentation du graphique (si celui-ci fait
partie du contenu de l’objet) et de l’affichage général (police, bordure, couleur de fond, mise en forme
automatique du tableau).
Une fois l’ensemble des options paramétré cliquez sur OK. Le tableau composé correspondant est alors généré
dans la vue.

169
1.34. I N S É R E R UN E C A RT E G É O G RA PH I Q UE
Dans le bandeau, onglet Insertion, cliquez sur Carte géographique.
Deux boîtes de dialogue s’ouvrent simultanément : Propriétés des objets externes et Paramètres de la carte.
La première étape consiste à paramétrer la carte. Sélectionnez la carte prédéfinie la mieux adaptée dans le
menu déroulant (France : Région, Département, Ville, etc.). Le bouton description vous permet de visualiser les
codes pris en charge pour la carte choisie.
Dans la partie Données, sélectionnez ensuite la variable de votre enquête qui servira d’Identificateur, contenant
la liste des réponses correspondant au code utilisé pour générer la carte (par exemple, une variable listant les
noms de pays). Le menu déroulant Calcul permet de définir le type de valeurs que vous souhaitez voir apparaître
sur la carte (effectif, somme, moyenne, répartition, etc.).

Dans l’exemple présenté, nous avons choisi de visualiser la répartition du genre des répondants en Europe. Il
s’agit de voir la répartition homme/femme dans les différents pays de l’Union européenne (indicateur : variable
reprenant les noms de pays).
Les parties Affichage de la carte et Présentation des données permettent de gérer les options de présentation de
la carte et des résultats associés.
Cliquez sur OK pour valider les Paramètres de la carte. Vous arrivez sur la boîte de dialogue Propriétés des objets
externes
 L’onglet Contenu permet notamment de relancer la boîte de dialogue Paramètre de la vue. C’est
également à partir de cet onglet qu’est spécifié de nom de la librairie utilisée pour la génération des cartes
géographiques.
 L’onglet Calcul permet de limiter les réponses à un profil spécifique que l’on défini.
170
 L’onglet Fonctionnement permet de faire afficher la carte uniquement à un type de personnes donné.
 L’onglet Affichage permet de gérer les options de présentation de l’objet.
 Une fois les propriétés de l’objet définies, cliquez sur OK pour valider. La carte géographique est générée.

1.35. I N S É R E R UN E MA T R I CE I M P O RT A NC E / P E R F O RM AN C E
Dans le bandeau, onglet Insertion, cliquez sur le bouton Mapping, puis sur Importance Performance.
La matrice importance/performance permet de mettre en perspective par exemple la satisfaction de la
clientèle avec l’importance qu’elle accorde aux différentes composantes de l’offre de l’entreprise. Cette
analyse conduit à la production d’une matrice où chaque critère est placé sur deux dimensions :
 Horizontalement : la performance, qui se mesure par la moyenne du critère sur l’ensemble des répondants
(moyenne sur 10).
 Verticalement : on mesure l’importance grâce au « coefficient de corrélation » de chaque critère. Selon ces
principes de calcul, plus la corrélation est forte (proche de 1) entre un critère et la note de satisfaction, plus
le critère est lié statistiquement à la satisfaction globale, donc, plus il est important.

171
Deux assistants s’ouvrent : Importance/Performance et Assistant Tableau composé :
 Assistant Importance/Performance : Sélectionnez, dans la liste, les variables échelles ou numériques qui
apparaitront dans la matrice Importance / Performance. Choisissez le type d’analyse à effectuer :
Corrélation avec une évaluation globale, Rang du critère dans une question ordonnée, ou Seconde
évaluation critère par critère. Choisissez les options de présentation de la carte (carte limitée aux valeurs
extrêmes, ou carte ajustée et centrée)
 Assistant Tableau composé : L’onglet tableau de cet assistant reprend les variables paramétrés avec
l’assistant précédent.
 Cliquez sur l’onglet Contenu. Décochez la case Tableau, et cocher la case Graphique. Cliquez sur OK
pour générer votre matrice Importance / Performance
 Dans l’exemple ci-dessous, la présentation de la matrice a été personnalisée. Dans l’onglet Graphique
des Propriétés des tableaux composés, vous pouvez modifier quelques options basiques de présentation.
Pour aller plus loin et modifier les options de la carte, cliquez sur le bouton Carte.

Dans une matrice Importance / Performance, la position des différents critères selon les axes permet de les
caractériser :
1 : la zone de progrès en haut à gauche : nous indique les critères importants qui sont insuffisamment bien
perçus.
2 : les points forts en haut à droite : font référence aux critères importants pour les répondants, et sont évalués
positivement.
3 : la zone blanche (ou neutre) en bas à gauche : les critères ne sont pas très bien perçus mais ils sont peu
importants.
4 : la zone de « sur qualité » en bas à droite : ces critères sont bien évalués mais ils sont d’une importance
moindre pour les répondants.

172
1.36. I N S É R E R UN E A NA L Y S E FA CT O R I E L L E D ES C O R R E SP O ND A NC E S / A N AL Y S E D ES
C O R R E S PO N DA N CE S MU LT I P L E S
Dans le bandeau, onglet Insertion, cliquez sur le bouton Mapping, puis sur AFP ACP.
Les cartes factorielles d’A.F.C. ou « mappings » proposent une représentation graphique des associations entre
un grand nombre de modalités de réponse, issues d’une seule question multiple ou de plusieurs questions.

L’assistant Insérer une analyse / groupe apparait. Sélectionnez les variables à analyser, nommez le groupe, puis
gérer les options relatives aux types de variables. Cliquez sur OK pour valider.

173
1.37. I N S É R E R UN E C A RT E D ES S P ÉC I F I C I T ÉS
Les cartes de spécificités reprennent la même méthodologie que les tableaux de caractéristiques, mais
permettent de les représenter sous forme graphique. Il s’agit donc des mêmes étapes de paramétrage.
Dans le bandeau, onglet Insertion, cliquez sur le bouton Mapping, puis sur Carte des spécificités.

La boîte de dialogue Insérer un tableau de caractéristiques s’ouvre. Sélectionnez le type de pivot que vous
souhaitez appliquer à votre carte : une variable, ou un ensemble de modalités. Puis, dans la liste, sélectionnez les
variables à caractériser. Par défaut, la caractérisation est effectuée par les modalités les plus spécifiques (sur-
représentées), mais il est possible de les caractériser en fonction des modalités les plus citées. Une fois le
paramétrage de votre carte des spécificités effectué, cliquez sur OK pour la générer.

174
Notez qu’il est possible d’afficher la carte des spécificités et le tableau de caractéristiques correspondant dans le
même objet. Pour cela, dans les propriétés de la carte des spécificités (dans le bandeau, onglet Format, puis
bouton Propriétés), cliquez sur l’onglet Contenu, cochez Tableau, puis validez.
1.38. I N S É R E R UN G R A PH E D E R E LA T I O N
Les graphes de relations permettent d'explorer rapidement et automatiquement les relations entre les variables
afin d'identifier les plus significatives. Les options proposées donnent la possibilité de trouver les principales
relations, d'expliquer une variable ou de repérer les groupes de variables proches TS, S, PS, NS.
Les types de relations qui peuvent exister entre les variables sont notés par les initiales :
 TS : les relations très significatives, pour p<1%, sûres à 99% ou plus,
 S : les relations significatives, pour 1%<p<5%, sûres à 95-99%,
 PS : les relations peu significatives, pour 5%<p<15%, sûres seulement à 85-95%,
 NS : les relations non significatives, pour p>15%, sûres à moins de 85%
Les valeurs (1%, 5%, etc.) sont les seuils par défaut. Il est possible de les modifier : dans les Propriétés des groupes,
dans l’onglet Tests, cliquez sur le bouton situé à côté de Colorier les cases significatives.

175
1.39. T R O U VE R L E S P R I NC I P A LE S R E L AT I O N S

Dans le bandeau, onglet Insertion, cliquez sur la flèche du bouton Graphe de relation, puis sur Trouver les
principales relations.

Sélectionnez les variables pour lesquelles vous souhaitez connaître les liens de relation. Veillez à ce que la
case Trouver les principales relations soit cochée, puis cliquez sur Suivant. A l’écran suivant, il vous est possible de
personnaliser les seuils de significativité. Cliquez sur Terminer pour générer le graphe.

176
1.40. E X P L I QU E R L A VA R I A B L E

Dans le bandeau, onglet Insertion, cliquez sur la flèche du bouton Graphe de relation, puis sur Expliquer la
variable.

177
Sélectionnez les variables qui expliqueront la variable sélectionnée dans le menu déroulant Expliquer la variable,
puis cliquez sur Suivant. A l’écran suivant, il vous est possible de personnaliser les seuils de significativité. Cliquez
sur Terminer pour générer le graphe.

Dans l’exemple ci-dessus, toutes les relations sont très significatives.


1.41. I N S É R E R D E S A R B RE S D E C OMP O S I T I O N
Dans le bandeau, onglet Insertion, cliquez sur Arbres de composition.

Une boîte apparaît dans la vue. Elle représente la population totale de l’échantillon.
Pour ajouter un nouveau nœud, faites un clic-droit sur la boîte Population totale, puis cliquez sur Décomposer. Il
est possible d’effectuer une décomposition selon une variable ou un profil :
178
 Selon une variable : Sélectionnez la variable avec laquelle décomposer les réponses. Sélectionnez
l’option souhaitée : Une branche par modalité ou Répartition suivante, puis paramétrez-la.

 Selon un profil : Cliquez sur pour paramétrer le premier profil et tapez son Nom dans le champ

correspondant. Cliquez sur pour ajouter un autre profil, et sur pour en retirer un.
Une fois la variable ou le profil paramétré(e), cliquez sur OK pour générer le nœud.

1.42. P ROP RIÉTÉ DE LA BOÎT E


Il est possible de paramétrer le Contenu, les Calculs et l’Affichage des boîtes des arbres de composition. Pour ce
faire, sélectionnez la boîte à paramétrer, cliquez sur l’onglet Format dans le bandeau, puis sur le
bouton Propriétés dans le groupe Objet.

 L’onglet Contenu : permet de sélectionner les informations affichées dans la boîte : Nombre
d’observations, Pourcentage de la population, Pourcentage du nœud, Décrire une modalité.

179
 L’onglet Calcul : permet de paramétrer le profil du nœud. NB : Si avez utilisé l’outil de décomposition
(notamment la décomposition par profil) pour développer votre arbre de composition, vous n’avez pas
besoin de redéfinir un profil de nœud, sauf s’il s’agit d’apporter une précision supplémentaire.
 L’onglet Affichage : permet la gestion des options de présentation de la boîte.
1.43. R É O R G A N I S E R U N T A B L E AU
Les données présentes dans le tableau d’une analyse peuvent être réorganisées. Il est possible de les trier par
ordre croissant/décroissant des modalités ou valeurs, de regrouper/ordonner les modalités, ou de simplifier le
nombre d’observations analysées.
 T RIER
Les données d’un tableau peuvent être triées par ordre croissant ou décroissant en fonction des modalités ou
des valeurs des observations. Pour appliquer un tri à une analyse :
 Sélectionnez l’analyse sur laquelle appliquer le tri
 Ouvrez les propriétés de l’objet (dans le bandeau, cliquez sur l’onglet Format, puis sur le bouton
Propriétés) puis cliquez sur l’onglet Tableau.
 Cochez l’option Trier par ordre, puis sélectionnez le tri souhaité dans le menu déroulant.

 Cliquez sur OK pour valider et appliquer le tri.


Notez qu'il est possible de trier les questions ordonnées par Importance. Pour cela, seules les valeurs relatives à
l'importance ne doivent être affichées dans le tableau (décocher Effectif et Pourcentage, et ne laisser
qu'Importance coché)

180
 R E G R O U PE R / O R D O NN E R
Il est possible de réorganiser un tableau en regroupant et/ou supprimant certaines modalités, et/ou en se limitant
à un nombre de lignes du tableau. Pour effectuer ces actions :
 Sélectionnez l’analyse sur laquelle appliquer le regroupement / ordonnancement.
 Ouvrez les propriétés de l’objet (dans le bandeau, cliquez sur l’onglet Format, puis sur le bouton
Propriétés) puis cliquez sur l’onglet Calcul.
 Cochez l’option Regrouper / Ordonner les modalités, puis cliquez sur le bouton
 Cas d’un tableau à plat : Sélectionnez une ou plusieurs modalités et cochez une des options à appliquer
: Grouper sous le nom, ou Ne pas grouper, ou Ignorer. L’onglet Ordonner permet de monter / descendre
une modalité et de changer ainsi l’ordre de présentation des modalités dans l’analyse.

 Cas d’un tableau croisé / multiple / composé / de moyennes: Tapez les formules correspondant aux
regroupements et ordonnancements à appliquer.
R e g r o up er d es m o dal i té s
Nom du groupe de modalités suivi d'un signe égal, puis le nom des modalités à grouper, entre guillemets et
séparées d'un signe égal
Boissons alcoolisées = "Vins" = "Bière" = "Spiritueux" = "Prémélange"
S u p p ri m er d es m o dal i té s
Le nom des modalités à supprimer entre guillemets, séparées d'un point-virgule, le tout entre parenthèses
("Eau du robinet" ; "Prémélange" ; "Vin")
L i m i t e r à u n no m b re d e l i g ne s
 Le numéro de ligne de début et celui de fin, séparés par un tiret
1-10
 Cliquez sur OK pour valider.

181
 SIMPLIFIER
Il est possible de simplifier le nombre d’observations traitées dans une analyse en utilisant la fonction de
simplification. Celle-ci permet de simplifier par rapport aux effectifs, aux pourcentages, et/ou au nombre
maximum de lignes. Pour simplifier une analyse :
 Sélectionnez l’analyse sur laquelle appliquer la simplification.
 Ouvrez les propriétés de l’objet (dans le bandeau, cliquez sur l’onglet Format, puis sur le bouton
Propriétés) puis cliquez sur l’onglet Calcul.
 Cochez l’option Simplifier, puis cliquez sur le bouton
 Cochez par quelle(s) option(s) simplifier (effectif, pourcentage, nombre maximum de lignes) puis entrez
les valeurs filtres. Notez que les Valeurs ignorées, peuvent être ignorées (Supprimer de l’analyse) ou
regroupées dans une modalité (ici : Autres).

 Cliquez sur OK pour valider.


1.44. P L A CE R A UT OM AT I Q U EM EN T L ES O B J E T S
Dans le bandeau, onglet Format, cliquez sur le bouton Placer.
La fonction Placer permet de réorganiser l’ensemble des objets d’une vue selon les règles sélectionnées. Réglez
les paramètres pour générer le placement souhaité, puis validez.

182
1.45. D É F I N I R L A P O S I T I ON D E S O B J ET S
Dans le bandeau, onglet Format, dans le groupe Disposition.

Dans ce groupe figurent toutes les fonctions de disposition :


 Alignement : Alignement horizontal à gauche/à droite, Alignement vertical en haut/en bas, Répartition
horizontale/verticale. Ces fonctions s’appliquent à un groupe d’objets (plusieurs objets sélectionnées).
 Taille : Mettre à la largeur minimale, Mettre à la même largeur, Mettre à la largeur de la colonne, Mettre
à la largeur de la page, Augmenter/Diminuer la largeur. Ces fonctions s’appliquent à un ou plusieurs
objets (sauf, Mettre à la même largeur qui s’applique à plusieurs).
 Ordre : Mettre au premier/dernier plan, Avancer/Reculer.

1.46. P P L I Q UE R / D É F I N I R UN S T Y LE
Dans le bandeau, onglet Format, cliquez sur le bouton Styles.

183
 Appliquer un style : permet d’appliquer un style prédéfini (Style standard, style rapport
papier/écran/statistiques) à la vue, en replaçant, ou non, les éléments.

Sélectionnez le style à appliquer dans la liste, puis validez.


 Définir les styles : permet de modifier les styles par défaut, ou d’en créer de nouveaux. Ces styles
personnalisés peuvent être enregistrés, et réutilisés plus tard pour d’autres enquêtes (enregistrés dans le
répertoire d’installation du logiciel, et non au niveau de l’enquête).
1.47. S U B ST I T U E R U NE V A R I A B L E DA N S L ES A NA L Y S ES
Dans le bandeau, onglet Format, cliquez sur le bouton Substituer une variable.
La fonction Substituer une variable permet de remplacer une variable utilisée dans l’analyse par une autre. Cela
permet, par exemple, de modifier une variable de référence utilisée dans toute la vue pour en définir une
nouvelle.
Pour ce faire, sélectionnez la variable à substituer dans le premier menu déroulant, puis la variable de
remplacement dans le second, puis validez.

1.48. F I L T R E R L E S R ÉP O N SE S
Le filtre de réponses consiste à analyser les résultats de votre enquête en ne vous intéressant qu’à un profil
spécifique de répondants. Par exemple, seulement les Femmes, ou bien les personnes ayant entre 25 et 50 ans. Il
existe trois niveaux de filtres différents lorsque vous éditez votre tableau de bord personnalisé : les strates, les
profils appliqués à une vue, et les profils appliqués à un objet.
1.49. S T R AT E S
Les strates permettent de scinder la population en plusieurs groupes et de générer à la fois les résultats relatifs à
tous les répondants et ceux qui concernent des sous-échantillons particuliers. Lorsqu’une strate est sélectionnée,
elle s’applique à l’ensemble du tableau de bord et elle sera active sur toutes les vues de votre tableau de bord.

184
Il est possible de changer de strates très rapidement lors d’une analyse grâce à la fenêtre Strates, dans
l’explorateur latéral de l’environnement Tableau de bord personnalisé.

Pour créer une strate :


 Dans la fenêtre Strates de l’explorateur latéral, cliquez sur Nouvelle strate

ou sur le bouton
 Créez le profil définissant la strate


 Cliquez sur OK pour valider
Dans l’exemple ci-dessus, on souhaite créer le profil des hommes âgés de 25 à 50 ans.
1.50. F I L T R E R L E S R É SU LT AT S D ’ U NE V UE O U D ’ UN E V A R I A B LE
Les filtres peuvent également être appliqués au niveau d’une vue et/ou d’un objet. Cette fonction s’appelle
Limiter au profil et se paramètre dans les propriétés de la vue et/ou les propriétés d’un objet.
Pour limiter au profil :
 Cas d’un filtre sur une vue : ouvrez les propriétés de la vue (dans le bandeau, onglet Vue, cliquez sur le
bouton Propriétés vue), cliquez sur l’onglet Calcul.
 Cas d’un filtre sur un objet: ouvrez les propriétés de l’objet (dans le bandeau, onglet Format, cliquez sur le
bouton Propriétés), cliquez sur l’onglet Calcul.

185
 Créer un profil : Cochez Limiter au profil, cliquez sur Modifier, puis Définir un autre profil. Renseignez les
informations sur le profil, puis validez.
1.51. PONDÉRER LES EFFECTIFS
Dans le bandeau, onglet Vue, cliquez sur le bouton Pondérer les effectifs, dans le groupe Outils – Options.
La fonction Pondérer les effectifs permet de pondérer les réponses par rapport à une variable numérique
donnée. Pour ce faire :
Cochez Pondérer les effectifs avec la variable, puis sélectionnez la variable pondératrice dans le menu
déroulant.

En règle générale, on aura préalablement crée une variable « Redressement » suite au redressement de la
population étudiée afin d’obtenir un échantillon représentatif de celle-ci. Cette variable peut être utilisée
comme dans l’exemple ci-dessus pour pondérer les effectifs.
1.52. DÉFINIR LES SEUILS DES TESTS
Dans le bandeau, onglet Format, cliquez sur le bouton Seuils des tests, dans le groupe Outils – Options.
Cette fonction vous permet de modifier les seuils utilisés dans les tests de significativité de l’ensemble du tableau
de bord. Tapez les valeurs des seuils souhaitées, puis validez.
Il existe différents tests statistiques, qui sont appliqués selon le type des variables analysées (nominales ou
numériques)

186
1.53. DÉFINIR LE FORMAT DES NOMBRES
Dans le bandeau, onglet Format, cliquez sur le bouton Format des nombres, dans le groupe Outils – Options.
Cette fonction vous permet de choisir le type d’affichage des nombres, pourcentages et séparateurs de
décimales. Sélectionnez les options d’affichage souhaitées, puis validez.

1.54. AFFICHER LE DIAPORAMA


Dans le bandeau, onglet Affichage, cliquez sur le bouton Diaporama.
La fonction Diaporama permet de visualiser la vue courante en mode plein écran.

187
1.55. EXPORTER LA/LES VUE(S)
Une fois votre tableau de bord finalisé, il est possible d’exporter une ou plusieurs vues. Pour cela, dans le
bandeau, onglet Accueil, cliquez sur le bouton Exporter, puis Exporter une vue ou Exporter plusieurs vues.

 Exporter une vue : permet d’exporter le contenu de la vue courante vers MS Office (Word, Excel
(uniquement les tableaux), PowerPoint ou OpenOffice. Choisissez le format d’export, réglez les options
de présentation, puis cliquez sur Copier pour exporter la vue.
 Exporter plusieurs vues : un premier assistant s’exécute lorsque vous cliquez sur Exporter plusieurs vues. Il
sert à sélectionner les vues à exporter. Sélectionnez-les, précisez le titre du rapport, puis cliquez sur
Imprimer, ou Enregistrer au format HTML, ou Enregistrer dans Office.
1.56. COMPARER DES FRÉQUENCES, DES MOYENNES
Dans le cas où vous avez mené la même enquête sur deux échantillons, il est possible de comparer les résultats
réciproquement obtenus, qu’il s’agisse d’une comparaison de fréquences ou de moyennes.
188
On souhaite alors savoir si les fréquences/moyennes d’une même question, sont égales ou statistiquement
différentes.
Afin de faciliter cette étape, nous mettons à votre disposition un outil en ligne permettant de mettre en place
des :
 comparaisons de fréquences sur deux échantillons :
http://www.sphinxonline.net/sphinx/aide/comparaisonmoyennes.htm

 comparaisons de moyennes sur deux échantillons :


http://www.sphinxonline.net/sphinx/aide/comparaisonfrequences.htm

3. ANALYSES MULTIVARIÉES
Les analyses multivariées, permettent de guider le processus décisionnel et orientent les actions à mettre en
place. Elles se basent sur des méthodes différentes selon qu’elles visent la description des faits observés ou
l’explication des phénomènes étudiés.
L’analyse descriptive permet d’identifier les tendances, de calculer les fréquences et de mesurer la
concentration ou la dispersion des réponses.
L’analyse explicative se consacre au croisement des variables dans une optique de vérification des associations
éventuelles.

L’environnement Analyses multivariées est composé :


 1 : d’une zone de travail centrale
 2 : d’un bandeau horizontal contenant deux onglets (Accueil, Affichage)
 3 : d’un explorateur latéral composé de trois fenêtres (Analyses sauvegardées, Strates, Langues)
La fenêtre Analyses sauvegardées regroupe l’ensemble des analyses que vous avez effectuées et que vous avez
souhaitez garder en mémoire dans le logiciel. Celles-ci sont présentées en respectant l’ordre de création, et

189
selon leur type : analyse bivariée, ou analyse multivariée. Pour plus d’aisance, il est possible de
développer/réduire la liste des analyses sauvegardées par type, en cliquant sur l’icône à côté du titre.
La fenêtre Strates liste les strates permettant, après leur construction, de visualiser les résultats sur un profil donné.
Les icônes situées au-dessus de la liste permettent la gestion des strates : créer, afficher, propriétés, supprimer.
La fenêtre Langues permet, dans le cas d’une enquête multi-langue, de choisir la langue du tableau de bord
personnalisé. Une même vue peut être visualisée en différentes langues.
C om m e nt y a cc éd e r ?
Depuis le panneau d’accueil,
Cliquez sur le stade Analyse des résultats,
Puis Analyse multivariée.

190
PARTIE 6: ANALYSES TEXTUELLES

1. INSTALLATION
1.1. C O N F I G U RA T I O N R E QU I S E
 Configuration recommandée
Processeur Intel®Core à 2,5 Ghz
Mémoire vive RAM : 4 Go
Espace libre disque dur : 500 Mo
Carte graphique : DirectX 9 compatible 3D avec 256 MB de mémoire dédiée
Résolution écran : 1028x768 - couleurs 32 bits

 Configuration minimale
Processeur à 2.5 Ghz
Mémoire vive RAM : 2 Go
Espace libre disque dur : 300 Mo
Carte graphique : DirectX 9 compatible 3D avec 64 MB de mémoire dédiée
Résolution écran: 1028x768 - couleurs 32 bits

 Système
Windows XP / Vista / 7 / 8
avec .NET Framework version 4 installé
1.2. I N S T A L LA T I ON D ' U NE L I C E NC E M O N OP O ST E
> Si vous possédez une licence flottante, suivez la note :
http://infos.lesphinx.eu/docs/Installation_flottante.pdf
Vous devez être en mode administrateur pour installer et activer le logiciel.

Vous avez reçu une clé usb du logiciel Vous avez téléchargé le logiciel

Ouvrez l'explorateur de fichiers, affichez le Ouvrez l’explorateur de fichiers, afficher le contenu


contenu de la clé USB, faites un double-clic sur du dossier de téléchargement*, faites un double-
l'icône « SetupSphinxIQ.exe ». clic sur l’icône « SetupSphinxIQ.exe ».
* Le répertoire de stockage des fichiers téléchargé
est défini dans le navigateur Internet.

 Cliquez sur Suivant.

191
Vous pouvez, dans cette étape, choisir le répertoire d'installation des fichiers du logiciel mais nous vous
conseillons de conserver le répertoire proposé C:\SphinxQuali.
Cliquez sur Suivant, puis Installer.

Un message vous confirme que l’installation s'est déroulée correctement.

192
Pour démarrer :
- un raccourci a été créé sur le Bureau
- un menu Le Sphinx Développement a été créé dans le menu Programme.
A la première ouverture de Sphinx Quali, celui-ci fonctionnera en mode Démonstration. Pour accéder à la version
complète, il vous faudra rentrer votre clef d’installation.
Choisissez le premier bouton radio, cliquez sur Suivant.

Entrez exactement la Clef d'installation qui vous a été communiquée par mail ou par courrier.
Cliquez sur Suivant pour accéder à l’étape d’activation de la clef.
A c ti v at i o n de l a c l e f :
NB: votre poste doit être en mode administrateur.
En cas de connexion internet détectée, l’activation se fera automatiquement après avoir cliquez sur Suivant.
En cas d’absence de connexion internet (pas d’accès Internet, problème de connexion ou autre), une fenêtre
précisant que le logiciel n’a pas été activé apparaitra. :
Si vous pouvez vous connecter à Internet, cliquez sur Accès Internet, et l’activation se lancera automatiquement.
Si la connexion Internet n’est pas possible, sélectionner l’option Activer par téléphone et suivez la procédure
décrite ci-dessous.

193
Relevez les codes C1 et C2 et transmettez-les à nos services avec votre code client
par mail :contact@lesphinx.eu ou téléphone : 04 50 69 82 98
NB: cette activation est obligatoire. Tant qu’elle n’a pas été réalisée, votre logiciel fonctionnera en mode
Démonstration.
Vous rencontrez un problème lors de l’installation
Notez le numéro d’erreur et contactez nous au : 04 50 69 82 98

P r oc éd u re s c om pl ém e nt ai r es
Désinstaller ou déplacer une Licence monoposte
Sauvegardez vos enquêtes dans des emplacements externes au logiciel Sphinx.
Vérifiez que vous soyez bien en possession de votre clef d’installation.

La licence d'utilisation de Sphinx est installée sur un ordinateur A. On veut la déplacer sur l'ordinateur B.
o Veiller à ce que l’ordinateur A soit connecté à internet :
 La désactivation de la clef d’installation se fera automatiquement à la désinstallation. Il est donc
nécessaire d’avoir une connexion internet active à ce moment.
o Désinstallation d’un poste :
 Cliquez sur Démarrer \ Programmes \ Le Sphinx Développement \ Désinstaller Sphinx Quali ;
 Dans le dialogue qui apparaît, cliquez sur Oui
o Réinstallation sur l’ordinateur B :
 Insérez la clé USB, lancez l’installation, saisissez manuellement votre clé d’installation puis réactiver là.
 Si vous bénéficiez d’un contrat de maintenance, effectuez les mises à jour mineures de votre logiciel :
 La recherche de mises à jour est réalisée directement à l’ouverture de Sphinx Quali, sous réserve de
disposer d’un accès internet.
194
Ouvrez votre logiciel Sphinx Quali afin d’accéder à la page d’accueil.
Cliquez sur le lien Update situé en bas de votre écran.

2. PRÉSENTATION DE SPHINX QUALI


Sphinx Quali est l’outil d’analyse lexicale et sémantique de Sphinx qui facilite le traitement des questions ouvertes
et des textes issus de sources externes (internet, réseaux sociaux,…). Les méthodes et technologies d’analyse
de Sphinx Quali permettent d’effectuer différents types de traitements, au travers de trois protocoles. Tous ces
protocoles vont vous aider à repérer rapidement les thématiques et à comprendre le sens du corpus étudié.
 Protocole d’Exploration
Permet de prendre connaissance du corpus de manière détaillée et de « fouiller le texte » très
rapidement en bénéficiant de toutes les ressources de l’analyse lexicale, sémantique et statistique.
 Protocole de Codification
Permet la construction automatique ou manuelle d’une grille de thématique permettant de coder un
corpus. La codification permet de classer les observations selon leurs thématiques et d’en extraire des
données statistiques.
 Protocole de Synthèse
Propose différentes synthèses permettant d’expliquer de quoi parle le texte (concepts), de quelle
manière on en parle (opinions positives / négatives), et quelle est l’influence d’un contexte donné. Ces
synthèses permettent de prendre rapidement connaissance des thématiques et orientations principales
du corpus, en très peu de temps et avec peu d’efforts.
2.1. GLOSSAIRE
Trouvez ici un glossaire des termes utilisés dans le cadre de l'utilisation de Sphinx Quali.
G é n é ral i té s
 La lemmatisation est le procédé consistant à ramener les différentes formes d'un même mot à sa forme
canonique ou lemme (singulier, masculin pour les noms et adjectifs ; infinitif pour les verbes). Il est à la
base de l'analyse lexicale qui conduit à prendre connaissance d'un texte à partir de son lexique. Mais un
mot peut avoir plusieurs significations différentes (polysémie) et une même signification correspondre à
différents mots (synonymie).
 L'analyse sémantique permet de dépasser cet écueil en définissant les conditions nécessaires pour
passer du lexique au sens (idée, concept,...). Elle fait appel aux notions de thésaurus, d'ontologie ou
dictionnaire et de réseau sémantique.
 Un thésaurus définit un ensemble de significations, idées / concepts et les organise suivant une
nomenclature arborescente qui va du général au particulier.

195
 Une ontologie ou un dictionnaire est un ensemble d'éléments qui définissent une notion. Ici, il s'agit d'un
ensemble de mots (sous leur forme lemmatisée) qui renvoie à une signification et donc une feuille du
thésaurus.
 Un réseau sémantique est un ensemble de relations entre éléments signifiants (mot d'un corpus ou
signification d'un thésaurus) conduisant à préciser le sens de ces éléments en fonctions des éléments
auxquels ils se trouvent reliés. Ainsi le mot avocat renvoie à une signification différente selon qu'il est
associé à "salade", "manger", "assaisonnement" ou qu'il est relié à "tribunal", "juge", "droit".
S p hi nx Q ual i
 Un sentiment est une phrase ou un segment de phrase caractérisé par : son type (conseil, jugement,
sentiment, opinion), sa catégorie (recommandation, suggestion, évaluation, peur…), son intensité (1 à 3),
son orientation (positive, négative)
 La variable de contexte permet de comprendre les différences entre les répondants. Elle permet de
segmenter le corpus selon plusieurs catégories, comme l’âge, le sexe, ou son département / service ou
autre. Elle doit être une variable fermée unique ou fermée échelle.
 La variable de signature permet d’identifier l'origine du texte. Elle met en évidence des caractéristiques
de la personne qui s’exprime. Il est possible de sélectionner plusieurs variables de signature pour une
même analyse.
 La longueur correspond au nombre de mots de la réponse, sans prendre en compte les mots-outils.
 La richesse est le nombre de mots différents dans une réponse.
 La banalité est une moyenne de fréquence des mots dans le corpus. Plus les mots sont fréquents plus la
banalité sera forte
2.2. A C CÉ D E R AU X D I F FÉ R E NT S P R OT O CO L E S
L’accès aux différents protocoles d’analyse textuelle et sémantique peut se faire de trois manières différentes :
Depuis le panneau d’accueil :
 Depuis le panneau d'accueil,
 Sélectionnez un protocole en fonction des traitements que vous souhaitez réaliser (Synthèse,
Codification, Exploration).

196
Depuis le bandeau, onglet Accueil :
 Depuis l’environnement de travail d’un des protocoles,
 Dans le bandeau, cliquez sur l’onglet Accueil,
 Cliquez sur le bouton correspondant au protocole souhaité (Exploration, Codification, Synthèse), dans le
groupe Protocole.

Depuis les icônes de lancement rapide :


 Depuis l’environnement de travail d’un des protocoles,
 Dans la barre de titre de Sphinx Quali (tout en haut de l’écran), cliquez sur l’icône correspondant au
protocole souhaité (Exploration, Codification, Synthèses).

2.3. A P E R ÇU D ES I N T E R FA C ES L O G I C I E L L ES D E S PH I NX Q UA L I
Le logiciel propose 3 protocoles à l'utilisateur, accessibles depuis le panneau d'accueil : le protocole
d'Exploration, le protocole de Codification, et le protocole de Synthèse.
Ci-dessous, un premier aperçu des interfaces logicielles de Sphinx Quali qui vous permettra de vous familiariser
avec les différents environnements de travail que propose ce nouveau module.
 Première utilisation
 Protocole de Synthèse
 Protocole de Codification (Analyse de contenu)
 Protocole d'Exploration
 Règles de calcul
 Création de variables lexicales
P r em i è re u ti l i sa ti o n
A la première utilisation des fonctions textuelles et sémantiques une boîte de dialogue permet de choisir le texte
à analyser ainsi qu’une variable de contexte susceptible d’avoir une influence sur les contenus et une ou
plusieurs signatures permettant de situer les verbatim.

197
Pour analyser une nouvelle variable texte, il faut cliquer sur le bouton Changer dans l’onglet Accueil. Il fait
réapparaître la boite de dialogue.
Pour modifier les variables de contexte ou de signatures, il faut se rendre dans l'onglet Données.

P r o to c ol e d ' E xp l o ra ti o n
L’environnement d’Exploration comporte un volet latéral, situé à gauche de l'écran, intitulé Lexique. Il affiche la
liste des mots ou des concepts du texte. Les boutons Mots et Concepts (dans le bandeau, onglet Accueil)
permettent de passer d’une liste à l’autre. Les mots apparaissent par défaut dans leur forme lemmatisée, et leur
catégorie grammaticale est indiquée (Cat).

La liste des éléments du lexique (mots ou concepts) peut être réaménagée en regroupant des éléments (on
marque les éléments à grouper dans la liste puis clic droit > Grouper).

198
Le bouton symbolisant le filtre (en haut du volet Lexique) permet de choisir la nature et le nombre des éléments
affichés.
Le bouton option, règle le calcul des éléments apparaissant dans le lexique : mots lemmatisés ou non, niveau
sémantique dans le thésaurus et niveau d’exigence.
Fouille de texte
Le corpus est affiché, par défaut, dans son intégralité. Les observations peuvent être présentées dans leur ordre
d’arrivée selon leur longueur ou selon les autres éléments de contexte affiché en regard du texte (les autres
colonnes, que l'on peut ajouter / supprimer via l’onglet Corpus, groupe Colonnes). En cliquant sur les en-têtes de
colonnes on change on trie les observations par rapport au contenu de cette colonne.
En cliquant sur un élément du lexique, on marque dans le corpus le mot ou l’observation correspondant. Le
bouton Voir les observations de l’onglet corpus permet de restreindre ou non l’affichage du corpus aux éléments
marqués dans le lexique. Le contenu des observations peut être découpé en phrases ou paragraphes. On peut
ainsi très facilement rechercher du verbatim et copier les éléments sélectionnés (bouton Copier ou Ctrl + C).
Les passages contenant des opinions positives ou négatives peuvent être identifiés dans le corpus par un
coloriage vert ou rouge selon le cas (onglet Corpus, Colorier les opinions).
P r ot o col e d e Sy n th è se
Le protocole de Synthèse permet de visualiser les résultats des analyses textuelles et sémantiques, et de préparer
leur restitution. Quatre types de synthèses peuvent être affichés : Synthèse globale, Orientation et Sentiments,
Analyse par contexte, Analyse de contenu.
On choisit le type de synthèse dans l’onglet synthèse. La navigation entre les différentes vues et les différentes
synthèses s'effectue grâce aux les flèches situées en bas à gauche de l'écran.
Le bouton Exporter (dans l'onglet Accueil) permet de récupérer les synthèses dans PDF ou Microsoft Word.

P r ot o col e d e C o di fi c ati o n : A n al y se d e co n te n u
L’environnement d’analyse de contenu permet de lire les réponses pour les coder selon une grille construite par
le chercheur, le codebook. Sphinx Quali offre également la possibilité de créer un codebook de manière
automatique selon un niveau de détail choisi par l'utilisateur (thème généraux, idées principales ou concepts
détaillés).

199
Codebook automatique
Dans le cas du codebook automatique, le système construit le codebook en fonctions des éléments du
thésaurus les plus fréquents et il code automatiquement chaque observation en fonction des concepts qui s’y
trouvent. On obtient directement le résultat sous forme d’une synthèse (dans l'environnement de synthèse)
présentant la statistique des thèmes et sous thèmes du thésaurus présent dans le corpus. Cette codification peut
être contrôlée en passant en revue toutes les observations. (dans l'environnement de codification)

Construction manuelle d'un codebook et codification


L’utilisateur peut aussi construire son propre codebook en fonction de ce qu’il cherche à repérer dans le corpus.
Il peut ainsi définir une ou plusieurs listes d’idées qui constitueront sa grille d’analyse. Par exemple, il peut créer
une première variable pour l’Hôtel : Aspect extérieur, Accès…, une autre pour la Chambre : Espace, propreté…
et ainsi de suite en utilisant le bouton Nouvelle variable. Il peut également prévoir de recopier des extraits ou
d’ajouter ses propres commentaires (fonction Associer des extraits).

