Vous êtes sur la page 1sur 9

LÉGITIMITÉ, ÉTHIQUE ET DÉONTOLOGIE

Benoît Grevisse

C.N.R.S. Editions | « Hermès, La Revue »

2003/1 n° 35 | pages 223 à 230


ISSN 0767-9513
ISBN 2271061261
Article disponible en ligne à l'adresse :
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
https://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2003-1-page-223.htm
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution électronique Cairn.info pour C.N.R.S. Editions.


© C.N.R.S. Editions. Tous droits réservés pour tous pays.

La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les
limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la
© C.N.R.S. Editions | Téléchargé le 03/10/2020 sur www.cairn.info (IP: 129.45.10.154)

© C.N.R.S. Editions | Téléchargé le 03/10/2020 sur www.cairn.info (IP: 129.45.10.154)


licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie,
sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de
l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage
dans une base de données est également interdit.

Powered by TCPDF (www.tcpdf.org)


Benoit Grevisse
Observatoire du Rlcit Mediatique al'uniuersite catholique de Louvain

LEGITIMlTE, ETHIQUE
ET DEONTOLOGIE

L'engouement pour l'erhique et la deonrologie est sansdoure moins, aujourd'hui, le signe


d'un regainde legitimite des journalistes qu'un signede plus desfaiblesses inherentesa cettepro-
fession. Il est a la fois le temoin d'une recherche identitaire parfois meneesur le terrain mytho-
logique, voire ideologique, et la reponse sincereou dilatoire aux critiques publiques. L'ethique
journalistique est sansaucun doute en partie insrrumentalisee. En tant que questionnement,elle
© C.N.R.S. Editions | Téléchargé le 03/10/2020 sur www.cairn.info (IP: 129.45.10.154)

© C.N.R.S. Editions | Téléchargé le 03/10/2020 sur www.cairn.info (IP: 129.45.10.154)


n'endemeurepasmoinsun modepertinent de reponse auxdefisanalyses danscenumerod'Hermes.
En matiere journalistique, commeen d'autreschamps,on distingue habituellementle droit,
corpsde normescontraignantes appliquees de l' exrerieur de la profession et sanssonaccord neces-
saire,de la deonrologie, corpsde normes codifiees par la profession elle-rneme, et que le raison-
nement ethique Iegitimerait et completerait. L'ethique, selon 1'acception la plus classique,
designela zonede reflexion personnelle de recherche du bien professionnel, la OU l' enonce de la
regle deontologique ne suffit pas a apporter une reponse satisfaisante.
A priori, route profession peut distinguer sesdroits et sesdevoirs. Ladeontologie caracterise
cependantun certain type de professions, elaborees, le plus souvent liberales. « Ces professions
appelees liberales sont lieespar une disciplinecommunequi creeun esprit de fraternire, de haute
competence scientifique et de service public », estimait LeonDuwaerts'. « Cette disciplinecom-
munes'esterenduea de nombreuses professions, notamment a celles despharmaciens et desarchi-
tectes,dont la raisond'etre primordialeest de servirl'interer generalet dont Ie but lucratif n'est
que - et doit rester- secondaire. Cette definitions'applique entieremenra l' etat des journalistes,
sous toutes ses formes. Les regles professionnelles prescrivent des devoirs envers la science, la
verite,le public, lescollegues et la societe en general. Ellesconcementegalementles journalistes
de la presse, du son et de 1'image »,
Cette conception Iiberale classique sembledoncrenforcer I'idenriteet l'unite de la profession
journalistique. Elle inscritIe journalisme au coeur du contrat social. Au regimedu secretdespou-

