Vous êtes sur la page 1sur 38

Université Abou Bekr Belkaid de Tlemcen

Faculté de Technologie
Département de Génie Civil

Cours de la matière
« CHARPENTE METALLIQUE » (GS513)
destiné aux étudiants de la 3ème année licence académique en génie civil (S5)

Chapitre 2:
Matériau Acier
Dr. Karim HAMDAOUI
Enseignant Chercheur
Année universitaire 2020-2021
Plan du Chapitre
2.1 Introduction

2.2 Loi de comportement de l’acier

2.3 Elaboration de l’acier

2.4 Produits des aciéries

2.5 Tolérance de laminage

2.6 Caractéristiques et propriétés des aciers selon le CCM97

2.7 Caractéristiques du matériau des moyens d’assemblage


1
2.1 Introduction
2.1 Introduction

Pourquoi connaitre le matériau utilisé dans les CM?


Une bonne connaissance des matériaux utilisés en construction métallique est
indispensable, aussi bien, pour la conception d’une structure, son
dimensionnement que lors de son exécution.

But du chapitre
Le but de ce chapitre est de montrer le comportement et de définir les
caractéristiques mécaniques des matériaux acier utilisés pour réaliser une
structure métallique

2
2.2 Loi de
Comportement
de l’Acier
2.2 Loi de Comportement de L’acier

Allure générale de la relation contrainte-déformation

Essai de traction

(1) Domaine élastique


(2) Palier d’écoulement

(3) Domaine d’écrouissage


(4) Domaine de striction
3
2.2 Loi de Comportement de L’acier

(1) Domaine élastique

• Il s’agit de la zone ou la déformation est proportionnelle à la contrainte (loi de


Hooke). Dans ce domaine, le diagramme est une ligne droite définie par:

  E
• La résistance limite d’élasticité fy correspond à la contrainte maximale qu’il est
possible d’atteindre pour un comportement uniquement élastique de l’éprouvette
• La déformation qui correspond à la résistance limite d’élasticité est notée y
• Si la force engendrant la déformation est relâchée avant que la contrainte
n’atteigne fy, l’éprouvette revient à sa dimension initiale 4
2.2 Loi de Comportement de L’acier

(2) Palier d’écoulement

• C’est une caractéristique propre aux matériaux métalliques, surtout visible pour
les aciers non alliés à faible limite d’élasticité, correspond à la zone dans laquelle
le matériau se déforme sans augmentation de la contrainte

• Cette zone se situe juste après le domaine élastique

• Si on relâche la force, le déchargement se fait élastiquement et le matériau, bien


que revenant partiellement en place, conserve une déformation permanente
5
2.2 Loi de Comportement de L’acier

(3) Domaine d’écrouissage

• Il faut à nouveau augmenter la sollicitation pour accroître la déformation

• La limite supérieure de la zone d’écrouissage est appelée résistance à la traction


et notée fu

• La déformation spécifique correspondant à la résistance à la traction est notée u

6
2.2 Loi de Comportement de L’acier

(4) Domaine de striction

• Il correspond à une réduction localisée de la section de l’éprouvette amenant la


rupture du matériau, survenant pour des déformations locales supérieures à u
• L’allongement de rupture est noté r

Remarque
Les domaines (2), (3) et (4) forment ensemble le domaine de comportement
plastique du matériau
7
2.3 Elaboration
de L’Acier
2.3 Elaboration de L’acier

Le processus de fabrication s’effectue en trois grandes étapes :


1. Le passage des matières premières à l’acier liquide
2. Le passage de l’acier liquide aux demi-produits
3. Le passage des demi-produits aux produits finis

