Vous êtes sur la page 1sur 8

MPSI/PCSI SI, cours sur la logique

LOGIQUE COMBINATOIRE

I. VARIABLE LOGIQUE.
Rappel : structure d’une chaine fonctionnelle d’un système automatisé.

Les ordres et les informations  Analogique (par exemple une tension variable)
peuvent être :  Logique (0 ou 1, vrai ou faux)
 Numérique

Exemple de système automatisé :


Le portail automatisé.
Pour simplifier, on s’intéresse aux
éléments suivants :
 Les 2 portes
 Les 2 moteurs
 La télécommande
 La cellule photo électrique

Entrées/sorties de la Partie commande


(PC) du portail : (les entrées sont les
informations, les sorties sont les ordres)

Appui sur la
télécommande Ouvrir portes
PC du
Présence devant portail Fermer portes
capteur
Les entrées et les sorties sont sous la forme tout ou rien (1 ou 0) (vrai ou faux), on les
appelle des variables logiques.
L’objet de ce chapitre est de modéliser le fonctionnement des PC

1/8
MPSI/PCSI SI, cours sur la logique

II. ALGEBRE DE BOOLE. Il permet de traiter des problèmes de logique.

1. Opérateurs logiques de base.


Opérateur égalité Table de vérité a S
0 0
Equation logique : S = a 1 1

Opérateur ET Table de vérité a b S


0 0 0
Equation logique : S = a.b 0 1 0
1 1 1
1 0 0

Opérateur OU Table de vérité a b S


0 0 0
Equation logique : S = a + b 0 1 1
1 1 1
1 0 1

Opérateur NON Table de vérité a S


0 1
Equation logique : S a 1 0

2. Exemple de problème de logique. Etude d’un monte charge.

Un monte-charge doit permettre le levage de masses comprises entre 20 et 80 kg. Pour


cela, il comporte une plate-forme reposant sur des ressorts.
Selon l'importance des charges à soulever, trois contacts réglables sont mis en circuit.
Les contacts passent à 1 lorsque qu’ils sont en contact avec la cuve du monte-charge.

Cahier des charges


 À vide, aucun des contacts n'est activé. le monte-charge peut fonctionner.

2/8
MPSI/PCSI SI, cours sur la logique
 Pour des charges comprises entre 5 et 20 kg, le monte-charge ne peut
fonctionner. Le contact « a » est actionné.
 Pour les charges comprises entre 20 et 80 kg, le monte-charge doit fonctionner.
« a » et « b » sont actionnés.
 Pour des charges supérieures à 80 kg, le monte-charge ne peut fonctionner. Les
contacts « a », « b » et « c » sont actionnés.

Problème posé : Il faut modéliser le comportement attendu en équations afin de réaliser


la partie commande.

Question : Déterminer l'équation booléenne de la sortie S assurant l’autorisation


de fonctionnement de ce monte-charge.

Le monte-charge doit fonctionner (S passe à 1) à vide (cas a=0 et b=0 et c=0) ou pour les
charges comprises entre 20 et 80 kg (cas a=1 et b=1 et c=0)

On peut écrire l’équation de la sortie S  a .b .c  a.b.c

3. Propriétés de l’algèbre de BOOLE.


Commutativité a.b = b.a a+b = b+a

Associativité a.(b.c) = (a.b).c a+(b+c) = (a+b)+c

Distributivité a.(b+c) = a.b+a.c a+(b.c) = (a+b).(a+c)

Eléments neutres a.1 = a a+0=a

Elément absorbant a.0 = 0 a+1=1

Complément a.a  0 a  a 1
Idempotence a.a = a a+a=a

Théorème de De Morgan
a.b  a  b a  b  a .b

Exemples d’utilisation de l’algèbre de Boole pour simplifier des expressions logiques.

(c  b).c  c.c  b.c  c  b.c  c.(1  b)  c


a.(a  b)  a.a  a.b  a.b

III. OPERATEURS LOGIQUES.


1. Opérateurs à une variable.

a f(a) S

3/8
MPSI/PCSI SI, cours sur la logique
Représentons dans une table de vérité, tous les cas possibles d’une fonction Booléenne à
une variable d’entrée.

Variable a Fonction f(a)


f1 f2 f3 f4
0 0 0 1 1
1 0 1 0 1

f1 = 0 mise à 0 f3 = a complément (fonction non)


f2 = a identité f4 = 1 mise à 1

2. Opérateurs à deux variables.


Etudions tous les cas possibles d’une fonction Booléenne à deux variables d’entrée.
a S
f(a,b)
b

2. n 4
Remarque : il y a 16 fonctions possibles ( 2 =2 )

Fonctions déjà vues : f1 = 0 mise à 0 f5 = b identité


f2 = 1 mise à 1 f6 = b complément
f3 = a identité f7 = a + b ou
f4 = a complément f8 = a.b et
Autres fonctions :

« OU exclusif » Table de vérité a b S


0 0 0
f 9  a  b  a.b  a .b 0 1 1
1 1 0
1 0 1

« NOR » (non ou) : f 10  a  b  a .b (De Morgan)

« NAND » (non et) : f 11  a.b  a  b

« Equivalence » Table de vérité a b S


0 0 1
f 12  a.b  a .b 0 1 0
1 1 1
1 0 0

« Implication » (a implique b ) a b S

f 13  a  b 0 0 1
0 1 1
1 1 1
Si a=1 alors S=b 1 0 0
Si a=0, b peut prendre les valeurs 0 ou 1

4/8
MPSI/PCSI SI, cours sur la logique

« Implication » (b implique a) : f 14  a  b

IV. SIMPLIFICATION DE FONCTION.


Une expression combinatoire représente une fonction booléenne
Pour n variables d’entrées, il existe :
2. n
 2 fonctions différentes.
 Une infinité d’expressions combinatoires (certaines sont équivalentes).

