Vous êtes sur la page 1sur 16

Reconstruction de la jetée du terminal 2E

de Paris-Aérogare Charles-de-Gaulle à Roissy

n°3
Finnforest :
une expertise et un savoir-faire
sur l’ensemble de la chaîne
bois construction

Les travaux d’habillage bois de la voûte de la salle


d’embarquement du terminal 2E à l’aéroport de Roissy,
que Finnforest vient de terminer, montrent l’efficace
complémentarité des différentes branches qui composent
notre société. La ressource forestière et sa transformation
en Finlande, le dynamisme technico-commercial en France,
l’ingénierie, la production et la mise en œuvre en Allemagne,
toutes ces compétences regroupées au sein de Finnforest font
sa force pour répondre aux demandes les plus exigeantes
de la part des maîtres d’ouvrage et des maîtres d’œuvre.

L’expertise et le savoir-faire de Finnforest, sur l’ensemble de


la chaîne du bois construction, permettent aux décideurs de
concevoir des projets ambitieux, qui répondent aux enjeux
auxquels nous devons faire face comme la modification
de nos comportements en raison des sources d’énergie
limitées. Le bois géré durablement, matériau renouvelable
par excellence, est un précieux auxiliaire pour la fabrication
des composants de construction. À terme, à n’en pas douter,
il reprendra une place significative dans l’architecture.

Nous avons souhaité partager cette expérience avec


d’autres professionnels de la filière bois. Nous nous sommes
rapprochés de Wood Surfer, magazine spécialiste des usages
du bois et des solutions qu’il apporte à la construction.
La qualité et la pertinence des articles proposés et tout
particulièrement le dossier “Chantier bois de A à Z” nous
assuraient de pouvoir présenter le déroulement du chantier
de la jetée du terminal 2E à Roissy et de mettre en exergue
les spécificités de cette réalisation exceptionnelle.

Chez Finnforest, le projet de la jetée d’embarquement 2E,


de Paris-Charles-de-Gaulle à Roissy, a mobilisé des dizaines
de personnes de plusieurs horizons, pendant près de deux
ans pour, enfin, pouvoir admirer la beauté de ce bâtiment
devenu, grâce à la coopération de tous, une réalité.

Sébastien Lévénez
Directeur du département construction de Finnforest France
Reconstruction de la jetée
du terminal 2E
de Paris-Aérogare
Charles-de-Gaulle à Roissy
www.woodsurfer.com
L’impact visuel des habillages bois dans la jetée d’embarquement et la
considérable répétitivité des fuseaux contribuent remarquablement à la
qualité d’ambiance intérieure. Ils assurent ainsi une homogénéité de forme.

Photo : Finnforest – Studio EKD


Parti architectural
L’habillage intérieur de la monumentale
jetée d’embarquement du terminal 2E,
ouverte aux passagers des vols longs
courriers de la compagnie nationale
depuis quelques semaines, démontre
que le bois associé à l’acier, au verre
et aux résines sait être un matériau
de haute technologie. Au-delà de la
technicité, la démonstration éclatante de
sa pertinence dans le champ esthétique
de l’architecture.

A
près l’effondrement d’une partie de la voûte
de la jetée d’embarquement du terminal 2E le
23 mai 2004, le maître d’ouvrage Aéroports de
Paris (ADP) a reconstruit l’ensemble du bâtiment en
préservant sa forme originelle, mais en reconsidérant
l’ingénierie structurelle et la composition d'enveloppe
afin d'optimiser les délais et les coûts.
Pour la reconstruction de la salle d’embarquement, le
maître d’œuvre Aéroports de Paris a conservé la géo-
métrie du bâtiment d’origine, réutilisant ainsi la verrière
du projet initial et sa couverture inox en faîtage.
Photo : ADP

Géométrie harmonieuse stable


ADP a souhaité reconstituer les qualités spatiales de
la salle d’embarquement tout en augmentant son
Espacées de 8 m, toutes les piles béton du projet
ouverture sur l’extérieur. Pour obtenir cet effet, la d’origine ont été maintenues. Les têtes des piles
peau intérieure, traitée par alternance de pleins et ont été recépées pour recevoir une poutre de rive
métallique en caisson. La composition d’enveloppe de
de vides pour raison de maintenance de la verrière, la jetée en double peau, verrière extérieure/structure/
a exigé une composition parfaitement réglée. habillage intérieur bois, impose pour cette dernière un
L’habillage est pour l’essentiel réalisé en bois. Il traitement soigné de ses deux faces visibles, y compris
de ses assemblages et de ses fixations à la structure.
est formé d’une succession de voûtes transversales,

