Vous êtes sur la page 1sur 11

Rapport d’enquête de terrain sur les mines à petite échelle à Madagascar

Rapport d’enquête de terrain sur les mines à petite


échelle à Madagascar

John Simpson
Spécialiste minier

ITC

INTRODUCTION ET CONTEXTE ............................................................................................................................. 2


Calendrier des visites de sites ....................................................................................................................... 2
LOI MINIERE ....................................................................................................................................................... 2
GEOLOGIE........................................................................................................................................................... 2
PLANIFICATION MINIERE ET GESTION.................................................................................................................. 3
Introduction................................................................................................................................................... 3
Observations et recommandations ................................................................................................................ 3
SANTE ET SECURITE ............................................................................................................................................ 4
Introduction................................................................................................................................................... 4
Observations ................................................................................................................................................. 4
Recommandations ......................................................................................................................................... 5
PROPRIETE .......................................................................................................................................................... 5
MARKETING ....................................................................................................................................................... 5
TRAITEMENT DES MINERAUX .............................................................................................................................. 6
Introduction................................................................................................................................................... 6
Observations ................................................................................................................................................. 6
Recommandations ......................................................................................................................................... 7
GESTION ENVIRONNEMENTALE........................................................................................................................... 7
Introduction................................................................................................................................................... 7
Observations ................................................................................................................................................. 8
Recommandations ......................................................................................................................................... 8
LE ROLE DES FEMMES ET DES ENFANTS DANS LE SECTEUR.................................................................................. 8
PIERRES GEMMES – LE PARALLELE AVEC LE SRI LANKA ..................................................................................... 9
CRITERES POUR LA SELECTION DE PROJETS PILOTES ........................................................................................... 9

Antananarivo, Mai 2000


Rapport d’enquête de terrain sur les mines à petite échelle à Madagascar

Rapport d’enquête de terrain sur les mines à petite échelle à


Madagascar
Introduction et contexte
Ce rapport présente les conclusions d’une courte excursion de terrain destinée à examiner les
aspects métallurgiques du secteur de la mine à petite échelle et artisanale à Madagascar. Il fait
partie de la phase préliminaire d’étude du Projet d’Assistance Technique aux Petits
Exploitants Miniers (PATPEM), un projet ITC/Projekt-Consult destiné à aider le
Département de l’Energie et des Mines de Madagascar au développement d’un secteur de la
petite mine plus formalisé.

La mission s’est déroulée pendant la saison de récolte du riz et comme beaucoup


d’exploitations minières sont une activité saisonnière alternative, il était difficile de jauger le
nombre des mineurs et l’importance de l’industrie.

Le rapport discute divers aspects de l’industrie minière de Madagascar et, sous une série de
titres appropriés, effectue des observations, des suggestions et des recommandations qui
pourraient aider au changement vers une industrie plus formalisée. Une attention particulière
est prêtée aux zones ayant un potentiel pour les projets pilotes – leur exécution constituant la
phase suivante du projet.

Calendrier des visites de sites


Date Base Mines/Minéraux
30/04/2000 Antsirabe Quartz rose & béryl près de Mahaiza
01/05/2000 Antsirabe
02/05/2000 Antsirabe Or alluvionnaire près de Antakasina
03/05/2000 Antsirabe Or en gîte primaire près de Dabolava
04/05/2000 Itasy
05/05/2000 Itasy Béryl près Soavanandriana

Loi minière
Madagascar a récemment adopté une nouvelle loi minière. Ce rapport ne discute pas de la
nouvelle loi, excepté pour insister sur le besoin pour celle-ci d’être traduite en malgache de
manière à la rendre accessible et compréhensible par la majorité des petits exploitants miniers
du pays ayant un français limité.

Géologie
La connaissance de la géologie dans les petites mines de Madagascar est limitée – la
découverte de pierres gemmes tient de la loterie.