200
Lorsque le codebook est construit la codification proprement dite peut débuter : les flèches situées au dessus du
codebook permettent de parcourir le corpus et de coder les observations.

Ce travail peut être assisté de plusieurs manières.


 En faisant défiler les observations de telle sorte que le codeur voit des observations qui diffèrent le plus les
une des autres (on procède pour cela à une classification préalable - il s'agit de la fonction Mode
assisté). Lorsqu’il en aura codé suffisamment (une centaine au moins) il pourra essayer l’Extension de
codification. Le système compare chaque observation restant à coder à celle qui l’on déjà été. Il code
automatiquement celles qu’il reconnaît. Le bouton Diagnostic et conseil (onglet Analyse de contenu)
précisent les conditions d’un usage efficace de cette extension de codification.
 En utilisant le volet Lexique pour ne faire défiler que les observations contenant un mot ou un concept
sélectionné. Pour cela, il faut faire apparaitre la liste des mots ou concepts en cliquant sur le
boutonAfficher (groupe Volet latéral) de l’onglet Accueil. Il suffit ensuite de sélectionner un mot ou un
concept de la liste pour faire défiler toutes les observations qui le contiennent.
R è gl es d e c al cul
La détermination des éléments sémantiques, des classifications, des calculs de spécificités, des règles de
sélection des verbatim, d’affichage des nuages de mots dépendent d’un ensemble de paramètres modifiables
par l’utilisateur. Les paramètres par défaut garantissent un bon fonctionnement du logiciel, mais selon le type de
corpus et les problématiques d’analyses ils peuvent être modifiés à partir des boîtes de dialogue suivantes.
Les options de calcul sont accessibles en cliquant sur le bouton Options du bandeau (onglet Accueil).

201
Règles de calcul du lexique Règles de calcul des classifications Règles des calculs de mots
spécifiques

Règles de sélection des verbatim Règles d'affichage des synthèses Règles pour l'extension de
codification
C r éa ti o n d e v ari abl e s l e xi cal es
Les variables suivantes sont automatiquement crées comme conséquence des analyses effectuées.
 Une variable fermée dont les modalités sont les classes de la classification hiérarchique descendante
 Deux variables fermées provenant de l’analyse des sentiments. L’une contient l’orientation globale de
l’observation (Positif, Négatif) l’autre la nature des sentiments exprimés dans l’observation (Jugement,
Evaluation,...).
 Un groupe de variables fermées créées au lancement de l’analyse de contenu automatique. Elles
correspondent aux Idées et Concepts de l’étude tels qu’ils ressortent de l’application du thésaurus.
L’utilisateur peut y ajouter le calcul de variables particulières pour poursuivre ses analyses grâces aux fonctions
d’analyse statistique : Tableaux de bord personnalisés. La création de nouvelles variables s'effectue à partir du
bouton Variables lexicales (dans l'onglet Données). Une boite de dialogue propose l’ensemble des actions
possibles.

202
En utilisant le volet Lexique pour ne faire défiler que les observations contenant un mot ou un concept
sélectionné. Pour cela, il faut faire apparaitre la liste des mots ou concepts en cliquant sur le bouton
Afficher (groupe Volet latéral) de l’onglet Accueil. Il suffit ensuite de sélectionner un mot ou un concept de la
liste pour faire défiler toutes les observations qui le contiennent.
BANDEAU
Le bandeau de Sphinx Quali est composé de trois onglets communs à tous les protocoles : Accueil,
Données, Affichage.
D’autres onglets s’affichent selon le protocole d’analyse et sont décrits dans les parties relatives à ces protocoles
: Corpus, Analyse de contenu, Synthèses.
A c cu ei l
L'onglet Accueil regroupe les fonctions les plus fréquemment utilisées dans l'environnement d’analyse textuelle et
sémantique.

Le groupe Accès directs comprend des fonctions permettant d'ouvrir le panneau d'accueil ou d'autres
environnements.
Le groupe Protocoles permet de naviguer rapidement entre les différents protocoles d’analyse textuelle et
sémantique (Exploration, Codification, Synthèse).
Le bouton Changer permet de sélectionner une autre variable texte à analyser.
Le groupe Presse-papier propose les fonctions couper, copier, coller.
Le groupe Lexique permet d'afficher et d'éditer le lexique des mots ou des concepts.
Le groupe Exporter permet d’exporter une analyse textuelle vers la suite Microsoft Office ou au format PDF.
Le groupe Edition permet de lancer une recherche dans le corpus étudié.
D o n n ée s
L’onglet Données permet la gestion des analyses, l’exploration des données et la création de variables lexicales.

203
Le groupe Analyse permet de sélectionner une variable de contexte et une ou plusieurs variables de signature.
Le groupe Exploration permet de visualiser le verbatim et l'analyse des sentiments (opinions positives ou
négatives) du texte.
Le groupe Indicateurs permet de créer de nouvelles variables lexicales à partir de l’analyse lexicale.
Le groupe Transformer permet d’éclater l’enquête en changeant d’unité statistique.
A f fi c ha g e
L’onglet Affichage permet de gérer l'affichage des différents éléments et leur disposition à l'écran.

Le groupe Afficher sert à choisir les éléments qui apparaîtront à l’écran dans le panneau latéral gauche (lexique,
strates, langues).
Le groupe Disposition permet de sélectionner l’affichage normal ou plein écran.
3. CRÉER UNE ANALYSE LEXICALE
Une analyse lexicale peut être effectuée pour traiter les questions ouvertes d'une de vos enquêtes, ou pour
analyser des données provenant de sources externes. Voici les modes opératoires pour ces deux cas de figure :
 Analyser une question ouverte d'une enquête existante
 Analyser un texte provenant d'une source externe
 Pour importer des données terrain dont vous disposez au format .docx ou .txt, consultez l'article Import de
données terrain.
 Si votre enquête comporte plusieurs questions ouvertes, vous serez amené à créer plusieurs analyses
lexicales. Sphinx Quali permet de créer de nouvelles analyses et de l es gérer individuellement.
 Nouvelle analyse lexicale
O uv ri r un e e nq uê te e t l a nc e r Sp hi n x Q ual i
Utilisez la fonction Parcourir du panneau d’accueil pour aller ouvrir l’enquête contenant la variable à analyser.

204
 A partir de l’écran d’accueil de Sphinx Quali,
 Cliquez sur Parcourir,
 Sélectionnez l’enquête à ouvrir
 Validez en cliquant sur Ouvrir
La fonction Parcourir ouvre directement l’enquête dans Sphinx Quali. Il ne reste plus qu’à sélectionner le
protocole de votre choix (Exploration, Codification, Synthèse).
A la première ouverture de l’environnement d’analyse lexicale, l’assistant Nouvelle analyse apparaît. Cet
assistant vous demande de paramétrer votre analyse textuelle en choisissant d'abord la variable texte à étudier,
puis la variable de contexte, une ou plusieurs variables de signature, et le protocole souhaité pour débuter
l’analyse.

205
 Variable texte : Cette variable est celle contenant le corpus que vous souhaitez analyser.
 Variable de contexte : La variable de contexte permet de comprendre les différences entre les
répondants. Elle permet de segmenter le corpus selon plusieurs catégories, comme l’âge, le sexe, ou son
département / service ou autre. Elle doit être une variable fermée unique ou fermée échelle.
 Variable(s) de signature : La variable de signature permet d’identifier l'origine du texte. Elle met en
évidence des caractéristiques de la personne qui s’exprime. Il est possible de sélectionner plusieurs
variables de signature.
 Protocole d’analyse : Il est aussi possible de choisir le protocole que l’on souhaite lancer (Exploration,
Codification, Synthèse).
3.1. A N A L YS E R U N T EX T E P R O V EN A NT D ' UN E S OU R CE E X T E R NE
Cette opération consiste à importer puis à transformer les données sources (fichiers, Web…) en une enquête au
format Sphinx.
Pour analyser des données externes :
 A partir de l’écran d’accueil de Sphinx Quali,
 Cliquez sur Nouveau projet,

206
 Suivez les étapes pour importer les données depuis une source externe.
Plus d'information sur l'import de données terrain (format Micosoft Word) en cliquant ici.
A l’issue de l’import, votre enquête est créée et vous visualisez votre corpus dans le Tableur de Sphinx Quali.
Cliquez sur le bouton Panneau d'accueil, puis sélectionnez le protocole de votre choix pour débuter l'analyse
textuelle. L’assistant Nouvelle Analyse se lance.

207
 Variable texte : Cette variable est celle contenant le corpus que vous souhaitez analyser.
 Variable de contexte : La variable de contexte permet de comprendre les différences entre les
répondants. Elle permet de segmenter le corpus selon plusieurs catégories, comme l’âge, le sexe, ou son
département / service ou autre. Elle doit être une variable fermée unique ou fermée échelle.
 Variable(s) de signature : La variable de signature permet d’identifier l'origine du texte. Elle met en
évidence des caractéristiques de la personne qui s’exprime. Il est possible de sélectionner plusieurs
variables de signature.
 Protocole d’analyse : Il est aussi possible de choisir le protocole que l’on souhaite lancer (Exploration,
Codification, Synthèse).
3.2. I M P O R T DE D O N NÉ E S T E R R A I N OU D O CUM E NT A I R E
Sphinx Quali permet l'import de documents textuels de différentes natures : entretien dirigés ou non-dirigés, focus
groupes, articles ou document. Ainsi, vous pouvez créer une nouvelle enquête directement à partir d'un de ces
documents. Pour ce faire :
A partir de l’écran d’accueil de Sphinx Quali,
 Cliquez sur Nouveau projet,

208
 Sélectionnez Entretien non dirigé ou dirigé, focus groupe, articles, documents, puis cliquez sur Suivant

 Sélectionnez le fichier à importer, puis cliquez sur Suivant,


 Sélectionnez le type de document à importer : Entretien non dirigé, Entreien dirigé, Focus
Groupe,Documents
Ci dessous, toutes les informations pour préparer au mieux vos documents en vue d'une importation dans Sphinx
Quali. Il existe quatre types d'imports de documents différents :
 Entretien non dirigé
 Entretien dirigé
 Focus Groupe
 Documents
E n t r e ti e n n o n di ri g é
L’entretien (ou interview) se déroule sur le mode de la conversation.
La retranscription se fait en alternant les couples question / réponse. On utilise les balises Q : ou R :en début de
ligne de chaque question ou réponse.
Plusieurs entretiens peuvent être retranscris à la suite. On utilise la balise E : pour repérer les différents entretiens. En
tête de la retranscription d’un entretien figurent les données caractérisant l’interview. Elles sont définies par des
balises, par exemple : Nom, Prénom, Age, CSP, Date… Ces indications figurent en début de ligne. Le
signe ":" sépare la balise de son contenu.
Des annotations peuvent être ajoutées au moment de la retranscription pour marquer des expressions non
verbales ou tout autre commentaire ne faisant pas partie du texte retranscris. Ces annotations sont portées entre
crochets et sont placées avant le point de la phrase à annoter. Par exemple : "Si vous insistez [Résistance]".
Exemple :
E : Entretien avec Jean Durand
Nom : Jean
Age : 31
CSP : Ouvrier
Date : 12/4/2013
Q : Comment ça va ?
R : Bien merci.
Q : Mais encore ?
209
R : Si vous insistez [Résistance]. Je vais vous dire que c'est super.
Q: Pouvez-vous préciser ?
R : Je parle des gens que je rencontre. Ils sont tous très intéressant. J'aime faire de nouvelles
rencontres [Intérêt]. C'est toujours l'occasion d'apprendre.

E : Entretien avec Anne Blanc


Nom : Anne
Age : 50
CSP : Employé
Date : 25/6/2013
Q : Acceptez-vous de répondre ?
R : Oui bien sûr si cela ne prend pas trop de temps.
Q : Parlez-moi de ce qui compte dans votre vie.
R : Moi j'aime manger. Je ne me préoccupe pas de ma ligne. J'aime faire la cuisine et préparer mes propres
plats.
Q : Quel type de cuisine préférez vous ?
R : Toutes mais surtout quand elle est préparée avec des produits frais.

E : Entretien avec Jules Martin


Nom : Jules
CSP : Employé
Age :
Date : 23/7/2013
Q: Acceptez-vous de répondre ?
R: Oui avec grand plaisir.
Q: Parlez-moi de ce qui compte dans votre vie.
R: Marcher et rêver. J’adore m’évader même en restant sur place.
Q: Vous êtes un drôle d’oiseau. Qu’est ce qui vous donne des ailes ?
R: Vous me trouvez étrange [Rire]. Mais c’est ma manière d’être !
Q: Quel type de rêves préférez vous?
R:Tous sauf les cauchemars bien sûr.

Le corpus ci-dessus retranscrit 3 interviews, il comporte 10 couples questions réponses (balises Q : et R :). Les
interviews sont définies par les balises Nom, Age, CSP, Date. Des annotations ont été ajoutées
: [Résistance], [Intérêt] et [Rire].
Il conduit à définir des champs (ou variables) relatifs à :
 l’identification de l’interview : Nom, Age, CSP, Date
 aux 2 types de textes à analyser : Questions, Réponses
 aux annotations
Il peut être analysé selon 2 types d’unités statistiques conduisant à l’une des tables de données suivantes :
Base entretien : En colonne, 5 variables Nom, Age, CSP, Date, Question, Réponse, Annotation. En ligne, 3
entretiens, le texte de toutes les questions et de toute les réponses de chaque interview est regroupé en dans les
champs Question et Réponse. Toutes les annotations d’une même interview figurent à la suite dans le champ
Annotation.
Exemple :

210
Base couple question-réponse : En colonne, 5 variables Nom, Age, CSP, Date, Questions, Réponses, Annotation.
En ligne, 10 couples question-réponse. Les champs Question et Réponse ne contiennent que le texte relatif à
chaque couple. Le champ Annotation ne contient que les annotations du couple concerné. L’identification de
l’interview est reprise pour chaque couple Question, Réponse.
Exemple :

E n t r eti en di ri gé o u s em i - di r e cti f
L’entretien est dirigé (ou semi-directif) lorsqu’il se déroule à l’aide d’un guide ou d’un plan sans pour autant
correspondre à un questionnaire. La formulation des questions et leur ordre peuvent varier en fonction de
l’interlocuteur et de ses réponses. La retranscription se fait en alternant les couples question / réponse. On utilise
les balises Q : ou R : en début de ligne de chaque question ou réponse.
Plusieurs entretiens peuvent être retranscris à la suite. On utilise la balise E : pour repérer les différents entretiens. En
tête de la retranscription d’un entretien figurent les données caractérisant l’interview. Elles sont définies par des
balises, par exemple : Nom, Prénom, Age, CSP, Date… Ces indications figurent en début de ligne. Le
signe ":" sépare la balise de son contenu.
Des annotations peuvent être ajoutées au moment de la retranscription pour marquer des expressions non
verbales ou tout autre commentaire ne faisant pas partie du texte retranscris. Ces annotations sont portées entre
crochets et sont placées avant le point de la phrase à annoter. Par exemple : "Si vous insistez[Résistance]".
L’indication des différents thèmes abordés ou différentes parties de l’entretien se fait par l’ajout de repères
(jalon) ">" suivi d’un mot. Par exemple >introduction, >première partie, >hobbies. NB : Il ne doit y avoir aucun
espace entre le caractère ">" et le mot.

211
Exemple :
E : Entretien avec Jean Durand
Nom : Jean
Age : 31
CSP : Ouvrier
>Intro
Q : Comment ça va ?
R : Bien merci.
Q : Mais encore ?
R : Si vous insistez [Résistance]. Je vais vous dire que c'est super.
>Hobbies
Q: Pouvez-vous préciser ?
R : Je parle des gens que je rencontre. Ils sont tous très intéressant. J'aime faire de nouvelles
rencontres [Intérêt]. C'est toujours l'occasion d'apprendre.

E : Entretien avec Anne Blanc


Nom : Anne
Age : 50
CSP : Employé
>Intro
Q : Acceptez-vous de répondre ?
R : Oui bien sûr si cela ne prend pas trop de temps.
>Hobbies
Q : Parlez-moi de ce qui compte dans votre vie.
R : Moi j'aime manger. Je ne me préoccupe pas de ma ligne. J'aime faire la cuisine et préparer mes propres
plats.
Q : Quel type de cuisine préférez vous ?
R : Toutes mais surtout quand elle est préparée avec des produits frais.
Dans le corpus ci-dessus, 2 entretiens sont retranscrits. Il comporte 6 couples question-réponse. Les entretiens sont
définis par les balises Nom, Age, CSP, Date. Des annotations ont été ajoutées ([Résistance], [Intérêt]). Les jalons
: >Intro et >Hobbies conduisent à la création d’un champ supplémentaire "Jalon" indiquant pour chaque couple
de question-réponse, le point auquel il se rattache, ou pour chaque interview les thèmes abordés (le nombre et
la nature des thèmes abordés dans chaque interview peut varier).
Tout comme l’entretien non directif, il conduit à définir des champs (ou variables) relatifs à :
 l’identification de l’entretien : Nom, Age, CSP, Date
 aux 2 types de textes à analyser : Question, Réponse
 aux annotations
 aux parties et thèmes de l’entretien
Il peut être analysé selon 2 types d’unités statistiques conduisant à l’une des tables de données suivantes :
 Base entretien : En colonne 6 variables Nom, Age, CSP, Date, Question, Réponse, Annotation, Jalon. En
ligne 2 interviews, le texte de toutes les questions et de toute les réponses de chaque interview est
regroupé dans les champs "Question" et "Réponse". Toutes les annotations et jalons d’une même
interview figurent à la suite dans les champs "Annotations" et "Jalon".

212
Exemple :

 Base couple question- réponse : reprend les mêmes colonnes que la base précédente. En ligne 6
couples question-réponse. Les champs "Question", "Réponse" ne contiennent que le texte relatif à
chaque couple. Le champ "Annotation" ne contient que les annotations du couple concerné. Le champ
"Jalon" contient le point auquel le couple question-réponse se rattache. L’identification de l’interview est
reprise pour chaque couple question-réponse.
Exemple :

F o c u s G r o up e
C’est une discussion de groupe dans laquelle un animateur fait parler des participants. Il lance des sujets et laisse
les participants s’exprimer. Ils interviennent librement et dialoguent entre eux…
La retranscription se fait en notant le nom de chaque intervenant suivi de ":" pour chaque prise de parole. Une
prise de parole peut être retranscrite sur plusieurs lignes. A chaque changement de locuteur, un retour à la ligne
pour noter son nom (suivi de ":") est obligatoire.
Des annotations saisies entre crochets dans le texte (par exemple [Rire]) permettent d’ajouter de l’information
complémentaire relative aux tours de parole.
Les différentes parties de la discussion peuvent être indiquées par des repères ">" suivi du nom de la partie. NB : Il
ne doit y avoir aucun espace entre le caractère ">" et le titre de la partie.
Exemple :
>Présentation
Animatrice : Nous allons aujourd’hui parler de yaourt, mais avant cela pourriez-vous vous présenter en
indiquant vos préférences culinaires ?
Jeannette : J’ai un mari et 2 enfants et je suis au régime. Alors pour moi faire les courses c’est une torture. Je
veux faire plaisir aux miens mais aussi éviter les tentations.
Nicole : j’ai 50 ans et je vis seule. J’aime bien manger et faire la cuisine.
Béatrice : Moi vous savez…
Animatrice : Vous êtes timide Béatrice, mettez-vous à l’aise, dites-nous ce que vous aimez.
Béatrice : Le chocolat et les pommes.
Monique : j’ai 20 ans et fais beaucoup de sport. Je surveille mon alimentation.
>Le yaourt dans l’alimentation

213
Animatrice : Voyons maintenant la place du yaourt dans votre alimentation. Béatrice, vous voulez bien
commencer ?
Béatrice : je suis allergique aux produits lactés et je ne mange pas de yaourt.
Jeannette : Heureusement mes enfants aiment beaucoup le yaourt. Les yaourts parfumés [Goût]. Pour moi je
prends du 0%.
Nicole : j’en mange un peu, et je fais beaucoup de plat à base de yaourt. Les escargots pruneaux yaourt
sont ma spécialité. C’est particulièrement onctueux.
Animatrice : D’autres personnes ont-elles des recettes originale comme Nicole ?
Béatrice : Ma mère m’a appris à faire de la tarte au flanc. Moi j’y ajoute maintenant des pommes et du
chocolat et je remplace le flanc par du yaourt battu en neige.
Monique : Vous croyez ? Moi les yaourts je les fais cuire.
>Les critères d’achat
Animatrice : Comment choisissez-vous vos yaourts et où l’achetez vous ?
Nicole : Je préfère les pots en verre, je les récupère pour mes confitures [Conditionnement]. Je fais
beaucoup de confitures pour parfumer les yaourts nature que j’achète à Carrefour.
Jeannette : Je prends toujours ce qui est en promo, les packs de 12 cela me fait la semaine [Economie].
J’aime aussi essayer les nouveautés bio ou taille fine.
Béatrice : j’aime bien les couleurs surtout le violet, alors j’achète des yaourts violet.
Animatrice: Merci beaucoup.

Dans se focus groupe il y 5 interlocuteurs dont une animatrice : Animatrice et 4 participantes : Jeannette, Nicole,
Béatrice et Monique. Des repères indiquent les différentes parties de la discussion et des annotations
([Goût],[Conditionnement],[Economie]) ont été ajoutées au moment de la transcription.
Ce corpus peut s’analyser de 2 manières différentes
L’unité statistique est la prise de parole. On construit une table contenant 19 lignes correspondant à chacune
des 19 interventions. En colonne un champ "locuteur" indique qui parle, et un champ "texte" contient le texte du
tour de parole. Un troisième champ "Jalon" contient la partie correspondant au tour de parole (uniquement si
des jalons, repérés par ">" ont été ajoutés). Un dernier champ contient les annotations éventuellement ajoutées
au tour de parole.

214
Exemple:

L’unité statistique est le locuteur. On construit une table contenant 5 lignes (une par locuteur). Il y a 4 colonnes
contenant le nom de l’intervenant (champ "locuteur"), le texte regroupé des tours de parole de l’intervenant
(champ "texte"), les parties de l’entretien dans lesquelles le participant est intervenu (champ "Jalon") et enfin les
annotations regroupées (champ "Annotations").
Exemple :

D o c um e n t s
Articles, rapports… de nombreux documents numérisés sont disponibles sur le web ou sous formes de fichiers
informatiques.
Ils peuvent être analysés comme textes indifférenciés ou en distinguant les éléments qui les constituent : résumé,
développement bibliographie, titres…Il convient pour cela de recopier les documents en les mettant bout à bout
et en indiquant le nom de chaque document, ses caractéristiques et le cas échéant les éléments qui le
composent complétés par d’éventuelles annotations.
On utilise des balises pour définir le document (Titre, Auteur) et les éléments qui le composent (Résumé, Mots
clé, Corps, Références). Une balise est séparée de son contenu par le signe ":", par exemple : "Mots clé : chasse,
Dahut". Les annotations portées entre crochet permettent de qualifier des fragments de texte en fonction de leur
statut ou de leur contenu. C’est ainsi qu’on peut isoler et qualifier les fragments à citer.
Important: chaque document doit commencer par la même balise.

215
Exemple :
Article: La chasse au Dahut
Auteur : Pierre et Paul
Résumé : Il était une fois dans les alpages.
Mots clé : Chasse, Dahut
Corps :
Introduction [Titre]
Le Dahut est un animal étrange. Il se nourrit d’herbes poussant drues sur les pentes à forte déclivité.
C’est aussi un mythe vivace en altitude.
Le cadre montagnard [Titre]
La géographie [Sous Titre]. Les montagnes, les ravins les ruisseaux sont l’habitat du Dahut. Alpes, Pyrénées,
Karpatte au dessus de 2000 mètre. Dans les zones non habitées le plus souvent.
La société [Sous Titre]. Les gens du pays sont des montagnards robustes mais petits. Ils habitent dans des
cavernes, les plus riches ont construit des chalets. Depuis quelques années le tourisme a modifié la
sociologie de la région ce qui aide beaucoup à la prolifération de l’espèce.
L’animal [Titre].
4 pates, 6 têtes et déséquilibré. Mange de la luzerne et du trèfle. Le pelage est assez dense : poils blonds qui
tombent jusqu’aux pattes. Les mâles plus robustes sont également assez stupides, les femelles servent
d’appât et dansent sur les cimes enneigées.
Références :
Jacques Steinli et Yvette Hornaire : Mœurs et faune des alpes. Geneviève, Edition1987
Antoine Dupond : Morphopsychologie et déséquilibres moteur. Artus, Edition 2002
Article : La vie des angles
Auteur : Jeanne Biche
Résumé : Le rendez vous de la géométrie.
Mots clé : rond, carré
Corps :
La géométrie [Titre]
Les formes géométriques ont des angles durs à la différence des informelles rondeurs des natures gazeuses.
Leur étude remonte à l’âge des curiosités précieuses consignées dans un sabir abscons. Vive ou morte la
géométrie est à prendre ou à laisser. Elle s’impose au géomètre collectionneur. Qu’il soit contemplatif ou
mesureur il en révèle les degrés.
Les formes non géométriques ont des angles mous et vaporeux.
Le triangle [Titre]
D’or ou des Bermudes en première approximation, tripode tripier ou tripoteur, le triangle conflue
significativement sans angle mort. Franc maçon et sainte trinité il se décline en étoile plus fréquemment
qu’en étole. L’école lui donne sa magnificence en lui enlevant son mystère.
Le carré [Titre].
Un cercle avec des coins, tel nous apparaît le carré dans sa majesté. Triangle à 4 côté il dérive du cercle
comme l’homme descend du singe.
Le carré Hermès constitue une exception notable défi improbable à la géométrie.
Références :
Serge Cosinus : La poésie des angles. Dufil, Edition 2005
Antoine Dupond : Retour à la raison. Paradigme, Edition 2001

216
Ce corpus est formé de 2 articles composés de 4 champs texte : Résumé, Mots clé, Corps et Référence.
Les balises Article et Auteur définissent les champs (variables) qui donnent les caractéristiques des documents
étudiés. Les balises Résumé, Mots clé, Corps, Références définissent les champs texte contenant les textes de
chaque article. Les annotations [Titre] et [Sous Titre] qualifie le statut ou le contenu des fragments qui les
contiennent.
Ce corpus peut s’analyser de 2 manières différentes
L’unité statistique est le document. On construit une table contenant 2 lignes correspondant à chacun des 2
articles étudiés. En colonne 7 champs (variables) : "Article" et "Auteur" définissent les textes étudiés, "Résumé",
"Mots clé", "Corps", "Références" donne les contenus correspondant pour chaque article, Annotation regroupe les
annotations présentes dans chacun des articles.
Exemple :

L’unité statistique est la phrase du champ "Corps". Le texte du corps de chaque article est découpé en phrase.
Le tableau résultant contient alors autant de lignes qu’il y a de phrases dans le corps des articles. Les colonnes
sont inchangées.
Exemple :

4. NOUVELLE ANALYSE LEXICALE


N o uv el l e a nal y se l e xi cal e
Il est possible d’effectuer plusieurs analyses lexicales dans une même enquête.
Pour ajouter une nouvelle analyse lexicale :
 Dans le bandeau d'un des trois protocoles, dans le bandeau, cliquez sur l'onglet Accueil,
 Cliquez sur le bouton Changer

 L’assistant Analyse lexicale se lance. Suivez les étapes pour créer la nouvelle analyse.

217
 Variable texte : Cette variable est celle contenant le corpus que vous souhaitez analyser.
 Variable de contexte : La variable de contexte permet de comprendre les différences entre les
répondants. Elle permet de segmenter le corpus selon plusieurs catégories, comme l’âge, le sexe, ou son
département / service ou autre. Elle doit être une variable fermée unique ou fermée échelle.
218
 Variable(s) de signature : La variable de signature permet d’identifier l'origine du texte. Elle met en
évidence des caractéristiques de la personne qui s’exprime. Il est possible de sélectionner plusieurs
variables de signature.
 Protocole d’analyse : Il est aussi possible de choisir le protocole que l’on souhaite lancer (Exploration,
Codification, Synthèse).
G é r er l es a nal y s e s l e xi cal es
La gestion des analyses lexicales s'effectue à travers le gestionnaire d’analyses lexicales.
Pour afficher le gestionnaire d’analyses lexicales, dans l’explorateur latéral :
 Dans le bandeau, cliquez sur l’onglet Affichage,
 Cochez le bouton Analyses.

Le gestionnaire d’analyses lexicales s’affiche en bas à gauche de l’écran, dans l’explorateur latéral.

Le gestionnaire d’analyses liste les analyses lexicales créées. Cliquez sur une analyse de la liste pour l’afficher
dans la zone de travail.

Le bouton permet de créer une nouvelle analyse.


Le bouton permet de supprimer l’analyse lexicale sélectionnée dans la liste du gestionnaire d’analyses.

219
5. PROTOCOLE D'EXPLORATION
Le protocole d’Exploration permet de prendre connaissance du corpus de manière détaillée. Ce protocole
permet d'identifier les principaux éléments lexicaux (mots et concepts) du texte et de naviguer par entrée
lexicale dans le corpus.
On peut aussi visualiser les concepts, les signatures, les orientations et plusieurs autres indicateurs (auxquels les
observations sont associées), d’une manière rapide et organisée.
C om m e nt y a cc éd e r ?
 Depuis le panneau d'accueil,
 Cliquez sur le stade Analyse textuelle et sémantique, puis Exploration.
5.1. E N V I R O N NE ME NT
L’environnement d’Exploration permet de visualiser l’ensemble du corpus. Il est composé de deux zones : le volet
Lexique (3) (contenant la liste de mots lemmatisés et de concepts composant le texte) et la liste des observations
du corpus (1).
Le bouton Filtre (en haut du volet Lexique) permet de choisir la nature et le nombre des éléments affichés. Le
bouton Options (dans l'onglet Accueil) défini les paramètres de calcul des éléments apparaissant dans le lexique
: mot lemmatisés ou non, niveau sémantique dans le thésaurus et niveau d'exigence.

220
L’environnement du protocole d’Exploration est composé :
1 : d’une zone de travail centrale permettant de visualiser l'ensemble des observations du corpus,
2 : d’un bandeau horizontal de quatre onglets (les trois onglets communs à tous les protocoles (Accueil, Données,
Affichage) et l’onglet Corpus relatif au protocole d’Exploration),
3 : d’un panneau latéral pouvant contenir quatre explorateurs (lexique (des mots et des concepts), gestionnaire
d’analyses, strates, langues).
5.2. B A N D EA U
Le protocole d’Exploration dispose, dans le bandeau, d’un onglet Corpus spécifique, en plus des trois onglets
communs à tous les protocoles.
C o rp u s
L’onglet Corpus permet de gérer les options relatives à l'exploration et la navigation du corpus.

Le groupe Mode permet d’afficher le corpus dans sa globalité ou de n’afficher qu’une observation à la fois.
Le groupe Texte permet de gérer l’affichage du texte analysé dans la zone de travail
Le groupe Colonnes permet d’ajouter / supprimer des colonnes (Numéro d’observation, Contexte, Signature,
Orientation, Concept, Indicateur) dans la zone de travail.
Le groupe Tris et filtres permet d'organiser (trier ou filtrer) l'ordre d'apparition et l'affichage des textes dans la zone
de travail.
5.3. U T I L I S AT I O N DU V O L ET L E X I QU E
Le volet Lexique est un élément essentiel pour l’exploration d’un corpus. Il liste l’ensemble des mots ou concepts
présents et permet de naviguer dans le corpus. Ce volet permet par exemple, de connaitre les mots les pl us
fréquemment cités et d’afficher les observations contenant un mot ou un concept donné.
A f fi c he r l e s m o ts : v ol e t L e xi q ue
Pour afficher les mots du texte dans le volet Lexique :
 Dans le bandeau, cliquez sur l’onglet Accueil,
 Cliquez sur le bouton Afficher, puis sur le bouton Mots

Le volet Lexique contenant la liste des mots du corpus s’affiche dans l’explorateur latéral.

221
A f fi c he r l e s ob s erv ati o n s c o nt e na n t d e s m ot s s él ec ti o n né s à l ' ai d e d u m arq ua g e
Lorsqu’un mot est marqué, il est surligné en jaune dans les observations et seules les observations le contenant
sont affichées dans la zone de travail.
Pour marquer un élément (mot ou concept), il suffit de cliquer dessus dans le lexique.
Remarque : il est possible de désactiver le filtrage sur les observations en cliquant sur Voir toutes les observations
du Groupe Tris et filtres)

Il est possible d’utiliser différentes couleurs pour marquer les mots sélectionnés dans le volet Lexique. Pour ce
faire :
 Effectuez un clic-droit sur le mot à marquer,
 Sélectionnez la couleur souhaitée

222
A f fi c he r l e s c on ce pt s : v ol e t L e xi qu e
Les concepts renvoient à des thèmes qui sont identifiés automatiquement par Sphinx Quali en fonction des mots
cités et de leur environnement. Les concepts sont classés en différents niveaux, des thèmes les plus généraux (il y
en a 28) aux concepts très détaillés.
Pour afficher les mots du texte dans le volet Lexique :
 Dans le bandeau, cliquez sur l’onglet Accueil,
 Cliquez sur le bouton Afficher, puis sur le bouton Concepts

Le volet Lexique liste l’ensemble des concepts évoqués dans le corpus.


A f fi c he r l e s ob s erv ati o n s rel a ti v es à un c o nc ep t à l ' ai de d u m a r q u a ge
Lorsqu’un concept est marqué dans le volet Lexique, les observations faisant référence à ce concept
apparaissent dans la zone de travail. Il est possible d’afficher les observations de plusieurs concepts dans la zone
de travail en cliquant sur les différents concepts du lexique. Dans ce cas toute l'observation est surlignée en
jaune.

Notez que la colonne Concept de la zone de travail indique le concept évoqué dans l’observation. Par défaut,
seul le concept principal est affiché dans cette colonne, mais il est possible d’afficher tous les concepts
évoqués dans la colonne Concept, pour chacune des observations.

223
O u ti l de m a rq ua g e rapi d e
Le volet Lexique offre la possibilité de marquer très rapidement l'ensemble des éléments, d'effacer tous le
marquage, ou d'inverser le marquage (efface le marque des éléments marqués et marque les éléments non-
marqués).

5.4. S I M P L I F I E R L E L EX I Q UE
Les lexiques de très grandes tailles ne sont pas toujours facile à manipuler, c’est pourquoi Sphinx Quali permet de
grouper, exclure et renommer les éléments du lexique (concepts et mots). Il est également possible de reprendre
les simplifications d'une autre analyse.
5.5. G R O U P E R DE S MO T S OU C O NC EP T S
Lorsque plusieurs mots ou concepts sont sélectionnés dans le lexique, il est possible de les grouper en un seul
élément. Pour grouper des mots ou concepts :
 Sélectionnez différents mots ou concepts à grouper, dans l'explorateur Lexique,
 Faites un clic-droit sur l’un des mots marqués, puis choisissez Grouper.

Le groupe de mots ou de concepts est créé et apparaît en violet et en italique dans le Volet lexique. Il est
possible de renommer le groupe en faisant un clic-droit, puis Renommer.

224
Les groupes de mots / concepts peuvent être édités. Consultez la partie Editer les simplifications pour davantage
de détails.
5.6. E X CL U R E DE S MO T S OU C O NC EP T S
Des mots ou concepts peuvent être exclus des analyses. Pour exclure un ou plusieurs éléments :
 Sélectionnez les mots à exclure, dans le Volet lexique,
 Faites un clic-droit sur l’un des ces éléments,
 Cliquez sur Exclure les mots marqués (ou Exclure les concepts marqués)

Notez que le fait d’exclure un ou plusieurs éléments n’exclut pas les observations associées. L'élément n’apparaît
plus dans le Volet lexique. L’observation y faisant référence reste visible dans la zone de travail. En revanche,
l'élément exclu ne sera pas pris en compte dans les synthèses de résultats.
L’exclusion de mots ou concepts est réversible. Consultez la partie Editer les simplifications pour davantage de
détails.

225
5.7. D E S G R O UP E S DE M OT S O U C O N CE PT S
Sphinx Quali offre la possibilité de renommer les groupes de mots ou concepts pour les rendre plus explicites dans
le cadre de votre analyse. Pour renommer un groupe de mots ou un concept :
 Sélectionnez un groupe de mots ou un concept dans le Volet lexique,
 Faites un clic-droit sur le groupe de mots ou le concept, puis cliquez sur Renommer, puis tapez le
nouveau nom.

Notez que le fait de renommer un élément est réversible, via l’éditeur de simplifications.
5.8. E D I T E R L E S S IM P L I F I CA T I ON S
L’éditeur de simplifications permet de gérer les mots et concepts groupés, exclus ou renommés.
NB : Les exemples ci-dessous montrent les cas de simplifications appliqués sur des concepts. Les simplifications sur
le mot s'effectuent de la même manière, si ce n'est qu'on ne peut pas utiliser la simplification Renommer.
C om m e nt y a cc éd e r ?
 Dans le bandeau, cliquez sur l’onglet Accueil,
 Cliquez sur le bouton Simplifications.

G r o up e r
Pour éditer les mots et concepts groupés, cliquez sur l’onglet Grouper de l’éditeur de simplifications.

226
L’onglet Grouper liste l’ensemble des éléments groupés dans l’analyse courante. Le menu déroulant permet de
sélectionner un groupe de mots / concepts pour l’éditer.

Il est possible de supprimer un mot / concept d’un groupe en cliquant sur le bouton apparaissant au survol.
Le champ texte placé à droite du menu déroulant permet de renommer le groupe de mots / concepts.
Le bouton permet de supprimer le groupe de mots / concepts.

E x cl ur e
Pour éditer les mots et concepts exclus, cliquez sur l’onglet Exclure de l’éditeur de simplifications.

