Vous êtes sur la page 1sur 42

Ioana Boghitoiu

UFR SPSE Elodie Dreno


Psychologie Sophie Tastu

Modèle juridique ou justificatif : impacte


des stéréotypes concernant l’alcool et l’âge.
2008/2009
Résumé

Cette recherche teste deux modèles d’attribution de sanctions. Le premier, le modèle


juridique, est celui qui a pour principe d’attribuer une sanction en fonction de l’intention. Cela
signifie que l’on devrait estimer l’intention avant de donner une sanction. Le deuxième
modèle, le modèle justificatif, par du postulat inverse. C'est-à-dire que l’on attribuerait la
sanction dans un premier temps et que l’intention sera une façon de justifier cette sanction.
Après la lecture de deux scénarios (condition crémaillère et restaurant), décrivant un accident
de voiture dans lequel les protagonistes étaient légèrement blessés, les participants devaient
remplir un questionnaire pour chaque scénario, dans lequel ils devaient évaluer
l’intentionnalité du protagoniste qui avait pris le volant ainsi que les sanctions qui devraient
lui être attribuées. L’ordre de présentation des attributions (intention et sanction), l’état
d’alcoolémie (avec ou sans alcool) ainsi que l’âge du protagoniste (jeune ou personne d’âge
mûr), changeait selon la condition. L’expérimentation montre qu’il y a bien la présence de
stéréotype concernant l’alcool et l’âge. Nous avons aussi repéré un modèle justificatif
appliqué au retrait de permis. Toutefois, l’expérimentation montre aussi qu’il reste à mener
des recherches sur les contres-stéréotype.

Mots clés : jugement d’intentionnalité, attribution de sanction, stéréotype.

2
Sommaire

Résumé…………………………………………………………………………………………2
Sommaire………………………………………………………………………………………3
Introduction théorique………………………………………………………………………….4
Méthode………………………………………………………………………………………..7
Résultats………………………………………………………………………………………10
Discussion…………………………………………………………………………………….19
Références bibliographique…………………………………………………………………...25
Annexes……………………………………………………………………………………….26

3
Introduction théorique

Modèle Juridique ou Justificatif : les différentes articulations entre intention,


responsabilité, sanction et stéréotype.

On parle souvent de jugement dans un cadre juridique, cependant nous allons nous
intéresser à un autre type de jugement, le jugement « quotidien », celui qu’un individu émet
dans la vie de tous les jours. En effet, que ce soit dans le cadre de faits divers relatés par les
medias ou dans des situations conflictuelles vécues directement, chaque individu émet de
nombreux jugements chaque jour.
Comment un individu lambda juge de l’intentionnalité d’une personne et lui attribue des
sanctions ?

Afin de répondre à cette question nous allons définir les différents termes que nous
allons utiliser.
Selon un dictionnaire de psychologie sociale, une sanction est « une punition ou une
récompense attribuée en réponse à une action. Certaines sanctions, dites naturelles, ne sont
pas décidées par une autorité (trop d’empressement en voiture est sanctionné par un accident).

D’autres sanctions, appelées sociales, sont issues d’une morale sociale reconnue et appliquée
par une autorité (trop d’empressement en voiture est sanctionné par un retrait du permis de
conduire). Une sanction peut aussi être subjective (après avoir “grillé” plusieurs feux rouges,
un automobiliste se sent coupable ou est critiqué par son passager). Mais dans tous les cas,
l’attribution de sanction doit être fortement liée voir proportionnelle à l’attribution de
« responsabilité ».
La responsabilité, quand à elle, peut-être définie comme « le devoir de répondre d’un
fait qui a crée des dommages », mais cette définition reste très vague et ne permet pas de juger
un individu. Dans les faits, les individus utiliseraient l’intentionnalité (c'est-à-dire le fait que
l’individu avait prévu de commettre ses actes) pour évaluer la responsabilité.

Nous allons maintenant évoquer l’ordre séquentiel dans lequel se déroulent ces
jugements dans la vie quotidienne.

4
Le modèle juridique :
Fincham et Jaspars (1980) comparent les raisonnements présents dans les jugements
quotidiens aux raisonnements présents dans une démarche juridique. Selon ce modèle, la
responsabilité pénale de l’accusé est établie à partir de la réalité de l’acte et de l’intention. On
en déduit la responsabilité modulée par les circonstances atténuantes et on applique la
sanction. L’ordre du raisonnement va de l’intentionnalité de l’acte, à la responsabilité de
l’acteur et enfin à la sanction.

Le modèle justificatif :
Cependant, les Travaux de Fauconnet (1928) et de Lerner (1980) ont démontrés que le
sujet pouvait résonner dans le sens inverse du modèle juridique. C'est-à-dire, qu’il part de la
sanction et en déduit la responsabilité et l’intentionnalité. L’intention est donc le moyen de
justifier les sanctions. Si on l’a sanctionné c’est que l’individu était forcement coupable.
L’ordre du raisonnement va de la sanction à la responsabilité de l’acteur et enfin à
l’intentionnalité de l’acte.
Les travaux d’Oberlé et Gosling (2004) nous démontre d’ailleurs ces processus. En
effet, leur étude prouve que selon l’ordre dans lequel sont présentées les questions
(intention/sanction vs. Sanction/ intention) les sanctions et l’intention sont plus ou moins
corrélées. Plus précisément, les sanctions et l’intention sont corrélées seulement lorsque la
sanction est évaluée en premier. Cela va bien dans le sens d’un jugement justificatif.

L’impacte des stéréotypes :


Lorsque qu’un sujet utilise des stéréotypes sur la cible, il est alors en basse tension
cognitive. En effet, les stéréotypes ont une valeur explicative « prête à servir ». Or, on sait
que lorsque le sujet est en basse tension cognitive les jugements sont plus sévères en ce qui
concerne les cibles stéréotypées qu’en ce qui concerne les cibles non stéréotypées. ( Oberlé et
Gosling, 2003)
Nous avons travaillé sur deux thèmes stéréotypés. D’une part, l’âge des protagonistes.
Nous sommes partie des stéréotypes selon lequel les jeunes seraient plus inconscients et
auraient une moins bonne maitrise de leur véhicule étant jeune conducteur. D’autre part, nous
nous sommes inspiré de recherche sur la perception de l’alcool selon l’âge qui nous ont amené

5
au stéréotype suivant : les individus de la tranche d’âge des plus de 65 ans pense (a 56%) que
les verres standards qui leur sont présentés dans les cafés n’ont pas la même quantité d’alcool
pur ce qui est une idée fausse.
Les jeunes de 18 ans à 24 ans sont deux fois plus nombreux à indiquer un seuil d’alcool
inferieur ou égal à 0,25g/l comme taux légal d’alcoolémie.
Les 18-24 ans sont les plus nombreux à penser qu’il est possible d’éliminer l’équivalent de
0,5 g/l d’alcool dans le sang en 2 heures ou moins.
60% de ce total sont consommés par la seule tranche d’âge des 45-75 ans.
Ainsi que sur les stéréotypes courants, tel que, les jeunes seraient plus enclin a conduire en
ayant consommé de l’alcool. Ou encore, que l’alcool consommé lors d’un repas implique
moins d’effet que lors d’une soirée.

Au vu de ces apports théoriques, nous avons voulu déterminer si les stéréotypes


(alcool et âge) et l’ordre des questions avaient une influence sur le jugement des sujets. Il en
découle notre problématique qui est donc la suivante :
L’âge du protagoniste et sa perception des effets de l’alcool auront-ils une influence sur la
rationalité du jugement des participants ?

Nos hypothèses théoriques sont les suivantes :


• L’âge du protagoniste va avoir une influence sur la rationalité du jugement des
participants.
• La perception des effets de l’alcool va influencer la rationalité du jugement des
participants.