Au Sri Lanka, qui est géologiquement similaire à Madagascar, de nombreux efforts ont été
réalisés pour simplifier la localisation des gisements de gemmes. Dissanayake et Rupasinghe1
ont produit une carte de Sri Lanka qui marque les régions de haute, moyenne et faible
probabilité de trouver des gemmes. Les prospecteurs peuvent de cette façon facilement éviter
de perdre du temps, de l’argent et des efforts dans des zones non prometteuses.

1
Dissanayake, C.B. & Rupasinghe, M.S. 1993. Prospectors guide map to the gem deposits of Sri Lanka. Gems
and Gemmology, 29. 3, 173-181.
Rapport d’enquête de terrain sur les mines à petite échelle à Madagascar

Certains travaux ont déjà été effectués pour identifier et cartographier la présence de
pegmatites à Madagascar2. Les gisements secondaires n’ont pas fait l’objet de la même
attention, mais ce pourrait être un projet louable que de rassembler les données existantes afin
de produire un guide sommaire de localisation de pierres gemmes. Lorsque d’autres données
deviennent disponibles, le guide cartographique peut être complété.

Planification minière et gestion

Introduction
La planification minière devrait être holiste, c’est-à-dire qu’elle devrait tenir compte de tous
les aspects du processus minier depuis la découverte du gisement, en passant par son
exploitation et son éventuelle fermeture. Une bonne planification et une bonne gestion
aboutiront à une exploitation plus efficace et moins dangereuse.

Observations et recommandations
Il y avait très peu d’indications d’une quelconque planification minière sur les sites visités.
Quand un gisement minéral a été localisé, la priorité semble être de prendre la voie du
moindre effort pour l’atteindre. Cette stratégie peut offrir à court terme des marges
bénéficiaires du fait qu’une certaine production pourra être obtenue en un minimum de temps
possible, mais l’efficacité à long terme et l’accroissement du danger peuvent aboutir à une
exploitation non viable économiquement sur la durée de vie de la mine.

Les petits mineurs ne sont pas riches et s’ils sont à même d’améliorer leurs méthodes, ils
doivent être encouragés à aménager correctement leurs mines, et ceci veut dire qu’ils ont
besoin d’aide pour surmonter leur besoin d’argent frais lorsque leur mine démarre. Un certain
investissement est nécessaire, lors de l’aménagement d’une mine, pour mettre en place des
accès convenables pour le personnel, des routes de transport efficaces et un bon soutènement
physique dans les puits et les tunnels. Un plan de microcrédit accessible et facile à utiliser
serait probablement dans leur intérêt.

En plus de conseils sur l’aménagement de la mine, les mineurs ont également besoin de
conseils sur comment développer le côté affaires. Il est probable que de nombreux mineurs
manquent de volonté pour acquérir les techniques nécessaires mais, au sein d’une
communauté donnée, il peut exister des individus avec un penchant pour l’esprit d’entreprise
qui pourraient être encouragés à prendre la tête des affaires. La mine à petite échelle tend
malheureusement à être menée par des petits groupes, souvent familiaux, et un changement
d’attitude serait nécessaire si des gains significatifs doivent être réalisés par une approche de
groupe dirigé par un entrepreneur pour l’exploitation de la mine.

Ceci dit, si l’on peut identifier une volonté ainsi qu’une communauté convenablement
qualifiée, alors un projet minier basé sur la communauté plutôt que sur la famille serait un
bon projet pilote qui pourrait démontrer beaucoup des aspects clé de la bonne pratique de
l’exploitation minière.

Une telle approche serait aussi d’intérêt pour les autorités régulatrices qui auraient un seul
point de contact dans la communauté au travers duquel tous les sujets fiscaux et légaux

2
Pezzotta, F. 1999. Madagaskar – Ein Paradies voll mit Mineralien und Edelsteinen. ExtraLapis No 17. P39.
Rapport d’enquête de terrain sur les mines à petite échelle à Madagascar

pourraient être traités. Un tel projet pourrait être une méthode pratique par laquelle une plus
grande formalisation peut être introduite dans la mine à petite échelle à Madagascar. C’est
une idée potentiellement gagnante.