8
2.3 Elaboration de L’acier

2.3.1 Le passage des matières premières à l’acier liquide


• Le minerai de fer est préparé et
mélangé avec du coke qui sert de
combustible (haut fourneau)
• L’air chaud insufflé à la base du HF
provoque la combustion du coke
• En brûlant, le coke apporte la chaleur
nécessaire à la fusion du minerai
• A la sortie du haut fourneau, le fer est récupéré sous la forme d’un liquide : la
fonte, sortant à une température de 1400C, elle contient 92 à 96% de fer, 3 à 4%
de carbone et 1 à 4% d’autres éléments (phosphore, soufre, silicium...)
• La fonte est acheminée vers l’aciérie, elle est introduite dans un convertisseur à
oxygène pour être transformée en acier

• En insufflant de l’oxygène pur, les éléments indésirables (carbone et résidus)


contenus dans la fonte sont brûlés. On obtient alors du fer presque pur et liquide
dit « acier sauvage » car, à ce stade, il est encore imparfait
9
2.3 Elaboration de L’acier

2.3.2 Le passage de l’acier liquide aux demi-produits


• L’acier liquide est solidifié par
moulage dans une machine de coulée
continue

• L’acier en fusion s’écoule dans un


moule sans fond qui se solidifie au
contacte des parois refroidies à l’eau

• Le métal moulé est alors coupé à la longueur voulue. On obtient ainsi des demi-
produits : des lingots solides, rectangulaire ou carrées, de 25cm d’épaisseur
environ, découpées en tronçons de 10 à 40T, appelées brames ou billettes

10
2.3 Elaboration de L’acier

2.3.3 Le passage des demi-produits aux produits finis


• Ces lingots ne sont pas encore
exploitables, il faut les retravailler pour
obtenir les nuances et les épaisseurs
nécessaires à la fabrication des
produits finaux
• Trois étapes sont nécessaires:

- Le laminage à chaud
- Le façonnage à froid
- Le revêtement
Remarque
Pour améliorer les caractéristiques mécaniques ou la qualité de l’acier
(soudabilité, protection contre la corrosion, ductilité…), on ajoute d’autres métaux
au moment de l’élaboration de l’acier pour obtenir des aciers alliés. Par exemple,
on ajoute le cuivre pour améliorer la soudabilité, le Nickel et le chrome pour
diminuer la corrosion… 11
2.4 Produits des Aciéries
2.4 Produits des Aciéries

Produits laminés à chaud

Profilés en double té Profilés en U

Fers marchands Produits plats

Produits façonnés à froid Profilés tubulaires

12
2.4 Produits des Aciéries

2.4.1 Produits laminés à chaud


• Le laminage consiste à écraser le métal préalablement réchauffé entre deux
cylindres dont les sens de rotation sont opposés

• Une première phase de dégrossissage est effectuée dans un laminoir spécial


appelé blooming ou slabbing, suivant que le produit doit présenter une section
carrée (bloom) ou rectangulaire (brame)

13
2.4 Produits des Aciéries

2.4.1 Produits laminés à chaud


Les différents produits finis que l’on peut obtenir sur le marché sont:

Profilés en double té Profilés en U

Fers marchands Produits plats

14
2.4 Produits des Aciéries

2.4.1 Produits laminés à chaud


2.4.1.1 Profilés en double té
On peut les classer en deux groupes
- Les profilés en double té à ailes étroites
• Iz est petit vis-à-vis de Iy
• Poids unitaire relativement faible
• Principalement utilisés comme éléments fléchis
• On distingue:
- Série IPE (légère); les ailes sont d’épaisseur constante
- Série INP (légèrement plus lourde); les faces internes des ailes inclinées

- Les profilés en double té à large ailes


• Iz est plus élevé que celui des profilés
à ailes étroites
• Eléments utilisé en flexion, en flexion
déviée ou soumis à un effort normal
• On distingue HEA, HEB et HEM 15
2.4 Produits des Aciéries