HERMES 35, 2003 223


Benoit Grevisse

voirssesubstitue celuide l' opinionet de son expression. Le droit d'etre informes'instauresousdes


reconnaissances constitutionnelies diverses. « Toute personne a le droit a la Iiberted'expression. Ce
droit comprendla liberted'opinionet lalibertederecevoir oudecommuniquerdesinformations ou
desideessansqu'il puissey avoiringerence d'autoritepubliqueet sansconsideration de frontiere »,
affirme la Conventioneuropeenne des droits de 1'homme en son alineapremier de 1'article 10.
L'usagecourant a frequemment denature ce principe, en mettant en exergueun « droit de
savoir ». Il y a la la traced'une confusion descadres fondateurs qui fait qu'aujourd'hui, l' erhiqueet
la deontologie, qui devraientrenforcer la legitimite journalistique,eprouventde nombreuses dif-
ficultes a le faire. De nombreux juristes ont note la distorsion etablie par ce « droit de savoir »,
« L'usagecourant du terme droit est ambigu », note ainsi Francois ]ongen, « nombre de textes
paraissentgarantir un droit de recevoir ifreedom to) alorsqu'ils n'ouvrent en fait qu'une liberte de
reception ifreedom from) »2. Dans ce regime, la presseest invitee a exercer un controle democra-
tique, par delegation du public. On inscrit donc la presse dans un renversement de cadre: « Au
commencement - c'est-a-dire avant la revolution et avant la reconnaissance de la Iiberte de
presse-la presseetait unie a 1'Etatpour dominer le citoyen. Ensuite (... ) la presseet le citoyen
furent natureliement unis comme contre-pouvoirde 1'Etat »3.
© C.N.R.S. Editions | Téléchargé le 03/10/2020 sur www.cairn.info (IP: 129.45.10.154)

© C.N.R.S. Editions | Téléchargé le 03/10/2020 sur www.cairn.info (IP: 129.45.10.154)


Une reflexion Imposee
La deontologiedes journalistes, tout commela regulationdes medias,s'inscrit dansune evo-
lution longue des rapports tumultueux qu'entretiennent pouvoirs judiciaires, politiques et
mediatiques. Leretour a 1'avant-plan du soucideontologiqueest sansaucun doute motive par la
generalisation de la critique de 1'information telie qu'on a pu 1'observer depuis Timisoara et la
Guerredu Golfe. Au nombredesprincipesdeontologiques mis en cause, on noteraque lesplus fre-
quemment releves par lesjournalistes eux-rnernes sont lesdevoirs classiques du respectdelaverite,
de la publication des seulesinformationsdont I'origine est connue et du respectde la vie privee.
Ceselements,clairementidentifiespar ladeonrologie codifiee, constituent la representationmini-
male classique qu'on peut observer chezles journalistes. Malgre leur aspecta la fois minimaliste,
a 1'aune de 1'ensemble des normes,et capital, quant a leur portee, cesprincipes- et leurs defauts
d'applicationdans un certain nombre de cas- montrent combienI'autoregulation de la pratique
journalistique est soumise a une premiere limite, celie qu'on peut definir comme un manque
d'homogeneite, marque a deux niveaux: celuidu partage des normespar cette profession et celui
de l' efficience d'une force contraignante.
En effet,commeleprecisenrnombrede textesdeonrologiques, lesjournalistes entendent etre
les seuls juges de leur deontologie. Il faut neanmoins considerer le fait que cette affirmation se
heurte souvent,danslesfaits, aun deficitde reconnaissance du systemedeonrologique par certains

224 HERMES 35, 2003


Ugitimite, ethique et deontologie

types de journalistes. Faut-il ainsi rappeler que la Grande-Bretagne, citee atitre d'exemple en
matiere de Conseil de presse, possede neanmoins la pressepopulaire la plus remarquable parses
violationsde principes tels que celuidu respectde la vie privee ? De meme, en de nombreux pays,
on observeI'existencede personnespratiquant des taches relevant de !'information, sansposseder
de carte de presse, ni reconnaitre la Iegitimite des instances deonrologiques.
Ce tableau appelleun certain nombre de nuancessanslesquelles il sembledifficilede saisirles
enjeux actuels de l'autoregulation. Il est vrai qu'on peut denombrer de foisonnantes limites a
I'autoregulation. Maisil est tout aussiexactque I'on constareaujourd'hui de nombreusesinitiatives
de regulation adivers niveaux. Cette tendance se traduit notamment, au sein des redactions,par
I'adoption de chartes propres aux redactions, mais aussiparla designation de mediateurs charges
d'entendre et d'apporter des reponses aux questionsou plaintes du public. On voit de rnemefleurir
les emissions,les rubriques ou les revues de critique des medias... Pour tenter de comprendre en
quoi cesdemarchessont, ou non, une reponseauxdefisqui interpellent aujourd'hui le journalisme,
il convient de repreciserle cadre de la responsabilite alaquelle elles sont supposees repondre.

