Vous êtes sur la page 1sur 7

 

EDITION / MÉTIERS DU LIVRE ET DE L’ÉCRIT


Agent littéraire • Assistant de fabrication • Assistant d'édition •
Assistant éditorial • Assistante d'édition • Attaché de presse • Auteur •
Chargé de relations libraires • Chargé d'études marketing • Chef de
fabrication • Chef de produit • Chef de projet éditorial print & web •
Chef de projet numérique édition • Coordonnateur éditorial •
Correcteur • Délégué commercial • Directeur de collection • Directeur
littéraire • Documentaliste • Ecrivain • Éditeur • Fabricant • Iconographe
• Indexiste • Préparateur de copie • Relecteur correcteur • Responsable
cession acquisition de droits • Responsable de projet éditorial •
Responsable d'édition • Responsable développement numérique •
Secrétaire de rédaction • Traducteur • Webmestre éditorial

  OPTIMISER LA RECHERCHE  
Si la chaîne du livre o re des débouchés variés qui ne se limitent pas à l’éditorial pur, les
postes dans l’édition sont rares et la concurrence au sortir des écoles est toujours aussi
rude. Au mieux, les entrants commencent généralement par  un poste d’assistant
d’édition (en CDD le plus souvent)  et il faudra faire ses preuves avant de décrocher un
CDI. Il faut savoir que c’est un milieu qui fonctionne sur le mode copinage, notamment
dans l’édition indépendante. Des a nités peuvent se nouer lors des stages (Nathan en
propose tout au long de l’année). Bien choisir son stage, un choix qui est déterminant et
qui peut s’avérer décisif par la suite. Les gros éditeurs en proposent sur leurs sites
corporate. Mais pour que l’on se souvienne de votre passage, il faut avoir fait  ses
preuves, avoir surtout montré de bonnes dispositions pour le travail en équipe et marqué
les esprits. Prendre des contacts lors des salons, pourquoi pas,  mais c’est rarement  le
bon moment, les décideurs étant le plus souvent représentés. L’univers de l’édition est
composé de petits archipels cloisonnés. A ce titre, le manga, la bande dessinée, l’édition
professionnelle (droit, médical, sciences sociales, économie, services éditoriaux des
musées comme Paris Musées…) o rent certainement plus de possibilités que l’édition
littéraire, qui ne manque pas de courtisans. A noter que les éditeurs communiquent de
plus en plus sur les réseaux sociaux. C’est le cas du groupe Humensis. On trouvera aussi
quelques o res sur le  magazine des professionnels Livres Hebdo. Quelques o res à
trouver sur le groupe d’entraide Facebook.

   Banques d'emploi    Centres Reg du livre

   Salon(s)    Relations et stages


 

 
 

ENTREPRISES ET RECRUTEMENT
 

Le Groupe Bayard recrute un éditeur H/F (CDI Montrouge)


https://emploi.groupebayard.com/poste/c0vm8yva39-editeur-f-h
Editis (recrute un assistant d’édition (CDD 6 mois Paris), un assistant réalisation (CDI Paris)
https://www.editis.com
HarperCollins France recrute un éditeur con rmé (CDI Paris) o re cabinet
https://www.axiales.net/editeur-trice-con rme-e-harpercollins-france
Hachette recrute un fabricant matériel promotionnel (CDI Paris), un éditeur junior H/F (Vanves 92)
https://hachette-recrute.talent
Groupe Madrigall recrute 2 chefs de marché H/F (CDD Paris)
https://madrigall.jobs.net
 

SALONS PROS ET FORUMS D’EMPLOI


 