227
L’onglet Exclure liste l’ensemble des mots / concepts exclus de l’analyse.
Il est possible d’annuler l’exclusion d’un mot / concept en cliquant sur le bouton apparaissant au survol.

R e n om m er
Pour éditer les concepts renommés, cliquez sur l’onglet Renommer de l’éditeur de simplifications. (Notez que
l’onglet Renommer n’apparaît dans l’éditeur de simplifications que si les concepts sont affichés dans le Volet
Lexique.)

228
L’onglet Rennomer liste l’ensemble des concepts ayant été renommés lors de l’analyse.
Il est possible d’annuler le renommage et de revenir à la dénomination originale en cliquant sur le
bouton apparaissant au survol.
REPRENDRE LES SIMPLIFICATIONS
Il est possible d’appliquer les simplifications d’une autre analyse à l’analyse courante, ou d'utiliser un dictionnaire
externe
 Reprendre les simplifications d’une analyse de l’enquête courante
 Reprendre les simplifications présentes dans une autre enquête
 Appliquer un dictionnaire

La reprise de simplifications s'effectue via l’assistant de reprise de simplifications :


 Dans le bandeau, cliquez sur l’onglet Accueil,
 Cliquez sur le bouton Simplifications.

R e p r e nd r e l e s si m pl i fi ca ti o ns d ’ un e an al y s e d e l ’ e nq uê t e c o u ra nt e

 Cliquez sur le bouton dans l'éditeur de simplifications

229
 Sélectionnez De cette enquête
 Choisissez la variable sur laquelle ont été effectuées les simplifications
R e p r e nd r e l e s si m pl i fi ca ti o ns p ré s en t es da n s un e au t re e nq u êt e

 Cliquez sur le bouton dans l'éditeur de simplifications


 Sélectionnez D’une autre enquête
 Cliquez sur pour sélectionner l’enquête où se trouvent les simplifications
 Choisissez la variable sur laquelle ont été effectuées les simplifications

A p p l i q u e r un di c ti o nn ai r e
Si vous disposez déjà d'un dictionnaire externe, il est possible de l'utiliser pour simplifier votre lexique dans Sphinx
Quali.

 Cliquez sur le bouton dans l'éditeur de simplifications


 Sélectionnez le dictionnaire à appliquer
 Cliquez sur Ouvrir
5.9. C O N ST R U I R E U N D I CT I O N N A I R E
Un dictionnaire est un fichier texte (au format *.dic ou *.txt) permettant d'effectuer des regroupements et des
exclusions. Vous pouvez construire votre propre dictionnaire et l'utiliser dans Sphinx Quali pour simplifier le Lexique.

Pour créer un dictionnaire :


 Créez un nouveau fichier texte à l'aide du Bloc-notes de Windows
 Rédigez votre dictionnaire selon la syntaxe présentée ci-dessous
 Enregistrez votre dictionnaire : mon-dictionnaire.dic ou mon-dictionnaire.txt
S y n ta xe
 Grouper des mots :
Pour grouper des mots, on définie le nom du groupe, puis on liste les mots du groupes, séparés par le signe "=".
Nom du groupe 1=Mot 1=Mot 2=Mot 3
Nom du groupe 2=Mot 4=Mot 5=Mot 6
230
NB : Vous pouvez créer plusieurs groupes de mots dans le même dictionnaire. Pour cela, créez un groupe de mot
par ligne (comme dans l'exemple ci-dessus). Attention : un mot ne peut pas se trouver dans plusieurs groupes à la
fois.
 Grouper par préfixes:
Les groupements peuvent également être effectués en fonction du préfixe des mots (mots qui commencent
par...). Pour cela, on utilise l'opérateur ".*"
Nom du groupe=préfixe.*

 Exclure des mots :


Il est également possible d'utiliser les dictionnaires pour exclure des mots. Pour cela, écrivez les mots à exclure
entre parenthèses, un mot par ligne.
(Mot 1)
(Mot 2)

Exe mpl e
On crée un nouveau dictionnaire Venise.dic comportant les règles suivantes :
Venise=Venise=Venezia
(Rome)
(Roma)
Saint Marc=saint marc=st marc=saint-marc=san marco=marc=marco
Hôtellerie=hote.*
Avec ce dictionnaire, on obtient :
 2 groupes de mots : Venise et Saint Marc
 1 groupement par racine : le groupe Hôtellerie contient les mots commençant par hote...
 2 mots exclus : Rome et Roma
E x p o rt e r un di c ti o nn ai r e
Les simplifications effectuées dans Sphinx Quali sur le lexique des mots peuvent être exportées sous forme d'un
dictionnaire (fichier .dic). Pour ce faire :
 Depuis l'un des trois protocoles de Sphinx Quali, dans le bandeau, cliquez sur l'onglet Accueil,
 Cliquez sur le bouton Mots (pour afficher le lexique des mots), puis sur le bouton Simplifications,
 L'éditeur de simplifications s'ouvre. Vous pouvez visualiser l'ensemble de vos simplifications.
 Cliquez sur le bouton Exporter

231
5.10. F I L T R E R D E S É LÉ ME NT S DU L E X I QU E
De manière à faciliter la fouille de texte lors du protocole d'Exploration, Sphinx Quali permet de filtrer le contenu
du lexique afin de choisir la nature et le nombre des éléments affichés.
C om m e nt fi l t r er d es él ém e nt s du l e xi qu e ?

Le bouton , situé en haut du volet Lexique permet de filtrer le lexique de différentes manières. Les filtres sont
particulièrement utiles lorsque le lexique affiche la liste des mots du lexique. Ils peuvent être appliqués sur la liste
des concepts, mais sont plus limités.

232
Il existe quatre types de filtre possible :
 Commence par : permet de filtrer les mots en fonction de leur préfixe.
 Seulement : permet d'afficher / masquer certaines catégories de mots (verbes, noms communs, noms
propres, adjectifs, sans catégories). La catégorie d'un mot du lexique est affichée dans la
colonne Cat du volet Lexique.
 Occurrence : permet de borner le nombre d'occurrences et de n'afficher que les mots compris dans cet
intervalle.
 Premiers mots : permet de réduire le nombre d'éléments du lexique à un nombre donné. Ce filtre est
effectué en fonction du tri effectué sur le lexique. Par exemple, si les mots sont triés selon leur
occurrences, ce filtre permettra d'afficher les n premiers mots ayant le plus grand nombre d'occurrences.

Une fois vos filtres définis, cliquez sur le bouton pour les appliquer.

Le bouton permet de surligner l'ensemble des mots correspondant aux filtres établis dans le lexique.
Le bouton permet d'annuler l'ensemble des filtres appliqués au lexique.
5.11. C O L O N NE S D E L A Z O NE D E T RA V A I L
Il est possible d’afficher différentes colonnes dans la zone de travail pour enrichir le travail d’exploration. Par
défaut, Sphinx Quali affiche les colonnes Numéro d’observation, Texte, l’indicateur de Longueur,
Contexte, Signature. Il est également possible d’ajouter la colonne d’Orientation, de Concept (Principal ou Tous),
et d’autres indicateurs (Richesse, Banalité).
 Numéro d’observation : Fait référence au numéro d’entrée de l’observation, tel qu’il est affiché dans le
Tableur, par exemple.
 Texte : Affiche le texte de l’observation.
 Contexte : Spécifie la valeur de l’observation sur la variable de contexte sélectionnée.
 Orientation : Indique nature positive ou négative d’une observation (sur l’échelle suivante : Nettement
négative, Plutôt négative, Sans opinion, Plutôt positive, Nettement positive)
 Concept : Affiche le concept principal d’une observation. Le menu déroulant du bandeau permet
d’afficher tous les concepts évoqués dans une observation. L'affichage des concepts est restreint à ceux
dont le poids est supérieur au seil de sévérité. Ce seuil peut être modifié depuis le bouton Option du
groupe Calculs de l'onglet accueil.
 Indicateur : Permet d’afficher l’un des indicateurs suivants : Longueur, Richesse, Banalité.
C om m e nt a f fi c he r / m a sq ue r u ne c ol o nn e ?
 Dans le bandeau, cliquez sur l’onglet Corpus,
 Dans le groupe Colonnes, cochez les colonnes que vous souhaitez voir apparaître dans la zone de
travail, et décochez celles à masquer.

233
5.12. M O D I F I E R L ' A FF I C H A G E DU C O R PU S
Afin de faciliter le travail d'exploration, Sphinx Quali permet de modifier l'affichage du corpus dans la zone de
travail. Ainsi, il est possible d'afficher la totalité du corpus ou seulement une observation à la fois, de découper les
observations par phrase ou par paragraphe si nécessaire, et de colorier des éléments du textes (sentiments
positifs / négatifs, mots ignorés).
Pour ce faire :
 Dans le bandeau de l'environnement d'Exploration, cliquez sur l'onglet Corpus.

V u e du c o rp us
Le groupe Mode, permet de sélectionner le type de vue qui sera appliqué au corpus.
 Vue du corpus complet : affiche l'ensemble des observations dans la zone de travail. Par défaut, elles
s'affichent dans leur ordre d'arrivé (numéro d'observation) mais peuvent être triées de manière
différente.
 Vue par observation : affiche une observation à la fois dans la zone de travail. La navigation entre les
observations s'effectue grâce aux boutons situées en haut à gauche de la zone de travail.

D é c ou p a g e d e s ob se rv ati o ns
Le menu déroulant Découpage permet de sélectionner le type de découpe appliquée à chaque observation.
Une observation peut être affichée telle quelle (comme elle a été saisie) ou bien être découpée par phrase ou
par paragraphe.

C ol o ri a g e d u te x t e
Sphinx Quali permet également d'utiliser le moteur d'analyse de sentiment lors de la fouille de texte. Ainsi, les
phrases peuvent être coloriées en fonction du sentiment qu'elles expriment.
 Vert : indique un sentiment positif
 Rouge : indique un sentiment négatif
 Violet : indique un sentiment à la fois négatif et positif
 Noir : indique un sentiment neutre
Pour activer le coloriage des sentiments, activez l'option Colorier les opinions.
234
L'option Griser les mots ignorés colorie les mots ignorés lors de l'analyse sémantique.
5.13. T R I E R L E S O B S E R VA T I O N S D U CO R PU S
Par défaut, les observations du corpus sont triées par leur numéro d'observation. Lors de l'exploration, vous
pouvez également trier les observations par rapport au contenu des autres colonnes présentes dans la zone de
travail.
Il existe deux méthodes pour trier les observations.
B o u t on T ri e r
 Dans le bandeau, onglet Corpus
 Cliquez sur le bouton Trier, puis sélectionnez le tri à appliquer

Par défaut, le tri s'effectue dans l'ordre croissant. En cliquant une deuxième fois sur le tri à effectuer, on
change l'ordre du tri. Il devient décroissant. Les flèches ▲ et ▼ indiquent l'ordre du tri.

G r âc e au x e n- tê t es d e c ol o n ne
Il est possible d'appliquer un tri en cliquant directement sur l'en-tête de la colonne par laquelle on souhaite
effectuer ce tri. Dans l'exemple ci-dessous, on effectue un tri en cliquant sur la colonne Orientation.

235
Par défaut, le tri s'effectue dans l'ordre croissant. En cliquant une deuxième fois sur l'en-tête de colonne, on
change l'ordre du tri. Il devient décroissant. Les flèches ▲ et ▼ indiquent l'ordre du tri.

5.14. F I L T R E R P A R C ON T E X T E
La variable de contexte sélectionnée à la création de l’analyse textuelle peut permettre d’effectuer un filtre lors
de l’exploration du corpus. Par exemple, si votre variable de contexte permet de connaître le sexe du
répondant, il sera possible d’afficher les observations uniquement relatives aux hommes ou aux femmes.
Fi l tr e r p ar c o nt e xt e
 Dans le bandeau de l’environnement d’exploration, cliquez sur l’onglet Corpus,
 Cliquez sur Filtrer par contexte

236
 Cochez / Décochez les éléments selon lesquels vous souhaitez filtrer le corpus.

Rappel : la variable de contexte doit être une variable fermée unique ou fermée échelle

5.15. A P P I QU E R U NE S T RA T E A U C O RP US
Pour appliquer une strate au corpus lors de l’exploration des données, il suffit de la sélectionner dans le panneau
Strates :
 Dans le bandeau, cliquez sur l’onglet Affichage,
 Cochez Strate, dans le groupe Afficher.
Le panneau Strates apparaît dans l’explorateur latéral. En sélectionnant une strate, seules les observations
relatives à cette strate s’affichent dans la zone de travail. Tous les traitements se recalculent et se mettent à jour
sur cette strate seulement.

On peut créer une strate grâce au bouton vert "+" du panneau Strates. Plus d’informations sur les strates ici.

237
5.16. A F F I CH E R L E T H ÉS A U RU S
Les concepts utilisés dans Sphinx Quali sont issus d'un thésaurus qu'il est possible de visualiser dans saforme
complète ou bien par observation.
C o ns ul t e r l e t hé sa u ru s c om pl e t
Le thésaurus complet de Sphinx Quali peut être consulté depuis la boîte de dialogue des Options.
 Depuis l'un des environnements de Sphinx Quali (Exploration, Codification, Synthèses), dans le bandeau
cliquez sur l'onglet Accueil,
 Cliquez sur le bouton Options,
 Cliquez sur le lien Voir l'ensemble des concepts

 Le thésaurus s'affiche dans une nouvelle fenêtre.


Les concepts du thésaurus sont présentés selon une arborescence à quatre niveaux : Thèmes généraux, Idées
principales, Concepts détaillés, Concepts très détaillés.

238
C o ns ul t e r l e t hé sa u ru s pa r ob s erv ati o n
Il est également possible de visualiser le thésaurus relatif aux concepts repérés pour une observation donnée.
Pour ce faire :
Lors de l'Exploration ou de la Codification, faites un double-clic sur le numéro d'une observation :

239
Une nouvelle fenêtre s'ouvre :

Cette fenêtre affiche, pour une observation donnée, l'ensemble des concepts repérés par le moteur sémantique
de Sphinx Quali.
Le chiffre entre parenthèses, à côté des concepts détaillés et très détaillés, représente la pertinence du concept
dans l'observation (entre 0 et 1). Cette valeur est relative et construite par rapport au contexte de chaque mot
(application des réseaux sémantiques, par rapport à des corpus de référence). Ainsi, une observation contiendra
toujours un concept avec une valeur de 1 (observation la plus pertinente pour une observation). Seuls les
concepts ayant une valeur supérieure au seuil de sévérité seront attribués à l'observation.
Le repérage des concepts est d'autant plus efficace que le texte est long.
NB : Par défaut, le repérage des concepts est effectué sur le troisième niveau du thésaurus (Concepts détaillés),
et le seuil de sévérité est fixé à 0,5. Ces paramètres peuvent être modifiés dans les Options. Pour ce faire :
 Dans l'onglet Accueil, cliquez sur le bouton Options.
 Dans la boîte de dialogue qui s'ouvre, onglet Lexique, ajustez les valeurs du groupe Concepts.
5.17. EXPORTER UN CORPUS / LEXIQUE
Sphinx Quali permet d’exporter le corpus et / ou le lexique d’une analyse lexicale, au format Microsoft Word ou
Microsoft Excel. Pour ce faire :
 Dans le bandeau, cliquez sur l’onglet Accueil,
 Cliquez sur le bouton Exporter,
 L’assistant s’ouvre, cochez Lexique et / ou Corpus
 Sélectionnez le format (Word ou Excel),

240
5.18. EXPLORATION DU VERBATIM
Le verbatim est constitué de l’ensemble des réponses à une question ouverte, récoltées lors d’une enquête.
L’étude du verbatim effectuée par Sphinx Quali permet par exemple :
 D’illustrer des résultats statistiques par des témoignages plus vivants
 De sélectionner les extraits les plus significatifs d’une catégorie de répondants
 De visualiser les mots les plus spécifiques en fonction d’une variable de contexte ou d’une classe de
répondants
C om m e nt y a cc éd e r ?
 Dans le bandeau, cliquez sur l’onglet Données,
 Cliquez sur le bouton Verbatim par contexte.
5.19. EXPLORER LE VERBATIM
Le verbatim du texte analysé s’affiche dans la zone de travail.

241
Le verbatim est affiché selon la variable de contexte sélectionnée. Il est possible de changer de variable de
contexte dans l’onglet Données grâce au menu déroulant Contexte.
Le verbatim peut être parcouru par phrases caractéristiques, par mots spécifiques ou par concepts spécifiques,
selon l’onglet sélectionné dans la zone de travail.
 L'onglet Phrases caractéristiques regroupe les phrases du verbatim en fonction du contexte
 L'onglet Mots spécifiques liste les mots présent dans les observations d'un contexte donné
 L'onglet Concepts spécifiques liste les concepts présent dans les observations d'un contexte donné

 Les différents éléments (phrases caractéristiques, mots spécifiques, concepts spécifiques) peuvent être
colorés ou surlignés :
 Les éléments surlignés en orange correspondent aux éléments les plus représentatifs d’un contexte
donné.
 Les éléments surlignés en bleu correspondent aux éléments les plus communs d’un contexte donné.
 Les mots / concepts en violet correspondent aux mots / concepts exclusifs à un seul contexte
 Les mots / concepts en vert correspondent aux mots / concepts communs à l'ensemble des contextes
 Les mots / concepts en bleu correspondent aux mots / concepts communs à x% des concepts

242
5.20. EXPORTER LE VERBATIM
Notez qu’il est possible d’exporter les données du verbatim au format Microsoft Word ou Microsoft Excel. Pour ce
faire :
 Dans le bandeau, cliquez sur l’onglet Accueil,
 Cliquez sur le bouton Exporter,
 Sélectionnez le format (Word ou Excel),

5.21. ANALYSE DES SENTIMENTS


Le moteur d’analyse des opinions de Sphinx Quali permet la détection automatique de sentiments pour l’analyse
des questions ouvertes. Ainsi, il permet de détecter l’opinion positive, neutre ou négative d’une phrase et de lui
attribuer un Type (Conseil, Jugement, Sentiment / Appréciation) et une Catégorie (précisant le Type).
C om m e nt y a cc éd e r ?
 Dans le bandeau, cliquez sur l’onglet Données,
 Cliquez sur le bouton Analyse des sentiments.
EXPLORER LES SENTIMENTS
Les opinions relevées dans le texte analysé apparaissent dans la zone de travail.

243
1. Liste des sentiments par phrase ou segment de phrase

Sphinx Quali affiche un sentiment (détecté à l'aide du moteur d'analyse sémantique) pour chaque phrase ou
segment de phrase. L’extrait est visible dans la colonne Texte.
La jauge de couleur verte (positif) ou rouge (négatif) indique le sentiment détecté pour une phrase (ou un
segment de phrase). Plus elle est grande, plus l’opinion est marquée (positive ou négative).
Sphinx Quali attribue également un Type (Conseil, Jugement, Sentiment / Appréciation) et une Catégorie
(précisant le Type) à la phrase (ou le segment de phrase) analysée.

2. Affichage de l’observation contenant les sentiments

244
Lorsque le texte d’une observation est affiché dans cette zone, les phrases ou segments de phrases sont coloriés
selon le sentiment qu’ils expriment.
 Vert : indique un sentiment positif
 Rouge : indique un sentiment négatif
 Violet : indique un sentiment à la fois négatif et positif
 Noir : indique un sentiment neutre
EXPORTER LES SENTIMENTS
Notez qu’il est possible d’exporter les données d’opinion au format Microsoft Word ou Microsoft Excel. Pour ce
faire :
 Dans le bandeau, cliquez sur l’onglet Accueil,
 Cliquez sur le bouton Exporter,
 Sélectionnez le format (Word ou Excel),

6. PROTOCOLE DE CODIFICATION
Le protocole de Codification permet de coder votre corpus à l'aide d'un codebook.
Ce travail permet de catégoriser son contenu à l'aide d'une grille de thèmes. Ce codebook (ou grille de
codification) peut être manuel (créé par le chargé d'étude) ou automatique (proposé par Sphinx Quali).
C om m e nt y a cc éd e r ?
 Depuis le panneau d'accueil,
 Cliquez sur le stade Analyse textuelle et sémantique,
 Puis Codification.
6.1. E N V I R O N NE ME NT
P r em i e r l a nc em e n t d e l ’e nv i ro n n em e n t d e co di fi c ati on

245
Lors du premier lancement du protocole de codification, trois boutons apparaissent au sein d’un menu
d’orientation :

 Diagnostics et Conseils : affiche une note méthodologique relative au protocole de codification. Cette
note méthodologique est également accessible dans l’onglet Analyse de contenu du bandeau (bouton
Diagnostics et conseils).
 Codebook automatique : permet la création automatique d’un codebook (ou grille de codification)
grâce au moteur sémantique de Sphinx Quali. La fonction de création automatique de codebook est
également accessible via l’onglet Analyse de contenu du bandeau (bouton Codebook automatique).
 Construction d’un codebook : permet de créer un codebook manuellement en définissant une première
variable de codification et ses différents thèmes. Pour davantage d’informations sur la construction d’un
codebook, consultez la partie Construction d’un codebook.
E nv i ro n nem e nt d e c o di fi c ati o n
L’environnement de Codification est composé de deux parties distinctes dans sa zone de travail : la grille
thématique et la liste des observations.
La grille thématique (ou codebook) permet de classer les observations du corpus selon des thèmes définis. Le
codebook peut être créé manuellement ou automatiquement.
Les observations du corpus sont listées dans l’environnement de codification dans de saisie (mode manuel) ou
bien dans un ordre intelligent (mode assisté).

246
L’environnement du protocole de Codification est composé :
1 : d’une zone de travail centrale permettant le codage du texte. Elle contient la grille thématique et la liste des
observations du corpus.
2 : d’un bandeau horizontal de cinq onglets (les trois onglets communs à tous les protocoles (Accueil, Données,
Affichage) et les onglets Analyse de contenu et Corpus relatifs au protocole de Codification).
6.2. B A N D EA U
Le protocole de Codification dispose, dans le bandeau, de deux onglets Analyse de contenu et Corpus qui lui
sont spécifiques, en plus des trois onglets communs à tous les protocoles.
A n al y s e d e co n te n u
L’onglet Analyse de contenu regroupe l’ensemble des fonctions utiles au codage du texte analysé.

247
Le groupe Grille thématique permet de gérer les variables, les thèmes de codage et de gérer - le cas échéant -
les extraits de texte significatifs pouvant être associés aux catégories constituées pendant la codification
Le groupe Codage gère les options de codage : type d’affichage des variables et fonctions automatiques.
Le groupe Affichage permet de gérer l’affichage des variables de codage.
Le groupe Résultats permet d’afficher une synthèse statistique des résultats de l’analyse de contenu.
C o rp u s
L’onglet Corpus permet de gérer l’affichage des textes analysés lors du protocole de Codification.

Le groupe Texte permet de gérer l’affichage du texte à analyser dans la zone de travail du bas de l’écran.
Le groupe Colonnes permet d’ajouter / supprimer des colonnes (Numéro d’observation, Contexte, Signature,
Orientation, Concept, Indicateur) dans la zone de travail afin d’enrichir le travail d’exploration.
Le groupe Tris et filtres permet de réorganiser (trier ou filtrer) les textes qui apparaissent dans la zone de travail.
6.3. C O N ST R UC T I O N M AN UE L L E D 'U N C OD E B O O K
Le codebook est la grille d’analyse de votre corpus, en général elle contient des thèmes (idées) présents dans le
corpus mais peut parfois contenir des éléments descriptifs permettant de classer les textes (source des extraits,
auteur…). Cette étape permet d’obtenir des résultats quantitatifs de votre analyse (nombre de thèmes cités,
répartition des thèmes etc…). Notez que chaque élément de la grille est appelé variable
Le codebook d’une enquête peut être construit manuellement, directement dans l’environnement du Protocole
de Codification. C’est donc l’utilisateur qui définit les variables de codification et leurs thèmes en fonction de
l’enquête et des textes à coder.
 Comment construire son codebook ?
 Ajouter une nouvelle variable de codification
 Gérer les variables de codification
C om m e nt c on s t rui re s o n c od eb o ok ?
Lors du premier lancement du protocole de codification, trois boutons apparaissent au sein d’un menu
d’orientation. Cliquez sur le bouton Construction d’un codebook.

248
L’assistant Définir la variable de codification apparaît pour créer la première variable du codebook.

 Saisissez le Nom de la variable de codification


249
 Editez les thèmes de la variable. Les boutons et permettent d’ajouter / supprimer des thèmes à

la variable. Les flèches et permettent d’organiser les thèmes les uns par rapport aux autres.
 Validez pour que la première variable du codebook apparaisse dans la zone de travail.

6.4. A J O UT E R UN É L ÉM EN T À L A G R I L L E
Si votre codage le nécessite ou pour enrichir le codebook, il est possible d’ajouter plusieurs éléments à la grille
(variables de codification). Pour ce faire :
 Dans le bandeau, cliquez sur l’onglet Analyse de contenu,
 Cliquer sur le bouton Nouvel élément.

Il est possible de créer un nouvel élément (comme précédemment expliqué) en définissant le nom de la variable
et ses différents thèmes. Mais il est également possible de Reprendre des variables de l’enquête comme modèle
pour créer une variable de codification.

250
6.5. G É R E R L E S V A R I A B LE S D E C OD I F I C AT I O N

Le bouton permet d’ouvrir l’assistant Définir la variable de codification pour effectuer des modifications.

Le bouton permet de gérer les différentes variables de codification du codebook. Il est possible de déplacer
une variable vers la gauche ou vers la droite, voire de la masquer ou la supprimer.
La zone de texte située en bas de chaque variable de codification permet d’ajouter rapidement un nouveau
thème à la variable.

Les thèmes peuvent ensuite être réorganisés en cliquant sur le bouton .


6.6. C O D E B O O K AUT O MA T I QU E
Le codebook est la grille d’analyse de votre corpus, en général elle contient des thèmes (idées) présents dans le
corpus mais peut parfois contenir des éléments descriptifs permettant de classer les textes (source des extraits,
auteur…). Cette étape permet d’obtenir des résultats quantitatifs de votre analyse (nombre de thèmes cités,
répartition des thèmes etc…). Notez que chaque élément de la grille est appelé "variable".
Il est possible de créer automatiquement un codebook grâce au moteur sémantique de Sphinx Quali. Cette
fonction crée la grille puis code automatiquement les observations. Le codebook automatique contient les
concepts présents dans le corpus et chaque observation est codée pour chaque concept y faisant référence.
Pour utiliser la fonction de codebook automatique :
 Dans le bandeau, cliquez l’onglet Analyse de contenu,
 Cliquez sur le bouton Codebook automatique.

L’assistant de création de codebook automatique s’affiche. Il permet de paramétrer quelques options afin
adapter le codebook aux besoins de l’enquête.
 Repérage des concepts : permet de choisir la finesse des concepts (Thèmes généraux, Idées principales
ou Concepts détaillés) utilisés pour la création automatique du codebook. Plus le repérage sera fin, plus
le codebook sera dense et précis.
 Nombre de concepts maximal : ce paramètre défini le nombre de variables de codification qui seront
créées pour le codebook automatique.
 Voir l'ensemble des concepts : décrit le thésaurus utilisé pour l’analyse sémantique. Sont listés les
différents niveaux de concepts (des plus génériques, Thèmes généraux, aux plus précis, Concepts très
détaillés).
251
Notez qu'après sa création, il est possible d'éditer le codebook, et de modifier les variables de codification et / ou
leurs thèmes.
Vous pouvez également créer un nouveau codebook automatique en cliquant sur le bouton Codebook
automatique (dans l'onglet Analyse de contenu). Le fait de recréer un codebook automatique réinitialisera le
codebook courant.
6.7. CODER LES OBSERVATIONS DU CORPUS
Une fois le codebook construit (codebook manuel ou codebook automatique), la codification proprement dite
peut débuter.

On commence par choisir le mode d'affichage des observations : Mode manuel ou Mode assisté

252
 Mode manuel : par défaut, le Mode manuel fait défiler les observations une par une dans leur ordre de
saisie, c'est-à-dire selon leur numéro d'observation. Ce tri peut également être effectué sur une autre
colonne de la liste des observations. Par exemple, en cliquant sur l'en-tête de la colonne Contexte, on
pourra faire défiler les toutes observations d'un même contexte, puis toutes celles d'un autre contexte, et
ainsi de suite.
 Mode assisté : grâce à une classification préalable, le Mode assisté fait défiler les observations qui
diffèrent le plus les unes des autres. Si vous souhaitez utiliser l'extension de codification, préférez ce mode
de présentation pour préparer au mieux les données.
Pour coder les observations du corpus, il s'agit de faire défiler les observations une à une en utilisant les
flèches, situées au dessus du codebook, qui permettant de parcourir le corpus et de coder les
observations.

6.8. EXTENSION DE CODIFICATION


L'extension de codification est un outil permettant de coder automatiquement le reste du corpus, après avoir
débuté une codification manuelle. Grâce aux observations déjà codées (au moins une centaine), Sphinx
Quali apprend la façon de coder du chercheur et l'applique aux observations restantes.
Il existe deux types d'extension de codification : Pas à pas et Complète.

E x t e n si o n d e co di fi c ati on P a s à pa s
L'extension de codification Pas à pas propose une codification automatique pour l'observation courante. Pour
utiliser cette fonctionnalité :
 Dans le bandeau de l'environnement de codification, cliquez sur le bandeau Analyse de contenu,
 Cliquez sur Extension de codification, puis Pas à pas.
Sphinx Quali vous code alors l'observation courante. Il vous est possible de modifier le codage proposé s'il ne
vous convient pas, en cochant / décochant les différents thèmes des variables de codification.
E x t e n si o n d e co di fi c ati on C om pl è te
L'extension de codification Complète permet de coder l'ensemble des observations restantes en fonction de
celles déjà codées. Pour utiliser l'extension de codification complète :
 Dans le bandeau de l'environnement de codification, cliquez sur le bandeau Analyse de contenu,
 Cliquez sur Extension de codification, puis Complète.

253
Une boîte de dialogue apparaît et indique si l'extension de codification peut-être appliquée ou non au corpus. Si
elle le peut, cliquez sur Continuer pour lancer la codification.

6.9. A F F I CH E R L E S R ÉS U LT AT S DU C O D A GE
Une fois le codage des observations achevé, il est possible de visualiser une synthèse statistique issue du
protocole de codification. Pour ce faire :
 Dans le bandeau, cliquez sur l’onglet Analyse de contenu,
 Cliquez sur le bouton Synthèse.

La synthèse s’ouvre dans l’environnement du protocole de Synthèse. Elle est composée de deux vues :
1. Distribution des thèmes: cette vue affiche la distribution des observations codées par variable.
2. Verbatim illustratifs des thèmes : cette vue liste les phrases les plus significatives par variable.
254
La synthèse peut être exportée au format Microsoft Word ou PDF en cliquant sur l’onglet Accueil dans le
bandeau, puis sur le bouton Exporter.

7. PROTOCOLE DE SYNTHÈSE
Le protocole de Synthèse permet de visualiser les résultats des analyses textuelles et sémantiques, et de préparer
leur restitution. Quatre types de synthèses peuvent être affichés : Synthèse globale, Orientation et Sentiments,
Analyse par contexte, Analyse de contenu.
Toutes les modifications effectuées dans le corpus et le codage sont prises en compte lors de la création des
synthèses.
C om m e nt y a cc éd e r ?
 Depuis le panneau d'accueil,
 Cliquez sur le stade Analyse textuelle et sémantique,
 Puis Synthèse.
7.1. E N V I R O N NE ME NT
Sphinx Quali permet de créer différents types de synthèses :
 Synthèse globale : Elle affiche un aperçu lexical et sémantique, réparti les mots et verbatim spécifiques
par thématique et les caractérise. La synthèse globale donne une vision générale du corpus analysé.
 Orientations et Sentiments : Cette synthèse reprend les données visibles lors de l’analyse des Sentiments.
Elle affiche un bilan des orientations et des sentiments, ainsi que le verbatim et les catégories d’opinion.
 Analyse par contexte : Cette synthèse est calculée en fonction de la variable de contexte sélectionnée
pour l’analyse (comme l’âge ou le sexe, par exemple). Elle affiche les mots et verbatim spécifiques à un
contexte, ainsi qu’une caractérisation des observations selon le contexte. Il est possible, à tout moment,
de modifier la variable de contexte. La synthèse sera alors recalculée.
 Analyse de contenu : Cette synthèse reprend les données issues du codage (protocole de Codification)
et affiche la distribution des observations selon les variables de codification et leurs thèmes. Cette
synthèse reprend également un verbatim illustratif de chacun des thèmes codés. Elle est accessible
directement depuis le protocole de Codification.

255
L’environnement du protocole de Synthèses est composé :

1 : d’une zone de travail centrale où s’affichent les résultats,


2 : d’un bandeau horizontal de quatre onglets (les trois onglets communs à tous les protocoles (Accueil, Données,
Affichage) et l’onglet Synthèses relatif au protocole de Synthèse).
Les flèches en bas à droite des vues du protocole de Synthèse permettent de naviguer entre les différentes vues
de la synthèse sélectionnée.

Le protocole de Synthèse dispose, dans le bandeau, d’un onglet Synthèses qui lui est spécifique, en plus des trois
onglets communs à tous les protocoles.
S y n th è se s
L’onglet Synthèses permet de sélectionner la synthèse à afficher dans la zone de travail.
256
Le groupe Synthèses permet de sélectionner le type de synthèse à afficher dans la zone de travail (parmi
Synthèse Globale, Orientations et Sentiments, Analyse par contexte, Analyse de contenu).
La note méthodologique est accessible depuis le groupe Aide.
7.2. A F F I CH E R UN E S Y NT H È S E
L’accès aux différentes synthèses peut se faire de deux manières manières différentes:
Depuis le bandeau, onglet Accueil
 Dans le bandeau de l'environnement Synthèse, cliquez sur l’onglet Accueil,
 Cliquez sur le bouton Synthèses,
 Puis sélectionnez la synthèse à afficher.

Depuis le bandeau, onglet Synthèses


 Dans le bandeau de l'environnement Synthèse, cliquez sur l’onglet Synthèses,
 Cliquez sur le bouton correspondant à la synthèse à afficher.

257
7.3. L E S D I F F É R EN T S T Y PE S D E S Y NT H È SE S
Sphinx Quali propose quatre types de synthèses :
 Synthèse globale
 Orientation et sentiments
 Analyse par contexte
 Analyse de contenu (issue du protocole de Codification)

Il est possible de paramétrer certains éléments des nuages de mots et des verbatims des synthèses en
cliquant sur le bouton Options dans le bandeau (onglet Accueil). Les paramètres relatifs aux synthèses se
situent dans l'onglet Synthèses de la boîte de dialogue Options

S y n th è se gl ob al e
 Aperçu lexical et sémantique

La synthèse globale s’appuie sur une approche sémantique et statistique du corpus. Sa qualité est indiquée par
l’icône en haut à droite, qui varie selon la taille du corpus.
Les principaux champs sémantiques sont établis en application du thésaurus, des ontologies et des corpus de
référence du logiciel. Ces idées générales sont illustrées par le nuage des mots clés les plus fréquents (la taille
indique la fréquence). Le nombre et la nature des mots affichés est paramétrable.

258
 Répartition thématique

Les pavés représentent les sous-ensembles du corpus établis par une classification hiérarchique descendante. Elle
répartit les observations (phrases, répondants, observations…) en catégories homogènes selon les mots clés et
concepts qu’ils contiennent. La taille des classes est indiquée dans le coin supérieur droit des pavés. Les nuages
présentent les mots spécifiques (surreprésentés) de chaque classe. Leur taille est proportionnelle à leur
fréquence.
La classification est conforme à la procédure Alceste. Les éléments pris en considération (nature des mots et ou
concepts, critère d’arrêt) sont paramétrables. L’affichage des mots des nuages est également paramétrable
(nature des mots, test de spécificité).
Les classes peuvent être renommées en fonction de l’interprétation qu’on en fait.

259
 Verbatim spécifiques par thème

Les verbatim illustrent chacune des classes dont ils permettent de contrôler la signification (leur dénomination
peut être à nouveau précisée). Les phrases affichées sont les plus spécifiques (contenant le plus d’éléments
surreprésentés) ou choisies au hasard parmi les plus spécifiques. On peut éviter les redondances en ignorant les
phrases qui se ressemblent trop. Le nombre de phrases affichées est paramétrable.

260
 Caractérisation des thèmes

Le tableau donne les caractéristiques de chaque classe. Les spécificités mettent en évidence les mots,
concepts, orientation, sentiment et contexte surreprésentés pour chacune des classes.

O ri e n ta ti o n et s e nti m e n ts
 Orientation des réponses et sentiments

Le moteur d’analyse de sentiments détermine dans l’ensemble du corpus les opinions exprimant un sentiment, un
jugement ou une évaluation. Le graphique met en évidence la répartition des observations selon l’orientation
des opinions positives ou négatives qu’elles contiennent. Le tableau de droite caractérise les opinions positives
ou négatives en indiquant la taille moyenne des observations concernées ainsi que les mots et contextes
surreprésentés dans chacun des cas.

261
 Verbatim spécifiques selon l’orientation
Les verbatim donnent des exemples d’opinions positives ou négatives. Pour les opinions partagées la totalité de
l’observation qui les contient est affichées.

262
 Caractérisation selon l’orientation et les sentiments
Le tableau met en évidence ce qui caractérise l’orientation des réponses. Les spécificités mettent en évidence
les mots, concepts, sentiment, orientation, contextes et classes thématiques surreprésentés pour chacune des
catégories d’orientation.

A n al y s e p ar c o n t e xt e
 Mots spécifiques selon le contexte
Cette vue est calculée en fonction de la variable de contexte sélectionnée et met en évidence :

 Le vocabulaire spécifique des différentes catégories de contextes (sources, partie de document, identité
des répondants…), présenté sous forme de nuages de mots dans les pavés périphériques. L’effectif des
catégories apparaît dans le coin supérieur gauche.
 Le vocabulaire commun à toutes les catégories représenté au centre.
 La taille des mots est proportionnelle à leur fréquence. Dans les pavés catégories ne figurent que les mots
surreprésentés. Les communs sont les plus fréquents parmi les mots communs à toutes les catégories.