Une confusion de cadres de reference


© C.N.R.S. Editions | Téléchargé le 03/10/2020 sur www.cairn.info (IP: 129.45.10.154)

© C.N.R.S. Editions | Téléchargé le 03/10/2020 sur www.cairn.info (IP: 129.45.10.154)


On peut, en effet,penser que cette professionvit aujourd'hui dans un cadrede references ethi-
ques fait de superpositions de conceptions historiques. Cette stratification n'est ni clarifiee, ni
assumee, Seionles opporrunites, et peut-etre de bonne foi, les journalistes recourent aux unes ou
auxautres,s'enfermant ainsidans un discourssoutenant despratiques dont ilssont en definitiveles
victimes.
Classiquement, la reference historique ala conquete de la Iiberte d'expressiondes opinions et
son corollaire,la liberte de la presse,viennent nourrir une representation mythologique. Le jour-
naliste est alorsle combattant, l' opposantau pouvoirautoritaire. L'autorisation prealableet la cen-
sure caracterisentce regime. Bien que depassedans les regimesdemocratiques ou la censurea pris
d'autres formes,cecadreest evidemment encoretres present dans bon nombre de pays.Il interfere
pourtant encoreaveclesrepresentationsdu journalisteen regime democratique. Il est notamment
entretenu, a juste titre, par l' action des associations de defense des droits de 1'homme ou de la
liberte de la presse.Il advient aussi que I'on confondeI'atteinte autoritaire ala Iiberte de la presse
et les regimes totalitaires. Dans ce dernier cas,le journaliste n'est pas seulement soumis aux con-
traintes decrites. Il estpurement instrumentalise au serviceexclusifdu pouvoir enplace.Cette der-
niere posture journalistique, contraire a la construction de la rnythologie journalistique, peut
prendre des formes diverses de soumission au pouvoir.
Lerelevede cette confusionn'a pas d'inrerer que typologique. Il permet de saisirque 1'image
d'Epinai de la defensede la Iiberte de la presse,en regime totalitaire, peut contribuer avoilerla rea-

HERMES 35, 2003 225


Benoit Grevisse

lite de la soumission du journalisme democrarique a. d'autres contraintes que celles du pouvoir


politique. L'autorisation prealable et la censure a posteriori ne rrouvenr-elles pas davantage a.
s'appliquer aujourd'hui a. 1'emprise economique ?
Concomitammenta. cescadres, la reference au modeleliberalexpliquecebrouillage. La libre
circulationdesidees, proneeparJohn Milton, placelesfaitserlesopinionssur le marchedesidees.
La liberte d'expression est assimilee a. la liberte de la presse et a. la liberte d'entreprendre. Les
moyens de production sont un outil d'expression versIeplus grand nombreet le rnarcheest sup-
poseassurerla pluralite des idees. Le journalisteest le chien de garde de la democrarie. Il controle
lespouvoirs institues. Le contenu mediatique induit par ce cadreest prioritairement orientevers
1'inforrnationsociale et politique. Lecitoyenestameneparlesmediasa. participera la viepublique.
Les theorieslibertariennes deJohn C. Merrillincarnentlaconceptionclassique de cemodele.
La Iiberte d'entreprendre est la condition meme d'exercice de la Iiberte d'expression. L'Btat est
toujours designecommel'entite vis-a-vis de laquellela liberte de la pressedoit assurerson inde-
pendance economique et morale. Merrill s'oppose aux interventions etatiques, y compris en
matierede regulationlegaleet professionnelle. BorisLibois fait remarquerque, pour Merrill « la
contrainrepeut provenirde 1'Btatmais aussides journalistes instirues collectivement en organi-
sationsprofessionnelles et cherchant a. imposera. leursconfreres des codes erhiqueset desorganes
d'autoregulation» 4. Il s'agit d'un renvoi pur et simple a. une erhique radicale. La conscience indi-
viduelledu journaliste constitue la limite de la liberte de la presse. Les seules sanctions des abus
© C.N.R.S. Editions | Téléchargé le 03/10/2020 sur www.cairn.info (IP: 129.45.10.154)