4 • Tiré à part de Wood Surfer n° 45 – avril/mai 2008


suspendues à l’intrados des poutres métalliques,
entre lesquelles sont disposés les panneaux de
claire-voie.
Le projet architectural des voûtes, dans cette
configuration de grande répétitivité, ainsi que les
contraintes de fabrication et de montage, imposaient
une solution technique fortement industrialisée. La
solution proposée par la maîtrise d'œuvre et déve-
loppée par Finnforest-Merk prend en compte les
aspects de préfabrication, de stockage, de transport
et de montage pour l’optimisation des coûts, des
interventions sur chantier, et des délais. Au-delà
de la préoccupation économique, ADP attendait
de la part de l’entrepreneur retenu une qualité de
finition des habillages bois.
L’exposition de l’habillage bois sous verrière néces-
sitait la constitution d’un ouvrage présentant une
inertie raisonnable afin d’assurer la pérennité de
forme. C’est ce qui a conduit à privilégier la mise en
œuvre des composants bois lamellé-plaqué dont la

Photos : ADP
résistance mécanique et la résistance à la déforma-
tion, de même que la stabilité dimensionnelle en
cas de variation de l’humidité, sont plus homogènes
que celles des composants en bois massif.
L’habillage formé d’une succession de voûtes transversales,
suspendues à la charpente métallique, entre lesquelles
sont disposés les panneaux de claire-voie, a permis de
reconstituer les qualités spatiales de la salle d’embarquement
tout en augmentant son ouverture sur l’extérieur.
Intervenants du projet
Maîtrise d'ouvrage : Aéroports de Paris (DGA)
Maîtrise d'ouvrage déléguée : Aéroports de Paris
(DMO)
Assistance à maîtrise d'ouvrage :
✓ contrôle technique – Socotec
✓ CSPS (coordination sécurité et protection de la
santé) – Socotec
✓ CSSI (coordination des systèmes de sécurité
incendie) – Akssion
✓ OPC – Méthode et Pilotage
Maîtrise d'œuvre : Aéroports de Paris (INA)
Assistance à maîtrise d'œuvre :
✓ Structure – SETEC TPI
✓ Habillage bois – RFR + T/E/S/S
✓ Plasticien – Studio-Bastille

Programme
Reconstruction intégrale du clos et couvert de la jetée du
terminal 2E. Le bâtiment est un établissement recevant
du public (ERP) de 1re catégorie à usage d’aérogare
abritant des exploitations du type : salles à usages
multiples, magasins de vente, centres commerciaux,
restaurants et débits de boissons, administration,
banques, bureaux et gares accessibles au public.

Programme du lot habillage bois


Réalisation des habillages bois et métalliques, intérieurs
et ponctuellement extérieurs, en intrados de la structure
métallique prévue dans le cadre de la reconstruction
de la jetée du terminal 2E.

Budget déconstruction et reconstruction :


130 millions d’euros (valeur 2006)

Capacité d’accueil de la jetée : La jetée d’embarquement lors des travaux.


9 millions de passagers internationaux par an, à terme Au premier plan, le pignon ouest.

Tiré à part de Wood Surfer n° 45 – avril/mai 2008 • 5


L’habillage bois est constitué d’une succession de voûtes transversales
suspendues à l’intrados des poutres métalliques. Alternent des
anneaux de lumière, des voûtes palées et des voûtes courantes
entre lesquelles sont disposés les panneaux de claire-voie.

