Vous êtes sur la page 1sur 3

Nouvelles de l’hémicycle

Bernadette VERGNAUD
Députée européenne

Session plénière à Strasbourg du 20 au 23 septembre 2010


N°70

1- Feu vert pour une nouvelle architecture de supervision financière

Le Parlement européen a adopté un ensemble de réformes introduisant des changements


fondamentaux dans le système de contrôle des banques, des marchés boursiers et des
compagnies d'assurances. A partir de 2011, trois autorités européennes de surveillance (AES)
verront le jour et un conseil européen du risque systémique (CERS) sera mis en place. Les
AES disposeront de pouvoirs étendus, dont celui d’interdire temporairement tout produit
financier ou activité à risque. En cas de défaillance des autorités nationales, elles pourront
intervenir directement, auprès des banques, des assurances ou des marchés financiers pour
faire respecter la législation européenne. Elles auront aussi la faculté de demander à la
Commission d'établir des actes législatifs visant à interdire définitivement certains produits.
Pour former son analyse sur les institutions financières, le CERS utilisera une liste commune
et harmonisée d’indicateurs ainsi qu’un système de code couleur évaluant les différents
niveaux de risque. Son comité scientifique réunira un large ensemble de compétences et
d’expertises parmi lesquels des universitaires. Le Président de la BCE assurera la présidence
du CERS pendant les 5 premières années de son existence.

2- Contrôler l'innocuité des médicaments

Des bases de données de médicaments (européennes et nationales) seront créées et rendues


accessibles sur internet afin de diffuser des informations sur leurs effets secondaires avérés,
des rapports d'évaluation sur les caractéristiques des produits et des brochures d'informations.
De plus, les patients pourront signaler les effets indésirables des médicaments prescrits par
leur médecin sur une interface du site web. Ces informations seront compilées par un comité
de pharmacovigilance. Les indications fournies par les patients alimenteront une base de
données, « Eudravigilance ». Elles viendront compléter les tests réalisés par les fabricants.
Elles permettront à l’Agence européenne du médicament de réagir au plus vite en cas de
risque sanitaire. Enfin, les médicaments bénéficiant d’une autorisation de mise sur le marché
avec des réserves devront à l'avenir être identifiés par un symbole noir, une indication "ce
médicament est soumis à un contrôle supplémentaire" et comporter une phrase explicative.
« Les propositions initiales de la Commission européenne conduisaient à affaiblir le système
actuel, en donnant un rôle central aux firmes dans le recueil, l'alerte, l'analyse et l'information
sur les effets indésirables de leurs médicaments. Cette situation était inacceptable en raison
des conflits d'intérêts majeurs que cela impliquait. Le compromis avec le Conseil adopté
comporte des améliorations en matière de transparence et d'information, et surtout, il empêche
la mise sur le marché de médicaments insuffisamment testés. Mais le fondement de
l'efficacité et de la sécurité pour les patients, c'est l'indépendance des réseaux et des
comités de pharmacovigilance. Cela passe nécessairement par un financement public qui
n'est plus garanti avec ce texte, puisque ces activités seront désormais financées
majoritairement par les redevances des laboratoires, système contestable et contesté. Il
me semble inacceptable de vouloir faire des économies dérisoires sur la sécurité des
patients et la qualité des produits.
C'est pourquoi j’ai refusé de soutenir ce compromis. »

3- Enrayer la perte de biodiversité d'ici 2020

Dans un rapport largement adopté, les députés regrettent vivement que l'objectif, fixé par
l'Union européenne, d'enrayer la perte de biodiversité avant 2010, n'ait pas été atteint. Ils
insistent sur la nécessité absolue d’atteindre cet objectif prioritaire en 2020 grâce à de
nouvelles dispositions législatives. Ils demandent à la Commission européenne de garantir
une meilleure intégration de la biodiversité dans les autres domaines d’action de l'UE,
notamment en agriculture, sylviculture, pêche, politique régionale, industrie,
coopération, recherche et innovation.

4- Budget: le PE demande plus de flexibilité

Afin de répondre aux nouvelles priorités du traité de Lisbonne (Service d'action extérieure,
changement climatique, politique de l'énergie, protection civile, sport et politique spatiale), le
Conseil a proposé de nouvelles règles de gestion du budget de l’Union. Les députés ont
adopté un rapport qui critique la position du Conseil en souhaitant que la révision de cette
législation offre davantage de souplesse dans l’utilisation des différents chapitres du budget
ainsi qu’une meilleure utilisation des marges financières et des réserves accumulées.

5-Piratage en ligne

Une majorité de députés (essentiellement de la droite européenne) a adopté un rapport non


législatif sur les atteintes aux droits d'auteur sur Internet. Les œuvres protégées par des droits
d'auteur font de plus en plus l'objet d'un partage non autorisé. Un système de licences
paneuropéen donnerait aux consommateurs l’accès à un vaste choix de contenus (offre légale
payante) et pourrait contribuer à résorber le téléchargement illégal. Sous la pression de la
gauche européenne, le Parlement rappelle néanmoins que la copie privée est dans le
domaine culturel, une exception aux droits de la propriété intellectuelle : la production
de copies pour l’usage personnel doit rester licite. Les députés invitent en outre la
Commission à poursuivre ses efforts en vue de faire avancer les négociations de l'accord
commercial anti-contrefaçon (ACAC) en tenant pleinement compte de la position du
Parlement.
6- Règlement des produits anti-parasites
Grâce à la nouvelle réglementation européenne approuvée en première lecture par le
Parlement, les biocides servant à lutter contre les parasites et les germes seront bientôt plus
sûrs et plus respectueux de l'environnement. Les députés se sont prononcés pour
l'interdiction des substances les plus toxiques, cancérigènes, nuisibles à la fertilité,
entraînant des perturbations hormonales et des mutations génétiques. Ils ont également
renforcé l'exigence de remplacer progressivement les autres substances dangereuses par des
alternatives moins nocives. Les députés veulent un système européen centralisé d'autorisation
des biocides. A partir de 2013, l'Agence européenne des produits chimiques devrait être
chargée de l'évaluation des demandes pour les nouveaux produits.

7- Enquête sur les accidents aériens: le Parlement européen définit des


critères stricts
Le Parlement européen a approuvé la législation qui vise à garantir l'indépendance des
enquêtes sur les accidents d'aviation civile avec la garantie que les données recueillies ne
seront utilisées que pour établir les faits. Chaque Etat membre mettra en place un plan
d'urgence en cas d'accident et veillera à ce que toutes les compagnies aériennes établies sur
son territoire aient un plan d'aide aux victimes d'accidents. Les compagnies aériennes de l'UE
ainsi que les compagnies non communautaires au départ d'un aéroport de l'UE seront tenues
de produire une liste de toutes les personnes à bord d'un avion "au plus tard dans les deux
heures suivant l'annonce d'un accident". Les noms des victimes ne pourront être publiés par
les autorités qu’avec l’accord des familles. Les compagnies aériennes devront proposer aux
passagers de désigner une personne à contacter en cas d'accident.