© C.N.R.S. Editions | Téléchargé le 03/10/2020 sur www.cairn.info (IP: 129.45.10.154)


eventuels sont celles du rnarcheet de lalibreconcurrence. Touteformed'autorite etanrliberticide,
rnerne l'elaborarion d'un statut pour les journalistes devrait, comme Ie note Daniel Cornu', con-
duire a. une « hornogeneisarion des pratiques et a. un conformisme des opinions »,
On nepeut s'empecherdenoterque cecadredepensee ressurgitfrequemmentdanslesdiscours
d'autolegitimarion professionnelle. C'estdansuneconception libertaire, quelquepeu devoyee, que
vont notamment puiserles journalistes a. qui I'on adresse les reproches d'atteinte a. la vieprivee, de
violations du secret de I'instruction,d'usagede methodes deloyales, etc. Contrairement auxcadres
precedents, il nes'agit pas icide nierIepoidsdu commerce dansIejeudemocratique. Au contraire,
ce sont la liberte d'entreprendreet la sanction d'achat par le public qui vont s'opposer a. une pre-
tenduechapedeplomb,imposee parun pouvoirdominant cherchant a. cacher laverite.Lepublicest
alors renvoye a. cefameux droit de savoir evoque au debut de cet article. La deonrologie journalis-
tique, qui interdit detellespratiques,apparaitalors commeun freina. ce « droit», unesortedesup-
pOt ideologique, totalementintegreau systeme du pouvoir. Ledroit de savoir collectifprend le pas
sur laprotectiond'interetsparticuliers. Cemodeleconvientparfaitement ala rhetoriquede defense
de lapresse a. sensation erauxdivers exces mediariques. Il omet,evidemment, lamiseen exergue du
profit, moteur de ces choix, legitime par la sanction d'achat du public.
La radicalite des theories libertariennes a trouve a. s'accommoder des conceptions liberales
modemes. L'inrervenrion de 1'Btat n'est plus rejeree, des lors qu'il s'agit d'assurerun pluralisme
d'opinions par un mecanisme regulareurdu marche. Dans cette mesure,lesdorations et lesaides

226 HERMES 35, 2003


Ugitimite, ethique et diontologie

sontacceptables. Les interventions portent alors surlareglemenration delaconcentration desgrou-


pes de presse, Ieversement de subsides, lesaidesindirectes ou encore la reglemenrarion de lapubli-
cite. Par contre,on s'oppose toujoursa 1'intervention de 1'Brat dans cequi toucheala liberte de la
presse. Laresponsabilite de la presse pesealorssur la seuleconscience individueIle des journalistes.
Cette rheorieliberaleconfond liberte d'expression et Iiberte de la presse. Elle ramene cette
dernierea un droit naturelaffranchi de toute regle, LaIibertedelapresse seraitunesortedesomme
de responsabilites individueIles des journalistes. Cette conception ignore totalement I'organisa-
tion hierarchique des entreprises de presse, au seindesqueIles l'auronomiejournalistique est evi-
demment Iimitee.Cediscours, reprispar nombredeproposjournalistiques, asurtout pour effetde
pieger les journalistes.
L'affirmation de 1'autonomie journalistique est seduisanre dans le cadred'un combatpour la
defense de laliberredela presse. n trouveun echodansle concept de ladelegation: c'est au nomdu
public que le journaliste exerce la liberte d'expression, effectuee dans l' exercice de la liberte de la
presse. Cettevuenepeut secomprendre quesiI'on seplacedansuneperspective d'espace publicque
l' on cherche aconstruire socialement et politiquement,dansun sens classique. L'information sociale
et politique est pourtant loin de constituerI'essentiel de la production journalistique contempo-
raine. A !rJrtiori, le fluxmediatique, au seinduquel il est de plus en plus malaise de definirlesfron-
tieres entre information, entertainrrtent et communication, noie completement ce journaliste
autonome. nnelui resteplusquequelques races llorsdepratiquedecejournalisme idealet affranchi,
© C.N.R.S. Editions | Téléchargé le 03/10/2020 sur www.cairn.info (IP: 129.45.10.154)