Santé et sécurité

Introduction
Les deux approches matérielles fondamentales pour le maintien et l’amélioration des
conditions dans tout secteur industriel se font en appliquant des mesures actives et passives.
• L’approche active est d’assurer que la possibilité soit réduite au minimum pour
qu’un incident mettant en danger la santé ne se produise – un exemple serait
l’entourage d’un trou avec une clôture pour éviter que quelqu’un ou quelque chose
ne tombe dedans.
• L’approche passive est de considérer que, à un moment donné, un incident se
produira et d’appliquer des procédures pour atténuer ses effets – un exemple serait
le port d’équipements de sécurité tels qu’un casque de chantier.
En plus des mesures matérielles, la conscience de dangers potentiels est l’autre facteur majeur
jouant un rôle sur la santé et la sécurité.

Observations
Dans les quelques petites mines examinées à Madagascar, il y avait très peu de preuves de
quelconques mesures matérielles actives ou passives pour minimiser les dangers de santé et
de sécurité. Les mineurs opèrent sans équipements de sécurité tels que des casques, des
bottes, des lunettes et des gants, et ils travaillent dans des puits et des trous qui sont soit
instables par conformation soit manquant du minimum de soutènement.

Certaines questions de sécurité active sont inextricablement reliées à la planification de la


mine – accès, ventilation et stabilité du trou entreraient dans cette catégorie. La carrière de
quartz rose près de Mahaiza, par exemple, était très abrupte et beaucoup du matériau de la
paroi du trou n’était pas consolidé. L’accès impliquait des tâtonnements entre les niveaux qui
étaient souvent trop éloignés entre eux pour permettre des mouvements sûrs et confortables.
Le fait lui-même de tâtonner provoquait souvent le délogement de pierres et de terre et leur
chute au fond du trou, où des mineurs étaient en train de travailler. La planification de
meilleurs trajets d’accès réduirait les dangers pour les gens travaillant dans le trou et pour les
gens entrant et sortant du trou. Elle pourrait aussi permettre l’utilisation de meilleures
méthodes pour sortir le matériau du trou – actuellement, des seaux et des paniers sont
transportés vers et hors du trou, mais un meilleur accès pourrait permettre l’utilisation de
brouettes ou de charrettes à zébus et cela conduirait à des gains en productivité de même qu’à
un avantage pour la sécurité.

Les puits de mines d’or près d’Antakasina était dépourvus d’un quelconque soutien et les
mineurs travaillaient à la lumière d’une bougie dans des trous à rats quinze à trente mètres
sous la surface. Toute liaison entre des tunnels semblait plutôt accidentelle que planifiée,
aussi, dans l’éventualité d’une chute, il n’y a pas d’autre sortie possible et pas de ventilation.

Il n’y avait aucun signe qu’une quelconque galerie travaillée aie été bouchée et ces trous
ouverts constituent un problème conséquent de sécurité – quiconque tombant de trente mètres
dans un trou serait probablement gravement blessé ou même tué.
Rapport d’enquête de terrain sur les mines à petite échelle à Madagascar

Recommandations
Un des projets pilotes devrait mettre en pratique à la fois les applications actives et passives
de santé et de sécurité. On n’insistera jamais assez sur l’importance des accès sécurisés, de
trajets d’accès parallèles, d’une bonne ventilation et de la stabilité de la mine, et ces points
devraient tous être des composantes du projet.

L’utilisation d’équipement de sécurité approprié devrait aussi être démontrée.

Propriété
Beaucoup de mines à petite échelle sont conduites comme des exploitations informelles et
non immatriculées qui apportent une maigre subsistance pour les mineurs et dans l’ensemble
n’apportent rien à Madagascar. La formalisation est le mouvement à effectuer pour ces
mineurs à petite échelle à l’intérieur du cadre statutaire de la terre. Il y a actuellement très peu
de choses pour encourager les mineurs à exercer légalement, leurs gains sont si petits que
l’imposition qui s’en suit ne serait pas une proposition intéressante. Pour promouvoir une
tendance vers une exploitation minière plus formelle il faut en montrer les avantages
financiers.