Salon du Livre Jeunesse


Prochaine édition : décembre 2021
http://slpjplus.fr/salon
Livre Paris (ex salon du livre)   
Prochaine édition : (nouvelles dates) du 28 au 31 mai 2021. Paris Expo Porte de Versailles
http://www.livreparis.com
Forum des métiers du Livre et de la Lecture
Prochaine édition : en attente. Nantes et Angers
https://www.mobilis-paysdelaloire.fr
Salon du livre d’Hossegor  
Prochaine édition : les 2, 3 et 4 juillet 2021. Sporting casino Hossegor
https://fr-fr.facebook.com/Salon-du-livre-dHossegor
Lire Limoges. 
Prochaine édition : les 7, 8 & 9 mai 2021. Limoges
https://lire.limoges.fr
Étonnants voyageurs  
Prochaine édition : mai 2021. Saint-Malo 
http://www.etonnants-voyageurs.com
Escales du livre   
Prochaine édition : mars 2022. Bordeaux
http://escaledulivre.com
La plage aux écrivains
Prochaine édition : en attente. Arcachon
http://www.arcachon.com/plage_aux_ecrivains.html
Salons en France du livre jeunesse
http://federationlivrejeunesse.fr
 

BANQUES D’EMPLOI
 

https://www.adbs.fr (réservé aux adhérents)


frhttp://asfored.org/emploi/o res
http://www.pro lculture.com
http://www.jobculture.fr
http:// ll-livrelecture.org  (actualité du livre en région)
https://emploi.livreshebdo.fr
http://www.letransfo.fr
https://www.fontaineolivres.com (quelques o res des adhérents)
http://www.electre.fr
http://www.emploiculturel.net
http://www.talents.fr (quelques o res parfois)
https://leo.hypotheses.org  (édition électronique ouverte)
Voir aussi les bourses d’emploi des agences régionales du livre (rubrique en Région)

BASSINS D'EMPLOI - TERRITOIRES


 

L’implantation des maisons d’édition correspond à la présence de grands pôles urbains. La production
éditoriale est historiquement concentrée à Paris depuis le 18ème siècle, sur la rive gauche notamment.
L’Ile-de-France concentre 57% des éditeurs et des auteurs français. C’est aussi ce qui explique le caractère
fermé de ce milieu. Plus généralement, l’Ile-de-France (près de 1.000 maisons d’édition), Occitanie (282),
Auvergne-Rhône-Alpes (224), Bretagne (191), PACA (164)  a chent un  secteur culturel plus  important
qu’ailleurs. Mais parmi les géants parisiens, comme Hachette, il y a
pléthore de petites maisons d’édition qui parviennent à se faire une place
et à exister dans la singularité,  s’installant même parfois à l’écart de ces
grands pôles urbains. Toutefois, rares sont celles qui parviennent à
asseoir leur  renommée. La trajectoire d’Acte Sud à Arles inspire
encore  bon nombre de petits éditeurs indépendants qui restent
insensibles au mouvement de concentration. Mais les chemins de la
réussite sont tortueux. Les petits éditeurs sont des gens passionnés qui
prennent des risques sur chaque oeuvre publiée. Il est di cile en e et de
savoir si un livre va fonctionner. Un tirage à 3.000 exemplaires peut ne trouver que  300 acquéreurs.
Aussi, les béné ces sont souvent modestes, voire nuls. Malgré cela, de nouveaux éditeurs indépendants
continuent de se lancer, souvent avec à peine une quinzaine de livres publiés par an. A ce compte, il est
di cile de se verser, ne serait-ce qu’un Smic. Sans la passion, passez votre chemin. 
Annuaires en région, bourses d’emploi, actualités, 
Le Centre de documentation sur les métiers du livre (Paris, Région Ile-de-France)
Propose une documentation actualisée sur les métiers du livre dans un espace dédié aux professionnels
du livre, aux étudiants, aux candidats aux concours des lières métiers du livre.
Bibliothèque Bu on
15 bis rue Bu on. 75005 Paris
http://equipement.paris.fr/bibliotheque-bu on-1682
Relais en Région :
Ces structures qui ont presque toutes fusionné avec le redécoupage des régions proposent généralement une
rubrique emploi 
Normandie Livre et Lecture
https://www.normandielivre.fr
Association des éditeurs Hauts de France
http://associationdesediteurs.com
AR2L Hauts-de-France
http://www.ar2l-hdf.fr
ALCA Nouvelle-Aquitaine
http://alca-nouvelle-aquitaine.fr
Livre, image et culture numérique en Région Centre
http://www.ciclic.fr
Livre et lecture en Bretagne
http://www.livrelecturebretagne.fr
ALL Bourgogne-Franche-Comté
http://www.livre-franchecomte.com
Mobilis Pays-de-la-Loire
https://www.mobilis-paysdelaloire.fr
Auvergne-Rhône-Alpes Livre et Lecture
https://auvergnerhonealpes-livre-lecture.org
Agence Régionale du livre PACA
http://www.livre-paca.org
Occitanie Livre et Lecture
http://www.occitanielivre.fr
 