Étude et conception
Photo : ADP

P
our récupérer l’enveloppe extérieure en verre bois intérieurs un choix de composants et d’essence
sérigraphié constituée de 9 300 panneaux, approprié. La mise au point des habillages bois
ADP, maîtrise d'œuvre, a conçu une charpente devait également tenir compte des conceptions des
métallique en reprenant le profil exact de la voûte différents éléments contigus : charpente métalli-
d’origine en béton. Cette option a permis de réduire que, verrières et couvertures opaques, pignons,
de 6,5 fois le poids de la structure. gaines de climatisation, chemins de câbles, dispo-
sitifs d’éclairage et des commandes d’exutoires de
Un habillage bois aux multiples défis fumée, détection incendie. De plus, les soudures
Suite à la décision de conserver la verrière existante et les percements dans la charpente métallique
dans le cadre de la reconstruction, les habillages n’étaient pas admis.
bois s’inscrivent dans la composition d’une enve-
loppe double peau : verrière extérieure/structure/ Montage et manutention
habillage intérieur bois. La déformabilité de la Contractuellement, Finnforest Merk devait mettre au
charpente métallique, principale contrainte de la point une méthode de montage et de manutention
conception des voûtes, requérait pour les habillages pour réaliser, dans les règles de l’art, la mise en œuvre
de ses composants tout en respectant les contraintes
techniques de l’ouvrage : une dalle calculée pour
reprendre 500 kg/m2 et le phasage des autres corps
de métier. Autre contrainte du chantier, la zone de
montage de l’habillage est limitée à un tronçon, soit
72 m, et comprend les aires réservées au levage, au
montage ainsi qu’au stockage.

Détails de fixation des éléments constitutifs de la voûte.


Finnforest, avec la maîtrise d’œuvre, a développé et
réalisé les détails de fixation de l’habillage en tenant
compte de la conception de la charpente métallique
(géométrie, caractéristiques des aciers et des sections,
déformations permanentes et variables, tolérance,
protections anticorrosion, goussets en attente…).
Doc. : Finnforest Merk

Les fixations des coques bois sur les arcs de


la charpente sont des suspentes métalliques
formées de bielles avec débattement. Plusieurs
types de bielles ont été utilisés : bielle articulée,
bielle articulée bridée transversalement, bielle
articulée bridée longitudinalement et bielle
bridée. Le bridage des coques s’est effectué
par la pose de plusieurs bielles suivant l’axe.

6 • Tiré à part de Wood Surfer n° 45 – avril/mai 2008


Doc. : Finnforest Merk

Finnforest a exécuté les études et les travaux des habillages des intrados des arcs
métalliques : les voûtes courantes, y compris les collerettes autour des buses de
climatisation, les voûtes palées ; les dispositifs de claire-voie translucide, ainsi que
les habillages de faîtage ; les plinthes et les habillages métalliques extérieurs des
voûtes extérieures des pignons. 130 voûtes, dont 101 courantes composées de
6 coques et 29 tronquées, composées de 4 coques et un élément d'auvent.

Prototype de validation de
l’assemblage des coques, avec
la plinthe de pied des arcs et
panneaux de claire-voie.
Photo : ADP

La claire-voie est constituée, en alternance, de


lattes droites et de lattes moulées de 6 cm de
large comme les lattes de parement des coques,
regroupées tous les 1,60 m (80 cm de plein pour
80 cm de vide, pour les opérations de maintenance).

Choix du bois,
une sélection méticuleuse
L’expertise de Finnforest Merk pour les chantiers
d’exception et l’appartenance au groupe Metsälliito
ont apporté toutes les assurances souhaitées tant sur
le plan qualitatif que quantitatif. Finnforest Merk
a soumis à ADP toutes les informations relatives
à l’origine du bois, ses propositions pour assurer
la régularité de l’approvisionnement ainsi que ses
Photo : ADP

méthodes de fabrication relatives aux procédures


de contrôle de la qualité. Cette qualité a été déter-
minée sur la base d’échantillons témoins.

Tiré à part de Wood Surfer n° 45 – avril/mai 2008 • 7


Photo : ADP

Essais de résistance à l'échauffement par infrarouge


sur échantillons, au laboratoire du FCBA.