263
 Verbatim spécifique à chaque contexte
Les verbatim illustrent les énoncés relatifs à chacun des contextes. Les phrases affichées sont les plus spécifiques
(contenant le plus d’éléments surreprésentés) ou choisies au hasard parmi les plus spécifiques. On peut éviter les
redondances en ignorant les phrases qui se ressemblent trop. Le nombre de phrases affichées est paramétrable.

 Caractérisation des contextes

264
Le tableau caractérise les catégories de contexte. Les spécificités mettent en évidence les mots, concepts,
orientation, sentiment, classes thématiques et orientation surreprésentés selon la catégorie de cotexte
considérée.

A n al y s e d e co n te n u
 Distribution des thèmes

Le tableau présente la statistique des thèmes et sous thèmes du thésaurus présent dans le corpus. Ces résultats
sont obtenus par le codage du corpus (Protocole de Codification).

265
 Verbatim illustratifs des thèmes

Les verbatim illustrent les énoncés relatifs à chacun des thèmes codés. Les phrases affichées sont les plus
spécifiques par thème (contenant le plus d’éléments surreprésentés) ou choisies au hasard parmi les plus
spécifiques.

266
7.4. A J O UT E R UN C OM ME NT A I R E À UN E S Y NT H È SE
 Toutes les vues des synthèses de Sphinx Quali disposent d’une zone de commentaires modifiable.

Pour ajouter un commentaire :


 Dans la vue concernée,
 Faites un double-clic sur Zone de commentaires modifiable,
 Tapez votre commentaire,
 Pressez Entrée ou cliquez hors de la zone pour valider la saisie.
Notez que pour effectuer un retour à la ligne dans la zone de commentaire, vous devez presser Shift + Entrée.
Pour plus d’aisance dans la rédaction des commentaires, il est possible d’exporter les synthèses dans Microsoft
Word.
7.5. M O D I F I E R L E N OM D ES C L A SS E S
Dans la Synthèse globale (vue n°2 : « Répartition thématique »), des classes thématiques sont créées et affichent
les mots spécifiques pour chaque catégorie. Par défaut, les classes sont nommées « Classe n°1 », « Classe n°2 »,…
Pour renommer les classes :
 Dans la vue « Répartition thématique » (Synthèse globale, vue n°2)
 Faites un double-clic sur le nom de la classe,
 Entrez le nouveau nom de classe
 Pressez Entrée ou cliquez hors de la zone pour valider la saisie.

267
Notez également, que le nouveau nom de classe sera utilisé sur les autres vues de la synthèse (vue n°3 :
« Verbatim spécifique par thème » ; vue n°4 : « Caractérisation des thèmes »). Ils sont également modifiables à
partir de ces autres vues.
7.6. A F F I CH E R L E V E R B AT I M D 'U N M OT D U NU A GE
Les nuages de mots et verbatim affichés dans les différentes synthèses de Sphinx Quali ne montrent que les
éléments les plus significatifs d’une classe. Il est possible d’afficher le verbatim complet correspondant à cette
classe. Pour ce faire :
L o r s d e l a v i s ual i sa ti o n d ’ u n nu a ge d e m ot
 Cliquez sur un mot

 Le verbatim des phrases contenant le mot sélectionné s’affiche.


268
L o r s d e l a v i s ual i sa ti o n d ’ u n v e rba ti m sp éci fi q u e
 Cliquez sur un verbatim spécifique d’une classe

 Le verbatim des phrases caractéristiques d’une classe s’affiche. Les phrases surlignées en jaune sont les
plus significatives.

269
7.7. M O D I F I E R L E S M O T S A F F I CH ÉS D A NS L E S NU A G ES E T L ES C A LC UL S
Sphinx Quali permet de modifier le contenu des nuages de mots, en renommant un groupe de mots ou excluant
certains mots. Les modifications effectuées sur le lexique lors du protocole d’Exploration sont prises en compte et
peuvent être éditées directement depuis le protocole de Synthèse.
Pour que les modifications effectuées dans le Lexique s'affichent dans les nuages de mot, l'option Utiliser : Lexique
affiché doit être sélectionnée dans les Options. Pour ce faire :
 Dans le bandeau, cliquez sur l’onglet Accueil,
 Cliquez sur le bouton Options,
 La boîte de dialogue des options de calcul s’ouvre. Cliquez sur l’onglet Mots spécifique.

270
 Sélectionnez Utiliser : lexique complet, puis cliquez sur OK pour valider
 Pour modifier les mots affichés dans un nuage, il est nécessaire d’afficher le volet lexique. Pour ce faire :
 Dans le bandeau, cliquez sur l’onglet Accueil,
 Cliquez sur Volet lexique, puis sélectionnez Afficher les mots

Le Volet lexique contenant la liste des mots du corpus s’affiche dans l’explorateur latéral, à gauche de la
synthèse. A partir du volet lexique, il est possible de :
 Grouper des mots du lexique
 Renommer un groupe de mots du lexique
 Exclure un mot du lexique
La synthèse sera recalculée après chacune des modifications effectuées.
7.8. R E S T R E I ND R E L ’ A F F I CH A GE D E S M O T S ( V E R BE S , A D J EC T I FS , N O MS , … )
Sphinx Quali permet de restreindre l’affichage des certains mots dans les synthèses. Ainsi, il est possible de gérer
indépendamment l'affichage des verbes, des adjectifs, des noms, des noms propres et des autres mots.
Pour ce faire :
 Dans le bandeau, cliquez sur l’onglet Accueil,
 Cliquez sur le bouton Calculs,
271
 La boîte de dialogue des options de calcul s’ouvre. Cliquez sur l’onglet Mots spécifiques.

 Sélectionnez Utiliser : lexique complet


 Puis sélectionnez les types de mots à afficher grâce à l’option Filtrage par type grammatical
7.9. C H A N G E R L A VA R I A B L E D E CO N T E X T E D 'U NE S Y NT H È S E
La variable de contexte utilisée pour une analyse est modifiable à tout instant. Lors de la visualisation de la
synthèse « Analyse par contexte », il peut être intéressant de modifier le contexte pour observer les variations de
résultats.
Pour changer la variable de contexte :
 Dans le bandeau, cliquez sur l’onglet Données,
 Choisissez une nouvelle variable de contexte dans le menu déroulant Contexte.

La synthèse se recalcule par rapport à la nouvelle variable de contexte.


272
Rappel : la variable de contexte doit être une variable fermée unique ou fermée échelle

7.10. A P P L I QU E R UN E S T RA T E À U NE S Y NT H È S E
Les strates créées lors de l’analyse quantitative des données peuvent être réutilisées dans l’analyse textuelle et
sémantique. Pour appliquer une strate à une synthèse, il suffit de la sélectionner dans le panneau Strates :
 Dans le bandeau, cliquez sur l’onglet Affichage,
 Cochez Strate, dans le groupe Afficher.

Le panneau Strates apparaît dans l’explorateur latéral. En sélectionnant une strate, seules les observations
relatives à cette strate seront utilisées pour le calcul de la synthèse affichée.
On peut créer une strate grâce au bouton vert « + » du panneau Strates. Plus d’informations sur les strates ici.
7.11. E X P O RT E R U N E S YN T H È SE
Les synthèses produites par Sphinx Quali lors du protocole de Synthèse peuvent être exportées au format
Microsoft Word ou au format PDF. C’est toujours la synthèse courante qui est exportée avec la fonction d’export.
Pour exporter la synthèse courante :
 Dans le bandeau, cliquez sur l’onglet Accueil,
 Cliquez sur le bouton Exporter,
 Sélectionnez le format (Word ou PDF),

273
8. GESTION DE DONNEES : CREER DE NOUVELLES VARIABLES LEXICALES
Sphinx Quali permet de créer des variables lexicales issues des données de l’analyse textuelle pour permettre une
analyse statistique. Ainsi, les données qualitatives traitées avec Sphinx Quali pourront être utilisées dans les
tableaux de bord personnalisés
Pour créer de nouvelles variables lexicales :
 A partir de l'environnement d'un des trois protocoles d'analyse textuelle et sémantique (Exploration,
Codification, Synthèses),
 Dans le bandeau, cliquez sur l’onglet Données,
 Cliquez sur le bouton Variables lexicales.

L’assistant Création des variables lexicales s’ouvre et permet de définir les nouvelles variables lexicales à créer.
Sélectionnez les nouvelles variables à ajouter à l’enquête puis validez. Les variables créées peuvent être
visualisées dans le Tableur et exploitées dans les tableaux de bord.

Remarque : La création de variable lexicale est sensible au marquage d'éléments dans le volet Lexique.
C'est-à-dire que si des éléments sont sélectionnés (marqués) dans le volet Lexique, la variable lexicale sera
créée uniquement en fonction de ces éléments. Pour que tous les éléments du Lexique soient pris en
compte, il faut qu'aucun élément ne soit marqué dans le volet Lexique.

Notez que la création d’une nouvelle variable lexicale écrasera la variable lexicale du même type
précédemment créée. Pour conserver les deux variables, il est nécessaire de cocher Utiliser un préfixe qui sera
attribué à la nouvelle variable.
8.1. E C L AT E R L ' EN Q UÊ T E
Eclater une enquête permet le changement d’unité statistique. Les observations textuelles de l’enquête en cours
seront donc découpées par paragraphe ou par phrase et extraites dans une nouvelle enquête. Cela permet de
274
traiter les phrases ou les paragraphes des observations indépendamment les uns des autres. D’autres variables
de l’enquête peuvent être conservées dans la nouvelle enquête éclatée.
Pour éclater l’enquête :
 A partir de l'environnement d'un des trois protocoles d'analyse textuelle (Exploration, Codification,
Synthèses),
 Dans le bandeau, cliquez sur l’onglet Données,
 Cliquez sur le bouton Eclater l’enquête.

L’assistant Eclater l’enquête s’ouvre et permet de paramétrer les données qui seront générées pour la nouvelle
enquête éclatée.
 Changement d’unité statistique : Il est possible d’éclater le corpus par phrase ou par paragraphe
 Variables à conserver : Permet de sélectionner, parmi la liste des variables de l’enquête, celles qui seront
ajoutées dans l’enquête éclatée en plus du corpus étudié. Par défaut, les variables utilisées comme
variables de contexte et de signature sont les seules variables cochées.
Cliquez sur OK pour créer l’enquête éclatée. Cette enquête est une nouvelle enquête, qui doit être enregistrée à
part. Elle n’écrase pas l’enquête initiale.
8.2. T A B L EU R ( CO R P US )
Le tableur restitue les données renseignées par les répondants sous forme d'un tableau de n lignes et m colonnes
dans lequel « n » correspond au nombre d’observations et « m » au nombre de variables de l’étude. Son utilité est
démontrée dans la phase de gestion des données pour visualiser, vérifier, transformer, exporter l es données, et les
préparer aux analyses.
C om m e nt y a cc éd e r ?
 Depuis le panneau d’accueil de Sphinx Quali,
 Cliquez sur Corpus.

275
8.3. E N V I R O N NE ME NT

L’environnement est composé :


1 d’une zone de travail centrale, dans laquelle une colonne correspond à une variable de l’enquête. Pour
chaque variable, il est possible d’effectuer les opérations suivantes :

2 d’un ruban (bandeau) horizontal de quatre onglets (Accueil, Données, Textes, et Affichage),
3 d’un explorateur latéral de trois parties (Variables, Strates, Langues).

276
La partie Variables de l’explorateur liste les variables de l’étude afin de pouvoir les afficher ou les masquer dans
la zone de travail centrale.

La partie Strates permet de créer puis de sélectionner une strate afin d’afficher les observations sur un profil
donné. (Par exemple : pour une enquête diffusée dans plusieurs pays, faire afficher uniquement les observations
des répondants français, ou plus simplement afficher uniquement les réponses des hommes).

La partie Langues permet de changer la langue des données affichées, dans le cas d’une enquête multi
langues.

277
8.4. B A N D EA U
Le bandeau de l’environnement Tableur est composé de quatre onglets (Accueil, Données, Textes, Affichage).
O n gl et A cc uei l
Regroupe les fonctions les plus fréquemment utilisées en ce qui concerne la gestion « simple » des données (en
ajouter, en supprimer, les trier…).

 Le groupe Accès directs comprend des fonctions permettant d’accéder au panneau d'accueil ou à
d'autres environnements.
 Le groupe Presse-papier propose les fonctions couper, copier, coller.
 Le groupe Modification permet de déverrouiller le tableau de données afin de pouvoir modifier les
données, ou ajouter/supprimer des observations.
 Le groupe Exporter offre la possibilité de sauvegarder la base de données dans un fichier Excel.
 Le groupe Edition comprend des fonctions permettant de trier, rechercher, remplacer ou supprimer des
données.
O n gl et D o nn é es
Propose les fonctions permettant principalement de modifier les variables et le jeu de données, et de gérer les
données.

 Le groupe Données comprend deux accès pour visualiser sous forme graphique la qualité de votre jeu
de données, ou pour préparer les données à la phase d’analyses (vérifier l’orthographe, « dédoublonner
», combiner des variables…).
 Le groupe Modifier les variables propose les fonctions calculer (créer une variable, fusionner des
variables…), transformer et combiner des variables. Enfin la fonction calcul avancée permet de créer
une nouvelle variable à partir d’un calcul sur une/des variable(s) existante(s).
 Le groupe Modifier le jeu de données permet de trier les données, repérer et supprimer les doublons,
redresser les données (définir des quotas) et améliorer la qualité du jeu de données (qualifier les
données).
 Le groupe Gestion de données propose d’importer des données, de générer automatiquement des
réponses, et de comparer, fusionner et rassembler les réponses avec celles d’une autre enquête.
 Le groupe Changer l’unité statistique permet de changer l’unité d’analyse des données, soit en
regroupant, éclatant ou divisant les données.

278
O n gl et T ex t es
Propose un ensemble de fonctions permettant de visualiser et analyser les variables de type texte.

 Le groupe Préparation des textes comprend les fonctions permettant de traduire des données textes, de
vérifier l’orthographe, de les lemmatiser (infinitif, masculin, singulier) et de les caractériser (créer des
variables lexicales).
 Le groupe Textes propose une fonction Verbatim permettant de choisir les variables texte que l’on
souhaite visualiser dans la zone de travail.
L ’ o n gl e t A f fi ch a g e
Permet de gérer l’affichage des différents éléments de l’écran.

 Le groupe Présentation permet de modifier l’affichage des données dans le tableur (augmenter ou
réduire le nombre de lignes de texte par cellule, présenter le numéro des modalités au lieu de leur
nom…).
 Le groupe Outils propose de masquer/afficher les parties de l’explorateur latéral (Strates et Langues).
8.5. C A L CU L E R U N E VA R I A B L E
Cet assistant permet de mettre en place un calcul (nouvelle variable calculée) sur une/des variable(s)
préexistante(s) dans l’enquête. Pour calculer une variable, procédez ainsi :
 Depuis l’onglet Données, cliquez sur Calculer

279
L’assistant vous propose de sélectionner une des six fonctions de calcul :
 Age : permet de calculer la différence entre une variable de type date (année de naissance) et la date
courante (date du jour).
 Durée : permet de calculer la différence entre deux variables de type date.
 Somme : pour calculer la somme des valeurs effectives de plusieurs variables numériques, ou échelles
(pour les variables échelles, il faut préalablement affecter un barème).
 Moyenne : pour calculer la moyenne des valeurs effectives de plusieurs variables numériques, ou
échelles (traiter les échelles en nombre).
 Ecart-type : permet de calculer l’écart-type des valeurs effectives de plusieurs variables numériques, ou
échelles (pour les variables échelles, il faut préalablement affecter un barème).
 Variable centrée réduite : pour calculer une variable indépendante de l’unité, avec la même moyenne
et la même dispersion.
Il est important de noter que la variable créée ne garde pas en mémoire le calcul. De ce fait, en cas d’ajout
d’observations après création de la variable, celle-ci ne sera pas mise à jour, et les calculs ne seront pas
effectués sur les nouvelles réponses.

280
Dans cet exemple, nous souhaitons calculer le budget moyen de boissons consommées, tous types de boissons
confondus.
8.6. T R A NS F O RM E R U NE V A R I A B L E
La transformation des variables propose plusieurs possibilités : gérer les modalités d'une question fermée, créer
des classes pour catégoriser les questions numériques, regrouper des codes ou des dates, extraire les informations
contenues dans les questions texte, ou changer le type de la variable. Pour transformer une variable, procédez
comme suit :
 Dans l’onglet Données, cliquez sur Transformer
Vous arrivez sur un assistant qui, en fonction du type de la variable sélectionnée, vous permet de choisir le type
de transformation que vous désirez effectuer.

La transformation Changer le type est la seule fonction sélectionnable pour tous les types de variables. Elle
permet de modifier le type d’une variable, par exemple changer une question fermée unique en question
fermée multiple. Pour les autres types de transformation :
 Gérer les modalités : pour les variables de type fermé et échelle. Permet de modifier, ordonner,
regrouper ou supprimer des modalités.
 Mettre les nombres en classes : pour les variables numériques. Permet de créer des classes d’intervalles.
Par exemple, à partir d’une variable numérique « Age » vous allez créer les classes « Jeunes » pour les
moins de 18 ans, « Jeunes actifs » pour les 18-25 ans etc…
 Regrouper les codes : pour les variables codes. Permet par exemple pour une variable de type code
postal, de regrouper ces codes selon le nom de leur région respective.
 Extraire de l’information des textes : pour les variables textes. Permet d’identifier les thèmes principaux
d’une variable texte (à l’aide d’un dictionnaire), de créer des variables lemmatisées (chaque mot est
remplacé par sa racine) et de mesurer la richesse, la banalité et la longueur des mots de cette variable.
Les différents types de transformations sont détaillés plus bas, dans la partie Modes opératoires.

281
Dans cet exemple ci-dessus, nous souhaitons transformer une variable fermée unique (une seule réponse
possible) en fermée multiple (plusieurs réponses possibles), nous indiquons pour cela le nombre de réponses
possibles de la variable transformée (6).
8.7. C O M B I NE R D E S V A R I A B LE S
Cet assistant permet de créer une nouvelle variable à partir d’une combinaison de plusieurs variables choisies.
Pour accéder à cet assistant, procédez ainsi :
 Depuis l’onglet Données, cliquez sur Combiner
Vous arrivez sur une boîte de dialogue dans laquelle vous pouvez sélectionner un type de combinaison
de variables parmi les quatre premières propositions :

 Créer une variable « profils » : vous permet de créer une variable fermée dont les modalités
correspondent à des conditions fixées par l’utilisateur (strate ou profil). Ainsi les strates déjà définies
apparaissent. La nouvelle variable fermée est définie par les modalités sélectionnées parmi les strates, si
nécessaire on créera un nouveau profil pour créer une autre modalité.
 Fusionner plusieurs variables fermées : plusieurs types de fusion vous sont ensuite proposés :
282
 Fusion simple : les modalités de la nouvelle variable fermée multiple sont toutes celles des variables
sélectionnées.
 Fusion composée : les modalités de la nouvelle variable fermée multiple sont les modalités différentes des
variables sélectionnées.
 Fusion croisée : les modalités de la nouvelle variable fermée unique croisent les modalités des variables
sélectionnées.
 Fusion multiple : les modalités de la nouvelle variable fermée multiple sont les noms des variables
sélectionnées.
 Transposer plusieurs variables fermées : créer un ensemble de variables ayant pour nom les modalités
des variables sélectionnées.
 Concaténer les textes des réponses : créer une variable texte qui rassemble les contenus des réponses
des variables sélectionnées.
Toutes ces combinaisons sont détaillées plus bas dans la partie Modes opératoires
8.8. D É D O U BL O N NE R
Cette opération permet de repérer les observations identiques sur une variable donnée, et donne la possibilité
de conserver une observation unique en se basant sur l'ordre d'enregistrement.
Le repérage des doublons crée une variable appelée POSITION qui permet de catégoriser les observations. Elle a
quatre valeurs possibles : Unique pour indiquer les observations qui ne sont pas en double, Mini, Maxi et
éventuellement Inter pour désigner les observations qui ont des doublons. La suppression des observations
s’effectue par élimination des premières ou dernières réponses selon le choix de l'utilisateur.
P o ur d éd o ub l o n ne r , p ro cé d ez ai n si :
 Dans l’onglet Données, cliquez sur Dédoublonner
Vous arrivez sur une boîte de dialogue vous proposant deux types d’actions, repérer les doublons ou supprimer
les doublons.
R e p é r e r l e s d o ubl o n s

283
1 Sélectionnez la variable dont vous souhaitez repérer et/ou supprimer les éventuels doublons, (vous pouvez
également sélectionner plusieurs variables : par exemple « email » et « nom » si l’on considère que plusieurs
personnes peuvent avoir la même adresse email)
2 Choisissez le type d’action à effectuer, Repérer les doublons ou Supprimer les doublons,
3 Déterminer la position des doublons trouvés.
Si vous avez choisi de déterminer la position des doublons par rapport à l’ordre d’enregistrement des
observations, une variable IDEM sera créée, dans laquelle apparaîtra le numéro de la première observation
identique par rapport à la variable sélectionnée. Une deuxième variable POSITION vous indiquera « l’état » de
chaque observation. Cette variable a quatre valeurs possibles :
 Unique : signifie que l’observation ne possède aucun doublon
 Mini : signifie que l’observation est la première observation d’une liste de doublons
 Inter : l’observation est un doublon intermédiaire de la liste de doublons
 Maxi : l’observation est la dernière observation d’une liste de doublons
A noter que vous pouvez lister les doublons soit par l’ordre d’enregistrement des observations (pour trois
doublons, l’observation qui contiendra la modalité MINI sera donc celle ayant été enregistrée en premier) soit
par la valeur d’une variable à sélectionner, par exemple la variable CLE, ainsi les doublons seront classés selon la
valeur de cette variable.
S u p p ri m e r l e s d o ubl o n s

Dans notre exemple, nous souhaitons démarrer une phase d’e-mailing. Cependant, il est possible que notre jeu
de données contienne plusieurs fois la même adresse e-mail ce qui engendrerait plusieurs envois à la même
personne. Afin d’éviter cela, nous allons supprimer tous les doublons sur la variable email afin de s’assurer que
notre jeu de données contient une seule fois chaque email, et ainsi que chaque personne soit consultée une
seule fois.
284
Dans le cas de deux doublons, il est possible soit de conserver la première réponse (Mini), soit la dernière (Maxi)
lors de la suppression des doublons. Lorsque vous cliquez sur ok, cela générera un nouveau fichier .sphx afin de
ne pas écraser vos données actuelles. Dans le cas ou il existe au moins trois doublons (le même email est par
exemple présent trois fois dans la base de données), alors il est nécessaire de supprimer toutes les observations
mentionnées comme « Inter » et de supprimer l’observation « Mini » ou « Maxi ».
8.9. R E D R E S SE R
Cet outil permet de définir des quotas pour redresser l’échantillon et en assurer la bonne représentativité. Pour ce
faire, procédez comme suit :
 Depuis l’onglet Données, cliquez sur Redresser
Vous arrivez sur la boîte de dialogue suivante :

Dans notre exemple, nous avons sélectionné la variable relative au pays (County_name) car nous souhaitons
que notre échantillon total contienne 20% de répondants français, 25% de répondants allemands, etc.
Il est également possible de mettre en place un redressement sur deux variables (par exemple « Genre » et « Age
»).
8.10. QUALIFIER
Qualifier les données permet de repérer/supprimer les valeurs aberrantes. Pour accéder à cet assistant, procédez
de la manière suivante :
 Dans l’onglet Données, cliquez sur Qualifier
Vous arrivez sur la boîte de dialogue ci-dessous qui vous permet d’établir la qualité globale de votre jeu de
données parmi un choix de quatre options.
285
 Repérer les observations singulières ou trop peu documentées : permet, selon les variables sélectionnées,
d’identifier les observations pas assez documentées, les observations dont les valeurs sont trop rares ou
éloignées de la moyenne, ou dont les échelles sont documentées de manière systématique.
 Remplacer les non-réponses : pour remplacer les non-réponses (cellules vides) soit par la moyenne des
observations, soit par la valeur de l’observation précédente.
 Repérer les variables non-pertinentes : permet d’identifier les variables peu documentées ou ayant trop
peu de variance.
 Extraire un échantillon cylindré : pour créer un sous ensemble de variables pertinentes (ce sous ensemble
ignore les variables trop peu documentées) et créer un échantillon ne prenant en compte que les
observations entièrement documentées.
8.11. S É L E CT I O NN E R L E S V A R I A BL E S ET O B S E R VA T I O NS À A F F I CH E R
Pour choisir les variables que vous voulez afficher dans la zone centrale, il vous suffit de cocher les variables dans
la partie Variables de l’explorateur latéral gauche (cet explorateur est présenté précédemment dans la partie
Environnement).

286
8.12. A J O UT E R / SU PP R I ME R D E S O B S E R V A T I ON S
Pour ajouter une observation, depuis l’onglet Accueil, cliquez sur Ajouter une observation. Par défaut, cela
ajoutera une ligne à la fin du tableau. Vous n’aurez plus qu’à saisir les valeurs (réponses) pour chacune des
variables.

Pour supprimer des observations, vous avez deux possibilités. Si vous souhaitez supprimer une seule observation,
sélectionnez dans le tableau la ligne à supprimer puis dans l’onglet Accueil, cliquez sur le bouton Supprimer.
Si vous voulez supprimer un ensemble d’observations en une seule fois, dans l’onglet Accueil, cliquez sur
Supprimer des observations. Vous arrivez sur une boîte de dialogue dans laquelle vous renseignez les
observations que vous voulez enlever.

287
Vous pouvez :
 Supprimer toutes les observations de votre jeu de données
 Supprimer un ensemble d’observations n à m (n et m étant les numéros des observations qui délimitent
l’ensemble à supprimer)
 Supprimer les observations qui correspondent à une condition à définir (par exemple on supprime toutes
les observations telles que la variable Genre = Homme)
 Supprimer toutes les observations qui ne font pas partie de la Strate (profil) sélectionnée
 Supprimer n observations de manière aléatoire (n étant à définir)
8.13. T R I E R , F I L T R E R , R E P É R E R D ES O B S E R VA T I O NS
Depuis l’onglet Accueil, cliquez sur le bouton Trier et filtrer ou Repérer.

La fonction de tri et de filtrage vous permet de modifier l’ordre d’affichage des observations dans le tableur. Pour
trier les observations d’une variable dans l’ordre croissant ou décroissant, sélectionnez la colonne
correspondante dans le tableur puis définissez un ordre de tri à partir du bouton Trier et Filtrer.
Pour définir un mode de tri plus personnalisé, cliquez sur Trier et Filtrer, puis sur Tri personnalisé. Vous arrivez sur la
boîte de dialogue suivante, et pouvez définir l’ensemble des tris que vous voulez effectuer.

288
1 Sélectionnez la variable sur laquelle va porter le tri, et le sens du tri. Cliquez sur pour ajouter un nouveau tri
et sur pour supprimer un tri. Le tri se fera d’abord sur la première variable choisie puis en fonction de la
seconde.
Pour repérer des observations, c'est-à-dire les rendre plus visibles à l’écran en coloriant les cellules du tableur,
cliquez sur le bouton Repérer, toujours depuis l’onglet Accueil. Vous arrivez sur la boîte de dialogue qui suit, vous
permettant de définir des conditions de coloration des cellules.

Dans notre exemple, nous recherchons tous les répondants masculins, pour cela nous définissons un profil à
repérer tel que la variable qui correspond au genre des répondants prenne la valeur « HOMME »

1 Vous avez la liste des conditions que vous aurez créée. Pour ajouter une nouvelle condition cliquez sur et

pour en supprimer cliquez sur .


2 Sélectionnez l’option de repérage des observations. Vous pouvez, comme dans cet exemple, choisir un profil
que vous avez créé. Vous pouvez aussi choisir de faire apparaître les non-réponses (cellule vide), un mot en
particulier ou bien une liste d’observations.
3 Cliquez sur Définir pour choisir les conditions de coloration des cellules.
Par ailleurs, il vous est également possible d’ajouter un filtre sur une variable pour afficher uniquement les
observations que vous souhaitez visualiser. Pour cela, cliquez sur le bouton de la colonne sur laquelle vous
souhaiter ajouter le filtre.
8.14. E X P O RT E R L A B AS E D E D ON N ÉE S D AN S M IC R O S O FT O F F I C E
 Dans l’onglet Accueil, cliquez sur le bouton Exporter.

289
Vous arrivez sur une boîte de dialogue vous permettant de définir les données que vous souhaiter voir apparaître
dans le fichier Excel qui va être généré. Il vous est possible d’exporter uniquement les données affichées à
l’écran ou bien d’exporter l’ensemble des observations.

 L’ensemble des observations : pour exporter toutes les observations de votre jeu de données
 Le contenu du tableur : vous permet d’exporter uniquement les variables que vous avez sélectionnées
dans l’explorateur latéral de gauche (si vous avez sélectionné une strate, le contenu exporté en tiendra
compte)
 Les observations sélectionnées : pour exporter les observations (lignes) sélectionnées. Le mode de
sélection est le même que pour les sélections Excel (cliquez/glisser).
 Titre des colonnes : pour faire apparaître dans le fichier exporté le nom des variables (colonnes)
 Numéros des observations : permet d’ajouter dans le fichier une colonne contenant le numéro de
chaque observation.
 Conserver le repérage : vous permet d’afficher dans le fichier exporté la couleur sur les observations
repérées (voir mode opératoire Trier, filtrer et repérer des observations pour plus d’informations)
 Voir le fichier généré : ouvre automatiquement le fichier Excel généré.
8.15. M ET T R E EN P L AC E UN C A LC UL P R É D ÉF I N I
Mettre en place un calcul prédéfini consiste à utiliser les fonctions proposées par Sphinx Quali afin de calculer et
créer une nouvelle variable (moyenne, écart type, etc). Pour utiliser cette fonction, dans l’onglet Données,
cliquez sur le bouton Calculer.

290
Vous arrivez sur une boîte de dialogue dans laquelle vous pouvez choisir le type de calcul que vous souhaitez
mettre en place.

Choisissez une fonction de calcul à effectuer. Dans cet exemple, nous allons calculer la moyenne des valeurs de
deux variables (explication des autres calculs dans la partie Boîtes de dialogue).

291
Sélectionnez les variables pour lesquelle vous souhaitez calculer la moyenne des valeurs. Ici, nous souhaitons
calculer le budget moyen hebdomadaire de la consommation de thé et café.

Cet écran vous présente pour chaque observation la valeur calculée correspondant à sa consommation
moyenne hebdomadaire en thé et café.

1 Définissez le nom et le libellé de la nouvelle variable qui va être créée. Le libellé sert à donner des informations
sur la variable, qui apparaissent, par exemple, lors du passage de la souris sur l’icône .
2 Choisissez où vous désirez insérer cette variable dans la zone centrale de travail (au début, à la fin, avant la
variable).
8.16. T R A NS F O RM E R U NE V A R I A B L E
Cet outil offre plusieurs options : gérer les modalités d'une question fermée, créer des classes pour catégoriser les
questions numériques, regrouper des codes ou des dates, extraire les informations contenues dans les questions
texte, ou changer le type de la variable.
292
 Dans l’onglet Données, cliquez sur le bouton Transformer.

Vous arrivez sur une boîte de dialogue dans laquelle vous pouvez choisir la variable que vous désirez transformer
et le type d’opération à réaliser.

1 Sélectionnez la variable que vous souhaitez transformer


2 Choisissez le type de transformation que vous voulez effectuer. Notez que seules les transformations possibles sur
la variable choisie seront sélectionnables, les autres apparaîtront grisées.
8.17. CHANGER LE T YP E
Rappel : La transformation Changer le type est possible pour tous les types de variables.

293
3 Choisissez le nouveau type que vous souhaitez affecter à la variable,
4 En cochant cette case, d’autres paramètres apparaîtront vous permettant de choisir le contenu de la variable
ainsi que le rang de la modalité. Le contenu peut être « Chaîne » pour avoir le nom de la modalité ou « Numéro »
s’il s’agit d’une modalité type année par exemple, et le rang de la modalité dans le cas d’une variable multiple
(si rang=1 on récupère la première réponse faite).

5 Choisissez si vous souhaitez modifier la variable choisie en la recodant (la variable initiale sera perdue) ou si
vous voulez créer une nouvelle variable
6 Dans le cas de la création d’une nouvelle variable, renseignez à minima le nom de cette variable (et
éventuellement un libellé).
7 Puis choisissez l’emplacement d’insertion de la nouvelle variable créée (après la variable sélectionnée, à la fin
du questionnaire…).

294
8.18. G É R E R L E S MO D A L IT É S
Rappel : La transformation Gérer les modalités est possible pour les variables de type échelle et fermée (unique
et multiple).
Vous pouvez soit regrouper, renommer, supprimer ou ordonner les modalités (pour rappel les modalités sont
toutes les valeurs/réponses possibles d’une variable), soit créer une variable pour chacune des modalités de la
variable sélectionnée (mode opératoire développé plus bas).
Dans le cas d’une variable fermée multiple, vous pouvez « Créer une variable contenant le nombre de réponses
effectives » (par exemple si pour une question le répondant peut faire au maximum trois choix, cette nouvelle
variable créée prendra comme valeur 0, 1, 2 ou 3 en fonction du nombre de choix fait par le répondant). Vous
pouvez également « Créer une variable à partir des combinaisons de ses modalités » (par exemple, dans le cas
où le répondant aurait sélectionné « Maison » et « Restaurant » à une question lui demandant à quel endroit il est
le plus susceptible de boire, la variable créée contiendra, pour cette observation, la modalité «
Maison_Restaurant »).
Le cas particulier d’une question fermée multiple ordonnée vous donne la possibilité de « Créer une variable pour
chaque rang ». (Si pour une question le répondant sélectionne « Maison » en premier et « Restaurant » en second,
l’assistant va créer deux variables qui auront pour modalité respectivement « Maison » et « Restaurant »).

295
R e g r o up er l es m o dal i t és
Nous allons regrouper, dans notre exemple, les images sélectionnées dans le mur d’images en fonction de leur
nature alcoolisée ou non.

Pour créer un groupe (regrouper les modalités), sélectionnez les modalités qui vous intéressent puis cliquez sur le
bouton . Dans notre exemple nous avons sélectionné toutes les modalités faisant référence à une image
représentant une boisson alcoolisée. Après sélection, le bouton nous a ainsi permis de regrouper ces
modalités dans le groupe que l’on a nommé « Alcoholic beverages ». Nous avons procédé de même pour les
boissons non alcoolisées et les images ne permettant pas de connaître la nature (alcoolisée ou non) de la
boisson représentée.

Une fois tous vos groupes créés (ici trois groupes), cliquez sur suivant.
296
Choisissez si vous souhaitez modifier la variable choisie en la recodant (la variable initiale sera perdue) ou si vous
voulez créer une nouvelle variable
Cliquez sur Terminer pour valider et quitter l’assistant.
C r ée r u ne v ari abl e p ou r c ha cu n e d e s m od al i té s

Il vous est également possible à partir de cet assistant de créer une variable fermée unique pour chacune des
modalités de la variable sélectionnée.
Deux possibilités s’offrent à vous :
 Les nouvelles variables créées contiendront les modalités « Oui » ou « Non » pour chacune des modalités
choisies sur la variable d’origine. Si sur votre variable d’origine, vous proposez deux modalités, par
exemple « Toujours » et « Jamais » et que le répondant sélectionne « Toujours ». Les deux nouvelles
variables qui seront créées dans votre jeu de données seront « Toujours » qui aura pour valeur « Oui », et «
Jamais » qui aura pour valeur « Non ».
297
 Les nouvelles variables créées contiendront, en fonction des modalités choisies sur la variable d’origine,
soit le nom de la modalité choisie, soit une non-réponse. Si sur votre variable d’origine, vous proposez
deux modalités, par exemple « Toujours » et « Jamais » et que le répondant sélectionne « Toujours ». Les
deux nouvelles variables qui seront créées dans votre jeu de données seront « Toujours » qui aura pour
valeur « Toujours », et « Jamais » qui sera à non-réponses (champ vide).

Dans le cas de la création de nouvelles variables, lorsque vous cliquez sur terminer, autant de variables vont être
créées que la variable d’origine possède de modalités. Si vous avez sélectionné Les modalités « Oui et Non », les
nouvelles variables créées auront pour modalités « Oui » ou « Non ». Si le répondant a choisi la modalité d’origine
alors la nouvelle variable correspondante prendra la valeur « Oui », dans le cas contraire elle prendra la valeur «
Non ».

Si vous avez sélectionné « Une seule modalité du nom de la modalité d’origine », seule la variable correspondant
à la modalité de la variable sélectionnée aura pour modalité le nom de la modalité d’origine, les autres seront «
vides ».

298
C r ée r u ne v ari abl e c o nt e na nt l e no m b re d e ré p o n se s e f f ec ti v es

A partir de cet assistant, vous pouvez créer une variable numérique qui contient le nombre de réponses
effectives de la variable initiale choisie (dans ce cas, « SelectedPictures »). Dans le cas d’une réponse vide, vous
pouvez affecter comme valeur à la nouvelle variable soit une non-réponse (cellule vide) soit la valeur numérique
0.

Dans ce cas, il n’est pas possible de recoder la variable existante mais bel et bien de créer une nouvelle variable.
Choisissez où vous souhaitez intégrer cette variable (après la variable initiale ou à la fin du questionnaire). Cliquez
sur Terminer pour valider et quitter l’assistant.