2.4.1 Produits laminés à chaud


2.4.1.2 Profilés en U
• Ils sont souvent utilisés comme éléments secondaires. On distingue:

- Série UNP avec des faces internes des ailes inclinées


- Série UAP à épaisseur d’ailes constante

16
2.4 Produits des Aciéries

2.4.1 Produits laminés à chaud


2.4.1.3 Fers marchands
• Les cornières à ailes égales ou inégales: mises en œuvre surtout dans la
réalisation des treillis
• Les fers T à âme haute (TPH) et les fers T à semelle large (TPB): employés
comme éléments secondaires
• Les fers Z: essentiellement utilisés comme éléments secondaires
• Les fers plats: utilisés dans la réalisation de poutres reconstituées soudées de
petites dimensions ou pour raidir des plaques (largeur maximale 150mm)
• Les fers ronds et les fers carrés: utilisés pour les treillis ou contreventement

17
2.4 Produits des Aciéries

2.4.1 Produits laminés à chaud


2.4.1.4 Produits plats
- larges-plats
• Sont des feuilles d’acier laminées à chaud sur
les quatre faces
• Ont une meilleure résistance en long qu’en
travers (laminage dans le sens de longueur)
- Les tôles
• Sont laminées à chaud seulement sur les grandes
faces
• Leurs arêtes sont brutes de laminage ou coupées
à la cisaille ou au chalumeau
• Elles sont subdivisées en trois catégories:
- Les tôles fortes, épaisseur t  5mm
- Les tôles moyennes, 5mm  t  3mm
- Les tôles fines, t  3mm: emploi limité en CM (souplesse et de faible épaisseur)
18
2.4 Produits des Aciéries

2.4.2 Produits façonnés à froid


• Caractérisés par leur forme parfois assez élaborée et par leur faible épaisseur;
ce sont surtout des tôles minces et plus rarement des profilés
• Il existe actuellement une grande variété de tôles façonnées à froid. Citons la
tôle ondulée ou nervurée (en général galvanisée) utilisée pour les couvertures de
toits et les tôles profilées employées comme coffrage perdus en construction
mixte. La surface des tôles striées présente un relief en losange.

• Les profilés laminés à froid sont utilisés pour des structures légères (serres,
couverture provisoire…) et plus particulièrement dans les constructions
standardisées. Il présentent l’avantage d’être très légers, facilement transportable
et s’obtiennent dans un grand choix de formes.

19
2.4 Produits des Aciéries

2.4.3 Profilés tubulaires

• Ils sont de plus en plus employés en CM (treillis)

• Ils sont plus chers que les profiles usuels


• Avantage: flambement (même inertie % 2 axes)
• Ils sont souvent préférés pour des raisons esthétiques
• On les trouve sous forme de tubes carrés, rectangulaires et ronds

• Ils sont subdivisés en deux catégories :


- Les tubes sans soudures • A partir de lingots ou fers ronds laminés à chaud

• Fabriqués avec un produit plat étiré à froid, puis


roulé à froid ou à l’aide de presses
- Les tubes soudés • Soudure des tôles par procédés automatiques.
• La soudure décrit une courbe hélicoïdale autour
de l’axe du cylindre ou suit une génératrice 20
2.5 Tolérance
de Laminage
2.5 Tolérance de Laminage

Remarque
Si l’on compare les dimensions réelles d’un produit laminé avec ses dimensions
théoriques, on peut constater des différences notables!
- Imperfection des outillages utilisés lors du laminage
Sources de ces différences:
- Déformations se produisant lors du refroidissement
Définition
On appelle tolérance de laminage l’écart admissible entre la dimension réelle et la
dimension théorique recherchée. Cet écart s’exprime par une valeur
dimensionnelle ou par un pourcentage donnés en général par les normes

21
2.6 Caractéristiques
et Propriétés des Aciers
Selon le C.C.M. 97
2.6 Caractéristiques et Propriétés des Aciers Selon le CCM 97

• Résistance Traduite par des valeurs nominales de fy et de fu pour trois nuances


d’acier courantes (valeurs conformes à la norme EN 10025)

