Vous êtes sur la page 1sur 32

Documents de travail

No 3 Ethique
et responsabilité
de l'IIEDH

du financier
d'entreprise

Jacques TIERNY

Septembre 2001

INSTITUT INTERDISCIPLINAIRE D'ETHIQUE ET DES DROITS DE L'HOMME

UNIVERSITE DE FRIBOURG www.unifr.ch/iiedh


DT.1. IIEDH J. Tierny. Ethique et responsabilité du financier d’entreprise 2
_________________________________________________________________________________________

Jacques TIERNY est Directeur Financier Adjoint du Groupe MICHELIN

Il a développé une partie de ces idées lors de plusieurs entretiens et conférences donnés à l'Université
de Fribourg, sur invitation de l'IIEDH. Il s'exprime ici en son nom propre et n'engage aucunement
l'entreprise MICHELIN.

© IIEDH

Droits d'auteur. La reproduction totale ou partielle, sur support numérique ou sur papier, de cet
ouvrage pour usage personnel ou pédagogique est autorisée par la présente, sans frais ou sans qu'il
soit nécessaire d'en faire une demande officielle, à condition que ces reproductions ne soient pas
faites ou distribuées pour en tirer un bénéfice ou avantage commercial et que cet avis et la citation
complète apparaissent à la première page des dites reproductions. Les droits d'auteur pour les
éléments de cet ouvrage qui sont la propriété de personnes physiques ou morales autres que l' IIEDH
doivent être respectés. Toute autre forme de reproduction, de republication, d'affichage sur serveurs
électroniques et de redistribution à des listes d'abonnés doit faire l'objet d'une permission préalable
expresse et/ou du paiement de certains frais.

Institut interdisciplinaire d'éthique et des droits de l'homme


Chaire UNESCO pour les droits de l'homme et la démocratie
6, rue St-Michel - 1700 FRIBOURG - Suisse - tel (41-26) 300 73 44-43
Fax: (41-26) 300 9707 E-mail: iiedh@unifr.ch http://www.unifr.ch/iiedh
DT.1. IIEDH J. Tierny. Ethique et responsabilité du financier d’entreprise 3
_________________________________________________________________________________________

Table des matières

INTRODUCTION..........................................................................................................................................................................4

1. ETHIQUE ET MISSION DU FINANCIER D’ENTREPRISE......................................................................................5


1.1. Comment fonder une éthique du financier ? ........................................................................................................... 5
∗ Particularités :..............................................................................................................................................................5
∗ Les religions :..............................................................................................................................................................6
∗ L’expérience :..............................................................................................................................................................6
∗ Une décision de comportement :..............................................................................................................................7
1.2. La mission du financier d’entreprise....................................................................................................................... 7
1.2.1. La gestion des risques financiers comprend :..........................................................................................................7
1.2.2. Aide à la décision opérationnelle :............................................................................................................................9
1.2.3. Communication financière :.....................................................................................................................................10
2. ASPECTS INTERNES DE LA RESPONSABILITÉ DES FINANCIERS D’ENTREPRISE..............................11
2.1. La responsabilité du financier et ses valeurs spécifiques...................................................................................... 11
∗ La compétence :........................................................................................................................................................11
∗ La bonne gestion :.....................................................................................................................................................12
∗ Le comportement responsable et formateur :........................................................................................................12
∗ La compréhension de l’environnement interne et externe :................................................................................13
∗ Le challenge ou l’enveloppe ? ................................................................................................................................14
∗ L’amont et l’aval.......................................................................................................................................................15
2.2. A quels problèmes internes concrets le responsable financier est-il confronté ?.................................................. 15
∗ L’adéquation des couvertures des risques :...........................................................................................................15
∗ Le “ spiel ” financier :..............................................................................................................................................16
∗ Risque et temps :.......................................................................................................................................................17
∗ La conscience financière :.......................................................................................................................................19
3. ASPECTS EXTERNES DE LA RESPONSABILITÉ DU FINANCIER D’ENTREPRISE .................................21
3.1. L’éthique financière de l’Entreprise (à ne pas confondre avec l’éthique des financiers) ..................................... 22
∗ Les règles du jeu :.....................................................................................................................................................22
∗ Socialement responsable : .......................................................................................................................................23
∗ Le respect des contreparties :..................................................................................................................................23
∗ La liberté de choisir ses contreparties :..................................................................................................................24
3.2. A quels problèmes financiers externes l’Entreprise est-elle confrontée, quelles règles du jeu ?.......................... 25
∗ L’éclatement des activités et des risques :.............................................................................................................25
∗ La vitesse d’engagement/désengagement :...........................................................................................................26
∗ Comportements virtuels et vulnérabilité : .............................................................................................................26
∗ Les effets de levier : .................................................................................................................................................27
∗ Le démembrement :..................................................................................................................................................27
∗ Conséquences sur les structures décisionnelles : .................................................................................................28
∗ La responsabilité d’investir :...................................................................................................................................29
∗ L’exigence de rentabilité : .......................................................................................................................................30
∗ Les retraites : .............................................................................................................................................................31
CONCLUSION .............................................................................................................................................................................32
DT.1. IIEDH J. Tierny. Ethique et responsabilité du financier d’entreprise 4
_________________________________________________________________________________________

INTRODUCTION

Pourquoi cette question ?

L’argent, dit-on, n’a pas d’odeur...


L’activité financière dont l’argent est apparemment l’alpha et l’oméga est-elle seulement une
technique ni bonne ni mauvaise tant qu’elle est employée dans le respect de règles du jeu toutes
relatives ?
A t-elle dans l’Entreprise un rôle plus complexe que la gestion de l’argent, une responsabilité qui
appelle une éthique spécifique ?
La finance n’est-elle pas une discipline qui concerne chacun dans l’Entreprise, ou comment peut-
elle le devenir ?

Nombreuses sont les occasions concrètes de nous interroger sur le rôle de la finance dans
l’Entreprise : en son nom, on licencie, on liquide, on restructure, on fusionne, on menace d’OPA,
on spécule, on s’enrichit ou on se ruine, compromettant par contagion de manière irresponsable
l’avoir ou l’emploi des victimes par conséquences.
Les décisions financières sont-elles par définition amorales ?
La logique financière est-elle une fatalité, une loi de la nature ?
Ou, bien comprise, ordonnée dans un cadre temporel, peut-elle devenir meilleure, pour chacun et
pour tous lorsqu’elle obéit à un code éthique ?

Un tel code éthique serait-il fondé sur des valeurs religieuses, métaphysiques, morales, ou
pourrait-il procéder de l’observation des faits et des conséquences des décisions prises, avec
pragmatisme, se forger par tâtonnements en suivant l’évolution des techniques de gestion et des
systèmes d’organisation de la société ?
Comment pourrait-il arbitrer entre l’intérêt individuel qui s’exprime spontanément sans règles
dans un état de nature, et le Bien Commun, sans compromettre l’initiative ni l’esprit
d’entreprendre ?
Quelles conséquences sur le fonctionnement interne de la gestion financière dans l’Entreprise et
de même, à l’extérieur, sur les mécanismes de financement de nos retraites et le développement
des patrimoines ?

Face aux exigences internes et externes de nombreuses contreparties (personnel, fournisseurs,


état, prêteurs, actionnaires...), il y va de la survie de l’Entreprise que ses rapports avec ces
contreparties soient réglés sur des modes de fonctionnement satisfaisants et aussi stables que
possible (pour diminuer les risques) ; on appelle en anglais ces contreparties les “ stake holders ”,
ceux qui attendent quelque chose de l’Entreprise.
A cet égard, la gestion financière occupe une place particulière du fait qu’il lui incombe de traiter
avec les actionnaires et les créanciers de l’Entreprise, mais aussi de représenter à l’intérieur de
celle-ci les engagements financiers qu’elle a contractés.

Ces engagements sont souvent à tort présentés de manière négative (la “ contrainte financière ”),
alors que bien compris et intégrés, ils sont un puissant outil d’orientation opérationnel à travers
la pédagogie et la compréhension des mécanismes de la création de richesses qu’ils véhiculent.
DT.1. IIEDH J. Tierny. Ethique et responsabilité du financier d’entreprise 5
_________________________________________________________________________________________

Notre ambition, à travers ces quelques lignes, n’est pas de mettre en évidence des principes
immuables, mais de rechercher, dans l’expérience des problèmes concrets et actuels, des résultats
et des règles de bon sens qui ne seront jamais qu’un travail inachevé.
Après avoir réfléchi à ce qui peut fonder une éthique de la gestion financière dans l’Entreprise,
nous examinerons ce qui nous semble être aujourd’hui la mission du financier dans l’Entreprise,
sa responsabilité et les valeurs spécifiques qu’il doit cultiver, à quels problèmes concrets il est
confronté, pour dégager quelques axes d’une éthique financière de l’Entreprise et aborder
finalement les problèmes des rapports entre l’Entreprise et ses contreparties externes dans le
contexte de l’organisation de notre société libérale.

1. ETHIQUE ET MISSION DU FINANCIER D’ENTREPRISE

1.1. Comment fonder une éthique du financier ?

Pourquoi, d’abord, pourrait-on se demander, une éthique particulière pour le ou les financiers de
l’Entreprise ?
Les valeurs de l’Entreprise et l’éthique personnelle des individus ne pourraient-elles suffire ?
C’est parce qu’à notre sens, il faut donner au mot éthique un sens très pratique et que celle-ci
doit donner lieu à des modèles de comportement.
De la même manière qu’un ingénieur de fabrication sera sensibilisé aux problèmes de qualité, de
sécurité, et aux modes opératoires qui favorisent l’atteinte des objectifs dans ces domaines, ou
qu’un homme de commerce sera attentif à la satisfaction de son client par le service, la finance,
comme métier, n’échappe pas à ses spécificités, d’autant plus que l’argent est un puissant levier
de pression sur les hommes et les sociétés.
Sans une éthique de fonctionnement particulière, la fonction financière peut se révéler, nous le
verrons concrètement plus loin, un énorme danger pour l’Entreprise, aux fins de laquelle, elle
doit être pourtant naturellement ordonnée.
A l’extérieur, les OPA sauvages, les OPA potentielles et virtuelles, les pressions des créanciers ;
à l’intérieur les dictatures du taux de rendement interne, des résultats trimestriels ou de la
création de valeur peuvent se révéler décourageantes et déstabilisantes, en conflit avec l’intérêt à
long terme de l’Entreprise et l’esprit d’entreprendre.