299
Créer une variable pour chaque rang

Cet assistant permet de créer autant de nouvelles variables que la variable initiale possède de rangs (Si la
variable possède deux rangs, deux variables seront créées). Chaque variable contiendra l’ensemble des
modalités de la variable d’origine et prendra pour valeur la modalité du rang concerné. Cliquez sur Terminer
pour valider et quitter l’assistant.
8.19. METTRE LES NOMBRES EN CLASSES
Rappel : La transformation Mettre les nombres en classes est possible pour les variables de type ouverte
numérique.
Cet assistant permet d’affecter chaque observation à une classe, que l’on va définir, le but étant de pouvoir
ensuite utiliser ces classes d’observations pour les analyses.
Dans notre exemple, nous voulons créer des classes d’âge. Pour cela, nous sélectionnons la variable Age
(numérique) puis arrivons sur cet assistant qui nous propose deux moyens de définir des classes. Soit on définit les
limites des classes à la main (bornes des classes personnalisées), soit on utilise une autre méthode permettant une
répartition des observations dans les classes, en fonction d’un nombre de classes fixé.

300
D é fi ni r l e s l i m i te s d e s cl as s es

On définit les limites des classes en les séparant par des « ; ». Dans notre cas, on souhaite créer les classes moins
de 18 ans, De 18 à 25 ans, De 26 à 50 ans et plus de 50 ans.

On peut ensuite modifier le libellé des classes, créé par défaut, en cliquant sur , par exemple on peut
décider de nommer les moins de 18 ans : « Mineurs », ceux entre 18 et 25 ans : « Jeunes actifs » etc…

301
 Pour les étapes 1 et 2, se rapporter à la partie introductive de Transformer une variable.
 3 Choisissez ensuite si vous souhaitez modifier la variable choisie en la recodant (vous perdrez la variable
initiale) ou si vous voulez créer une nouvelle variable,
 4 Dans le cas de la création d’une nouvelle variable, renseignez à minima le nom de cette variable (et
éventuellement le libellé),
 5 Puis choisissez l’emplacement d’insertion de la nouvelle variable créée (après la variable à transformer,
à la fin du questionnaire).
U ti l i se r u ne m é t ho de d e d é fi ni ti on de cl a s se s

Vous avez le choix entre quatre méthodes de définition de classes :


 Même amplitude : l’écart entre les classes créées sera constant. Par exemple, dans notre cas on va
obtenir les classes 20-29, 30-39, 40-49 etc…
 Même valeur : va créer autant de classes qu’il existe de valeurs différentes de la variable sélectionnée.
Dans notre exemple, nous avons choisi la variable Age, si nous avons trois observations dont les valeurs de cette
variable sont respectivement 21, 21 et 42, la méthode va créer deux classes : la classe 21, qui regroupera deux
observations, et la classe 42 avec une seule observation.
302
 Autour de la moyenne : vous permet de créer au choix 3, 5 ou 7 classes d’intervalles, chaque intervalle
ayant une « longueur » de ½, 1 ou 2 fois l’écart type. La classe médiane sera l’intervalle contenant la
moyenne. Par exemple, votre jeu de données possède pour la variable « Age » les valeurs 10, 20, 30, 40.
On obtient une moyenne de 25 et un écart-type de 12,91. Vous désirez créer cinq classes autour de la
moyenne de 1 écart-type (12,91). Voici les classes qui seront créées :

 Même effectif : va créer des classes de telle sorte qu’elles contiennent environ le même nombre
d’observations (répartition équilibrée des observations).
8.20. REGROUPER LES CODES
Rappel : La transformation Regrouper les codes est possible pour les variables de type code (par exemple, code
postal). Dans notre cas, nous avons une question qui demande aux répondants le code postal de leur lieu
d’habitation.

3 Vous pouvez réduire le code à un certains nombre de caractères. Dans notre exemple si on coche cette
option et que l’on met (1 ;2), les codes apparaîtront sous la forme 38, 69, 73 et 74, alors que si on met (1 ;2 ;3 ;4 ;5)
ou si on laisse le champ vide, les codes apparaîtront sous la frome 38000, 69000 etc,

303
4 Vous pouvez regrouper les codes avec un dictionnaire (fichier .txt). Dans notre cas nous souhaitons regrouper
les codes par département dans le but d’effectuer des statistiques par département (ou par région, etc.) durant
les analyses,
5 Ou alors de manière personnalisée en regroupant à la main vos codes et en créant les noms de groupes
appropriés (par exemple, sélectionnez 73 et 74 et créer le groupe Pays de Savoie).
8.21. REGROUPER LES DATES
Rappel : La transformation Regrouper les dates est possible pour les variables de type date.
Cet assistant permet de regrouper des dates par catégorie/classe. Par exemple, on pourrait décider de
regrouper toutes nos dates par années.

Vous avez deux possibilités :


 Soit regrouper les dates en périodes prédéfinies, du type mois/année, trimestre, semestre etc.
 Soit regrouper les dates par périodes personnalisées, à entrer à la main (du type JJ.MM.AAAA, par
exemple « 01.02.2003 ; 01.02.2004 ; 01.02.2005 » va vous créer quatre périodes, avant le 01.02.2003 ; entre
le 01.02.2003 et le 01.02.2004 ; entre le 01.02.2004 et le 01.02.2005 et enfin après le 01.02.2005)

304
3 Choisissez si vous souhaitez modifier la variable choisie en la recodant (vous perdrez la variable initiale) ou si
vous voulez créer une nouvelle variable,
4 Dans le cas de la création d’une nouvelle variable, renseignez à minima le nom de cette variable et
éventuellement le libellé,
5 Puis choisissez l’emplacement d’insertion de la nouvelle variable créée (après la variable sélectionnée ou à la
fin du questionnaire).
8.22. EXTRAIRE DE L’INFORMATION DES TEXTES
Rappel : La transformation Extraire de l’information des textes est possible pour les variables de type texte.

Choisissez le type de variable que vous désirez créer : lexicale, lemmatisée, analyse via un dictionnaire
thématique.
V a ri ab l e l exi cal e

Vous pouvez générer différents types de variables qui auront pour modalités possibles les mots choisis (à séparer
par des « ; »). Dans notre exemple, nous choisissons de considérer les trois mots que nous savons les plus souvent
cités (santé, vie et bien-être) à la question « Picture_comments » qui demande aux répondants de citer les mots
qui leur viennent à l’esprit à la vue du mur d’images.
305
Les mesures lexicales vont créer des variables permettant d’analyser le contenu de votre variable texte. La
longueur correspond au nombre de mots de la réponse (si une réponse est « la vie est belle », la longueur sera de
4, si l’on prend en compte les mots outils), la richesse est le nombre de mots différents dans une réponse, la
banalité est une moyenne de fréquence des mots d’une réponse (plus les mots sont fréquents plus la banalité
sera forte), enfin l’intensité donne le « taux de présence » des mots choisis (dans notre cas santé, vie et bien être)
dans une réponse. Par exemple si une réponse est « La vie », l’intensité du mot « vie » sera de 50%, car la réponse
contient deux mots dont « Vie » (si l’on prend en compte les mots outils).
V a ri ab l e l em m a ti s ée

Cet assistant permet de créer :


 des variables textes dont les contenus seront les textes des variables sélectionnées sous leur forme
lemmatisée (infinitif, masculin, singulier) : exemple, « je bois » devient « je boire ».
 plusieurs variables textes pour chaque catégorie grammaticale de la variable sélectionnée (verbes,
noms, adjectifs) : exemple, « je bois de l’eau », une variable Verbe va être créé contenant la valeur «
boire » et une variable Nom contenant la valeur « eau ».
A n al y s e th ém a ti qu e

306
A partir d’un dictionnaire de mots rangés par thèmes, à charger en cliquant sur Choisir une thématique, cet
assistant va créer une variable ordonnée des thèmes les plus cités ainsi que des variables fermées correspondant
à chacun des thèmes.

Avant de terminer, sélectionnez l’emplacement d’insertion des nouvelles variables.


8.23. COMBINER DES VARIABLES
Cet assistant permet de créer de nouvelles variables en les combinant, suivant quatre méthodes proposées
(création de variable « profils », fusion, transposition, ou concaténation).
 Dans l’onglet Données, cliquez sur le bouton Combiner.

Vous arrivez sur la boîte de dialogue suivante.

307
1 Choisissez le type de combinaison que vous voulez effectuer.

 Fusionner
 Créer une variable « profils »
 Transposer
 Concaténer

8.24. FUSIONNER
Rappelons que cet assistant permet de rassembler les variables de deux enquêtes.
Pour la partie 1, se rapporter à la partie introductive du mode opératoire Combiner des variables.

308
2 Sélectionnez les variables à fusionner, ici nous voulons fusionner l’âge des répondants avec leur genre (homme
ou femme) pour les analyses (par exemple nous souhaitons faire des statistiques sur les hommes de plus de 50
ans).
3 Choisissez la méthode de fusion (se référer à la boite de dialogue Combiner des variables).

4 Renseignez le nom de la nouvelle variable à créer


5 Choisissez où insérer la nouvelle variable. En cliquant sur Terminer, la nouvelle variable sera créée contenant les
nouvelles modalités.
8.25. CRÉER UNE VARIABLE « PROFILS »
Cet assistant vous permet de créer une nouvelle variable dont les valeurs seront les profils auxquels
appartiennent les observations (par exemple pour une réponse enregistrée par un répondant Français, cette
variable créée aura pour valeur « France »).
Pour la partie 1, se rapporter à la partie introductive du mode opératoire Combiner des variables.

309
2 Sélectionnez vos profils à partir des strates de l’enquête (se référer à la partie Utiliser les Strates)

3 Vous pouvez créer des strates directement à partir de cet assistant en cliquant sur

4 Renseignez le nom de la nouvelle variable à créer,


5 Choisissez où insérer la nouvelle variable. En cliquant sur Terminer, la nouvelle variable sera créée contenant les
nouvelles modalités.
8.26. TRANSPOSER
Transposer des variables consiste à inverser le « référentiel » sur lequel se base une réflexion. Dans notre exemple
ci-dessous, nous avons un tableau de questions qui contient des situations de boissons (quand est-ce que le
répondant est susceptible de boire). Pour chaque situation, il choisit les boissons correspondantes (par exemple «
Avec un bon repas », le répondant va cocher « Vin » et « Eau minérale »).

Mais il peut être utile de non plus réfléchir en termes de situations, mais en termes de boissons. On veut, par
exemple, savoir dans quelles situations les gens boivent-ils surtout du vin. Pour cela, nous allons transposer nos
variables.

310
2 Sélectionnez les variables que vous souhaitez transposer (pour être compatibles, les variables doivent posséder
le même nombre de modalités)
3 Choisissez où insérer les nouvelles variables (au début ou à la fin du questionnaire). Cliquez sur Terminer pour
quitter l’assistant. Autant de variables seront créées que le tableau de questions possède de modalités (dans
notre exemple, les variables créées seront « Vin », « Bière » etc…) et les valeurs de ces nouvelles variables
correspondront aux situations choisies par les répondants en rapport aux boissons (par exemple « Bière » pourrait
avoir pour valeur « Quand je fais la fête »).
8.27. CONCATÉNER

2 Sélectionnez les variables que vous souhaitez concaténer


3 Vous pouvez choisir d’ignorer les non-réponses (cellules vides) ou de les prendre en compte (les remplacer par
des valeurs à renseigner).

311
4 Renseignez le nom de la nouvelle variable à créer,
5 Choisissez où insérer la nouvelle variable. En cliquant sur Terminer, la nouvelle variable sera créée contenant les
nouvelles modalités.
Pour chaque image (3 au maximum) que le répondant a sélectionnée, il a rédigé une courte explication sur son
choix. Nous souhaitons dans l’exemple ci-dessus regrouper ces trois commentaires distincts en une seule et même
variable.
8.28. REPÉRER ET SUPPRIMER LES DOUBLONS :
 Il peut parfois être utile de repérer les doublons, voire de les supprimer. Des doublons peuvent être
présents dans plusieurs cas par exemple :
 Une personne a répondu deux fois au questionnaire (une fois par voie postale et une fois en ligne).
 Une fusion avec une autre base de données qui a été réalisée et des doublons sont apparus.
 Lorsque l’on a un fichier de ciblage clients en vue d’un emailing, il peut arriver que l’on ait plusieurs fois la
même adresse mail pour des personnes différentes (mari et femme peuvent avoir une adresse mail
commune). On a donc deux contacts (Monsieur et Madame) et on souhaite faire uniquement un envoi
par foyer. Dans ce cas, il faut repérer les doublons sur l’adresse mail et supprimer l’un des deux contacts
(monsieur ou madame).
 Dans tous les cas, les doublons sont repérés par le biais d’une ou plusieurs variable(s) d’identification de
l’observation (identifiant, clé, adresse mail, code client, …).
 Dans l’onglet Données, cliquez sur le bouton Dédoublonner.

Vous arrivez sur la boîte de dialogue suivante. Vous avez le choix de repérer uniquement les doublons ou de les
supprimer de votre jeu de données.
312
8.29. REPÉRER LES DOUBLONS

1 Sélectionnez la/les variable(s) dont les réponses sont potentiellement concernées par des doublons. Il est
recommandé de repérer les doublons variable par variable, et de refaire cette manipulation autant de fois que
nécessaire.
2 Choisissez le type d’action que vous voulez effectuer sur les doublons : ici les repérer.
3 Définissez l’ordre dans lequel seront affichées les observations lors du repérage des doublons. Il est possible de
les trier par rapport à leur ordre d’enregistrement, ou par rapport aux valeurs d’une variable choisie.
Cliquez sur OK pour valider votre choix et afficher le résultat dans la zone centrale.

Pour plus d’informations sur les modalités de la variable POSITION, se rapporter au point Dédoublonner de la
partie Boîtes de dialogue.

313
8.30. SUPPRIMER LES DOUBLONS

1 Sélectionnez la variable dont les réponses sont concernées par des doublons et que vous souhaitez supprimer. Il
est recommandé de supprimer les doublons variable par variable, et de refaire cette manipulation autant de fois
que nécessaire.
2 Choisissez le type d’action que vous voulez effectuer sur les doublons : les supprimer
3 Définissez si vous souhaitez garder la première ou la dernière réponse.
Cliquez sur OK pour valider votre choix.

Pour plus d’informations sur les modalités de la variable POSITION, se rapporter au point Dédoublonner de la
partie Boîtes de dialogue.
8.31. REDRESSER / DÉFINIR DES QUOTAS
Malgré tous les efforts déployés pour sélectionner les individus, on peut parfois obtenir un échantillon « biaisé »
dont la composition n’est pas satisfaisante, car elle ne correspond pas aux critères de représentativité que l’on
avait préalablement définis. Il faut alors « redresser » l’échantillon.
 Dans l’onglet Données, cliquez sur le bouton Redresser.

314
Ce mode opératoire est traité dans la Partie Redressement.
8.32. QUALIFIER LES DONNÉES
Cette fonctionnalité de Sphinx Quali permet notamment d’identifier les variables insuffisamment documentées
ou mal renseignées, de distinguer les observations singulières de remplacer les non-réponses.
 Dans l’onglet Données, cliquez sur le bouton Qualifier.

Ce mode opératoire est traité dans la Partie Qualifier.


8.33. IMPORTER DES DONNÉES
Sphinx Quali vous donne la possibilité d’importer des données depuis des fichiers de différents types (Exemple :
fichier Txt, Excel, etc…) ou depuis votre compte en ligne. Dans l’onglet Données, cliquez sur le bouton Importer.

Ce mode opératoire est traité dans la partie Diffusion et Collecte.


8.34. GÉNÉRER DES DONNÉES
Générer des données vous permet de créer instantanément des réponses.
Dans l’onglet Données, cliquez sur le bouton Générer.

315
Vous arrivez sur une boîte de dialogue vous proposant deux onglets. Vous pouvez à partir de cette boîte de
dialogue soit créer directement de nouvelles observations, soit modifier les observations existantes.
8.35. CRÉER DE NOUVELLES OBSERVATIONS

1 Sélectionnez le type de réponse que vous souhaitez générer (vides, identiques, aléatoires)
2 Il est également possible de générer parmi les réponses créées quelques non-réponses (cellules vides) et/ou de
générer des réponses pour les variables de type texte
3 Choisissez le nombre de réponses à générer, et indiquez si vous voulez supprimer préalablement celles
existantes (dans ce dernier cas, les réponses initiales seront perdues, votre nouveau jeu de données correspondra
aux observations générées).

316
8.36. MODIFIER LES OBSERVATIONS EXISTANTES

1 Choisissez la variable que vous souhaitez modifier


2 Sélectionnez le type de modifications que vous voulez faire sur les observations de la variable
sélectionnée : réponses vides (chaque observation aura pour valeur une non-réponse sur la variable
choisie, ici Picture Selection), réponses aléatoires (chaque observation aura pour la variable choisie une
nouvelle valeur, sélectionnée aléatoirement par Sphinx Quali).
3 Il est possible de définir des pourcentages pour chaque modalité.

8.37. COMPARER DES DONNÉES


Comparer des données permet de visualiser les différences qu’il y’a entre les observations de deux enquêtes, sur
une variable qui leur est commune. Parfois il peut être utile d’effectuer cette vérification avant de Fusionner ou
de Rassembler des données (fonctions traitées ci-après).
 Dans l’onglet Données, cliquez sur le bouton Comparer.

Vous arrivez sur une boîte de dialogue à partir de laquelle vous pouvez charger une enquête dont vous voulez
comparer les réponses avec les réponses de l’enquête actuelle (pour que la comparaison soit possible, les deux
enquêtes doivent posséder un moins une variable commune).

317
Vous pouvez identifier les observations soit par leur numéro de saisie, soit pas leur variable clef, il s’agit d’un
identifiant unique affecté à chaque observation lors de leur création (aussi bien en local qu’en ligne).
En cliquant sur Suivant, une boîte de dialogue vous récapitule le nombre de différences détectées sur les
observations communes aux deux enquêtes. Vous aurez enfin la possibilité d’enregistrer les résultats de la
comparaison dans un fichier texte (.txt).
8.38. RASSEMBLER DES DONNÉES
Cette opération permet de rassembler des enquêtes identiques provenant de saisies multi-opérateurs (plusieurs
opérateurs de saisie mobilisés sur des postes informatiques différents) par exemple ou d'enquêtes différentes
ayant des variables communes. Dans ce dernier cas, seules les réponses des variables communes appartenant à
la deuxième enquête seront ajoutées à la première.
 Dans l’onglet Données, cliquez sur le bouton Rassembler.

Vous arrivez sur la boîte de dialogue suivante :

318
1 L’écran central vous présente la liste des enquêtes à rassembler.
2 Vous pouvez soit ajouter une enquête, soit ajouter un répertoire qui contient plusieurs enquêtes (si vous désirez
rassembler plusieurs enquêtes en une fois).
3 En cochant « Ajouter une variable source » cela va créer une nouvelle colonne dans le tableur. Le nom de
cette colonne sera celui renseigné dans le champ « Variable » (dans notre exemple : enquêtes rassemblées) et
les cellules de la colonne contiendront ce que vous aurez choisi dans le champ « Source » (ici on souhaite
afficher le nom de l’enquête). Par exemple, on pourra ainsi identifier si l’observation provient initialement de la
première ou de la seconde enquête (ici « Boissons2 » et « Boissons »)

319
8.39. FUSIONNER DES ENQUÊTES
Cette fonctionnalité permet de rassembler les variables de deux enquêtes (si une enquête possède des variables
supplémentaires, elles seront ajoutées à l’enquête sur laquelle on effectue la fusion) et fusionner les
observations d’enquêtes identiques.
 Dans l’onglet Données, cliquez sur le bouton Fusionner.

Vous arrivez sur une boîte de dialogue vous permettant d’importer une enquête que vous voulez fusionner avec
l’enquête actuelle. Dans notre cas, un individu a répondu à deux enquêtes (une portant sur les boissons et l’autre
portant sur la télévision) et l’on souhaite obtenir une seule enquête regroupant l’ensemble de ses réponses.

La fusion s’effectue par rapport à la variable clef des observations, il s’agit d’un identifiant unique affecté à
chaque observation (répondant) lors de sa création (en local et en ligne). Chaque répondant a donc une clé
qui lui est propre.
Vous devez indiquer les variables de l’enquête importée que vous souhaitez ajouter à l’enquête actuelle.
8.40. FAIRE UN CHANGEMENT D’UNITÉ STATISTIQUE
Faire un changement d’unité statistique consiste à regrouper les observations ayant le même identifiant (variable
clé), ou à diviser l’étude en plusieurs sous-enquêtes ou à éclater les observations (pour une partie, cela crée
plusieurs observations pour chaque observation d’origine).
320
Dans l’onglet Données, cliquez sur Regrouper, Eclater et Diviser.

8.41. REGROUPER
Il est parfois nécessaire de regrouper plusieurs observations qui concernent un même individu. Cette notion est
fréquemment utilisée lors d’analyse 360° dans le domaine des ressources humaines. Le principe est le suivant :
une personne est évaluée sur un certains nombre de compétences professionnelles par son supérieur et
également par ses collègues. Par ailleurs, il peut lui-même être amené à s’auto-évaluer. Ce type d’étude, une
fois déployé en entreprise, créer une série d’observations portant sur un groupe de collaborateurs jugés plusieurs
fois sur les mêmes critères.
A partir de cette base de donnée, et pour certaines analyses, on va souhaiter regrouper les évaluations d’un
même individu pour ne travailler par exemple, que sur la moyenne qu’il a obtenue sur chaque compétence,
calculée sur la totalité des questionnaires le concernant (son supérieur, ses collègues). On va donc passer de la
table des évaluations à la table des personnes évaluées. Pour ce faire, on va effectuer un changement d'unité
statistique en regroupant les observations.
Voici un exemple des données collectées dans le cadre d’une enquête Ressources Humaines :

Nous pouvons voir que MARTIN Paul par exemple a été évalué 4 fois : par son supérieur, par 2 collaborateur, et
par un pair. Nous observons donc 4 lignes dans le tableur. Hors nous souhaitons regrouper ces 4 évaluations en
une seule et même ligne : ne plus raisonner au niveau de chaque évaluation faite, mais au niveau de
l’évaluation globale de cette personne (et ce pour toutes les personnes évaluées dans la base de données).
Pour ce faire nous devons mettre en place un changement d’unité statistique en regroupant.
Cliquez sur le bouton Regrouper de l’onglet Données. Vous arrivez sur la boite de dialogue suivante.

321
Dans notre exemple, la variable clé correspond aux personnes évaluées (on veut regrouper toutes les
évaluations en une seule). Nous avons choisi de conserver toutes les données en les fusionnant. Par ailleurs, nous
calculons la moyenne de toutes les évaluations faites pour chaque individu évalué.
Une fois cette étape renseignée, cliquez sur Ok pour valider vos choix. Une autre enquête va être créée : celle
du regroupement. Vous devez l’enregistrer et elle s’ouvrira automatiquement.
Dans l’enquête ‘regroupement’, figurent dans le tableur les données suivantes :

Nous pouvons constater que nous avons désormais une seule évaluation (une ligne dans le tableur) pour MARTIN
Paul par exemple. La colonne ‘Evaluateur’ liste tous les évaluateurs de cette personne. Il est donc possible
maintenant de porter nos analyses sur chaque personnes évaluée (par exemple en partant de la note moyenne
que nous avons calculée).
8.42. ECLATER
Parfois, sur un seul individu ou un seul foyer, on va réaliser plusieurs mesures identiques. On va demander par
exemple à un consommateur d’évaluer une série de produits sur les mêmes critères. Dans un foyer, on va
322
enregistrer des informations identiques (âge, sexe, classe, etc.) sur plusieurs enfants. On aura ainsi un
questionnaire avec tout d’abord une première série de questions concernant les produits pour bébé, puis
plusieurs parties (trois dans notre exemple), où l’on pose les mêmes questions, pour d’autres types de produits.
Si l’on veut obtenir certains résultats comme le nombre moyen d’enfants par foyer, la distribution des différentes
catégories socio-professionnelles ou encore la répartition géographique des familles interrogées, l’unité
statistique sera bien le foyer.
Mais si ensuite, on souhaite connaitre les marques les plus achetées ou la répartition des types de produits par
foyer, on ne raisonne plus au niveau du foyer mais bien à celui du produit. Il va donc falloir modifier la structure
de la base de réponses et opérer un « changement d’unité statistique ».
 Cliquez sur le bouton Eclater de l’onglet Données. Vous arrivez sur l’assistant suivant.

Dans notre exemple, nous voulons réfléchir non plus par foyer mais par produit. On sélectionne donc les parties à
traiter (celles-ci doivent être construites de la même manière). Cliquez sur OK pour valider et quitter l’assistant, il
vous sera alors demandé si vous souhaitez enregistrer et ouvrir l’enquête créée.
8.43. DIVISER
Cliquez sur le bouton Diviser de l’onglet Données.
Vous arrivez sur une boîte de dialogue vous permettant de définir la variable qui permettra de créer une
enquête réduite pour chacune de ses modalités. Dans notre exemple nous souhaitons obtenir une sous enquête
pour chaque modalité de Country_name ; ainsi, nous obtenons une enquête France, une enquête Italie etc…

323
Cliquez sur Ok afin de choisir le répertoire où seront sauvegardées les enquêtes réduites.

Cliquez sur Ok pour valider et fermer l’assistant.


8.44. VÉRIFIER L’ORTHOGRAPHE
Pour vérifier l’orthographe des réponses enregistrées, à partir de l’onglet Textes, cliquez sur le bouton
Orthographe.

Vous arrivez sur la boîte de dialogue suivante :

324
1 Sélectionnez la/les variable(s) dont vous voulez vérifier l’orthographe
2 Choisissez la langue d’origine du texte à vérifier
3 Vous pouvez cocher un certain nombre d’options pour ignorer des mots lors de la recherche automatique des
corrections à apporter
4 Il est possible d’utiliser un dictionnaire. Le fichier à charger doit être avec l’extension « .dic ».
En cliquant sur Suivant sera présenté l’ensemble des mots mal orthographiés avec une liste de propositions de
mots correctement orthographiés. Vous pouvez soit procéder au cas par cas à partir du bouton Corriger (la
suggestion sélectionnée remplacera le mot erroné choisi) soit corriger tous les mots en une seule fois en cliquant
sur Suggérer partout (il est à noter que c’est la première suggestion proposée dans la liste de droite qui sera par
défaut affectée en tant que correction).

325
8.45. TRADUIRE
Cet assistant vous permet de traduire automatiquement les valeurs d’une ou plusieurs variables textes, à savoir
qu’il s’agit d’une traduction Google Traduction.
 Dans l’onglet Textes, cliquez sur le bouton Traduire.

Vous arrivez sur une boîte de dialogue dans laquelle vous pouvez choisir les questions textes que vous souhaitez
traduire, et la langue à utiliser pour effectuer la traduction automatique.

8.46. LEMMATISER
 Dans l’onglet Textes, cliquez sur le bouton Lemmatiser.

Vous arrivez sur une boîte de dialogue vous permettant de sélectionner les variables textes que vous souhaitez
lemmatiser.
326
Ensuite il vous sera demandé de choisir les nouvelles variables sur lesquelles vous souhaitez travailler.

Vous pouvez transformer les variables que vous avez sélectionnées en texte lemmatisé (infinitif, masculin,
singulier) ou générer des catégories grammaticales, c'est-à-dire remplacer chaque réponse d’une variable par
son lemme et la réduire aux seuls verbes, noms, adjectif.

327
Pour finir, sélectionnez la zone ou vous souhaitez créer la/les nouvelle(s) variable(s).
8.47. CARACTÉRISER
Caractériser vous permet de créer un certains nombre de variables lexicales qui vous donneront des informations
sur une variable texte choisie. Par exemple, vous pourrez connaitre la richesse d’une réponse (nombre de mots
différents), les principaux mots de la réponse etc…
 Dans l’onglet Textes, cliquez sur le bouton Caractériser.

Vous arrivez sur la boîte de dialogue suivante, vous permettant de sélectionner la variable texte sur laquelle vous
souhaitez travailler.

328
Vous arrivez sur la boîte de dialogue suivante, vous permettant de sélectionner la/les variable(s) textes sur
laquelle/lesquelles vous souhaitez travailler.

1 Définissez les mots que vous voulez considérer pour la création des variables
2 Choisissez les variables à créer

3 Vous pouvez ignorer les mots-outils. Cliquez sur pour ouvrir une boîte de dialogue à partir de laquelle vous
pourrez charger un dictionnaire de mots-outils à ignorer et sélectionner d’autres options.

329
Choisissez à quelle position vous désirez faire apparaitre les variables créées et cliquez sur Terminer pour valider et
quitter l’assistant.
8.48. VISUALISER LES VERBATIM
 Dans l’onglet Textes, cliquez sur le bouton Verbatim.

Vous arrivez sur une boîte de dialogue vous permettant de désigner la ou les question(s) textes à afficher dans la
zone de travail centrale.

330
8.49. UTILISER LES STRATES
Vous pouvez à tout moment décider d’utiliser une strate (profil), permettant de filtrer les observations affichées
dans la zone centrale. Pour créer une nouvelle strate, cliquez sur le bouton de la partie Strates de
l’explorateur latéral de gauche.
Vous arrivez sur la boîte de dialogue suivante dans laquelle vous pouvez définir le profil que vous souhaitez créer.
Dans notre exemple nous voulons créer le profil « 18-24 » qui permettra d’afficher uniquement les observations
des personnes ayant entre 18 et 24 ans.

En cliquant sur OK, votre strate sera créée et apparaîtra, ici sous le libellé 18-24, dans la partie Strates de
l’explorateur latéral. Pour filtrer vos observations selon la strate que vous désirez, sélectionnez-la dans l’explorateur
latéral gauche, en double cliquant dessus.

9. REPORTING (TABLEAU DE BORD PERSONNALISÉ)


L’environnement Reporting (Tableau de bord personnalisé) permet de concevoir des rapports personnalisés et
très élaborés contenant des tableaux statistiques, des représentations graphiques, des commentaires, des
images illustratives, ainsi qu'une mise en relations des variables de l'étude. L’ensemble de ces objets est à choisir,
paramétrer, et organiser avec une grande liberté d’analyse et de placement.
C om m e nt y a cc éd e r ?
 Depuis le panneau d’accueil de Sphinx Quali,
331
 Cliquez sur Reporting.
9.1. E N V I R O N NE ME NT
L’environnement Tableau de bord personnalisé permet d’effectuer une multitude d’analyses et offre une grande
liberté d’actions dans le paramétrage et le placement des différents objets. Le placement exact vous permet
d’agencer les éléments de manière libre et très flexible dans les pages, et de gérer la disposition entre les objets
(alignement, taille, ordre). L’insertion de variables dans le tableau de bord peut se faire de manière très intuitive,
par un glisser-déposer de la partie ‘Variables’ de l’explorateur jusqu’à la zone de travail centrale. De nombreux
outils d’édition permettent d’améliorer rapidement vos analyses et de personnaliser le format du tableau de
bord.

L’environnement Tableau de bord personnalisé est composé :


1 : d’une zone de travail centrale

332
2 : d’un bandeau horizontal contenant cinq onglets (Accueil, Insertion, Format, Vue, Affichage)
3 : d’un explorateur latéral composé de quatre fenêtres (Variables, Vues, Strates, Langues)
 La fenêtre Variables regroupe l’ensemble des variables de votre enquête. Celles-ci sont présentées en
respectant l’ordre de création des questions, et l’organisation par partie élaborée lors de la conception
du questionnaire. Pour plus d’aisance, il est possible de développer/réduire les parties en cliquant sur
l’icône « - » / « + » à côté du titre de la partie.
 La fenêtre Vues liste les vues (tableaux de bord) qui ont été créées dans votre tableau de bord
personnalisé. Les icônes situées au-dessus de la liste des vues permettent leur gestion : créer, afficher,
propriétés, supprimer.
 La fenêtre Strates liste les strates permettant, après leur construction, de visualiser les résultats sur un profil
donné. Les icônes situées au-dessus de la liste permettent la gestion des strates : créer, afficher,
propriétés, supprimer.
 La fenêtre Langues permet, dans le cas d’une enquête multi-langue, de choisir la langue du tableau de
bord personnalisé. Une même vue peut être visualisée en différentes langues.
9.2. B A N D EA U
Le bandeau de l’environnement Analyse des Résultats est composé de cinq onglets (Accueil, Insertion, Format,
Vue, Affichage).
A c cu ei l
L'onglet Accueil regroupe les fonctions les plus fréquemment utilisées dans l'environnement Tableau de bord
personnalisé.

 Le groupe Accès directs comprend des fonctions permettant d'ouvrir le panneau d'accueil ou d'autres
environnements (Questionnaire, Tableur, Formulaire)
 Le deuxième groupe propose des fonctions rapides de publication, d’export et de calcul des variables
 Le groupe Edition offre les fonctions de presse-papier (couper, copier, coller), d’annulation et de
répétition d’une opération, de sélection et de suppression
 Le groupe Actions permet d’effectuer des actions rapides sur une variable : montrer/cacher le
graphique / tableau / valeurs / libellé, tracer une relation, montrer une carte factorielle,…
 Le groupe Insertion permet d’ajouter une analyse, une zone de texte, ou un objet multimédia dans votre
tableau de bord
 Le bouton Vue permet une rapide gestion des vues du tableau de bord
 Le bouton Propriétés objet permet d’ouvrir la boîte de dialogue spécifique à un objet du tableau de
bord
I n se r ti o n
L’onglet Insertion propose les fonctions pour ajouter des analyses (tableaux, graphiques, matrices,…), du texte et
des objets multimédia au Tableau de bord.

333
 Les quatre premiers groupes permettent l’ajout d’analyses au rapport personnalisé
 Le bouton Zone de Texte propose l’ajout de légende dans la vue.
 Le groupe Illustration permet l’ajout d’éléments multimédia (image, forme, son, vidéo, animation flash)
dans la vue.
Forma t
L’onglet Format propose les fonctions permettant de personnaliser une analyse et la présentation de celle-ci.

 Le groupe Contenu permet de définir la disposition souhaitée du tableau et du graphique d’une variable
sélectionnée
 Le groupe Statistiques permet d’ajouter des éléments statistiques à une variable sélectionnée
 Le groupe Calcul propose des fonctions modifiant les conditions de calcul
 Le groupe Tableau permet de définir les éléments à afficher/masquer dans le tableau de données
 Le groupe Graphique permet de modifier les options de présentation du graphique
 Le groupe Affichage permet d’appliquer une mise en forme prédéfinie au tableau
 Le groupe Objet permet de lancer la boîte de dialogue des propriétés
 Le groupe Police permet la gestion de la police d’écriture d’un tableau, graphique ou zone de texte
Vue
L’onglet Vue permet de gérer les vues et les éléments qui la composent.

 Le groupe Vue permet d’ajouter, de dupliquer, d’importer une vue, puis d’organiser les différentes vues.
 Le bouton Propriétés permet de lancer la boîte de dialogue des propriétés de la vue courante
 Le troisième groupe offre des fonctions permettant de gérer la présentation des éléments du rapport
dans la vue (placement des éléments, ajout d’un style de présentation, substituer une variable par une
autre)
 Le groupe Outils – Options propose des fonctions relatives aux options de variables, s’appliquant à toute
la vue
 Le groupe Disposition permet de gérer l’alignement, la taille, l’ordre des éléments d’une vue

334
A f fi c ha g e
L’onglet Affichage permet d’ajuster l’affichage de la vue à l’écran, d’afficher certains composants de
l’environnement, et de gérer les fenêtres.

 Le groupe Zoom propose les fonctions pour ajuster l’aperçu de la vue à l’écran
 Le groupe Afficher/Masquer offre la possibilité d’afficher/ masquer l’explorateur et/ou la barre d’état (en
bas à droite). Le menu déroulant permet de sélectionner l’information à afficher dans la barre d’état
(base de donnée, titre de l’étude, date, nom de la vue, etc.).
 Le groupe Fenêtres propose différents types d’affichage des vues dans la zone de travail
 Le groupe Diaporama permet d’afficher la vue courante en mode plein écran
9.3. D É F I N I T I O N D ES O B J ET S
Un tableau de bord est un ensemble d’objets qui donnent une représentation des réponses de l’enquête via des
analyses réalisées. L’environnement Tableau de bord personnalisé de Sphinx Quali comprend deux grands types
d’objets :
O b j e ts d ' a nal y s e
Il s’agit d’une analyse présentant un tableau et/ou un graphique, réalisée à partir d’une (au minimum) ou
plusieurs variables. Par exemple, pour une analyse croisée, l’objet contient deux variables (une en ligne, une en
colonne) et comporte un tableau associé. Si l’on décide d’afficher le graphique correspondant au tableau,
celui-ci sera ajouté à l’objet. Il s’agira donc du même objet, mais contenant plus d’éléments. Les modifications
de contenu d’un objet sont définies via les propriétés d’objet.
O b j e ts m ul ti m édi a
Il s’agit d’un élément multimédia (zone de texte, image, forme, son vidéo, animation flash) qui permet d’enrichir
et de personnaliser le tableau de bord. De manière plus avancée, des actions peuvent être associées aux objets
multimédias (actions de navigation, exécution d’actions (enregistrer, imprimer, annuler, etc.)) et deviennent alors
des objets permettant de scénariser votre tableau de bord.
L’insertion d’objets dans le tableau de bord se fait via le bandeau horizontal, dans l’onglet Insertion. Une boîte de
définition, spécifique à l’objet que vous souhaitez insérer, s’ouvre. Par exemple, la boîte de définition d’un
tableau à plat vous demandera de choisir la variable à analyser, alors qu’il vous sera demandé d’en
sélectionner plusieurs pour un tableau croisé ou composé. Voir les modes opératoires correspondant pour
davantage de détails.
9.4. O B J E T S D ’ AN A L YS E
Il s’agit d’une analyse présentant un tableau et/ou un graphique, réalisée à partir d’une (au minimum) ou
plusieurs variables. Par exemple, pour une analyse croisée, l’objet contient deux variables (une en ligne, une en
335
colonne) et comporte un tableau associé. Si l’on décide d’afficher le graphique correspondant au tableau,
celui-ci sera ajouté à l’objet. Il s’agira donc du même objet, mais contenant plus d’éléments. Les modifications
de contenu d’un objet sont définies via les propriétés d’objet.
9.5. O B J E T S M UL T IM É D I A
Il s’agit d’un élément multimédia (zone de texte, image, forme, son vidéo, animation flash) qui permet d’enrichir
et de personnaliser le tableau de bord. De manière plus avancée, des actions peuvent être associées aux objets
multimédias (actions de navigation, exécution d’actions (enregistrer, imprimer, annuler, etc.)) et deviennent alors
des objets permettant de scénariser votre tableau de bord.
L’insertion d’objets dans le tableau de bord se fait via le bandeau horizontal, dans l’onglet Insertion. Une boîte de
définition, spécifique à l’objet que vous souhaitez insérer, s’ouvre. Par exemple, la boîte de définition d’un
tableau à plat vous demandera de choisir la variable à analyser, alors qu’il vous sera demandé d’en
sélectionner plusieurs pour un tableau croisé ou composé. Voir les modes opératoires correspondant pour
davantage de détails.
9.6. O R G A N I S AT I O N D E S O B JE T S ( P R OP R I É T ÉS D ’ O B J E T )
Les propriétés d’un objet permettent d’organiser et de personnaliser le contenu d’un objet. Il existe quatre accès
pour ouvrir les propriétés d’analyse :
 Dans le bandeau, onglet Accueil, cliquez sur le bouton Propriétés objets
 Dans le bandeau, onglet Format, cliquez sur le bouton Propriétés, dans le groupe Objet
 Faites un clic-droit sur l’objet à modifier, puis sélectionnez Modifier le format
 Faites un double-clic sur l’objet à modifier
Les différents objets d’analyse (tableau à plat, tableau croisé, tableau composé,…) et les différents objets
multimédias (image, forme, vidéo,…) ont beaucoup de propriétés communes.