AGENCES D’EMPLOI
 

Pro l Culture Conseil (cabinet de recrutement)


http://www.pro lculture-conseil.com
Axiales
http://www.axiales.net
 

FORUMS & BLOGS


 

http://www.presseedition.fr
 http://www.enviedecrire.com
https://lavieestunroman.fr
http://editionslibertalia.com/blog
http://www.labodeledition.com  (autour du numérique)
https://www.actualitte.com  (webzine d’actualité du livre)
http://www.extinction-culturelle.fr (protection des auteurs) 
 

RÉSEAUX SOCIAUX ET CLUBS


 

https://www.babelio.com
https://www.fontaineolivres.com (communauté et espace de coworking)
 

PARCOURS...
 

Formations types : Si le BTS édition, et le Master 2 Édition et commercialisation du livre, ou master 2


métiers du livre et de l’édition « politiques éditoriales » restent les formations à privilégier, la licence pro
« métiers de l’édition et du commerce du livre numérique » se veut répondre à une certaine évolution. Le
métier éditeur lui n’a pas d’école. 
Quelques écoles : Ecole Estienne, EMI Paris, Pôle métiers du livre Paris X Nanterre (92) Université Sorbonne
Paris, Université de Cergy (95), Université de Caen  (14),  UPEM Marne-la-Vallée (94),  IUT Bordeaux
Montaigne, Université Montpellier 3, Université de Bourgogne Dijon, IUT Aix-Marseille, Université
Clermont Auvergne, Institut Rousseau  Toulouse, UGA Grenoble, Université Montpellier 3,  Université de
Limoges, CFA de l’édition Asfored  …Ecole de traduction littéraire (ETL), Ecole de correcteur : CEC Paris,
GRETA CDMA Paris (formation d’iconographe d’édition, presse et communication. Université de Limoges
(master Fabli, pour ceux qui s’intéressent à l’écriture)
Autres formations (SJE) : http://societedesjeunesediteurs.com
Création littéraire : il existe des masters en création littéraire. Cela peut surprendre, mais pourquoi pas :
Université Toulouse Jean Jaurès, Université de Limoges
 