Particularités :

Dans le but de dégager une éthique particulière pour les financiers, on séparera d’abord
ce qui est du domaine de la Personne humaine, ce qui est du ressort de l’employé, de ce
qui incombe à celui qui exerce l’activité financière.
Toute éthique spécifique de la fonction financière se doit d’être parfaitement compatible
avec les devoirs de la Personne et de l’employé.
En ce sens, elle mérite d’être explicitée très ouvertement pour prévenir d’entrée tout
conflit avec la morale personnelle de l’individu et le code éthique de l’Entreprise et ses
valeurs.
DT.1. IIEDH J. Tierny. Ethique et responsabilité du financier d’entreprise 6
_________________________________________________________________________________________

L’éthique du financier est subordonnée à son éthique personnelle en cas de conflit, et de


même l’éthique du financier de l’Entreprise ne saurait exister différemment, mais
seulement comme un prolongement de l’éthique de l’Entreprise, qui lui sert
nécessairement d’ancrage.

Le nouvel embauché se doit de connaître la déontologie de son Entreprise et d’avoir


vérifié si son activité ne présente pas d’incompatibilité avec sa morale personnelle ; il
lui appartient de même, subsidiairement à cette première démarche, de vérifier que la
conception professionnelle de son activité financière répond à une définition à laquelle
il adhère.
Il appartient à son futur responsable de lui fournir un aperçu des procédures et modes
opératoires, mais aussi, plus fondamentalement, de ce qui se fait et ne se fait pas, et
pourquoi.
Finalement, l’éthique du financier ne se situe donc pas au même niveau que celle de la
Personne et celle de l’Entreprise, et pour cette raison, et aussi à cause de sa proximité du
champ de l’application pratique, elle s’appuie sur d’autres fondements, à la fois plus
spécifiques et plus pragmatiques, bien qu’elle leur soit subordonnée.

Les religions :

Une éthique du financier et de ses responsabilités ne se fonderait sur une religion que si
la société était organisée dans un contexte religieux ; on citera par exemple
l’interdiction de compter des intérêts dans le monde islamique et les techniques
particulières d’investissement des fonds dits islamiques.
A l’inverse, peu importe en Occident que le financier soit bouddhiste ou chrétien.
De même, si la philosophie personnelle ou la morale de l’individu ne le découragent pas
de pratiquer le commerce de l’argent, ce que l’on attend de lui, c’est qu’il respecte les
règles du jeu.
Paradoxalement, la latitude du conformisme à l’éthique professionnelle est bien moins
grande que celle qui s’applique à la sphère personnelle.

L’expérience :

Le côté pratique de ces règles d’éthique les établit en modèles de comportement avec
lesquels on ne peut transiger.
Une éthique de la responsabilité du financier ne sera bien sûr jamais que ce que l’on
décide qu’elle soit ; on peut décider de ne pas en avoir (le “ requin ”), mais ceux qui
recherchent sincèrement des repères peuvent les trouver dans l’expérience et l’analyse
des conséquences.
Il s’agit de comprendre les conséquences directes et secondaires de nos actes
professionnels, sur l’Entreprise, les personnes hors et dans l’Entreprise, la communauté
au sens large.
Les théories du comportement peuvent aussi, moyennant un tri adapté, nous aider à
conceptualiser des modèles.
Mais toujours ces modèles seront testés sur l’expérience, une oeuvre inachevée qui se
fonde sur l’héritage des anciens, une perception de l’évolution de l’environnement
extérieur et interne, et surtout notre esprit critique.
DT.1. IIEDH J. Tierny. Ethique et responsabilité du financier d’entreprise 7
_________________________________________________________________________________________

Une décision de comportement :

Cette expérience nous enseignera toujours que certaines valeurs fondamentales doivent
être respectées ; sans elles aucune règle du jeu ne saurait subsister.
Pour une éthique financière, on rappellera le respect des Personnes humaines,
l’honnêteté, les valeurs de l’Entreprise et le respect des lois.
Ce respect des lois n’est pas le plus facile à appliquer dans un contexte transnational
pour rendre à chaque César ce qui lui revient.
La décision de respecter des valeurs a des conséquences naturelles sur les
comportements mais aussi sur les modes de fonctionnement et l’organisation dans
l’Entreprise.
Encore convient-il de les formaliser explicitement.

Avant de définir la responsabilité du financier dans l’Entreprise et ses valeurs


spécifiques nous devons donc présenter sa mission dans l’Entreprise, car pour définir ce
qu’est un financier, on dira que c’est un homme investi dans l’Entreprise d’une mission
financière.

1.2. La mission du financier d’entreprise

La mission des financiers est d’abord un service ; la finance permet d’entreprendre en en


fournissant les moyens aux opérationnels (“ makes things happen ”).
En ce sens, elle rend possible une augmentation de bien-être général si les produits développés
par l’Entreprise apportent une valeur au client.
La fonction financière est par excellence le Service des services à l’Entreprise.
Les processus de la gestion financière dans une entreprise se regroupent en trois sous-familles :
la gestion des risques financiers, l’aide à la décision opérationnelle et la communication
financière.

1.2.1. La gestion des risques financiers comprend :

⇒ le financement, qui procède de plusieurs problématiques ;

◊ le ratio optimal de fonds propres par rapport aux dettes financières ;

◊ la durée des financements émis, et la nature des garanties accordées;

◊ le niveau des lignes de crédit confirmées ;

(ces trois questions doivent être appréhendées comme la gestion du risque de


liquidité ; il s’agit de revendre du risque aux actionnaires et aux créanciers, sans
excès, mais sans mettre en péril la survie de l’Entreprise)

◊ dans une entreprise multinationale, on arbitrera entre les sources de financement


du groupe et les sources de financement locales (approche centralisée, ou râteau
large), en tenant compte des aspects fiscaux, des risques et des coûts ;
DT.1. IIEDH J. Tierny. Ethique et responsabilité du financier d’entreprise 8
_________________________________________________________________________________________

Il appartient au financier d’anticiper sur les besoins futurs de l’Entreprise pour


déterminer ses besoins de financement.
Au coeur de l’Entreprise, il en connaît les axes de développement et donc les
besoins auxquels il faudra faire face, et, pour décider aujourd’hui entre le
moindre coût et le moindre risque en préservant la flexibilité dans un contexte
aléatoire, il faut qu’il soit un peu visionnaire.

⇒ la gestion du risque sur taux d’intérêt, qui signifie se financer avec des taux d’intérêts
variables ou fixes (jusqu’à 30 ans) dans les pays où l’Entreprise a des opérations ; il
s’agit d’immuniser les “ cash-flows ” dans chaque devise par rapport aux variations
des taux d’intérêt ;

⇒ la gestion des risques de change, que l’on distingue et gère selon trois catégories
différentes :

◊ le risque de change comptable ou transactionnel, qui s’applique à des éléments


dont les montants en devises et les dates d’échéance sont clairement identifiés ;

◊ le risque de change sur investissements (“ translation exposure ”) dont la


valorisation est incertaine (comptable, historique, financière...) et pour la gestion
duquel un engagement de la Direction est nécessaire : un investissement voué à
être cédé sera financé en devise locale, tandis qu’une filiale permanente sera
portée par la société holding dans ses livres et financée dans sa devise en
s’attachant plutôt à couvrir les “ cash-flows ” futurs vers la Maison Mère
(redevances, dividendes, opérations sur le capital) ;

◊ le risque de change stratégique naît quand les mouvements monétaires peuvent


améliorer ou obérer la compétitivité relative de l’Entreprise sur ses marchés
(exports d’abord, mais son marché domestique peut être menacé de l’extérieur) ;
les solutions de couverture peuvent être provisoirement financières, mais doivent
être recherchées dans la diversification des clients et des lieux de production ;
l’expérience de ce risque donne lieu à une première nécessité de coopérer entre
financiers et opérationnels.

⇒ La gestion des fonds de pension de l’Entreprise, en veillant à investir dans des


placements dont le profil est adapté à la structure des dettes sociales que le fonds est
destiné à couvrir (retraites, “ medicare ”...) et, nous le verrons plus loin, peut-être à
des critères éthiques.

Les instruments financiers de couverture de ces risques sont innombrables, souvent


taillés sur mesure par les banques, et parfois difficiles à bien comprendre.

Il appartient aux financiers d’entreprise d’utiliser ces produits à bon escient, qu’ils
soient fermes ou optionnels, en n’oubliant pas d’analyser le risque de crédit de la
contrepartie bancaire ou du marché à terme.
La méthode inventée par l’économiste et financier américain Charles SMITHSON,
dite théorie des “ building blocks ”, qui consiste à décomposer tout produit synthétique
“ dérivé ” en blocs simples, est d’une aide appréciable dans ce sens ; on valorise en
répliquant des portefeuilles d’arbitrage.
DT.1. IIEDH J. Tierny. Ethique et responsabilité du financier d’entreprise 9
_________________________________________________________________________________________

Nous étudierons plus loin les maladies dégénératives de cette famille de processus de la
gestion financière lorsqu’ils s’attachent à leur propre fin en perdant de vue leur fonction
au service de l’Entreprise, en choisissant les voies spéculatives.

1.2.2. Aide à la décision opérationnelle :

L’aide à la décision opérationnelle est l’un des aspects les plus intéressants et aussi les
plus difficiles de la fonction financière.

• Il s’agit d’abord d’allouer le capital.


Les fonds propres sont une ressource rare, et ils servent à prendre des risques.
Les activités opérationnelles et les actifs qui leur sont dévolus consomment des fonds
propres qu’il faut leur allouer correctement en fonction de leur contribution au risque
global de l’Entreprise (et non de leur risque seul).
Les fonds propres coûtent plus cher que les dettes, car ils sont plus risqués, et il
importe donc d’exiger de chaque activité une rentabilité juste qui tienne compte du
risque au moyen d’une allocation appropriée de fonds propres.

Expliqué rapidement et simplement, le concept de création de valeur est la différence


entre ce que rapporte l’Entreprise et ce à quoi les actionnaires et les banquiers
peuvent s’attendre.
Ce qui n’est pas nouveau, c’est que l’on ne s’en tient pas seulement au résultat, mais
aux moyens employés (cf. Alfred SLOAN : “ My years with General Motors ”).
Ce qui est nouveau, c’est que l’on mesure la contribution du risque des “ cash-
flows ” de chaque activité au risque de l’Entreprise pour exiger une rentabilité
calibrée selon le risque, au moyen d’un pourcentage variable dans le temps de fonds
propres et de dettes employés, pour chaque activité et chaque actif.
Cette approche basée sur l’étude du risque s’applique aussi bien à une banque qu’à
une entreprise industrielle.