Un moyen serait d’encourager l’investissement d’entreprise ainsi que cela a été suggéré dans
le paragraphe sur la planification et la gestion minière. Ceci nécessiterait cependant un
changement d’attitude des mineurs de leur situation actuelle de « mineur-propriétaire » vers
un statut d’employé par rapport à un propriétaire de mine avec l’esprit d’entreprise.
Investissement et instruction sont les clefs du succès de cette approche. L’investissement est
requis pour créer correctement la mine pour permettre une extraction des minéraux sans
risques et efficace. La formation est importante pour assurer que les mineurs sont capables de
créer et de faire fonctionner la mine eux-mêmes. Des gains efficaces issus de mines bien
gérées par des communautés devraient aboutir à un gain financier pour toutes les parties.

En termes de formalisation du secteur, un petit nombre d’entrepreneurs propriétaires de


mines devrait être beaucoup plus facile à gérer que beaucoup de mineurs-propriétaires.

Marketing
La commercialisation des produits est un champ intéressant et divers au sein du secteur de la
petite mine, spécialement pour les pierres gemmes. En dehors des grands centres de
population la plupart des pierres gemmes sont vendues au marché noir et probablement en
dessous d’un prix de marché équitable. Pendant la mission de terrain, le groupe de l’étude a
été abordé à de nombreuses occasions et s’est vu proposer une grande variété de pierres à la
fois en termes d’espèces et de qualité. La documentation indispensable pour établir l’origine
et le traitement de la pierre n’était pas en évidence.

Beaucoup des pierres gemmes montrées étaient d’une qualité qui ne leur permettait pas d’être
utilisées en joaillerie. Quelques pierres comme le béryl ont cependant une utilité secondaire
qui pourrait être exploitée. Le béryl est une source majeure du métal béryllium, et bien qu’il y
ai peu de chances pour qu’une mine individuelle en produise suffisamment pour être d’un
intérêt auprès d’acheteurs de minéraux métalliques, des programmes d’achats pourraient en
rassembler suffisamment pour faire du béryl de basse qualité une source de revenus
secondaire non négligeable.
Rapport d’enquête de terrain sur les mines à petite échelle à Madagascar

Certains parmi le groupe d’étude ont déjà proposé une foire commerciale comme un des
projets pilotes. L’idée rassemble beaucoup de suffrages comme moyen pour établir des
contacts entre les mineurs, les acheteurs, le secteur lapidaire, des liaisons avec le marché
international et des fournisseurs d’équipement.

Le commerce équitable est un autre aspect qu’il faut suivre. Un associé au projet a déjà mis
en place le marché équitable des diamants du Lesotho et les leçons apprises de cette
expérience devraient être incorporées dans le commerce équitable des pierres colorées à
travers la foire commerciale.

Traitement des minéraux

Introduction
Le traitement de minéraux décrit la série d’étapes matérielles employées pour libérer le
produit désiré de son minerai. Dans l’exploitation minière des gemmes il y a très peu de
traitement impliqué – le lavage et la séparation manuelle en constitue la totalité pour un dépôt
alluvionnaire.

Dans le cas d’extraction d’or, il peut y avoir de nombreuses étapes de traitement de manière à
obtenir du minerai un concentré riche en or.

Observations
Aucun traitement n’a été observé dans les mines de pierres gemmes visitées.

Dans la mine d’or alluvionnaire près d’Antakasina, il s’agissait principalement de femmes


qui effectuaient le traitement. C’est essentiellement une opération en trois phases :
• Fragmentation – le minerai est chargé dans les batées et mouillé grossièrement, les
femmes écrasent alors le minerai sous leurs pieds pour séparer toute argile
collante et libérer l’or.
• Premier lavage – le minerai est passé à la batée pour produire un concentré qui est
mis de côté.
• Second lavage – lorsque assez de concentré a été mis de côté il est repassé à la
batée très soigneusement.