ACTUALITÉ ÉCO
 

Les éditeurs indépendants redoutaient des dépôts de bilan et des faillites en cascade. En avril dernier, un
sondage e ectué par Mobilis sur la situation des  éditeurs en Pays-de-la-Loire inquiétait. 50% des
répondants s’estimaient concernés par une hypothèque sur l’avenir de leur métier et 1/4 des maisons
d’édition se voyaient perdre jusqu’à 40% de leur chi re d’a aires en 2020.  Visiblement, le climat
anxiogène fut pour beaucoup dans cette surestimation du risque. Au nal, le chi re d’a aires de l’édition
ne recule que de 2%. Hormis le segment des guides touristiques qui s’e ondre (-42%), l’année n’est pas si
mauvaise. Les lecteurs con nés ont fait provision de livres en commandant sur Amazon ou chez leur
libraire. Les ventes de livres (BD, livres scolaires) sont reparties à la hausse et la dernière rentrée littéraire
montre que le livre est plutôt résistant à la crise. Avec le recul, les éditeurs regrettent que les libraires
n’aient pas saisi la main tendue de Bruno Le Maire, lors du premier con nement. Les librairies pouvaient
en e et rester « ouvertes » avec des mesures barrière et surtout un espace Click & Collect. 
L’édition reste un métier di cile où les marges de manœuvre sont étroites. La plupart des éditeurs sont
pris dans un cercle vicieux. Pour se maintenir à ot, ils doivent vendre plus et donc produire plus.
Heureusement, les évolutions technologiques dans l’imprimerie facilitent l’ajustement des tirages pour
limiter le risque d’invendus. Si un livre se vend bien, on peut lancer un nouveau tirage sans se ruiner.
Malgré les aléas, il y aura toujours des passionnés pour fonder leur propre maison d’édition, même en
pleine crise sanitaire. Blinkline Books et Mialet-Barrault Éditeurs sont nés avec la Covid. Chance pour ces
téméraires, le livre a bien résisté à la crise. Le problème, c’est que les libraires sont au point de
saturation. La transformation physique et digitale du marché du livre continue de se faire lentement,
mais sûrement. Du côté des liseuses, l’e ervescence est retombée, mais le marché des liseuses n’a pas
dit son dernier mot. Les nouvelles tablettes sont aujourd’hui moins chères et elles o rent un meilleur
confort de lecture. La crise sanitaire pourrait même leur pro ter. Amazon et Rakuten ont sorti de
nouveaux produits. A noter qu’aux États-Unis, pays où  le livre numérique  dépasse en valeur  le livre
papier, les ventes de livres numériques ont reculé. Une récente étude établit une corrélation entre la
consommation frénétique des tablettes et smartphones et le recul du livre numérique, qui conclut à
une  «  fatigue numérique  ». L’explication résiderait aussi du côté du lectorat, les gros lecteurs ayant  du
mal à se détacher du livre  papier. C’est ce qui explique la part modeste des ventes dématérialisées en
littérature (4,22%). Seul le livre audio pour les malvoyants fait une percée. Les éditeurs peuvent être
spécialisés ou multi-domaines. Cela peut aller du roman littéraire aux essais, à  l’histoire maritime,
au  voyage, au  roman policier, au  livre d’art (photographie, architecture), au catalogue de musées, à
la littérature jeunesse, manga, etc. On note que la bande dessinée se porte bien (+6 % en 2020, + 40%
pour les  mangas). Le 9ème Art  représente 16% du  volume du livre.  Les ouvrages techniques ont  en
revanche plus d’avenir dans le numérique (ouvrages techniques sur le marketing, le business, le scolaire).
Le tout numérique est particulièrement adapté aux ouvrages à faible tirage, plus coûteux à imprimer. La
numérisation des fonds fait  apparaître de nouveaux métiers, plus liés à la  maîtrise  des techniques
numériques, des compétences nouvelles donc et qui commencent à être prises en compte dans les
programmes de formation.
Même si la production éditoriale a reculé de 15 % en 2020, les projets vont bon train chez les éditeurs qui
ont juste choisi de décaler ou d’annuler certaines publications. On publie toujours autant, mais est-ce
bien raisonnable quand on sait le nombre de livres qui nissent au pilon ? En tout cas, force est de
constater que cela a peu d’impact sur l’emploi et que l’on prend toujours autant de stagiaires. La double
compétence, éditoriale et digitale, est de plus en plus exigée. L’édition étant devenu un métier de
vocation et, quitte à choisir, autant e ectuer  son stage dans une petite maison indépendante qui vous
con era des tâches plus exaltantes. Dans les grands groupes d’édition, on embauche aussi des pro ls
plus tournés vers le numérique : des community managers, des rédacteurs web, des spécialistes du SEO
pour positionner au mieux les produits et les contenus sur les moteurs de recherche. L’édition étant un
tout petit milieu, il est plus di cile qu’ailleurs d’évoluer ou de partir à la concurrence comme si de rien
n’était. On a vu des assistants d’édition se recycler dans l’enseignement.
Les jeunes ont toujours autant de mal à se faire une place. Heureusement, il y a un peu de turn-over. Ce
métier passion peut aussi nir par lasser, d’autant que le salaire est modeste et qu’il le reste toute la
carrière durant. Il est vrai aussi que le poids économique de l’édition reste modeste en regard de la place
qui lui est accordée dans les médias. L’édition, c’est tout de même moins de 10.000 salariés et beaucoup
de collaborateurs qui doivent se contenter d’un Smic. Dans ce petit monde feutré, on évite de parler des
fusions,  des rachats et des faillites. Il est de bon ton de faire bonne gure et de ne pas évoquer les
résultats qui traduisent plus souvent une contraction de l’activité dans la plupart des maisons d’édition.
Le mouvement de concentration se poursuit. C’est ainsi que les Presses Universitaires de France (PUF) et
les éditions Belin (Que sais-je ?) ont fusionné (sans réduction d’e ectifs pour le coup). Le nouveau groupe
d’édition issu  de  cette fusion se nomme  Humensis. Ce constat étant posé, on notera malgré tout la
vitalité de la petite édition indépendante et la bonne tenue du livre jeunesse (14% du chi re d’a aires des
éditeurs/ 400 éditeurs s’y consacrent). En revanche, les guides de voyage ont plongé avec la crise
sanitaire. Heureusement et comme souvent,  les  best-sellers (coulisses de la politique en
tête)  viendront  booster leur chi re d’a aires. Pour l’heure, les éditeurs appellent Emmanuel Macron à
sauver la lière du livre. A-t-elle vraiment besoin que l’Etat vole à son secours ?
et les auteurs dans tout ça ?
Ils ont plus écrit durant le con nement. L’édition n’étant rien sans les auteurs et il est bon de rappeler le
malaise social qui frappe nombre d’auteurs, écrivains, scénaristes et dessinateurs, comme en témoigne le
mouvement  #Payetonauteur. Dans la foulée, la  Ligue des Auteurs Professionnels a vu le jour  en
septembre 2018. Son but : défendre le statut des auteurs professionnels, améliorer leur protection
sociale et leur rémunération en rééquilibrant le rapport auteur/éditeur et viser au renforcement du droit
d’auteur, trop souvent foulé aux pieds. Même si l’on dépeint l’auteur comme une personne isolée dans sa
bulle, il doit quand même construire son réseau, ce qui suppose de s’impliquer dans une communauté
littéraire, rencontrer d’autres auteurs et des professionnels de l’édition dont la ligne éditoriale se
rapproche de son travail. Le problème d’un auteur encore inconnu est justement d’être inconnu, d’où la
nécessité de ne pas trop s’isoler en se drapant dans la dignité de l’auteur incompris. On sait que très peu
d’auteurs parviennent à vivre de leur   plume. Le Bureau des auteurs a été créé pour permettre aux
entreprises et aux collectivités de solliciter un auteur pour intervenir au cours d’événements, conférences
notamment.
 