• Il s’agit aussi de représenter dans l’Entreprise ses différentes contreparties : non


seulement la fonction financière se doit de représenter les actionnaires et les
banquiers auprès des décideurs opérationnels de l’Entreprise, mais également les
autres contreparties, comme le fisc, les fournisseurs, les organismes sociaux.
Il convient d’informer le mieux possible les décideurs opérationnels sur les
conséquences financières en termes de coûts et de risques financiers de leurs
décisions opérationnelles (par exemple, un risque de change, ou sur taux d’intérêt,
...).
Cette information peut être formalisée à partir d’un recueil de règles de décisions
économiques qui sont un outil pédagogique puissant au service des décideurs de
l’Entreprise.
Les règles, qui incluent toujours l’impact fiscal, permettent de chiffrer exactement les
enjeux et les résultats financiers attendus ; elles répondent à des problèmes très
concrets, ex : acheter ou louer, stocker pour lisser la production ou avoir une capacité
flexible ; combien coûte le crédit client selon sa durée et la qualité du débiteur...
La formalisation des règles peut aller jusqu’à leur mise en Assurance Qualité, ce qui
représente une légitimation forte dans l’Entreprise, et toujours celles-ci doivent être
DT.1. IIEDH J. Tierny. Ethique et responsabilité du financier d’entreprise 10
_________________________________________________________________________________________

parfaitement compatibles avec les pratiques de mesure de la performance du contrôle


de gestion en se fondant sur les mêmes techniques de calcul de la création de valeur.

• Il devient dès lors naturel que la mission du financier auprès des décideurs
opérationnels ne se limite pas à être une bonne machine à calculer, mais que son
attention aux risques le conduise à devenir un protecteur du patrimoine de
l’Entreprise et de ses fonds propres.
Garant de l’orientation des efforts de tous vers la création de valeur, il lui échoit un
rôle d’alerte auprès de ses collègues et patrons.
Il lui appartient de promouvoir les intérêts des contreparties de l’Entreprise, pour son
bien propre, mais aussi de veiller au respect des lois et de l’Etat.
Nous savons comment la responsabilité du directeur financier peut être engagée en
cas de fraude, d’opérations illégales, ou de faillite.
A cause de l’expertise qu’il développe sur les exigences de l’environnement, les
risques et les conséquences financières des décisions opérationnelles, il lui est
demandé non seulement d’être partie prenante au contrôle (investissement, crédit
client, méthodes du contrôle de gestion...) mais aussi à l’élaboration de la Stratégie
avant même son financement.
Cette famille de processus de la gestion financière est elle aussi menacée de plusieurs
maladies dégénératives lorsque l’on oublie que la finance est d’abord un service et
que ses membres s’érigent en censeurs, en liquidateurs, ou en empêcheurs
systématiques d’entreprendre ou même prennent le pouvoir, comme nous le verrons
dans les parties suivantes.

1.2.3. Communication financière :

La communication financière n’est pas la moindre des trois familles de processus de la


gestion financière.

Après avoir géré les risques financiers et aidé à prendre des décisions opérationnelles
qui créent de la valeur, il faut informer les actionnaires et les créanciers sur les résultats,
le comment de l’obtention des résultats et le pourquoi, c’est à dire la Stratégie.

• Les actionnaires qui courent le risque ultime (celui de la faillite et celui de tout
perdre) ont le droit de savoir ce que l’on fait de leur argent.
Il sert à fabriquer des produits, à rendre des services, à faire faire des progrès et ce
faisant, à prendre des risques ; ils ont le droit de savoir comment, et de donner leur
avis.
Ils donneront leur avis de plusieurs manières : par oral ou écrit, et en votant aux
assemblées, et en achetant ou en vendant l’action, en participant ou non à une
augmentation de capital, comme un client est libre de son choix face aux produits de
l’Entreprise.
Il faut donc convaincre les actionnaires.
Le financier qui a correctement rempli ses deux premières missions sera d’autant
plus à l’aise pour expliquer aux actionnaires combien leur argent est utilisé dans leur
intérêt et conformément aux objectifs de l’Entreprise.
Finalement, en donnant une visibilité correcte sur l’Entreprise et son avenir aux
partenaires financiers, le responsable de communication financière contribue à
DT.1. IIEDH J. Tierny. Ethique et responsabilité du financier d’entreprise 11
_________________________________________________________________________________________

baisser les primes de risque du coût du capital et ouvre le champ des possibilités
d’entreprendre en baissant l’exigence de rendement.

• Inversement, le financier qui pratique la communication financière se doit de


répercuter vers ses patrons et collègues les avis qu’il a recueillis des investiseurs et
analystes qui ont l’avantage d’avoir du recul et peuvent apporter des éléments
intéressants pour orienter la stratégie de l’Entreprise.

• Sur ce qui est dit à l’extérieur, le financier porte une grave responsabilité.
Il peut en dire trop et mettre l’Entreprise en situation d’infériorité vis-à-vis des
concurrents, mais s’il ne peut créer un lien de confiance avec les partenaires
financiers, le coût des ressources financières peut augmenter dramatiquement.

2. ASPECTS INTERNES DE LA RESPONSABILITÉ DES FINANCIERS


D’ENTREPRISE

2.1. La responsabilité du financier et ses valeurs spécifiques

Nous venons de voir que la mission du financier pouvait être segmentée sur trois familles de
processus que nous n’avons pas souhaité détailler ici, mais le bon accomplissement de chaque
processus s’appuie sur des valeurs et des exigences de qualité spécifiques à chacun.

La compétence :

Globalement, on demandera à un financier d’être compétent, de le rester et de savoir


communiquer.

• Etre compétent, c’est d’abord comprendre les risques, ce qui exige un bon bagage
mathématique, mais aussi d’être humble, jamais sûr d’avoir tout compris et
fermement décidé à mettre en cause toute décision, aussi techniquement justifiée soit
elle, avec son bon sens.

• Rester compétent en finance, c’est oublier ses diplômes pour suivre, voire précéder
l’évolution des techniques financières et des produits financiers, qui a été
remarquablement florissante durant les vingt dernières années.
Mais la compétence financière n’est pas suffisante, il faut comprendre et connaître
l’Entreprise.
Aucune structure financière n’est universelle ni figée une bonne fois pour toute.
Par exemple, une société qui fabrique du ciment pour servir des marchés limités
géographiquement peut avoir des intérêts minoritaires dans son capital ou des
partenariats dans ses filiales, mais une société qui a beaucoup d’échanges interfiliales
ne le pourra pas, pour des raisons de conflits d’intérêt avec les actionnaires
minoritaires des filiales.
DT.1. IIEDH J. Tierny. Ethique et responsabilité du financier d’entreprise 12
_________________________________________________________________________________________

Il est certainement plus difficile de comprendre les risques réels de change ou sur
taux d’intérêt d’une Entreprise que de spéculer sur le “ T bond ” ou le $, car ces
risques sont représentés par les paramètres (instables) d’une équation aux dérivées
partielles entre les variables change, taux d’intérêt, matières premières... et les cash-
flows de l’Entreprise.

• Enfin, quel intéret d’avoir un financier compétent s’il ne peut transmettre son savoir
pour éclairer les décisions opérationnelles ni communiquer avec les investisseurs
Des qualités pédagogiques appropriées sont donc requises.

La bonne gestion :

Plus précisément, on exigera qu’il travaille avec des méthodes de calcul correctes et des
critères justes (coût de l’argent et du risque).

• Un coût de l’argent excessif peut injustement fermer des opportunités de croissance à


l’Entreprise, au détriment de ses actionnaires et de ses employés, dont on attend une
attitude entrepreneuriale.
La bonne gestion se doit d’utiliser des informations justes.
• Actualiser les effets bénéfiques futurs d’un plan social, au taux moyen pondéré du
capital dit WACC (“ weighted average cost of capital ”), la référence de la plupart
des manuels de finance et cabinets de conseil, au lieu d’utiliser le coût plus élevé des
fonds propres qui devrait s’appliquer dans un tel cas, peut conduire l’Entreprise à
surestimer l’intérêt dudit plan social et procéder à des licenciements qui se révèleront
destructeurs de valeur pour les actionnaires.
Un comble !
La bonne gestion se doit d’utiliser des méthodes de calcul justes.

• On exigera du financier une gestion très rigoureuse dans les pays émergents.
Les environnements très inflationnistes agissent comme accélérateurs avec un effet
loupe et agrandissent toutes les erreurs, financières comme opérationnelles, et la
santé de l’Entreprise peut s’y détériorer très rapidement.
Il faut y envoyer de très bons financiers.
La bonne gestion est indissociable d’une gestion adaptée des compétences.

Le comportement responsable et formateur :

Mais s’il est important qu’il soit compétent et rigoureux, le financier se doit de rendre
ses collègues responsables.

• L’arbitrage entre le long terme et le court terme, particulièrement sur les questions de
choix d’investissement ou de variabilisation des coûts, doit tenir compte des
capacités de réaction de l’Entreprise et surtout de sa capacité financière à résister aux
contre cycles, c’est à dire au niveau du risque qui a pu être revendu sur les marchés
financiers.
L’Entreprise doit être consciente et informée, et disposer d’une méthode juste de
fixation d’exigences de rentabilité différenciées selon les risques, sur le court et le
long terme.
DT.1. IIEDH J. Tierny. Ethique et responsabilité du financier d’entreprise 13
_________________________________________________________________________________________

• Le rôle d’alerte ; le détenteur de la caisse est le porte parole du réel, ce rôle est
fondamental.
Le financier a la chance d’avoir le recul que lui procurent ses contacts avec les
banquiers, les analystes et les investisseurs.
Il se doit de voir loin, de suivre l’environnement et l’Entreprise qui évoluent
parallèlement et de mesurer les risques courus.

• La stratégie de l’Entreprise doit être bouclée sur ses ressources financières.


Ce serait irresponsable de la part de ses collègues opérationnels de penser que
trouver les ressources financières est l’affaire des financiers.
C’est au financier de faire comprendre cet impératif à ses collègues sans décourager
leur esprit d’entreprendre, mais en les aidant à formuler les stratégies les mieux
adaptées à l’environnement financier de l’Entreprise.

• Enfin le rôle du “ challenger ”, celui qui met en cause, lui est particulièrement dévolu
: pas en aval, celui qui comptabilise les bêtises des autres, mais en amont, celui qui
participe et qui s’implique de manière responsable dans les décisions.
A lui plus qu’à tout autre, son éthique impose de verifier que dans chaque projet on
applique une rigueur d’évaluation méthodique qui minimise les risques d’échec, telle
celle que rappelle M. François MICHELIN dans son livre “ Et pourquoi pas ”, la
méthode en cinq points :

◊ une question posée nettement ;

◊ une enquête complète ;

◊ toutes les solutions possibles ont été envisagées ;

◊ les conséquences sont prévues ;

◊ l’éclairage financier est réalisé.