Dans un second site proche, à « petit Antananarivo », le traitement était très similaire mais le
minerai semblait nettement plus grossier, avec des grains de quartz assez importants. On peut
concevoir qu’un peu d’or puisse être inclus dans le quartz et que l’efficacité du traitement soit
améliorée par une étape de broyage. De fait il y avait quelques épaulement de granite qui ont
été clairement utilisés pour le broyage dans le passé – ceci amène la question de pourquoi le
minerai n’est plus broyé actuellement ? Est-ce parce qu’il n’y a pas d’or dans le quartz ? Est-
ce parce qu’il n’y a plus de pierres dures qui peuvent être utilisées comme mortiers ou est-ce
parce que la connaissance et l’habileté se sont perdues ?

Les mines d’or primaire dans des quartz durs près de Dabolava employaient de nombreuses
étapes de traitement :
• Le concassage et le broyage – le minerai est concassé et broyé dans des mortiers
en granite (creusés dans la roche) en utilisant des pilons en bois à embout d’acier.
Rapport d’enquête de terrain sur les mines à petite échelle à Madagascar

• Le minerai broyé est passé dans un tamis à farine et le refus de tamisage est
rebroyé.
• Le minerai passant est alors passé à la batée en bois et on produit un concentré.
Aucun mercure ou traitement chimique n’a été vu dans aucun des sites miniers.

Recommandations
Le traitement du minerai est la partie du processus de production où les potentiels de pertes
sont les plus grands. En tant que tel, c’est le seul domaine où des améliorations d’efficience
peuvent faire la plus grosse différence pour la viabilité économique de l’exploitation.

Si un projet pilote doit être réalisé sur une mine d’or, alors un élément de traitement des
minéraux devrait en faire partie. Le sluice est une technologie appropriée et simple qui
pourrait augmenter la récupération à la fois des mineurs de l’alluvionnaire et de ceux des
veines de quartz. L’utilisation du sluice requiert cependant de l’eau, et la technologie devrait
être présentée dans un contexte de gestion de l’eau et de recyclage.

Beaucoup d’efforts manuels sont dépensés dans le broyage du quartz pour libérer l’or et là
aussi il existe des possibilités pour une assistance mécanique. Nombreux sont les types
d’équipements disponibles qui pourraient effectuer la réduction granulométrique et ceux-ci
incluent des broyeurs et divers types de moulins. Il est dans la nature de l’exploitation
minière à petite échelle et dans celle de leur praticiens que chaque groupe opère isolément de
l’autre, et ceci fait d’un processus simple de traitement par lots l’approche la plus appropriée.
Dans l’éventualité d’une station mobile, de petits broyeurs à tampons ou broyeurs à marteaux
ne sont pas forcément les meilleures machines pour la réduction granulométrique mais elles
offrent les avantages de coûts et de simplicité de fonctionnement par rapport aux marteaux à
billes.

Comme généralement ce sont les femmes qui effectuent les étapes de traitement de
l’exploitation minière à Madagascar, il serait très important d’établir à travers des enquêtes
ultérieures quel sorte d’impact aurait sur la répartition des tâches entre les hommes et les
femmes une intervention de ce type. Lorsqu’une technologie est introduite à Madagascar, est-
elle perçue comme une prérogative masculine ? Une nouvelle technologie a-t-elle des
chances de provoquer des pertes d’activité pour les femmes ou de changer leur statut au sein
de la société ?

Gestion environnementale

Introduction
La gestion environnementale d’une mine implique la prise en compte de tous les aspects de
l’exploitation de façon à contrôler et minimiser les effets négatifs qu’elle peut avoir sur les
composantes de l’environnement comme l’air, l’eau, la terre et la vie (faune et flore).