6
Méthode

Population
L'échantillon utilisé pour cette situation expérimentale a été composé par 200
personnes : étudiants de l’Université Paris X Nanterre, employés dans une société de
comptabilité, médecins et infirmières, 128 filles et 72 garçons, âgés en moyenne de 27,38 ans.

VI + modalités, VD, plan expérimental :

On avait utilisé 3 variables indépendantes :


1. L’âge :
- personne jeune (20 ans)
- personne d’âge mûr (50 ans)
2. L’état du protagoniste :
- il consomme de l’alcool
- il ne consomme pas de l’alcool
3. L’ordre des questions :
- sanction en premier
- intention en premier
On a choisi comme variables dépendantes, l'intentionnalité du protagoniste (qui est
mesurée à l’aide d’une échelle de 1 à 6 modalités) et la peine qui lui est attribuée (peine qui
comprend le retrait de permis, les dommages et intérêts, des travaux d'intérêts généraux et la
peine de prison).
Les participants ont été assignés au hasard à une des 8 conditions expérimentales du
plan factoriel : 2 (le protagoniste est un jeune vs le protagoniste est une personne âgée) * 2
(le protagoniste a consommé de l’alcool vs le protagoniste n’a pas consommé de l’alcool) * 2
(l’ordre des questions est : sanction en premier vs intention en premier).

Matériel utilisé

Pour tester nos hypothèses, nous avons utilisé 8 questionnaires papier-crayon distincts
qui contiennent chacun 2 scénarios différents et 10 questions (cf. les annexes).

7
Procédure
L’expérimentation a été réalisée au cours du premier semestre de l’année universitaire
2008-2009.
L’expérimentatrice se présentait en disant « Bonjour, je suis étudiante en deuxième
année de Psychologie et je fais une étude sur le jugement social. Voudriez vous participer en
remplissant ce questionnaire ? Cela ne dure que 5 minutes. ». Une fois l’accord obtenu,
l’expérimentatrice lui donnait le questionnaire. Le participant remplissait tout seul le
questionnaire ; s'il existait des malentendus, l'expérimentatrice apportait de brèves
explications.
Tous les questionnaires ont le même consigne : «Après la lecture de ce court scénario,
vous entourerez une seule réponse à chacune des 5 questions qui suivront ».
Nous avons fait deux groupes de questionnaires :
1. 4 questionnaires avec le protagoniste Johan, qui est un jeune de 20 ans
2. 4 questionnaires avec le protagoniste Patrick, qui est une personne d’âge mûr de 50
ans

On a mis les deux personnages dans les mêmes situations :


- 1ere scénario : le protagoniste se rend, en voiture, à une fête (pendaison de
crémaillère), au cours de laquelle il va boire plusieurs verres d’alcool. Sur le chemin
du retour, il va perdre le contrôle de son véhicule. Il y aura 3 blessés légers, sa
compagne, un cycliste, et lui-même.
- 2ème scénario : le protagoniste se rend, en voiture, à un repas de famille, au restaurant.
Au cours de ce repas, il va boire plusieurs verres d’alcool. Sur le chemin du retour, il
percutera un autre véhicule. Il y aura 3 blessés légers, sa compagne, le chauffeur du
véhicule percuté, et lui-même.
Pour chacune des situations, nous avons établi deux types de questionnaires : une partie
des questionnaires, propose de donner un niveau d’intentionnalité. Puis ensuite, plusieurs
types de sanctions.
Sur l’autre partie des questionnaires, les sanctions sont positionnées en premier, l’échelle
d’intentionnalité est placée en dernier.
Nous avons également proposé, pour un même nombre de participants, qui nous
serviront de « groupe contrôle », des questionnaires dans lesquelles les protagonistes n’ont

8
pas consommé d’alcool. Ils sont accompagnés des mêmes grilles de sanctions et
d’intentionnalité.

Pour chacune des situations, on a demandé au sujet, le niveau d’intentionnalité du


protagoniste (mesuré sur une échelle de 1 à 6 modalités), et figurent au début ou à la fin du
questionnaire. Sont données, également, plusieurs sortes de sanctions, chacune accompagnée
graduellement de 7 propositions. L’évaluation se fait à l’aide de 4 types de sanctions : le
retrait de permis de 0 à 3 ans, les dommages et intérêts de 0 à 20 000 euro, les travaux
d'intérêts généraux de 0 à 120 heures et la peine de prison de 0 à 24 mois. Toutes les peines
sont exposées sur une échelle de 7 modalités.

Hypothèses opérationnelles

- La personne jeune va être jugée plus durement et son acte va être considéré plus
intentionnel que la personne d’âge mûr.
- La personne jeune, consommatrice de l`alcool, va être jugée plus durement et son acte
va être considéré plus intentionnel que la personne d’âge mûr consommatrice d’alcool
- La personne jeune qui n`a pas consommé de l`alcool va être jugée plus durement et
son acte va être considéré plus intentionnelle que la personne d’âge mûre qui n`a pas
consommé de l`alcool
- La personne jeune qui a consommé de l’alcool va être jugée plus durement et son acte
va être considéré plus intentionnel que la personne jeune « non alcoolisée » ;
- La personne d’âge mûr consommatrice d’alcool va être jugée plus durement et son
acte va être considéré plus intentionnel que la personne d’âge mûr non-
consommatrice;
- Le sujet qui va remplir le questionnaire où la sanction se trouve en une position
initiale, par comparaison, donnera des peines plus dures que dans le cas où la
sanction est en position finale.

9
Les résultats

INTENTION :

L’interaction SITUATION * ÂGE est significative F (1,191) = 5.28, p < .023. Chez
les jeunes la SITUATION n’est pas significative. En revanche, chez les personnes d’âge mûr,
elle l’est F (1,191) = 3.96, p < .05. Pour les personnes d’âge mûr, les actes sont jugés plus
intentionnels lorsque la scène se passe a la pendaison de crémaillère (M = 1.28 ; ET = 1.70)
que lorsqu’il s’agit d’un restaurant (M = 1.09 ; ET = 1.59).
1.4
1.2
1
0.8
Jeune
0.6
Âge mûr
0.4
0.2
0
Restaurant Crémaillère

L’interaction SITUATION * ÉTAT D’ALCOOLEMIE est significative F (1,191) =


4.57, p < .034. Chez les personnes ayant consommé de l’alcool (F (1,191) = 3.56, p < .061)
comme chez celles n’en ayant pas consommé (F (1,191) = 1.296, p < .256) la SITUATION
n’est pas significative.

10
2.5

1.5
Alcool
1 Pasde l`alcool

0.5

0
Restaurant Crémaillère

L’interaction SITUATION * ÂGE * ÉTAT D’ALCOOLEMIE est significative


F(1,191) = 6.73, p < .01. Chez les personnes d’âge mûr, l’interaction SITUATION * ETAT
D’ALCOOLEMIE n’est pas significative. En revanche, chez les jeunes, elle l’est F(1,191) =
11.25, p < .001. C’est lorsque le protagoniste n’a pas bu d’alcool qu’il y a un effet de la
situation F(1,191) = 10.64, p < .001 : les actes sont jugés plus intentionnels lorsque la scène se
passe au restaurant (M = 1.14 ; ET = 1.58) que lorsqu’il s’agit d’une pendaison de crémaillère
(M = .07 ; ET = 1.27).

Jeunes
2

1.5

1 Alcool
Pasd`alcool
0.5

0
Restaurant Crémaillère

L’ÉTAT D’ALCOOLEMIE est significatif F(1,191) = 38.69 p < .001. Pour les
personnes ayant consommé de l’alcool les actes sont jugés plus intentionnels (M = 1.83 ; ET
= 1.77) que pour les personnes n’ayant pas consommé d’alcool (M = .60 ; ET = 1.18).