La diplomatie et l’aptitude à communiquer avec ses collègues et patrons sont donc


des qualités indispensables au responsable financier pour qui l’objectif suprême est
de rendre ses collègues opérationnels un peu financiers eux-mêmes.

La compréhension de l’environnement interne et externe :

Enfin, le financier n’oubliera pas envers qui sa responsabilité s’exerce :

• pas seulement à l’égard des marchés financiers, des banquiers et des investisseurs,
qui sont supposés être avertis et prendre leurs responsabilités en temps voulu,

• mais aussi vis-à-vis de son Entreprise et des personnes : combien d’erreurs


financières ont pu couler d’entreprises (spéculation, crédit client accordé à mauvais
escient ...), mais aussi combien d’erreurs opérationnelles (investissements non
rentables ou mal contrôlés, excès de croissance, ...) ont conduit nombre d’entreprises
saines, sur un créneau sain, à leur ruine ... ;
DT.1. IIEDH J. Tierny. Ethique et responsabilité du financier d’entreprise 14
_________________________________________________________________________________________

• il doit aussi admettre qu’il n’est pas la chaîne principale de valeur ajoutée de
l’Entreprise et qu’il doit respecter ses collègues opérationnels, qu’il est impossible de
projeter la capacité de progrès de ceux-ci et qu’aucune prévision ou projection ne
permet de connaître réellement l’avenir.

Ce n’est donc pas suffisant qu’il soit compétent, prévoyant, diplomate, pédagogue, il
faut que le financier soit humble, devant les faits et les marchés (qui ont toujours
raison), mais surtout vis-à-vis de ses collègues opérationnels, en ne confondant pas ses
méthodes de calcul avec ce que l’on appelle la “ corporate governance ”.

Le challenge ou l’enveloppe ?

Comment évaluer un projet de dépense ou d’investissement ?


Quels critères appliquer pour accepter certains projets et en rejeter d’autres ?
L’approche planification budgétaire, c’est à dire l’ « enveloppe » est malheureusement
la plus utilisée ; elle n’est dans l’intérêt d’aucune des contreparties de l’Entreprise ; elle
est simplement la voie la plus facile, mais elle n’a que peu de sens et fait courir
beaucoup de dangers à l’Entreprise.

Les déviations de l’enveloppe sont bien connues :

• on se refuse par avance de saisir les opportunités inconnues lors de l’élaboration du


Plan ;
• la rentabilité n’est pas le souci majeur, l’efficacité non plus ;
• elle tend à se perpétuer chaque année en fonction d’un pourcentage fixé
arbitrairement, sans relation avec les mérites du Projet ;
• elle ignore les contreparties et les conséquences ;
• elle pousse à la dépense complète pour s’autojustifier.

Le « challenge », au contraire ne se suffira jamais à lui-même, et incomplet par


définition il appelle le praticien à sans cesse s’améliorer et se dépasser.
Il ne se contente pas des aspects immédiats d’appréciation de la rentabilité, mais
cherche à en mesurer les effets complets à long terme au moyen d’une analyse
multicritères la plus exhaustive possible des intérêts de chacune des contreparties de
l’Entreprise, qui sont appelés à être prises en compte dans le « challenge ».

Par exemple, négliger l’aspect pollution dans l’analyse de rentabilité, c’est exposer le
projet à l’aléa du coût du nettoyage du terrain lors d’une cession ultérieure ; négliger les
aspects sociaux et leurs progrès futurs lors d’une implantation dans un pays émergent à
bas coût de main d’œuvre, c’est mal apprécier la durabilité du projet …

Le « challenge » procède d’une approche réactive à l’environnement, interactive, qui est


source de progrès et d’amélioration du bien commun.
Le financier d’entreprise a, dans ses méthodes d’évaluation financière, une
responsabilité médiate de faire apparaître et de quantifier pécuniairement les
responsabilités de son Entreprise, ce qui représente une composante fondamentale de la
dynamique de progrès de son Entreprise.
DT.1. IIEDH J. Tierny. Ethique et responsabilité du financier d’entreprise 15
_________________________________________________________________________________________

Il y a une convergence entre la rentabilité à long terme de l’Entreprise et les critères


éthiques.
Ceux-ci sont appelés à se clarifier, à évoluer et à s’affirmer ; ils ne sont pas figés.

Les clients et les actionnaires de l’Entreprise sont ses Patrons et l’évolution de leurs
mentalités et de leurs souhaits doit être bien intégrée dans le « challenge ».

L’amont et l’aval

Facile de compter les points, ou les haricots (« bean counter ») et de juger les autres.
Plus difficile d’aider les opérationnels en amont et de se mouiller à leurs côtés en
participant à l’évaluation de leurs décisions à priori et en endossant une
coresponsabilité.

Cette attitude proactive exige une compatibilité cohérente entre les méthodes
d’évaluation à priori et à posteriori.
Le financier qui participe en amont travaille avec le contrôleur de gestion pour faire
évoluer les méthodes de calcul de la performance.

Travailler en amont exige d’apporter une vraie valeur ajoutée aux opérationnels, de se
faire accepter comme conseiller, et d’être capable de développer une pédagogie de
l’intérêt financier à long terme bien compris de l’Entreprise dans son environnement et
face à ses contreparties identifiées.

2.2. A quels problèmes internes concrets le responsable financier est-il confronté ?

L’adéquation des couvertures des risques :

Nombreux sont les cas récents où la responsabilité du financier est directement engagée
dans la débâcle financière de son Entreprise.

La faute impardonnable, qui procède d’un mélange d’incompétence et de manque


d’humilité est l’utilisation de produits financiers complexes mal compris dont les
conséquences peuvent tuer l’Entreprise dans certains cas de figure mal envisagés.

Les banquiers et courtiers de ces produits se font les apôtres enflammés de leur
utilisation pour susciter des commissions à travers les mouvements supplémentaires et
aussi parce que l’opacité de leur présentation (souvent mal maîtrisée par les banquiers
eux-mêmes) permet à ceux-ci de fabriquer des marges en faveur de la banque, qu’elle
n’obtiendrait pas sur les produits financiers classiques dont la cotation est plus
transparente.

Les vendeurs de ces produits dits “ exotiques ” laissent planer le doute sur la
compétence des financiers d’entreprise qui ne les utilisent pas en s’arrogeant, avec
assurance, la qualité de juge de ce qui est bon ou pas pour l’Entreprise.

Parmi les exemples notoires qui ont défrayé la chronique, on distinguera :


DT.1. IIEDH J. Tierny. Ethique et responsabilité du financier d’entreprise 16
_________________________________________________________________________________________

• ceux qui ont mis l’Entreprise en faillite technique, malgré une situation financière
théoriquement saine, sur des appels de marge sur produits dérivés parce que les
conséquences en termes de liquidité avaient été mal planifiées ;

• ceux qui ont couvert des risques futurs (de change par exemple) sur des “ cash-
flows ” trop éloignés et ont dû faire face à la crainte qu’engendraient des pertes
potentielles énormes, disproportionnées vis-à-vis de la génération annuelle de profit
de l’Entreprise ;

• ceux qui ont abusé des opérations à effet de levier qui multiplient les risques (dans
l’espoir de gagner plus) et ceux qui se sont laissés piéger par les systèmes de cliquet
qui modifient les profils de risque quand certains seuils sont dépassés ;

• enfin, il ne faut pas oublier que les stratégies optionnelles peuvent être comprises
techniquement comme des compositions variables dans le temps et selon le niveau de
prix de l’instrument sous-jacent utilisé ou couvert, de positions longues ou courtes du
sous-jacent, ce qui est acceptable, mais aussi de positions longues ou courtes sur la
volatilité du sous-jacent (indice de proportion à varier), ce qui n’a rien à voir le plus
souvent avec la préoccupation de couverture du risque financier réel de l’Entreprise.

Compétence technique, bon sens, focalisation sur l’intérêt réel à long terme de
l’Entreprise et humilité devant l’imprévisible et la compréhension des choses sont des
qualités indispensables au trésorier d’Entreprise.
Il faut plusieurs années d’épreuve pour vérifier que le jeune et brillant financier ne se
laissera pas un jour éblouir par une construction intellectuellement gratifiante et l’appât
du gain apparemment facile.

Le “ spiel ” financier :

Moins sournoise que la tentation intellectuelle qui précède, car plus basique, facilement
identifiable et contrainte par des procédures, la spéculation ou le “ spiel ” que tous,
gouvernements, chefs d’Entreprise, tout un chacun, s’accordent à condamner
officiellement (bien que des filiales d’Entreprises publiques s’y soient livrées autrefois
avec acharnement contre leur propre devise d’origine) pose des problèmes de fond sur
l’activité même de l’Entreprise.

• En faisant abstraction des tendances longues qui amènent les marchés à monter ou
baisser durablement, entre ceux qui achètent net (positions longues) et ceux qui
vendent net (positions courtes), il y a des gagnants et des perdants à la fin de la
journée ou à la liquidation.
Ceux qui gagnent tendantiellement, c’est à dire hors les coups de chance, moins
probables dans la récurrence, sont les plus forts.

Les plus forts sont ceux qui peuvent manipuler le marché (“ corner ”) par la quantité
et leur engagement financier, ou ceux qui ont les meilleurs moyens d’information,
sachant qu’il est difficile d’être mieux informé que celui qui côte un prix
acheteur/vendeur, car il voit les vendeurs et acheteurs venir chez lui et créer la
tendance baissière ou haussière.
DT.1. IIEDH J. Tierny. Ethique et responsabilité du financier d’entreprise 17
_________________________________________________________________________________________

Le trésorier qui croit pouvoir battre le marché ferait mieux de rejoindre un


professionnel du marché en question où il sera mieux armé pour exercer son art de la
spéculation.

• Cette réflexion nous amène à considérer maintenant cette question fondamentale du


quoi pour l’Entreprise, “ what business are you in ? ”.