Photo : ADP
Les bois choisis sont des feuillus d’origine euro-
péenne, dits naturellement durables (classe 2).
Tous les bois entrant dans la composition du
Afin de répondre à la norme NF EN 1995-1-2,
projet sont certifiés PEFC. Eurocode 5 : "Conception et calcul des
structures en bois – calcul des structures au
feu", différents essais ont été menés au LNE
Le frêne, une réponse exigeante pour tester la réaction au feu des coques.
L’exposition du bois sous verrière nécessite une
constitution des composants présentant une
inertie raisonnable afin d’assurer la pérennité de aux exigences techniques du projet (traitement,
forme. C’est ce qui a conduit à privilégier la mise classe de durabilité, compatibilités avec les colles
en œuvre de panneaux de contreplaqué bouleau et les autres produits). Toutes les propriétés de
finlandais plaqué frêne dont la résistance méca- l’essence, principalement l’imprégnabilité, après
nique et la résistance à la déformation, de même avoir été vérifiées par Finnforest, ont été validées
que la stabilité dimensionnelle en cas de variation par ADP.
à l’humidité, sont plus importantes que celles des Esthétiquement, l'enjeu majeur était de révéler la
éléments en bois massif. richesse et la variété des nuances du frêne poly-
Utilisé pour les travaux de menuiserie, le frêne chrome dans une vision rapprochée et, cependant,
possède une grande élasticité facilitant le cintrage. déployer une teinte homogène en vision lointaine.
Bien qu’assez dur, il ne présente pas de difficultés Les mises au point rigoureuses des procédures de tri
particulières d’usinage. Il se prête aux travaux de aux différentes étapes de la production ont permis
finition et prend bien le vernis. Il répondait donc d'obtenir ce résultat.

Chiffres clés
de l’habillage bois
152 arches livrées sur site en éléments
préfabriqués :
✓ 130 voûtes courantes
✓ 20 voûtes palées
✓ 2 voûtes extérieures
✓ 43 292 lames pare-soleil
✓ 1 787 plinthes
Photo : Finnforest Merk

Habillage bois : 18 000 m2


Poids : 810 t

Durée des études d'exécution :


août 2006 à mai 2007

Le frêne utilisé pour les placages a fait l’objet de Coût : 11 437 000 e HT


sélections minutieuses. Les défauts de couleur,
les nœuds et autres défauts du bois supérieurs
à 10 mm ont été automatiquement éliminés.

8 • Tiré à part de Wood Surfer n° 45 – avril/mai 2008


Photo : Finnforest Merk
Fabrication

T
oute la fabrication des éléments nécessaires La préfabrication des 780 coques sur des gabarits
à la voûte de la jetée a été réalisée chez rigides a assuré la régularité géométrique
des habillages. Ces gabarits ont garanti
Finnforest Merk à Aichach en Allemagne : l’exactitude de la production si bien qu’aucune
tri des parements en frêne, cintrage des lattes de arche n’a été refusée par les contrôleurs de
la maîtrise d’œuvre lors du montage.
claire-voie, assemblage des coques, traitement et
vernissage de tous les bois… Le mode de traitement
d’ignifugation et le vernis de finition devaient
altérer le moins possible la richesse d’expression
de l’ensemble. L’intégralité des habillages bois a
été traitée de façon à leur conférer la classe de
réaction au feu M1, ou la classe B équivalente sui-
vant la norme européenne. La rigueur du travail en
amont a été un facteur déterminant de garantie
pour l’homogénéité de forme.
Photo : Finnforest Merk
Photo : ADP

Maquette à l’échelle 1, chez Finnforest Chaque coque de 8,5 m a été produite à partir de plus de 100 lamelles
Merk, d’une voûte pour la forme des de contreplaqué en bouleau finlandais plaqué frêne. Les lattes
trois coques : faîtage, flanc et pied. sont assemblées en atelier, permettant les ajustements et contrôles
nécessaires en vue du respect des exigences du cahier des charges.

Tiré à part de Wood Surfer n° 45 – avril/mai 2008 • 9


Photo : Finnforest – Studio EKD
Manutention

S
elon le Cahier des clauses techniques particu- Finnforest a proposé une méthode de montage et de
lières (CCTP), Finnforest Merk devait proposer manutention qui a permis de monter les habillages bois
après la pose des poutres de structure et de la couverture
une méthode de montage et de manutention vitrée. L’organisation de la pose des habillages bois
qui permette la pose des habillages bois après se limitait à la longueur d’une zone, soit 72 m.
Cette zone comprend les aires de stockage, de levage et
celle des poutres de structure et de la couverture de montage. Hors de la zone de montage, les planchers
vitrée. La méthodologie mise au point a défini de sont libérés pour les travaux des autres lots. Afin de
réduire les coûts de stockage et les frais de manutention,
manière détaillée toutes les séquences de la pro- les approvisionnements se sont effectués à flux tendu.
grammation des habillages bois, de la production
à la mise en œuvre, en passant par le stockage et
la manutention. La cinématique de mise en œuvre
a été conçue de manière à laisser un passage libre
pour les interventions simultanées des autres lots,

Photo : Finnforest – Studio EKD


quelle que soit la manutention en cours.