11
Étatd`alcoolemie
2
1.8
1.6
1.4
1.2
1
0.8
0.6
0.4
0.2
0
Alcool Pasde l`alcool

L’interaction ÂGE * ÉTAT D’ALCOOLEMIE est significative F(1,191) = 8.36, p < .


004. Chez les personnes d’âge mûr l’ETAT D’ALCOOLEMIE est significatif F (1, 191) =
41.29, p < .001. Chez les personnes jeunes l’ÉTAT D’ALCOOLEMIE est aussi significatif F
(1, 191) = 5.57, p < .02. Pour les personnes d’âge mûr, les actes sont jugés plus intentionnels
lorsqu’elle a consommé de l’alcool (M = 2.08 ; ET = 1.81) que lorsqu’elle n’en a pas
consommé (M = .27 ; ET = .69). De même pour les jeunes, (M = 1.58 ; ET = 1.7) pour les
personnes ayant consommé de l’alcool contre (M = .92 ; ET = 1.42) pour celles n’ayant pas
consommé d’alcool.
2.5

1.5
Jeune
1 Âge mure

0.5

0
Alcool Pasde l`alcool

12
L’interaction ÂGE * ÉTAT D’ALCOOLEMIE * ORDRE DES QUESTIONS est
significative F(1,191) = 5,46, p < .02. Chez les personnes d’âge mûr l’interaction ÉTAT
D’ALCOOLEMIE * ORDRE DES QUESTIONS n’est pas significative. En revanche elle
l’est pour les jeunes F(1,191) = 3.73, p < .05. C’est lorsque le protagoniste (manque le tableau
ordre sans alcool)

LES DOMMAGES ET INTÉRÊTS

L’interaction SITUATION * ÂGE est significative F (1, 190) = 6.05, p < .015. Chez
les personnes d’âge mûr la SITUATION n’est pas significative. En revanche, elle l’est chez
les jeunes F (1, 190) = 4.37, p < .04. En ce qui concerne les jeunes, les dommages et intérêts
attribués sont plus élevés dans la situation de restaurant (M = 3888.89 ; ET = 4012.45) que
dans la situation de crémaillère (M = 3156.57 ; ET = 4173.93).
12

10

6 Jeune

4 Âge mûr

0
Restaurant Crémaillère

L’interaction SITUATION * ÉTAT D’ALCOOLEMIE est significative F (1, 190) =


9.54, p < .002. Chez les personnes ayant consommées de l’alcool la SITUATION n’est pas
significative. En revanche, elle l’est pour les personnes n’ayant pas consommées d’alcool F
(1, 190) = 6.43, p < .012. Pour les personnes n’ayant pas consommées d’alcool, les dommages
et intérêts attribués sont plus élevés dans la situation de restaurant (M = 2525.25 ; ET =
4126.43) que dans la condition crémaillère (M = 1641.41 ; ET = 2838.37).

13
6000

5000

4000

3000 Alcool

2000 Pasde l`alcool

1000

0
Restaurant Crémaillère

L’ÉTAT D’ALCOOLEMIE est significatif F (1, 190) = 18.30, p < .001. On attribue
plus de dommages et intérêts aux personnes ayant consommé de l’alcool (M = 5037.88 ; ET =
6482.7) qu’aux personnes n’ayant pas consommé d’alcool (M = 2083.33 ; ET = 3482.4).

L`état d`alcoolemie
6000
5000
4000
3000
2000
1000
0
Alcool Pasde l`alcool

L’interaction ÂGE * ÉTAT D’ALCOOLEMIE est significative F (1, 190) = 9.2, p < .
003. Chez les personnes ayant consommé de l’alcool l’ÂGE est significatif F (1, 190) = 4.77,
p < .03. Comme chez les personnes n’ayant pas consommé d’alcool F(1,190) = 4.44, p < .036.
Pour les personnes d’âge mûr l’attribution de dommages et intérêt est plus élevé en situation
de consommation d’alcool (M = 6100 ; ET = 7777.42) qu’en situation de non consommation
d’alcool (M = 1045.92 ; ET = 3090.65). Et en ce qui concerne les personnes jeunes
l’attribution des dommages et intérêts est plus élevée en situation de consommation d’alcool
(M = 3954.08 ; ET = 4633.46) qu’en situation de non consommation d’alcool (M = 3100 ; ET
= 3437.11).

14
7000

6000

5000

4000
Jeune
3000
Âge mure
2000

1000

0
Alcool Pasde l`alcool

PERMIS

L’interaction SITUATION * ÉTAT D’ALCOOLEMIE est significative F(1,189) =


6.78, p < .01. Chez les personnes n’ayant pas consommé d’alcool la SITUATION n’est pas
significative. En revanche chez les personnes ayant consommé de l’alcool elle l’est : F(1,189)
= 6,27, p < .013. Pour les personnes ayant consommé de l’alcool, les retraits de permis sont
plus importants dans la situation de crémaillère (M = 11.05 ; ET = 9.24) que dans une
situation de restaurant (M = 9.59 ; ET = 8.36).
12

10

6 Alcool

4 Pas de l`alcool

0
Restaurant Crémaillère

L’ÂGE est significatif F (1, 189) = 21.3, p < .001. On attribue plus de retrait de permis
aux personnes jeunes (M = 8.57 ; ET = 8.95) qu’aux personnes d’âge mûr (M = 4.58 ; ET =
6.69).

15
L`âge
10
8
6
4
2
0
Jeune Âge mure

L’ÉTAT D’ALCOOLEMIE est significatif F(1,189) = 72.90, p < .001.On attribue plus
de retrait de permis aux personnes ayant consommé de l’alcool (M = 10.32 ; ET = 8.80)
qu’aux personnes n’ayant pas consommé d’alcool (M = 2.78 ; ET = 5.03).

L`état del`alcoolemie
12
10

6
4
2

0
Alcool Pasde l`alcool

L’interaction ÂGE * ÉTAT D’ALCOOLEMIE * ORDRE DES QUESTIONS est


significative F(1,189) = 4.3, p < .039. Chez les personnes d’âge mûr, l’interaction ÉTAT
D’ALCOOLEMIE * ORDRE DES QUESTIONS n’est pas significative. En revanche, chez
les jeunes, elle l’est F(1,189) = 5.742, p < .018. C’est lorsque le protagoniste a bu de l’alcool
qu’il y a un effet de l’ordre des questions F(1.189) = 6.619, p < .011. Les retraits de permis
sont plus important lorsque l’ordre des questions est sanction/intention (M = 6.66 ; ET = 9.14)
que lorsque l’ordre est intention/sanction (M = 6.55 ; ET = 7.01).

16
Jeune
7

4
Alcool
3
Pasd`alcool
2

0
sanction/intention intention/sanction

TIG

L’interaction SITUATION * ÂGE est significative F(1.190) = 4.12, p < .044. Chez les
personnes d’âge mûr (problème de tableau jeune, âge mûr et crime)

L’ÂGE est significatif F(1.190) = 13.77, p < .001. Les jeunes ont plus de travaux
d’intérêts généraux (M = 29.62 ; ET = 38.12) que les personnes d’âge mûr (M = 13.73 ; ET =
29.1).

L`âge
35
30
25
20
15
10
5
0
Jeune Âge mure

L’ÉTAT D’ALCOOLEMIE est significative F(1.190) = 28.75, p < .001. Les


personnes ayant consommé de l’alcool ont plus de travaux d’intérêts généraux (M = 33.26 ;
ET = 40.92) que les personnes n’ayant pas consommé d’alcool (M = 10.1 ; ET = 22.09).