S’il s’agit bien d’une activité clairement identifiée, une des premières tâches du
trésorier est de comprendre ou de se faire expliquer quel profil de risque l’Entreprise
veut conserver ; cela n’est pas difficile, c’est celui qui est indiqué aux actionnaires
dans l’annexe et les explications du rapport annuel.
L’Entreprise a des fonds propres qui lui sont confiés par les actionnaires, à qui elle
pourrait les rendre si elle n’en a plus d’usage, à qui elle peut en demander plus, ou
dont elle peut augmenter le risque en augmentant son risque d’activité ou l’effet de
levier de l’endettement ou des opérations (sous-traitance...).
Ces fonds propres sont nécessaires à toute prise de risque, et la spéculation en
stérilise une partie.
Non seulement, il faut reconnaître ce qui précède, l’accepter si la spéculation est un
but de l’Entreprise en délimitant bien les marchés concernés et le niveau de risque
maximum, mais aussi analyser le profil du risque financier de l’Entreprise qui dérive
de ses décisions industrielles et commerciales (vendre et accorder un crédit à un
client dans tel pays, posséder une usine et produire dans tel autre, financer un
stock...) et génère différents risques de change, risques sur taux d’intérêt et affecte sa
liquidité.
Cette analyse n’est pas facile et fait appel à des techniques statistiques avancées de
mesure de sensibilité (dérivée logarithmique, corrélation, équation récapitulative aux
dérivées partielles...) qu’il faut manier avec précaution à cause de l’instabilité dans le
temps des résultats obtenus.

Il y a de la place pour les satisfactions intellectuelles mais aussi le bon sens pour
comprendre les risques financiers de l’Entreprise et déterminer ce qu’il faut en
couvrir sur les marchés financiers afin de répondre aux attentes des dirigeants et
correspondre à ce qui est dit aux actionnaires.
Finalement, la spéculation est le comportement même de la finance qui a perdu de
vue sa raison d’exister, le service de l’Entreprise, pour se nombriliser en cherchant sa
propre fin.

Risque et temps :

On vous dira : “ pas de risque, pas de gain ” ; cet adage purement financier est à
l’opposé des objectifs du responsable financier dans une entreprise.

Sa devise serait plutôt : “ pas de labeur, pas de gain ”.


Mais il n’y a pas de labeur sans risque ; le métier du financier est de conserver le niveau
du risque dans une proportion raisonnable, c’est à dire gérable en fonction des objectifs
de l’Entreprise ; les actions correctives doivent permettre de redresser la situation si l’on
peut encore acheter du temps ou si cette flexibilité financière a déjà été achetée (lignes
de crédit, trésorerie...).
DT.1. IIEDH J. Tierny. Ethique et responsabilité du financier d’entreprise 18
_________________________________________________________________________________________

• La question de la structure financière. de l’Entreprise (ratio capitaux propres/dettes,


confirmation de lignes de crédit, durée des emprunts) a pour objet, selon le risque
d’activité de l’Entreprise, de permettre en cas de changement de l’environnement ou
de la conjoncture de lui donner du temps et des moyens pour s’adapter, se
restructurer si nécessaire, et d’éviter la mort et ses conséquences pour ses employés,
ses banquiers, fournisseurs...
Trop de fonds propres, c’est du gâchis de capitaux et une mauvaise optimisation de
l’intérêt des actionnaires, pas assez c’est trop de risque et l’exposition de l’Entreprise
à un risque trop élevé qu’il faut payer plus cher aux créanciers (coûts de
financement) et que les actionnaires font payer aussi en valorisant l’action avec une
décote qui traduit leur risque plus élevé, parfois intolérable.
Cette gestion de la structure financière n’est pas statique dans le temps, car son
optimum dépend de l’aversion au risque, par définition variable, des différents
investisseurs et des options stratégiques qui peuvent se présenter.

Il appartient au responsable financier :

◊ de prendre ses décisions et donc de faire des choix en temps voulu, en voyant loin,
avec ce que cela comporte d’incertitudes, et en comprenant l’évolution de son
Entreprise et les enjeux stratégiques auxquels elle sera confrontée ;

◊ d’arbitrer entre les différentes catégories d’investisseurs selon leur aversion au


risque et la rémunération qu’elles exigent en suivant attentivement différentes
alternatives, voire en les suscitant, en faisant preuve de créativité financière ; par
exemple, lorsque les fonds propres sont trop chers ou hors de portée, l’Entreprise
revendra son risque à travers des emprunts subordonnés ou d’autres produits de
haut de bilan “ mezzanine ” ...

Donner à l’Entreprise du temps (en l’achetant) est un rôle très important.

Le temps, c’est souvent ce qui manque à celles qui s’arrêtent, malgré les protections
juridiques (protection contre les créanciers, “ chapter 11 ”), c’est ce qui manquait par
exemple récemment à LTCM, le fameux “ hedge fund ” qui a défrayé la chronique
financière de cette fin de siècle.

Ce type d’accident relève d’une prise de risque excessive dans un contexte donné de
marchés, c’est à dire une insuffisance de fonds propres.
Par rapport à son activité et une situation ponctuelle de marché et d’aversion au
risque de certains investisseurs, les fonds propres se sont trouvés insuffisants, et
effectivement, le fonds a été recapitalisé afin de le sauver, et avec succès ; c’était
l’intérêt de ses actionnaires et prêteurs, non pas de le liquider.

Ce cas de figure s’applique aussi parfaitement à l’Entreprise, comme nous venons de


le voir, pour calibrer sa structure financière de manière adéquate, sachant qu’il y a
une structure optimale qui maximise l’intérêt de ses actionnaires, mais aussi pour
analyser la rentabilité de ses investissements et calibrer son exigence dans le temps.

• On entend souvent que les financiers ou les investisseurs sont des court termistes.
Cela n’est pas exact, il y a un prix pour tout en fonction du risque qui augmente,
entre autres, avec la racine carrée du temps.
DT.1. IIEDH J. Tierny. Ethique et responsabilité du financier d’entreprise 19
_________________________________________________________________________________________

Le calibrage du financement optimal par fonds propres d’un projet est proportionnel
à la racine carrée du temps de réalisation et de même la prime de risque exigée (coût
des fonds propres moins coût de la dette, qui varie avec l’aversion au risque des
investisseurs).
Il peut même, pour des investissements à mise en place et récupération longues,
impliquer des structures financières à dette financière négative (“ cash ”) dans les
premières années.
Dans ce contexte, l’Entreprise se doit donc de respecter un équilibre entre les projets
à rentabilité rapide et ceux à délai de récupération long et de même d’exiger une
rentabilité différenciée pour être adéquate ; le problème long terme/court terme est
donc tout à fait soluble, au moins sur le plan théorique, et sur le plan pratique en
restant mesuré.
Il appartient au financier de savoir acheter le temps nécessaire pour son Entreprise et
ses activités en commençant par identifier correctement le besoin en fonds propres de
celle-ci.

La conscience financière :

Mais à l’inverse, le financier qui est par excellence, nous l’avons vu, au service de son
Entreprise et de sa stratégie, peut rendre un mauvais service s’il excelle dans son rôle de
protecteur externe, sans rendre ses patrons et collègues opérationnels conscients des
conséquences financières et des risques que génèrent leurs décisions opérationnelles.
Ce défenseur de l’Entreprise doit aussi la protéger contre elle-même.
Il est juste de défendre l’Entreprise avec les moyens financiers et juridiques à sa
disposition ; il est juste de donner à ses dirigeants le temps nécessaire pour l’action à
long terme, mais cette protection ne doit pas être une cause de léthargie interne, à l’abri
des remises en cause extérieures.

• Si le financier ne devient pas le propre “ raider ” de son entreprise, c’est un “ raider ”


extérieur, attiré par l’opportunité, qui le deviendra.

En déclarant qu’il peut la gérer différemment, il entraînera par son discours une
partie des actionnaires dans son dessein, ou pourra racheter à un prix décoté cette
entreprise dont la rentabilité ne suscite pas l’intérêt des investisseurs.
Ceci signifie que le bon financier d’Entreprise sait acheter le temps à bon escient en
vendant du risque mais ne la laisse pas dans l’ignorance financière, comment cela ?

◊ il participe à l’élaboration de la stratégie de l’entreprise en définissant sa propre


contribution financière et en dérivant les conséquences financières des stratégies
envisagées, en les amalgamant et mettant en évidence leur cohérence ;

◊ il évalue le plan annuel de l’entreprise et donne aux opérationnels un avis en


retour sur sa faisabilité et un avis critique sur ses hypothèses ;

◊ il promeut des méthodes d’évaluation correctes, les “ règles de décision


économiques ”, que chacun doit pouvoir s’approprier, et qui peuvent même
s’intégrer le cas échéant, au système qualité de l’Entreprise ;
DT.1. IIEDH J. Tierny. Ethique et responsabilité du financier d’entreprise 20
_________________________________________________________________________________________

◊ il organise des formations de sensibilisation aux problèmes économiques et aux


règles de décision économiques.

• Ce qui précède est une affaire très délicate.


S’il agit comme ou à la place du patron, le financier tuera la dynamique
entrepreneuriale de l’Entreprise.
Le financier ne peut se substituer au patron de l’Entreprise qui, après avoir fait la
synthèse de données apparemment contradictoires ou même conflictuelles, décide en
connaissance de cause en opérant éventuellement un choix/une hiérarchisation entre
des priorités.
Son objectif doit être de rendre chaque opérationnel responsable vis-à-vis des
objectifs financiers de l’Entreprise (et non d’une contrainte financière), afin de se les
approprier, pour autant que le financier ait su faire en sorte :

◊ qu’ils soient clairement définis ;

◊ qu’ils se déclinent jusque dans les plus petites choses avec un peu de bon sens, et
des outils d’évaluation, sans trop de formalisme.

La prétendue contrainte financière est une dictature aliénante pour les opérationnels
que l’on souhaite animés d’un esprit d’entreprise, surtout dans les grandes
entreprises, où l’on a souvent à lutter contre les attitudes technocratiques et les
décisions arbitraires.
Le financier ne peut avoir la largeur de vue sur l’activité des responsables
opérationnels et, sortie de son contexte, son expertise se traduira par une caricature
réductrice et trop superficielle du modèle d’Entreprise au lieu d’être un point
d’appui, une référence pour promouvoir la croissance et la création de valeur
actionnariale.

Le respect de l’Entreprise et de ses collègues opérationnels passe par :

◊ un calcul correct du coût de l’argent (dettes et fonds propres), par devises ;

◊ une évaluation correcte de la contribution de chaque actif et chaque activité au


risque de l’Entreprise qui se traduit par des consommations différenciées de fonds
propres et dettes.

◊ une attitude appropriée, celle de la mise en cause (“ challenge ”), en amont des
opérations, avec respect, en particulier dans le domaine des investissements, du
crédit client, de la politique de stockage ...