Épaisseur t en mm
Nuance d’acier
(EN 10025) t ≤ 40mm 40mm  t ≤ 100mm
fy (N/mm2) fu (N/mm2) fy (N/mm2) fu (N/mm2)
Fe 360 (Fe E 235) 235 360 215 340
Fe 430 (Fe E 275) 275 430 255 410
Fe 510 (Fe E 355) 355 510 355 490

• Soudabilité La soudabilité des aciers est suffisante pour la de mise en œuvre


• Ductilité - Le rapport fu / fy doit être 1,2
- Le diagramme contrainte-déformation doit montrer que la déformation
ultime eu représente au moins 20 fois la déformation élastique y
- L’allongement à la rupture doit être supérieur à 15%

• Énergie de rupture Les aciers de construction doivent avoir une « énergie de


rupture » suffisante pour éviter la rupture fragile à la plus
basse température de service 22
2.6 Caractéristiques et Propriétés des Aciers Selon le CCM 97

Valeurs de calcul de coefficients usuels

Les valeurs de calcul de quelques coefficients usuels de l’acier sont indiquées au


tableau ci-dessous

Module d’élasticité longitudinale E = 210 000 N/mm2


Module de cisaillement G = E / [2 (1+ u)]
Coefficient de Poisson u = 0,3
Coefficient de dilatation a = 12 x 10-6 par C
Masse volumique r = 7850 kg/m3

23
2.7 Caractéristiques du
Matériau des moyens
d’Assemblage
2.7 Caractéristiques du Matériau des Moyens d’Assemblage

Moyens d’assemblage
Les moyens d’assemblage peuvent être classifiés selon trois catégories:

1. Mécanique

2. Soudures

3. Chimique Colles 24
2.7 Caractéristiques du Matériau des Moyens d’Assemblage

2.7.1 Rivets

Ils représentent le plus ancien moyen d’assemblage utilisé en construction


métallique. Actuellement, leur emploi est limité et on leurs préfère, dans la plupart
des pays industrialisés, les boulons et la soudure.

25
2.7 Caractéristiques du Matériau des Moyens d’Assemblage

2.7.2 Boulons

Joint bout à bout Joint bout à bout Assemblage dans le


boulonné par boulonné par cas d’une poutre
couvre joint plaque de tête continue

26
2.7 Caractéristiques du Matériau des Moyens d’Assemblage

2.7.2 Boulons

• On distingue deux types de boulons :

- Les boulons de charpente métallique (ordinaire) • fuB = 400-500 N/mm2

- Les boulons à haute résistance (HR) • fuB = 800-1000 N/mm2

• Les caractéristiques mécaniques minimales des aciers constituant quelques


boulons sont résumées dans le tableau ci-dessous

Boulon Classe de qualité fyB [N/mm2] fuB [N/mm2] r [%]


4.6 240 400 22
de charpente
5.6 300 500 20
8.8 640 800 12
H.R.
10.9 900 1000 9

27
2.7 Caractéristiques du Matériau des Moyens d’Assemblage

2.7.2 Boulons
Des courbes contrainte-déformation spécifiques résultant d’essais de traction sur
des éprouvettes d’acier des boulons sont présentées dans la figure ci-dessous

28
2.7 Caractéristiques du Matériau des Moyens d’Assemblage

2.7.3 Soudure
Pour le soudage des aciers de construction, on utilise en général un métal
d’apport qui aura, après soudage, une résistance au moine égale si ce n’est pas
supérieure à celle du métal de base

Joint bout à bout Joint bout à bout soudé en cas Joint soudé avec
soudé de changement de profils plaque

29
Université Abou Bekr Belkaid de Tlemcen
Faculté de Technologie
Département de Génie Civil

Cours de la matière
« CHARPENTE METALLIQUE » (GS513)
destiné aux étudiants de la 3ème année licence académique en génie civil (S5)

Chapitre 2:
Matériau Acier
Dr. Karim HAMDAOUI
Enseignant Chercheur
Année universitaire 2020-2021