© C.N.R.S. Editions | Téléchargé le 03/10/2020 sur www.cairn.info (IP: 129.45.10.154)


dont le role ideologique n'est d'aiIleurs pas a negliger, TeIle emission de reportage, tel journal
d'investigation frondeuse, si souventmis sur le pavois, ne sont-ilspas le masque et la cautiond'une
realitebienmoinsautonome ? Non seulement, enniant l' effectivitedescontraintes hierarchiques, ce
discours journalistiqueexonere lesresponsables demedias, pourtantsupposes entirerun profitsupe-
rieur. Mais il coupeegalement le journaliste du lien qui 1'unissait au public. En affirmant la seule
regulation par les pairs, cette vulgate journalistique de l'independance oblige lesprofessionnels a
porterseuls toute lacharge dela responsabilire mediatique. Cetterhetoriquenetient pas comptede
I'evolution historique. ElleignoreI'indusrrialisation delapresse, Iepoidsdeplusenpluspregnantde
la finance er le reculde 1'opinion commede !'information, au profitde la communication. Ellefait
comme si le journaliste etair encore a la fois Ie proprietaire de son media et un citoyen, presque
comme les autres, qui exerce la Iiberte d'expression de ses opinions. Cette rhetorique, souvent
denoncee, est pourtant encore massivement presentedansle discours de nombreux professionnels.

Une responsabilite sociaIement partagee


C'est au lendemainde la Seconde Guerremondialeque le modelede la responsabilite sociale
des medias fit son apparition aux Btats-Unis. La Commission Hutchins formula une serie de

HERMES 35, 2003 227


Benoit Grevisse

recommandations6 pour tenter de depasser ceparadoxe : un compte rendu quotidien veridiqueet


contextuel ; une imagefideledesobjectifs et desvaleurs de la societe; la constitution d'un forum
d'echanges avec lepublic; la representation objective desdifferentes composantes de la societe et
un libre acces a1'information.
On s'affranchit alorsdu cadrepurement etatique ou strictement corporatiste. Lapopulation,
grand absent des cadres precedents, est reintroduire dans le modele. La presse a pour missionde
servirde support d'echangeentre gouvernantset gouvernes. II ne s'agit pas pour autant de fra-
giliserla presse et saliberte. Au contraire,on devoile l' aspecthumain et faillible de l' activite jour-
nalistique. En cela, ellepeut sortir du piege ideologique dans lequel1'enfermaitla visionliberale.
On admet aussi1'intervention de l':Etat pour faire respecter par lesmedias,et donc- avant tout -
par leurs dirigeants et proprietaires, les droits du public. On desenclave le journalisteen faisant
une distinction entre la responsabilite de la presse et celledes journalistes.
Cette perspective presente l' enorme avantage de clarifier les enjeux. Elle peine pourtant a
s'appliquerconcretemenr. On constateencore frequemmenr les confusions rhetoriquesque nous
avons evoquees. De meme, on s'est beaucoup appliquecesdernieres annees, souslescoupsde bou-
toirdelacritiquepublique, aidentifierlesmoyens pragmatiquesd'assurer laresponsabilite sociale
desmedias: lescodes de deonrologie, le Conseil de presse, 1'ombudsman, lesrevues critiques... Les
techniques sont multiples.Elles ont notamment ete deraillees aplusieursreprises par Claude-Jean
Bertrand".Ellesrelevent tantfit de la pure autoregulationinternedes redactions, tantot ellesinte-
© C.N.R.S. Editions | Téléchargé le 03/10/2020 sur www.cairn.info (IP: 129.45.10.154)

© C.N.R.S. Editions | Téléchargé le 03/10/2020 sur www.cairn.info (IP: 129.45.10.154)