La gestion environnementale est très étroitement liée à la planification minière ainsi qu’à la
santé et la sécurité, et il pourrait y avoir de la redite.
Rapport d’enquête de terrain sur les mines à petite échelle à Madagascar

Observations
La visite des sites était loin d’être exhaustive mais elle a révélé un nombre de facteur qui sont
probablement représentatifs, dans l’ensemble, de l’exploitation minière à Madagascar.
• Air – Les activités minières observées ne présentaient pas de danger majeur pour
la qualité de l’atmosphère. Les exploitations, d’après les standards miniers,
n’étaient pas poussiéreuses et aucun produit chimique pouvant causer une
pollution atmosphérique n’a été vu.
• Eau – les deux régions de mines d’or visitées avaient des regroupements
d’activités de traitement aux bords de rivières. Bien que des polluants majeurs tels
que le mercure soient absents, l’activité de lavage du minerai introduit une forte
concentration de particules dans l’eau qui peut avoir un impact sur les activités
humaines en aval. Les eaux de boisson et de lessive peuvent être altérées.
• Terre – Nous n’avons eu nulle part des preuves de mines étant rebouchées ou
transformées dans un état qui pouvait supporter d’autres activités telles que
l’agriculture. Les trous ouverts peuvent aussi se remplir d’eau et, en plus des
dangers primaires de chute et de noyade, il existe le danger secondaire de
propagation de maladies par la prolifération de vecteurs.
• Flore et faune – Les principaux effets sont liés à l’eau. Des concentrations
élevées de solides dans l’eau réduisent sa capacité à supporter la vie des
microorganismes et, à une échelle plus grande, celle du poisson.

Recommandations
Il y a quelques actions relativement simples qui devraient être mises en application de façon à
minimiser les impacts environnementaux de l’exploitation minière à petite échelle.
• Créer des bassins où les solides peuvent se séparer de l’eau avant qu’elle soit ou
renvoyée dans la rivière, ou réutilisée dans le processus.
• Boucher les trous abandonnés pour empêcher les accidents et pour stopper leur
remplissage par de l’eau qui les transforme en sites de prolifération de moustiques
et autres vecteurs de maladies.
• Là où les exploitations impliquent la coupe d’arbres et de végétation soit pour le
dégagement du terrain soit pour des motifs de construction, il devrait exister un
plan de reboisement.

Le rôle des femmes et des enfants dans le secteur


Il semble qu’il y ai une répartition très distincte des tâches entre les hommes et les femmes,
spécialement dans le secteur de la mine d’or. En général, les hommes font le travail en sous-
sol et les femmes effectuent le traitement. Dans de nombreux cas, les enfants travaillent avec
leurs mères, les aidant au concassage, au broyage, et à la batée. Il est important de remarquer
qu’aucun des enfants observés n’était occupé à un travail ardu ou abusif, le contexte semblait
être celui d’une co-exploitation familiale et sociale.

Un grand soin doit être apporté en mettant en application les projets pilotes pour assurer
qu’ils n’aboutissent pas à la marginalisation des femmes. Un exemple spécifique serait si un
des projets pilotes étaient une unité mobile de broyage et de concentration. Il serait possible
qu’une telle application aboutisse à l’élimination de certains travaux de femmes mais, d’autre
part, elle pourrait simplement résoudre la nécessité de l’utilisation des enfants pour faire le
travail.
Rapport d’enquête de terrain sur les mines à petite échelle à Madagascar

Pierres gemmes – le parallèle avec le Sri Lanka


Géologiquement, Madagascar et le Sri Lanka ont de nombreux points en commun. Il y a
beaucoup de preuves qui sont en faveur de la théorie communément admise qui stipule qu’ils
étaient autrefois des parties adjacentes du super-continent Gondwana.

.
Comme Madagascar, le Sri Lanka est riche en gisements de pierres gemmes et ceux-ci ont été
exploités depuis des siècles. Malgré cette longue expérience dans ce domaine, une étude
récente3 d’ITDG (ITC) au Sri Lanka a souligné des domaines pour lesquels les mineurs
sentent que leurs connaissances sont déficientes. La plupart de ces domaines ont été aussi
mentionnés pendant les entretiens de terrains ici à Madagascar tels que la découverte de
gisements de pierres gemmes, la loi et le marketing alors que d’autres n’ont pas été
mentionnés mais pourraient être des besoins aussi valables. Ceux-ci incluraient comment
ajouter de la valeur aux gemmes ainsi que l’évaluation et l’estimation des pierres.