L’approvisionnement des composants d’habillage bois s’est


effectué aux trames de raccordement entre zones. Selon
la notice d’organisation du chantier pour les contraintes
de surcharges admissibles (500 kg/m2), Finnforest a
conçu un système d’acheminement des palettes et des
containers. Des rails en Kerto ont été aménagés sur les
échafaudages mis au niveau de la dalle de la jetée.
Toutes les manutentions hors de la jetée
se sont faites avec des lignes de vie.

Chiffres clés :
Photo : ADP

Logistique
Livraisons entre l’Allemagne et Paris-Aéroport
Charles-de-Gaulle : 136 camions
Manutention sur site  : 16  nacelles de types
Après la mise au point de la méthode de montage, différents
Finnforest a prévu les outils et installations de chantier : ✓ 3 chenillards spéciaux
platelages, échafaudages fixes et mobiles, gabarits mobiles, ✓ 1 élévateur
nacelles… Certains outils et installations ont été conçus
et réalisés spécifiquement pour la présente opération.

10 • Tiré à part de Wood Surfer n° 45 – avril/mai 2008


Réalisation

Photo : ADP
L
es équipes de charpentiers de Finnforest ont Le montage des voûtes a nécessité l’utilisation de
différentes nacelles pour répondre aux contraintes
relevé un important défi dans la pose des et à la configuration du plancher béton. À droite,
voûtes, sachant que chaque élément d’une l’engin de levage vert avec ses “quatre pattes” a
tonne ne supportait que peu de manutention. La permis de répartir les charges. Le poids des coques
courantes varie de 800 kg à plus d’une tonne. À droite,
réactivité de Finnforest a permis la mise en place dans la nacelle bleue, pose des lattes d’une voûte
d’un process de fabrication et la coordination de la palée. En arrière et plus bas, capotage d’une buse de
climatisation. Les nacelles bleues (élévateurs avec bras
logistique “juste à temps” et du chantier, permet- télescopiques) servaient aux fixations des coques, à la
tant de livrer le projet dans les délais. pose des claires-voies et des lames des voûtes palées.
La conception et le nombre des outils et des engins
de levage ont été adaptés pour être compatibles avec
les cadences du chantier. Chaque zone de montage
se déplaçait en fonction des exigences du planning.
Photo : Finnforest – Studio EKD

Photo : ADP

Chaque voûte courante est constituée de six coques, Une plinthe filante, de même composition que les voûtes courantes,
deux au faîtage, deux sur les flancs et deux aux pieds. habille les pieds des arcs métalliques. Aux pieds des arcs de la charpente
Ici, approche d’une coque de faîtage avant fixation. métallique, la coque courante de pied passe au-dessus de la plinthe et
donne ainsi, par son relief, un rythme à cette partie de l’habillage.

Tiré à part de Wood Surfer n° 45 – avril/mai 2008 • 11


Photo : Finnforest – Studio EKD
Aucune fixation n’est placée en face intérieure de la
jetée et n’est visible depuis le plancher, quel que soit
l’angle de vue. Le réglage vertical se fait par vissage
de la tige filetée des embouts. L’ensemble des réglages

Photo : Finnforest – Studio EKD


permet la reprise des tolérances d’implantation et
de fabrication de la charpente et des coques.

Bielle de fixation encastrée dans un raidisseur. Les


fixations admettent les jeux nécessaires à l’absorption
des déformations de la charpente et des voûtes.

Les suspentes métalliques en acier galvanisé, ou


Photo : ADP

Dacromet sont constituées d’une tige filetée réglable


bloquée sur deux embouts à rotule avec débattement
latéral. Les débattements permettent les réglages
et les jeux dans le plan tangent de la coque.