grent le public dans un mouvement regulateur.
On peut, par exemple, noter qu'auJapon, desexperiences de « deontologie preventive» ont
ete tenteesau seinde redactions qui transposentle modelede la « qualite totale » ala production
de 1'information. Cette demarche a fait des emules. Enfin, il est parfois suggerede recourirades
« jurysde lecreurs », sorte de justicepopulaireou de panel marketing - chacunappreciera la for-
mule selonsonpoint devuecritique -, qui seraientcenses rendredesavisfondes par la necessite de
satisfaction du lecteur-acheteur,
De tellestendances s'inscriventnaturellementdans un contextede recherche d'amelioration
d'image des redactions et de leurs produits, en reference au modele de « la pressede qualite »,
Cette evolutionappelle egalement plusieurs remarques. Tout d'abord, elle contribue aun ecla-
ternent des normes proposees alaprofession journalistique. Cette adaptation al' echelle desredac-
tions offre l' avantage de clarifier lesreglespartagees par une memecommunautejournalistiqueet
de ramenerla responsabilite, et sasanction, aun niveaudirecternentobservable et sujet asanction
par leconsommateur d'information.Parcontre,cecinepeut qu'accentuerladisparitedu corpsdes
normes deontologiques, dans la mesureOU lesoptionsstrategiqueset ideologiques des redactions
ne pourront qu'interferer avec les principes elabores pour 1'ensemble de la profession. Dans une
telle optique, la presse «a sensation» ne verra jamais aucune raison de s'affranchir d'une
deontologie prerexre. Si la seulepresse « de qualite » trouveun interet aconstruireun processus
erhique, il va de soique celaposeune questiondemocratique fondamentale. Enfin, cestentatives

228 HERMES 35, 2003


Ugitimite, ethique et diontologie

de creationde regulation interne posent la question fondamentale des moyens dont disposentles
redactions pour mener cette operation au-dela des instances de bonne volonte ou de facade.
Les moyensnecessaires sont de deuxordres.IIssont tout d'abordfinanciers. Pouravancerdans
cettevoie,une redactiondoit pouvoirdegagerdesmoyens humains.Par ailleurs,il existeune reelle
limite structurelle au fonctionnementde telles instances, celIe que 1'0npeut resumerpar la cons-
tante course contre Ie temps qui caracterise la pratique journalistique. En effet, le temps de la
regulations'opposefondamentalementpar sanature de retour sur lui-rneme,au temps lineairede
lacouverturede l'information. Aceci,il faut ajouterla tendancelourdede dissolutionde I'autorite
exercee par Ie redacteuren chef. Ce personnage central de la redactions'est vu confierde plus en
plus de tachesde gestion ; l'image mythique du redacteuren chefrelisant toutes lescopies avant
impressionest aujourd'hui bien loin de la realite, II est donc assez logique qu'il ne puisseexercer
cette fonction informellede reference normative unifiante qu'il jouait par le passe d'un point de
vue redactionnelet deonrologique.
Ces elements semblent donc plutot plaider en faveur d'une autoregulation journalistique
prise en chargepar une instancerepresentative de l'ensemblede la profession. Dansde nombreux
cas, l'immobilisme corporatiste appara1t pourtant souvent encore tres present. Comme le note
Claude-JeanBertrand: « Au casoiilescitoyenssont mecontentsdu service qui leur est fourni,les
mediasdoivent reagir.II est preferable qu'ils s'amendenteux-mernes. Sicen'est pas le cas,il serait
necessaire et legitime que le Parlement intervienne.C'est d'ailleurs souventpour eviter une telle
© C.N.R.S. Editions | Téléchargé le 03/10/2020 sur www.cairn.info (IP: 129.45.10.154)

© C.N.R.S. Editions | Téléchargé le 03/10/2020 sur www.cairn.info (IP: 129.45.10.154)


intervention que les medias se soucient de deontologie » 8 . La multiplication des exces
mediatiques et la passivite deonrologiquelaissenten effetprevoir une regulation sur les terrains
Iegislatifet judiciaire.
La seule erhique ne suffit donc evidemment pas aconstituer, a elle seule, une reponse aux
enjeux journalistiques contemporains. Elle peut cependant offrir un cadre pertinent a cette
reflexion, pour autant qu'ellesoit percuedansune dynamiquesociale completetenant comptedes
conditionsreelles de production. La mise en placed'une telle regulation devrait allerde pair avec
la valorisation des pratiques respeetueuses de la deontologie. Plusieurspistes sont evoquees en ce
sens. La reconnaissance et la protection du titre de journalisteprofessionnel pourraient etre ren-
forcees. L'attribution et Iemaintien dela carteprofessionnelle - biendiverses selonlespays- sem-
bleraient devoir etre plus fermement conditionnesau respectdes reglesdeontologiques. Tenant
compte de la situation que nousavons decrite, il va de soi que la detention de la carte profession-
nelle devrait, dans ce cas,etre liee ades avantages autres que symboliques. Dans le meme ordre
d'idees, on avance parfois la possibilite d'un reamenagemenr du mecanisme de l'aide ala presse
interessantlesedireursau respectde la deontologiepar leursredactions, par exemplepar la recon-
naissance d'un Conseil de presse...
Au-delade cespistes, plus ou moins realisres selonles contextesnationaux, il semblequ'on
pourrait neanmoinsdessinerun cadreconcretde progresde cette problematique. Leparcoursdes
textesdeontologiques internationauxmontre que certaines normesrelevenr de la stricte methode