La technique de la création de valeur actionnariale, qui s’opère d’abord chez le client


qui paie nos produits, est d’abord un instrument de mesure ultime fondée sur
différents leviers, qui doit être portée en amont des opérations comme une discipline
libératrice destinée à promouvoir le Progrès Economique.
Libératrice, car elle donnera à l’Entreprise les moyens de sa croissance et sera le
meilleur garant de son indépendance pour la satisfaction de ceux qui sont en droit
d’attendre quelque chose d’elle.
Son exigence est parfois mentionnée explicitement comme composante principale
des Orientations Stratégiques de l’Entreprise.
DT.1. IIEDH J. Tierny. Ethique et responsabilité du financier d’entreprise 21
_________________________________________________________________________________________

• Les évolutions récentes de la théorie financière ont mis en évidence à partir d’un
développement spécifique de la théorie des options, la théorie des options réelles,
l’importance pour l’Entreprise de la gestion de la flexibilité et de son coût.
Elle s’applique, de manière non exhaustive, principalement dans les domaines
suivants :

◊ la théorie de l’investissement : promouvoir les solutions modulaires qui


permettent d’arrêter la mise en oeuvre d’un projet si les résultats ne sont pas
probants et calculer le moment optimal de démarrage en le retardant si
l’expérance de valeur potentielle actualisée de le démarrer demain est plus grande
que la valeur sûre du lancement aujourd’hui ;

◊ la capacité de production flexible pour répondre aux périodes de conjoncture


haute ou à la saisonnalité ;

◊ les stratégies de financement en phase d’incertitude opérationnelle ;

◊ la négociation simultanée de plusieurs acquisitions potentielles exclusives les unes


par rapport aux autres ;

◊ l’exploitation d’un gisement de matière première qui représente un coût fixe mais
dont les retours sont aléatoires selon les fluctuations du cours de la matière
première ;

◊ la technique ci-dessus a été appliquée avec succès au cas de l’exploitation de


nouvelles technologies.

Plus que tout autre dans l’Entreprise le financier est sensibilisé à la valeur financière
de la flexibilité et il lui appartient de faire partager de manière quantifiée cet aspect
d’évaluation des décisions opérationnelles.

Je n’oublierai jamais l’enthousiasme de cet ingénieur de recherche procédé qui


s’extasiait sur l’impact du temps de la mise en place d’un projet d’investissement sur
la rentabilité du projet et la valeur que pouvait représenter une séquence modulaire
de choix successifs plutôt qu’une décision définitive.

3. ASPECTS EXTERNES DE LA RESPONSABILITÉ DU FINANCIER


D’ENTREPRISE

Maintenant que nous avons vu comment l’Entreprise se devait d’intégrer dans son
fonctionnement interne l’exigence du monde externe, il nous paraît utile d’examiner sous quel
mode des rapports sains entre l’Entreprise et son environnement financier peuvent s’établir.
DT.1. IIEDH J. Tierny. Ethique et responsabilité du financier d’entreprise 22
_________________________________________________________________________________________

3.1. L’éthique financière de l’Entreprise (à ne pas confondre avec l’éthique des financiers)

Quel profil : quels critères rejoignent les valeurs historique de l’Entreprise ?


Comment veut-elle les faire évoluer ?

L’existence, verbale ou écrite, d’une éthique financière de l’Entreprise est indispensable pour
minimiser le risque que celle-ci peut représenter pour ses contreparties.
Si un actionnaire a peu de visibilité sur les pratiques d’une entreprise, et de même un prêteur, ils
exigeront une prime de risque en conséquence.

Si une banque sait que l’entreprise qui lui vend vingt millions de US $ s’interdira de faire cinq
transactions simultanées identiques avec d’autres contreparties, ce qui lui causerait un préjudice
quand elle cherchera à se recouvrir dans le marché, elle traitera en confiance avec cette
entreprise.
La confiance est une composante indispensable des rapports entre l’Entreprise et son
environnement, et une éthique financière déclarée y participe.

Il n’est pas inutile que l’Entreprise dise, au cas par cas ou sous la forme d’une charte, ce qu’elle
est et veut être, que cela soit porté à la connaissance de ceux qui attendent quelque chose d’elle,
et que ces derniers puissent considérer ses actes en conséquence.
Le bien fondé de l’existence d’une éthique financière vis-à-vis de l’extérieur est donc bien la
confiance de ses partenaires, et son fruit une meilleure visibilité sur l’Entreprise.

Les règles du jeu :

Les règles du jeu permettent de limiter les risques du commerce de l’Entreprise avec son
environnement.
Elles sont un “ don ” en ce sens qu’il y a celles que l’on se donne et celles qui sont
données, imposées par les lois ou les traditions.
On agit en fonction des règles du jeu, et elles font et définissent l’environnement.
Que d’intelligence déployée pour les contourner : et pourtant elles sont un gage de
stabilité, d’économie, de pérennité de l’activité.

Les comportements qui nuisent à l’Entreprise et discréditent les règles du jeu doivent
être proscrits, dénoncés et sanctionnés,car ils créent un tort considérable au Bien
Commun, qui se surajoute aux injustices concrètes qu’ils génèrent.
Parmi ceux-ci, on citera de manière non exhaustive :
- d’abord, la corruption qui gâte tout ;
- le blanchiment d’argent : la finance permet d’entreprendre, avons nous vus
plus haut, elle doit permettre d’entreprendre ce qui est bon, pas ce qui est
indigne ;
- la participation à des activités frauduleuses ;
- le financement de l ’espionnage industriel ;
- le non respect des lois ;
- le non respect de la parole donnée ;
- ...
DT.1. IIEDH J. Tierny. Ethique et responsabilité du financier d’entreprise 23
_________________________________________________________________________________________

Socialement responsable :

La communauté mérite une attention particulière parmi ceux à qui l’Entreprise accorde
son respect.
Il s’agit de l’Etat, de la Région, de la Ville.
L’Entreprise leur doit un cadre de travail, ses collaborateurs, un environnement social
stabilisé par l’existence de lois, des services multiples.
La vie en communauté a de nombreuses exigences et l’Entreprise se doit d’y montrer
l’exemple par son comportement socialement responsable.

Sa conformité aux lois et us et coutumes n’est cependant pas suffisante : elle se doit de
participer à leur élaboration, d’aider à les faire progresser et de combattre ce qui nuit à
l’intérêt commun de l’Entreprise et de la communauté (lois sur le travail qui nuisent à la
compétitivité par exemple, ou lois fiscales qui induisent des comportements malsains,
contrôle des changes, contrôle des prix ...).

Le respect des contreparties :

Le respect des contreparties participe aussi de l’éthique financière de l’Entreprise.


Bien payer et payer à l’heure doit être un point d’honneur pour une entreprise.
Le trésorier qui joue au petit malin dans son coin pour gagner des jours de valeur sur le
dos des fournisseurs nuit par son comportement à l’image de sérieux et de bonne
organisation de son entreprise et incite les fournisseurs à des négociations plus dures
pour se rattraper sur d’autres aspects.

Parmi les contreparties qui comptent, en externe :

• les clients, envers lesquels l’Entreprise a une exigence de qualité, d’équité de


l’échange, en évitant l’abus de marge ou les positions de monopole qui, à long terme,
génèrent, dans la facilité, l’apathie léthargique ; ultime maillon de la chaîne de valeur
ajoutée, le client paie pour les coûts et les salaires de chacun ;

• les concurrents qui stimulent l’Entreprise pour qu’elle se dépasse ;.

• les fournisseurs, avec lesquels la coopération technique et le bon cahier des charge
ont été ces dernières années, dans le cadre du “ réingeneering ” des chaînes de valeur
ajoutée, les facteurs clés de réduction de coût, bien plus efficaces que les
négociations sauvages et la pression du plus fort ;

• les banques :

◊ avec lesquelles la politique des relations doit être claire : le risque qu’elles
prennent (subordinations implicites de certains schémas juridiques), les affaires
qu’elles peuvent espérer, le mode d’attribution desdites affaires ;

◊ qu’il faut éviter de “ coller ” lorsqu’elles font des erreurs (ex. cotations de
change);
DT.1. IIEDH J. Tierny. Ethique et responsabilité du financier d’entreprise 24
_________________________________________________________________________________________

◊ qui méritent de comprendre la stratégie de l’Entreprise, pour mieux


l’accompagner dans sa prise de risque ; le juste prix de cette prise de risque est
donné par le marché et la créativité des financiers sur les structures peut parfois
permettre de le minimiser ;

• les actionnaires ont le droit :

◊ de comprendre ce qu’est l’Entreprise, ce qu’elle veut être, quelle est sa stratégie,


de connaître la nature du Pacte qui les unit aux dirigeants de l’Entreprise (la
société commandite est, à notre sens, l’expression la plus parfaite de ce Pacte) ;

◊ de pouvoir estimer les risques financiers et opérationnels que court l’Entreprise ;

◊ d’être avertis en temps voulu sur tout ce qui touche de manière substantielle à
l’avenir et à la valeur de l’Entreprise, tant que cette information n’est pas nuisible
à cette dernière sur le plan concurrentiel ;

◊ de ne pas voir leurs droits de propriété dilués sans avoir une option préférentielle
totale de souscription en leur faveur, qui préserve leurs droits économiques
(exemple : augmentations de capital ou emprunts convertibles vendus à des prix
inférieurs aux prix de marché du titre et de sa volatilité, à de nouveaux
investisseurs).

Une telle charte sur l’éthique financière de l’Entreprise, qui se doit de dépasser les
aspects liés à la trésorerie, se fonde donc sur le respect et a pour objet la confiance qu’il
est souhaitable d’établir avec les contreparties de l’Entreprise, sur des critères tels que
par exemple ceux qui sont retenus par les fonds d’investissements qui se définissent
comme “ éthiques ”.

La liberté de choisir ses contreparties :

L’Entreprise a le devoir et le droit de choisir ses contreparties :

• produire du matériel destiné aux armées n’est pas neutre et suppose d’adhérer à une
conception de la Défense Nationale, et son exportation mérite aussi un certain
discernement ;

• faire travailler des sous-traitants qui utilisent des méthodes de production


répréhensibles (exploitation des enfants, pollution débridée, dégradation de la faune
ou de la flore ...) ;

• une autre question délicate est celle de l’investissement dans les pays qui ne
respectent pas les droits de l’homme ; faut-il les éviter par principe ou faire le pari
que plus d’ouverture les aidera à évoluer ?
Sans compter les délicats problèmes des embargos et autres listes rouges ...

Finalement, l’Entreprise qui sous-tend l’existence d’un pacte entre les dirigeants et les
actionnaires, doit devenir également un pacte avec ses contreparties.
DT.1. IIEDH J. Tierny. Ethique et responsabilité du financier d’entreprise 25
_________________________________________________________________________________________

Ce Pacte mérite d’être formalisé et partie intégrante du système qualité de l’Entreprise, qui
garantit la bonne application des procédures internes et externes écrites à cet effet.