17
L`état de l`alcoolemie
35
30
25
20
15
10
5
0
Alcool Pasde l`alcool

PRISON

L’ÉTAT D’ALCOOLEMIE est significative F(1.189) = 9.17, p < .003. Les personnes
ayant consommé de l’alcool ont plus de peine de prison (M = 1.755 ; ET = 5.01) que les
personnes n’ayant pas consommé d’alcool (M = .42 ; ET = 1.95).

L`état de l`alcoolemie
2
1.8
1.6
1.4
1.2
1
0.8
0.6
0.4
0.2
0
Alcool Pasde l`alcool

18
DISCUSSION

INTENTIONNALITÉ

Nos graphiques montrent nettement l’intentionnalité qui est attribuée au sujet, quand
celui-ci a bu de l’alcool, en comparaison avec les personnes qui n’ont pas bu d’alcool.
Ce constat fait parti de notre hypothèse. Elle se trouve donc validée.
On note pour l’interaction situation / âge, pour la personne d’âge mûr une
intentionnalité plus forte, dans la scène de la crémaillère que pour la personne jeune.
Alors que dans la scène du restaurant, pour la personne jeune, ses actes sont plus
intentionnels dans le scénario du restaurant.
Ceci invalide partiellement notre hypothèse, et fait émerger l’idée de contre stéréotype.
Pour l’interaction, situation / âge / état d’alcoolémie, dans le scénario du restaurant, et
celui de la crémaillère, l’intentionnalité est largement plus forte pour les personnes qui ont bu
de l’alcool. Cependant, on peut noter chez la personne qui n’a pas bu d’alcool elle est
légèrement plus élevée quand l’accident se produit après le restaurant, alors que quand la
personne a consommé de l’alcool, l’acte est plus intentionnel quand il a lieu après la
crémaillère.
Notre hypothèse valide l’intentionnalité des actes commis par la personne qui a bu de
l’alcool.

19
Pour l’interaction situation / jeune non alcoolisé, l’intentionnalité est largement plus
élevée quand l’accident se produit après le restaurant. Nous rappelons que dans ce scénario, le
jeune homme invite ses parents à déjeuner pour la fête des mères. Il est le responsable de
l’organisation de ce déjeuné et de son bon déroulement. Ceci peut expliquer la forte
intentionnalité de ses actes, jugée par les participants, alors qu’il n’a pas bu d’alcool, au
restaurant, plus élevée qu’à la soirée entre amis, la crémaillère, lieu plus familier pour un
jeune de 20 ans.
Cette interaction est intéressante car elle nous aide à expliquer le lien entre le lieu et
l’intentionnalité, suivant l’âge des protagonistes, pour lequel nous tenterons de donner une
explication dans notre conclusion.
Dans l’interaction âge /état d’alcoolémie, la personne d’âge mûr qui a absorbé de
l’alcool, a ses actes jugés plus intentionnels, alors que quand les protagonistes n’ont pas bu
d’alcool, ce sont les actes du jeunes qui sont jugés plus intentionnels.
D’une part, dans cette interaction, on retrouve la responsabilité de la personne d’âge mûr qui
a consommé de l’alcool, et dont les actes sont donc jugés intentionnels, d’autre part, quand il
n’y a pas consommation d’alcool, c’est l’inexpérience du jeune qui rend l’acte intentionnel.
Notre hypothèse est donc partiellement invalidée, en effet, les actes de la personne d’âge
mûr sont donnés plus intentionnelles quand elle a consommé de l’alcool que ceux du jeune
quand il a bu de l’alcool.

DOMMAGES ET INTÉRÊTS

L’interaction situation / âge montre que le jeune qui a consommé de l’alcool, comme
celui qui n’en a pas consommé a plus de dommages et intérêts qui lui sont attribués que la
personne d’âge mûr qui a bu de l’alcool ou qui n’a pas bu d’alcool.
Cette sanction valide notre hypothèse, la personne jeune est plus sanctionnée que la personne
d’âge mûr.
L’interaction situation / état d’alcoolémie confirme que les personnes qui ont bu de
l’alcool sont plus sanctionnées que les protagonistes qui n’ont pas bu d’alcool.
On peut relever une légère différence pour le lieu qui a précédé l’accident.
Le protagoniste qui a bu à la crémaillère, a eu plus de dommages et intérêts que celui qui a
consommé au restaurant.

20
A l’inverse, pour le protagoniste qui n’a pas consommé d’alcool, celui qui a eu l’accident à
la sortie du restaurant a eu plus de dommages et intérêts que la personne qui sortait de la
crémaillère.
Notre hypothèse, « la personne qui a consommé de l’alcool va être jugée plus durement » est
validée.
Le graphique qui concerne l’état d’alcoolémie montre que la personne qui a consommé de
l’alcool, a eu plus de dommages et intérêts que la personne qui n’a pas bu d’alcool.
Notre hypothèse est donc confirmée.
L’interaction âge / état d’alcoolémie montre deux éléments :
Les participants ont donné plus de dommages et intérêts à la personne d’âge mûr qui a bu de
l’alcool, qu’au jeune qui a bu de l’alcool.
Inversement, les participants ont donné plus de dommages et intérêts au jeune qui n’a pas bu
d’alcool, qu’à la personne d’âge mûr qui n’a pas bu d’alcool.
Notre hypothèse n’est que partiellement validée, le jeune qui n’a pas bu d’alcool a eu plus
de dommages et intérêts, mais la personne d’âge mûr qui a bu de l’alcool, a eu plus de
dommages et intérêts que la personne jeune qui a bu de l’alcool.

RETRAIT DU PERMIS DE CONDUIRE

L’interaction situation / taux d’alcoolémie indique que la sanction « retrait de


permis », vise beaucoup plus le jeune conducteur qui a bu de l’alcool, ainsi que le jeune
conducteur qui n’a pas bu d’alcool.
On peut également noter, une petite différence pour le jeune conducteur, il y a plus de retrait
de permis, quand l’accident a lieu après la soirée à la crémaillère.
Il y a, très nettement, beaucoup moins de retrait de permis pour la personne d’âge mûr qu’elle
ait consommé de l’alcool ou qu’elle n’ait pas bu, et assez peu de différence pour le lieu qui
précède l’accident, très faiblement plus élevée à la sortie du restaurant.
Sur le graphique qui concerne l’âge du protagoniste, on retrouve la nette différence
entre le jeune homme, et la personne d’âge mûr.
La personne jeune a beaucoup plus de « retrait de permis » que la personne d’âge mûr.
La sanction « retrait du permis de conduire » valide notre hypothèse, « la personne jeune va
être jugée plus durement ».

21
Le graphique concernant le taux d’alcoolémie, isolé, confirme que la personne qui a
bu de l’alcool est plus sanctionnée que celle qui n’a pas bu d’alcool, ce qui confirme notre
hypothèse.

ORDRE DES QUESTIONS

Cette variable indépendante, est significative dans le cas du retrait de permis.


L’Interaction âge / état d’alcoolémie / ordre des questions est significative pour le jeune
conducteur qui a bu de l’alcool.
Le retrait de permis est plus important lorsqu’on demande la sanction avant l’intention.
Lorsqu’on propose l’intention avant, le retrait de permis est beaucoup moins important.

TRAVAUX D’INTÉRÊTS GÉNÉRAUX

Si on observe les résultats qui concernent l’âge du protagoniste, ainsi que l’état
d’alcoolémie, nous retrouvons les résultats suivants, similaires à la sanction « retraits de
permis.
Les « travaux d’intérêts généraux » sont plus élevés pour la personne jeune que pour la
personne d’âge mûr.
La personne, qui a bu de l’alcool, reçoit la sanction « travaux d’intérêts généraux » beaucoup
plus fortement que la personne qui n’a pas bu d’alcool.
Elle valide donc nos hypothèses, les personnes jeunes, les personnes qui ont bu de l’alcool,
sont plus durement jugées.