CHIFFRES CLÉS
 

Le SNE estime à 10.000 le nombre de sociétés éditrices, la plupart d’entre-elles n’éditant que un ou deux
titres par an, voire occasionnellement. En fait, les maisons d’édition ayant une activité éditoriale soutenue
et permanente sont nettement moins nombreuses (de  1.500 à 3.000 selon les uns et les autres). La
plupart des éditeurs sont des indépendants qui parviennent tout juste à se verser un salaire. Les 14.396
salariés des maisons d’édition se répartissent sur près de 200 entreprises employeuses. 75% des salariés
de l’édition sont des femmes. Environ 200 livres paraissent chaque jour.
Auteurs : environ 88.000 (écrivains, poètes, essayistes, scénaristes BD, adaptateurs) 6.200 traducteurs, 7.400
illustrateurs, dessinateurs (source : Economie du livre mars 2017). Seuls 1.600 d’entre-eux ont des revenus
supérieurs à 3 fois le Smic. 
Les 6 plus grands groupes d’édition français  : Hachette livre (dont Larousse, Grasset, Stock, Lattès, Fayard,
Calmann-Lévy…)  Editis (dont Bordas, Nathan, Le Robert, Robert La ont…), Madrigall (Gallimard-
Fammarion…),  Média Participations  (dont Dargaud-Dupuis, Fleurus, Desclée…),  La Martinière-Seuil
(dont  L’Olivier, Points…), Albin Michel (Magnard-Vuibert, De Boeck, Delagrave, Horay…). A noter le
rapprochement envisagé entre La Martinière et Media-Participations.
 