Photo : ADP

L’habillage des voûtes palées extérieures des deux pignons est réalisé avec des profilés légers en aluminium
anodisé des deux côtés, dont la flèche maximale est limitée à 1/500 entre appuis. Ils sont fixés par des
ensembles mécanosoudés constitués de platine aux goussets en attente. Le vissage des fixations des
profilés sur les platines permet d’absorber, par des trous oblongs, les jeux de dilatation et de tolérance.

12 • Tiré à part de Wood Surfer n° 45 – avril/mai 2008


Photo : Finnforest – Studio EKD

Chaque voûte est suspendue aux membrures


d’intrados des arcs métalliques. Ensemble
Photo : Finnforest – Studio EKD

monolithique, une voûte est réalisée par l’assemblage


bout à bout de coques préfabriquées aussi grandes
que la manutention et le transport le rendent
possible. Ici, pose d’une coque de faîtage.
Photo : Finnforest – Studio EKD

La largeur constante des voûtes palées 4 m, par son


poids, a nécessité la pose des lames sur place. Les lames
sont posées sur des raidisseurs en attente. La mise en
œuvre a été réalisée par des menuisiers spécialisés.

Prototype de lames de
claire-voie. Fixation
des embouts des
lames droites et des
lames moulées.
Photo : Finnforest Merk

Pose des panneaux de claire-voie. À chaque étape


de l’assemblage et de la pose de l’habillage,
les ajustements géométriques ont été réalisés
suivant une méthode permettant d’une part
d’atteindre systématiquement les tolérances
requises, d’autre part d'effectuer aisément
les contrôles de qualité correspondants.

Tiré à part de Wood Surfer n° 45 – avril/mai 2008 • 13


Photos : Finnforest – Studio EKD
Chiffres clés du chantier
lot habillage bois
Calendrier des travaux
Début du chantier : juillet 2007
Fin du chantier : février 2008

Personnel sur le site


Sur chantier, au maximum : 25 personnes
Nombre d’équipes : au maximum 4 équipes en même temps
Au total : 6 équipes
Nombre de personnes par équipe : au maximum 6
Personnes sur chantier (poseurs) : au maximum 22
Personnel administratif et encadrement : 3 à 5 personnes

Personnel à la production
Durée de la production : janvier à décembre 2007
Le cahier a été réalisé Nombre de personnes à la production : 15
par Jean-Pierre Putefin Personnel sous-traitant : 30 personnes

14 • Tiré à part de Wood Surfer n° 45 – avril/mai 2008


Pourquoi Finnforest s’investit-il sur les
programmes remarquables européens ?

Au huitième rang mondial des industriels


forestiers, la taille, l’expertise et le savoir-faire
du groupe Metsäliitto dans le domaine du bois
permettent d’offrir des solutions écologiques et
soutenables pour l’industrie de la construction.
Le bois peut vraiment défier les autres
matériaux et participer activement au respect de
l’environnement. Les 5,3 millions d’hectares de
forêts, détenus par les 131 000 actionnaires du
groupe, sont tous certifiés gérés durablement.

Finnforest, branche “travail mécanique du


bois” du groupe, développe son activité à près
de 90 % sur le marché européen. Notre savoir-
faire, issu d’une longue tradition, bénéficie
aujourd’hui des technologies les plus avancées
pour créer de nouveaux produits et systèmes
constructifs, et de nouvelles approches
chantier pour des projets remarquables.

Finnforest développe en permanence des


structures bois exigeantes pour répondre aux
attentes des maîtres d’œuvre. Par ses performances
Photo : Finnforest – Studio EKD

reconnues, le bois offre une liberté formelle et


spatiale, optimisé par les composants conçus et
produits par notre groupe. Finnforest conçoit et
fabrique des produits d’ingénierie bois de haute
qualité pour des projets de toute taille, répondant
aux géométries les plus audacieuses, telle la
jetée 2E de l'aéroport Paris/Charles-de-Gaulle.
Finnforest France SAS
Département Construction
7 rue du Fossé Blanc – Bât.F
CEVE – avril 2008

92230 Gennevilliers
Tél. 01 41 32 36 35 – Fax 01 41 32 36 45
Courriel : construction.france@finnforest.com
www.finnforest.fr