PEINE DE PRISON

Cette sanction a été assez peu attribuée, en effet, les conséquences de l’accident, sont données
comme très légères dans notre scénario.

22
Cependant, les résultats sont significatifs pour la variable indépendante « état du
protagoniste». Les personnes qui ont consommé de l’alcool ont plus de peine de prison que
celles qui n’ont pas consommé d’alcool.
Elle valide notre hypothèse, les personnes qui ont bu de l’alcool seront plus
sévèrement jugées.

CONCLUSION

Nous avons validé une partie de nos hypothèses.


Il y a une différence importante entre les personnes qui ont consommé de l’alcool, et celle qui
n’en ont pas consommé pour l’ensemble des sanctions. Les personnes sont jugées plus
sévèrement quand elles ont bu. Ceci est significatif pour l’ensemble des protagonistes dans le
cas de la sanction « peine de prison ».
L’ensemble des sanctions les plus sévères est donnée au jeune conducteur : suppression du
permis de conduire, travaux d’intérêt généraux (la peine de prison n’est significative que
pour l’ensemble des personnes qui ont bu de l’alcool).
Nous précisons les plus sévères car la sanction qui fait exception, « dommages et intérêts »
est en partie prise en charge par les assurances, ce qui a été relevé par les sujets quand ils
répondaient au questionnaire.
Cependant, cette variable dépendante a révélé un contre stéréotype, que nous développons par
la suite.
La variable indépendante que nous avons introduite, « ordre des questions » met en évidence
notre hypothèse sur le stéréotype de l’âge du protagoniste. « Lorsqu’un sujet utilise des
stéréotypes sur la cible, il est alors en basse tension cognitive. En effet les stéréotypes ont une
valeur explicative « prêt à servir ». Or, on sait que lorsque le sujet est en basse tension
cognitive, les jugements sont plus sévères en ce qui concerne les cibles stéréotypées qu’en ce
qui concerne les cibles non stéréotypées » (Oberlé et Gosling, 2003).
Notre hypothèse donnant pour stéréotype le jeune conducteur, qui aurait une moins bonne
maîtrise du volant, ainsi qu’une attitude plus inconsciente, est validée.
Elle se confirme par les sanctions données au jeune conducteur quand il n’a pas bu d’alcool.
Cependant, il existe, dans notre étude, un contre stéréotype que nous avons relevé,
lors de l’attribution de l’intentionnalité, qu’on retrouve pour l’attribution des dommages et
intérêts.

23
Lorsque la personne d’âge mûr consomme de l’alcool à la crémaillère, elle est plus
sanctionnée en dommages et intérêts que le jeune.
L’idée qu’une personne d’âge mûr fasse la fête entre amis, et consomme de l’alcool, ne
correspond pas au stéréotype de la personne mature qui sait se contrôler.
On retrouve ce manque de responsabilité sanctionné par les résultats concernant
l’«intentionnalité» pour les personnes qui ont bu de l’alcool, nettement plus forte pour la
personne d’âge mûr.
Nous avons également réagi sur la forte «intentionnalité» donnée au jeune conducteur au
restaurant. En interprétant sa responsabilité d’avoir invité sa famille au restaurant, mais bien
qu’il n’ait pas bu d’alcool, il a été responsable de l’acte qui a suivi, par la forte intentionnalité
qui lui a été attribuée.
Notre ouverture part donc sur ces deux dernières réflexions, de contre stéréotypes.
D’une part, sur la responsabilité apparente du jeune homme, qui organise un repas au
restaurant avec ses parents, et provoque un accident en sortant du restaurant, d’autre part sur
le contre stéréotype de la personne d’âge mûr qui fait la fête, avec des amis, et provoque un
accident par la suite.
Il serait intéressant d’explorer ces 2 situations qui semblent avoir eu, selon nos résultats, une
importance dans les jugements de nos participants, d’isoler ces deux comportements à contre
courant d’une norme sociale.

24
Références bibliographique :

http://www.dicopsy.com/categorie-psychologie-sociale.htm
http://www.ireb.com/actualites/Observatoire%202008.pdf

Fauconnet, P. (1928). La responsabilité. Paris : Alcan.

Fincham, F.D., & Jaspar J.M.F (1980). Attribution of responsibility: From man the scientist to
man as lawyer. In L. Berkowitz (Ed.), Advances in Experimental Social Psychology, 13,
(pp.82-120). New York: Academic Press.

Lerner, M.J. (1980). The belief in a just world: A fundamental delusion. New York: Pleunum
Press.

Oberlé, D., & Gosling, P. (2003). Stéréotypes, jugement de responsabilité et sanctions: Effet
du groupe et d’une consigne d’exactitude. Les Cahiers Internationaux de Psychologie
Sociale, 57, 74-82.

Oberlé, D ., & Gosling, P.(2004). Intention, responsabilité, sanction : L’intention est-elle un


préalable ou une justification de la sanction ? In J.L. Beauvois, R.V Joule, & J.M. Monteil
(Eds), Perspectives cognitives et conduites sociales (IX), (pp. 271-292). Rennes : Presses
Universitaires de Rennes.

25
Annexes :

Après la lecture de ce court scénario, vous entourerez une seule réponse à chacune des 5
questions qui suivront :

Johan, 20 ans, et sa compagne Léa, se préparent pour aller au restaurant. En effet, ses parents
les ont invités à l’occasion de la fête des mères.
Le restaurant se trouve à une quinzaine de km, dans la ville voisine, ils s’y rendent donc en
voiture.
Johan insiste pour offrir l’apéritif, un cocktail de fruit maison.
Heureux de se retrouver en famille, son père commande les meilleurs plats, accompagnés
d’une bouteille de Sanpellegrino. Le copieux repas se termine par un café, offert par les
patrons du restaurant.
Johan est tout joyeux, et attribue sa légère euphorie à la complicité qui règne au sein de sa
famille. Il reprend donc le volant, sa compagne à ses cotés.
C’est dimanche, il y a peu de circulation. Johan s’engage sur un carrefour, et heurte une
voiture qui arrive sur sa droite. Johan, Léa et le conducteur de l’autre véhicule sont
légèrement blessés.

1 Selon vous, les actes de Johan étaient


Pas du tout Complètement
intentionnels intentionnels
0 1 2 3 4 5 6

26
2 Devrait il payer des dommages et intérêts de

0 2500€ 5000€ 7500€ 10000€ 15000€ 30000€

3 Devrait il avoir un retrait de permis de


1 an et 2 ans et
0 6 mois 1 an 2 ans 3 ans
6 mois 6 mois
4 Devrait il effectuer des travaux d’intérêts généraux de

0 20 h 40 h 60 h 80 h 100 h 120 h

5 Devrait il effectuer une peine de prison de

0 4 mois 8 mois 12 mois 16 mois 20 mois 24 mois

Après la lecture de ce court scénario, vous entourerez une seule réponse à chacune des 5
questions qui suivront :

Johan, 20 ans, invité à une pendaison de crémaillère à 10km de son domicile, s’y rend, en
voiture, avec son amie.
Il arrive à la fête, pour l’apéritif. On lui sert un soda. Il continue la soirée, en buvant quelques
verres de jus de fruit, tout en grignotant des gâteaux apéritifs. La fin de la soirée approche,
Johan prend un cocktail de jus de fruit pour trinquer avec ses amis.
Il est 3 heures du matin, le jeune couple rentre à leur domicile. Il a plu, la chaussée est
légèrement glissante.
Après 10mn de route, Johan perd le contrôle de son véhicule à la sortie d’un virage, la voiture
heurte un cycliste et bascule dans un fossé.
Tous les trois sont légèrement blessés