On ne saurait aussi trop recommander l’existence d’un service chargé de dialoguer sur la bonne
application de la charte avec les contreparties externes concernées et de veiller à la bonne
application par l’Entreprise elle-même des procédures générées dans le but de tenir les
engagements de la charte.

Il ne suffit pas à l’Entreprise d’avoir des valeurs ou des orientations stratégiques claires, elle doit
aussi s’engager concrètement à respecter des règles du jeu à travers des procédures, le faire
savoir et se faire contrôler.
C’est ainsi qu’elle pourra réduire le risque dit déontologique qu’elle représente pour ses
contreparties externes, qui est un facteur de coût.

3.2. A quels problèmes financiers externes l’Entreprise est-elle confrontée, quelles règles du
jeu ?

L’environnement financier et les règles du jeu ont évolué de manière très marquante ces
dernières années.
Cette évolution est due à des progrès techniques indéniables de la science économique et
financière et aussi un phénomène de dérégulation et de mondialisation des marchés financiers, au
même titre que les autres marchés.
Comme dans d’autres domaines où la science évolue, des questions de fond se posent.
Nous avons vu plus haut qu’une question importante et récurrente pour l’Entreprise est de
déterminer ce qu’elle veut faire, afin d’adapter sa stratégie financière aux orientations
opérationnelles.
Mais une question fondamentale est souvent ignorée : qui sommes nous en tant qu’Entreprise ?
Y a-t-il une dignité de l’Entreprise, comme la dignité de la personne humaine ; quand est-elle
bafouée ?

L’éclatement des activités et des risques :

L’accélération des repositionnements d’activités, des fusions-cessions-acquisitions, les


fabrications en commun de modèles standards réindividualisés sous différentes
marques, les approches multimarques (sérieusement remises en cause récemment), les
“ rebaptêmes ” d’entreprises et le travail en “ réseaux ”, très efficace par ailleurs,
contribuent à créer une précarité d’appartenance, une atteinte à la cohésion des hommes
et à leur confiance dans cette communauté de personnes et à leur fidélité.
Nous définissons la dignité de l’Entreprise, à l’image de celle de la Personne Humaine,
comme la dignité d’une communauté de personnes, qui sont réunies pour entreprendre.
Lorsque la communauté, en tant que forme de vie sociale, est atteinte dans sa dignité, ce
sont les personnes qui la composent qui le sont.

Dans ce contexte, l’évolution des produits financiers, qui sont sur le plan conceptuel des
facteurs de progrès qui permettent de mieux cerner les risques et de revendre aux
marchés financiers des risques dans de meilleures conditions pour l’entreprise en en
redessinant les profils est elle même porteuse de graves atteintes potentielles à la dignité
de l’Entreprise à travers son capital culturel et sa responsabilité vis-à-vis des personnes.
DT.1. IIEDH J. Tierny. Ethique et responsabilité du financier d’entreprise 26
_________________________________________________________________________________________

Ainsi, un emprunt convertible est-il une situation d’actionnaire conditionnel.

La vitesse d’engagement/désengagement :

Tout va plus vite : la dématérialisation des titres l’a permis, un instant on est ou on n’est
plus actionnaire.
Comment concevoir un pacte solide entre les dirigeants et les actionnaires ?
Il faudra reconnaître qu’il existe une situation d’actionnaires à plusieurs vitesses.
Cela participe à la crise d’identité de l’Entreprise.
L’Entreprise traite avec, et donne également de l’information à, ses actionnaires réels et
potentiels.
On les appelle “ le marché ” confondant les personnes réelles et virtuelles.
Les titres de l’Entreprise étant ainsi devenus liquides, l’état le plus liquide étant ce
qu’on appelle les liquidités, les billets de banque, on peut se demander si à devenir
“ liquide ” l’Entreprise n’y perd pas son âme.

Comportements virtuels et vulnérabilité :

Cette virtualité de l’actionnariat engendre une virtualité des comportements.

Un prédateur qui ne possède pas une action peut menacer la direction d’une entreprise,
la forcer à infléchir sa stratégie en agitant la possibilité d’une OPA conditionnelle ...
conditionnelle, ce mot contient toute l’ambiguïté et l’arbitraire de l’attitude de celui qui
n’assume pas ses actes, et s’engage avec des “ si ”.
Cette menace dépasse de loin ce que l’on nomme la dictature (des marchés) car elle est
impersonnelle ; ce n’est pas un dictateur responsable, c’est un marché, composé
d’entités potentielles, virtuelles...
La solution, c’est l’existence de règles du jeu, de lois appropriées.

Elles existent (seuils, informations, gendarme du marché...) et doivent être peaufinées à


l’expérience, comme l’éthique du financier d’entreprise.
Force est de constater que l’ouverture crée la vulnérabilité.

L’ouverture est nécessaire à l’Entreprise, comme à un pays, pour qu’elle se confronte


aux réalités (les clients et la concurrence) et que le réel lui indique la voie des efforts et
des progrès à faire.
Mais l’ouverture donne prise à la spéculation et aux pressions.
Comme certains pays émergents ont pu en faire la triste expérience récemment,
l’Entreprise qui ouvre son capital se rend vulnérable ; cela suppose qu’elle ait atteint la
maturité nécessaire pour en gérer les conséquences et que le cadre juridique soit
suffisamment évolué pour le permettre, et surtout les règles du jeu : lorsqu’il est
possible avec peu d’argent d’exercer une pression plus que décuplée (“ trading to the
margin ”), on court fatalement vers les catastrophes spéculatives.
Il est important, à cet égard, que l’Entreprise ait accès au marché de son propre titre
pour en être le premier régulateur autorisé.
DT.1. IIEDH J. Tierny. Ethique et responsabilité du financier d’entreprise 27
_________________________________________________________________________________________

Les effets de levier :

L’effet de levier dont nous venons de décrire un aspect particulier, celui du


financement, favorise des opérations où l’argent des autres (le nôtre) peut être utilisé de
manière tout à fait irresponsable.
Il agit comme accélérateur et multiplicateur pour exacerber les problèmes dont nous
discutons, et peut prendre, outre l’effet simple de l’endettement, des formes très
diverses :

• les fonds d’investissements qui utilisent de l’argent anonyme en quête de rentabilité


et qui peuvent aussi s’endetter ;

• les droits de vote que rassemblent des sociétés spécialisées pour faire pression sur les
directions des entreprises ;

• la sous-traitance, comme effet de levier opérationnel pour se débarrasser de diverses


responsabilités que l’on ne veut pas assumer ou que d’autres peuvent remplir plus
effi acement ;

• les marchés à terme quand ils permettent trop facilement de traiter sur la base des
appels de marge sans engager de fonds, ce qui veut dire que l’on peut être actionnaire
réel avec peu d’engagement financier.

L’effet de levier rend possible le meilleur et le pire ; quand la dette renforce en partie le
capital, la volatilité s’accroît, mais un phénomène nouveau a augmenté
considérablement son efficacité multiplicatrice, le démembrement.

Le démembrement :

Le démembrement revêt tant de formes diverses que l’éclatement de l’Entreprise qu’il


implique n’a pas encore été pesé, et ce d’autant plus que nous n’avons probablement
encore rien vu.
Nous en avons identifié de manière non exhaustive, les aspects suivants :

• la sous-traitance, commerciale, industrielle, financière, de la recherche, des


“ ressources humaines ”...

• la titrisation de créances clients et l’affacturage (n’est-ce pas une expulsion du client


comme contrepartie de l’Entreprise et en ce sens une atteinte à l’intégrité de
l’Entreprise ; le client se retrouve débiteur normal sans considération de sa qualité de
client de l’Entreprise, qui a fait le choix de l’être) ;
à cet égard, il convient de dénoncer les fausses cessions lorsque le risque
économique reste dans l’Entreprise ; il s’agit ni plus ni moins de donner des gages à
des prêteurs au détriment d’autres prêteurs, et la sortie du bilan de ces créances est
fallacieuse (“ window-dressing ”) ;

• la séparation des droits de vote, la représentation et leur usage déconnecté des autres
droits et devoirs de l’état d’actionnaire ;
DT.1. IIEDH J. Tierny. Ethique et responsabilité du financier d’entreprise 28
_________________________________________________________________________________________

• les produits dérivés sur actions :

◊ l’usufruit dont les droits et devoirs des parties sont bien identifiés, séparés par le
droit ;

◊ les warrants, convertibles et autres options de toutes sortes et générations, sur


l’action : ces instruments permettent de “ positionner ” les investisseurs sur des
profils de risque différents, mais ceux-ci sont-ils des actionnaires virtuels,
potentiels ou réels, et avec quels droits ?

Où est le Pacte avec les dirigeants ?


Les conflits d’intérêt potentiels sont nombreux et les responsabilités réciproques
confuses.

L’actionnaire est-il seulement de manière implicite le détenteur d’un call et le


vendeur simultané d’un “ put ” à la monnaie ?
Comment peut-il ou doit-il encore exister ?
Quel rôle peut-il jouer ?
S’il est réduit au rôle de spéculateur purement financier et si l’on veut, en
départementalisant optimiser la valeur de l’Entreprise par la somme de ses parties, il
y a un risque de perte de vue des fins, et une atteinte sous diverses formes à la dignité
de la communauté que représente l’Entreprise.

Conséquences sur les structures décisionnelles :

Les conflits d’intérêt qui résultent de ce dépeçage généralisé des activités d’abord, mais
aussi de l’être de l’Entreprise, et précisément de son actionnariat, ne sont pas sans
conséquences sur sa structure décisionnelle.

Parmi les plus graves, on identifie :

• ceux qui relèvent de la politique financière : prêteurs/actionnaires sur la prise de


risque et les garanties, porteurs de convertibles et warrants/actionnaires/prêteurs ...

• ceux qui relèvent des questions de pouvoir des dirigeants face aux prédateurs ;

• ceux qui relèvent des activités : externaliser et acheter ou faire soi-même ;

• ceux qui relèvent de la transparence de l’information et des risques que cela fait
courir à l’Entreprise. ;

• ceux qui relèvent de la préservation de la flexibilité, qui peut prendre de nombreuse


formes ;

• ...

La conséquence principale est simple à imaginer, c’est la paralysie décisionnelle, et


surtout la peur du risque, la peur d’entreprendre, qui en sont les fruits.
DT.1. IIEDH J. Tierny. Ethique et responsabilité du financier d’entreprise 29
_________________________________________________________________________________________

La responsabilité d’investir :

Les solutions doivent être recherchées à notre sens, à la fois dans l’élaboration
progressive (à l’expérience) de règles du jeu adaptées et aussi dans l’attitude des
investisseurs qu’il faut sensibiliser.

