Vous êtes sur la page 1sur 5

REPUBLIQUE DU SENEGAL

Un Peuple – Un But – Une Foi


------------
MINISTERE DE L’ECONOMIE, DU PLAN ET DE LA COOPERATION

Note d’analyse de l’impact d’une baisse des flux touristiques entre le


Sénégal et les principaux foyers du coronavirus

Introduction
La maladie due au coronavirus (COVID-19) a commencé au début du mois de
décembre 2019 dans la ville de Wuhan, en Chine centrale, avant de se propager à
travers le monde. La propagation rapide de cette maladie, devenue une pandémie, a
provoqué une panique dans le monde, en particulier chez les professionnels hôteliers.
En effet, l’une des principales mesures pour limiter les nouvelles contaminations
consiste à la mise en quarantaine des zones infectées et à la limitation des
déplacements. En conséquence, plusieurs voyages envisagés dans des zones
touristiques sont annulés. A cet effet, l’Organisation mondiale du Tourisme (OMT) a
revu ses prévisions d’arrivées de touristes internationaux en 2020 et s’attend
désormais à une évolution négative de -1 % à -3 %, devant se traduire par une perte
qui serait comprise entre 30 et 50 milliards de dollars US au niveau des recettes du
tourisme international. Avant la propagation du COVID-19, l’OMT tablait, pour l’année
2020, sur une croissance positive comprise entre 3 % et 4 %.

Un premier bilan issu des estimations de l’OMT montre que l’Asie-Pacifique serait la
région la plus touchée, avec une baisse attendue des arrivées de 9 % à 12 %.

Au plan national, une analyse des caractéristiques des entrées des touristes sera
effectuée dans les lignes qui suivent afin de faire ressortir un potentiel impact de la
pandémie COVID-19 sur l’activité touristique. Les résultats du compte satellite du
tourisme et les données du Bulletin des statistiques du Ministère du tourisme, publié
en décembre 2019, seront mis à profit.
I. Caractéristiques des entrées globales des touristes

I.1. Les entrées de touristes

Les entrées globales aux postes frontaliers (Terre – Air – Mer) ont été estimées à fin
décembre 2018 à 1 698 7901 visiteurs dont 1 693 126 touristes. Comparativement à
l’année précédente, une progression de 11,1% a été notée respectivement pour les
visiteurs et les touristes. Cette performance est essentiellement imputable à la forte
augmentation des arrivées en provenance d’Europe. Sur le continent européen, la
France reste le principal marché émetteur (74,8%), suivie par l’Italie et l’Espagne. Le
marché français a enregistré une hausse de 14,4% en 2018, après 15,0% en 2017.

A côté des européens, les arrivées en provenance du continent africain se sont


accrues de 14,7%, après 1,1% en 2017. Les marchés émetteurs regroupés dans
« autres reste du monde » ont enregistré une décélération en 2018 (14,6%) contre une
forte hausse en 2017 (30,3%). Le marché asiatique représente moins de 3% des
entrées totales de touristes.

Les entrées des non-résidents sont également marquées par une forte saisonnalité.
Les mois de décembre et février constituent les plus grandes affluences de touristes
en termes de fréquentation. En revanche, les mois de juillet et septembre enregistrent
les plus faibles nombres d’arrivées de touristes récepteurs.

I.2. Caractéristiques des séjours des touristes en provenance des


pays fortement touchés par l’épidémie de Covid-19

En l’absence de données détaillées sur les caractéristiques de séjour selon le pays de


provenance, l’analyse qui suit porte sur les caractéristiques de séjour selon la
nationalité des touristes. Le séjour du tourisme récepteur est principalement marqué
par le nombre de nuitées, le type d’hébergement choisi ainsi que le montant et la
nature des dépenses effectuées.

La durée de séjour des non-résidents est appréhendée à travers le nombre de nuitées


passées sur le territoire. Le tableau ci-après fournit le temps passé au Sénégal par les
touristes des principaux pays touchés à savoir les français, italiens, espagnoles et
chinois durant l’année 2018. Elle est estimée en moyenne à 2 nuitées par touriste.

1
Source bulletin des statistiques du MTTA, décembre 2019
Tableau 1 : nuitée des touristes selon la nationalité
2016 2017 2018
Nationalité
(jour) (jour) (jour)
Français 2,16 2,06 1,96
Espagnols 2,04 2,3 2,59
Italiens 1,95 2,13 2,33
Chinois 1,81 1,65 1,5
Source : Bulletin des statistiques du MTTA

Au titre du montant des dépenses effectuées par jour et par touriste, l’enquête réalisée
en 2014 par l’ANSD, en collaboration avec le MTTA, dans le cadre de l’élaboration du
compte satellite du tourisme a permis d’estimer le montant de la dépense moyenne
journalière selon la nationalité du touriste. En effet, de manière empirique le
comportement des touristes est stable sur le court et le moyen terme. Le niveau des
dépenses moyennes par touriste, estimé en 2014, sera alors utilisé. Le tableau suivant
fournit les dépenses journalières selon la nationalité.

