Vous êtes sur la page 1sur 4

LE CHERCHEUR

Solal Rabinovitch
in Jean François, La psychanalyse : chercher, inventer, réinventer

ERES | « Scripta »

2004 | pages 185 à 187


ISBN 9782749202464
Article disponible en ligne à l'adresse :
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
https://www.cairn.info/la-psychanalyse-chercher-inventer-reinventer---page-185.htm
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution électronique Cairn.info pour ERES.


© ERES. Tous droits réservés pour tous pays.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 187.58.4.13 - 14/04/2020 06:55 - © ERES

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 187.58.4.13 - 14/04/2020 06:55 - © ERES


La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les
limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la
licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie,
sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de
l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage
dans une base de données est également interdit.

Powered by TCPDF (www.tcpdf.org)


15 Chap. 15 RABINOVITCH 29/07/09 13:02 Page 185

Solal Rabinovitch

Le chercheur
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 187.58.4.13 - 14/04/2020 06:55 - © ERES

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 187.58.4.13 - 14/04/2020 06:55 - © ERES


« Chercher » : chaque auteur aura pu en saisir ici l’un ou l’autre
des fils, chacun à sa façon singulière, selon son style propre, bordant
ainsi un champ tel qu’aucune trouvaille, fût-elle petite ou grande, fût-
elle anticipation ou retrouvaille, ne puisse le clôturer, tel qu’au
contraire ses limites viennent à reculer.
Entre ce qui pousse à chercher et ce qui, de l’intérieur même de la
démarche du chercheur, y fait obstacle, entre la mutité du pulsionnel et
l’incomplétude aveugle de la parole, s’élaborent ou s’inventent des bouts
de savoir, des trouvailles de détail. Apprendre à voir, et la curiosité
sexuelle se met au service du chercheur ; apprendre à penser, voire à
écrire, c’est se glisser dans les pas de l’Innenforschung, de l’investigation
du dedans, de l’introspection, en somme de la cure ; encore la cure n’y
suffit-elle pas, il y faut aussi tout ce à quoi s’applique la réalité psychique.
Voir, et puis lire des rêves, des lettres ou même des pensées, cela
s’apprend d’abord avec des parties érogènes du corps ; cela s’apprend
ensuite avec des textes, avec un instrument de musique ou un pin-
ceau, avec le nœud, le graphe, avec une mélodie, avec la biologie… :
en somme on apprend autant à lire avec ses lunettes ou son micro-
scope qu’avec ce qu’on cherche entre les signes d’un ciel ou d’une
page, et qui oriente la recherche. Car si la vérité n’est pas ailleurs que
dans le travail même de la recherche, c’est dans le réel traversé, d’in-
ventions en réinventions, qu’elle se laisse saisir.
15 Chap. 15 RABINOVITCH 29/07/09 13:02 Page 186

186 La psychanalyse : chercher, inventer, réinventer

Chaque fois qu’un réel croise le fil d’une recherche, il le suspend ;


car à son appel, peut répondre une invention de savoir, qui force
l’accès du réel et le réduise à de l’écrit, voire qui le nomme. Ainsi l’épi-
phanie troue l’écriture joycienne, ainsi l’objet a troue l’imaginaire et
rend possibles d’autres écritures (celle des discours, celle des nœuds),
ainsi le dispositif de la passe introduit une discontinuité dans le pas de
l’analysant à l’analyste. Reste que ce sont les recherches de détail qui
préparaient la maison où tombent maintenant ces hôtes non invités,
les fantaisies théoriques qu’évoquait Freud ; et la sorcière métapsy-
chologie fait le lit où coucheront les mythes du père. C’est qu’à suivre
à la trace le réel, on va contre l’évidence d’un savoir déjà appris et on
apprend à en évider le sens ; et le phantasieren vient répondre, avec des
bouts de pulsions imbriquées (y compris des bouts de pulsion de
mort), du triple bord du réel, le réel de la pulsion, le réel du non-sens,
le réel du sexe.
Combler les lacunes de notre théorie comme celles de notre per-
ception consciente, prêter notre voix à ce que tait le symptôme,
démêler les fils du trauma et du fantasme, de la jouissance et de la
lettre, de quelle façon cela modifie-t-il le chercheur lui-même, puisque
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 187.58.4.13 - 14/04/2020 06:55 - © ERES