1 Selon vous, les actes de Johan étaient


Pas du tout Complètement
intentionnels intentionnels
0 1 2 3 4 5 6
2 Devrait il payer des dommages et intérêts de

27
0 2500€ 5000€ 7500€ 10000€ 15000€ 30000€

3 Devrait il avoir un retrait de permis de


1 an et 2 ans et
0 6 mois 1 an 2 ans 3 ans
6 mois 6 mois
4 Devrait il effectuer des travaux d’intérêts généraux de

0 20 h 40 h 60 h 80 h 100 h 120 h

5 Devrait il effectuer une peine de prison de

0 4 mois 8 mois 12 mois 16 mois 20 mois 24 mois

Après la lecture de ce court scénario, vous entourerez une seule réponse à chacune des 5
questions qui suivront :

Johan, 20 ans, et sa compagne Léa, se préparent pour aller au restaurant. En effet, ses parents
les ont invités à l’occasion de la fête des mères.
Le restaurant se trouve à une quinzaine de km, dans la ville voisine, ils s’y rendent donc en
voiture.
Johan insiste pour offrir l’apéritif, un kir royal.
Heureux de se retrouver en famille, son père, commande les meilleurs vins, sachant son fils
Johan, curieux de goûter de nouveaux crus. Le copieux repas se termine par un digestif, offert
par les patrons du restaurant.
Johan est tout joyeux, et attribue sa légère euphorie à la complicité qui règne au sein de sa
famille. Il reprend donc le volant, sa compagne à ses cotés.
C’est dimanche, il y a peu de circulation. Johan s’engage sur un carrefour, et heurte une
voiture qui arrive sur sa droite. Johan, Léa et le conducteur de l’autre véhicule sont
légèrement blessés.

1 Selon vous, les actes de Johan étaient


Pas du tout Complètement
intentionnels intentionnels
0 1 2 3 4 5 6

28
2 Devrait il payer des dommages et intérêts de

0 2500€ 5000€ 7500€ 10000€ 15000€ 30000€

3 Devrait il avoir un retrait de permis de


1 an et 2 ans et
0 6 mois 1 an 2 ans 3 ans
6 mois 6 mois
4 Devrait il effectuer des travaux d’intérêts généraux de

0 20 h 40 h 60 h 80 h 100 h 120 h

5 Devrait il effectuer une peine de prison de

0 4 mois 8 mois 12 mois 16 mois 20 mois 24 mois

Après la lecture de ce court scénario, vous entourerez une seule réponse à chacune des 5
questions qui suivront :

Johan, 20 ans, et sa compagne Léa, se préparent pour aller au restaurant. En effet, ses parents
les ont invités à l’occasion de la fête des mères.
Le restaurant se trouve à une quinzaine de km, dans la ville voisine, ils s’y rendent donc en
voiture.
Johan insiste pour offrir l’apéritif, un kir royal.
Heureux de se retrouver en famille, son père, commande les meilleurs vins, sachant son fils
Johan, curieux de goûter de nouveaux crus. Le copieux repas se termine par un digestif, offert
par les patrons du restaurant.
Johan est tout joyeux, et attribue sa légère euphorie à la complicité qui règne au sein de sa
famille. Il reprend donc le volant, sa compagne à ses cotés.
C’est dimanche, il y a peu de circulation. Johan s’engage sur un carrefour, et heurte une
voiture qui arrive sur sa droite. Johan, Léa et le conducteur de l’autre véhicule sont
légèrement blessés.

1 Devrait il payer des dommages et intérêts de

0 2500€ 5000€ 7500€ 10000€ 15000€ 30000€

29
2 Devrait il avoir un retrait de permis de
1 an et 2 ans et
0 6 mois 1 an 2 ans 3 ans
6 mois 6 mois
3 Devrait il effectuer des travaux d’intérêts généraux de

0 20 h 40 h 60 h 80 h 100 h 120 h

4 Devrait il effectuer une peine de prison de

0 4 mois 8 mois 12 mois 16 mois 20 mois 24 mois

5 Selon vous, les actes de Johan étaient


Pas du tout Complètement
intentionnels intentionnels
0 1 2 3 4 5 6

Après la lecture de ce court scénario, vous entourerez une seule réponse à chacune des 5
questions qui suivront :

Johan, 20 ans, invité à une pendaison de crémaillère à 10km de son domicile, s’y rend, en
voiture, avec son amie.
Il arrive à la fête, pour l’apéritif. On lui sert un whisky coca. Il continue la soirée, en buvant
quelques verres de vin rouge, tout en grignotant des gâteaux apéritifs. La fin de la soirée
approche, Johan prend une coupe de champagne pour trinquer avec ses amis.
Il est 3 heures du matin, le jeune couple rentre à leur domicile. Il a plu, la chaussée est
légèrement glissante.
Après 10mn de route, Johan perd le contrôle de son véhicule à la sortie d’un virage, la voiture
heurte un cycliste et bascule dans un fossé.
Tous les trois sont légèrement blessés

1 Devrait il payer des dommages et intérêts de

0 2500€ 5000€ 7500€ 10000€ 15000€ 30000€

2 Devrait il avoir un retrait de permis de

30
1 an et 2 ans et
0 6 mois 1 an 2 ans 3 ans
6 mois 6 mois
3 Devrait il effectuer des travaux d’intérêts généraux de

0 20 h 40 h 60 h 80 h 100 h 120 h

4 Devrait il effectuer une peine de prison de

0 4 mois 8 mois 12 mois 16 mois 20 mois 24 mois

5 Selon vous, les actes de Johan étaient


Pas du tout Complètement
intentionnels intentionnels
0 1 2 3 4 5 6

Après la lecture de ce court scénario, vous entourerez une seule réponse à chacune des 5
questions qui suivront :

Johan, 20 ans, invité à une pendaison de crémaillère à 10km de son domicile, s’y rend, en
voiture, avec son amie.
Il arrive à la fête, pour l’apéritif. On lui sert un soda. Il continue la soirée, en buvant quelques
verres de jus de fruit, tout en grignotant des gâteaux apéritifs. La fin de la soirée approche,
Johan prend un cocktail de jus de fruit pour trinquer avec ses amis.
Il est 3 heures du matin, le jeune couple rentre à leur domicile. Il a plu, la chaussée est
légèrement glissante.
Après 10mn de route, Johan perd le contrôle de son véhicule à la sortie d’un virage, la voiture
heurte un cycliste et bascule dans un fossé.
Tous les trois sont légèrement blessés

1 Devrait il payer des dommages et intérêts de

0 2500€ 5000€ 7500€ 10000€ 15000€ 30000€

2 Devrait il avoir un retrait de permis de

31
1 an et 2 ans et
0 6 mois 1 an 2 ans 3 ans
6 mois 6 mois
3 Devrait il effectuer des travaux d’intérêts généraux de

0 20 h 40 h 60 h 80 h 100 h 120 h

4 Devrait il effectuer une peine de prison de

0 4 mois 8 mois 12 mois 16 mois 20 mois 24 mois

5 Selon vous, les actes de Johan étaient


Pas du tout Complètement
intentionnels intentionnels
0 1 2 3 4 5 6

Après la lecture de ce court scénario, vous entourerez une seule réponse à chacune des 5
questions qui suivront :

Johan, 20 ans, invité à une pendaison de crémaillère à 10km de son domicile, s’y rend, en
voiture, avec son amie.
Il arrive à la fête, pour l’apéritif. On lui sert un whisky coca. Il continue la soirée, en buvant
quelques verres de vin rouge, tout en grignotant des gâteaux apéritifs. La fin de la soirée
approche, Johan prend une coupe de champagne pour trinquer avec ses amis.
Il est 3 heures du matin, le jeune couple rentre à leur domicile. Il a plu, la chaussée est
légèrement glissante.
Après 10mn de route, Johan perd le contrôle de son véhicule à la sortie d’un virage, la voiture
heurte un cycliste et bascule dans un fossé.
Tous les trois sont légèrement blessés