On recherche la forme la plus simple possible d’une expression combinatoire. Le but est
de réaliser une fonction en utilisant le moins d’opérateurs logiques possibles.

Méthode algébrique : On écrit les produits par ordre alphabétique afin de les
comparer plus facilement et on utilise les propriétés de l’algèbre de Boole.

Exemples : S1  a  b  a .b  a  b.(1  a )  a  b
S 2  a .(b .c  b .c  b.c)  a .(b .(c  c)  b.c)  a .(b  b.c)

Remarque : Certaines simplifications n’apparaissent pas, par exemple

S 3  a  a .b  a  a .b  a.b (on rajoute a.b )(car


a+a.b=a(1+b)=a)
S 3  a  (a  a).b  a  b

On peut donc reprendre S 2  a .(b  c)

Méthode graphique. Tableau de Karnaugh.

Le tableau de Karnaugh est une table de vérité disposée de manière à faire apparaître les
possibilités de regroupement de termes.

Exemple 1
Une fonction S4 à trois entrées est représentée par une table de vérité.
On va représenter cette fonction dans un tableau de Karnaugh et on va écrire son
équation simplifiée.
Tableau de Karnaugh
a b c S4
0 0 0 0 S4 a
0 0 1 0 b
0 1 0 1
0 1 1 0
1 0 0 0
1 0 1 0
1 1 0 1
1 1 1 1 c

Equation simplifiée : S 4  a.b  b.c


5/8
MPSI/PCSI SI, cours sur la logique
Exemple de fonctions S5 et S6 à 4 variables représentées par des tableaux de Karnaugh

S5 a S6 a
b b

1 0 0 1 1 1 0 1

1 1 0 1 1 1 0 0

0 1 0 1 1 1 1 0

1 0 1 0 1 1 0 1

c d c d

S 5  b .c  a .b.d  a .b .d  a.b .d  a.b.c.d S 6  a  b .d  b.c.d

Remarques :
 On forme les groupes de 1 (ou de 0) adjacents les plus gros possibles (d’un nombre
de 2n de termes : 1, 2, 4, 8, 16,…)
 Les entrées sont organisées sous forme de code binaire réfléchi appelé aussi code
Gray (2 cases adjacentes ne se distinguent que par le changement d’une seule
variable).
 On utilise les nombreuses symétries.

V. REPRESENTATION DES FONCTIONS LOGIQUES


On peut représenter une  Une phrase (S est vrai si a et b sont vrais)
fonction logique avec :  Une équation logique (S = a.b)
 Une table de vérité.
 Un tableau de Karnaugh.
 Un chronogramme.

1. Schémas électriques.
Ils sont réalisés par des contacts électriques commandés manuellement (poussoir) ou
électriquement (relais).

Exemple 1.

6/8
MPSI/PCSI SI, cours sur la logique
On distingue deux sortes de contacts : « à ouverture » (Non) » et « à fermeture » (Oui).
 Si c = 1, le courant passe dans le contact. Si c = 0, le courant ne passe pas.
 Si a = 0, le courant passe dans le contact. Si a = 1, le courant ne passe pas.

La fonction représentée est : L  c.(a  b )


 La fonction « et » est réalisée par des contacts en série.
 La fonction « ou » est réalisée par des contacts en parallèles.

Exemple 2.

La fonction représentée est : L  b.(c  a .d )  b .d .(a  c)


Remarque : Les contacts a et a électriquement indépendants sont commandés
par la même action « a ».

2. Logigrammes.
Un logigramme est une association d’opérateurs logiques décrivant une équation logique.
Liste (non exhaustive) des opérateurs logiques :

Symbole Equation Opérateur Symbole Equation Opérateur

S=a Identité S a Non

S = a.b ET S  a.b NAND

S=a+b OU S  ab NOR

S  a b OU S  a b a implique b
exclusif

7/8
MPSI/PCSI SI, cours sur la logique
Le logigramme d’une fonction logique n’est pas unique. Il dépend des contraintes
technologiques imposées.

Exemple : On veut réaliser la fonction S  a.b


Solution 1 : En utilisant toutes Solution 2 : En utilisant uniquement les fonctions de
les fonctions logiques base ET, OU, NON
disponibles

Dans certains cas, on se voit imposer l’utilisation unique des cellules NOR ou NAND
En effet, toute fonction peut être réalisée en utilisant uniquement des cellules NOR ou
NAND (cellules dites universelles). Cela permet de réaliser une fonction logique en
utilisant qu’un seul type de cellules.
Il faut alors réorganiser la fonction (en utilisant le théorème de De Morgan) pour faire
apparaître que des NOR ou que des NAND.

Remarques.
Pour avoir un NON avec un NAND Pour avoir un NON avec un NOR

Solution 1 :

En utilisant que des NAND.

S  a.b  a.b  a.(b.b)

Solution 2 :

En utilisant que des NOR.

S  a.b  a.b  a  b

S  (a  a )  b
8/8