• Etre actionnaire, c’est agir et participer par délégation ; on ne peut le faire de manière
irresponsable.

L’Actionnaire intervient et vote à l’Assemblée, il dialogue avec l’Entreprise à travers


la communication financière et le service des relations avec les actionnaires, il
perçoit son dividende et il a investi son argent dans l’Entreprise sans en acheter une
partie du risque mais la totalité, et le niveau du risque qu’il a pris doit le conduire à
accompagner durablement l’Entreprise dans cette fonction.
Cela n’est pas toujours possible aujourd’hui, et le pacte qui lie les dirigeants et les
actionnaires doit être revu pour en tenir compte.

Oui, nous le pensons, être actionnaire ne peut se faire de manière irresponsable et le


statut d’actionnaire doit se mériter ; nous entrevoyons deux voies :

◊ distinguer ceux qui participent à l’Entreprise, et ceux qui n’y participent pas : non
seulement les porteurs de warrants mais les actionnaires qui n’ont pas fait la
preuve qu’ils méritaient de l’être ; le faire intelligemment est un premier pas vers
cette sensibilisation nécessaire des investisseurs à leurs responsabilités ;

◊ remettre en honneur, plutôt que les critiquer, les formules juridiques comme la
commandite par actions (avec des personnes physiques comme associés
commandités) et les sociétés de personnes qui donnent aux dirigeants et surtout
aux décideurs opérationnels de l’Entreprise les moyens de prendre des risques et
le temps pour le faire loyalement.
◊ La responsabilité sur ses biens personnels de l’Associé Commandité, gage de sa
responsabilité personnelle, concourt à la promotion de l’intégrité de l’Entreprise
comme communauté, et à sa structuration.

• Les fonds d’investissements éthiques, “ socialement responsables ”, représentent


également une solution sérieuse d’orientation de la fonction financière externe vers
plus de responsabilité.
L’idéal serait bien sûr que toute l’activité d’investissement devienne plus éthique.

Un certain flou subsiste parfois au sujet de l’éthique en question et de ses critères ;


ceux-ci méritent d’être exposés en détail et parfois discutés, afin de promouvoir une
attitude responsable des investisseurs et non servir de paravent à une nouvelle
démission de responsabilité (investir les yeux fermés sur la foi du mot “ éthique ”).
Trop souvent, on n’y voit que la composition du portefeuille et la rentabilité.
A cet égard, des analyses éthiques (au même titre que les analyses sur la rentabilité et
la stratégie) sont utiles pour les investisseurs et l’Entreprise.

• Quant à l’intervention de l’Etat, elle doit à notre sens se borner à vérifier que les
règles du jeu ne sont pas détournées par les gros intervenants au détriment des petits,
et à promouvoir la fluidité du marché, en garantissant les libertés d’intervention des
DT.1. IIEDH J. Tierny. Ethique et responsabilité du financier d’entreprise 30
_________________________________________________________________________________________

opérateurs, et ceci, bien sûr, d’une manière proactive si possible par une capacité
d’initiative.

Comme l’explique Charles SMITHSON dans “ The doomsday myth ”, lorsque le


marché peut remplir son rôle distributif, les carences en ressources et les crises qui
s’ensuivent sont éliminées : l’intervention du gouvernement n’a jamais été une
solution aux crises ; au contraire, les marchés qui fonctionnent librement, avec des
individus agissant dans leur propre intérêt, ont éliminé les carences.
Il s’appuie sur plusieurs exemples de l’Histoire, comme la crise du bois au début du
siècle en Amérique, et plus récemment la crise de l’énergie.
L’Etat a pour rôle de gérer l’espace public et ce faisant de définir et défendre les
règles du jeu sans intervenir dans le jeu, et de la manière la plus transparente possible
pour que les problèmes qui se posent soient discutés dans le public.
L’Entreprise ne doit pas craindre les règles du jeu, elle doit s’y adapter et rechercher
la satisfaction de ses contreparties.
La logique de l’éthique du marché, c’est que tout a un prix, et qu’il en est le meilleur
régulateur et arbitre ; il donne au plus efficace la possibilité d’exister par delà tous les
freins et les contraintes pour qu’il rende le meilleur service aux clients, la meilleure
rentabilité aux actionnaires, les meilleures satisfactions à ses salariés.
C’est la marché qui trouvera le meilleur prix à toute chose (par exemple, la
pollution), à condition que l’Etat ait défini les responsabilités de chacun (ex. : le
pollueur paie).
Mais il nous faut aussi reconnaître que certains choix économiques, dès lors qu’ils
ont des conséquences sur la dignité des personnes, ne rapportent plus à la logique que
nous voulons définir mais à l’éthique fondamentale qui la surpasse en tout (vente de
tissus humains, patrimoine génétique, et même biens culturels).

L’exigence de rentabilité :

La question de la rentabilité de 15 % sur fonds propres suscite les interrogations de


beaucoup et fait couler de l’encre.
D’aucuns se demandent si cette exigence, érigée en un droit régalien par la communauté
financière et plusieurs dirigeants, ne se réalise pas au détriment des salariés ou des
autres contreparties de l’Entreprise.
Dans certaines publications, plusieurs grands patrons interrogés avouent ne pas
connaître le pourquoi de ce 15 % qui est dans toutes les bouches (pour ou contre) ...

La réponse est simple et technique : à part les imitateurs qui reprennent ce pourcentage
des interviews d’autres dirigeants, il se calcule facilement.

Il suffit d’utiliser le coût du capital externe, calculé par exemple en France par la société
“ Associés en Finance ” à partir du Modèle d’Evaluation des Actifs Financiers inventé
par le Professeur SHARPE aux Etats Unis et d’autres méthodes d’évaluation pour le
recoupement, de le multiplier par la capitalisation boursière de l’Entreprise, et de le
rapporter ce produit aux fonds propres standards (dits consommés) de l’Entreprise, pour
trouver un coût du capital interne.
Ce coût interne est beaucoup plus stable que le coût externe, qui peut varier en France
de 8 à 20 % en général, car nous avons, pour le trouver, multiplié la capitalisation
DT.1. IIEDH J. Tierny. Ethique et responsabilité du financier d’entreprise 31
_________________________________________________________________________________________

boursière par le coût du capital externe et ces deux variables varient en sens inverse,
tandis que les fonds propres standards sont assez stables.

Le coût du capital interne (coût des fonds propres consommés) est donc très stable, au
travers des cycles boursiers, et peut être utilisé facilement dans l’Entreprise avec toute la
cohérence nécessaire, pour analyser les projets de ses ingénieurs et les comparer
ensemble sur la base des informations comptables pour l’estimation de la valeur des
actifs utilisés.
Le risque de l’Entreprise est pris en compte par les consommations standards
différenciées de fonds propres, pour chacune des activités et chaque nature d’actifs
opérationnels ; dans la mesure où l’Entreprise a une structure financière proche de son
optimum, ce coût interne du capital se situe en général à un niveau compris entre 12 et
15 %.
Si la capitalisation boursière est égale aux fonds propres standards consommés par
l’Entreprise, les coûts internes et externes sont égaux.
Lorsque l’Entreprise a un endettement excessif, le risque pénalise fortement son cours
de bourse et nos deux coûts du capital s’en ressentent de manière marquante.

C’est donc le marché de l’argent qui fixe les deux coûts, interne et externe, des fonds
propres de l’Entreprise.

Ils n’ont rien d’une mode ni de l’arbitraire, et si l’Etat intervient pour contraindre à la
baisse l’exigence actionnariale, nous le paierons de crises économiques aggravées, pour
de nombreuses raisons que nous serions en peine de décrire toutes aujourd’hui.

Quant à l’Entreprise, si elle choisit délibérément d’ignorer cette exigence qui, tout en
donnant satisfaction à ceux qui acceptent de prendre un risque en le faisant au prix du
marché, le plus neutre et le plus éthique qui soit, permet de financer durablement un
taux de croissance porteur d’avenir, elle sera forcée tôt ou tard d’évoluer, brutalement ...

Les retraites :

Et les retraites, par capitalisation ou répartition ?


Il semble peu responsable de vouloir faire peser leur poids sur les générations futures, et
l’exigence actionnariale de rendement est de nature à garantir l’efficacité de la solution
capitalisation.

En réalité, le bien-être du retraité dépendra bien, quel que soit le système choisi, de
l’état de l’économie, et la question la plus cruciale n’est pas celle qui précède mais la
démographie et l’ouverture à l’immigration et aux pays émergents dont la croissance
tirera la nôtre.

Quoi qu’il en soit, quel que soit le système, les organismes de prévoyance, publics ou
privés, représentent une capacité d’investissement dans l’économie, et d’intervention
dans la gestion des entreprises, très importante.
Dans les systèmes par capitalisation où les fonds de retraite sont privés, le participant
doit pouvoir choisir un fonds qui agira conformément à ses aspirations éthique.
Un grand effort de transparence à cet égard et une information aux participants sur les
critères des fonds de placement seraient un progrès de fond.
DT.1. IIEDH J. Tierny. Ethique et responsabilité du financier d’entreprise 32
_________________________________________________________________________________________

CONCLUSION

La finance d’entreprise, un service responsable

Nous avons pu mesurer à travers ces quelques développements la puissance du levier de la


fonction financière sur les opérations et aussi à quel point l’évolution des techniques financières
permettait de renforcer cet effet de levier, mais à quels risques supplémentaires l’Entreprise était
exposée.

La fonction financière dans l’Entreprise doit nécessairement être orientée vers le Service.
Il importe que chacun des membres du Service Financier ait bien compris ce que l’Entreprise a
décidé de faire et comment, ce qu’elle a décidé d’être, et que cela soit aussi connu à l’extérieur
de l’Entreprise.
Comme nous l’avons expliqué plus haut, le financier d’Entreprise a une responsabilité médiate,
non seulement lorsqu’il représente son Entreprise face à la Communauté financière, mais aussi
lorsqu’il représente les exigences de rentabilité de cette Communauté ainsi que les exigences des
diverses contreparties de l’Entreprise qui ne manqueront pas de se matérialiser pécunièrement un
jour.
C’est le fait de “challenger” les actions de son Entreprise grâce à une interaction multicritère
avec l’Environnement qui fait du financier une composante créative entière de la dynamique de
progrès de son Entreprise.

Enfin, les opérateurs financiers de l’Entreprise doivent sans cesse peser leurs actes et leurs
décisions pour vérifier s’ils contribuent à la cohérence de l’Entreprise ou à sa destructuration.