1 Selon vous, les actes de Johan étaient


Pas du tout Complètement
intentionnels intentionnels
0 1 2 3 4 5 6
2 Devrait il payer des dommages et intérêts de

32
0 2500€ 5000€ 7500€ 10000€ 15000€ 30000€

3 Devrait il avoir un retrait de permis de


1 an et 2 ans et
0 6 mois 1 an 2 ans 3 ans
6 mois 6 mois
4 Devrait il effectuer des travaux d’intérêts généraux de

0 20 h 40 h 60 h 80 h 100 h 120 h

5 Devrait il effectuer une peine de prison de

0 4 mois 8 mois 12 mois 16 mois 20 mois 24 mois

Après la lecture de ce court scénario, vous entourerez une seule réponse à chacune des 5
questions qui suivront :

Johan, 20 ans, et sa compagne Léa, se préparent pour aller au restaurant. En effet, ses parents
les ont invités à l’occasion de la fête des mères.
Le restaurant se trouve à une quinzaine de km, dans la ville voisine, ils s’y rendent donc en
voiture.
Johan insiste pour offrir l’apéritif, un cocktail de fruit maison.
Heureux de se retrouver en famille, son père commande les meilleurs plats, accompagnés
d’une bouteille de Sanpellegrino. Le copieux repas se termine par un café, offert par les
patrons du restaurant.
Johan est tout joyeux, et attribue sa légère euphorie à la complicité qui règne au sein de sa
famille. Il reprend donc le volant, sa compagne à ses cotés.
C’est dimanche, il y a peu de circulation. Johan s’engage sur un carrefour, et heurte une
voiture qui arrive sur sa droite. Johan, Léa et le conducteur de l’autre véhicule sont
légèrement blessés.

1 Devrait il payer des dommages et intérêts de

33
0 2500€ 5000€ 7500€ 10000€ 15000€ 30000€

2 Devrait il avoir un retrait de permis de


1 an et 2 ans et
0 6 mois 1 an 2 ans 3 ans
6 mois 6 mois
3 Devrait il effectuer des travaux d’intérêts généraux de

0 20 h 40 h 60 h 80 h 100 h 120 h

4 Devrait il effectuer une peine de prison de

0 4 mois 8 mois 12 mois 16 mois 20 mois 24 mois

5 Selon vous, les actes de Johan étaient


Pas du tout Complètement
intentionnels intentionnels
0 1 2 3 4 5 6

Après la lecture de ce court scénario, vous entourerez une seule réponse à chacune des 5
questions qui suivront :

Patrick, 50 ans, invité à une pendaison de crémaillère à 10km de son domicile, s’y rend, en
voiture, avec sa femme.
Il arrive à la fête, pour l’apéritif. On lui sert un Perrier citron. Il continue la soirée, en buvant
quelques verres de jus de fruit, tout en grignotant des gâteaux apéritifs. La fin de la soirée
approche, Patrick prend un cocktail de jus de fruit pour trinquer avec ses amis.
Il est 3 heures du matin, le couple rentre à leur domicile. Il a plu, la chaussée est légèrement
glissante.
Après 10mn de route, Patrick perd le contrôle de son véhicule à la sortie d’un virage, la
voiture heurte un cycliste et bascule dans un fossé.
Tous les trois sont légèrement blessés.

1 Devrait il payer des dommages et intérêts de

0 2500€ 5000€ 7500€ 10000€ 15000€ 30000€

34
2 Devrait il avoir un retrait de permis de
1 an et 2 ans et
0 6 mois 1 an 2 ans 3 ans
6 mois 6 mois
3 Devrait il effectuer des travaux d’intérêts généraux de

0 20 h 40 h 60 h 80 h 100 h 120 h

4 Devrait il effectuer une peine de prison de

0 4 mois 8 mois 12 mois 16 mois 20 mois 24 mois

5 Selon vous, les actes de Patrick étaient


Pas du tout Complètement
intentionnels intentionnels
0 1 2 3 4 5 6

Après la lecture de ce court scénario, vous entourerez une seule réponse à chacune des 5
questions qui suivront :

Patrick, 50 ans, et sa femme Muriel, se préparent pour aller au restaurant. En effet, leur fils et
sa compagne les ont invités à l’occasion de la fête des mères.
Le restaurant se trouve à une quinzaine de km, dans la ville voisine, ils s’y rendent donc en
voiture.
Patrick insiste pour offrir l’apéritif, un cocktail de fruit maison.
Heureux de se retrouver en famille, leur fils commande les meilleurs plats, accompagnés
d’une bouteille de Sanpellegrino. Le copieux repas se termine par un café, offert par les
patrons du restaurant.
Patrick est tout joyeux, et attribue sa légère euphorie à la complicité qui règne au sein de sa
petite famille. Il reprend donc le volant, sa femme à ses cotés.
C’est dimanche, il y a peu de circulation. Patrick s’engage sur un carrefour, et heurte une
voiture qui arrive sur sa droite. Patrick, Muriel et le conducteur de l’autre véhicule sont
légèrement blessés.

1 Devrait il payer des dommages et intérêts de

35
0 2500€ 5000€ 7500€ 10000€ 15000€ 30000€

2 Devrait il avoir un retrait de permis de


1 an et 2 ans et
0 6 mois 1 an 2 ans 3 ans
6 mois 6 mois
3 Devrait il effectuer des travaux d’intérêts généraux de

0 20 h 40 h 60 h 80 h 100 h 120 h

4 Devrait il effectuer une peine de prison de

0 4 mois 8 mois 12 mois 16 mois 20 mois 24 mois

5 Selon vous, les actes de Patrick étaient


Pas du tout Complètement
intentionnels intentionnels
0 1 2 3 4 5 6

Après la lecture de ce court scénario, vous entourerez une seule réponse à chacune des 5
questions qui suivront :

Patrick, 50 ans, et sa femme Muriel, se préparent pour aller au restaurant. En effet, leur fils et
sa compagne les ont invités à l’occasion de la fête des mères.
Le restaurant se trouve à une quinzaine de km, dans la ville voisine, ils s’y rendent donc en
voiture.
Patrick insiste pour offrir l’apéritif, un kir royal.
Heureux de se retrouver en famille, leur fils, commande les meilleurs vins, sachant son père
Patrick, fin connaisseur. Le copieux repas se termine par un digestif, offert par les patrons du
restaurant.
Patrick est tout joyeux, et attribue sa légère euphorie à la complicité qui règne au sein de sa
petite famille. Il reprend donc le volant, sa femme à ses cotés.
C’est dimanche, il y a peu de circulation. Patrick s’engage sur un carrefour, et heurte une
voiture qui arrive sur sa droite. Patrick, Muriel et le conducteur de l’autre véhicule sont
légèrement blessés.

1 Devrait il payer des dommages et intérêts de

36
0 2500€ 5000€ 7500€ 10000€ 15000€ 30000€

2 Devrait il avoir un retrait de permis de


1 an et 2 ans et
0 6 mois 1 an 2 ans 3 ans
6 mois 6 mois
3 Devrait il effectuer des travaux d’intérêts généraux de

0 20 h 40 h 60 h 80 h 100 h 120 h

4 Devrait il effectuer une peine de prison de

0 4 mois 8 mois 12 mois 16 mois 20 mois 24 mois

5 Selon vous, les actes de Patrick étaient


Pas du tout Complètement
intentionnels intentionnels
0 1 2 3 4 5 6

Après la lecture de ce court scénario, vous entourerez une seule réponse à chacune des 5
questions qui suivront :

Patrick, 50 ans, invité à une pendaison de crémaillère à 10km de son domicile, s’y rend, en
voiture, avec sa femme.
Il arrive à la fête, pour l’apéritif. On lui sert un rhum coca. Il continue la soirée, en buvant
quelques verres de vin rouge, tout en grignotant des gâteaux apéritifs. La fin de la soirée
approche, Patrick prend une coupe de champagne pour trinquer avec ses amis.
Il est 3 heures du matin, le couple rentre à leur domicile. Il a plu, la chaussée est légèrement
glissante.
Après 10mn de route, Patrick perd le contrôle de son véhicule à la sortie d’un virage, la
voiture heurte un cycliste et bascule dans un fossé.
Tous les trois sont légèrement blessés.