Pour répondre à quelques questions au Sri Lanka, ITC a piloté l’utilisation de fiches
illustrées, des « fiches d’indices » pour apporter une aide dans deux domaines spécifiques.
• L’identification de pierres gemmes rares qui pourraient autrement être perdues ou sous-
estimées.
• L’identification de gravier alluvionnaire à pierres gemmes par l’utilisation plus
systématique d’indicateurs minéraux.
L’étude rapporta que la plupart des mineurs interrogés trouvèrent les fiches illustrées très
utiles pour l’identification des gemmes. Pour la localisation des graviers alluvionnaires à
gemmes, à peu près la moitié des mineurs sentirent qu’ils utilisaient déjà des indicateurs
minéraux par leur expérience mais d’autres mineurs moins expérimentés trouvèrent la
méthode utile.

Ces méthodes pourraient être développées de manière à convenir aux pierres gemmes et aux
indicateurs minéraux trouvés ici à Madagascar. En conjonction avec la carte guide du
prospecteur mentionnée dans le chapitre sur la géologie, ceci pourrait faire avancer les choses
vers une aide aux mineurs pour déterminer les gisements de pierres gemmes.

Critères pour la sélection de projets pilotes


Les projets pilotes devraient démontrer un ou plusieurs aspects des bonnes pratiques dans la
mine à petite échelle, et leur impact devrait être maximisé en considérant le diagramme ci-
dessous :
Il existe des différences dans les besoins des mineurs selon ce qu’ils extraient, mais en
général, les mineurs à petite échelle devraient avoir certaines connaissance de :
• La loi minière.
• La géologie.
• L’économie.
• Les affaires.
• La technologie.
• La gestion de la mine.
• L’ingénierie minière.
• Le traitement des minéraux.
3
Amarasinghe, S. 2000. ITC Internal Document.
Rapport d’enquête de terrain sur les mines à petite échelle à Madagascar

• La santé et la sécurité.
• La gestion environnementale.
• Le marketing.

Projet pilote

Devrait refléter l’importance relative des Doit atteindre et influencer une large
minéraux de Madagascar audience de petits mineurs

Seconde priorité

Première priorité
1. Pierres gemmes Doit être Doit être utile
accessible

2. Or

3. Autres (ex.
minéraux industriels)

Les trois projets pilotes devraient démontrer, entre eux, et dans la mesure de ce qui est
faisable en pratique, les bonnes façons (ou les procédés améliorés) d’autant des aspects ci-
dessus.

La nature saisonnière de l’activité minière et la préoccupation des gens pour la culture du riz
pendant la période de visite signifient qu’il est difficile de faire de fortes recommandations
pour l’emplacement des projets.

Dans le texte qui précède, trois types de projets pilotes ont été discutés et ceux-ci sont
résumés dans le tableau ci-dessous. Pour chacun on a effectué une évaluation des
contributions aux besoins dans leur ensemble du secteur de la petite mine à Madagascar.
Rapport d’enquête de terrain sur les mines à petite échelle à Madagascar

Foire Exploitation
Aspect de la mine Station mobile
commerciale communautaire
Loi minière  
Géologie 
Affaires/Economie  
Technologie   
Gestion de mine 
Ingénierie minière 
Traitement des minéraux  
Santé et sécurité   
Gestion environnementale  
Marketing  

En résumé, les trois projets pilotes suggérés contribueraient au développement des capacités
et des connaissances dans tous les aspects du secteur.

Le secteur de la pierre gemme aurait des chances de profiter le plus de la foire commerciale,
qui servirait à rassembler les producteurs, les acheteurs et les services de contrôle. Des
relations plus étroites aideront au mouvement vers une plus grande formalisation du secteur.

L’exploitation communautaire est probablement le projet pilote qui contribuerait le plus à une
formalisation du secteur. L’encouragement d’entrepreneurs locaux à investir et à développer
des mines à petite échelle introduirait un élément de gestion saine des affaires dans le secteur,
améliorerait les conditions et la productivité des mines et donnerait une plus grande
responsabilité aux autorités régulatrices.

La station mobile répondrait aux besoins très spécifiques d’un nombre considérable de
chercheurs d’or (spécialement en gisements primaires).