336
 L’onglet Contenu permet de gérer les données traitées par l’objet d’analyse. Vous pouvez choisir
d’activer, ou non, l’affichage du tableau et/ou graphique lié aux données, le nom de l’objet, les
références aux variables, et d’ajouter une description. La sélection de la ou des variable(s) analysée(s)
peut également être modifiée via cette onglet. Dans le cas d’une analyse contenant une seule variable,
la sélection de celle-ci se fait grâce au menu déroulant Variable. Le bouton permet d’éditer la

variable. Dans le cas d’une analyse traitant plusieurs variable, il est possible d’ajouter ( ), supprimer

( ) et ordonner ( ) les variables de l’objet.


 L’onglet Valeurs (dans le cas de l’analyse d’une seule variable) permet de faire afficher les valeurs
statistiques et numériques souhaitées.
 L’onglet Tests (dans le cas de l’analyse de plusieurs variables) permet d’ajouter des tests statistiques à
l’objet sélectionné. Il est possible de colorier les cases significatives, d’afficher les détails des tests et les
commentaires liés. Le bouton permet de modifier les seuils utilisés dans les tests de significativité.
 L’onglet Calcul permet de limiter les résultats de l’objet à un profil spécifique, ou d’appliquer une règle
de calcul pour une variable (ou plusieurs variables). Ces règles de calcul permettent d’ignorer les non-
réponses/non-concernés, de regrouper / ordonner / simplifier les modalités, ou d’effectuer une action
selon le type de variable (traiter les échelles en nombres, mettre les nombres en classes,…).
 L’onglet Tableau permet de personnaliser les options de présentation du tableau de l’objet.
 L’onglet Graphique permet de personnaliser les options de présentation du graphique de l’objet.
 L’onglet Affichage permet de personnaliser la police, la bordure et le fond de l’objet sélectionné et de
choisir une mise en forme automatique du tableau (modèle de présentation prédéfini)

337
P r op ri é té s c om m u n e s a u x obj e ts m ul ti m édi a s :

 L’onglet Contenu permet de paramétrer le contenu de l’objet : tapez le texte. Dans le cas d’une zone
de texte ; sélectionnez l’image / le son / la vidéo / l’animation, dans le cas d’un autre objet multimédia.
Dans ces derniers cas, l’onglet contenu permet d’appliquer quelques modifications sur l’objet
multimédia (taille, contrôle de l’image,…).
 L’onglet Fonctionnement permet de paramétrer les conditions d’affichage (affichage selon un profil) ou
d’associer l’objet à une action (naviguer entre les pages, enregistrer, imprimer,…). Ces options
permettent de rendre votre tableau de bord plus dynamique.
 L’onglet Affichage permet, dans le cas d’une zone de texte, de personnaliser la police, la bordure et le
fond de l’objet sélectionné. Dans le cas d’un autre objet multimédia, l’onglet affichage permet
seulement de personnaliser l’affichage de la bordure de l’objet.
9.7. A J O UT E R , D UP L I Q UE R , I M P O R T E R U NE V U E
Dans le bandeau, onglet Vue, groupe vue

A j o ut e r un e v ue
Pour ajouter une nouvelle vue dans votre rapport, cliquez sur le bouton Nouvelle vue, dans le groupe Vue.
Paramétrez votre nouvelle vue puis cliquez sur Terminer.

338
D u p l i q ue r u ne v ue
La fonction Dupliquer permet de créer une copie de la vue courante. Pour cela, dans le groupe Vue, cliquez
sur Dupliquer. Nommez cette nouvelle vue, vérifiez que la case Activer la copie soit bien cochée par défaut, puis
validez.
I m p o r te r u ne v ue
La fonction Importer vous permet d’ajouter une ou plusieurs vues provenant d’une autre enquête. Pour importer
une vue cliquer sur le bouton Importer, sélectionnez l’enquête dans laquelle se trouve la/les vue(s) à importer,
sélectionnez la/les vue(s), puis validez.

339
Vous pouvez retrouver l’ensemble des vues créées dans la fenêtre Vues de l’explorateur latéral. Les boutons
situés au-dessus de la liste des vues en permettent une gestion rapide.
9.8. A J O UT E R UN E VU E
Pour ajouter une nouvelle vue dans votre rapport, cliquez sur le bouton Nouvelle vue, dans le groupe Vue.
Paramétrez votre nouvelle vue puis cliquez sur Terminer.

9.9. D U P L I QU E R UN E VU E

340
La fonction Dupliquer permet de créer une copie de la vue courante. Pour cela, dans le groupe Vue, cliquez
sur Dupliquer. Nommez cette nouvelle vue, vérifiez que la case Activer la copie soit bien cochée par défaut, puis
validez.
9.10. M P O RT E R UN E VU E
La fonction Importer vous permet d’ajouter une ou plusieurs vues provenant d’une autre enquête. Pour importer
une vue cliquer sur le bouton Importer, sélectionnez l’enquête dans laquelle se trouve la/les vue(s) à importer,
sélectionnez la/les vue(s), puis validez.

Vous pouvez retrouver l’ensemble des vues créées dans la fenêtre Vues de l’explorateur latéral. Les boutons
situés au-dessus de la liste des vues en permettent une gestion rapide.
9.11. C R É E R D ES V U ES I N T E RA CT I V E S
O r g a ni se r l a v ue
Afin de faciliter la navigation entre les pages de votre vue, une barre de navigation est insérer par défaut dans
votre tableau de bord. Cette barre de navigation fonctionne à la fois dans le logiciel (onglet Affichage,
bouton Diaporama) et en ligne (après publication de l’enquête). Pour la modifier, dans les propriétés de la vue
(dans le bandeau, onglet Vue, cliquez sur le bouton Propriétés vue), cliquez sur l’onglet Taille.

341
Dans le menu déroulant Barre de navigation, sélectionnez la position à laquelle vous souhaitez voir apparaître la
barre (en haut ou en bas, dans le Diaporama). Puis dans le menu déroulant Indicateur de progression, choisissez
d’afficher soit une barre de progression, soit les numéros de pages. Si vous ne souhaitez pas faire apparaître une
barre de progression, choisissez Aucun dans le menu déroulant. Cliquez sur OK pour valider.
S c é na ri s e r l a v ue
Les objets multimédia vous permettent également de scénariser votre vue, en leur paramétrant un
fonctionnement spécifique. Cela permet de rendre votre tableau de bord plus dynamique lorsqu’il est consulté.
Par exemple, une image représentant une flèche vers la droite peut être paramétrée pour devenir un élément
de navigation permettant de passer à la page suivante. Pour ce faire :
 Insérez une image (dans le bandeau, onglet Insertion, cliquez sur le bouton Image, puis sélectionnez une
image soit dans la bibliothèque Sphinx Quali, soit depuis votre disque).

 Ouvrez les propriétés de l’image (dans le bandeau, onglet Format, cliquez sur le bouton Propriétés)
 Dans l’onglet Fonctionnement des propriétés de l’objet multimédia, cochez l’option Associer une action,
puis sélectionnez l’action à appliquer. Pour l’exemple, il s’agit d’Aller à la page suivante.

342
 Cliquez sur OK pour valider.
Notez, qu’il est également possible d’utiliser un objet multimédia (image, légende,…) pour aller à une page
donnée, ou enregistrer les données, activer un lien Internet (site de l’entreprise, par exemple).
9.12. O R G A N I S E R L A VU E
Afin de faciliter la navigation entre les pages de votre vue, une barre de navigation est insérer par défaut dans
votre tableau de bord. Cette barre de navigation fonctionne à la fois dans le logiciel (onglet Affichage,
bouton Diaporama) et en ligne (après publication de l’enquête). Pour la modifier, dans les propriétés de la vue
(dans le bandeau, onglet Vue, cliquez sur le bouton Propriétés vue), cliquez sur l’onglet Taille.

343
Dans le menu déroulant Barre de navigation, sélectionnez la position à laquelle vous souhaitez voir apparaître la
barre (en haut ou en bas, dans le Diaporama). Puis dans le menu déroulant Indicateur de progression, choisissez
d’afficher soit une barre de progression, soit les numéros de pages. Si vous ne souhaitez pas faire apparaître une
barre de progression, choisissez Aucun dans le menu déroulant. Cliquez sur OK pour valider.
9.13. S C É NA R I S E R L A VU E
Les objets multimédia vous permettent également de scénariser votre vue, en leur paramétrant un
fonctionnement spécifique. Cela permet de rendre votre tableau de bord plus dynamique lorsqu’il est consulté.
Par exemple, une image représentant une flèche vers la droite peut être paramétrée pour devenir un élément
de navigation permettant de passer à la page suivante. Pour ce faire :
 Insérez une image (dans le bandeau, onglet Insertion, cliquez sur le bouton Image, puis sélectionnez
une image soit dans la bibliothèque Sphinx Quali, soit depuis votre disque).

 Ouvrez les propriétés de l’image (dans le bandeau, onglet Format, cliquez sur le bouton Propriétés)
 Dans l’onglet Fonctionnement des propriétés de l’objet multimédia, cochez l’option Associer une
action, puis sélectionnez l’action à appliquer. Pour l’exemple, il s’agit d’Aller à la page suivante.

 Cliquez sur OK pour valider.


Notez, qu’il est également possible d’utiliser un objet multimédia (image, légende,…) pour aller à une page
donnée, ou enregistrer les données, activer un lien Internet (site de l’entreprise, par exemple).
344
9.14. O R G A N I S E R L ES V U ES
Dans le bandeau, onglet Vue, groupe Vue, cliquez sur Organiser.

9.15. I N S É R E R UN E Z ON E D E T EX T E ( C OMM E NT A I R E)
Les zones de texte permettent d’insérer des légendes dans votre tableau de bord, afin d’enrichir une analyse en
apportant des informations complémentaires. Pour insérer une zone de texte :
Dans le bandeau, onglet Insertion, cliquez sur le bouton Zone de texte, choisissez Zone de texte.

Tapez votre commentaire dans la zone de texte.


Utiliser la barre d’outils qui apparait au dessus de la zone pour mettre en forme le texte.

345
Cliquez en dehors de la zone de texte pour quitter le mode d’édition du texte.
Redimensionnez la zone de texte si nécessaire, puis placez-la à l’endroit souhaité.
Il est également possible d’ajouter une zone de texte dans le masque de page. Le masque de page est une
partie de la vue qui permet de reproduire sur chacune des pages de la vue les éléments qui s’y trouvent. Pour
ajouter un élément au masque, faites un clic-droit sur cet objet, puis Choisir comme masque. Placez ensuite
l’objet dans le masque (en haut ou en bas de la vue). Les éléments placés dans le masque sont modifiables
uniquement à partir de la première page de la vue.
9.16. I N S É R E R UN E L É G EN D E AU T O MA T I QU E
Les légendes automatiques permettent d’insérer un/des paramètre(s) de l’étude dans votre tableau de bord.
Pour cela, dans le bandeau, onglet Insertion, cliquez sur le bouton Zone de texte, choisissez Légende
automatique.

Vous pouvez ajouter une légende automatique à partir d’une liste prédéfinie des paramètres de l’étude.
Sélectionnez les paramètres que vous souhaitez voir apparaître dans votre tableau de bord, puis validez en
cliquant sur OK.

346
Notez que ces informations peuvent être insérées soit dans la partie centrale de la vue, soit dans le masque (en
cochant l’option Insérer dans le masque). Pour rappel, le masque de page est une partie de la vue reproduisant
les éléments qui s’y trouvent sur chacune des pages de la vue.
9.17. I N S É R E R UN E L É G EN D E CA L CU L ÉE
Les légendes calculées enrichissent vos tableaux de bord grâce à des formules de calcul Basic, permettant
d’afficher dynamiquement des informations relatives aux analyses. Par exemple, vous pouvez rédiger le
commentaire dynamique, dans lequel les références aux données de l’analyse s’adaptent à la strate choisie.
Pour ce faire :
R é di g e r l e c om m e n tai r e e t l e s f or m ul e s B asi c
Notez que vous pouvez retrouver l’aide en ligne des formules de calcul Basic à cette adresse
:http://asp.ergole.fr/config/help/fr/basic/
 Rédigez votre commentaire (voir mode opératoire précédent)
 Enrichissez-le avec une formule Basic. Pour cela, ouvrez les propriétés de l’objet (dans le bandeau,
onglet Format, cliquez sur le bouton Propriétés), puis cliquez sur l’onglet Contenu.

 Cliquez sur le bouton Insérer un calcul, pour ouvrir l’assistant d’édition des formules de calcul Basic
 Construisez votre formule. Par exemple, comme dans l’exemple ci-dessous :
Formule :
[a-Drinking Place].TauxReponse
[a-Drinking Place] (nom de la variable, entre crochets) fait référence à la variable sur laquelle est appliqué
l’opérateur de calcul.

347
La propriété .TauxReponse (un point, du nom de l’opération) permet d’afficher le taux de réponse de la variable.

 Pour ce faire, le plus simple est d’utiliser les menus déroulants présents en bas de fenêtre. Le premier
menu déroulant vous permet de choisir le type d’élément que vous souhaitez ajouter (variables,
propriétés, fonctions générales, etc.), le deuxième donnant accès à la liste des éléments du type choisi.
Dans l’exemple ci-dessus, on a besoin d’ajouter une propriété qui est le taux de réponses.
 Cliquez sur OK pour valider la formule au texte. La formule sera automatiquement mise entre crochets.
 Cliquez de nouveau sur OK. Votre commentaire est créé dans la vue, et la formule est remplacée par la
valeur du taux de réponse.
E x e m p l e de l é ge n de cal c ul é e :
 Commentaire et formules :
 Le taux de réponse pour cette question : [[a-Drinking Place].TauxReponse]%
Les répondants déclarent boire leur boisson favorite, d'abord "[[a-Drinking Place].Mode]" ([[a-Drinking
Place].Pourcentage([a-Drinking Place].Mode)]%), puis "[[a-Drinking Place].Mode(2)]" ([[a-Drinking
Place].Pourcentage([a-Drinking Place].Mode(2))]%)
 Affichage dynamique en fonction de la strate sélectionnée :

348
9.18. I N S É R E R UN E I L L U ST R AT I O N ( IM A G E , S O N , V I D É O ,… )
Il est possible d’insérer des éléments multimédia (image, forme, son, vidéo, animation flash) dans votre tableau
de bord personnalisé.
Dans le bandeau, onglet Insertion, groupe Illustration.

Les boutons Image (*.bmp, *.gif, *.jpg, *.png, *.tif, *.wmf, *.emf), Forme, Son (*.mp3, *.wav, *.mid), Vidéo(*.avi,
*.mpg, *.mov, *.qt), et Flash (*.flv, *.swf) permettent l'insertion d'éléments multimédia dans le tableau de bord.
Pour insérer un élément multimédia, cliquez sur le bouton correspondant.
Les éléments multimédia peuvent être ajoutés au masque du document. (voir mode opératoire précédent)
9.19. I N S É R E R UN T A B L EA U À P L AT
Dans le bandeau, onglet Insertion, cliquez sur le bouton Tableau à plat.

349
L’assistant Insérer un tableau à plat s’ouvre. Dans la liste, sélectionnez la variable à analyser, puis cochez, ou non,
les options d’affichage des titres de partie, et de groupement des variables. Il est possible de sélectionner
plusieurs variables dans l’assistant. Dans ce cas, seront créés autant de tableaux à plat que de variables
sélectionnées. Une exception existe : celle des groupes de questions. Si vous choisissez plusieurs variables qui
appartiennent à un groupe de questions, celles-ci seront présentées dans un seul et même tableau à plat.
Enfin, validez pour insérer le/les tableau(x) à plat dans le tableau de bord.

Notez qu’il est également possible de créer des tableaux à plat en utilisant le glisser-déposer. Pour ce faire,
identifiez la variable souhaitée dans la fenêtre Variables de l’explorateur latéral, puis maintenez le clic enfoncé
sur cette variable et déposez-la sur la zone de travail centrale. Le tableau à plat correspondant à la variable est
généré.

350
9.20. I N S É R E R UN T A B L EA U C R O I S É (2 V A R I A B L E S )
Les tris croisés permettent d’étudier comment les données se répartissent. Ce type d’analyse consiste à traiter
simultanément deux variables, c’est-à-dire dépouiller les réponses à une question en fonction des réponses à une
autre question. Pour apporter une conclusion fiable à ces tris croisés, il faut effectuer des tests statistiques qui
permettent d’identifier l’existence ou non de relations et leur degré de significativité, sur des bases scientifiques.
Dans le bandeau, onglet Insertion, cliquez sur Tableau croisé / multiple.

L’assistant Insérer un tableau croisé s’ouvre. Sélectionnez la variable à utilisé en colonne, puis la ou les variable(s)
à utiliser en ligne. Cliquez sur OK pour valider et générer le tableau croisé.

Une fois le tableau croisé généré il est possible d’afficher des tests statistiques. Pour ce faire, sélectionnez le
tableau croisé, cliquez sur l’onglet Format puis sur le bouton Propriétés, dans le groupe Objet. Les propriétés de

351
l’objet s’ouvrent. Cliquez sur l’onglet Tests. Cochez la case correspondant aux actions de test (Colorier les cases
significatives Afficher le test de significativité, Commentaire) que vous souhaitez voir appliquer à votre tableau
croisé. Notez que le bouton permet d’accéder rapidement à la fonction Seuils des tests afin de les
modifier.
9.21. I N S É R E R UN T A B L EA U M UL T I P LE ( N V A R I A BL E S)
Les tableaux multiples permettent d'analyser des groupes de questions fermées, échelles ou numériques afin
d'identifier les tendances ou d'établir des comparaisons.
Dans le cas de questions fermées (y compris échelles nominales), le tableau s’apparentera à un tableau croisé,
où les questions du groupe apparaitront en ligne et les modalités communes en colonne. Dans le cas de
questions numériques (ou échelles traitées en nombre), les questions du groupe apparaitront en ligne, et les
valeurs en colonnes pourront être les moyennes, médianes, écarts-type,…
Pour insérer un tableau multiple dans votre vue :
Dans le bandeau, onglet Insertion, cliquez sur Tableau croisé / multiple

L’assistant Insérer un tableau croisé s’ouvre. Sélectionnez les variables du groupe de questions à analyser dans la
liste des variables en ligne. Dans le menu déroulant, Variable en colonne, sélectionnez la première question du
groupe. Cochez l’option Grouper dans un seul tableau. Cliquez sur OK pour valider et générer le tableau
multiple.

352
9.22. I N S É R E R UN T A B L EA U DE V A R I A B L E T EX T E
Les tableaux à plat permettent également l’analyse de textes collectés grâce à des questions ouvertes. Il existe
trois types d’analyses de texte dans les tableaux de bord : mise en classe des réponses, mise en classe des mots,
nombre de mots.
Pour analyser un texte, dans le bandeau, onglet Insertion, cliquez sur le bouton Tableau à plat.

353
Sélectionnez la variable texte à analyser, puis validez en cliquant sur OK. Il faut ensuite paramétrer le tableau en
fonction du type d’analyse à effectuer sur la variable. Pour ce faire, ouvrez les propriétés de l’objet : dans le
bandeau, cliquez sur l’onglet Format puis sur le bouton Propriétés dans le groupe Objet.
9.23. M I S E E N C L A SS E D E S R ÉP O NS E S
Dans la boîte de dialogue Propriétés des variables, cliquez sur l’onglet Calcul.
Sélectionnez Mise en classe des réponses. Cliquez sur OK pour valider et générer le tableau. Ce tableau
présentera l’ensemble des réponses à votre question ouverte. Si deux réponses sont identiques, elles sont
regroupées et le nombre de citation passe à 2, etc.

354
9.24. M I S E E N C L A SS E D E S M OT S
Dans la boîte de dialogue Propriétés des variables, cliquez sur l’onglet Calcul.
Sélectionnez Mise en classe des mots. Cliquez sur le bouton Dictionnaires, et cochez la case Ignorer les mots-
outils. Cette options permettra de rendre l’analyse plus pertinente en évitant que les mots-outils comme « le », « la
», « je », « et »,... apparaissent dans le tableau de mots. Cliquez sur Fermer pour retourner aux propriétés de l’objet.
Cliquez sur l’onglet Tableau. Cochez l’option Tronquer à, puis saisissez un nombre de lignes, par exemple 20. Cela
permettra d’afficher les vingt mots les plus cités dans votre question ouverte. Cliquez sur OK pour valider et
générer le tableau.

9.25. N O M B R E DE M OT S
Dans la boîte de dialogue Propriétés des variables, cliquez sur l’onglet Calcul.
Sélectionnez Nombre de mots. Cliquez sur l’onglet Contenu. Décochez Tableau et Graphique, et ne gardez
que Valeurs Remarquables. Cliquez ensuite sur l’onglet Valeurs puis cochez les valeurs que vous souhaitez
connaître concernant les mots de votre question ouverte, par exemple, la moyenne, la médiane, l’écart-type,...
Cliquez sur OK pour valider et générer l’analyse.

9.26. I N S É R E R UN T A B L EA U DE M O YE N NE S
Les tableaux de moyennes permette de calculer la moyenne d’un groupe de variable numérique (ou échelle).
Dans le bandeau, onglet Insertion, cliquez sur le bouton Tableau de moyennes.

355
L’assistant Insérer un tableau de moyennes apparait. Dans la liste des variables numériques (ou échelles si des
poids ont été affectés), sélectionnez celles à analyser, puis validez pour générer le tableau de moyennes
correspondant.

Notez qu’il est également possible d’affiner l’analyse en calculant les moyennes en fonction des modalités d’une
variable filtre. Pour ce faire, cochez la case Pour chaque modalité / valeur de…, sélectionnez la variable filtre,
puis validez.
9.27. I N S É R E R UN T A B L EA U DE C A R ACT É R I S T I QU E S
Les tableaux de caractéristiques permettent de définir les modalités de réponses les plus spécifiques (sur-
représentées) d’une variable, par rapport à une variable pivot.
Dans le bandeau, onglet Insertion, cliquez sur Tableau de caractéristiques.

356
La boîte de dialogue Insérer un tableau de caractéristiques s’ouvre. Sélectionnez le type de pivot que vous
souhaitez appliquer à votre tableau : une variable, ou un ensemble de modalités. Puis, dans la liste, sélectionnez
les variables à caractériser. Par défaut, la caractérisation est effectuée sur les modalités les plus spécifiques (sur-
représentées), mais il est possible de sélectionner les modalités les plus citées. Une fois le paramétrage de votre
tableau de caractéristiques effectué, cliquez sur OK pour le générer.

Pour simplifier la lecture d’un tableau de caractéristiques, il est possible de séparer les variables pour afficher
clairement les caractéristiques qui leur sont relatives. Pour cela, sélectionnez le tableau de caractéristiques, puis
dans l’onglet Format, cliquez sur le bouton Propriétés, dans le groupe Objet. La boîte de dialogue des propriétés
de l’objet s’ouvre. Dans l’onglet Tableau, cochez la case Séparer les variables. Ensuite, dans l’onglet
cochez Références des variables, puis sélectionnez le type de valeur à afficher pour identifier les différentes

357
variables à caractériser (nom de variable, libellé, libellé court, numéro de variable). Cliquez sur OK pour
appliquer ces changements.
Notez que si vous souhaitez associer une représentation graphique à votre tableau de caractéristiques (via les
propriétés de l’objet, onglet Contenu, case Graphique), celle-ci sera une carte des spécificités.
9.28. I N S É R E R UN T A B L EA U C O MP O SÉ
Les tableaux composés permettent de créer des analyses personnalisées et avancées où vous choisissez la
variable à analyser en ligne, celle à analyser en colonne, et le type de données à générer dans les cellules du
tableau. Si vous souhaitez insérer uniquement un tableau croisé classique, préférez plutôt la fonction Insérer un
tableau croisé.
Dans le bandeau, onglet Insertion, cliquez sur Tableau composé.

La boîte de dialogue des Propriétés des tableaux composés s’ouvre. Elle comporte six onglets et s’ouvre
automatiquement sur l’onglet Tableau.
Dans le cas présent, on souhaite avoir une répartition du genre (homme/femme) selon l’âge des répondants (3
profils mis en place par tranches d’âge).
Les trois cases à cocher en haut de cet onglet permettent d’activer et de paramétrer l’affichage des totaux, le
tri par ordre et le troncature.
Dans les parties Lignes et Colonnes, sélectionnez les profils et / ou variables que vous souhaitez voir apparaître
dans le tableau composé.
 Pour choisir une variable, sélectionnez la dans le menu déroulant. Le champ texte Nom permet de
renommer un profil : C’est ce nom qui apparaitra dans la ligne/colonne contenant ce profil. Le
bouton permet d’appliquer des règles de calcul sur la variable sélectionnée.

 Pour choisir un Profil, cliquez sur l’icône , puis pour le modifier, cliquez sur . Vous devez créer
autant de profil que de ligne/colonne souhaitées dans le tableau composé. Pour supprimer un profil

358
cliquez sur le bouton .Les flèches permettent de réorganiser les profils (ordre d’apparition
dans le tableau).
 Enfin, la partie cellules permet de définir les données que vous souhaitez v oir apparaître dans les cellules
du tableau composé. Sélectionnez le type de données (effectifs, moyenne, somme, calcul Basic), réglez
les options si nécessaire. Vous pouvez également afficher les pourcentages en ligne / en colonne / sur le
total.

Cliquez sur l’onglet Contenu.


Cet onglet permet de gérer le contenu de l’objet. Il est possible de définir le Nom du tableau, d’ajouter
éventuellement une Description complémentaire, de faire afficher le Tableau (en adaptant au besoin la taille
des colonnes), et le Graphique.

359
Cliquez sur l’onglet Calcul.
Cet onglet permet d’adapter un profil spécifique à l’ensemble du tableau composé, en complément de ceux
appliqués aux lignes / colonnes (dans l’onglet Tableau)

Les onglets Graphique et Affichage permettent de gérer les options de présentation du graphique (si celui-ci fait
partie du contenu de l’objet) et de l’affichage général (police, bordure, couleur de fond, mise en forme
automatique du tableau).
Une fois l’ensemble des options paramétré cliquez sur OK. Le tableau composé correspondant est alors généré
dans la vue.

360
9.29. I N S É R E R UN E C A RT E G É O G RA PH I Q UE
Dans le bandeau, onglet Insertion, cliquez sur Carte géographique.
Deux boîtes de dialogue s’ouvrent simultanément : Propriétés des objets externes et Paramètres de la carte.
La première étape consiste à paramétrer la carte. Sélectionnez la carte prédéfinie la mieux adaptée dans le
menu déroulant (France : Région, Département, Ville, etc.). Le bouton description vous permet de visualiser les
codes pris en charge pour la carte choisie.
Dans la partie Données, sélectionnez ensuite la variable de votre enquête qui servira d’Identificateur, contenant
la liste des réponses correspondant au code utilisé pour générer la carte (par exemple, une variable listant les
noms de pays). Le menu déroulant Calcul permet de définir le type de valeurs que vous souhaitez voir apparaître
sur la carte (effectif, somme, moyenne, répartition, etc.).

Dans l’exemple présenté, nous avons choisi de visualiser la répartition du genre des répondants en Europe. Il
s’agit de voir la répartition homme/femme dans les différents pays de l’Union européenne (indicateur : variable
reprenant les noms de pays).
Les parties Affichage de la carte et Présentation des données permettent de gérer les options de présentation de
la carte et des résultats associés.
Cliquez sur OK pour valider les Paramètres de la carte. Vous arrivez sur la boîte de dialogue Propriétés des objets
externes
 L’onglet Contenu permet notamment de relancer la boîte de dialogue Paramètre de la vue. C’est
également à partir de cet onglet qu’est spécifié de nom de la librairie utilisée pour la génération des
cartes géographiques.
 L’onglet Calcul permet de limiter les réponses à un profil spécifique que l’on défini.

361
 L’onglet Fonctionnement permet de faire afficher la carte uniquement à un type de personnes donné.
 L’onglet Affichage permet de gérer les options de présentation de l’objet.
Une fois les propriétés de l’objet définies, cliquez sur OK pour valider. La carte géographique est générée.

9.30. I N S É R E R UN E MA T R I CE I M P O RT A NC E / P E R F O RM AN C E
Dans le bandeau, onglet Insertion, cliquez sur le bouton Mapping, puis sur Importance Performance.
La matrice importance/performance permet de mettre en perspective par exemple la satisfaction de la
clientèle avec l’importance qu’elle accorde aux différentes composantes de l’offre de l’entreprise. Cette
analyse conduit à la production d’une matrice où chaque critère est placé sur deux dimensions :
 Horizontalement : la performance, qui se mesure par la moyenne du critère sur l’ensemble des
répondants (moyenne sur 10).
 Verticalement : on mesure l’importance grâce au « coefficient de corrélation » de chaque critère. Selon
ces principes de calcul, plus la corrélation est forte (proche de 1) entre un critère et la note de
satisfaction, plus le critère est lié statistiquement à la satisfaction globale, donc, plus il est important.

362
Deux assistants s’ouvrent : Importance/Performance et Assistant Tableau composé :
 Assistant Importance/Performance : Sélectionnez, dans la liste, les variables échelles ou numériques qui
apparaitront dans la matrice Importance / Performance. Choisissez le type d’analyse à effectuer :
Corrélation avec une évaluation globale, Rang du critère dans une question ordonnée, ou Seconde
évaluation critère par critère. Choisissez les options de présentation de la carte (carte limitée aux valeurs
extrêmes, ou carte ajustée et centrée)
 Assistant Tableau composé : L’onglet tableau de cet assistant reprend les variables paramétrés avec
l’assistant précédent.
Cliquez sur l’onglet Contenu. Décochez la case Tableau, et cocher la case Graphique. Cliquez sur OK pour
générer votre matrice Importance / Performance
Dans l’exemple ci-dessous, la présentation de la matrice a été personnalisée. Dans l’onglet Graphique
des Propriétés des tableaux composés, vous pouvez modifier quelques options basiques de présentation. Pour
aller plus loin et modifier les options de la carte, cliquez sur le bouton Carte.

363
Dans une matrice Importance / Performance, la position des différents critères selon les axes permet de les
caractériser :
1 : la zone de progrès en haut à gauche : nous indique les critères importants qui sont insuffisamment bien
perçus.
2 : les points forts en haut à droite : font référence aux critères importants pour les répondants, et sont évalués
positivement.
3 : la zone blanche (ou neutre) en bas à gauche : les critères ne sont pas très bien perçus mais ils sont peu
importants.
4 : la zone de « sur qualité » en bas à droite : ces critères sont bien évalués mais ils sont d’une importance
moindre pour les répondants.
9.31. I N S É R E R UN E A NA L Y S E FA CT O R I E L L E D ES C O R R E SP O ND A NC E S / A N AL Y S E D ES
C O R R E S PO N DA N CE S MU LT I P L E S
Dans le bandeau, onglet Insertion, cliquez sur le bouton Mapping, puis sur AFP ACP.
Les cartes factorielles d’A.F.C. ou « mappings » proposent une représentation graphique des associations entre
un grand nombre de modalités de réponse, issues d’une seule question multiple ou de plusieurs questions.

364
L’assistant Insérer une analyse / groupe apparait. Sélectionnez les variables à analyser, nommez le groupe, puis
gérer les options relatives aux types de variables. Cliquez sur OK pour valider.

365
9.32. I N S É R E R UN E C A RT E D ES S P ÉC I F I C I T ÉS
Les cartes de spécificités reprennent la même méthodologie que les tableaux de caractéristiques, mais
permettent de les représenter sous forme graphique. Il s’agit donc des mêmes étapes de paramétrage.
Dans le bandeau, onglet Insertion, cliquez sur le bouton Mapping, puis sur Carte des spécificités.

La boîte de dialogue Insérer un tableau de caractéristiques s’ouvre. Sélectionnez le type de pivot que vous
souhaitez appliquer à votre carte : une variable, ou un ensemble de modalités. Puis, dans la liste, sélectionnez les
variables à caractériser. Par défaut, la caractérisation est effectuée par les modalités les plus spécifiques (sur-
représentées), mais il est possible de les caractériser en fonction des modalités les plus citées. Une fois le
paramétrage de votre carte des spécificités effectué, cliquez sur OK pour la générer.

366
Notez qu’il est possible d’afficher la carte des spécificités et le tableau de caractéristiques correspondant dans le
même objet. Pour cela, dans les propriétés de la carte des spécificités (dans le bandeau, onglet Format, puis
bouton Propriétés), cliquez sur l’onglet Contenu, cochez Tableau, puis validez.
9.33. I N S É R E R UN G R A PH E D E R E LA T I O N
Les graphes de relations permettent d'explorer rapidement et automatiquement les relations entre les variables
afin d'identifier les plus significatives. Les options proposées donnent la possibilité de trouver les principales
relations, d'expliquer une variable ou de repérer les groupes de variables proches TS, S, PS, NS.
Les types de relations qui peuvent exister entre les variables sont notés par les initiales :
 TS : les relations très significatives, pour p<1%, sûres à 99% ou plus,
 S : les relations significatives, pour 1%<p<5%, sûres à 95-99%,
 PS : les relations peu significatives, pour 5%<p<15%, sûres seulement à 85-95%,
 NS : les relations non significatives, pour p>15%, sûres à moins de 85%
Les valeurs (1%, 5%, etc.) sont les seuils par défaut. Il est possible de les modifier : dans les Propriétés des groupes,
dans l’onglet Tests, cliquez sur le bouton situé à côté de Colorier les cases significatives.
9.34. T R O U VE R L E S P R I NC I P A LE S R E L AT I O N S

Dans le bandeau, onglet Insertion, cliquez sur la flèche du bouton Graphe de relation, puis sur Trouver les
principales relations.
367
Sélectionnez les variables pour lesquelles vous souhaitez connaître les liens de relation. Veillez à ce que la
case Trouver les principales relations soit cochée, puis cliquez sur Suivant. A l’écran suivant, il vous est possible de
personnaliser les seuils de significativité. Cliquez sur Terminer pour générer le graphe.

368
9.35. EXPLIQUER LA VARIABLE

Dans le bandeau, onglet Insertion, cliquez sur la flèche du bouton Graphe de relation, puis sur Expliquer la
variable.

Sélectionnez les variables qui expliqueront la variable sélectionnée dans le menu déroulant Expliquer la variable,
puis cliquez sur Suivant. A l’écran suivant, il vous est possible de personnaliser les seuils de significativité. Cliquez
sur Terminer pour générer le graphe.

369
Dans l’exemple ci-dessus, toutes les relations sont très significatives.
9.36. INSÉRER DES ARBRES DE COMPOSITION
Dans le bandeau, onglet Insertion, cliquez sur Arbres de composition.

Une boîte apparaît dans la vue. Elle représente la population totale de l’échantillon.
Pour ajouter un nouveau nœud, faites un clic-droit sur la boîte Population totale, puis cliquez sur Décomposer. Il
est possible d’effectuer une décomposition selon une variable ou un profil :
 Selon une variable : Sélectionnez la variable avec laquelle décomposer les réponses. Sélectionnez
l’option souhaitée : Une branche par modalité ou Répartition suivante, puis paramétrez-la.

 Selon un profil : Cliquez sur pour paramétrer le premier profil et tapez son Nom dans le champ

correspondant. Cliquez sur pour ajouter un autre profil, et sur pour en retirer un.
Une fois la variable ou le profil paramétré(e), cliquez sur OK pour générer le nœud.

370
9.37. P ROP RIÉTÉ DE LA BOÎT E
Il est possible de paramétrer le Contenu, les Calculs et l’Affichage des boîtes des arbres de composition. Pour ce
faire, sélectionnez la boîte à paramétrer, cliquez sur l’onglet Format dans le bandeau, puis sur le
bouton Propriétés dans le groupe Objet.

 L’onglet Contenu : permet de sélectionner les informations affichées dans la boîte : Nombre
d’observations, Pourcentage de la population, Pourcentage du nœud, Décrire une modalité.
 L’onglet Calcul : permet de paramétrer le profil du nœud. NB : Si avez utilisé l’outil de décomposition
(notamment la décomposition par profil) pour développer votre arbre de composition, vous n’avez pas
besoin de redéfinir un profil de nœud, sauf s’il s’agit d’apporter une précision supplémentaire.
371
 L’onglet Affichage : permet la gestion des options de présentation de la boîte.
9.38. R É O R G A N I S E R U N T A B L E AU
Les données présentes dans le tableau d’une analyse peuvent être réorganisées. Il est possible de les trier par
ordre croissant/décroissant des modalités ou valeurs, de regrouper/ordonner les modalités, ou de simplifier le
nombre d’observations analysées.
9.39. T RIER
Les données d’un tableau peuvent être triées par ordre croissant ou décroissant en fonction des modalités ou
des valeurs des observations. Pour appliquer un tri à une analyse :
 Sélectionnez l’analyse sur laquelle appliquer le tri
 Ouvrez les propriétés de l’objet (dans le bandeau, cliquez sur l’onglet Format, puis sur le bouton
Propriétés) puis cliquez sur l’onglet Tableau.
 Cochez l’option Trier par ordre, puis sélectionnez le tri souhaité dans le menu déroulant.