1 Devrait il payer des dommages et intérêts de

0 2500€ 5000€ 7500€ 10000€ 15000€ 30000€

37
2 Devrait il avoir un retrait de permis de
1 an et 2 ans et
0 6 mois 1 an 2 ans 3 ans
6 mois 6 mois
3 Devrait il effectuer des travaux d’intérêts généraux de

0 20 h 40 h 60 h 80 h 100 h 120 h

4 Devrait il effectuer une peine de prison de

0 4 mois 8 mois 12 mois 16 mois 20 mois 24 mois

5 Selon vous, les actes de Patrick étaient


Pas du tout Complètement
intentionnels intentionnels
0 1 2 3 4 5 6

Après la lecture de ce court scénario, vous entourerez une seule réponse à chacune des 5
questions qui suivront :

Patrick, 50 ans, et sa femme Muriel, se préparent pour aller au restaurant. En effet, leur fils et
sa compagne les ont invités à l’occasion de la fête des mères.
Le restaurant se trouve à une quinzaine de km, dans la ville voisine, ils s’y rendent donc en
voiture.
Patrick insiste pour offrir l’apéritif, un kir royal.
Heureux de se retrouver en famille, leur fils, commande les meilleurs vins, sachant son père
Patrick, fin connaisseur. Le copieux repas se termine par un digestif, offert par les patrons du
restaurant.
Patrick est tout joyeux, et attribue sa légère euphorie à la complicité qui règne au sein de sa
petite famille. Il reprend donc le volant, sa femme à ses cotés.
C’est dimanche, il y a peu de circulation. Patrick s’engage sur un carrefour, et heurte une
voiture qui arrive sur sa droite. Patrick, Muriel et le conducteur de l’autre véhicule sont
légèrement blessés.

38
Pensez vous que Patrick était conscient de ce qu’il faisait au moment de
1
l’accident ?
0 1 2 3 4 5 6

2 Devrait il payer des dommages et intérêts de

0 2500€ 5000€ 7500€ 10000€ 15000€ 20000€

3 Devrait il avoir un retrait de permis de

0 1 mois 6 mois 1 an 2 ans 3 ans 10 ans

4 Devrait il effectuer des travaux d’intérêts généraux de

0 20 h 40 h 60 h 80 h 100 h 120 h

5 Devrait il effectuer une peine de prison de

0 4 mois 8 mois 12 mois 16 mois 20 mois 24 mois

Après la lecture de ce court scénario, vous entourerez une seule réponse à chacune des 5
questions qui suivront :

Patrick, 50 ans, invité à une pendaison de crémaillère à 10km de son domicile, s’y rend, en
voiture, avec sa femme.
Il arrive à la fête, pour l’apéritif. On lui sert un rhum coca. Il continue la soirée, en buvant
quelques verres de vin rouge, tout en grignotant des gâteaux apéritifs. La fin de la soirée
approche, Patrick prend une coupe de champagne pour trinquer avec ses amis.
Il est 3 heures du matin, le couple rentre à leur domicile. Il a plu, la chaussée est légèrement
glissante.
Après 10mn de route, Patrick perd le contrôle de son véhicule à la sortie d’un virage, la
voiture heurte un cycliste et bascule dans un fossé.
Tous les trois sont légèrement blessés.

Pensez vous que Patrick était conscient de ce qu’il faisait au moment de


1
l’accident ?

39
0 1 2 3 4 5 6

2 Devrait il payer des dommages et intérêts de

0 2500€ 5000€ 7500€ 10000€ 15000€ 20000€

3 Devrait il avoir un retrait de permis de

0 1 mois 6 mois 1 an 2 ans 3 ans 10 ans

4 Devrait il effectuer des travaux d’intérêts généraux de

0 20 h 40 h 60 h 80 h 100 h 120 h

5 Devrait il effectuer une peine de prison de

0 4 mois 8 mois 12 mois 16 mois 20 mois 24 mois

Après la lecture de ce court scénario, vous entourerez une seule réponse à chacune des 5
questions qui suivront :

Patrick, 50 ans, invité à une pendaison de crémaillère à 10km de son domicile, s’y rend, en
voiture, avec sa femme.
Il arrive à la fête, pour l’apéritif. On lui sert un Perrier citron. Il continue la soirée, en buvant
quelques verres de jus de fruit, tout en grignotant des gâteaux apéritifs. La fin de la soirée
approche, Patrick prend un cocktail de jus de fruit pour trinquer avec ses amis.
Il est 3 heures du matin, le couple rentre à leur domicile. Il a plu, la chaussée est légèrement
glissante.
Après 10mn de route, Patrick perd le contrôle de son véhicule à la sortie d’un virage, la
voiture heurte un cycliste et bascule dans un fossé.
Tous les trois sont légèrement blessés.

Pensez vous que Patrick était conscient de ce qu’il faisait au moment de


1
l’accident ?

40
0 1 2 3 4 5 6

2 Devrait il payer des dommages et intérêts de

0 2500€ 5000€ 7500€ 10000€ 15000€ 20000€

3 Devrait il avoir un retrait de permis de

0 1 mois 6 mois 1 an 2 ans 3 ans 10 ans

4 Devrait il effectuer des travaux d’intérêts généraux de

0 20 h 40 h 60 h 80 h 100 h 120 h

5 Devrait il effectuer une peine de prison de

0 4 mois 8 mois 12 mois 16 mois 20 mois 24 mois

Après la lecture de ce court scénario, vous entourerez une seule réponse à chacune des 5
questions qui suivront :

Patrick, 50 ans, et sa femme Muriel, se préparent pour aller au restaurant. En effet, leur fils et
sa compagne les ont invités à l’occasion de la fête des mères.
Le restaurant se trouve à une quinzaine de km, dans la ville voisine, ils s’y rendent donc en
voiture.
Patrick insiste pour offrir l’apéritif, un cocktail de fruit maison.
Heureux de se retrouver en famille, leur fils commande les meilleurs plats, accompagnés
d’une bouteille de Sanpellegrino. Le copieux repas se termine par un café, offert par les
patrons du restaurant.
Patrick est tout joyeux, et attribue sa légère euphorie à la complicité qui règne au sein de sa
petite famille. Il reprend donc le volant, sa femme à ses cotés.
C’est dimanche, il y a peu de circulation. Patrick s’engage sur un carrefour, et heurte une
voiture qui arrive sur sa droite. Patrick, Muriel et le conducteur de l’autre véhicule sont
légèrement blessés.

41
Pensez vous que Patrick était conscient de ce qu’il faisait au moment de
1
l’accident ?
0 1 2 3 4 5 6

2 Devrait il payer des dommages et intérêts de

0 2500€ 5000€ 7500€ 10000€ 15000€ 20000€

3 Devrait il avoir un retrait de permis de

0 1 mois 6 mois 1 an 2 ans 3 ans 10 ans

4 Devrait il effectuer des travaux d’intérêts généraux de

0 20 h 40 h 60 h 80 h 100 h 120 h

5 Devrait il effectuer une peine de prison de

0 4 mois 8 mois 12 mois 16 mois 20 mois 24 mois

42