Tableau 2 : Structure des dépenses moyennes journalières des touristes selon


la nationalité
Nationalité Dépense moyenne (en FCFA)

France 45 108
Belgique 56 720
Italie 44 005
Espagne 44 190
Autres Pays Européens 50 826
Etats-Unis 61 927
Autres Pays Américains 62 022
Pays Asiatiques 69 499
Source : ANSD, rapport CST

Les données sur les entrées, la durée de séjour et la dépense moyenne journalière
vont permettre d’apprécier l’effet de la propagation de la maladie sur le secteur du
tourisme.

II. Effets d’une baisse de la demande touristique pour l’économie nationale

Il s’agira dans un premier temps de formuler des hypothèses de baisse d’arrivées de


touristes et par la suite d’évaluer l’impact de ce repli sur l’offre touristique et le reste
de l’économie.
H1 : la pandémie est maitrisée avant la fin du 2 ème trimestre et durant cette période la
répercussion sur les entrées de touristes se présente comme suit :

 baisse des arrivées des français de 70% ;

 baisse de 90% des italiens ;

 Baisse de 80% des espagnoles ;

 baisse de 90% des chinois.

H2 : la pandémie est maitrisée avant la fin du 3ème trimestre et durant cette période
la répercussion sur les entrées de touristes se présente comme suit :

 baisse des arrivées des français de 80% ;

 baisse de 95% des italiens ;

 baisse de 90% des espagnoles ;

 baisse de 80% des chinois.

Le scénario optimiste est que la pandémie ne dure que trois mois. Dans ce cas, le
tableau suivant montre les conséquences sur l’économie sénégalaise.

Tableau 3 : baisse de l’activité si la pandémie dure 3 mois


Produits Niveau de baisse du CA par
produit
services d’hébergement des visiteurs 51 082
services de restauration 56 284
services de transport routier de voyageurs 4 785
services de transport aérien de voyageurs 958
services sportifs, culturels et autres services récréatifs 5 209
Biens et services caractéristiques du tourisme propre aux pays 2 306
Santé 7 138
autres produits de consommation (a) 20 157
TOTAL 147 920

Une maitrise de la pandémie avant la fin des trois prochains mois aura un impact
négatif matérialisé par une diminution de 147,9 milliards du chiffre d’affaires de l’offre
de services liés au tourisme. Les secteurs de la restauration et de l’hébergement
seront les principaux touchés avec des pertes respectives de 56,2 et 51,1 milliards
FCFA.
Le scénario pessimiste porte sur la propagation de la pandémie sur les 6 prochains
mois. Les effets de cette situation sont consignés dans le tableau ci-après.

Tableau 4 : baisse de l’activité si la pandémie dure 6 mois


Produits
Niveau de baisse du CA par
produit
services d’hébergement des visiteurs 82 728
services de restauration 91 153
services de transport routier de voyageurs 7 750
services de transport aérien de voyageurs 1 552
services sportifs, culturels et autres services récréatifs 8 437
Biens et services caractéristiques du tourisme propre aux pays 3 735
Santé 11 561
autres produits de consommation (a) 32 645
TOTAL 239 560

Une propagation de la pandémie sur les 6 prochains mois pourrait entrainer une baisse
239,6 milliards du chiffre d’affaires des entreprises offrant les services consommés par
les touristes. C’est une perte d’environ 60% de la production de l’industrie touristique
qui est attendue. Un des secteurs les plus fragiles à surveiller est le transport aérien,
avec la compagnie nationale de transport qui est une entreprise naissante.

Conclusion
Cette note a cherché à évaluer l’impact direct d’une baisse des entrées touristiques
provenant des principaux pays touchés par la pandémie du Coronavirus sur l’offre de
services touristiques au Sénégal. Bien évidemment, l’ampleur de cet impact dépendra
de la durée de la pandémie et des mesures de restrictions des déplacements y
afférents. Aussi, la réduction du chiffre d’affaires des entreprises offrant des
produits destinés aux touristes pourrait-elle se situer entre 148 et 240 milliards
selon que la pandémie dure trois (3) mois au six (6) mois.

L’ampleur des pertes devraient être plus importante si on tenait compte, d’une part, du
développement de l’offre de service de transport aérien avec la mise en place de la
compagnie nationale « Air Sénégal » intervenue après la collecte des données de
référence pour les comptes satellites du tourisme et, d’autre part des effets induits par
la baisse des activités touristiques sur les autres secteurs de l’économie.