PAROLES DE PROS
 

Sandrine, responsable de communication, Les Éditions du Sonneur. Paris


La maison a été fondée il y a une dizaine d’années par Valérie Millet. Nous nous
sommes connues chez Gallimard. Cette maison doit beaucoup à une association
avec un libraire des PUF qui nous a bien aidé au départ pour la di usion et aussi, il
faut le dire, à la politique du prix unique du livre.  Nous avons tourné  en auto-
di usion pendant sept ans. La di usion/distribution, c’est le nerf de la guerre. Un
éditeur indépendant doit avoir sa propre ligne éditoriale. On essaye d’avoir une
politique d’auteur, mais on peut aussi céder à un coup de coeur. Nous publions
des récits de voyage, des ouvrages de littérature française et étrangère, des textes inédits ou oubliés que
nos amis, des libraires, des traducteurs nous signalent. Nous recevons bien sûr des manuscrits, mais de
ce côté là, on est plus proche de 0,1%. Cette année, nous allons d’ailleurs publier notre premier
«  manuscrit  ».  Je dis souvent que je suis la dame de la note de bas de page. Mon travail, c’est de
chercher sur l’internet, sur des revues spécialisées, des extraits de textes, des textes inédits, un vrai jeu
de piste… C’est ainsi que nous avons  pu dénicher  un récit de voyage inédit de Charlie Chaplin, que
l’association des ayants droit nous a permis de publier. Il a fallu se rendre à New-York.
A côté de cela, je lis (beaucoup), je réalise moi-même les couvertures et
je me rends à une dizaine de salons par an. La maison compte cinq
salariés, tous assez polyvalents. Valérie et moi-même sommes salariées
à 90%, les trois autres collègues travaillant à temps partiel, avec un autre
job à côté. Personnellement, je suis une autodidacte…c’est le cas de pas
mal de gens qui travaillent dans ce milieu. En fait,  les diplômes
spécialisés sont assez récents. Il faut dire aux jeunes que les places sont
chères. L’édition indépendante n’embauche pas ou très rarement, ce
sont des TPE avec de petits budgets. Et parmi le millier d’éditeurs
indépendants, beaucoup travaillent en solo. Il y a pas mal de morts sur la
route, mais quand un éditeur ferme, un autre a vite fait de le remplacer… On fait ce métier pour la
passion du livre, les rencontres, les voyages, pas pour l’argent. On se verse un SMIC le plus souvent. Je
gagne d’ailleurs quatre fois moins que lorsque je travaillais chez Gallimard. Faire un stage dans l’édition
indépendante peut être pro table, mais il ne faut pas trop en attendre. Après, il faut chercher dans un
groupe d’édition où se lancer en free-lance…
 

STRUCTURES REPRÉSENTATIVES
 

Asfored
21, rue Charles-Fourier 75013 Paris
http://www.asfored.org  
Syndicat National de l’Edition – SNE
115, bd Saint Germain 75006 Paris
http://www.sne.fr
Ligue des auteurs professionnels
https://ligue.auteurs.pro
Société Française des Traducteurs Professionnels
109, rue du Fbg St-Honoré 75008 Paris
http://www.sft.fr
 

ANNUAIRES D’ENTREPRISES
 

Annuaire des adhérents du S.N.E


https://www.sne.fr/annuaire-des-editeurs-adherents
 

ENTREPRISES À LA UNE
 

Albin michel, Hachette Livres, Lagardère, Editions Lattès, Actes sud, Dargaud, Editis, Editions de Minuit,
 Fayard, Editions de la Martinière, Flamarion, Editions Erès, Milan Presse, groupe Bayard, Privat, Verdier,
Groupe Piktos, Editions Sedrap (manuel scolaire), Madrigall, Humensis, Belin 
 

INCUBATEURS
 

Le Labo de l’édition. Paris avec projets en résidence


http://www.labodeledition.com
Fontaines O livres (Paris, espace de coworking)
https://www.fontaineolivres.com

Dernière mise à jour le 23 avril, 2021