 Cliquez sur OK pour valider et appliquer le tri.


9.40. R E G R O U PE R / O R D O NN E R
Il est possible de réorganiser un tableau en regroupant et/ou supprimant certaines modalités, et/ou en se limitant
à un nombre de lignes du tableau. Pour effectuer ces actions :
 Sélectionnez l’analyse sur laquelle appliquer le regroupement / ordonnancement.
 Ouvrez les propriétés de l’objet (dans le bandeau, cliquez sur l’onglet Format, puis sur le bouton
Propriétés) puis cliquez sur l’onglet Calcul.
 Cochez l’option Regrouper / Ordonner les modalités, puis cliquez sur le bouton
 Cas d’un tableau à plat : Sélectionnez une ou plusieurs modalités et cochez une des options à appliquer
: Grouper sous le nom, ou Ne pas grouper, ou Ignorer. L’onglet Ordonner permet de monter / descendre
une modalité et de changer ainsi l’ordre de présentation des modalités dans l’analyse.
372
 Cas d’un tableau croisé / multiple / composé / de moyennes: Tapez les formules correspondant aux
regroupements et ordonnancements à appliquer.
R e g r o up er d es m o dal i té s
Nom du groupe de modalités suivi d'un signe égal, puis le nom des modalités à grouper, entre guillemets et
séparées d'un signe égal
Boissons alcoolisées = "Vins" = "Bière" = "Spiritueux" = "Prémélange"
S u p p ri m er d es m o dal i té s
Le nom des modalités à supprimer entre guillemets, séparées d'un point-virgule, le tout entre parenthèses
("Eau du robinet" ; "Prémélange" ; "Vin")
L i m i t e r à u n no m b re d e l i g ne s
Le numéro de ligne de début et celui de fin, séparés par un tiret
1-10
 Cliquez sur OK pour valider.
9.41. SIMPLIFIER
Il est possible de simplifier le nombre d’observations traitées dans une analyse en utilisant la fonction de
simplification. Celle-ci permet de simplifier par rapport aux effectifs, aux pourcentages, et/ou au nombre
maximum de lignes. Pour simplifier une analyse :
 Sélectionnez l’analyse sur laquelle appliquer la simplification.
 Ouvrez les propriétés de l’objet (dans le bandeau, cliquez sur l’onglet Format, puis sur le bouton
Propriétés) puis cliquez sur l’onglet Calcul.
 Cochez l’option Simplifier, puis cliquez sur le bouton

373
 Cochez par quelle(s) option(s) simplifier (effectif, pourcentage, nombre maximum de lignes) puis entrez
les valeurs filtres. Notez que les Valeurs ignorées, peuvent être ignorées (Supprimer de l’analyse) ou
regroupées dans une modalité (ici : Autres).

 Cliquez sur OK pour valider.


9.42. P L A CE R A UT OM AT I Q U EM EN T L ES O B J E T S
Dans le bandeau, onglet Format, cliquez sur le bouton Placer.
La fonction Placer permet de réorganiser l’ensemble des objets d’une vue selon les règles sélectionnées. Réglez
les paramètres pour générer le placement souhaité, puis validez.

9.43. D É F I N I R L A P O S I T I ON D E S O B J ET S
Dans le bandeau, onglet Format, dans le groupe Disposition.

374
Dans ce groupe figurent toutes les fonctions de disposition :
 Alignement : Alignement horizontal à gauche/à droite, Alignement vertical en haut/en bas, Répartition
horizontale/verticale. Ces fonctions s’appliquent à un groupe d’objets (plusieurs objets sélectionnées).
 Taille : Mettre à la largeur minimale, Mettre à la même largeur, Mettre à la largeur de la colonne, Mettre
à la largeur de la page, Augmenter/Diminuer la largeur. Ces fonctions s’appliquent à un ou plusieurs
objets (sauf, Mettre à la même largeur qui s’applique à plusieurs).
 Ordre : Mettre au premier/dernier plan, Avancer/Reculer.

9.44. A P P L I QU E R / DÉ F I N I R U N ST Y L E
Dans le bandeau, onglet Format, cliquez sur le bouton Styles.

 Appliquer un style : permet d’appliquer un style prédéfini (Style standard, style rapport
papier/écran/statistiques) à la vue, en replaçant, ou non, les éléments.

Sélectionnez le style à appliquer dans la liste, puis validez.


 Définir les styles : permet de modifier les styles par défaut, ou d’en créer de nouveaux. Ces styles
personnalisés peuvent être enregistrés, et réutilisés plus tard pour d’autres enquêtes (enregistrés dans le
répertoire d’installation du logiciel, et non au niveau de l’enquête).
9.45. S U B ST I T U E R U NE V A R I A B L E DA N S L ES A NA L Y S ES
Dans le bandeau, onglet Format, cliquez sur le bouton Substituer une variable.
La fonction Substituer une variable permet de remplacer une variable utilisée dans l’analyse par une autre. Cela
permet, par exemple, de modifier une variable de référence utilisée dans toute la vue pour en définir une
nouvelle.
Pour ce faire, sélectionnez la variable à substituer dans le premier menu déroulant, puis la variable de
remplacement dans le second, puis validez.

375
9.46. F I L T R E R L E S R ÉP O N SE S
Le filtre de réponses consiste à analyser les résultats de votre enquête en ne vous intéressant qu’à un profil
spécifique de répondants. Par exemple, seulement les Femmes, ou bien les personnes ayant entre 25 et 50 ans. Il
existe trois niveaux de filtres différents lorsque vous éditez votre tableau de bord personnalisé : les strates, les
profils appliqués à une vue, et les profils appliqués à un objet.
9.47. S T R AT E S
Les strates permettent de scinder la population en plusieurs groupes et de générer à la fois les résultats relatifs à
tous les répondants et ceux qui concernent des sous-échantillons particuliers. Lorsqu’une strate est sélectionnée,
elle s’applique à l’ensemble du tableau de bord et elle sera active sur toutes les vues de votre tableau de bord.
Il est possible de changer de strates très rapidement lors d’une analyse grâce à la fenêtre Strates, dans
l’explorateur latéral de l’environnement Tableau de bord personnalisé.

9.48. P O U R C R ÉE R U NE S T RA T E

 Dans la fenêtre Strates de l’explorateur latéral, cliquez sur Nouvelle strate ou sur le bouton
 Créez le profil définissant la strate

376
 Cliquez sur OK pour valider
 Dans l’exemple ci-dessus, on souhaite créer le profil des hommes âgés de 25 à 50 ans.
9.49. F I L T R E R L E S R É SU LT AT S D ’ U NE V UE O U D ’ UN E V A R I A B LE
 Les filtres peuvent également être appliqués au niveau d’une vue et/ou d’un objet. Cette fonction
s’appelle Limiter au profil et se paramètre dans les propriétés de la vue et/ou les propriétés d’un objet.
 POUR LIMITER AU PROFIL
 Cas d’un filtre sur une vue : ouvrez les propriétés de la vue (dans le bandeau, onglet Vue, cliquez sur le
bouton Propriétés vue), cliquez sur l’onglet Calcul.
 Cas d’un filtre sur un objet: ouvrez les propriétés de l’objet (dans le bandeau, onglet Format, cliquez sur le
bouton Propriétés), cliquez sur l’onglet Calcul.
 Créer un profil : Cochez Limiter au profil, cliquez sur Modifier, puis Définir un autre profil. Renseignez les
informations sur le profil, puis validez.
9.50. P O N D É RE R L E S E F FE CT I F S
Dans le bandeau, onglet Vue, cliquez sur le bouton Pondérer les effectifs, dans le groupe Outils – Options.
La fonction Pondérer les effectifs permet de pondérer les réponses par rapport à une variable numérique
donnée. Pour ce faire :
Cochez Pondérer les effectifs avec la variable, puis sélectionnez la variable pondératrice dans le menu
déroulant.

En règle générale, on aura préalablement crée une variable « Redressement » suite au redressement de la
population étudiée afin d’obtenir un échantillon représentatif de celle-ci. Cette variable peut être utilisée
comme dans l’exemple ci-dessus pour pondérer les effectifs.

377
9.51. D É F I N I R L E S S EU I L S D E S T E ST S
Dans le bandeau, onglet Format, cliquez sur le bouton Seuils des tests, dans le groupe Outils – Options.
Cette fonction vous permet de modifier les seuils utilisés dans les tests de significativité de l’ensemble du tableau
de bord. Tapez les valeurs des seuils souhaitées, puis validez.
Il existe différents tests statistiques, qui sont appliqués selon le type des variables analysées (nominales ou
numériques)

9.52. D É F I N I R L E F O R MA T D ES N OM B R E S
Dans le bandeau, onglet Format, cliquez sur le bouton Format des nombres, dans le groupe Outils – Options.
Cette fonction vous permet de choisir le type d’affichage des nombres, pourcentages et séparateurs de
décimales. Sélectionnez les options d’affichage souhaitées, puis validez.

9.53. A F F I CH E R L E D I A P O RAM A
Dans le bandeau, onglet Affichage, cliquez sur le bouton Diaporama.
La fonction Diaporama permet de visualiser la vue courante en mode plein écran.

378
9.54. E X P O RT E R L A/ L ES V UE ( S)
Une fois votre tableau de bord finalisé, il est possible d’exporter une ou plusieurs vues. Pour cela, dans le
bandeau, onglet Accueil, cliquez sur le bouton Exporter, puis Exporter une vue ou Exporter plusieurs vues.

 Exporter une vue : permet d’exporter le contenu de la vue courante vers MS Office (Word, Excel
(uniquement les tableaux), PowerPoint ou OpenOffice. Choisissez le format d’export, réglez les options
de présentation, puis cliquez sur Copier pour exporter la vue.
 Exporter plusieurs vues : un premier assistant s’exécute lorsque vous cliquez sur Exporter plusieurs vues. Il
sert à sélectionner les vues à exporter. Sélectionnez-les, précisez le titre du rapport, puis cliquez sur
Imprimer, ou Enregistrer au format HTML, ou Enregistrer dans Office.
379
9.55. C O MP A R E R DE S F R É QU E NC E S , D ES M O YE N NE S
Dans le cas où vous avez mené la même enquête sur deux échantillons, il est possible de comparer les résultats
réciproquement obtenus, qu’il s’agisse d’une comparaison de fréquences ou de moyennes.
On souhaite alors savoir si les fréquences/moyennes d’une même question, sont égales ou statistiquement
différentes.
Afin de faciliter cette étape, nous mettons à votre disposition un outil en ligne permettant de mettre en place
des :
 comparaisons de fréquences sur deux échantillons :
http://www.sphinxonline.net/sphinx/aide/comparaisonmoyennes.htm

 comparaisons de moyennes sur deux échantillons :


http://www.sphinxonline.net/sphinx/aide/comparaisonfrequences.htm

380
METHODOLOGIE

RAPPEL DES PRINCIPES DE L’ENQUETE PAR QUESTIONNAIRE

Dans la plupart des cas, l’enquête par sondage est une voie de recherche très efficace pour obtenir des
informations. C’est l’outil le plus utilisé dans les études qualitatives et quantitatives, dans les enquêtes et les
sondages. Mais pour être fiable et efficace, cet instrument doit être mené avec précaution. Il est donc
nécessaire de déterminer les objectifs de l’étudeavant de définir sa mise en œuvre. A cet égard, plusieurs étapes
sont alors à envisager.
Définition des objectifs
La première phase d’une étude consiste à définir précisément le problème qui doit être traité. Afin de tirer le
meilleur profit des résultats de l’étude, il est indispensable de savoir ce que l’on recherche et d’avoir une idée de
l’intérêt de l’étude.
Connaître les données dont on a besoin permet de concevoir un instrument capable de les produire. C’est donc
grâce à la détermination préalable des objectifs de l’enquête que des moyens appropriés pourront être définis.
La détermination des échantillons
La réalisation d’un sondage s’effectue sur une partie de la population appelée échantillon. Mais la
détermination de l’échantillon doit être calculée afin de fournir des informations et des résultats cohérents avec
ceux qui seraient obtenus si toute la population était interrogée. Il faut donc d’abord définir la population mère
pour être en mesure d’interroger un échantillon fiable et représentatif.
C’est tout le problème de l’échantillonnage qui consiste à se poser plusieurs questions : Qui interroger ? Combien
de personnes ? Quel échantillon retenir et comment le sélectionner (échantillon représentatif ou non, tirage
aléatoire ou respect de quotas) ? Dans quelle mesure les résultats de cet échantillon sont-ils fiables ? Etc.
Même si les contraintes budgétaires et les techniques employées fournissent des éléments de réponses, la théorie
des sondages nous apporte des enseignements précis fondés sur des hypothèses contraignantes concernant la
sélection des échantillons. Néanmoins, le savoirfaire et l’expérience guident souvent fortement la détermination
de l’échantillon à interroger et les logiciels Sphinx proposent une aide à l’échantillonnage.

Les différentes formes d’enquêtes

Lorsque les objectifs de l’étude, la population mère et l’échantillon sont fixés, il s’agit de définir les moyens mi s en
œuvre pour l’étude. Si on envisage que l’enquête sera la méthode d’observation et de recueil des informations,
on doit alors opter pour une technique d’enquête.

Or celles-ci sont très diversifiées. Parmi les plus répandues, nous retiendrons l’enquête par voie postale, l’entretien,
le questionnaire sur Minitel, l’enquête sur Internet et l’entretien en face-à-face. Ces derniers peuvent se dérouler
à domicile, sur le lieu de travail, dans la rue, à proximité des points de vente...
Le questionnaire est le seul lien, dans les enquêtes par courrier ou par Internet, entre l’enquêteur et la population
interrogée. Dans le cas des entretiens téléphoniques ou en face-à-face, la communication entre l’interviewé et
l’interviewer passe par le dialogue et le questionnaire devient alors un guide d’entretien ou une grille
d’observation où il est possible d’enregistrer les réponses.
Le questionnaire
381
Le questionnaire est donc destiné à capter, dans la population interrogée, les éléments de réponses aux
questions que l’on se pose. Il a alors deux objectifs : provoquer une réaction chez les interviewés et servir de
support à l’interviewer qui y enregistrera ses informations de façon complète et précise. La rédaction du
questionnaire est à soigner dans ce sens.
Le questionnaire incorpore non seulement les questions à poser mais également les plages de réponses. Il est
souvent bon d’indiquer un titre ainsi qu’un commentaire évocateur pour la population interrogée. C’est un
instrument très flexible du fait de la grande variété des questions qui peuvent être posées. L’élaboration d’un bon
questionnaire requiert une très grande compétence et peut être intégrée dans des logiciels spécialisés en
analyse statistique. C’est le cas du Sphinx qui propose une gamme variée de fonctions destinées à la conception
du questionnaire.
Le pré-test
La phase de conception d’une enquête s’achève en général par le test d’une enquête pilote qui permet de
valider, sur un nombre restreint de personnes, les choix effectués dans le cadre de l’étude. Ce test permet de voir
si le protocole d’étude est réaliste, si le contenu et la forme des questions sont adaptés aux objectifs de l’étude.
C’est aussi souvent l’occasion de découvrir des erreurs grossières et des oublis, ou encore de vérifier la nécessité
de chaque question posée et d’écarter éventuellement celles qui ne répondent pas directement aux objectifs
de l’étude.
Le test d’une enquête présente donc l’intérêt de rechercher la meilleure adaptation entre les objectifs de
l’étude, les moyens alloués et les méthodes choisies.
Le recueil des données
Quoique fastidieuse, cette phase ne présente aucune difficulté particulière, même si selon les techniques
d’enquêtes utilisées, les enquêteurs doivent posséder des compétences plus ou moins importantes.
Cette étape nécessite néanmoins une bonne organisation du travail et peut être effectuée dans des logiciels de
gestion de données, de traitement d’enquêtes ou d’analyse statistique. Actuellement, l’amélioration des
communications entre ces logiciels permet d’échanger les bases de données très facilement et de reprendre
des données existantes comme s’il s’agissait d’informations obtenues par questionnaires. Dans ce domaine, le
Sphinx présente une fonction d’importation des données depuis des traitements de textes, des tableurs ou toute
base de données externes.
Le dépouillement et l’analyse de données
Une fois les réponses saisies, on s’intéresse aux résultats qui vont ressortir de cette étude. On peut alors distinguer
plusieurs niveaux d’analyse : on commencera par le constat des réponses données par les interviewés, c’est-à-
dire le dépouillement. Cette phase sera complétée par des calculs ou des tests statistiques et par un
approfondissement des analyses pour parvenir aux résultats significatifs de l’enquête, ce qui permettra
d’adapter les décisions et les actions aux conclusions de l’étude.
Le dépouillement des résultats donne rapidement un aperçu de l’ensemble des résultats de l’enquête en
produisant des tableaux ou graphiques de résultats et des listes de réponses données. Il est d’abord conseillé de
prendre connaissance des résultats Des variables considérées indépendamment les unes des autres et de
procéder ensuite à la mise en relation de plusieurs variables.
La phase d’analyse permet d’effectuer des tests et des calculs sur les résultats extraits du dépouillement. Elle a
pour objectif d’analyser les résultats de façon précise et d’aider à l’interprétation et à la décision.
Il est souvent nécessaire, après analyse, de revenir sur la définition initiale d’une ou plusi eurs variables pour
modifier et enrichir la base initiale de données. A ce niveau, on peut transformer le contenu d’une variable en

382
procédant à des regroupements ou à la suppression de modalités de réponses, mais on peut également créer
ou calculer de nouvelles variables.
La présentation des résultats
La présentation des résultats significatifs de l’enquête est parfois une tâche complexe : elle nécessite de prendre
connaissance des analyses de données pour ne sélectionner que les plus caractéristiques et les plus synthétiques.
Les résultats retenus pour le rapport d’étude sont également ceux qui sont susceptibles de conduire aux prises de
décisions et aux actions. Il s’agit ensuite de les présenter dans un rapport d’étude qui, par sa mise en page, ses
commentaires, ses graphiques..., mettra en valeur les résultats significatifs. Dans cet objectif, le Sphinx propose
desfonctions adaptées qui permettent de présenter un rapport organisé selon un plan de dépouillement, de
synthétiser et résumer les résultats dans des tableaux construits à cet effet et complétés par des commentaires
générés automatiquement par le Sphinx.
Des fonctions de mise en forme des tableaux et graphiques de résultats permettent également de distinguer les
résultats les plus significatifs dans l’ensemble des informations ressortant de l’étude réalisée dans le logiciel. Enfin,
les nombreuses possibilités d’échange avec les autres logiciels offrent une grande souplesse lors de la réalisation
du rapport d’étude.
La communication
Le travail d'enquête et d'étude s'apparente à un travail de communication :
- communication amont pour la transmission du questionnaire, l'exposé des questions, le recueil des réponses ;
- communication avale pour la diffusion des résultats, le travail d'argumentation et d'aide à la décision.
Les nouvelles technologies offrent de nouvelles opportunités de mise en page, de présentation, d'illustration par
des couleurs ou des images, d'interactivité dans les échanges avec les répondants ou le destinataire du rapport.
Avec l'évolution des logiciels, le chargé d'études peut ainsi de mieux en mieux maîtriser cet aspect important de
son travail.
Les différentes formes d'enquêtes

L'observation directe
L'observation directe consiste à mener une observation sans solliciter la participation consciente des personnes
observées. Ceci pose bien sûr des questions d'ordre moral : a-t-on le droit de procéder à l'insu de ceux qu'on
observe ? Tout dépend de l'usage qui sera fait des informations recueillies.
Il existe aussi des obstacles d'ordre pratique. En effet, beaucoup d'informations sont inaccessibles par cette
méthode. D'autre part, les dispositifs concrets permettant d'assurer ce type d'observation (camouflage, glace
sans tain, caméra vidéo) sont coûteux et difficiles à mettre en œuvre. Notons cependant les nombreuses
possibilités offertes par Internet. L'analyse des traces (origine, pages visitées, temps passé, clic...) laissées par
l'internaute est une modalité de l'observation directe.
Entretien en face-à-face
Les protagonistes de l'entretien se font face et peuvent ainsi dialoguer en utilisant toutes les ressources de la
communication interpersonnelle. Les circonstances de ce type d'entretien - communication de sujet à sujet
présentent des avantages certains. L'enquêteur sollicite activement le répondant tout en interagissant avec lui
pour réguler l'entretien dans sa durée. Des questions peuvent être précisées ou expliquées, l'interprétation des
réponses peut être vérifiée, au risque cependant d'influencer ou de biaiser l'observation. Cette méthode n'est
pas exclusive de l'observation directe. L'enquêteur peut, en cours ou en fin d'entretien, noter les caractéristiques
du comportement de son interlocuteur. Durée de l'entretien, perception de l'assurance, de la sincérité de

383
l'interlocuteur, présence ou absence de certains indices sur les lieux de l'interview, de comportement a priori
définis.
Entretien téléphonique
C'est une autre forme d'entretien. La communication y dispose de moins de ressources. Les protagonistes ne se
voient pas, l'enquêteur ignore le cadre dans lequel se trouve le répondant. L'interaction reste possible, mais la
bonne compréhension de l'interlocuteur est privée des informations gestuelles. La pression du temps s'exerce
différemment.
Enquête par voie postale
Le questionnaire est, dans ce cas, l'unique lien entre l'observateur et la population. Le répondant est seul, libre de
répondre ou non, dans l'ordre qui lui convient, sans subir d'autre influence que celle des indications et questions
du questionnaire. Il a tout le temps de réfléchir à ses réponses. L'observateur s'est exprimé une fois pour toutes en
élaborant des questions qu'il ne peut plus ni modifier ni expliquer. De même n'a-t-il aucun recours auprès du
répondant pour vérifier le sens de ses réponses.

Enquête via Internet

Ce type d'enquête se développe avec l'usage de l'Internet. Le questionnaire est accessible sur un site, le
répondant lit les réponses sur son écran et entre ses réponses. L'avantage de ce procédé est de supprimer en
aval la saisie informatique. Ce moyen permet aussi de gérer la séquence des questions. Une nouvelle question
n'apparaît à l'écran que lorsque la question précédente a reçu une réponse. C'est un avantage par rapport aux
enquêtes postales dans lesquelles on ne peut dévoiler progressivement les questions. Cette approche est de plus
en plus fréquente pour la consultation de panels. Elle reste encore limitée pour le grand public par le faible taux
de connexion des ménages.
Enquête en laboratoire et panel
La situation expérimentale consiste à mettre l'individu dans un contexte contrôlé par l'expérimentateur. Il est
possible ainsi, en construisant des plans d'expérience, d'isoler les effets de chacune des actions envisagées.
Avec les panels, on professionnalise l'échantillon en recrutant dans une population considérée, des individus qui
acceptent de répondre aux consultations dont ils seront l'objet. Ils sont en général rémunérés et formés au rôle
qui est le leur : répondre le plus objectivement possible aux questions qui leur sont périodiquement posées par
l'institut qui gère le panel.

384
Un modèle pour concevoir un bon questionnaire

Celui qui rédige un questionnaire peut toujours ramener les questions qu'il envisage à l'un des 4 grands thèmes
suivants. Ceux-ci peuvent être étudiés indépendamment les uns des autres, mais la richesse de l'enquête naîtra
de la manière dont on est capable de les relier dans un système.
Les grands thèmes d'une enquête
Les quatre grands thèmes suivants peuvent s'appliquer à l'étude de tout type de population.
Le 4ème thème ne concerne que les populations humaines.
- Identité : qui interroge-t-on? Quels objets observe-t-on?
- Comportement : Que font ceux qu'on interroge, comment agissent-ils? Quelles sont les propriétés des objets
observés ?

- Motifs contraintes: quelles sont les raisons qui guident les comportements, expliquent les actions ? A quelles
contraintes, mécanismes sont soumis les objets étudiés ?
- Opinions et valeurs : quelle signification les sujets accordent-ils à leur comportements, sur quelles valeurs se
fondent leurs motifs d'action ?

385
Concevoir le questionnaire comme un système
Les thèmes qui structurent le questionnaire peuvent être envisagés comme un système situant les questions les
unes par rapport aux autres. Ainsi, l'explication d'un comportement peut être recherchée dans des facteurs
d'identité suivant les modèles du déterminisme social ou dans la prise en considération des motifs en référence
au modèle de décision rationnelle. Toutes les relations envisageables entre les différents thèmes peuvent faire
sens en renvoyant aux grandes théories du domaine étudié.
Raisonner ainsi sur les relations entre les questions permet d'affiner le questionnaire en anticipant sur les analyses
qui se révéleront utiles au moment de l'analyse des résultats.
Utiliser le modèle identité, comportement, motifs, opinion et valeurs
Quel que soit votre domaine d'étude, il vous sera utile de revenir sur votre questionnaire en l'analysant du point
de vue de ce modèle. Tous les thèmes sont-ils abordés, les manques correspondent-ils à un choix délibéré ou à
un oubli ?
Quelles sont les relations envisageables entre questions ? A quel type de théorie renvoientelles ? ....

Des questions qu'on se pose aux questions qu'on pose

Pièce maîtresse de toute enquête, le questionnaire est à l'articulation du modèle conceptuel, expression des
hypothèses et du mode opératoire, instrument d'observation et de recueil de l'information. De la théorie à
l'observation, du concept à la variable, le questionnaire organise, par l'intermédiaire des questions posées et des
réponses obtenues, la confrontation des idées aux phénomènes du terrain.
Quelle que soit la sophistication des traitements effectués et le sérieux des chiffres, c'est sur le sens des mots que
reposent finalement les contributions de l'étude.
La question qu'on se pose
Toute question posée dans un questionnaire renvoie à une ou plusieurs questions que s'est posée celui qui fait
l'étude.
Ainsi, derrière toute question qu'on pose, il y a une question qu'on se pose : une hypothèse. Celle-ci renvoie à
une ou plusieurs théories, connaissances préalables dégagées dans une phase préliminaire d'étude
documentaire et de réflexion. La qualité du questionnaire repose sur la clarté de ce travail initial.
La question qu'on pose
Sa fonction est de susciter une réponse, donc de provoquer une réaction. Mais pas n'importe quelle réaction. On
recherche en fait la réponse à la question qu'on se pose et on veut la connaître avec une objectivité maximale.
Il faut donc perturber le moins possible l'authenticité de ce qu'est celui qu'on interroge, ce qu’il fait, sait, ressent,
pense et à tout prix, éviter de provoquer une réponse qui serait influencée par les circonstances de
l'interrogation.
Neutralité, objectivité, mais aussi clarté. Que le sens de la question soit le même pour celui qui la pose que pour
celui qui l'entend. La qualité des réponses dépend de celle de la compréhension entre questionneur et
répondant.
La réponse qu'on enregistre
La finesse de l'observation dépend du procédé d'enregistrement de la réponse. Répondre en choisissant parmi
une liste de modalités prédéfinie fait perdre la variété et les nuances que permet l'enregistrement d'une réponse
librement formulée. Il en va différemment lorsqu'il s'agit d'une grandeur ou d'un nombre. Il suffit alors d'enregistrer
386
tel quel le chiffre annoncé pour saisir dans l'unité considérée toutes les nuances de la réponse. Dans tous les
autres cas, la mesure dépend de l'étalonnage de l'instrument.
Choix de l'unité, définition a priori d'un système de codification : dès la conception du questionnaire, il faut
imaginer les réponses. Ce travail suppose une connaissance a priori sur les phénomènes abordés. Sans
hypothèses, pas d'observation.
Rédiger un bon questionnaire
Réaliser un bon questionnaire nécessite de la méthode et beaucoup de métier.
La méthode : respecter les étapes de la démarche :
Formuler des hypothèses claires, les questions qu’on se pose. Traduire ces hypothèses sous forme de questions à
poser en tenant compte des caractéristiques des populations interrogées, de leur langage et des circonstances
de l’interrogation.
Tester le questionnaire en l'administrant en situation. Cette phase fait ressortir les problèmes de langage, les
difficultés de compréhension, elle permet d'évaluer la durée de l'entretien...
Dépouiller et analyser les réponses obtenues au cours du test. On pourra ainsi constater que telle question n'est
pas vraiment utile, que telle autre manque, que la manière d'enregistrer les réponses n'est pas la plus pratique.
On est ainsi conduit à tenir compte, dès la conception du questionnaire, des traitements que l'on souhaite faire.
Le métier : il s'acquiert avec l'expérience.
Formuler un bon questionnaire est une tâche difficile qui exige de trouver le meilleur compromis entre les
impératifs de la conceptualisation, du terrain et des méthodes statistiques. A cet égard, si vous êtes néophyte,
vous gagnerez beaucoup de temps et obtiendrez de bien meilleurs résultats en faisant appel aux conseils
d'experts. C'est ce que nous vous proposons au travers du service Le Sphinx en direct. Consultez-nous pour
bénéficier de notre expérience.
La manière de poser les questions

Entretien libre : Question ouverte, réponse spontanée


Une question est à réponse spontanée lorsqu’aucune indication n'est apportée au répondant sur la manière de
formuler sa réponse. Même s'il s'agit d'une question à réponse fermée - dont la réponse sera codée par rapport à
des modalités préétablies – la nomenclature préconçue ne lui est pas communiquée. Par exemple, la profession
est demandée sans que la classification en CSP ne soit fournie. Le répondant est donc entièrement libre de sa
réponse.
Entretien semi ouvert : Question ouverte, réponse fermée
La réponse librement obtenue n'est pas nécessairement enregistrée telle quelle.
L'enquêteur peut interpréter la réponse pendant l'entretien, ou à réception des questionnaires expédiés par
courrier. Il applique pour ce faire la codification dérivée des modalités de réponses définies avec la question.
Procéder ainsi suppose : En face-à-face, que l'enquêteur prenne garde de ne pas dévoiler la liste des modalités
qu'il a sous les yeux ;
Par courrier ou Internet, que les modalités de réponses aux questions qui doivent rester ouvertes, ne figurent pas
sur le questionnaire expédié, bien qu'elles aient été préconçues et doivent servir ultérieurement à la codification.
Comme le montre le tableau ci-contre, l'entretien est dit ouvert si la réponse est libre et enregistrée telle qu'elle
est donnée. Il est semiouvert si la réponse est libre, mais la réponse enregistrée suivant la codification préétablie.

387
Entretien fermé : Question assistée
La question est fermée ou à réponse assistée si la liste des modalités de réponses est communiquée au
répondant. On l'aide à répondre en lui proposant de choisir parmi une liste. Dans les enquêtes par courrier ou
Internet, les questions sont généralement assistées. Très couramment utilisé, ce procédé simplifie
considérablement le traitement. On évite ainsi tout le travail d'interprétation engendré par le système semi-
ouvert.
Dans les enquêtes en face-à-face, l'enquêteur peut énumérer la liste, la faire lire sur son document ou utiliser des
panneaux écrits en grosses lettres à cet effet. Cette dernière méthode est de loin la meilleure. Au téléphone,
l'énumération est le seul moyen d'assister la question. Cela ne va pas sans poser quelques difficultés si la liste est
trop longue.
Procéder ainsi a l'avantage de la facilité pour ceux qui font l'enquête. Mais cette méthode comporte également
des risques. Le répondant est fortement poussé à répondre. Il faut donc bien préciser que la réponse n'est pas
obligatoire et prévoir une rubrique "autre précisez"
L'ordre dans lequel sont énumérées les questions et les modalités de réponses a une influence sur le choix.
Lorsque la liste est longue, les dernières modalités sont survolées ou trop rapidement énoncées par l'enquêteur.
L'attention se fixe alors sur les premières citations. Si de plus, celles-ci sont des réponses évidentes, le phénomène
est amplifié : il faut donc éviter de placer ces modalités en tête de liste. Pour éviter les autres effets d'ancrage sur
le début de la liste, il peut être intéressant de soumettre l'échantillon à des énumérations différentes obtenues par
permutation. On neutralise ainsi les éventuelles influences en faisant varier la position des termes.
La manière de poser une question peut en affecter le sens
Notons pour l'instant que cette décision affecte le fond de l'enquête et ne doit pas être prise à la légère. Son
application correcte par les enquêteurs doit donc être soigneusement contrôlée.
Suivant que la question est assistée ou non, l'information recueillie n'a pas la même signification.

LES FORMES DE L'ANALYSE DE DONNEES


Les méthodes de l'analyse de données sont multiples et répondent à des objectifs variés :
- dépouillement visant à restituer les réponses de manière individuelle ou synthétique ;
- transformation des données originales par recodification ou calcul ;
- analyses statistiques visant à décrire, expliquer ou classifier.
Elles peuvent concerner une ou plusieurs variables, un seul individu, tous les individus de l'échantillon ou un sous-
ensemble appelé strate.
Le niveau d'analyse
Les dépouillements peuvent se faire à différents niveaux :
 Au niveau de l'individu. On s'intéresse aux données de détail en vue d'entreprendre des actions
individuelles. Les traitements se ramènent alors à restituer tout ou une partie de l'information propre à
chaque observation. Les résultats sont produits sous forme de listes plus ou moins étendues et structurées
selon le nombre d'individus décrits. Ces extractions peuvent être effectuées au stade de la saisie ou du
dépouillement en produisant des listes.
 Au niveau de la population entière. On cherche à synthétiser les informations décrivant chaque individu
pour traiter la population comme un tout. Ceci revient à gommer les variations individuelles pour décrire

388
chaque variable par un ou plusieurs indicateurs synthétiques : valeur moyenne pour les variables
numériques, fréquence relative des modalités d'une variable nominale.
 Au niveau d'un sous-ensemble de la population. On analyse des catégories particulières d'individus pour
tenir compte de l'hétérogénéité de la population. En définissant les conditions auxquelles doit répondre
le sous ensemble étudié, on construit la strate qui se substitue alors à l'examen de l'échantillon total.
De l'univarié au multivarié
On peut distinguer 3 grandes problématiques auxquelles répondent 3 méthodes d'analyse :
 L'analyse univariée : on décrit la population en examinant une variable à la fois. C'est la manière la plus
simple de restituer l'information et de faire de l’estimation statistique.
 L'analyse bivariée : on s'intéresse aux relations existant entre 2 variables à des fins d'explication et/ou de
prédiction. Cette approche nécessite la formulation d'une hypothèse que la statistique permettra
d'infirmer ou de confirmer.
 L'analyse multivariée : on aborde la complexité résultant de la multiplicité des variables.
Dans une approche descriptive, on cherche à réduire le nombre de variables (analyses factorielles) ou à
agréger les individus en catégories homogènes (typologies).
Dans une approche explicative, on cherche à intégrer la pluralité des causes et des effets d'interaction
(régression multiple – manova -).
La recodification
Les données disponibles ne sont pas toujours dans un format adéquat. La recodification permet de générer de
nouvelles variables mieux appropriées à l'analyse. On peut distinguer :
La recodification d'une seule variable : mettre en classes une variable numérique, agréger les modalités d'une
variable nominale, recoder une variable texte en fonction de son contenu.
La recodification de plusieurs variables : calculer un score à partir de plusieurs variables nominales, calculer une
nouvelle variable avec une formule faisant intervenir plusieurs variables, créer de nouvelles variables calculées en
application d'une analyse multivariée (scores factoriels, classifications...).

Les niveaux d’analyses


Synthétiser
Analyser la population comme un tout
On s’intéresse aux variables
Détailler
Analyser les données individuelles
On s’intéresse aux individus
Segmenter
Analyser les sous ensembles de la population
On s’intéresse aux strates

Les problématiques
Analyse univariée Décrire une variable à la fois
Analyse bivariée Mettre en relations 2 variables, expliquer
Analyse multivariée Analyser simultanément plusieurs variables,
synthétiser

389
L'ANALYSE UNIVARIEE

L'analyse univariée consiste à donner une description synthétique de l'ensemble des individus observ és ou d'un
de ses sousensembles.
La manière d'effectuer ces descriptions dépend de la nature statistique des variables en jeu. Dans le cas d'étude
par sondage, on peut également se livrer à l'estimation des propriétés de la population mère.
Décrire
On analyse chaque variable pour parvenir à un énoncé synthétique du type :
" Il y a ......." : Il y a tant d'hommes, tant de femmes qui connaissent notre produit, il y a chez les acheteurs tant
d'ouvriers...
" ........... est (sont).... " : Le revenu moyen des ménages acheteurs est de.., la qualité est le premier critère de
choix...
"...........fait (font)....." fait confiance à......X% de l'échantillon
Ces énoncés spécifient l'état d'une variable par un effectif (tant d'hommes), un pourcentage (X% de la
population fait) une grandeur moyenne (le revenu moyen des ménages acheteurs est...) ou un rang (le premier
critère de choix est la qualité). L'importance du phénomène considéré se trouve ainsi chiffrée.
L'analyste peut, sur cette base, exercer son jugement pour décider. Si la précision le permet, il pourra effectuer
des calculs et des prévisions.
Dans le cas d'une variable texte, la description consiste à restituer le texte sous forme de liste ou lexique indiquant
la fréquence des termes utilisés. Dans tous les cas, il faudra lire et interpréter ces éléments dont le sens n'est pas,
comme pour les autres variables, fixé a priori.
Les indicateurs selon le type devariable
Selon le type de variable, la nature de l'information recueillie n'est pas de même nature et n'autorise pas les
mêmes traitements. A chaque cas correspondent des indicateurs de résultats différents.
Extrapoler à la population totale
Si l'échantillon répond aux conditions du sondage aléatoire (tous les individus de la population ont exactement
la même chance d'être sélectionnés) et s'il comporte au moins 30 individus, on peut estimer à partir des
indicateurs Calculés sur l'échantillon, les propriétés de la population totale. La valeur de l'écart-type (numérique)
et celle de l'intervalle de confiance (nominale) donnent les fourchettes de l'estimation.
Attention, dans le cas d'une strate, c'est l'effectif de la strate qu'il faut considérer et non pas celui de l'échantillon.