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 187.58.4.13 - 14/04/2020 06:55 - © ERES


la subjectivité qui tisse sa recherche subvertit par là même ses trou-
vailles ? Et cette modification n’éclaire-t-elle pas a contrario les
recherches dans les autres disciplines ainsi que l’application de la psy-
chanalyse aux sciences humaines ? Le savoir obtenu par la levée du
refoulement donne lieu, alors même qu’il y répugne voire le dément,
à la fabrication d’un autre savoir, celui-là de théorie ; c’est que le tra-
vail d’élucidation des processus psychiques les modifie en retour, et
c’est sur ce « changement interne » produit chez le sujet que repose le
savoir. Ce savoir issu du changement interne, qui est un savoir de la
structure, doit forcer des résistances « affectives », effroi ou aversion.
Il faut à l’analyste dans l’exercice quotidien du transfert combattre sa
propre passion de l’ignorance qui pourrait se superposer au défaut, de
structure, dans le savoir, en le masquant.
Que la visée du traitement soit une visée de savoir, que le « cher-
cher » soit la modalité freudienne du soigner, suffit à distinguer radi-
calement la psychanalyse des psychothérapies ; que l’analyste doive
reconnaître un savoir après-coup de son acte, que puisse s’éclairer
comment s’est formée chez lui cette disposition à occuper la place de
semblant d’objet dans une cure, c’est la visée d’une école et par là
même l’objection à la psychanalyse à l’université ; l’invention dans la
pratique et dans la doctrine y participe ; la réinvention partagée, parce
qu’elle inclut dans l’invention la fracture historique qui sépare Lacan
15 Chap. 15 RABINOVITCH 29/07/09 13:02 Page 187

Le chercheur 187

de Freud, tient compte des nouvelles coordonnées que cette fracture


aura données à la science.
Le champ ouvert par les frayages de Freud et de Lacan n’est donc
pas clos et la longue, patiente, recherche des pourquoi nous oblige non
seulement à poursuivre ces frayages mais à les prolonger. Et pourquoi
ne pas reprendre à notre compte les recommandations de Rainer
Maria Rilke à un jeune poète :
« Vous êtes si jeune, si neuf devant les choses, que je voudrais
vous prier, autant que je sais le faire, d’être patient en face de tout ce
qui n’est pas résolu dans votre cœur. Efforcez-vous d’aimer vos ques-
tions elles-mêmes, chacune comme une pièce qui vous serait fermée,
comme un livre écrit dans une langue étrangère. Ne cherchez pas pour
le moment des réponses qui ne peuvent vous être apportées, parce
que vous ne sauriez pas les mettre en pratique, les “vivre”. Et il s’agit
précisément de tout vivre. Ne vivez pour l’instant que vos questions.
Peut-être, simplement en les vivant, finirez-vous par entrer insensi-
blement, un jour, dans les réponses. »
Cette entrée insensible dans les réponses, Rilke, l’homme de soli-
tude, en donne la formule lorsqu’il propose au jeune poète de se
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 187.58.4.13 - 14/04/2020 06:55 - © ERES

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 187.58.4.13 - 14/04/2020 06:55 - © ERES


demander à lui-même « mourriez-vous s’il vous était défendu
d’écrire ? », lorsqu’il lui propose de se demander à lui-même à l’heure
la plus silencieuse de la nuit s’il est vraiment contraint d’écrire. Cette
contrainte n’est-elle pas une façon, aussi vertigineuse que de
construire dans les airs ou de peindre sur l’eau, d’apprivoiser l’im-
possible ? Écrire est saisir un savoir qu’on n’a pas, écrire est se tenir au
bord du trou du réel et en répondre ; répondre permet de saisir le bord
du trou, et saisir est modifier. Ainsi se modifie la position du sujet
dans la recherche.