HERMES 35, 2003 229


Benoit Grevisse

journalistique (recherche de la verite, recoupement, methodes deloyales...), alars que d'aurres


mettent en lumiere des enjeuxplus larges(respect des personnes, independence, conflit d'inre-
ret...) ou d'exercice a posteriori de la responsabilite (rectification). Des pistes ethiques peuvent se
dessiner pour ces deux demiers registres. Elles necessitenr une dynamique d'implication du
public. Lemodeledu Conseil de presse, celuide l' ombudsman sont desexemples de cequ'il est pos-
siblede faireen la matiere.Une deontologie forte,faisant une placeeffective au public dansl'eva-
luationdecesresponsabilites, pourrait ainsineplus Iaissera1'intervention judiciaire qu'une portee
subsidiaire. Les pouvoirs publics, par ailleurs, devraientaussi s'impliquer davantage dans le ren-
forcement de l'independance journalistiquevis-a-vis descontrainteseconomiques. En cequi con-
ceme le registre de la methode journalistique, il semble qu'elle pourrait, particulierernent en
culture francophone, s'affermir rant au sein des redactions ou de la corporation qu'en matiere
d'enseignement. La simple verification de !'informationou la distinction du fait et du commen-
tairesont encore loinde constituerune moraleprofessionnelle intangible. Laaussi, le journalisme
est probablement encore fortement marque par une conception quelque peu revolue de l'espace
public.

NOTES
© C.N.R.S. Editions | Téléchargé le 03/10/2020 sur www.cairn.info (IP: 129.45.10.154)

© C.N.R.S. Editions | Téléchargé le 03/10/2020 sur www.cairn.info (IP: 129.45.10.154)


1. LeonDUWAERTS, UOrganisation de La profession: ses usages et sadfontologie, Bruxelles, Institut pour journalistes de
Belgique,1972, p. 37.
2. Francois JONGEN, « Y a-t-il un droit de savoir? », inJuger, numero speeial,Justice et mldias, les mirages de La jus-
tice virtuelle, Bruxelles, Bruylanr,8-9-10,1995, p. 17.
3. Francois JONGEN, «L'Evolution du droit depuis les Lumieres : la Iiberte par l'Erat et contre la presse? ", in
Guy !IAARscHER, Boris lIBoIS (ed.), Les Medias entre droit et pouvoir. Redlfinir La libert! de La presse, coll.
« Philosophie politique et juridique ", Bruxelles, Editionsde l'Universitede Bruxelles, 1995, p. 67.
4. BorisLmOIS, Ethique de l'inf0rm4tion. Essai sur La dfontologie jouroalistique, Bruxelles, Editions de l'ULB, 1994,
p.27.
5. Daniel CORNU, Ethique de l'inf0rm4tion, Paris, Presses Universitaires de France, coll. «Que sais-je ? ", 1997,
p.76-77.
6. «The Social responsability theoryof the press ", in Commission on Freedom ofthePress. Afree andresponsible Press,
Chicago, The Universityof Chicago Press,1947.
7. Noramment Claude-Jean BERTRAND, « 15 moyens d'ameliorerles medias", in Medias Pouvoirs, n? 21, 1er tri-
mestre 1991.
8. Claude-Jean BERTRAND, La Deontologie des mIdias, Paris,Presses Universitaires de France, coll. « Que sais-je ? ",
1997, p. 14.

230 HERMES 35, 2003