390
Le type de variable détermine les possibilités d’analyse
Type de
Nature de l’information Opérations possibles Indicateurs
variable
Moyennes, écarts-
Numérique nombre Calcul : +,-,*, :, <, >, =, # types, effectifs,
poucentages
Effectifs, poucentages,
sous certaines
Echelle Rang, ordre Comparaison : >,>, =, #
hypothèses moyennes
et écarts-types
code : suite de caractères affectés
Nominale Indentification : =, # Effectifs, poucentages
d’une signification
Recodification, effectifs
forme graphique : suite de
Texte Interprétation : ? ou pourcentages de
caractères sans signification à priori
forme graphique

L'ANALYSE BIVARIEE
L'analyse bivariée commence par la formulation d'une hypothèse orientée par la signification des variables et se
poursuit par la mise en œuvre d'une méthode résultant de la nature des variables.
La sémantique : explication et relations causales
L’analyse bivariée conduit à formuler un énoncé de type Si..V1.. Alors V2… postulant l'hypothèse d'une relation
causale entre 2 variables. A ce stade, c'est la sémantique qui guide l'analyse : la signification des variables
conduit à formuler une théorie justifiant la relation et son sens. La statistique confirme ou invalide son existence
mais seule la théorie en donne le sens. Ainsi, on peut établir statistiquement un lien entre le niveau d'éducation et
le revenu. Mais c'est en fonction d'une théorie qu'on interprétera cette relation pour dire que le revenu
conditionne l'éducation (théorie du coût) ou que l'éducation détermine le revenu (théorie du rendement).
L'analyse bivariée commence donc par la formulation des hypothèses que la statistique permettra de tester. Le
modèle suivant peut orienter la réflexion : parmi toutes les relations envisageables, 3 renvoient à des théories très
générales du comportement humain :
1 - Le déterminisme sociologique : l’action obéit aux habitudes et aux contraintes.
2 - La décision et la rationalité : l’action résulte des choix et des calculs
3 - Les psychologismes : l’action est modalité d’expression.
On peut bien sûr faire l'économie de la réflexion préalable et essayer toutes les relations envisageables.
Elles peuvent être très nombreuses et perdre l'analyste dans une quête aveugle. D'autre part, le fait de constater
une relation statistique ne suffit pas à établir une connaissance argumentée.
Avant de commencer toute analyse bivariée, il convient d’établir une stratégie de recherche, en mobilisant les
expériences, intuitions, croyances, théories, toutes connaissances préalables que l’on confrontera aux
informations contenues dans la base de données. On déterminera ainsi quelles variables mettre en relation. La
statistique conduira à rejeter l’hypothèse si on ne peut pas montrer que la relation recherchée existe. Dans le cas
inverse, la qualité de l’interprétation du fait statistique ne dépendra que de celle de la théorie utilisée.
La statistique : mettre en œuvre la méthode adaptée
La méthode à mettre en œuvre pour tester l'existence d'une relation dépend de la nature des variables en
présence. Le tableau suivant identifie les 3 cas possibles selon la nature des variables (nominales ou numériques).
391
Pour les variables échelles, on se ramène à l'un des cas précédents selon qu'on les considère comme des
variables numériques ou comme des variables nominales.
Le cas des variables textuelles peut également être ramené à l’un des 3 cas :
- En faisant une analyse de contenu par recodification de la variable, on est ramené au cas du croisement avec
une variable nominale.
- En utilisant les méthodes de l’analyse lexicale : construction d’un tableau lexical qui décompte le nombre
d’occurrences des mots de la variable texte, pour les modalités d’une variable nominale. On est ramené au
traitement d’un tableau de contingence analogue au tri croisé,

- création de nouvelles variables d’origine lexicale : nominales (fermées sur les mots du lexique) ou numériq ues
(longueur, banalité, intensité...) susceptibles d’être mises en relation entre elles ou avec les variables de contexte)
; ce qui ramène à l’un des cas précédents.

La sémantique : la signification des variables guide la formulation des hypothèses

La statistique : la nature des variables détermine la méthode


V2 : Nominale V2 : Numérique
V1 : Nominale Tris croisés Analyse de la variance
Recherche de correspondances par Rercherche des variations de V2 selon les
le calcul des effectifs relatif aux modalités de V1 par le calcul des
croisements de modalités de chaque moyennes et écart-types de V2 sur les
variable (tableaux de contingence) strates définies par les modalités de V1.
Test du Chi2 : analyse des Test de comparaison de moyennes,
correspondances analyse de la variance.
Séquence : Séquence :
Analyser/Tableaux croisés Approfondire/ Tableau de moyennes
Analyser/Tableaux multiples croisées
V1 : Numérique Analyse de la variance Corrélation
Rercherche des variations de V2 selon Rercherche d’une relation graphique ou
les modalités de V1 par le calcul des algébrique entre les valeurs des 2 variables
moyennes et écart-types de V2 sur les (droite et équation de régression)
strates définies par les modalités de Test de corrélation : analyse de la relation.
V1. Séquence :
Test de comparaison de moyennes, Analyser/Corrélation et nuage de points
analyse de la variance.
Séquence :
Approfondire/ Tableau de moyennes
croisées

392
L’ANALYSE BIVARIEE : CHI2 ET AFC
Afin de déterminer s’il existe un lien entre 2 variables nominales, on compare les effectifs du tableau à ceux qu'on
aurait obtenus si les effectifs étaient répartis proportionnellement. Si tel est le cas, quelle que soit la modalité
considérée d’une des variables, la répartition des modalités de l’autre reste la même. Il y a alors indépendance
entre les 2 variables.
Le calcul du Chi2
Le test du Chi² consiste à déterminer si le tableau étudié correspond à cette hypothèse. S’il s’en écarte
beaucoup, on présume l’existence d’un lien d’autant plus significatif que l’écart est grand. Le Chi² est la mesure
de cet écart. A partir d'un tableau de contingence à L lignes Li et C colonnes Cj, on détermine d’abord, pour
chaque case, l’effectif théorique. C'est le produit du total de sa ligne (Li,.) par le total de sa colonne (C.,j) divisé
par le total général (n) soit (Li,.*C.,j/n). On calcule ensuite la somme des carrés des écarts entre effectif réel et
effectif théorique. Plus l’écart est grand, plus le Chi² est élevé, et plus on a de chances d’être en présence d’un
lien significatif.
Le test du Chi² consiste à déterminer si le tableau étudié correspond à cette hypothèse. S’il s’en écarte
beaucoup, on présume l’existence d’un lien d’autant plus significatif que l’écart est grand. Le Chi² est la mesure
de cet écart. A partir d'un tableau de contingence à L lignes Li et C colonnes Cj, on détermine d’abord, pour
chaque case, l’effectif théorique. C'est le produit du total de sa ligne (Li,.) par le total de sa colonne (C.,j) divisé
par le total général (n) soit (Li,.*C.,j/n). On calcule ensuite la somme des carrés des écarts entre effectif réel et
effectif théorique. Plus l’écart est grand, plus le Chi² est élevé, et plus on a de chances d’être en présence d’un
lien significatif.
Cette appréciation dépend bien sûr de la dimension du tableau, c’est-à-dire du nombre de degrés de liberté :
ddl = (L-1)* (C-1). Plus il y a de cases, plus la somme risque d’être élevée. Si la valeur du Chi² permet d’indiquer
l’existence d’un lien, il faut, pour le qualifier, examiner comment celui-ci est composé.
Contribution au Chi² et interprétation des correspondances
Sur quelles cases observe-t-on les écarts les plus importants ? Sur quelles autres les effectifs sont sans surprise ?
On examine pour cela les contributions de chaque case à la somme du Chi², elles mettent en évidence
l'importance de l'excès ou du déficit observable dans chaque cellule. Les cases contribuant le plus fortement
sont encadrées de bleu ou de rouge selon que l'effectif réel excède ou est inférieur à l'effectif théorique.
Ainsi, c’est l’examen des contributions au Chi² et des correspondances qu’elles révèlent qui permet
véritablement de qualifier la relation.
Construction et lecture d’une carte d’AFC
On peut donner une représentation plus visuelledes écarts à l’indépendance par la technique de l’analyse
factorielle des correspondances. Elle conduit à tracer une carte qui dispose les modalités des 2 variables en
fonction des écarts à la situation d’indépendance. Par défaut, chaque modalité est représentée par un pav é de
surface proportionnelle à son effectif. Leurs positions les unes par rapport aux autres s’interprètent ainsi :
 2 modalités lignes et colonnes seront d’autant plus proches que les effectifs du tableau sont en excès par
rapport à l’indépendance : attraction.
 Les modalités lignes et colonnes seront d’autant plus éloignées que les effectifs du tableau sont en déficit
par rapport à l’indépendance : répulsion.
Les modalités lignes ou colonnes situées à la périphérie de la carte signalent des profils originaux. Au contraire,
une position centrale interdit tout commentaire (profils sans originalité ou point mal représenté dans le système
d’axes de la carte).
393
Le bien fondé de ces interprétations dépend de :
 L’intensité du lien entre les 2 variables, mesuré par le Chi².
 La quantité d’informations restituée par la carte, indiquée par le pourcentage de variance expliquée (ou
d’écart à l’indépendance) par les axes. La qualité de la représentation est d’autant meilleure que ces
pourcentages sont élevés.
 L’interprétation des axes à partir des oppositions qu’ils mettent en évidence doit tenir compte du
pourcentage de variance restituée.
S’il est faible, il faut se garder d’insister sur des phénomènes qui ne représentent qu’une petite partie des
caractéristiques du tableau.

L'ANALYSE BIVARIEE : CORRELATION


Lorsque les variables sont numériques, on dispose d'une information très riche autorisant la recherche d'une
formule mathématique pour qualifier la relation.
Nuage de points et droite de régression
La recherche d’une relation entre 2 variables numériques x et y peut se faire de 2 manières différentes :
D’une manière graphique, en représentant chaque observation par ses coordonnées x et y selon 2 axes. On
obtient alors un nuage de points plus ou moins bien alignés.
D’une manière algébrique, en recherchant l’existence d’une relation linéaire entre ces 2 variables y = ax + b. On
obtient des valeurs calculées y plus ou moins proches des valeurs observées.
Selon que la forme du nuage est plus ou moins proche d’une droite (la droite de régression), ou que les valeurs
calculées à partir de l’équation (de régression) sont plus ou moins proches des observations réelles, on dira que
la corrélation entre les 2 variables est bonne ou mauvaise. Le coefficient de corrélation mesure la qualité de
l’ajustement entre les valeurs y et x réelles et le modèle de la relation représenté par l’équation y = ax + b ou par
la droite correspondante. En référence à une interprétation causale du modèle, y est appelée variable à
expliquer et x variable explicative.
Le coefficient de corrélation
Le coefficient de corrélation (r) établit la qualité de l’ajustement entre deux variables V1 et V2. Sa valeur absolue
(ou r2) est comprise entre 0 et
Elle est égale à 1 si l’ajustement est parfait : il existe une fonction V1=axV2+b dont le résultat donne toujours
exactement la valeur observée de V1 : on peut alors dire que V1 dépend exactement de V2.
Elle est égale à 0 si quelle que soit la fonction considérée, la valeur calculée de V1 est également éloignée de sa
valeur observée. V1 est indépendante de V2.
L’usage est de considérer qu’à partir d’un coefficient de corrélation de valeur absolue supérieure à 0.8, il existe
une bonne relation entre les 2 variables.
Le coefficient de corrélation est également affecté d’un signe. Il indique le sens de la relation. Elle est croissante
si le signe est positif, décroissante sinon. Ce signe est aussi celui de a, le coefficient de régression dans l’équation
V1=axV2+b.

394
Dans le cas d’une régression multiple, on cherche à établir une relation du type V1=axV2+bxV3+cxV4. On
calcule alors un coefficient de régression multiple. Il indique également la qualité de l’ajustement effectué par le
modèle et s’interprète comme un coefficient de corrélation simple.
Modèle linéaire et non linéaire
Le calcul du coefficient de corrélation se fait par rapport au modèle linéaire de l'équation du premier degré à
laquelle correspond la droite de régression. On peut tester la relation par référence à un modèle non linéaire.
Il faudra pour cela transformer la valeur de la variable expliquée en la recalculant par rapport au modèle à
tester. Par exemple, pour tester un modèle logarithmique, on calculera une nouvelle variable égale au log de la
variable explicative : log(x) pour ensuite tester l'équation y=a.logx+b.

L'ANALYSE BIVARIEE : ANALYSE DE LA VARIANCE


L'analyse de la variance s'applique au cas où les variables sont de natures différentes : l'une est nominale et
définit des catégories d'individus, l'autre, numérique, permet de mesurer une propriété de ces individus. On
pourra ainsi par exemple savoir si, selon le sexe, le revenu varie significativement.
Tableau de valeurs moyennes
La construction d’un tableau de valeurs moyennes, établit, pour les modalités d'une variable nominale, les
valeurs moyennes d'une ou plusieurs variables numériques. On peut ainsi comparer ces valeurs entre elles et
conclure à l’existence d’une relation si les variations de la moyenne mettent en évidence des différences
significatives sur l’ensemble des modalités. On utilise alors le test de l’analyse de la variance.
Analyse de la variance
Son but est d’établir si, au regard des valeurs de la variable numérique, les groupes d’individus correspondant
aux modalités de la variable nominale sont significativement différents les uns des autres. Elle met en œuvre les
principes suivants :
Pour chaque modalité de la variable nominale, la moyenne de la variable numérique dissimule une dispersion
autour de cette moyenne. La variance (le carré de l’écart-type) mesure cette dispersion appelée variance
interne.
D’une modalité à l’autre, la moyenne varie et révèle une hétérogénéité, plus ou moins grande, mesurée par un
autre calcul de variance : la variance entre modalités.
Le test d’analyse de variance porte sur le rapport entre la variance entre modalités et la moyenne des variances
internes.
Il a pour but de vérifier si l’hétérogénéité entre modalités est plus grande que l’hétérogénéité à l’intérieur des
modalités. Si ce rapport noté F est suffisamment élevé, on dit que la variable numérique discrimine les modalités
de la variable nominale.
395
Ce jugement global s’applique à la répartition de la population totale en catégories définies par chacune des
modalités. On peut le compléter en comparant les valeurs moyennes de chaque modalité à la moyenne établie
sur l’ensemble de la population.
Critères discriminants et valeurs significatives
Les tests d’analyse de la variance et de comparaison de moyennes apportent une information très utile
permettant d'identifier les variables pour lesquelles les catégories de la variable nominale font apparaître des
différences discriminantes :
Les variables dont le nom est encadré de bleu discriminent les modalités de la variable nominale. Pour ces
variables, le test de Fisher est significatif (par défaut au risque de 5 %).
Les cellules encadrées dans le tableau signalent une moyenne significativement différente de la moyenne sur
l’ensemble de l’échantillon. Le test de comparaison de moyennes est significatif (par défaut au risque de 5 %).
Représentation graphique de la dispersion
L'analyse d'un tableau de moyennes est facilitée par la représentation graphique de la dispersion des variables
numériques selon les modalités de la nominale.
Analyse de la variance à plusieurs facteurs
On peut mener une analyse de la variance en considérant 2 variables nominales et une numérique.
On cherche alors, par la comparaison de tous les cas définis par les nominales les influences directes et croisées
qu'elles peuvent avoir sur la valeur de la numérique. Cette méthode dite analyse de la variance multiple
(Manova) fait partie des méthodes multivariées. Elle n'est disponible que dans Plus2.

ANALYSE MULTIVARIEE : OBJECTIFS ET METHODES


L’analyse multidimensionnelle des données consiste à analyser simultanément plus de deux variables à la fois
dans un but de synthèse ou d’analyse.
Synthétiser
Il s'agit de résumer la masse des informations concernant un grand nombre d’individus décrits par de
nombreuses variables. On cherche à décrire les données par une expression plus économique afin d’en rendre
compte plus simplement. Deux voies sont envisageables :
La classification ou la typologie : elle consiste à regrouper les individus de la base de données en classes (ou
types) d’individus selon les similarités qui permettent de les rassembler.
La réduction des dimensions d’analyse : elle consiste à réduire un grand nombre de variables à quelques
dimensions communes. Par exemple, ramener la variété des opinions exprimées par les réponses à vingt
questions différentes, à 2 dimensions opposant d’une part, le sentiment à ,la raison, et d’autre part, la tradition au
changement.
Analyser
On cherche les influences de plusieurs variables entre elles pour mettre en évidence comment celles-ci se
déterminent les unes et les autres.
On cherche à expliquer en construisant des modèles permettant d’expliquer une variable par les variations de
plusieurs autres, en cherchant ainsi des liens de causalité plus complexes que la simple relation entre deux
variables.

396
Les méthodes
Les méthodes disponibles sont nombreuses.
Certaines sont directes. Elles consistent à :
- combiner entre elles plusieurs variables pour calculer une nouvelle variable qui les résume (une somme, une
moyenne, un score...).
- marquer des individus selon leur appartenance à telle strate ou selon qu’ils répondent à tel profil et constituer
ainsi des groupes a priori.
D’autres sont indirectes. Elles reposent sur une analyse préalable de la structure des données orientant la
synthèse en fonction des propriétés révélées. On distingue ces méthodes selon le type de variables auxquelles
elles s'appliquent :
Par exemple : décrire une population en identifiant différentes classes de styles de vie.
- Pour les variables quantitatives, il s’agit de :
La corrélation multiple : elle permet de construire la matrice de corrélation qui met en évidence l’ensemble des
relations existant entre plusieurs variables.
L’analyse en composantes principales : à partir des propriétés de la matrice de corrélation, elle permet de
substituer aux variables de départ un plus petit nombre de dimensions qui les résument au mieux. Dans cet
espace réduit, on peut définir une typologie en regroupant les individus en classes homogènes.
La régression multiple : à partir des propriétés de la matrice de corrélation, elle permet de bâtir un modèle
explicatif donnant la meilleure expression de l’une des variables variable à expliquer- en fonction des autres
variables explicatives -.
La classification automatique : cette méthode consiste à répartir les individus d’une population en un nombre de
classes déterminé a priori. En fonction de la structure des données, la méthode consiste à améliorer une partition
initiale des individus.
Pour les variables qualitatives, il s’agit de :
L’analyse factorielle des correspondances multiples : à partir d’une analyse des distances entre individus, définie
par rapport à leur description sur un grand nombre de variables qualitatives, on détermine un sous-ensemble de
dimensions, des facteurs conservant au mieux les distances de départ. Dans cet espace réduit, on peut alors
définir une typologie en regroupant les individus en classes homogènes.
La classification automatique appliquée à des variables qualitatives.
Toutes ces méthodes sont accessibles par le menu Approfondir. On peut pour mémoire y rajouter des méthodes
de même nature, ne portant pas sur les individus mais sur des tableaux d’effectifs ou des tableaux de moyennes.
Le tableau ci-dessous résume les méthodes disponibles.

397
L'ANALYSE FACTORIELLE : LES PRINCIPES
Les méthodes d'analyse factorielle peuvent porter sur des données de dimensions modestes, tableaux croisés,
tableaux de moyennes… ou sur des ensembles de grande dimension lorsqu'en ligne, on trouve tous les individus
de la population. Dans ce dernier cas, la recherche des facteurs peut se prolonger par la construction d'une
typologie.
AFCM et ACP
Les deux méthodes présentées ici portent sur ce type de données comportant autant de lignes que l'échantillon
ou la strate compte d'individus.
Quant aux colonnes, ce sont :
- soit des variables numériques ou critères (questions ouvertes numériques ou échelles), auquel cas, il s'agit d'un
tableau de valeurs (chaque case est la valeur donnée par l'individu en réponse à la question posée) et l'analyse
est une Analyse en Composantes principales ou ACP sur individus.
- soit des variables qualitatives (questions fermées uniques ou multiples), auquel cas, elles représentent les
modalités. Le tableau est alors un tableau binaire ne comportant que des 1 ou des 0, selon que l'individu a cité
ou non la modalité en question. Un tel tableau binaire peut être assimilé à un tableau d'effectifs et peut être
soumis comme tel à l'Analyse factorielle des correspondances multiples ou AFC sur individus.
Bien qu’elles concernent des variables de natures différentes, ces deux méthodes mettent en œuvre les mêmes
principes et la même démarche. Nous les décrivons d’une manière commune dans ce qui suit, pour illustrer plus
en détail ensuite l’Analyse en composantes principales et situer enfin, par différence, les spécificités de l’Analyse
factorielle multiple.
Les données individus / variables
Le tableau de i lignes, représentant les individus, et de c colonnes, représentant les dimensions, correspond à
l’univers à analyser. Il forme un hyper-espace de c dimensions dans lequel se situent les i individus. Les techniques
qui nous intéressent ont pour but de ramener cet espace à de plus modestes dimensions. L’idéal est de le réduire
aux deux dimensions d’un plan. Cette configuration permet en effet de visualiser les individus et de mettre en

398
évidence ce qui les distingue. Ces deux dimensions, appelées facteurs, résument l’ensemble des variables de
départ et peuvent conduire à une interprétation plus synthétique de la structure des données.
A partir de ces mêmes informations, on peut regrouper les individus en classes de proximité pour définir ainsi une
typologie. Cette démarche est illustrée par le schéma suivant.
Trouver les facteurs pour réduire le nombre des variables d’analyse
La réduction de l’espace de départ se fait par la recherche des facteurs résumant l’ensemble des données.
Pour l’ACP - cas des données quantitatives -, on cherche les combinaisons linéaires des variables qui conservent
le mieux la structure des données. On s’appuie sur l’analyse de la matrice de corrélation. Pour l’AFM – cas des
données qualitatives -, on procède par une analyse de la distance du Chi² en vue de déterminer les facteurs qui
restituent au mieux les écarts entre individus. On s’appuie sur le tableau des effectifs ou tableau de Burt.
Agréger les individus : construire une typologie
La détermination des facteurs résumant l'information de départ permet, par projection, de représenter les
individus dans un plan. Les individus apparaissent ainsi sous la forme d'un nuage de points mettant en évidence
différentes zones. On peut regrouper les individus en catégories selon leur disposition sur la carte et définir ainsi
une typologie.
Scores factoriels et typologie
L'enregistrement des coordonnées des individus par rapport aux axes factoriels (score factoriels) et leur
appartenance à l'une des catégories de la typologie permet de résumer l'information de départ.

399
L'ANALYSE FACTORIELLE : INTERPRETER LES RESULTATS
Qualité de la réduction par l’analyse factorielle
Les algorithmes utilisés consistent à rechercher les n premiers facteurs. Chacun d’eux restitue une partie de
l’information du tableau de départ. Le premier facteur en restitue le plus et ainsi de suite, selon l’ordre
décroissant de la quantité d’informations.
La qualité de l’analyse dépend ainsi de l’information restituée par les deux premiers facteurs. Plus celle-ci est
élevée, meilleure sera l’analyse effectuée dans le plan qu’ils définissent. Lorsque celle-ci est trop faible, il peut
être nécessaire de la compléter par l’analyse des plans suivants.
La quantité d’informations restituée par un facteur (ou axe factoriel) est indiquée par le pourcentage de
variance expliquée par le facteur (AFC) ou la composante (ACP).
Interpréter les facteurs
L’interprétation des facteurs peut se faire par l’examen du plan factoriel ou du tableau des contributions. Les
contributions indiquent dans quelle mesure les axes restituent l'information contenue dans les variables de
départ. Visuellement, on peut raisonner comme si, par leur position éloignée du centre, les variables (ACP) ou les
modalités (AFCM) « tiraient les axes factoriels en leur donnant leurs propriétés ». Au contraire, lorsqu’elles sont près
du centre, elles n’ont pas ou peu d’influence.

Trouver une typologie pour grouper les individus en classes homogènes


Par projection, on peut représenter les individus dans le plan factoriel, mais selon leur position dans l’espace
d’origine, ils seront plus ou moins bien représentés. S’ils sont éloignés du plan de projection, ils se projetteront au
centre du plan et leur position fera illusion.
Dans le cas de l'ACP, les coordonnées des variables sont égales au coefficient de corrélation de la variable avec
chacun des axes. Pour l'AFCM, elles sont un indicateur de la contribution des modalités à chacun des axes.
Ainsi dans la figure suivante, les individus C et A semblent proches alors qu’ils sont en faitéloignés. A est mal
représenté car très éloigné du plan factoriel avec lequel il forme un angle presque droit.
La projection est déformante, il convient donc de procéder avec prudence, par exemple en ignorant les points
mal projetés (ceux qui font un angle élevé avec le plan) et en concentrant l’analyse sur les groupes de points
éloignés du centre.
Ces précautions étant prises, il est alors possible de regrouper les individus, selon leur proximité dans le plan
factoriel, en construisant ainsi une typologie à vue. Cette possibilité est une des originalités du Sphinx. Elle est
accessible à partir du bouton Typologie figurant en regard des cartes d’analyses factorielles.

400
CORRELATION ET REGRESSION MULTIPLE
L'objectif de la régression multiple est de mettre en relation une variable, la variable expliquée avec plusieurs
autres les variables explicatives, dans le but de définir l'équation qui les relie. On pourra ainsi, connaissant les
variables expliquées, déterminer les valeurs de la variable explicative : V1=axV2+bxV3+cxV4. On calcule alors un
coefficient de régression multiple. Il indique la qualité de l’ajustement effectué par le modèle et s’interprète
comme un coefficient de corrélation simple.
L'exemple ci-contre, tiré d'une étude de satisfaction, montre comment on peut expliquer la satisfaction globale
en la rapportant à l'évaluation des différents attributs du service considéré. Les coefficients de régression partielle
(ai) donnent une indication sur la manière dont la perception de chaque attribut intervient dans la formation de
la satisfaction globale.
Equation de régression linéaire multiple et paramètres d’ajustement
On calcule l’équation linéaire qui ajuste le mieux la variable expliquée par rapport aux variables explicatives. Les
résultats sont communiqués sous la forme de l’équation de régression multiple.
La qualité de l'ajustement s'apprécie principalement à la valeur du coefficient de corrélation. Plus sa valeur
absolue est élevée, plus faible est l'écart entre les valeurs calculées et observées (cet écart est aussi appelé
résidu). L'effet de chaque variable explicative dépend des coefficients de régression figurant dans l’équation.
Plus celui-ci est grand, plus la variable explicative considérée influence la variable expliquée. Mais il faut
également tenir compte de l’écart-type de chacun de ces coefficients.
Enfin, l’indicateur F est un autre moyen d'apprécier la qualité de l'estimation. Si sa valeur est supérieure au seuil
d'une table de Fisher, l'estimation est considérée comme très significative (à 95%) ou peu significative (entre 80 et
95%), sinon, elle ne l'est pas du tout.

401
Les variations de F peuvent conduire à reconsidérer les variables intervenant dans le modèle. En effet, la
suppression ou l'ajout de variables supplémentaires peut affecter la qualité de l'ajustement (coefficient de
corrélation) mais dégrader celle de l'estimation. On observe alors une décroissance de F.
Procédure de régression pas à pas
Les variables explicatives interviennent dans le calcul, dans l’ordre de leurs corrélations respectives avec la
variable à expliquer. L’algorithme s’arrête quand la qualité de l’ajustement n’augmente plus de manière
significative.
Indépendance des variables explicatives
L'examen de la matrice des coefficients de corrélation permet de vérifier que les variables explicatives
intervenant dans l'équation sont indépendantes. On peut, en outre, tester la sensibilité de la régression en
supprimant ou rajoutant des variables. On peut alors suivre l’évolution du coefficient de corrélation multiple.
Régression non linéaire
Il est tout à fait possible de tester des modèles non linéaires. Il faut pour cela au préalable transformer les
variables intervenant dans le modèle en utilisant la fonction.

402
CLASSIFICATION AUTOMATIQUE
La classification automatique répond à l’objectif de regrouper les individus d’une population en classes formant
une partition. C’est-à-dire que tout individu appartient à une classe et à une seule. La partition est l’ensemble
des classes.
Différentes approches de classification
Il existe plusieurs méthodes de classification :
 effectuer le tri à plat ou croisé d’une ou plusieurs variables fermées uniques. Chaque classe est formée
des individus ayant en commun une modalité (tri à plat) ou un couple de modalités (tri croisé). Toute
variable fermée unique (ou toute combinaison de variables fermées uniques) définit ainsi une
classification ;
 construire une typologie à vue à partir de l’examen d’un plan factoriel : on définit la variable
fermée sur la typologie qui, comme toute variable fermée, définit une classification.
Dans le premier cas, la classification est la traduction exacte des données. Mais si on veut la construire à partir de
plusieurs variables, on risque d’obtenir un nombre beaucoup trop grand de classes, ce qui fait perdre tout intérêt
à la classification. Dans le deuxième cas, on peut fixer un nombre réduit de classes ou types, pour capter les
individus apparaissant dans un plan factoriel mais le procédé d’affectation peut paraître trop subjectif et
approximatif.
La procédure de classification automatique proposée est un compromis pour éviter les inconvénients qui
viennent d’être signalés. Elle repose sur la mise en œuvre de la méthode dite des centres mobiles ou des nuées
dynamiques.
Il existe bien d’autres méthodes (classifications hiérarchiques ascendantes ou descendantes) mais celle que nous
proposons peut s’appliquer à de très grands effectifs et permet de contrôler a priori le nombre de classes.
Définir une classification
Les étapes de la méthode sont les suivantes :
 Fixer les objectifs de la classification ;
 Définir la population : tous les individus de la base ou une strate seulement ;
 Sélectionner les variables par rapport auxquelles on souhaite définir une partition de la population ;
 Fixer le nombre de classes désirées ou une partition de départ définie par la variable fermée unique de
son choix ;
Il est tout à fait possible de choisir pour variable de départ une typologie définie à partir d’une analyse en
composantes principales ou une analyse factorielle multiple. On pourra ainsi affiner les agrégations effectuées
dans le plan factoriel.
La méthode des centres mobiles
Cet algorithme met en œuvre le principe suivant : on améliore progressivement la partition de départ en
calculant, pour chaque classe, un individu fictif moyen. On définit alors une nouvelle classification, par
agrégation aux individus fictifs moyens résultant de la classification précédente. On répète l’opération ttant que
la nouvelle classification diffère de la précédente.
L’individu fictif moyen est calculé comme le barycentre de la classe, l’agrégation se fait en fonction de la
moindre distance.
Analyser la classification obtenue

403
La classification résultant de l’algorithme dépend de la partition de départ. Elle est fixée d’une manière aléatoire
si on se borne à indiquer le nombre de classes désirées, sinon, elle dépend de la variable choisie. Il peut alors être
intéressant de rechercher plusieurs classifications pour les comparer entre elles.
On peut pour cela considérer :
- le pouvoir discriminant de la classification. On cherchera pour cela à comparer les classes du point de vue des
variables à partir desquelles on les a déterminées : analyse de la variance ou test du Chi² selon qu’il s’agit de
variables quantitatives ou qualitatives.
- la répartition des effectifs conduisant à des classes plus ou moins équilibrées ;

LES ETUDES « QUALI »


Les « études quali » se définissent bien souvent par opposition aux « études quanti ». On indique ainsi que les
informations étudiées proviennent de sources multiples documents, écrits ou discours et qu’elles sont anal ysées
sans recourir au calcul.

404
Les enquêtes : recueillir des informations nouvelles.
Le qualitatif apparaît avec la présence de questions ouvertes dans les questionnaires. Celles-ci échappent aux
analyses statistiques qui font l’efficacité des dépouillements classiques et sont trop souvent tout simplement
oubliées au moment de l’analyse.
Avec les guides d’entretien, les interviews non directives, les entretiens de groupe, la conversation remplace le
questionnaire. Le recueil des informations et leur analyse deviennent bien plus difficile (il faut enregistrer,
retranscrire….) et implique tout un savoir faire bien spécifique. Il s’agît là de privilégier l’écoute plutôt que le
questionnement, la compréhension et l’analyse en profondeur plutôt que le dénombrement
Les documents : exploiter les informations existantes
Avant de lancer l’enquête on a bien sûr étudié la bibliographie sur le sujet et les documents qui peuvent nous
renseigner. Comme le font les historiens la quête porte alors sur les traces qui renvoient au domaine étudié
(documents juridiques, transactionnels, commerciaux, comptes rendus, annonces et communications de toute
sorte…). L’information recueillie peut être très abondante et hétérogène et pose les mêmes difficultés de
compréhension et d’analyse. L’évolution des technologies de l’information et Internet notamment, bouleverse
l’accès aux données que nous venons d’évoquer. Les enquêtes via le web simplifient considérablement la
collecte des réponses aux questions ouvertes, les interviews par mail ou par dialogue électronique (chat) offrent
de nouvelles opportunités…Les bases de données bibliographiques, les moteurs de recherches permettent au
chercheur de récupérer très facilement références et publications. En généralisant le format numérique les outils
de traitement de texte rendent potentiellement accessibles toutes sortes de fichiers et archives électroniques.
Ces évolutions mettent à disposition du chercheur un matériau considérable et posent de nouveau problèmes :
comment traiter des informations dont l’abondance peut très vite décourager et dont la complexité pose des
problèmes spécifiques pour lesquelles la statistique n’offre pas de réponse immédiate.
Les méthodes
Ceci nous conduit à une autre caractéristique des études « quali ». Le terme renvoie à l’approche traditionnelle
des textes par lecture et annotation sans autres instruments que le stylo le papier dans la tradition des études
littéraire et de la critique. Le travail du chercheur consiste à rendre compte des textes étudiés en citant des
extraits et en produisant un nouveau texte compréhensif et démonstratif dont, pour faire bref, la qualité ne tient
qu’au talent de lecteur et d’écrivain du chercheur.
Avec l’analyse de contenu ou analyse thématique, le classeur et le stylo de couleur s’ajoutent à la panoplie des
instruments de recherche. Le travail de lecture devient plus systématique, le système de compréhension
s’explicite en une grille qui guide le classement des citations et le repérage par couleurs ou annotations des
passages du texte. Cet effort de méthode débouche naturellement sur le dénombrement des thèmes, si on
admet que la répétition ou la fréquence peuvent également faire sens et que l’argument du décompte
renforce la démonstration.
L’appellation « quali » évoque ainsi le travail artisanal prudemment démarqué des méthodes scientifiques et de
la statistique, mais l’approche des textes a aussi de tout temps été marquée par la fascination pour le chiffre ou
le recours au comptage.
Dans la tradition de la kabbale, de l’ exégèse et dans le travail des moines copistes les chiffres et les nombres
guident vers les significations cachées ou permettent de contrôler l’exactitude des manuscrits. Des études sur la
bible aux concordances de Saint Augustin le texte analysé est mis en fragments puis en cartes perforées… Les
premières analyses par ordinateurs ont été effectuées en 1945 par IBM qui pour reconstituer les concordances de
Saint Augustin.

405
Devenu donnée textuelle, le texte échappe à la tradition « quali » et se trouve aussi concerné par les
problématiques « quanti » comme l’ont montrés des travaux sur l’étude de l’attribution des œuvres littéraires et
l’usage déjà très ancien des techniques informatique par les services de renseignements…
En banalisant ces méthodes et en les rendant accessibles, les évolutions technologiques ajoutent l’ordinateur, le
moteur de recherche et le logiciel d’analyse de données textuelle à la boite à outil du chercheur.
La spécificité des données textuelles et les voies d’analyse assistée par ordinateur
Réponses aux questions ouvertes dans les enquêtes, interviews ou entretiens de groupe, revue bibliographique,
étude de documents, ces corpus ont en commun d’être essentiellement formés de données textuelles.
Elles ont la complexité et l’ambiguïté de la langue. Leur sens n’est pas fixé a priori comme c’est le cas pour les
données quanti pour lesquelles les unités de mesures (variables numériques) et les états observés (variables
nominales) sont fixés par un accord tacite de compréhension entre le répondant et l’enquêteur. La signification
des données textuelles est à découvrir dans le sens des mots des phrases et de l’organisation du discours.
Chacun de ces niveaux (lexique, syntaxe, rhétorique) apporte une contribution au sens dégagé par la lecture.
Cette propriété justifie la méfiance de ceux qui pensent qu’on ne peut pas faire l’économie d’une lecture
humaine et qu’une machine ne peut pas comprendre un texte. Toutefois sans pour autant souscrire à la
prétention des tenants de l’intelligence artificielle nous pouvons accepter que l’ordinateur et sa puissance de
calcul apportent une aide pour l’approche des corpus textuels et notamment lorsque ceux-ci sont de très
Nous montrerons dans ce qui suit que l’ordinateur peut être utilisé comme un auxiliaire pour rendre plus
systématique les approches classiques et augmenter la productivité du chercheur et la qualité de ses résultats.
 En effet, les fonctions de recherche peuvent considérablement accélérer le travail traditionnel nécessité
par l’usage de la citation ou la production de verbatim
 Pour l’analyse de contenu, la construction d’une grille thématique et la codification du corpus peuvent
se faire en utilisant les ressources de l’informatique. Le travail de conception devient ainsi plus explicite et
rigoureux et on gagne en souplesse et productivité pour la lecture et la codification
 Mais il peut aussi être mis en œuvre d’une manière beaucoup plus automatique en fournissant, à partir
du repérage des formes graphiques qui composent le texte, des indications sur son contenu.
 L’analyse de contenu peut ainsi être automatisée en construisant les listes de mots ou dictionnaires
correspondant aux différentes catégories de la grille thématique. La fréquence avec laquelle ces
éléments se trouvent dans le texte sert d’indicateurs pour mesurer la présence et l’intensité de ces
catégories. On peut parler ici de sémiométrie puisque l’usage des dictionnaires permet de « mesurer » les
significations ainsi repérées dans le texte
 L’analyse lexicale offre une autre voie. Elle consiste, sans aucun a priori sur le texte à utiliser la
redondance des données de langue et la statistique pour substituer à la lecture du texte celle
d’éléments lexicaux qui en sont extraits : listes des mots les plus fréquents (mots clés), cartes visualisant la
manières dont les mots se trouvent associés (zones thématiques) ou l’effets des circonstances ou des
contextes (mots spécifiques)
Ces approches sont particulièrement bien adaptées au traitement de très gros corpus. Plus le corpus est
volumineux, plus on gagne de temps et plus les régularités et effets statistiques sont significatifs.

406